Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviiie siècle

 | 
Chantal Grell

La visite des cités ensevelies

La visite d’Herculanum

Texte intégral

Découvertes et premières fouilles

1Ainsi que nous l’avons signalé précédemment, le site d’Herculanum est connu approximativement dépuis le XVIe siècle. Mais personne n’a l’idée d’y faire des fouilles. Les découvertes se précisent au début du XVIIIe siècle : à l’issue de la Guerre de Succession d’Espagne, les traités d’Utrecht et de Rastatt (1713-1714) confirment à Charles VI, souverain d’Autriche, la possession du Royaume de Naples. Le comte de Martinitz s’y était déjà rendu dès 1707, accompagné du prince d’Elbeuf ; ce dernier épousa une princesse italienne, et acheta la résidence d’été de Portici. Là il ordonna quelques travaux et, notamment, le creusement d’un puits. Ce puits était au-dessus du théâtre de l’ancienne Herculanum, et les ouvriers tombèrent sur quelques belles statues de marbre, en le creusant.

2Le prince d’Elbeuf ne fut guère embarrassé. Il ordonna de poursuivre les recherches, afin de découvrir le nombre le plus important possible de statues, pour constituer un cabinet ou offrir à quelques amis et relations. Ce but était lucratif, si l’on peut dire, mais éphémère : car cette découverte n’a éveillé aucune curiosité chez le prince d’Elbeuf qui, au moment de son rappel à Vienne, en 1720, vend la propriété de Portici à un négociant de Naples.

3L’initiative des fouilles revient à Charles de Bourbon, infant d’Espagne, qui a reçu les Deux-Siciles par les traités qui mettent fin à la guerre de Succession de Pologne, en 1735. Le roi ne s’intéresse pas seulement à la découverte de statues, mais aussi à celle de vestiges éventuels. Son entourage ne partage pas ces vues. C’est pourquoi La Roque souligne la chance d’avoir creusé le premier puits au-dessus du théâtre ; sans cela, les fouilles n’auraient pas été poursuivies :

  • 1 La Roque, Voyage d’un amateur.., III, p. 53.

« Les premières fouilles ont heureusement (**) été dirigées sur le Théâtre situé au bord de cette ville.
(**) Nous disons heureusement ; parce que ce premier travail ayant produit les plus belles statues (entre toutes celles qui ont été déterrées depuis) leur découverte piqua d’autant mieux la curiosité, qui, peut-être ne se fût point soutenue, si d’abord, il ne s’étoit rien offert d’intéressant1

4Dès son arrivée, le roi rachète la résidence de Portici, et ordonne les premiers travaux, en 1738. Très vite, les travaux s’avèrent coûteux, même si l’on reprend l’ouverture du puits du prince d’Elbeuf : les vestiges sont enterrés à une grande profondeur, et l’on est obligé de dégager avec prudence les monuments, car l’on creuse sous un bourg, celui de Resina. Tous les voyageurs du XVIIIe siècle ont ainsi visité des ruines profondément enterrées et très mal éclairées.

5Auguste Fougeroux de Bondaroy, en 1763, est frappé par la profondeur des fouilles d’Herculanum, qui ne fait que s’accroître avec la progression des travaux :

  • 2 Recherches sur les ruines d’Herculanum.., p. 16.
    Auguste Denis Fougeroux de Bondaroy (1732-1789), à (...)

« Comme le terrain de Portici est inégal, il faut fouiller plus ou moins profondément pour arriver à Herculanum. Au-dessus de l’amphithéâtre, qu’on a découvert en premier lieu, il y a depuis le sol jusqu’aux bancs qui forment cet amphithéâtre, quatre-vingt palmes, ou environ onze toises de France : du côté de Resina, il faut fouiller cent-vingt palmes, ou seize toises ; ailleurs, les terres qui recouvrent cette ville ont moins de hauteur »2.

6La comparaison avec un puits de mine est la première qui vient à l’esprit de ce visiteur, spécialisé dans les techniques des différents métiers, et membre de l’Académie des sciences :

  • 3 Confusion de l’auteur : il s’agit d’Herculanum.
  • 4 Recherches sur les ruines.., p. 19.

« Pour entrer dans Pompéi3, on suit une longue gallerie en pente, assez semblable à celle que l’on forme pour travailler un filon de mine. Cette gallerie a seulement quatre ou cinq pieds de largeur, sur cinq à six de hauteur ; et elle conduit à la ville souterraine »4.

7Mais la galerie en pente douce n’est pas le premier moyen qui a permis d’atteindre ces ruines. En 1739, le président de Brosses est descendu par le puits du prince d’Elbeuf, au moyen d’un cable et d’un tour :

  • 5 Lettres sur l’état actuel..., p. 4.

« Voici en quel état étoient les choses, lorsque je les vis au mois de novembre 1739. On y descendoit comme dans une mine, au moyen d’un cable et d’un tour, par un large puits, profond d’environ dix toises »5.

8À la fin du siècle, un escalier a été aménagé :

  • 6 J. -M. Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse..., IV, p. p. 246.

« À un quart ou un tiers de mille du Palais, au delà de Portici, est l’entrée qu’on s’est ouvert de la ville d’Herculanum, dans laquelle on descend par un escalier de 100 marches »6.

La promenade

9Une fois arrivé au fond, le visiteur est promené à travers des galeries qui le mènent au théâtre, où il voit ce qui est dégagé. Les conditions dans lesquelles se déroule la visite sont très mauvaises : la respiration est difficile, l’éclairage faible, le froid et l’humidité, pénétrants :

  • 7 Ch. de Brosses, Lettres sur l’état actuel..., p. 6-7 et Lettres au Président Bouhier, II, p. 197-9 (...)
  • 8 Mme du Bocage, Œuvres, III, p. 284-85.
    Marie Anne du Bocage (1710-1802) est l’épouse d’un receveur (...)

« Arrivé au fond du puits, je trouvai qu’on avoit poussé d’un côté et d’autre des conduits souterrains assez mal percés et mal dégagés ; les terres étant souvent rejetées dans un des conduits, à mesure qu’on en perçoit un autre. L’aspect de ceci est presque entièrement semblable aux caves de l’Observatoire. On en peut discerner les objets qu’à la lueur des torches, qui remplissant de fumée ces souterrains dénués d’air, me contraignoient à tout moment d’interrompre mon examen pour aller vers l’ouverture extérieure respirer avec plus de facilité »7.
« Vous connoissez, dit madame du Bocage, mon aversion pour l’habitation des Gnomes : ma promenade dans la ville souterraine fut courte, la fumée des flambeaux m’offusquoit, le froid me gagnoit et j’y cherchois en vain les morceaux remarquables qu’on en a enlevés.... Ne pouvant découvrir que très peu des restes, je la quittai promptement de peur d’un rhume, et fus en admirer les débris dans les galeries de Portici »8.

10Seul Bergeret de Grancourt, parmi les visiteurs, décrit le sort pitoyable des hommes qui travaillent aux fouilles, qui sont, le plus souvent, des forçats ou des condamnés de droit commun :

  • 9 Journal de voyage.., p. 319-20.

« On descend donc dans Herculanum très profondément. Il faut se munir de manteaux pour le grand frais, et de nombre de flambeaux. On ne peut s’empêcher de rester dans le plus grand étonnement de voir la difficulté qu’il y a eu à découvrir et à travailler ce qui a été fait jusqu’à présent, et par la dureté de la matière et par la difficulté de déblayer les terres et matériaux. Il a fallu d’ailleurs travailler aux lumières nécessairement, et je crois que les ouvriers, dans un endroit si profond, si humide et si privé d’air, ont dû essuyer des maladies considérables... On passe à la vérité par des corridors et par des rües, mais la fraîcheur et l’humidité bien dangereuses donnent envie continuellement d’abréger le voyage. On voit beaucoup de restes de stucs colorés tant dans le théâtre que dans peu de maisons, mais la peine ou l’inquiétude du frais passe le plaisir, et nous en voilà revenus. Il faudrait 4. 000 hommes pour que cet ouvrage prît une certaine forme et il y en a peut-être vingt qui y travaillent »9.

11En une phrase, l’abbé Richard fait allusion aussi aux conditions de travail, mais pour évoquer le problème de la sécurité des voyageurs :

  • 10 Description historique et critique.., IV, p. 498.
    L’abbé Jérôme Richard est un personnage très mal (...)

« On a pratiqué (...) des galeries souterraines qui conduisent aux quartiers obscurs où l’on travaille. Il y a des soldats postés d’espace en espace, tant pour empêcher que l’on y entre, que pour contenir les forçats employés à enlever les terres et à faire les excavations »10.

12Un narrateur raconte ironiquement sa fuite :

  • 11 Pierre Jean Grosley, Nouveaux mémoires ou observations..., III, p. 83.

« Pour éviter les répétitions, je ne dirai rien de Cumes, de Pouzzoles, ni même d’Herculanum. Dans les ruines de cette ville, je me hasardai à visiter un boyau nouvellement ouvert et assez loin poussé. J’étois à la tête de plusieurs curieux, tous armés d’une chandelle allumée. Dans la partie la plus fraîchement excavée, je m’aperçus que les cendres dont est formé tout ce terrein, se détachant d’elles-mêmes des parties supérieures du boyau, me tomboient sur la tête, et couloient le long des parois, comme le bled à travers une trémie. Cette observation me fis une impression que je communiquai aux curieux qui me suivoient, et, sans avoir tenu un long conseil, nous nous retirâmes plus prestement que nous n’étions entrés »11.

13Pour éviter les accidents, — les voyageurs n’en signalent pas — les ouvriers doivent effectuer des travaux de consolidation, en étayant et en comblant, selon les techniques utilisées dans les galeries de mines :

  • 12 Lalande, Voyage d’un Français en Italie..., (éd. 1769) VII, p. 102.

« Les ouviers font leurs tranchées au hazard, de cinq ou six pieds de haut, sur trois ou quatre de largeur. Ils sont obligés de les étayer ensuite avec de la charpente, ou de réserver des massifs de terre pour soutenir la terre toujours prête à s’ébouler. Quand on a fouillé un endroit, on est obligé de le remplir ensuite avec la terre que l’on rejette d’un boyau voisin ; on est assujetti à cette manière de procéder, par la nécessité de ménager les édifices de Résina et de Portici, qui sont au-dessus de ces fouilles »12.

14Certains voyageurs jugent de ce fait inutile de décrire leur itinéraire :

  • 13 La Roque, Voyage d’un amateur..., III, p. 59.

« Nous ne nous appesantirons point ici sur un plus grand détail de ces fouilles ; parce que, quoiqu’elles se continuent avec assez de lenteur, elles ne changent pas moins d’une année à l’autre de branches et de direction ; et qu’un tableau, qu’un plan même, fût-il le plus exact de leur état actuel, deviendroit absolument inutile, pour ceux qui se proposeroient de voir, après nous, cette scène, si singulièrement curieuse »13.

15Quant à l’abbé Richard, grand amateur d’antiquité, il redoute qu’avec ces méthodes de travail, le plan ni l’étendue de la ville antique puissent jamais être connus :

  • 14 Description historique et critique..., IV, p. 497.

« Quant à l’ancienne ville d’Herculée, elle s’étend sous Portici, du côté de Resina, en suivant la mer ; on a encore rien dit de sa grandeur ; je crois même qu’il sera impossible de jamais en donner un plan sur quoi l’on puisse compter ; on n’a aucun ordre déterminé dans les fouilles que l’on fait ; quand on a visité une maison et que l’on passe dans une autre, on a seulement l’attention de commencer par les appartemens supérieurs. Comme le terrain remué rempliroit à la fin tout l’espace que l’on a vuidé, de temps en temps on en sort quelque partie pour se donner de l’aisance »14.

Les monuments

16Les conditions de la visite sont déplorables ; et il n’est pas étonnant que les voyageurs ne s’attardent guère. Ce qu’ils voient, ils le voient mal, et les descriptions manquent de précision — à moins qu’ils n’en profitent pour intégrer dans leur récit, à titre d’informations complémentaires, des pages entières de livres! — Les monuments rencontrés au hasard, incomplètement dégagés, sont parfois mal identifiés. Dès les premiers travaux, on a pu reconnaître un théâtre et un forum, que tous les visiteurs ont pu entrevoir suivant l’état des déblaiements.

17En 1739, le président de Brosses ne peut les observer que très partiellement :

  • 15 Lettres sur l’ancienne ville d’Herculée..., p. 7-8 ; Lettres au président Bouhier, II, p. 198.

« On distinguoit dans ces allées divers pans de muraille de briques, les uns couchés ou inclinés, les autres debout ; les uns brutes ou travaillés dans le goût que les anciens appeloient’opus reticulatum’, les autres ornés d’architectures, mozaïques, carreaux de marbre ou peintures à fresque, en fleurs, ornemens légers, oiseaux ou animaux, d’une manière qui tient beaucoup de l’arabesque, mais plus légère. On y aperçoit des colonnes, bazes et chapiteaux, des pièces de bois quelquefois brûlées, des fragmens de meubles ou de statues en partie engagées dans la terre, des restes de bronze à demi fondus, des inscriptions, sur quelques-unes desquelles on lit le nom d’Herculée. J’en vit tirer une en ma présence, qui me parut contenir un catalogue des magistrats municipaux. L’objet principal étoit un amphithéâtre dont on avoit commencé à découvrir les degrés, ou peut-être plutôt un théâtre ; car on étoit pas encore alors en état de décider lequel des deux. Par delà, dans un endroit qui parais- soit y appartenir, on trouvoit quantité de débris d’architecture en marbres ou stucs, et des pièces de bois réduites en charbons. Un des principaux endroits excavés, paroît faire partie d’une rue assez large, bordée de côté et d’autre de banquettes sous des porches : on me dit que ce lieu condui-soit ci-devant à un bâtiment public en portiques, dont on avoit tiré beaucoup de fresque, de colonnes et quelques statues assises dans des chaises curules. Je n’y vis aucune maison vuide dont on pût examiner l’intérieur »15.

18Le plan que l’architecte Bellicard a dressé dix ans plus tard, montre l’inachèvement des dégagements du théâtre. Ceux-ci évoluent lentement et exigent beaucoup de prudence : il faut prévoir des piliers de terre, pour éviter les effondrements, recouvrir les gradins supérieurs, quand on les a atteint, pour limiter la surface dégagée ; combler toute une partie du théâtre, quand on veut en explorer une autre.

  • 16 Voyage d’un Français en Italie, (éd. 1769), VII, p. 105 : « Il a 21 rangs de gradins et contient d (...)

19Lors de son voyage en 1765-66, Lalande a toutefois pu se procurer les mesures exactes du monument, qu’il rapporte dans la première édition de son récit16. Mesurer fut une des premières préoccupations : c’est pourquoi les galeries creusées vont de la scène aux gradins les plus élevés :

  • 17 Abbé Richard, Description historique et critique..., IV, p. 62. Il donne un état du théâtre en 176 (...)

« On a pratiqué quelques canaux souterrains pour aller dans les diverses parties de ce théâtre qui ont été fouillées, et qu’on voit les unes après les autres ; c’est-à-dire trop imparfaitement pour se faire une idée juste de l’ensemble, qui cependant devoit avoir de la magnificence, à en juger par la beauté des détails ; ce que l’on voit le mieux à cause du puits qui a été ouvert au-dessus, est l’orchestre ou parterre, et la partie des gradins dont j’ai parlé. On voit le côté où devoit être la scène ; mais il étoit encore couvert des matières de l’éruption, et l’on poussoit les fouilles de ce côté. Les marbres, les colonnes, les bronzes que l’on a retirés de ce théâtre et des environs, ce qui reste encore sur place, prouvent que cet édifice étoit d’une très belle architecture d’ordre corinthien, et que dans la décoration on n’avoit rien épargné pour le rendre aussi riche que magnifique »17.

20Par la suite, les galeries permirent une reconnaissance, très partielle, de l’extérieur :

  • 18 Saint-Non, Voyage pittoresque..., II, p. 62.

« On a dégagé autant qu’il a été possible le corridor et une partie de la décoration extérieure pour en avoir une idée ; on a vu qu’elle étoit composée d’arcades, entre lesquelles étoient des pilastres recouverts de stuc et cannelés ; mais toute cette partie extérieure a été depuis comblée en entier »18.

21Bergeret de Grancourt est surpris de voir si peu de vestiges : il a été abusé par les relations des voyageurs qui l’avaient précédé ; car souvent, le témoignage visuel est amplifié par toutes les informations qui ont pu être rassemblées :

  • 19 Journal de voyage..., p. 319.

« Il y a encore des obstacles qui se présentent ; pour penser à la solidité c’est qu’il faut fréquemment laisser d’énormes piliers pour soutenir le poids immense de la lave et des portions de la ville de Portici qui se trouvent dessus, ce qui fait qu’après avoir découvert un grand théâtre, on ne peut qu’en juger les deux ou quatre points principaux et non le milieu du théâtre, attendu les masses immenses qu’il faut laisser pour la solidité. Ainsi on est privé de voir ce que l’on désireroit, bien des gens croient y voir beaucoup par l’envie qu’ils en ont, ou par leurs lumières »19.

22Plus que tout autre monument de l’antiquité, un théâtre est considéré, par les amateurs du XVIIIe siècle, comme une ruine très précieuse. Aussi celui d’Herculanum a-t-il été l’objet de soins particuliers, dont n’a pas bénéficié le reste des édifices, souvent endommagés irrémédiablement par les travaux :

  • 20 Lalande, Voyage d’un Français en Italie..., (éd. 1786) VII, p. 420.

« On ne l’a point recomblé, mais on a soutenu les terres de cet espace par des piliers de pierre ; il ne reste même de découvert à Herculanum que ce théâtre, et le corridor qui tourne autour de l’amphithéâtre où sont les gradins »20.

23Les autres monuments ont été plus sommairement et plus temporairement dégagés. Un théâtre est facilement reconnaissable ; il est plus délicat d’identifier un espace bordé de portiques, partiellement découvert. Le secrétaire de l’ambassadeur de France à Naples, M. d’Arthenay, doit avoir recours à toute son érudition, pour définir cet ensemble :

  • 21 Moussinot d’Arthenay, Mémoire sur la ville souterreine…, p. 21-23.

« Comme il est presqu’entièrement à découvert, il n’y a pas d’apparence que ce soit une basilique, cette sorte de bâtimens publics étant toujours voûtés, et ayant des galeries élevées sur des colonnes, avec des boutiques des deux côtés ; ce qu’on ne trouve point dans l’édifice dont nous parlons... On pourrait supposer avec plus de probabilité que ce serait un Chalcidique, si ce n’est que nous sommes dans une trop grande obscurité sur la nature du bâtiment que les Anciens appeloient ainsi... Tout ce qu’on remarque sur la structure de cet édifice, convient parfaitement au Forum, civil ou judiciaire des Anciens »21.

24Une description de deux pages et demies confirme cette affirmation. Joseph Lalande estime, pour sa part, que ce forum est « l’édifice le plus considérable qu’on ait découvert dans les fouilles d’Herculanum ». Non pour sa forme et sa dimension (c’est un rectangle entouré d’un péristyle de 42 colonnes et pavé de marbre) ; mais pour les nombreuses statues, et surtout pour les fresques, les premières découvertes, qui s’y trouvaient. Toutes ces œuvres d’art ont été immédiatement mises à l’abri dans le musée de Portici ; et les vestiges du forum ont perdu beaucoup de leur intérêt. Lalande essaie de le restituer dans son ensemble :

  • 22 Voyage d’un Français en Italie..., (éd. 1769) VII, p. 104-5.

« Le portique d’entrée étoit composé de cinq arcades ornées de statues équestres de marbre, dont deux ont été conservées ; ce sont les fameuses statues des deux Balbus, dont nous avons parlé...
Dans un enfoncement qui se voyoit en face de l’entrée, à l’extrémité de l’édifice, au-delà du portique parallèle à celui de l’entrée, il y avoit une espèce de sanctuaire élevé sur trois marches, où étoit la statue de l’empereur Vespasien, et à ses côté deux autres figures dans des chaises curules ; à droite et à gauche il y avoit dans le mur deux niches ornées de peintures, avec les statues en bronze de Néron et de Germanicus, de neuf pieds de haut ; il y avoit d’autres figures de marbre et de bronze sur les murs du portique.
Ce forum étoit joint par un portique commun à deux temples moins grands, de forme rectangle, voûtés, ornés intérieurement de colonnes, de peintures à fresque et de quelques inscriptions en bronze ; il y avoit un de ces Temples de 150 pieds de long »22.

25Ce forum fut partiellement comblé. D’autre part, l’on découvrit aussi, à Herculanum, un certain nombre de maisons individuelles :

  • 23 Voyage d’un Français en Italie.., (éd. 1769) VII, p. 106-7.

« Un peu plus loin, en creusant sous la vigne d’un particulier, on a trouvé plusieurs rues bien alignées et des maisons particulières, dont plusieurs étoient pavées de marbres de différentes couleurs, en compartimens, d’autres de mosaïque faite avec quatre ou cinq espèces de pierres naturelles ; d’autres enfin avec des briques de trois pieds de longueur et six pouces d’épaisseur »23.

26Mais les voyageurs n’ont pu qu’occasionnellement, et toujours imparfaitement, les visiter ; car sitôt vidée de ses fresques, pavements, objets et statues, la maison cesse d’intéresser les hommes chargés des fouilles, qui la comblent à nouveau. Aucune observation n’a pu être faite sur la villa romaine d’Herculanum ; et la fameuse « villa des papyrus » ne se visitait pas.

Notes

1 La Roque, Voyage d’un amateur.., III, p. 53.

2 Recherches sur les ruines d’Herculanum.., p. 16.
Auguste Denis Fougeroux de Bondaroy (1732-1789), à la différence de nombreux voyageurs que nous avons ici présentés, est parisien. Neveu de Duhamel, il hérite d’une bonne fortune. Ses goûts le portent vers l’étude des sciences naturelles, et plus particulièrement vers celle des techniques. Dans de nombreux mémoires, à l’Académie des sciences, il a présenté divers procédés, qu’il a, par la suite, perfectionnés : sur l’art de tirer les pierres d’ardoise des carrières (1762) ; sur l’art de travailler les cuirs dorés ou argentés (1762) ; un mémoire sur la formation des os (1763) ; sur l’art du tonnelier (1763), sur l’art du coutelier (1772)... Il a joint à ses Recherches sur les ruines d’Herculanum un Traité sur la fabrique des mosaïques. Il est mort, à Paris, le 28 décembre 1789, d’une attaque d’apoplexie.

3 Confusion de l’auteur : il s’agit d’Herculanum.

4 Recherches sur les ruines.., p. 19.

5 Lettres sur l’état actuel..., p. 4.

6 J. -M. Roland de la Platière, Lettres écrites de Suisse..., IV, p. p. 246.

7 Ch. de Brosses, Lettres sur l’état actuel..., p. 6-7 et Lettres au Président Bouhier, II, p. 197-98.

8 Mme du Bocage, Œuvres, III, p. 284-85.
Marie Anne du Bocage (1710-1802) est l’épouse d’un receveur des tailles, Pierre Joseph Fiquet du Bocage. Veuve jeune, elle s’intéresse à la poésie, écrit une imitation du Paradis perdu, une tragedie (les Amazones), et un long poème, La Colombiade. C’est un auteur remarqué par Fontenelle et Voltaire, dont les ouvrages sont traduits en Europe et les talents reconnus par les académies de Rome, Bologne, Padoue, Lyon et Rouen. Elle a d’ailleurs reçu de nombreux hommages d’écrivains et de savants durant son voyage en Italie, en 1757-58.

9 Journal de voyage.., p. 319-20.

10 Description historique et critique.., IV, p. 498.
L’abbé Jérôme Richard est un personnage très mal connu. On sait qu’il fut chanoine de Vézelay, membre de l’Académie de Dijon et de l’Institut national (comme zoologue). Il fut en tout cas très lié au milieu humaniste bourguignon. Ses œuvres sont variées ; la Description historique et critique de l’Italie n’est que la plus connue. René Michea (Voyage en Italie de Goethe, p. 151-152) signale que l’abbé Richard s’est rendu en Italie en 1761-62, en compagnie du président de Bourbonne ; et c’est dans les notes du président de Bourbonne que l’abbé Richard a probablement puisé de nombreux passages de sa relation.

11 Pierre Jean Grosley, Nouveaux mémoires ou observations..., III, p. 83.

12 Lalande, Voyage d’un Français en Italie..., (éd. 1769) VII, p. 102.

13 La Roque, Voyage d’un amateur..., III, p. 59.

14 Description historique et critique..., IV, p. 497.

15 Lettres sur l’ancienne ville d’Herculée..., p. 7-8 ; Lettres au président Bouhier, II, p. 198.

16 Voyage d’un Français en Italie, (éd. 1769), VII, p. 105 : « Il a 21 rangs de gradins et contient dix-mille personnes. Les gradins des spectateurs sont disposés dans une demi-ellipse qui a cent-soixante pieds de diamètre, coupée sur sa longueur, et le théâtre étoit un rectangle de 72 pieds sur 30, orné d’une façade d’architecture et de belles colonnes de marbre placées sur le proscennium, dans le goût du théâtre de Palladio à Vicence ». Ce passage est repris dans les éditions ultérieures.

17 Abbé Richard, Description historique et critique..., IV, p. 62. Il donne un état du théâtre en 1764.

18 Saint-Non, Voyage pittoresque..., II, p. 62.

19 Journal de voyage..., p. 319.

20 Lalande, Voyage d’un Français en Italie..., (éd. 1786) VII, p. 420.

21 Moussinot d’Arthenay, Mémoire sur la ville souterreine…, p. 21-23.

22 Voyage d’un Français en Italie..., (éd. 1769) VII, p. 104-5.

23 Voyage d’un Français en Italie.., (éd. 1769) VII, p. 106-7.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter