Version classiqueVersion mobile

Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron

 | 
Mireille Cébeillac-Gervasoni

Les élites municipales et la production artisanale et “industrielle”

Élites municipales et manufacture en Italie

Jean-Paul Morel

Résumé

En dépit des réticences des sources antiques et dans le cadre des débats actuels, on peut s’interroger sur le rapport des élites municipales italiennes à la manufacture. Quel était leur rôle dans ces productions ? Et quel profit leur apportaient celles-ci ? Un “camouflage” évident laisse percer la participation des élites à des activités réputées ignominieuses, mais souvent lucratives, dont seules sont “avouées” celles qui ont un lien au moins théorique avec la propriété foncière.

Texte intégral

1Dans une rencontre sur l’économie et la société de Rome – et surtout s’il s’agit d’élites dirigeantes –, des propos sur la manufacture se situent apparemment, sinon en marge, du moins aux marges. J’évoquerai en effet des réalités sordidae (Cicéron, De off., I, 150), où il entre comme une inconvenance qui parfois va jusqu’à susciter des tollés. On découvre dans ce thème, non sans surprise, des occasions d’oppositions parfois fortes entre des collègues qui par ailleurs s’estiment sincèrement, et pour tout dire des aspects passionnels : peut-être parce que les Anciens eux-mêmes (et nous ne devons jamais le perdre de vue) plaçaient ces problèmes sur le plan de l’éthique, mais peut-être aussi parce que ces choses touchent très profondément à la conception de l’Antiquité romaine que nous avons les uns ou les autres.

1. Réticences antiques et débats actuels

  • 1 Éléments de ce débat dans Rostovtzeff 1953, 1210 et 1228 ; Rémondon 1959, 342-345 ; Pucci 1973a, 26 (...)
  • 2 Éléments de ce débat dans Pucci 1973a, 261-263 ; Thébert 1987, 337. Voir aussi infra.
  • 3 Italiques de moi. Cf. Veyne 1961, republié dans Veyne 1991, 26 (désormais cité d’après la paginatio (...)
  • 4 Pucci 1973a, 293 : « la ‘borghesia’ italica non poté e non volle diventare ’borghesia industriale’  (...)

2Autant le dire tout de suite : j’éviterai d’entrer ici dans une discussion terminologique, et de traquer les nuances entre artisanat, manufacture et industrie1, les oppositions entre capitalisme, bourgeoisie et prolétariat2 : ces débats sont légitimes et ont connu des moments intenses, mais ont souvent aussi, en ce qui concerne le sujet que j’aborde, reposé sur des a priori, et abouti à des blocages, à des impasses. Ainsi, la discussion sur l’existence d’une bourgeoisie romaine oscille entre deux pôles : 1) Il n’y a pas de bourgeoisie romaine, et la classe sociale que d’aventure nous prenons pour telle n’en est pas une. 2) Tous comptes faits, il y a peut-être une bourgeoisie, mais il est de bon ton de garder à ce propos une certaine distance : et ce sont alors les guillemets dont on affuble les “ ’bourgeoisies’ municipales” (cf. Bourgeoisies 1983). On perçoit très bien cette hésitation entre “pas de bourgeoisie” et “une bourgeoisie peut-être”, cette prudence à propos de « la couche affairiste et tapageuse que l’on a qualifiée à tort ou à raison de bourgeoisie montante », dans le fameux article de Paul Veyne sur “La vie de Trimalcion”3. Enfin, dût-on admettre l’existence d’une bourgeoisie italienne, on n’en refusera pas moins avec fermeté l’existence d’une bourgeoisie industrielle4.

  • 5 Marques sur céramique : Morel 1983, 23-24 ; – Longidienus : Zimmer 1982, 143-144 ; – Eurysaces : Ci (...)

3Si j’insiste sur ces incertitudes, sur ces ambiguïtés, c’est pour souligner que nous sommes sur un terrain mal éprouvé encore, où le moins qu’on puisse dire est que les Romains ne nous aident guère à nous faire une opinion. Mais leur comportement lève parfois un coin du voile. Un des critères qui pour P. Veyne définissent la bourgeoisie est qu’elle place sa dignité dans son activité propre : or dans le monde romain, une telle attitude apparaît avec évidence dans des signatures de fabricants des IVe-IIIe siècles, ou sur des épitaphes ou des tombes d’artisans, depuis le P. Longidienus P. f. ad onus properat d’une stèle funéraire de Ravenne jusqu’aux sépulcres orgueilleux de M. Vergilius Eurysaces ou de Q. Haterius Tychicus5. Et si l’on invoque un autre critère suggéré par P. Veyne, « le puritanisme à l’anglo-saxonne » (à l’opposé de l’affairisme “tapageur” de Trimalcion signalé par le même auteur : mais il est après tout plusieurs façons d’être bourgeois...), comment ne pas penser à la raideur et à l’austérité des portraits funéraires entre République et Empire ? Du reste P. Veyne adopte maintenant une nouvelle position, plus pragmatique, avec des remarques d’une parfaite honnêteté sur le risque de “logomachie” qui nous guette en ce domaine (Veyne 1990, 724), mais avec encore des îlots de refus qui le détournent de parler d’une bourgeoisie alors même qu’il semble en décrire une, et lui font préférer dans ses récentes recherches l’expression de plebs media (Veyne 1990, 721-723), ce qui ne change peut-être pas grand chose à la réalité.

  • 6 Cf. Finley 1975, 186-187 ; 1977, 326 ; Goudineau 1980, 365-381 (« La ville parasite économique ? ») (...)

4La notion de “ville de consommation" est étroitement liée au thème que j’aborde. Il y a chez les tenants de la ville de consommation une assurance qui n’est pas toujours exempte d’excès. La cité de consommation est un “idéaltype”, une “utopie”, à qui on ne demande pas d’exister, et ceux qui élèvent des objections à ce sujet sont de pauvres diables qui ne comprennent rien à rien : tel est un peu le sens de la polémique qui a opposé depuis quelques années des collègues comme M. Finley, Chr. Goudineau ou J. Andreau à d’autres comme A. Carandini, G. Pucci ou Ph. Leveau6, polémique où les seconds – parmi lesquels je me rangerais volontiers – font figure de sots parce qu’ils n’entendraient rien aux idées et s’obstineraient à leur opposer des faits. Ainsi lorsque M. Finley balaie dédaigneusement à l’avance toutes les objections qu’on pourrait lui opposer : « The model of a “consumer city” would not to be in the last affected or impaired by the discovery of a few more textile workshops in Pompei or a few members of the senatorial aristocracy who actively engaged in commerce and manufacture » (Finley 1984, 10). Mais s’il est vrai que pour M. Weber « in its conceptual purity, this mental construct cannot be found anywhere in reality. It is a utopia » (M. Weber, cité par Finley 1984, ibid.), pourquoi serions-nous obligés d’adopter aveuglément un concept qui de l’aveu même de son inventeur est une pure vue de l’esprit ?

  • 7 Sénèque, Epist. mon, 41,7. A rapprocher évidemment de Pline le Jeune, 3, 19, 8 : sum prope totus in (...)
  • 8 Et pas seulement des affranchis indépendants comme chez P. Veyne, à qui j’emprunte ces paroles (cf. (...)

5En écrivant ces mots, j’éprouve une fois de plus combien il est difficile de garder une voie moyenne dans un débat où chaque camp pourrait facilement reconnaître que l’autre n’a pas tous les torts, mais est amené à durcir sa position pour mieux l’affirmer. Comme l’a observé Christian Goudineau à propos d’une discussion analogue, la remise en cause des thèses “dominantes” peut avoir une fécondité heuristique à condition d’être modérée (dans Colloque Aix-en-Provence 1984, 283). C’est bien cette remise en cause qui depuis quelques années me paraît nécessaire. Et une première condition de la modération, ici, c’est d’abord de reconnaître, et de proclamer hautement, la prééminence générale, dans l’économie antique, de l’agriculture sur l’industrie (symbolisée en quelque sorte par le fait que les cargaisons manufacturées sont souvent reléguées, dans les cales des navires, au rang de fret d’accompagnement) – ou plus exactement de l’agriculture et des opérations financières, s’il faut en croire Sénèque, pour qui l’homme favorisé par la Fortune multum serit, multum fenerat7. Je tiens pour juste l’opinion selon laquelle tout ce que nous pouvons dire de l’économie antique dans le domaine de la manufacture est sous-tendu par la nécessité de surplus agricoles : mais en même temps, j’estime qu’il faut la dépasser une fois pour toutes, et tenter d’aller voir plus loin. « La richesse de l’Empire romain a pour condition nécessaire la productivité agraire » (Veyne 1990, 724), certes : mais une fois cela affirmé – proclamé, si l’on veut –, rien n’interdit de se demander s’il n’y a pas aussi d’autres formes de richesse, et, dans l’affirmative, quels personnages s’y illustrent, ou s’y commettent. Car sur ce fond général de prédominance de l’agriculture il y a des personnages qui « varient le paysage social d’une civilisation foncièrement agraire »8. Et ce sont ceux-là qui m’intéressent ici.

  • 9 Pucci 1984, 210 (italiques de moi).
  • 10 En particulier, sur le rôle joué par la famille équestre, puis sénatoriale des Cossutii dans l’expl (...)
  • 11 Sur la poix, cf. Denys d’Hal., 20, 15 ; Plutarque, Caton, 21, 5 ; Morel 1976, 302-303 ; 1985, 96.

6Il est temps de dire quelques mots sur les limites du sujet tel que je le conçois. Il s’agit de considérer les revenus non agricoles, non commerciaux, non financiers. C’est, on le voit, une définition négative, qui du reste n’est pas sans rappeler l’aspect négatif du terme negotium et de ses dérivés. Il s’agit « di indagare se e in che modo i proprietari terrieri – e in generale le élites – erano interessati ad attività lucrative diverse dall’agricoltura »9. Mais alors, dans un exposé idéal sur les revenus “industriels”, faudrait-il intégrer l’exploitation des mines et des carrières10 ou celle des forêts, par exemple pour la production de la poix ou pour d’autres processus manufacturiers qui en dérivent11 ? Aristote est gêné pour classer certaines de ces activités qui, sans ressortir proprement à l’agriculture, tirent quand même leurs ressources du sol et de ses produits (Lévy 1979, 37) ; et c’est un point à discuter que les possibles différences de ces sources de revenus avec la manufacture proprement dite, mais pour ma part je serais enclin à les considérer avec celle-ci. Faudrait-il aussi évoquer le bâtiment, activité si spécifique (Morel 1983, 32) ? J’en serais moins sûr.

7Mais le sujet que j’aborde existe-t-il seulement ? On pourrait en douter à lire les Anciens. Cicéron énumère dans son Paradoxe, 6, neuf sources de richesse : la manufacture n’y figure pas. Columelle énumère dans son traité d’agriculture six sources de richesse : la manufacture n’y figure pas non plus. Ptolémée énumère dans son Tetrabyblos neuf sources de richesse : la manufacture n’y figure pas davantage (textes cités par Leveau 1985, 28-29).

8D’un autre côté, cependant, l’archéologie nous montre à foison les produits de la manufacture romaine (malgré la disparition de presque tous), fabriqués, transportés et consommés un peu partout. N’auraient-ils rien rapporté à ceux qui les fabriquaient ? Peut-on ne pas tenir compte de cette source de revenus ? Et n’aurait-elle tenté personne parmi les élites municipales ? Il y a là comme un mystère qui, manifestement, intrigue certains de nos contemporains, et il n’est que de citer à cet égard la remarque de A. Carandini (1979, 157) sur la contradiction que représenterait un monde romain qui aurait été « faible dans la production des marchandises, et fort dans leur circulation ».

  • 12 Qui concerne aussi la Grèce : ainsi E. Lévy (1979, 41) souligne le contraste paradoxal entre le « r (...)
  • 13 Cf. Favory 1974, 93. Mais le figulus s’avoue plus volontiers comme tel s’il peut se dire figulus pr (...)
  • 14 Cf. Veyne 1990, 723 : « tout travailleur qui indique son métier (et a une épitaphe sur laquelle l’i (...)

9Il faut, pour espérer résoudre cette aporie, aller au-delà du rideau des apparences12. En effet – et nous touchons là au cœur du problème – les gens “bien”, à Rome, éprouvent (ou en tout cas expriment) une répulsion extraordinaire pour ce genre d’activités et de revenus, et il faut toujours citer à cet égard Cicéron (opifices omnes in sordida arte uersantur ; nec enim quicquam ingenuum habere potest officina) (De off., I, 150), ou Sénèque, pour qui les tâches artisanales ad uirtutem non pertinent (Epist. mor, 88, 20). Cela ne veut généralement pas dire que nos gens “bien” ne se livrent pas à ces activités ou ne s’y intéressent nullement. Cela veut dire qu’ils évitent de les pratiquer au grand jour et personnellement. Ils ont du reste tous les moyens pour cela, et le système romain des prête-nom, des gérants ou des hommes de confiance est très au point. J. Andreau, il est vrai, tempérerait cette supposition : pour lui, de telles opérations n’ont pas à être pratiquées “en sous-main”, par des “hommes de paille”, puisqu’elles ne sont pas interdites. Mais s’en tenir à cette affirmation, ne serait-ce pas négliger, à côté des facteurs légaux et des facteurs éthiques, les problèmes de mentalité et de pression sociale ? « Je ne vois pas, ajoute J. Andreau, pourquoi les sénateurs, qui ne cachaient guère leurs opérations de prêt, pourtant jugées immorales par le vieux Caton, eussent si attentivement dissimulé des opérations commerciales qu’un Caton ne tenait que pour très aléatoires » (Andreau 1983, 16. Voir aussi Andreau 1980, 914). C’est, me semble-t-il, qu’ils les jugeaient malgré tout moins avouables encore. Et il devait en être ainsi a fortiori pour la plupart des activités artisanales. Même à un niveau très inférieur de la société, les inscriptions funéraires mentionnent beaucoup plus de negotiatores artis cretariae que de figuli13, et je ne pense pas qu’il y ait là toujours et seulement un problème de disponibilités financières, même si évidemment l’on ne saurait douter que ce facteur a eu son importance14.

  • 15 Cf. Pucci 1984, 218 : « Il disprezzo delle classi superiori per le attività lucrative, il loro rife (...)

10On doit donc se demander s’il n’y a pas dans tout cela un formidable camouflage, une rétention d’information. Certes, cette hypothèse ne fait pas l’unanimité, et J. Andreau n’y croit guère, contrairement à G. Pucci15. Pour ma part, je suis enclin à penser qu’il y a là un jeu auquel il serait absurde de se laisser prendre, mais qui n’en existe pas moins. On peut parler de camouflage, non pas parce que les textes ne commentent pas les activités qui nous concernent ici (ce silence sur l’économie est si fréquent dans l’Antiquité !), mais parce que certains proclament haut et fort qu’il est honteux d’y toucher : quaestus omnis patribus indecorus uisus (Tite-Live, 21, 63, 4). On voit donc la difficulté de notre problème, puisqu’il faut enquêter sur une activité que les intéressés eux-mêmes (s’il y a eu des intéressés !) se sont ingéniés à ne pas révéler, et à tenir clandestine. Camouflage inégal d’ailleurs, car les classes moyennes de l’Italie du Nord, ou du Centre et du Nord-Est de la Gaule, hésitent beaucoup moins que leurs homologues de l’Italie péninsulaire à révéler le cas échéant sur leurs stèles funéraires leurs activités manufacturières (cf. Zimmer 1982, passim), révélant ainsi a contrario le degré de dissimulation atteint dans d’autres zones. Mais ce ne sont pas ces régions qui nous concernent au premier chef.

  • 16 Voire peut-être apparitor, cf. CIL, I2, 1203-1204, et Zimmer 1982, 108.
  • 17 CIL, VI. 607. Sur la dignitas que comporte l’activité de redemptor, voir Gros 1983a, 431.
  • 18 Pétrone, Satir., 65. Sur les seuiri augustales de Lyon, riches commerçants, industriels ou entrepre (...)

11« Pourquoi tous ces silences ? Ou pourquoi toute cette ostentation ? », a-t-on pu se demander (Février, Préface, dans Colloque Aix-en-Provence 1984, 16) : car il peut y avoir aussi ostentation, surtout dès lors qu’une activité artisanale rapproche un tant soit peu du pouvoir ou d’une fonction officielle, soit par les conditions mêmes de son exercice, soit par l’aisance financière qu’elle confère. Alors on se proclame, comme M. Vergilius Eurysaces, pistor et redemptor16 ou, comme Q. Haterius Tychicus, constructeur (par les reliefs de son tombeau) et redemptor (par son épitaphe)17 ; ou l’on est, comme Habinnas, compagnon de Trimalcion, seuir idemque lapidarius18.

  • 19 Veyne 1979 (= Veyne 1991, 152). Voir aussi nos remarques (Morel 1985, 92).
  • 20 De même, Bollack (1976) observe que M. I. Finley définit la civilisation antique « par ses manques  (...)

12Ce thème nous oblige donc à réfléchir sur la nature de notre documentation, sous peine de nous laisser « duper par les sources antiques, qui ne parlent de l’affairisme noble qu’avec réticence, ou incidemment, ou à titre de curiosité, ou comme médisance », avertit P. Veyne19. Et le même auteur d’ajouter : « chevaliers et sénateurs faisaient des affaires, mais n’étaient pas dans les affaires » (ibid., 154) : restriction qui, soit dit en passant, nous ramène une fois de plus à ces formules négatives que l’on multiplie dès lors qu’il s’agit d’évoquer la possible participation des classes élevées aux activités commerciales ou artisanales, et en définitive, le plus souvent, de la nier20 – ou bien qui visent, d’une façon plus constructive, à souligner le décalage entre les apparences et les réalités.

  • 21 Cette formule de P. Gros (1983a, 432), qui concerne les exécutants des ouvrages d’architecture par (...)

13Il faut en somme mettre au point « une grille de lecture des témoignages qui nous sont parvenus » (Leveau 1985, 31), surtout lorsqu’il s’agit, comme c’est le cas ici, des personnes qui seraient le plus enclines à garder le silence sur leurs activités manufacturières. « L’histoire a horreur de l’anonymat » (Siebert 1978, 131), mais nous risquons d’avoir souvent à nous en accommoder ici, et nous le regrettons d’autant plus qu’il s’agit selon toute probabilité de « l’anonymat lucratif des capitalistes »21.

  • 22 Andreau 1983, 9, note 3. De même, M. Torelli, à propos des analogies qu’il relève entre le tombeau (...)

14Si j’ai tenu à cette mise en garde un peu longue, c’est que ces paramètres conditionnent toute recherche sur notre sujet. Mais maintenant, derrière le négatif, voyons le positif, en nous restreignant autant que possible aux élites municipales ou à ces “notabilités” que J. Andreau définit ainsi : « j’entends par oligarchies l’ensemble des ordres privilégiés (Sénat, ordre équestre, oligarchies municipales), et par notabilités tous ceux qui, sans appartenir à ces ordres, en sont proches par les sources de revenus et le style de vie »22. Soyons franc : une autre caractéristique de notre sujet est qu’il nous contraindra à évoluer constamment aux confins de ces deux groupes sociaux, oligarchies et notabilités – ou, plus exactement, que le caractère très lacunaire de nos sources et le recours forcé à une documentation archéologique plutôt que textuelle nous condamneront souvent à ignorer si nous avons affaire à l’une ou l’autre de ces catégories. Or si ces deux groupes ont des “styles de vie” voisins, ils n’ont ni le même pouvoir, ni le même prestige. On ne peut méconnaître qu’il y a dans cette absence de discrimination entre les “élites municipales” proprement dites (c’est-à-dire les magistrats ou la classe décurionale), et d’autre part les autres notables, une faille possible dans notre analyse. Prenons-en le risque, contraint et forcé.

15Nous interrogeant sur nos élites (et nos notables), nous poserons successivement deux questions : que sont les élites dans la production manufacturière ? et qu’est la production manufacturière pour les élites ?

2. Le rôle des élites dans la production manufacturière

16L’épigraphie de l’instrumentum est ici une source essentielle. C’est dire que nous travaillons dans des conditions extrêmement peu favorables :

  • Notre documentation est limitée essentiellement aux productions non périssables, très minoritaires.

    • 23 C’est l’intéressante hypothèse avancée par L. Pedroni pour la disparition des marques sur la cérami (...)

    Même ces objets ne portent pas toujours des inscriptions, très loin de là. Par exemple, sur la céramique de table, leur présence est quantitativement très variable selon les époques – peut-être en fonction, justement, des interdictions légales et des inhibitions morales concernant l’implication des notables dans la manufacture23.

    • 24 Cf. Bémont 1974, 75 ; Morel 1983, 22 et note 9, avec bibliographie. Ajouter en dernier lieu Bémont (...)

    On sait rarement qui au juste est désigné par les marques24.

  • Même quand on croit savoir qui est désigné par elles (par exemple, sur les lingots, plutôt les exploitants des mines), ces inscriptions sont trop succinctes pour ne pas rendre hypothétiques les rapprochements que l’on pourrait faire avec des personnages homonymes cités éventuellement par d’autres sources.

17Ces considérations ne sont pas décourageantes, mais elle sont peu exaltantes. Et le petit dossier concernant C. Vestorius de Pouzzoles, dossier dont l’existence est due à un ensemble très exceptionnel de conditions favorables (cf. Morel 1983, 29-30), fait ressortir par contraste combien nous sommes démunis dans la plupart des autres cas.

18Qui tire les ficelles des productions manufacturières ? On pourrait dire au sujet de la manufacture et des élites municipales ce que Ph. Leveau déclare à propos des activités financières et commerciales de l’aristocratie sénatoriale, à savoir qu’elles « sont totalement occultées par l’utilisation des liens familiaux et clientélaires » (Leveau 1985, 25).

19Cette occultation suscite deux attitudes opposées – l’une peut-être excessivement confiante et optimiste, l’autre peut-être excessivement prudente et sceptique – entre lesquelles il paraît opportun de chercher une voie moyenne.

  • 25 Cf. Wiseman 1963, 282 : « all the Arretine manufactures (sic) whose names we know must have been am (...)

20La première attitude est représentée par T. P. Wiseman, qui, au terme d’une analyse très argumentée, attentive aux prénoms – un élément important dans ce genre d’enquêtes –, conclut que deux fabricants de céramique d’Arezzo, C. Vibienus et T. Rufrenus, appartiendraient à l’ordre sénatorial ou seraient proches de sénateurs (Wiseman 1963). Mais, à supposer que ces deux producteurs soient effectivement membres de la classe sénatoriale, peut-on pour autant extrapoler cette conclusion à l’ensemble de la production arétine, qui serait alors le fait de très hauts personnages, ou tout au moins de membres des élites municipales25 ? Chr. Delplace en doute avec raison, qui écrit : « lorsqu’il (scil. Wiseman) fait de l’ensemble des fabricants arétins des domi nobiles, je crois qu’il force les sources » (Delplace 1978, 58).

  • 26 Des observations sur la plus ou moins grande indépendance des affranchis sont présentées par Garnse (...)
  • 27 Cf. Veyne 1990, 723 : « les nobles ne craignaient nullement de déroger, et faisaient des affaires a (...)
  • 28 Veyne 1979 (= Veyne 1991, 161-162). Sur tout cela, voir aussi Skydsgaard 1976,45 ; Andreau 1980, 91 (...)

21La seconde attitude est illustrée par une affirmation de M. Cébeillac-Gervasoni, selon qui « il n’est pas impossible que l’aristocratie locale ait investi une partie de ses gains “nobles” dans des fabriques que possédaient des “Vestorius” » (Cébeillac-Gervasoni 1987, 1198) : mais pourquoi pas dans des fabriques que cette aristocratie aurait possédées elle-même, par tous les intermédiaires qu’on voudra26 ? P. Veyne a analysé les diverses façons possibles qu’avait cette aristocratie locale d’investir ses gains “nobles” dans le prêt d’argent, et ses conclusions me semblent pouvoir s’appliquer aussi à la manufacture : ces personnages pouvaient investir personnellement, par l’intermédiaire d’un homme de confiance (procurator, ou officinator, ou institor pour les fabriques27 ;) ou – ce qui serait une variante du cas précédent – en confiant un pécule à un esclave qui le faisait fructifier (cf. Burford 1972, 51 ; Garnsey 1982) (et P. Veyne de souligner l’« énorme rôle des esclaves dans le circuit des capitaux du monde romain ») ; ou encore, en prêtant aux négociants (ou, ajouterai-je, aux fabricants), ou en confiant de l’argent à un banquier qui prêtait à ces personnages28. Face à toutes ces possibilités, je me demande s’il est important, pour notre sujet, de constater que « non riusciremo mai a sapere quante di queste botteghe e officine fossero possedute dalla piccola borghesia e quante invece fossero gestite da schiavi e liberti, institores, per conto dei membri dell’aristocrazia municipale » (Rostovtzeff 1933, 227, cité par Giardina 1981, 135) : dans un cas comme dans l’autre, des profits – peut-être l’essentiel des profits – allaient à l’aristocratie municipale !

22On le voit : dans ces divers cas de figure, nous en sommes souvent réduits aux suppositions, même si elles ont pour elles une forte vraisemblance. C’est là malheureusement une situation banale en ce domaine. Elle rappelle, mutatis mutandis, celle que nous affrontons lorsque, à propos de l’économie napolitaine et notamment de la campanienne A, W. Johannowsky, E. Lepore ou P. Lévêque évoquent « l’intraprendente classe economica di Napoli », le « ceto mercantile e armatoriale » (et, ajouterais-je, “industriale”) de cette ville, sa « ploutocratie marchande» (et, ajouterais-je, “manufacturière”), ou ses chariestatoi (références dans Morel 1986, 343). Il est plus que probable en effet que derrière ce phénomène considérable que sont la fabrication et l’exportation de la campanienne A, se trouvent des notables de Neapolis. Mais ce n’est pas une certitude absolue ; ces personnages hypothétiques sont anonymes à nos yeux ; et nous ignorons leur degré de dignité dans la hiérarchie de la cité.

  • 29 Cf. Varron, RR, I, 2, 21 : nam sic etiam res aliae diuersae ab agro erunt adsumendae, ut si habet p (...)

23Evitons toutefois certains excès inverses de scepticisme. Ainsi, affirmer que les potiers sont bien peu de chose dans la société romaine (cf. Delplace 1978, 76) est très vrai si nous considérons les artisans-potiers eux-mêmes, mais n’a pas plus de légitimité profonde, en ce cas, que si nous prétendions que les esclaves des grands domaines sont peu de chose dans cette société. Ce qui compte pour nous ici, c’est qu’il y a quelqu’un au-dessus des artisans, comme des esclaves des champs, qui prend les initiatives et qui empoche les bénéfices. La différence est toutefois que, étant donné les attitudes respectives des Romains devant l’agriculture et devant la manufacture, nous identifions mieux ces personnages dans le cas des grands domaines que dans celui des ateliers. Mais peut-être pouvons-nous, ou pourrions-nous, profiter dans certaines circonstances pour la manufacture de la connaissance un peu meilleure que nous avons du monde agricole, s’il est vrai que maints fundi ont comporté, à des époques très diverses, des figlinae, des textrinae et d’autres ateliers29.

  • 30 Cf. Rostovtzeff 1957, 73. Voir aussi Veyne 1979 (= Veyne 1991, 151) : « Les “maisons à tabernae” de (...)
  • 31 Données du débat dans Andreau 1973.
  • 32 Voir par exemple Pompéi 1748-1980, 156, 11A et C2 ; 157, 12A et C 1-2 ; 158, 13A 1-2 et 3 ; 159, 13 (...)
  • 33 On connaît maintenant le cas de Fregellae vers le milieu du IIe s. av. n.è., sur lequel cf. Coarell (...)

24Les villes elles-mêmes ne sont pas dépourvues non plus d’indices potentiels. Que l’on pense à Pompéi, où l’implication des classes dirigeantes dans l’artisanat et le petit commerce – indissolublement liés – est suggérée par la symbiose étroite entre les domus et les tabernae, symbiose topographique, architecturale, fonctionnelle, et aussi de toute évidence économique et sociale30 Cette présence de l’artisanat dans la ville, on le sait, s’accroît dans les derniers temps de Pompéi (quel que soit le rapport, très discuté, de ce phénomène avec le tremblement de terre de 6231,) période où maintes demeures sont totalement ou partiellement bouleversées pour faire place à des ateliers32. Mais ni cette période, ni cette cité n’ont eu l’exclusivité d’un tel phénomène33.

  • 34 Ainsi, à propos des vases en or, des tapis et des étoffes décoratives, ou des lits et candélabres d (...)

25Tous les indices quels qu’ils soient exigent la prudence, même quand ils semblent posséder une clarté inespérée. Ainsi, je ne suis pas persuadé que les textes de Cicéron sur les ateliers de Verrès pourraient « fournir la base d’une étude des “industries de luxe” » (Gros 1983b, 618) – ou du moins d’une étude économique de ces industries –, car Verrès a jusque dans sa façon d’encourager, d’imposer ou de détourner à son profit certaines activités artisanales (l’orfèvrerie, le bronze, les tissus et vêtements précieux) une attitude de collectionneur ou d’accapareur maniaque plutôt que d’homme d’affaires34.

  • 35 Le fait qu’une grande partie des notables pompéiens de la dernière période sont fils d’affranchis, (...)

26Venons-en à quelques exemples des indices que nous pouvons espérer quant à la participation de notables, ou de leurs proches ou ascendants – éventuellement affranchis35 –, à la production manufacturière ou à des activités analogues, telles que l’exploitation minière. La rareté de la documentation disponible nous contraint à les prendre en partie hors de la période que nous devrions considérer ici.

  • 36 Cf. Molisani 1971 (L. Cornelius L. f. Vot. Q. Catuli cos. praef. fabr. censoris architectus).

271) D’abord, un cas un peu marginal par rapport au groupe des élites municipales – par la force des choses, puisqu’il s’agit de l’agglomération dépouillée de son statut urbain qu’est la Capoue de la période républicaine. Une maison de l’époque syllanienne ou césarienne, découverte en 1955, publiée en 1987 seulement (Pagano/Rougetet 1987), y présente des indices architecturaux, certes fragiles, d’une production artisanale (puits et surtout bassin). Mais bien plus explicite est un sol d’opus signinum portant l’inscription suivante : P. Confuleius P. M. l. Sabbio sagarius / domum hanc ab solo usque ad summum / fecit arcitecto (sic) T. Safinio T. f. Fal. Pollione. Texte célébratif d’une emphase presque parodique, et qui, par une sorte de solidarité entre hommes de métier, n’omet pas de signaler, à côté du propriétaire, fabricant et/ou marchand de vêtements, cet autre praticien qu’est son architecte, homologue local à petite échelle – à toute petite échelle – de L. Cornelius, architecte à Rome d’un très haut personnage tel que Q. Catulus36. Comme le note justement M. Pagano (Pagano/Rougetet 1987, 759), nous sommes là dans le « mondo, di sapore petroniano, di un liberto arricchitosi grazie ad un’attività commerciale » (ou artisanale ?). Et M. Pagano y voit le monde des magistri Campani, substitut local (et provisoire) d’une « classe dirigente municipale di diritto ». Nous voici donc introduits, étant donné les circonstances particulières qui sont celles de Capoue à cette époque, dans un monde aussi proche que possible de celui qui nous concerne ici, dans un monde d’élites “quasi municipales”. Notons qu’une autre inscription, toujours sur opus signinum, contiguë à la précédente – recte omnia uelim sint nobis –, nous renseigne peut-être, par le caractère presque pathétique de cette supplication, sur la précarité profondément ressentie de la situation économique de ces personnages.

  • 37 Sur les dédicaces à Fortuna Primigenia de collèges d’artisans dont les magistri sont des esclaves o (...)

282) Une enquête exemplaire menée à propos des données de Préneste par Sandra Gatti et Maria Teresa Onorati (voir maintenant Gatti/Onorati 1992) confirme et amplifie ce que l’on supposait déjà à propos de cette ville, à savoir la participation de certaines de ses grandes familles à des activités manufacturières37. En effet, des timbres sur céramique à vernis noir médio-républicaine et tardo-républicaine mentionnent les gentilices de quelques familles aristocratiques, qui pour la plupart disparaissent à partir de l’époque syllanienne : les Trebonii et les Orcevii (cf. Gatti/Onorati 1992, spécialement 202 et 206-226), et surtout les Samiarii. Ces timbres reflètent la participation d’au moins cinq membres de cette dernière gens à la production céramique entre le IVe siècle et la fin du IIIe s. ou le début du IIe s. av. n.è. au moins. Une analyse fine des prénoms indique que ces personnages n’appartiennent pas à la même branche que celle qui est attestée sur des cippes de la nécropole de la Colombella. On peut imputer cette différence, soit au caractère incomplet de notre documentation ; soit à un décalage chronologique ; soit enfin, comme le suggère M. T. Onorati, à une « precisa divisione di mansioni nell’ambito dello stesso gruppo familiare, che prevedeva una delega delle attività di carattere imprenditoriale a rami cadetti » (Gatti/Onorati 1992, 217-219) : en ce dernier cas, nous aurions donc une modalité particulière de ce “camouflage” des activités manufacturières que nous avons évoqué à plusieurs reprises.

29De même je me demande si un certain C. Paccius Africanus de Teanum Sidicinum, cos. I en 66, cos. II en 69, proconsul d’Afrique en 77-78 (Cébeillac-Gervasoni 1982, 66), ne pourrait pas être un lointain descendant d’un L. Pakkuiís qui signe des vases à vernis noir dans la même ville au IIIe s. av. n.è. (cf. Morel 1983, 23, note 14).

  • 38 Sur cette question, cf. Domergue 1985. Voir aussi l’étude prosopographique de Cl. Domergue (1986, 4 (...)

303) A propos de la Carthagène de la fin de la République et du début de l’Empire, Cl. Domergue a étudié à partir de marques portées par des lingots de plomb, et d’inscriptions lapidaires et surtout monétaires, les rapports entre exploitants de mines, magistrats municipaux et affranchis. Les liens entre les exploitants de mines et les magistrats municipaux sont évidents, même si une épigraphie avare de détails rend difficile d’en définir les modalités. On peut penser d’autre part que des duouiri quinquennales descendent d’affranchis des Italiens qui exploitaient les mines, surtout à l’époque augustéenne et au début de l’Empire38.

314) Dans l’Orient paléochrétien des IVe-VIe siècles, il semble que dans certains cas des commerçants et des artisans enrichis, « sorte de bourgeoisie d’affaires avant la lettre », aient pu participer à la gestion des cités, devenant membres de la curie ou de la gerousia (cf. Sodini 1979, 118).

  • 39 Sur ces problèmes, voir indications et références dans Morel 1983, 31, et Cébeillac-Gervasoni 1987, (...)

325) L’opus doliare, et particulièrement les briques et tuiles, fréquemment marquées, montre l’implication de hauts, voire de très hauts personnages dans l’activité manufacturière. Sous la République, deux affranchis des Licinii (connus chacun par une source différente, ce qui renforce la valeur de cette indication) portent les surnoms de Tegula et d’Imbrex (Tite-Live, 31, 12, 10 ; Aulu-Gelle, NA, 13, 23, 16), et on ne peut exclure que les Sextii Laterani dussent leur cognomen à la fabrication de lateres. Cicéron et Asinius Pollion “produisent” des tuiles, de même que Livie, Agrippa Postumus, Poppée39. On ne saurait, même pour ces derniers personnages, envisager uniquement une autoconsommation et une production pour les besoins de leurs constructions propres. En effet, la dispersion des timbres au nom de Livie indique qu’il s’agit bien de briques ou de tuiles vendues : ainsi connaît-on un peu partout en Campanie des briques issues de figlinae de Livie, marquées YACINT(hi) / IVLIAE / AVGVSTA(e) ou ABDAE / LIVIAE (Scatozza-Höricht 1991, 355-356).

  • 40 Cébeillac-Gervasoni 1982, 85 (Caedicii) et peut-être 84 (L. Velleius Paterculus) et 86 (Caedicia M. (...)
  • 41 Voir sa communication lors du présent Colloque, Les élites municipales dans le développement politi (...)

33D’autres familles plus modestes, mais liées aux élites municipales, et qui par conséquent nous intéressent plus directement ici, sont attestées également par des marques sur briques. A Cumes, un timbre mentionne un L. Pontius Antio(chus) (Scatozza-Höricht 1991, 356) : or, dans la même ville, des Pontii apparaissent « nella élite cittadina augustea » (cf. Camodeca 1983, 23, n. 5). Et M. Cébeillac, dans son étude sur les magistrats des cités italiennes, a analysé le rôle des élites municipales dans les figlinae (et les textrinae)40 de même que Chr. Delplace à propos de la Regio V41 Les indices de ce genre ne manquent donc pas : mais il faut reconnaître que peu d’entre eux sont véritablement probants, étant donné les incertitudes de la prosopographie. Il faut toutefois rappeler que « the original enterprise of the Eumachii was the tile- and amphora-industry » (Castrén 1975, 95).

  • 42 Sur ce personnage voir en particulier Andreau 1974, 296-298.

346) Le cas d’A. Umbricius Scaurus, producteur de garum à Pompéi42, est typique de la façon dont on traite de tels dossiers selon l’opinion plus ou moins préconçue que l’on a de ces choses. Pour E. Lepore, la production de garum atteste la « formazione di gruppi indipendenti dall’agricoltura » (Lepore 1950, 164). Pour J. Andreau, en revanche, « il serait tentant de penser que Scaurus avait une propriété proche du rivage du golfe de Naples ». Et cet auteur de conclure : « rien ne permet de voir en lui le représentant d’une oligarchie industrielle qui puisse être séparée de l’oligarchie foncière » (Andreau 1974, 297, note 13 et 298).

  • 43 Comme l’écrit Y. Thébert (1980, 897) à propos du « groupe social d’hommes d’affaires... qui ont en (...)
  • 44 Voir Picard 1991, 19 : « ce dernier placement constituait ce qu’on appellerait aujourd’hui le blanc (...)

35On pourrait voir dans cette dernière affirmation comme une pétition de principe, puisque Umbricius Scaurus est connu essentiellement (et, du point de vue économique, exclusivement) comme fabricant de garum, et qu’on ne saurait tenir pour acquis ce qu’il s’agit précisément de démontrer, à savoir l’identité absolue de comportement économique entre les propriétaires fonciers qui auraient tiré leurs revenus de leurs terres, et les propriétaires d’officines qui auraient tiré d’activités non liées à la terre le plus clair, sinon la totalité de leurs revenus. Il est vrai que J. Andreau entrouvre une porte vers une solution de conciliation lorsqu’il ajoute : « rien ne permet de supposer qu’à l’époque où il fut duumvir, A. Umbricius Scaurus n’ait pas été propriétaire foncier, comme l’étaient certainement, sauf exception, les autres membres de l’ordo decurionum » (Andreau 1974, 297) : car ces “exceptions” possibles – ce que M. Finley appellerait sans ménagement des “incidental details” (Finley 1984, 10) – sont précisément ce qui nous intéresse ici43. De surcroît, il faut distinguer le cas d’un personnage qui (comme A. Umbricius Scaurus ?) aurait éventuellement acheté des terres afin de “figurer” et pour ainsi dire de se dédouaner44, de celui d’un véritable exploitant agricole. Une grande partie de notre problème réside dans cette possible différence.

  • 45 J’emprunte cette expression à M. Lejeune (1983, 746) qui l’utilise dans un tout autre contexte, cel (...)
  • 46 Castrén 1975, 232. Autres exemples : celui d’un arrière-grand-père d’Auguste, que certains disaient (...)

36Notons que beaucoup des cas où la manufacture, sous des formes diverses, semble avoir joué un rôle dans l’enrichissement et l’élévation d’une famille font apparaître un “temps de latence”45, un délai plus ou moins long, une ascension très progressive depuis la constitution d’un début de fortune jusqu’à l’accès aux charges municipales – ce qui n’a rien d’étonnant –, voire le report des espoirs sur les fils d’affranchis (cf. Łoś 1987, 860-871 ; 1992, 259-297, particulièrement 277-289). Les Orcevii de Préneste sont connus comme producteurs de céramique au IIIe s. av. n.è., comme magistrats au IIe s. (cf. Morel 1983, 24, avec les références). A Carthagène, les familles d’exploitants de mines des IIe-Ier siècles av. n.è. fournissent des duouiri quinquennales entre le règne d’Auguste et celui de Caligula, soit par descendance directe, soit par l’intermédiaire d’affranchis de ces exploitants, dont les magistrats municipaux seraient fils ou petits-fils, et peut-être avec un “sas” d’investissements fonciers ou commerciaux (cf. Domergue 1985, 204). Un Vestorius, édile à Pompéi en 75-76, est considéré par P. Castrén comme un membre de la gens Vestoria de Pouzzoles (Castrén 1975, 120 ; voir aussi 238-239). Mais le Vestorius qui a introduit dans cette dernière ville la production du fameux colorant bleu qui lui a dû son nom, le uestorianum, n’a apparemment pas exercé lui-même de magistrature municipale (à supposer même qu’il n’ait pas été un affranchi du C. Vestorius familier de Cicéron, comme le voudrait H. Gummerus [s.v. Industrie und Handel, RE, IX, 2, col. 1505]). Par conséquent, dans ce cas, plus d’un siècle s’écoule entre le début de la fortune d’une famille (ou l’impulsion décisive donnée à sa fortune) et l’accession de cette famille aux charges municipales. Un délai du même ordre, sinon supérieur, peut être observé pour les Umbricii, connus comme negotiatores à Délos vers 100 av. n.è. : « the Pompeian Umbricii Scauri first gain economic importance as producers of garum and then, probably in later Neronian period, also gain in political power » (italiques de moi)46.

37En somme, l’enrichissement manufacturier peut indubitablement conduire aux dignités municipales. Se poursuit-il une fois celles-ci atteintes ? Il est beaucoup plus délicat de répondre à cette question à cause du camouflage que je suppose, ou tout simplement parce que ces personnages opèrent alors une reconversion : et pourtant, nous sommes là au cœur de notre sujet. On peut toutefois se demander si certaines restrictions mentales, certains refus de lier activités manufacturières et ascension sociale ne viennent pas compliquer inutilement la question (ou la vision que nous pouvons avoir de ces choses), en niant une ascension sociale qui en même temps apparaît évidente à bien des égards. Ainsi, pour P. Veyne, l’expression de « montée des affranchis » est vide de sens : « si les fils s’élèvent, c’est en cessant d’être ce qu’avaient été les pères, en se transformant en nobles... C’est une classe avortée... C’est une destinée bouchée... » (Veyne 1961 = Veyne 1991, 35-36). Mais le fait de changer de statut par le haut n’est-il pas précisément la plus éclatante des “montées” ? Et pourquoi faudrait-il encore et toujours nier que l’ascension due à des activités non agricoles, ou non purement financières, soit quand même une ascension ?

3. Qu’est la manufacture pour les élites ?

  • 47 Ces observations prolongent celles que j’ai proposées dans Colloque Aix-en-Provence 1984, 98-101.
  • 48 Cf. Veyne 1976, 121 : « l’activité inessentielle par laquelle chaque notable assure son indépendanc (...)

38Que rapporte la manufacture à nos notables47 ? On est tenté de répondre : officiellement, rien. Ces gens semblent ne pas s’en mêler, et de fait il arrive que les choses se fassent pour ainsi dire à leur insu (un cas extrême – mais il concerne la famille impériale – est celui d’Agrippa Postumus, Pupillus Agrippa, “produisant” des briques en 11 av. n.è., alors qu’il était né en 12 ! [cf. Steinby 1979, 270]). Il faut évidemment dépasser ici le problème du “métier”. Officiellement, nos gens n’ont pas de profession48. C’est pourquoi on a pu se demander – et nous sommes là au cœur du débat – si un A. Umbricius Scaurus est fondamentalement un propriétaire terrien, membre de l’oligarchie municipale, « qui s’occupe aussi de diriger une fabrique de garum » (Andreau 1974, 298), ou si ce ne pourrait pas être plutôt un fabricant de garum à qui sa fortune acquise grâce à cette activité a permis d’accéder à une carrière municipale et probablement (mais nous n’en savons rien) au statut de propriétaire terrien (cf. Morel 1985, 90). Mais cela n’influe guère sur notre problème fondamental, car « the key question is whether or not urban manufacture and trade generated wealth in the ancient world to any extent » (Finley 1984, 11).

39Je ne crois pas pour ma part que le “temps de latence” auquel j’ai fait allusion se traduise nécessairement par l’abandon d’activités manufacturières fructueuses une fois qu’une famille a accédé à l’élite municipale, mais il se traduit par l’entrée en action du camouflage, des hommes de confiance et des prête-nom, révélée a contrario par les marques sur briques et tuiles, pour des raisons qui tiennent sans doute au caractère considéré comme “agricole” de cette production.

  • 49 Cicéron, De off., 1, 151. A. Giardina analyse de façon pénétrante cette différence de statut moral (...)

40On pourrait penser que nos élites profitent d’autant plus dynamiquement de la manufacture que l’idéologie dominante pousse en ce sens : elle veut en effet que la réussite, et les choses faites en grand, puissent conférer malgré tout quelque lustre à ce genre d’activités. On connaît les mots fameux de Cicéron à propos du commerce : mercatura si tenuis est, sordida putanda est ; sin magna et copiosa, non est admodum uituperanda ; si satiata quaestu uel contenta potius... se [ex portu] in agros contulit, uidetur iure optimo posse laudari49. Mais cette formule risque de rester lettre morte dès lors que l’on voudrait l’appliquer, non pas au commerce, mais aux activités manufacturières. P. Veyne illustre la plebs media par « les riches boutiquiers » de Rome et d’ailleurs qui montrent ou indiquent leur activité économique sur leurs monuments funéraires (Veyne 1990, 722-723). Pourquoi alors les gens de statut plus élevé (jusqu’aux sénateurs, voire au-delà, jusqu’à la famille impériale) cachent-ils les activités manufacturières qu’ils suscitent ou encouragent à autrement grande échelle, si, comme l’affirme Cicéron, la mercatura amplement pratiquée uidetur iure optimo posse laudari ? C’est peut-être dans le sens exact de mercatura que réside la solution. La manufacture, justement, n’est pas le commerce. Plus “vile”, et plus compromise avec la matière, elle est aussi plus difficilement avouable, fût-elle satiata quaestu.

41Si maintenant l’on s’interroge sur les types d’activités manufacturières des élites et sur les profits qu’elles peuvent en tirer, il faut souligner trois points, que je développerai inégalement pour éviter de trop revenir sur des remarques que j’ai eu l’occasion de présenter ailleurs (Morel 1983, 32).

421) Il y a des activités plus ou moins avouables. Sont avouables ou en tout cas avoués :

  • 50 Y compris la fabrication de tuyauteries. A Ostie, d’Hadrien aux Sévères, de nombreux tuyaux de plom (...)

43a) La construction sous toutes ses formes50, activité souvent liée à l’Etat, à la cité ou à l’évergétisme.

  • 51 Sur ces diverses données, cf. Setälä 1977, passim.

44b) L’opus doliare, qui est apparenté avec le bâtiment, bien sûr, mais aussi, de façon réelle ou prétendue, avec la terre et la possession de domaines. Pour les briques et tuiles, les Romains n’en introduisent pas moins une distinction plus ou moins spécieuse (typique de cette espèce de code d’honneur auquel nous sommes constamment confrontés ici) entre l’exploitation de la terre à brique, considérée comme une activité vraiment agricole, et la fabrication des briques, qui l’est moins. C’est là la distance qui sépare le dominus de l’officinator, au point que sur quelque 200 domini de la région de Rome et d’époque impériale étudiés par P. Setälä, un seul est aussi officinator (à supposer du reste qu’il s’agisse du même personnage). Il est certain en tout cas que les domini (dont on ne saurait douter qu’ils retirent des profits de l’opus doliare) regroupent la plupart des membres des couches sociales supérieures. Les sénateurs en forment la très grande majorité. Les consules ordinarii, à consulats souvent multiples, n’y sont pas rares, accentuant l’image d’une “élite” sociale que donne ce groupe. Enfin, ce groupe a une dominante plus italienne que le Sénat lui-même51. Bien évidemment, ce qui dans la région de Rome concerne essentiellement des sénateurs s’applique aussi, dans d’autres régions d’Italie, à de moindres personnages, membres des élites municipales, à commencer par les Eumachii de Pompéi dont le nom apparaît sur force marques de briques et d’amphores (voir en dernier lieu Van der Werff 1989, particulièrement 360-364).

  • 52 Amphores : cf. Morel 1989a, 558-559. Briques et tuiles : Morel 1987, 130-131.
  • 53 Sur les “attività economiche extra-agricole” où s’insère la production d’amphores pour la vente, cf (...)

45Les amphores, précisément, ont souvent passé de leur côté pour une fabrication très étroitement liée à l’agriculture, ce qui est l’évidence même sur le plan fonctionnel (encore qu’on ne doive pas oublier leur usage pour des denrées non agricoles telles que les salsamenta). Mais il en va différemment sur le plan proprement “industriel”. Il arrive (quoique rarement, pour des raisons pratiques évidentes) que des amphores – comme par ailleurs des briques et des tuiles – soient produites en ville, ou aux abords immédiats d’une ville52. Surtout, le lien entre production d’amphores et propriété terrienne est moins étroit qu’on ne l’a longtemps cru. Ainsi, B. Liou insiste sur le fait que les marques sur amphores de Bétique ne sont pas celles de producteurs d’huile, ni celles de commerçants, mais bel et bien celles de producteurs d’amphores ; et il cite des marques désignant des « personnages de l’élite municipale » d’Axati liés non pas à la production d’huile, comme le voudraient certains, mais à la production d’amphores (cf. Liou/Gassend 1990, 199-200). Ici encore, par conséquent, on constate une opinion redevenue plus favorable à un rôle autonome de la manufacture, après que le balancier soit parti excessivement loin vers le “tout-agricole”53.

46De même, à propos d’amphores de Léétanie timbrées au nom de Cn. Lentulus Augur, personnage de l’époque d’Auguste dont Tacite signale les magnae opes innocenter partae (Annales, IV, 44, 1), P. A. Gianfrotta suppose que Lentulus possédait en Tarraconaise des propriétés foncières où « si produceva vino destinato alla commercializzazione, confezionato in contenitori da trasporto quasi certamente fabbricati nelle stesse proprietà » (Gianfrotta 1982, 476). Mais ce qu’on doit se demander en outre à propos de tels personnages, c’est s’ils ne vendaient pas aussi des amphores à d’autres propriétaires, voire simplement à des négociants en vin.

  • 54 Elle est aussi admise à propos des amphores pompéiennes de L. Eumachius – qui n’ont sans doute pas (...)
  • 55 Indications en ce sens dans Laubenheimer 1985, 403 et 455.
  • 56 Synthèse des données récentes et bibliographie dans Hesnard et alii 1988, 14-15 et 149-154.

47C’est en effet une question qui se pose avec insistance à propos des amphores, et qui soulève une fois de plus le problème des rapports entre la manufacture et l’agriculture. Pour D. Manacorda (1989, 449-450), les amphores sont ou peuvent être selon les cas un instrumentum ou une marchandise : c’est-à-dire que des propriétaires fonciers peuvent les faire pour eux-mêmes, afin d’emballer les produits de leur domaine, mais aussi, le cas échéant, poulies vendre à d’autres. On peut sans doute aller plus loin, et les attribuer dans certains cas à des fabricants d’amphores sans liens particuliers avec la propriété foncière. Il m’est arrivé d’affirmer que les amphores n’étaient pas une “merce” comme les autres, car elles n’étaient jamais vendues vides à des centaines de kilomètres de leur lieu de fabrication (Morel 1989b, 527). Cette affirmation me semble rester vraie pour l’essentiel54, surtout pour les longues distances, mais elle est dans une certaine mesure battue en brèche par la découverte dans l’épave des Roches d’Aurelle (Var), datable vers 70 de n.è., d’amphores vides, faites apparemment à Fréjus (cf. Bérato et alii 1986, 198-200 et 213). Ce caboteur de faible tonnage, trouvé très près du lieu d’origine de sa cargaison, appuie l’hypothèse de F. Laubenheimer selon laquelle les amphores de Fréjus ou de Marseille étaient peut-être faites pour emballer, après transvasement, des vins importés en vrac dans des navires à dolia55 – navires dont les épaves sont de plus en plus fréquemment signalées56, et qui impliquaient qu’on disposât au port d’arrivée, pour en recevoir le contenu, d’amphores vides fabriquées indépendamment de toute production locale de vin. Ces nouvelles données contribuent donc fortement à distendre le lien habituellement établi entre amphores et domaine viticole, et par conséquent entre manufacture et agriculture.

  • 57 Voir supra les exemples signalés à propos d’Arezzo et de Préneste. A Calès, au début de l’Empire, d (...)

48Il est très vraisemblable que des familles de notables ont produit aussi de la céramique de table, et j’en ai énuméré ci-dessus quelques indices : mais on peut mesurer en ce cas, justement, combien le camouflage d’une telle activité, manifestement considérée comme non “rurale”, complique la tâche de l’enquêteur57.

  • 58 Voir nos indications antérieures en ce sens (Morel 1983, 31-32 et Morel 1991, 201).
  • 59 Sur l’analogie entre le cas de Fregellae et « la sostituzione di ceti» a Pompéi après le tremblemen (...)

49c) Enfin le travail professionnel et “industriel” de la laine, c’est-à-dire essentiellement (quoique pas exclusivement) l’activité des foulons58. La problématique de cette production s’est récemment accrue, puisque nous savons maintenant que de riches demeures de Fregellae ont été envahies par des fullonicae dans la première moitié du IIe s. av. n.è. (Coarelli 1991a, particulièrement 181). En somme, cette activité se déroulait dans les demeures des domi mobiles, désertées, il est vrai, par ces derniers. Ce fait nouveau doit amener à reprendre le problème analogue que pose Pompéi deux siècles plus tard, à savoir l’installation de fullonicae (et d’autres types d’activités artisanales) dans des domus. Des deux hypothèses qui s’affrontent à ce sujet – recrudescence des activités de service, liée à la reconstruction de Pompéi après le tremblement de terre de 62, ou transformation fondamentale de l’économie de la ville – c’est la seconde que recommande le parallèle de Fregellae59 (cette transformation pouvant avoir été favorisée, dans le cas de Pompéi, par le fait que les riches auraient perdu le goût d’habiter une ville à moitié détruite). Il faut rappeler aussi l’importance que l’industrie lainière eut selon toute probabilité pour les ascendants directs de Cicéron (Coarelli 1991a, 185. Voir aussi Coarelli 1991b, 181).

  • 60 Sur tout cela, voir Morel 1985, 98-100.

502) Il y a des activités plus ou moins lucratives. Des indices différents quant à leur date, à leur nature et à leur intérêt, mais qui se recoupent, se complètent et se confirment mutuellement (de rares textes, des graffiti pompéiens, l’Edit du Maximum) font ressortir comme particulièrement rentables les productions et les transactions relatives non seulement au bois d’œuvre et aux animaux de trait et de bât, mais aussi aux textiles, aux briques et tuiles, aux colorants. J’ai cru pouvoir calculer notamment qu’à l’époque de Pline la vente d’une tonne et demie du colorant bleu dit uestorianum devait rapporter autant que le revenu annuel en vin et en huile de la grande villa de Boscoreale, soit quelque 30.000 sesterces de bénéfice60 (à comparer au cens décurional en Italie qui était de 100.000 sesterces [cf. Duncan-Jones 1974, 243]). Ce sont évidemment des ordres de grandeur très approximatifs, mais, à mon sens, non dépourvus de signification.

  • 61 Carandini 1979, 183, reprenant et approuvant Quesnay (cf. 184).

513) Est-ce que tout cela est lié à l’agriculture ? Ou bien est-il légitime d’en faire des activités proprement manufacturières, plutôt que des annexes, des retombées, des sous-produits de l’agriculture ? J’ai pour ma part toujours été réticent devant l’opinion qui a longtemps prévalu, selon laquelle tout reposerait sur l’agriculture, et qui veut que « la manufacture soit seulement une branche de l’agriculture»61 doive « toujours se voir en rapport avec l’agriculture» (Pucci 1973b, 355), soit « une activité annexe de l’agriculture » (Étienne 1966, 208) : ce qui ne pourrait que conforter la croyance en l’origine exclusivement terrienne des revenus des classes dominantes.

52La volonté de rapporter à tout prix tout enrichissement à l’agriculture a parfois conduit à des propositions insolites, par exemple à propos de la manufacture de vêtements fabriqués expressément pour la vente (promercales uestes) de Q. Remmius Palaemon (Suétone, De gramm., 23), « che la sua stessa proprietà fondiaria rifornisce di materie prime e di manodopera servile » (Carandini 1979, 184) (ce que Suétone, cité comme témoin, ne dit nullement !) : affirmation pour le moins paradoxale dans la mesure où les seules propriétés de ce personnage que les textes mentionnent sont des vignes, données pour remarquables (outre Suétone, cf. Pline, NH, 14, 50-51) mais évidemment peu aptes à l’élevage des moutons. C’est oublier de surcroît que, comme esclave, Q. Remmius Palaemon avait pratiqué le textrinum, et s’insérait ainsi dans une tradition manufacturière.

  • 62 Il faut ici renvoyer notamment à l’étude de Carandini 1970. On y détecte fort bien ce cheminement d (...)

53Il est donc instructif d’observer comment cette doctrine excessivement favorable à l’agriculture est née, à partir de prémisses plutôt prudentes ou vagues, moyennant des durcissements progressifs et des généralisations abusives qui ont balayé sans autre forme de procès tous les exemples évidents allant en sens inverse et qu’avaient mentionnés eux-mêmes à l’origine les tenants du “tout-agricole” ou du “tout-rural”, pour n’en plus tenir compte par la suite62. Je n’ai pour ma part jamais adhéré à cette position, pour des raisons générales (celles mêmes que j’expose ici), mais aussi parce que beaucoup des principales productions manufacturières que nous connaissons archéologiquement sont établies dans des villes – dans leur centre même, ou bien à leur périphérie immédiate et pour ainsi dire sous leurs remparts –, à Calès comme à Naples, à Pouzzoles comme à Capoue, à Lyon comme à Vienne, à Rome comme à Cologne. Et fussent-elles établies dans des uici comme à La Graufesenque, rien encore ne dit qu’elles sont pour autant étroitement liées à des activités agricoles.

  • 63 Carandini 1981, 260. Voir aussi le début d’évolution dans la conception des rapports entre agricult (...)

54Je ne peux donc que saluer le changement, presque la volte-face, qui s’est produit vers 1975-1980 à ce sujet, sous les coups de boutoir et des contradicteurs, et d’une réalité qui apparaissait de plus en plus clairement. « Il capitale commerciale romano, ammassato in Italia, è stato investito tanto nella produzione rurale che in quella urbana : questa è la novità che va profilandosi »63 : “nouveauté” peut-être, mais seulement pour le courant de pensée qui avait jusqu’alors, contre toute évidence, refusé une certaine importance et une certaine autonomie à la production manufacturière.

55Peut-on en effet sérieusement soutenir la dépendance par rapport à l’agriculture de la production du garum, des métaux, du verre, des colorants ? Peut-on la soutenir pour l’extraction et le travail du marbre, illustrés par les Cossutii, famille équestre puis sénatoriale des IIe-Ier siècles av. n.è. (cf. Torelli 1980), qui manifestement en tirait des revenus importants ? Peut-on la soutenir pour les briques et les tuiles, au-delà du fait indubitable que cette industrie utilisait de la terre, et d’une convention qui voulait que la figlina fût parfois appelée praedium ? Peut-on la soutenir même pour la laine ? L’industrie de la laine “dépend-elle” de l’élevage, ou est-ce l’inverse qui est vrai ? Les manufactures anglaises de lainages dépendaient-elles de l’élevage des moutons en Australie, ou était-ce l’inverse ? On admettra à tout le moins l’interdépendance et l’imbrication étroites des deux activités !

  • 64 Sur l’« interdipendenza continua tra le varie sfere dell’attività economica», voir Pucci 1984, 218.
  • 65 Suétone, De gramm., 23. Pour des considérations quantitatives sur les revenus industriels de ce per (...)
  • 66 Ainsi Trebius Loisius, cf. Lepore 1952, 313 ; ou P. Sestius L. f. qui, au dernier siècle de la Répu (...)

56Concluons sur ce point. La manufacture pouvait rapporter, et rapporter beaucoup. Ses revenus pouvaient parfaitement se cumuler avec ceux de l’agriculture, et/ou du commerce, voire des “services”, et ces sources de revenus n’étaient nullement exclusives les unes des autres – bien au contraire64 : rappelons encore le cas exceptionnellement bien connu (tout étant relatif) de Q. Remmius Palaemon, qui, entre les règnes de Tibère et de Claude, tira des revenus considérables aussi bien de l’école qu’il dirigeait que de ses vignes, et, enfin, de ses officinae promercalium uestium (Suétone, De gramm., 23)65. Mais bien d’autres personnages appelleraient des remarques analogues66.

  • 67 Voir Pline, NH, 34, 95, et mes remarques à ce sujet dans Morel 1991, 200 (ainsi que les observation (...)

57Quand on parle, à tort ou à raison, de la lourdeur des investissements exigés par la manufacture et par ses prolongements commerciaux (cf. Lepore 1952, 313), et quand on estime que « la faible rentabilité des activités artisanales n’attirait certainement pas les bailleurs de fonds » (cf. Jacob 1981, 15. Voir aussi Rémondon 1959, 345), il faudrait se garder d’oublier la considérable valeur ajoutée qui pouvait résulter de la transformation en vêtements de la laine ou du lin, ou en colorant d’une poignée de limaille de cuivre (cf. Morel 1985, 99-100). Cette valeur ajoutée ne pouvait être que fortement accrue, dans une économie de type pratiquement colonial comme l’était celle d’une grande partie de l’Italie – notamment au Sud – par l’exploitation esclavagiste extensive de vastes régions, procurant sans doute à des prix particulièrement bas des matières premières telles que le bois ou la laine : bois de la Sila permettant de construire des édifices et de fabriquer des meubles ou des bateaux (Denys d’Hal., 20, 15), bois des montagnes proches de la Campanie servant à la fabrication des bronzes de Capoue67, laine des troupeaux du Samnium et des montagnes de Campanie alimentant l’industrie textile de Canusium ou de Pompéi (Morel 1991, 200-202)...

  • 68 Voir notre liste ci-dessus : bois d’œuvre, textiles, briques, colorants.

58La manufacture pouvait rapporter. Mais nous n’avons guère d’informations concrètes sur la participation à ces opérations des élites municipales au sens strict, et nous ignorons trop souvent « comment les entreprises étaient lancées et financées » (Andreau 1984, 110). Toutefois, il faut tenir compte de deux faits. D’une part, nous avons de bonnes indications au sujet de la participation de générations antérieures des gentes qui un jour ou l’autre allaient accéder aux dignités municipales. D’autre part, les productions données par les témoignages antiques eux-mêmes comme les plus rentables68 sont aussi celles qui ont laissé le moins de traces archéologiques, à l’exception de l’opus doliare. Mais précisément, on l’a vu, l’opus doliare témoigne, par ses marques, de l’implication dans la manufacture de hauts et moyens personnages, et notamment de magistrats municipaux.

  • 69 Rappelons que P. Veyne (Veyne 1961 = Veyne 1991, 13) évoque « ce que nous atteignons le plus direct (...)

59Cela dit, il se peut très bien que nos gens aient estimé qu’en faisant des briques, des amphores ou peut-être même des tissus, ils se livraient à une activité agricole. Libre à eux. Nous sommes là au cœur de problèmes de mentalité antique – c’est-à-dire de notions que pour cette époque nous percevons souvent bien mieux que les réalités économiques69. Mais nous ne sommes pas forcés, lorsque nous étudions ces phénomènes, de faire nôtre ce point de vue très particulier des Anciens.

****

  • 70 Je détourne ici une expression de A. H. M. Jones dans sa leçon inaugurale à l’Université de Londres (...)

60Il faut admettre l’« ignominieuse vérité »70 : des membres des élites municipales ont pratiqué – ou plutôt, bien sûr, fait pratiquer –, tantôt à côté de l’agriculture, du négoce, du prêt, tantôt même principalement, voire exclusivement, ces activités qui aux dires de Cicéron ne pouvaient rien avoir d’ingenuum. Ils ont pu, ils ont dû, en retirer des bénéfices très appréciables. En somme, Rome, de ce point de vue, a bel et bien perdu et sa « vertu morale» et sa « virginité rurale » (Thébert 1987, 337).

61Y a-t-il à cet égard une évolution au cours de la période considérée ? C’est un point resté obscur, encore qu’a priori je n’en voie guère ni de raison, ni de manifestation. A moins qu’on ne puisse interpréter comme un pas vers un “aveu” plus facile des activités manufacturières, et comme la fin d’une inhibition, la réapparition des timbres sur céramique, jusqu’alors si rares, à partir des années 50 et surtout 40 av. n.è. (cf. Morel 1983, 34 ; Pedroni 1988, 133) ? Mais la question se complique du fait que les marques apparaissent, se raréfient ou disparaissent à des dates différentes selon les catégories d’objets (cf. Morel 1982, 198-199).

  • 71 Voir ci-dessus l’exemple des céramiques à vernis noir et des inscriptions lapidaires de Préneste.

62A partir de ces marques sur céramiques, ou sur l’opus doliare, ou sur d’autres supports encore tels que le verre ou les métaux, on peut toutefois rêver d’avancer un peu, par un travail presque policier de recoupements onomastiques avec des noms attestés par d’autres sources (épigraphiques ou textuelles) – travail souvent décevant en raison des abréviations et des homonymies, et qui devrait être attentif, entre autres, aux prénoms71.

63Rappelons, et reprenons à notre compte, le mot de la fin d’une autre rencontre consacrée à des problèmes assez semblables à ceux qui nous retiennent aujourd’hui : « il est nécessaire, intéressant d’affiner – avec nos pauvres moyens – ce qui n’est ni le politique, ni l’agricole. On n’ira sans doute jamais bien loin, mais toute donnée est la bienvenue. Ce colloque en aura recueilli beaucoup, qui ne sont pas indifférentes » (Goudineau dans Colloque Aix-en-Provence 1984, 284).

Bibliographie

Andreau 1973 : ANDREAU (J.), Histoire des séismes et histoire économique. Le tremblement de terre de Pompéi (62 ap. J.-C.). Annales (ESC), 28, 1973, 2, 369-395.

Andreau 1974 : ANDREAU (J.), Les affaires de Monsieur Jucundus. Rome, 1974 (Coll. EFR, 29).

Andreau 1980 : ANDREAU (J.), Réponse à Yvon Thébert. Annales (ESC), 35, 1980, 5, 912-919.

Andreau 1983 : ANDREAU (J.), A propos de la vie financière à Pouzzoles : Cluvius et Vestorius, In : Bourgeoisies 1983, 9-20.

Andreau 1984 : ANDREAU (J.), Histoire des métiers bancaires et évolution économique. Opus, 3, 1984, 1,99-114.

Andreau 1985 : ANDREAU (J.), Les financiers romains entre la ville et la campagne. In : L’origine des richesses dépensées dans la ville antique. Actes du Colloque d’Aix-en-Provence, 1984 (Ph. Leveau éd.). Aix-en-Provence, 1985 (rééd. 1992), 177-196.

Bémont 1974 : BÉMONT (C.), Le décor des vases sigillés. In : Les potiers gaulois. Les Dossiers de l’Archéologie, 6, sept.-oct. 1974, 67-76.

Bémont 1991 : BÉMONT (C.), Le statut des patrons et des ouvriers d’après les marques de fabriques. In : Specimina Nova Universitatis Quinqueecclesiensis. Pécs, 1991,133-156.

Bérato et alii 1986 : BÉRATO (J.), BORÉANI (M.), BRUN (J.-P.), PASQUALINI (M.) et POLLINO (A.), L’épave des Roches d’Aurelle. In : L’exploitation de la mer de l’Antiquité à nos jours. II. La mer, moyen d’échange et de communication. VIes Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire, Antibes, 1985. Valbonne, 1986, 191-216.

Bollack 1976 : BOLLACK (J.), [Compte rendu de] M.I. Finley, L’économie antique. Le Monde du 2 janvier 1976.

Bourgeoisies 1983 : Les ‘bourgeoisies’ municipales italiennes aux IIe et Ier s. av. J.-C. Actes du Coll. intern. du CNRS. Naples, 1981 (M. Cébeillac-Gervasoni éd.). Paris-Naples 1983 (Publ. CJB, 6).

Brühl 1967 : BRÜHL (A.), Vie sociale, arts et métiers à Lugdunum à l’époque impériale romaine. Bull. Ecole Antique de Nîmes, n.s. 2, 1967, 11-20.

Burford 1972 : BURFORD (A.), Craftsmen in Greek and Roman Society. Londres, 1972 (Aspects of Greek and Roman Life).

Caiazza 1991 : CAIAZZA (D.), Intervento. In : La romanisation du Samnium aux IIe et Ier siècles av. J.-C. Actes du Colloque de Naples, 1988. Naples, 1991 (Publ. CJB, 9), 253-255.

Camodeca 1983 : CAMODECA (G.), Per una riedizione dell’archivio puteolano dei Sulpicii. III. Emptiones con stipulatio duplae. IV. I documenti vadimoniali (TP Sulp. 1-21). Puteoli, 7-8, 1983-84, 3-69.

Carandini 1970 : CARANDINI (A.), Produzione agricola e produzione ceramica nell’Africa di età imperiale. Appunti sull’economia della Zeugitana. In : Omaggio a Ranuccio Bianchi Bandinelli, Stud. Misc., 15, 1970, 97-119.

Carandini 1979 : CARANDINI (A.), L’anatomia delia scimmia. La formazione economica della società prima del capitale. Turin, 1979.

Carandini 1981 : CARANDINI (A.), Sviluppo e crisi delle manifatture rurali e urbane. In : Società romana e produzione schiavistica (a cura di A. Giardina e A. Schiavone). II. Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo. Rome-Bari, 1981, 249-260.

Castrén 1975 : CASTRÉN (P.), Ordo Populusque Pompeianus. Polity and Society in Roman Pompeii. Rome, 1975 (Acta Instituti Romani Finlandiae, 8).

Cébeillac-Gervasoni 1978 : CÉBEILLAC-GERVASONI (M.), Problématique de la promotion politique pour les notables des cités du Latium à la fin de la République. Ktema, 3, 1978, 227-242.

Cébeillac-Gervasoni 1982 : CÉBEILLAC-GERVASONI (M.), Ascesa al Senato e rapporti con i territori d’origine. Italia : Regio I (Campania : la zona di Capua e Cales). In : Epigrafia e ordine senatorio. Atti del Coll. Intern. di Roma, 1981. II. Rome, 1982 (Tituli, 5), 59-99.

Cébeillac-Gervasoni 1987 : CÉBEILLAC-GERVASONI (M.), Les magistrats des cités du Latium et de la Campanie de la fin de la seconde guerre punique à Auguste. Thèse d’Etat dactyl., 1987 (Université de Paris I). Rome, sous presse (BEFAR).

Ciancio Rossetto 1973 : CIANCIO ROSSETTO (P.), Il sepolcro del fornaio Marco Virgilio Eurisace a Porta Maggiore. Roma, 1973 (I Monumenti Romani, 5).

Coarelli 1978 : Studi su Praeneste (a cura di F. Coarelli). Pérouse, 1978.

Coarelli 1979 : COARELLI (F.), La riscoperta del sepolcro degli Haterii. Una base con dedica a Silvano. In : Studies in Classical Art and Archaeology. A Tribute to P.H.von Blanckenhagen (G. Kopcke et M.B. Moore éd.). Locust Valley, 1979, 255-269.

Coarelli 1991a : COARELLI (F.), I Sanniti a Fregellae, In : La romanisation du Samnium aux IIe et Ier siècles av. J.-C. Actes du Colloque de Naples, 1988. Naples, 1991 (Publ. CJB, 9), 177-186.

Coarelli 1991b : COARELLI (F.), I culti sannitici nel Lazio meridionale. In : Comunité indigene e problemi della romanizzazione nell’Italia centro-meridionale (IV-III sec. av. C.). Actes du Colloque international de Rome, 1990 (J. Mertens et R. Lambrechts éd.). Bruxelles-Rome, 1991 (Etudes de philol., d’archéol. et d’hist., 29), 177-192.

Colloque Aix-en-Provence 1984 : L’origine des richesses dépensées dans la ville antique (Ph. Leveau éd.). Actes du Colloque d’Aix-en-Provence, 1984. Aix-en-Provence, 1985 (et rééd. 1992).

Curchin 1986 : CURCHIN (L.A.), Non-Slave Labour in Roman Spain. Gerión, 4, 1986, 177-187.

D’Arms 1974 : D’ARMS (J.H.), Puteoli in the Second Century of the Roman Empire. A Social and Economic Study. JRS, 64, 1974, 104-124.

D’Arms 1981 : D’ARMS (J.H.), Commerce and Social Standing in Ancient Rome. Cambridge (Mass.), 1981.

Degrassi 1971 : DEGRASSI (A.), Epigraphica IV. MaL, 14, 2, 1969, 111-141 = Scritti vari di antichità, IV, Trieste, 1971 (réimprimé in : Coarelli 1978).

Delplace 1978 : DELPLACE (Chr.), Les potiers dans la société et l’économie de l’Italie et de la Gaule au Ier s. av. et au Ier s. ap. J.-C. Ktema, 3, 1978, 55-76.

Domergue 1985 : DOMERGUE (Cl.), L’exploitation des mines d’argent de Carthago Noua. Son impact sur les structures sociales de la cité et sur les dépenses locales à la fin de la République et au début de l’Empire. In : Colloque Aix-en-Provence 1984, 197-217.

Domergue 1986 : COLLS (D.), DOMERGUE (Cl.) et GUERRERO AYUSO (V.), Les lingots de plomb de l’épave romaine Cabrera 5 (île de Cabrera, Baléares). Archaeonautica, 6, 1986, 31-80.

Duncan-Jones 1974 : DUNCAN-JONES (R.P.), The Economy of the Roman Empire. Quantitative Studies. Cambridge, 1974.

Étienne 1966 : ÉTIENNE (R.), La vie quotidienne à Pompéi. Paris, 1966.

Favory 1974 : FAVORY (F.), Le monde des potiers gallo-romains, In : Les potiers gaulois. Les Dossiers de l’Archéologie, 6, sept.-oct. 1974, 90-102.

Finley 1975 : FINLEY (M. I.), L’économie antique (trad. par M.P. Higgs). Paris, 1975.

Finley 1977 : FINLEY (M.I.), The Ancient City. From Fustel de Coulanges to Max Weber and Beyond. Comparative Studies in Society and History, 19, 1977, 305-327.

Finley 1982 : FINLEY (M.I.), Le document et l’histoire économique de l’Antiquité. Annales (ESC), 37, 1982, 5-6, 697-713.

Finley 1984 : FINLEY (M.I.), The Study of the Ancient Economy. Further Thoughts. Opus, 3, 1984, 1, 5-11.

Garnsey 1980 : GARNSEY (P.), Non-Slave Labour in the Roman World, In : Non-Slave Labour 1980, 34-47.

Garnsey 1981 : GARNSEY (P.), Independent Freedmen and the Economy of Roman Italy under the Principale. Klio, 63, 1981, 2, 359-371.

Garnsey 1982 : GARNSEY (P.), Slaves in ‘business’. Opus, 1, 1982, 1, 105-108.

Gatti/Onorati 1992 : GATTI (S.), ONORATI (M.T.), Praeneste medio-repubblicana : gentes ed attività produttive. In : La necropoli di Praeneste, periodi orientalizzante e medio repubblicano. Atti del 2° Convegno di studi archeologici, Palestrina, 1990. Palestrina. 1992, 189-252.

Gianfrotta 1982 : GIANFROTTA (P.A.), Lentulo Augure e le anfore laietane. In : Epigrafia e ordine senatorio. Atti del Coll. Intern. di Roma, 1981. I. Rome, 1982 (Tituli, 4), 475-479.

Giardina 1981 : GIARDINA (A.), Aristocrazie terriere e piccola mercatura. Sui rapporti tra potere politico e formazione dei prezzi nel tardo impero romano. Quaderni Urbinati di Cultura Classica, 36, n.s. 7, 1981, 123-146.

Giardina 1986 : GIARDINA (A.), Le merci, il tempo, il silenzio. Ricerche su miti e valori sociali nel mondo greco e romano. Studi storici, 27, 1986, 277-302.

Goudineau 1980 : GOUDINEAU (Chr.), Les villes de la paix romaine. In : Histoire de la France urbaine. I. La ville antique des origines au XIXe s. (G. Duby dir.). Paris, 1980, 233-391.

Gros 1983a : GROS (P.), Statut social et rôle culturel des architectes (période hellénistique et augustéenne). In : Architecture et société de l’archaïsme grec à la fin de la République romaine. Actes du Colloque de Rome, 1980. Paris-Rome, 1983 (Coll. EFR, 66), 425-452.

Gros 1983b : GROS (P.), [Compte rendu de] Società romana e produzione schiavistica (a cura di A. Giardina e A. Schiavone). Gnomon, 55, 1983, 609-620.

Hesnard et alii 1988 : HESNARD (A.) et alii, L’épave romaine « Grand Ribaud D » (Hyères, Var). Paris, 1988 (= Archaeonautica, 8).

Jacob 1981 : JACOB (J.-P.), Artisanat groupé ou industrie capitaliste à La Graufesenque ? In : La Graufesenque, naissance de la grande industrie céramique. Millau, 1981 (= Journal de Millau, n° spécial), 15-17.

Laubenheimer 1985 : LAUBENHEIMER (F.), La production des amphores en Gaule Narbonnaise. Besançon-Paris, 1985 (Ann. Litt. Univ. Besançon, 327 ; Centre Rech. Hist. Anc., 66).

Lejeune 1983 : LEJEUNE (M.), Rencontres de l’alphabet grec avec les langues barbares au cours du Ier millénaire av. J.-C. In : Modes de contacts et processus de transformation dans les sociétés anciennes. Actes du Colloque de Cortone, 1981. Pise-Rome, 1983 (Coll. EFR, 67), 731-753.

Lepore 1950 : LEPORE (E.), Orientamenti per la storia sociale di Pompei, In : Pompeiana, raccolta di studi per il secondo centenario degli scavi di Pompei. Napoli, 1950,144-166.

Lepore 1952 : LEPORE (E.), Per la storia economicosociale di Neapolis, PP, 25-27, 1952, 300-332.

Lepore 1991 : LEPORE (E.), Conclusioni. In : La romanisation du Samnium aux IIe et Ier siècles av. J.-C. Actes du Colloque de Naples, 1988. Naples, 1991 (Publ. CJB, 9), 261-264.

Leveau 1983 : LEVEAU (Ph.), La ville antique, “ville de consommation” ? Parasitisme social et économie antique. Etudes Rurales, 89-90-91, janv.-sept. 1983, 275-289.

Leveau 1985 : LEVEAU (Ph.), Richesses, investissements, dépenses : à la recherche des revenus des aristocraties municipales. In : Colloque Aix-en-Provence 1984, 19-37.

Lévy 1979 : LÉVY (E.), L’artisan dans la Politique d’Aristote. Ktema, 4, 1979, 31-46.

Liou/Gassend 1990 : LIOU (B.), GASSEND (J.-M.), L’épave Saint-Gervais 3 à Fos-sur-Mer (milieu du Ier siècle ap. J.-C.). Inscriptions peintes sur amphores de Bétique. Vestiges de la coque. Archaeonautica, 10, 1990, 157-264.

Łoś 1987 : ŁOŚ (A.), Les affranchis dans la vie politique à Pompéi. MEFRA, 99, 1987, 2, 847-873.

Łoś 1992 : ŁOŚ (A.), Quibus patet curia municipalis. Remarques sur la structure de la classe dirigeante de Pompéi. Cahiers du Centre G. Glotz, 3, 1992, 259-297.

Manacorda 1981 : MANACORDA (D.), Produzione agricola, produzione ceramica e proprietari nell’ager Cosanus nel I a.C. In : Società romana e produzione schiavistica (a cura di A. Giardina e A Schiavone). II. Merci, mercati e scambi nel Mediterraneo. Rome-Bari, 1981,3-54.

Manacorda 1989 : MANACORDA (D.), Le anfore dell’Italia repubblicana : aspetti economici e sociali. In : Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherche. Actes du Colloque de Sienne, 1986. Rome, 1989, 443-467.

Meiggs 1973 : MEIGGS (R.), Roman Ostia. Oxford, 19732.

Molisani 1971 : MOLISANI (G.), Lucius Cornelius Quinti Catuli architectus. RAL, s. 8, 26, 1971, 41-49.

Morel 1976 : MOREL (J.-P.), Aspects de l’artisanat dans la Grande Grèce romaine. In : La Magna Grecia nell’età romana. Atti del XV Convegno di studi sulla Magna Grecia. Taranto, 1975. Naples, 1976, 263-324.

Morel 1982 : MOREL (J.-P.), Marchandises, marchés, échanges dans le monde romain (A propos de Società romana e produzione schiavistica, vol. II, Rome-Bari 1981). AIONArchStAnt, 4, 1982, 193-214.

Morel 1983 : MOREL (J.-P.), Les producteurs de biens artisanaux en Italie à la fin de la République. In : Bourgeoisies 1983, 21-39.

Morel 1985 : MOREL (J.-P.), La manufacture, moyen d’enrichissement dans l’Italie romaine ? In : Colloque Aix-en-Provence 1984, 87-111.

Morel 1986 : MOREL (J.-P.), Remarques sur l’art et l’artisanat de Naples antique. In : Neapolis. Atti del XXV Convegno di studi sulla Magna Grecia. Taranto, 1985. Tarente, 1986, 305-356.

Morel 1987 : MOREL (J.-P), La topographie de l’artisanat et du commerce dans la Rome antique. In : L’Urbs, espace urbain et histoire, Ier siècle avant J.-C.- IIIe siècle après J.-C. Actes du Colloque de Rome, 1985. Rome, 1987 (Coll. EFR, 98), 127-155.

Morel 1989a : MOREL (J.-P.), Un atelier d’amphores Dressel 2/4 à Cales. In : Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherche. Actes du Colloque de Sienne, 1986. Rome, 1989, 558-559.

Morel 1989b : MOREL (J.-P.), Les amphores et les autres céramiques (sur quelques problèmes amphoriques). In : Amphores romaines et histoire économique : dix ans de recherche. Actes du Colloque de Sienne, 1986. Rome, 1989,523-527.

Morel 1991 : MOREL (J.-P.), Artisanat, importations et romanisation dans le Samnium aux IIe et Ier siècles av. J.-C. In : La romanisation du Samnium aux IIe et Ier siècles av. J.-C. Actes du Colloque de Naples, 1988. Naples, 1991 (Publ. CJB, 9), 187-203.

Non-Slave Labour 1980 : Non-Slave Labour in the Graeco-Roman World (P. Garnsey éd.). Cambridge, 1980 (Cambridge Philol. Soc. Suppl., VI).

Pagano/Rougetet 1987 : PAGANO (M.), ROUGETET (J.), La casa del liberto P. Confuleius Sabbio a Capua e i suoi mosaici. MEFRA, 99, 1987, 2, 753-765.

Pedroni 1988 : PEDRONI (L.), La scomparsa dei bolli sulla ceramica a vernice nera. Samnium, 61, 1988, 130-146.

Pedroni 1990 : PEDRONI (L.), Due bolli in « planta pedis » da Cales e la ceramica a vernice nera terminale. Samnium, 63, 1990, 169-181.

Picard 1991 : PICARD (G.), L’enrichissement par le commerce dans la Gaule romaine à l’époque impériale. BCTH, n.s. 23/24, 1987-1988, Antiquités Nationales, (1991), 7-37.

Pompei 1748-1980 : Pompei 1748-1980. I tempi della documentazione. Catalogo della mostra. Rome, 1981.

Pucci 1973a : PUCCI (G.), La produzione della ceramica aretina. Note sull’industria nella prima età imperiale romana. DArch, 7, 1973, 2-3, 255-293.

Pucci 1973b : PUCCI (G.), [Interv. dans] Dibattito sull’edizione italiana della Storia economica del mondo antico di F. Heichelheim. DArch, 7, 1973,2-3, 353-357.

Pucei 1983 : PUCCI (G.), Pottery and Trade in the Roman Period. In : Trade in the Ancient Economy (P. Garnsey, K. Hopkins et C.R. Whittaker éd.). Londres, 1983, 105-117.

Pucei 1984 : PUCCI (G.), [Compte rendu de] J.H. D’Arms, Commerce and Social Standing in Ancient Rome, Harvard, 1981. Opus, 3, 1984, 1, 209-218.

Rémondon 1959 : RÉMONDON (R.), Le monde romain. In : Histoire générale du travail. I. Préhistoire et Antiquité. Paris, s.d. [1959], 257-369.

Rostovtzeff 1933 : ROSTOVTZEFF (M.), Storia economica e sociale dell’impero romano. Florence, 1933 (réimpr. 1968).

Rostovtzeff 1953 : ROSTOVTZEFF (M.), The Social and Economic History of the Hellenistic World. Oxford, 19532.

Rostovtzeff 1957 : ROSTOVTZEFF (M.), The Social and Economic History of the Roman Empire. Oxford, 19572.

Salamito 1987 : SALAMITO (J.-M.), Les dendrophores dans l’Empire chrétien. A propos de Code Théodosien. XIV, 8, 1 et XVI, 10, 20, 2. MEFRA. 99, 1987, 2, 991-1018.

Scatozza Höricht 1991 : SCATOZZA HÖRICHT (L.), Su alcune antefisse romane e bolli da Cuma. Latomus, 50, 1991, 2, 352-363.

Setälä 1977 : SETÄLÄ (P.), Private Domini in Roman Brick Stamps of the Empire (a Historical and Prosopographical Study of Landowners in the District of Rome). Helsinki, 1977 (Annales Academiae Scientiarum Fennicae. Dissertationes Humanarum Litterarum, 10).

Siebert 1978 : SIEBERT (G.), Signatures d’artistes, d’artisans et de fabricants dans l’Antiquité classique. Ktema, 3, 1978, 111-131.

Skydsgaard 1976 : SKYDSGAARD (E.), The Disintegration of the Roman Labour Market and the Clientela Theory. In : Studia Romana in honorem Petri Krarup septuagenarii. Odense, 1976, 44-48.

Sodini 1979 : SODINI (J.-P.), L’artisanat urbain à l’époque paléochrétienne (IVe-VIIe s.). Ktema, 4, 1979, 71-119.

Steinby 1979 : STEINBY (M.), La produzione laterizia. In : Pompei 79 (a cura di F. Zevi). Napoli, 1979 (rééd. 1984), 265-271.

Thébert 1980 : THÉBERT (Y.), Economie, société et politique aux deux derniers siècles de la République romaine. Annales (ESC), 35, 1980, 5, 895-911.

Thébert 1987 : THÉBERT (Y.), [Compte rendu de] L’origine des richesses dépensées dans la ville antique (Ph. Leveau éd.). Annales (ESC), 42, 1987, 2, 334-337.

Torelli 1963 : TORELLI (M.) et alii, Il monumento teatino di Lusius Storax al museo di Chieti. Studi Miscellanei, 10, 1963-1964, 55-102.

Torelli 1980 : TORELLI (M.), Industria estrattiva, lavoro artigianale, interessi economici. Qualche appunto. In : The Seaborne Commerce of Ancient Rome. Studies in Archaeology and History (J.H. D’Arms et E.C. Kopff éd.). Rome, 1980 (Memoirs of the American Academy in Rome, 36), 313-323.

Treggiari 1980 : TREGGIARI (S.M.), Urban Labour in Rome : mercennarii and tabernarii. In : Non-Slave Labour 1980, 48-64.

Uggeri 1975 : UGGERI (G.), La romanizzazione dell’antico delta padano. Ferrare, 1975 (Atti e memorie delia Deput. Prov. Ferrarese di Storia Patria, s. III, 20).

Van der Werff 1989 : VAN DER WERFF (J. H.), L. Evmachi ; à propos d’une marque d’amphore trouvée à Nimègue. Berichten van de Rijksdienst voor het Oudheidkundig Bodemonderzoek, 39, 1989, 357-376.

Veyne 1961 : VEYNE (P), Vie de Trimalcion. Annales (ESC), 16, 1961, 2, 213-247 (republié In : Veyne 1991).

Veyne 1976 : VEYNE (P.), Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique. Paris, 1976.

Veyne 1979 : VEYNE (P), Mythe et réalité de l’autarcie à Rome. REA, 81, 1979, 261-280 (republié In : Veyne 1991).

Veyne 1990 : VEYNE (P.), Histoire de Rome. Annuaire du Collège de France, 91e année, 1990-1991. Résumé des cours et travaux, 721-728.

Veyne 1991 : VEYNE (P.), La société romaine. Paris, 1991.

Wiseman 1963 : WISEMAN (T.P.), The Potteries of Vibienus and Rufrenus at Arretium. Mnemosyne, s. 4, 16, 1963, 275-283.

Zimmer 1982 : ZIMMER (G.), Römische Berufsdarstellungen. Berlin, 1982 (Archaol. Forsch., 12).

Notes

1 Éléments de ce débat dans Rostovtzeff 1953, 1210 et 1228 ; Rémondon 1959, 342-345 ; Pucci 1973a, 260-265 et 278-279 ; Delplace 1978, 72-73 ; Jacob 1981, 15-17.

2 Éléments de ce débat dans Pucci 1973a, 261-263 ; Thébert 1987, 337. Voir aussi infra.

3 Italiques de moi. Cf. Veyne 1961, republié dans Veyne 1991, 26 (désormais cité d’après la pagination de ce dernier recueil). P. Veyne remarque (ibid., 13) que la thèse de M. Rostovtzeff sur la montée d’une bourgeoisie à Rome « sonne psychologiquement faux par rapport à ce que nous atteignons le plus directement de la société romaine, à savoir son climat moral », mais il n’en observe pas moins (ibid., 34) que le but suprême de ces « hommes d’affaires » est « lucrum facere », ce qui les met évidemment en marge de ce « climat moral ». Voir aussi Veyne 1976, 163 ; 1979, republié dans Veyne 1991, 154-158 (désormais cité d’après la pagination de ce dernier recueil) ; et Garnsey 1981, 369, qui en gros approuve la position de Veyne.

4 Pucci 1973a, 293 : « la ‘borghesia’ italica non poté e non volle diventare ’borghesia industriale’ ». Cf. Andreau 1973, 371.

5 Marques sur céramique : Morel 1983, 23-24 ; – Longidienus : Zimmer 1982, 143-144 ; – Eurysaces : Ciancio Rossetto 1973 ; Zimmer 1982, 106-109 ; – Haterius : Coarelli 1979, 266 ; Zimmer 1982, 160-161.

6 Cf. Finley 1975, 186-187 ; 1977, 326 ; Goudineau 1980, 365-381 (« La ville parasite économique ? ») ; Goudineau dans Colloque Aix-enProvence 1984, 283 ; et, de façon nuancée, Andreau 1985, 189 et 195-196, note 52. Contra, Carandini 1979, 219-221 et 236-237 ; Pucci 1983, 113-114 ; Leveau 1983, 275-283 (et Une réponse de Chr. Goudineau, ibid., 283-289) ; Leveau 1985, 28.

7 Sénèque, Epist. mon, 41,7. A rapprocher évidemment de Pline le Jeune, 3, 19, 8 : sum prope totus in praediis, aliquid tamen faenero. M. Cébeillac-Gervasoni ajouterait à ce diptyque « une activité commerciale de haut niveau », cf. Cébeillac-Gervasoni 1978, 237. Sur cette activité commerciale, voir D’Arms 1981 (qui en revanche ne parle guère des activités productives).

8 Et pas seulement des affranchis indépendants comme chez P. Veyne, à qui j’emprunte ces paroles (cf. Veyne 1961 = 1991,31).

9 Pucci 1984, 210 (italiques de moi).

10 En particulier, sur le rôle joué par la famille équestre, puis sénatoriale des Cossutii dans l’exploitation des carrières et le commerce du marbre, et cela pendant un siècle et demi, voir Torelli 1980.

11 Sur la poix, cf. Denys d’Hal., 20, 15 ; Plutarque, Caton, 21, 5 ; Morel 1976, 302-303 ; 1985, 96.

12 Qui concerne aussi la Grèce : ainsi E. Lévy (1979, 41) souligne le contraste paradoxal entre le « rôle important des artisans dans la vie réelle et leur place très humble dans la hiérarchie de prestige ».

13 Cf. Favory 1974, 93. Mais le figulus s’avoue plus volontiers comme tel s’il peut se dire figulus propolus comme dans une inscription de Pouzzoles (EE, VIII, 1899, 102, n. 387).

14 Cf. Veyne 1990, 723 : « tout travailleur qui indique son métier (et a une épitaphe sur laquelle l’indiquer) était un riche travailleur ». Mais tout riche travailleur indiquait-il son métier ?

15 Cf. Pucci 1984, 218 : « Il disprezzo delle classi superiori per le attività lucrative, il loro riferirvisi in maniera obliqua, il loro accostarvisi con il distacco del non addetto ai lavori le cui occupazioni principali sono ben altre... ».

16 Voire peut-être apparitor, cf. CIL, I2, 1203-1204, et Zimmer 1982, 108.

17 CIL, VI. 607. Sur la dignitas que comporte l’activité de redemptor, voir Gros 1983a, 431.

18 Pétrone, Satir., 65. Sur les seuiri augustales de Lyon, riches commerçants, industriels ou entrepreneurs, cf. Brühl 1967, 13. Voir aussi le cas d’Eumachia à Pompéi, que nous ne connaissons officiellement que comme sacerdos publica, mais dont les liens avec le milieu des industriels de la laine sont évidents.

19 Veyne 1979 (= Veyne 1991, 152). Voir aussi nos remarques (Morel 1985, 92).

20 De même, Bollack (1976) observe que M. I. Finley définit la civilisation antique « par ses manques ».

21 Cette formule de P. Gros (1983a, 432), qui concerne les exécutants des ouvrages d’architecture par opposition aux commanditaires, seuls mentionnés par les textes ou les inscriptions, devrait du reste être inversée pour nos commanditaires généralement anonymes de la manufacture, retranchés derrière des exécutants à qui en revanche il arrive de signer : une preuve, parmi d’autres, que le bâtiment ne peut être vraiment assimilé aux activités manufacturières...

22 Andreau 1983, 9, note 3. De même, M. Torelli, à propos des analogies qu’il relève entre le tombeau souhaité par Trimalcion et celui de C. Vestorius Priscus à Pompéi, note l’identité de mentalité et de goût entre le sévir augustal et l’édile, et poursuit : « tale identità di gusto tra famiglie dell’aristocrazia municipale e ceti libertini più abbienti fa comprendere quanto uniforme sia l’ambiente culturale di provincia e quanto pericoloso sia operare delle distinzioni sociologiche nell’ambito dei gruppi dirigenti municipali » (Torelli 1963, 80, note 45). Voir aussi Veyne 1990, 721-722 : « sans doute, aux yeux du chevalier Pline, l’intervalle entre un boulanger de petite ville et un curial municipal était-il évanescent ».

23 C’est l’intéressante hypothèse avancée par L. Pedroni pour la disparition des marques sur la céramique à vernis noir entre la fin du IIIe s. et le milieu du Ier s. av. n.è., notamment en fonction de la Lex Claudia de 219/218 (Pedroni 1988, surtout 136-139).

24 Cf. Bémont 1974, 75 ; Morel 1983, 22 et note 9, avec bibliographie. Ajouter en dernier lieu Bémont 1991, 133-156.

25 Cf. Wiseman 1963, 282 : « all the Arretine manufactures (sic) whose names we know must have been among the élite of the town, the domi nobiles ».

26 Des observations sur la plus ou moins grande indépendance des affranchis sont présentées par Garnsey 1980, 45 (qui pour sa part tendrait à insister sur leur rôle comme « entrepreneurs indépendants » aux dépens de leur fonction comme « foremen and agents »).

27 Cf. Veyne 1990, 723 : « les nobles ne craignaient nullement de déroger, et faisaient des affaires au moyen de leurs affranchis » (mais ne faudrait-il pas dire plutôt qu’ils faisaient des affaires au moyen de leurs affranchis parce qu’ils craignaient de déroger ?). Sur les « freedmen performing operae for their patrons », voir Curchin 1986, 181. Sur le personnage de l’institor, cf. Treggiari 1980, 53 ; Garnsey 1981, 365 ; Zimmer 1982, 11.

28 Veyne 1979 (= Veyne 1991, 161-162). Sur tout cela, voir aussi Skydsgaard 1976,45 ; Andreau 1980, 914.

29 Cf. Varron, RR, I, 2, 21 : nam sic etiam res aliae diuersae ab agro erunt adsumendae, ut si habet plures in fundo textores atque institutos histonas, sic alios artifices ; voir aussi I, 16, 4 ; I, 22, 1 ; Digeste, 8, 3, 6 ; 18, 1, 65 ; 33, 7, 1, 25 ; 33, 7, 30. Sur les uillae avec traces d’artisanat de la vallée du Po, voir Uggeri 1975, 84 et 135 sq.

30 Cf. Rostovtzeff 1957, 73. Voir aussi Veyne 1979 (= Veyne 1991, 151) : « Les “maisons à tabernae” de Pompéi ont la juxtaposition de la vie de loisir et de l’entreprise de profit inscrite dans leur plan ».

31 Données du débat dans Andreau 1973.

32 Voir par exemple Pompéi 1748-1980, 156, 11A et C2 ; 157, 12A et C 1-2 ; 158, 13A 1-2 et 3 ; 159, 13B 2 et 3-4.

33 On connaît maintenant le cas de Fregellae vers le milieu du IIe s. av. n.è., sur lequel cf. Coarelli 1991a, particulièrement 181. Pour la villa de San Rocco à Francolise, voir Cébeillac-Gervasoni 1982, 79.

34 Ainsi, à propos des vases en or, des tapis et des étoffes décoratives, ou des lits et candélabres de bronze, Cicéron ne suggère nullement que Verrès les vendait (ce dont il n’aurait pas manqué de tirer un argument supplémentaire contre lui), mais simplement qu’il les accumulait de façon extravagante (De signis, 54-56 et 58-60). De Signis 103, sur le textrinum de Malte qui fabriqua pendant trois ans pour Verrès muliebrem uestem, est apparemment plus ambigu à cet égard. Mais je crois que G. Rabaud a raison d’affirmer que ces vêtements de femme sont « confectionnés, soit pour des amies du maître, soit pour la joie de ses yeux et le complément décoratif de son musée » (Collection des Universités de France, Notice, p. XVI) : car là encore Cicéron ne suggère aucun profit commercial.

35 Le fait qu’une grande partie des notables pompéiens de la dernière période sont fils d’affranchis, comme l’ont observé Henrik Mouritsen et Andrzej Łoś lors du présent Colloque, ne peut que souligner le rôle de l’artisanat et du commerce dans l’ascension des élites municipales.

36 Cf. Molisani 1971 (L. Cornelius L. f. Vot. Q. Catuli cos. praef. fabr. censoris architectus).

37 Sur les dédicaces à Fortuna Primigenia de collèges d’artisans dont les magistri sont des esclaves ou affranchis de “genti antiche” de Préneste, voir Degrassi 1971 (= Coarelli 1978, 147-177).

38 Sur cette question, cf. Domergue 1985. Voir aussi l’étude prosopographique de Cl. Domergue (1986, 42-59 et 71-72) sur les exploitants des mines de plomb et d’argent de la Sierra Morena.

39 Sur ces problèmes, voir indications et références dans Morel 1983, 31, et Cébeillac-Gervasoni 1987, 1184-1186.

40 Cébeillac-Gervasoni 1982, 85 (Caedicii) et peut-être 84 (L. Velleius Paterculus) et 86 (Caedicia M. f. Victrix) ; Cébeillac-Gervasoni 1987, 1184-1195.

41 Voir sa communication lors du présent Colloque, Les élites municipales dans le développement politique et économique de la région V Auguste.

42 Sur ce personnage voir en particulier Andreau 1974, 296-298.

43 Comme l’écrit Y. Thébert (1980, 897) à propos du « groupe social d’hommes d’affaires... qui ont en commun le fait de devoir l’essentiel de leurs revenus à une autre source que la terre » – dans un contexte qui concerne les chevaliers, mais qui me semble autoriser des conclusions du même genre pour les oligarchies municipales –, « s’en tenir à la grille des ordres pour souligner constamment que de tels personnages ne sont qu’une minorité au sein de l’ordre équestre ne résoud pas la question qui se pose en fait au niveau de la structure de classes de la société romaine».

44 Voir Picard 1991, 19 : « ce dernier placement constituait ce qu’on appellerait aujourd’hui le blanchiment de gains considérés comme peu honorables ». Cette excellente étude analyse des cas concernant la Gaule, certes, mais qui intéressent de près notre propos.

45 J’emprunte cette expression à M. Lejeune (1983, 746) qui l’utilise dans un tout autre contexte, celui de l’adoption de l’écriture grecque par les Gaulois.

46 Castrén 1975, 232. Autres exemples : celui d’un arrière-grand-père d’Auguste, que certains disaient avoir été un cordier affranchi (Suétone, Diu. Aug., 2) ; celui des Haii de Pouzzoles, famille de l’élite municipale dont la fortune semble remonter au moins en partie à la production de la pourpre (D’Arms 1974, 110).

47 Ces observations prolongent celles que j’ai proposées dans Colloque Aix-en-Provence 1984, 98-101.

48 Cf. Veyne 1976, 121 : « l’activité inessentielle par laquelle chaque notable assure son indépendance n’est qu’une nécessité sans valeur biographique» ; et Andreau 1974, 298-299. Semblablement, le mot professio « ne s’applique pas, dans l’Antiquité, à des métiers manuels mais à des activités intellectuelles » : cf. Salamito 1987, 1012-1013.

49 Cicéron, De off., 1, 151. A. Giardina analyse de façon pénétrante cette différence de statut moral entre la tenuis mercatura et la magna mercatura (Giardina 1986, particulièrement 287).

50 Y compris la fabrication de tuyauteries. A Ostie, d’Hadrien aux Sévères, de nombreux tuyaux de plomb portent le nom des Nasennii, lesquels « were among the most prominent families of the local aristocracy in the second century » (Meiggs 1973, 272). Cette industrie fut apparemment exercée pendant plusieurs générations par « a freedmen branch of the family ». La branche “noble” n’en retirait-elle aucun profit ?

51 Sur ces diverses données, cf. Setälä 1977, passim.

52 Amphores : cf. Morel 1989a, 558-559. Briques et tuiles : Morel 1987, 130-131.

53 Sur les “attività economiche extra-agricole” où s’insère la production d’amphores pour la vente, cf. Manacorda 1989. 449-450.

54 Elle est aussi admise à propos des amphores pompéiennes de L. Eumachius – qui n’ont sans doute pas été transportées vides à Sorrente comme on pourrait l’imaginer – par Van der Werff 1989, 370.

55 Indications en ce sens dans Laubenheimer 1985, 403 et 455.

56 Synthèse des données récentes et bibliographie dans Hesnard et alii 1988, 14-15 et 149-154.

57 Voir supra les exemples signalés à propos d’Arezzo et de Préneste. A Calès, au début de l’Empire, des vases à vernis noir sont signés par un personnage qui pourrait avoir été esclave, puis affranchi, de la gens Aufellia, laquelle a compté parmi ses membres un quattuoruir quinquennalis (Pedroni 1990, 172-173). Voir aussi les indications en ce sens de Pucci 1983, 117.

58 Voir nos indications antérieures en ce sens (Morel 1983, 31-32 et Morel 1991, 201).

59 Sur l’analogie entre le cas de Fregellae et « la sostituzione di ceti» a Pompéi après le tremblement de terre, voir aussi Lepore 1991, 262-263.

60 Sur tout cela, voir Morel 1985, 98-100.

61 Carandini 1979, 183, reprenant et approuvant Quesnay (cf. 184).

62 Il faut ici renvoyer notamment à l’étude de Carandini 1970. On y détecte fort bien ce cheminement de la constatation partielle et prudente à l’affirmation globale et peut-être aventurée. Pour expliquer que la production céramique ait duré si longtemps en Afrique, l’auteur nous invite en effet (104) à ne pas considérer « questa merce isolatamente ma in relazione con l’agricoltura africana, con l’arboricoltura in particolare », ce qui est le bon sens même. On peut encore admettre l’affirmation (104-105) selon laquelle « l’industria dipendeva allora, al contrario di oggi, dall’agricoltura », que vient du reste compléter, voire corriger, à juste titre, cette autre affirmation (113-114) : « si deve ormai riconoscere che [i beni di uso comune], e la produzione della ceramica in particolare, hanno recato vantaggi economici indiscutibili ed enorme prestigio a quell’economia fondamentalmente agraria ». Mais A. Carandini, s’interrogeant (115-116) sur la question de savoir si la sigillée claire est un phénomène plutôt « cittadino » ou « basato essenzialmente sul lavoro agricolo », conclut : « in genere l’aspetto di questa merce è piuttosto ‘rustico’ (ma non dimentichiamo l’aspetto ‘urbano’ della D decorata) »... pour passer en fin de compte de ces considérations stylistiques à l’hypothèse économique de l’implantation rurale des ateliers.

63 Carandini 1981, 260. Voir aussi le début d’évolution dans la conception des rapports entre agriculture et manufacture que révèlent comme à contre-cœur les propos de D. Manacorda (1981, 47), selon lesquels les fours d’amphores du Ier s. av. J.-C. « attuano una separazione di fatto dell’organizzazione del lavoro artigianale da quello agricolo, e sembrano come preludere ad una autonomia di quest’attività da quelle più specificamente agricole » (italiques de moi).

64 Sur l’« interdipendenza continua tra le varie sfere dell’attività economica», voir Pucci 1984, 218.

65 Suétone, De gramm., 23. Pour des considérations quantitatives sur les revenus industriels de ce personnage, et sur d’autres “sources de richesses” manufacturières, je me permets de renvoyer à Morel 1985, 100.

66 Ainsi Trebius Loisius, cf. Lepore 1952, 313 ; ou P. Sestius L. f. qui, au dernier siècle de la République, produisait du vin, fabriquait des amphores et possédait des navires, et son fils L. Sestius P. f. (Manacorda 1981, 29-36 ; en particulier, sur la production de briques de L. Sestius, ibid., 33-36, 38-40, 43 ; sur sa production d’amphores en partie vendue, ibid., 48-49) ; ou Vestorius, le fabricant de colorants, qui « était certainement engagé dans des entreprises commerciales, ou possédait des bateaux » (Andreau 1983, 17) ; ou P. Betilienus Varus, censeur à Aletrium, producteur mais aussi exportateur d’huile, et fabricant d’opus doliare, cité par M. Cébeillac-Gervasoni (1987, 1212) ; ou les Eumachii, membres de la classe décurionale de Pompéi, producteurs à la fois de vin, de tuiles et d’amphores destinées à emballer les produits de leurs terres, mais aussi à la vente (Van der Werff 1989, 370. Cet auteur observe, ibid., 364, à propos de l’“édifice d’Eumachie” – si manifestement lié aux activités de transformation de la laine, et offert par l’épouse d’un duumvir ! – : « on peut légitimement supposer qu’Eumachia, en associant le nom de son fils à une construction aussi remarquable que l’était son Edifice, a cherché à paver la carrière politique du jeune homme »). Voir aussi d’autres familles pompéiennes exerçant à la fois la manufacture et l’agriculture, mentionnées par R. Étienne (1966, 168).

67 Voir Pline, NH, 34, 95, et mes remarques à ce sujet dans Morel 1991, 200 (ainsi que les observations de Caiazza 1991, 253-254).

68 Voir notre liste ci-dessus : bois d’œuvre, textiles, briques, colorants.

69 Rappelons que P. Veyne (Veyne 1961 = Veyne 1991, 13) évoque « ce que nous atteignons le plus directement dans la société romaine, à savoir son climat moral » (voir supra, note 3).

70 Je détourne ici une expression de A. H. M. Jones dans sa leçon inaugurale à l’Université de Londres en 1948 (il s’agissait en l’occurrence de l’absence de statistiques antiques), citée par Finley 1982, 697.

71 Voir ci-dessus l’exemple des céramiques à vernis noir et des inscriptions lapidaires de Préneste.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1996

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search