Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Chapitre 9. Rome1

Texte intégral

  • 1 La critique des moeurs tient une place importante dans la littérature de voyage, particulièrement (...)
  • 2 C’est aux polémiques dont il a été question dans la note précédente que Meyer fait allusion ici, s (...)
  • 3 Les reproches faits aux Italiens sont nombreux : sensualité, jalousie démesurée et propension à la (...)
  • * Sur quelques contrées de l’Europe, ou lettres du chevalier de * * * (vraisemblablement Boufflers) à (...)
  • 4 Les épigrammes contenues dans les Lettres du chevalier de*** ont sans doute moins de portée que le (...)
  • 5 Plus d’un voyageur s’efforce, comme Meyer, d’établir des distinctions entre les différentes classe (...)
  • 6 Le terme Polizei (police) est tantôt pris dans le sens d’« organisation politique », tantôt dans l (...)
  • 7 Loin d’inspirer des remarques destinées à faire briller l’esprit de l’auteur, mais superficielles, (...)

1C’est une mode abusive, trop répandue aujourd’hui parmi les voyageurs, que de formuler des arrêts sévères et sans appel concernant des nations entières, sans penser combien il est hasardeux de juger de façon définitive le peuple d’un pays étranger où l’on n’a séjourné que quelques mois et où l’on est trop rarement venu sans être influencé par des préjugés ; on croit qu’il suffit d’avoir rassemblé quelques expériences personnelles ou même seulement quelques anecdotes, entendus ici ou là, relatives aux traits qui caractérisent certains individus ou certaines classes, pour avoir la compétence nécessaire et pouvoir se prononcer sur le caractère national2. Que ne faut-il pas considérer cependant, quand on veut porter un tel jugement en toute équité ! Or rien n’est plus ordinaire que de voir des voyageurs décider du caractère des diverses nations, en exagérant leurs qualités ou leurs défauts. Chez les Italiens, c’est habituellement sur les défauts que l’on met l’accent3. On les présente comme le peuple de la terre le plus exécrable. « Ce sont, — a dit récemment un voyageur français* qui donne à toutes ses observations un tour épigrammatique et par là s’est acquis l’approbation unanime de ses compatriotes — ce sont les diables de Dante dans le paradis de Milton ! »4 Ces juges des nations prononcent leurs arrêts en considérant d’ordinaire la lie du peuple, la dernière classe de la populace, et appliquent ensuite leurs jugements à l’ensemble de la population, sans même reconnaître, ni établir le plus souvent, les limites qui séparent cette populace de la classe supérieure plus éclairée, ni adoucir leurs sentences en faveur de cette dernière5. La différence me semble pourtant considérable entre la classe inférieure et le reste de la population, beaucoup plus nette que dans tout autre pays, et surtout en Italie du Sud ; elle ne correspond pas comme on l’admet ailleurs à une plus ou moins grande diffusion des Lumières. Il n’existe aucune espèce d'éducation populaire, la jeunesse n’a aucune formation morale, le travail et l’activité qui en résulterait font totalement défaut, le peuple manifeste le penchant le plus invétéré à l’oisiveté, la police et la religion favorisent les vices6 : telles sont les causes de cette barbarie, de cette corruption générale des moeurs qui caractérisent la populace romaine. On connaît son instinct sanguinaire, une des manifestations les plus terribles et les plus détestables de sa sauvagerie que favorisent la mauvaise organisation de la police et la protection accordée à tous par l’Eglise : dans son sein maternel, celle-ci reçoit l’assassin le plus infâme et l’y laisse railler l’impuissance de la loi. Pie VI avait conçu la pensée de réformer, à cet égard du moins, cette immoralité et cette licence de ses Romains, et il fut énergiquement secondé dans cette tentative par le gouverneur de la ville. Une sévère punition du crime, la suppression des nombreux lieux d’asile, l’obéissance de tous à la loi signalèrent cette heureuse période ; mais la brusque apparition des Lumières dans le domaine politique ne dura pas plus de quelques jours à Rome. Braschi n’avait pas l’esprit fécond et entreprenant de Montalto, Pie VI n’avait pas l’énergie et la persévérance de Sixte Quint. Pendant ce laps de temps si court, il suffisait de tirer son couteau, geste quotidien et machinal chez l’homme du peuple, pour être condamné à l’estrapade, sans égard à la personne. Des assassins pris sur le fait furent pendus après un rapide procès. Cette réforme de la police porta bientôt ses fruits : le nombre des assassinats fut en diminution, et le peuple aurait bientôt perdu la meurtrière habitude de sortir le couteau à tout propos. Cependant, comme le châtiment frappa un jour le serviteur d’un cardinal ou un employé de sa maison, tout le Sacré Collège se mit à crier à la rigueur et à la violence. Pie VI se laissa fléchir et limita de nouveau l’autorité du gouverneur7.

  • 8 Le droit d’asile apparaît aux voyageurs comme le plus scandaleux des abus, la cause principale des (...)
  • 9 L’intérêt des anecdotes présentées ici, à la différence de tant d’autres qui se retrouvent dans de (...)

2Le droit d’asile dont bénéficient les églises, les couvents et les ambassadeurs étrangers, la facilité avec laquelle les prêtres donnent l’absolution favorisent, outre la mauvaise organisation de la police, les innombrables assassinats. Partout le meurtrier peut trouver des refuges et des gens prêts à l’aider. C’est moins à la victime qu’à l'auteur d’une blessure ou d’un coup mortel que les témoins accordent leur pitié et leur secours8. Un soir, lors d’un feu d’artifice auquel j’assistais, un jeune garçon fut poignardé par un abbé avec lequel il s’était pris de querelle. On se rassembla autour du criminel et quand je voulus connaître la cause du tumulte, on me donna de divers côtés, d’une seule voix, cette réponse apitoyée : « poverino ! ha ammazzato un uomo ! » (le pauvre ! il a tué un homme !) Le meurtrier disparut, on étendit le mort dans la rue auprès d’une borne et l'on plaça une lanterne à ses côtés pour que, si des membres de sa famille venaient à passer, ils pussent le reconnaître et l’emporter. On riait, on raillait « le toupet du giovinetto, qui n’avait eu que ce qu’il méritait ». Un des principaux lieux d’asile pour les criminels est le grand et bel escalier qui mène à l’église de la Trinité des Monts. Pendant la journée, leurs parents et leurs amis leur y portent des vivres, ils ont des repaires où se réfugier la nuit. Au bout de quelques jours, l’affaire est oubliée, les meurtriers recommencent à circuler librement. Tout le monde les connaît et sait le nombre de leurs crimes. On me montra par exemple un gaillard de belle taille, qui posait comme modèle à l’Académie de France et qui, disait-on tout haut, avait déjà tué six hommes. On parle d’un meurtre de cette espèce comme d’une nouvelle insignifiante. « Au moment où je partais de chez vous hier soir, me dit un jour mon valet de louage, deux hommes ont été poignardes sur la place d’Espagne, à deux pas d’ici. — Je n’ai pas entendu de bruit, répondis-je. — Oh ! mais c’est qu’il n’y pas eu de bruit, on ne fait pas attention à cela. — Et quelle était la cause de ce meurtre ? poursuivis-je. — Une bagatelle, une querelle de jeu ! — Et les criminels ? — Vous les voyez là sur l'escalier » (de la Trinité des Monts). Les fêtes populaires sont le signal des assassinats ; la police le sait et ne tente rien pour les prévenir. Il se forme des clans nombreux qui se provoquent en des combats sanglants ; le police en est avertie et ne cherche pas à les empêcher. Comme un de mes amis visitait l’hôpital de la Consolazione, où sont transportés les blessés, il trouva les garçons fort occupés à faire évacuer l’une des salles. Il demanda quelle était la cause de cet empressement et reçut cette réponse : le soir même devaient avoir lieu de sanglantes escarmouches entre les sbires et un parti de gens du peuple ; il fallait donc préparer de la place pour les blessés ! Quand je visitai cet hôpital après les fêtes populaires et religieuses, il s’y trouvait cent quatre-vingts blessés qui avaient reçu des coups de couteau et qui, pour la plupart, étaient déjà à l’agonie9.

Fig. 10. Francesco Piranesi, d’après Jean-Louis Desprez, Pie VI adorant le Saint-Sacrement dans le chapelle Pauline au Vatican. Rome, Istituto naz. per la grafica, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Sur le faste des cérémonies pontificales à l’époque du voyage de Meyer cf. p. 108 sq.

3Il ne faut pas s’étonner si tant de causes réunies ont donné à ce peuple un caractère féroce ; ses dispositions naturelles, l’effet du climat le portaient déjà à se livrer sans mesure à ses passions déchaînées, or rien ne vient mettre un frein à celles-ci dès leur première explosion. Au cours des jeux auxquels la populace désoeuvrée se livre dans les rues et sur les places, non seulement les joueurs, mais aussi les assistants prennent parti avec passion pour l’un ou l’autre camp ; ces jeux suscitent ordinairement des querelles et des rixes qui, dans bien des cas, se terminent sur le champ à coups de couteau, lorsque les adversaires n’ont pas assez de modération pour remettre leur vengeance à une occasion plus favorable. Les jours de fête, les réjouissances populaires dégénèrent en furieuses bacchanales et s’achèvent souvent par des massacres. Le soir de la Saint-Pierre, en de telles circonstances, six hommes furent tués et huit dangereusement blessés dans une seule maison.

  • 10 Plus que les dispositions naturelles ou l’influence du climat, c’est le gouvernement pontifical qu (...)

4Détournons le regard de ces scènes d’horreur et d’autres qui leur ressemblent ! devant elles, l’humanité recule en tremblant. De telles expériences viennent mêler trop d’amertume au plaisir, si enviable à tant d’autres égards, de séjourner en Italie. Les lois ne pourront rien contre ce penchant trop enraciné dans le caractère du peuple et qui le pousse à apaiser par le meurtre ses violents accès de colère, à étancher dans le sang sa soif de vengeance ; rien ne changera tant que le grand exemple du philosophe qui gouvernait naguère la Toscane n’aura pas incité les souverains de l’Italie à l’imiter en donnant une éducation au peuple : ce qui pourrait du moins rendre meilleures les prochaines générations. Pour introduire ses lois sages et douces, Léopold commença par développer l’éducation de son peuple ; celui-ci, à la vérité, était d’un caractère plus paisible que les Romains. En Toscane, l'Instituteur du Peuple précéda le Législateur. Celui-ci contruisit donc son grand système sur un fondement solide puisqu’en premier lieu il avait rendu meilleur le caractère de la nation, extirpé tous les préjugés, tous les abus de l’Eglise qui favorisaient les penchants les plus bas. Et Léopold put voir les fruits de sa haute vertu politique chez la génération même qu’il gouvernait10.

  • 11 Après son bref passage à Vicence, le voyageur ne consacrait à la populace de cette ville que quelq (...)
  • 12 L’ironie de Meyer vise également les étrangers qui, pour mettre en valeur leur courage, exagèrent (...)
  • 13 Les histoires de bandits italiens alimentent sans doute de nombreuses conversations ; certains gui (...)

5Les vices du gouvernement ont sans doute fait dégénérer au plus haut degré le caractère de la populace romaine, cependant l’observateur philosophe y décèle çà et là des tendances plus nobles ; elles semblent prouver que tout n’est pas perdu et qu’on pourrait en attendre les résultats les plus heureux si on entreprenait de les développer. Le sentiment de l’honneur, le désintéressement et la générosité n’ont pas disparu chez certains sujets11. J’en ai fait une expérience frappante et, sans vouloir fonder arbitrairement sur elle seule un jugement favorable à la nation tout entière, je suis du moins fort enclin à en tirer une conclusion qui puisse s’appliquer à une grande partie d’entre elle ; j’ai la conviction que, si un sage gouvernement entreprenait de former ces éléments les meilleurs, les conséquences les plus heureuses en résulteraient pour les autres. De tels aperçus sur le caractère profond de quelques individus sont comme un rayon de lumière venant illuminer soudain pour quelques instants une sombre voûte en ruines : il y révèle des trésors inconnus ; on regrette que leurs propriétaires les ignorent et ne puissent les utiliser. Mon aventure fut la suivante. A mon départ de Rome, et à quelques milles avant le relais de poste de Montefiascone, ma voiture se brisa sur la route pontificale qui est fort mal entretenue, il fallut la faire traîner pendant une lieue d’Allemagne pour la ramener à la ville. Ce fut une ennuyeuse expédition ; je laissai mon compagnon de voyage retourner en arrière avec mon domestique et je continuai mon chemin seul, à pied. La journée était très chaude ; quand j’eus fait la moitié du trajet, je pris quelque repos dans un bosquet, près de la grand-route où ne passait personne. Soudain, voici qu’apparut un cavalier ! Il tenait par la bride un second cheval sellé, un grand manteau brun l’enveloppait ; quand il passa près de moi, il me découvrit dans le petit bois et me demanda si j’étais le voyageur dont la voiture s’était brisée, puis il me proposa de me donner son cheval de main pour me faciliter la rude montée de la colline, au sommet de laquelle on voyait la ville dans le lointain. J’ignorais les dangers du voyage dont parlent les étrangers, mais qu’ils exagèrent trop souvent pour faire valoir leur courage ou régaler les curieux d’une aventure périlleuse12 ; j’acceptai donc sans arrière-pensée l’offre de l’inconnu, je me mis en selle et nous partîmes. Cependant le cavalier, avec son manteau brun et son chapeau rabattu, me paraissait moins aimable que sa proposition ; il se tenait derrière moi tandis que nos montures allaient d’un pas inégal, ne disait mot ou répondait à mes questions avec une extrême brièveté ; rien ne paraissait devoir l’engager à faire prendre à son cheval un pas mieux réglé — si bien que peu à peu il me devint vraiment suspect. Pour m’éclairer, j’eus recours à une question décisive : « Qui êtes-vous, mon ami ? » demandai-je en me tournant vers lui. Au même instant, le vent avait rejeté en arrière son manteau jusque-là bien fermé, je vis des pistolets, une carabine et un sabre qu’il portait à la ceinture. A l’aspect de ces armes qu’il avait tenues cachées, je crus me trouver en présence du Bravo en chair et en os, et toutes les histoires de bandits italiens dont j’avais douté jusque-là se présentèrent en foule à mon imagination effrayée13. « Una guardia » (je suis un garde), me cria-t-il, réponse qui me rassura fort peu. Sous l’effet de cette frayeur soudaine, je perdis contenance et pus seulement lui enjoindre d’une voix mal assurée de ne plus se tenir derrière moi, mais à mon côté. Il m’avait deviné. « Si vous l’exigez, me dit-il d’une voix rude, je passerai devant vous » ; ce qu’il fit sans attendre ma réponse, jusqu’au moment où nous arrivâmes à Montefiascone peu de temps après. Là, descendant de cheval, je lui tendis un important pourboire pour le récompenser de m’avoir rendu service et le dédommager tacitement de mes injustes soupçons. Il le refusa d’un geste de la main, éperonna son cheval et fut bientôt hors de ma vue. Cette noble fierté, ce désintéressement chez un homme de la dernière classe du peuple (c’était un garde-forestier de la région, comme je l’appris par la suite) ferait honte à la conduite ordinaire de ses pareils dans d’autres nations qui se prétendent plus policées. Mes amis de Rome, dont les témoignages ne peuvent être mis en doute, m’ont confirmé qu’il existait de semblables traits de délicatesse dans le caractère de ce peuple si généralement décrié. On se garde pourtant d’utiliser et de cultiver ses heureuses dispositions, car c’est sur cette insuffisante éducation du peuple que s’appuie le despotisme des prêtres et des princes. La cour pontificale voit diminuer son prestige, maintenant que ses ressources s’amoindrissent et que l’esprit de notre siècle se révolte contre les despotes : sa politique semble donc avoir un double motif de laisser le peuple dans sa barbarie, afin de pouvoir l’opprimer d’autant plus impunément. On empêche aussi la multitude d’observer la conduite du gouvernement en l'occupant de ses plaisirs et des spectacles religieux dont Rome est le théâtre le plus vaste et le plus brillant.

  • 14 Les caractères soulignés par Meyer se retrouvent dans d’autres relations de voyage, qui accentuent (...)
  • 15 Le voyageur nous est apparu successivement comme un amateur, un homme sensible à la beauté des rui (...)

6Cette nation énervée et dépourvue de courage14 souffre presque sans murmure l’oppression inouïe qui s’exerce jusque sur ses besoins de chaque jour. Nul n'ignore la calamite qui, depuis un siècle et demi déjà, pèse sur les Etats du pape et en dévore la substance : c’est ce honteux monopole de l’huile et des grains, équivalant à un droit d’usure exercé par la chambre pontificale. Il constitue l’une des principales causes de la décadence où est tombé ce pays. Le trésor pontifical, toujours a court d'argent maintenant que tant de sources de richesses se sont à peu près taries, se soutient encore par ce monopole, ou du moins croit y trouver des secours considérables. Mais son calcul est faux. Pour prevenir la famine, même dans les années les plus fertiles à vrai dire, on n’en connaît plus dans ce pays où l’agriculture est complètement ruinée — il faut faire venir des grains de l’étranger, moyennant des sommes considérables, et l’on perd ainsi l'avantage que l’on avait extorqué en achetant le grain à bon marché dans les Etats du pape. Les subalternes qui achètent et revendent les grains et l'huile sous le couvert de l’autorité gouvernementale exercent des abus et des fraudes inouïs : il faut voir là également l’une des causes déterminantes de cette immoralité répandue chez les Romains. Cette exécrable économie politique a ruiné l’agriculture, car le paysan, n'ayant aucun espoir d'être payé de ses sueurs, aucun appui susceptible de l’encourager, se contente de cultiver la quantité de grain strictement nécessaire a sa subsistance et celle qu’il est tenu de fournir moyennant un profit insignifiant, puisque le trésor lui en donne un prix très bas. Cette ruine de l’agriculture a naturellement entraîné le dépeuplement du pays15.

  • 16 Depuis bien longtemps déjà, Pasquin et Marforio retiennent l’intérêt des voyageurs. Misson avait p (...)
  • 17 Meyer, soucieux de nuancer ses jugements, ne va cependant pas jusqu’à établir des distinctions ent (...)

7On sait que le peuple soumis à une telle oppression n’a qu’un moyen, les pasquinades16, pour manifester son mécontentement à l’égard du gouvernement ; celui-ci n’y prête d’ailleurs pas grande attention. Pie VI lui-même, quand il traverse le Trastevere, a déjà pris l'habitude de voir les habitants de ce quartier, les plus hardis parmi les Romains17, se montrer à leurs portes en brandissant vers lui une pagnotta (le très petit pain ordinaire) et une bouteille d’huile, et à les entendre crier, lorsqu’il lève la main pour leur donner une de ces bénédictions dont il est prodigue : « Non, non, saint Père, ce n’est pas une bénédiction, c’est du pain et de l’huile qu’il nous faut ! » Il s’est accoutumé à trouver, au cours de ses promenades quotidiennes, les plus rudes avertissements, les inscriptions les plus railleuses. En 1783, le pape avait fait transporter à grands frais à Monte Cavallo un obélisque égyptien qui y fut par la suite érigé et où furent gravées des inscriptions célébrant lourdement les louanges de sa Sainteté ; on y trouva une affiche portant ces mots : « Signore ! di a questa pietra, che divenga pane ! » (Seigneur ! dites à cette pierre de se transformer en pain !). Aux murs de la sacristie nouvelle de Saint-Pierre, on vit un jour les lignes suivantes :

  • Les Marais Pontins.
  • Dans le bourg qui porte ce nom, le pape avait fait construire une église somptueuse, mais d’un trè (...)

Le Paludi, Subiaco, e la Sagristia,
sono tre coglionarla
Di Vossignora.

  • § Elle figure au cinquième volume des Lettres hyperboréennes 18, et mérite bien d’être considérée av (...)
  • 18 Différents ouvrages consultés, y compris celui de Barbier, ne nous ont pas permis d’obtenir de ren (...)

8Ces dernières années, le népotisme du pape a passé toute mesure, il est venu s’ajouter à toutes ses autres prodigalités. On sait quel rang occupent ses neveux, ces chevaliers d’industrie, et comment il les comble sans cesse de richesses et d’honneurs. A cet égard, peu de papes ont poussé la prodigalité aussi loin que le souverain actuel. La satire la plus mordante, si plate qu’en ait pu être la forme, s’est trouvée dans la correspondance de Pasquin et de Marforio§18. « Comme le bruit de la mort du pape s’était répandu, Marforio demanda : A-t-on déjà ouvert le corps du saint Père ? Que disent les médecins ? Pasquin répondit : ils ont trouvé ses neveux dans sa tête, dans son coeur les jésuites, dans son estomac l’ordonnance ecclésiastique de l’empereur Joseph II et dans ses pieds les Marais Pontins ».

  • ** On sait que le cas s’est produit l'an passé.

9Lors de mon voyage, les Romains disaient déjà entre eux que le palladium destiné à sauver l’Etat en cas de pressante nécessité, ces cinq millions d’écus déposés autrefois par Sixte Quint au château Saint-Ange, n’était pas demeuré intact, mais qu’une partie en avait été gaspillée dans des entreprises infructueuses inspirées par l’ambition et le désir de gloire ; on n’osait cependant pas en parler à voix haute. Il est mieux établi que toutes les forces de l’Etat ont été paralysées, toutes les ressources épuisées par l’administration la plus vicieuse. Le tribut qu’en d’autres temps Rome recevait régulièrement de l’étranger se fait toujours moins abondant. Jadis l’or y arrivait à flots mais les temps ne sont plus où, dès qu’une de ses sources se trouvait tarie, la baguette magique des papes savait en faire surgir ailleurs une nouvelle. A l’étranger, on ne fonde plus de couvents, on n’élève plus de nouveaux autels à tel ou tel saint, Rome perd donc sa part des trésors qui auraient été offerts en ces occasions. La pourpre cardinalice n’est plus payée qu’avec parcimonie, il arrive même que les pays ultramontains ne la recherchent plus. Les récentes canonisations sont devenues suspectes et il est bien rare de voir les dévotes tantes des rois de France réunir les lourdes sommes nécessaires à la béatification d’un mendiant dont on fait un saint**. Toi aussi, saint Benoît Joseph Labre, qui étais naguère le plus sale de tous les mendiants, tu perds à Rome même la foi qu’inspiraient tes miracles ! Une sainte maison ne survolera plus la met une seconde fois pour se transporter dans les environs de Rome ; 1 est extrêmement rare que les rois, comme ils le faisaient jadis, portent de somptueux présents à la Madone de Lorette. L’anathème pontifical lui-même, qui fut si redoutable, est classé parmi les contes de l’ancien temps ; les foudres de l’excommunication qui, lancées du Vatican, atteignaient immanquablement leur but, même le plus lointain, et suscitaient aussitôt l’obéissance ou anéantissaient les rebelles qui osaient les braver, ces foudres ne sont plus considérées par les ultramontains téméraires que comme d’insignifiants éclairs, capables tout au plus d’effrayer encore des enfants ou des faibles d’esprit.

  • 19 La fin du chapitre souligne le contraste entre la décadence profonde du Saint-Siège et les apparen (...)

10Dans des circonstances aussi défavorables et qui empirent sans cesse, la politique du pape le plus sage serait condamnée à l’échec. Pie VI sait pourtant, malgré un tel état de choses, tenir son rang avec noblesse et dignité et s’acquérir chez les Romains crédules les titres de libéral, de réformateur et de protecteur des arts. Il se concilie le respect et la vénération, il gagne même les mécontents lorsqu’il paraît en public au cours des imposantes cérémonies et des fêtes religieuses si brillantes, que rehausse encore la noble prestance de celui qui y joue le rôle principal, le chef suprême de l’Eglise19.

Notes

1 La critique des moeurs tient une place importante dans la littérature de voyage, particulièrement au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Jusque-là, elle se présentait surtout sous forme de remarques épisodiques, désormais, elle inspire de longs développements, des chapitres et même des ouvrages entiers. L’abbé Richard consacre au caractère et aux moeurs des Italiens tout un chapitre de son guide, Jagemann, la sixième lettre de ses Briefe über Italien ; les titres de certaines relations annoncent que l’observation des moeurs y joue un grand rôle ; ce sont par exemple celles-ci, plus ou moins célèbres :
Grosley, Nouveaux Mémoires ou observations sur l’Italie et les Italiens, 1764.
Sharp, Letters from Italy, describing the customs and manners of that country. In the years 1765 and 1766.
John Moore, A view of society and manners in Italy, 1783.
Un ouvrage anonyme, Bemerkungen über den Character und Sitten der Italiener nebst einer kurzen Beschreibung meiner Reise von Mahon bis Neapel, 1790.
Ce qui tend à changer aussi à cette époque, c’est l’attitude des voyageurs. Rarement leurs prédécesseurs avaient montré dans leurs relations la curiosité des êtres, la tolérance, le sens de la relativité qui rendent si original le Journal de Montaigne. Certains d’entre eux passaient la frontière avec un lot de préjugés que rien ne pouvait entamer : le Français restait pour eux galant et spirituel, l’Espagnol hautain, l’Italien jaloux, vindicatif, sournois... Les cavaliers, les jeunes gens bien nés, n’avaient pendant leur Grand Tour de relations qu’avec la « société », les savants et les collectionneurs, ils ne voyaient le peuple que de loin et souvent sans aménité — ce fut aussi le cas de Charles De Brosses. Leurs contacts avec les classes inférieures ne pouvaient guère leur fournir que des sujets de récrimination et renforcer leur mépris. Que de jugements défavorables aux Italiens en général, dont voituriers, douaniers, aubergistes et valets de place portent la responsabilité ! Parfois l’indignation prévaut, ou bien on recherche le trait d’esprit.
D’autres tendances s’accentuent pendant la seconde moitié du siècle. On s’efforce davantage d’oublier les idées reçues, d’observer les moeurs, dans la mesure où le permet la durée du séjour ; on tente de comprendre des usages qui avaient été jusque-là condamnés et raillés sans examen : on se demande, par exemple, si la paresse proverbiale des Napolitains, longtemps considérée comme un vice, ne serait pas une preuve de philosophie. Tout un courant de sympathie finit par se faire jour à l’égard des humbles ; on se persuade que ces êtres, naguère qualifiés de « sauvages » et de « diables », sont naturellement bons, malgré certaines apparences — l’idéologie de Rousseau n’est pas sans avoir influencé ces opinions, et, dans les relations de voyage, l’homme sensible tend à l’emporter sur l’homme d’esprit. On ne se contente pas d’observer des faits, on s’efforce en outre d’en rechercher les causes : les trois facteurs sur lesquels on met l’accent lorsqu’on étudie le caractère des Italiens sont la race, et surtout le climat et le gouvernement.
Les critiques n’ont pas disparu pour autant. Certains voyageurs, particulièrement grincheux, se distinguent même par leur esprit de dénigrement. Ce sont surtout, à peu près en même temps, deux Anglais, Smollett et Sharp, dont Sterne a raillé l’hypocondrie dans son Voyage sentimental, puis l’Allemand Archenholz qui, aveuglé par son admiration pour l’Angleterre, ne trouve guère en Italie que des sujets de mécontentement. Leurs critiques sont à l’origine de polémiques qui prennent vite un grand retentissement. La plus célèbre oppose Sharp à Baretti : aux Le tiers from Italy describing the customs and manners of that country, Baretti, un Italien vivant alors en Angleterre, répond par un livre où il prend la défense de ses compatriotes : An account of the manners and customs of Italy : with regard to that country (1768) — L’ouvrage est traduit en français en 1773, en allemand en 1781 — Sharp ne se tient pas pour battu et récidive en 1768 ; Baretti répond derechef... La querelle passionne l’opinion. Dans le cas d’Archenholz, dont le livre, England und Italien (1785), est bientôt traduit en plusieurs langues, c’est Jagemann qui entreprend de répondre dans un périodique (Deutsches Museum, mai 1786) : ayant vécu plusieurs années en Italie, il s’estime plus capable de porter un jugement qu’un voyageur grincheux, auquel Goethe reprochera de se tromper « aussi bien dans ses louanges que dans ses blâmes » (Op. cit., T. I, p. 291).

2 C’est aux polémiques dont il a été question dans la note précédente que Meyer fait allusion ici, sans avoir besoin de préciser ; comme tant d’autres, il souligne combien il est risqué de généraliser à la légère ses observations, ou d’attribuer trop d’importance aux anecdotes : souvent celles-ci, qui répondent au goût d’un certain public, sont en effet rapportées par les voyageurs sans aucun esprit critique.

3 Les reproches faits aux Italiens sont nombreux : sensualité, jalousie démesurée et propension à la vengeance, paresse, malpropreté, superstition... on recommande aussi aux étrangers de surveiller leurs poches. La plupart des voyageurs contemporains de Meyer s’efforcent de présenter des jugements plus nuancés.

4 Les épigrammes contenues dans les Lettres du chevalier de*** ont sans doute moins de portée que les accusations d’un Sharp ou d’un Archenholz, mais c’est à un certain type de voyageur que Meyer s’en prend ici : le Français léger, mondain, recherchant les traits d’esprit, un type pour lequel l’homme sensible ne peut avoir aucune sympathie et que Winckelmann avait déjà raillé.
Boufflers (1738-1815), auteur de poésies légères, devint membre de l’Académie en 1788. Son oeuvre apparaît comme le modèle de la littérature mondaine dans la seconde moitié du siècle.

5 Plus d’un voyageur s’efforce, comme Meyer, d’établir des distinctions entre les différentes classes. Adler, par exemple, estime que le proverbe souvent cité à propos de Naples, « un paradis habité par des diables », ne vaut que pour les classes inférieures ; il note même que leurs défauts sont communs à la populace de tous les ports (Op. cit., p. 231).

6 Le terme Polizei (police) est tantôt pris dans le sens d’« organisation politique », tantôt dans le sens plus fréquent d’« administration veillant à la sécurité publique ».

7 Loin d’inspirer des remarques destinées à faire briller l’esprit de l’auteur, mais superficielles, l’observation des moeurs aboutit à la critique du gouvernement, rendu responsable des défauts reprochés à la populace romaine. La violence des termes qui qualifient cette populace (Rohheit, Wildheit...) stigmatise en réalité certaines faiblesses, certains abus du pouvoir. Une louable tentative de Pie VI a tourné court, mais, si les réformes entreprises dans les Etats de l’Eglise ne peuvent aboutir, ne faut-il pas en accuser le pape aussi bien que son entourage ?

8 Le droit d’asile apparaît aux voyageurs comme le plus scandaleux des abus, la cause principale des nombreux crimes. Les étrangers s’étonnent de voir le peuple accorder sa pitié au meurtrier. Archenholz, une fois de plus, en profite pour montrer la supériorité de l’Angleterre : « On entend de tout côté cette exclamation : poveretto ! Ce n’est pas à l’assassiné, c’est à l’assassin qu’elle s’adresse ». En Angleterre, nul n’échapperait à la loi, comme c’est presque toujours le cas à Rome : « L’assassin ne trouve protection ni dans son rang, ni dans ses richesses » (Tableau de l’Italie, T. II, p. 146).

9 L’intérêt des anecdotes présentées ici, à la différence de tant d’autres qui se retrouvent dans de nombreuses relations et dont on finit par oublier l’origine, est de correspondre à l’expérience personnelle du voyageur. Ces petits tableaux de moeurs prestement esquissés constituent autant de preuves irréfutables, d’autant plus frappantes que l’auteur s’abstient de tout commentaire : voir, par exemple, la visite à l’hôpital de la Consolation.

10 Plus que les dispositions naturelles ou l’influence du climat, c’est le gouvernement pontifical qui, aux yeux de Meyer, porte la responsabilité de cet état de chose. Ce point de vue se retrouve chez d’autres voyageurs, cf. Archenholz, pour lequel la péninsule offre un champ d’expérience privilégié : « L’Italie est de tous les pays du monde celui qui prouve le plus évidemment combien la forme du gouvernement influe sur le caractère national. Elle n’a qu’un climat, qu’une religion, qu’une seule et même langue, dans une étendue de pays médiocre à la vérité ; mais quelle étonnante différence entre un Vénitien et un Romain, un Gênois et un Milanais... » (Op. cit., T. I, p. 1).
La réflexion de Meyer s’approfondit encore pour tenter de trouver un remède, et ici intervient la comparaison implicite entre le pontife faible, épris surtout de gloire, incapable de persévérance, et le despote éclairé, soucieux de propager les Lumières dans ses Etats (Léopold Ier, 1747-1792, grand-duc de Toscane, s’efforça, en particulier, d’améliorer le sort des paysans et de développer l’économie ; il imposa sa domination à l’Eglise toscane). Il faudrait à Rome, non pas une loi, une réforme épisodique et toujours menacée, mais une remise en question de tous les principes gouvernementaux, qui aboutirait, en particulier, à un vaste plan d’éducation : or, Meyer l’affirmera p. 104, le Saint-Siège adopte la solution inverse, il laisse le peuple dans l’ignorance et la barbarie pour pouvoir l’opprimer plus impunément.

11 Après son bref passage à Vicence, le voyageur ne consacrait à la populace de cette ville que quelques lignes défavorables. Il en va tout autrement à Rome où un plus long séjour lui permet d’adopter l’attitude de « l’observateur philosophe ». Meyer appartient trop à son époque, il est trop optimiste aussi pour s’en tenir à une condamnation sans appel. Des témoignages dignes de foi et son expérience personnelle l’incitent à conclure que tout espoir n’est pas perdu. Cela nous vaut une de ces petites scènes, si rares chez lui — on en trouverait une, beaucoup plus piquante, chez K. Ph. Moritz — qui sont dues aux hasards de la route et introduisent une note légèrement picaresque dans la relation de voyage, avec cette nuance toutefois que Meyer n’a pas affaire à un coquin, mais à un brave homme : le dénouement révèle les qualités profondes cachées sous une apparence rude et taciturne. Cette scène, contée avec habileté, doit son charme à la raillerie légère qui vise le voyageur lui-même et à l’effet de surprise final. La littérature de voyage nous donne d’autres exemples semblables : d’abord, à la même époque, un récit appartenant au journal des dessinateurs envoyés par l’abbé de Saint-Non en Italie du Sud ; rédigé par Vivant Denon, il est inséré dans l’ouvrage publié par Saint-Non, le Voyage pittoresque et description des royaumes de Naples et de Sicile (1781-1786). L’incident est conté avec la bonne grâce, la malice, la plume alerte qui font le charme de ce journal : les voyageurs, arrivés le soir à une vieille maison isolée sur la pointe d’un rocher et n’y trouvant que des gens ayant fort mauvaise mine, se croient tombés dans un repaire de bandits. Mais on se met bientôt en frais pour les recevoir, ils mangent avec délice un chou cabus, seul comestible qui puisse leur être offert, ils se couchent enfin de fort belle humeur. Le lendemain, ils apprennent que leurs hôtes forment l’équipage d’un petit bateau de pêcheurs échoué sur la côte (T. III, p. 123). Une anecdote semblable est rapportée dans la célèbre lettre de Paul-Louis Courier : « Un jour, je voyageais en Calabre... » (Lettre du 1er novembre 1807).

12 L’ironie de Meyer vise également les étrangers qui, pour mettre en valeur leur courage, exagèrent les dangers de la route (cf. aussi Adler, op. cit., p. 43). Il semble qu’à cette époque une certaine sécurité règne dans l’Italie des voyageurs, et que ceux-ci n’aient plus l’occasion de voir le spectacle qui avait tant impressionné l’abbé Coyer dans le nord de la péninsule : plusieurs têtes de brigands, exposées au bord du chemin !

13 Les histoires de bandits italiens alimentent sans doute de nombreuses conversations ; certains guides de l’époque, anglais et allemands, déconseillent au voyageur de partir sans armes et l’on sait que Goethe se munit de pistolets avant de passer les Alpes. Ces histoires ont déjà inspiré quelques anecdotes dans la littérature de voyage, ainsi Guyot de Merville consacre un long développement au comte de Brisavo, devenu chef de brigands (Voyage historique d’Italie, T. II, pp. 246-57). Lorsque Meyer voyage en Italie, le bandit est une des figures préférées du Sturm und Drang, en attendant de connaître une brillante fortune à l’époque romantique ; son succès est exploité par un petit ouvrage anonyme : Schilderungen der so seltsamen als entsetzlichen Ränke der Banditen in Italien, nach gemachten Erfahrungen der Unternehmungen derselben (...) beschrieben von einem reisenden Deutschen (1777).

14 Les caractères soulignés par Meyer se retrouvent dans d’autres relations de voyage, qui accentuent l’un ou l’autre aspect. Pour Archenholz, le peuple romain n’est qu’« un vil troupeau d’esclaves sans ambition et sans courage » ; selon Chateaubriand, « on peut découvrir parmi ce peuple, trop sévèrement jugé, un grand sens, un grand courage, de la patience, du génie, des traces profondes de ses anciennes moeurs, et quelques nobles usages qui sentent encore la royauté » (Op. cit., pp. 27-28).

15 Le voyageur nous est apparu successivement comme un amateur, un homme sensible à la beauté des ruines et du clair de lune, aux charmes de l’amitié, puis comme un observateur philosophe se refusant à prononcer sur un peuple étranger des jugements catégoriques. Ici, il exprime les opinions répandues à son époque en matière d’économie. On prône par-dessus tout le libre-échange, et la plupart des voyageurs critiquent le monopole de l’huile et des grains exercé par le gouvernement pontifical.

16 Depuis bien longtemps déjà, Pasquin et Marforio retiennent l’intérêt des voyageurs. Misson avait parlé des pasquinades, Lalande donne les précisions suivantes : « Pasquino, c’est le nom d’une petite place située à vingt toises seulement à l’orient de la place Navone (...) ; le nom de Pasquino, qui était probablement celui de quelque famille de Rome, fut donné à un ancien tronc de statue qui se voit au coin de cette place (...). Pasquin a été longtemps le lieu des plaisanteries, des bons mots, des placards et des affiches satyriques du peuple de Rome ; Marforio (figure placée dans un carrefour du côté du Capitole, et qui est actuellement dans le musée de ce palais) faisoit les demandes et Pasquin les réponses (...). On y fait quelquefois de ces plaisanteries qui sont grossières et obscènes ; mais il y en a qui sont fines et délicates. On a fait des recueils de tous les bons mots de Pasquin, qui ont produit en français le nom de Pasquinades » (Op. cit., T. V, pp. 39-40). Volkmann reprend les précisions données par Lalande, il ajoute que le peuple romain pouvait ainsi faire connaître au pape ses sujets de mécontentement, mais que cette mode se perd (Op. cit., T. II, p. 419) ; d’après le témoignage de Meyer, il semble que le pontificat de Pie VI ait suscité un certain nombre de pasquinades.
Guyot de Merville, dans la première moitié du siècle, avait montré le plus grand intérêt pour cette forme de critique ; de nombreuses pages de sa relation lui sont consacrées.

17 Meyer, soucieux de nuancer ses jugements, ne va cependant pas jusqu’à établir des distinctions entre les habitants des divers quartiers, dont Stendhal affirmera qu’ils présentent les traits de caractère les plus opposés. Son allusion aux Transtévérins nous rappelle qu’à cette époque déjà ces derniers suscitaient une certaine curiosité chez les voyageurs. Cf. Lalande : « Le peuple qui habite au-delà du Tibre a conservé un caractère de rusticité et de rudesse, qui en fait, pour ainsi dire, une nation à part, chez laquelle on retrouve aussi les moeurs romanesques des siècles passés » (Op. cit., T. VI, p. 150).

18 Différents ouvrages consultés, y compris celui de Barbier, ne nous ont pas permis d’obtenir de renseignements sur cette oeuvre.

19 La fin du chapitre souligne le contraste entre la décadence profonde du Saint-Siège et les apparences brillantes qui assurent tant de prestige à Pie VI parmi les Romains crédules : une fois de plus, chez Meyer, la satire est à double tranchant.

Notes de fin

* Sur quelques contrées de l’Europe, ou lettres du chevalier de * * * (vraisemblablement Boufflers) à Madame la Comtesse de * * *, Londres, 1788.

Les Marais Pontins.

Dans le bourg qui porte ce nom, le pape avait fait construire une église somptueuse, mais d’un très mauvais goût ; elle avait coûté fort cher.

§ Elle figure au cinquième volume des Lettres hyperboréennes 18, et mérite bien d’être considérée avec attention à Rome pour les allusions qu’elle renferme.

** On sait que le cas s’est produit l'an passé.

Table des illustrations

Légende Fig. 10. Francesco Piranesi, d’après Jean-Louis Desprez, Pie VI adorant le Saint-Sacrement dans le chapelle Pauline au Vatican. Rome, Istituto naz. per la grafica, Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Sur le faste des cérémonies pontificales à l’époque du voyage de Meyer cf. p. 108 sq.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3127/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 575k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter