Version classiqueVersion mobile

La céramique attique du IVe siècle en Méditerranée occidentale

 | 
Brigitte Sabattini

L'Afrique

La céramique attique du IVe siècle en Afrique du Nord

Jean-Paul Morel

Texte intégral

1L’Afrique est une des régions où l’analyse de la céramique attique présente les lacunes et les approximations les plus voyantes, où une certaine immaturité de l’étude de cette céramique apparaît le plus nettement. La raison en est peut-être qu’elle y a été signalée et commentée depuis longtemps, mais par des savants de tradition “classique” qui ont engagé la recherche sur des pistes souvent erronées. Deux principaux facteurs d’équivoque ici : d’une part une surestimation des exportations de la Grande Grèce ; d’autre part, une sous-estimation quantitative de l’exportation athénienne, résultant – ce n’est paradoxal qu’en apparence – d’une surestimation qualitative, et d’une répugnance à attribuer à Athènes des produits médiocres. Exemplaire à cet égard est l’attitude de Dominique Anziani, qui écrivait en 1912, à propos d’un skyphos attique “de Saint-Valentin” du dernier quart du Ve siècle trouvé à Thapsus : « ce vase ne peut être sorti que d’une fabrique apulienne, à l’époque de la décadence de la céramique dite de Gnathia. Son dessin rigide et pauvre ne permet pas de le faire remonter au-delà du Ier s. av. J.-C. » (Anziani 1912, 159-160 et note 6). Citons aussi Stéphane Gsell, qui en 1920 voyait dans un skyphos attique à figures rouges du IVe siècle trouvé à Carthage, et dans d’autres vases analogues d’Afrique, « les produits d’une industrie décadente dont les uns sont certainement, les autres très vraisemblablement sortis d’ateliers grecs établis en Italie » (Gsell 1920, 157-158). Mais il arrive encore que des classements contestables nuisent à une juste appréciation de la présence céramique d’Athènes en Afrique. Ainsi la céramique attique à vernis noir de Béréniké-Benghazi a été récemment insérée sous la curieuse rubrique “Black-Glazed B1 Ware” : alors que la “Black-Glazed A Ware” de la même publication comporte essentiellement de la campanienne A, les “B Wares” mêlent de la céramique attique de diverses époques à de la campanienne Β et à d’autres productions très diverses, dont apparemment un peu de campanienne A (Kenrick 1985, 31 sqq.).

2Voilà quel est l’arrière-plan de la présente enquête. Les conséquences en ont été perçues surtout, jusqu’à présent, au sujet de la prétendue rupture commerciale entre Athènes et Carthage pendant l’ensemble du Ve siècle à la suite de la bataille d’Himère. En bref, aucune céramique grecque, et bien évidemment surtout attique, ne serait plus parvenue à Carthage, ou plus généralement en Afrique, au Ve siècle après la défaite des Carthaginois à Himère en 480 : ce qui apparaît absolument faux (Morel 1983, 731-736). Mais ces conséquences ne sont pas moins réelles dans le domaine de la céramique attique à vernis noir du IVe siècle.

3Il faut observer aussi, préliminairement, que des exportations de céramique attique vers l’Occident, au IVe siècle, ne vont pas de soi. L’Italie en général boude cette céramique. En revanche l’Espagne lui est largement ouverte, de même que la Sicile, dans sa zone grecque comme dans sa zone punique ou plus ou moins punicisée (Mozia, Lilybée, Ségeste, Palerme, Solunto...), que Malte, que la Sardaigne (Morel 1979, 1574-1575 et 1578). Il est clair que l’Afrique du Nord est plus proche de cette aire “sud-occidentale” de la Méditerranée que de l’aire tyrrhénienne, et que l’on peut s’attendre par conséquent à y trouver la céramique attique à vernis noir avec une certaine abondance, comme dans les régions précitées.

Carthage

4Commençons notre tour d’horizon par Carthage, le site pour lequel nous possédons la documentation la plus étoffée.

5Sans être extraordinairement abondante, la présence de la céramique attique à vernis noir du IVe siècle y a été presque constamment sous-estimée. C’est sans doute parce qu’il avait été trompé par des remarques comme celle, sus-mentionnée, de Gsell, mais aussi parce qu’en l’état des publications seule une vision directe du matériel disponible (du reste très rare alors) aurait été utile, que François Villard pouvait affirmer en 1960 « qu’il n’y a pas d’importations attiques à Carthage durant l’époque classique » (Villard 1960, 23). Et c’est pourquoi j’insistais hier ici même sur l’état des études concernant la céramique attique en Occident, qui laisse à désirer à tant d’égards. En fait, une assez grande quantité de vases de Carthage attribués jadis aux fabriques les plus diverses ressortissent sans doute à des ateliers athéniens (Morel 1980, 38-49, passim).

6Venons-en maintenant aux découvertes récentes. Dans une série de lots de céramique à vernis noir issus des fouilles de la colline de Byrsa à Carthage, la proportion de la céramique attique oscille entre 5,7 % et 14,5 % : autour de 10 %, donc, dans l’ensemble. Mais on doit se rappeler que cela concerne Byrsa, c’est-à-dire d’une part un habitat de la première moitié du IIe siècle (où s’observe, jusque dans les niveaux correspondant à la destruction de l’an 146, le phénomène curieux de la céramique attique résiduelle) ; d’autre part, un énorme remblai romain où se mêlent des matériaux d’époques diverses (mais surtout hellénistiques), et où la céramique du IVe siècle n’a aucune raison d’être particulièrement bien représentée. La proportion de la céramique attique a donc dû être sensiblement supérieure lors du IVe siècle aux chiffres que je viens d’indiquer.

7Du reste, la céramique attique ne pouvait manquer dans cette “mégapole” dont le cosmopolitisme se marquait entre autres par la diversité de ses importations céramiques, à l’égal de Rome – cosmopolitisme qui se rencontre aussi, en quelque mesure, dans la cargaison de l’épave d’El Sec (Arribas 1987) : ce qui n’a rien d’étonnant puisque cette épave reflète selon toute apparence un trafic en direction de l’Espagne dans lequel Carthage jouait un rôle.

8L’étude de la céramique attique à Carthage pose, comme souvent en pareil cas, le problème des imitations. Il est difficile de distinguer, sans analyses de laboratoire, une céramique attique médiocre de bonnes imitations. J’éprouve cependant l’intime conviction, à tort ou à raison, qu’une très grande proportion de la céramique “attique” de Carthage provient effectivement d’Athènes – sans pour autant négliger l’importance du facteur “imitation” dans le monde punique, à Carthage comme par exemple à Palerme et plus généralement en Sicile occidentale (Morel 1981, 516).

9Il y a aussi à Carthage quelques vases attiques à figures rouges (voir par exemple Morel 1980, 66-68 ; et d’assez nombreux fragments inédits). Mais la céramique à vernis noir est beaucoup plus abondante dans l’habitat comme dans les nécropoles, quoiqu’elle soit beaucoup moins prise en considération. Le répertoire des formes comporte avant tout des boisais, qui représentent 25 % de la céramique attique à vernis noir dans le matériel des fouilles de Byrsa, se rapportant essentiellement à des vestiges d’habitat ; et 48 % dans le matériel des nécropoles publié par Fethi Chelbi (Chelbi 1992). D’autres formes fréquentes sont le plat à poisson (surtout dans sa variante à rebord peu haut, plus conforme sans doute à l’ancienne tradition phénico-punique des assiettes à cupule centrale et à bord simple ; on notera par ailleurs que dans le monde punique le plat à poisson est véritablement un plat pour le poisson, comme l’indiquent des vestiges de poisson trouvés dans cette sorte d’assiette à Kerkouane aussi bien qu’à Palerme) et le « plate, rolled rim » ; viennent ensuite le bol à bord presque vertical Lamb. 22 et la coupelle Lamb. 21/25 Β, ces cinq formes représentant en quantité plus de 80 % dé l’ensemble des vases attiques à vernis noir. Le répertoire comporte donc surtout des vases à boire spécifiques (des coupes) et des vases à manger spécifiques (des assiettes), tandis que les véritables bols évasés à usage mixte (boire et manger) de forme Lamb. 21 n’ont aucun succès. On note par ailleurs la grande diversité de l’échantillonnage, avec quelques exemplaires de formes telles que le lécythe, le cratérisque, la pyxide, la lékané, l’olpé, l’oenochoé, l’unguentarium. Un répertoire, donc, assez grec, et nettement moins “barbare” que celui de l’Ibérie et des régions ibérisées, qui privilégient le “bol à tout faire” Lamb. 21, ou des cratérisques souvent détournés de leur destination initiale pour servir de cinéraires (sur tout cela, voir Morel 1994, 328-332).

10Parcourons maintenant l’Afrique hors de Carthage, vers l’Ouest, puis vers l’Est.

Algérie

11Serge Lancel a recueilli lors de ses fouilles dans la nécropole occidentale de Tipasa, en ce qui concerne la céramique attique, deux plats à poisson à vernis noir (tous deux à bord mince, ce qui est typique d’une prédilection des Puniques pour cette variante, aux dépens de la forme plus courante à bord haut), deux petits bols L 21 également à vernis noir, ainsi qu’une coupe à figures rouges ornée d’un médaillon figurant un athlète ou un baigneur, du premier quart du IVe siècle (Lancel 1968, 92-94). Mais d’une façon générale un examen malheureusement rapide des musées d’Alger et de Cherchel montre que la “précampanienne” y est assez courante.

Maroc

Lixus

12Dans un article remontant à 1960, François Villard mentionne à Lixus, pour les années 530-330 environ, huit ou neuf vases ou fragments attiques, dont deux fragments à figures rouges du IVe siècle, et les « fragments de deux ou trois skyphoi des Ve et IVe siècles » (Villard 1960, 14). Le colloque consacré à Lixus qui s’est tenu en 1989 n’a rien signalé de nouveau à cet égard (Lixus 1992).

Kouass

13C’est à des officines attiques du IVe siècle que Michel Ponsich attribue à juste titre une partie des fragments à figures rouges qu’il a trouvés à Kouass (Ponsich 1968, pl. VI, surtout en bas ; Ponsich 1969, 61 ; Ponsich 1969-1970, 82).

14Je n’ai rien à ajouter à cette très courte liste, qui confirme bien mal le propos du Pseudo-Scylax 112 sur la diffusion de la céramique attique par les Phéniciens sur la côte atlantique de l’Afrique vers le milieu du IVe siècle. Je noterai toutefois qu’à Kouass existent des bols où l’on pourrait voir (mais sans aucune certitude) des imitations de la forme attique Lamb. 22 = F 2681a, dont ce site, au demeurant, n’a à ma connaissance pas donné d’exemplaires (Ponsich 1968, 19, en haut ; Ponsich 1969, 64, fig. 4, 2 ; Ponsich 1969-1970, 90, fig. 2).

Tunisie hors Carthage

Kerkouane

15La céramique attique du Ve siècle abonde à Kerkouane dans un niveau de cette époque que j’ai pu fouiller sur quelques mètres carrés seulement : j’en ai recueilli 178 fragments, représentant plusieurs dizaines de vases à figures rouges et à vernis noir et de lampes (Morel 1983, 733-734). En revanche, pour le IVe siècle, je ne peux mentionner en ce qui me concerne que des fragments d’un ou deux boisais, de nombreux bols Lamb. 22, et d’un skyphos à figures rouges tardif (Morel 1969, 500-501) : assez maigre récolte, même si je n’ai pas fouillé de niveaux du IVe siècle à proprement parler.

Thapsus, Hadrumète

16De chacun de ces deux sites provient (ou plutôt est signalé) un vase à figures rouges : une coupe pour le premier, et pour le second un askos lenticulaire remontant plutôt au Ve siècle (Morel 1980, 65 et 70).

Tripolitaine

Sabratha

17Les productions attiques à vernis noir sont rares dans des lots de céramique provenant des fouilles d’Antonino Di Vita à l’emplacement du mausolée hellénistique, que j’ai eu l’occasion d’examiner grâce à l’obligeance du fouilleur. Elles sont nettement plus abondantes (près de 200 fragments) dans le matériel des fouilles anciennes de K. Kenyon et de J. B. Ward-Perkins (1948-1951) publié par David Gill, qui date cette céramique attique pour un quart du Ve siècle, pour trois quarts du IVe siècle. Cet ensemble comporte un peu de figures rouges, beaucoup de vernis noir, avec une décrue marquée dans la deuxième décennie du IVe siècle, un pic autour de 360 et une disparition presque complète après 320 (Gill 1986). Mais est-il vraiment possible, en ce domaine, de donner des indications décennie par décennie ? Et par exemple la nette stagnation des années 390-380 est-elle réelle ou accidentelle (vu le nombre tout de même assez restreint de vases sur lequel porte la statistique), ou encore est-elle due aux conditions de la fouille, ou à celles de la datation ? Quant aux formes, les plus attestées au IVe siècle sont les bols, les assiettes, les plats à poisson.

Leptis Magna

18La fouille par Giacomo Caputo des tombes localisées sous la scène du théâtre romain a donné une quantité relativement élevée de céramique attique du IVe siècle (ou dans certains cas du début du IIIe siècle), représentée par les formes suivantes : bols Lamb. 21 (une douzaine d’exemplaires) et 22 (1 exemplaire) à décor de palmettes groupées ou liées, lécythe à panse surbaissée (1), coupelles Lamb. 21/25 Β (2 à 4), skyphoi à bas resserré (4), boisai (1), plats à poisson (4 ou 5, dont 2 à rebord mince), coupelles Lamb. 24 (2) (Caputo 1960 ; Morel 1980, 31-33). De même, les fouilles de l’University Museum de Philadelphie à l’embouchure de l’oued Lebda ont recueilli une forte proportion de céramique attique des Ve et IVe siècles. Citons la directrice des fouilles, Theresa Howard Carter : « the bulk of the unstratified pottery from our two seasons of work consisted of Attic imports of the fifth and fourth centuries B.C. or imitations thereof » (Carter 1965).

A l’est de la Tripolitaine

19La Cyrénaïque et l’Egypte sortent de la zone que nous nous sommes proposé de considérer ici. Nous souhaitons simplement rappeler, en complément à ce tableau général, la situation à Sidi Khrebish-Benghazi, où ont été signalés deux fragments attiques à figures rouges du style de Kertch (Kenrick 1985, 7) et où au moins un fragment attique à vernis noir pourrait dater du IVe siècle (Kenrick 1985, 31, fig. 5, n° 20) ; et à Alexandrie, où naturellement, vu la date de fondation de la cité, la céramique attique du IVe siècle est très peu attestée, mais où, néanmoins, les ateliers d’Athènes ont jeté les germes d’imitations plus ou moins fidèles. Dans les premières décennies d’Alexandrie, celles-ci représentent une proportion importante des céramiques à vernis noir présentes dans les nécropoles de la ville (Morel 1995, 368-370). Notons enfin que A. Bruckner, certainement avec raison, considère comme en grande partie attiques des vases à vernis noir du Musée de Leyde que J. H. Holwerda estime « de fabrication cyrénienne » et pour lesquels il indique comme provenance tantôt Tripoli, tantôt Cyrène, ce qui paraît a priori plus vraisemblable (Bruckner 1962, p. VIII, note 1 ; Holwerda 1936, 3 et 12-15).

Le commerce

20L’hypothèse d’un commerce vers l’extrême Occident médiatisé par des intermédiaires puniques, et particulièrement par Carthage, est couramment évoquée. Elle a été en revanche écartée par François Villard, selon qui les intermédiaires des importations de céramique grecque vers le Maroc ne pouvaient être les Carthaginois, notamment du fait qu’« il n’existe à Carthage pratiquement aucun vase attique d’époque classique » (Villard 1960, 16-17). Mais nous avons vu précédemment ce qu’il en est de cette dernière assertion. Il y a donc lieu, à mon avis, de retenir cette hypothèse comme parfaitement plausible (voir aussi P.-A. Février dans Céramique antique Carthage 1982, 62).

21Pour le IVe siècle, on cite volontiers le texte du Pseudo-Scylax 112, auquel j’ai déjà fait allusion, et selon lequel “les Phéniciens” auraient transporté vers les côtes atlantiques de l’Afrique keramon attikon kai chous. Cette indication semble exceptionnellement précise, mais, comme on l’a vu, il est bien peu de trouvailles signalées sur le littoral atlantique du Maroc qui puissent la confirmer.

22Un indice en faveur d’un commerce des vases attiques dans lequel le relais des commerçants grecs aurait été pris en quelque point du circuit par des commerçants puniques semble toutefois fourni par des graffiti commerciaux gréco-puniques de Carthage et d’autres sites d’Occident figurant sur des vases attiques à vernis noir du IVe siècle, que j’ai signalés en d’autres occasions (Grecs et Ibères 1987, 142 ; Morel 1987-1989 ; Morel 1990, 81-82). J’y verrais les traces d’une ou plusieurs “firmes” assurant l’approvisionnement en céramique attique de l’aire punicisante et la diffusion de cette céramique vers l’extrême Occident, avec peut-être des arrivages d’Athènes jusqu’à Carthage, le relais étant ensuite pris par Carthage en direction de l’Occident punique ou punicisé (voir aussi J. de Hoz, dans Grecs et Ibères 1987, 145). Je n’exclurais pas qu’on puisse rattacher à ce petit groupe de documents une marque fragmentaire Δ[...] sur le fond externe d’un bol des années 375-350 trouvé à Sabratha (Gill 1986, 287, n° 91 ; et 276-277). Il faut noter aussi que, à supposer que cette hypothèse ait quelque valeur, elle ne l’a que pour la céramique attique à vernis noir, et non pas pour la céramique à figures rouges. C’est même une remarque de particulière importance que l’observation de Brian B. Shefton sur les circuits différents que semblent avoir empruntés les céramiques attiques à figures rouges (plutôt par le Nord de la Méditerranée) et à vernis noir (plutôt par le Sud, c’est-à-dire notamment par le Maghreb), bref, sur la différence entre le « Red Figure circuit » et le « Black Glaze run » (dans Grecs et Ibères 1987, 136-138). De même, David Gill note que la céramique attique à vernis noir de Sabratha au IVe siècle présente une similitude avec celle de l’Espagne à la même époque, tandis que « surprisingly there are few points of contact with Southern Italy or Sicily » (Gill 1986, 276).

23Il faut remarquer enfin qu’aucun fret “principal” direct (c’est-à-dire issu d’Athènes même), particulièrement sous les espèces d’amphores de transport, n’est décelable aux côtés de la céramique attique du IVe siècle importée en Afrique – non plus qu’ailleurs, du reste. Certes, ce fret “principal” aurait pu être théoriquement constitué par d’autres amphores grecques que le commerce attique aurait véhiculées vers l’Occident, ce que semble indiquer l’épave d’El Sec. Mais au IVe siècle, et contrairement aux amphores de Sicile et de Grande Grèce, les amphores de la Méditerranée orientale ne paraissent pas particulièrement attestées à Carthage, si l’on excepte de rares amphores de la Grèce de l’Est (Vegas 1987, 374-375) et, surtout, des amphores dites “corinthiennes B” (Wolff 1986, 141). Mais ces dernières peuvent provenir, on le sait, et surtout à cette époque, de différents centres d’Orient ou d’Occident. Au total, on aurait donc peut-être pour la céramique attique à vernis noir reçue par Carthage un cas assez rare de vaisselle de table importée pour elle-même plutôt qu’en accompagnement d’un trafic de denrées vivrières.

Les rapports fournisseurs-clients

24Des découvertes de Carthage et de l’épave d’El Sec donnent des indications intéressantes sur ce problème. Elles concernent un type particulier de kernos circulaire comportant sept larges godets ou kotyliskoi (six godets périphériques entourant un gobelet central), ce nombre étant conforme à une coutume punique, et non pas grecque. Un kernos intact de ce type – type inconnu jusqu’alors aussi bien en Grèce qu’en Occident – a été trouvé dans l’épave d’El Sec : il est en céramique attique à vernis noir. J’ai recueilli dans ma fouille de Carthage-Byrsa des fragments de trois autres kernoi analogues, également en céramique attique à vernis noir, et très probablement de la même époque, ainsi que la moitié d’un kernos analogue, mais en marbre grec. En revanche je n’en connais aucun exemplaire, aucun fragment, hors du monde punique (auquel j’assimile ici l’épave d’El Sec), et notamment en Grèce. Il ne fait guère de doute à mes yeux qu’il s’agit là d’objets fabriqués à Athènes à l’usage de clients puniques ou punicisés, selon un modèle qui, certes, ne trouve pas de strict équivalent dans la céramique punique, mais qui correspond, par le nombre des kotyliskoi, à une exigence des Puniques (Morel 1990,79-80, où sont signalés les fragments de deux kernoi de Carthage, un fragment d’un troisième kernos ayant été trouvé depuis lors). Il s’agit d’un exemple modeste mais significatif de l’adéquation, dans certains cas, de la production des ateliers attiques à la demande de clients occidentaux.

25Au total donc, pour l’ensemble de l’Afrique du Nord, je ne peux faire état que d’une moisson très modeste, à l’exception de Carthage, de Sabratha et de Leptis Magna. Mais l’exemple de ces trois derniers sites montre précisément que là où la céramique attique du IVe siècle, et particulièrement la céramique à vernis noir, a été recueillie, examinée de près et prise en considération, son importation apparaît – en tout cas dans la moitié orientale du Maghreb – de beaucoup supérieure à ce que laissait attendre une vision désormais dépassée de ce problème ; et que par certains traits particuliers elle jette une lumière intéressante sur les modalités économiques et culturelles de ce commerce.

Bibliographie

Anziani 1912 : ANZIANI (D.), Nécropoles puniques du Sahel tunisien. MEFR, 32, 1912, 245-303.

Arribas 1987 : ARRIBAS (Α.), TRIAS (Ma G.), CERDÁ (D.) et DE HOZ (J.), El barco de El Sec (Costa de Calviá, Mallorca), Palma de Majorque, 1987.

Bruckner 1962 : BRUCKNER (Α.), C.V.A., Genève, 1, Berne, 1962.

Caputo 1960 : CAPUTO (G.), Leptis Magna e l’industria artistica campana. RAAN, n. s., 35, 1960, 11-27.

Carter 1965 : CARTER (Th. H.), Western Phoenicians at Leptis Magna. AJA, 69, 2, 1965, 123-132.

Céramique antique Carthage 1982 : Actes du Colloque sur la céramique antique (Carthage, 23-24 juin 1980) (Dossier CEDAC 1), Carthage, 1982.

Chelbi 1992 : CHELBI (F.), Céramique à vernis noir de Carthage, Tunis, 1992.

Gill 1986 : GILL (D.), Attic black-glazed pottery. In : Excavations at Sabratha 1948-1951 (éd. P. M. Kenrick), Londres, 1986 (Journal of Roman Studies, Monograph n° 2), 275-296.

Grecs et Ibères 1987 : Grecs et Ibères au IVe siècle avant Jésus-Christ. Commerce et iconographie (Table ronde, Bordeaux, 16-18 décembre 1986) (éd. P. Rouillard et M.-Chr. Villanueva-Puig) = REA, LXXXIX, 3-4, 1987, 5-428.

Gsell 1920 : GSELL (St.), Histoire antique de l’Afrique du Nord, t. IV, La civilisation carthaginoise, Paris, 1920.

Holwerda 1936 : HOLWERDA (J. H.), Het laat-grieksche en romeinsche gebruiksaardewerk uit het middellandsche-zeegebied in het Rijksmuseum van Oudheden te Leiden, La Haye, 1936.

Kenrick 1985 : KENRICK (P. M.), Excavations at Sidi Khrebish, Benghazi (Berenice), vol. III, Part 1 : The Fine Pottery, Tripoli, 1985 (Suppl. to Libya Antiqua, V).

Lancel 1968 : LANCEL (S.), Tipasitana III. La nécropole occidentale de Tipasa. Rapport préliminaire (campagnes de 1966 et 1967). BAA, III, 1968, 85-166.

Lixus 1992 : Lixus, Actes du Colloque organisé par l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine de Rabat avec le concours de l’Ecole française de Rome (Larache, 8-11 novembre 1989), Rome, 1992 (Coll. EFR, 166).

Morel 1969 : MOREL (J.-P.), Kerkouane, ville punique du cap Bon : remarques archéologiques et historiques. MEFR, 81, 2, 1969, 473-518.

Morel 1979 : MOREL (J.-P.), La Sicile dans les courants commerciaux de la Méditerranée sud-occidentale, d’après la céramique à vernis noir. In : “Philias charin”. Miscellanea in onore di Eugenio Manni, Rome, 1979, V, 1561-1582.

Morel 1980 : MOREL (J.-P.), Les vases à vernis noir et à figures rouges d’Afrique avant la deuxième guerre punique et le problème des exportations de Grande-Grèce. AntAfr, 15, 1980, 29-75.

Morel 1981 : MOREL (J.-P.), Céramique campanienne : les formes, 2 vol., Rome, 1981 (BEFAR 244) (réimpr. 1994).

Morel 1983 : MOREL (J.-P.), Les importations de céramiques grecques et italiennes dans le monde punique (Ve-Ier siècles) : révision du matériel et nouveaux documents. In : Atti del I Congresso internazionale di studi fenici e punici (Roma, 5-10 novembre 1979), vol. III, Rome, 1983, 731-740.

Morel 1987-1989 : MOREL (J.-P.), Quelques graffiti commerciaux de Carthage et d’ailleurs. BCTH, n. s., 22, 1987-1989 [1992], Afrique du Nord, 280-281.

Morel 1990 : MOREL (J.-P.), Nouvelles données sur le commerce de Carthage punique entre le VIIe siècle et le IIe siècle avant J.-C. In : Carthage et son territoire dans l’Antiquité, Actes du IVe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord (Strasbourg, 1988), I, Paris, 1990, 67100.

Morel 1994 : MOREL (J.-P), La céramique attique à vernis noir en Ibérie et à Carthage : une comparaison. In : Iberos y Griegos : lecturas desde la diversidad (Simposio, Ampurias, 1991) (éd. P. Cabrera, R. Olmos et E. Sanmarti), t. II (= Huelva Arqueológica, XIII, 2), Huelva, 1994, 325-344.

Morel 1995 : MOREL (J.-P), Observations sur les céramiques à vernis noir d’Alexandrie. In : Alessandria e il mondo ellenistico-romano (I Centenario del Museo Greco-Romano), Atti del II Congresso internazionale italo-egiziano (Alessandria, 23-27 novembre 1992), Rome, 1995, 368-376.

Ponsich 1968 : PONSICH (M.), Alfarerias de época fenicia y púnico-mauritana en Kuass (Arcila, Marruecos) (Papeles del Laboratorio de Arqueología de Valencia, 4), Valence, 1968.

Ponsich 1969 : PONSICH (M.), Les céramiques d’imitation : la campanienne de Kouass, région d’Arcila, Maroc. AEA, 42, 1969, 56-80.

Ponsich 1969-1970 ; PONSICH (M.), Note préliminaire sur l’industrie de la céramique préromaine en Tingitane (Kouass, région d’Arcila). Karthago, XV, 1969-1970, 75-97.

Vegas 1987 : VEGAS (M.), Karthago : stratigraphische Untersuchungen 1985-1987. Die Keramik aus der punischen Seetor-Straβe. MDAI(R), 94, 1987, 351-412.

Villard 1960 : VILLARD (F.), Céramique grecque du Maroc. BAM, IV, 1960, 1-26.

Wolff 1986 : WOLFF (S. R.), Carthage and the Mediterranean : imported amphoras from the Punic commercial harbor. Cahiers des Etudes Anciennes, XIX, Carthage IX, Actes du Congrès (quatrième partie), Trois-Rivières, 1986, 135-153.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search