Version classiqueVersion mobile

Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron

 | 
Mireille Cébeillac-Gervasoni

Vie politique et sociale des élites municipales des regiones I et III

Les fils d’affranchis dans l’Ordo Pompeianus

Andrzej Łoś

Résumé

L’analyse de la documentation pompéienne conduit l’A. à rejoindre la position de P. Castrén sur la composition sociale de la classe dirigeante de Pompéi à la fin des Julio-Claudiens et sous les Flaviens (mais pour des motifs non identiques) ; la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. a vu la croissance du rôle politique des descendants d’affranchis. Ce phénomène devrait s’expliquer par une érosion progressive de la place occupée par la plebs ingenua dans la société romaine du Ier siècle de notre ère ; c’est l’évolution économique et sociale de l’Italie qui justifie ce paradoxe : les anciens esclaves et leurs enfants avaient plus de chance de parvenir au succès (sur le plan économique puis social et enfin politique) que les plébéiens de naissance libre ; ainsi, tous les agriculteurs que Pline citait en modèle à son époque étaient des affranchis qui. par leur dynamisme et leur capacité à s’adapter aux nouvelles conditions d’exploitation de la terre, pouvaient ainsi voir ouvrir la porte des curies pour leurs descendants.

Texte intégral

1Les carrières municipales des fils d’affranchis ont inspiré une série de beaux articles spécialisés, à commencer par celui qu’a publié, en 1931, M. Gordon (Gordon 1931). Le chercheur anglais a insisté sur la présence massive dans les élites des cités italiennes des descendants d’anciens esclaves. Elle a calculé que, dans des villes comme Ostie, Pouzzoles, Capoue, à peu près 33 % des décurions sortaient du milieu d’affranchis. Dans d’autres cités ce pourcentage était moins élevé : 25 % pour Bénévent, 20 % pour les villes de Latium, 17 % dans les cités campaniennes après exclusion de Pouzzoles et de Capoue (Gordon 1931, 70). F. Wilson et J. D’Arms ont suivi en principe le raisonnement de Gordon (Wilson 1935, 41 sqq. ; D’Arms 1974, 110 sq.). M. Finley a été plus prudent. Il a estimé les statistiques de Gordon exagérées. Finley a souligné pourtant que certains défauts de la méthode n’invalident pas la conclusion générale de Gordon (Finley 1985, 77). C’est aussi l’opinion de P. Veyne et P. Garnsey (Veyne 1961, 240 ; Garnsey 1975 ; Garnsey/Saller1987, 124 sq.).

  • 1 Weaver a tenu une conférence sur les Latins Juniens à Cambridge en 1990. Je remercie Jean Andreau d (...)

2L’idée de l’ouverture relative des élites municipales a été récemment contestée aussi par Weaver 1990. Il a appuyé sa critique sur un examen de la dénomination épigraphique des affranchis et de leurs enfants. Cela l’a conduit à la conclusion que seulement un petit nombre des affranchis possédait la citoyenneté romaine. Selon Weaver, la majorité des anciens esclaves devaient se contenter du statut de Latin Junien. Il ne saurait bien entendu entrer dans mon propos de discuter l’ensemble de la question des Latins Juniens. Mais pour suivre l’argumentation de Weaver, il faut noter que les affranchis appartenant à cette catégorie n’avaient aucun droit politique. En se fondant sur le principe du droit romain selon lequel les enfants nés libres héritaient du statut de leurs parents, le chercheur australien a admis, avec raison semble-t-il, que la plupart des fils d’affranchis n’étaient pas citoyens romains, donc ils ne pouvaient pas participer à la vie politique. Selon Weaver, à en croire les résultats de son analyse, la porte de la curie municipale n’était pas si ouverte aux fils d’affranchis que les chercheurs modernes ne veulent le voir souvent (Weaver 1990, 304 sq.). La thèse de Weaver a été bien accueillie par plusieurs savants anglais1. Néanmoins je voudrais la mettre en doute. Weaver semble ne pas remarquer que les ordres décurionaux n’avaient pas de très nombreux membres. On estime que les conseils des cités occidentales comptaient le plus souvent 100 membres. D’après les calculs de F. Jacques, en temps normal, les ordres décurionaux étaient complètement renouvelés tous les 25 ans (Jacques 1984, 479, 498 sqq.). Il en résulte qu’en 25 ans, 100 membres nouveaux entraient dans la curie. Si les fils des affranchis constituaient 20 % de l’effectif de l’ordo decurionum – je suggère ci-dessous une telle proportion pour Pompéi – 20 personnes d’origine servile auraient accédé à la dignité de décurion tous les 25 ans. Cela pouvait se produire à condition qu’il y ait eu un nombre suffisant de fils d’affranchis idonei, c’est-à-dire remplissant toutes les conditions exigées par la loi des candidats au décurionat. Pour en être sûr, il fallait qu’à peu près 50-75 affranchis acquièrent la citoyenneté romaine en 25 ans. Il semble que, pour une ville moyenne, comme Pompéi, le nombre de 50-75 anciens esclaves devenus citoyens romains est tout à fait vraisemblable. Il y a des arguments qui parlent en faveur de cet avis. Remarquons avant tout qu’on conférait la citoyenneté romaine à tous les affranchis impériaux. Il est vrai que Weaver note ce fait, mais il ne s’aperçoit pas qu’il faut aussi compter parmi les citoyens tous les augustales. Les inscriptions du Ier siècle ap. J.-C. nous révèlent les augustales comme des collèges de quasi-magistrats élus pour une année, comportant, le plus souvent, six membres (Duthoy 1978, 1266). Bien qu’on ait pu exercer cette fonction plusieurs fois, les itérations multiples semblent être rares. Ainsi on peut supposer qu’en 25 ans au moins 75 personnes accédaient à la charge d’augustalis. Il paraît donc que l’idée de Weaver est insoutenable.

3On a abordé le problème de la promotion des fils d’affranchis aussi dans quelques travaux sur Pompéi. P. Castrén a noté que, jusqu’au milieu du Ier siècle ap. J.-C., l’accès des descendants d’anciens esclaves à la curie de la cité vésuvienne était très limité (Castrén 1983, 33 sq., 96, 103 sqq.). Selon lui, à partir des années cinquante la situation a profondement changé. De ce temps-là la présence des enfants d’affranchis dans la classe dirigeante est devenue plus nette qu’auparavant. Castrén explique ce phénomène par la transformation des structures sociales de la colonie. Elle aurait consisté dans le remplacement progressif de l’aristocratie foncière par la ploutocratie (Castrén 1983, 108-121, notamment 118-121). J. Franklin, W. Jongman et H. Mouritsen ont rejeté la thèse du chercheur finnois. Ils ont affirmé que la participation des fils d’affranchis à la gestion des affaires publiques était toujours minimale (Franklin 1980, 120-124 ; Jongman 1988, 311-329 ; Mouritsen 1988, 114-122, notamment 121 sq.).

4Mon avis est bien différent. En principe, je suis d’accord avec Castrén et pense que la deuxième moitié du Ier siècle ap. J.-C. a vu une croissance du rôle des descendants d’anciens esclaves dans la vie politique de la colonie vésuvienne. Mais je n’accepte ni sa méthode de recherche, ni son explication pour justifier le phénomène en question. Mouritsen a reproché à Castrén de n’avoir reconnu le statut d’affranchi des ascendants de notables qu’à partir de l’analyse prosopographique du personnel des inscriptions pompéiennes des années 50-79 (Mouritsen 1988, 121). Cette critique est tout à fait légitime, mais d’autre part je ne partage pas le scepticisme général de Mouritsen à l’égard de la méthode prosopographique.

  • 2 Sur les surnoms serviles, voir Duthoy 1989.
  • 3 Sur ces chiffres, voir Łoś 1992a, 278 sqq.

5Quoi qu’il en soit, la problématique des critères permettant d’indiquer les descendants d’affranchis parmi les décurions est le point de départ pour chaque recherche sur les carrières municipales des fils d’anciens esclaves. A mon avis, on peut distinguer des enfants de libertini des autres notables en vertu des critères onomastiques et prosopographiques. Ainsi j’ai admis que les surnoms à coloration servile et incertaine révèlent les rapports de leurs porteurs avec le milieu des affranchis2. L’origine servile des décurions peut être déduite aussi des prénoms et noms impériaux : C. C. Iulii, Ti. Ti. Iulii, Ti. Ti. Claudii. Je chercherais aussi des rapports de parenté entre les augustales attestés par les sources des années cinquante et ces prétendants flaviens à l’édilité qui semblent avoir été homines novi. Enfin, contrairement à Mouritsen (1988, 121), je serais enclin à lier les candidats de la décennie précédant l’éruption du Vésuve avec les affranchis influents des années cinquante. Cette manière d’agir est justifiée par le fait que nous connaissons les noms de presque tous les membres du corps des magistrats des années 50-62 (Mouritsen 1988, 106 sqq.). Etant donné que les fils de notables parvenaient très souvent à la magistrature inférieure à un jeune âge (Castrén 1983, 58, 238 sq. ; Jacques 1984, 488, note 198), on peut admettre qu’à la fin du règne de Claude et sous Néron, la plupart des pères des candidats flaviens à l’édilité exerçaient des magistratures, ou au moins y prétendaient. Cependant, de 22 familles dont les membres briguaient l’édilité lors de la dernière décennie de Pompéi, seulement 7, c’est-à-dire 32 %, possédaient des représentants dans la classe dirigeante dès les années cinquante et au début des années soixante3. Bien sûr, il est probable que certains pères de candidats flaviens à l’édilité exerçaient des magistratures avant 50 ap. J.-C., mais, pour des raisons démographiques (Łoś 1992a, 278), ils ne pouvaient pas être très nombreux. Même si on avait admis que la proportion des candidats “bien nés” des années soixante-dix était 50-60 %, il serait resté encore 40-50 % des homines novi parmi les prétendants flaviens à l’édilité. J’essaierai d’expliquer ci-dessous pourquoi je considère un bon nombre d’entre eux comme des enfants d’anciens esclaves.

  • 4 Je discute ces chiffres d’une façon plus détaillée dans-Łoś 1992a, 278 sqq.

6En appliquant tous les critères cités, j’ai fixé une liste de 30 notables des années 50-79 qui pouvaient sortir du milieu des affranchis. Ils constituent 23,4 % de tous les notables connus de ce temps-là. La proportion adéquate pour les années 30 av. J.-C./50 ap. J.-C. est de 7,8 %. La différence semble être évidente4.

  • 5 Comme Vestorius, homme d’affaires de l’époque cicéronienne ; sur ce personnage voir Andreau 1983.

7Mais comment expliquer cette croissance du rôle politique des descendants d’affranchis au cours du Ier siècle ap. J.-C. ? A l’état actuel de mes connaissances, je serais enclin à chercher des raisons du phénomène en question dans la transformation de la société romaine qui s’effectuait à la fin de la République et sous le Principat. Elle consistait en une polarisation de l’ensemble des citoyens qui a abouti à la répartition formelle du corps civique en honestiores et humiliores. Une érosion progressive de l’importance politique de la plebs ingenua était un aspect essentiel de cette transformation (Finley 1980, 141-145 ; 1985, 86 sq.). Elle a entraîné aussi des conséquences économiques et sociales. Quoique les débuts de la dégradation de la position politique de simples citoyens remontent à la première moitié du Ier siècle av. J.-C., jusqu’à la fin de la République les plébéiens de naissance libre jouaient toujours un rôle important tant au plan économique que politique. A cette époque-là, il existait encore un groupe qu’on pourrait appeler, en se servant de la terminologie moderne, la classe moyenne5. Sous le Principat, il disparaissait graduellement des sources. Ce processus est bien visible dans la documentation concernant l’activité bancaire, rassemblée par J. Andreau (1985, 382 sqq.). Le système social dominant à cette période ne donnait pas beaucoup d’espoirs à la promotion des ingénus médiocres. Citons ici P. Veyne qui a écrit il y a trente ans : « les chances d’ascension pour les esclaves (du moins ceux de la familia urbana) étaient somme toute moins faibles que pour la classe qui était au-dessus d’eux, la plèbe libre » (Veyne 1961, 216). Il est intéressant que les chercheurs qui s’opposent à l’idée de l’assimilation de nombreux fils d’affranchis par les noblesses municipales n’expliquent jamais dans quels milieux sociaux se recrutaient de nouveaux membres des classes dirigeantes locales. Où sont donc ces plébéiens ingénus riches qui fermaient la porte de la curie municipale aux enfants d’anciens esclaves ? On ne les trouve guère dans les sources du Ier siècle ap. J.-C.

  • 6 Sur les tombes monumentales de Pompéi, voir Kockel 1983, 16 sqq.
  • 7 Purcell 1987, 32 sqq. et Eck 1987, 61 sqq. ont insisté avec raison sur le fait que les tombes reflé (...)
  • 8 Parmi les notables j’ai compté les magistrats et les sacerdotes ainsi que leurs enfants.

8La documentation pompéienne nous fournit des arguments sérieux en faveur de cette opinion. Dans les années quatre-vingt, on a publié deux travaux excellents sur les nécropoles de la cité vésuvienne (Kockel 1983 ; D’Ambrosio/De Caro 1983). Ils sont de nature à donner un nouvel élan aussi aux études sur l’histoire sociale de la colonie. Leurs auteurs ont réuni et interprété un matériel très abondant. Je l’ai utilisé pour une recherche sur les structures sociales de la cité dans les années 30 av. J.-C./79 ap. J.-C. En admettant que les tombeaux révèlent la situation économique des défunts et de leurs héritiers, j’ai analysé le statut socio-juridique des fondateurs des tombeaux monumentaux6. Evidemment les gens qui construisaient de grandes tombes appartenaient à une élite économique de Pompéi7. La liste de tous les fondateurs connus des tombeaux monumentaux comporte 30 individus. Je les ai divisés en trois catégories sociales : notables8, plébéiens ingénus et affranchis. Quinze d’entre eux appartenaient à la classe dirigeante de la cité, trois à la plebs ingenua, douze avaient le statut d’affranchi (voir infra, appendice).

9Envisageons maintenant la répartition sociale des fondateurs dans les années 30 av. J.-C./50 ap. J.-C. et 50/79 ap. J.-C. Le tableau présenté ci-dessous résume les résultats obtenus.

  • 9 Sur les scholae, voir Borelli 1937 et Pellegrino 1979, 110 sqq.

10On remarque que, dans les années 30 av. J.-C./50 ap. J.-C., les notables constituaient l’écrasante majorité des fondateurs des tombes monumentales. C’est uniquement eux qui construisaient les plus beaux tombeaux pompéiens – les scholae9. Tous les monuments de ce type sont datés de l’époque d’Auguste et de Tibère. Les plébéiens de naissance libre et les affranchis étaient rarement fondateurs de grands tombeaux à cette période-là. A partir des années quarante du Ier siècle ap. J.-C., on observe à Pompéi un appauvrissement général de l’architecture sépulcrale. On construisait toujours des tombes monumentales, mais elles sont moins somptueuses qu’auparavant. On pourrait expliquer ce changement par les conséquences du tremblement de terre de 62 ap. J.-C., si son début ne remontait au règne de Claude.

  • 10 T. Terentius T. f. Men. Felix Maior, édile ; sur sa tombe, voir Kockel 1983, 115 sqq.

11La répartition sociale des fondateurs de grands tombeaux des années 50-79 ap. J.-C. est frappante. On ne trouve parmi eux qu’un notable10 ; quant aux plébéiens in génus, il n’y en a aucun ; en revanche, le nombre des affranchis, en comparaison avec la période antérieure, a augmenté de 2-3 à 9-10. A mon avis, ces chiffres ne sont pas accidentels. Je ne veux pas dire qu’ils reflètent fidèlement la réalité sociale. Mais ils montrent, sans doute, la direction de l’évolution de la société pompéienne. Consistait-elle en la croissance du rôle économique des affranchis ? Il semble qu’une réponse positive soit possible. Mais comment expliquer la chute du nombre des notables parmi les fondateurs des tombes monumentales au cours du Ier siècle ap. J.-C. ? Il n’est pas facile de trouver une solution convaincante à cette énigme. On ne peut qu’avancer des hypothèses. Peut-être faudrait-il chercher la clef du problème dans une certaine transformation de l’agriculture italienne qui s’est produite sous les Julio-Claudiens. A. Tchernia a remarqué, dans son livre célèbre sur le vin italien, qu’au Ier siècle ap. J.-C., la consommation des vins avait évolué – les vins plus secs et légers avaient partiellement remplacé les vins doux et lourds. En même temps cette période se distinguait par l’expansion de cépages d’abondance. Ces phénomènes ont créé, dans une certaine mesure, une situation nouvelle dans l’agriculture italienne où la viticulture était si importante. La littérature agricole de l’époque julio-claudienne et flavienne permet d’observer les directions des changements. Il résulte des textes des scriptores rerum rusticarum qu’une partie des propriétaires fonciers a abandonné la viticulture en faveur des prés, des pâturages ou des forêts. Quant aux autres, ils ont cherché à augmenter leurs revenus par des investissements et, avant tout, par l’introduction de nouveaux cépages plus productifs. On pourrait donc parler d’une nouvelle génération de propriétaires fonciers. Tchernia compte parmi eux d’abord des provinciaux (Tchernia 1986, 197-221). J’y ajouterais aussi des affranchis. Ce n’est pas un hasard, semble-t-il, si la liste de grands spécialistes en viticulture établie par Pline l’Ancien ne comprend que des noms d’affranchis (Plin., NH, 14, 47-51). Les anciens esclaves, grâce à leur dynamisme et à leur industrie, s’adaptaient plus facilement que les aristocrates absentéistes aux nouvelles conditions économiques créées par les processus mentionnés ci-dessus. La lecture de Pline donne l’impression que c’étaient avant tout les libertini qui introduisaient les nouveautés (cf. Plin., NH, 18, 41-43).

  • 11 Sur les conséquences économiques du tremblement de terre, voir Andreau 1973, 369-395.

12Remarquons que Pompéi était un centre important de la viticulture (Tchernia 1986, 153-158, 176 sq., 230 sq. ; Łoś 1992b). Il est possible donc que les revenus d’un certain nombre de notables pompéiens aient diminué. On peut admettre que le tremblement de terre de 62 ap. J.-C. a contribué seulement à aggraver des difficultés financières éprouvées par certains membres de l’élite municipale11. Il est sûr que les notables préféraient plutôt renoncer à construire des tombes magnifiques que cesser de participer à la gestion des affaires publiques.

  • 12 Il s’agit des tombes de M. Obellius M. f. Firmus, C. Vestorius Priscus et M. Veius Marcellus. Sur c (...)

13Cette supposition est justifiée par le fait que seul un des quatre tombeaux connus de notables pompéiens des années 50-79 a un caractère monumental (voir note 10). Les trois autres ne portent aucune marque de somptuosité12 En revanche, sous Auguste et Tibère, tous les tombeaux attribués aux membres de la classe dirigeante de la colonie se distinguaient par leur grandeur et des décorations superbes.

  • 13 Sur les tombes des affranchis, voir Zanker 1975, 267-315 ; Hopkins 1983, 211-217 ; Eck 1987, 78-81.

14Les affranchis se trouvaient dans une situation différente. Il est vrai que les anciens esclaves exerçaient des quasi-magistratures, comme l’augustalitas, mais leurs dépenses à ce titre étaient certainement moins onéreuses que celles demandées aux notables. En plus, il semble que les revenus de ces affranchis qui avaient des intérêts dans l’agriculture ne diminuaient pas. Les libertini pouvaient aussi résoudre mieux que les notables toutes les difficultés de la vie dans la ville ruinée par le tremblement de terre. Il faut encore souligner le rôle des facteurs psychologiques. Les affranchis attachaient une importance particulière à leurs tombeaux. Ainsi ils essayaient de vanter leurs succès sociaux et de rester dans la mémoire des concitoyens. Une telle attitude des anciens esclaves est parfaitement illustrée par un passage du Satyricon où Trimalcion s’adressant au lapidaire Habinnas dit : aedificas monumentum meum, quemadmodum te iussi ? valde te rogo... ut mihi contingat tuo beneficio post mortem vivere (Sat., 71 ; cf. Purcell 1987, 25)13. Quoi qu’il en soit, les anciens esclaves continuaient à construire des tombes monumentales.

  • 14 Parmi ces tombeaux je compte des tombes a dado, a nicchia, a recinto con facciata, a fornice, facci (...)

15Mais quelles sont les raisons de l’absence totale des plébéiens ingénus parmi les fondateurs de grands tombeaux des années 50-79 ap. J.-C. ? On pourrait chercher, bien sûr, l’explication dans la promotion des riches plébéiens de naissance libre à la classe dirigeante. Cependant, il est difficile d’imaginer que tous les représentants de cette couche de la société pompéienne avaient trouvé le chemin de la curie municipale. La proportion minimale des plébéiens ingénus parmi les fondateurs des tombes qui n’étaient ni très somptueuses ni très modestes parle contre cette explication. Les inscriptions nous fournissent les noms de vingt-sept fondateurs de tels tombeaux14. Seulement quatre d’entre eux, c’est-à-dire 15 %, sont plébéiens de naissance libre. Vingt fondateurs de ces tombeaux avaient le statut d’affranchi. La majorité des plébéiens ingénus d’une richesse moyenne entrait-elle aussi dans l’élite municipale ?

  • 15 Affranchis : L. Valerius Primus, C. [... Al?]exis.

16Examinons maintenant la position sociale des organisateurs des spectacles de gladiateurs. C’est à P. Sabbatini Tumolesi que nous devons une liste des munerarii pompéiens. Elle comprend quatorze noms (Sabbatini Tumolesi 1980, 17-76). Il y a parmi eux neuf magistrats, deux plébéiens ingénus et trois affranchis. Les deux plébéiens de naissance libre et l’un des affranchis donnaient des jeux dans l’amphithéâtre en tant que propriétaires des écoles de gladiateurs lanistae. Donc, on ne peut pas les considérer comme de vrais munéraires. Après les avoir écartés, il reste onze organisateurs connus de spectacles de gladiateurs : neuf notables et deux affranchis15. Les munera contribuaient à augmenter la dignitas. La manifestation de munificence donnait aux plébéiens une possibilité d’obtenir l’honorabilité qui assurait, à ceux d’entre eux qui étaient de naissance libre, l’entrée à la classe dirigeante. Mais, comme on a vu, les sources pompéiennes ne fournissent aucun exemple d’organisation des jeux dans l’amphithéâtre par des plébéiens ingénus. En revanche, nous connaissons deux munéraires au statut d’affranchi. En offrant les spectacles, ils voulaient sans doute obtenir tous les honneurs accessibles à d’anciens esclaves. Peut-être désiraient-ils aussi ouvrir la porte de la curie municipale à leurs fils de naissance libre, à condition, naturellement, qu’ils en eussent. Dans le cas de C. Titius Chresimus, un augustal de Suessa Aurunca, en Campanie, une telle démarche a donné un bon résultat. Celui-ci a reçu à la suite des jeux le bisellium et une dérivation de l’adduction d’eau dans sa maison. En plus, il a été honoré d’une statue. Son fils, ob merita patris, a été fait décurion (CIL, X, 4760 = ILS, 6296).

17Toutes ces observations incitent à revenir à la question posée plus haut : mais où tous les plébéiens ingénus riches sont-ils allés ? Leur représentation dans les sources pompéiennes post-tibériennes est très faible. Cela invite à la conclusion qu’ils étaient peu nombreux. Il en résulterait qu’à partir du règne de Claude, les plébéiens de naissance libre, depuis plusieurs générations, n’entraient pas très souvent dans la classe dirigeante de la colonie. En revanche, pour les fils des riches affranchis l’accès de l’élite municipale semble être, en ce temps-là, plus facile qu’auparavant.

18Comme on a déjà dit, mon schéma, bien qu’il soit semblable à celui de Castrén, se distingue par le type différent d’explication. Contrairement au chercheur finnois, je ne parle pas d’un remplacement de l’aristocratie foncière par la ploutocratie (Castrén 1983, 121). P. Veyne a souligné que les affranchis riches, et d’autant plus leurs fils, n’avaient pas formé une classe sociale à part avec ses propres normes. En revanche, ils se conformaient aux valeurs de la bonne société romaine. Comme Trimalcion, ils voulaient vivre noblement (Veyne 1961, 230, 237). C’est pourquoi les anciens esclaves désiraient devenir propriétaires fonciers. Mais la macule servile leur interdisait l’assimilation à la noblesse locale. Il ne leur restait qu’à reporter leurs espoirs sur des fils auquels ils pouvaient préparer l’entrée dans la curie municipale. La promotion de ceux-ci n’aboutissait pas à la naissance d’une nouvelle classe dirigeante, celle de ploutocrates. Les décurions d’origine servile étaient, comme d’autres notables, propriétaires fonciers. Ils partageaient tous les principes de la bonne société locale. Leur montée en se faisant à travers un réseau de dépendances et de clientèles particulières ne contribuait qu’à un renouvellement des élites municipales et, en conséquence, à la stabilisation du régime social.

19Je suis conscient qu’il y a des points faibles dans mon raisonnement. Avant tout, il est fondé sur une documentation insuffisante. Par conséquence, les résultats obtenus ne sont qu’une hypothèse. Mais, comme A. Tchernia l’a écrit dans le chapitre final de son livre sur le vin italien, l’important est « qu’on mesure la valeur des hypothèses qu’il faut en tout état de cause avancer, et qu’on n’hésite pas à les modifier quand de nouvelles découvertes les invalident » (Tchernia 1986, 305).

Bibliographie

Andreau 1973 : ANDREAU (J.), Histoire des séismes et histoire économique : le tremblement de terre de Pompéi (62 ap. J.-C.). Annales ESC, 28, 1973, 369-395.

Andreau 1983 : ANDREAU (J.), A propos de la vie financière à Pouzzoles : Cluvius et Vestorius. In : Les ‘bourgeoisies’municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C. Actes du colloque. Naples. 1981 (éd. M. CébeillacGervasoni). Paris-Naples, 1983 (Coll. CJB, 6), 9-20.

Andreau 1985 : ANDREAU (J.), Modernité économique et statut des manieurs d’argent. MEFRA, 97, 1985, 373-410.

Borelli 1937 : BORELLI (L.), Le tombe di Pompei a schola semicircolare. Naples, 1937.

Castrén 1983 : CASTRÉN (P.), Ordo Populusque Pompeianus. Polity and Society in Roman Pompeii. Rome, 19832 (Acta Instituti Romani Finlandiae, 8).

D’Ambrosio/De Caro 1983 : D’AMBROSIO(A.), DE CARO (S.), Un impegno per Pompei. Fotopiano e documentazione della necropoli di Porta Nocera. Milano, 1983.

D’Arms 1974 : D’ARMS (J.H.), Puteoli in the Second Century of the Roman Empire. A Social and Economic Study. JRS, 64, 1974, 104-124.

De Vos 1982 : DE VOS (A.M.), Pompei, Ercolano, Stabia. Roma-Bari, 1982 (Guide archeol. Laterza, 11).

Duthoy 1978 : DUTHOY (R.), Les Augustales. ANRW, 1978, II, 16, 2, 1254-1309.

Duthoy 1989 : DUTHOY (R.), Cognomen est omen ? Quelques jalons pour une anthroponymie sociale du monde romain. In : Mélanges Pierre Lévêque (éd. M.-M. Mactoux et E. Gény), 2 : Anthropologie et société. Paris, 1989 (Centre de Rech. d’Hist. Ancienne, 82. Annales Littéraires de l’Univ. de Besançon, 377), 183-205.

Eck 1987 : ECK (W.), Romische Gräbinschriften. Aussageabsicht und Aussagefahigkeit im funerären Kontext. In : Romische Graberstrassen, 61-83.

Eschebach 1970 : ESCHEBACH (H.). Die stadtebauliche Entwicklung des antiken Pompeji. MDAI(R), 17 Erganzungsheft, 1970.

Finley 1980 : FINLEY (M.I.), Ancient Slavery and Modem Ideology. London, 1980.

Finley 1985 : FINLEY (M.I.), The Ancient Economy. Berkley-Los Angeles, 19852.

Franklin 1980 : FRANKLIN (J.L., jr.), Pompeii: the Electoral Programmata. Campaigns and Politics A.D. 71-79. Rome, 1980 (MAAR, 28).

Garnsey 1975 : G ARNSEY (P.), Descendants of Freedmen in Local Politics. Some Criteria. In : The Ancient Historian and His Materials. Essays in Honour of C.E. Stevens (B. Levick éd.). Farnborough, 1975, 167-180.

Garnsey/Saller 1987 : GARNSEY (P), SALLER (R.), The Roman Empire. Economy, Society and Culture. Berkeley, 1987.

Gordon 1931 : Gordon (M.L.), The Freedman’s Son in Municipal Life. JRS, 21, 1931, 65-77.

Hopkins 1983 : HOPKINS (K.), Death and Renewal. Sociological Studies in Roman History. II. Cambridge, 1983.

Jacques 1984 : JACQUES (F.), Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités de l’Occident romain (161-244). Rome, 1984 (Coll. EFR, 76).

Jongman 1988 : JONGMAN (W.), The Economy and Society of Pompeii. Amsterdam, 1988 (Monographs on Ancient History and Archaeology, 4).

Kockel 1983 : KOCKEL (V.), Die Grabbauten vor dem Herkulaner Tor in Pompeji. Mainz, 1983 (Beitrage zur Erschliessung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur, 1).

Łoś 1992a : ŁOŚ (A.), Quibus patet curia municipalis. Remarques sur la structure de la classe dirigeante de Pompéi. Cahiers du Centre G. Glotz, 3, 1992, 259-297.

Łoś 1992b : ŁOŚ (A.), Les intérêts des affranchis dans l’agriculture italienne. MEFRA, 104, 1992,709-753.

Mouritsen 1988 : MOURITSEN (H.), Elections, Magistrates and Municipal Elite. Studies in Pompeian Epigraphy. Rome, 1988 (Anal. Rom. Inst. Dan., Suppl. XV).

Pellegrino 1979 : PELLEGRINO (A.), Considerazioni sulle tombe a schola di Pompei. In : Pompei 79. XIX centenario = suppl. a Antiqua, IV, 1979, 110-115.

Purcell 1987 : PURCELL (N.), Tomb and Suburb. In : Romische Graberstrassen, 25-41.

Romische Graberstrassen : Romische Graberstrassen. Kolloquium in München, 1985 (hrsg. H. von Hesberg und P. Zanker). München 1987 (Bayerische Akademic der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse. Abhandlungen, Neue Folge, 96).

Sabbatini Tumolesi 1980 : SABBATINI TUMOLESI (L.P.), Gladiatorium Paria. Annunci di spettacoli a Pompei. Roma, 1980 (Tituli, 1).

Tchernia 1986 : TCHERNIA (A.), Le vin de l’Italie romaine. Essai d’histoire économique d’après les amphores. Rome, 1986 (BEFAR, 261).

Veyne 1961 : VEYNE (P.), Vie de Trimalcion. Annales ESC, 2, 1961, 213-247.

Weaver 1990 : WEAVER (P.R.C.), Where have all the Junian Latins gone? Nomenclature and Status in the Early Empire. Chiron, 20, 1990, 275-305.

Wilson 1935 : WILSON (F.H.), Studies in Social and Economic History of Ostia. PBSR, 13, 1935, 41-68.

Zanker 1975 : ZANKER (P.), Grabreliefs romischer Freigelassener. JDAI, 90, 1975, 267-317.

Annexes

APPENDICE

FONDATEURS DES TOMBEAUX MONUMENTAUX DES ANNÉES 30 AV. J.-C.-79 AP. J.-C. SELON LEUR STATUT SOCIO-JURIDIQUE

Abréviations1

FP

tombeaux fouillés au Fondo del Pacifico

PH N

tombeaux du côté nord de la nécropole de la Porte d’Herculanum

PH S

tombeaux du côté sud de la nécropole de la Porte d’Herculanum

P Nol

tombeaux de la nécropole de la Porte de Nola

PN EN

tombeaux du côté nord-est de la nécropole de la Porte de Nuceria

PN ES

tombeaux du côté sud-est de la nécropole de la Porte de Nuceria

PN OS

tombeaux du côté sud-ouest de la nécropole de la Porte de Nuceria

PS

tombeaux de la nécropole de la Porte de Stabia

PV

tombeaux de la nécropole de la Porte du Vésuve

A. Notables

1. M. Alleius Minius : PS 2

2. Alleia M. f. Decimilla : PH N 37

3. Arellia N. f. Tertulla : PV 3

4. L. Cellius L. f. : PN EN 4

5. Cn. Clovatius Cn. f. : PS 3

6. Eumachia L. f. : PN OS 11

7. N. Herennius N. f. Celsus : P Nol

8. Istacida N. f. Rufilla : PH S 4A

9. Mammia P. f. : PH S 4

10. L. Sepunius L. f. Sandilianus : PN EN 32

11. T. Terentius T. f. Men. Felix Maior : PH N 2

12. L. Tillius C. f. Cor. : PN OS 17

13. M. Tullius M. f. : PS 1

14. A. Veius M. f. : PH S 2

15. Veia N. f. Barchilla : PN ES 3

B. Plébéiens ingénus

1. Antistia P. f. Prima : PV 1

2. M. Popidius Ap. f. : PH N 38

3. A. Umbricius Scaurus : PH S 16 ?

C. Affranchis

1. M. Arrius Ͻ. l. Diommedes : PH N 42

2. L. Barbidius L. l. Communis : PN ES 3

3. L. Caesius L. l. Logus : FP 4

4. L. Caltilius Coll. L. l. Pamphilus : PH N 34

5. C. Calventius Quietus : PH S 20

6. L. Ceius L. l. Menomachus : PH N 39 ?

7. L. Ceius L. l. Serapio : PN OS 3

8. C. Cuspius C. l. Cyrus, C. Cuspius C. l. Salvius : PN ES 17

9. N. Festius Ampliatus : PH S 17 ?

10. Naevoleia L. l. Tyche : PH S 22

11. P. Sittius Diophantus : PH N 43 ?

12. P. Vesonius Ͻ. l. Phileros : PN OS 23

Notes

1 Weaver a tenu une conférence sur les Latins Juniens à Cambridge en 1990. Je remercie Jean Andreau de m’avoir renseigné.

2 Sur les surnoms serviles, voir Duthoy 1989.

3 Sur ces chiffres, voir Łoś 1992a, 278 sqq.

4 Je discute ces chiffres d’une façon plus détaillée dans-Łoś 1992a, 278 sqq.

5 Comme Vestorius, homme d’affaires de l’époque cicéronienne ; sur ce personnage voir Andreau 1983.

6 Sur les tombes monumentales de Pompéi, voir Kockel 1983, 16 sqq.

7 Purcell 1987, 32 sqq. et Eck 1987, 61 sqq. ont insisté avec raison sur le fait que les tombes reflétaient les aspirations et le statut social des défunts.

8 Parmi les notables j’ai compté les magistrats et les sacerdotes ainsi que leurs enfants.

9 Sur les scholae, voir Borelli 1937 et Pellegrino 1979, 110 sqq.

10 T. Terentius T. f. Men. Felix Maior, édile ; sur sa tombe, voir Kockel 1983, 115 sqq.

11 Sur les conséquences économiques du tremblement de terre, voir Andreau 1973, 369-395.

12 Il s’agit des tombes de M. Obellius M. f. Firmus, C. Vestorius Priscus et M. Veius Marcellus. Sur ces tombes, voir De Vos 1982, 178 sq., 222.

13 Sur les tombes des affranchis, voir Zanker 1975, 267-315 ; Hopkins 1983, 211-217 ; Eck 1987, 78-81.

14 Parmi ces tombeaux je compte des tombes a dado, a nicchia, a recinto con facciata, a fornice, facciata a frontone ; cf. D’Ambrosio/De Caro 1983, passim.

15 Affranchis : L. Valerius Primus, C. [... Al?]exis.

Notes de fin

1 Numéros des tombeaux FP, P Nol, PS et PV d’après Eschebach 1970, 152-155 ; PH d’après Kockel 1983 ; PN (EN, ES, OS) d’après D’Ambrosio/De Caro 1983.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/2676/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteur

Université de Wroclaw

© Publications du Centre Jean Bérard, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search