Version classiqueVersion mobile

Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise (ie s. av. J.-C. - iie s. ap. J.-C.). La vaisselle de cuisine et de table

 | 
Michel Bats

La Narbonnaise

Fonctions et faciès : étude comparée de quelques lots de céramiques provenant de Fréjus (Var), Mandelieu (Alpes-Maritimes), Aix-en-Provence et Saint-Julien-les-Martigues (Bouches-du-Rhône)

Lucien Rivet

Texte intégral

Introduction

1La base de cette étude repose sur une douzaine de contextes qui, présentés à travers des comptages de céramiques et des histogrammes, pourront éventuellement être rendus comparables.

  • 1 Je tiens à remercier M. Bats de m’avoir incité à reprendre l’étude de matériels céramiques récoltés (...)

2Les données sont fournies par deux villes, Fréjus (Var) et Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), ainsi que par deux villae, Martigues-Saint-Julien (Bouches-du-Rhône) et Mandelieu (Alpes-Maritimes), les unes et les autres étant établies dans deux régions relativement éloignées du littoral de Basse-Provence1, en contact direct avec le trafic maritime et les influences qu’il véhicule (fig. 1).

3On s’attachera, dans un premier temps, à analyser l’image globale dont ces graphiques rendent compte.

4Ensuite, pour construire une analyse plus approfondie, on a choisi de prendre en compte quelques types de céramiques attestées par des séries et donc, a priori, représentatives d’une production conséquente, à l’intérieur de trois catégories : les pâtes sombres, les pâtes claires couvertes d’un engobe et les simples pâtes claires.

5Souhaitant ne pas limiter l’exposé à un catalogue des objets récoltés lors d’une fouille, il était nécessaire que ces céramiques se rencontrent sur plusieurs sites de cette partie orientale de la Narbonnaise ; notre choix a été dicté par cette contrainte.

6Dans cette confrontation de faciès, pour les appréhender par ce qu’ils ont de plus commun et, en même temps, de plus représentatif, on a choisi de traiter des mortiers et des coupes-mortiers (en pâte claire), des plats et casseroles (en pâte sombre), des ollae (également en pâte sombre) et des coupes (en pâte claire couverte d’un engobe).

7Chacune de ces formes illustre, dans l’ordre, les préparations culinaires, la cuisson et la présentation sur la table. Cette sélection s’est imposée dans la mesure où il s’agissait de tenter un équilibre dans l’image à construire de même que dans les conclusions que l’on pouvait espérer tirer de la lecture des données dont il convenait de prendre en compte celles qui étaient issues de la consommation de ces produits en milieu urbain et en milieu rural.

8Pour limiter le sujet, le choix s’est exclusivement porté sur une sélection de contextes du Ier siècle de notre ère.

9Il est évident que l’angle de vue envisagé, qui consiste à croiser des informations provenant de différents sites et de différents contextes, de nature vraisemblablement incomparable - informations que nous avons souhaité replacer dans le cadre subjectif que nous nous représentons des fonctions que la vie quotidienne attribue à ces céramiques - implique, d’emblée, de souligner les difficultés et les faiblesses possibles de ce type d’exercice.

10On pourra se demander si, à travers ces quelques exemples, un faciès céramique se dégage dans un même lieu et quelles en sont les raisons.

11On voudra bien admettre, cependant, qu’il était raisonnable de supposer que le croisement de l’ensemble des données pouvait conduire à dégager des tendances d’un certain intérêt, sinon dans leurs conclusions d’évidence, du moins au plan des interrogations.

Fig. 1 - Carte de localisation des sites pris en compte.

1. Les sources

12Des deux villes et des deux établissements ruraux, on utilisera les données suivantes :

    • 2 Fouille Chr. Goudineau : cf. Goudineau 1982. L’étude du matériel est encore inédite.

    Fréjus, Les Aiguières2 : extra-muros, il s’agit d’un camp militaire vraisemblablement installé avant le changement d’ère, mais le matériel est issu de divers remblais antérieurs au milieu du Ier siècle de notre ère.

    • 3 Fouille P.-A. Février : cf. Rivet 1980.

    Fréjus, Clos de la Tour3 : en ville, ce site fut couvert d’un lotissement dans les années 20-30 de notre ère ; le matériel provient de deux remblais successifs présents dans l’aménagement de rues, soit la période 1 (vers 20-30) et la période 2 (vers 70-80).

    • 4 Fouille P.-A. Février, M. Fixot et L. Rivet. L’étude du matériel est encore inédite.
    • 5 Pour l’étude du matériel de la place Formigé, une réalité s’est d’elle-même imposée, dès la fouille (...)

    Fréjus, place Jules Formigé4 : il s’agit du matériel récolté dans une maison qui, édifiée dans les années 1-10 de notre ère, fut abandonnée dans les années 65-705.

    • 6 Fouille J.-L. Jouanaud, L. Rivet : cf. Informations archéologiques, dans Gallia, 44, 1986, 432-436.

    Saint-Julien-les-Martigues6 : villa proche de Martigues et à un peu plus d’une trentaine de km au sud-ouest d’Aix-en-Provence, pour laquelle on utilise le matériel issu de trois remblais successifs qui correspondent à l’état II (vers 60-70), à l’état IIIA (entre 70 et 90) et à l’état IIIB (entre 80 et 100).

    • 7 Fouille M. Fixot : cf. Rivet 1990.

    Mandelieu7 : villa située à moins d’une trentaine de km à l’est de Fréjus ; le matériel est issu de différents remblais, soit de la période 1 (vers le milieu du Ier siècle), soit de la période 2 (entre 80 et 100), cette dernière n’ayant livré que peu de céramiques.

    • 8 Fouille M. Fixot, J. Guyon, J.-P. Pelletier et L. Rivet : cf. Fixot et al. 1986.

    Aix-en-Provence, cour de l’Archevêché8 maison appartenant à une insula inscrite immédiatement à l’est du forum ; deux séries de remblais ont été sélectionnées, correspondant à la période 1 (vers le milieu du Ier siècle) et à la période 2 (entre 80 et 100).

    • 9 Fouille R. Guild, J. Guyon et L. Rivet, cf. Guild et al., à paraître.

    Aix-en-Provence, cathédrale9 : nivellement préalable à la mise en place du trottoir en dalles de pierre du cardo qui longe le forum, par l’est ; datation : 80-100.

13Les contextes sélectionnés s’étendent donc sur le seulIer siècle, à cette nuance près que le site précoce illustré par Fréjus-Aiguières laisse aisément supposer qu’il comporte une part de matériel, difficilement calculable, appartenant aux dernières décennies du siècle précédent et que l’un ou l’autre des quatre ensembles retenus pour les ultimes phases, ici considérées comme correspondant, en gros, au dernier des Flaviens que fut Domitien pourraient, en fait, s’étendre éventuellement au début du IIe siècle.

2. Faciès généraux des contextes pris en compte

14Pour fixer la représentativité de ces douze contextes, un histogramme (fig. 2), établi sur un décompte en nombre de tessons, en donne un profil relatif.

15Pour les céramiques importées, nous avons sélectionné :

  • les sigillées (arétine, sud de la Gaule et claire A) ;

  • l’africaine de cuisine ;

  • l’italique de cuisine (engobe rouge-pompéien, pâte orangée et pâte sombre).

16Les productions locales ou régionales sont représentées par :

  • les pâtes claires couvertes d’un engobe ;

  • les pâtes sombres (grises et brunes) ;

  • les pâtes brunes micacées ;

  • les pâtes claires.

17Pour cette présentation globale, les décomptes sont réalisés à partir du nombre de tessons, non parce qu’il s’agit de la meilleure méthode mais pour des raisons de facilité.

  • 10 Le matériel a été enregistré par des inventaires qui décrivent chaque tesson et non par des grilles (...)

18Cependant, pour la suite de cette étude, tous les dénombrements seront établis en vases vrais10.

19De cette lecture (fig. 3), il apparaît une image peu cohérente ; s’il fallait dégager trois tendances, on pourrait dire que :

  • les pâtes claires engobées occupent, proportionnellement, une place importante sur Fréjus, à l’exception du site des Aiguières ;

  • seul, le site de Fréjus-Aiguières fournit une forte proportion de céramique culinaire micacée (cette vaisselle représente, en vases vrais, 21 % de l’ensemble de la céramique commune) ;

  • les objets en pâte sombre paraissent occuper une place plus importante à Martigues-Saint-Julien et Aix-en-Provence qu’ailleurs.

3. Un exemple de céramiques utilisées pour les préparations culinaires : les mortiers et coupes-mortiers à versoir

20Le mortier est un objet particulièrement présent, dans les cuisines sous influence méditerranéenne, pour réaliser des préparations toutes particulières. Toujours en pâte claire, on connaît le mouvement d’importation dont il fut fréquemment l’objet, avant d’être imité dans quelques ateliers provinciaux.

21Sur les sites considérés, il coexiste avec des coupes à versoir de grandeur égale ou inférieure, produites localement ou régionalement.

22Il nous paraît utile de mettre en comparaison quantitative ces deux types d’objets qui, pourtant, semblent renvoyer à des fonctions différentes ; encore faudra-t-il se poser cette question pour aider, peut-être, à comprendre la production locale ou régionale des deux types que nous avons distingués.

  • 11 Suivant Hartley 1973.

23En ce qui concerne les produits importés, nous les avons classés selon les deux types classiques11.

Fig. 2 - Répartition des catégories de céramiques par sites et contextes (en nombre de fragments).

Fig. 3 - Répartition des catégories de céramiques par sites (en pourcentage sur le nombre de fragments).

3.1. Les mortiers importés

24Au type I correspondent des mortiers au profil surbaissé, à large lèvre déversée et petite lèvre interne. Ce type est généralement pourvu d’un versoir réalisé de façon plus ou moins régulière ; l’ensemble repose sur un fond annulaire et la paroi interne est, en principe, granuleuse. D’abord fabriqués en Italie et exportés vers la Gaule et les autres régions de l’Empire, ces mortiers proviendront, à partir des premières décennies du Ier siècle, d’ateliers provinciaux implantés un peu partout, multipliant les centres de diffusion.

25Le type II est un grand bassin à large lèvre rabattue, à versoir triangulaire bordé d’une rainure et à paroi interne granuleuse (une rainure étant souvent creusée près de l’ouverture) ; parfois avec une estampille double imprimée de chaque côté du versoir, il repose sur un fond plat. Comme le précédent, cet objet est d’origine italique. Il offre des caractéristiques techniques très homogènes et découle d’une production très standardisée. Bien entendu, des différences chronologiques président à l’évolution des profils de ces deux types d’ustensiles.

3.2. Les coupes-mortiers locales ou régionales (fig. 4 et 5)

26On peut se demander quelle place tiennent deux autres types de récipients qui, a priori, semblent produits localement ou régionalement, et qui présentent, en apparence, des formes assez identiques. Ceux que l’on rencontre sur les sites provençaux montrent un bord vertical, une paroi interne lisse, sauf rares exceptions, et un versoir débordant ajouté ; c’est pour ces raisons que nous préférons les appeler coupes-mortiers. Dans les séries que nous livrent les contextes pris en compte, on peut distinguer deux formes : l’une à bord vertical épais (coupe-mortier à bandeau), l’autre à bord vertical creusé à l’extérieur (coupe-mortier à listel).

Les coupes-mortiers à rebord vertical en bandeau (fig. 4)

27Cette forme n’est attestée que sur deux des quatre sites (fig. 6) : à Fréjus (Aiguières : 7 ex. ; Clos de la Tour, période 2 : 3 ex.) et à Martigues Saint-Julien (état II : 1 ex. ; état IIIA : 9 ex., dont un réparé au plomb ; état IIIB : 4 ex.). Les exemplaires de Fréjus et de Martigues ne présentent pas, bien entendu, les mêmes caractéristiques de pâte ni, tout à fait, le même profil ; la pâte est toujours fine, compacte et résistante.

Fig. 4 Céramique commune à pâte claire (coupes-mortiers).
1 : Fréjus-Aiguières ; 2 : Fréjus-Clos de la Tour ; 3 : Martigues-Saint-Julien (état IIIA) ; 4 : Martigues-Saint-Julien (état IIIB).

  • 12 Bellet et al. 1985, p. 330, fig. 13, n° 16. 1136, dans un contexte du IIe siècle mais le versoir n’ (...)
  • 13 Godard 1992, plus particulièrement, pl. XIII, n° 147, pour la période de Claude.
  • 14 Desbat et al. 1979, pl. III, n° 11 et pl. V, n° 10 ; Genin 1993, plus particulièrement, fig. 17, n° (...)
  • 15 Paunier 1981, 363, n° 494 et 495, durant la première moitié du Ier siècle.
  • 16 Loeschcke 1909, taf. XII, n° 59.
  • 17 Loeschcke/Albrecht 1942, Taf. 35, n° 72 = Gose 449, pour l’époque augustéenne.
  • 18 Tomaservich 1970, pl. 20, n° 6.
  • 19 Fischer 1957, pl. 25, n° 2, pour la période Tibère Vespasien.
  • 20 Ettlinger/Simonett 1952, pl. 25, n° 564.

28Cette forme n’est pas inconnue ailleurs, en Provence ou dans d’autres régions (mais il faut reconnaître que les dessins auxquels on peut se référer ne comportent que très rarement un versoir) ; on la trouve, par exemple, à Orange12, à Vienne13, à Lyon14, à Genève15, à Haltern16, à Oberaden17, à Vindonissa18, à Cambodunum19 ou encore à Vindonissa20 mais avec engobe.

29Les éléments sont insuffisants pour déterminer l’origine de ces produits qui semblent peu fréquents en Provence (tout autant que sur d’autres sites, y compris ceux du limes). Aucun élément ne permet, en tout cas, de soutenir l’hypothèse d’une production massive et/ou de soupçonner une importation, même diffuse, à partir d’un unique centre de production : aucun site de l’Empire n’en témoigne.

Fig. 5 - Céramique commune à pâte claire (coupes-mortiers).
5 : Fréjus-Aiguières ; 6 : Fréjus-Clos de la Tour (période 1) ; 7 : Mandelieu (période 1) ; 8 : Fréjus-Place Formigé ; 9 : Mandelieu (période 2).

  • 21 Colls et al. 1977.
  • 22 Inédit, mais quatre exemplaires sont présentés au Musée d’Istres.

30L’enquête devra être approfondie car si l’existence d’une telle coupe-mortier dans l’épave de Port-Vendres II21 (le naufrage étant daté des années 40 de notre ère) doit être considérée comme un élément de la vaisselle de bord, la récolte de plusieurs exemplaires dans le golfe de Fos22 laisse planer un doute non négligeable. On considérera momentanément ces derniers comme une production marginale régionale.

Les coupes-mortiers “à listel” (fig-5)

  • 23 Lamboglia 1950 : Cf. tableau typologique de la page 204.

31Le terme “à listel” découle de la dénomination de N. Lamboglia23.

32Comme le montre le graphique (fig. 6), ces formes sont omniprésentes à Fréjus et Mandelieu et totalement absentes d’Aix et de Martigues ; Fréjus et Mandelieu en livrent une proportion remarquable à l’intérieur de l’ensemble des céramiques communes à pâte claire. A Fréjus-Aiguières, la présence de 111 exemplaires (soit 59 % de la céramique de préparation en pâte claire et 12,5 % de l’ensemble de la céramique à pâte claire) est à noter.

Fig. 6 - Répartition des mortiers et des coupes-mortiers (en “vases vrais”).

33Ce fait suffirait à soupçonner une production locale, sur Fréjus ou ses proches abords ; la qualité de la pâte, sableuse, confirme cette réalité mais n’exclut pas d’autres ateliers aux abords de Mandelieu ou dans la vallée de l’Argens.

34L’aire de diffusion de cette vraisemblable production locale, ou de cet ensemble de productions qui prendrait un caractère régional, couvre tous les sites des départements du Var et des Alpes-Maritimes, jusqu’à Vintimille (peut-être dès la fin duIer siècle avant notre ère).

  • 24 Haltern, type 59.
  • 25 Oberaden, pl. 15, n° 3, 4 et 6.
  • 26 Ettlinger 1949, pl. 20, n° 44-46, mais la carène n’est pas bien marquée.
  • 27 Ettlinger/Simonett 1952, pl. 25, n° 561 et 562, avec versoir.
  • 28 Fischer 1957, pl. 25, n° 3, sous le règne de Claude.
  • 29 Filtzinger 1972, pl. 33, n° 3, pour la période Tibère-Claude.
  • 30 Genin 1993, fig. 4, nos 48-50.
  • 31 Laroche 1987, particulièrement, type 13, pl. 17, n° 13.
  • 32 Fiches 1986, 89, fig. 70, Ier siècle, proche du n° 10 ou 11.
  • 33 Paunier 1981, 363, n° 493, durant la première moitié duIer siècle.

35Pourtant, le profil de cette coupe-mortier n’est pas une exclusivité de la région provençale ; conçue à la mode italique, on en trouve, avec des profils identiques ou très semblables, dans la plupart des camps du limes, à Haltern24, à Oberaden25, à Augst26, à Vindonissa27, à Cambodunum28, à Novaesium29, de même qu’à Lyon30, Aoste31, Ambrussum32 ou Genève33.

3.3. Commentaires

36Les deux types de mortiers, à priori importés d’Italie, ne sont attestés qu’en faible proportion sur les sites retenus dans cette étude (fig. 7). Certes, en nombre d’exemplaires, la seule fouille, limitée, de Fréjus-Aiguières, indique que ce type d’approvisionnement constituait une part importante qui s’explique, sans doute, par les relations privilégiées que devait entretenir la population de ce camp avec la péninsule ; en revanche, ailleurs, en ville, que ce soit à Fréjus ou à Aix, on constate la présence de quelques exemplaires seulement. En zone rurale, comme pour les villae de Mandelieu ou de Martigues-Saint-Julien, le nombre est si réduit qu’il apparaît comme un objet rare.

Fig. 7 - Répartition des mortiers importés et des coupes-mortiers locales (en “vases vrais”).

  • 34 Des comptages, sur deux zones de Vindonissa, donnent les résultats suivants : dans la partie orient (...)

37On remarquera pourtant que, globalement, plus on note de mortiers importés et plus il y a de coupes-mortiers locales. A l’opposé, les trois contextes retenus pour Aix-en-Provence ne livrent aucune coupe-mortier face aux six exemplaires importés et les trois contextes de Martigues-Saint-Julien, quatorze coupes-mortiers face à quatre exemplaires importés (uniquement présents dans l’état IIIB). Il est évident que le paramètre chronologique doit jouer un rôle34.

38Ces chiffres invitent à se poser la question du lien qu’il y a entre les importations et les productions locales et les besoins que comblent ces vases à malaxer.

3.4. Conclusion

39En fait, il est possible que ces données quantitatives soient totalement insuffisantes sur l’ensemble de ces mortiers, importés et locaux ou régionaux, pour se rendre compte de leur fréquence respective sur les sites. Une impression prévaut de la relative abondance de ces derniers sur les sites du littoral de la Provence.

40Reste à se demander si cette confrontation a un sens, c’est-à-dire si les uns et les autres de ces récipients peuvent remplir la même fonction, sachant que le seul véritable point commun entre ces deux séries est le versoir dont on constate, toujours, le caractère relativement inopérant : le canal est toujours, en effet, extrêmement étroit et peu profond ; en revanche, les caractéristiques qui les distinguent sont nombreuses : l’épaisseur des parois, le poids, la stabilité, la facilité de les manipuler ou de les maintenir grâce au profil du bord, et, peut-être, la capacité de la cuve.

  • 35 L’association du mortier avec les plats de céramiques à engobe interne rouge pompéien a été signalé (...)

41L’explication traditionnelle de l’usage du mortier à paroi interne râpeuse est que, avec le pilon, on obtient des moutures de céréales ou de légumes secs pour la réalisation de farines, de fécules ou de bouillies35.

42Cependant, à la lecture de cette définition, ne doit-on pas se demander quelle est l’utilité du versoir ?

  • 36 Ce type de récipient est également connu, en pâte fine couverte d’un engobe avec rainures internes, (...)
  • 37 Sans que cela contribue à éclaircir le problème, on peut renvoyer aux trois ingrédients les plus fr (...)

43Les coupes-mortiers, en revanche, dépourvues du moindre revêtement râpeux36, sont à considérer comme servant différemment et participent, peut-être, à des préparations liquides ou semi-liquides : mélanges pour les bouillies, entremets à base de lait, pâtes à gâteau, etc. C’est, du moins, ce que l’on peut envisager si on les oppose aux mortiers râpeux. Or, n’importe quelle pratique actuelle démontre que dans des récipients sans revêtement granuleux, on peut tout aussi bien broyer et piler des ingrédients solides, épices, herbes et condiments, tels que l’ail, l’oignon ou le poivre37, voire battre des œufs, etc.

Fig. 8 - Céramique commune italienne (plats et casseroles).
1- Fréjus-Aiguières ; 2 - Fréjus-Clos de la Tour (période 2) ; 3 - Martigues-Saint-Julien (état IIIA) ; 4-5 - Fréjus-Aiguières.

44Il est donc tout à fait possible que les unes et les autres de ces céramiques aient rempli des fonctions spécifiques mais aucun argument de poids n’interdit que les coupes-mortiers aient pu se substituer, ou compléter, le rôle des mortiers à râpe. Dans les différences morphologiques que nous avons signalées se trouve peut-être l’explication d’une éventuelle différence de fonction. Il est sûr que la râpe doit permettre d’obtenir des farines plus fines mais, dans ce cas, on l’a dit, se pose le problème de l’utilité du versoir. En revanche, il y a des produits alimentaires qui, après malaxage ou décantation, nécessitent d’éliminer, par l’intermédiaire éventuel d’un versoir, un élément liquide.

45Si l’on s’en tient à la morphologie de ce récipient, le versoir ne peut être utilisé que pour laisser passer un liquide (utile ou non) par une manipulation délicate.

4. Un exemple de céramiques de cuisson : les plats et casseroles

46Ce chapitre rassemble deux séries de vaisselles culinaires dont on ne peut être sûr qu’elles remplissent les mêmes fonctions dans la mesure où les fonds sont tantôt plats, tantôt bombés : les plats et casseroles basses à ouverture plus ou moins évasée. Figurent dans cette catégorie trois types de céramiques :

  • 38 Goudineau 1970.
  • 39 Bruckner 1965, p. 7-14.
  • 40 Mais il y a une difficulté à différencier les casseroles basses des marmites, à partir du seul bord

47• des importations italiques (fig. 8) : la céramique dite “à engobe interne rouge-pompéien”38 et les plats à bord creusé d’une fine gorge (n° 1 à 3), réalisés dans une pâte identique et, apparemment, dépourvus de la moindre couverte39, ainsi que les casseroles à pâte sombre40 (n° 4 et 5) ;

  • 41 Carandini et al. 1981 ; Rivet 1991.

48• des importations africaines (fig. 9), qui paraissent prendre le relais direct des précédentes. Le premier flux est représenté par les casseroles Ostia II, fig. 306, H. 23A et H. 197 et leur couvercle H. 196, H. 19 et leur couvercle H. 22. Toutes ces formes sont indiscutablement commercialisées avant les années 65-7041. Dans une deuxième vague arriveraient les formes H. 23B et, peut-être, H.183 ;

Fig. 9 - Céramique commune africaine (plats et casseroles).
6-8 : Fréjus-Place Formigé ; 9 : Martigues-Saint-Julien (état IIIA) ; 10 : Martigues-Saint-Julien (état IIIB).

49• des productions locales ou régionales. Face aux importations, extrêmement standardisées, les réponses régionales des potiers seront de deux sortes, dans deux catégories de céramiques bien distinctes :

    • 42 Rivet 1982.

    des productions à pâte brune ou noire, très micacée (fig. 10, n° 11 et 12), à la fois modelées et régularisées au tour lent et dont l’aspect, avec des rebords lissés et des panses raclées et démaigries à l’estèque, rugueuses et granuleuses, donne la spécificité, surtout avec leurs préhensions en oreilles : ce groupe très homogène est la céramique culinaire micacée42 (à Fréjus-Aiguières, ces plats représentent 33 % de cette production). Les formes, comme la technique de fabrication, confèrent à cette production un caractère fondamentalement indigène. Elle paraît couvrir tout le Ier siècle mais, à Fréjus-Formigé, on a la preuve que dans l’état immédiatement antérieur à l’édification de la maison, trois plats étaient déjà utilisés avant 0/5 de notre ère ;

    • 43 On sait qu’à Mandelieu une production est attestée pour des jattes de forme grossièrement conique : (...)

    des productions en pâte sombre, grise réfractaire ou brune (fig. 10, nos 13 à 15), parmi lesquelles il est difficile de retrouver deux objets de formes parfaitement semblables43.

  • 44 Les couvercles n’entrent pas dans les décomptes qui suivent, tout particulièrement ceux qui, en pât (...)

50Si les produits importés paraissent, pour la plupart, être conçus pour recevoir un couvercle, ceux de production locale et, tout particulièrement, ceux en culinaire micacée, n’en comportent pas44.

Fig. 10 - Céramique commune à pâte sombre (plats et casseroles).
11-13 : Fréjus-Aiguières ; 14 : Fréjus-Clos de la Tour (période 1) ; 15 - Mandelieu (période 1).

51Dans le domaine des aliments cuits, ces plats et casseroles constituent un des moyens pour réaliser des mets frits et sautés. Les plats, équivalents de nos poêles ou de nos plats à gratiner, participent plutôt à la cuisson de galettes, gâteaux, tourtes, entremets salés ou sucrés, omelettes, bouillies épaisses, grains, lentilles, fèves, etc. ; la plupart d’entre eux conservent les traces laissées par le contact direct d’une source de chaleur. Les casseroles conviennent parfaitement pour rôtir au four, ce qui expliquerait que tous ces objets (essentiellement l’africaine de cuisine) ne montrent pas de marques dues au feu.

Commentaires

52La lecture de l’histogramme (fig. 11) ne donne pas lieu à des réponses cohérentes si l’on compare les différents sites : les importations de plats et casseroles, italiennes puis africaines, n’ont pas un caractère privilégié dans les villes puisqu’on les trouve parfois en proportion plus importante à Mandelieu ou Martigues - Saint-Julien ; peut-être l’échantillonnage est-il insuffisant pour raisonner en termes de fréquence sur les différents sites et aux différentes périodes choisies du Ier siècle Les plats de céramique à engobe interne rouge-pompéien ne sont pas omniprésents et, à titre d’exemple, Fréjus-Aiguières, au matériel si abondant, n’en livre que six exemplaires.

53Pour l’africaine de cuisine, bien entendu, la seconde moitié du Ier siècle correspond aux quatre ou cinq premières décennies de sa commercialisation et les rejets dont on dispose montrent, là encore comme il se doit, l’ampleur de sa réussite.

54Pour les plats et casseroles, la céramique à pâte brune, locale ou régionale, est relativement peu représentée, avec des formes très diversifiées ; dans ces conditions, avec ce type de qui semblent issues de différents ateliers, il est difficile de déterminer des aires de répartition pour d’éventuelles productions distinctes.

55Globalement (fig. 12), on ne manquera pas de remarquer que, pour le début du siècle, Fréjus-Aiguières détient un record, pour ses approvisionnements en plats et casseroles sur le marché local (85 %), Martigues-Saint-Julien, à l’inverse, durant la seconde moitié du Ier siècle, achetant plutôt des produits étrangers (100 % en période II, 82 % en période IIIA et 88 % en période IIIB).

56La céramique culinaire micacée apparaît comme une production régionale qui ne dépasse guère les limites des actuels départements du Var et des Alpes-Maritimes, jusqu’à Vintimille à l’est et Martigues (où, cependant, elle est peu représentée dans les niveaux du Ier siècle) et Aix à l’ouest (même remarque); on notera également que cette céramique est absente de Mandelieu où, toutes périodes con fondues, il n’en a été récolté que 333 fragments sur 55 000.

Fig. 11 - Répartition des plats et casseroles (en “vases vrais”).

Fig. 12 - Répartition des plats et casseroles (en “vases vrais”).

  • 45 Cf. note 42.
  • 46 Analyse, non publiée, récemment réalisée par le Laboratoire du CRA de Valbonne.

57Depuis l’étude citée45, quelques contradictions peuvent prétendre à infirmer la véracité de son caractère local. Un des composants de leur argile pourrait ne pas être attesté en Provence orientale. Si l’on ajoute à ce résultat non confirmé46 le fait que le camp de Fréjus-Aiguières, qui paraît entretenir des liens étroits avec la péninsule, en recèle une forte proportion, on peut effectivement douter de sa fabrication locale ou régionale.

Fig. 13 - Céramique culinaire micacée : ollae.
1-2 : Fréjus-Aiguières ; 3-4 : Fréjus-Clos de la Tour (période 2) ; 5 : épave des Roches d’Aurelle.

  • 47 Bérato et al. 1986 ; Pollino 1987.

58Face à ce constat, la découverte d’une partie du contenu d’un navire qui a coulé au large des Roches d’Aurelle47, chargé d’amphores incontestablement produites à Fréjus, paraît illustrer un mouvement d’exportation à partir de cette ville. Dernier argument, enfin, qui semble encore faire pencher dans le sens d’une production provençale : à ma connaissance, aucun site, hors des limites définies supra, n’a livré de céramique culinaire micacée qui, compte tenu de ses caractéristiques, extrêmement typiques, est très facile à identifier.

5. Un autre exemple : les pots à cuire ou ollae

59Les ollae destinées à la cuisson ne se distinguent pas toujours aisément de celles dévolues à la conservation des aliments. Les pots qui vont au feu sont toujours produits en pâte sombre réfractaire (grise ou brune) et sont fréquemment munis d’une préhension, très/souvent double, mais il existe également des pots sans anse ; ils reposent systématiquement sur un fond plat. Les critères qui ont conduit à sélectionner les objets ne s’attachent pas toujours prioritairement à la morphologie ; nous avons tenu compte des traces, sur les parois, consécutives au contact avec une source de chaleur (coups de feu après cendreux).

60Comme pour les plats et casseroles, on trouve des récipients de formes diverses à côté de quelques rares séries bien caractéristiques.

Fig. 14 - Céramique commune à pâte sombre.
6-8 : Fréjus-Aiguières ; 9 : Mandelieu (période 1) ; 10 : Fréjus-Clos de la Tour (période 2).

61Ces récipients sont plutôt utilisés pour faire bouillir certains liquides (le lait, l’eau) ou certains aliments, comme les viandes (pot-au-feu) ou les fruits et légumes (fruits en sirops, soupes et conserves) ; ils peuvent également servir pour les fritures baignant dans l’huile ou, avec les exemplaires les plus petits, pour préparer des sauces.

62Trois séries constituent l’essentiel de ces pots à cuire :

  • les ollae en céramique micacée (fig. 13), très fréquemment pourvues d’une ou deux préhensions (oreilles ou anses) ;

  • les ollae à bord éversé et lèvre creusée d’une gorge (fig. 14), vraisemblablement toujours munies de préhensions, Les bords sont conçus pour recevoir des couvercles mais ceux-ci, s’ils existent, sont en nombre nettement moindre que les pots (mais il est vrai que n’importe quoi peut faire office de couvercle).

    • 48 Elles sont très abondantes dans ces niveaux, qu’il s’agisse de ceux des camps rhénans ou de ceux de (...)

    les ollae carénées (fig. 15), lissées au-dessus de l’épaulement, que l’on groupera sous le terme d’ollae “augustéennes”48 et pour lesquelles les préhensions sont très rares.

63La première et la troisième séries illustrent un compromis dans le répertoire indigène romanisé : le décor peigné ou les stries circulaires ont généralement disparu mais subsiste le lissage, tandis que l’usage du tour s’impose de façon quasi systématique pour les ollae augustéennes (très peu pour la culinaire micacée). Le deuxième groupe de pots, réalisés au tour, montre un profil aux lignes plus ou moins assurées sous influence italienne.

64A côté de ces trois séries existent des pots de formes très diverses (fig. 16).

  • 49 A Mandelieu sont attestées des productions en pâte sombre, dont des ollae, cf note 43.
  • 50 Cf. Informations archéologiques, in Gallia, 1981, 534.

65L’origine de tous les récipients pris en compte paraît locale ou régionale. Il est vrai que dans la mesure où il s’agit de formes fermées, on peut partir de l’a priori qu’elles ne se prêtent guère au transport, donc à l’importation49 ; à Fréjus, des ratés de pots en pâte réfractaire ont été découverts dans un dépotoir à proximité de l’atelier du Pauvadou50

Fig. 15 - Céramique commune à pâte sombre (ollae). 11-12 : Fréjus-Aiguières ; 13 : Mandelieu (période 1) ; 14 : Martigues-Saint-Julien (état IIIA).

Fig. 16 - Céramique commune à pâte sombre (ollae). 15-16 : Fréjus-Aiguières ; 17 : Martigues-Saint-Julien (état IIIA) ; 18 : Mandelieu (période 2) ; 19 : Aix-en-Provence Cathédrale.

Fig. 17 - Répartition des ollae entre la céramique culinaire micacée et les autres pâtes sombres locales (en “vases vrais”).

Fig. 18 - Répartition des différents types d’ollae en céramique à pâte sombre locale (en “vases vrais”).

66Face à ces productions locales, les importations sont encore souvent difficiles à identifier ; elles sont, de toute façon, rares.

Commentaires

67Un premier histogramme oppose (fig. 17), en vases vrais, la céramique à pâte sombre et la céramique culinaire micacée. Pour cette dernière catégorie, il montre, à l’évidence, que cette classe de produits s’impose (fig. 22), tout particulièrement, sur les sites forojuliens (mais on n’oubliera pas que les fouilles de Vintimille en recèlent, également, en abondance). Rien à Martigues-Saint-Julien et seulement deux exemplaires à Aix-en-Provence.

  • 51 Février 1962, p. 185, fig. 9, n° 10.

68Un deuxième histogramme confronte (fig. 18), à l’intérieur du groupe des pâtes sombres (hors la culinaire micacée), une forme attestée sur tous les sites de Fréjus (Rivet 36), ainsi que sur Mandelieu, alors qu’elle est totalement absente de Martigues et d’Aix. C’est une production également attestée à Fréjus-Plate-Forme dans une couche augustéenne51.

69Pour cette forme (comme pour la culinaire micacée), on constate sa proportion particulièrement élevée à Fréjus-Aiguières, alors qu’elle est relativement faible ailleurs, en ville (outre le caractère aberrant de l’absence de rejets à Fréjus-Clos de la Tour, période 1).

  • 52 Ou de ce que l’on peut voir lors de visites de sites, de dépôts ou de musées.

70Comme précédemment pour la culinaire micacée, on peut donc se poser la question de l’éventuelle importation de cette production, symbolisée par cette forme mais, là encore, les publications ne signalent sa présence sur nul autre site52.

  • 53 Comme quoi, en céramologie, une fois encore, l’argument de la logique n’est pas nécessairement le m (...)

71On notera, curieusement, en ce qui concerne la culinaire micacée dont le catalogue fournit de façon nettement majoritaire des ollae, que ce sont surtout ces dernières (et non les plats) qui font l’objet d’une diffusion à plus d’une centaine de kilomètres53.

6. Un exemple de céramiques présentées sur la table : les coupes

72On a choisi de traiter ici d’un type de céramique omniprésent sur les tables : les coupes.

73Il ne serait pas sérieux d’aborder les céramiques communes conçues pour être présentes sur la table sans tenir compte de la place et du rôle que jouent les sigillées, que celles-ci proviennent plutôt, pour des raisons chronologiques, d’Italie, du sud de la Gaule ou d’Afrique du Nord.

  • 54 C’est le terme que nombre de chercheurs acceptent, par commodité, pour désigner cette production do (...)

74Le but de ce chapitre est de mettre en parallèle les coupes en sigillée et celles qui, étant les plus fréquentes, constituent l’essentiel du catalogue d’une catégorie de céramique commune : la céramique “engobée”54.

6.1. La sigillée

  • 55 Dans une étude sur les sigillées proprement dites, ce type de regroupement est sans doute discutabl (...)

75Nous avons pris en compte la sigillée, à la fois en tant que récipients et en tant qu’éventuels modèles ou objets “concurrents” pour la céramique commune. Pour appréhender cette vaisselle, dans le but de la mettre en confrontation avec une série de récipients en céramique commune, on a constitué deux groupes très simples : celui des assiettes et des plats, d’une part, et celui des coupes (ou bols), d’autre part, laissant de côté les objets peu fréquents, comme les gobelets ou les lagènes (des formes “fermées”), ou ceux qui n’étaient pas destinés à la table, comme les encriers55.

6.2. La céramique commune engobée (fig. 19)

  • 56 En fragments : 7 % à Fréjus-Aiguières, 19 % à Fréjus-Clos de la Tour pour la période tibérienne et (...)

76Sur nombre de sites provençaux s’impose la classe des céramiques communes dont la surface est couverte d’un engobe, généralement orange et/ou parfois brun, ce dernier n’étant jamais grésé ; sa fréquence sur Fréjus et dans la vallée de l’Argens et son aire de diffusion la désignent comme une production locale ou régionale qui occupe une place importante à l’intérieur de l’ensemble des céramiques communes56, bien que l’on ne sache pas toujours, au fur et à mesure que l’on s’avance dans ce Ier siècle, faire la part des objets résiduels.

77Si des ateliers sont assurés à Fréjus et dans la vallée de l’Argens (les pâtes sont bien distinctes), des nuances sont perceptibles dans les catalogues formels respectifs et il est vraisemblable que d’autres centres de diffusion devaient exister dans cette même région. Les questions qui se posent au sujet de cette production sont nombreuses : quelle est l’origine de sa conception, sur quelle période chronologique s’étend-elle, quelle place tient-elle parmi les objets de fonction semblable ?

78A manipuler ces tessons “d’engobée”, on constate très vite qu’ils correspondent, majoritairement, à des coupes et, en moindre proportion, à des cruches ou balsamaires et, de façon presque anecdotique, à des ollae, pots-passoires, etc.

79Les coupes sont généralement de petite taille (les diamètres les plus communs sont compris entre 13 et 20 cm) et les profils présentent de nombreuses variantes ; dans un même type, on constate qu’une standardisation rigoureuse n’est pas dans les objectifs de cette production.

Fig. 19 - Céramique commune engobée.
Coupes- 1 : Fréjus-Aiguières ; 2 : Mandelieu (période 1) ; 3 : Fréjus-Clos de la Tour (période 2) ; 4 : Aix-en-Provence-Archevêché (période 2) ; 5 : Fréjus-Clos de la Tour (période 1) ; 6 : Fréjus-Place Formigé ; 7 : Mandelieu (période 2) ; 8 : Aix-en-Provence-Cathédrale. Coupes ansées - 9 : Fréjus-Aiguières ; 10 : Fréjus-Clos de la Tour (période 2) ; 11 : Mandelieu (période 1) ; 12 : Martigues-Saint-Julien (état IIIA).

Fig. 20 - Répartition des coupes (en “vases vrais”).

80A table, ces coupes pouvaient être utilisées pour la consommation alimentaire individuelle ou comme récipients complémentaires pour les sauces, les aromates, les légumes, les fruits, etc., vraisemblablement au même titre que les sigillées. Sur les sites considérés, il s’agit, principalement, de deux groupes : d’une part de coupes hémisphériques, de coupes évasées et de coupes surbaissées et, d’autre part, de coupes carénées munies de deux anses verticales.

  • 57 Lamboglia 1952.
  • 58 Goudineau 1968.

81Les premières, hémisphériques, s’inspirent, incontestablement, du répertoire italique illustré par plusieurs types de coupes produites en céramique campanienne, comme les formes Lamb. 3157 ou, en arétine, la forme Goudineau 2158, avec un profil extrêmement simple et banal.

82Les coupes évasées trouvent un répondant avec la forme Lamb. 33 de campanienne, sur fond annulaire et, plus ou moins, avec la forme Goudineau 5 d’arétine.

83Les coupes surbaissées sont à comparer à la forme Lamb. 27.

  • 59 Mayet 1975.

84Les coupes carénées à anses, en revanche, ont un caractère plus affirmé et montrent une parenté évidente avec la céramique à paroi fine identifiée sous la forme Mayet XC59 vraisemblablement originaire d’Étrurie. Aucun des exemplaires issus des douze contextes n’est décoré et toutes les anses sont simples ; leur morphologie dénote une absence de standardisation.

  • 60 Pour la vallée de l’Argens, cf. Pasqualini 1985.
  • 61 On n’omettra pas de signaler que d’autres centres de productions se sont développés, dans le sud-es (...)

85Géographiquement, Fréjus et la vallée de l’Argens semblent avoir été une zone particulièrement active dans la production de ce genre de céramique commune dont les quatre types de coupes sont l’expression60 et constituer le centre d’une aire de diffusion. On peut se demander si, vers l’ouest, Aix-en-Provence et Martigues ont bénéficié de ces apports, de même que, vers l’est, Mandelieu et Vintimille61.

86Chronologiquement, à Fréjus, la céramique commune engobée paraît être produite dès avant le changement d’ère ; en effet, on trouve une coupe à anses, au Clos de la Tour, dans une fosse datable des années 20/10 avant notre ère et, place Formigé, on a retrouvé des fragments de coupes hémisphériques dans des niveaux antérieurs à 1/5 de notre ère). Sa production paraît se poursuivre, dans un répertoire de formes simples, durant les trois premiers quarts du Ier siècle pour se prolonger jusque vers le milieu du IIe siècle, vraisemblablement, en moindre quantité et avec de nouvelles formes (particulièrement avec des lèvres en amande pour les coupes).

6.3. Commentaires

87On notera (fig. 20) que le site de Fréjus-Aiguières se démarque de tous les autres par la quantité impressionnante de “vases vrais” en sigillée : 2 756 dont 2 203 en arétine et 553 en sud-gauloise, ce qui représente respectivement 964 et 332 coupes.

88L’histogramme (fig. 21) présente, en pourcentages, la proportion de l’ensemble des coupes à l’intérieur de la sigillée et la proportion des coupes à l’intérieur de la céramique commune engobée (les quatre types définis plus haut de même que les autres types, moins fréquents, étant également pris en compte).

89Les commentaires que l’on en tire sont relativement clairs.

90Une première constatation s’impose : les ensembles de sigillées offrent toujours une majorité de coupes.

91Deuxième constatation : contrairement à ce que l’on aurait pu conclure d’une vision rapide de cette confrontation, à Fréjus, surtout et, dans une moindre mesure, à Mandelieu, la céramique commune engobée ne remplace pas la sigillée ; en effet, plus il y a de coupes en sigillée et plus il y a de coupes en engobée.

92Autre remarque : cette réalité est à moduler en fonction de la situation géographique qui joue un rôle déterminant puisque la tendance s’inverse de façon plus ou moins sensible à Aix-en-Provence et Martigues-Saint-Julien durant les dernières décennies du Ier siècle.

93Dernier commentaire : bien entendu, aucune autre catégorie de céramique commune que l’engobée ne fournit, dans une proportion autre qu’anecdotique, ce type de coupe.

94L’histogramme (fig. 22) donne la répartition, à l’intérieur de l’ensemble de la céramique engobée, des deux types de coupes les plus fréquents (ansées et hémisphériques). L’attestation de cette vaisselle, plus abondante sur la région de Fréjus que sur celle d’Aix-en-Provence, doit également tenir compte du fait que tout concourt (pâte, engobe et morphologie des coupes dans l’ensemble du catalogue) à distinguer ces objets quant à leur centre de production. C’est ainsi que pour Fréjus et Mandelieu les deux premiers rangs de l’histogramme - les coupes ansées et la réunion des quatre types de coupes hémisphériques retenus - constituent toujours l’essentiel du catalogue ; si ces formes ne sont pas absentes de la région d’Aix et de Martigues, les coupes y adoptent d’autres profils. Il s’agit donc bien de centres de productions différents qui commercialisent un répertoire différent ; on pourra cependant constater que l’engobée de Fréjus paraît trouver son inspiration dans un catalogue formel assez restreint.

95En fait, dans chaque province de l’Empire, on trouve plus ou moins ce type de céramique à pâte fine et à vernis argileux orangé, non grésé, cuit en mode A ; pour leur principales désignations, selon les régions, on les appelle, au Ier siècle, “imitations de sigillées” (à Vienne-Saint-Romain-en-Gal, sur le plateau suisse, etc.) ou terra rubra (dans le Centre, l’Est et le Nord, en Gaule Belgique, etc.).

7. Conclusion

96En guise de conclusion, on peut commencer par faire quelques remarques.

971. Aucun des décomptes présentés ne fait la part du matériel résiduel. On peut cependant estimer que le taux, sinon d’erreur, du moins de déformation, n’a qu’une très faible incidence sur les tendances générales puisque, en pourcentage, le résiduel de telle ou telle catégorie est nécessairement pondéré par le résiduel de telle ou telle autre...

982. Cet exposé, vu sous un angle qui, en privilégiant la fonction des céramiques, avait pour but de mettre en opposition des céramiques communes importées et d’autres d’origine locale ou régionale, nous a placé devant des réalités, le plus souvent étonnantes et pour lesquelles nous avons bien des difficultés à toujours trouver des explications ; à moins de vouloir en trouver à tout prix...

993. On a pu constater que l’ensemble des données semblait systématiquement faussé par le site de Fréjus-Aiguières. Cette déformation résulte, sans aucun doute, au-delà du fait qu’il s’agit d’un site riche en nombre d’exemplaires de vases, d’un choix délibéré dans les approvisionnements, lesquels traduisent, nécessairement, des modes alimentaires particuliers. Cependant, par extension, on peut se demander si toute sélection - et toute fouille en est une - ne dénature pas quelque peu le panorama et la diversité des vaisseliers de tout site considéré.

Fig. 21 - Coupes : proportion entre la céramique sigillée et la céramique commune engobée (en pourcentage sur les “vases vrais”).

Fig. 22 - Répartition des types de formes en céramique commune engobée (en “vases vrais”).

Fig. 23 - Proportion entre les ollae et les plats et casseroles (en pourcentage sur les “vases vrais”).

1004. Il est évident que l’essentiel de cet exposé repose sur les relativement bonnes connaissances que l’on a sur les céramiques de Fréjus ; les autres sites, et en particulier Aix-en-Provence, ont été surtout choisis pour mettre en valeur cette situation scientifiquement privilégiée.

1015. Pour être tout à fait honnête, il s’agissait, cependant, à travers du matériel issu de remblais, d’opposer deux réalités urbaines et rurales et d’obtenir des résultats qui s’imposeraient d’eux-mêmes. Je n’ai pas le sentiment de m’être toujours trouvé devant des images cohérentes. C’est que, sans doute à l’inverse de nos actuels sondages d’opinion, basés sur un échantillonnage représentatif, la vie quotidienne dans l’Antiquité que l’on cherche à retrouver à partir de résultats archéologiques aléatoires, échappe aux classements, à la mise en séries, aux comptages et aux calculs proportionnels.

  • 62 C’est ce qui explique que j’ai choisi, pour présenter les histogrammes, de ne pas regrouper les con (...)

102Cette étude, en tout cas, montre que si une opposition se dégage, pour les approvisionnements, elle ne se situe pas entre ville et campagne mais au plan géographique, même si Fréjus et Aix ne sont éloignées que d’une centaine de kilomètres (cf., par exemple, la fig. 6)62.

1036. Prétendre retrouver les modes alimentaires du Ier siècle à partir de la seule céramique semble parfaitement illusoire ; ce serait passer à côté de tous les aliments qui se consomment crus ou marinés et de ceux qui, devant être cuits, le sont par l’intermédiaire de récipients en métal ou en contact direct avec le feu (par la broche, le gril, etc.). Sans parler des repas pris “sur le pouce”. L’exercice vaut pourtant d’être tenté ne serait-ce que pour deux raisons au moins : accorder à la céramique une importance autre que celle de la chronologie et aller vers des résultats qui pourront déboucher, un jour, sur de véritables études comparatives entre sites.

104Que dire de cet histogramme (fig. 23), les plats et casseroles traduisant plutôt une cuisine frite ou rôtie et les ollae une cuisine bouillie ? Seuls deux contextes urbains, Fréjus-Clos de la Tour (période 1) et Fréjus-Place Formigé, fournissent une majorité de rejets de casseroles ; dans tous les autres cas dominent les ollae.

105Ces quelques commentaires pessimistes peuvent être nuancés par plusieurs constatations, apparemment solides, mais que l’on savait ou supposait déjà.

1061. A porter l’attention sur telle ou telle forme, on trouve généralement un ou des modèle(s). Les exemples choisis dans cette étude ont été basés sur la représentation majoritaire que ces objets avaient dans leur catégorie respective. Au-delà des modèles, il y a toujours des filiations que l’on peut suivre depuis le monde hellénistique, en passant, dans de nombreux cas, par le métal ou le verre.

107Ces céramiques communes du Ier siècle, produites en Provence, s’inscrivent dans une région où les potiers ont eu, depuis des siècles, des contacts (directs ou indirects, conscients ou inconscients) avec les modes des pays du bassin méditerranéen ; d’autre part, la Provincia est depuis plus de trois générations sous influence italique directe ; il n’y a donc aucune raison de s’étonner à trouver une quasi-exclusivité de modèles venant d’Italie.

1082. Pour l’origine des productions d’audience locale ou régionale, il est certain que les ateliers de Fréjus, de même que ceux de la vallée de l’Argens ont, de façon massive, tout au moins au premier siècle, approvisionné les consommateurs de la ville ; cependant, les récoltes réalisées sur le site extramuros et militaire des Aiguières montre que cette population se fournit, pour une part prépondérante, sur le marché italien (céramiques sigillée et italique de cuisine).

1093. Pour Mandelieu, on sait qu’un atelier produisant des pâtes claires, établi sur le domaine ou à proximité, a pourvu aux besoins domestiques, dans une proportion que l’on est incapable d’apprécier ; en effet, au Ier siècle et, vraisemblablement, au IIe siècle, se rencontrent de nombreuses coupes ou vases fermés qui portent différents décors réalisés à la molette, que l’on ne retrouve pas, par exemple, à Fréjus ou à Vintimille.

1104. Au-delà de cette aire, il est également avéré que les fouilles de Vintimille livrent, pour la période considérée, des coupes en céramique engobée, des plats et ollae en pâte micacée et des coupes-mortiers en pâte claire, qui paraissent élargir l’aire de diffusion de ces céramiques. En direction opposée, Martigues-Saint-Julien n’échappe pas complètement à ces productions de diffusion régionale puisqu’on y trouve, certes de façon très anecdotique, de la culinaire micacée et, sans doute avec une ou des origines peut-être différentes, pour des raisons géographiques évidentes, des coupes/mortiers “à listel” en pâtes claires.

1115. La quasi-totalité des catalogues fournis par les productions locales ou régionales est en place au moment du changement d’ère et paraît s’imposer pendant plusieurs décennies, voire pendant un siècle environ. Il faudrait mieux cerner l’époque qui marque une rupture dans cette permanence (sous les flaviens ou au début du IIe siècle ?). Y-a-t-il une réponse des artisans méridionaux à la conquête, sans doute lente et progressive, des produits élaborés en Afrique du Nord ?

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

André 1981 : ANDRÉ (J.), L’alimentation et la cuisine à Rome. Paris, 19812.

Bats 1988 : BATS (M), Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques. Paris, 1988 (RANarb, Suppl. 18).

Bellet et al. 1985 : BELLET (M.-E.), BORGARD (Ph.), CARRU (D.), WOEHL (M.), Une construction gallo-romaine rue Villeneuve et rue de la Portette à Orange (Vaucluse), fouille de sauvetage 1984. RANarb, 18, 1985.

Bérato et al. 1986 : BÉRATO (J), BOREANI (M), BRUN (J.-P.), PASQUALINI (M.), POLLINO (Α.), L’épave des Roches d’Aurelle. In : L’exploitation de la mer. VIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire (Antibes, 1985). Juan-les-Pins, 1986, 191-216.

Blanc 1992 : BLANC (N.), NERCESSIAN (Α.), La cuisine romaine antique. Paris, 1992.

Bruckner 1965 : BRUCKNER (Α.), Küchengeschirr aus der Casa del Fauno in Pompeji. R.C.R.F., VII, 1965, 7-14.

Carandini et al. 1981 : CARANDINI (A.) (dir.), Atlante delle forme ceramiche. I, Ceramica fine romana nel bacino mediterraneo. Roma, 1981 (Suppl. à l’Enciclopedia dell’Arte antica).

Colls et al. 1977 : COLLS (D.), ETIENNE (R.), LEQUÉMENT (R.), LIOU (B.) et MAYET (F.), L’épave Port-Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude. Archaeonautica 1, 1977.

Desbat et al. 1979 : DESBAT (Α.), LAROCHE (C.), MÉRIGOUX (E.), Note préliminaire sur la céramique commune de la rue des Farges à Lyon. Figlina, 4, 1979, 1-17.

Ettlinger 1949 : ETTLINGER (E.), Die Keramik der Auster Thermen, Ausgrabungen 1937-1938. Bâle, 1949 (Monographie zur Ur-und Fruhgeschichte der Schweiz, 6).

Ettlinger/Simonett 1952 : ETTLINGER (E.), SIMONETT (C.), Roemische Keramik aus dem Schutthuegel von Vindonissa. Basel, 1952 (Veroeffentlich. der Gesellschaft pro Vindonissa, III).

Février 1962 : FÉVRIER (P.-Α.), Fouilles à la Plate-Forme de Forum Julii (Fréjus, Var) en 1960 et 1961. Gallia, XX, 1962, 177-203.

Fiches 1986 : FICHES (J.-L.), Les maisons gallo-romaines d’Ambrussum (Villetelle, Hérault). Paris, 1986 (DAF, 5).

Filtzinger 1972 : FILTZINGER (P.), Novaesium V : Die rômische Keramik aus dem Militärbereich von Novaesium (etwa 25-50 n. Chr.). Berlin, 1972 (Limes-forschungen, 11).

Fischer 1957 : FISCHER (U.), Cambodunumforschungen 1953-II, Keramik aus des Holzhäusern zwischen der 1. und 2. Querstrasse. Kallmünz, 1957 (Materialhefte zur Bayerischen Vorgeschichte, Heft 10).

Fixot et al. 1986 : FIXOT (M.), GUYON (J.), PELLETIER (J.-P.), RIVET (L.), Des abords du forum au palais archiépiscopal. Étude du centre monumental d’Aix-en-Provence. Bull. Monumental, 144-III, 1986, 195-290.

Genin 1993 : GENIN (M.), Céramiques augustéennes du Verbe-Incarné à Lyon : étude de trois ensembles clos. RAEst, 44, 1993, 63-104.

Godard 1992 : GODARD (C.), Une réserve de céramiques de l’époque de Claude à Vienne (Isère). In : S.F.E. C.A.G., Actes du Congrès de Tournai, 1992. Marseille, 1992, 239-264.

Goudineau 1968 : GOUDINEAU (Chr.), La céramique arétine lisse. Rome, 1968 (Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, Suppl. 6).

Goudineau 1970 : GOUDINEAU (Chr.), Note sur la céramique à engobe interne rouge pompéien (“Pompejanisch-rote platten”). MEFRA, 82,I, 1970, 159-186.

Goudineau 1982 : GOUDINEAU (Chr.), Une fouille récente à la périphérie de Forum Julii : le chantier des Aiguières. CRAI, 1982, 279-292.

Guild et al. à paraître : GUILD (R), GUYON (J.), RIVET (L.), La cathédrale d’Aix-en-Provence et ses annexes orientales : création et devenir d’un groupe épiscopal (Fouille de la nef Saint-Maximin et du transept gothique, 1984). RÉLig, à paraître.

Hartley 1973 : HARTLEY (Κ. F.), La diffusion des mortiers, tuiles et autres produits en provenance des fabriques italiennes. CahArchéoSubaquatique, II, 1973, 49-60.

Lamboglia 1950 : LAMBOGLIA (N.), Gli scavi di Albintimilium e la cronologia della ceramica romana. Bordighera, 1950.

Lamboglia 1952 : LAMBOGLIA (N.), Per una classificazione preliminare della ceramica campana. In : Actes du Ier Congrès international d’études ligures. Bordighera, 1952, 139-206.

Laroche 1987 : LAROCHE (C.), Aoste (Isère) : un centre de production de céramiques (fin du Ier siècle av. J.-C.-fin du Ier siècle ap. J.-C.). Fouilles récentes (1983-1984). RANarb, XX, 1987, 281-348.

Loeschcke 1909 : LOESCHCKE (S.), Keramische Funde in Haltern. Mitteilungen der Altertumskommission fur Westfalen, 5, 1909, 101-322.

Loeschcke/Albrecht 1942 : LOESCHCKE (S.), ALBRECHT (Ch.), Die roemische und die belgische Keramik. In : Ch. Albrecht, Das Roemerlager in Oberaden, 2. Dortmund, 1942.

Mayet 1975 : MAYET (F.), Les céramiques à parois fines dans la péninsule Ibérique. Paris, 1975.

Pasqualini 1985 : PASQUALINI (M.), Un atelier de potiers sur la commune de Lorgues (Var). DocAMérid, 8, 1985, 175-180.

Paunier 1979 : PAUNIER (D.), La céramique gallo-romaine de Genève : note sur les productions gallo-romaines à pâte grise. Figlina, 4, 1979, 19-28.

Paunier 1981 : PAUNIER (D.), La céramique commune gallo-romaine de Genève. Paris-Genève, 1981.

Pollino 1987 : POLLINO (Α.), L’épave des Roches d’Aurelle. CahArchéoSubaquatique, VI, 1987, p. 24-49.

Rivet 1980 : RIVET (L.), Fouilles du Clos de la Tour à Fréjus (Var). Les rues. Thèse de IIIe cycle, Université de Provence, 1980.

Rivet 1982 : RIVET (L.), La céramique culinaire micacée de la région de Fréjus (Var). RANarb, XV, 1982, 243-262.

Rivet 1986 : RIVET (L.), Un atelier de potiers du Ier siècle de notre ère à Mandelieu (A.-M.). DocAMérid, 9, 1986, 119-134.

Rivet 1990 : RIVET (L.). In : M. FIXOT (dir.), Le site de Notre-Dame d’Avinionet à Mandelieu. Paris, 1990 (Monographie du C.R.A., 3).

Rivet 1991 : RIVET (L.), Les critères objectifs de datation ou les surprises de la céramologie. In : S.F.E.C.A.G., Actes du Congrès de Cognac, 1991. Marseille, 1991, 171-177.

Santrot 1979 : SANTROT (M.-H. et J.), Céramiques communes gallo-romaines d’Aquitaine. Paris, 1979.

Tomasevich 1970 : TOMASEVICH (T.), Die keramik der XIII Legion aus Vindonissa. Brugg Museum, 1970 (Veroeff. Ges. Pro Vindonissa, VII).

Notes

1 Je tiens à remercier M. Bats de m’avoir incité à reprendre l’étude de matériels céramiques récoltés dans des fouilles entreprises dans les années 1975-1988. Pour réaliser ces multiples comptages ainsi que les histogrammes, l’aide de Sylvie Saulnier m’a été particulièrement précieuse.

2 Fouille Chr. Goudineau : cf. Goudineau 1982. L’étude du matériel est encore inédite.

3 Fouille P.-A. Février : cf. Rivet 1980.

4 Fouille P.-A. Février, M. Fixot et L. Rivet. L’étude du matériel est encore inédite.

5 Pour l’étude du matériel de la place Formigé, une réalité s’est d’elle-même imposée, dès la fouille : des pièces de vaisselle, de même que quelques autres objets (en métal en particulier), ont été clairement abandonnées et se sont trouvées enfouies sous l’effondrement de la maison. On a rapidement conclu que ces pièces pouvaient venir soit du rez-de-chaussée, soit de l’étage, et qu’il était difficile de les exploiter pour leur seule attribution aux salles inférieures. Cependant, dans la masse de terre que constituait ce même effondrement se trouvaient d’autres céramiques, en quantité importante (un total de 5 759 fr. de céramiques et 7 360 fr. d’amphores), qu’il était difficile de reconstituer (si elles s’étaient dispersées à partir de l’étage) et que l’on savait pouvoir provenir, également, des supports des peintures murales (dans le cas des salles inférieures). Du nombre initial (47 vases intacts ou quasiment intacts, représentés par 769 fragments), le décompte de celui retrouvé dans cet effondrement (en effectuant un décompte en NMI plus que minimum) atteint un total de 182 vases vrais. Sachant que toute l’emprise de cette habitation n’a pu être fouillée, et qu’il faudrait, éventuellement et, surtout, artificiellement, multiplier par deux la récolte actuelle pour approcher du nombre initial, où est la réalité ?

6 Fouille J.-L. Jouanaud, L. Rivet : cf. Informations archéologiques, dans Gallia, 44, 1986, 432-436.

7 Fouille M. Fixot : cf. Rivet 1990.

8 Fouille M. Fixot, J. Guyon, J.-P. Pelletier et L. Rivet : cf. Fixot et al. 1986.

9 Fouille R. Guild, J. Guyon et L. Rivet, cf. Guild et al., à paraître.

10 Le matériel a été enregistré par des inventaires qui décrivent chaque tesson et non par des grilles de décomptes ; aussi avons-nous pu, pour ces comptages, tenter de dénombrer des vases réellement vrais, c’est-à-dire que nous ne nous sommes pas uniquement basés sur l’addition des bords mais, le plus souvent, sur des regroupements qui mènent à une pondération plus réaliste.

11 Suivant Hartley 1973.

12 Bellet et al. 1985, p. 330, fig. 13, n° 16. 1136, dans un contexte du IIe siècle mais le versoir n’est pas attesté.

13 Godard 1992, plus particulièrement, pl. XIII, n° 147, pour la période de Claude.

14 Desbat et al. 1979, pl. III, n° 11 et pl. V, n° 10 ; Genin 1993, plus particulièrement, fig. 17, n° 29 et fig. 26, nos 282-283, pour la période augustéenne.

15 Paunier 1981, 363, n° 494 et 495, durant la première moitié du Ier siècle.

16 Loeschcke 1909, taf. XII, n° 59.

17 Loeschcke/Albrecht 1942, Taf. 35, n° 72 = Gose 449, pour l’époque augustéenne.

18 Tomaservich 1970, pl. 20, n° 6.

19 Fischer 1957, pl. 25, n° 2, pour la période Tibère Vespasien.

20 Ettlinger/Simonett 1952, pl. 25, n° 564.

21 Colls et al. 1977.

22 Inédit, mais quatre exemplaires sont présentés au Musée d’Istres.

23 Lamboglia 1950 : Cf. tableau typologique de la page 204.

24 Haltern, type 59.

25 Oberaden, pl. 15, n° 3, 4 et 6.

26 Ettlinger 1949, pl. 20, n° 44-46, mais la carène n’est pas bien marquée.

27 Ettlinger/Simonett 1952, pl. 25, n° 561 et 562, avec versoir.

28 Fischer 1957, pl. 25, n° 3, sous le règne de Claude.

29 Filtzinger 1972, pl. 33, n° 3, pour la période Tibère-Claude.

30 Genin 1993, fig. 4, nos 48-50.

31 Laroche 1987, particulièrement, type 13, pl. 17, n° 13.

32 Fiches 1986, 89, fig. 70, Ier siècle, proche du n° 10 ou 11.

33 Paunier 1981, 363, n° 493, durant la première moitié du Ier siècle.

34 Des comptages, sur deux zones de Vindonissa, donnent les résultats suivants : dans la partie orientale du Schutthtigel, occupée entre Auguste et Néron, on relève 27 ex. de type importé et 21 à bord vertical (type bandeau ou listel) ; dans la partie occidentale, entre Néron et la fin du Ier siècle, respectivement 83 ex. et 8 ex., cf. Paunier 1981, 249, note 1.

35 L’association du mortier avec les plats de céramiques à engobe interne rouge pompéien a été signalée : Santrot 1979, 119 et on a supposé que les uns servent à cuire ce qui a été préparé par les autres, cf. Goudineau 1970, 165 : crêpes, galettes de pain et gâteaux ; Bats 1988, 67 démontre que la puls, par exemple, se fait dans les ollae.

36 Ce type de récipient est également connu, en pâte fine couverte d’un engobe avec rainures internes, cf. Pasqualini 1985 ; il en existe sur le site de Fréjus-Aiguières à paroi interne lisse. Leur présence dans le catalogue des sigillées du sud de la Gaule (formes Ritt. 12 et Hermet 23), indique l’intérêt commercial de ce type d’objet avec un versoir qui apparaît plus symbolique qu’efficace.

37 Sans que cela contribue à éclaircir le problème, on peut renvoyer aux trois ingrédients les plus fréquemment utilisés dans la cuisine d’Apicius et qui sont, par ordre croissant, l’huile, le garum et le poivre, cf. Blanc 1992, 216.

38 Goudineau 1970.

39 Bruckner 1965, p. 7-14.

40 Mais il y a une difficulté à différencier les casseroles basses des marmites, à partir du seul bord.

41 Carandini et al. 1981 ; Rivet 1991.

42 Rivet 1982.

43 On sait qu’à Mandelieu une production est attestée pour des jattes de forme grossièrement conique : cf. Rivet 1986.

44 Les couvercles n’entrent pas dans les décomptes qui suivent, tout particulièrement ceux qui, en pâte campanienne, sont parfois qualifiés de plats-couvercles.

45 Cf. note 42.

46 Analyse, non publiée, récemment réalisée par le Laboratoire du CRA de Valbonne.

47 Bérato et al. 1986 ; Pollino 1987.

48 Elles sont très abondantes dans ces niveaux, qu’il s’agisse de ceux des camps rhénans ou de ceux des habitats urbains ou ruraux, cf. Paunier 1979 ; Desbat et al. 1979.

49 A Mandelieu sont attestées des productions en pâte sombre, dont des ollae, cf note 43.

50 Cf. Informations archéologiques, in Gallia, 1981, 534.

51 Février 1962, p. 185, fig. 9, n° 10.

52 Ou de ce que l’on peut voir lors de visites de sites, de dépôts ou de musées.

53 Comme quoi, en céramologie, une fois encore, l’argument de la logique n’est pas nécessairement le meilleur.

54 C’est le terme que nombre de chercheurs acceptent, par commodité, pour désigner cette production dont on trouvera la définition infra.

55 Dans une étude sur les sigillées proprement dites, ce type de regroupement est sans doute discutable ; il est éventuellement acceptable dans l’optique qui consiste à confronter avec une autre classe de matériel.

56 En fragments : 7 % à Fréjus-Aiguières, 19 % à Fréjus-Clos de la Tour pour la période tibérienne et 16 % pour la période flavienne, 6 % à Mandelieu au milieu du Ier siècle et 13 % à l’époque flavienne, 8,5 % à Fréjus-Formigé, 17 % à Martigues-Saint-Julien pour le milieu du Ier siècle, 6 % et 2 % pour la période flavienne, 15,5 % pour Aix-Archevêché période 1 et 8,5 % pour la période 2,11 % pour Aix-Cathédrale.

57 Lamboglia 1952.

58 Goudineau 1968.

59 Mayet 1975.

60 Pour la vallée de l’Argens, cf. Pasqualini 1985.

61 On n’omettra pas de signaler que d’autres centres de productions se sont développés, dans le sud-est de la Gaule, comme en témoigne la récolte - surabondante - de ce type d’objets sur Digne (Alpes-de-Haute-Provence), lors de la fouille de Notre-Dame-du-Bourg, par exemple (environ 30 % de l’ensemble de la céramique) ou sur Vaison-la-Romaine (Vaucluse).

62 C’est ce qui explique que j’ai choisi, pour présenter les histogrammes, de ne pas regrouper les contextes ruraux d’un côté et urbains de l’autre ; une présentation “géographique” (Fréjus et Mandelieu d’un côté, Aix et Martigues-Saint-Julien de l’autre) eût été sans doute plus pertinente ; pour conserver une sorte de non engagement, j’ai préféré un ordonnancement purement chronologique de chacun des contextes.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Carte de localisation des sites pris en compte.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 2 - Répartition des catégories de céramiques par sites et contextes (en nombre de fragments).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 3 - Répartition des catégories de céramiques par sites (en pourcentage sur le nombre de fragments).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 4 Céramique commune à pâte claire (coupes-mortiers).1 : Fréjus-Aiguières ; 2 : Fréjus-Clos de la Tour ; 3 : Martigues-Saint-Julien (état IIIA) ; 4 : Martigues-Saint-Julien (état IIIB).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 5 - Céramique commune à pâte claire (coupes-mortiers).5 : Fréjus-Aiguières ; 6 : Fréjus-Clos de la Tour (période 1) ; 7 : Mandelieu (période 1) ; 8 : Fréjus-Place Formigé ; 9 : Mandelieu (période 2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 6 - Répartition des mortiers et des coupes-mortiers (en “vases vrais”).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Fig. 7 - Répartition des mortiers importés et des coupes-mortiers locales (en “vases vrais”).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 8 - Céramique commune italienne (plats et casseroles).1- Fréjus-Aiguières ; 2 - Fréjus-Clos de la Tour (période 2) ; 3 - Martigues-Saint-Julien (état IIIA) ; 4-5 - Fréjus-Aiguières.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 9 - Céramique commune africaine (plats et casseroles).6-8 : Fréjus-Place Formigé ; 9 : Martigues-Saint-Julien (état IIIA) ; 10 : Martigues-Saint-Julien (état IIIB).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 10 - Céramique commune à pâte sombre (plats et casseroles).11-13 : Fréjus-Aiguières ; 14 : Fréjus-Clos de la Tour (période 1) ; 15 - Mandelieu (période 1).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 11 - Répartition des plats et casseroles (en “vases vrais”).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Légende Fig. 12 - Répartition des plats et casseroles (en “vases vrais”).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig. 13 - Céramique culinaire micacée : ollae.1-2 : Fréjus-Aiguières ; 3-4 : Fréjus-Clos de la Tour (période 2) ; 5 : épave des Roches d’Aurelle.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Fig. 14 - Céramique commune à pâte sombre.6-8 : Fréjus-Aiguières ; 9 : Mandelieu (période 1) ; 10 : Fréjus-Clos de la Tour (période 2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 15 - Céramique commune à pâte sombre (ollae). 11-12 : Fréjus-Aiguières ; 13 : Mandelieu (période 1) ; 14 : Martigues-Saint-Julien (état IIIA).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 16 - Céramique commune à pâte sombre (ollae). 15-16 : Fréjus-Aiguières ; 17 : Martigues-Saint-Julien (état IIIA) ; 18 : Mandelieu (période 2) ; 19 : Aix-en-Provence Cathédrale.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 17 - Répartition des ollae entre la céramique culinaire micacée et les autres pâtes sombres locales (en “vases vrais”).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Fig. 18 - Répartition des différents types d’ollae en céramique à pâte sombre locale (en “vases vrais”).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Fig. 19 - Céramique commune engobée.Coupes- 1 : Fréjus-Aiguières ; 2 : Mandelieu (période 1) ; 3 : Fréjus-Clos de la Tour (période 2) ; 4 : Aix-en-Provence-Archevêché (période 2) ; 5 : Fréjus-Clos de la Tour (période 1) ; 6 : Fréjus-Place Formigé ; 7 : Mandelieu (période 2) ; 8 : Aix-en-Provence-Cathédrale. Coupes ansées - 9 : Fréjus-Aiguières ; 10 : Fréjus-Clos de la Tour (période 2) ; 11 : Mandelieu (période 1) ; 12 : Martigues-Saint-Julien (état IIIA).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Légende Fig. 20 - Répartition des coupes (en “vases vrais”).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende Fig. 21 - Coupes : proportion entre la céramique sigillée et la céramique commune engobée (en pourcentage sur les “vases vrais”).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Fig. 22 - Répartition des types de formes en céramique commune engobée (en “vases vrais”).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Légende Fig. 23 - Proportion entre les ollae et les plats et casseroles (en pourcentage sur les “vases vrais”).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1920/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

Auteur

C.N.R.S., Centre Camille Jullian et Recherches d’Antiquités Africaines, Université de Provence, Aix-en-Provence

© Publications du Centre Jean Bérard, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search