Version classiqueVersion mobile

Tremblements de terre, éruptions volcaniques et vie des hommes dans la Campanie antique

 | 
Claude Albore Livadie

Avant-propos

Georges Vallet et Haroun Tazieff

Texte intégral

1Il y a des millions d’années que la Campanie, en fait que l’Italie entière est secouée de tremblements de terre d’une violence extrême et, plus rarement, mais de façon parfois plus effroyable encore, ravagée par des éruptions volcaniques. Des éruptions cent fois, mille fois plus dévastatrices que celles que le Vésuve a libérées, de l’année 79 à 1944 : ce fut ce qui se passa jadis lorsque de grandes calderas Trasimeno, Vico, Bolsena, Bracciano, Campi Flegrei, etc. s’effondrèrent au terme des émissions d’ignimbrites dont les vastes nappes recouvrent la péninsule, de la Toscane à la Campanie.

2Séismes et activités volcaniques sont des phénomènes géologiques, ce qui veut dire que leurs manifestations se répètent pendant des millions d’années et, donc, que ce qui s’est passé ou se passe durant la brève époque historique se passait durant la préhistoire et peut se passer dans l’avenir, tout au long des prochains millénaires.

3Des millions et des millions d’années... Rien de plus relatif que les fameux critères de courte ou de longue durée : la longue durée de l’historien des sociétés humaines semble ridiculement petite aux yeux de l’historien de la terre, pour qui l’unité courte est le millénaire. Les jalons de l’histoire du volcanisme en Campanie, tels que du moins nous croyons les voir aujourd'hui, sont les grandes éruptions d’il y a 35 millénaires environ que l’on identifie et que l’on date par les ignimbrites campaniennes, puis, une vingtaine de millénaires plus tard, la formation du tuf jaune napolitain, puis, quatre millénaires plus tard encore, l’apparition des volcans du Monte Gauro et de Punta Epitaffio, et enfin, à une date qui pour le vulcanologue semble toute proche, il y a cinq mille ans, et moins, les volcans du Cap Misène et des Astroni. L’historien de Pompéi, lui, sait que, selon Sénèque et Tacite, la cité campanienne, avant d’être ensevelie par la fameuse éruption de 79, avait été détruite en partie c’était en 62 après J.-C. par un tremblement de terre. Et l’archéologue des cités vésuviennes et il nous est agréable de rendre ici, en toute connaissance de cause, un hommage d’estime à nos amis italiens s’efforce de faire un bilan des reconstructions partiellement ou totalement effectuées entre 62 et 79, et des travaux qui restaient à faire lorsque se produisit la catastrophe définitive. Histoire courte donc, qui s’efforce de serrer toujours au plus près les chronologies : comme le notait J. Andreau dans un article déjà ancien (Histoire des séismes et histoire économique. Le tremblement de terre de Pompéi (62 ap. J.-C.) dans Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, 1973, p. 374), mais qui reste très important : « Il ne serait pas impossible de dresser un schéma chronologique des recontructions établi d’après l’état actuel des bâtiments », schéma d’ensemble pour lequel, en conclusion, J. Andreau énumère « les nouvelles recherches pour la plupart archéologiques, certaines plus proprement historiques, dont les résultats conduiraient à une connaissance plus précise et mieux fondée des problèmes posés par les dernières années de la colonie de Pompéi » (p. 392).

4Millénaires, années, échelles à la dimension de l’histoire de la terre, échelles à la dimension de l’histoire de l’homme considéré non comme espèce, mais comme individu.

5Est-ce à dire que les géologues d’une part et les archéologues d’autre part parcourent et étudient les mêmes lieux sans réelle possibilité de rencontre ? Certainement pas. Ce n’est ni le hasard, ni les fonctions qui ont amené les cosignataires de ces lignes à se retrouver une fois de plus côte à côte. Dans cette amitié de longue durée toujours à l’échelle de l’homme ! il y a, à la base, l’idée que, dans nos disciplines, il faut toujours procéder personnellement à une analyse méthodique des lieux et des terrains, ce qui implique aussi, et d’abord, le goût de ces longues marches avec, le soir, cette merveilleuse fatigue d’une journée de travail passée au grand air.

6Cette identité de goût cimente les amitiés. Et ce n’est pas peu ! Mais, il y a plus : il existe aujourd’hui, il y aura encore davantage demain, une étroite collaboration entre les représentants de nos différentes disciplines. De fait, l’archéologie n’est plus cette recherche systématique des beaux objets qui a provoqué et caractérisé les premières recherches ; aujourd’hui ce qu’on veut comprendre et faire comprendre c’est la vie des hommes, c’est ce que, compte tenu des structures sociales et des formes d’outillage, ceux-là ont fait, aux différentes époques, des ressources naturelles que leur offraient les territoires où ils vivaient, où ils s’installaient. De là l’importance sans cesse grandissante du concept de territoire, seule constante des strates successives du temps, qui, avec toutes les variantes que l’on voudra, charpente la verticalité de l’histoire. Or l’étude du territoire suppose d’abord l’examen systématique des sols, avec toutes les possibilités nouvelles que donnent, chaque jour davantage dans tous les domaines, les analyses de laboratoire ; il n’y a plus d’archéologie sans pédologie, sans la lecture de toutes les données que peut relever le géologue. Par ailleurs, depuis que la vie des hommes a laissé des traces durables, l’archéologue, préhistorien ou historien, dispose pour certains contextes de données chronologiques dont le recoupement avec des données provenant d’autres disciplines est précieux pour les uns et pour les autres.

7Dans le cas précis des régions comme la Campanie, où éruptions et séismes, hélas, ne sont pas rares et atteignent souvent une violence qui se traduit par des destructions, l’archéologie peut sans doute fournir des données très utiles à qui étudie les volcans et les tremblements de terre. En effet, « une connaissance aussi précise que possible de la sismicité passée d’une région est précieuse à deux titres au moins : celui de la compréhension des phénomènes profonds qui conditionnent la région en question et celui de la protection des gens qui l’habitent et de leurs biens ». C’est pourquoi sismologues et vulcanologues ont voulu, en utilisant tous les éléments à leur disposition, dresser une sorte d’inventaire des tremblements de terre attestés à l’époque historique. D’évidence, leurs sources viennent essentiellement des documents d’archives et on peut dire, en gros, que ce premier inventaire concerne surtout la période qui va de l’an mille jusqu’à aujourd’hui. Or, pour les temps les plus anciens, l’archéologie représente à peu près la seule possibilité de savoir si des séismes importants se sont manifestés dans telle ou telle région, et à quelle époque.

8C’est une chance que dans cette Campanie heureuse et tragique, des équipes de vulcanologues et de sismologues dont la réputation scientifique n’est plus à faire aient entrepris, sous l’égide du Centre Jean Bérard, une politique de collaboration scientifique avec les archéologues et particulièrement avec ceux du CNRS. Ce livre en apporte un premier témoignage : de fait, il est plus le point de départ que le point d’arrivée de cette collaboration. Cela aussi doit être source de réflexion : on a d’abord travaillé ensemble par besoin d’une complémentarité nécessaire, par amitié, par plaisir. Et, maintenant, ces premiers contacts dont témoigne ce volume débouchent sur une convention dont voici le début :

9« A partire dall’inizio degli anni’81, alcuni ricercatori del dipartimento di Geofisica e Vulcanologia dell’Università di Napoli e del CNRS (URA 18, Naples) hanno avuto frequenti contatti su alcuni aspetti interdisciplinari della vulcanologia, geofisica ed archeologia di reciproco interesse, spesso concretizzati in vere e proprie collaborazioni scientifiche. Al fine di inquadrare compiutamente le suddette ricerche fino ad ora portate avanti essenzialmente attraverso contatti personali, si è ritenuto opportuno formalizzare tali iniziative attraverso la stesura di un protocollo d’intesa... » (texte de la convention).

10On ne saurait mieux dire, on ne saurait mieux faire : puisque la collaboration donne de bons résultats, faisons un accord qui ne fait que « formaliser » les initiatives personnelles. A tous nos amis du Dipartimento di Geofisica e Vulcanologia dell’Università di Napoli, nous voulons dire, pour cette disponibilité et pour cette collaboration, notre plus cordiale gratitude. A C. Albore Livadie, nous tenons à exprimer nos félicitations et notre reconnaissance pour avoir veillé à la coordination et à la cohésion de ce premier volume, digne sans aucun doute de la Collection du Centre Jean Bérard, dirigée hier par Mireille Cébeillac Gervasoni et aujourd’hui, avec autant de compétence et de diligence, par Olivier de Cazanove.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search