Version classiqueVersion mobile

La céramique attique du IVe siècle en Méditerranée occidentale

 | 
Brigitte Sabattini

La céramique attique à vernis noir du IVe siècle : position des problèmes

Jean-Paul Morel

Texte intégral

1. Histoire et état des recherches, terminologie

1Puisque nous abordons ce thème à partir de l’Occident, un peu d’histoire est nécessaire : car les circonstances et les conditions dans lesquelles la céramique attique à vernis noir a commencé à être étudiée dans l’Occident méditerranéen expliquent en grande partie l’état de la question.

2L’étude fondatrice est ici, une fois de plus, la Classificazione preliminare della ceramica campana de Nino Lamboglia. Parmi les formes mentionnées et reproduites par Lamboglia, figurent des vases attiques, du IVe siècle et même du Ve siècle. Mais à aucun moment l’auteur ne dit clairement qu’il s’agit de céramique attique. Pour désigner ces vases, il forge le mot de « précampanienne » (« ceramica precampana»). Il établit des comparaisons entre les vases occidentaux qu’il prend en compte et des céramiques d’Athènes ou d’Olynthe, mais ne va pas jusqu’à en faire une seule et même classe. Il caractérise comme « formes de transition entre la céramique attique, la “précampanienne” [donc distinguées par lui dans une certaine mesure] et la campanienne proprement dite », l’ensemble de ses formes 21 à 29, alors que plusieurs d’entre elles (21a, 21/25B, 22, 23a, 24a) appartiennent bel et bien à la céramique attique du IVe siècle (ou de la première moitié du IIIe siècle), comme il le reconnaît lui-même pour certaines (formes 21 et 22), tandis que pour la forme 24a la provenance de La Bastida équivaut en fait à un brevet d’“atticité”. De même N. Lamboglia suggère plus ou moins nettement l’origine attique d’autres formes : 40A, 42Ba (le boisai), 46, 62. Dans l’ensemble, nous éprouvons l’impression qu’il a frôlé la vérité sans vraiment l’atteindre.

3Nino Lamboglia a aussi donné dans un gros article, La ceramica “precampana” della Bastida, la première étude détaillée d’un important lot de céramique attique à vernis noir du IVe siècle sur un site d’Occident (en l’occurrence La Bastida de Mogente, à une centaine de kilomètres au Sud de Valence). Or rien dans ces pages ne donne à penser, à aucun moment, qu’il considère véritablement cette céramique comme attique : tout au plus émet-il très prudemment l’hypothèse que les vases de La Bastida pourraient provenir de centres encore ignorés de l’Hellade et pourraient être « étroitement liés à la production attique non figurée » – non sans opposer à cette hypothèse grecque, et à lui préférer apparemment, l’hypothèse campanienne.

4Telle était la situation dans les années 1950. Il a fallu encore longtemps pour qu’elle se modifiât, même dans cette zone fondamentale pour la céramique attique à vernis noir qu’est l’Espagne du Sud-Est. Certains auteurs, comme Emeterio Cuadrado à propos d’El Cigarralejo, y ont vite admis sans réserves l’origine attique de cette céramique ; d’autres ont préféré, jusqu’au commencement des années 1970, continuer à l’appeler prudemment « précampanienne », non sans pencher pour son origine athénienne. Pour ma part, dans un article sur les céramiques à vernis noir de Sardaigne, j’ai eu le tort de ranger certains vases dans un « type sarde D », avant de m’apercevoir, plus tard, que leurs caractéristiques (pâte et vernis ; fréquence des décors à palmettes en creux, liées, séparées ou groupées, entourées de guillochures ; formes Lamb. 21 b, 21/25 A et surtout F 2222) étaient bien plutôt celles de la céramique attique à vernis noir : ce qui est d’autant plus vraisemblable que cette dernière est très bien attestée en Sardaigne. Mais en 1963 on ne pensait guère que l’attique à vernis noir pût se trouver couramment dans un assez lointain Occident !

5Pendant longtemps en effet – et il n’est pas sûr que cette situation soit totalement abolie-, les études céramologiques concernant les deux parties, orientale et occidentale, de la Méditerranée ont suivi des voies parallèles, sous le signe de l’ignorance mutuelle, et les erreurs quant aux productions de l’autre zone n’ont épargné aucun des deux “camps”. En Occident, on a écrit sur la céramique attique à vernis noir – mais aussi à figures rouges – d’étonnantes inexactitudes, la rajeunissant d’un ou plusieurs siècles, l’attribuant à des ateliers italiotes, souvent au nom du principe qu’un objet de qualité médiocre ne pouvait pas être attique, et ne pouvait pas remonter au IVe siècle et a fortiori au Ve siècle. La négligence envers ce qui se trouvait ou se publiait ailleurs, l’indifférence pour l’artisanat ordinaire opposé à “l’artisanat d’art”, et le retard traditionnel des périodes classique (sauf pour la grande peinture vasculaire) et surtout hellénistique par rapport à l’archaïque dans le domaine de la céramologie, toutes ces raisons se liguaient pour entraver les recherches sur la céramique attique du IVe siècle, surtout à vernis noir.

6Il faut reconnaître au demeurant qu’une appellation comme « précampanienne » n’avait pas, et n’a pas, que des inconvénients. En effet, outre qu’en Occident elle correspond à la chronologie et reflète assez bien la réalité des influences de l’attique à vernis noir sur certaines campaniennes, elle présente l’avantage de ne pas préjuger de la provenance réelle de ces céramiques dont les origines géographiques peuvent, sous une apparence indéniablement attique ou atticisante, être fort diverses. On verra que c’est là un réel problème.

7Au cours des toutes dernières décennies, deux recherches ont apporté des progrès décisifs. Ce sont le catalogue typologique dressé par Brian A. Sparkes, en 1970, de la céramique attique à vernis noir de l’Agora d’Athènes (selon une voie tracée par le livre antérieur de Richard H. Howland sur les lampes grecques du même site, dont la plupart sont attiques) ; et, en 1987, l’étude par Damián Cerdá de la céramique attique à vernis noir de l’épave d’El Sec à Majorque.

8Ces publications prenaient enfin pleinement en compte la céramique attique à vernis noir : mais on voit combien tout cela est récent. Il est peu de céramiques – même pas les céramiques “campaniennes”, sans doute – qui aient une tradition d’étude aussi fraîche en Occident (et, dans une large mesure, en Orient aussi) que la céramique attique à vernis noir. Il n’est que de voir à cet égard l’abîme – du point de vue, forcément particulier, que j’adopte ici – qui sépare deux catalogues consacrés aux fouilles de Spina et notamment à la céramique de ce site : l’un en 1960 (la céramique attique n’y était guère considérée que comme un reflet de la grande peinture grecque disparue), l’autre en 1994 (la céramique attique, y compris dans sa variété à vernis noir, y recevait l’attention qu’elle mérite).

9Evoquons maintenant un autre point de vue : l’usage de la céramique dans la recherche archéologique et historique. La céramique a été prise en compte successivement pour la chronologie, les échanges commerciaux, et le cas échéant l’iconographie ; puis elle l’a été, en outre, pour l’étude des techniques, des modes de production et de commercialisation; enfin, au-delà de ces questions toujours pertinentes, elle nous a rapprochés à nouveau d’une histoire plus événementielle ou plus institutionnelle (lorsqu’on l’a analysée, par exemple, dans ses rapports avec la colonisation), tout en nous conduisant aussi vers une histoire des goûts, des mentalités, des usages, de la consommation.

10La céramique attique a été partie prenante dans cette évolution, et ce sont là quelques-uns des problèmes qu’il nous faut examiner maintenant à son sujet.

2. Typologie

11Une constatation de base : il n’y a pas à ce jour de véritable typologie de la céramique attique, qu’elle soit à vernis noir ou figurée, qu’elle soit du IVe siècle ou antérieure. En particulier, pour l’époque considérée ici, il existe des études de détail, des typologies partielles (celle de N. Lamboglia, même si la céramique attique n’y apparaît pas en tant que telle, ou la mienne, qui a intégré les formes attiques retenues par Lamboglia – décision qui a parfois été contestée – en y ajoutant quelques autres formes qui se rencontrent en Occident), des inventaires typologiques d’un site – et notamment une publication capitale, certes, puisqu’il s’agit d’Athènes, excellente et éminemment utile, celle, précitée, de B. A. Sparkes – mais pas de véritable typologie globale et organisée comme telle.

12En Occident, nous fonctionnons encore sur la base du système légué par N. Lamboglia, fondé sur une partie de la céramique attique exportée, et exportée dans certaines régions seulement (Languedoc, Catalogne, Levante), avec ce que cela implique d’appauvrissement du répertoire. Ce système, par définition, convient assez bien pour ces parties de l’Occident, mais beaucoup moins pour les autres. En outre, il empêche de faire le lien avec les lieux de production. Enfin, la typologie de Lamboglia comporte une forte contamination, en ce qui concerne la « précampaniennne », entre l’attique proprement dite, les céramiques latiales, les productions du golfe du Lion, etc., voire la campanienne A.

13Ce serait donc une tâche urgente qu’une véritable typologie d’ensemble de la céramique attique à vernis noir. L’archéologie a besoin de typologies pour progresser. Elle doit savoir comment désigner les objets de sa recherche. A partir de là, d’autres tâches deviendraient plus faciles. Il suffit de voir comment l’absence d’une typologie se fait sentir dans le récent catalogue consacré au matériel de Spina, que j’ai évoqué ci-dessus. Naturellement, une telle typologie devrait s’intéresser aussi bien aux détails de forme qu’aux formes d’ensemble. Elle devrait s’intéresser aussi aux décors. Il n’existe pas non plus de véritable typologie des décors, qu’il s’agisse de leurs éléments pris individuellement, en particulier les palmettes, ou de la disposition d’ensemble de ces éléments : en ce dernier domaine aussi, on continue à se fonder sur le système de Lamboglia, avec des notions telles que « palmette combinate », « simmetriche », « aggruppate », « collegate » – distinctions légitimes mais qu’il faudrait affiner.

3. Chronologie

14Préciser la chronologie de nos céramiques n’est pas facile. Les sites dateurs ne sont pas légion. On mentionne toujours Olynthe, détruite en 348. A quoi peut-on penser encore ? Peut-être à Mégara Hyblaea, détruite en 483, reconstruite vers 340 ? Mais elle n’a guère été étudiée pour cette période ; et nous ignorons la date précise de sa résurrection. Même imprécision pour la destruction de la Vieille Smyrne dans le troisième quart du IVe siècle. Citons encore l’épave de Kyrénia, vers 300. Et telle date, qui semble plus sûre (Kerkouane abandonné en 256), ne nous aide pas pour le IVe siècle.

15Le risque des cercles vicieux est certain. La Bastida de Mogente passe pour avoir été détruite vers 340/330. Mais vu l’importance de ce site pour l’étalonnage de la céramique attique à vernis noir en Occident, le danger serait de tenir une telle chronologie pour acquise et de l’utiliser pour dater de proche en proche d’autres sites ou d’autres catégories de matériel. Cette situation banale s’aggrave dans le cas présent parce que nous avons à faire à une céramique pour laquelle les études ne sont guère développées.

16Citons encore d’autres exemples de problèmes :

  • Le camp de Koroni en Attique, qui passe pour avoir été occupé en 265-261, comporte un groupement de formes qu’en un autre contexte on eût dites échelonnées sur plus d’un siècle.

  • Dans le niveau de destruction de 146 de Carthage-Byrsa, voire sur le sol correspondant, il n’est pas rare de trouver de la céramique attique du IVe siècle ou de la première moitié du IIIe siècle.

  • Si une espèce d’accord assez général semble se faire pour assigner l’épave d’El Sec au deuxième quart du IVe siècle, le matériel de l’épave est diversement daté, selon les spécialistes et selon les catégories d’objets – et cela est vrai même de la céramique attique-, entre la fin du Ve siècle et le début de la seconde moitié du IVe siècle.

17On voit donc l’ampleur des problèmes de chronologie qui subsistent dans le domaine qui nous intéresse ici.

18Une épave est un terrible révélateur de ces difficultés, car, regroupant des vases que normalement nous ne daterions pas de la même façon, elle nous oblige à penser soit qu’il y avait dans le navire des coexistences curieuses, soit que nous nous trompons dans les datations. Mais par où commencer une éventuelle rectification ? Toucher à une pierre de l’édifice, n’est-ce pas l’ébranler tout entier ? Autre hypothèse envisagée alors pour le gisement d’El Sec : la superposition de deux épaves. Mais rien ne semble l’attester sur le “terrain”. On peut d’autre part difficilement penser en l’occurrence à des solutions analogues à celles qu’on a suggérées à propos de l’épave de Culip IV au cap Creus, qui fit naufrage sous Vespasien, vers 75, mais qui recelait des vases de sigillée de La Graufesenque apparemment bien antérieurs (on a conjecturé qu’il s’agissait de vases conservés pendant longtemps avant d’être vendus, mais le fouilleur, Javier Nieto, préfère supposer pour sa part que l’atelier gaulois a réutilisé des moules anciens).

19Les tombes posent un peu les mêmes problèmes que les épaves (ce qui n’a rien d’étonnant, s’agissant aussi de milieux fermés où sont regroupés des objets dont l’association est plus lâche ailleurs) : on le voit bien avec les tombes de Spina, qui mettent en évidence des difficultés de ce genre. Le problème paraît toutefois moins grave pour les tombes, où l’on peut toujours supposer la présence de certains objets conservés plus longtemps que d’autres – ce qui est plus difficile pour les épaves.

20Plus généralement, on peut se demander (mais ce seraient autant d’études de détail à faire) si certaines de nos difficultés ne proviennent pas d’une chronologie de Sparkes qui serait parfois un peu haute pour une céramique qu’inversement, il est vrai, certains me reprochent de dater parfois un peu bas.

21En matière de datation – mais il s’agit de chronologie relative–, une méthode apparaît séduisante : celle qu’a employée Emeterio Cuadrado à propos des cratérisques attiques à vernis noir, dont il a suivi l’évolution sur un siècle au moins, en mettant en évidence des proportions de plus en plus élancées. Cet étirement progressif des formes, ainsi qu’un maniérisme croissant dans les profils d’ensemble comme dans les détails, semblent peu contestables, et il est probable qu’une analyse serrée des skyphoi, par exemple, donnerait aussi de bons résultats à cet égard.

22Evidemment, les décors devraient, là aussi, être pris en compte : typologie et disposition des timbres, nature des incisions et des guillochures, aspect du fond externe (entièrement vernissé ou partiellement réservé, et de quelle manière...). Je ne crois pas qu’à l’heure actuelle on puisse proposer pour tout cela un schéma simple et sûr.

4. Diffusion, commerce

23Il s’agit moins, ici, d’examiner la répartition territoriale de l’attique à vernis noir en Occident (j’en dirai néanmoins quelques mots) que d’analyser brièvement certaines caractéristiques et certaines modalités de sa diffusion.

24La céramique attique à vernis noir, et notamment celle du IVe siècle, est une des rares céramiques de l’Antiquité qui aient été diffusées en quantités importantes (quoique fort inégalement selon les régions) à grande, voire très grande distance : d’où son intérêt pour les spécialistes de l’économie antique, comparable à celui du corinthien, de la campanienne A, de certaines sigillées claires.

25Pour la diffusion de la céramique attique, il existe un contraste marqué entre l’aire punicisante et le reste de la Méditerranée occidentale. Dans l’aire punicisante, la céramique attique abonde, à des degrés divers, à Carthage, à Malte, en Sicile occidentale, en Sardaigne, en Espagne du Sud-Est. C’est un phénomène qui a été longtemps sous-estimé, pour la céramique à figures rouges et surtout pour la céramique à vernis noir.

26Pour le reste de l’Occident, Italie, Gaule, c’est beaucoup moins sûr (sauf peut-être pour la Sicile orientale). En général, la céramique attique à vernis noir n’est pas diffusée très abondamment en Italie. Par exemple, dans l’important lot de céramique à vernis noir de Volterra qu’a étudié Marinella Pasquinucci, on relève un seul cratérisque attique face à de nombreux cratérisques locaux, et l’absence de la céramique attique est encore plus flagrante pour les autres formes. En Italie du Nord, mis à part le cas très particulier de Spina, elle est rare après le commencement du IVe siècle. Elle est rare aussi à Rome et à Ostie. On ne peut s’empêcher de penser que dans ces diverses régions les ateliers locaux satisfaisaient la demande ; et ce qui pourrait apparaître à première vue comme de la céramique attique n’est souvent autre en réalité que des imitations locales, comme dans les environs de Naples, aussi bien sur le littoral que dans l’arrière-pays.

27Cela dit, il y a sûrement eu, dans l’aire punicisante comme ailleurs, des situations non seulement régionales, mais locales très diverses (j’y reviendrai), sans compter les différences entre la diffusion de la céramique attique à vernis noir et de celle à figures rouges, que Brian Shefton a relevées pour l’arrière-pays de Naples, où il note force petits vases attiques à figures rouges, tandis que le vernis noir de même provenance est absent : au point qu’il a distingué un “Black Glaze run” (plus méridional) et un “Red Figure circuit” (plus septentrional).

28Très curieux est le cas de Spina. A l’occasion d’une récente exposition à Ferrare de mobiliers funéraires de ce site, j’ai été frappé, en examinant les vitrines et le catalogue, par certaines lacunes dans le répertoire local de la céramique attique à vernis noir du IVe comme du Ve siècle : pas de cratérisques, de “Castulo cups”, de boisais, de “plates, rolled rim” ; pas ou très peu de ces décors gravés et/ou imprimés (oves, palmettes liées, incisions radiales, etc.) qui sont si fréquents ailleurs ; sauf exception, pas de pieds à ressaut (“piedi ad unghia”). En somme, un faciès de la céramique attique à vernis noir très différent de ceux de l’Afrique ou de l’Espagne. Absence de céramique attique, alors ? Ou plutôt présence de produits importés d’Athènes, mais différents de ceux auxquels nous sommes habitués sur tant d’autres sites ? C’est un problème à étudier de plus près, comme l’est la diversité des situations selon les régions en ce qui concerne les lampes attiques (trop oubliées, peut-être, dans ces recherches), exceptionnellement abondantes, par exemple, en comparaison avec tous les autres sites non grecs des Baléares et de l’Ibérie, dans la nécropole du Puig des Molins à Ibiza – Ibiza où, justement, a été trouvé sur une lampe attique à vernis noir un graffito signalant un lot considérable, inusité, de ces lampes. A quels motifs culturels, voire cultuels, répondent de telles différences, auxquelles font écho celles que Carlo Tronchetti a soulignées, précisément à propos des lampes, pour la Sardaigne ? Il y relève de fortes variations selon les sites pour les lampes attiques, pratiquement absentes à Nora, abondantes à Cagliari, à Sulcis, à Tharros, à Senorbì : et je serais tenté de le suivre lorsqu’il attribue ces variations à la diversité des rituels funéraires locaux plutôt qu’à celle des contacts commerciaux.

29En ce qui concerne les modalités de la diffusion commerciale, subsistent bien des inconnues. Le transport se faisait évidemment par mer depuis Athènes. Mais – c’est un phénomène que l’on observe pour d’autres céramiques aussi – une fois la Méditerranée franchie, une fois devenue au loin, par ce baptême de la mer, une marchandise plus enviable, cette céramique était capable de pénétrer à l’intérieur des terres, comme on le voit notamment en Espagne, même si c’est sur une profondeur souvent assez modeste.

30La céramique attique à vernis noir pose toutefois un problème qui lui est assez particulier. C’est une idée communément admise qu’une céramique ne peut connaître une diffusion abondante et lointaine que si son coût de transport est très bas, de façon à lui permettre de rivaliser à l’autre extrémité de la Méditerranée avec des productions locales – en d’autres termes, que si elle constitue un “fret de complément”. De fait, les céramiques à très grande diffusion accompagnent souvent des denrées alimentaires, généralement contenues dans des amphores (voir la campanienne A et la sigillée claire africaine). Et si l’on a longtemps éprouvé des doutes à cet égard pour certaines de ces céramiques, une meilleure connaissance des amphores commerciales a reconstitué ici ou là – non sans incertitudes encore – des couples amphores-céramiques (pour les exportations étrusques, corinthiennes, ioniennes...). Mais la céramique attique à vernis noir apparaît à cet égard comme une exception, en tout cas pour le IVe siècle. Quelles denrées auraient été exportées avec elle, et dans quels conteneurs ? Une telle exception, réelle ou apparente, nous invite, soit à combler les lacunes éventuelles de notre connaissance, soit plutôt, en l’occurrence, à nous interroger sur le cas particulier des systèmes commerciaux qui, comme celui-ci, contredisent cette règle.

31Le problème des termes de l’échange n’est pas toujours plus clair. On peut penser qu’à Spina, ou en mer Noire, les Athéniens se procuraient notamment du blé. La situation était sans doute plus complexe à Carthage, ou dans le Levante ibérique, et on ne sait trop lequel il faut conjecturer, en l’occurrence, des deux types d’échanges distingués par Aristote, soit entre deux producteurs (besoin mutuel), soit entre des producteurs et des consommateurs (besoin à sens unique). Le cas du Levante est particulièrement troublant, car la céramique attique du IVe siècle y est trouvée surtout dans des bourgs, des “poblados” (le même problème se posera ultérieurement en Gaule méridionale pour la campanienne). Cette diffusion d’une marchandise constituée d’exemplaires peu précieux implique apparemment un réseau capillaire de colportage des vases et de collecte des contreparties, quelles qu’elles fussent, une distribution “à la pièce” auprès de clients qui de leur côté ne pouvaient évidemment s’acquitter en monnaie (on est à l’opposé du système de distribution de la sigillée arétine, qui concernait essentiellement des militaires disposant de liquidités). Les détails de ce processus nous échappent largement.

32Quelques lueurs sur la distribution de la céramique attique à vernis noir du IVe siècle – mais il s’agit ici de son acheminement depuis Athènes vers l’Occident – nous viennent cependant de l’aire punicisante. On y devine un rôle des Puniques eux-mêmes. Non pas tant grâce au texte du Pseudo-Scylax (112) selon lequel les Phéniciens diffusaient sur la côte atlantique du Maroc keramon attikon kai chous (car les trouvailles du Maroc ne confirment guère ce texte), ni grâce aux graffiti puniques de l’épave d’El Sec qui pourraient faire penser éventuellement à un bateau punique ou “phénicien”, que grâce à une petite série de graffiti commerciaux mixtes, grecs et puniques, observés sur des vases attiques à vernis noir du IVe siècle trouvés à Carthage, dans l’épave d’El Sec, en Espagne (où intervient une composante ibérique). On peut supposer qu’ils reflètent un commerce mixte, impliquant et des Grecs (Athéniens ou non), et des Puniques (Carthaginois ou non) : un commerce médiatisé, dans lequel passeraient, entre commerçants d’ethnies différentes, des messages dont ces graffiti nous transmettraient l’écho. Il est remarquable à cet égard que ni à Carthage, ni dans l’épave d’El Sec, ni en Espagne, les vases attiques à figures rouges ne portent ce type de graffiti partiellement puniques que portent parfois en revanche certains vases à vernis noir : ce qui peut-être confirme la différence entre les circuits “des figures rouges” et “du vernis noir” relevée par Β. B. Shefton (voir supra).

5. Imitation, délocalisation, influence

33Le problème considérable de l’imitation, de la véritable imitation (qui implique – condition banale mais souvent négligée – succession chronologique et ressemblance réelle), risque de vicier notre connaissance de la production et de la diffusion de la céramique attique à vernis noir. A la racine de ce problème, une constatation : il n’est pas toujours facile d’affirmer qu’un vase “attique” à vernis noir vient bien d’Athènes. Les plus experts hésitent parfois à ce propos.

34Il est certain que cette céramique a été très imitée en Occident. En Italie d’abord, bien sûr (exemple menu, mais significatif : dans deux dépôts votifs que j’ai eu l’occasion de fouiller, à Teano en Campanie et à Cozzo Presepe près de Métaponte, figurent des imitations indubitables de vases attiques à décor de palmettes liées). On distingue assez facilement, sur le fond commun qui résulte de la nature même des objets imités, des faciès locaux d’imitation : ainsi la Campanie interne se caractérise par un vernis plombé et un engobe rouge sui generis sur le fond externe; Ischia, par un vernis argenté ou cuivré, qui annonce celui de la campanienne A (les imitations d’attique d’Ischia ont été diffusées en Campanie côtière et dans l’immédiat arrière-pays, à Pompéi, Stables ou Vico Equense comme à Suessula ou Nocera). Une grande région d’imitation est l’Apulie, notamment dans ses parties septentrionale et centrale, Daunie et Peucétie.

35Le bolsal est une forme particulièrement visée par les imitations. Cette prédilection résulte peut-être du prestige dont jouissaient dans certains milieux “barbares” les vases à boire caractérisés de type proprement hellénique et plus précisément les coupes à anses (on retrouvera ce phénomène pour les coupes de la campanienne A). Ainsi abondent à Palerme des imitations du boisai généralement fidèles, à l’exception d’une simplification du méplat entourant le pied sur les exemplaires attiques. D’une façon générale la Sicile occidentale punicisante apprécie les imitations de céramique attique (la forme Lamb. 21/25 Β est une autre de leurs cibles favorites). Elle a en l’occurrence une attitude active, avec des imitations nombreuses et habiles, levain d’intéressantes productions locales (à Palerme, Solunto, Motyé, Lilybée, Sélinonte). Mais Carthage aussi apprécie assez la céramique attique à vernis noir pour l’imiter assidûment.

36Répétons-le : il est souvent très malaisé de distinguer de bonnes imitations de médiocres originaux, surtout dès lors que le vernissage intégral du fond externe fait disparaître le miltos attique si caractéristique. En l’absence d’analyses de laboratoire, les doutes sont fréquents, et brouillent notre perception du commerce athénien et des importations dans les diverses régions.

37Le phénomène, si fréquent dans l’Antiquité, d’une transmission de modèles depuis la Grèce jusqu’à de lointaines villes côtières, puis dans l’arrière-pays de ces dernières, joue pleinement ici. Athènes transmet à Pithécousses ses modèles de céramique à vernis noir du IVe siècle, qui de là passent dans l’arrière-pays de Naples. Athènes transmet à Carthage ses modèles, qui de là passent, sous des formes parfois non vernissées, dans l’arrière-pays plus ou moins lointain (voir tel plat à poisson, telle cruche de Gastel dans l’Est algérien).

38De probables transferts ou déplacements d’artisans accentuent cette tendance, et rendent encore plus souhaitables des analyses de laboratoire, sans lesquelles ces processus restent souvent inaperçus (comme on le voit avec l’essaimage de la céramique arétine vers des succursales pisanes et lyonnaises, que seules les analyses ont permis de détecter). L’émigration de potiers athéniens vers l’Asie Mineure, vers Alexandrie, vers l’Italie, voire une véritable diaspora de ces potiers dans tout le bassin méditerranéen au IVe siècle, sont conjecturées sur la foi de documents épigraphiques ou d’autres indices.

39Ce phénomène est assez apparent pour la céramique à figures rouges (par exemple, on soupçonne que la fondation de Thourioi a attiré en Italie des maîtres athéniens, entraînant la création sur le sol italien, en Grande Grèce, d’écoles locales, d’où sont dérivées à leur tour des écoles sud-étrusques, falisques et latiales, telles que le “Gruppo fluido”). Il est évidemment beaucoup moins spectaculaire, moins perçu et moins étudié pour la céramique à vernis noir, mais notre attention doit rester vigilante dans ce domaine aussi.

40Indépendamment de leurs implications économiques sur lesquelles je reviendrai, ces imitations comportent des aspects culturels notables, et particulièrement des cas d’hybridation. Les “autochtones”, souvent plus indifférents que les Grecs au vernis noir proprement dit, ou incapables de l’imiter réellement, copient les formes attiques, mais avec une surface grise, rouge ou achrome. Le cas n’est pas rare en Ibérie. Mais l’Italie connaît aussi de telles imitations, même dans des régions assidûment fréquentées par les Athéniens. Mentionnons, parmi bien d’autres, tel lécythe à pâte grise à Spina, tel fond de vase en céramique grise locale, mais à palmettes liées, à Adria. Ou à Punta della Vipera, près de Cerveteri, une imitation d’attique pour la forme et le vernis, mais avec un décor sud-étrusque à rosette centrale entourée de six palmettes radiales et de stries. Ou encore, en Sardaigne, de nombreuses imitations à pâte bucchéroïde, ou à vernis variant du rouge au brun.

41Ces processus ont aussi de fortes implications chronologiques, les “copieurs” tendant à faire durer l’imitation de modèles désormais disparus auxquels ils sont incapables d’inventer des substituts (comme on le voit aussi pour la campanienne Boïde par rapport à la B). Ce problème se pose même à Alexandrie, où de nombreux boisais locaux, fabriqués évidemment après la fondation de la ville en 332/331, prolongent la durée d’existence de cette forme après son extinction à Athènes. En Occident, il reste en grande partie à étudier.

6. Problèmes techniques, économiques et sociaux de la production

42Une observation technique d’abord. Les artisans athéniens du IVe siècle n’ont pas encore résolu la difficulté qu’implique le façonnage de patères larges à pied étroit et par conséquent à paroi fortement surplombante. Leurs patères à fond horizontal les plus typiques (“plate, rolled rim” = F 2222) ont une base encore très large. Leurs plats à poisson (F 1121a, b et c) ont une base moins étroite qu’elle ne le deviendra par la suite dans la céramique campanienne. En fait, il faudra attendre le IIIe siècle pour que les pieds des patères se rétrécissent plus nettement, autorisant une plus grande diversité dans le modelage des parois. Les productions locales s’inspireront alors plus volontiers du répertoire grec ou italien des patères, tandis qu’au IVe siècle elles copient plutôt les coupes ou les bols où excelle alors la céramique attique.

43La céramique attique à vernis noir est le fruit d’un artisanat typiquement urbain, comme le sont du reste tous les grands artisanats céramiques exportateurs, du moins avant l’Empire. Elle se signale, si l’on peut dire, par un anonymat total des produits, sans la moindre atténuation. Mais cet anonymat était normal pour la plupart des grandes céramiques antiques, les seules véritables exceptions étant la sigillée arétine, née de la période particulière à tous égards dans le domaine artisanal qu’est l’époque augustéenne, puis ses descendantes italiques, gauloises et hispaniques.

44Faute de timbres, de textes ou d’inscriptions, les vases eux-mêmes pourraient jeter quelques lueurs sur le fonctionnement des ateliers. Par exemple l’analyse d’un groupe de vases vendus ensemble et peut-être façonnés ensemble devrait permettre d’évaluer le degré de standardisation de la production (variabilité des formes, des détails de formes et des décors). Le mieux serait d’examiner à cette fin – ce qui à ma connaissance n’a jamais été fait – la totalité du chargement de céramique d’une épave, à commencer par les 358 pièces attiques à vernis noir recueillies dans l’épave d’El Sec, sans compter les vases du Groupe de Vienne 116. Cet examen nous renseignerait sans doute aussi sur les liens entre décor, forme, et main ou atelier. Par exemple l’hypothèse proposée par Damián Cerdâ pour El Sec, à savoir que les onze types de palmettes qui y sont représentés désigneraient onze “ateliers” différents, me semble assez peu convaincante. Il n’y avait assurément pas dans un atelier un poinçon unique pour un type unique de palmette – surtout s’agissant de palmettes si rudimentaires –, et je crois plutôt que dans un même atelier les timbres pouvaient changer au gré des ouvriers, des formes façonnées, des journées ou des heures de travail, des poinçons usés, cassés ou perdus (et remplacés moyennant le moulage éventuellement retouché d’une ou plusieurs matrices initiales, voire moyennant le surmoulage approximatif d’estampilles précédentes). Ce sont là en tout cas des hypothèses qu’une étude spécifique et minutieuse devrait permettre de contrôler.

45La situation de la production céramique dans l’économie athénienne me semble un thème sur lequel il y a encore lieu de réfléchir, surtout en y intégrant la céramique à vernis noir, jusqu’ici absente de ce débat. A Athènes, sur les 47 artisans qui à la fin du IVe siècle et au début du IIIe siècle ont dédié à Athéna des patères d’argent et dont des listes indiquent le métier, un seul était potier : cette faible présence numérique des potiers dans la population artisanale s’accorde avec les conclusions de R. M. Cook pour l’époque classique, et avec des documents de l’Egypte romaine. Mentionnons également, sans prétendre le moins du monde l’approfondir ici, le problème très discuté de la richesse induite (ou non) dans une ville comme Athènes par une telle activité.

46Il faudrait aussi prolonger les indications de Domenico Musti sur les “aspetti di crisi” du IVe siècle à Athènes. Pour Musti, en effet, il faut chercher les causes de l’appauvrissement et de la crise sociale d’Athènes dans l’agriculture, certes, mais aussi, dans une large mesure, dans un artisanat en grande partie lié à l’activité de construction (et subissant en tant que tel les retombées de l’après-Périclès) et à la grande exportation (désormais déclinante). Pour expliquer cette crise de l’exportation, on invoque volontiers le développement hors de Grèce d’artisanats locaux précédemment bridés par l’afflux des importations attiques. Ces dernières étant désormais imitées in loco, il n’y aurait plus de place outre-mer pour les productions originales.

47Ici interviennent plusieurs gloses possibles (indépendamment de l’explication préférée par D. Musti, qui évoque la crise des impérialismes grecs au IVe siècle). Cette baisse des exportations athéniennes, et/ou des importations des pays receveurs, est-elle due à une baisse de qualité des marchandises proposées ? Pour la céramique attique à vernis noir, cette explication est peu vraisemblable : cette céramique, tous comptes faits, est au IVe siècle plus fine, plus variée dans ses formes, plus décorée qu’elle ne l’était au Ve siècle. La prolifération outremer des imitations, voire des contrefaçons, résulte-t-elle notamment (ou exclusivement ?) d’une émigration d’artisans athéniens ? Si ses causes et ses modalités peuvent se discuter, la montée en puissance des imitations semble en tout cas indéniable, comme je l’ai déjà souligné : phénomène banal, et courant aujourd’hui encore, de “délocalisation”, de transfert des forces vives ou des productions d’un “centre” initial vers une périphérie. En l’occurrence, il était d’autant plus inévitable que la marchandise à imiter n’exigeait ni des matériaux particulièrement rares, ni une technique confidentielle ou très difficile, hormis peut-être pour un excellent vernis noir. Mais les Athéniens eux-mêmes n’étaient pas toujours très rigoureux quant à la qualité du vernis, et, surtout, ils avaient souvent affaire outre-mer à des clients pour lesquels cette qualité, et une couleur absolument noire, ne semblent pas avoir toujours été une exigence fondamentale.

7. Goût, demande, usage

48La dimension culturelle du commerce est trop négligée. Or c’est un problème particulièrement intéressant ici, dans la mesure où il se trouve que les principaux amateurs de céramique attique à vernis noir – les Puniques et certains peuples de leur périphérie, comme les Ibères et les Sardes – faisaient preuve à la fois d’une grande ouverture aux influences extérieures et d’un particularisme tenace. Les Etrusques, moindres amateurs, il est vrai, de vernis noir attique, manifestaient aussi des tendances analogues.

49Ces utilisateurs exerçaient-ils une influence non seulement sur le commerce mais aussi sur la production ? Tous les clients d’un grand atelier, ou d’un grand groupe d’ateliers, lui achetaient-ils les mêmes choses ? La demande orientait-elle parfois l’offre, et pouvait-elle infléchir la production d’ateliers lointains ? Je pense qu’il faut répondre par l’affirmative à ces questions qui sont depuis quelque temps fort débattues, notamment à propos de l’épave d’El Sec. On observe ainsi une grande différence, à partir du même répertoire de céramique à vernis noir offert par Athènes, entre les achats des Ibères et ceux des Carthaginois.

50Autre exemple. On connaît le goût des Puniques pour les plats à poisson attiques à bord pas ou très peu retombant (opposés en cela aux plats à poisson “canoniques” à bord franchement retombant). J’y verrais volontiers une séquelle de l’existence dans le répertoire punique, depuis des temps reculés, d’assiettes à cupule centrale et à lèvre mince qui semblent annoncer ce que seront les plats à poisson grecs et notamment attiques (et le problème d’une inspiration au moins partiellement phénico-punique de ces derniers peut légitimement se poser). Cette demande punique pour une variante que les Grecs appréciaient moins a certainement pu infléchir l’exportation et donc la production des ateliers d’Athènes, de toute évidence informés des goûts de leurs clients lointains par l’entremise des négociants en céramique.

51Dans ce problème des “influences de l’aval vers l’amont”, bien d’autres exemples s’offrent que celui, si volontiers cité, des amphores nicosthéniques. Ils concernent la céramique attique du IVe siècle comme celle de la période antérieure : canthares, cruches de types étrusques, ou encore un groupe de formes dont on se demande si elles n’ont pas été créées pour l’important marché de Spina (pelikai à corps presque cylindrique ; formes exclusives produites par le Peintre de Méléagre ; askoi ou plats à tiges qu’on est tentés d’expliquer par une demande spécifique). Un autre cas flagrant est celui de certains kernoi attiques à vernis noir du IVe siècle, adaptés au rituel punique, qui selon toute apparence ont été produits uniquement pour le marché punique.

52Le “goût” peut aussi prendre ici une acception plus proprement esthétique, par exemple en ce qui a trait à la bipolarité du “céramique” et du “toreutique”. La poterie attique répond fondamentalement à un goût “céramique”. Mais elle subit, surtout à partir du IVe siècle, sous l’influence de modèles étrangers et, particulièrement, “barbares”, de forts infléchissements “toreutiques” (anses fines et contournées, godrons, listels, nervures...). Ainsi, Brian Shefton a attiré l’attention sur des gobelets à vernis noir (F 7411) imitant des vases métalliques achéménides. Ce phénomène rejoint, fort modestement, les observations de Domenico Musti sur l’« économie citadine » d’Athènes entrant en crise sous la pression d’une « économie royale » ou « basilico-satrapique» – elles-mêmes parfaitement en accord avec cette période où les cités-états comme Athènes tendent à s’affaiblir.

53J’insisterai enfin sur la nécessité d’être attentifs aux signes divers – graffiti de propriété, réparations, usure exceptionnelle, remplois sous forme de jetons ou autres – qui sont des indices potentiels du prix plus ou moins grand que dans tel ou tel milieu on attachait à une céramique. Ces indices sont trop souvent négligés (ainsi, le catalogue de l’exposition sur Spina que j’ai déjà mentionné omet de signaler des réparations que l’on peut cependant relever sur certains des vases attiques à vernis noir exposés). De surcroît, ces phénomènes, en prolongeant anormalement la durée de vie des vases ou même de leurs fragments, entraînent une distorsion des données chronologiques fournies par les fouilles, et par conséquent des datations que nous attribuons aux sites comme aux productions.

8. En conclusion

54Simple en apparence, la céramique attique à vernis noir pose en réalité des problèmes multiples et complexes. Nos ignorances sont grandes. La typologie des formes, les décors, la chronologie, la diffusion, requièrent maints efforts de définition ou de précision. Des phénomènes divers brouillent notre vision : imitations, traditions ethniques, transferts de productions (soit dans un processus colonial, soit par émigration individuelle de main d’œuvre, soit peut-être par fondation de véritables succursales), qui remplacent le “simple” commerce à distance par des processus encore plus intéressants, mais perceptibles seulement au terme d’enquêtes minutieuses, voire d’analyses en laboratoire.

55La céramique attique à vernis noir du IVe siècle (et des siècles antérieurs, voire même postérieurs) est assez méconnue, et souvent sous-exploitée dans la recherche archéologique et historique. Soyons assurés que les communications que nous entendrons ici mettront en évidence son intérêt et combleront certaines des lacunes dont souffre sa connaissance.

Bibliographie

Orientation bibliographique

1. Histoire et état des recherches, terminologie

Appellation de « précampanienne », rapprochements avec Athènes, Olynthe et la Grèce en général : Lamboglia (N.), Per una classificazione preliminare della ceramica campana. In : Atti del I° Congresso internazionale di Studi Liguri (Bordighera, 1950). Bordighera, 1952, passim, notamment 165, 171-172, 184, 190 ; Morel (J.-P.), A propos des céramiques campaniennes de France et d’Espagne, Archéologie en Languedoc, 1, 1978 (Journées d’étude de Montpellier sur la céramique campanienne), 149. Pour les formes attiques de la Classificazione preliminare, voir Id., Céramique campanienne : les formes. Rome, 1981, I, 19. La Bastida : Lamboglia (N.), La ceramica “precampana” della Bastida. Archive de Prehistoria Levantina, V, 1954, 105-139 (notamment 138-139 pour les rapports possibles avec la céramique attique).

El Cigarralejo : Cuadrado (E.), Ceramica ática de barniz negro de la necropolis de El Cigarralejo, en Mula (Murcia). Archiva de Prehistoria Levantina, X, 1963, 97-164. Préférence pour le terme de « précampanienne » : Vall de Pla (Ma Α.), El poblado ibérico de Covalta (Albaida, Valencia), I, El poblado, las excavaciones y las cerámicas de barniz negro. Valence, 1971, particulièrement 46-47. « Type sarde D » : Morel (J.-P.), Notes sur la céramique étrusco-campanienne : vases à vernis noir de Sardaigne et d’Arezzo. MEFRA, LXXV, 1963, 1, 22 (et 27, forme 69, exemple d’une forme qui en réalité est attique).

Exemples de méprises sur la céramique attique, médiocre ou non : Id., Les vases à vernis noir et à figures rouges d’Afrique avant la deuxième guerre punique et le problème des exportations de Grande Grèce. AntAfr, 15, 1980, 29-75, passim, notamment 37, 59-61, 66-67, 69, 73.

Agora d’Athènes : Sparkes (B. A.) [et Talcott (L.)], The Athenian Agora, XII, Black and Plain Pottery of the 6th 5th and 4th Centuries B.C. Princeton, 1970 ; Howland (R. H.), The Athenian Agora, IV, Greek Lamps and Their Survivals. Princeton, 1958.

Sur l’épave d’El Sec (après Pallarés Salvador (F.), La primera exploración sistemática del pecio del Sec (Palma de Mallorca). RELig, 38, 1972 (1974), 3-4, 287-326), voir surtout Grecs et Ibères au IVe siècle avant Jésus-Christ, commerce et iconographie. Actes de la Table ronde, Bordeaux, 1986 (= REA, LXXXIX, 1987, 3-4) (éd. P. Rouillard et M.-Ch. Villanueva-Puig), 15-146 (particulièrement 51-58 et 72-80 pour la céramique attique à vernis noir) ; Arribas (Α.), Trias (Ma G.), Cerdâ (D.) et de Hoz (J.), El barco de El Sec (Costa de Calviá, Mallorca). Palma de Majorque, 1987 (197-389 pour la céramique attique à vernis noir).

Évolution des études céramiques : comparer les deux catalogues, Mostra dell’Etruria padana e della città di Spina, 2 vol. Bologne, 1960, et Spina. Storia di una città tra Greci ed Etruschi (éd. F. Berti et P. G. Guzzo). Ferrare, 1993.

2. Typologie

Typologies impliquant la céramique attique pour la période considérée : Lamboglia (N.), Per una classificazione preliminare della ceramica campana, art. cité ; Morel (J.-P.), Céramique campanienne : les formes, op. cit. Opportunité d’insérer la céramique attique dans une typologie de la céramique “campanienne” : Id., A proposito di Céramique campanienne : les formes : risposte ad alcune osservazioni. Opus, II, 1983, 1, 311 (avec l’objection de F. Pallarés). Voir bien entendu aussi, bien qu’il ne se donne pas pour une typologie, l’ouvrage de Sparkes (B. A.) [et Talcott (L.)], The Athenian Agora, XII, Black and Plain Pottery..., op. cit.

Esquisse d’une typologie des palmettes sur céramique attique : Sanmartí (J.), La ceràmica grega fina de l’assentament ibèric d’Alorda Park (Calafell, Baix Penedès, Tarragona). Segles VI-IV a.C. Pyrenae, 27, 1996, 128-129. Disposition des palmettes : Lamboglia (N.), Per una classificazione preliminare..., art. cité, 201 ; Id., La ceramica “precampana” della Bastida, art. cité, 133-136.

3. Chronologie

Chronologie des sites “datants” : Morel (J.-P.), Céramique campanienne : les formes, op. cit., I, 54-65 (notamment, pour le camp de Koroni, 65). La Bastida : Lamboglia (N.), La ceramica “precampana” della Bastida, art. cité, 32-34.

Problèmes chronologiques des tombes de Spina : Morel (J.-P.), Aspetti ceramologici di Spina, à paraître dans Spina e il delta padano. Riflessioni sul catalogo e sulla mostra ferrarese. Atti del Convegno internazionale di studi “Spina : due civiltà a confronto” (Ferrara, 21 gennaio 1994) (éd. F. Rebecchi).

Problèmes chronologiques de l’épave d’El Sec : Grecs et Ibères au IVe siècle avant Jésus-Christ..., op. cit., 15-146, passim, et notamment 69-70 et 138-141. Epave de Culip IV au cap Creus : ibid., 139 (F. Mayet) ; et pour l’hypothèse d’un usage de moules anciens, Nieto (J.), Culip IV : consideraciones sobre la comercialización de la terra sigillata de La Graufesenque. In : Jomades internacionals d’arqueologia romana. De les estructures indigenes a l’organització provincial romana de la Hispania Citerior (Museu de Granollers, 1987), 1. Documents de treball (Homenatge a Josep Estrada i Garriga). Granollers, 1987, 429-430.

Problèmes chronologiques des tombes de Spina : Morel (J.-P.), Aspetti ceramologici di Spina, art. cité, à paraître.

Datations parfois trop hautes de B. A. Sparkes : voir notre compte rendu de The Athenian Agora, XII dans REA, LXXVII, 1975, 337. Nos datations considérées comme parfois trop basses : Spina. Storia di una città tra Greci ed Etruschi, op. cit., 308 (P. Desantis) et 327 (C. Cornelio Cassai) ; ibid., 349, autre exemple de la tendance “haussière” des datations concernant la céramique à vernis noir de Spina (D. Locatelli) ; voir aussi Morel (J.-P.), Aspetti ceramologici di Spina, art. cité, à paraître, particulièrement note 18.

Analyse diachronique des cratérisques F 3521 d’El Cigarralejo : Cuadrado (E.), Ceramica ática de barniz negro de la necropolis de El Cigarralejo..., art. cité, 129-131.

4. Diffusion, commerce

Céramique attique à vernis noir dans l’aire punicisante : Morel (J.-P.), La Sicile dans les courants commerciaux de la Méditerranée sud-occidentale, d’après la céramique à vernis noir. In : “Philias charin”, Miscellanea in onore di Eugenio Manni. Rome, 1979 (1980), t. V, 1574-1576, 1578, 1581 ; Tronchetti (C.), La ceramica attica a vernice nera di IV sec. a.C. della Sardegna. Quaderni della Soprintendenza Archeologica di Cagliari e Oristano, 11, 1994, 165-194.

Volterra : Montagna Pasquinucci (M.), La ceramica a vernice nera del Museo Guarnacci di Volterra. MEFRA, 84, 1972, 1, 332-333, forme 40E, et 290, n° 278. Italie du Nord : Morel (J.-P.), La céramique à vernis noir en Italie septentrionale. In : Celti ed Etruschi nell’Italia centro-settentrionale dal V secolo a.C. alla romanizzazione (Atti del Colloquio internazionale, Bologna, 1985) (éd. D. Vitali). Bologne, 1987, 113.

Environs de Naples : Napoli antica [Catalogue de l’exposition]. Naples, 1985, 300-332. Situation dans l’arrière-pays de Naples, distinction entre “Black Glaze run” et “Red Figure circuit” : Shefton (Β. B.), dans Grecs et Ibères au IVe siècle avant Jésus-Christ, commerce et iconographie, op. cit., 135-136 et 138.

Céramique attique à vernis noir de Spina : Morel (J.-P), Aspetti ceramologici di Spina, art. cité, à paraître. Lampes attiques à Ibiza : Rouillard (P.), Les Grecs et la Péninsule ibérique du VIIIe au IVe siècle avant Jésus-Christ. Paris, 1991, 159, 171, 181 et 196. Graffito numérique signalant un lot de 280 lampes sur une lampe attique d’Ibiza (fin Ve s.-début IVe s.) : Sanchez Fernandez (C.), La ceramica âtica de Ibiza en el Museo Arqueológico Nacional. Trabajos de Prehistoria, 38, 1981, 296 et 297, fig. 7, 2. Différences de site à site en Sardaigne : Tronchetti (C.), I Greci e la Sardegna. DArch, 3a serie, 3, 1985, 2, 28 et 30 ; Id., La ceramica attica a vernice nera di IV sec. a.C. della Sardegna, art. cité, 165-194 et notamment 165-166 et 182-184.

Termes de l’échange en ce qui concerne l’Ibérie (mais guère le Levante !) : Rouillard (P.), Les Grecs et la Péninsule Ibérique..., op. cit., 206-216. Observations d’Aristote (Ethique à Nicomaque, 1133 b 6-8) sur les rapports entre producteurs et consommateurs ou autres producteurs : Musti (D.), L’economia in Grecia. Rome-Bari, 1981, 129.

Graffiti puniques d’El Sec : de Hoz (J.), Les graffites mercantiles en Occident et l’épave d’El Sec. In : Grecs et Ibères au IVe siècle avant Jésus-Christ, op.cit., 117-130, passim. Graffiti commerciaux “mixtes” : Morel (J.-P.), Nouvelles données sur le commerce de Carthage punique entre le VIIe siècle et le IIe siècle avant J.-C. In : Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Histoire et Archéologie de l’Afrique du Nord, Actes du IVe Colloque international (Strasbourg, 1988), t. I, Carthage et son territoire dans l’Antiquité. Paris, 1990, 81-82 ; Id., Graffiti commerciaux de Carthage et d’ailleurs [résumé]. BCTH, nouvelle série, 22, 1987-1989 [1992], Afrique du Nord, 280-281 ; Id., dans Grecs et Ibères au IVe siècle avant Jésus-Christ..., op. cit., 142 ; de Hoz (J.), ibid., 145. Absence de graffiti sur la céramique attique figurée d’El Sec et d’ailleurs : Id., Les graffites mercantiles en Occident et l’épave d’El Sec, ibid., 120 ; Shefton (B. B.), ibid., 135.

5. Imitation, délocalisation, influence

Imitations de céramique attique en Campanie : Morel (J.-P.), La ceramica e il vetro. In : Pompei 79 (éd. F. Zevi). Naples, 1979, 245 ; Id., Remarques sur l’art et l’artisanat de Naples antique. In : Neapolis, Atti del venticinquesimo Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto, 1985). Tarente, 1986, 332-333. En Apulie : voir par exemple Merzagora (L.), I vasi a vernice nera della collezione H. A. di Milano. Milan, 1971, passim (vases de Ruvo) ; et Morel (J.-P.), Céramique campanienne : les formes, op. cit., I, 353, série 5331 (vases d’Ordona et de Ruvo).

Vases de Gastel : Camps (G.), Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques. Paris, 1961, pl. XX.

Émigration de potiers attiques : Cook (J. M.), Old Smyrna : Fourth Century Black Glaze. ABSA, LX, 1965, 143 ; Langlotz (E.), Importazione di ceramica greca owero immigrazione di vasai greci nella Magna Grecia ? In : Economia e società nella Magna Grecia, Atti del dodicesimo Convegno di studi sulla Magna Grecia (Taranto 1972). Naples, 1973 (1975), 163-183. En Campanie : Johannowsky (W.) dans La circolazione della moneta ateniese in Sicilia e in Magna Grecia, Atti del I Convegno del Centro internazionale di Studi numismatici (Napoli, 1967). Rome, 1969, 229. Conséquences de la fondation de Thourioi : Torelli (M.), La ceramica a figure rosse del IV sec. a Roma. In : Roma medio-repubblicana. Aspetti culturali di Roma e del Lazio nei secoli IVe III a.C. Rome, 1973, 50-52.

Imitations hybrides de Spina et d’Adria : Morel (J.-P.), La céramique à vernis noir en Italie septentrionale, art. cité, 113-114. D’Etrurie : Id., Céramique campanienne : les formes, op. cit., I, 516, avec d’autres exemples italiens. De Sardaigne : Tronchetti (C.), I Greci e la Sardegna, art. cité, 31.

Bolsals à Alexandrie : Morel (J.-P.), Observations sur les céramiques à vernis noir d’Alexandrie. In : Alessandria e il mondo ellenistico-romano (I Centenario del Museo Greco-Romano, Alessandria, 23-27 novembre 1992. Atti del II Congresso internazionale italo-egiziano) (éd. N. Bonacasa, C. Naro, E. Ch. Portale et A. Tullio). Rome, 1995, 369 et 376.

6. Problèmes techniques, économiques et sociaux de la production

Patères à pied large ou étroit : Id., Céramique campanienne : les formes, op. cit., I, 496.

Hypothèse concernant les timbres de l’épave d’El Sec : Cerdâ (D.) dans Arribas (A.) et alii, El barco de El Sec (Costa de Calviá, Mallorca), op. cit., 206-215.

Proportion de potiers parmi les artisans athéniens : CIA, II, 2, 768-776 et add. 776 h, p. 512 (cf. Francotte (H.), L’industrie de la Grèce antique. Bruxelles, 1900, 221) ; Cook (R. M.), Die Bedeutung der bemalten Keramik fur den griechischen Handel. JDAI, 74, 1959, 114-123. En Egypte romaine (dans tel bourg, les artisans représentaient 9,5 % des travailleurs, les potiers et les verriers 2,5 % des artisans) : Rémondon (R.), Le monde romain. In : Histoire générale du travail, I, Préhistoire et Antiquité. Paris, s. d. [1959], 334.

Crise de l’artisanat athénien au IVe siècle : Musti (D.), L’economia in Grecia, op. cit., 125 et 132.

7. Goût, demande, usage

Débat sur les rapports entre fournisseurs et clients : Grecs et Ibères au IVe siècle avant Jésus-Christ, commerce et iconographie..., op. cit., 253-255 (J.-P. Morel et M. Bats). Différences entre les répertoires ibérique et carthaginois de céramique attique à vernis noir : Morel (J.-P.), La céramique attique à vernis noir en Ibérie et à Carthage : une comparaison. In : Iberos y Griegos : lecturas desde la diversidad (Simposio internacional celebrado en Ampurias, abril 1991) (éd. P. Cabrera, R. Olmos et E. Sanmartí), t. II (= Huelva Arqueológica, XIII, 2). Huelva, 1994, 328-332.

Plats à poisson à bord mince : Id., Carthage, Marseille, Athènes, Alexandrie (notes sur le commerce de Carthage avec quelques métropoles méditerranéennes). In : Actes du IIIe Congrès international des Etudes phéniciennes et puniques (Tunis, 1991) (éd. M. H. Fantar et M. Ghaki). Tunis, 1995, II, 274.

Formes propres au marché spinétique : Spina. Storia di una città tra Greci ed Etruschi, op. cit., 273 (A. Parrini) et 292 (F. Curti). Kemoi à vernis noir attiques destinés au marché punique : Morel (J.-P.), Nouvelles données sur le commerce de Carthage punique..., art. cité, 79-80.

Goût “céramique”, goût “toreutique” : Id., Les céramiques de l’époque hellénistique en Italie : hellénisme et anhellénisme. In : Akten des XIII. internationalen Kongresses fur klassische Archäologie (Berlin, 1988). Mayence, 1990, 163-168. Influence achéménide sur les gobelets F 7411 : Shefton (Β. B.), Persian gold and Attic black glaze : Achaemenid influences on Attic pottery of the 5th and 4th centuries B.C. In : Actes du IXe Congrès international d’Archéologie classique (Damas, 1969) (= Annales Archéologiques Arabes Syriennes, 21). Damas, 1971, 109-111. « Economia cittadina »/« Economia regia » ou « basilico-satrapica » : Musti (D.), L’economia in Grecia, op. cit., 134-143.

Réparations de vases attiques à Spina : Morel (J.-P.), Aspetti ceramologici di Spina, art. cité, à paraître, note 20.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search