Version classiqueVersion mobile

La céramique attique du IVe siècle en Méditerranée occidentale

 | 
Brigitte Sabattini

Ailleurs

La céramique attique du IVe s. à Chypre

Antoine Hermary

Texte intégral

1En complément aux études sur le monde occidental, il a paru intéressant de présenter un bilan sur trois régions de Méditerranée orientale : la Grèce du Nord (F. Blondé), la Cyrénaïque (J.-J. Maffre) et Chypre, dont je m’occuperai ici.

  • 1 Terme inventé à l’époque moderne pour désigner la langue et, par extension, la civilisation de la p (...)

2Par certains aspects, cette recherche se présente sous des auspices favorables : ensemble insulaire clos, situation géographique privilégiée sur la route du Proche-Orient et de l’Egypte, contexte sociohistorique original, avec un ensemble de petits royaumes dépendant d’assez loin du Grand Roi et une population majoritairement grecque, mais avec d’importants centres phénicien (Kition) et “étéochypriote”1 (Amathonte).

3Les limites de l’étude sont malheureusement tout aussi importantes : les fouilles intensives pratiquées à la fin du XIXe s. n’ont laissé pratiquement aucune information sur le sujet qui nous intéresse ; depuis 1974, l’occupation par la Turquie du tiers nord-est de l’île a provoqué l’arrêt de toute recherche archéologique dans cette zone ; enfin, pour ce qui concerne les fouilles récentes, on ne dispose que d’un nombre restreint de publications sur les niveaux du IVe s.

4Face à cette situation, je tenterai de présenter un tableau général en privilégiant le contexte des découvertes plutôt que la typologie céramique, ce qui reviendra à se demander où et pourquoi ont été importés, à Chypre, des vases attiques au IVe s. : peut-être faudrait-il dire “attiques et de style attique”, mais la question d’éventuelles imitations locales n’a pas été suffisamment élucidée dans les publications pour qu’on en tienne compte ici.

Fig. 1 - Carte des sites mentionnés dans l’article.

Le domaine funéraire

  • 2 Un certain nombre sont reproduites par M. Ohnefalsch-Richter, Kypros, die Bibel und Homer. Berlin, (...)
  • 3 Les plus belles pièces figurées du musée de Nicosie ont été étudiées par J. D. Beazley, Some Attic (...)
  • 4 Publication détaillée des tombes dans The Swedish Cyprus Expedition (SCE), III, Stockholm, 1935, 18 (...)

5Dans les années 1880, les fouilles du site de Marion, au nord-ouest de l’île, avaient révélé le premier grand ensemble de céramique attique importée à Chypre, mais seules les pièces à figures noires et à figures rouges avaient alors retenu l’attention2, et la dispersion du matériel entre de nombreux musées rend une étude rétrospective pratiquement impossible3. Actuellement, seules les fouilles de la mission suédoise en 1929 donnent des indications précises, qui ne portent cependant que sur un nombre limité de tombes de cette période, nommée “chypro-classique II” par Gjerstad (27, contre 26 pour le “chypro-classique I”, situé vers 475-400)4. Pour l’ensemble de l’époque classique, Gjerstad donne le chiffre de 261 vases, dont 226 à vernis noir (136 sans décor, 90 avec décor estampé), presque tous des vases à boire (sauf dix-sept askos et deux lécythes). L’apogée de ces importations se situe à la fin du Ve et au début du IVe s.

  • 5 Cependant, on ne dispose pas de publication détaillée sur les fouilles d’urgence du Département des (...)
  • 6 La nécropole d’Amathonte, tombes 113-367. II. Céramiques non chypriotes (V. Karageorghis, O. Picard (...)
  • 7 L’absence d’étude chronologique sur l’ensemble des tombes, de même que sur la céramique locale, emp (...)
  • 8 O. Masson, Les inscriptions chypriotes syllabiques. 2e éd., Paris, 1983, 154-181.

6Les fouilles plus récentes ont montré que le cas de Marion était exceptionnel, car les tombes classiques de sites comme Salamine, Kition5 ou Amathonte n’ont livré que peu de céramique attique : on le constate aisément en consultant les index des quatre volumes Excavations in the Necropolis of Salamis de V. Karageorghis et en lisant l’étude de M. Robertson sur la céramique attique des tombes 113-367 d’Amathonte6 : pour le IVe s., on dénombre seulement six ou sept lécythes aryballisques, un lécythe en amande et trois askos ; aucun ne porte de décor figuré7. On comparera l’abondance de la céramique attique dans les tombes de Marion à des usages funéraires d’origine grecque, plus largement répandus sur ce site que dans tout le reste de l’île : celui d’ériger une stèle portant le nom du défunt (près d’une centaine d’exemplaires sont actuellement connus)8 et, surtout au IVe s., l’offrande de statuettes ou de groupes en terre cuite - plus rarement de stèles en pierre-, version locale des reliefs funéraires en vogue dans l’Athènes de cette époque.

Le contexte religieux

7Les fouilles hâtives de la fin du XIXe s. ont moins affecté les sanctuaires que les nécropoles, à l’exception notable du site de l’Ancienne-Paphos (actuellement Kouklia), le principal lieu de culte de Chypre et le plus célèbre sanctuaire d’Aphrodite dans l’Antiquité.

8J’évoquerai, dans un premier temps, les découvertes de céramique attique provenant d’un sanctuaire clairement identifié, puis celles dont le contexte religieux, bien que très probable, n’est pas entièrement assuré.

9Revenons d’abord brièvement sur le sanctuaire d’Aphrodite à l’Ancienne-Paphos, car les fouilles complémentaires effectuées par la mission germano-suisse dans les années 1970-80 ont montré que la céramique attique était relativement mal représentée : F. G. Maier, responsable de la mission, m’a indiqué que l’ensemble des tessons attiques s’élevait à 195, dont seulement deux à figures noires et cinq à figures rouges, contre 188 à vernis noir, presque tous sans décor (onze estampés et sept décorés à la roulette) ; la répartition chronologique entre le Ve et le IVe s. est souvent difficile à établir étant donné l’état très fragmentaire du matériel.

  • 9 F. Burkhalter, La céramique hellénistique et romaine du sanctuaire d’Aphrodite à Amathonte. BCH, 11 (...)

10On constate la même pauvreté de ce type de matériel dans un autre grand sanctuaire d’Aphrodite, celui d’Amathonte, fouillé sous ma responsabilité par la mission de l’Ecole française d’Athènes. Face à l’abondance de la céramique locale de la fin de l’époque classique, les importations attiques constituent un ensemble tout à fait négligeable : dans son étude de 1987, F. Burkhalter n’a rassemblé qu’une trentaine de tessons9 et les découvertes postérieures permettent à peine de doubler ce très modeste lot, dans lequel ne figure aucun fragment à décor figuré.

  • 10 H.-G. Buchholz, Tamassos, Zypern, 1970-1972. AA, 1973, 353 fig. 51, et Tamassos, Zypern, 1974-1976. (...)

11Le bilan ne paraît guère plus encourageant pour un troisième sanctuaire féminin récemment fouillé, celui de Tamassos : dans les premières campagnes (1970-1972) environ 70 tessons attiques avaient été mis au jour et quelques années plus tard H.-G. Buchholz, responsable de la mission, constatait que les fragments à figures rouges étaient extrêmement rares10. On ne dispose malheureusement pas d’indications précises pour le vernis noir.

12Le seul grand sanctuaire masculin dont on puisse tenir compte, celui d’Apollon Hylatès à Kourion, fouillé par des missions américaines entre la fin des années 30 et le début des années 50, puis de nouveau dans les années 70-80, n’a pas donné lieu, sur le sujet qui nous intéresse, à des publications détaillées, mais D. Buitron-Oliver a bien voulu me confirmer que le matériel attique, figuré et à vernis noir, était extrêmement rare sur le site.

  • 11 Excavations at Kition IV. The Non-Cypriote Pottery. Nicosie, 1981, 51-74, pl. 38-45 (Robertson), et (...)

13En définitive, le seul sanctuaire chypriote qui ait livré une quantité importante de céramique attique du IVe s. est celui de la ville phénicienne de Kition, sur le site dit Kathari, fouillé par V. Karageorghis dans les années 1960-1970. Ce matériel a été publié en détail par M. Robertson (figures rouges) et L. Jehasse (vernis noir)11. Cette fois, les vases à figures rouges sont bien représentés, avec neuf tessons appartenant à des cratères en calice (fin Ve début IVe s.) et 50 à 60 à des cratères en cloche de la première moitié du IVe s., décorés de scènes qui se rapportent pour l’essentiel au monde dionysiaque ou à la pratique du symposium ; les vases à boire, les askos et les lécythes sont peu représentés. Pour le vernis noir, sur un total de 1124 tessons pris en compte, 533 se rapportent au IVe s., avec une majorité de godets (forme 109), de skyphos (forme 43) et de bols (forme 22) ; bien que les trois premiers quarts du IVe s. soient bien représentés, l’acmé des importations se situe dans la seconde moitié du Ve s.

  • 12 Publication détaillée par J.-F. Salles, Kition-Bamboula II. Les égouts de la ville classique. Paris (...)
  • 13 J.-F. Salles, Un cratère à figures rouges à Kition-Bamboula. In : Acts of the 2nd International Con (...)
  • 14 Mise au point récente par Y. Calvet, dans Kinyras. L’archéologie française à Chypre/French Archaeol (...)

14Restons à Kition pour évoquer le site portuaire de Bamboula, fouillé par la mission lyonnaise de la Maison de l’Orient depuis 1976 : d’un grand bâtiment de la fin du Ve s., réaménagé au IVe, provient un ensemble de vases attiques presque aussi important que la céramique locale12 ; les skyphos de forme 43 constituent le groupe majoritaire, et plusieurs d’entre eux (n° 98, 102, 108) sont peints dans le style du “Fat Boy” ; des fragments d’un cratère du début du IVe s., décoré d’une scène dionysiaque, ont été publiés en 198513. Le bâtiment allongé d’où proviennent ces vases pourrait être une salle de banquet liée à un sanctuaire14, et le pic des importations attiques se situe au troisième quart du IVe s.

  • 15 L. Jehasse, La céramique à vernis noir du rempart méridional. Lyon-Paris, 1978 (Salamine de Chypre, (...)
  • 16 Sur les 108 tessons à figures rouges, 93 appartiennent à des cratères, dont 85 originaires du rempa (...)
  • 17 Rappelons que les fouilles de Salamine ont été brutalement interrompues par l’invasion de 1974.

15Il faut évoquer enfin les découvertes de la mission française de Salamine et, surtout, l’important lot de céramique attique recueilli dans la zone du rempart méridional15 : la très grande majorité des tessons à figures rouges, essentiellement des fragments de cratères, provient de ce chantier16, de même que la céramique à vernis noir, représentée par 877 tessons, dont 304 attribués au IVe s., avec principalement des vases à boire (bols, coupes, godets), mais aussi des cratérisques et des plats ; comme à Kition-Kathari, la phase principale des importations se situe à la fin du Ve s. et au début du IVe. Cet abondant matériel jeté près du rempart paraît provenir d’un lieu de culte de la ville qui n’a pu être exactement localisé17.

L’habitat

16Le dernier contexte à examiner est celui de l’“habitat”, en fait essentiellement des résidences royales ou princières.

  • 18 SCE, IV, 2, 1948, 281, cf. note 4.

17Le cas le plus connu est celui du palais de Vouni, sur la côte nord-ouest de l’île, fouillé par la mission suédoise en 1928-1929. La céramique importée d’Athènes tenait une place importante dans le matériel céramique de cette grande résidence, occupée entre le début du Ve s. et 370 environ, puisque, d’après Gjerstad, 20 à 25 % de l’ensemble des vases et des tessons étaient d’origine attique, avec une nette prépondérance du vernis noir (bols, skyphos, canthares, coupes)18.

  • 19 F.-G. Maier, M.-L. von Wartburg, Ausgrabungen in Alt-Paphos, 13. vorläufiger Bericht : Grabungskamp (...)

18À l’Ancienne-Paphos, les fouilles du site d’Evreti ont amené la découverte d’une quantité importante de céramique attique du IVe s., associée à une grande maison ou dispersée dans cette même zone, en particulier dans le comblement de puits. Le rapport de fouilles provisoire donne des précisions pour le “puits TE 1” qui, sur 265 vases, contenait 58 importations attiques s’échelonnant du deuxième quart à la fin du IVe s.19. Quel que soit le statut exact du bâtiment d’Evreti (résidence administrative ou maison d’un “personnage important”), les fouilles de la zone de la porte nord-est et de la rampe de siège ont, elle aussi, livré une quantité importante d’importations attiques : F. G. Maier a bien voulu m’indiquer, avant que soit faite la répartition chronologique, que l’ensemble se composait de 18 tessons à figures noires, 48 à figures rouges et 659 à vernis noir, dont 52 estampés et cinq décorés à la roulette.

  • 20 Mise au point récente par Th. Petit, dans Guide d’Amathonte (P. Aupert éd.). Athènes-Paris, 1996, 9 (...)
  • 21 Un premier bilan est présenté dans la RA, 1996, 211-223 ; voir aussi, du même auteur, Remarques sur (...)

19Sur l’acropole d’Amathonte la mission française a fouillé, de 1975 à 1977, puis de 1988 à 1993, une partie des entrepôts et des ateliers artisanaux d’un très grand bâtiment qui est presque certainement le palais d’époque classique20. La couche de destruction de l’édifice contenait un très abondant ensemble de tessons du IVe s., de fabrication locale et importés : parmi ceux-ci, la céramique attique occupe une place prépondérante qui sera mise en valeur dans la publication que prépare Th. Petit21. Aux traditionnels vases à boire à vernis noir (fig. 2) s’ajoutent ici, comme à Salamine et à Kition, un ensemble non négligeable de tessons à figures rouges, dont des fragments de skyphos du Groupe du “Fat Boy” (pl. I). Le contraste est frappant entre la rareté du matériel attique dans le sanctuaire d’Aphrodite et sa relative richesse sur le site du palais, un peu plus bas sur l’acropole : étant donné l’extension des fouilles du sanctuaire, il est difficile d’y voir l’effet des hasards de la recherche.

Fig. 2 - Vases d’Amathonte, chantier du palais (étude Th. Petit). Ech. 1:2.

Conclusion

20Malgré le caractère encore très limité des informations dont on dispose sur l’ensemble des niveaux du IVe s. pour les principaux sites de Chypre, et sur le rapport (quantité, répartition des formes) entre la céramique locale et les vases attiques importés, on peut formuler quelques remarques générales sur le “cas chypriote” :

    • 22 Rappelons que dans ses deux dédicaces retrouvées au sanctuaire d’Aphrodite Androklès, le dernier ro (...)

    La répartition des importations attiques est très loin de recouvrir celle de la population, de la langue et de la culture grecques dans l’île, puisque la ville phénicienne de Kition est, probablement, le premier importateur de céramique attique pour l’ensemble de Chypre et que les dynastes d’Amathonte, même s’ils portent des noms grecs, sont les héritiers d’une tradition autochtone22. La situation est d’ailleurs sensiblement différente entre deux des villes considérées comme les plus grecques de l’île : Marion, où les vases attiques sont principalement déposés dans les tombes, et Salamine où le principal contexte est probablement religieux.

    • 23 On lira sur ce point les remarques de F. G. Maier, Factoids in ancient history: The case of fifth-c (...)

    La mise en relation de l’histoire politique et des échanges commerciaux entre Chypre et Athènes est loin d’être aussi simple qu’on l’a pensé autrefois23 : si le règne d’Evagoras Ier de Salamine (411-374), allié privilégié des Athéniens, correspond à une intense importation de céramique attique, cette tendance était déjà très forte avant l’arrivée d’Evagoras au pouvoir, à la fois à Salamine et à Kition qui, on l’a vu, reste un importateur privilégié tout au long du IVe s. On notera, incidemment, que notre découpage traditionnel entre Ve et IVe s. n’a guère de sens pour la question qui nous intéresse.

  • Après les fouilles du palais de Vouni, celles, même partielles, de la résidence royale d’Amathonte permettent de constater que la céramique attique est perçue, aux Ve et IVe s., comme un produit de luxe et de prestige dont les classes sociales dirigeantes font un usage privilégié : les fouilles des quartiers est de l’Ancienne-Paphos renforcent cette impression, de même que les découvertes de Kition-Bamboula, quelle que soit la fonction exacte du grand bâtiment du IVe s.

  • Le cas de Chypre ne saurait être séparé de celui des villes de la côte syro-phénicienne : M. Robertson s’était demandé si les ports de Kition et de Salamine n’avaient pas eu un rôle de redistribution de la céramique attique vers Al-Mina, mais les archéologues anglais ont sans doute surestimé l’importance de ce port de Syrie du Nord et il faudrait étudier de plus près la part de la céramique attique dans les échanges entre Athènes et Sidon au IVe s., clairement attestés, en particulier, par les sculptures du sanctuaire d’Echmoun. Le rôle d’intermédiaire de Kition pourrait, sur ce point, se révéler important.

Notes

1 Terme inventé à l’époque moderne pour désigner la langue et, par extension, la civilisation de la population chypriote antérieures à la présence grecque et phénicienne.

2 Un certain nombre sont reproduites par M. Ohnefalsch-Richter, Kypros, die Bibel und Homer. Berlin, 1893, et une vue d’ensemble est donnée par P. Herrmann, Das Gräberfeld von Marion auf Cypern, 48. Winckelmannsprogramm. Berlin, 1888.

3 Les plus belles pièces figurées du musée de Nicosie ont été étudiées par J. D. Beazley, Some Attic Vases in the Cyprus Museum. Oxford, 1989 (édition révisée par D. C. Kurtz du texte de 1948) : on notera l’oenochoé du Groupe du “Fat Boy”, n° XXIV, pl. 17, 3-4 (Beazley 1963, 1488, 120) ; pour l’époque archaïque, voir aussi E. Gjerstad, Greek Geometric and Archaic Pottery found in Cyprus. Stockholm, 1978, passim. Récemment, un lot inédit a été retrouvé dans les réserves du musée de Nicosie : P. Flourentzos, RDAC, 1992, 151-156, pl. 39-50, avec plusieurs pélikès à figures rouges et de nombreux vases à boire à figures noires. La plus grande partie de la collection de vases attiques du Musée de la Fondation Piéridès, à Larnaca, doit aussi provenir des nécropoles de Marion : voir les articles de J.-J. Maffre, BCH, 95, 1971, 627-702 ; J.-J. Maffre et A. Jacquemin, BCH, 110, 1986, 177-204.

4 Publication détaillée des tombes dans The Swedish Cyprus Expedition (SCE), III, Stockholm, 1935, 181-459 ; synthèse par E. Gjerstad dans SCE, IV, 2, 1948, 280-281.

5 Cependant, on ne dispose pas de publication détaillée sur les fouilles d’urgence du Département des Antiquités.

6 La nécropole d’Amathonte, tombes 113-367. II. Céramiques non chypriotes (V. Karageorghis, O. Picard, Chr. Tytgat éds.). Nicosie, 1987, 32-43, pl. 18-25.

7 L’absence d’étude chronologique sur l’ensemble des tombes, de même que sur la céramique locale, empêche cependant de tirer des conclusions précises sur ces données.

8 O. Masson, Les inscriptions chypriotes syllabiques. 2e éd., Paris, 1983, 154-181.

9 F. Burkhalter, La céramique hellénistique et romaine du sanctuaire d’Aphrodite à Amathonte. BCH, 111, 1987, 363-367.

10 H.-G. Buchholz, Tamassos, Zypern, 1970-1972. AA, 1973, 353 fig. 51, et Tamassos, Zypern, 1974-1976. AA, 1978, 175 (“rotfiguriges auβerordentlich selten”).

11 Excavations at Kition IV. The Non-Cypriote Pottery. Nicosie, 1981, 51-74, pl. 38-45 (Robertson), et 75-99, pl. 46-56 (Jehasse).

12 Publication détaillée par J.-F. Salles, Kition-Bamboula II. Les égouts de la ville classique. Paris, 1983 : 129 numéros de catalogue pour la céramique attique (26-47) contre 157 pour la céramique locale (60-88).

13 J.-F. Salles, Un cratère à figures rouges à Kition-Bamboula. In : Acts of the 2nd International Congress of Cypriote Studies, Nicosia 1982. Nicosie, 1985, 295-299, fig. 1-8.

14 Mise au point récente par Y. Calvet, dans Kinyras. L’archéologie française à Chypre/French Archaeology in Cyprus (M. Yon éd.). Lyon-Paris, 1993, 120-122.

15 L. Jehasse, La céramique à vernis noir du rempart méridional. Lyon-Paris, 1978 (Salamine de Chypre, VIII).

16 Sur les 108 tessons à figures rouges, 93 appartiennent à des cratères, dont 85 originaires du rempart méridional : L. Jehasse, La céramique attique à figures rouges de Salamine. In : Salamine de Chypre. Actes du Colloque de Lyon, 1978. Paris, 1980, 215-236.

17 Rappelons que les fouilles de Salamine ont été brutalement interrompues par l’invasion de 1974.

18 SCE, IV, 2, 1948, 281, cf. note 4.

19 F.-G. Maier, M.-L. von Wartburg, Ausgrabungen in Alt-Paphos, 13. vorläufiger Bericht : Grabungskampagne 1983 und 1984. AA, 1986, 161-164.

20 Mise au point récente par Th. Petit, dans Guide d’Amathonte (P. Aupert éd.). Athènes-Paris, 1996, 99-107.

21 Un premier bilan est présenté dans la RA, 1996, 211-223 ; voir aussi, du même auteur, Remarques sur la céramique “sub-classique” et hellénistique, à vernis noir et à engobe, du “Palais” d’Amathonte. In : Hellenistic and Roman Pottery in the Eastern Mediterranean. Advances in Scientific Studies. Varsovie, 1995, 277-298. J’adresse tous mes remerciements à Thierry Petit pour les informations et les illustrations qu’il m’a communiquées.

22 Rappelons que dans ses deux dédicaces retrouvées au sanctuaire d’Aphrodite Androklès, le dernier roi local, utilise la langue étéochypriote en première place.

23 On lira sur ce point les remarques de F. G. Maier, Factoids in ancient history: The case of fifth-century Cyprus. JHS, 105, 1985, 32-39.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Carte des sites mentionnés dans l’article.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 2 - Vases d’Amathonte, chantier du palais (étude Th. Petit). Ech. 1:2.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1968/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search