Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Chapitre 10. Rome1

Texte intégral

  • 1 Les cérémonies religieuses de Rome attirent depuis longtemps de nombreux voyageurs : des fidèles s (...)
  • * Je rappellerai ici une anecdote déjà connue : O quanto è bello ! s’écriait du haut de son balcon u (...)
  • 2 L’ironie apparaît sous divers aspects au cours de ce chapitre. Elle est d’abord presque insensible (...)
  • 3 L’ironie se fait plus mordante grâce à un effet de style recherché : l’auteur donne le sens propre (...)
  • 4 Le possessif employé par Meyer dans l’expression ihrer Fins (que nous traduisons par : leur pape), (...)
  • 5 D’autres voyageurs — Taine par exemple — souligneront chez les Romains ce trait de caractère auque (...)

1Jamais peut-être on n’a vu sur le trône pontifical un homme capable, comme l’est Pie VI, d’unir à des avantages physiques demeurés exceptionnels jusqu’à un âge avancé la plus grande dignité des attitudes, la noblesse et la grâce des mouvements, l’élégance des manières. « Qu’il est donc beau !> s’écrient les dames romaines elles-mêmes — les meilleures connaisseuses en matière de beauté masculine — saisies d’enthousiasme à son approche, quand il paraît en public dans toute la pompe des solennités religieuses *2. Pie VI n’épargne d’ailleurs rien pour s’y entourer du plus grand éclat et pour éblouir le spectateur. Il a fait transformer par le joaillier du Saint-Siège, Carlo Sartori, tous les attributs pontificaux, qu’il ne trouvait pas assez riches ou assez modernes. Deux tiares (triregni) ont été ainsi embellies et enrichies d’un grand nombre de pierres précieuses, la monture d’une troisième a été modifiée. On lui a refait à neuf deux mitres magnifiques. A quelle entreprise faut-il encore se vouer pour s’acquérir le mérite d’avoir restauré la couronne et le triple empire ?3 C’est pour les Romains une véritable joie que d’apercevoir leur pape dans tout l’éclat de sa parure4. Le jour de la Fête-Dieu, quand il apparaît, porté par ses gardes du corps, agenouillé devant le Saint Sacrement et revêtu des ornements pontificaux, le Romain, enthousiasmé par ce spectacle, oublie ses ancies griefs, le petit bourgeois tout le reste du jour, ne parle plus en famille que du « bellissimo gruppo del santo Padre ! » (le superbe groupe du saint Père)5.

  • 6 Les intentions satiriques n’empêchent pas l’observation psychologique de s’exercer, aussi bien sur (...)

2D’après les impressions que produisent sur un spectateur libre de tout préjugé les brillantes solennités religieuses de Rome, on peut se faire quelque idée de ce que doivent éprouver les Romains des classes populaires. J’ai moi-même vu le pape au cours des cérémonies de l’Ascension, de la Fête-Dieu et de la Saint-Pierre et j’avoue que, si préparé que je fusse à ce spectacle, je me suis senti ému au-delà de toute attente6.

  • 7 Nous avons préféré l’expression « sedia gestatoria » à la traduction littérale. Dupaty parle d’« e (...)

3L’adoration du pape par le sacré collège des cardinaux, qui a lieu à la chapelle Sixtine, la bénédiction que le pontife donne ensuite à la foule constituent les cérémonies de l’Ascension ; peut-être d’autres pontifes ne paraissent-ils pas à leur avantage lors de la première, où les cardinaux doivent baiser la main et le pied du pape, mais Pie VI remplit son rôle avec beaucoup de grâce, et il accomplit celle de la bénédiction avec une très grande dignité. A l’approche du cardinal qui se tenait à genoux, il se penchait en avant d’un mouvement aisé et gracieux et, comme s’il voulait le relever, il lui tendait sa main à baiser ; ensuite il allongeait un peu le pied, tandis qu’un prélat debout à ses côtés relevait son vêtement qui cachait une jambe bien prise. Dans le moment où le cardinal se courbait pour lui baiser le pied, il le bénissait, puis lui donnait au front le baiser de paix. Cette cérémonie terminée, il prit place sur la sedia gestatoria7, revêtu de tous les ornements pontificaux, et fut ainsi porté à la loggia qui surmonte l’entrée de Saint-Pierre. Cette tribune est trop petite et trop étroite pour sa destination, les connaisseurs l’ont souligné et ont souvent remarqué d’autres erreurs de proportions dans la façade de la basilique. Le moment où l’on tira le rideau à l’intérieur de la tribune et où la sedia, sur laquelle se trouvait le pape, arriva à la balustrade, fut le signal qui déchaîna tout près de là le feu des canons du château Saint-Ange et mit en branle les innombrables cloches de Rome. Sur la place Saint-Pierre, où les gardes pontificaux étaient rangés en ordre de parade, une musique militaire retentit tout à coup ; le bruit des timbales et des tambours, les sons éclatants des trompettes se mêlèrent aux acclamations des spectateurs qui s’y trouvaient rassemblés par milliers. Un profond silence succéda bientôt à ce tumulte général : Pie VI se levait de son siège et à l’instant même tous les assistants, jusqu’aux plus éloignés, étaient tombés à genoux devant lui. Le regard tourné vers le ciel, il tendit les bras très haut, puis ramena lentement ses mains jointes sur sa poitrine, ensuite il ouvrit les bras pour répandre sur la ville et sur le monde la bénédiction qu’il avait implorée du ciel — et il disparut de la tribune.

  • 8 Cette procession, « un des spectacles les plus magnifiques que l’on puisse voir en Italie » (Lalan (...)

4Pour la Fête-Dieu, on donne au peuple huit jours durant le spectacle de processions auxquelles participe le clergé des diverses fondations religieuses de Rome, et le pape lui-même préside à la première, qui est aussi la plus grande et la plus brillante. La veille, à proximité de Saint-Pierre, on tendit au-dessus des rues que devait emprunter le cortège des toiles destinées à le protéger du soleil ou de la pluie, on y plaça des sièges et des tribunes pour les spectateurs. On répandit du sable blanc sur le pavé, et le matin même de la fête, on y jeta des rameaux de myrte et de laurier, des feuillages et des fleurs. Les maisons étaient décorées de tapis aux vives couleurs. Le parfum des branchages et des fleurs qui jonchaient le sol se répandait aux environs. Bientôt, une foule de spectateurs des deux sexes, en habits de fête, se rassembla sur les tribunes, aux fenêtres donnant sur ces rues, sous les colonnades et sur la place Saint-Pierre. L’entrée triomphale d’un Imperator ne pouvait, dans la Rome antique, être préparée avec plus d’éclat et de solennité. Le matin, à neuf heures, le cortège se mit en marche. Un grand nombre de jeunes garçons, écoliers et orphelins, venaient en tête, conduits par quelques membres de la garde pontificale ; ils chantaient et portaient des cierges allumés. Ils étaient suivis par des centaines de moines appartenant aux différents ordres religieux, les séminaristes, les prêtres des diverses paroisses, les chapitres, et une multitude de prêtres venus de la ville et de la campagne, chacun ayant à la main un cierge allumé quatre fois plus gros que celui des enfants : c’était un présent de la basilique Saint-Pierre qu’il emporterait à la fin de la procession. On voyait ensuite la triple couronne richement ornée que portait la noblesse romaine accompagnée par les avocats du Consistoire, les procureurs et les juges de la Rota romana, et de nombreux prêtres séculiers ; puis les trois simples couronnes d’or et la mitre du pape ; suivaient les généraux des quatre principaux ordres monastiques, les évêques et les cardinaux revêtus de chapes éclatantes, et un grand nombre d’officiers ecclésiastiques ou civils. Cette longue procession, qui s’avançait avec lenteur et dans un silence solennel, était en marche depuis deux heures quand soudain les sonneries de toutes les cloches et le tonnerre des canons du château Saint-Ange annoncèrent l’apparition de Pie VI, chef suprême de l’Eglise, qui sortait en cet instant par le grand portail de Saint-Pierre, porté sur la sedia. Il est impossible d’imaginer la beauté de ce groupe digne d’inspirer un peintre, l’impression profonde qu’il produit sur le spectateur, fût-ce le plus libre de tout préjugé. Les gardes portaient sur l’épaule la sedia couverte d’un tissu précieux et c’est ainsi que, sous un dais tenu par des membres de la noblesse, s’avançait le vénérable et beau vieillard. La marche des porteurs était si égale et si lente que le pape semblait planer au-dessus de la foule. Le corps penché en avant, il s’appuyait à l’autel placé devant lui et où le Saint Sacrement se trouvait exposé dans un ostensoir richement serti de pierreries. A la vérité, le pape est assis pendant cette cérémonie, mais son attitude, le vaste manteau de satin blanc brodé de couronnes d’or qui l’enveloppe tout entier, tombe de ses épaules en larges plis ondoyants jusque sur les porteurs, couvre entièrement la sedia et même l’autel, tout cela donne l’illusion qu’il est agenouillé devant l’autel. On ne voyait que ses mains jointes posées sur cet autel et sa tête grise découverte. Le mouvement de ses lèvres montrait qu’il priait en silence, ses yeux levés vers le ciel semblaient baignés de larmes. L’expression de son visage était celle d’une ardente, d’une sublime prière. Il ne faut donc pas s’étonner si une telle scène, aussi judicieusement conçue que bien composée, ne manque jamais de produire un grand effet sur la foule assemblée pour la voir et sur le peuple ! On ne peut observer sans en être profondément touché la forte émotion qu’elle suscite dans toute l’assistance. A peine l’apparition du pape fut-elle annoncée par les canons et les cloches, à peine vit-on sortir du grand portail de l’église ce groupe pyramidal qui semblait planer dans le lointain, que la multitude se jeta à genoux, se frappant la poitrine, comme si la foudre l’avait atteinte, tous les yeux baignés de larmes se levaient timidement vers le pontife qui s’approchait avec le Saint Sacrement, tous les regards extasiés le suivaient comme une apparition divine jusqu’au moment où il disparut. Quelques princes, les généraux de la papauté, revêtus de brillantes armures, suivaient le pape et un grand nombre d’estafiers, les Suisses, la garde à pied et à cheval fermaient le cortège qui, passant par les colonnades et trois des rues voisines, mit près de cinq heures pour faire ce court trajet. Le pape monta ensuite au maître-autel de Saint-Pierre et le peuple se pressa dans l’église pour y recevoir la bénédiction apostolique ; aussitôt après, il se bâta de sortir pour consacrer la fin de ce jour de fête aux ripailles et beuveries, qui se terminent souvent par des coups de couteau et des assassinats. Voilà comment l’impression éprouvée peu d’heures auparavant se trouve bientôt effacée, combien l’émotion suscitée par cette mise en scène religieuse reste passagère et montre peu d’efficacité quand il s’agit de rendre meilleur le caractère de ce peuple8 !

Fig. 11. Francesco Barbazza, Une des « machines » élevées devant le palais Colonna à l’occasion des fêtes pour la présentation de la « Ghinea » en 1782. Rome, Biblioteca Casanatense (Cl. M. Vivarelli). Meyer eut l’occasion d’assister aux fêtes de l’année suivante. Cf. p. 114.

  • 9 Le feu d’artifice et surtout l’illumination de la coupole sont des spectacles fort vantés ; la plu (...)

5La veille de la Saint-Pierre et le soir du grand jour où est célébrée la fête de cet apôtre, chef de la hiérarchie ecclésiastique, la coupole de la basilique est illuminée et l’on tire du château Saint-Ange un feu d’artifice. L’illumination de la coupole est le plus beau spectacle de ce genre qu’il soit possible de voir au monde ; l’imagination la plus vive reste ici bien loin d’atteindre la réalité et tout l’art de l’écrivain ne saurait en approcher. C’est en prenant quelque éloignement, depuis le pont Saint-Ange, qu’on voit se présenter dans toute sa splendeur le dôme majestueux de Michel-Ange. Un temple éclatant de lumière apparaît alors et semble suspendu dans le ciel nocturne. Toute la partie de la coupole orientée vers la place, jusqu’à la nef même, est garnie de plusieurs milliers de lampes enveloppées de papier huilé. On peut observer avec exactitude les lignes architectoniques de la coupole, grâce à cet éclairage qui dessine en traits lumineux la grande et magnifique architecture. Telle est la première scène de ce beau spectacle. Vient ensuite une seconde illumination, plus grande et plus éblouissante encore, mais moins remarquable par sa beauté que par la rapidité avec laquelle on passe de la première à la seconde : le spectateur éprouve alors une surprise que les mots ne peuvent exprimer. D’énormes torches et des vases remplis de poix sont fixés à la coupole. Le signal du changement est donné par une cloche et, à l’instant même, un torrent de feu inonde le dôme. Les torches et les vases de poix flamboient par centaines, leur éclat entoure la coupole d’une gloire rayonnante. Cette transformation qui tient du miracle est réalisée grâce à quelques centaines d’ouvriers ; placés derrière les fenêtres de la coupole, ils attendent pour les ouvrir le signal de la cloche, puis, en un instant, allument les torches. Ce spectacle étonnant, unique, agit comme un coup de baguette magique sur le peuple assemblé place Saint-Pierre et aux environs. L’air retentit d’applaudissements et d’acclamations tumultueuses, puis la foule se presse entre les carrosses qui se croisent, et gagne le pont Saint-Ange pour y voir le feu d’artifice tiré du château. Le plus beau moment de ce spectacle, par ailleurs insignifiant, est la célèbre girandola, explosion de cinq mille fusées qui s’élèvent à la fois dans les airs, répandent autour d’elles une pluie d’étincelles et retombent en éclatant avec un bruit de tonnerre. C’est une immense gerbe de feu, qui veut imiter une éruption volcanique ; elle se soutient en l’air quelques secondes, puis disparaît avec fracas9.

  • 10 Comme chaque année, le roi de Naples fait remettre au pape par le prince Colonna, son ambassadeur, (...)

6A l’époque de mon voyage, le prince Colonna, connétable de Naples, fit encore la présentation solennelle de la haquenée et des sept mille écus représentant le tribut de Naples ; il y respecta le cérémonial le plus grotesque et les usages féodaux des siècles passés. La suppression de ce tribut devait susciter par la suite bien des protestations. La cour du jeune prince, escortée de la garde pontificale, sortit de son palais pour se rendre à cheval à l’église Saint-Pierre ; elle se composait en partie d’abbés vêtus de manteaux noirs, car le jeune prince avait reçu son éducation chez les moines et il était fort dévot. C’était pitié de voir ces pauvres gens d’Eglise, apeurés, se montrer de si piètres cavaliers ; ils allaient, la tête couverte d’un capuchon noir, craignant sans cesse d’être désarçonnés ; ni le pas lent de leurs paisibles montures, ni l’escorte des officiers du prince marchant à leurs côtés ne semblaient pouvoir les rassurer tout à fait. Deux écuyers du prince conduisaient la haquenée blanche aux sabots d’argent, elle avait aussi des harnais d’argent et de grands panaches de plumes. Derrière elle, monté sur un cheval noir, s’avançait le prince Colonna dans l’ancien costume des barons napolitains, couvert d’un long manteau de drap d’or à l’espagnole ; il était entouré d’un essaim d’estafiers, de gardes, de mores, de coureurs et autres officiers de sa maison. Douze carrosses de gala appartenant au prince, attelés chacun de six chevaux, et une garde à cheval fermaient le cortège. A l’entrée de l’église Saint-Pierre, le pape, assis sur un trône, reçut de l’ambassadeur la bourse contenant le tribut et le cheval qui s’agenouillait devant lui, mais l’usage était de renvoyer ce dernier au prince moyennant une somme convenue : l’animal pouvait ainsi, à la cérémonie de l’année suivante, recommencer les tours qu’on lui avait enseignés avec tant de peine. A cette époque, il était déjà question de supprimer le tribut de Naples, et : sa remise solennelle fut en effet suspendue peu de temps après10. Au château Saint-Ange, où je m’étais rendu pour voir la cérémonie, l’ébranlement provoqué par les décharges d’artillerie fit tomber d’une haute muraille une peinture sur bois représentant Saint-Pierre ; ce fait se produisit pendant le passage du cortège. Ceux des spectateurs qui se piquaient de politique secouèrent la tête et voulurent tenir cet événement, survenu précisément ce jour-là, pour un présage défavorable concernant le paiement du tribut que le roi de Naples avait si longtemps contesté ; mais le peuple se mit à crier : miracolo ! miracolo ! — car le tableau — ô miracle ! — se retrouva debout contre le mur après sa chute — et on se bouscula pour venir baiser cette image miraculeuse.

  • 11 Dans une lettre datée du 30 juin 1782, Heinse évoque la splendeur d’une telle réception : la fonta (...)

7Chacun de ces deux jours, le prince Colonna donna au peuple un grand feu d’artifice ; il convia la noblesse romaine à une brillante assemblée dans la magnifique galerie de son palais, où sont réunies des collections d’antiques et de peintures ; les étrangers qui étaient recommandés à quelques grandes maisons y furent également invités et reçurent l’accueil le plus obligeant11.

  • 12 L’admiration qu’inspirent au voyageur les brillantes cérémonies religieuses cède bientôt le pas à (...)

8La figure de bronze qui se trouve dans la basilique et représente saint Pierre ressemble à une statue assise de consul romain ; elle jouit de la vénération générale, surtout depuis le miracle public accompli en 1725 en faveur d’un Polonais paralysé ; les deux jours de la fête du saint, elle était revêtue des ornements pontificaux de drap d’or et parée de la tiare, parfaitement semblable à un roi more dans tous ses atours. Le peuple, particulièrement ces jours-là, s’en approchait avec le plus grand respect. Le pape lui-même vint dans l’église, accompagné de quelques cardinaux, il baisa respectueusement le pied de la statue, qui passait sous le magnifique vêtement, et s’y frotta ensuite le front, les épaules, les joues et le cou. Lors de ces jongleries, il fallait moins admirer l’expression composée du pape que son sang-froid. Le gros orteil de la statue est complètement usé par les frottements et les baisers quotidiens des fidèles12.

  • 13 Le cardinal de Bernis (1715-1794) était ambassadeur de France à Rome depuis 1769.

9Peu de semaines avant mon arrivée à Rome mourut le fameux Benoît Joseph Labre, qu’à cette époque on n’appelait de préférence que « il Santo » (le saint). Je pus voir certaines marques de l’agitation que sa mort provoqua dans le peuple, et j’appris de bonne source les nombreuses histoires de ses miracles, car mon hôte, un Allemand, avait une grande vénération pour le saint. Il se comptait lui-même au nombre de ceux qui en avaient reçu des grâces particulières, puisque chaque semaine, durant sa vie, le mendiant Labre avait accepté de lui une portion de riz. Ce nouveau saint avait été le mendiant le plus hideux qu’on pût rencontrer dans les rues de Rome. Tout le jour on le voyait, agenouillé dans la fange la plus épaisse, la barbe longue, la chevelure hérissée, les vêtements déchirés, avec tous les attributs de la misère la plus répugnante. Il restait ainsi, même à la saison des pluies, dans l’attitude d’un possédé, immobile, les bras étendus, murmurant des prières et des prophéties — objet de dégoût et d’horreur pour les passants ! Les parties de son corps que laissaient voir ses haillons étaient couvertes de lèpre et d’ulcères. Il ramassait avec soin la vermine qui tombait de son corps pour lui rendre la nourriture qu’elle avait coutume de trouver sur ses membres en putréfaction. C’est dans cet état qu’on le trouva mourant sur le bord de la rue. Un artisan recueillit le moribond dans sa pauvre maison, pour attirer sur elle la bénédiction du ciel. La guérison soudaine de son enfant fut le premier miracle qui suivit la mort du saint, on y vit un témoignage de reconnaissance. Le pape fit apporter au Vatican le bois du lit dans lequel il avait rendu le dernier souffle, afin d’y dormir lui-même. Quelques jours après sa mort, Labre se rendit encore en France parmi ses frères qui s’étaient brouillés et rétablit la paix dans sa famille. Le Cardinal de Bernis fut obligé d’entretenir avec la France une correspondance pour enquêter sur ce miracle — et il en certifia l’authenticité13. L’église de la Madonna de’ Monti, où le corps avait été enterré, fut entourée d’une garde importante, car il fallait réprimer le tumulte du peuple qui s’y pressait en foule innombrable pour vénérer son nouveau saint. La cohue était telle que l’on courait le risque d’être étouffé quand on s’efforcait d’entrer dans cette église. Cependant, malgré sa réputation de thaumaturge largement répandue et qu’il était criminel de mettre en doute, on racontait déjà tout bas à cette époque une fâcheuse affaire ; elle ne laissait pas d’assombrir l’éclat de sainteté dont le nouveau faiseur de miracles était entouré. Aujourd’hui personne ne peut plus ignorer, même à Rome, le complet discrédit dans lequel est tombée sa gloire. La véritable cause en est, dit-on, le fait que la France n’a pas versé la somme exigée d’elle, patrie de Labre, pour fournir aux frais énormes de la béatification. Quant à l’affaire qui, peu après la mort du nouveau saint, porta tort à sa renommée et fit suspecter par le peuple l’authenticité de ses pouvoirs miraculeux, voici ce qu’on en racontait. Un homme, paralysé depuis plusieurs années, avait été traîné par sa famille près du tombeau de Labre, dans l’espoir d’une guérison. Il demeura plusieurs jours en prières, suppliant le thaumaturge de le guérir, mais ce fut en vain ; il ne fit qu’attirer ainsi l’attention des prêtres et du peuple. Les premiers, prévoyant que cette affaire déjouerait leurs projets, auraient désiré éloigner cet homme en secret, mais le peuple insista pour qu’il tentât une dernière fois d’adresser au saint une invocation fervente. On engagea le malade à se tenir debout en s’appuyant sur ses béquilles et à implorer encore, dans cette position, le miracle qui ne pouvait manquer de se produire. Il obéit, — après avoir longuement supplié le saint à voix haute, il lança loin de lui ses béquilles pour prouver sa foi — et tomba, privé de tout secours. Les prêtres, qui s’attendaient à ce dénouement, fondirent alors sur le malheureux, le traitèrent d’impie, d’ennemi secret de la religion, l’accusèrent d’insulter le saint et le présentèrent au peuple comme un exemple du châtiment que le saint réservait à l’incrédulité. Ce fut à ce moment que se produisit un véritable miracle, — mais à vrai dire tout négatif : le pauvre homme, qui s’était fait dans sa chute de nombreuses blessures, ne fut pas lapidé par le peuple qu’on excitait contre lui, et il échappa à la fureur des prêtres.

10On vendit en deux mois douze mille méchantes gravures représentant le nouveau saint, à raison d’un demi-paul la pièce ; et dans ce nombre ne figurent pas les statues de plâtre et de cire, un peu meilleures, donc plus chères. Des indulgences étaient attachées à la vente de ces images, à leur distribution gratuite aux pauvres ; les haillons du saint, déchirés en petits morceaux, furent envoyés au loin comme reliques.

  • 14 B. J. Labre (1748-1783), ascète qui fut par la suite canonisé. Sa négligence à l’égard des soins c (...)

11« Que Rome soit votre principal champ d’observation — ces lignes remarquables me furent écrites avant mon voyage en Italie par un prélat éclairé, occupant un poste élevé dans une cour allemande — mais, pour éviter d’être scandalisé, renoncez à observer avec trop d’attention la conduite des prêtres : de nos jours encore, elle ne diffère guère de ce qu’elle était à l'époque de votre grand patriarche Luther ». Cette étonnante remarque, faite à un protestant par un prélat de l’Eglise romaine, m’a été confirmée à Rome dans bien des cas, mais tout particulièrement dans les scènes auxquelles donna lieu la mort de Labre14.

  • 15 Cf. Lalande : « ...on ne peut rien voir de plus misérable et de plus sale que la juiverie... » (Op (...)
  • 16 Ici encore, Lalande apporte quelques précisions : « Le carnaval de Rome se distingue par des cours (...)
  • 17 Nouveau tableau typiquement romain : le sermon de conversion. L’ironie de Meyer se fait plus cingl (...)

12Pendant les nombreuses cérémonies et processions religieuses, les juifs restent cachés dans le quartier où ils sont emprisonnés, sur l’autre rive du Tibre, afin de ne pas s’exposer, par leur simple présence, aux mauvais traitements de la populace, autorisés par le gouvernement lui-même. Leurs coreligionnaires, presque partout, sont plus ou moins humiliés et opprimés, mais c’est à Rome que ce peuple infortuné reçoit les pires humiliations, les pires brimades. En 1775 encore, le pape actuellement régnant publia un édit concernant les juifs, resté sans égal par une dureté qui tient de la barbarie. Confinés dans une rue étroite, écartée, malpropre et nauséabonde, nommée il ghetto15, ils ne sont autorisés — ainsi le veut l’édit pontifical ! — à se montrer dans la ville que durant le jour et doivent, sous peine de mort, rentrer au soleil couchant dans cet horrible cachot. Pour pouvoir le quitter et jouir pendant plusieurs jours du bon air de la campagne, lorsque leur santé, ébranlée par cet air fétide et contaminé, a besoin d’être rétablie, il leur faut présenter une dispense en bonne et due forme. Ils encourent certains châtiments, les galères par exemple, s’ils s’approchent du couvent de l''Annunziata ou s’ils entrent dans les églises, les couvents et les hôpitaux. Il leur est interdit, sous peine de mort, d’employer des chrétiens comme domestiques ou d’engager des chrétiens pour quelque service que ce soit et, de façon générale, d’entretenir des relations ou un commerce quelconque avec des chrétiens. Aucun de ceux-ci n’est autorisé à voyager dans une voiture en compagnie d’un juif ou à lui prêter sa propre voiture ; les juifs ne peuvent, sous peine de châtiment corporel, circuler dans Rome à cheval, en carrosse ou en calèche. L’usage de ce dernier véhicule ne leur est permis que pour leurs voyages. Les deux sexes portent ici, comme dans beaucoup d’autres localités italiennes, une marque de couleur jaune, qui les distingue des autres habitants. Leurs enterrements se font dans le plus grand silence, et nulle pierre ne doit marquer l’emplacement de leur tombeau. Ces cruelles ordonnances frappent tous les juifs, ceux qui habitent Rome et les étrangers quand ils y séjournent. Malgré ces persécutions et les impôts écrasants qui pèsent sur eux, huit à dix mille juifs vivent dans la ville — c’est le plus misérable peuple de la terre ! — parmi eux, un petit nombre de riches savent échapper à ces dures lois, moyennant finances, et en particulier au confinement dans le ghetto. Au siècle où la tolérance est si généralement répandue, le despotisme pontifical ne se contente pas de tourmenter ces malheureux de façon si atroce : avec la cruauté la plus raffinée, on leur rappelle encore, au cours d’une cérémonie qui a lieu chaque année, ces époques de ténèbres où l’on ne faisait aucune différence entre les juifs et les animaux. A la fin du XVe siècle en effet, quand on rétablit les courses de chevaux, on les fit précéder par des courses de juifs ; elles avaient lieu pendant le carnaval, en présence du pape, tandis que le peuple donnait libre cours à sa cruauté. On a depuis exempté les juifs de cette servitude, mais pour commémorer cette marque d’humanité, chaque année encore, au début du carnaval, une députation doit se présenter au Capitole pour y remettre aux magistrats romains, à genoux, une somme de trois cents écus, rançon de leur course qui constituait un spectacle dont le peuple s’est vu privé16. Si horrible que soit au demeurant l’oppression politique sous laquelle languissent les juifs de Rome, elle est loin d’atteindre la cruelle tyrannie exercée sur leurs consciences par la Sainte Mère l’Eglise qui veille tendrement au salut de leurs âmes. Un nombre déterminé de juifs doit, sous peine d’amende, se rassembler, le samedi après-midi — c’est-à-dire le jour de leur sabbat ! — dans une église catholique, pour y entendre un sermon de conversion. Un messager de paix — un Dominicain à voix tonnante — monte en chaire et leur représente, avec les imprécations les plus terribles, combien leur religion est digne d’anathème, la nécessité où ils se trouvent de se réfugier dans le sein de l’Eglise pour échapper aux peines éternelles de l’enfer. Après cette admonestation paternelle, il continue sur le même ton en maudissant leur opiniâtreté et la façon dont ils résistent à ces exhortations qu’ils entendent chaque semaine. Les fréquentes tentatives auxquelles ont recouru ces infortunés pour se dérober aux sermons des convertisseurs sont toutes demeurées vaines. Ils se bouchaient les oreilles : on examine maintenant les oreilles des assistants. Ils dormaient, ronflaient même : on a mis des surveillants qui éveillent dormeurs et ronfleurs en les frappant rudement. Mais il leur restait encore un moyen qu’on n’a pu leur enlever : maintenant ils toussent et bâillent si fort que la voix tonnante du Dominicain elle-même est souvent couverte par ce tapage. Puis ils quittent l’église avec des éclats de rire farouches, maudissant en secret leurs tyrans17.

Notes

1 Les cérémonies religieuses de Rome attirent depuis longtemps de nombreux voyageurs : des fidèles sans doute, mais aussi des curieux, désireux de voir des spectacles dont la splendeur est sans égale. Pour ces derniers, elles représentent, avec le carnaval de Venise, les principales curiosités de l’Italie. S’ils doivent faire dans la péninsule un séjour de courte durée, les étrangers établissent généralement leur itinéraire pour se trouver à Venise à l’époque du carnaval ou de l’Ascension — jour où ont lieu les épousailles de la mer — et à Rome soit à l’époque de la semaine sainte, soit à la Fête-Dieu, et à la Saint-Pierre.
L’allusion à ces cérémonies religieuses, introduite par Meyer au chapitre précédent, montrait le rôle que leur attribuent des politiciens rusés, soucieux d’éblouir le peuple pour l’empêcher de réfléchir aux abus du système. Ici, ce qui domine d’abord, c’est l’admiration que suscite chez l’amateur et l’homme sensible un spectacle exceptionnel : le « groupe » du saint Père n’est-il pas comparable aux chefs-d'oeuvre de la peinture et de la statuaire, le spectateur prévenu ne se laisse-t-il pas gagner finalement par l’émotion collective ? La satire n’est jamais absente cependant, elle finit même par l’emporter et se fait virulente dans les développements inspirés par Benoît-Joseph Labre ou les juifs de Rome.

2 L’ironie apparaît sous divers aspects au cours de ce chapitre. Elle est d’abord presque insensible : l’auteur semble mettre l’accent sur certaines qualités de Pie VI, mais ces qualités pourraient appartenir aussi à un habile comédien ! — C’est ainsi que Heinse considère le pape comme « ein wackrer Komödiant » (Lettres, op. cit., p. 147). — Le trait sera plus accusé à la page 115 quand nous verrons le pontife accomplir sans sourciller les gestes rituels coutumiers au peuple romain, Ici, la nuance ridicule est due surtout à l’anecdote citée en note.

3 L’ironie se fait plus mordante grâce à un effet de style recherché : l’auteur donne le sens propre à des expressions employées d’ordinaire au sens figuré.

4 Le possessif employé par Meyer dans l’expression ihrer Fins (que nous traduisons par : leur pape), caractérise le sentiment des Romains à l’égard des pontifes, sentiment qui survivra à la disparition du pouvoir temporel.

5 D’autres voyageurs — Taine par exemple — souligneront chez les Romains ce trait de caractère auquel Meyer fait allusion ici : leur goût du spectacle, la prépondérance de l’imagination sur la réflexion.

6 Les intentions satiriques n’empêchent pas l’observation psychologique de s’exercer, aussi bien sur la foule que sur le spectateur lui-même. Plusieurs compatriotes de Meyer avouent l’émotion inattendue que leur inspirent les cérémonies de la place Saint-Pierre.

7 Nous avons préféré l’expression « sedia gestatoria » à la traduction littérale. Dupaty parle d’« estrade, portée par une douzaine d’hommes robustes » (Op. cit., p. 342) ; Lalande, qui n’emploie cette expression que dans des parenthèses, écrit : « espèce de trône », ou encore : « fauteuil élevé, ou chaise à brancards » (Op. cit., T. VI, pp. 60 et 68).

8 Cette procession, « un des spectacles les plus magnifiques que l’on puisse voir en Italie » (Lalande, op. cit., T. VI, p. 69), et l’émotion qu’elle inspire au voyageur ne lui font pas oublier son rôle de moraliste : le spectacle, si beau soit-il, n’est pas l’essentiel.

9 Le feu d’artifice et surtout l’illumination de la coupole sont des spectacles fort vantés ; la plupart des voyageurs apprécient de pouvoir admirer mieux que jamais, en ces soirs de fête, la beauté de l’architecture.

10 Comme chaque année, le roi de Naples fait remettre au pape par le prince Colonna, son ambassadeur, le tribut de la Ghinea, ou haquenée blanche, et des 7000 écus d’or : il reconnaît ainsi la suzeraineté du Saint-siège.
Cf. Lalande, « La cérémonie de la haquenée (chinea) qui se fait la veille de Saint-Pierre, c’est-à-dire le 28 juin, est encore un des plus beaux spectacles de la pompe romaine ; c’est l’hommage que le roi de Naples rend chaque année au pape, par son ambassadeur, en lui faisant présenter une mule blanche » (Op. cit., T. VI, p.. 70).
La cour de Naples devait finalement obtenir en 1788 la suppression de ce tribut, qu’elle considérait comme le symbole d’une vassalité humiliante.

11 Dans une lettre datée du 30 juin 1782, Heinse évoque la splendeur d’une telle réception : la fontaine de vin qui jaillit devant le palais Colonna, les salles magnifiques, ornées des plus grands chefs-d’oeuvre de la peinture, ouvertes au public pendant deux jours (Briefe, op. cit., p. 195).

12 L’admiration qu’inspirent au voyageur les brillantes cérémonies religieuses cède bientôt le pas à la satire. Quand nous pénétrons à l’intérieur de Saint-Pierre, ce n’est pas pour admirer la basilique richement ornée en ces jours de fête, ni pour entendre la musique dont Heinse vante l’exceptionnelle beauté : l’auteur nous présente un exemple de « superstition » typiquement romain, avant de consacrer au mendiant Labre un long développement qui lui permettra de compléter le portrait du peuple ébauché au chapitre précédent.

13 Le cardinal de Bernis (1715-1794) était ambassadeur de France à Rome depuis 1769.

14 B. J. Labre (1748-1783), ascète qui fut par la suite canonisé. Sa négligence à l’égard des soins corporels est devenue légendaire. Il inspire à Meyer un tableau d’horreur aussi vigoureux que celui des mendiants vénitiens. Comme la visite à Lorette, cet exemple illustre la victoire de la superstition sur la « saine raison ». Il est d’autant plus probant, selon l’auteur, qu’il est loin d’être isolé.
La citation empruntée à la lettre d’un prélat catholique donne une incontestable garantie d’authenticité à ces critiques d’un protestant. Aux accusations formulées par celui-ci — despotisme, obscurantisme — elle ajoute celle d’immobilisme ; on ne peut donc rien imaginer de plus opposé aux Lumières que l’attitude du gouvernement pontifical... On voit combien Meyer dépasse les railleries adressées au culte des reliques par tant de ses coreligionnaires. Certes, il n’omet pas de mentionner le commerce très particulier auquel donne lieu la vénération inspirée par B. J. Labre, mais il va plus loin et se situe dans cette tradition critique, remontant à la fin du XVIIIe siècle, auquel P. Laubriet a consacré un important article (Les guides de voyage du début du XVIIIe siècle et la propagande philosophique, in Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Vol. XXXII, Genève, 1965). Il est rare cependant de trouver dans la littérature de voyage des traits aussi incisifs.

15 Cf. Lalande : « ...on ne peut rien voir de plus misérable et de plus sale que la juiverie... » (Op. cit., T. v, p. 289).

16 Ici encore, Lalande apporte quelques précisions : « Le carnaval de Rome se distingue par des courses de chevaux qui se font pendant huit jours dans la rue du Cours, excepté le vendredi (...). Le prix est toujours une pièce d’étoffe fournie par les juifs de Rome » (Op. cit., T. V, pp. 174 à 176).
Le Journal de Montaigne signalait, sans commentaire, cet usage que Meyer condamne au nom de la dignité humaine : « Le long du Cours, qui est une longue rue de Rome (...), on fait courir à l’envi, tantôt quatre ou cinq enfants, tantôt des juifs, tantôt des vieillards tout nus, d’un bout de rue à l’autre. Vous n’y avez nul plaisir que de les voir passer devant l’endroit où vous êtes. Autant en font-ils des chevaux... » (Op. cit., p. 133).

17 Nouveau tableau typiquement romain : le sermon de conversion. L’ironie de Meyer se fait plus cinglante que jamais. Aucun voyageur n’a exprimé son indignation avec tant de vigueur. Le passage inspiré par le malheureux sort des juifs se termine cependant sur une note de triomphe : les opprimés remportent malgré tout une certaine victoire sur leurs oppresseurs.

Notes de fin

* Je rappellerai ici une anecdote déjà connue : O quanto è bello ! s’écriait du haut de son balcon une dame romaine en voyant Pie VI au cours d’une procession. Une autre, dont l’enthousiasme se mêlait à une plus grande piété, répondit : « Tanto è bello, quanto è santo ! » (Il est aussi beau qu’il est saint).

Table des illustrations

Légende Fig. 11. Francesco Barbazza, Une des « machines » élevées devant le palais Colonna à l’occasion des fêtes pour la présentation de la « Ghinea » en 1782. Rome, Biblioteca Casanatense (Cl. M. Vivarelli). Meyer eut l’occasion d’assister aux fêtes de l’année suivante. Cf. p. 114.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter