Version classiqueVersion mobile

Les élites municipales de l’Italie péninsulaire des Gracques à Néron

 | 
Mireille Cébeillac-Gervasoni

Avant-propos

Mireille Cébeillac-Gervasoni

Texte intégral

1Dix ans après l’organisation, à Naples, du colloque sur “Les ’bourgeoisies’ municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.” (publié dans la même collection par le Centre Jean Bérard), les chercheurs qui se sont engagés sur le programme de recherche sur l’Italie non-urbaine ont souhaité faire un bilan après une décennie de travaux et de rencontres ciblés sur des thèmes plus spécifiques. Entre temps, notre groupe s’est ouvert à une dizaine de jeunes scientifiques. L’enjeu, lui, est resté immuable : parvenir à une meilleure connaissance de l’Italie sous tous ses aspects. Désormais, il n’est plus besoin de prouver que l’histoire de Rome est autant celle de l’Urbs que celle de la péninsule ; le rôle des élites locales a été fondamental dans le processus d’unification de l’Italie ; on ne peut plus aujourd’hui en douter. Il ne reste plus qu’à mieux les connaître et c’est à cette fin que nous déployons tous nos efforts. Il nous a semblé important d’élargir notre chronologie à l’époque julio-claudienne. Il fallait faire le lien entre la République et le Principat, dresser un constat des continuités et des ruptures et, à partir de ces données, récuser certains poncifs qui encombrent encore parfois nos manuels.

2Un bon équilibre dans l’agencement des communications entre des études précises de types monographique et prosopographique et des synthèses thématiques avait fait ses preuves en 1981 ; c’est encore pour cette méthode que nous avons opté. Les habitudes dialectiques des “anciens’’ du groupe laissaient à espérer des discussions alertes sur les thèmes controversés ; notre attente n’a pas été déçue comme le démontre la chronique des travaux (infra, 275-282). Cette confrontation n’est jamais stérile ; elle permet de faire progresser notre réflexion et les “nouveaux’’ l’ont bien compris ; ils ont su s’intégrer et adopter la même vivacité, parfois très critique, pour leurs interventions. C’est de bon augure pour la poursuite de nos recherches.

3La table ronde a pu avoir lieu à Clermont-Ferrand grâce à la coopération et l’aide conjuguée de multiples institutions. La Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand a offert l’hospitalité dans la Salle des Actes.

4Les problèmes financiers posés par l’organisation et le déroulement des journées de la table ronde ont été résolus par les contributions du C.N.R.S., du Ministère des Affaires Etrangères (D.G.R.C.S.T.), du C.R.C.A. de la Faculté des Lettres, du Conseil Régional d’Auvergne, du Conseil Général du Puy-de-Dôme, de la Mairie de Clermont-Ferrand, du journal “La Montagne Centre-France”, du Crédit Agricole.

5Le directeur du Centre Jean Bérard, Monsieur Michel Bats, a bien voulu accepter ce volume d’Actes dans la Collection du Centre Jean Bérard, en co-édition avec l’École Française de Rome et avec une participation du C.R.C.A. de la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand.

6Que tous ceux qui m’ont aidée pour la réalisation de la table ronde et pour la publication des Actes trouvent ici l’expression de ma profonde gratitude.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1996

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search