Version classiqueVersion mobile

La céramique attique du IVe siècle en Méditerranée occidentale

 | 
Brigitte Sabattini

Ateliers

Les skyphos du F.B. Group à Spina : apport chronologique de l’étude stylistique et typologique

Brigitte Sabattini

Texte intégral

1. Le skyphos à figures rouges du IVe siècle, une production de série largement exportée à Spina1

  • 1 L’étude du Groupe du Fat Boy à Spina avait été entreprise dans le cadre du doctorat nouveau régime (...)

1Que l’on se réfère au catalogue de J. D. Beazley (Beazley 1963 ; Addenda2) ou aux études sur Spina comme celles de L. Massei (Massei 1978), un des traits frappants du comptoir de l’Adriatique septentrionale est la présence en nombre important de skyphos attiques dans les tombes du IVe siècle. C’est ainsi que J. D. Beazley cite 32 skyphos attribués au Groupe du Fat Boy proprement dit, trois attribués au Peintre de Kalymnos, un du Peintre de Londres F 128, cinq du Groupe de Salonique 93, deux du Peintre de Naples 146 681 :43 des 73 exemplaires répertoriés par le savant anglais proviennent donc de Spina. De son côté, L. Massei a attribué au F.B. Group vingt et un skyphos qui n’avaient pas été pris en considération par J. D. Beazley (tombes 596, 139, 834, 933, 162A, 385A, 395A, 625A, 2B, 178B, 1045B, 58C, 238C, 386C). Il semble alors tentant à partir de cet échantillon représentatif de tenter une analyse stylistique et typologique de ce type de vase afin de préciser les critères d’attribution au F.B. Group et si possible la chronologie de cette production de série.

2A première vue, la pauvreté de l’iconographie ne porte pas à une analyse détaillée dans la mesure où se répète à l’infini la même scène de genre évoquant un monde de la palestre réduit à deux personnages en train de converser. Le plus souvent, le personnage de gauche, un athlète, est nu et celui de droite enveloppé dans un manteau, mais parfois les deux personnages sont drapés dans leur himation. Seule varie la position des bras et des attributs que la fantaisie du peintre a placés dans les mains ou dans le champ libre entre les deux personnages et qu’il n’est d’ailleurs pas toujours possible d’identifier. Au delà de cette répétitivité iconographique peu stimulante, il apparaît très vite que le thème a été interprété par des tempéraments très différents, même si aucun ne peut être considéré comme un véritable artiste : J. D. Beazley précisait déjà « there are a good many hands ». Une analyse stylistique peut donc permettre de distinguer les différentes mains et une évolution dans le traitement d’un thème récurrent qui affinerait notre connaissance d’une production trop souvent considérée comme un ensemble indistinct.

Fig. 1 - Profil des skyphos : 1.1 : Tombe 104B inv. 8011 ; 1.2 : Lattes Us 50 032 ; 1.3 : Tombe 862 inv. 25 850 ; 1.4 : Tombe 893 inv. 26 062 ; 1.5 : Tombe 893 inv. 26 060 ; 1.6 : Tombe 136A inv. 5083 ; 1.7 : Tombe 136A inv. 28 509.

Fig. 2 - Profil des skyphos : 2.1 : Tombe 447B inv. 15 776 ; 2.2 : Tombe 909 inv. 26 169 ; 2.3 : Tombe 58C inv. 19 213 ; 2.4 : Tombe 596 inv. 23 453 ; 2.5 : Tombe 640 inv. 23 834 ; 2.6 : Tombe 165 inv. 20 730 ; 2.7 : Tombe 178B inv. 8495 ; 2.8 : Tombe 178B inv. 8496.

3Il me paraît intéressant pour poser les problèmes de partir de deux exemples significatifs :

4- les skyphos de la tombe 277Α (fig. 3 et 4).

5L’un des deux skyphos a été attribué par J. D. Beazley au Peintre de Naples 146 681, le second, vraisemblablement en fragments lorsque Beazley avait vu le mobilier de Spina, est sans aucun doute possible de la même main. Celle-ci est originale à défaut d’être habile : l’“athlète”, doté de jambes maigrichonnes, de fesses hautes et d’une forte cambrure, tient les deux bras en avant : le bras gauche a la main ouverte, tandis que l’un des doigts de la main droite est relevé, presqu’en forme de crochet ; quelques rares coups de pinceau fin complètent une anatomie qui confine à la caricature. Le personnage de droite (pédotribe) est enveloppé dans un manteau qui laisse entrevoir des pieds dont les doigts sont parfois grossièrement esquissés au pinceau ; de larges coups de pinceau épais soulignent ce qui doit être la bordure du vêtement vers le bas et sur le bras. Les têtes présentent un profil peu canonique, les yeux sont rendus par trois coups de pinceau fin rarement ajustés. Quant à la chevelure, on a du mal à savoir si les touches vers le bas sont destinées à définir l’emplacement de l’oreille ou si elles sont dues à une exécution trop rapide, comme tendrait à le laisser supposer le peu de soin avec lequel la décoration secondaire a été traitée : l’artisan n’a pas hésité à mordre sur les spirales d’encadrement le cas échéant. La schématisation de ces dernières témoigne d’ailleurs de la simplification du système décoratif complexe que l’on trouve encore sur les skyphos du Worst Painter par exemple (Alfieri 1979, 104, n° 256-257 ou 258-29).

Fig. 3 - Skyphos de la tombe 277A, inv. 6535.

Fig. 4 - Skyphos de la tombe 277A, inv. 6534.

6Au total, ces skyphos semblent donc marquer le point ultime de l’appauvrissement stylistique que l’on considère comme un des traits caractéristiques de la production attique de série au IVe siècle et l’on serait tenté, un peu rapidement, de les dater vers le milieu du siècle, mais l’examen de leur profil, très proche du numéro 348 de l’Agora (Agora XII), incite à proposer une datation plus haute puisque celui-ci est daté de “vers 400”.

7- Le skyphos de la tombe 104B (fig. 1.1 et fig. 5)

8A titre de comparaison, j’ai choisi de vous présenter le skyphos de la tombe 104B dont le profil est assez proche (fig. 1.1). Il n’a pas été intégré au groupe par Beazley, alors que les deux oenochoés de la même tombe figurent dans la liste du savant anglais (Beazley 1963, 1488.135 et 1489.145). En revanche, L. Massei (Massei 1978, 166) l’intègre au groupe : « dallo stile pare del p. del ragazzo Grasso (prima metà del IV a.C.) ». Bien qu’assez schématique, le style est encore soigné ; la décoration secondaire, simplifiée, est exécutée avec soin et la scène ne mord pas sur elle. Sans être élaboré, le drapé des deux personnages en conversation reste complexe : notons par exemple le dégagement des bras droits, en particulier dans le personnage de gauche. Si les pieds ne sont pas traités en détail, le cou est distinct, la bouche encore dessinée, le trait de la pupille correctement placé entre ceux des cils, le volume de la chevelure assez justement rendu. Les doigts des mains ne sont qu’esquissés, mais ils tiennent de façon vraisemblable le bâton ou le strigile. L’ensemble donne donc l’impression d’avoir été exécuté avec un certain souci de réalisme, sinon de précision. Certes la scène représentée, celle d’une conversation entre deux personnages, se retrouve sur les skyphos du Fat Boy Group, mais stylistiquement, ce skyphos ne trouve aucun parallèle dans les vases que J. D. Beazley a classés sous cette appellation. Le fait qu’il puisse être daté à la rigueur du début du IVe siècle n’est pas suffisant pour justifier le rapprochement proposé par Massei, à moins de considérer que tous les skyphos du IVe siècle fassent partie de ce groupe. Cette attribution au Groupe du Fat Boy n’est donc, comme souvent dans les publications, que de pure commodité et devient par là seulement générique, surtout quand elle est accompagnée d’une proposition de datation tout aussi approximative, première moitié du IVe siècle.

Fig. 5 - Skyphos de la tombe 104B, inv. 8011.

9C’est pour sortir de ce cercle vicieux que je vous présente aujourd’hui une partie des résultats de l’étude entreprise sur le F.B. Group à Spina. Celle-ci visait d’une part à comprendre ce que le savant anglais entendait par F.B. Group, d’autre part à établir si possible une chronologie plus serrée de cette production. En ce qui concerne le second point, le cas des vases de la tombe 277A nous a montré – de manière un peu provocatrice, je l’avoue – le risque d’une étude purement stylistique et le parti que l’on peut tirer de l’exploitation des données typologiques. Ainsi, puisque l’évolution typologique du skyphos est bien connue grâce à la publication des vases à vernis noir de l’Agora d’Athènes (Agora XII), l’étude croisée des données morphologiques et stylistiques va nous permettre de proposer un panorama chronologique des vases trouvés à Spina tout en précisant les critères d’attribution au F.B. Group.

2. Le premier quart du IVe siècle

2.1. Le Peintre de Naples 146 681

10Nous en avons déjà défini les caractéristiques stylistiques à partir des vases de la tombe 277A. Ce peintre a dû être actif à la fin du Ve siècle ou plutôt au tout début du IVe siècle, si on tient compte de la forme des vases qu’il décore. Le skyphos de Vérone (CVA Verona 1961, pl. 6,2) a le même profil trapu que ceux de la tombe 277A : la hauteur du vase est largement inférieure au diamètre et la base du vase est large. Remarquons dès à présent que le Peintre de Naples 146 681 est le seul des peintres répertoriés par Beazley à la fin de son chapitre à propos duquel il écrit : « might really count as belonging to the F.B. Group ».

2.2. Le Peintre de la tombe 862 (fig. 1.2-4 et fig. 6-7)

11Les hasards de la recherche nous ont amenée à retrouver à Lattes un skyphos peint par une des mains que nous avions identifiée à Spina.

Fig. 6 - Skyphos de la tombe 862, inv. 25 850.

12Le skyphos de la tombe 862 (inv. 25 850) permet d’en analyser les caractéristiques stylistiques : sur le côté A, l’athlète présente une anatomie plus exacte et plus détaillée que sur le côté B. Ainsi, le contour de la silhouette et les détails au pinceau fin sont plus précis, mais ils révèlent les mêmes gestes : citons à titre d’exemple les trois coups destinés à distinguer la taille et le mouvement du bras ou la dilatation de la jambe gauche sur le côté Β due à l’imprécision de la couverture finale en vernis (on aperçoit encore la ligne guide qui n’a pas été atteinte). Le drapé du personnage de droite obéit à un schéma simple : trois lignes de biais pour indiquer le dégagement du bras droit, trois autres à l’arrière pour la retombée et entre les deux, deux ou trois visant à rendre l’ampleur du manteau. La ligne de contour arrière s’achève caractéristiquement en boucle. Autre trait distinctif, le coup de pinceau destiné à séparer le visage du corps, le cou ayant disparu. Pour les visages, on observera le recours fréquent au point pour représenter la bouche, deux traits et un point pour l’œil et un gros point en arrière ou sous la chevelure. Le décor secondaire en spirale est correctement exécuté, mais souvent le vernis de couverture est imprécis. Les palmettes sous anses sont peu soignées : la base très aplatie se réduit à un point surmontée d’un coup de pinceau clairement donné de droite à gauche. Les pétales irrégulières sont disposées dissymétriquement par rapport à celle du centre (5 à droite et 4 à gauche, la pétale de gauche la plus proche de la pétale centrale se retrouvant ainsi anormalement dilatée).

Fig. 7 - Skyphos de la tombe 893, inv. 26 062.

13Le skyphos de la tombe 893 (inv. 26 062 : fig. 1.4 et fig. 7) peut être attribué à la même main. Sur l’un des côtés (A), deux hommes enveloppés dans un manteau conversent, sur l’autre, un athlète tenant un strigile et un homme en himation tenant un bâton. On retrouve les mêmes traits stylistiques que ceux du skyphos de la tombe 862.

14Le personnage de droite du skyphos de Lattes (Py/Sabattini 1999, fig. 35, 1) est suffisamment bien conservé pour attribuer ce skyphos au même peintre.

15Ces trois skyphos sont assez proches du skyphos de la tombe 971 attribué par Beazley au Peintre de Salonique 93 (Aurigemma 1965, pl. 134b ; on comparera en particulier le traitement de l’anatomie des athlètes), mais les différences de rendu dans les drapés et la diversité du décor secondaire nous empêchent de considérer que nous avons affaire à un seul et même artisan.

16Typologiquement, ces trois vases présentent un profil très proche (fig. 1.2-4) : par rapport au skyphos de la tombe 104B, remarquons l’apparition du retournement de la lèvre vers l’extérieur, le rétrécissement de la base du vase et l’augmentation de la hauteur par rapport au diamètre de la lèvre. Ainsi le skyphos de Lattes qui est à peu près de la même hauteur que celui de la tombe 104B (9,8 cm contre 9,7) a un diamètre de la lèvre de 11,5 cm contre 12,5 et un diamètre du pied de 7,4 cm contre 8 cm. La courbe du profil subit en fait une inflexion d’autant plus prononcée que la hauteur du vase est réduite par rapport au diamètre de la lèvre. C’est ce qu’on peut constater sur le skyphos de la tombe 862 qui a la même hauteur et le même diamètre du pied que le skyphos de Lattes, mais un diamètre de la lèvre plus grand (12,8 cm au lieu de 11,5 cm). Le skyphos de la tombe 893, plus élancé que les deux précédents, présente en revanche une ligne de profil moins sinueuse que l’on peut rapprocher du n° 349 de l’Agora.

17Au total, ce peintre, proche du Peintre de Salonique 93, a dû être actif au début du IVe siècle.

2.3. Le Peintre de la tombe 136A (fig. 1.5-7 et fig. 8 et 9)

18Il est intéressant de rapprocher les deux skyphos de la tombe 893 dont les dimensions et le profil sont quasi identiques (hauteur : 10,6 cm ; diamètre du pied : 7,6 cm ; diamètre de la lèvre : 12,5 cm pour le n°26 062 et 12,6 pour le n°26 060), mais qui n’ont manifestement pas été décorés par la même personne. Le skyphos (inv. 26 060) est de la même main que celui de la tombe 136A (inv. 5083) et il est possible qu’un des skyphos de la tombe 185A soit l’œuvre du même artisan. Celui-ci se caractérise par un traitement anguleux et presque revêche du visage qui s’oppose à mon avis à l’aspect rond et souriant des visages des skyphos que nous venons d’examiner. Le cou est cette fois-ci toujours nettement distingué en particulier dans les personnages de droite. Le corps de l’athlète est rendu difforme, à cause surtout de la position trop à droite du trait de pinceau qui devrait prolonger vers le haut le mouvement de la jambe droite, ce qui entraîne un élargissement incorrect de la zone de la cuisse. Observons, parmi les signes distinctifs, le trait vertical qui délimite l’articulation de la jambe au buste, le demi cercle représentant le sexe et les deux traits parallèles qui sont les seuls à compléter l’anatomie du ventre – celui de droite, plus ou moins ajusté, déterminant l’emplacement de l’avant bras gauche – et les deux coups de pinceau séparant plus ou moins exactement le bras droit du reste du corps. Le poing gauche est représenté fermé vers le bas, le pouce étant dessiné grossièrement, tandis que la main droite tient un objet ovale décoré d’un X et de trois ou quatre points. Le traitement du personnage de droite entièrement enveloppé dans son manteau vise à rendre les mouvements du drapé : à l’arrière, le contour dessine un zigzag dans la zone de l’épaule, puis descend vers le décor secondaire avant de redescendre brutalement vers le bas ; à l’avant, la ligne indique la position des bras repliés, puis le mouvement du drapé sur la jambe avant, enfin la retombée de l’himation sur des pieds qui deviennent incernables. Ce volume d’ensemble est animé par des traits obliques au pinceau fin plus ou moins denses à la hauteur des bras, d’autres qui partent en éventail à partir du dessous des bras tandis que quelques uns, parallèles au sol, parachèvent le bas du vêtement. Le tout est complété dans la zone basse par deux traits épais parallèles verticaux et horizontaux dont le rôle (délimitation des pieds et de la retombée de l’himation ?) n’apparaît pas clairement.

Fig. 8 - Skyphos de la tombe 893, inv. 26 060.

Fig. 9 - Skyphos de la tombe 185A, inv. 5677.

19Le skyphos de la tombe 185A reprend le même schéma iconographique sur l’un de ses côtés, tandis que sur le second, l’athlète tient dans la main droite un strigile. Entre les jambes des deux personnages, le peintre a ajouté un élément de remplissage difficile à identifier. Il n’a pas été possible de voir ce skyphos pour vérifier si les différences de traitement du drapé sont dus à une simple fantaisie du peintre ou si elles révèlent une main différente.

20Du point de vue typologique, le vase de la tombe 136A est plus trapu que celui de la tombe 893, proche du n° 349 de l’Agora, tandis que celui de la tombe 185A apparaît beaucoup plus élancé, avec un pied plus étroit par rapport au diamètre de la lèvre. A titre de comparaison, on peut remarquer que le skyphos à vernis noir de la tombe 136A a un pied beaucoup plus étroit et présente ainsi un profil beaucoup plus proche de la forme 350 d’Agora XII. En effet la largeur moindre du pied entraîne l’amorce d’une inflexion dans le profil. Cette courbe est d’ailleurs plus prononcée que dans le groupe stylistique que nous allons examiner maintenant et se rap proche de celle des vases du deuxième quart du IVe siècle qui seront étudiés dans la seconde partie.

21Etant donné ces caractéristiques stylistiques et typologiques, le Peintre de la tombe 136A peut être daté du début ou plus vraisemblablement du premier quart du IVe siècle. J. D. Beazley a attribué le skyphos de la tombe 136A au F.B. Group et l’a rapproché d’un skyphos de Capoue (CVA Capua, pl. 15,9). A mon avis, le skyphos de Capoue est plus tardif et présente des différences stylistiques qui laissent entrevoir la présence d’une autre main.

2.4. Le Peintre de la tombe 65A (fig. 10 et 11)

22Nous voudrions nous attarder maintenant sur un autre groupe afin de montrer la grande diversité des tempéraments des décorateurs de skyphos de ce quart de siècle : outre les skyphos de la tombe 200C (inv. 12 172) et de la tombe 65A (inv. 4249), on peut y intégrer un skyphos de la collection Rilli de Numana (inv. 3363 : Fabrini 1984, 60, n°46 et pl. XXIX).

Fig. 10 - Skyphos de la tombe 65A, inv. 4249.

23Le personnage de droite se présente de façon quasi immuable : les plis du manteau qui l’enveloppe entièrement s’organisent en trois zones, comme dans le groupe que nous venons d’analyser, mais celles-ci sont traitées de manière originale : pour le haut du drapé, deux traits supérieurs partant du cou rejoignent deux traits inférieurs marquant d’une courbe large le dessous du bras ; viennent ensuite les traits en éventail dont le premier se termine par une boucle prononcée. Au bas, deux ou trois traits complètent l’ensemble tandis qu’un trait vertical épais et un point ou un trait court horizontal remplissent le rôle dévolu aux deux traits verticaux et horizontaux du groupe précédent. Notons que l’arrière du manteau a simplement été délimité par une ample ligne courbe mordant abondamment sur la spirale du décor secondaire. La préparation de la ligne du profil et du cou est encore visible sur le skyphos de la tombe 65A et sur celui de Numana. La chevelure est rendue par un ovale plus ou moins allongé muni d’une patte et l’œil est simplement évoqué par un trait horizontal pour la partie supérieure et un trait vertical mal placé pour la pupille. La bouche n’a donné lieu à aucun traitement de détail.

Fig. 11 - Skyphos de la tombe 200C, inv. 12 172.

24L’athlète de gauche a été traité de façon moins mécanique : sur les vases de Numana et de la tombe 200C, nous avons affaire à un lanceur de disque, tandis que les bras tendus des athlètes de la tombe 65A évoquent une des attitudes du sauteur. Une des caractéristiques de ce groupe est la forte cambrure du rein qui n’apparaît pas sur un des côtés du skyphos de la tombe 65A du fait d’une mauvaise application du vernis de couverture. Ce défaut nous permet justement d’apercevoir la ligne de préparation qui est en fait composée de deux arcs de cercle dont le point de tangence marque cette cambrure tout à fait insolite. Après le second arc de cercle des fesses, la ligne descend de façon presque rectiligne effectuant seulement un décrochement pour marquer l’arrière du genou et les muscles du mollet. C’est une ligne de même type qui délimite l’anatomie à l’avant de l’athlète et donne un aspect fortement longiligne aux personnages des tombes 65A et 200C, aspect sans doute renforcé par la forme allongée que revêt la zone vernissée de l’entrejambes. On a presque l’impression que le mouvement des jambes accompagne le profil du vase. Malgré son apparente diversité, le lanceur de disque du skyphos de Numana est bien dû à la même main et obéit au même patron initial que son congénère de la tombe 200C : ce n’est que l’application différente du vernis de couverture qui transforme l’un en grassouillet et l’autre en athlète filiforme. D’ailleurs la présence du trait de division entre le cou et la tête, les traits marquant la zone du genou et de la cheville comme le tracé du profil et le traitement de l’œil dénotent les mêmes tics. Tout au plus, la finesse des coups de pinceau, en particulier dans le traitement de l’œil, des membres et du sexe du lanceur comme dans les détails du drapé du personnage de droite, montrent un plus grand soin dans l’exécution des détails. Peut-on y voir un indice d’ancienneté par rapport aux autres vases ? On constatera en tous cas que le profil du vase semble présenter une courbe moins accentuée que celle des deux autres vases du groupe.

25Typologiquement, ces vases semblent assez proches du n°349 de l’Agora d’Athènes. A peu près de la même hauteur que les skyphos de la tombe 893 (10,5 cm contre 10,6 cm), le skyphos de Numana a un diamètre de la lèvre moins large (12 cm contre 12,5 ou 12,6 cm). Autant qu’on puisse en juger sur la photographie, le pied semble avoir à peu près la même dimension. C’est donc la dimension de la lèvre qui est ici déterminante. Des deux autres skyphos du groupe (tombes 65A et 200C), on notera simplement le retournement plus accentué de la lèvre et une forme générale que l’on peut proposer de dater du premier quart du IVe siècle. Du point de vue stylistique, on rappellera qu’aucun de ces vases n’a été attribué par Beazley au F.B. Group.

3. Le deuxième et le troisième quart du siècle

3.1. Le skyphos de la tombe 447B (fig. 2.1)

  • 2 Beazley 1963, 1490 n° 174 : « this and nos 175-189 go together, and may be by one hand » ; Addenda2(...)

26Ce skyphos (inv. 15 776) n’est pas attribué au groupe par Beazley, mais il lui appartient comme l’a justement écrit L. Massei (Massei 1978, 190, 3 et pl. XXLIV). On peut le rapprocher stylistiquement de 2 autres skyphos, ceux des tombes 713A (Beazley 1963, 1490, 172bis : fig. 12) et 714A (Addenda2 1696, 172ter ; fig. 13) ; ainsi que de celui de Londres (CVA British Museum, pl. 31, 6) attribués par Beazley au F.B. Group (Beazley 1963, 1490, 172). Ces skyphos de grandes dimensions sont intéressants parce qu’ils donnent lieu à un traitement plus soigné que les skyphos de petites dimensions tant dans les variations introduites dans le personnage de gauche que dans l’attention portée au vernis du fond et à la décoration secondaire : le bord de la lèvre est ainsi décoré d’une frise d’oves et les spirales qui encadrent la scène ont été de toute évidence exécutées avec soin. Nous ne nous attarderons ici que sur l’analyse formelle du vase qui marque une étape ultérieure dans l’évolution du profil du skyphos : par rapport au grand skyphos à vernis noir de la tombe 136A (inv. 28 509 : fig. 1.7), observons l’accentuation du retournement de la lèvre, le rétrécissement de la base qui entraîne l’accentuation de la courbe du profil vers le bas du vase où commence à s’amorcer très légèrement la contre-courbe qui deviendra caractéristique des vases plus tardifs. Chronologiquement, ce vase s’avère ainsi contemporain du n° 350 de l’Agora et peut être daté du deuxième quart du IVe siècle. Avec lui, nous entrons vraiment dans le monde du Fat Boy.

Fig. 12 - Skyphos de la tombe 713A, inv. 37 401.

Fig. 13 - Skyphos de la tombe 714A, inv. 37 445.

3.2. Le Peintre de la tombe 248A (fig. 2.2-3 et 5-6 ; fig. 14 à 24)

27Sous ce terme, nous avons regroupé un ensemble de vases que Beazley avait attribué à la même main2. Le premier skyphos catalogué par Beazley (n° 174) provient en effet de cette tombe qui en contenait d’ailleurs deux.

28Stylistiquement, cet artisan se caractérise avant tout par une simplification extrême du drapé réduit aux éléments essentiels : le corps n’est plus représenté que par quelques rares traits stylisés, le haut et le bas de l’himation sont soulignés par des traits au pinceau épais. Les visages, eux aussi simplifiés à l’extrême, revêtent un aspect caricatural : les yeux, lorsqu’ils sont représentés, sont rendus par deux ou trois coups de pinceau rapides qui se perdent dans la chevelure. L’ensemble de l’espace libre entre les personnages est rempli par des attributs que ceux-ci tiennent dans la main ou qui sont peints sur le fond, dans le but évident d’occuper tout l’espace vide. De même, la spirale de la décoration latérale envahit le champ resté libre à l’arrière du manteau.

29Avant d’entreprendre l’examen détaillé de quelques exemplaires de ce groupe, il faut signaler que ce peintre a décoré aussi bien les grands skyphos que ceux de dimensions moyennes ou réduites. Il suffit de citer le cas de la tombe 162A où l’on a découvert quatre vases décorés par cet artisan, deux de grandes dimensions, deux de moyennes dimensions. On rappellera aussi que Beazley a attribué au même peintre les oenochoés des tombes 1079 et 313A.

30Le skyphos de la tombe 909 (inv. 26 169 : Beazley 1963, 1491 n°182) peut être considéré comme un des plus anciens du groupe : typologiquement, la courbe se différencie de celle du skyphos de la tombe 447B qui se présentait sans rupture dans la partie supérieure du vase (fig. 2.1-2). Ici, le vase s’élargit sous l’anse, ce qui a comme corollaire l’apparition d’un mouvement de courbe et de contrecourbe. Le retroussis de la lèvre s’accentue très fortement et les anses sont presqu’horizontales. Stylistiquement et iconographiquement, il peut être rapproché de ceux des tombes 58C et 470C, si on en juge par l’illustration publiée par L. Massei (Massei 1978, pl. XV, 1) : deux hommes enveloppés dans un manteau se font face, l’espace qui les sépare est déjà meublé par des attributs dont un au moins est sûrement tenu par le personnage de gauche. Soulignons cependant que certains espaces sont encore couverts d’un beau vernis noir.

31Le grand skyphos de la tombe 58C (inv. 19 213) n’a pas été attribué au groupe par J. D. Beazley, mais par L. Massei. Nous en connaissons aussi bien le profil (fig. 2.3) que le décor représenté sur une des faces, récemment publié (Berti 1993, 89, n° 31). Plus grand (hauteur : 13,5 au lieu de 12,1 cm), il est proportionnellement moins élancé que le skyphos précédent du fait de la largeur du diamètre de la lèvre (15 cm au lieu de 12,3 cm). Si le rapport entre la largeur du pied (7,6 cm) et la hauteur est à peu près équivalent à celui du vase de la tombe 909, il n’en est pas de même pour le rapport entre le diamètre de la lèvre et celui du pied. C’est ce qui explique que l’ébauche du mouvement de contrecourbe dans la partie inférieure du vase que nous avions noté sur l’exemplaire de la tombe 909 est cette fois-ci beaucoup plus nette et rapproche le profil de ce skyphos du n°351 de l’Agora d’Athènes. Du point de vue iconographique, nous retrouvons le même schéma dont la caractéristique essentielle est la dilatation des attributs dans le champ qui sépare les deux personnages. Deux objets ronds, beaucoup plus volumineux que ceux que nous avions rencontrés jusqu’à présent, sont en effet tenus par l’athlète de gauche. Le mauvais état de conservation du vase empêche une étude stylistique détaillée, mais on peut observer que la silhouette de l’athlète reste dans ses grandes lignes assez proche de la réalité, malgré une nette propension à l’embonpoint, caractéristique du “Fat Boy”. Le traitement du visage se place dans la continuité des skyphos de la tombe 862 ou des grands skyphos. On remarquera au passage le traitement de la main gauche largement ouverte vers le bas que nous retrouverons, encore plus déformé dans l’athlète de la tombe 470C. Le personnage de droite présente déjà certains des traits typiques du peintre : le profil caricatural avec un nez fortement proéminent, la réduction du volume de la partie supérieure de l’himation, l’arrondi prononcé de l’arrière du manteau. Nous avons peut-être là un des premiers vases décorés par le peintre de la tombe 248A.

Fig. 14 - Skyphos de la tombe 470C, inv. 31460.

32Le skyphos de la tombe 470C (Addenda2, 1796 n° 1754) qui présente un profil très proche, permet l’étude détaillée les particularités iconographiques et stylistiques de ce peintre (fig. 14). Sur le côté A, un athlète tenant un attribut dans chaque main, face à un homme enveloppé dans un manteau ; sur le côté B, deux hommes se font face, celui de gauche tenant un attribut dans une de ses mains, un second attribut remplissant le champ entre les deux himations. La comparaison entre les deux scènes permet d’expliquer pourquoi le second attribut semble flotter dans l’espace : l’artisan s’est heurté au problème de combiner le vêtement du personnage de gauche qui implique qu’un seul des bras soit libre et la présence d’un second objet meublant l’espace entre les deux hommes. Le schéma de l’himation est typique de cette production : la courbe du contour arrière épouse le profil du vase et isole la spirale du décor secondaire de la palmette sous les anses avant de se replier suivant le même schéma que celui que nous avions noté dans le groupe de la tombe 862. A l’avant, la partie supérieure, beaucoup plus courte que dans le groupe de la tombe 65A- peut-être du fait de l’invasion de l’espace central par des attributs-, donne à l’ensemble de la silhouette un aspect étriqué, comme si le personnage était engoncé dans son manteau, tandis que le mouvement de l’himation dans la partie inférieure est schématique et irréaliste. Les pieds, qui apparaissent peut-être au droit, ont totalement disparu sur le revers. Les détails au pinceau fin témoignent d’un certain sens du trait confinant presqu’à l’épure. Dans le personnage de gauche, l’artisan a eu du mal à rendre le bras sortant de l’himation, en reprenant sans doute le schéma de l’athlète nu de l’autre face du vase. Celui-ci est traité de manière relativement soignée, bien que sommaire. La ligne de contour est ferme et sans repentir. Les détails anatomiques, comme le trait séparant les deux jambes ou le dessin du bras, sont correctement placés. L’ensemble dégage cependant une impression de caricature renforcée par l’approximation du traitement des mains tenant les attributs. En effet, si l’on considère la boucle au pinceau épais comme représentant le pouce, l’avant bras de l’athlète apparaît comme tronqué, tandis que la main gauche n’est plus qu’une évocation de la réalité. Le profil des visages amplifie cet aspect caricatural : la proéminence du nez est d’autant plus frappante qu’elle est renforcée par le rendu de l’œil et par le retrait de la bouche à peine esquissée tandis que le menton saillant est séparé du corps par un trait. La chevelure est rendue par une masse simplement réservée et presque triangulaire.

33Si l’ensemble est assez caricatural et sommaire, il n’en demeure pas moins qu’il a été exécuté avec un certain soin, comme en témoignent la couverture homogène du vernis et surtout la décoration secondaire. Les oves de la lèvre sont exécutés aussi soigneusement que dans les skyphos des tombes 714A ou 447B, surtout du côté A. La spirale est beaucoup plus développée que dans les groupes précédents, ce qui est une des caractéristiques de ce peintre, et lorsqu’elle n’est pas entaillée par l’ampleur de l’himation, comme c’est le cas derrière l’athlète de la face A, on peut constater la sûreté du pinceau que l’on avait notée pour le contour des personnages. Une des autres originalités de cet artisan que l’on retrouvera dans d’autres skyphos (Tombes 116, 165, 162A et collection Rilli de Numana) est l’apparition des barbules le long de la vrille au lieu de l’habituel fond vernissé.

34Incontestablement, le peintre de la tombe 248A a su concilier les impératifs de rapidité d’exécution et une réinterprétation personnelle d’un schéma iconographique répétitif. Plus intéressé par une certaine stylisation que par la reproduction du réel, il peut être considéré comme un tempérament original et l’évolution de son style confirme l’impression qui se dégage de l’analyse du vase de la tombe 470C.

35Parmi les vases attribués par J. D. Beazley à ce peintre, les skyphos de la tombe 640 (Beazley 1963, 1491 n° 186-187 : inv. 23 834-23 835) peuvent difficilement être rattachés à sa production. Typologiquement (fig. 2.5), ils présentent un profil plus sinueux que celui de la tombe 447B, ce qui est sans doute dû au rétrécissement du pied. Stylistiquement, on pourrait les qualifier de barbouillage (fig. 15 et 16). La présence d’un seul personnage entraîne l’invasion du champ par le décor secondaire qui pourrait rappeler celui du skyphos précédent, mais la manière dont celui-ci a été exécuté est loin d’attester la maîtrise du pinceau qui en caractérisait le style. De même le traitement du personnage enveloppé dans son manteau est incertain : il suffit d’évoquer à titre d’illustration le caractère inorganisé des plis de l’himation dont le contour est flou. Les traits du visage n’ont que peu de points communs avec ceux que nous venons d’évoquer, surtout dans le cas du skyphos (inv. 13 834). Il me semble donc que l’on peut considérer ces skyphos comme simplement contemporains de la production du peintre de la tombe 248A.

Fig. 15 - Skyphos de la tombe 640, inv. 23 834.

Fig. 16 - Skyphos de la tombe 640, inv. 23 835.

Fig. 17 - Skyphos de la tombe 165, inv. 20 730.

36Cela apparaît d’autant plus nettement si l’on rapproche ces vases de celui de la tombe 165 (inv. 20740 : Beazley 1963, 1491 n° 185 : fig. 17) qui est, lui aussi, décoré d’un seul personnage. La ressemblance avec les personnages du skyphos de la tombe 470C est indéniable. Dans le contour de l’himation, on retrouve la sûreté de la main. De même, les coups de pinceau fin obéissent au même schéma, bien que simplifié. Le traitement du visage accentue encore l’aspect caricatural, le nez et le menton apparaissent d’autant plus saillants que la bouche n’est plus détaillée. On reconnaît la spirale et les barbules complétant le champ à gauche du personnage. Il n’y a désormais plus de place pour une zone vernissée, puisque la décoration accessoire et la dilatation de l’himation ont envahi tout le champ, mais l’ensemble témoigne du même soin qui va de pair avec une économie de moyens remarquable. L’artiste a su parfaitement s’adapter à la forme du vase, utilisant, voire accentuant le rétrécissement du pied. Du point de vue typologique en effet, ce petit skyphos marque une étape ultérieure dans l’évolution vers une largeur de la base égale à la moitié de celle de la lèvre.

  • 3 Il s’agit peut être du vase répertorié par Beazley sous le numéro d’inventaire 3359 (Beazley 1963, (...)

37Deux autres vases, de mêmes dimensions, peuvent être rapprochés de ce dernier exemplaire : celui de la collection Rilli de Numana (inv. 3358 : Fabrini 1984, 60-61, n° 48 et pl. XXXb3 et celui de la tombe 116 de Valle Trebba (Addenda2, 1696 n° 1895). Ils pourraient être considérés comme l’œuvre d’un artisan reprenant un modèle connu, plutôt que comme décoré par notre peintre. On relèvera en particulier l’imprécision du contour de l’himation dont la partie inférieure descend verticalement et mord sur la palmette, ainsi que la maladresse du traitement des détails du vêtement qui ne respecte pas l’équilibre de la composition créé par le peintre de la tombe 248A, en particulier dans le vase de la tombe 116 (fig. 18). De même, les spirales, celle de gauche surtout, n’ont pas l’enroulement caractéristique du style de notre artisan.

Fig. 18 - Skyphos de la tombe 116, inv. 1070.

38Les vases que nous allons maintenant examiner reprennent la scène du côté Β du skyphos de la tombe 470C et permettent de comprendre le développement de la production du peintre. L’évolution de la forme du skyphos commande en grande partie celle du remplissage de l’espace entre les deux personnages. Si l’on prend comme point de départ le vase de la tombe 58C, on s’aperçoit que le volume occupé par les deux attributs circulaires est à peu près identique. En revanche, l’attribut inférieur est déjà tronqué dans l’exemplaire de la tombe 470C, par suite du rétrécissement de l’espace disponible. Ce phénomène ressort nettement sur les vases de la tombe 166A (Beazley 1963, 1491 n° 180-181 : fig. 19 et 20) où l’attribut, transformé en simple motif décoratif épouse la forme du contour de l’himation. Le point d’aboutissement du processus apparaît clairement sur les skyphos de la tombe 1131 (Beazley 1963, 1491 n° 183-184) : sur le premier (inv. 2365 : fig. 21), la croix et les quatre points remplissent l’espace resté inoccupé entre les deux himations qui se touchent désormais dans la partie basse ; sur le second (inv. 2366 : fig. 22), le motif cruciforme a été remplacé par une succession de traits verticaux, déjà visibles sur un vase provenant de Spina conservé à Milan (Beazley 1963, 1491 n° 179bis : CVA Milano, pl. 12, 3-4). On pourrait aussi citer dans cette démonstration, les skyphos de la tombe 162A (Massei 1978, pl. LVII, 2) ou ceux de la tombe 385A (Massei 1978, pl. LIX, 1) qui font partie de cette même production. Sur ces derniers, comme sur ceux de la tombe 1131, le rétrécissement du pied entraîne la disparition totale du fond vernissé entre les deux personnages.

Fig. 19 - Skyphos de la tombe 166A, inv. 5413.

Fig. 20 - Skyphos de la tombe 166A, inv. 5414.

Fig. 21- Skyphos de la tombe 1131, inv. 2365.

Fig. 22 - Skyphos de la tombe 1131, inv. 2366.

39C’est seulement dans un second temps que J. D. Beazley a attribué au même peintre un des skyphos de la tombe 15 (inv. 2351-2354 : fig. 23-24 ; Beazley 1963, 1491 n° 192-193 ; Addenda2, 1696). Etant donné la similitude des deux vases, il est probable que le savant anglais a dû commettre une erreur de numéro dans son Addenda. Il s’agit indiscutablement d’œuvres moins soignées que les précédentes : le vernis de couverture n’a pas toujours été passé soigneusement et les spirales sont beaucoup plus grossièrement exécutées. Si on retrouve les mêmes personnages en himation, le traitement de la zone centrale est inhabituel. Le personnage de gauche tient en effet un strigile, ou plutôt un attribut dont la forme entend évoquer un strigile. Sur les deux côtés du skyphos (inv. 2351) et sur le droit du skyphos (inv. 2354), un motif grossier en ove meuble la partie supérieure. Dans les faces grimaçantes, seuls les yeux sont maladroitement rendus par deux ou trois traits distribués au hasard. Certes, les plis du drapé respectent le schéma de répartition, mais ils sont particulièrement mal exécutés dans la zone des bras et les coups de pinceau fin ou épais de la bordure inférieure semblent distribués avec moins de soin que sur d’autres vases. La main qui tient le strigile n’est esquissée qu’au moyen de deux traits horizontaux et ne donne lieu à aucun traitement de détail. Si les pieds semblent réservés en blanc, ils restent une masse indistincte. Le but semble plus de suggérer une situation que de la représenter réellement. On a ainsi l’impression qu’a prévalu la rapidité d’exécution de l’ensemble. La présence d’une partie vernissée entre le bas des deux himations et la forme générale du vase permettent de le considérer comme contemporain des exemplaires de la tombe 166A et du skyphos de Milan.

Fig. 23 - Skyphos de la tombe 15, inv. 2351.

Fig. 24 - Skyphos de la tombe 15, inv. 2354.

40Au total, l’ensemble des vases que nous venons d’examiner présentent bien une certaine cohérence stylistique et le Peintre de la tombe 248A représente indéniablement une personnalité originale au sein du F.B. Group. Celle-ci ressort d’autant mieux si on compare ses œuvres à celles d’autres artisans qui ont été rattachés par Beazley au même groupe.

3.3. Le Peintre de la tombe 596 (fig. 2.4 et fig. 25-26)

41Il est intéressant à ce stade de comparer les vases du Peintre de la tombe 248A à ceux de la tombe 19 et de la tombe 596 qui n’ont pas été intégrés au groupe par l’érudit anglais, mais ont été attribués au F.B. Group, celui de la tombe 596 par L. Massei (Massei 1978, 78), ceux de la tombe 19 par F. Berti (Berti 1983, 37). Du point de vue typologique, le vase de la tombe 596 peut sans aucun doute être rapproché des skyphos de la tombe 165 et 58C (fig. 2). Proportionnellement moins large à l’embouchure que celui de la tombe 58C, il a un pied un peu plus étroit que les deux autres vases. Le retournement de la lèvre est net. Il présente en fin de compte un profil très voisin du n° 351 de l’Agora. Contemporain des productions du peintre de la tombe 248A, il n’est manifestement pas décoré par cet artisan (fig. 25). Les deux personnages qui se font face suivent un schéma iconographique très différent : ainsi l’himation laisse libre le bras qui tient un bâton. De même, le rôle de la décoration secondaire est beaucoup plus limité. Les spirales, exécutées d’un coup de pinceau épais, sont sans originalité. Le fond est orné d’un ove informe sous la lèvre. C’est dans le traitement stylistique des détails du décor figuré que l’on voit le mieux l’opposition des deux tempéraments. La ligne de contour dessine un himation moins ample. Le mouvement en avant de la jambe du personnage de droite est peu accentué. Les bras sortant du manteau et la tige des bâtons sont grossièrement délimités, tandis que le vernis couvre inégalement le fond et déborde sur les himations. Le profil du visage semble presque régulier avec un nez légèrement en trompette. La masse de la chevelure se divise en deux pattes. Quant aux détails du drapé ou de l’anatomie, ils sont réduits au minimum. Pour la tête, un trait et un point ou deux traits réalisés au gros pinceau représentent les yeux, un gros point, la bouche. Les plis du drapé du personnage de droite sont rendus par quelques traits schématiques disposés depuis l’arrière. Pour le personnage de gauche, deux traits parallèles suggèrent la position du manteau sur l’épaule tandis que trois ou quatre lignes courbes évoquent l’agencement des retombées du vêtement. Si l’ensemble du traitement obéit au même souci de rapidité d’exécution que nous avions souligné chez le peintre précédent, le style s’avère autre.

Fig. 25 - Skyphos de la tombe 596, inv. 23 453.

Fig. 26 - Skyphos de la tombe 19, inv. 469.

42Les mêmes constatations peuvent être faites sur le skyphos de la tombe 19 (inv. 469 : fig. 26) qui est manifestement dû à la même main. L’iconographie est la même à une variante près sur la face Β où le personnage de gauche ne s’appuie pas sur un bâton. On reconnaît aussi la maladresse dans la couverture du fond qui déborde sur la tige des bâtons comme sur les manteaux. Le traitement de l’himation montre les mêmes habitudes, la ligne de contour mord sur les spirales de façon identique et les visages sont tout aussi schématiquement ébauchés. La forme du vase est d’ailleurs similaire. Ainsi, avec le Peintre de la tombe 596, nous avons vraisemblablement affaire à un artisan dont la production est contemporaine des premières œuvres du Peintre de la tombe 248A.

3.4. Le skyphos de la tombe 178B (fig. 2.7 et fig. 27)

43Nous voudrions conclure ce panorama avec le skyphos de la tombe 178B (inv. 8495) qui a été attribué au groupe par L. Massei (Massei 1978, 253 et pl. LIX). Celui-ci est d’assez grandes dimensions (Hauteur : 13,8 cm ; diamètre de la lèvre : 14,4 cm ; diamètre du pied : 7,3 cm). Le dessous de la lèvre est orné d’une frise d’oves ; exécutée de façon très médiocre, celle-ci mord sur le registre central et les points entre les oves ont complètement disparu. Le reste de la décoration secondaire est à l’avenant. Quant aux deux personnages, il témoigne de la hâte et du peu d’habileté du décorateur. Les silhouettes sont déformées : ainsi, les bras du personnage de droite enveloppés dans l’himation sont disproportionnés, tandis que le bras libre du personnage de gauche est réduit à la main qui tient un objet désormais totalement informe. Comme chez le Peintre de la tombe 248A, on remarque la propension à meubler l’espace central, mais sans aucun génie et de manière très malhabile. De même, le traitement de détail des himations est inorganisé. L’ensemble, plus que médiocre, ne trouve aucun parallèle stylistique dans les vases attribués par J. D. Beazley au F.B. Group.

Fig. 27 - Skyphos de la tombe 178B, inv. 8495.

44Du point de vue typologique, il est intéressant de rapprocher ce vase figuré de l’exemplaire à vernis noir (inv. 8496 : fig. 2.8) qui a été retrouvé dans la même tombe. Leur profil est en effet très voisin : certes, le skyphos à vernis noir présente une courbe plus accentuée dans la mesure où le rétrécissement du pied est proportionnellement plus important, mais le vase à figures rouges présente une courbe plus accentuée que celle des exemplaires des tombes 640, 165 ou 596. La chronologie proposée par L. Massei – « prima metà del IV a.C. » pour le vase à figures rouges et « circa 330 a.C. » pour l’exemplaire à vernis noir – montre qu’à l’évidence le skyphos figuré a été daté en fonction de son appartenance stylistique au groupe du Fat Boy, et non de sa typologie. Nous nous retrouvons ainsi en présence du cercle vicieux que nous avons dénoncé au début de cette analyse : parce que le skyphos « si puo attribuire sicuramente al pittore del Ragazzo Grasso », il se retrouve daté sans plus de précision de la première moitié du IVe siècle.

45Or, la comparaison des deux profils incite à considérer le skyphos à figures rouges comme plus tardif que les skyphos de la première moitié du IVe siècle : si on hésite à l’assimiler, comme son congénère à vernis noir, au n° 352 (vers 330), il en semble plus voisin que du n° 351 de l’Agora que Sparkes et Talcott datent de 350/340.

46Le cas des vases de la tombe 178B me paraît illustrer de façon exemplaire les limites d’une analyse purement stylistique. Il démontre non seulement l’intérêt mais la nécessité d’une étude typologique des vases figurés.

4. Conclusion

47Au terme de cette analyse des skyphos de Spina, il paraît presqu’inutile de répéter que les skyphos figurés du IVe siècle présentent un panorama stylistique complexe et une évolution typologique très nette. Le classement de commodité dans le F.B. Group doit donc être abandonné. L’attribution d’un skyphos du IVe siècle au F.B. Group ne peut se faire qu’après une analyse stylistique rigoureuse. De plus, il est apparu clairement que la diversité stylistique déjà soulignée par J. D. Beazley ne pouvait en aucun cas porter à des conclusions d’ordre chronologique. Dès le début du siècle – il suffit de reprendre à titre d’exemple le skyphos de la tombe 277A – une partie des produits issus des ateliers attiques présente toutes les caractéristiques d’une exécution hâtive et sans aucune prétention artistique, tandis que d’autres œuvres plus tardives témoignent d’un certain soin et d’une certaine recherche esthétique. Il s’ensuit qu’il n’existe pas à proprement parler des critères stylistiques permettant de définir une évolution chronologique claire. En revanche, l’évolution typologique de cette forme, bien connue pour les vases à vernis noir, peut et doit être utilisée pour dater les exemplaires figurés.

48Grâce au croisement de ces deux grilles d’analyse, nous sommes parvenue aux propositions suivantes :

    1. Les skyphos du premier quart du IVe siècle, très hétérogènes du point de vue stylistique, ne sont que rarement attribuables au F.B. Group. Parmi les mains identifiées, seuls, le Peintre de Naples 146 681 et celui de la Tombe 136A sont considérés Comme faisant partie du groupe par Beazley. Aucun des vases du Groupe de la tombe 862 et du Peintre de la tombe 65A n’a été attribué à ce groupe par l’érudit anglais. Du point de vue chronologique, on avancera à titre d’hypothèse de travail que :

    • le Peintre de Naples 146 681 a dû être actif à la fin du Ve siècle ou au tout début du siècle suivant.

    • le Groupe de la tombe 862 est du début du IVe siècle : tous les vases de ce groupe sont semblables au n° 348 ou au n° 349 de l’Agora XII.

    • le Groupe de la tombe 136A a été actif durant le premier quart du IVe siècle. On y note une évolution très nette de la forme analogue à celle d’Agora 349.

    • le Groupe de la tombe 65A est lui aussi du premier quart du siècle.

    1. La grande période d’activité du F.B. Group commence avec le deuxième quart du IVe siècle. Au sein du Groupe, c’est sans aucun doute le Peintre de la tombe 248A qui est le plus original, sinon le plus représentatif du style Fat Boy. A côté des mains identifiées par Beazley, d’autres artisans, comme le Peintre de la tombe 596 ou le barbouilleur de la tombe 178B, ont décoré des vases dans un style et un esprit très différents. L’analyse typologique a en outre permis d’établir définitivement que très certainement la production et l’exportation de ce type de vases a continué durant le troisième quart du siècle : ainsi l’activité prolifique du Peintre de la tombe 248A qui a débuté vraisemblablement vers 375 s’est poursuivie bien après 350. Le milieu du siècle ne peut en aucun cas être considéré comme une date butoir. Il serait donc intéressant d’étendre cette étude à d’autres formes comme les pélikès, les lékanés ou les coupes pour voir si elle n’aboutirait pas aux mêmes conclusions.

Bibliographie

Addenda2 : CARPENTER (T. H.), Beazley Addenda. Additional references to ABV, ARV 2 and Paralipomena, 2nd ed. Oxford, 1989.

Agora XII : SPARKES (Β. Α.), TALCOTT (L.), Black and Plain Pottery of the 6th, 5th and 4th century B. C. Princeton, 1970 (The Athenian Agora, XII).

Alfieri 1979 : ALFIERI (N.), Spina. Museo Archeologico Nazionale di Ferrara, 1. Bologna, 1979.

Aurigemma 1965 : AURIGEMMA (S.), Scavi di Spina/la necropoli di Spina in Valle Trebba, I, 2. Roma, 1965.

Beazley 1963 : BEAZLEY (J. D.), Attic Red-figure Vase-painters, 2nd ed. Oxford, 1963.

Berti 1983 : BERTI (F.), Il Museo Archeologico Nazionale di Ferrara. Bologna, 1983.

Berti 1993 : BERTI (F.), La tomba 58C di Valle Pega e il suo corredo. In : Due donne dell’Italia antica. Corredi da Spina e Forentum (a cura di D. Baldoni). Catalogo della mostra di Comacchio, 17 luglio 1993-30 settembre 1994. Padova, 1993, 48-53 e 81-96.

Curti 1993 : CURTI (F.), Contributo allo studio dei contatti commerciali tra Spina e Atene nel IV secolo a. C. : la ceramica figurata. In : Studi sulla necropoli di Spina in Valle Trebba. Atti del Convegno (Ferrara, 15 ottobre 1992). Ferrara, 1993, 133-154.

CVA British Museum : Corpus Vasorum Antiquorum Great Britain, 5 : British Museum, 4 (H. B. Walters ed.). London, 1929.

CVA Capua : Corpus Vasorum Antiquorum Italia, 23 : Capua Museo Campana, II (a cura di P. Mingazzini). Rome, 1954.

CVA Milano : Corpus Vasorum Antiquorum Italia, 31 : Milano, Civico Museo Archeologico, I (a cura di G. Belloni). Roma, 1959.

CVA Verona : Corpus Vasorum Antiquorum Italia, 34 : Verona, Museo del teatro romano, I (a cura di G. Riccioni). Roma, 1961.

Fabrini 1984 : FABRINI (M.-G.), Numana : Vasi attici da collezioni. Roma, 1984 (Studia Archaeologica, 38).

Massei 1978 : MASSEI (L.), Gli askoi a figure rosse nei corredi funerari delle necropoli di Spina. Milano, 1978.

Py/Sabattini 1999 : PY (M.), SABATTINI (B.), La céramique attique du IVe s. à Lattes. In : La céramique attique du IVe siècle en Méditerranée occidentale. Actes du colloque international d’Arles (1995). Naples-Aix-en-Provence, 1999 (Coll. CJB, 19/Travaux CCJ, 24), 167-200.

Notes

1 L’étude du Groupe du Fat Boy à Spina avait été entreprise dans le cadre du doctorat nouveau régime soutenu en février 1991 sur La côte adriatique d’Adria à Ancône au IVe siècle avant J.-C. Il s’agissait d’analyser la survivance du commerce attique au IVe siècle dans le comptoir le mieux documenté du littoral. Etant donné le nombre important de tombes de cette période, nous avions opté pour celles où avaient été repérés des vases appartenant à ce groupe de céramistes pour deux raisons : d’une part, ces tombes représentaient un pourcentage élevé des tombes du IVe siècle citées par J. D. Beazley dans son catologue : 34 sur 64 pour Valle Trebba et 67 sur 103 pour Valle Pega ; d’autre part, en jetant un simple coup d’œil aux associations que l’on pouvait noter à l’intérieur même des tombes à partir de l’œuvre du céramologue anglais, nous avions pu constater que ce groupe couvrait un arc de temps assez vaste qui allait du début du siècle (Peintre de Méléagre par exemple) jusqu’au milieu du même siècle au moins (Peintre de Filottrano). Nous ne présentons ici que les résultats de l’étude interne du Groupe du Fat Boy, mais l’examen des contextes confirme les résultats obtenus à partir de la seule analyse intrinsèque du groupe. Pour une vue d’ensemble du commerce attique du IVe siècle à Spina, voir Massei 1978 et Curti 1993. Sur la présence athénienne dans l’Adriatique, on trouvera une bibliographie complète dans l’article publié par Francesca Curti dans ces mêmes Actes (voir en particulier note 16).
Je tiens à remercier chaleureusement ici Fede Berti, Directrice du Musée de Ferrare, qui a accepté de m’accueillir au Musée et a tout fait pour faciliter mes recherches, me faisant bénéficier en particulier de sa parfaite connaissance du matériel spinète. Sans elle, sans sa patience et son aide, ce travail n’aurait pas pu aboutir. Je remercie aussi vivement les photographes du Musée et Alain Rosa qui a dessiné les profils de certains vases pour cette publication. Une pensée enfin pour Nereo Alfieri, aujourd’hui disparu, qui m’avait autorisée à étudier les vases du Groupe répertoriés par J. D. Beazley provenant de la nécropole de Valle Pega.

2 Beazley 1963, 1490 n° 174 : « this and nos 175-189 go together, and may be by one hand » ; Addenda2, 1697 : « nos 175bis-1756 and nos 189bis-1896 go with the skyphos collected under no. 174 on p. 1490 ». Lors de notre recherche à Spina, il n’a pas été possible d’étudier l’ensemble des vases catalogués par Beazley, nous n’avons pas pu voir en particulier les skyphos de la tombe 248A.

3 Il s’agit peut être du vase répertorié par Beazley sous le numéro d’inventaire 3359 (Beazley 1963, 1492 n° 206).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Profil des skyphos : 1.1 : Tombe 104B inv. 8011 ; 1.2 : Lattes Us 50 032 ; 1.3 : Tombe 862 inv. 25 850 ; 1.4 : Tombe 893 inv. 26 062 ; 1.5 : Tombe 893 inv. 26 060 ; 1.6 : Tombe 136A inv. 5083 ; 1.7 : Tombe 136A inv. 28 509.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 2 - Profil des skyphos : 2.1 : Tombe 447B inv. 15 776 ; 2.2 : Tombe 909 inv. 26 169 ; 2.3 : Tombe 58C inv. 19 213 ; 2.4 : Tombe 596 inv. 23 453 ; 2.5 : Tombe 640 inv. 23 834 ; 2.6 : Tombe 165 inv. 20 730 ; 2.7 : Tombe 178B inv. 8495 ; 2.8 : Tombe 178B inv. 8496.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 3 - Skyphos de la tombe 277A, inv. 6535.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 4 - Skyphos de la tombe 277A, inv. 6534.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 5 - Skyphos de la tombe 104B, inv. 8011.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 6 - Skyphos de la tombe 862, inv. 25 850.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 7 - Skyphos de la tombe 893, inv. 26 062.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 8 - Skyphos de la tombe 893, inv. 26 060.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 9 - Skyphos de la tombe 185A, inv. 5677.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 10 - Skyphos de la tombe 65A, inv. 4249.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 11 - Skyphos de la tombe 200C, inv. 12 172.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 12 - Skyphos de la tombe 713A, inv. 37 401.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 13 - Skyphos de la tombe 714A, inv. 37 445.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 14 - Skyphos de la tombe 470C, inv. 31460.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 15 - Skyphos de la tombe 640, inv. 23 834.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 16 - Skyphos de la tombe 640, inv. 23 835.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 17 - Skyphos de la tombe 165, inv. 20 730.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 18 - Skyphos de la tombe 116, inv. 1070.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 19 - Skyphos de la tombe 166A, inv. 5413.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 20 - Skyphos de la tombe 166A, inv. 5414.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 21- Skyphos de la tombe 1131, inv. 2365.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 22 - Skyphos de la tombe 1131, inv. 2366.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 23 - Skyphos de la tombe 15, inv. 2351.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 24 - Skyphos de la tombe 15, inv. 2354.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 25 - Skyphos de la tombe 596, inv. 23 453.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 26 - Skyphos de la tombe 19, inv. 469.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 27 - Skyphos de la tombe 178B, inv. 8495.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1939/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search