Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Chapitre 8. Rome1

Texte intégral

  • 1 Au XVIIIe siècle, aucun voyageur ne peut se dispenser de consacrer un certain nombre de pages aux (...)
  • 2 Comme dans les estampes de l’époque, des scènes de la vie populaire se déroulent auprès des monume (...)

1C’est dans la région du Palatin et du Capitole, et sur l’antique Forum romain, situé au pied de ces deux collines, que se montrent le plus clairement les signes de l’effrayante vicissitude de toute chose ; c’est là que les vestiges de l’éclat et de la grandeur passés apparaissent en plus grand nombre pour souligner de façon frappante l’immense contraste entre ce que fut Rome et ce qu’elle est. La voie triomphale qui menait au Capitole et au temple de Jupiter, ce chemin de l’honneur et de la gloire que les généraux victorieux gravissaient autrefois dans la pompe de leur triomphe, accompagnés de leurs légions, est aujourd’hui le rendez-vous d’une populace malpropre et de mendiants couverts de haillons. Le grand escalier construit avec les débris de marbre provenant du temple de Quirinus conduit à la place où s’élevait le temple superbe consacré au maître des dieux, ce temple de Jupiter Capitolin renommé jadis pour l’éclat de sa décoration intérieure et la richesse de ses trésors sacrés ; on y voit aujourd’hui l’église franciscaine de l’Aracoeli ; les pécheurs repentants montent les marches en se traînant sur les genoux, afin d’expier leurs péchés par cette mortification qui leur a été imposée. Des meurtriers y restent assis sans que nul ne vienne les déranger, bravant ainsi le châtiment des lois humaines sous l’inviolable protection de l’Eglise2.

2Michel-Ange avait senti ce contraste entre le Capitole antique et la colline qui porte ce nom aujourd’hui encore ; en y consacrant son génie, il tenta de lui rendre un dernier reflet de son ancienne splendeur quand il entreprit les constructions et les décorations de la place elle-même ou l’aménagement de l’escalier. Il y a pleinement réussi. L’escalier principal, tout comme la décoration, empruntée aux monuments de l’ancienne Rome, que l’on voit au sommet de la colline — trophées, colonnes, les statues des Dioscures et de Constantin — ou encore le palais sénatorial et celui des Conservateurs, révèlent un goût plein de noblesse. Au pied de l’escalier se trouve la statue d’une Dea Roma qui a perdu la tête et les bras ; sur la colline, devant le palais des Sénateurs, une autre a la tête et les mains maladroitement restaurées. Au centre de la place se dresse la statue équestre du grand empereur Marc Aurèle. Il étend la main en signe de paix ; son port de tête révèle la sérénité d’une grande âme, et l’on peut lire dans son regard ce calme philosophique qui rendait si noble le caractère de ce prince et que nous retrouvons dans les portraits qui nous sont parvenus.

  • * Dans l'Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières, par une société de gens de lettres etc., (...)
  • 3 Deux grandes figures d’empereurs apparaissent dans ce chapitre, grâce aux monuments qui nous sont (...)

3Les Encyclopédistes français, ces maîtres du style qui se sont mis à la solde d’une Société de gens de lettres pour compiler une oeuvre aussi monstrueuse que l'Encyclopédie, auront beau présenter leurs critiques personnelles ou celles des oracles dont ils se font l’écho, ils auront beau relever de nombreuses fautes dans le dessin et l’attitude*, le cheval de Marc Aurèle donne l’illusion la plus parfaite du mouvement et de la marche, tout son corps est plein de vie et la tête exprime une noble ardeur3.

  • 4 Comme au musée du Vatican, Meyer ne retient qu’un petit nombre d’oeuvres d’art parmi beaucoup d’au (...)

4Au palais du Capitole, l’une des ailes conserve de précieux trésors de l’art et de l’antiquité qui furent mis au jour dans les ruines de l’ancienne Rome ; l’autre, une fort belle collection de peintures. Seule la joie de contempler toutes ces oeuvres d’art peut encore inciter le visiteur à se rendre en un lieu d’où les Romains, maîtres du monde, s’arrogeaient le droit de fixer aux nations leur destin. Quiconque aime l’histoire et la littérature anciennes et y cherche des leçons de philosophie trouve un intérêt tout particulier à la belle collection de bustes représentant des philosophes antiques et des empereurs romains. C’est dans un silence recueilli que l’on s’avance vers eux, comme si l’on allait rencontrer réellement les ombres de ces hommes célèbres par leur génie et leur puissance ; on cherche si leurs traits expressifs confirment le jugement que l’histoire a porté sur eux d’après leurs actions. L’homme que l’on aime et que l’on admire se trouve ici auprès du tyran le plus odieux. L’idée que l’on s’est faite de son apparence extérieure d’après ce que l’on sait de lui se voit tantôt vérifiée, tantôt contredite ou surpassée ; et l’on oublie même de se demander, lors de cette intéressante recherche, si le nom qui a été donné assez arbitrairement à telle ou telle de ces têtes est bien celui qu’elle devrait porter4.

5Près des palais du Capitole passe le chemin menant à la roche tarpéienne. Au temps de l’ancienne Rome, elle dominait un abîme effrayant où les criminels trouvaient inévitablement la mort quand on les y précipitait ; cet abîme est en partie occupé par des constructions et presque entièrement comblé ; celui qu’on y jetterait de nos jours risquerait tout au plus, peut-être, de s’y rompre bras et jambes.

6Sur la pente de la colline, la Voie sacrée était jadis empruntée par les généraux vainqueurs quand ils montaient au Capitole pour y offrir leur sacrifice ; elle est maintenant couverte d’une épaisse couche de sable. Il existe encore quelques restes des substructions antiques de cette colline : elles prévenaient autrefois les glissements du terrain sablonneux. De nos jours, le sable a recouvert les belles ruines du temple élevé par Auguste à Jupiter tonnant ; on n’en peut plus voir qu’une infime partie, remarquable par son entablement et la richesse de ses chapiteaux. De l’autre côté de la pente, entre de grands arbres au feuillage épais, se dressent les ruines du superbe portique qui précédait le temple de la Concorde : huit colonnes de marbre avec leur entablement. Ce fut le dictateur Camille qui édifia ce temple pour consacrer solennellement le souvenir de la paix rétablie après une sédition populaire. Sous son portique, les sénateurs se réunissaient pour délibérer des affaires les plus importantes et lorsque des occasions solennelles les appelaient au Forum romain. Cicéron y prononça ses réquisitoires contre Catilina, l’ennemi de la patrie.

Fig. 9. Domenico Pronti, Les jardins Farnèse sur le Palatin. Rome, Istituto naz. per la grafica. Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Cf. p. 94 sq.

  • 5 Depuis des siècles, les voyageurs notent la déception qu’ils ont éprouvée à la vue du Forum ; on p (...)

7Quand on a passé l’arc de triomphe de Septime Sévère, on arrive au Forum, le centre de la vie publique dans l’ancienne Rome, le théâtre des événements politiques les plus importants — il est devenu le marché au bétail de la Rome moderne, le rendez-vous des mendiants et de la populace désoeuvrée qui, pour tuer le temps, s’y livre à de bruyants jeux populaires. Quel horrible tableau de destruction que celui de ce Forum jadis si magnifique, couvert d’innombrables statues d’hommes célèbres, de palais, d’arcs de triomphe, de temples, d’édifices publics, de colonnades ! Tout n’est plus que ruines. Ce qui reste de tant de monuments est en partie tapissé de mousse et de lierre, enfoui sous d’épaisses broussailles, comme si le temps voulait encore cacher aux yeux des Romains actuels, indignes de leurs ancêtres, les dernières marques de la gloire passée. Les portiques des temples qui furent élevés à Romulus et Marc Aurèle quand ils eurent accédé au rang des dieux servent aujourd’hui à décorer la façade de quelques chapelles consacrées à des martyrs de la foi chrétienne. A l’emplacement des Rostres, là où retentissaient jadis les voix puissantes des généraux et des orateurs quand ils dirigeaient avec une irrésistible puissance les délibérations du peuple assemblé, on a édifié une église à la Vierge, et auprès d’elle se dressent encore les trois magnifiques colonnes d’un temple à Jupiter Stator. De l’autre côté du Forum se trouvent les ruines du temple de la Paix, et le chemin qui longe les restes du palais des Césars mène à l’arc de Titus, puis à l’arc de Constantin et à l’amphithéâtre de Vespasien. L’imagination sollicitée par ces nobles monuments de l’antiquité est à chaque instant troublée par le son des cloches, le mugissement du bétail destiné à la boucherie, les cris des marchands, le tumulte et les rixes de la populace occupée à ses jeux ; tout lui rappelle l’effrayante vicissitude qu’a connue le sort de Rome et dont cette place est le témoin le plus éloquent. Seules les premières heures du jour permettent de trouver ici la paix nécessaire pour méditer et voir revivre l’antiquité5.

  • 6 Au XVIe siècle, une grande partie de la colline du Palatin avait été occupée par les Orti Farnesia (...)
  • 7 Tout est majestueux sur cette terrasse qui a inspiré à Hubert Robert une de ses plus belles sangui (...)
  • 8 Les remarques terminant le développement consacré au Colisée n’ont rien d’original : depuis plusie (...)

8L’un des côtés du Forum est borné par la colline du Palatin, vaste espace occupé par les importantes ruines du palais des Césars — c’est l’actuel jardin Farnèse. Le goût du luxe était si démesuré chez les empereurs romains que ces demeures des tyrans furent douées d’une magnificence et d’une étendue sans égales. On y avait réuni dans une enceinte immense des palais, des temples, des bains, des cirques, des théâtres, des naumachies, des places, des jardins et des bois. Plusieurs vestiges des édifices antiques ont été utilisés avec bonheur pour embellir le jardin Farnèse, propriété du roi de Naples, qui est aujourd’hui en partie abandonné, en partie entretenu. Ce jardin a livré des antiques en grand nombre et il serait encore possible d’en découvrir si l’on y reprenait les fouilles ; mais la cour de Naples, qui se croit sans doute assez riche en trésors de ce genre, ne se donne nullement cette peine. De nouveaux aménagements ont permis un accès plus facile à diverses ruines romaines, cachées dans ce jardin et offrant les effets les plus pittoresques. Par un escalier pratiqué dans un édifice obscur, en forme de tour, on descend jusqu’à une voûte spacieuse dont les murs et la couverture à demi effondres sont tapissés d’une verdure vivace. On arrive ensuite à une petite rotonde revêtue de lierre et de vigne sauvage ; la lumière y vient du sommet et l’on distingue çà et là, à travers le feuillage, des niches abritant des statues antiques mutilées. De là, une allée ombragée conduit à une grotte aménagée entre des décombres ; des eaux y sont amenées par les soins de l’art, elles jaillissent de ses parois et vont se perdre plus bas entre les rochers. Comme les nouvelles constructions ont été négligées, elles ont le même aspect que les ruines antiques. Tout disparaît sous la mousse et les broussailles, tout est noirci par le temps ; on ne voit pas d’ornements modernes faire tache dans ce tableau grandiose. Dans les parties abandonnées du jardin, les nombreuses allées sont envahies par des buissons sauvages et parsemées de ruines. Plusieurs d’entre elles passent sur les voûtes de souterrains dont serpents et lézards ont fait leur repaire ; le guide qui vous conduit par un étroit sentier vous avertit souvent de ne pas vous en écarter d’un pas pour éviter le risque de tomber dans des cavités que seules parfois couvrent les broussailles. Depuis les endroits les plus élevés de ce jardin, on voit l’ensemble du Forum romain et de ses ruines, entre le Capitole et la masse colossale du Colisée, l’amphithéâtre de Vespasien6. Dans une autre partie du jardin, la plus belle sans doute, se trouve une terrasse en surplomb ; c’est là qu’on a réuni, sous les grands chênes majesteux qui l’ombragent, de très nombreux fragments de colonnes, des chapiteaux d’un travail exquis, des corniches et des frises du plus beau marbre blanc. Lieu magnifique, que l’on ne quitte jamais sans regret ! Le 16 juillet, jour qui m’est cher puisqu’il a vu naître une personne aimée, mes amis me donnèrent, pour célébrer cet anniversaire, une fête nocturne sur cette terrasse, parmi les marbres antiques dont elle est couverte. C'est là, éclairés par des flambeaux, que nous vidâmes nos coupes, tandis que se faisait entendre un concert de voix et d’instruments. Des chapiteaux avaient été placés côte à côte pour nous servir de sièges, la table de marbre était un important morceau d’entablement. Disposés à diverses hauteurs sur un bloc de marbre comme sur un autel, les flambeaux pétillaient et répandaient sur la scène une vive lumière. Les antiques murailles qui nous entouraient nous renvoyaient, dans le silence de la nuit, les sons adoucis des cors, venus des voûtes éloignées7. L’éclat des flambeaux produisait des effets pittoresques dont il est impossible de décrire la grandeur et la majesté, aussi bien dans ces grottes et ces allées que dans les corridors du Colisée où nous nous rendîmes en quittant le jardin Farnèse. Quand, dans ses galeries à demi ruinées, les grandes nappes de lumière perçaient les épaisses ténèbres, quand les vastes ouvertures, les fissures énormes se trouvaient brusquement éclairées, on croyait voir l'immense voûte tantôt s’élargir encore, tantôt se resserrer ; là, elle semblait chanceler sur ses piliers énormes ; ailleurs le danger paraissait plus grand encore, comme si elle était sur le point de s’écrouler. Tout, dans ces obscurs corridors semblables à des catacombes, était illusion pour l’oeil, terreur pour l’imagination. On recule involontairement pour échapper à l’effondrement du colosse, Il n’est pas à Rome de champ plus fécond pour les artistes que ce puissant amphithéâtre, que ses galeries voûtées, à demi effondrées, aux ruines envahies par les broussailles. A toutes les heures du jour, les diverses parties de cet ensemble grandiose offrent un aspect sublime ; mais c'est la nuit, sous les rayons de la lune ou éclairées par les flambeaux, qu’elles prennent une grandeur terrible et qui ne saurait être exprimée. Je ne connais pas en peinture de plus grands effets que quelques dessins au crayon bistre ou à la sépia, rehaussés de blanc, où l'artiste s'est plu à voir jouer ainsi la lumière dans les corridors du Colisée. On a bâti à Rome des palais entiers avec des fragments de ce colossal amphithéâtre ; il a subi les outrages du temps, les barbares venus du nord y ont exercé leurs ravages, et cependant il se dresse encore dans toute sa grandeur, dans toute sa force. Toutes ces catastrophes ont pu l’endommager, mais non l’anéantir. Ces blocs de rochers amoncelés dureront des siècles encore, bien que diverses parties s’écroulent ici et là chaque année. La perte reste bien faible, comparée à la grandeur de l’ensemble8.

9Par sa destination, la Colonne triomphale élevée à Trajan est plus noble que ce monstrueux édifice réservé aux combats d’animaux. Ce fut une idée assurément fort belle du Sénat romain que d’éterniser ainsi la mémoire d’un prince qui compta parmi les meilleurs et les plus grands, et d'honorer en même temps les compagnons de ses exploits. La place trajane était l’une des plus magnifiques de Rome. Entourée de palais, de temples, d’arcs de triomphe et de statues, la colonne se dressait au centre; les hauts faits de Trajan y sont représentés avec un art remarquable, en suivant une spirale qui monte jusqu’au chapiteau. Il ne reste plus aucune trace des édifices qui entouraient cette superbe place — seule la colonne a survécu aux destructions de Rome. Trajan est l’unique empereur ayant reçu les honneurs de la sépulture dans la ville même; ses cendres, déposées dans une urne d’or, furent enfouies sous le monument, bien digne de lui, que lui avait élevé sa patrie. Sur la colonne, haute de cent dix-huit pieds, on voyait la statue de l’empereur debout. Elle est aujourd’hui remplacée par celle de saint Pierre — et il n’est pas à Rome de monument où l’apôtre ait moins mérité de figurer9.

Notes

1 Au XVIIIe siècle, aucun voyageur ne peut se dispenser de consacrer un certain nombre de pages aux antiquités, à ces ruines, à ces oeuvres d’art qui prouvent la grandeur et la décadence de Rome. Il est difficile d’éviter les constatations banales qui s’imposent à tous ; seules l’habileté de la présentation ou certaines qualités littéraires permettent de fuir la médiocrité à laquelle tant de relations de voyage sont incapables d’échapper.
Meyer a réussi à rendre ce chapitre intéressant et original. Il ne cherche pas à décrire toutes les antiquités romaines, et ne présente que les principales : ensembles du Capitole, du Forum et du Palatin, monuments grandioses et suggestifs : Colisée et colonne Trajane. Le thème de la décadence de Rome revient comme un leit-motiv, thème inévitable sans doute, mais que l’auteur illustre par quelques tableaux saisissants et tracés d’une main ferme ; ainsi quand il nous montre ces lieux chargés d’histoire, où le voyageur voudrait se recueillir, envahis désormais par la populace. La méditation est rarement possible, sauf au musée du Capitole, devant ces bustes antiques auxquels Meyer trouve surtout un intérêt psychologique et moral. Les ruines elles-même peuvent être bien décevantes — c’est le cas au Forum — d’autant plus que le voyageur, comme nous l’avons vu à diverses reprises, n’apprécie guère cette continuité qui caractérise l’art italien, particulièrement à Rome, avec cette utilisation constante dans l’architecture religieuse d’éléments antiques, portiques, colonnes... De tels remplois lui semblent sacrilèges. Parfois, cependant, les vestiges de l’antiquité lui paraissent présentés de la façon la plus heureuse, la plus suggestive : c’est le cas du Capitole, grâce à l’intervention d’un grand artiste, Michel-Ange, et du jardin Farnèse, où la nature et l’homme ont contribué à créer les effets les plus pittoresques.
Il est aussi des heures privilégiées, où la populace agitée et bruyante a disparu, où les jeux de la lumière nocturne viennent rendre plus saisissants les monuments du passé. Nous retrouvons dans ce chapitre ce goût de la fête dont témoignait déjà la visite au Belvédère. Comme au Vatican, les amis sont réunis parmi les vestiges de l’art antique et célèbrent une date importante pour le voyageur, tandis que la lumière des flambeaux donne aux choses plus de grandeur et de majesté — et il ne faut pas oublier la présence lointaine de la musique, que Meyer a tant aimée : toutes les joies que peut lui offrir l’Italie sont donc réunies en cette soirée exceptionnelle. Puis, lorsque les amis se rendent au Colisée, cette lumière prend un pouvoir hallucinant, il semble que se déchaîne on ne sait quel cataclysme. Ce passage est particulièrement intéressant pour caractériser la sensibilité de l’auteur ; il n’est pas sans rappeler le goût pour les romans terrifiants qui se manifeste à la fin du siècle ; en outre, il a le mérite de présenter de façon originale un motif qui va très vite devenir rebattu, celui du Colisée au clair de lune.
Le lyrisme de Meyer atteint ici son sommet. Le dernier paragraphe se situe sur un autre plan. Le leit-motiv de la décadence romaine reparaît grâce à un symbole, celui des deux statues érigées successivement sur la colonne Trajane : elles représentent deux hommes bien différents, deux civilisations sans commune mesure. Le chapitre se termine ainsi par une nouvelle attaque contre la Rome pontificale.

2 Comme dans les estampes de l’époque, des scènes de la vie populaire se déroulent auprès des monuments et des ruines antiques, mais ce n’est pas leur pittoresque qui intéresse le voyageur : elles lui permettent de prouver la décadence de la Rome moderne. Les pécheurs repentants rappellent la superstition des pèlerins observés à Lorette ; quant aux mendiants et aux criminels, ils inspireront de sévères critiques dans les chapitres suivants.

3 Deux grandes figures d’empereurs apparaissent dans ce chapitre, grâce aux monuments qui nous sont conservés : Marc Aurèle et Trajan.
Le Marc Aurèle du Capitole est considéré à cette époque comme la plus belle des statues équestres ; cependant, après les découvertes d’Herculanum, quelques voyageurs affirment que celle de Marcus Nonius Balbus lui est encore supérieure. Lalande avait déjà rappelé avec ironie les critiques de Falconet, près de deux cents pages dans le premier volume de ses oeuvres : d’« où il résulte que ce n’est pas un beau cheval » (Op. cit., T. V, p. 191). Meyer en profite pour fustiger, une fois de plus, la suffisance, l’incompétence des Français, — l’expression « diese Herren von der Feder », appliquée aux Encyclopédistes, est particulièrement méprisante — tout en espérant que l’ère nouvelle instaurée par la Révolution les aura rendus plus équitables.
Etienne Falconet (1717-1791), sculpteur français, reçu à l’Académie en 1754. Il fut directeur de sculpture à la Manufacture de Sèvres (1758-1766). Les oeuvres qu’il exposa aux Salons jusqu’en 1765 le firent comparer par Diderot à Phidias. Son chef-d’oeuvre est la statue équestre de Pierre-le-Grand que Catherine II lui demanda d’ériger à Saint-Pétersbourg, où il demeura de 1766 à 1779.
L’ouvrage qu’il publia en 1771 à Amsterdam (Observations sur la statue de Marc Aurèle et sur d’autres objets relatifs aux Beaux-Arts) suscita toute une polémique dont nous trouvons un écho chez Meyer.

4 Comme au musée du Vatican, Meyer ne retient qu’un petit nombre d’oeuvres d’art parmi beaucoup d’autres, mais, tandis qu’au Belvédère il exprimait l’enthousiasme de l’amateur, il souligne ici l’intérêt historique et humain des bustes représentant philosophes et empereurs.

5 Depuis des siècles, les voyageurs notent la déception qu’ils ont éprouvée à la vue du Forum ; on pourrait multiplier les exemples, se référer aux estampes de l’époque qui nous présentent ces arcs, ces colonnes à demi ensevelis, ce Forum envahi par la populace et les troupeaux... Citons seulement ce passage de Dupaty, où les effets de rythme sont moins réussis que chez Meyer : « Quels changements ! Dans ces lieux où Cicéron parloit, des troupeaux meuglent. Ce qui s’appelloit dans l’univers le forum romanum s’appelle aujourd’hui, dans Rome, le champ des vaches, campo vaccino » (Οp. cit., T. I, p. 175).
La méditation sur la grandeur de l’Antiquité est l’un des principaux buts que se proposent alors les étrangers voyageant en Italie. Moins heureux qu’en d’autres lieux paisibles, Meyer ne peut y parvenir ici.

6 Au XVIe siècle, une grande partie de la colline du Palatin avait été occupée par les Orti Farnesiani qui, deux siècles plus tard, passèrent par héritage aux Bourbons de Naples. Des fouilles furent entreprises au début du XVIIIe siècle, mais l’exploration archéologique systématique ne commença qu'après 1860. Pour Meyer, le jardin Farnèse est un lieu privilégié, où la populace n’a pas accès. Lalande ne lui trouvait aucun charme : « Le jardin Farnèse est comme la plupart de ceux d’Italie, sans aucun plan ni disposition générale, le haut est percé de plusieurs allées et planté de bosquets qui sont décorés de fontaines, mais tout cela est négligé et presque abandonné depuis que les biens de la maison Farnèse sont passés au roi de Naples » (Op. cit., T. V, p. 391). C’est justement cette irrégularité et cet abandon qui lui donnent tant d’attraits aux yeux de Meyer. La nature et l’homme ont contribué à y créer les effets qu’il juge les plus pittoresques ; il retrouvera à Tivoli, plus suggestifs encore, les formes, les couleurs, le jeu des eaux, les contrastes d’ombre et de lumière dont il s’enchante ici.

7 Tout est majestueux sur cette terrasse qui a inspiré à Hubert Robert une de ses plus belles sanguines (Musée de Valence) : les grands chênes, les fragments d’architecture délicatement travaillés, la perspective sur le Colisée. L'originalité du passage est due à la place accordée à la confidence personnelle, remarquable dans cette littérature de voyage où les nomenclatures et les sèches descriptions tiennent souvent une si grande place. Un lien indissociable s’établit entre un décor grandiose et une soirée particulièrement émouvante pour le voyageur, ce qui aurait pu être un pique-nique assez banal prend un caractère pittoresque à la lumière des flambeaux, poétique, grâce aux échos assourdis du concert renvoyés par les antiques murailles, sentimental enfin : le moindre geste a la valeur d’un rite, les coupes vidées symbolisent la consécration de l’amitié.
Il y avait là une veine que le roman ne pouvait manquer d’exploiter : les monuments les plus célèbres, les plus grandioses paysages venant rehausser de leur prestige les principaux moments de l’action. Le procédé apparaît, par exemple, dans l’Ardinghello de Heinse (1785), il est exploité souvent avec bonheur, par Madame de Staël dans sa Corinne (1807). Plus tard encore, il nous vaut — mais sans qu’on puisse parler de procédé — des pages émouvantes dans les Promenades dans Rome (1829) où Stendhal introduit des souvenirs mi-vécus, mi-rêvés, et imagine une journée passée dans les plus beaux jardins de Rome, en compagnie de quelques amis et de Méthilde, morte depuis plusieurs années.
S’il nous arrive parfois d’estimer que Meyer fait trop peu de place à la confidence personnelle, le mérite de ce passage est d’éviter ce que de tels effets peuvent avoir de conventionnel — rien de plus démodé que certaines recherches de Corinne. Cette fête doit à son atmosphère, aussi bien qu’à la discrétion de l’auteur, on ne sait quel charme un peu désuet. Meyer ne précise même pas le nom de l’être cher dont il célèbre l’anniversaire — l’édition française révèle qu’il s’agit de sa femme — et cette discrétion n’est pas sans avantage du point de vue esthétique, puisqu’elle lui permet d’éviter une note de romanesque un peu facile.

8 Les remarques terminant le développement consacré au Colisée n’ont rien d’original : depuis plusieurs siècles, les voyageurs rappellent les ravages exercés par les barbares, l’attitude sacrilège des constructeurs romains qui ont utilisé l’édifice comme une carrière, sans pouvoir ébranler sa puissance. On conclut souvent par la louange des Romains, capables de rivaliser avec la puissance de la nature dans cette oeuvre colossale. Le Colisée fournit d’inépuisables sujets d’inspiration aux artistes du XVIIIe siècle.
Un thème nouveau s’introduit à cette époque, celui du clair de lune sur les ruines et les monuments antiques. Le pittoresque inhérent aux ruines est encore accentué par cet éclairage qui crée des contrastes de lumière et d’ombre, favorise le mystère et la mélancolie ; rien d’étonnant que le terme romantique apparaisse fréquemment dans ce cas. Comme les visites au Belvédère, les promenades nocturnes parmi les vestiges de l’ancienne Rome deviennent vite une mode à laquelle sacrifie Madame de Genlis ; venue à Rome quelques années avant Meyer, elle écrira dans ses Mémoires, sans le moindre commentaire : « Nous allâmes voir plusieurs ruines au clair de lune, entre autres le Colisée, la plus admirable de toutes » (T. II, p. 43). Ici encore, il serait facile de multiplier les exemples. Nous nous bornerons à citer le cas de Goethe : voulant donner à son départ de Rome une atmosphère particulièrement solennelle, il revient, la dernière nuit, contempler le Forum, et c’est sur le frisson dont est saisi le voyageur à l’aspect du Colisée que se termine le Voyage d’Italie. R. Michéa a souligné la beauté de cette page, comparable à un « somptueux finale d’opéra » (Op. cit., p. 56). Quant à Madame de Staël, pour qui « la lune est l’astre des ruines », elle ne pouvait manquer d’exploiter, dans Corinne, les effets pathétiques que permettait le thème du Colisée au clair de lune — thème bientôt devenu un poncif.
Ce n’est pas encore le cas lorsque Meyer rédige sa relation de voyage ; en outre il a su, ici encore, se montrer original. Il suffit, pour s’en convaincre, de comparer sa promenade au Colisée à celle d’un contemporain, Jakob Georg Christian Adler, qui séjourne à Rome pendant quinze mois en 1781 et 1782. Ce dernier, après avoir noté que la douce lumière de la lune ou celle des flambeaux donne aux ruines un aspect nouveau et plus romantique que ne le fait l’éclat du jour, évoque l’un de ses plus beaux souvenirs romains, une nuit de pleine lune au Colisée. Dans une esquisse où l’émotion est à peu près absente, il souligne les oppositions d’ombre et de lumière, accentue l’obscurité des cavernes qui semblent se creuser dans les parties les plus éclairées — ce sont les anciennes « loges » — ; enfin le regard s’arrête sur la petite lampe solitaire de l’ermite installé au Colisée, puis sur les groupes de mendiants endormis dans les galeries ; au loin se fait entendre le chant du rossignol (Reisebemerkungen auf einer Reise nach Rom, p. 108). Pas d’ermite ni de mendiants chez Meyer ; son évocation du Colisée est plus grandiose, plus romantique, au sens que nous donnons à ce terme. Pour montrer les vastes dimensions des corridors, point n’est besoin d’y introduire ces personnages qui peuplent alors de nombreuses estampes : attirant l’attention sur une vie mesquine, ils nuiraient à l’impression d’ensemble. Le rossignol ne fait pas entendre son chant élégiaque, ce qui compte, c’est le sentiment de terreur, les effets hallucinants dont la cause — les flambeaux des visiteurs — est vite oubliée, comme ce sera le cas plus tard dans les meilleurs contes fantastiques. Il n’y a cependant rien de mélodramatique dans ce tableau. Comme au Belvédère, Meyer y révèle une incontestable justesse de goût. On s’étonne en lisant une telle page qu’il ait si mal compris l’oeuvre de Piranèse.
Après les deux réussites que sont la fête au jardin Farnèse et la visite au Colisée, le dernier paragraphe, consacré à la colonne Trajane, apparaît beaucoup moins original — sans doute l’auteur veut-il conclure son chapitre comme il l’a commencé, en insistant sur la décadence de Rome. Ce paragraphe correspond à d’autres virtualités de la littérature de voyage : l’aspect documentaire, moralisateur et satirique ; mais comme la précision concernant la hauteur de la colonne semble prosaïque après l’émotion ressentie au Colisée ! Comme nous avions oublié les jeux cruels auxquels était destiné l’amphithéâtre lorsque le voyageur, cessant de considérer en artiste le formidable édifice, le juge avec sévérité ! Le moraliste peut affirmer la supériorité de la colonne Trajane, pourtant, ici, la transition n’apparaît-elle pas comme un procédé facile, ne détruit-elle pas l’impression que Meyer avait communiquée à son lecteur, grâce à un spectacle fantastique paré de tous les prestiges des ruines et de la nuit ?

Notes de fin

* Dans l'Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières, par une société de gens de lettres etc., à Paris, chez Pankouke, 1788, parmi bien d’autres absurdités contenues dans la partie Beaux-Arts, il faut lire aussi, à l’article Equestre, qui occupe des pages entières, celles qui ont trait à cette statue. Il y est dit entre autres choses que deux de ces célèbres critiques, ayant vu exposé à Saint-Pétersbourg, chez le sculpteur Falconet, auquel on doit la statue de Pierre le Grand, un moulage de cette tête de cheval antique, l’ont prise pour une tête de rhinocéros ou de vache ! et ainsi de suite. Voilà bien ces Parisiens de naguère, pour lesquels leur capitale représentait l’univers et qui ne trouvaient nulle part ailleurs de salut. Peut-être les Français sont-ils aujourd’hui plus équitables et sauront-ils, même hors de Paris, même dans ce Nord jusqu’ici tant méprisé, distinguer mieux qu’autrefois un faucon d’un clocher.

Table des illustrations

Légende Fig. 9. Domenico Pronti, Les jardins Farnèse sur le Palatin. Rome, Istituto naz. per la grafica. Gabinetto delle stampe (Cl. du Gabinetto). Cf. p. 94 sq.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/3124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 573k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.