Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

La visite des cités ensevelies

La critique des méthodes de fouilles

Texte intégral

  • 1 Sur Alcubierre et La Vega, on peut consulter la thèse de Felix Fernandez Murga : Los ingenieros es (...)

1Les manières dont on a conduit les fouilles ne satisfont pas les voyageurs. Trop d’erreurs ont été commises, ainsi que des destructions arbitraires, et l’on a procédé sans méthode. Au travers des critiques trois hommes sont mis en cause, qui ont eu successivement à assumer la responsabilité des travaux. Il s’agit de Rocco Gioacchino Alcubierre, de Karl Weber et de Francesco La Vega. Alcubierre et La Vega, officiers du Génie, étaient des techniciens ; Karl Weber était un architecte. À lire les relations, on est tenté de croire qu’en l’espace d’un demi-siècle aucun progrès n’a été réalisé1.

Faut-il déterrer Herculanum ?

2Pour ce qui est d’Herculanum, les voyageurs, presqu’unanimement, soulignent la nécessité de déterrer la ville, faute de quoi aucun enrichissement des connaissances n’est possible.

3Dès 1739, le Président de Brosses déplore le manque de méthode : il est absurde à ses yeux de combler ce qu’on vient de déblayer avec peine :

  • 2 Lettres sur l’état actuel…, p. 10 et Lettres au président Bouhier, II, p. 199.

« Il est aisé de juger qu’on ne peut voir que d’une manière fort imparfaite les restes d’une ville enterrée, quand on n’a fait qu’y pousser au hazard quelques conduits bas et étroits. Il n’y avoit point de place un peu spacieuse, où l’on se fût donné du vuide. On ne fera jamais rien de bien utile, si on continue à travailler de la sorte, et si on ne prend le parti d’enlever les terres dans un espace considérable depuis le sol extérieur jusqu’au rez-de-chaussée de la ville... Ce seroit un grand travail ; mais dont on se trouveroit indemnisé par une quantité de choses rares, surtout en sculpture et en peinture. Tout ce qu’on y a trouvé dans ce genre, en fouillant à l’aveugle, peut faire juger de ce que produiroit une recherche méthodique »2.

4Lorsqu’il commence à rédiger ses écrits, en 1749, il confirme ces remarques sur la foi d’un récent témoignage :

  • 3 Lettres sur l’état actuel…, p. 2.

« J’ai appris (.. .) que le travail, qui de mon temps étoit fort mal conduit, ne l’étoit pas mieux aujourd’hui ; que les souterreins étoient aussi ténébreux et aussi mal excavés qu’il y a dix ans »3.

5L’abbé Richard déplore, au nom de tous les amateurs, que le théâtre ait été irrémédiablement mutilé :

  • 4 Description historique et critique…, IV, p. 455-56.

« Ce que l’on regrette véritablement, c’est que le roi des Deux Siciles, lorsqu’on commença les excavations, n’ait pas ordonné que l’on découvrît ce théâtre par le dessus, et qu’on le débarrassât de façon à le conserver en entier... Ainsi on auroit conservé à peu de frais, un édifice antique, construit et décoré dans les tems que les beaux arts étoient à leur perfection dans l’Empire romain, et qui réunissoit dans sa construction les grâces et le goût des Grecs, avec la magnificence romaine. Il eût été aisé de le restaurer avec ses matériaux mêmes, et quand on n’eût conservé que ce qui étoit entier, c’eût toujours été beaucoup, car c’étoit un édifice unique dans le monde ; tous les amateurs de beaux-arts feront, je crois, des vœux, pour que quelque jour on découvre en entier ce qui en reste, et qui sera toujours un objet vraiment digne de curiosité, même dans l’état de dégradation où il est, par la quantité de marbres et de statues qu’on en a enlevés »4.

6Mais il ne blâme pas l’organisation générale des travaux ; et trouve que tout ce qui n’est pas monumental n’est pas digne de frais :

  • 5 Ibid., p. 457.

« Quant à la ville d’Herculée même, on prétend qu’il y a eu des antiquaires qui désiroient que l’on découvrît la ville en entier, pour ne rien échapper de son goût de construction et des effets précieux qui y sont ensevelis sous ses ruines. Il n’y a eu qu’un amour extrême de l’antiquité qui ait pu inspirer une pareille idée. Une partie des bâtimens sont enfoncés ou culbutés. D’ailleurs, pour réussir ce projet, il eût fallu détruire entièrement Portici, et faire un ouvrage immense. Le parti que l’on a pris de fouiller petit à petit les quartiers les uns après les autres, et de jeter dans une excavation la matière d’une autre, est beaucoup moins dispendieux et paroît suffire »5.

7Roland de la Platière n’estime pas même nécessaire de commenter les travaux ; il dénonce les déprédations commises (il parle ici du théâtre d’Herculanum) :

  • 6 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 246.

« Les banquettes de la scène, des parties environnantes, la place du Sénat, etc.... étoient garnies de marbres ; on enlève ce revêtement à mesure qu’on le découvre »6.

La détérioration des vestiges

8Fougeroux de Bondaroy ne juge pas expédient d’exhumer la cité ensevelie : il faudrait démolir un palais, une ville, entreprendre d’énormes travaux. À ses yeux, un tel effort est démesuré. Mais pourquoi poursuivre les travaux souterrains avec tant d’aveuglement?

  • 7 Recherches sur les ruines…, p. 23.

« J’avoue qu’il me semble qu’on pourroit conduire ces travaux différemment, en les prenant par petites parties, et en examinant avec plus de soin les édifices que l’on soupçonneroit avoir appartenu à quelque riche curieux. On en retireroit probablement plus de connoissances sur la batisse des anciens »7.

9À Herculanum, seuls les objets d’art intéressent les responsables des travaux. Ainsi lorsqu’une maison est repérée, sans égard pour l’ensemble, on perce aussitôt ses murs, sans même chercher l’entrée, afin d’atteindre plus rapidement les pièces, où l’on sait que se trouvent les fresques et les statues. Une telle méthode endommage gravement les maisons, qu’une fois vidées on juge sans valeur, et que l’on enterre donc à nouveau. Cochin a vu des ouvriers un peu plus soigneux, mais qui endommagent aussi les vestiges :

  • 8 Observations sur les antiquités…, p. 26.
    Charles-Nicolas Cochin (1715-1790) voyage en Italie en 174 (...)

«... car, comme je l’ai déjà dit, on vuide, on remplit, et les souterrains présentent tous les six mois une nouvelle face. Nous descendîmes en les parcourant dans quelques maisons plus ou moins considérables ; lorsque les ouvriers en ont trouvé l’entrée, ils pratiquent dans l’intérieur de petits sentiers, et laissent de distance en distance des piles de terre qui soutiennent la charge d’en haut »8.

10À Pompéi, Lalande fait des critiques comparables : le pillage est aussi le but de tout travail. Mais ici le comblement n’a plus pour but d’éviter l’effondrement, mais simplement la restitution des terres à la culture :

  • 9 Voyage d’un français en Italie…, (éd. 1786) VII, p. 557.

« Il y avoit en 1765 environ 50 travailleurs occupés dans les fouilles de Pompéi, et il y en a davantage actuellement. On travaille avec beaucoup de ménagement pour ne pas faire tort aux possesseurs des fonds. Quand on a fouillé une partie, et qu’on a enlevé les statues, médailles ou autres objets remarquables pour le cabinet de Portici, on remet la terre dans les fouilles »9.

11Latapie dénonce, pour sa part, l’ordre absurde des dégagements réalisés à Pompéi :

  • 10 Description des fouilles de Pompéi, p. 244.

« Au lieu d’avoir commencé par dégager l’enceinte qui auroit donné d’abord une idée exacte de la forme et de la grandeur de la ville, ainsi que du nombre de ses portes et de la distribution de ses principales rues, on a creusé au hasard, et il semble même qu’on ait évité soigneusement de travailler d’après un plan fixé et raisonnable. Ainsi quoiqu’il y ait plus de 25 ans qu’on ait commencé ces travaux le public ne peut encore se former aucune idée juste de cette ville intéressante, et tout ce qu’on en sait se borne au peu de détails qui ont fait le sujet de cette description »10.

12À Pompéi, toutefois, les quartiers de la porte d’Herculanum et des deux théâtres sont restés dégagés. Les maisons et les édifices y ont aussi été mutilés. Les fresques ont été détachées des murs, ce qui est considéré comme un acte de barbarie aux yeux des voyageurs qui estiment que le décor fait partie intégrante de la maison ou du bâtiment. La fresque, d’autre part, perd une partie de son prix à être présentée dans un musée :

  • 11 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1786) VII, p. 555-56.
  • 12 Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse…, VI, p. 213.

« Il restoit sur un des murs une petite perspective d’environ dix-huit pouces en carré, qui est encore toute fraîche de couleur ; le bleu d’azur y paroît comme s’il venoit d’être employé ; le sujet est une maison de campagne avec ses jardins, sa couverture en tuiles, son portique & une pièce d’eau au bas de la maison. J’y voyois avec plaisir le goût des bâtimens de ce temps-là, qu’on auroit peut-être jamais connu sans une découverte aussi curieuse : à l’aspect de ce morceau qui étoit en place, & des quatre murs qu’on a dégradés pour enlever les peintures, je n’ai pu m’empêcher de me plaindre de ce déplacement. Les peintures ont bien plus de prix à l’endroit pour lequel elles avoient été faites, qu’elles n’en auront dans les cabinets de Portici ; elles y feroient partie d’un tout, qu’il eût été beau de conserver en entier, et elles seroient moins dégradées »11.
« En sciant les murs... on a entièrement dégradé les lieux d’où on les (les morceaux de fresques) a ôtés, et fort altéré la plupart des peintures : l’on a peu embelli les cabinets où on les a déposées, sans beaucoup d’ordre, avec peu de goût ; et ce n’est que d’une imagination barbare qu’a pu partir ce conseil, sans parler de la dégradation de ces peintures : hors de leur place, elles perdent les trois quarts de leur effet »12.

13Bergeret de Grancourt déplore quant à lui le déménagement du mobilier :

  • 13 Journal de voyage…, p. 315.

« Dans beaucoup de ces maisons on a trouvé des meubles d’usage, sans magnificence, y ayant à croire que l’on avoit emporté les plus précieux, et les cabinets du Roy, à Portici, en sont remplis de curiosités. Par leur ancienneté, on souhaiteroit, en voyant toutes ces maisons, qu’on eût laissé en place quelques-uns de ces ustensiles qui auroient touché et intéressé davantage à leur place »13.

14Les voyageurs regrettent de ne pas avoir été touchés comme ils auraient souhaité l’être. Mais leur sensibilité n’est pas seule ici à expliquer leur déception. Ils estiment, à juste raison, qu’on a détruit ce témoignage unique de la vie antique qu’est une maison avec son mobilier, son décor ; et qu’on leur a ainsi dérobé ce qu’il y avait à la fois de plus proche d’eux-mêmes et de plus évocateur dans ces découvertes.

L’évolution des travaux est mal comprise

  • 14 À la mort de Ferdinand IV, en 1759, Charles VII de Naples devient Charles III d’Espagne. Son fils (...)

15Toutes ces critiques se ressemblent. Elles ne laissent guère apparaître une importante évolution dans le dessein qui orientait les travaux. Alcubierre, c’est un fait, cherchait des œuvres d’art. À Herculanum, des inscriptions furent cassées, des statues mutilées de bronze fondues, des fresques brisées. Alcubierre ne voulait pas poursuivre les fouilles de Pompéi qui lui semblaient plus coûteuses qu’intéressantes. Mais déjà son collaborateur, Karl Weber, à qui il confie les chantiers de Civita/Pompéi en 1748, fait preuve d’un autre état d’esprit : pour lui, la découverte d’objets précieux cesse d’être le fondement de toute recherche. Il élabore un plan de travail où il envisage un dégagement systématique de Pompéi. En 1751, il applique ces méthodes à Herculanum, et c’est à lui que revient le mérite de la mise au jour de la Villa des Papyrus, une des plus grandes découvertes du XVIIIe siècle. De 1751 à 1754, l’on dégage tout d’abord un péristyle, de 64 colonnes autour d’une piscine oblongue, avec trente grandes statues de bronze et une quarantaine de bustes de bronze ; puis, le 19 octobre 1752, on entre dans une bibliothèque, qui a valu son nom à la dite maison. En 1763, Karl Weber dirige le dégagement de la porte d’Herculanum à Pompéi, et des remparts voisins, apportant ainsi la preuve de l’existence d’une cité. Weber attend des fouilles, comme nos voyageurs, un grand enrichissement pour les connaissances antiques. Son successeur, en 1763, La Vega, poursuit son œuvre en collaboration avec le régent du royaume14, Tanucci, ancien professeur d’université. Ils projettent le déblaiement réalisé à la fin du siècle, du quartier des deux théâtres, et la jonction entre ce quartier et celui de la porte d’Herculanum (réalisée dans les années 1820). Tous deux sont conscients de l’intérêt scientifique de ces travaux, que reconnaissent de plus en plus savants et antiquaires. À ce propos, l’histoire des Académies d’Herculanum est révélatrice : la première, fondée par Charles VII et Tanucci en 1755 s’enferme dès l’origine dans de stériles disputes d’érudition, sans rapport avec les fouilles dont l’étude était pourtant la raison d’être de cette académie. La nouvelle académie, fondée en 1780, s’attache à poursuivre les projets de Tanucci et de La Vega et, en premier lieu, le dégagement du grand théâtre. Au total, dans l’histoire des fouilles, on ne compte qu’une dizaine d’années d’errements. Or ces dix années semblent avoir profondément marqué les voyageurs, au point même qu’ils ne se rendent pas compte de l’évolution des travaux qui, pour eux, subissent continûment les conséquences des mêmes erreurs. Simples visiteurs, ils ne sont pas initiés aux problèmes liés aux fouilles : ceux, par exemple, qui sont liés à la conservation des fresques exposées à nouveau au grand jour et aux intempéries, et qu’il est nécessaire de déplacer ou d’abriter.

16Les visiteurs soulignent la lenteur des travaux, le faible nombre des ouvriers qui y sont occupés. Le caractère onéreux des fouilles ne leur est sensible que lorsqu’ils évoquent l’éventualité d’un dégagement d’Herculanum : souhaitable pour les uns ; irréalisable pour les autres. Ils évaluent médiocrement le coût énorme des travaux entrepris, apprécient mal la façon dont les contraintes financières entravent sans arrêt les initiatives. Un seul voyageur en a pris nettement conscience : il s’agit de l’abbé Coyer, qui voyage en 1763-64, années très dures pour le royaume de Naples, touché par la famine :

  • 15 Voyage d'Italie et de Hollande …, p. 233. L'abbé Gabriel François Coyer (1707-1782), originaire de (...)

« L’amphithéâtre (de Pompéi), à un mille de la ville, a été découvert en partie et recouvert par ordre du Roi. L’ouvrage marche lentement, car les ouvriers sont en petit nombre ; et c’est peut-être un sujet d’éloge pour le gouvernement : avant que de décorer un Etat, il faut penser à le faire vivre »15

17L’abbé Coyer, membre des académies de Londres, Rome et Nancy, est pourtant, comme ses collègues, attaché à l’antiquité.

Notes

1 Sur Alcubierre et La Vega, on peut consulter la thèse de Felix Fernandez Murga : Los ingenieros españoles Roque Joaquin de Alcubierre y Francisco de la Vega, descubridores de Herculano, Pompeya y Estabia, Faculté de philosophie et de lettres de Madrid, 1962.

2 Lettres sur l’état actuel…, p. 10 et Lettres au président Bouhier, II, p. 199.

3 Lettres sur l’état actuel…, p. 2.

4 Description historique et critique…, IV, p. 455-56.

5 Ibid., p. 457.

6 Lettres écrites de Suisse…, IV, p. 246.

7 Recherches sur les ruines…, p. 23.

8 Observations sur les antiquités…, p. 26.
Charles-Nicolas Cochin (1715-1790) voyage en Italie en 1749-50. Il s’agit d’un voyage officiel : c’est le marquis de Marigny, surintendant des bâtiments du roi depuis 1746, qui en a pris l’initiative, et a demandé à des hommes dont il estimait les talents de l’accompagner ; Soufflot est l’architecte du voyage, l’abbé Leblanc vient à titre de connaisseur, et Ch. -N. Cochin, comme artiste : « M. le marquis de Marigny me fit l’honneur de jeter les yeux sur moi, comme sur un artiste qu’il jugeoit capable d’examiner avec lui les chefs d’œuvre de peinture et de sculpture dont l’Italie est remplie » (Voyage d’Italie.., p. 2).
À cette date, Ch. -N. Cochin, fils du peintre graveur du même nom, a déjà une réputation bien établie, notamment dans la technique de l’eau forte. Ses études, à l’Académie de peinture, furent très « classiques ». Avec cette participation à un voyage officiel, une carrière couronnée d’honneurs s’ouvre à l’artiste : en 1751, Cochin est admis à l’Académie de peinture ; en 1752, il devient garde des dessins du Cabinet du roi, à la mort de Coypel ; en 1755, enfin, il est nommé secrétaire historiographe à l’Académie de peinture. Ch. -N. Cochin fut un artiste si estimé en son temps que Louis XV lui accorda des lettres de noblesse, et qu’il fut reçu dans l’Ordre de saint Michel. Ses nombreux ouvrages sur l’art lui ont valu une réelle renommée littéraire, et il participa aux dîners de madame Geoffrin. Il est mort le 27 avril 1790.
Jérôme-Charles Bellicard (1726-1786), architecte et ami de Cochin, a collaboré aux Observations sur les antiquités d’Herculanum, mais n’a pas participé au voyage officiel. Lauréat du grand prix en 1750, il se trouvait à cette date en Italie. À son retour d’Italie, il fut nommé professeur de l’Académie d’architecture et contrôleur des bâtiments du roi. Après avoir dilapidé tous ses biens, il est mort, dans la misère, en 1786.

9 Voyage d’un français en Italie…, (éd. 1786) VII, p. 557.

10 Description des fouilles de Pompéi, p. 244.

11 Lalande, Voyage d’un Français en Italie…, (éd. 1786) VII, p. 555-56.

12 Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse…, VI, p. 213.

13 Journal de voyage…, p. 315.

14 À la mort de Ferdinand IV, en 1759, Charles VII de Naples devient Charles III d’Espagne. Son fils n’a alors que huit ans. Tanucci, collaborateur du roi, assume la régence jusqu’en 1777.

15 Voyage d'Italie et de Hollande …, p. 233. L'abbé Gabriel François Coyer (1707-1782), originaire de Franche-Comté, a fait ses études chez les Jésuites, avant d'entrer dans les ordres ; il gagne alors Paris où on lui confie l’éducation du prince de Turenne, puis celle du duc de Bouillon. Il se fait connaître en publiant de petites brochures, sortes de bagatelles morales, appréciées dans un premier temps, puis vivement critiquées. Ces publications ont, en fait, nui à ses autres ouvrages (La noblesse commerçante ; l’Histoire de Sobieski), et il n’est pas parvenu à se faire admettre à l’Académie française.
Son voyage d’Italie et de Hollande, réalisé en 1763-64, et publié en 1775, fut traduit dès 1776 en allemand. Ses Observations sur l’Angleterre, Yverdon, 1779, 2 vol., le furent en allemand (1781) et en anglais (1782). L’abbé Coyer est mort à Paris, le 26 juillet 1782.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter