Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Chapitre 13. Frascati1

Texte intégral

  • 1 Les chapitres 13 et 14 restent assez proches du précédent et appellent peu de commentaires. Ici en (...)
  • 2 Ces considérations sur la Campagne romaine et l’ennui qu’elle inspire, la brièveté même du passage (...)
  • 3 Meyer est sensible aux nuances des différents verts ; de même il avait noté, après le passage des (...)
  • 4 Les marques de décadence sont donc sensibles chez les princes comme dans le peuple.
  • 5 L’usage est très répandu en effet d’aller faire ce que l’on nomme « la villeggiatura » dans la rég (...)
  • 6 Formes et couleurs, sons et parfums contribuent à faire de ce labyrinthe un jardin enchanté, où le (...)

1La campagne qui s’étend de Rome à Frascati est complètement inculte. Au plus fort de l’été, elle ressemble à une lande d’Allemagne, triste, stérile et dépeuplée. L’herbe est brûlée par le soleil, on ne voit nulle trace de culture ou d’élevage. Aucun objet n’attire le regard ; les ruines de quelques bâtiments qui datent de l’époque romaine, mais n’ont pas été identifiés, sont dispersées çà et là, elles ne peuvent distraire le voyageur de l’ennui et de l’humeur qu’il éprouve devant la désolation de cette terre2. Mais voici que s’élève là-bas, en pente douce, une chaîne de collines et de montagnes aux formes variées qui s’étend au loin vers la droite et la gauche. On s’en approche très vite quand on a pris pour cette promenade une des voitures légères utilisées dans le pays, et son aspect change et embellit à chaque instant. Bientôt on aperçoit les vallées qui y pénètrent ; l’oeil distingue les nuances des différents verts : ceux des bois d’oliviers, des chênes, des pins et des cyprès, des vignobles et des vergers couvrant les vallées et les pentes3. On arrive à la colline de Frascati et l’on voit s’ouvrir un étroit vallon. Les flancs des collines qui l’enserrent sont plantés de vignes et d’arbres fruitiers et les grandes maisons de campagne appartenant aux princes romains, les jardins ombragés s’y font remarquer par leur beauté. Avant d’atteindre la petite ville bâtie sur une pente, on découvre à chaque instant, grâce aux détours du chemin, les aspects variés de cette campagne délicieuse. Les sites du vallon, les perspectives que l’on devine offertes au sommet des montagnes, l’air pur et léger que l’on respire plus librement, la fraîcheur des ombrages, tout rappelle cet antique ager Tusculanus que les Romains ont tant aimé, tant fréquenté, et que leurs écrivains ont tant célébré. L’ancienneté de la ville de Tusculum, qui constituait l’un des états romains indépendants les plus célèbres, est bien digne de respect, elle remonte à la plus haute antiquité et se dissimule sous le voile des fables ; il en est de même de son château, qui passait pour imprenable et dont les ruines subsistent encore sur la montagne dominant Frascati. Peu importe si, dans la nuit des temps, la ville de Tusculum fut fondée par Tuscus, fils d’Hercule, ou Telegonos, un fils d’Ulysse et de Circé ; il est plus intéressant de savoir qu’elle fut le berceau de la famille des Catones et des Fabii et que, ses courageux habitants ayant défié Hannibal victorieux en fermant les portes d’enceinte, il n’entreprit pas de les forcer. Sur le flanc de la colline de Tusculum s’élevaient les villas des César et des Caton, des Sylla, Crassus, Lucullus, Hortensius et Cicéron. Ce dernier évoque avec enthousiasme la beauté de sa villa et ses Tusculanes sont un beau témoignage de la sérénité d’âme dont jouissait ici celui qui fut l’un des plus grands parmi les hommes d’Etat, les philosophes et les orateurs. Les moines de cette contrée revendiquent de nos jours l’honneur de posséder les ruines de son Tusculanum. Cette région, comme tout l’actuel territoire romain, présente la terrible image de l’instabilité des choses. L’antique état libre de Tusculum, si fier de sa liberté, est maintenant un siège cardinalice ; le peuple est pauvre, énervé, dégénéré ; la ville, mal construite et à peine peuplée. La grandeur de ses anciens monuments, temples et palais, apparaît encore dans leurs vestiges ; ceux-ci, de nos jours, font la fierté des princes romains qui les exposent dans leurs villas, mais ne sont même pas assez riches pour entretenir leurs maisons de campagne et profiter pendant l’été de leur belle position. Dans les villas des princes Taverna, Mondragone, Conti, Bracciani et Falconieri, on rencontre quelques marques de bon goût, mais d’autres, plus nombreuses, révèlent le goût mesquin des Romains actuels : les oeuvres d’art les plus parfaites y voisinent avec les colifichets les plus puérils4. Ainsi, Tusculum est complètement transformé, seule la nature de cette contrée est restée la même. La variété des points de vue, la salubrité de l’air n’ont pas changé. C’est sur la colline de Frascati que se réfugient les Romains quand le mauvais air de la saison chaude les chasse de leur vallée5. La plupart des domaines appartenant aujourd’hui aux princes romains sont abandonnés de leurs propriétaires et les jardins négligés ; mais l’ami de la nature, dont le goût ne s’est pas laissé corrompre par tant de décorations mesquines, estime qu’ils gagnent à cet abandon. Partout où l’art cessait d’intervenir, la nature a repris ses droits, elle apparaît désormais, dans ces jardins qu’elle comble de ses dons, avec toute sa beauté, faite de simplicité et de grandeur. Elle a même embelli, au moment où ils tombaient en décrépitude, quelques-uns des ouvrages de l’art. Les ruines qu’on s’était si péniblement efforcé de copier, tous les ornements inutiles dont on avait entouré les ridicules imitations des belles cascades d’Italie ont été avec le temps couverts de mousse, revêtus de lierre et de pampre sauvage, à demi cachés par des arbustes. Ici de grands arbres majestueux, pins et platanes, forment au travers des jardins une allée que la nature seule dessina ; là s’élève un groupe de cyprès dont la forme évoque celle d’une pyramide. Comme en un labyrinthe, on se perd dans les détours des sombres allées de myrtes et de lauriers pour aboutir tantôt à une grotte pittoresque, tantôt à un berceau de verdure qu’ont formé ces nobles arbustes et où se mêlent le jasmin et la rose sauvage. Le murmure des ruisseaux qui coulent auprès des bosquets, le bruit éloigné de cascades que l’on ne peut apercevoir se mêlent aux chants des rossignols. Dans ce séjour plein de charme, on goûte un calme bienfaisant, une douce mélancolie. Une âme agitée par les passions violentes ou par les orages du destin peut y retrouver la paix qu’elle ne connaissait plus. L’harmonie qui règne dans la nature captive le regard et l’ouïe, elle agit insensiblement sur le coeur et le réconcilie enfin avec lui-même et avec les autres6. Depuis la hauteur de Tusculum, derrière Frascati, près de la Ruffinella, ancienne maison de jésuites, et près des ruines de Tusculum, on jouit d’une vue ample et grandiose : elle s’étend sur la plaine de Rome, bornée ici par des montagnes, là par la mer, et sur des villes et des bourgs plus ou moins éloignés.

  • 7 Peuple turbulent qui vit dans une véritable Arcadie : le contraste signalé ici se retrouvera à pro (...)
  • 8 Cette intolérance manifestée par les Italiens à l’égard des odeurs (tabac, parfums de fleurs...) s (...)

2D’après quelques traits qui nous sont parvenus de l’histoire de Tusculum, particulièrement lorsque la ville perdit sa liberté et que Rome connut son déclin et sa chute, l’historien remarque chez les Tusculans un certain penchant à l’émeute et à la rébellion, joint à un caractère pusillanime et même à la lâcheté. Les habitants de l’actuelle Frascati ont bien hérité de leurs ancêtres une partie de ces défauts. Ces gens qui vivent dans une véritable Arcadie sont un peuple turbulent, querelleur, enclin au meurtre7 ; ils se distinguent des autres habitants de la contrée en poussant ces vices beaucoup plus loin encore. Aussi la police de Rome veille-t-elle avec plus de soin qu’elle n’a coutume de le faire ailleurs sur les désordres populaires qui naissent à Frascati. Comme le peuple se livrait sur la place à ses jeux favoris, le compte des doigts (la mora) et le jeu de boules, j’ai vu s’élever presque à chaque minute des querelles et des rixes. Et c’est encore modérer ses passions que d’en rester là chez ce peuple dont la colère se déchaîne d’habitude sans aucune retenue et dont le premier geste est de tirer un couteau et de frapper. J’eus à Frascati une aventure par laquelle je ne prétends certes pas confirmer le jugement sévère que j’ai rapporté sur le caractère national des habitants, mais elle peut du moins prouver comme ces gens ont coutume de jouer avec des engins meurtriers et de les faire intervenir dans leurs impudentes plaisanteries. Fatigués de nos courses, nous étions assis dans une chambre d’auberge, mes compagnons et moi, presque entièrement dévêtus par une après-midi étouffante ; nous attendions la fraîcheur du soir pour nous remettre en route et je fumais. Soudain, une femme surgit d’une chambre voisine et, brandissant vers moi un poignard dégainé en des gestes sauvages et menaçants, elle m’ordonna avec des cris aigus de cesser de fumer. Surpris de la sorte alors que je me trouvais dans un état intermédiaire entre la veille et le sommeil, j’éprouvai une frayeur qui s’accrut encore lorsque, par malchance, voulant me lever de ma chaise alors appuyée à la muraille, je tombai avec mon siège. Mes amis s’étaient élancés pour désarmer cette femme ; encore à demi rassuré sur mon sort, je l’entendis expliquer avec de grands rires que tout cela n’était qu’un jeu, que dans la chambre voisine se tenaient certaines personnes de sa connaissance qui ne pouvaient supporter l’odeur du tabac (il est exact que les Italiens, surtout dans les régions les plus chaudes, sont très sensibles aux odeurs fortes, la cause en est due au climat) et qu’on l’avait envoyée vers moi pour me prier de ne plus fumer. Cette demande amicale, présentée à la manière romaine, explique peut-être pourquoi (contrairement à l’affirmation de nombreux artistes et à l’opinion selon laquelle l’air pur du pays exercerait une si heureuse influence sur la constitution des habitants) je n’ai trouvé aucune beauté aux femmes de Frascati, ni aucune grâce à leur costume8.

  • 9 « Le lac Regile, actuellement le lac de Sainte-Praxède » (Lalande, op. cit., T. VI, p. 374).
  • 10 Certains auteurs auraient insisté davantage sur cet effet de soleil couchant qui semble rappeler l (...)
  • 11 Métastase (né à Rome ou Assise, selon d’autres sources, 1698-1782) célèbre dans toute l’Europe pou (...)

3J’ai vu le lac Régille9, au-dessus de Frascati, à l’heure où les rayons du soleil couchant éclairaient de lueurs rougeâtres la plaine qui l’entoure ; c’est là que, jadis, après un combat acharné et sanglant où périrent de nombreux héros, les Tarquins bannis de Rome et leurs alliés latins succombèrent sous l’ardeur victorieuse des Ro· mains devenus libres et de leur général Postumus10. Les Romains, amis du merveilleux, affirmèrent que deux fils des dieux, les Dioscures eux-mêmes, avaient combattu parmi eux sous une apparence humaine mais avec une force divine, afin d’assurer, par une victoire décisive sur les tyrans, la liberté que Rome venait d’acquérir. Métastase est né à Frascati11. La nuit où je revins du champ de bataille proche du Régille, je lus son Caton à Clique. Cet illustre Romain, qui sacrifia sa vie à la liberté, était un arrière petit-fils de Caton le Censeur, né à Tusculum.

Fig. 14. Victor Pillemant, d’après François Vernet et Pierre Wallaert, La cascade de Tivoli. Rome, Istituto naz. per la grafica, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Cf. p. 132 sq.

4La route qui mène de Tusculum - Frascati — par sa position, la salubrité de l’air, ses points de vue, ses jardins, la ville actuelle n’est pas tout à fait indigne du nom qu’elle portait dans l’antiquité — à Albano emprunte les allées ombragées de plusieurs maisons de campagne, puis descend durant une heure jusqu’à l’abbaye bénédictine de Grotta Ferrata, à l’ombre de platanes et de chênes élevés et vigoureux qui la bordent de deux côtés, tout en offrant une très belle vue sur la plaine de Rome. Le célèbre Tusculanum de Cicéron se trouvait-il dans ces parages, entre Frascati et Grotta Ferrata, ou bien sur le flanc de la montagne de Tusculanum, près de la maison des jésuites nommée la Ruffinella ? Les moines se querellent ici à ce sujet, comme sur le lieu où naquit Homère, et dont l’emplacement demeure hypothétique. Je pencherais pour les bénédictins de Grotta Ferrata, car c’est dans cette contrée seulement que coule l'Aqua Crabra, un canal nommé aujourd’hui la Marana, dont Cicéron parle avec intérêt dans plusieurs passages consacrés à sa maison de campagne. Dans l’incertitude où nous sommes à ce sujet, c’est la seule indication qui nous soit donnée sur la situation de cette antique Villa.

5Comme Philippe Hackert est prussien, on ne l’appelle ici que Sign. Filippo Borussiano ; depuis mon voyage, il a reçu du souverain de Naples le titre qu’il méritait si bien de premier peintre de paysage du roi, et une importante pension. Cet artiste hospitalier m’avait invité dans sa maison de campagne d’Albano. J’ai passé chez lui quelques jours inoubliables dans les environs délicieux de son Albanum ; ils l’emportent sur ceux de Frascati par leur variété, leur tranquillité champêtre et aussi par ce caractère de grandeur que l’on remarque dans toute la contrée.

Notes

1 Les chapitres 13 et 14 restent assez proches du précédent et appellent peu de commentaires. Ici encore, il s’agit d’excursions classiques dans les environs de Rome, à l’occasion desquelles apparaissent des thèmes bien connus désormais du lecteur. Nous retrouvons la préférence du voyageur pour un certain type de paysage verdoyant, aux formes variées et toujours harmonieuses, collines et montagnes, vallées, jardins, points de vue changeants grâce aux détours du chemin... Souvent déjà, il a exprimé son goût pour les vastes perspectives, mais aussi pour ces jardins ombragés, véritables asiles devenant même ici labyrinthes, où il trouve la paix la plus bienfaisante et cette mélancolie qui, on le sait à cette époque, n’est pas sans charmes pour un coeur sensible. Enfin, ces terres si bien cultivées, ces paysages harmonieux favorables à des émotions si douces, sont aussi des lieux tout imprégnés d’histoire : 1e voyageur peut y évoquer le passé et méditer sur l’instabilité de toute chose.

2 Ces considérations sur la Campagne romaine et l’ennui qu’elle inspire, la brièveté même du passage qui lui est consacré se retrouvent chez tous les voyageurs avant que Chateaubriand n’ait senti la beauté de ces terres incultes.

3 Meyer est sensible aux nuances des différents verts ; de même il avait noté, après le passage des Alpes, la fraîcheur de la végétation printanière.

4 Les marques de décadence sont donc sensibles chez les princes comme dans le peuple.

5 L’usage est très répandu en effet d’aller faire ce que l’on nomme « la villeggiatura » dans la région des Castelli Romani, le séjour à Rome étant considéré comme dangereux en été. Cf. J. D. Cassini : « Les grandes chaleurs commencent à Rome environ vers le temps de la St-Pierre (fin juin) c’est aussi à-peu-près le commencement de ce qu’on appelle l’intempérie, Varia cattiva, le mauvais air de la campagne de Rome » (Op. cit., p. 115).

6 Formes et couleurs, sons et parfums contribuent à faire de ce labyrinthe un jardin enchanté, où le voyageur, loin de se croire emprisonné, se sent protégé, apaisé. Cette influence de la nature, capable de modifier insensiblement les sentiments de l’homme, c’est, à propos d’un paysage italien, celle que Rousseau avait soulignée dans la célèbre lettre sur les montagnes du Valais.
Autant qu’aux hasards de la route, l’alternance, constante chez Meyer, entre les espaces restreints et les vastes perspectives, est due au caractère de sa sensibilité.

7 Peuple turbulent qui vit dans une véritable Arcadie : le contraste signalé ici se retrouvera à propos des Napolitains.

8 Cette intolérance manifestée par les Italiens à l’égard des odeurs (tabac, parfums de fleurs...) surprend les voyageurs, certains veulent n’y voir qu’un caprice chez les dames romaines. Ce détail ne mériterait pas d’être souligné s’il ne permettait à Meyer, une fois de plus, de ne pas condamner une réaction qui peut sembler bizarre à l’étranger, mais de chercher à l’expliquer. Nous avons vu qu’il se refuse à porter sur le caractère des Italiens des jugements catégoriques ; ce souci des nuances se retrouve même quand il s’agit du costume et de la beauté féminine : l’impression défavorable qu’il éprouve à Frascati ne se justifierait, suggère-t-il, que par des causes purement subjectives.

9 « Le lac Regile, actuellement le lac de Sainte-Praxède » (Lalande, op. cit., T. VI, p. 374).

10 Certains auteurs auraient insisté davantage sur cet effet de soleil couchant qui semble rappeler le sanglant combat d’autrefois. Le lecteur est reconnaissant à Meyer de ne pas avoir exploité ce procédé trop théâtral.

11 Métastase (né à Rome ou Assise, selon d’autres sources, 1698-1782) célèbre dans toute l’Europe pour ses tragédies musicales, il fut poète officiel de la cour d’Autriche.

Table des illustrations

Légende Fig. 14. Victor Pillemant, d’après François Vernet et Pierre Wallaert, La cascade de Tivoli. Rome, Istituto naz. per la grafica, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Cf. p. 132 sq.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 505k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter