Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

La visite des cités ensevelies

L’étude des techniques

Texte intégral

Le détachement des fresques

1Marqués par l’esprit de l’Encyclopédie, les voyageurs montrent de la curiosité pour les techniques utilisées et sont soucieux d’en décrire en détail, pour leurs lecteurs, le fonctionnement. Bien qu’ils désapprouvent le détachement des fresques, ils mettent en valeur le caractère délicat de l’opération.

2La technique utilisée est empruntée à l’antiquité puisque l’on procède de la même façon qu’autrefois, quand

  • 1 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 134.

« on enleva les ouvrages de Damophile & de Georgaze, Peintre & Sculpteur célèbres, qui avoient décoré le Temple de Cérès à Rome, lorsqu’on voulut réparer et recrépir de nouveau les murs de cet édifice »1.

3« Tous ces morceaux de peinture étant à fresque, seul genre connu des Anciens, il a fallu avoir recours à de grandes précautions pour pouvoir les retirer du fond des excavations d’Herculanum sans crainte de les rompre ou de les endommager. En conséquence, on s’est servi de la méthode décrite par Varron, et qui fut employée, suivant cet auteur, pour enlever des peintures fort estimées qui décoroient le temple de Cérès du grand Cirque à Rome.

  • 2 Saint-Non, Voyage pittoresque…, II, p. 8.

4Après avoir ouvert à petits coups de marteau la muraille autour du tableau qu’on veut transporter, on fait en sorte, autant qu’il est possible, que les quatre côtés soient en ligne droite; après quoi on appuyé dessus quatre morceaux de bois contenus et resserrés avec de longues clefs de fer. Cette opération faite, on scie la muraille par derrière, et on enlève ensuite le tableau, en prenant la précaution de le garnir avec une table d’une espèce d’ardoise ou d’une pierre mince appelée lavagna, unie avec un fort mastic au corps même de la muraille sur laquelle est la peinture à fresque. On a d’autant plus de facilité à enlever ainsi ces peintures, que l’enduit sur lequel on peignoir étoit épais et solide, au point que tous les tableaux de grandeur médiocre ont été détachés sans souffrir aucune altération. On n’a eu qu’à les soutenir avec des bandes de fer battu et à les doubler de cette lavagna »2.

La restauration des fresques

5Même à l’intérieur du musée, le problème de la conservation des fresques longtemps enterrées s’est posé. Lalande déplore que des opérations si minutieuses aient pu être confiées à des incompétents: l’application d’un vernis inadapté a ainsi détruit plusieurs fresques:

  • 3 Voyage d’un Français en Italie.., (éd. 1769) VII, p. 134-35.

« La fraîcheur des peintures d’Herculanum qui s’étoit conservée pendant plus de 1600 ans dans l’humidité de la terre, se perdit bientôt à l’air par le desséchement qu’elles éprouvèrent, et il se forma dessus une poussière farineuse, qui en peu de temps en eût fait perdre les couleurs. Un Sicilien nommé Moriconi, qui excelloit dans l’art des vernis, fut chargé d’en appliquer un pour conserver le coloris; cela a produit l’effet qu’on en attendoit, mais ce vernis a occasionné la ruine de plusieurs tableaux; car il fait tomber la couleur par écaille, et il y en a qui ne sont pas présentement reconnoissables, tant ils sont mutilés. Cela ne paraîtra pas surprenant lorsqu’on fera attention que la chaleur des cendres du Vésuve a dû consumer les gommes qui en lioient les couleurs. Si l’on eût employé à ce travail des personnes plus intelligentes, elles auraient tenté de donner du corps aux couleurs, en collant les tableaux avant de les vernir; c’eût été le seul moyen de les conserver et de rendre en même temps à leur coloris son ancienne fraîcheur »3.

Le déroulement des papyrus

6En ce domaine, l’antiquité n’a pu fournir de techniques. En 1756, à une époque où la bibliothèque de la villa des Papyrus vient à peine d’être explorée, l’abbé Barthélémy examine les rouleaux de papyrus. Il est témoin de l’absurde destruction de centaines de manuscrits. Ce savant est très déçu par ce qu’il découvre sur place: le copieur, trop mal payé, dédaigne son travail et participe à la destruction des papyrus. Un moine, le père Piaggio, a toutefois mis au point un procédé, que l’abbé Barthélémy décrit sommairement: ce qui l’intéresse c’est de savoir ce que, pour chaque rouleau, on pourra sauver:

  • 4 Voyage en Italie…, p. 252-254 et 256.

« Au reste, toutes les différentes classes de monumens déterrés à Herculanum, feraient la matière de plusieurs articles; mais je ne m’arrêterai qu’aux manuscrits, comme étant les plus essentiels. Pour en avoir d’abord une juste idée, il faut concevoir une bande de papier plus ou moins longue, large d’environ un pied. On distribuoit sur la longueur de cette bande plusieurs colonnes d’écriture, séparées entr’elles et allant de droite à gauche. On la rouloit ensuite, mais de façon qu’en ouvrant le manuscrit, on avoit sous les yeux la première colonne ou page de l’ouvrage, et que la dernière se trouvoit dans l’intérieur du rouleau. Les manuscrits d’Her-culanum furent trouvés dans la chambre d’un palais qu’on n’a pas encore achevé de fouiller. Ils sont de papier d’Egypte, et noirs comme du charbon. On fut longtemps sans connoître le moyen de les dérouler, et, dans cette incertitude, on prit le parti d’en découper quelques-uns dans toute leur longeur… les manuscrits furent entièrement perdus… Il se présenta, dans ces circonstances, un moine industrieux et patient, qui proposa un moyen de dérouler entièrement les manuscrits… Il cherche le bord extérieur d’un manuscrit; il y attache plusieurs fils de soie qui roulent autour d’autant de chevilles engagées dans un petit chassis; il tourne ces chevilles avec précaution, et le manuscrit se déplie imperceptiblement. On ne doit pas compter sur les premières couches de papier, elles sont déchirées ou pourries. Il faut parvenir à une certaine profondeur… Quand on a déroulé quelques colonnes, on les coupe et on les colle sur de la toile. Il faut plusieurs mois pour dérouler un de ces manuscrits; et depuis le temps qu’on y travaille, on n’a pu sauver que les 38 dernières colonnes d’un ouvrage contre la musique, fait par un nommé Philodemus, dont il est parlé dans Strabon et dans d’autres auteurs anciens. Son nom et le sujet de son livre se sont heureusement trouvés à la fin du manuscrit. Ces 38 colonnes ont quelques petites lacunes; mais, en général, l’écriture est très belle et très lisible…
Sur 15 à 1800 rouleaux déterrés, 1200 ont été détruits par un ignorant, qui prétendait leur rendre, avec une drogue, ce que le feu leur avoit ôté. Il reste encore 4 à 500 rouleaux »4.

  • 5 Œuvres, III, p. 288.

7Madame du Bocage appelle le métier inventé par le père Piaggio, pour dérouler ces manuscrits, « un petit métier à tapisserie en pupitre »5. Mais c’est chez Lalande que l’on trouve la description la plus précise de l’état des manuscrits, et du procédé du père Piaggio:

  • 6 Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 128-132.

« Ces livres ne sont point en parchemin, ainsi qu’on l’a publié en France: on a cru d’abord qu’ils étoient d’ancien papier d’Egypte; mais on s’est apperçu depuis qu’ils n’étoient que sur des feuilles de cannes de jonc, collées les unes à côté des autres, et roulées dans les sens opposé à celui dont on les lisoit. Ils ne sont tous écrits que d’un côté, et disposés par petites colonnes qui ne sont guère plus hautes que les pages de nos in-douze; ils étoient rangés les uns sur les autres dans une armoire de marquetterie, dont on voit encore les fragmens. Lorsqu’on mit la main sur ces livres, tous ceux qui n’avoient point été saisis par la chaleur des cendres du Vésuve, étoient pourris par l’effet de l’humidité, et ils tombèrent comme des toiles d’araignées aussitôt qu’ils furent frappés de l’air; ceux au contraire qui par l’impression de la chaleur de ces cendres s’étoient réduits en charbon, étoient les seuls qui se fussent conservés parce qu’ils avoient résisté à l’humidité.
Ces feuilles roulées et converties en charbon, ne ressemblent ordinairement qu’à un bâton brûlé, de deux pouces de diamètre sur huit à dix pouces de longueur; quand on veut le dérouler ou enlever les couches de ce charbon, il se casse et se réduit en poussière; mais en y mettant beaucoup de temps et de patience, on est parvenu à lever les lettres les les unes après les autres, et à les copier en entier. Le P. Antonio Piaggi, religieux Somasque, a été l’inventeur de cette espèce d’art, et il a fait un élève nommé Vincenzio Merli, qui s’en occupe actuellement, mais avec peu d’assiduité et peu d’ardeur; voici à peu près leur procédé. On a un chassis assujetti sur une table, dans le bas duquel le livre est porté sur des rubans, par les deux extrémités du morceau de bois sur lequel il est roulé; on fait descendre de dessus un cylindre qui est au haut du chassis, des soies crues d’une très grande finesse, et rangées comme une chaîne fort claire, dont on étend sur la table une longueur pareille à la partie de la feuille qu’on veut dérouler; on fait tenir le commencement de cette feuille à la partie de la chaîne qui ne pose pas sur la table, et qui est la plus proche de cette même feuille. On se sert à cet effet de petites particules de gomme en feuille ou par écailles, qu’on applique derrière avec un pinceau, à l’aide d’un peu d’eau ou de la simple salive, observant de ne les mouiller que dans l’instant qu’on les applique. La feuille du livre s’adapte sur le champ à ces particules, de la même manière qu’une feuille d’or se fixe sur le mordant du doreur; le commencement de la feuille du livre étant ainsi hapé par la soie et par la gomme qui y sont adhérentes, on tourne très doucement le cylindre qui est au haut du chassis, auquel les fils de soie sont attachés, et à cause de la grande fragilité de la feuille, on aide en même temps le livre, par en bas, à tourner; par ce moyen on enlève insensiblement la partie de la feuille qui est fortifiée, et l’on force le reste de la chaîne qui est couché sur la table, à se relever et à se joindre, à mesure que le livre tourne, à la partie de la feuille qui reste à dérouler. On les fixe ensuite avec des particules de gomme, en suivant le même procédé. Lorsqu’elle a été toute appliquée à la feuille du livre, on coupe cette même feuille, et on la colle sur une planche; l’écriture y est si faiblement marquée qu’il est difficile de la lire au grand jour; mais on y réussit en la mettant à l’ombre ou à un jour plus doux; alors on la lit comme on liroit un imprimé qui, après avoir été noirci au feu, conserveroit encore la trace des caractères dont il étoit empreint. Les fils de soie sont ici d’autant mieux imaginés, que, présentant une surface à la feuille, ils la soutiennent partout également, remplissent les parties mutilées, et empêchent que la feuille ne se déchire dans ces endroits, qui étant les plus foibles, seroient les premiers à céder. Cette opération exige beaucoup de légèreté dans la main. On n’y travaille que les fenêtres fermées; car le moindre vent pourroit enlever ou rompre la feuille qu’on développe, et faire perdre en un instant le fruit de toutes les peines qu’on auroit prises »6.

8Quatre manuscrits furent ainsi déroulés; l’un traitait de la philosophie d’Épicure; un second de morale; un troisième était un poème sur la musique; le quatrième, un traité de rhétorique. Tous ouvrages de peu de poids pour les voyageurs qui auraient souhaité que fussent retrouvés les fragments manquant de grands auteurs, des historiens romains, par exemple.

9De toutes façons, les uns après les autres, les voyageurs constatent l’arrêt des travaux:

  • 7 Saint-Non, Voyage pittoresque…, II, p. 32.

« Quoique l’on ait dans le commencement de ces recherches trouvé des moyens très adroits et très ingénieux pour venir à bout de les (les manuscrits) lire et de les déchiffrer, le peu de personnes qui y sont occupées ou l’indifférence qu’elles y apportent, nous font craindre que de longtemps, on ne puisse jouir d’une découverte si précieuse… Ce n’est pas que les machines à dérouler les manuscrits ne soient toujours montées et prêtes à travailler; toutes les fois qu’un étranger de distinction arrive au Musaeum, on en déchiffre quelques mots pour lui faire voir l’opération, mais voilà tout; on peut d’après cela calculer les progrès de cette découverte »7.

  • 8 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 237.

10Quant à Roland de la Platière, il note qu’il n’y a « aucun goût8 pour dérouler ces manuscrits.

11Le voyageur du XVIIIe siècle, à Herculanum et à Pompéi du moins, a sans cesse l’esprit en éveil. Il ne se promène pas, son guide à la main, pour vérifier ce qu’il y a, dans les ruines, à regarder. Ce guide, il le connaît. Il veut voir de ses propres yeux, analyser lui-même, résoudre les problèmes qu’il se pose. Vivacité et esprit critique vont souvent de pair: on revient sur un détail, sur une interprétation erronée, on émet de nouveaux jugements, que l’on soumet, dans son récit, à l’approbation du public.

12Il n’y a point trop à s’étonner que Lalande, Fougeroux de Bondaroy ou Roland de la Platière, qui ont reçu une solide formation scientifique ou technique, aient regardé méthodiquement ces fouilles, et privilégié l’observation par rapport à l’érudition. Mais il est intéressant de remarquer que les autres récits, ceux d’érudits comme de Brosses ou l’abbé Barthélémy — le Voyage Pittoresque de l’abbé Saint-Non est à mettre à part car c’est un ouvrage collectif — témoignent aussi des progrès de l’esprit scientifique. Certes, Bergeret de Grancourt se montre plus maladroit, il ne dispose pas non plus de la grande culture de la plupart des voyageurs; aussi plaque-t-il avec maladresse sur ses observations les explications et interprétations que d’autres lui fournissent.

13Ainsi se trouve souligné le caractère encyclopédique de la culture des voyageurs: leurs connaissances précises sur l’antiquité sont complétées par des informations multiples sur les techniques, sur les volcans… Ces récits soulignent, en même temps, la grande curiosité d’esprit du public qui les lit. Progrès de l’esprit critique, progrès de l’esprit scientifique, donc; progrès surtout de l’esprit historique. L’antiquité cesse d’être le domaine exclusif des curieux et des amateurs d’art. La mentalité du voyageur, exception faite peut-être de Bergeret de Grancourt, n’est plus celle du collectionneur, mais celle du savant. La civilisation romaine, partiellement dépouillée de son existence mythique, est considérée comme un objet d’étude. Elle reste encore un éternel modèle, mais déjà on la perçoit comme une époque irrémédiablement accomplie, disparue.

Notes

1 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 134.

2 Saint-Non, Voyage pittoresque…, II, p. 8.

3 Voyage d’un Français en Italie.., (éd. 1769) VII, p. 134-35.

4 Voyage en Italie…, p. 252-254 et 256.

5 Œuvres, III, p. 288.

6 Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1769) VII, p. 128-132.

7 Saint-Non, Voyage pittoresque…, II, p. 32.

8 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 237.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter