Version classiqueVersion mobile

La céramique attique du IVe siècle en Méditerranée occidentale

 | 
Brigitte Sabattini

Ailleurs

La céramique attique du IVe s. en Grèce du Nord : quelques commentaires

Francine Blondé

Texte intégral

1Mon intervention, dont ces pages ne donnent qu’un bref résumé, a abordé la céramique attique du IVe s. de trois points de vue :

  • remarques concernant la situation actuelle de la recherche sur la céramique attique du IVe s. à Athènes même ;

  • quelques commentaires sur l’étude de cette céramique dans la Grèce du Nord ;

  • quelques résultats pour une étude de cas : la céramique attique du IVe s. à Thasos, île du Nord de la mer Egée.

1. Etudes récentes de la céramique attique du IVe s. à Athènes

  • 1 La question est traitée de façon plus détaillée dans F. Blondé, La céramique attique hellénistique (...)

2Commenter l’état des recherches sur la céramique attique dans le Nord de la Grèce nécessite évidemment de mentionner les acquis récents qui concernent le site de production même, d’autant que la situation depuis la parution de l’Agora XII (1970) a changé de façon évidente1.

  • 2 En effet, l’exploitation des données de Koroni, camp dont l’occupation date de la guerre chrémonidi (...)
  • 3 Pour une vue synthétique de la problématique au sujet d’Olynthe, voir S. I. Rotroff 1988, 174-176 ( (...)
  • 4 Cf. très récemment, S. I. Rotroff, J. McK. Camp, The date of the third period of the Pnyx. Hesperia (...)
  • 5 Encore en cours d’étude ; voir entre-temps AA 1980, 256-265, AA 1981, 385-389.

3Il n’est peut-être pas inutile pour le public travaillant surtout en dehors de la Grèce, de rappeler que les travaux de S. Rotroff sur le matériel de plusieurs dépôts de l’Agora, mais aussi la mise au jour de certains contextes en d’autres endroits d’Athènes, ont permis de voir plus clair dans certains problèmes chronologiques. S. Rotroff (Rotroff 1988) a fait le point sur les éléments dont on dispose désormais pour jalonner la chronologie de ce siècle, une révision devenue nécessaire depuis que les repères chronologiques au IVe s. mais surtout au IIIe s. ont été mieux étudiés2 ; la destruction d’Olynthe, la révision vers le bas des datations des groupes de Thompson, mais aussi des indices nouveaux, essentiellement l’étude de plusieurs autres dépôts de l’Agora, et des fouilles récentes au Céramique. Il en résulte, il me semble, que pour la première moitié du IVe s., les dates proposées par Sparkes et Talcott restent en gros valables. En effet, la majorité du matériel d’Olynthe, qui avec sa date de destruction en 348 a été le point de repère chronologique par excellence, reste à situer avant la moitié du siècle, même si les recherches des dernières années ont indiqué à plusieurs reprises que l’importance d’une occupation plus tardive a peut-être été sous-estimée3. Notons qu’il nous manque toujours les bons contextes qui permettraient une vision claire pour le premier quart du siècle. Les contextes étudiés pour les deuxième et troisième quarts ont augmenté4. Pour le dernier quart du siècle, Rotroff a montré l’importance du “Crossroads Well”, déposé avant la fin du siècle ; ce dépôt forme avec le matériel du bâtiment Ζ du Céramique, détruit selon les monnaies entre 318 et 3075, et dans une certaine mesure avec le matériel abondant d’un autre bâtiment intra muros, le bâtiment Y, des points de repère essentiels pour la seconde moitié et surtout le dernier quart du siècle.

4Le temps que paraisse notre colloque, le livre de S. Rotroff traitant des céramiques fines hellénistiques de l’Agora, mais incluant aussi des indices importants pour tout le IVe s. sera publié (Rotroff 1997) : il est sûr que cette publication fera date et influencera pleinement les recherches en d’autres sites du monde grec. Elle mettra certainement fin à une période où les références chronologiques à partir de parallèles restent un exercice périlleux, certaines publications se référant systématiquement aux dates de l’Agora XII, d’autres tenant compte de données plus récentes. Entre-temps, le matériel que R. F. Townsend a publié en étroite collaboration pour la céramique avec s. Rotroff dans son ouvrage sur le côté ouest de l’Agora indique déjà les tendances les plus récentes (Townsend 1995).

  • 6 Voir, en attendant la monographie de S. I. Rotroff (par exemple Rotroff 1984) pour les skyphos, les (...)
  • 7 Rotroff 1990, 34-37.

5C’est donc surtout dans le dernier quart du IVe s. et le début du IIIe s. que s’impose la nécessité d’une révision chronologique ; pour certaines formes (skyphos, plat, canthare, coupe-canthare), tous ces points de repères permettent de mieux comprendre et de préciser l’évolution de la forme6, mais pour d’autres, le problème est loin d’être résolu : il faut en effet tenir compte du fait que différentes catégories de céramique et différentes formes ne suivent pas nécessairement les mêmes rythmes de changement. Tout semble indiquer cependant que les grands changements, du point de vue céramique, n’apparaissent pas avant la fin du premier quart ou le début du deuxième quart du IIIe s. C’est à ce moment, comme l’a montré s. Rotroff, que de nouvelles techniques sont introduites (la peinture blanche par exemple, élément distinctif du “vrai West Slope”), ainsi que de nouvelles formes qui mettent fin progressivement à des formes existantes comme le skyphos : parmi elles, le canthare “hellénistique”, qui devient très populaire dans le deuxième quart du siècle, l’œnochoé et l’amphore à col cylindrique nettement séparé de la panse et à anses torsadées7.

6Au niveau des ateliers mêmes, les indices restent maigres : les structures nous manquent, et les raisonnements sur les ateliers et leur fonctionnement se limitent essentiellement à des indices à partir de la décoration imprimée ou de certains détails dans l’emploi du revêtement.

7Reste à approfondir l’étude de la céramique commune et de la céramique culinaire, aussi bien du point de vue chronologique que du point de vue des ateliers.

2. Le Nord de la Grèce

  • 8 Pour la localisation des sites mentionnés, voir par exemple la carte publiée par R. Ginouvès et ali (...)

8L’étude de la céramique du IVe s. dans le Nord est une affaire relativement récente. La quantité de matériel disponible a augmenté considérablement et l’état des recherches céramologiques pour cette période a beaucoup évolué, notamment grâce à la découverte et à l’étude des grandes tombes de Macédoine et à l’effet stimulant des colloques bisannuels sur la céramique hellénistique qui concernent essentiellement les périodes plus tardives mais qui traitent aussi du IVe s. En outre, la publication d’ateliers hellénistiques fouillés récemment comme ceux de Pella a permis de prendre conscience qu’à côté des ateliers athéniens, il existait d’importants centres de production dans le Nord (Akamatis 1985). Dans la bibliographie ci-jointe nous indiquons quelques études qui traitent de la céramique “locale”, et des importations attiques à partir de contextes bien définis. Ce sont en premier lieu les travaux de S. Drougou (Université de Thessalonique) qui font avancer les choses : ils ont permis de donner pour la période hellénistique une vue synthétique, basée sur un réseau d’indices chronologiques obtenus en étroite colloboration avec le numismate I. Touratsoglou (Drougou/Touratsoglou 1991 a et b) ; pour le IVe s., des études importantes sur Veroia, Vergina, Olynthe et d’autres sites de Macédoine sont en cours8.

9À Veroia, S. Drougou et I. Touratsoglou (1980 et 1989) ont montré l’autonomie de la production macédonienne à partir du milieu de l’époque hellénistique (fin IIIe-début deuxième moitié du IIe s.), image contrastant avec celle des Ve-IVe s. où les importations attiques étaient majoritaires par rapport aux produits locaux ; à Thessalonique, c’est à partir de la deuxième moitié du IIIe s. que les fouilles de la place Syntrivani ne livrent plus de céramique attique (Drougou 1988).

10Plusieurs questions se posent autour de la présence de la céramique attique du IVe s. dans le Nord : que représente-t-elle quantitativement, quelles catégories de vases et quelles formes recouvre-t-elle, quelle proportion occupe-t-elle par rapport au matériel local ou régional ? Et parallèlement, est-ce que ces proportions changent au cours du IVe s. ? Dans quelle mesure les indices chronologiques confirment-ils ceux d’Athènes ?

11Il me semble que pour le moment, même si l’importance de la présence attique dans le Nord est évidente, des réponses précises à toutes ces questions sont prématurées pour plusieurs raisons :

  • En effet, même si contrairement au passé, les publications se multiplient et si nous disposons actuellement de plus en plus de données certaines pour de nombreux sites, la plus grande partie de notre information se fonde sur des rapports de fouilles illustrés par quelques photos (le plus souvent des vases attiques à figures rouges), et nous ne pouvons donc rien en déduire, si ce n’est la présence de ces vases particuliers.

  • Les recherches plus approfondies arrivent à des conclusions, certes à partir d’une étude bien faite, mais non chiffrée et donc non exploitable : seuls des comptages systématiques peuvent nous donner des bases de réflexion solides.

  • Reste un dernier problème, à mon avis non encore résolu, celui de distinguer avec certitude l’attique de la fabrication dite locale. J’expliquerai ci-dessous, dans quelle mesure j’ai été confrontée à cette difficulté.

3. Etude de cas : la céramique attique à Thasos au IVe s.

  • 9 Une remarque : j’ai été frappée dans ce colloque par le fait que la plupart des documents présentés (...)
  • 10 J’ai pu disposer pour analyse d’un échantillonnage de tessons du IVe s. de l’Agora d’Athènes, grâce (...)

12Insister sur Thasos au lieu de traiter plus généralement de la situation dans la Grèce du Nord me semble préférable dans la mesure où seule à mon avis, une étude, cas par cas, peut limiter les risques d’interprétation erronée. Depuis de nombreuses années déjà je m’occupe de l’étude du matériel du IVe s. provenant des fouilles françaises (EFA) à Thasos. Il s’agit d’une étude qui a pour objectif une présentation synthétique du répertoire des formes produites sur l’île ou importées, la détermination de la chronologie à partir des contextes, l’identification des ateliers et une meilleure compréhension des techniques de fabrication. La céramique attique prend une très grande place dans le matériel : on a pu montrer que c’est la seule importation importante à Thasos, les autres importations se limitant à une présence quantitativement insignifiante. Il m’a fallu beaucoup d’années et l’aide du laboratoire pour arriver à un jugement fondé sur l’importation attique à Thasos. En effet, on s’est heurté très vite au problème que la distinction à vue d’œil entre le matériel local et l’attique n’était pas toujours évidente: même si une grande partie du matériel était aisément identifiable comme attique, une autre partie – quantitativement trop importante pour ne pas en tenir compte – posait problème pour l’identification des origines : attique ou non-attique était une question qui revenait constamment au cours du traitement du matériel. Certes, il y a le fait, comme on l’a compris tardivement, que souvent des problèmes d’altérations dues au niveau actuel de la nappe phréatique ne nous ont pas facilité les choses ; mais le problème n’est pas uniquement thasien. L’expression “attique ou pseudo-attique” est une des identifications courantes dans les publications les plus diverses et demande solution. Les doutes sont d’autant plus grands qu’on traite une période où le revêtement n’est pas nécessairement d’aussi bonne qualité que celui du Ve s. – et en partie encore de la première moitié du IVe s. – (même en Attique l’image est loin d’être uniforme). Dans tous les cas, la pâte est très épurée et les températures de cuisson sont assez élevées. Nous avons retrouvé les mêmes difficultés dans l’étude du matériel des villes comme Abdère, Maronée, Mésembria/Zoni qui aurait dû nous aider à mieux cerner les différences entre les productions locales et les importations éventuelles de Thasos9. D’autre part, on partait aussi du principe que tout était possible et à prouver sur une île comme Thasos : dans un endroit dont l’histoire est très liée à Athènes, mais aussi à celle de Philippe II, dans une cité qui a ses comptoirs sur le continent et qui a une tradition prouvée de fabrication locale, la situation ne devrait pas nécessairement être simple. Au niveau du laboratoire, la question est désormais réglée : les compositions chimiques des céramiques à vernis noir thasiennes et de celles d’Athènes se séparent nettement en deux groupes10 ; de plus, aucune céramique commune et aucune céramique culinaire n’est importée d’Athènes. Nous avons ensuite essayé d’appliquer les connaissances obtenues par analyses sur de grandes masses de matériel.

Fig. 1 - Thasos : le matériel non amphorique du comblement d’un puits public. Quantification pour les figures rouges attiques (FR ATT), les vernis noirs attiques (VN ATT), les vernis noirs thasiens (VN thasien), la céramique commune fine thasienne (CCF thasien), la céramique commune thasienne (CC thasien), la céramique culinaire thasienne (CW thasien) et la céramique commune grossière thasienne (CCG thasien).

  • 11 Matériel publié en détail, mais sans quantification précise dans Blondé 1989.

13A l’approche de la fin de notre étude, nous avons repris, en fonction de la quantification des données, le matériel de plusieurs contextes couvrant, par tranche de période, le IVe s. à Thasos. La figure 1 montre le résultat des comptages sur le matériel d’un puits public dont le comblement livre un matériel des deuxième et troisième quarts du siècle11. Sur un total de 7043 fragments représentant 3147 individus, l’attique représente pour le vernis noir 14,45 % et pour les figures rouges 0,41 % (calcul sur individus). Les catégories de vaisselle similaire sont représentées en fabrication locale par le vernis noir (7,8 %), la céramique commune fine (4,36 %) et la céramique enfumée (1,08 %). Il n’y a pas de figure rouge fabriquée localement. La proportion entre vernis noir local et vernis noir attique est presque du simple au double, mais si on ajoute pour la fabrication locale les céramiques communes fines et les enfumées, dont les formes appartiennent au même répertoire de vaisselle fine, la situation importation/fabrication locale est presque équilibrée.

14Les figures 2a et b montrent les proportions par forme et par origine. Toutes les formes importantes attiques sont présentes, et à l’exception de la coupelle et du skyphos, qui ont connu beaucoup de succès dans les ateliers locaux, les importations de vernis noirs attiques sont majoritaires par rapport à la production locale des vernis noirs. Le canthare et la coupe-canthare par exemple sont à peine fabriqués à Thasos, une situation qui changera pour le canthare : le dernier quart du siècle verra la remontée du canthare local.

Fig. 2a - Thasos : le matériel non amphorique du comblement d’un puits public. Répartition par origine, par catégorie et par forme.

Fig. 2b - Thasos : le matériel non amphorique du comblement d’un puits public. Répartition par origine, par catégorie et par forme.

  • 12 Un commentaire plus complet ainsi que des études semblables sur des contextes couvrant les autres t (...)

15Cette image doit être complétée pour les autres tranches de période12, mais il est désormais établi que l’importance de l’importation attique ne diminue pas jusqu’à la fin du siècle. Il me semble que c’est seulement à partir de ce genre de tableaux, site par site, que nous répondrons de manière plus précise aux questions abordées plus haut. Je ne m’attends pas à une image nécessairement uniforme : la situation peut être différente selon la capacité de chaque site à couvrir ses besoins. Les changements qui se produisent vraisemblablement au cours du IIIe s. apparaîtront ainsi à partir de bases concrètes, et non à partir d’une impression floue.

Bibliographie

Agora XII : SPARKES (B.), TALCOTT (L.), Black and Plain Pottery of the 6th, 5th and 4th centuries B.C. Princeton, 1970 (The Athenian Agora, XII).

Akamatis 1985 : AKAMATIS (I.), Πήλινες Μήτρες αγγείων από την Πέλλα. Thessaloniki, 1985.

Allamani/Tsanavari 1991 : ALLAMANI (V.), TSANAVARI (Κ.), Σχήματα αγγείων τῆς πρώιμης ελληνιστικῆς εποχῆς της Βέροιας. In : Γ Ἐπιστημονική Συνάντηση για την Ελληνιστική Κεραμεικής. Χρονολογημένα σύνολα–εργαστήρια. Θεσσαλονίκη, 24-27 Σεπτέμβριου 1991. Athinai, 1994, 90-103, pl. 43-49.

Blondé 1989 : BLONDÉ (F.), Le comblement d’un puits public à Thasos. 3. La céramique. BCH, CXIII, 1989, 481-545.

Drougou 1983 : DROUGOU (S.), Ελληνιστική κεραμεική, μέθοδος και στόχοι. Ανθρωπολογικά, 4, 1983, 7-12.

Drougou 1988 : DROUGOU (S.), Τά πήλινα κτερίσματα το Μακεδονικου τάφου στν Πλατεία Συντριβανίου Θεσσαλονίκης. Μικρή συμβολή στήν πρώιμη ελληνιστική κεραμεική. ΑΕ, 1988, 71-93, fig. 1-10.

Drougou 1991 : DROUGOU (S.) (dir.), Hellenistic Pottery from Macedonia. Aristotelian University of Thessaloniki, 1991.

Drougou/Touratsoglou 1980 : DROUGOU (S.), TOURATSOGLOU (I.), Ελληνιστικοί λαξευτοί τάφοι Βέροιας. Athinai, 1980.

Drougou/Touratsoglou 1988 : DROUGOU (S.), TOURATSOGLOU (I.), Hellenistische Keramik aus MakeMake-donien : chronologische Indizien. In : Akten des XIII. internationalen Kongresses für klassische Archäologie, Berlin 1988 (Deutsches archdologisches Institut). Mainz am Rhein, 1990, 309ff.

Drougou/Touratsoglou 1989 : DROUGOU (S.), TOURATSOGLOU (Ι.), Ελληνιστική κεραμεική από την αρχαία Βέροιας Η περίπτωση του οικοπέδου Γ. Χαρωνιτάκης.
In : Πρακτικά της Β Ἐπιστημονικής Συνάντησης για την Ελληνιστική Κεραμεική. Χρονολογικά προβλήματα της ελληνιστικής κεραμικής. Ρόδος 22-25 Μαρτίου 1989. Athinai, 1990, 74-91, fig. 39-53.

Drougou/Touratsoglou 1991: DROUGOU (S.), TOURATSOGLOU (I.), Hellenistische Keramik aus MakeMake-donien : chronologische Indizien. AK, 34, 1991, 13-27, pl. I-III.

Drougou/Touratsoglou 1991: DROUGOU (S.), TOURATSOGLOU (Ι.), Τα χρονολογημένα σύνολα ελληνιστικής κεραμικής από τη Μακεδονία. In : Γ ’Επιστημονική Συνάντηση για την Ελληνιστική Κεραμεικής. Χρονολογημένα σύνολα – εργαστήρια. Θεσσαλονίκη, 24-27 Σεπτέμβριου ι991. Athinai, 1994,128-137, pl. 72-74.

Rotroff 1984 : ROTROFF (SI.), Spool Saltcellars from the Athenian Agora. Hesperia, 53, 1984, 343-354.

Rotroff 1988 : ROTROFF (S. I.), Athenian Hellenistic Pottery : Toward a Firmer Chronology. In Akten des XIII. internationalen Kongresses für klassische Archaologie, Berlin 1988 (Deutsches archdologisches Institut). Mainz am Rhein, 1990, 173-178, pl. 24-25.

Rotroff 1990 : ROTROFF (S. I.), New Shapes and Techniques in Early Hellenistic Athenian Pottery. In : Πρακτικά της Β Ἐπιστημονικής Συνάντησης για την Ελληνιστική Κεραμεική. Χρονολογικά προβλήματα της ελληνιστικής κεραμικής. Ρόδος 22-25 Μαρτίου 1989. Athinai, 1990, 33-38.

Rotroff 1997 : ROTROFF (S. I.), Hellenistic Pottery. Athenian and Imported Wheelmade Table Ware and Related Material. Princeton, 1997 (The Athenian Agora, XXIX).

Tasia 1986 : TASIA (Α.), Ταφικά ευρήματα από τη Βέργη Σερρών. AD, 41, 1986(1991), 59-84, fig. 1-16, pl. 13-20.

Townsend 1995 : TOWNSEND (R. F.), The East Side of the Agora : the Remains beneath the Stoa of Attalos. Princeton, 1995 (The Athenian Agora, XXVII).

Notes

1 La question est traitée de façon plus détaillée dans F. Blondé, La céramique attique hellénistique à vernis noir : quelques commentaires sur les acquis récents et les problèmes, dans Céramiques hellénistiques et romaines, III (dir. P. Lévêque et J.-P. Morel), article livré début 1993 mais toujours pas paru.

2 En effet, l’exploitation des données de Koroni, camp dont l’occupation date de la guerre chrémonidienne (265-260), a conduit à revoir les dates des Groupes A et Β de Thompson. Le Groupe A (G13:4), originellement daté dans le tournant du IVe au IIIe s., est maintenant placé dans le premier quart du IIIe s., ou un peu plus tard (vers 260) ; le groupe Β (H13:3) daté par Thompson entre 325 et 275 a été déposé vers 240 et couvre une période d’à peu près 80 ans. Parmi les autres dépôts qui influencent l’image de la période qui nous concerne : la citerne de Menon, étudiée dans sa totalité et datée maintenant vers 285-270.

3 Pour une vue synthétique de la problématique au sujet d’Olynthe, voir S. I. Rotroff 1988, 174-176 (mentionnant à juste titre plusieurs vases appartenant à la seconde moitié du siècle) ; cf. aussi J. H. Kroll 1993, The Greek Coins. Princeton, 1993 (Agora XXVI), 297.

4 Cf. très récemment, S. I. Rotroff, J. McK. Camp, The date of the third period of the Pnyx. Hesperia, 65, 1996, 263-294, pl. 77-80.

5 Encore en cours d’étude ; voir entre-temps AA 1980, 256-265, AA 1981, 385-389.

6 Voir, en attendant la monographie de S. I. Rotroff (par exemple Rotroff 1984) pour les skyphos, les plats et les canthares.

7 Rotroff 1990, 34-37.

8 Pour la localisation des sites mentionnés, voir par exemple la carte publiée par R. Ginouvès et alii, La Macédoine de Philippe II à la conquête romaine. Paris, 1993, 48, fig. 41.

9 Une remarque : j’ai été frappée dans ce colloque par le fait que la plupart des documents présentés montraient un matériel attique de bonne qualité, du genre qui ne donne “pas de doutes”, et souvent, à vrai dire, assez loin des fragments à problèmes qu’on a l’habitude de voir dans les fouillles d’habitat en Grèce ; serait-ce dû au choix des pièces illustrées, ou faut-il un jour se demander – hypothèse très hasardeuse pour l’instant – si ce sont nécessairement les mêmes ateliers qui exportent le matériel en Grèce et en dehors de Grèce ?

10 J’ai pu disposer pour analyse d’un échantillonnage de tessons du IVe s. de l’Agora d’Athènes, grâce à la permission et l’aide de John Camp, Suzan Rotroff et l’équipe des fouilles américaines.

11 Matériel publié en détail, mais sans quantification précise dans Blondé 1989.

12 Un commentaire plus complet ainsi que des études semblables sur des contextes couvrant les autres tranches de période à Thasos seront publiés dans la monographie que je prépare : F. Blondé, La céramique à usage quotidien à Thasos au IVe s. av. J.-C. Productions et importations.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search