Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tableaux d’Italie de Friedrich Johann Lorenz Meyer (Darstellungen aus Italien, 1792)

 | 
Friedrich Johann Lorenz Meyer

Introduction

Elisabeth Chevallier

Texte intégral

I. - F. J. L. Meyer et les voyageurs étrangers en Italie à la fin du XVIIIe siècle

1La tradition du voyage en Italie remonte fort loin : nul n’ignore quel pôle d’attraction ont constitué de bonne heure pour les étrangers des lieux de pèlerinage comme Rome, Lorette ou Bari, les universités de Bologne, de Padoue... Cette tradition a donne naissance à toute une littérature dont la veine n’est pas tarie de nos jours. A cet égard, la seconde moitié du XVIIIe siècle presente un intérêt tout particulier : avec l’apparition d’une mentalité nouvelle, c’est la conception du voyage elle-même qui se modifie, tandis que la relation de voyage, genre aux limites assez imprécises, longtemps proche du guide à l’usage des étrangers, tend à devenir plus personnelle. Désormais, dans la plupart des cas, elle vise moins à donner des informations complètes et précises, valables pour tous, qu’à exprimer les impressions d’un voyageur, se rapprochant ainsi de l’autobiographie.

Le voyage en Italie pendant la première moitié du XVIIIe siècle

  • 1 René Michéa, Le « Voyage en Italie » de Goethe, Paris, Aubier, 1945. C’est l’ouvrage le plus stimu (...)
  • 2 Cf. René Pomeau, L’Europe des Lumières, Paris, Stock, 1960.
    Le Grand Tour n’avait pas toujours cett (...)
  • 3 C’est le cas de Misson ainsi que de Keyssler.
  • 4 Les références suivantes sont empruntées au livre de Ludwig Schudt, Italienreisen im XVII. und XVI (...)
  • 5 H. Turlerus, De peregrinatione et agro napoletano..., Argentorati, 1574.
  • 6 D. Gruberi, De peregrinatone studiosorum...
  • 7 Tabula Peregrinationis continens capita Politica, per D. Hugonem Plotium J. V. Doctorem.
    (Ces deux (...)

2Les conditions dans lesquelles s’effectue le voyage d’Italie ont changé, elles aussi, et c’est à juste titre que R. Michéa parle de démocratisation1. Pendant la première moitié du siècle, le séjour dans la péninsule appartenait encore à ce que les Anglais appellent le Grand Tour et les Allemands la Kavalierstour, comprenant, outre l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, la France, les Pays-Bas, l’Angleterre et, dans quelques cas très rares, l’Espagne2, et représentant le couronnement des études pour les fils de la noblesse et de la haute bourgeoisie. Le plus souvent, les jeunes gens partaient en groupe, accompagnés d’un personnage qui jouait plus ou moins le rôle de précepteur3 ; ils emmenaient des domestiques et voyageaient en pompeux équipage4. Il s’agissait en somme, un peu comme dans la pédagogie de Rabelais et de Montaigne, de recourir successivement à deux méthodes : l’acquisition des connaissances dans le silence de la salle d’études, et l’observation directe dans « le grand livre du monde ». Le voyage correspondait à tout un programme ; en Italie, en particulier, le jeune noble devait parfaire sa connaissance de l’antiquité et réfléchir aux problèmes politiques et stratégiques, étudier les systèmes de fortifications, les différentes formes de gouvernement — ce pays morcelé représentait un champ d’expérience privilégié, avec ses divers états, indépendants ou non, monarchiques, ecclésiastiques ou républicains — il devait aussi acquérir, grâce à ses relations avec l’aristocratie, l’aisance mondaine qui lui serait nécessaire par la suite pour tenir son rang ; il n’omettait donc pas de se munir, avant son départ, de nombreuses lettres de recommandation qui lui ouvriraient bien des portes. Ainsi, ce voyage destiné à parachever l’éducation du jeune homme bien né ne représentait pas, du moins en théorie, une partie de plaisir ; il exigeait une grande application, entraînait beaucoup de fatigue, comme les guides l’avaient souligné depuis longtemps5. Il ne pouvait être entrepris n’importe quand et par n’importe qui : à en croire certains auteurs, les enfants et les vieillards en étaient incapables, de même que les femmes6. Sa durée variait, dans la plupart des cas, entre trois et quatre mois, cependant Keyssler estimait qu’il fallait neuf mois environ pour bien connaître l’Italie. Le plus souvent, on arrivait en octobre, pour éviter la chaleur de l’été, on passait l’hiver à Naples où la douceur de l’hiver était renommée ; dans les autres villes, la date du séjour correspondait en général à celle de certaines cérémonies : la fête de l’Ascension et les épousailles de la mer à Venise, ou encore le carnaval ; à Rome, le carnaval également, la semaine sainte ou la Saint-Pierre. Le voyageur n’envisageait pas d’affronter seul les hasards de la route, le choix de ses compagnons exigeait le plus grand soin : leur nombre devait atteindre au moins celui des Grâces et ne pas dépasser celui des Muses, avait dit en termes poétiques un auteur ancien7. Un autre prévoyait plus de cent vingt-deux points sur lesquels le malheureux voyageur aurait à s’informer ! On comprend la réflexion ironique de Sterne, dont le Voyage sentimental, publié en 1768, illustre une conception du voyage radicalement opposée à la Kavalierstour, quand il évoque ces « pèlerins martyrs condamnés par des parents austères à voyager sous la direction de précepteurs » !

  • 8 Misson, Nouveau voyage d’Italie, fait en 1688..., La Haye, 1691 ; souvent réédité au cours du XVII (...)
  • 9 Cf. Pierre Laubriet, Les guides de voyages au début du XVIIIe siècle et la propagande philosophiqu (...)
  • 10 L’oeuvre de J. C. Goethe ne fut publiée que tardivement, en 1932-33, en Italie, pour le centenaire (...)

3Dans la majeure partie des cas, et cela reste vrai à toutes les époques, ce que voit le voyageur est soumis à deux impératifs : le tracé des routes, qui pour une bonne part détermine le choix des itinéraires — il faut y ajouter maintenant celui des chemins de fer et des autoroutes — et la façon dont les guides présentent les curiosités d’un pays : les mêmes œuvres, les mêmes villes, les mêmes paysages suscitent des intérêts divers, selon les générations. L’image que les étrangers se formèrent de l’Italie pendant toute la première moitié du ΧVΙΙIe siècle fut influencée par un ouvrage célèbre, celui de Misson ; la plupart d’entre eux l’emportaient dans leurs bagages et avaient grand soin de vérifier ou de compléter sur place ses informations. Ce livre est intéressant à plus d’un titre. Il prouve, par exemple, combien la distinction restait imprécise à cette époque entre le guide et la relation de voyage. Maximilien Misson, protestant français exilé en Angleterre après la révocation de l’Edit de Nantes, avait accompagné en Italie, en 1688, à titre de précepteur, un jeune seigneur anglais. La relation qu’il avait rédigée pendant son voyage sous forme de lettres à l’intention de ses amis fut imprimée et connut aussitôt un grand succès8. R. Michéa a souligné l’importance internationale de ce guide où plusieurs générations de voyageurs trouvèrent le détail de tout ce qui pouvait les intéresser en Italie, et particulièrement de nombreuses inscriptions latines que l’auteur n’avait pas manqué de relever partout où il l’avait pu. Pour ces hommes épris de l’antiquité et parfois quelque peu pédants, ces inscriptions n’étaient pas l’un des moindres attraits du voyage ; beaucoup d’entre eux eurent à cœur de compléter et de corriger à cet égard l’ouvrage de Misson, tels Keyssler ou Johann Caspar Goethe. De nos jours, nous accordons plus d’importance à deux caractéristiques : l’esprit critique de l’auteur, toujours en éveil à l’égard des reliques et des superstitions, grâce auquel son livre joua un rôle non négligeable dans la lutte philosophique9, et aussi son intérêt pour l’art. Cet intérêt nous semble sans doute bien timide, cependant il nous vaut des développements qui peuvent être considérés comme des analyses d’oeuvres d’art et dont R. Michéa montre la nouveauté, à une époque où les principaux guides se contentaient, pour les musées, galeries et collections, de nomenclatures fort sèches. La présentation de l’ouvrage contribua pour une large part à son succès. Dans son Avertissement, Misson se montrait parfaitement conscient des avantages que lui offrait la forme épistolaire : possibilité d’omettre certains développements ou au contraire de reprendre les remarques faites par d’autres auteurs, de ne pas traiter à fond une question... Il attachait aussi une grande importance au style de la lettre, « concis », « libre et familier ». C’est le succès de ce livre qui explique la prolifération des correspondances rédigées par les voyageurs du XVIIIe siècle, authentiques ou fictives, célèbres ou ignorées. Le guide de Keyssler, incapable de rivaliser avec Misson, fastidieux, pédant et naïf à la fois, tenta vainement de faire croire à l’existence d’un destinataire, par le recours aux en-têtes et aux formules de politesse qui terminaient ses divers chapitres ; au contraire, De Brosses, venu en Italie la même année, nous a légué ses Lettres familières dont l’intérêt n’a pas faibli et qui nous donnent le plaisir toujours renouvelé d’une conversation à bâtons rompus. Nous citerons deux autres exemples, celui du conseiller Johann Caspar Goethe et de son fils Johann Wolfgang. Rentré chez lui depuis dix ans, le conseiller rédigea en italien son journal de voyage ; il le présenta comme une série de lettres et l’embellit quelque peu en y introduisant un petit roman — vrai ou faux ? — avec une belle Italienne10. Quant à l’écrivain, composant son Voyage d’Italie trente et quarante ans après son retour, entre 1816-1817 et 1829, il reprit ses notes, les lettres qu’il avait envoyées à ses amis, remania, retrancha, mais choisit la forme épistolaire : nulle autre, pas même celle du journal, ne pouvait lui offrir autant d’avantages.

  • 11 Cf. son édition des Lettres du président De Brosses à Charles Lopin des Gémeaux, Paris, 1929.
  • 12 En particulier la Descrizione di tutta Italia, de Leandro Alberti, publiée à Bologne en 1550 et so (...)

4Pendant la première moitié du XVIIIe siècle — ce sera vrai encore par la suite — on ne composait généralement la relation de son voyage que longtemps après avoir quitté l’Italie. L’ouvrage de Johann Caspar Goethe en est un exemple, et les Lettres du président De Brosses elles-mêmes ne doivent pas nous faire illusion : certaines d’entre elles ne furent rédigées qu’après le retour en Bourgogne, comme l’ont prouvé les recherches d’Yvonne Bezard11. Pour suppléer aux défaillances de la mémoire, on utilisait donc, dans bien des cas, toute une documentation : les guides de voyage, déjà nombreux à cette époque, d’autres relations et divers ouvrages concernant l’Italie12, sans oublier les auteurs anciens.

  • 13 Cf. la bibliographie publiée par Schudt à la fin de son livre. Quoi que dise cet auteur à propos d (...)

5La plupart des voyageurs avaient séjourné dans la péninsule au temps de leur jeunesse. A défaut d’expérience, le lecteur pourrait s’attendre à trouver dans leurs oeuvres quelque spontanéité, une plus ou moins grande fraîcheur d’impression. Il n’en est rien. Ces voyageurs ne voyaient qu’un certain nombre de choses, toujours les mêmes, celles qu’« il fallait avoir vues » ; les réactions et les jugements qu’elles leur inspiraient étaient à peu près identiques. Cette remarque vaudrait, certes, pour bien d’autres époques, et, il ne faut pas l’oublier, la plupart des auteurs ne se piquaient nullement alors de faire oeuvre originale. Il s’agissait de donner une vue d’ensemble de l’itinéraire traditionnel, et l’on n’hésitait pas à parler de ce qu’on n’avait pas vu. Schudt note que certains étrangers décrivaient des choses qui n’existaient pas à l’époque de leur voyage, mais qui figuraient dans des livres récents. Le résultat n’était en général qu’une compilation plus ou moins volumineuse, où l’érudition tenait la plus grande place. Presque partout se retrouvaient les mêmes itinéraires, les jugements de valeur ayant cours à l’époque. Ce fait est particulièrement net chez les Allemands : à partir de 1650, ils avaient repris la tradition du voyage d’Italie, longtemps interrompue par la période de détresse que fut la Guerre de Trente ans (1618-1648), mais les relations qui nous sont parvenues restent bien inférieures par le nombre et la qualité à celles de leurs contemporains anglais ou français ; on n’y remarque aucune oeuvre de premier plan13. Quel est donc l’intérêt de cette littérature ? Elle nous donne une image de ce que fut l’Italie pendant la première moitié du siècle, image incomplète et plus ou moins juste, et surtout des témoignages concernant la mentalité et de la sensibilité propres à cette époque.

Les conditions du voyage dans la seconde moitié du siècle

  • 14 Il pourrait être tentant, pour symboliser les différences entre les deux périodes, de comparer les (...)

6Le voyage d’Italie prend un caractère tout différent dans la seconde moitié du siècle14. Il n’est plus l’apanage des jeunes gens qui appartiennent à la noblesse et à la haute bourgeoisie ; l’ère de la Kavalierstour est à peu près terminée. Friedrich Johann Lorenz Meyer, par exemple, est le fils d’un marchand de vin de Hambourg. La mentalité n’est plus la même : en schématisant quelque peu, on pourrait dire que le voyage d’Italie apparaît moins désormais comme le couronnement classique des études que comme la possibilité de découvrir une terre privilégiée, de faire une expérience exceptionnelle qui viendra illuminer toute la vie. En apparence, Meyer ressemble à bien des voyageurs qui l’ont précédé : tout frais émoulu de l’université de Gottingen, il a vingt-trois ans et vient de soutenir sa thèse de droit quand il passe les Alpes en 1783 ; mais il a bientôt la révélation d’une existence plus riche, plus pleine. Le cas de Goethe est bien connu : l’écrivain a l’impression de se découvrir lui-même et de progresser sur la voie d’une certaine sagesse, il croit naître pour la seconde fois.

7On ne se soucie plus guère de voyager dans un équipage confortable, avec des compagnons, un précepteur, des domestiques, ni de se munir de lettres de recommandation. Meyer vient en Italie avec un camarade d’université, mais Karl Philipp Moritz est seul, comme Goethe : dans son désir de libération, ce dernier, qui est déjà un personnage célèbre — auteur de Werther, ministre à Weimar — voyage en poète, en artiste, sous un nom d’emprunt qui le protège des indiscrets. On a d’autant plus de liberté ainsi pour observer les êtres, par exemple quand on se trouve en chaise ou sur le coche d’eau entre Venise et Padoue ; cela nous vaut, sous la plume de K. Ph. Moritz ou de Goethe, quelques aventures qui introduisent dans la relation de voyage une veine légèrement picaresque, divertissante après tant de remarques stéréotypées ! Cependant, Meyer, soucieux d’éviter l’anecdote contée pour elle-même, ne relate pas ses rencontres imprévues. C’est l’époque où le désir de se plonger dans la nature pousse quelques jeunes voyageurs à partir à pied. Rousseau a dû renoncer à son rêve de parcourir ainsi l’Italie, mais plusieurs Allemands, sous son influence sans doute et en vertu aussi du goût que leurs compatriotes ont toujours éprouvé pour le Wandern, vont à pied de Rome à Naples, dans la région des Castelli romani... Wilhelm Heinse a des projets plus vastes encore.

  • 15 Cf. Hélène Tuzet, La Sicile au XVIIIe siècle, vue par les voyageurs étrangers, Strasbourg, 1955, e (...)
  • 16 « Es ist ein herrlicher Gedanke, Schwierigkeiten zu übersteigen und überstiegen zu haben, vor dene (...)

8Parfois, nous trouvons même la recherche de la performance et ce que nous appellerions à notre époque l’exploit sportif. Certains ne veulent plus s’en tenir à l’itinéraire traditionnel, dont les environs de Naples constituent la partie la plus méridionale ; ils visitent le sud de la péninsule et la Sicile15. Meyer ne peut se rendre en Calabre où le tremblement de terre de 1783 a fait de terribles ravages, mais trois ans plus tard un autre jeune Hambourgeois, Bartels, parcourt les provinces méridionales qui ne sont guère connues que grâce à quelques voyageurs : l’Allemand Riedesel y a voyagé en 1767, l’Anglais Swinburne de 1777 à 1779, et, en 1778, l’équipe des dessinateurs accompagnée de Vivant Denon, qui fournit à l’abbé de Saint-Non la matière de son Voyage pittoresque de Naples et de Sicile. L’ambition de Bartels est de s’éloigner des sentiers battus, de contrôler par lui-même la vérité de certaines affirmations, par exemple la méchanceté proverbiale des Calabrais. Il sait qu’il ne trouvera pas toujours de routes, que les auberges sont à peu près inexistantes, le climat souvent rude ou malsain, cependant il refuse toutes les facilités. Il n’emporte pas de lettres de recommandation et parcourt comme il le peut, en compagnie d’un jeune Anglais, non moins hardi, des chemins difficiles : quand il n’a pas de cheval, d’âne ou de mulet, il part à pied. Il lui arrive de dormir dans une salle qui sert aussi d’écurie, n’ayant pour toute couverture que le manteau prêté par un pauvre paysan, mais il se laisse griser par la pensée d’être une sorte de pionnier. Quelle joie de surmonter les difficultés devant lesquelles d’autres ont renoncé16 ! Si Meyer n’a pas l’occasion d’affronter des conditions aussi difficiles, l’existence qui lui paraît la plus enviable n’est-elle pas aventureuse à sa manière ? C’est celle des jeunes artistes étrangers séjournant à Rome, qui se contentent d’un petit pain et d’un verre d’eau et sont les plus heureux du monde, puisqu’ils peuvent se consacrer tout entiers à l’art. Il ne s’agit pas là de l’idéal romantique, qui fera de l’artiste un être affranchi des conventions, mais d’un rêve de bonheur et de liberté que les cavaliers n’avaient sans doute jamais ébauché.

9Si les provinces méridionales offrent au voyageur une assez grande part d’aventure, celui qui s’en tient à l’itinéraire traditionnel peut s’attendre à ne pas arriver en pays totalement étranger dans certaines villes, et particulièrement à Rome : qu’il soit français, anglais ou suédois même, à en croire Björnståhl, il y rencontre beaucoup de compatriotes. A cette époque, de nombreux Allemands font en Italie un séjour plus ou moins long, certains s’y sont fixés définitivement. A Naples, où la reine est une Autrichienne, Marie-Caroline, fille de l’impératrice Marie-Thérèse, les artistes et les voyageurs venus des pays germaniques reçoivent à la cour le meilleur accueil. Toute une colonie allemande s’est établie à Rome, des artistes en particulier, plus ou moins âgés, plus ou moins renommés, plus ou moins riches, depuis ces jeunes peintres enviés par Meyer, qui vont gaiement copier les Raphaëls du Vatican, jusqu’à la célèbre Angelica Kauffmann. Lorsque Meyer, K. Ph. Moritz, Goethe arrivent successivement à Rome à partir de 1783, ils ne peuvent plus y rencontrer Winckelmann, assassiné à Trieste en 1768, mais son Histoire de l’art de l’antiquité, dont la première édition allemande est parue en 1763, exerce toujours une grande influence. Depuis le départ de Mengs et sa mort en 1779, d’autres peintres sont venus vivre à Rome : Angelica Kauffmann s’y est fixée en 1782, Tischbein, arrivé en 1783, se fait le cicerone de Goethe pendant le premier séjour de celui-ci et entreprend le portrait de l’écrivain dans la campagne romaine. Philipp Hackert, personnage considérable, quitte Rome en 1785 pour s’établir à Naples, où il est nommé peintre de paysage du roi. On pourrait citer aussi des sculpteurs, des graveurs...

  • 17 Manuel de l’Etranger qui voyage en Italie, Paris,1778, Introduction, p. 9.
  • 18 Voyage en Italie, édition Aubier, Paris, 1961, T. I, p. 57.
  • 19 Goethe est en Italie de septembre 1786 jusqu’à l’été de 1788, son second séjour à Rome dure dix mo (...)
  • 20 Malgré son titre, très traditionnel, ce livre n’est pas un Voyage au sens strict du terme, c’est-à (...)

10L’Italie inspire au voyageur un intérêt qui peut aller jusqu’à la fascination. Guides et relations de voyage insistent généralement dans leurs préfaces sur tout ce que ce pays est susceptible d’apporter à l’homme instruit, curieux d’étendre ses lumières et de perfectionner son goût ». « Il n’est aucune partie de l’Europe, on pourrait dire du monde entier, écrit J. D. Cassini17, qui offre au voyageur un champ plus vaste et plus diversifié, une moisson plus abondante de remarques et d’observations dans tous les genres. Amans de la nature, amateurs des beaux-arts, philosophes, naturalistes, historiens, antiquaires, peintres, sculpteurs, architectes, musiciens, tous rencontrent en Italie de quoi piquer leur curiosité, fixer leurs regards et ravir leur admiration. C’est un tableau universel où se trouvent réunis les objets de toute espèce ». Mais il y a plus : certains voyageurs, dès qu’ils ont franchi les Alpes, sentent qu’ils ont atteint une terre privilégiée, dont le souvenir ne les quittera plus. Meyer se laisse griser par le printemps précoce et croit voir la vie triompher de la mort ; Goethe exprime son ravissement (Entzücken) à la découverte de sa véritable patrie : « Je me plais ici, comme si j’y étais né et revenais maintenant d’un voyage au Groenland ou de la pêche à la baleine »18. Moins de vingt ans après, Beyle aura la même révélation, dont Henri Brulard nous montrera toute l’importance. On n’estime donc plus possible, désormais, d’acquérir une bonne connaissance du pays en trois ou quatre mois. Si Meyer ne prolonge guère davantage son séjour, Wilhelm Heinse, Karl Philip Moritz et bien d’autres restent plusieurs années dans la péninsule19. Les ouvrages qu’elle inspire ne peuvent même plus, dans certains cas, être considérés comme des relations de voyage : Jagemann, qui publie en 1778 ses Briefe über Italien, a vécu seize ans en Italie !20

  • 21 Les voyageurs français ont souvent recours aux jeunes pensionnaires du roi qui séjournent à l’Acad (...)
  • 22 Abbé Richard, Description historique et critique de l’Italie..., Dijon, Paris, 1766.
  • 23 Jérôme Le Français de Lalande, Voyage d’un Français en Italie, fait dans les années 1765-66..., Ve (...)
  • 24 Johann Jakob Volkmann, Historisch-kritische Nackrichten von Italien..., Leipzig, 1770-71. Cf. la p (...)
  • 25 Op. cit., 1ère partie, chapitre 1er.

11Le voyageur dispose de moyens d’information bien supérieurs à ceux de ses prédécesseurs. Il ne recourt plus guère aux ciceroni romains, dont Meyer fait une satire si plaisante, puisqu’il peut se faire accompagner par des artistes, ses compatriotes, qui se trouvent à Rome depuis plusieurs années21. De nouveaux guides de voyage lui fournissent d’abondants renseignements et sont des modèles du genre : deux ouvrages français ont vite une notoriété internationale, celui de l’abbé Richard22 et surtout celui de Lalande23 qui joue désormais le rôle qu’avait eu le livre de Misson pendant la première moitié du siècle. Il peut être considéré comme une véritable encyclopédie du voyage d’Italie. Quelques années plus tard, l’Allemand Volkmann, composant un guide destiné aux voyageurs germaniques, se contente le plus souvent de reprendre les observations faites par ces deux auteurs24. Par l’intermédiaire de cette compilation, la France, si décriée par les Allemands après Winckelmann, exerce donc une influence sur leur interprétation des choses italiennes, comme l’a souligné René Michéa25.

Apparition chez les voyageurs d’une nouvelle mentalité

  • 26 Ferber, Lettres sur la Minéralogie et sur divers objets de l’Histoire Naturelle de l’Italie. Tradu (...)

12La mentalité a changé. On ne voit plus tout à fait les mêmes choses qu’à l’époque précédente, ou bien on les considère sous un jour différent. La curiosité devient plus variée, plus vaste, et le contenu de la relation de voyage s’enrichit. En Italie, le cavalier cherchait avant tout à perfectionner sa connaissance de l’antiquité et sa formation politique et militaire, il désirait acquérir plus d’aisance mondaine ; désormais, les voyageurs observent tout ce qui peut intéresser les contemporains, or nous sommes à l’époque de l’Encyclopédie ! Une place importante est accordée, par exemple, aux considérations économiques — c’est ainsi qu’on prône la libre circulation des grains — et à l’histoire naturelle : la relation de Ferber est consacrée presque exclusivement à cette dernière26. L’intérêt pour les anciens ne faiblit pas, bien au contraire ; on emporte encore dans sa poche son Virgile et son Horace ; Goethe rêve de lire Tacite à Rome, puis retrouve Homère en Sicile... Tous les voyageurs vont visiter les fouilles d’Herculanum et Pompéi sans oublier le musée de Portici, où sont conservés les objets mis au jour dans ces deux villes, redécouvertes au cours du siècle ; cela nous vaut des descriptions fort longues et circonstanciées. Cependant, nous ne trouvons plus dans cette littérature les interminables listes d’inscriptions latines, si fastidieuses chez un Keyssler ou un Johann Caspar Goethe : l’Italie des voyageurs, aux alentours de 1780, n’est plus seulement celle du passé, on y voit vivre les contemporains et surtout le peuple qui était resté longtemps ignoré, sinon dans la mesure où il fallait bien avoir affaire aux douaniers, postillons, aubergistes et serviteurs.

  • 27 Tome I, Préface, p. XLII.
  • 28 Cette addition de quatre pages, dans une oeuvre qui compte désormais neuf volumes, ne donne qu’une (...)
  • 29 On connaît l’importance de Paierme dans l’expérience de Goethe ; nous nous bornerons à rappeler qu (...)
  • 30 Cf. à ce sujet l’étude déjà citée d’H. Tuzet.

13L’itinéraire traditionnel qui se termine aux environs de Naples — et comprend à la rigueur Paestum dans la seconde moitié du siècle — ne suffit plus toujours à satisfaire la curiosité. Pendant longtemps, la partie méridionale de la péninsule est demeurée une terra incognita, dont les guides ne parlaient pas. En 1769, Lalande écrit encore, après avoir mentionné Salerne : « Je ne parle pas du reste du Royaume de Naples, qui n’entre pas dans mon propos »27, mais dans la seconde édition, en 1786, se référant aux relations des voyageurs qui ont visité les provinces du Sud et la Sicile, il ajoute quatre pages à sa description de ce royaume28, sans voir d’ailleurs tout l’intérêt que présente cette expérience : les étrangers ont pu découvrir des paysages nouveaux, des villes jusqu’alors presque inconnues29, de nouvelles oeuvres d’art, celles de l’architecture grecque en Grande-Grèce et en Sicile, ou des ensembles aussi déconcertants pour un Goethe que la villa Palagonia, proche de Palerme30. Seules, les Abruzzes et la Sardaigne, difficilement accessibles et considérées comme arriérées par les Italiens eux-mêmes, restent encore ignorées.

  • 31 R. Michéa souligne à ce propos l’influence du Voyage sentimental de Sterne. Voir aussi Wilhelm Wae (...)
  • 32 Cf., par exemple, la Préface de Meyer.
  • 33 Le chef-d’oeuvre à cet égard est à l’époque précédente l’ouvrage du président De Brosses.

14L’importance que les contemporains accordent à la sensibilité est bien connue. A d’autres époques, la relation de voyage a pu avoir la sécheresse du compte-rendu, mais, vers 1780, cette sensibilité apparaît de plus en plus dans la relation de voyage, genre aux frontières imprécises qui tient alors, le plus souvent, à la fois de la correspondance — selon la tradition léguée par Misson — du journal et de l’autobiographie. Il est possible de schématiser son évolution en disant que l’ère du cavalier a fait place à celle du voyageur sentimental31. Le lyrisme prend ainsi une place de plus en plus grande dans la relation de voyage. Dans l’ensemble, on cherche moins à compiler les informations et à dresser des inventaires qu’à s’exprimer32, on se soucie moins d’être spirituel33 que de traduire son émotion, les élans de son coeur. La satire elle-même en donne une preuve : traditionnelle chez les étrangers qui découvrent l’Italie, elle est alors moins caustique que passionnée. C’est l’indignation qui parle chez Meyer quand il note les brimades auxquelles sont soumis les juifs de Rome, enfermés dans le ghetto, obligés d’envoyer chaque semaine une délégation assister à un sermon de conversion...

  • 34 Zusätze zu den neuesten Reisebeschreibungen von Italien, Leipzig, 1777-81.
  • 35 Op. cit., T. II, p. 489. C’est nous qui soulignons.

15La relation de voyage garde cependant son intérêt documentaire. Nous ne trouvons rien qui ressemble au Voyage sentimental de Sterne quant au sujet même, et nul n’écrirait encore, comme le fera Heine dans ses Reisebilder : « Il n’y a rien de plus ennuyeux sur cette terre que la lecture d’un voyage en Italie, si ce n’est peut-être l’ennui de l’écrire ; et l’auteur ne se peut guère rendre supportable qu’en y parlant le moins possible de l’Italie elle-même » (p. 441). L’information ne se présente plus cependant comme au cours de la période précédente : dans l’ensemble, on juge inutile de répéter ce qui a déjà été écrit tant de fois, mais — l’idée est bien caractéristique de l’époque — on pense que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice de la connaissance, qui est nécessairement une construction collective. Tout voyageur peut donner, soit des renseignements complémentaires, soit une information inédite, puisque la vie est un perpétuel changement. Les hommes politiques se succèdent, les villes se transforment, l’économie évolue, de nouveaux artistes se manifestent et, dans cette terre privilégiée qu’est l’Italie, les fouilles mettent au jour de nouveaux trésors... Que de choses peuvent être regardées avec des yeux neufs ! Certains auteurs ont la modestie d’affirmer que leur relation sert de supplément à tel ou tel ouvrage, ainsi Bernoulli34 qui présente un de ses livres comme un supplément à Volkmann et, dans la préface d’un autre, déclare qu’il avait pensé envoyer sa documentation à Lalande. Les guides, en effet, utilisent l’expérience des voyageurs : nous avons vu l’astronome inclure dans la seconde édition de son livre quelques pages consacrées à l’Italie du Sud et à la Sicile. L’idée que l’homme utilise l’expérience de ses prédécesseurs et travaille pour ceux qui suivront correspond chez certains à une conviction profonde. C’est le cas de Goethe : « Suis-je autre chose que le précurseur d’autres à venir, dans la vie comme en voyage ? »35

  • 36 « Die Betrachtung schoner Kunstwerke erhebt den Geist und veredelt das Gefühl » (Reisen eines Deut (...)
  • 37 Cette constatation peut sembler fort banale : Montaigne savait déjà se fier à sa fantaisie ! Pourt (...)

16Deux types de voyageurs sont désormais l’objet d’une certaine raillerie, tels ce marchand et sa famille dont parle K. Ph. Moritz : venus d’Allemagne pour voir les chefs-d’oeuvre de l’antiquité, ces gens se réjouissent chaque fois qu’ils ont visité un musée ou une collection — c’est encore une chose faite ! Moritz, lui, ne se lasse pas de revoir au Vatican l’Apollon du Belvédère et les autres antiques et croit que l’art joue un grand rôle dans la vie intérieure, car il élève l’esprit et ennoblit le coeur36. C’est l’époque où l’on est sensible à certaines atmosphères, où les souvenirs de voyage tendent à devenir de plus en plus personnels chez certains voyageurs pour lesquels tel monument, tel paysage sont associés aux moments qui ont dans leur vie une importance particulière. Le second séjour romain de Goethe se termine par une promenade dans Rome baignée de clarté lunaire, et le Voyage en Italie prend fin sur l’évocation de ce souvenir qui permet à l’auteur de composer, selon l’expression de R. Michéa, un « somptueux finale d’opéra » (Op. cit., p. 56). Il ne peut être question de comparer Meyer à un si grand écrivain, mais il est frappant de constater que certaines de ses visites ne s’organisent pas au hasard ou selon l’ordre des curiosités répertoriées dans un guide37. On sait quelle sera plus tard la méthode du voyageur égotiste :

  • 38 Stendhal, Promenades dans Rome, Florence, 1958, T. I, p. 10.

17« Il y a deux façons de voir Rome : on peut observer tout ce qu’il y a de curieux dans un quartier, et puis passer à un autre ; Ou bien courir chaque matin après le genre de beauté auquel on se trouve sensible en se levant. C’est ce dernier parti que nous prendrons »38.

18Sans aller jusque-là sans doute, Meyer choisit pour les heures les plus significatives de son séjour à Rome l’atmosphère qui leur convient le mieux. C’est de la coupole de Saint-Pierre qu’il prend congé de cette ville tant aimée, dans la cour du Belvédère qu’il organise pour ses amis une fête d’adieu à laquelle la contemplation des célèbres antiques donne un caractère presque sacré. Désormais, l’anniversaire d’un être cher sera pour toujours associé au souvenir d’une soirée au jardin Farnèse et à une promenade nocturne au Colisée. Rien de plus banal pour nous que cette association entre un état d’âme particulier et un paysage ou même un monument — tant de romanciers l’ont exploitée ! Elle garde encore sa nouveauté à la fin du XVIIIe siècle, où elle apparaît, par exemple, dans l’Ardinghello de Heinse, avant de jouer un grand rôle dans la Corinne de Mme de Staël (1807). Par la suite, elle deviendra dans certains cas un procédé un peu facile, mais nous vaudra des textes admirables, comme la rêverie d’Henri Brulard au Janicule : « Je vais avoir la cinquantaine... ».

  • 39 Op. cit., T. I, p. 225.
  • 40 Kotzebue, Souvenirs d’un voyage en Livonie, à Rome et à Naples, Paris, 1806.

19Un autre type de voyageur suscite également la réprobation, celui qui prétend juger de haut et prononcer des condamnations sans appel. L’un des cas les plus curieux est celui d’Archenholz : anglomane convaincu, celui-ci ne trouve guère en Italie que des occasions de critique et souligne la supériorité de l’Angleterre. La vignette placée au frontispice de son livre, England und Italien, paru en 1785, est à elle seule tout un programme : le lecteur peut y voir un jeune homme, d’abord hésitant entre l’Angleterre et l’Italie, opter enfin pour la première, selon les conseils de la sagesse. Goethe critique sévèrement cette attitude de dénigrement systématique ; quand il rencontre dans les Apennins un Anglais grincheux voyageant avec sa soeur, il s’écrie : « Ils trouvent partout à se plaindre, on croirait lire quelques pages d’Archenholz ! »39 Un cas semblable se présentera au début du XIXe siècle, celui de Kotzebue, qui terminera sa relation par une apologie de son voyage en Russie40. Mais, d’ordinaire, on se soucie moins de briller par son esprit en raillant les usages que de comprendre leur raison d’être, on a davantage le sens de la relativité et l’on fait souvent intervenir, par exemple, la notion de climat pour expliquer certaines particularités de l’Italie.

Le paysage italien

20Les relations de voyage traduisent, au cours de cette période, des intérêts très divers : certains existaient déjà dans la première moitié du siècle, mais ils peuvent apparaître sous un autre jour, d’autres sont nouveaux et correspondent à une mentalité toute différente.

  • 41 Voyage historique d’Italie, La Haye, 1729, T. II, p. 181.
  • 42 Op. cit., p. 70. Ces deux phrases, si caractéristiques de l’époque, sont également citées par Schu (...)
  • 43 Pour comprendre ce que le terme romantique signifie alors, on peut se référer à l’article d’Alexis (...)
  • 44 R. Michéa, La poésie des ruines au XVIIIe siècle et la contribution de l’Italie à la sensibilité p (...)
  • 45 Cf. Le catalogue de l’exposition organisée en 1969 au Musée Jacquemart-André : Hubert Robert et le (...)
  • 46 J. B. Leblanc, Lettres d’un François concernant le gouvernement, la politique et les moeurs des An (...)
  • 47 Cette précision est importante : elle explique comment les contemporains peuvent associer les term (...)
  • 48 René de Girardin, De la composition des paysages, Genève et Paris, 1777 (ch. XV).

21Le paysage italien prend une place de plus en plus grande dans ces ouvrages. Beaucoup de voyageurs, à l’époque précédente, ne l’avaient pas vu : enfermés dans leurs voitures, ils bavardaient avec leurs compagnons — De Brosses et son petit groupe de Bourguignons rivalisaient sans doute de traits spirituels — ou bien, on relisait les auteurs anciens : pendant la traversée des Marais Pontins, la lecture d’Horace avait plus d’importance que l’observation. Les relations ne mentionnaient guère que des paysages aimables, fertiles, à propos desquels on se plaisait à évoquer des textes antiques : bords du Clitumne, riches plaines d’Italie septentrionale et de Campanie... On goûtait, non pas le spectacle de la nature livrée à elle-même, avec toute son exubérance et sa fantaisie, mais ce qu’on appelait une « noble ordonnance » et des effets qui semblaient dus à l’art du jardinier. Tous les étrangers admiraient la route de Fondi à Gaète, dont Guyot de Merville écrivait : « Il n’y a pas de promenade ou d’allée, quelque bien entendue qu’elle puisse être, qui approche de la beauté de ce chemin »41. De Brosses avait recours à une comparaison fort surprenante pour caractériser les environs de Vicence et Padoue : « Il n’y a point de décoration d’opéra plus belle ni mieux ornée qu’une pareille campagne »42. La région de Naples était considérée comme la plus belle du monde. Dans la seconde moitié du siècle, on ne sait pas encore apprécier les paysages dépouillés et austères : la campagne romaine ne fait naître aucune émotion chez les devanciers de Chateaubriand, sinon la déception au souvenir de ce qui fut ; les Alpes ne suscitent guère que des considérations banales, telle la présence simultanée de diverses saisons en un espace fort restreint ; cette remarque, qui apparaît dans la relation de Grosley, Nouveaux mémoires ou observations sur l’Italie et sur les Italiens, par deux gentilshommes suédois (1764), se retrouve ensuite fréquemment ; il faut y voir une preuve de l’influence exercée par la Nouvelle Héloïse et la célèbre lettre sur le Valais. L’admiration que suscite le paysage italien doit être rattachée parfois à celle qu’inspirent des tableaux fort estimés : Goethe, tout pénétré d’esprit classique, se réfère à Poussin et à Claude Lorrain, et il est fréquent à cette époque d’associer à certains sites le nom de Salvator Rosa, considéré comme le peintre « romantique » par excellence43. Un certain nombre de « motifs », déjà traités par les peintres quinze et vingt ans plus tôt, ne sont guère appréciés des voyageurs qu’aux alentours de 1780 : cascades de Tivoli chères à Fragonard, jardins des villas romaines longtemps méprisés pour leur abandon et où l’on se plaît maintenant à goûter la solitude, ruines à demi ensevelies sous une végétation désordonnée... René Michéa a montré quel rôle ont pu jouer ici les artistes sur la sensibilité de leurs contemporains, en particulier Hubert Robert44. Il est frappant en effet de constater que les paysages préférés de Meyer, et leur atmosphère, ont déjà fourni à l’artiste de nombreux sujets d’inspiration, comme suffit à le prouver l’admirable collection de sanguines conservée au Musée de Valence45 : on y trouve, bien entendu, des vues du Forum, du Colisée et du Capitole, ainsi que la pyramide de Cestius, mais aussi la terrasse du Palatin où Meyer goûte les charmes de la nuit, de la musique et de l’amitié, les jardins des villas, des arbres tourmentés et des ruines, non plus, comme chez Poussin, nobles et géométriques, mais envahies par la végétation... Les relations de Meyer, Goethe et Karl Philipp Moritz prouvent l’intérêt que les artistes français, anglais ou allemands continuent à porter à ces divers motifs. En correspondance avec ce goût, nouveau chez les voyageurs, il faut noter dans les relations l’apparition de deux termes qui deviennent fréquents après 1780, pittoresque et romantique. Chez Meyer, comme en France à la même époque, il n’est pas toujours possible de distinguer romantique et pittoresque (Malerisch). Alexis François en fournit une preuve dans l’article précédemment signalé, où il introduit la citation suivante : il s’agit de ces jardins auxquels J. B. Leblanc estime que les Anglais donnent « un air qu’ils appellent en leur langue Romantic, c’est-à-dire à peu près pittoresque »46. Dans bien des cas cependant la différence est due à l’intervention de la sensibilité, comme le prouve ce texte de René de Girardin, emprunté au même article : « Si la situation pittoresque enchante les yeux, si la situation poétique intéresse l’esprit et la mémoire, retraçant les scènes arcadiennes en nous, si l’une et l’autre composition peuvent être formées par le peintre et le poète, il est une autre situation que la nature seule peut offrir : c’est la situation romantique... Sans être farouche, ni sauvage47, la situation romantique doit être tranquille et solitaire, afin que l’âme n’y éprouve aucune distraction et puisse s’y livrer tout entière à la douceur d’un sentiment profond »48. L’analyse de ce terme, fournie par un contemporain, correspond exactement aux sentiments inspirés à Meyer par les lieux qu’il juge romantiques, jardins de Rome, Tivoli et ses cascades, lacs d’Albano ou de Nemi.

  • 49 Brydone, Voyage en Sicile et à Malte, Amsterdam, 1775. L’édition originale fut publiée à Londres e (...)
  • 50 Cf. H. Tuzet, op. cit., p. 44.
  • 51 Martin Sherlock, Nouvelles lettres d’un voyageur anglois, Londres, 1780, p. 11.
  • 52 Cf. Kenneth Clarck, L’Art du Paysage, Paris, 1962, p. 86.

22Les impressions que l’on se plaît à goûter dans ces paysages sont liées également à certains effets de lumière. C’est l’époque où apparaissent dans la littérature de voyage les couchers de soleil et les clairs de lune ; quelques motifs, comme celui du Colisée au clair de lune que l’on remarque chez Meyer, Adler, Goethe et bien d’autres, se dévaloriseront très vite. Les levers de soleil ne sont pas moins prisés : le plus célèbre, contemplé depuis le sommet de l’Etna, est dû à l’Anglais Brydone49 ; très admiré, il suscite de nombreuses imitations chez les étrangers qui se rendent en Sicile50 et ceux-là mêmes qui ne visitent pas l’île cherchent à rivaliser avec lui : sans l’exemple de Brydone, Meyer, lorsqu’il relate son ascension au Vésuve, peindrait-il le jour se levant sur la baie de Naples, lui qui est d’ordinaire hanté par l’idée que l’écrivain ne saurait rivaliser ni avec le peintre, ni avec la nature ? Il est le premier qui décrive ces effets de lumière depuis le sommet du célèbre volcan. Quelques années plus tôt, la relation d’un autre voyageur féru de littérature, Martin Sherlock, nous fournit une notation intéressante en associant au spectacle qu’il a devant les yeux le souvenir de Rousseau ; il écrit en effet, pendant son séjour à Naples : « Je me lève souvent avant le jour, pour jouir du souffle du matin ; et de la superbe description qu’a fait l’illustre Rousseau du lever du soleil (...). Il se lève derrière le Vésuve pour illuminer le coteau riant de Posilipo, et le sein du plus beau golfe de l’univers, uni comme un miroir, et rempli de bateaux tous en mouvement ». L’auteur revient ailleurs sur cette remarque, il s’agit cette fois de l’Italie en général : « C’est ici par excellence le pays de l’imagination ; le pays des Poëtes et des Peintres ; c’est ici que l’Arioste a puisé ses inimitables descriptions ; que le Guide a pu concevoir et exécuter son Aurore et que Rousseau, transporté par une demi-heure d’enchantement, a appris à décrire le lever du soleil ». Et il continue ainsi : « Si les paysages de Claude sont justement préférés à tous les autres, quelle en est la raison ? Ses paysages sont des paysages italiens... »51. L’explication peut paraître insuffisante, mais Sherlock rejoint ici la conviction du peintre Gainsborough estimant qu’aucun paysage, hormis ceux d’Italie, ne vaut d’être peint52.

  • 53 Heinse, Briefe. Der Gesammtausgabe zehnter Band, pp. 172-73.

23Ainsi, on ne regarde plus un paysage uniquement en fonction de sa fertilité, ou lorsqu’on peut y associer la citation d’un texte ancien. La littérature de voyage fournit même à cette époque un passage d’un intérêt exceptionnel : il figure dans une lettre où Wilhelm Heinse évoque avec enthousiasme les impressions qu’il doit à la grande cascade de Tivoli. Devant la beauté, la puissance de la nature qui lui offre un tel spectacle, l’ardent Stürmer reproche à Winckelmann d’avoir méprisé la peinture de paysage et déconseillé au jeune artiste de s’y consacrer, pour ne pas perdre son temps à étudier tant d’objets insignifiants (on sait que cette peinture est alors généralement considérée comme un genre bien inférieur à la peinture d’histoire et au portrait). Heinse répond à l’historien par une vigoureuse protestation, où il revendique les droits du paysage à la dignité artistique et conteste la primauté accordée à l’homme. Comment s’explique, selon lui, la position de Winckelmann ? Sans doute par une insensibilité qui aurait empêché celui-ci d’apprécier l’harmonie d’un paysage, la beauté des levers et des couchers de soleil, de l’orage et de la tempête en mer, d’une éruption volcanique (on reconnaît dans ces derniers exemples l’atmosphère tourmentée où se complaît le Sturm und Drang) ; sans doute aussi par la faute des peintres de paysage qui se contentent d’exploiter des procédés... Il ne faudrait cependant pas méconnaître l’oeuvre des grands artistes, ni oublier que le ciel et la terre, l’air et la mer peuvent être parfois aussi dignes d’intérêt que les scènes inspirées par l’histoire de l’homme53.

  • 54 Souvenirs, Paris, Charpentier, s.d., T. I, p. 156.
  • 55 Cf. infra, p. 15.
  • 56 Op. cit., T. II, p. 743.

24L’expérience des voyageurs se révèle donc fort précieuse. Le goût s’affirme en faveur de paysages naguère ignorés ou méprisés ; on recherche certaines atmosphères, certains effets de lumière. Certes, l’art de la description n’est pas en possession de tous ses moyens : avant la célèbre Lettre à Monsieur de Fontanes, qui marquera une date capitale dans la littérature de voyage inspirée par l’Italie, plus d’un voyageur regrette que les mots soient impuissants à rendre les spectacles offerts par la nature, et nous sommes surpris de trouver si peu de notations concernant la lumière — sauf dans le cas de Naples — et les couleurs si particulières de certaines provinces ou de certaines villes : les Souvenirs de Mme Vigée-Lebrun nous font imaginer ce qu’a pu être son carnet d’artiste lorsqu’elle évoque le ton des pierres du Colisée, « les effets que la végétation y a semés partout »54, mais ailleurs nous ne trouvons que quelques exemples isolés : un charmant tableau de la lagune vénitienne chez Lalande55 et, chez Goethe, accusé par certains critiques de s’intéresser fort peu au paysage italien, un petit nombre de textes où se révèle la sensibilité d’un coloriste : « Les ombres bleues et claires se détachent avec tant de charme sur les parties éclairées, vertes, jaunâtres, rougeâtres, brunes, et se fondent aux vapeurs brunâtres du lointain. Il y a là une lumière et, en même temps, une harmonie, dont dans le nord on n’a aucune idée »56.

  • 57 Il faut souligner l’intérêt historique de ses Lettres sur l’Italie en 1785, qui furent souvent réé (...)

25L’admiration pour la nature italienne, dont la beauté est considérée comme exceptionnelle, suscite chez les voyageurs des effusions lyriques, des confidences plus ou moins voilées. Wilhelm Heinse exprime son enthousiasme, Dupaty multiplie les exclamations57, Meyer est plus discret. Certains étrangers découvrent dans certains lieux des rapports subtils avec leur sensibilité la plus profonde ; ainsi Meyer par exemple a, comme beaucoup de ses contemporains, un goût très net pour les beaux arbres de Rome et de ses environs, mais il éprouve une prédilection pour les eaux : moins pour la mer, dont le spectacle enchante Goethe à Naples, que pour les eaux jaillissantes des cascades présentant leurs jeux de lumière sur un fond de verdure sombre, et surtout pour ces beaux lacs tranquilles, images d’une âme sereine, près desquels il semble bien avoir eu la révélation de son moi le plus secret. A la génération des hommes sensibles qui se rendent en Italie après 1780, la nature italienne offre ainsi, parfois, des expériences irremplaçables.

  • 58 Op. cit., T. I, pp. 187-89.

26La plupart de ces voyageurs se passionnent pour les sciences naturelles, qui font alors de considérables progrès. De nombreuses observations ont trait à la botanique ou à la minéralogie, Lalande ne manque pas d’indiquer les titres des travaux scientifiques consacrés au Vésuve, aux Champs Phlégréens, et de relater les expériences faites à la Grotte du Chien... Goethe recueille des échantillons de roches, il réfléchit au problème de l’Urpflanze — la plante unique qui aurait existé à l’origine et dont les autres seraient issues par voie de différenciation — et croit avoir trouvé la solution au jardin de Paierme. La réflexion scientifique et le lyrisme ne sont d’ailleurs pas incompatibles, comme le prouve ce cri qui lui échappe à propos du marché au poisson de Venise : « Quelle magnifique, délicieuse chose qu’un être vivant ! »58

Les oeuvres d’art

  • 59 Charles-Nicolas Cochin, Voyage pittoresque d’Italie, Paris, 1756.
  • 60 Jusqu’ici, nous n’avons trouvé aucune mention de cet ouvrage chez les voyageurs allemands. L’éditi (...)
  • 61 Dans une de ses lettres. La citation est empruntée à R. Michéa.
  • 62 Stendhal, Promenades dans Rome, op. cit., T. I, p. 219.

27Pendant longtemps, les voyageurs se sont intéressés surtout aux oeuvres antiques. L’admiration qu’elles inspirent prend désormais un caractère nouveau, et cela pour diverses raisons. On a appris à regarder autrement les oeuvres d’art, sous l’influence de certains ouvrages, ceux de Cochin — son Voyage d’Italie surtout59, utilisé par Lalande — peut-être aussi, dans le cas des Allemands, le Laocoon de Lessing60 ; une des influences les plus nettes est celle de Winckelmann. Celui-ci a la conviction d’apporter un changement considérable dans la tradition du voyage en Italie : « Je crois que je suis venu à Rome pour ouvrir les yeux à ceux qui verront cette ville après moi », déclare-t-il61. Winckelmann, issu du peuple, peut être considéré comme l’anti-cavalier ; d’autre part, son Histoire de l’art dans l’antiquité influe sur le jugement de nombreux voyageurs, puisque d’importantes citations empruntées à cet ouvrage figurent dans le guide de Volkmann, puis dans la seconde édition de Lalande. Les contemporains lui doivent pour une bonne part leur admiration pour les Grecs. C’est surtout à Rome que l’on se rend pour les voir — la Grèce, occupée par les Turcs, attire peu les étrangers — on s’y enthousiasme pour les oeuvres tardives ou les copies romaines, que l’on croit authentiques, réunies au Vatican, tout particulièrement le Torse, le Laocoon et l’Apollon du Belvédère. Ces statues suscitent de nombreux développements lyriques. Une mode se répand bientôt, qui, croyons-nous, a pu prendre naissance dans le milieu des artistes allemands : on va contempler ces oeuvres la nuit, à la lumière des torches, et on a l’illusion de les voir s’animer. On ignore que Néron déjà regardait ainsi le Laocoon prendre vie... Cette mode nous vaut quelques belles pages enthousiastes, en particulier chez F. J. L. Meyer, mais très vite il n’y a plus qu’une émotion de commande et d’insupportables lieux communs. Au XIXe siècle, c’est à Londres que l’on ira admirer les chefs-d'oeuvre grecs, et l’exaltation que manifestent au Vatican certains de nos voyageurs semblera bien ridicule. Stendhal écrira de l’Apollon : « La vue des marbres d’Elgin, dont les plâtres existent à vingt pas d’ici, nuira beaucoup, ce me semble, au rang qu’occupait cette statue. La majesté du dieu sembla un peu théâtrale à nos compagnes de voyage. Nous avons lu la description de Winckelmann ; c’est du Phébus allemand, le plus plat de tous »62.

  • 63 Comte de Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque de la Grèce, Paris, 1782-1809.

28A la même époque, l’architecture grecque est révélée à certains voyageurs par les temples de Paestum, redécouverts récemment, et par ceux de Sicile. L’intérêt que ces monuments inspirent aux graveurs leur permet d’être connus de toute l’Europe. Piranèse consacre toute une série d’estampes à Paestum, et le Voyage pittoresque de Naples et de Sicile, publié par l’abbé de Saint-Non et illustré de nombreuses gravures, figure dans maintes bibliothèques. Il faut donc aller en Italie pour connaître la Grèce ; pendant son deuxième séjour à Rome, Goethe a même la chance de voir les dessins de Cassas, qui vient d’accompagner Choiseul-Gouffier dans son voyage63. L’Italie offre donc une large ouverture sur le monde, puisqu’en Sicile Goethe a l’impression de prendre également contact avec l’Asie et l’Afrique.

29Le contact avec l’antiquité paraît en outre plus vivant, grâce aux découvertes faites à Herculanum et Pompéi, qui permettent de mieux connaître la vie quotidienne des anciens. Des oeuvres d’art récemment mises au jour vont peut-être modifier la hiérarchie des valeurs établies ; on s’interroge à propos des cavaliers d’Herculanum : sont-ils supérieurs au Marc Aurèle du Capitole, considéré jusque-là comme la plus belle des statues équestres ? On découvre, ou presque, la peinture antique, avec les fresques qui ont conservé leur fraîcheur. La visite au musée de Portici, où sont réunis ces trésors, suscite l’enthousiasme, malgré l’inévitable irritation due aux sévères consignes appliquées par les gardiens. L’archéologie apparaît comme une science jeune, susceptible d’augmenter considérablement la connaissance du passé. Toute l’Europe s’impatiente en attendant le déroulement des manuscrits carbonisés trouvés à Herculanum : vont-ils apporter au monde cultivé des textes anciens demeurés inconnus ?

  • 64 Voyages de Montesquieu, Bordeaux, 1894, T. I, p. 263.

30Comme à l’époque précédente, l’intérêt reste faible pour le moyen âge et la première Renaissance. Dans le domaine de l’architecture, la « barbarie gothique » ne cesse, pense-t-on, qu’avec Palladio, qui a su remettre en usage les principes des anciens, aussi est-il l’objet d’un véritable culte : peu de voyageurs négligent de s’arrêter à Vicence. Saint-Pierre de Rome est toujours considéré comme le chef-d’oeuvre par excellence : cet ensemble justifierait à lui seul un voyage en Italie. L’admiration qu’on lui voue s’exprime souvent sous une forme lyrique. En peinture, les « phares » restent Raphaël et Corrège, puis les Bolonais. Beaucoup de voyageurs sont sensibles au charme de la peinture vénitienne, Montesquieu ne disait-il pas déjà : « Je voudrois que le Roi eût une Académie à Venise, comme à Rome, pour envoyer travailler les élèves qui seroient sortis de l’Académie de Rome »64.

  • 65 A cette époque, Michel-Ange est surtout estimé comme architecte.
  • 66 Cf. à ce sujet l’ouvrage de Schudt, p. 272 sq.
  • 67 Op. cit., T. I, p. 127.

31D’autres, tel K. Ph. Moritz, admirent les fresques de Michel-Ange à la chapelle Sixtine65. On sait mieux désormais regarder et apprécier les oeuvres d’art, les guides ne manquent pas de donner certains conseils pratiques et beaucoup d’étrangers se piquent d’être, sinon des connaisseurs, du moins des amateurs. L’intérêt pour les oeuvres d’art — et particulièrement pour la peinture — qui était si rare au siècle précédent66, se fait de plus en plus vif ; cela nous vaut parfois, au lieu des sèches énumérations auxquelles on se bornait jadis, quelques impressions personnelles et des tentatives d’analyse. A Padoue, Goethe contemple des Mantegnas dans l’église des Ermites : « Quelle présence précise et sûre dans ces toiles ! Cette réalité circonscrite absolument vraie, non pas par exemple apparente, dont l’effet ferait illusion, ou ne parlant qu’à l’imagination, mais rude, pure, lumineuse, consciencieuse et délicate, en même temps ayant quelque chose d’austère, de laborieux, de pénible, est le point de départ des peintres suivants, ainsi que je le remarquai dans des tableaux du Titien... »67.

32D’autres voyageurs, moins sûrs d’eux, ne se risquent pas à publier les notes qu’ils ont réunies en visitant les musées et les églises ; c’est le cas de Meyer, cependant, il nous fait pénétrer dans les ateliers de quelques contemporains : celui de Baioni, le peintre le plus célèbre à Rome depuis la mort de Mengs, ceux d’Angelica Kauffmann, de Tischbein... Si l’admiration exprimée par le voyageur ne correspond plus à notre échelle de valeurs, la visite à laquelle il nous convie garde un intérêt historique.

Les spectacles : le théâtre, l’opéra. La vie familière

33Le carnaval, les fêtes, les cérémonies religieuses gardent leur pouvoir d’attraction dans des villes comme Rome et Venise. En outre, à cette époque, le théâtre et surtout l’opéra sont de plus en plus fréquentés par les étrangers ; quelques-uns d’entre eux ont une certaine connaissance de l’italien. Goethe assiste à Venise à de nombreuses représentations, il y voit des pièces de Gozzi et de Goldoni et s’intéresse aussi à la commedia dell’arte. La musique italienne est considérée comme la meilleure de l’Europe ; on ne manque pas d’aller entendre les concerts donnés par les hôpitaux de Venise — plus d’un voyageur tente d’apercevoir les jeunes musiciennes — et de se rendre à l’opéra ; à cet égard, Naples est plus renommée encore que Venise, et son théâtre, le San Carlo, suscite de nombreuses descriptions. Certaines relations ne ménagent pas les critiques à la mise en scène, aux ballets, à quelques chanteurs aussi, au public, bruyant et rarement attentif, sinon quand il s’agit des airs de bravoure. Meyer, lui, n’a pas oublié la beauté des voix, l’excellence de l’orchestre, ni ce long cri spontané par lequel il a entendu la foule exprimer son admiration.

34On ne néglige cependant pas les considérations politiques et peu de voyageurs omettent de consacrer un développement à l’histoire de Venise, seule capable d’expliquer la forme si particulière de son gouvernement. Quant au régime pontifical, il est attaqué pour de nombreuses raisons, particulièrement en ce qui concerne l’économie. On lui reproche la désolation de la Campagne romaine et des Marais Pontins, on critique vivement les mesures par lesquelles il entrave la libre circulation des grains. Et que dire du royaume de Naples ! Dans cette Italie morcelée, seul le grand-duc de Toscane offre l’exemple, cher aux philosophes, d’un despote éclairé. La plupart des voyageurs n’ont pourtant pas la compétence nécessaire pour étudier vraiment les problèmes politiques, les mêmes remarques se répètent presque inévitablement d’une relation à l’autre. On ne manque pas de visiter les tribunaux de Venise et de Naples : cela nous vaut parfois une satire de la justice, mais, le plus souvent, on se divertit à regarder les allées et venues de la foule, la mimique des avocats ; elles inspirent de petites scènes amusantes, plus ou moins caricaturales, qui rejoignent l’observation des moeurs.

35Si l’on ne parle plus guère des courtisanes vénitiennes, certains usages continuent à intriguer les étrangers : faut-il condamner ou non les sigisbées ? Que penser du célibat ecclésiastique ? Le personnage de la jeune fille qui apparaît une dernière fois dans le monde, richement parée, avant d’être « ensevelie » pour toujours dans un cloître, est l’un de ceux sur lesquels on s’apitoie. L’habitude de confier dans les opéras certains rôles à des castrats suscite des protestations indignées. Tout cela a déjà été dit, sans doute, mais on prend parti avec plus de passion qu’à l’époque précédente.

36Une des nouveautés les plus importantes est l’apparition dans les relations de voyage du petit peuple longtemps ignoré ou méprisé. Désormais, on le regarde avec curiosité, parfois avec sympathie. Certes, on n’ignore pas ses défauts — à Rome, par exemple, la superstition, les vices, un penchant invétéré au meurtre qui a pour conséquence de nombreux assassinats — mais dans quelle mesure le gouvernement n’en porte-t-il pas la responsabilité ? On en veut pour preuve le droit d’asile accordé par l’Eglise aux meurtriers, et l’on vante le naturel, la complaisance, la dignité des Romains. Le fait le plus significatif à cette époque est l’intérêt qu’inspire « la lie » de la population napolitaine, les lazzaroni. Naguère, ils étaient universellement méprisés et condamnés comme fainéants et fripons ; désormais on prétend qu’ils ne méritent pas de telles accusations, ou bien on ne considère plus leur paresse comme un vice, mais comme une preuve de philosophie : s’ils travaillent peu, c’est qu’ils savent réduire leurs besoins à l’essentiel et se contenter de peu d’argent. En quelques années, vers 1785, se développe un nouveau poncif : après le lazzarone fainéant et voleur, voici le lazzarone philosophe, ce « nouveau Diogène » dont parlent K. Ph. Moritz et Goethe, qui ont visité Naples la même année : il nous offre un bien curieux mélange de stoïcisme et d’épicurisme ! On tente de démontrer que le peuple est naturellement bon ; ainsi s’établit un mythe qui sera de courte durée, celui du « bon sauvage » napolitain, dont tous les défauts sont dus à un mauvais gouvernement. Un courant de sympathie analogue, mais beaucoup moins répandu, se fait jour également en faveur des Calabrais : ils continuent le plus souvent à inspirer la méfiance, mais un Bartels, sous leur rudesse, retrouve les qualités de l’homme naturel, préservé de la civilisation corruptrice, et ne voit nulle part les bandits dont on lui avait tant parlé. Les traits de férocité auxquels donne lieu le tremblement de terre survenu en Calabre en 1783 ne réussissent pas à ébranler cet optimisme qui apparaît chez quelques voyageurs.

  • 68 K. Ph. Moritz, op. cit., T. II, p. 165.

37On se plaît à flâner au hasard des rues, à s’attarder parmi les badauds rassemblés autour des improvisateurs, des bateleurs, des conteurs populaires... L’un des premiers, Grosley décrit la foule entourant à Venise les « raconteurs » de la place Saint-Marc et le jeu de ces derniers, qui, plus tard, inspirent à Meyer une charmante scène de genre. Le désir de sympathiser avec le petit peuple entraîne même parfois le voyageur à participer à des émotions collectives qui auraient pu sembler étrangères à sa sensibilité : Goethe, à Paierme, n’est-il pas séduit par la fête de la Sainte-Rosalie ? Au siècle suivant, on s’intéressera aux petits métiers, que l’on se plaira à retrouver dans l’imagerie populaire, et à ce que l’on appellera le folklore. On ne relève encore que de rares observations à cet égard. La plus remarquable est due à K. Ph. Moritz, elle a trait aux chants populaires. Ecoutant chanter les gens du peuple dans les rues de Rome, l’auteur note qu’il n’y a là rien de comparable aux ballades du Nord, avec leurs esprits, leurs sorcières et leurs revenants ; de même, ce n’est pas la coutume de se réunir pour conter des histoires effrayantes : autre climat, autres moeurs, il faut pour cela un ciel moins clément, l’atmosphère enfumée d’une chambre obscure et les hurlements de la bise68.

  • 69 K. Ph. Moritz, op. cit., T. II, p. 100. Mme de Staël, Lettre à Charles de Villers, 1er août 1802.

38Même chez les voyageurs les plus enclins à considérer les humbles avec sympathie, une constatation désabusée s’impose : l’Italie n’est plus digne de son brillant passé. La population apparaît bien déchue à qui garde présents à la mémoire les grands exemples de l’antiquité ; la suprématie artistique appartient désormais à d’autres nations ; quelques savants illustrent encore la péninsule, mais leur petit nombre ne lui permet pas de rivaliser avec les grands pays d’Europe. Riedesel, puis K. Ph. Moritz expriment l’idée qui se retrouvera dans cette phrase de Mme de Staël : « Je crois avec vous que l’esprit humain qui semble voyager d’un pays à l’autre est en ce moment en Allemagne »69.

  • 70 Op. cit., T. I, p. 151 sq. Le début de cette histoire évoque celle d’un héros de Kleist, dont le M (...)

39Malgré cette constatation, nous voyons s’ébaucher un thème destiné à connaître tout son développement au XIXe siècle chez Stendhal, celui de l’énergie, de la passion italienne. L’anecdote de la parricide Cenci, qui apparaît à diverses reprises au cours du siècle dans les relations de voyage, prend pour la première fois sa véritable portée dans l’ouvrage de Meyer : l’auteur souligne en effet la fermeté que la jeune fille a su garder dans la torture, s’égalant ainsi aux héroïnes de l’ancienne Rome. D’autres étrangers trouvent dans l’époque présente des exemples de grandeur : Bartels consacre un long passage à Angelo del Duca, l’un de ces « bandits d’honneur » que le romantisme ne comptera plus. Injustement persécuté et obligé de se réfugier dans le maquis, celui-ci devient par le concours des circonstances un redresseur de torts, le bienfaiteur des petites gens et des opprimés70.

La relation de voyage

40La relation de voyage présente ainsi un intérêt nouveau, puisque son contenu s’est considérablement enrichi, grâce à cette curiosité plus vaste des voyageurs et à l’expression de leurs sentiments personnels, plus fréquente que par le passé. Le lecteur n’a plus l’impression de se trouver en présence d’ouvrages à peu près interchangeables, comme c’était souvent le cas naguère. René Michéa voit avec raison dans le dernier tiers du XVIIIe siècle l’âge d’or du voyage en Italie ; c’est aussi l’époque où la relation de voyage prend ses distances par rapport au guide. Sa forme offre une très grande souplesse : c’est tantôt une correspondance ou un journal, publiés tels quels, avec leur spontanéité, mais aussi leurs redites, leur difficulté à dominer l’expérience quotidienne et à présenter de vastes synthèses, mais leur intérêt pour l’autobiographie, puisqu’ils nous font suivre insensiblement l’évolution du voyageur — les réactions de K. Ph. Moritz à ses différentes visites au Vatican pour voir les antiques du Belvédère, les étapes de la crise décisive vécue par Goethe — tantôt il s’agit d’un ouvrage écrit après un délai assez long, pour lequel l’auteur utilise les notes éparses prises au cours de son voyage, et aussi, éventuellement, une documentation puisée à des sources diverses : Meyer rédige ses Darstellungen neuf ans après son retour et s’efforce de donner une certaine unité à ses divers chapitres.

  • 71 Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malte, Paris, an VII.
  • 72 Et aussi par son époque : Heinse choisit de faire vivre son héros dans l’Italie de la Renaissance, (...)
  • 73 L’Espion chinois : ou, l’Envoyé secret de la Cour de Pékin, pour examiner l’Etat présent de l’Euro (...)

41Beaucoup de relations restent fidèles à la forme épistolaire, traditionnelle depuis la relation de Misson. Le Voyage en Sicile et Grande-Grèce de Riedesel se compose de deux lettres écrites à Winckelmann, Bartels publie des Lettres sur la Calabre et la Sicile, Goethe, rédigeant son Voyage trente et quarante ans après son retour d’Italie, choisit, nous l’avons vu, de présenter son oeuvre comme une correspondance adressée à ses amis. Non sans coquetterie, certains voyageurs prétendent ne publier leur oeuvre que sous la pression de leur entourage. On sait mieux désormais exploiter les avantages de la forme épistolaire, que l’époque précédente avait souvent méconnus — ce sont, en grande partie, ceux qu’offre aussi le journal. Si De Brosses faisait varier avec beaucoup d’habileté les sujets et le ton selon les destinataires de ses Lettres familières, le guide de Keyssler reprenait toujours le même plan pour présenter les curiosités de chaque ville. Ces avantages sont ceux dont Misson avait déjà conscience : la vie et la diversité, la possibilité de conter des aventures personnelles, de ne pas répéter ce que tant d’autres ont écrit ou, au contraire, d’y revenir selon que les correspondants sont jugés bien ou mal informés. Goethe en profite souvent pour éviter de reprendre certaines descriptions, renvoyant ses amis à divers auteurs et même à des gravures. Le ton peut être infiniment varié : on badine comme Roland de la Platière écrivant à sa fiancée71, on s’attendrit ou l’on s’indigne, on exprime son enthousiasme avec plus ou moins de retenue, on prétend brosser un tableau objectif. Plusieurs livres de Wilhelm Heinse offrent divers aspects sous lesquels peut apparaître à cette époque la littérature de voyage, un journal, des lettres et un roman, Ardinghello et les îles bienheureuses, qui ne se présente pas encore comme un itinéraire romancé — ce sera bientôt le cas de la Corinne de Mme de Staël — mais où le caractère et les aventures du héros s’expliquent par le pays où il vit72. La fiction à laquelle ont recours certains auteurs pour publier leurs observations est plus ou moins plausible : les Nouveaux mémoires ou observations sur l’Italie et les Italiens, de Grosley, parus sous l’anonymat, sont attribués à deux gentilshommes suédois. Ange Goudar exploite de façon systématique une formule qui doit son succès à l’Espion turc et aux Lettres persanes : son Espion chinois prétend n’être que la traduction des lettres écrites par un Chinois accomplissant un voyage dans les principaux pays de l’Europe73.

  • 74 Si, pendant la première moitié du XVIIIe siècle, les relations des voyageurs allemands ne peuvent (...)
  • 75 Ce qui n’empêche pas de se référer à l’expérience d’autres auteurs : Meyer, par exemple, a lu Dolo (...)

42Le genre a donc évolué au cours du siècle. La relation de voyage, qui n’avait pas une physionomie bien nette à l’époque précédente et se distinguait mal du guide, chez les Allemands surtout, est plus consciente de son originalité74. Il ne s’agit pas de tout dire, on évite de plus en plus la compilation et l’érudition, mais on note ce qu’on a observé soi-même et comment on a réagi75 ; aussi voyons-nous, dans bien de cas, la description céder le pas aux impressions du voyageur. Lorsque Meyer visite les Arènes de Vérone, le premier monument de l’antiquité qu’il rencontre sur sa route, il se dispense d’en donner les dimensions, le nombre des gradins, etc., comme l’avaient fait tant d’étrangers ; il recourt à d’autres moyens pour évoquer l’aspect imposant de l’édifice et ce qui compte surtout, c’est la réflexion que lui inspire la décadence de l’Italie quand il aperçoit, perdus dans l’immense amphithéâtre, les tréteaux de quelques bouffons.

  • 76 Il s’agit bien entendu de la vie que peuvent mener les étrangers, particulièrement à Rome, car dan (...)
  • 77 De là ce passage, constant chez lui, du passé au présent et réciproquement : le passé correspond e (...)

43Chez de nombreux voyageurs, la relation de voyage tend à se rapprocher de l’autobiographie. Meyer a la révélation de l’Italie, d’une vie plus pleine où l’amateur peut consacrer de longues heures à la contemplation d’oeuvres d’art76, de paysages inoubliables en harmonie avec son âme, et aussi de son être le plus profond, grâce à cette heure privilégiée, unique, qu’il a vécue auprès du lac d’Albano. Sans doute se montre-t-il trop discret à notre gré — il ne nous livre d’ailleurs pas son journal de voyage — sans doute aussi le voyons-nous hésiter entre l’expression de sa propre expérience et le souci d’information : à côté de souvenirs bien personnels apparaissent quelques notices qui semblent empruntées à des guides77. Ces hésitations sont fréquentes à cette époque dans les relations de voyage. Parfois cependant, l’accent est mis sur l’aspect autobiographique : ainsi chez W. Heinse et K. Ph. Moritz, rédigeant en Italie un journal et des lettres, ou chez Mme Vigée-Lebrun qui introduit dans ses Souvenirs un passage consacré à son séjour dans la péninsule. Le cas de Goethe offre un intérêt tout particulier : son voyage représente une étape décisive de son existence, où il se détache du Sturm und Drang, renie l’admiration qu’il éprouvait naguère pour le moyen âge germanique et comprend que sa véritable vocation n’est pas la peinture, mais la littérature ; c’est bien là, comme il le dit lui-même, une seconde naissance. Aussi donne-t-il à son Voyage d’Italie, selon la remarque faite par R. Michéa dans sa préface de l’édition Aubier, une forme dramatique, l’aspect d’une crise qui se noue et se dénoue.

  • 78 Un ancien moine dont Benedetto Croce a retrouvé la trace. Cf. Patignano in Terra di Bari e il maes (...)

44On ne s’est pas débarrassé de tous les poncifs, certains d’ailleurs sont à peu près inévitables — les développements qu’inspirent l’arrivée à Rome, l’ascension du Vésuve, l’excursion à Pouzzoles se ressemblent bien souvent — mais on affirme fréquemment que le voyage d’Italie correspond à une expérience unique, dont l’influence se fera sentir longtemps après le retour. Pour quelques étrangers grincheux, pour une Mme de Genlis incapable de regretter Rome au moment de revoir Paris, que de voyageurs sentent la mélancolie les gagner à la pensée que jamais plus sans doute ils ne reviendront dans le pays où la nature est si belle et où les arts connurent autrefois une si brillante floraison ! Le vieux proverbe italien, « tedesco italianato, diabolo (sic) incarnato », ne semble plus avoir cours ; on nous montre au contraire que le voyageur s’est considérablement enrichi. Meyer sait tout ce que l’Italie a pu lui apporter dans sa jeunesse, il regrette de ne pouvoir retourner dans ce pays à l’époque de sa maturité. Goethe se plaît à évoquer devant Eckermann son enfance, les gravures italiennes rapportées par son père qui ornaient à Francfort la maison familiale, son vieux maître d’italien78, son voyage surtout ; à l’en croire, il n’a plus retrouvé la joie qu’il éprouvait à Rome : « Depuis que j’ai passé le Ponte Molle pour rentrer dans ma patrie, je n’ai plus eu un seul jour de bonheur ».

  • 79 Op. cit., T. I, p. 3. C’est nous qui soulignons.

45A la fin du XVIIIe siècle, la relation de voyage se trouve donc à un tournant de son évolution. A la limite, beaucoup plus tard, elle pourra traduire l’expérience unique du voyageur qui se plaira à voir en lui-même « le plus irremplaçable de tous les êtres », mais alors un certain équilibre tend à s’établir entre la part faite à la chose vue et l’impression qu’elle suscite, non sans quelques hésitations parfois. Au début du siècle suivant, Kotzebue exprime cette conception nouvelle dans une phrase de sa préface : « Si le voyageur est un homme simple et bon, s’il intéresse, on trouvera plaisir à le lire, parce que son âme doit se peindre avec art dans chacune de ses descriptions »79.

II. - F. J. L. Meyer

46Friedrich Johann Lorenz Meyer, fils d’un marchand de vin, naquit à Hambourg le 26 janvier 1760. Il fit ses études dans sa ville natale et à l’université de Göttingen (théologie, lettres, droit). Après avoir soutenu sa thèse de droit en 1782, le nouveau docteur entreprit un voyage en Suisse, en Italie — où il arriva au printemps de 1783 et où il devait faire un séjour de cinq mois — puis en France. Il rentra en 1784 à Hambourg et y exerça pendant quelque temps la profession d’avocat. Chanoine à la cathédrale de Hambourg, il fut nommé président du chapitre en 1809. Il fonda dans cette ville une société patriotique pour l’encouragement des arts et des métiers utiles où il joua un rôle important comme secrétaire-directeur. Il fut membre de plusieurs sociétés littéraires d’Allemagne et membre associé de plusieurs sociétés savantes de France. Faisant partie des députations qui furent envoyées par la ville libre de Hambourg au Directoire, puis au Premier Consul, il vint à Paris en 1796 et en 1801 ; ce fut à cette date qu’il rencontra l’éditeur Heinrichs et Charles Vanderbourg, qui traduisit la relation de son voyage en Italie. Il consacra ses loisirs à l’étude des anciens, à la lecture des historiens, à des recherches sur la théorie des arts. Ses oeuvres les plus importantes appartiennent à la littérature de voyage et concernent l’Italie, la France, l’Allemagne et la Russie. Il consacra aussi quelques monographies à sa ville natale. Il mourut le 21 octobre 1844.

47Les ouvrages qui nous intéressent ici sont les suivants : Darstellungen aus Italien, Berlin, in der Vossischen Buchhandlung, 1792.

48Voyage en Italie, traduit de l’allemand par Vanderbourg, Paris, Heinrichs, an X (1802).

49(La Biographie universelle des voyages due à Boucher de la Richarderie donne la date de 1800. Cette erreur se retrouve dans le catalogue de la collection Fossati-Bellani).

50Quérard signale que ce même ouvrage est paru également sous le titre : Nouveaux Tableaux d’Italie, etc., traduits de l’allemand, Leyde, 1803. Nous n’avons pu consulter cette édition. Il existe une traduction néerlandaise, parue en 1803.

51Avant la publication de son Voyage en Italie, Meyer était déjà connu du public français par un autre ouvrage, les Fragments sur Paris, traduits de l’allemand par le général Dumouriez, Hambourg, 1798, 2 vol.

52Les renseignements concernant Meyer sont fournis par l'Allgemeine Deutsche Biographie essentiellement, l’Avis de l’éditeur Heinrichs qui précède la traduction de Vanderbourg (il s’agit de quelques brèves indications) et le livre consacré par Roland Mortier à son traducteur : Un précurseur de Mme de Staël : Charles Vanderhourg. 1765-1827. Sa contribution aux échanges intellectuels à l’aube du XIXe siècle, Paris, Didier, 1955.

III. - La première traduction du Voyage en Italie de Meyer, par Charles Vanderbourg, 1802

53Lorsque Meyer séjourne à Paris pour la troisième fois, en 1801-1802, il fréquente la colonie allemande, alors importante. L’un de ses membres, le libraire Heinrichs, originaire de la région de Hanovre, lui propose d’éditer en français la relation de son voyage en Italie, dont quelques fragments, traduits par J. F. Bourgoing, ont été publiés dans le Spectateur du Nord.

  • 80 Sérieys, par exemple.

54La proposition n’a rien qui puisse nous surprendre. A cette date, Meyer est déjà connu du public français par ses Fragments sur Paris, inspirés par son deuxième séjour en France, parus dans la traduction due au général Dumouriez. D’autre part, certains esprits chagrins ont beau prétendre que les Voyages d’Italie ne peuvent plus rien apporter d’original, ces oeuvres ont gardé la faveur du public. De nombreuses relations ont été publiées à la fin de l’ancien régime, la tourmente révolutionnaire elle-même n’a pas dissipé cet intérêt. Des hommes habiles80, entre les mains desquels parviennent des manuscrits rédigés avant 1789, s’empressent de les éditer, faisant valoir l’intérêt historique de ces textes parmi d’autres arguments susceptibles de justifier leur entreprise. C’est ainsi que les Lettres du président De Brosses paraissent pour la première fois en l'an VII, et, quelques années après la mort tragique du couple, celles que Roland de la Platière avait adressées au cours de ses voyages à sa fiancée Manon Phlipon.

  • 81 Il en est de même pour les relations dues aux voyageurs anglais.

55Le Voyage de Meyer est donc publié à Paris dix ans après l’édition originale. Dans l’ouvrage qu’il a consacré à Charles Vanderbourg, Roland Mortier note que le fait est exceptionnel à cette époque où les oeuvres allemandes sont connues avec un certain retard, correspondant à peu près à une génération. En 1802 également, Vanderbourg publie sa traduction du Laocoon de Lessing, paru en 1766, donc une quarantaine d’années plus tôt ! La remarque de R. Mortier doit cependant être nuancée en ce qui concerne la littérature de voyage : comme celle-ci inspire depuis le milieu du siècle une vive curiosité, les ouvrages jugés dignes d’intérêt peuvent être traduits très vite81 ; l’exemple le plus significatif est celui de Riedesel, le premier étranger qui ait publié la relation d’un voyage en Grande-Grèce et en Sicile : l’édition allemande paraît en 1771, la traduction en 1773. Le public français peut lire dans un délai rapide les oeuvres d’Archenholz (1788), Ferber (1776) et bientôt celle de Kotzebue (1806). La relation de voyage reste en marge de la littérature proprement dite et n’offre pas ces différences de goût si frappantes, si choquantes même aux yeux des Français, qui se révèlent dans certaines oeuvres allemandes. Cependant, de nombreux livres de voyage ne seront jamais traduits : ceux d’Adler, Moritz, Münter, Bartels, Stolberg... Aussi, en 1802, l’éditeur Heinrichs peut-il présenter la relation de Meyer comme « un des premiers ouvrages allemands de ce genre ».

56L’auteur rencontre à Paris un ancien émigré, Charles Vanderbourg, auquel est confiée la traduction de son livre. 11 est donc, le plus souvent, impossible de savoir à qui sont dues les modifications intervenues dans le texte français. Dans la préface de celui-ci, Meyer signale, sans autre précision : « Je me suis permis quelques additions qui ne changent rien à l’ouvrage, ni pour la forme, ni pour le fonds » (pp. XI-XII).

57Les corrections les plus apparentes concernent la répartition des chapitres. Le texte français en compte vingt-trois, au lieu de vingt dans l’original. Certains ont été scindés en deux : le chapitre 17 (Naples) correspond aux chapitres 17 et 18 de la traduction (La soirée à l’opéra, et la visite au Vésuve), le chapitre 19 aux chapitres 21 et 22, consacrés, l’un à la visite à Portici, Herculanum et Pompéi, l’autre aux Catacombes et à la Calabre. Quelques différences apparaissent également dans la répartition des paragraphes et prouvent le souci de présenter un texte plus aéré ; de même, la phrase allemande, assez longue en général, est souvent décomposée en plusieurs phrases, pour éviter l’accumulation des subordonnées. Ces différences ne modifient en rien le caractère du texte, non plus que la plupart des additions ou des suppressions.

58Ces dernières portent le plus souvent sur les notes ou sur les citations : ainsi disparaissent les longs passages empruntés à Horace et Silius Italicus que Meyer avait introduits au chapitre 15 et à la fin de sa relation. Les additions sont plus variées ; des transitions, dont Meyer s’était peu soucié dans l’édition allemande, sont ménagées d’un paragraphe à l’autre, d’un chapitre à l’autre. Elles sont particulièrement intéressantes dans ce dernier cas : Meyer fixait souvent l’attention sur un tableau ou un exemple qu’il jugeait significatif : celui du chevalier Guadagni au chapitre 1, l’histoire de la jeune Cenci au chapitre 11. Le texte français, au contraire, invite le lecteur à passer au chapitre suivant en piquant sa curiosité. A la fin du chapitre 1 souffle déjà l’air du large et le désir est tendu vers Venise : « Le vent, qui se jouait dans les banderolles des barques, semblait m’appeler, et je partis ». Le procédé qui consiste à « ouvrir » ainsi le chapitre au lieu de le fermer sur lui-même reste d’ailleurs utilisé avec discrétion. Il dénote une conscience plus nette des effets littéraires.

59Dans ces différents cas, il est impossible de déterminer si les variantes sont dues à l’auteur ou au traducteur. Meyer, âgé de quarante-deux ans et qui n’en est plus à sa première oeuvre, attache peut-être désormais plus d’importance à la forme. Quant à Vanderbourg, les autres traductions qu’il a entreprises sans la collaboration des auteurs révèlent, selon R. Mortier, le souci de ne pas négliger les différences de goût qui interviennent d’une nation à l’autre : a-t-il voulu satisfaire l’exigence de clarté et de logique qui caractérise ses compatriotes ?

60D’autres modifications s’expliquent par la nécessité de ne pas blesser le public français. Quelques critiques adressées à la France ont disparu, le nouveau régime reçoit plusieurs louanges discrètes, des additions viennent souligner le rôle joué par notre pays dans certains mouvements d’idées : ainsi, quand il est question des « grands réformateurs du goût » (c’est-à-dire du goût classique), le nom de Caylus est introduit auprès de ceux de Mengs et de Winckelmann. Ou bien encore, quelques passages reçoivent de nouveaux développements : après la description du vaste paysage paisible que Meyer a pu contempler dès son arrivée à Naples depuis la chartreuse Saint-Martin, le texte français évoque une tempête sur ce même golfe, les éclats du tonnerre mille fois répétés par l’écho, une violente éruption du Vésuve... Ce procédé de contraste entre divers tableaux avait d’ailleurs été utilisé à plusieurs reprises dans l’édition originale, de même, la phrase qui termine ce passage correspond tout à fait à la convinction souvent exprimée par Meyer en 1792 : « Poètes, où sont les paroles, Peintres, où sont les couleurs qui nous traceront une image de ces merveilles ? »

61La correction la plus importante concerne le chapitre final. Dans le texte allemand, le dernier paragraphe pouvait paraître banal et peu convaincant avec cette résurrection de la Rome antique à laquelle donne lieu la contemplation des ruines. En 1802, l’accent est mis sur la nostalgie de l’auteur, sur l’importance exceptionnelle que prend dans sa vie ce voyage d’Italie accompli au temps de sa jeunesse. S’agit-il de donner à l’ouvrage une conclusion plus générale et plus personnelle ? L’auteur veut-il insister sur une conviction qui s’est fortifiée en lui avec les années ? Dans ce cas, l’enthousiasme éprouvé par le jeune voyageur à son passage des Alpes n’aurait pas faibli vingt ans plus tard.

  • 82 C’est à peine s’il escamote quelques difficultés, se dispensant de traduire, par exemple, au chapi (...)

62Il est sans doute possible d’affirmer sans risque d’erreur que les variantes concernant le style sont imputables à Vanderbourg, telles les modifications dans la structure de la phrase signalées cidessus. Ces variantes ont leur intérêt. Meyer apparaît en effet comme un voyageur dont le bon sens et la bonne foi sont remarquables, que sa sensibilité prédispose à goûter certains paysages et certaines oeuvres d’art, mais qui, dans bien des cas, néglige les problèmes de forme. Il nous présente, certes, bien des tableaux réussis, mais sa phrase n’est pas toujours dépourvue de lourdeur et de platitude ; il montre beaucoup d’indifférence à l’égard des répétitions. Certains termes reviennent constamment sous sa plume : le verbe sein (être), si peu expressif, l’adjectif gross pour lequel la traduction littérale, grand, est souvent insuffisante et qu’il faut rendre par élevé, noble... Il arrive à Vanderbourg de montrer quelque timidité, quand il n’ose recourir à la traduction littérale, jugée trop peu noble, et préfère aux termes propres, crapauds et grenouilles, une périphrase : les animaux croassants, se rattachant ainsi à une esthétique qui sera bientôt périmée, mais le mérite essentiel de son style est le sens du rythme, l’harmonie de la phrase. Si l’on ne peut qualifier sa traduction de « belle infidèle », s’il ne modifie pas la signification du texte82, il ajoute souvent, ici ou là, un terme, une expression qui reste dans l’esprit de l’original et rend sa phrase plus nombreuse, plus rythmée, plus harmonieuse. Il a le sens de la période oratoire, dont Meyer est généralement dépourvu : on peut comparer à cet égard, au chapitre final, l’évocation du lac Lucrin dans l’édition allemande et dans la traduction. Quelques passages qui avaient un caractère assez prosaïque prennent une élégance un peu désuète, tel le premier paragraphe relatant l’éblouissement du voyageur à son passage des Alpes : « Arrivé au pied des Alpes du Tirol, qui séparent l’Italie de l’Allemagne, je trouvai par-tout l’hiver et ses frimas. Quelques pointes de verdure nouvelle, répandue çà et là, semblaient percer à regret ses tristes livrées, les boutons des arbres n’osaient pas encor s’ouvrir : la neige couvrait dans toute leur étendue les flancs des hautes montagnes... » Bien souvent cette élégance ne manque pas de charme et parfois Vanderbourg fait preuve d’un souffle lyrique qui le rapproche, toutes proportions gardées, de Chateaubriand, dont le Génie du Christianisme paraît la même année, en avril 1802.

63Il arrive même que sa traduction enrichisse le texte de Meyer, en rendant de façon plus frappante une idée pour laquelle l’auteur n’avait pas su trouver une expression vraiment satisfaisante. Ainsi, pour souligner l’importance exceptionnelle de sa méditation auprès du lac d’Albano, Meyer écrit assez platement : « Ungestorter und einsamer genoss ich nie eine Stunde wie die war », ce qui devient : « Aucune heure de ma vie ne me donna des jouissances plus complètes, ne fut plus entièrement à moi ». Loin de forcer le sens du texte ou de chercher à l’embellir, la traduction exprime mieux ici la pensée de l’auteur.

64Meyer semble avoir apprécié à sa juste valeur le talent de son traducteur. Il se plaît à lui rendre publiquement hommage et son jugement ne paraît pas dépourvu de sincérité quand il voit dans l’édition française des mérites que ne possédait pas l’original. Cependant, il considère cette oeuvre comme une adaptation plutôt que comme une traduction : « Als Verfasser sei es mir erlaubt, ihm hier öffentlich für seine Arbeit zu danken, die, wenn ich sie Nachbildung nennen darf. dem Original grosse Vorrechte abgewinnt » (Briefe aus der Hauptstadt und dem Innern Frankreichs, Tübingen, 1803 – 2e éd., p. 283, note 1. Cité par R. Mortier).

65Un contemporain, la Chataigneraye, définit ainsi la fidélité dont doit faire preuve le traducteur dans l’introduction à sa traduction de la Satire des Voeux, de Juvénal : « Elle consiste, non à s’attacher scrupuleusement à la lettre, mais à se tenir aussi près de l’original, que le permet le génie de la langue... » (cité par R. Mortier). Telle est également l’opinion de Vanderbourg ; selon lui, l’intervention du traducteur ne peut être tolérée qu’à une double condition : si elle reste exceptionnelle, et si elle est justifiée par certaines nécessités : souci de logique, goût trop différent d’une nation à l’autre. Le Voyage de Meyer se présente ainsi au public français sous une forme plus littéraire que celle du texte original, à une époque où Vanderbourg estime que le goût de nos voisins n’est pas plus fixé que leur langue.

L’accueil de la critique

66Dans l’Avis de l’Editeur placé en tête du Voyage en Italie, Heinrichs fait valoir la qualité qui lui semble essentielle chez Meyer : c’est « ce coup d’oeil juste, cette manière philosophique d’envisager les objets qui distinguent le véritable observateur du simple voyageur ». Selon lui, sa relation a le mérite de présenter un tableau de l’Italie peu avant la Révolution. L’auteur, on le sait, insiste au contraire sur le caractère subjectif de son livre où, pense-t-il, ses amis pourront le retrouver tel qu’ils l’ont connu.

67C’est généralement sur la sensibilité de Meyer, et parfois sur son manque d’objectivité, que mettent l’accent les critiques. L’ouvrage reçoit un accueil favorable dans le Journal littéraire de la France, 1802, p. 47. Le Magasin encyclopédique consacre la même année un article assez long, signé A J D B, au Voyage en Italie (T. I, p.472-82). L’auteur se voit reprocher une prévention trop favorable au peuple romain et une excessive sévérité à l’égard de Pie VI : au lendemain du Concordat, les critiques adressées au pontife ont dû choquer, en effet, une partie du public français. Meyer en a eu conscience et s’est justifié dans sa préface à la traduction de Vanderbourg : s’il n’a rien changé à ses observations, c’est que, pense-t-il, la fin malheureuse du pape peut inspirer la compassion, mais non faire oublier ses erreurs. Le rédacteur de l’article explique par une autre raison le manque d’objectivité qui lui apparaît comme le principal défaut de cette relation : un enthousiasme démesuré, qui fait de l’auteur un poète et non un observateur impartial. Les termes poète ou poème prennent au début de la recension une valeur nettement péjorative : « On croit lire un poème produit par l’enthousiasme que les objets excitent en lui. A peine le voyageur aperçoit les plaines d’Italie que son imagination embellit tout ce qui l’environne. Ici l’admiration commence et ne finit qu’avec le volume » (pp. 472-73). A la fin cependant, le critique se veut moins sévère et reconnaît au livre de Meyer un certain charme, mais sa conclusion ne paraît guère convaincante après tant de reproches. Elle mérite d’être citée, car elle révèle en outre une prévention nettement défavorable à la littérature du Nord, que Mme de Staël n’a pas encore opposée à celle du Midi : « Tout ce que le voyageur nous apprend avoit déjà été imprimé dans les nombreux voyages d’Italie qui se sont succédés (sic) depuis vingt ans, mais tout ce qu’il répète est embelli d’un vernis poétique qui rend la lecture de ce volume très agréable. On pourroit douter qu’il ait été écrit par un habitant du Nord, tant son faire est gracieux, tant ses tableaux sont animés ».

68Quelques années, plus tard, en 1808, Boucher de la Richarderie publie dans sa Bibliothèque universelle des voyages un jugement moins sévère. Il reconnaît certains mérites à la littérature du Nord ; quant au livre de Meyer, ses défauts et ses qualités seraient également dus à l’imagination de l’homme sensible. « Celle de Meyer l’égare quelquefois, et lui fait prodiguer les richesses de la poésie, le luxe de figures hyperboliques, où l’on ne désirerait que du naturel et de la simplicité. Du reste, il fait heureusement contraster de sombres tableaux et des peintures riantes ; et si le genre descriptif, le charme de la nation allemande, est quelquefois gâté dans son voyage par des expressions emphatiques, on retrouve dans plusieurs morceaux tels que la description des Alpes du Tyrol, un style gracieux et pur, comme la nature elle-même ».

69Ainsi, les défauts soulignés par la critique française sont ceux que reprochent à Meyer ses compatriotes : selon toute vraisemblance il s’agit de notre auteur quand Benkowitz s’en prend à un voyageur dont il a oublié le nom et qui, après une rapide traversée des Marais Pontins, critique systématiquement les travaux d’assèchement entrepris par Pie VI en s’appuyant sur des observations hâtives et incomplètes (Reise von Glogau nach Sorrent). Quant à Kotzebue, publiant son Voyage en Livonie, à Rome et à Naples, il a soin de préciser qu’il n’a pas cherché à « faire des descriptions sentimentales comme Meyer » (Préface, p. 2).

  • 83 Cf. Barrès : « Si l’on me demandait, quel est le plus grand bonheur, je n’hésiterais pas à répondr (...)

70C’est donc la sensibilité de Meyer qui a le plus frappé les contemporains. Ils ne semblent pas avoir apprécié la verve de ses tableaux de moeurs — il y avait là, il est vrai, une veine que la littérature de voyage exploitait depuis plus longtemps. Nous sommes moins tentés aujourd’hui de lui reprocher son manque d’objectivité, et l’absence d’enthousiasme nous paraîtrait surprenante, au contraire, chez un voyageur qui eut à vingt-trois ans la chance de découvrir un pays comme l’Italie, de fréquenter les artistes étrangers séjournant à Rome...83. C’est dans un guide de voyage que nous cherchons des informations sûres, précises, complètes ; quant aux jugements sur les êtres et les choses exprimés par les voyageurs, nous savons bien qu’ils ne peuvent être que relatifs, sujets aux variations du goût, influencés par la sensibilité de chacun, son éducation, sa nationalité peut-être, et si les relations anciennes ont pour nous tant de charme, c’est qu’elles nous présentent l’Italie, non pas telle qu’elle fut, mais telle que la virent les honnêtes gens des siècles passés, révélant ainsi leur personnalité plus ou moins riche, plus ou moins attachante.

Notes

1 René Michéa, Le « Voyage en Italie » de Goethe, Paris, Aubier, 1945. C’est l’ouvrage le plus stimulant pour la réflexion qui puisse être consulté par qui s’intéresse aux voyages en Italie au XVIIIe siècle.

2 Cf. René Pomeau, L’Europe des Lumières, Paris, Stock, 1960.
Le Grand Tour n’avait pas toujours cette ampleur, cependant les titres de certains guides constituent tout un programme. Qu’on en juge par celui de Keyssler : Neueste Reisen durch Teutschland, Ungarn, die Schweiz, Italien, und Lothringen, worin der Zustand und das Merkwürdigste dieser Länder beschrieben und vermittelst der Natürl. Gelehrten, u. politischen Geschichte, der Mechanik, Mahler-, Bau-und Bildhauerkunst, Müntzen und Altertümer erläutert wird, Hannover, 1740.

3 C’est le cas de Misson ainsi que de Keyssler.

4 Les références suivantes sont empruntées au livre de Ludwig Schudt, Italienreisen im XVII. und XVIII. Jahrhundert, Wien, 1959 :

5 H. Turlerus, De peregrinatione et agro napoletano..., Argentorati, 1574.

6 D. Gruberi, De peregrinatone studiosorum...

7 Tabula Peregrinationis continens capita Politica, per D. Hugonem Plotium J. V. Doctorem.
(Ces deux dernières études sont publiées en appendice à l’ouvrage de P. Hentzner, Itinerarium Germaniae, Galliae, Angliae..., Norimbergae, 1612).
On notera qu’à cette époque un certain nombre de guides de voyage étaient rédigés en latin.
L’ouvrage de Schudt est fondamental pour qui étudie les voyages d’Italie de 1650 à 1750, et même un peu plus tard, puisqu’il présente les guides de l’abbé Richard et de Lalande, parus respectivement en 1766 et 1769.

8 Misson, Nouveau voyage d’Italie, fait en 1688..., La Haye, 1691 ; souvent réédité au cours du XVIIIe siècle, il gardera encore son intérêt aux yeux de Stendhal.

9 Cf. Pierre Laubriet, Les guides de voyages au début du XVIIIe siècle et la propagande philosophique, in Studies on Voltaire and the Eighteenth century, vol. XXXII, Genève, 1965. On y verra en particulier que Voltaire a lu et annoté le livre de Misson.

10 L’oeuvre de J. C. Goethe ne fut publiée que tardivement, en 1932-33, en Italie, pour le centenaire de la mort de son fils. Benedetto Croce se montra fort sévère à l’égard de cette entreprise, jugeant inutile la publication de ce journal de voyage, rempli, disait-il, de notes insipides.

11 Cf. son édition des Lettres du président De Brosses à Charles Lopin des Gémeaux, Paris, 1929.

12 En particulier la Descrizione di tutta Italia, de Leandro Alberti, publiée à Bologne en 1550 et souvent rééditée. Il existait aussi des publications consacrées à telle ou telle ville, particulièrement nombreuses dans le cas de Rome et Naples.

13 Cf. la bibliographie publiée par Schudt à la fin de son livre. Quoi que dise cet auteur à propos de Pöllnitz, on ne trouve alors chez les Allemands rien qui fasse penser aux Lettres du président De Brosses.

14 Il pourrait être tentant, pour symboliser les différences entre les deux périodes, de comparer les relations de voyage dues à Johann Caspar et Johann Wolfgang Goethe, le père et le fils, qui visitèrent l’Italie à moins de cinquante ans d’intervalle. Toutefois, la comparaison serait faussée par le fait que l’un est un voyageur quelconque, auquel on doit une relation fort médiocre, l’autre un homme exceptionnel, plus âgé d’ailleurs que la plupart des voyageurs : il a trente-sept ans quand il passe les Alpes pour la première fois et son oeuvre d’écrivain lui vaut déjà la célébrité.

15 Cf. Hélène Tuzet, La Sicile au XVIIIe siècle, vue par les voyageurs étrangers, Strasbourg, 1955, et Atanasio Mozzillo, Viaggiatori stranieri nel Sud, Milano, 1964.

16 « Es ist ein herrlicher Gedanke, Schwierigkeiten zu übersteigen und überstiegen zu haben, vor denen andre zurückbebten ». Briefe über Kalabrien und Sizilien, Göttingen, 1789-91, T. I, p. 223.

17 Manuel de l’Etranger qui voyage en Italie, Paris,1778, Introduction, p. 9.

18 Voyage en Italie, édition Aubier, Paris, 1961, T. I, p. 57.

19 Goethe est en Italie de septembre 1786 jusqu’à l’été de 1788, son second séjour à Rome dure dix mois.

20 Malgré son titre, très traditionnel, ce livre n’est pas un Voyage au sens strict du terme, c’est-à-dire une série d’observations ordonnées selon un itinéraire : il s’agit de remarques portant sur des sujets divers, plus ou moins limités : les sigisbées (lettre 2), le caractère national (6), une éruption du Vésuve...

21 Les voyageurs français ont souvent recours aux jeunes pensionnaires du roi qui séjournent à l’Académie de France. Goethe a pour ciceroni Tischbein, K. Ph. Moritz, Angelica Kauffmann...

22 Abbé Richard, Description historique et critique de l’Italie..., Dijon, Paris, 1766.

23 Jérôme Le Français de Lalande, Voyage d’un Français en Italie, fait dans les années 1765-66..., Venise et Paris, 1769. Cet ouvrage est mis à jour dans la seconde édition, parue en 1786 ; de même, le guide de l’abbé Richard est réédité en 1770.

24 Johann Jakob Volkmann, Historisch-kritische Nackrichten von Italien..., Leipzig, 1770-71. Cf. la préface, où il explique tout ce qu’il doit à ses deux prédécesseurs français. C’est pourquoi nous ne parlerons pas ici des guides anglais, qui n’ont pas exercé la même influence sur les voyageurs allemands.

25 Op. cit., 1ère partie, chapitre 1er.

26 Ferber, Lettres sur la Minéralogie et sur divers objets de l’Histoire Naturelle de l’Italie. Traduit de l’allemand, Strasbourg, 1776.

27 Tome I, Préface, p. XLII.

28 Cette addition de quatre pages, dans une oeuvre qui compte désormais neuf volumes, ne donne qu’une bien faible idée de l’intérêt inspiré alors par l’Italie méridionale.

29 On connaît l’importance de Paierme dans l’expérience de Goethe ; nous nous bornerons à rappeler que, découvrant la ville du navire qui s’approche de la Sicile, il comprend mieux encore l’oeuvre de Claude Lorrain (Op. cit., T. II, p. 459).

30 Cf. à ce sujet l’étude déjà citée d’H. Tuzet.

31 R. Michéa souligne à ce propos l’influence du Voyage sentimental de Sterne. Voir aussi Wilhelm Waetzoldt, Die Italienreise als Kulturerlebnis, in Forschungen und Fortschritte, Berlin, 1941.

32 Cf., par exemple, la Préface de Meyer.

33 Le chef-d’oeuvre à cet égard est à l’époque précédente l’ouvrage du président De Brosses.

34 Zusätze zu den neuesten Reisebeschreibungen von Italien, Leipzig, 1777-81.

35 Op. cit., T. II, p. 489. C’est nous qui soulignons.

36 « Die Betrachtung schoner Kunstwerke erhebt den Geist und veredelt das Gefühl » (Reisen eines Deutschen in den Jahren 1786 bis 1788, Berlin, 1792, T. III, p. 155).

37 Cette constatation peut sembler fort banale : Montaigne savait déjà se fier à sa fantaisie ! Pourtant, si l’on en juge par l’ordonnance des remarques figurant dans leurs relations, de nombreux contemporains de Meyer ont dû suivre scrupuleusement les itinéraires donnés par leurs guides de voyage.

38 Stendhal, Promenades dans Rome, Florence, 1958, T. I, p. 10.

39 Op. cit., T. I, p. 225.

40 Kotzebue, Souvenirs d’un voyage en Livonie, à Rome et à Naples, Paris, 1806.

41 Voyage historique d’Italie, La Haye, 1729, T. II, p. 181.

42 Op. cit., p. 70. Ces deux phrases, si caractéristiques de l’époque, sont également citées par Schudt.

43 Pour comprendre ce que le terme romantique signifie alors, on peut se référer à l’article d’Alexis François, dans les Mélanges Baldensperger : où en est romantique ? On y trouvera en particulier cette citation empruntée au Discours publié par Le Tourneur en tête de sa traduction de Shakespeare : « Les tableaux de Salvator Rosa, quelques sites des Alpes (...) ne sont point romanesques, mais on peut dire qu’ils sont plus que pittoresques, c’est-à-dire touchants et romantiques » (1776).

44 R. Michéa, La poésie des ruines au XVIIIe siècle et la contribution de l’Italie à la sensibilité préromantique, Etudes italiennes, 1935.

45 Cf. Le catalogue de l’exposition organisée en 1969 au Musée Jacquemart-André : Hubert Robert et les sanguines du Musée de Valence.

46 J. B. Leblanc, Lettres d’un François concernant le gouvernement, la politique et les moeurs des Anglois et des François, 1745, T. II, p. 205.

47 Cette précision est importante : elle explique comment les contemporains peuvent associer les termes riant et romantique ; c’est le cas de Rousseau dans la Cinquième promenade et de Meyer au chapitre 20.

48 René de Girardin, De la composition des paysages, Genève et Paris, 1777 (ch. XV).

49 Brydone, Voyage en Sicile et à Malte, Amsterdam, 1775. L’édition originale fut publiée à Londres en 1773.

50 Cf. H. Tuzet, op. cit., p. 44.

51 Martin Sherlock, Nouvelles lettres d’un voyageur anglois, Londres, 1780, p. 11.

52 Cf. Kenneth Clarck, L’Art du Paysage, Paris, 1962, p. 86.

53 Heinse, Briefe. Der Gesammtausgabe zehnter Band, pp. 172-73.

54 Souvenirs, Paris, Charpentier, s.d., T. I, p. 156.

55 Cf. infra, p. 15.

56 Op. cit., T. II, p. 743.

57 Il faut souligner l’intérêt historique de ses Lettres sur l’Italie en 1785, qui furent souvent rééditées.

58 Op. cit., T. I, pp. 187-89.

59 Charles-Nicolas Cochin, Voyage pittoresque d’Italie, Paris, 1756.

60 Jusqu’ici, nous n’avons trouvé aucune mention de cet ouvrage chez les voyageurs allemands. L’édition française du Laocoon ne paraît en France qu’en 1802 ; elle est due à Vanderbourg, qui publie la même année la traduction de l’ouvrage de Meyer sous le titre Voyage en Italie.

61 Dans une de ses lettres. La citation est empruntée à R. Michéa.

62 Stendhal, Promenades dans Rome, op. cit., T. I, p. 219.

63 Comte de Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque de la Grèce, Paris, 1782-1809.

64 Voyages de Montesquieu, Bordeaux, 1894, T. I, p. 263.

65 A cette époque, Michel-Ange est surtout estimé comme architecte.

66 Cf. à ce sujet l’ouvrage de Schudt, p. 272 sq.

67 Op. cit., T. I, p. 127.

68 K. Ph. Moritz, op. cit., T. II, p. 165.

69 K. Ph. Moritz, op. cit., T. II, p. 100. Mme de Staël, Lettre à Charles de Villers, 1er août 1802.

70 Op. cit., T. I, p. 151 sq. Le début de cette histoire évoque celle d’un héros de Kleist, dont le Michael Kolhaas paraîtra en 1808.

71 Lettres écrites de Suisse, d’Italie, de Sicile et de Malte, Paris, an VII.

72 Et aussi par son époque : Heinse choisit de faire vivre son héros dans l’Italie de la Renaissance, où les passions fortes trouvent un climat particulièrement favorable — cette théorie deviendra un lieu commun au XIXe siècle.

73 L’Espion chinois : ou, l’Envoyé secret de la Cour de Pékin, pour examiner l’Etat présent de l’Europe. Traduit du Chinois, Cologne, 1764.

74 Si, pendant la première moitié du XVIIIe siècle, les relations des voyageurs allemands ne peuvent rivaliser ni par le nombre, ni par la qualité avec celles des autres étrangers, cela n’est plus vrai par la suite. Ces voyageurs sont plus nombreux, ont une personnalité plus intéressante, souvent même attachante, et comptent parmi eux des écrivains dont Goethe est le plus célèbre. Leurs relations n’ont plus rien à envier à celles de leurs contemporains, Anglais ou Français.

75 Ce qui n’empêche pas de se référer à l’expérience d’autres auteurs : Meyer, par exemple, a lu Dolomieu et Bartels qui est venu après lui dans la péninsule...

76 Il s’agit bien entendu de la vie que peuvent mener les étrangers, particulièrement à Rome, car dans la grande majorité des cas la société italienne n'offre, selon les voyageurs, que des exemples de décadence.

77 De là ce passage, constant chez lui, du passé au présent et réciproquement : le passé correspond en général à son expérience personnelle, il évoque un spectacle unique dont Meyer a pu être témoin, ou le sentiment qu’il a éprouvé dans une circonstance déterminée ; le présent est utilisé quand il est question des aspects inchangés, sinon immuables, de l’Italie.

78 Un ancien moine dont Benedetto Croce a retrouvé la trace. Cf. Patignano in Terra di Bari e il maestro d’italiano di Volfgango Goethe (Domenico Giovinazzi), Bari, 1938.

79 Op. cit., T. I, p. 3. C’est nous qui soulignons.

80 Sérieys, par exemple.

81 Il en est de même pour les relations dues aux voyageurs anglais.

82 C’est à peine s’il escamote quelques difficultés, se dispensant de traduire, par exemple, au chapitre 3, l’expression « mit schwarzem Boi verdeckt ».

83 Cf. Barrès : « Si l’on me demandait, quel est le plus grand bonheur, je n’hésiterais pas à répondre : c’est d’avoir vingt-deux ans et de faire son premier voyage en Italie ».

© Publications du Centre Jean Bérard, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter