Version classiqueVersion mobile

La céramique apulienne

 | 
Martine Denoyelle
, 
Enzo Lippolis
, 
Marina Mazzei
, 
et al.

Introduction

Martine Denoyelle, Enzo Lippolis, Marina Mazzei et Claude Pouzadoux

Texte intégral

1Nous pensions, au moment de publier ce volume, le placer sous le signe de l’esprit d’amicale collaboration qui a présidé aux discussions tenues durant ces deux journées napolitaines. La triste nouvelle de la disparition de Margot Schmidt, survenue entre temps, modifie malheureusement ces intentions. Malgré notre chagrin et le grand manque que nous ressentons à présent, nous conserverons le souvenir vivant de cette excursion commune à Eboli et Melfi, durant laquelle, tous, nous avons eu le privilège d’éprouver sa courtoisie et son attention aux autres, sans oublier l’humour délicat qui ne lui a jamais fait défaut. La fertilité de cette rencontre doit beaucoup à sa présence active, à sa curiosité et à son goût de l’échange : nous ne pouvions faire mieux que de dédier ce livre à la grande archéologue dont la hauteur de vues a ouvert des chemins que nous nous appliquerons à suivre.

2Le titre donné à cette table ronde reflète au plus près l’actualité d’une discipline qui est entrée depuis quelques années dans une phase nouvelle et dont les fondements méthodologiques demandaient à être réexaminés ou précisément énoncés.

  • 1 Pour la biographie et les travaux d’Arthur Dale Trendall, on se reportera à “A celebration of the l (...)

3Il est d’ailleurs significatif que la nécessité d’une telle “pause méthodologique” ait été ressentie parallèlement par plusieurs archéologues et chercheurs travaillant dans des cadres institutionnels, selon des approches et vers des objectifs différents, mais au sein desquels le rôle de la céramique italiote est prédominant, que l’objet d’étude soit la production elle-même, dans tous ses aspects, ou bien l’histoire religieuse, culturelle et sociale de la Grande Grèce, dont les vases sont l’une des clefs d’accès. Que l’on accepte ou non l’attribution stylistique comme fondement des études sur la céramique grecque (et l’on sait combien ce postulat a été remis en cause ces dernières décennies), le travail de classification poursuivi durant plus de soixante ans par Arthur Dale Trendall (1909-1995)1, et qui a abouti à l’émergence de cinq grands ensembles productifs régionaux (Apulie, Lucanie, Campanie, Sicile et Paestum) fournit à la recherche actuelle un système de référence dont elle ne peut se passer : il n’est que de voir combien de fois sont cités dans ce volume les abréviations RVAp ou LCS. Néanmoins, et la disparition voici quelques années de ce grand savant a contribué à mettre le problème en évidence, ce système hautement individuel, d’une part, n’est pas exempt de failles (ce qui paraît normal étant donné l’extrême complexité du champ d’étude), et, d’autre part, a jusqu’à présent suscité un type d’approche de la céramique italiote bien davantage centré sur le vase comme pièce de collection que sur l’exploitation archéologique des vases et des contextes dans lesquels on les trouve. Les études sur la définition des ateliers, sur leur diffusion ou sur l’iconographie se heurtent de ce fait aujourd’hui à des problèmes complémentaires ou identiques à ceux que rencontrent les archéologues qui étudient sites et contextes, et il apparaît nécessaire de les confronter pour tenter de les résoudre ; cette démarche confirme par ailleurs l’essor d’une recherche en plein développement, et qui ne peut plus se dispenser de prendre pied sur un travail pluridisciplinaire.

4Nous avons choisi de commencer par la céramique apulienne pour plusieurs raisons, liées autant à la continuité qu’à la diversité de cette production, et à la richesse des problèmes qu’elle permet d’aborder : alors que chacun sait ou croit savoir ce qu’est la céramique apulienne, on se rend compte qu’elle ne peut être définie d’un seul tenant, de manière strictement stylistique ou géographique ; et en particulier, qu’il faut prendre en compte sa présence hors de l’Apulie tout comme la présence en Apulie d’autre productions qui déterminent son évolution ou la place qu’elle occupe : céramique attique, céramique “lucanienne”, par exemple. Pour cette raison, entre autres, nous avons voulu élargir l’éventail des contributions à des productions limitrophes ou plus distantes (Métaponte, Locres, Thourioi), mais dont l’histoire n’est pas sans liens avec celle de la céramique apulienne, et dont les méthodes d’étude et les résultats peuvent fournir des clefs supplémentaires.

5Essayer de définir ce qu’est la céramique apulienne, c’est donc mettre en regard divers phénomènes dont les contributions ici présentées permettent d’envisager la variété : profils de production, diffusion, réception et usages en fonction des sites et des contextes, décentralisation des ateliers et création de productions régionales ; mais aussi sélection, distribution, caractérisation des thèmes et motifs iconographiques ou définition des caractéristiques techniques et esthétiques de la production tarentine.

6Il nous a paru logique de commencer les travaux par la présentation des contextes étudiés de Tarente et d’autres sites apuliens ; dans une deuxième partie nous avons choisi d’aborder la définition de la production en croisant les recherches stylistiques et les recherches iconographiques qui sont présentées successivement à travers des rapports et des exposés. Cet ordre permet de rappeler que connaissance et interprétation du contexte peuvent déterminer les résultats des autres approches.

7De la confrontation de ces différents angles de vue, des discussions qui ont accompagné cette rencontre et des projets de collaboration qui y ont été proposés pourra peut-être naître une définition multiple, plus complète de la céramique apulienne.

8Certains de ces projets sont en cours de réalisation : ainsi l’établissement d’un corpus des inscriptions sur les vases italiotes suggéré par Margot Schmidt, le lancement d’un programme d’analyse d’argile par la Surintendance archéologique des Pouilles en collaboration avec le Département d’études chimiques de l’Université de Bari ; d’autres idées de rencontres ont été proposées et nous souhaitons vivement bénéficier de nouvelles occasions de ce type pour continuer la réflexion collective sur la céramique italiote ; cela en collaboration non seulement avec les chercheurs et les archéologues qui y travaillent, mais aussi avec les groupes de recherches et les différentes institutions qui facilitent leur gestation et leur réalisation.

9Que les personnes et les institutions dont la collaboration a permis l’accomplissement de cette première aventure apulienne soient donc remerciées : tout d’abord ceux qui ont soutenu la réalisation de la table ronde, l’Ecole française de Rome, la Soprintendenza per i Beni Archeologici della Puglia, le Centre Jean Bérard et l’Institut français de Naples, mais aussi la Soprintendenza per i Beni Archeologici della Campania et la Soprintendenza per i Beni Archeologici della Basilicata qui nous ont offert la possibilité de lui donner un prolongement aussi utile qu’agréable en nous accueillant dans les musées d’Eboli et de Melfi. Nous saluons aussi, tout particulièrement, le travail éditorial accompli par Maria Francesca Buonaiuto, Marina Pierobon et Isabelle Prieto ; leur compétence et leur gentillesse sans défaut ont rendu la tâche agréable jusqu’au bout.

10Nous n’oublions pas non plus ceux qui nous ont quittés depuis et tenons à rappeler affectueusement, pour terminer, le souvenir de Gaetano Imparato, qui a activement participé au bon déroulement de la Table Ronde.

11A toutes ces personnes réunies, nous devons la réussite de ces journées napolitaines.

12Chaque article est suivi de sa propre bibliographie ; la bibliographie commune à plusieurs auteurs est reportée en fin de volume (p. 257-258). Une bibliographie générale sur la céramique italiote (1956-2001), établie par Enzo Lippolis sous deux formes, chronologique et alphabétique, figure en annexe (p. 231-255).

Notes de fin

1 Pour la biographie et les travaux d’Arthur Dale Trendall, on se reportera à “A celebration of the life of Dale Trendall”, dans BICS, 41, 1996, part I, p. 1-30.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search