Version classiqueVersion mobile

La céramique attique du IVe siècle en Méditerranée occidentale

 | 
Brigitte Sabattini

La Gaule méridionale

Premier aperçu sur la composition de la céramique attique d’Arles (Bouches-du-Rhône) au IVe s. av. J.-C.

Patrice Arcelin et Pierre Rouillard

Texte intégral

1Sous la ville actuelle, après le développement des fouilles de 1975 à 1991, le site préromain d’Arles apparaît comme une des agglomérations protohistoriques majeures de la basse vallée du Rhône. Annoncées par les premières recherches de F. Benoit, J.-M. Rouquette et Ch. Lagrand (de 1941 à 1975), les investigations de ces dernières années conduites au Jardin d’Hiver (fig. 1.1) et à l’emplacement des futurs Cryptoportiques augustéens (fig. 1.2) laissent désormais entrevoir une vaste agglomération d’au moins 30 ha de superficie, conçue et structurée dans un cadre planimétrique vers 540/530 av. J.-C. (Arcelin 1995, 331-333). L’évolution urbaine, avec des moments d’extension (vers -500/ 490) ou de rétraction (ainsi autour de -180/170), peut être suivie à travers ces deux fouilles et les compléments d’autres sondages jusqu’à la mise en place de la colonie romaine (vers -46/44) et surtout les transformations radicales intervenues sous le règne d’Auguste (entre 20 et 10 av. J.-C.). Pour le IVe s. av. J.-C. et plus spécifiquement autour de la question des importations de céramiques attiques, ce sont les phases 2e (-400/375) et 3a, b et c (entre -375 et -320) qui sont ici concernées (Ibid., tableau I : 333). Du VIe au IVes. (et au-delà à travers le mobilier des remblais), les analyses en cours des dizaines de milliers de fragments montrent d’ores et déjà la part primordiale des importations de vaisselle en regard des fabrications locales non tournées. Elle se chiffre, selon les quartiers et les périodes, entre 75 et 93 % des vases (Ibid., diagramme de fréquence des grandes catégories de vaisselle, entre -475 et -150, fig. 7 : 334 ; ici fig. 2). La convergence des indices variés (urbanisme, structuration des habitations et des rues, mobilier) conduit à envisager la transformation d’un emporion initial (celui du dernier tiers du VIe s.) en apoikia, vers -500/490. Dès les alentours de -400, de nouveaux constats évolutifs laisseraient entrevoir une plus grande implication des populations indigenes dans les activités de la ville.

Fig. 1 - Arles dans la basse vallée du Rhône et détails de la localisation des deux principaux chantiers concernés sur le plan hypsométrique du site. 1 : le quartier du Jardin d’Hiver (fouillé de 1975 à 1989). 2 : l’emplacement des Cryptoportiques, au centre de l’agglomération antique, hachurée (fouilles 1991).

2Bien que provenant de contextes stratifiés, répertoriés par nature sédimento-topographique et fiabilité typo-chronologique, les milliers de fragments de céramiques attiques et grecques, à vernis noir et/ou figures rouges, ne seront pas présentés ici selon ces ensembles homogènes. Comme cela est fréquemment le cas dans les habitats en milieu sec, environ la moitié du mobilier arlésien provient de découvertes en position secondaire (remblais préparateurs, remblaiements des tranchées d’installation de mur...). Après tri informatique, c’est donc un mobilier considéré comme majoritairement peu remanié qui servira en définitive de base à l’analyse des données et qui permettra, entre autres, de présenter une évolution des formes attiques et celle de leur fréquence selon le schéma évolutif des dépôts successifs observés. Dans l’attente, nous avons préféré présenter les formes du matériel attique à vernis noir étudiées et leurs fréquences par quart de siècle, selon des attributions par endo-datation, après recollage, en comptant un individu ou une pièce quand un bord (ou un fond ou un fragment décoré de panse ou de vasque) était suffisamment caractérisé pour représenter un vase.

3Ainsi prendrons-nous en compte au départ les 1426 pièces (sans compter les 55 lampes) grecques mises au jour dans les fouilles du Jardin d’Hiver et des Cryptoportiques. L’essentiel de ce matériel est attique, 93,7 % du total ; les autres centres de production sont la “Grèce de l’Est”, avec 4,2 % des pièces, Sparte, avec 0,7 %, Corinthe, avec 0,3 %, l’Étrurie, avec 0,5 % ; quelques pièces à vernis noir non identifiées représentent 0,6 % du total. La mise en perspective des importations attiques oblige à quelques remarques d’ensemble au-delà de ces données chifchiffrées : la constance (mais non la régularité) des importations à partir du premier quart du VIe s. (et même de la fin du VIIe s. avec un skyphos corinthien), la place majoritaire de la vaisselle attique dans ces importations durant la seconde moitié du VIe s. où arrivent pourtant encore des vases d’autres ateliers. Quatre grandes tendances se dessinent sans ambiguïté : la première couvre le VIe s. et le premier quart du Ve s. avec une augmentation régulière des importations ; la seconde, de 475 à 425 av. J.-C., est marquée par un léger déclin des importations grecques (la rupture de -475 tient au fait que les arrivages de vases à figures rouges ne compensent pas l’arrêt des arrivages de vases à figures noires) ; le dernier quart du Ve s. est une étape de stabilisation de la baisse, du moins dans le quartier central de l’agglomération (fouilles des Cryptoportiques) où elle paraît se prolonger jusque vers -350, pour décliner ensuite rapidement ; à l’inverse, les premières études sur 20 % du mobilier provenant du quartier excentré méridional du Jardin d’Hiver, suggèrent l’accentuation d’un déficit régulier des importations attiques jusqu’à la fin du IVe s. (fig. 2).

Fig. 2 - D’après les premiers résultats analytiques de l’évolution de la vaisselle céramique d’Arles (entre le début du Ve s. et le milieu du IIe s. av. J.-C.), mise en évidence de la progression des importations méditerranéennes, essentiellement fines et attiques, durant le IVe s. (d’après Arcelin 1995, 334, fig. 7).

Les formes attiques du IVe s. (par attributions chronologiques)

4Au IVe s., comme au précédent, Athènes est pratiquement le seul fournisseur de vases importés méditerranéens. Après l’étude de plus de 1300 pièces attiques reconnues, 589 appartiennent au IVe s. ; le tableau I ci-après propose une répartition par quart de siècle, en séparant les vases à figures rouges de ceux à décor surpeint et réservé ou uniquement à vernis noir.

Tableau I - Attribution chronologique (entre 400 et 325 av. J.-C.) de la totalité des vases attiques à figures rouges, à vernis noir et à surpeint/réservé, recensés dans les fouilles du Jardin d’Hiver et des Cryptoportiques d’Arles.

5Présente à Arles dès la fin du VIe s. en quantité supérieure aux exemplaires à figures rouges, la vaisselle à vernis noir attique est la plus abondante et le demeure au fil des Ve et IVe s. ; elle représente 67,3 % du total de la vaisselle attique. Les vases à figures rouges arrivent lentement et en petit nombre au moins jusqu’en -450 ; c’est là une différence considérable avec l’Étrurie (Rendeli 1989) et – dans une bien moindre mesure – avec Marseille (Villard 1960, 29 ; Gantès 1992, 174-175). Ils ne sont vraiment présents en Arles que tardivement.

6Entre -400 et -375, puis au quart de siècle suivant, le nombre de vases à vernis noir est plus de deux fois supérieur (le rapport est respectivement de 2,6 et 2,1) à celui des individus à figures rouges. Ce déséquilibre est ici plus sensible qu’à Marseille, mais l’est beaucoup moins que dans la plupart des sites languedociens, par exemple à Béziers (Ugolini/Olive 1995, 241), ou de la Péninsule Ibérique. Même mineure dans la population attribuable au IVe s., la part des vases attiques à figures rouges représente pourtant près de 70 % de tous les vases de ce style recensés à ce jour en Arles. Mais faire parler de tels chiffres sur un nombre d’exemplaires issus de couches et de remblais fort différemment fouillés pour la fin du VIe et le Ve s. (simplement explorés à l’aide de sondages) par rapport au IVe s. (dont les structures ont été étudiées sur de bien plus vastes superficies), ne saurait avoir de réelle valeur comparative dans l’approche des processus évolutifs. C’est en proportion de l’ensemble des pièces composant la vaisselle d’une période que les estimations de cette nature peuvent prendre un sens. Nous préférons dans l’immédiat considérer la masse documentaire recueillie dans l’intégralité des ensembles homogènes et en remblais (niveaux forcément remaniés) pour effectuer une présentation typo-chronologique, scindée entre les trois premiers quarts du IVe s. et en particulier sur les deux premiers (fig. 3, A et Β).

Fig. 3 A et Β - Les formes de la vaisselle attique (à vernis noir et/ou à figures rouges) présentes à Arles et attribuées à la première moitié du IVe s. av. J.-C. Les fréquences sont calculées par quart de siècle.

7Dans les dernières décennies du Ve s., le vase à boire est la forme la plus courante : la coupe sans tige (la “Castulo Cup” et la coupe de la “Classe délicate”) est la forme la plus présente en vernis noir, quand les vases à boire hauts sont encore rares ; sur les 23 pièces en figures rouges, on compte 19 coupes, autant sans tige qu’avec tige, un skyphos, le premier de ce style, et un seul cratère.

8Avec le premier quart du IVe s., la tendance déjà apparue s’affirme : à côté des coupes sans tige, les vases à boire hauts sont de plus en plus présents. Au moment où les arrivages de vases à figures rouges sont plus importants, les coupes sans tige (12 ex.) et les coupes-canthares (6 ex.) sont, dans cette catégorie, plus nombreux que les coupes à tige (4 ex.) avec, il est vrai, 12 coupes indéterminées ; toujours parmi les vases à boire, 2 skyphos et, à côté, peu de grands vases : 3 cratères, 1 oenochoé et 1 lékanis ; 8 vases sont peu précisés (5 fermés et 3 ouverts). Deux vases rentrent dans le groupe de technique “surpeint/réservé”.

9Dans les productions à vernis noir, la même tendance apparaît mais le répertoire témoigne d’une plus grande variété ; les coupes basses sont les plus nombreuses, parallèlement les coupes-canthares et les skyphos d’une part et les bols, dans de nombreuses variantes, d’autre part s’imposent. L’inventaire est le suivant :

  • seule coupe à tige, 36 coupes sans tige à courbure continue et 2 coupes de la “Classe délicate” ;

  • coupes à une anse et 1 coupe-calice ;

  • coupes indéterminées ;

  • 18 coupes-canthares, la plupart à lèvre concave ;

  • 19 skyphos dont un seul de type corinthien ;

  • bols (à bord rentrant et à rebord ourlé) ;

  • boisais ;

  • petits bols-salières ;

  • plats à poisson ;

  • oenochoé ;

  • cratère ;

  • enfin, 2 plats indéterminés et 7 vases non précisés (5 fermés et 2 ouverts) ; peu de vases du service de la toilette : 1 askos, 1 lécythe aryballisque et 2 lékanis.

10Le second quart du IVe s. voit les tendances déjà apparues s’accentuer et ce d’abord pour le répertoire des formes de vases à vernis noir. Parmi les exemplaires à figures rouges, on compte surtout des coupes sans tige (72 ex.) et des skyphos (16 ex.) ; élément nouveau, la présence, symétrique à l’augmentation du nombre de coupes à figures rouges, de 23 cratères ; le corpus des vases de la toilette s’accroît lui aussi sensiblement avec 7 lékanis, 1 pyxis et 1 lécythe. On ajoutera 1 péliké et 4 vases peu précisés (3 fermés et 1 ouvert).

11Parmi les productions à vernis noir, le bol ou le plat deviennent les formes les plus courantes. L’inventaire est le suivant :

  • 67 bols à bord rentrant, 31 bols à rebord ourlé et 47 exemplaires de l’un ou l’autre type ;

  • bol à une anse ;

  • 20 petits bols-salières, dont un seul à rebord plat ;

  • boisais ;

  • plats à poisson ;

  • 34 coupes sans tige ;

  • des skyphos le plus souvent à vasque convexoconcave (26 ex.) et autres vases à boire hauts (2 canthares, 1 coupe-canthare et 6 cratérisques) ; ainsi ces vases à boire hauts représentent un volume proche de celui des coupes sans tige ;

  • un répertoire réduit de vases de la toilette : 3 askos, 2 lékanis et 1 pyxis ;

  • on ajoutera 2 vases peu précisés.

12Le déclin brutal des importations attiques dans le troisième quart du IVe s. s’accompagne d’une modification profonde des formes attestées. En figures rouges, on compte seulement 2 pélikés, autant de couvercles de lékanis et 1 plat à poisson. Dans les productions à vernis noir, le plat à poisson est la seule forme largement présente avec 20 pièces, à côté des 4 bols à bord rentrant et des 4 cratérisques.

Place et rôle des importations attiques dans le service de la table

13– L’estimation provisoire publiée peu avant ce colloque (Arcelin 1995, 334, fig. 7 ; reprise ici partiellement, fig. 2) montre la place importante tenue par les vases attiques au sein du service de la table, du boire et plus secondairement du manger. Selon les quartiers de l’agglomération, les vases d’Athènes sont présents dans la proportion de 13 % vers -400 ou de 8 à 14 % aux alentours de -350.

14Comme à Marseille, l’essentiel de la vaisselle de table est constitué par les vases à pâte calcaire provençaux, importés de la région marseillaise ou fabriqués sur place. On peut estimer la part de ces pièces à pâte claire (essentiellement des coupes et des vases à verser) entre 68 et 78 % durant le IVe s.

15La troisième catégorie importante est celle des productions non tournées, qui sont de type indigène régional. Elle recouvre avant tout les besoins de la cuisine (pots à cuire et à stocker ; jattes à rissoler ; grandes jattes de préparation alimentaire) et dans une proportion – très variable selon les quartiers – de 8 à 21 % vers -400, 10 et 23 % vers -350.

16– L’immense majorité de la vaisselle attique appartient au service de la table, pour manger et boire. Plusieurs nuances sont à apporter à cette formulation. Tout d’abord, le répertoire apparaît plus riche au second quart du IVe s., ou plutôt s’enrichit progressivement de la fin du Ve s. au second quart du IVe surtout dans la vaisselle à vernis noir. Au premier quart du siècle, les vases qui n’appartiennent pas au service de la boisson sont très peu nombreux. Mais au second quart, quand le répertoire de formes s’élargit, il y a complémentarité entre les formes présentes à figures rouges et celles à vernis noir ; à ce moment, dans le premier lot, la coupe sans tige est très courante tandis qu’en vaisselle à vernis noir abondent les exemplaires pour manger, le bol ou le plat à bord rentrant.

17– Les raisons de l’interruption des arrivages nous échappent encore ; on pourrait l’expliquer par l’appauvrissement de la qualité des productions mais ce fait n’est pas vraiment sensible pour les vases à vernis noir ni même pour les productions peintes car dans le style de Kertch il est possible de trouver des réalisations parfaitement accomplies. C’est dans l’aire de fabrication même qu’il faut chercher une explication au moment où le marché des produits de première nécessité oriente les échanges d’Athènes vers des régions bien précises, loin de l’Occident méditerranéen, qui, rappelons-le, n’a pas reçu de vases du style de Kertch. Il faut toutefois éviter une explication univoque : en effet cette vaste région qui va de Gênes à l’Atlantique ne semble pas avoir ressenti un profond besoin d’importations de vaisselle figurée au point de susciter des appels économiques vers les régions hellénisées ou étrusques productrices de vases peints ; Arles s’inscrit dans la longue liste des sites sans vases peints de Grande Grèce ou d’Étrurie. Par ailleurs et dans le même temps, les productions peintes et décorées de Marseille, dont Arles a reçu le seul exemplaire connu, restent des essais sans lendemain. Désormais, audelà du troisième quart du IVe s., la vaisselle importée à enduit grésé noir vient du Latium et d’Étrurie, puis d’autres secteurs occidentaux sans que soit totalement éclaircie l’existence ou non d’une rupture momentanée (ou longue) dans l’arrivée de ces récipients fins.

Bibliographie

Arcelin 1995 : ARCELIN (P.), Arles protohistorique, centre d’échanges économiques et culturels. In : Hommages Nickels, 325-338.

Barruol/Py 1978 : BARRUOL (G.), PY (M.), Recherches récentes sur la ville antique d’Espeyran à Saint-Gilles-du-Gard. RAN, XI, 1978, 19-100.

Bats 1988 : BATS (M.), Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J-C.). Modèles culturels et catégories céramiques. Paris, 1988 (RAN, suppl. 18).

Campenon 1987 : CAMPENON (C.), La place de la Péninsule ibérique dans le commerce des vases attiques à figures rouges autour de 400 av. J.-C. REA, 89, 1987, 179-191.

Campenon 1994 : CAMPENON (C.), La céramique attique à figures rouges autour de 400 av. J.-C. Les principales formes, évolution et production. Paris, 1994.

Colonna 1981 : COLONNA (G.), Presenza greca ed etruscomeridionale nell’Etruria mineraria. In : Etruria mineraria, 443-452.

Cristofani/Martelli 1981-1982 : CRISTOFANI (M.), MARTELLI (M.), Aléria et l’Étrurie à travers les nouvelles données des fouilles de Populonia. Archeologia Corsa, 6-7, 1981-1982, 5-10.

Etruria mineraria : L’Etruria mineraria. Atti del XII Convegno di Studi etruschi ed italici, (Firenze, Populonia, Piombino, 1979). Firenze, 1981 (SE, suppl. XII).

Gantès 1992 : GANTÈS (L.-F.), L’apport des fouilles récentes à l’étude quantitative de l’économie massaliète. In : Marseille grecque, 171-178.

Grecs et Ibères : Grecs et Ibères au IVe s. av. J.-C. Commerce et iconographie (dir. P. Rouillard et M.-Ch. Villanueva-Puig). Actes de la table ronde de Bordeaux, 16-18 déc. 1986. Bordeaux, 1989 (Publ. Centre Pierre Paris, 19 = REA, 89, 1987, 3-4).

Hannestad 1988 : HANNESTAD (L.), The Athenian Potter and the Home Market. In : Proceedings of the 3rd Symposium on Ancient Greek and Related Pottery, Copenhagen, 1987 (J. Christiansen and T. Melander eds.). Copenhagen, 1988, 222-230.

Hommages Nickels : Sur les pas des Grecs en Occident... Hommages à André Nickels (dir. P. Arcelin, M. Bats, D. Garcia, G. Marchand et M. Schwaller). Lattes-Paris, 1995 (Études Massaliètes, 4).

Jehasse 1973 : JEHASSE (J. et L.), La nécropole préromaine d’Aléria. Paris, 1973 (Gallia, suppl. XXV).

Marseille grecque : Marseille grecque et la Gaule (dir. M. Bats, G. Bertucchi, G. Congès et H. Tréziny). Actes des colloques de Marseille, 1990. Lattes-Aix-en-Provence, 1992 (Études Massaliètes, 3).

Martelli 1981 : MARTELLI (M.), Populonia : cultura locale e contatti con il mondo greco. In : Etruria mineraria, 399-427.

Meyer 1980 : MEYER (J.-C.), Roman History in Light of the Import of Attic Vases to Rome and Etruria in the 6th and 5th Centuries B.C. Analecta Romana, IX, 1980, 47-68.

Rendeli 1989 : RENDELI (M.), Vasi attici da mensa in Etruria - Note sulle occorrenze e sulla distribuzione. MEFRA, CI-CII, 1989, 545-579.

Rouillard 1991 : ROUILLARD (P.), Les Grecs et la Péninsule ibérique du VIIIe au IVe siècle avant J.-C. Paris, 1991 (Publ. Centre Pierre Paris, 21).

Rouillard 1992 : ROUILLARD (P.), La place de Marseille dans le commerce des vases attiques à figures rouges en Méditerranée occidentale (Ve-IVe s. av. J.-C.). In : Marseille grecque, 179-187.

Ugolini/Olive 1995 : UGOLINI (D.), OLIVE (C.), La céramique attique de Béziers (VIe-IVe s.). Approche de la diffusion et de l’utilisation de la vaisselle attique en Languedoc occidental. In : Hommages Nickels, 237-260.

Villard 1960 : VILLARD (F.), La céramique grecque de Marseille. Essai d’histoire économique. Paris, 1960 (BEFAR, 195).

Villard 1992 : VILLARD (F.), La céramique archaïque de Marseille. In : Marseille grecque, 136-170.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Arles dans la basse vallée du Rhône et détails de la localisation des deux principaux chantiers concernés sur le plan hypsométrique du site. 1 : le quartier du Jardin d’Hiver (fouillé de 1975 à 1989). 2 : l’emplacement des Cryptoportiques, au centre de l’agglomération antique, hachurée (fouilles 1991).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2 - D’après les premiers résultats analytiques de l’évolution de la vaisselle céramique d’Arles (entre le début du Ve s. et le milieu du IIe s. av. J.-C.), mise en évidence de la progression des importations méditerranéennes, essentiellement fines et attiques, durant le IVe s. (d’après Arcelin 1995, 334, fig. 7).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1951/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Tableau I - Attribution chronologique (entre 400 et 325 av. J.-C.) de la totalité des vases attiques à figures rouges, à vernis noir et à surpeint/réservé, recensés dans les fouilles du Jardin d’Hiver et des Cryptoportiques d’Arles.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1951/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1951/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 3 A et Β - Les formes de la vaisselle attique (à vernis noir et/ou à figures rouges) présentes à Arles et attribuées à la première moitié du IVe s. av. J.-C. Les fréquences sont calculées par quart de siècle.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1951/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 585k

Auteurs

CNRS, Centre Camille Jullian, UMR 6573, 5 rue du Château de l’Horloge – F 13094 Aix-en-Provence Cedex 2.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search