Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

Autour des deux cités

Portici : Les « antiques »

Texte intégral

PORTICI : « LE CABINET D’ANTIQUES »

  • 1 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 110.

1« Le Cabinet d’Antiques ou le Muséum de Portici, le plus curieux et le plus riche qu’il y ait en Italie, a été formé depuis 1750, en conséquence des fouilles d’Herculanum, de Pompéii et de Stabia ; il est placé dans les entresols d’un bâtiment extérieur qui tient au palais du roi, du côté de Naples, sous la garde de M. Filippo Cartoni ; un jeune homme très peu instruit le fait voir aux étrangers, mais on ne reçoit de lui aucune lumière »1.

2À l’image des souverains hellénistiques qui rassemblaient leurs collections dans les bibliothèques et des généraux et empereurs romains qui ornaient de leurs trésors thermes et portiques, pour présenter ainsi au public leurs œuvres d’art, Charles de Bourbon décida d’ouvrir un Musée où seraient réunies toutes les collections d’objets et œuvres antiques, découverts à Herculanum et à Pompéi. Lalande utilise le terme de « cabinet » ; en fait, c’est d’un musée qu’il s’agit.

3Le terme de « cabinet » définit tout à la fois le lieu et les objets qu’il contient ; le Dictionnaire de Furetière le définit ainsi, dans son édition de 1690 :

« Les lieux les plus retirés dans les plus bels appartemens… Petit lieu retiré dans les maisons ordinaires souvent fermé d’une cloison où l’on étudie et l’on met ce qu’on a de plus précieux ».

4L’on peut ainsi avoir son cabinet de peinture, son cabinet d’antiques… si l’on possède des collections assez importantes déjà de peintures ou d’antiques, c’est-à-dire de statues.

5À Portici, les voyageurs parlent de collections soulignant ainsi la variété des objets qui y sont rassemblés ; et elles sont réunies dans un Muséum. La notion de Musée, avec son caractère public, n’est pas très familière aux hommes du XVIIIe siècle. La plupart des collections ou cabinets signalés alors dans les guides restent privés. C’est le cas des grandes collections princières, celles des Orléans, par exemple. Un des tous premiers musées est l’Ashmolean Museum, à Oxford, ouvert en 1677. Les projets concernant l’ouverture de la grande galerie du Louvre remontent aux années 1770 ; mais il faut attendre la Révolution pour que le Musée ouvre ses portes.

6Charles de Bourbon fait donc preuve d’un esprit assez novateur lorsqu’il décide de fonder le musée de Portici. Ces collections, il ne les considéra jamais comme ses collections, et se refusa à emporter quoique ce fût, quand il retourna en Espagne.

L’ORGANISATION DU MUSÉE

7Avec la poursuite des travaux, les collections sont vite devenues importantes, avant de devenir les plus importantes d’Italie, par leur variété. Le problème de l’organisation de ce musée se posa trèt tôt. Comment fut-elle conçue ?

  • 2 Kaspar Friedrich Neickelio, Museographia oder Anleitung zum rechten Begriff und nützlicher Anlegun (...)

8La « Muséologie » n’existe pas au XVIIIe siècle ; ni le terme. Mais l’idée d’une science des collections, de leur histoire, de leur mission et de leur organisation n’est pas inconnue : en 1727, un premier traité paraît sur le sujet : Museographia2. L’auteur, un marchand de Hambourg y donne des conseils aux curieux et aux amateurs à propos du choix des locaux destinés à réunir les collections, et de leur classification. Dans la seconde moitié du siècle, dans les grandes collections, un réel effort de classement et de présentation est réalisé. Ainsi la Galerie de Belvédère à Vienne en 1778, et le musée des Offices à Florence en 1789 adoptent un classement chronologique. Au Vatican, Clément XIV (1769-75) et Pie VI (1775-99) fondent l’Antiquarium, pour abriter les collections antiques.

9À Portici, il n’y a que des antiques. Le classement adopté ne repose pas sur la chronologie car on ne dispose pas des éléments nécessaires pour concevoir une histoire de l’art antique. On parle seulement, vaguement, d’un apogée de l’art, d’une décadence de l’art, sans que les critères utilisés soient clairement définis. Le principe du classement est la collection, c’est-à-dire, la similitude des objets. La distribution des salles est effectuée selon un thème, ou d’après un type d’objet.

10Certains voyageurs décrivent souvent en détail quelques pièces, qu’ils ont trouvées belles, ou qui les ont étonnés. D’autres s’intéressent de plus à l’organisation du musée. Est-ce souci d’information exacte, précise, comme on peut le soupçonner chez un écrivain consciencieux comme Lalande ? On peut aussi estimer que la concision d’un auteur est due à la volonté de présenter, non pas seulement les objets, mais aussi leur mode de classement, de la sorte privilégié. La Roque donne ainsi la composition de chaque salle :

« Les armoires placées autour de la PREMIÈRE SALLE, renferment tout ce qui s’est trouvé jusqu’ici d’instrumens et d’ustenciles à l’usage des sacrifices : cette collection est des plus curieuses, par la variété, par la beauté des formes et la supériorité du travail.
…La SECONDE SALLE est un mélange de choses infiniment curieuses, en bronze, en ivoire, en os, en terre cuite, etc. … la plupart (chacune dans leur genre) d’un excellent travail ».

11Dans cette salle se trouvent les « priapes ».

« Une collection immense de dieux pénates et amulettes, et beaucoup d’autres petites statues, aussi curieuses par la pensée, que par le mérite de l’exécution, forment la masse principale de la TROISIÈME SALLE ».

12Elle contient, entre autres objets, les bustes dits de Démosthène, Epicure, Pyrrhus, Alexandre, et des vases de terre.

« Nombre de poids, de mesures, de balances à un seul et deux bassins, forment la partie dominante de la QUATRIÈME SALLE, et ce n’est point une des moins intéressantes : on y remarque aussi quelques cadrans solaires, des compas de différentes formes »…

13dans la cinquième salle sont rassemblés

« Des écritoires de différentes formes et de diverses matières ; plusieurs plumes de bronze, et d’autres de bois de cèdre, empreintes d’encre et taillées comme les nôtres ».

14Les tablettes de cire, les rouleaux de papyrus, des inscriptions y sont également présentés ;

« Tout ce qui a particulièrement rapport à la cuisine, à l’office ; les meubles et ustensiles domestiques, de besoins et d’agrémens etc. sont rassemblés en nombre dans la SIXIÈME SALLE… Des tasses avec leur soucoupe et couvercle en argent, dont la forme et la ciselure sont d’un rare mérite. Quelques bouilloires bien inventées : des fourneaux portatifs : de très beaux candélabres de bronze, sur lesquels on plaçoit des lampes : des lanternes formées avec de petits chassis de feuilles d’albâtre et d’autres matières transparentes »…

15Dans la Septième Salle, on peut voir

« Une très belle collection de camées, de pierres gravées, de sceaux, de cachets, de médailles et médaillons en or, en argent, en bronze… Des colliers, des pendans d’oreilles, des brasselets et des bagues en or »…

16Il s’y trouve encore tout ce qui concerne la toilette féminine et les travaux de couture : ciseaux en or, aiguilles et autres menus objets. Les aliments sont aussi présentés dans cette salle :

  • 3 Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 73-78.

« Tous les comestibles ; comme bled, orge, pois, fèves, dattes, poires, noix, champignons, pains entiers et d’autres préparés : toutes ces choses, quoique consumées et réduites en charbons, se reconnoissent au premier coup d’œil. Diverses raretés de la classe précédente, plusieurs figures, bustes et bas-reliefs, les plus grands tableaux en mosaïque, et de peintures antiques, remplissent la HUITIÈME SALLE »3.

17Les armes, retrouvées dans le « camp des soldats », intéressent en général moins qu’un morceau de pain calciné ou qu’un instrument ménager. Latapie, toutefois est surpris par leur poids ; il s’est, une fois encore, renseigné sur l’emplacement exact qu’occupaient ces objets, au moment de leur découverte :

  • 4 Description des fouilles de Pompéi, p. 227. Il s’agit, en fait, d’armes de parade, que les gladiat (...)

« J’ai été frappé surtout de la grandeur et de la pesanteur des casques qui sont tous de bronze, ornés de figures en demi-relief très bien dessinées et numérotées. Quelques-uns de ces casques pèsent jusqu’à 15 livres. La visière est défendue par un treillage ou réseau de bronze. J’avois d’abord douté que des soldats eussent jamais chargé leurs têtes d’un poids semblable, quoiqu’on sache certainement que le total de leur fardeau ordinaire surpassoit 70 de nos livres : mais mon doute s’est dissipé lorsque j’ai vu un de ces casques au fond duquel on a conservé le morceau de laine que le soldat y avoit mis pour que le métal ne le blessât point. D’ailleurs ces casques ont chacun leur numéro (ainsi que je l’ai déjà remarqué) afin que chaque soldat pût reconnoitre le sien. On a trouvé aussi dans ces chambres plusieurs squelettes de soldats dont les ossements ont été rassemblés dans une de ces petites pièces mais sans être à couvert (Note : de sorte qu’ils seront détruits en peu de temps). Les armes des soldats étoient à côté de leurs squelettes »4.

18Quelques modifications interviennent au cours du siècle, concernant notamment le nombre des salles qui fut porté jusqu’à douze, selon le témoignage de certains visiteurs. Mais les principes d’organisation et de distribution restèrent les mêmes.

19Latapie est le seul à remarquer — et à déplorer — le mélange des objets d’Herculanum et de Pompéi ; et cette négligence est irréparable, car nul n’a pris soin de noter les provenances :

  • 5 Description des fouilles de Pompéi, p. 234.

« J’ai vu avec peine qu’on a confondu dans cette immense et unique collection les antiquités de Pompéii avec celles d’Herculanum, de sorte que les curieux et peut-être même ceux qui seront chargés de les publier ne pourront les distinguer par la suite. (Note : Une attention aussi utile au public que peu fatiguante auroit été d’indiquer dans chaque pièce déblayée tous les meubles qu’on y a trouvés, ainsi que les inscriptions, en gravant cette liste sur de petites plaques de métal ou de marbre incrustées aux murs ou suspendues. Cela eut jeté infiniment d’intérêt sur ce local »5.

20Toutes les collections antiques du roi de Naples n’étaient toutefois pas présentées à Portici. Charles de Bourbon, fils d’Elisabeth Farnèse, avait été l’héritier des collections Farnèse et, non sans ; difficultés de la part des autorités romaines, il avait exigé leur transfert à Naples. Ces collections se composaient de tableaux et d’antiques qui furent répartis dans le palais de Capodimonte et dans la résidence d’été de Portici. Mais, la réunion des deux collections antiques n’eut lieu que plus tard, au XIXe siècle, au moment de leur transfert dans ce qui est maintenant le Musée National.

21Une aquarelle de Jean-Louis Desprez, destinée à être gravée pour le Voyage Pittoresque, nous montre comment on a imaginé, au XVIIIe siècle, le transfert des collections : on y voit un cortège triomphal où se succèdent les statues, hissées sur des chars à bœufs à l’antique, tandis que les soldats contiennent difficilement, une foule entassée jusque sur les toits. Ce cortège symbolique souligne la pérennité — à proximité immédiate du Vésuve — du Musée fondé par Charles de Bourbon ; et, peut-être aussi, dans un but plus manifeste de propagande, celle de la dynastie régnante à Naples, et du régime qu’elle a instauré. Tout cela n’est certes qu’une scène imaginaire, une fantaisie de peintre, mais cette gravure a connu un grand succès.

22Avec de telles collections, Naples et sa région font figure, au XVIIIe siècle, de centre artistique de premier plan. La plupart des voyageurs considèrent, comme l’abbé Richard, que Portici est « Le plus beau cabinet d’antiques qu’il y ait au monde ». Mais Bergeret de Grancourt ne partage pas cet avis. Il n’est pas, quant à lui, un fervent admirateur de Portici ; il considère que les collections du musée, trop abondantes, sont d’une qualité insuffisante, et qu’il s’y trouve, pour peu d’œuvres d’art dignes de ce nom, beaucoup de « quinquaillerie » :

  • 6 Journal de voyage…, p. 320-21.

« Nous voilà donc au cabinet du roy, mais où est donc la quantité immense de figures, curiosités, plus qu’il n’y en a dans toute l’Italie, et tout le reste de l’Europe ? Les voyageurs qui ont écrit ainsi me paroissent s’être trompés, du moins je n’ay point vû cette quantité, mais j’ai vû en général que les cabinets de Portici pouvoient facilement s’augmenter, si on les remplit de nombre de choses qui ne sont pas plus curieuses que celles que nous avons aujourd’hui, je veux dire surtout, de tous les ustanciles communs de cuisine, qui se peuvent augmenter à l’infini. Je consens que dans chaque genre on ait un échantillon de tout, mais de multiplier trop chaque espèce de curiosités ou plutôt d’antiquités, c’est ce qu’il me paroît que l’on pourrait éviter… Ce que je trouve, c’est que tous ceux qui ont écrit en ont trop dit. Il est facile de verbiager sur peu de chose quand on veut faire imprimer. Les belles choses sont rares, mais les antiquités très nombreuses»6.

23Les commentaires laudatifs sont beaucoup plus nombreux, et les voyageurs, en général, s’étendent longuement sur leur visite à Portici, plus longuement que sur les visites à Herculanum et à Pompéi. Le Voyage de Lalande est à cet égard très représentatif : il propose un long catalogue, complet et très descriptif de toutes les curiosités du musée. Mais tous les visiteurs n’ont point sa patience, et ils se contentent de commenter ce qu’ils ont le plus apprécié.

LA STATUAIRE

24Avant d’accéder au premier étage, où se trouve la succession des salles que nous avons décrites, le visiteur traverse une cour et un vestibule, où sont présentées les grandes statues de marbre, provenant, pour la plupart du théâtre et du forum d’Herculanum, lors des premiers travaux. Il s’arrête tout particulièrement devant les statues équestres, en marbre de Paros, des deux Balbi, de taille monumentale. Celle de Balbus père est mutilée, et les restaurations sont maladroites ; celle de Nonius Balbus, le fils est, en revanche, intacte :

  • 7 La Roque, Voyage d’un amateur des arts. .., III, p. 67 (note).

« On ne peut certainement en prendre plus de soin ; elle est comme enchassée dans un vitrage, qui la met à l’abri des injures de l’air et de l’examen souvent indiscret, de certains curieux qui croyent mal voir, s’ils ne touchent ce qu’ils voyent »7.

25Charles-Nicolas Cochin juge belle cette statue. Artiste lui-même, il adopte un point de vue de professionnel :

  • 8 Voyage d’Italie…, (éd. 1758) I, p. 209.

« La sculpture que l’on a tirée d’Herculanum est de beaucoup supérieure à la peinture. Le plus grand et le plus beau morceau est une statue équestre, de marbre blanc, qui représente Nonnius Balbus. La figure de l’homme est de la plus grande beauté, simple, correcte, et d’un contour coulant et pur. Le cheval est bien, mais cependant plus maniéré. Les canons des jambes de devant paroissent trop longs8

26L’influence de ce jugement est grande auprès de tous les voyageurs. La description de ces statues varie assez peu d’un récit à l’autre. Le vocabulaire est seulement un peu moins sobre que celui de Cochin. L’accumulation d’adjectifs laudatifs, si elle exprime toute l’admiration ressentie, ne permet guère au lecteur de se faire une idée de la statue en question. Cette citation, du voyage de La Roque, n’est qu’un exemple parmi d’autres d’une exaltation peu explicite :

  • 9 Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 67.

« Cette figure est de la plus grande beauté, la simplicité avec laquelle elle est dessinée, ne la rend pas si frappante ni si belle au premier coup d’œil, qu’elle paroît après un examen attentif. La tête est admirable, et la figure de la plus grande correction ; le contour en est pur et fin : les ajustemens sont d’une manière simple et grande. Quoique le cheval soit aussi très beau, et que sa tête soit pleine de vie et de feu, il est cependant inférieur à la figure de l’homme, et il est plus maniéré. Il est vrai que cette manière est belle et grande »9.

27À la fin du siècle, Dupaty est déçu par ces statues qu’il considère comme « monumens de la reconnoissance ou de la fiaterie ». C’est la manière de ces œuvres, « froide et grande » qui lui déplaît, ainsi de la volonté de flatter dont elles témoignent :

  • 10 Lettres sur l’Italie…, II, p. 183.

«… car on a prostitué les statues dans tous les temps. Ce n’est pas que je sois aussi enthousiaste que beaucoup d’amateurs, de celle du fils ; il est placé naturellemens à cheval ; mais il a une figure ignoble ; mais il se tient en paysan ; mais le cheval qui est de marbre paroît de marbre »10.

28La collection des statues de marbre de Portici n’est pas sans rivale : quelques grands cabinets en réunissent de plus connues et de plus appréciées. Mais les bronzes, qui sont très nombreux constituent un ensemble unique. Dans les bustes on se plaît à reconnaître et à admirer des personnages célèbres. Les danseuses et les faunes de la villa des Papyrus, à Herculanum, sont très appréciés. Les commentaires ordinaires du type : « cela est admirable » « ce travail est de toute beauté »… ne méritent guère que l’on s’y attarde. Les commentaires de Dupaty, s’ils sont plus originaux, ne sont pas tellement plus intéressants :

  • 11 Ibid., p. 189.

« J’ai admiré aussi deux jeunes lutteurs : ils sont tous nuds ; ils vont lutter, on a peur ; car on oublie qu’ils sont de bronze. J’ai été tenté de leur adresser ce vers de M. Roucher :
‘Pour des combats plus doux, l’Amour forma vos charmes’ »11.

LES OBJETS FAMILIERS

29Lors de la visite des cités, les voyageurs ont découvert un aspect quotidien de l’antiquité, qui leur a soudain donné l’impression d’être très proches des anciens. Ce sentiment est confirmé, voire amplifié à Portici, lorsque les visiteurs observent les différents objets, ustensiles et aliments qui sont présentés dans les armoires. Roland de la Platière énumère ainsi un grand nombre d’objets familiers aux hommes du XVIIIe siècle, et qu’il croyait inconnus des anciens. Il se refuse même à parler du reste dans ses lettres, pour éviter de répéter une description déjà maintes fois faite des trésors réunis à Portici :

  • 12 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 234.

« Mais ce ne sont ni les bustes, ni les statues en bronze, en marbre, et de toute grandeur qui m’ont le plus frappé, quoiqu’ils présentent une infinité de choses admirables : on en connaissoit déjà beaucoup de ce genre. Ce ne sont pas les divinités, les idoles, les priapes, les lampes, les lampedaris, les lacrymatoires, ni les instruments de sacrifice qui étonnent le plus ; mais les outils et les ustensiles des arts et métiers, ceux de la toilette, du ménage ; la batterie de cuisine, le pain, des fruits, des grains, de la pâte, des poissons, du vin, des mesures, des poids, des balances, des instruments de musique, des tablettes à écrire, des dés, des boîtes d’essence, du rouge, des miroirs, des racloirs, des aiguilles à cheveux, semblables à celles dont les femmes du commun se servent encore dans toute l’Italie, des bagues, des bracelets, des peignes de buis et de corne ; beaucoup de petits ouvrages en ivoire, des galons, des filets etc. toutes choses recherchées dans le travail ; beaucoup dont nous croyons être les inventeurs, et que nous n’imitons que de loin ; tels encore les haches, les ciseaux, les forces, les leviers, les flûtes, les robinets, les cuillers, les cornets à encre, les plumes à écrire, de bois, de buis ou de roseau, non fendues ; les pivots et crapaudines des portes ; les gonds, les épars, les mors de bride, les pots à bouillir, les casseroles, les passoires etc. ; des tasses avec leurs soucoupes, comme nos tasses à café ; une infinité d’autres vases, diverses sortes d’instruments de chirurgie ; et combien d’autres outils et ustensiles de toute espèce de métaux, dont nous ne connoissons pas même l’usage ! »12.

30La vue d’aliments, le pain en particulier, qui sont conservés après 17 siècles, fascine la plupart des visiteurs :

  • 13 Seigneux de Correvon, Lettres sur la découverte…, I, p. 64. Cet ouvrage n’est pas un récit de voya (...)
  • 14 Ch. -M. Dupaty, Lettres sur l’Italie…, II, p. 187.

« Quelle merveille, Monsieur, de voir détruits et comme dénaturés des corps si solides, tandis qu’en d’autres endroits, on trouvoit des noix, des olives, des grains, des œufs et jusqu’à un pâté dans un plat de métal d’une palme et demi de diamètre, qui s’étoit conservé dans un four avec toute sa façon, mais qui s’affaissa tout à coup à l’air, lorsqu’on le sortit pour le présenter au roy »13.
« On est étonné et ravi, que quelque chose de si périssable (œufs, pain…) ait échappé à tant de siècles, qui ont passé dans Herculanum. On aime à voir un grain de bled triompher du temps, comme la statue de bronze, et partager, avec elle, l’éternité »14.

31Bergeret de Grancourt est fort satisfait de constater que, comme lui, les Romains aimaient la bonne chère :

  • 15 Journal de voyage…, p. 321.

« Les livres détaillent tout pour que chacun en prenne suivant sa curiosité. On y fait voir des pains tout faits, bien dans leur forme, mais en charbon, du bled de même, des figues et autres fruits, toutes sortes de grains, des rouleaux d’écriture représentants un gros charbon auxquels il n’est pas possible de toucher sans risquer de les voir réduits en cendre. Tous les instruments à pâtisserie, les moules, roulots et plusieurs marques pour mettre sur les pains ou pâtés. On est bien aise de voir qu’ils satisfaisoient comme nous aux mêmes besoins et que les formes et procédés étoient à peu près les mêmes. Il ne m’est pas possible d’entrer dans de plus grands détails qui peuvent aller à l’infini »15.

32La contemplation des lacrymatoires laisse Dupaty rêveur :

  • 16 Lettres sur l’Italie…, II, p. 186.

« Je n’avois jamais vu de lacrymatoires, de ces petites fioles, où l’on recueilloit les larmes qui avoient coulé sur les tombeaux. On les feroit aujourd’hui plus petites. Il vaut bien mieux n’en pas faire. Les Romains avoient outré tout ; la nature étoit pour eux trop étroite ; ils tâchoient d’en sortir de tous les côtés. L’idée de la conquête du monde, qui étoit la première idée romaine, avoit donné le ton à toutes les autres ; il falloit bien que toutes les autres fussent exagérées, pour être d’accord avec celle-là »16.

33Mais, ce qui touche le plus, c’est l’empreinte d’un corps dans les cendres. En effet, les cavités de cendres gardaient la forme des corps des habitants de Pompéi, bien qu’elles ne continssent plus que leurs os. Dans les années 1860, Giuseppe Fiorelli mit au point un procédé qui permit d’obtenir des « empreintes » : dès que l’on avait découvert une cavité, on injectait à l’intérieur de la chaux liquide qui en épousait les contours. Après durcissement, on cassait le moule de cendres pour dégager le moulage. Ceux que l’on peut voir aujourd’hui à Pompéi furent ainsi obtenus. Mais au XVIIIe siècle, on ne disposait pas de tels moyens techniques et l’on n’eut pas non plus l’idée de les mettre au point. On essaya seulement de conserver les empreintes de cendres agglomérées les plus importantes possible ; avec mille précautions, on les transféra à Portici. Pour Dupaty les

  • 17 Ibidem.

« fragmens d’enduit de cendres, qui, lors de l’éruption du Vésuve, surprirent une femme, et l’enveloppèrent en entier, constituent une des curiosités les plus étonnantes.
Ces cendres, pressées et durcies par le temps, autour de son corps, l’ont pris et moulé parfaitement… (ces morceaux nous révèlent) que cette femme étoit jeune, qu’elle étoit grande, qu’elle étoit bien faite, et même qu’elle fuyoit en chemise : car des morceaux de linge sont attachés à la cendre »17.

LES PRIAPES

34Les priapes, amulettes de forme phallique, sont l’objet des commentaires les plus développés, à cause de leur nombre : une armoire entière les réunissait. Il y en avait en forme de lampe à huile, de pendentif, en terre cuite ou en bronze ; ces objets, utilitaires ou décoratifs étaient, de toutes façons, liés à la vie quotidienne. Les hommes du XVIIIe siècle se montrent profondément choqués par ces représentations que Bergeret de Grancourt eût qualifié « d’un peu libres », qui témoignent, à leurs yeux, de la décadence qui affaiblissait déjà l’Empire romain. Décadence qui n’était pas seulement morale : car elle ébranlait — ou plutôt commençait d’ébranler, à cette époque — les bases mêmes de la société.

35À Pompéi, les voyageurs voyaient leurs idées sur la pureté et la vertu des Romains quelque peu contredites. Un « bordeau » ou supposé tel, pouvait en effet être visité. Une enseigne, figurant un priape indiquait aux passants la destination du lieu. À sa vue, les visiteurs manifestent leur étonnement. Roland de la Platière se refuse toutefois à admettre que « l’on ait (pu) afficher le vice aussi publiquement » :

  • 18 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 211.

« Sur la porte d’une maison de cette rue, est une figure taillée sur pierre, qu’on croit être une enseigne, et qui tient quelque chose d’un priape, d’où l’on a pas manqué d’inférer que c’étoit un lieu public : mais cette figure est assez mal faite, pour qu’on puisse la prendre pour autre chose ; et il seroit bien étonnant, que dans un temps où l’art étoit à un aussi haut degré de perfection, on eût si maussadement imité la nature : il n’est pas vraisemblable que, chez une nation polie, on ait affiché le vice aussi publiquement »18.

36Latapie ne s’en indigne pas ; en fait, il n’attache aucune importance à ce bâtiment qui n’était d’ailleurs probablement qu’un petit hospitium, à l’entrée de la cité :

  • 19 Description des fouilles de Pompéi, p. 235-36.

« La maison la plus singulière est celle sur la porte de laquelle est sculpté un priape de pierre (monstrum horrendum cum testibus maximis) de grosseur démesurée, et placé perpendiculairement ; ce signe indique assez un lieu de débauche. Les pièces en sont fort petites et fort coupées »19.

37À Portici, en revanche, aucun doute n’était possible : les Romains étaient gagnés, ou du moins atteints par le vice, et cela tenait à leur paganisme aux yeux des voyageurs. Lalande évoque les « délices de Capoue » et les cultes voluptueux rendus à Vénus dans la cité d’Herculanum :

  • 20 Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 116-18

« Il y avoit aussi dans une armoire un recueil de Priapes d’une très belle conservation ; ils sont de bronze, les uns de grandeur naturelle, les autres plus petits. Ces priapes ne sont point comme les précédens, des simulacres du Dieu de ce nom (il parle là des trépieds), mais de simples représentations du membre viril en érection. La plupart ont deux cuisses et deux pieds de lion ou d’autre animal, qui prennent leur naissance vers les testicules ; ils ont quelquefois des ailes et sont enjolivés de plusieurs sonnettes ou grelots ; on peut les suspendre comme des lustres, et pour peu qu’on les touche, ils forment un petit carillon. Indépendamment de ces priapes, qui sont en très grand nombre, il y en a une infinité de très-petits qui n’ont pas plus de six à huit lignes de long. On prétend que les femmes s’attachoient ces derniers sur les reins dans l’espérance de devenir fécondes. J’ai vu un manche d’aspersoir qui a la figure d’un priape ; peut-être pensoit-on qu’un meuble de jardinage pouvoit porter le caractère du dieu qui présidoit aux jardins ; un petit cadran dont le style étoit de même forme.
Au reste, les villes de la Campanie, Capoue et Baies, étoient regardées, plus que tout autre endroit de l’Italie, comme des lieux de volupté et de licence. Vénus étoit spécialement honorée à Herculanum, et l’on trouve les attributs de ce culte obscène sur beaucoup de lampes de bronze, où l’imagination s’est épuisée dans les formes les plus bisarres et les plus libidineuses ; mais on ne les a point exposées dans le cabinet de Portici. Les lampes de terre cuite sont en général plus modestes »20.

  • 21 L’abbé Richard est l’auteur d’un ouvrage coté à l’Enfer de la Bibliothèque nationale : Hipparchia, (...)

38L’abbé Richard parsème sa dissertation de nombreuses citations latines d’un caractère peu équivoque21 il aboutit à la même conclusion que Lalande :

  • 22 Description historique et critique…, IV, p. 468-69.

« Priape, dieu de l’obscenité et de l’indécence, ainsi que son nom même le désigne (.. .). Une très grande débauche étoit de se servir d’un priape de verre ou de terre cuite, comme d’un instrument pour boire. Juvénal accuse de prétendus philosophes de son temps de s’en servir dans leurs débauches obscures (…) Tout cela indique bien l’usage de ceux que l’on voit dans le cabinet du roi des Deux-Siciles, et la quantité qu’on en a trouvés à Herculée, prouve à quel point de dérèglement y étoient les mœurs »22.

39Aux yeux de certains voyageurs, il semblerait que cultes bacchiques, cultes à mystères, cultes isiaques, cultes à Vénus, soient autant de manifestations d’un culte d’Éros ; ils rendent compte de l’usage de ces amulettes, répugnants objets d’idolâtrie. Dans l’univers imaginaire de certains de ces hommes, ce sont ces cultes, qui, favorisant la débauche et le vice, ont perverti puis ruiné et anéanti les sociétés antiques.

40Ces voyageurs ne sont pourtant pas des dévots, ennemis des philosophes ; or ces derniers, au milieu du siècle, avaient lancé une grande offensive contre le christianisme, qui s’appuyait pour une part sur la défense du paganisme, mais d’un paganisme interprété par et pour des hommes des lumières : paganisme austère et vertueux, celui des grands romains ; paganisme raisonné, celui des philosophes ; paganisme aimable et riant enfin, qui retenait dans la mythologie de gracieux badinages. Quant aux cultes de la fertilité, ils correspondaient à un aspect peu connu du paganisme : et les voyageurs n’y voient qu’obscénité. Force leur est de constater, à ce propos, la distance qui les sépare des Anciens : un fossé apparaît entre la civilisation raffinée et polie des salons, et celle du monde romain, qui a pu être grossière et vulgaire. L’abbé Saint-Non préfère taire les caractères déplaisants de celle-ci et signale qu’il ne reproduira pas « des descriptions et des détails un peu étendus à cet égard répugnant infiniment à nos mœurs et à nos idées reçues parmi nous » :

  • 23 Voyage pittoresque…, II, p. 52.

« Un des usages, une des opinions de l’antiquité qui peuvent nous paraître plus étranges, est sans doute l’espèce de culte et de vénération que l’on portoit à ces représentations »23.

  • 24 Arditi (conservateur du musée à cette époque), Il Fascino, p. 42 (note), Napoli, 1825.

41Au XVIIIe siècle, il n’y a pas de véritable « cabinet secret » au Musée de Portici. Sa création est due au duc de Calabre et futur roi de Naples, François Ier. Une anedocte raconte que celui-ci, en 1819, visitant le Musée en compagnie de sa fille, estima que certains objets devaient être isolés, et désormais accessibles seulement « aux personnes d’un âge mûr, connues pour leurs mœurs irréprochables »24. Toutes les œuvres jugées susceptibles de porter atteinte à la moralité furent ainsi réunies dans un « cabinet d’objets obscènes » hypocritement rebaptisé quelques années plus tard « cabinet des objets réservés ».

42Le XVIIIe siècle, moins puritain, n’imposa pas une telle censure, sauf pour quelques morceaux ou groupes de sculpture. Dans la citation de la page 136, Lalande fait allusion à certains objets écartés. Roland de la Platière a entendu parler du fameux groupe de Pan et de la Chèvre accouplés. Il désirerait le voir, mais n’y peut parvenir :

  • 25 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 240.

« Il est, dans ce Muséum, une pièce que je savois exister, que j’ai demandée, mais qu’on ne peut voir qu’avec un ordre écrit de la main du roi ; c’est un satyre en marbre, caressant une chèvre. On dit ce morceau précieux pour le dessin, et surtout pour l’expression. Il est placé, avec plusieurs autres figures, dans les souterrains, sous les voûte du palais »25.

  • 26 À la fin du siècle, Sylvain Maréchal résoud ce problème en faveur des anciens. Ce sont, pense-t-il (...)

43Les voyageurs du XVIIIe siècle semblent retenir des images peu nuancées, voire contradictoires, de la civilisation romaine. Comment la mythologie galante a-t-elle pu coexister avec une idolâtrie obscène ? Comment ces Romains vertueux ont-ils pu être vicieux26 ?. La plupart des visiteurs ne dénouent pas ces contradictions. Ils gardent à l’esprit l’idée d’une Rome mythique, modèle, tout en découvrant que la réalité ne lui correspond pas toujours. La Rome éternelle subsiste, sans que sa grandeur soit affectée par l’observation triviale d’une vie quotidienne qui ne saurait vraiment avoir été « romaine ».

Notes

1 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 110.

2 Kaspar Friedrich Neickelio, Museographia oder Anleitung zum rechten Begriff und nützlicher Anlegung der Museorum oder Raritäten Kammern, Leipzig und Breslau, 1727.

3 Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 73-78.

4 Description des fouilles de Pompéi, p. 227. Il s’agit, en fait, d’armes de parade, que les gladiateurs ne portaient que pour défiler, au commencement des jeux.

5 Description des fouilles de Pompéi, p. 234.

6 Journal de voyage…, p. 320-21.

7 La Roque, Voyage d’un amateur des arts. .., III, p. 67 (note).

8 Voyage d’Italie…, (éd. 1758) I, p. 209.

9 Voyage d’un amateur des arts…, III, p. 67.

10 Lettres sur l’Italie…, II, p. 183.

11 Ibid., p. 189.

12 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 234.

13 Seigneux de Correvon, Lettres sur la découverte…, I, p. 64. Cet ouvrage n’est pas un récit de voyage, mais une compilation. Gabriel Seigneux de Correvon, magistrat à Lausanne, s’intéresse à toute sorte de sujets ; il est ainsi membre de la société économique de Berne, et président de celle de Lausanne, correspondant de la société d’Angleterre pour l’avancement de la doctrine chrétienne, et associé de l’Académie de Marseille. Ses ouvrages sont des plus divers : ouvrages religieux ou de droit, travaux historiques (Histoire de Frédéric le grand ; Lettres sur la découverte d’Herculanum) essais (Vœux de l’Europe pour la paix) et recueils poétiques (Les Muses helvétiennes). Il est mort, à Lausanne, en 1776.

14 Ch. -M. Dupaty, Lettres sur l’Italie…, II, p. 187.

15 Journal de voyage…, p. 321.

16 Lettres sur l’Italie…, II, p. 186.

17 Ibidem.

18 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 211.

19 Description des fouilles de Pompéi, p. 235-36.

20 Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 116-18

21 L’abbé Richard est l’auteur d’un ouvrage coté à l’Enfer de la Bibliothèque nationale : Hipparchia, histoire galante traduite du grec et divisée en trois parties, Paris, 1748 (Enfer, 231). L’attribution de cet ouvrage à l’abbé Richard, est due à Barbier.

22 Description historique et critique…, IV, p. 468-69.

23 Voyage pittoresque…, II, p. 52.

24 Arditi (conservateur du musée à cette époque), Il Fascino, p. 42 (note), Napoli, 1825.

25 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 240.

26 À la fin du siècle, Sylvain Maréchal résoud ce problème en faveur des anciens. Ce sont, pense-t-il, les hommes du XVIIIe siècle, qui sont corrompus, non les Romains. Par exemple, l’usage dans la vie quotidienne des priapes, est un signe de l’innocence des Romains et, par là-même, de leur vertu. Mais S. Maréchal est assez isolé ; tous les voyageurs ne sont pas aussi fanatiquement anti-chrétiens que l’auteur du Lucrèce moderne, et tous n’ont pas, comme lui, le même amour de l’antiquité.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter