Version classiqueVersion mobile

Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise (ie s. av. J.-C. - iie s. ap. J.-C.). La vaisselle de cuisine et de table

 | 
Michel Bats

La Narbonnaise

Les céramiques communes de Fréjus : production et consommation

Chérine Gébara et Isabelle Béraud

Texte intégral

1Ces dernières années, un certain nombre de travaux ont été réalisés sur la production de céramique commune à pâte claire et des amphores de Fréjus durant les deux premiers siècles de notre ère et ont été suivis parfois de publications.

  • 1 Le résultat sommaire des fouilles des sites de SaintLambert 3 et Valescure 1, postérieures à la ten (...)

2A la lumière de cet ensemble d’informations nouvelles ou inédites, et de celles, plus anciennes, émanant d’auteurs et d’érudits locaux, il est possible aujourd’hui d’esquisser une synthèse sur la production et l’utilisation de ces céramiques à Fréjus1.

3Il faut garder en mémoire qu’il est difficile d’établir une séparation entre la production de la vaisselle de table et du matériel amphorique, qui proviennent des mêmes ateliers et qui sont la plupart du temps destinés à la consommation locale ou régionale.

4Dans un deuxième temps, nous présentons les productions des fours connus, en nous attardant sur trois sites inédits, les ateliers de Saint-Lambert 3 et Valescure 1, à l’Est de Fréjus, et Saint-Lambert 7, un dépotoir d’atelier situé à proximité.

5Nous tenterons enfin de définir les composantes de la vaisselle domestique dans la maison gallo-romaine de Fréjus à partir des fouilles récentes telles le Clos de la Tour, les Aiguières, la Place Formigé et la Porte d’Orée. Le matériel provenant des nécropoles est également examiné lorsque les urnes, les offrandes ou les contenants d’offrandes se confondent avec la vaisselle domestique, ou lorsqu’on a pu noter une spécificité funéraire dans le type de mobilier déposé dans les tombes.

1. Le point sur les ateliers de potiers de Fréjus aux Ier et IIe s. ap. J.-C. (fig. 1)

1.1. Les ateliers fréjusiens : données anciennes ou imprécises

6Le site de Fréjus est propice à l’établissement d’ateliers de potiers. En effet, à l’extérieur de la ville antique, un gisement d’argile du Pliocène, caractérisé par des marnes bleues parfois fossilifères produisant des céramiques à pâte calcaire, s’étend à partir du quartier de Sainte-Croix jusqu’à Bellevue au Nord, et comprend les quartiers de Saint-Lambert, Valescure et la Madeleine à l’Est. Il a été exploité depuis l’époque romaine jusque dans le courant du XXe siècle.

7Plusieurs auteurs ont fourni des mentions sur cette activité potière pour l’époque qui nous intéresse, et les vérifications que nous avons pu effectuer par divers moyens (vérifications bibliographiques ; prospections au sol, électrique, magnétique ; sondages à la pelle mécanique ; fouilles), nous permettent d’établir un bilan critique de ces mentions anciennes ou peu précises.

1.1.1. La Madeleine (fig. 1,1)

8J.-A. Aubenas (Aubenas 1881, 721) signale un dépotoir situé à « plusieurs mètres de profondeur » retrouvé lors de la construction d’une citerne, sur une propriété située au lieu-dit la Madeleine, à l’Est de Fréjus. De nombreux tessons (« anses, goulots, fonds, fragments de panse d’autant de vases brisés » de dimensions diverses et d’« une grande variété de forme ») voisinaient avec de « nombreuses briques réfractaires ». Il en conclut à l’existence d’une fabrique comprenant un ou plusieurs fours.

  • 2 Équipe du prof. Marc Daignières, laboratoire de géologie.
  • 3 Sainte-Croix/La Madeleine, Section AZ, parcelles 75, 78 a 177.
  • 4 Section AZ, parcelles 78 c, d et e.

9Lors d’une campagne de prospection électrique et magnétique organisée en collaboration avec une équipe de l’université de Montpellier en 19882, nous avons pu réexaminer ce terrain (Gébara 1986) où aucune anomalie liée à la présence d’un four n’a été repérée3. Si le four existe, il ne peut se trouver que sur une parcelle plus au Sud4. Le dépotoir remarqué par Aubenas n’est pas apparu non plus à la prospection magnétique ; il est possible qu’il ait été totalement détruit à l’époque de sa découverte (la citerne est encore visible actuellement).

Fig. 1 - Lieux de production et d’utilisation de la céramique commune de Fréjus (Des. Service d’Information du Territoire/Service Archéologique).

1.1.2. Bellevue (fig. 1,2)

10Dans la Forma Orbis Romani (Forma, 21 et site n° 10H de la feuille n°2-Antibes), le Docteur Donnadieu parle laconiquement de « tuiles estampillées, atelier de tuiles rom.[aines] ». Ce site est bien localisé sur la commune de Fréjus, au Nord de la ville antique, mais son pointage sur la Forma, au 1/200 000, manque forcément de précision. La prospection systématique de ce secteur a permis de découvrir un gisement archéologique situé sur une butte en bordure d’anciennes carrières d’argile de Bellevue (formant à l’heure actuelle un petit lac artificiel). Un fragment de béton antique ainsi que du matériel épars (tessons de céramique commune à pâte claire, tuiles, en très mauvais état) signalent le lieu qui s’apparenterait plutôt à un habitat. Une briquetterie exploitait le lit d’argile au siècle dernier (Robion 1987, 142), mais dans l’état de nos connaissances, aucun indice ne vient confirmer les observations faites par le Dr. Donnadieu en 1932.

Fig. 2 - Plan du four des Clausses (Des. Ch. Gébara).

1.1.3. Saint-Lambert 5 (fig. 1,3)

11Lors de travaux d’élargissement de l’Avenue A. Léotard, dans le quartier de Saint-Lambert, à l’Est de Fréjus, D. Brentchaloff signale, dans la coupe du talus, des murs, un dolium en place, des terres rubéfiées, et un dépotoir de céramique dont des amphores de type Gauloise 4, avec en surface des surcuits et de l’argile brûlée. Il identifie ce site à un quartier artisanal (Brentchaloff 1980, 78). Les renseignements pris auprès du Service de l’urbanisme de la Ville nous permettent de localiser le site à proximité du carrefour de l’hôpital intercommunal de Fréjus-Saint-Raphaël, et donc du gisement de Saint-Lambert 3 et Valescure 1, ainsi que du dépotoir de Saint-Lambert 7, dont il sera question plus loin.

1.2. Données récentes

12Elles se sont multipliées ces dernières années grâce aux sondages préventifs et aux sauvetages réalisés en grande partie par le Service archéologique municipal. Ces nouvelles données permettent de préciser la carte des ateliers et viennent enrichir le répertoire des céramiques de Fréjus en confirmant sa place comme centre régional de production et de diffusion.

1.2.1. La Plateforme (fig. 1,4)

13Les fouilles de Paul-Albert Février en 1960 et 1961 (Février 1962, 195-203) ont permis la découverte intra-muros, sous une importante domus augusténne, d’un four de potier. Il était situé au pied d’une butte naturelle ultérieurement comblée pour permettre la construction de la domus, et a été incomplètement fouillé car passant sous les murs de celle-ci, à 3,30 m environ de profondeur. Les murs, orientés NNE/SSW, sont en petit appareil irrégulier liés à l’argile et les parois sont enduites d’argile qui a cuit. La sole, de forme rectangulaire, partiellement détruite, est percée par des doubles rangées de trous ; l’alandier n’a pas été fouillé.

  • 5 Les argiles utilisées sont d’origine alluviale.

14Le comblement était constitué par les matériaux provenant de la destruction du four lui-même, puis par des remblais rapportés. Le matériel trouvé dans la couche correspondant à la dernière époque du four est datable de l’époque augustéenne ; il s’agit essentiellement de céramiques communes à pâte rougeâtre ou noirâtre dont on ne peut dire si elles font partie de la production de l’atelier (Ricq-de Boüard 1993, 14)5. Ces formes, qui comprennent des bols, des jattes et des pots ainsi qu’une cruche à bec treflé, rare à Fréjus, sont associées à de la céramique d’imitation de campanienne.

1.2.2. Les Clausses (fig. 1,5)

15Trouvé en 1982 dans un terrain situé à l’intérieur du rempart, à proximité du théâtre, cet atelier a été fouillé très partiellement (Gébara 1982 ; Gébara 1984, 13). Il était à 3,50 m environ de profondeur, sous une série de remblais et une couche de destruction datée de la première moitié du Ier s. après J.-C.. De forme rectangulaire, orienté NNW/SSE, il est bâti en petit appareil irrégulier lié à la chaux et comporte une batterie d’au moins deux fours, très arasés (fig.2) : une première chambre de chauffe limitée par des banquettes d’argile (C) qui ont cuit de manière progressive a été rétrécie dans un deuxième temps par l’ajout d’une banquette (D) contre ses parois nord et sud. A l’intérieur, une seconde chambre de chauffe, de dimensions plus réduites, est juxtaposée à la première. Elle est limitée par un mur de refend qui définit un autre espace de l’atelier dont la fonction nous échappe.

Fig. 3 - Productions de céramique de l’atelier du Pauvadou (d’après Brentchaloff 1980).

16Sous cet ensemble de banquettes, un soubassement fait de fragments de tuiles et d’amphores posées sur le substrat ceinture la chambre de chauffe et correspond à l’emprise de la première banquette en argile. La sole du four, très endommagée, était accompagnée essentiellement de cols et d’anses de Gauloises 5. Cependant, aucun déchet de four, raté de cuisson ou indice direct de la production de l’atelier n’a été trouvé. Ce type de four, construit à même le sol à cause de la proximité du substrat rocheux, devait posséder un foyer de plain-pied comme celui du Pauvadou 1 (Laubenheimer 1985, 186). Les banquettes d’argile ont dû permettre de limiter la déperdition de chaleur causée par le peu de profondeur de l’alandier et de la chambre de chauffe.

17Ces deux ateliers présentent donc la particularité d’être situés à l’intérieur du périmètre de la ville antique, localisation peu commune pour ce genre d’activité. En ce qui concerne le four de la Plate-Forme, il n’est pas facile de déterminer si la portion Est du rempart, également daté de l’époque augustéenne, était déjà construite lorsque le four fonctionnait. Cependant, son orientation correspond à celle du cadastre le plus ancien de Fréjus (césarien ou octavien) (Février 1988, 14-16). Pour le four des Clausses, au vu du terminus a quo plus tardif fourni par le matériel flavien de la couche de destruction, et bien qu’il soit orienté suivant le même cadastre, il est probable que le rempart existait déjà.

18Ce quartier nord de la ville ne semble pas densément bâti, puisque les se sont a été (1 m en liaison théâtre. domus, sur le reste du terrain révélés négatifs, et cette zone remblayée ensuite moyenne), probablement en avec la construction du A la Plate-Forme, la grande également d’époque augustéenne, vient recouvrir le four sur un épais remblai. Aucune construction antérieure n’a été retrouvée. L’occupation relativement peu importante des secteurs peut expliquer l’implantation de ces deux ateliers à l’intérieur même du périmètre urbain.

1.2.3. L’atelier du Pauvadou (fig. 1,6)

19Le premier à avoir été complètement fouillé (Brentchaloff 1980, 79-93), il est situé au Nord-Ouest de la ville, à proximité du rempart (une centaine de mètres), sur une pente douce, et comprend quatre fours regroupés dans un seul bâtiment de 9 m sur 20,30 m bâti en appareil irrégulier lié au mortier, très arasé, posé à même le sol comme celui des Clausses. Les trois fours les plus importants auraient fonctionné en même temps à l’époque flavienne ; le quatrième serait légèrement plus tardif.

20Les productions de l’atelier ont pu être déterminées grâce à un dépotoir comblant le premier four, et à un autre dans un fossé, ainsi que dans une décharge située à proximité. Il s’agit essentiellement d’amphores de type G.5 et de céramiques communes, les deux ayant été fabriquées simultanément. Les tuiles surcuites pourraient provenir, quant à elles, de la structure même des fours. Des fragments de G.4 ont été trouvés en petit nombre et il n’est pas impossible que l’officine ait produit d’autres types de récipients.

  • 6 Les chiffres donnés par l’auteur indiquent une fabrication en quantités à peu près égales des ampho (...)

21Les céramiques communes sont représentées par trois formes (fig.3) : une cruche à col large avec ou sans poucier, couplée avec un couvercle ; une cruche ovoïde à col biconcave, une coupe à lèvre en amande et à ressaut sous la lèvre souligné par un large sillon. Ces productions sont très proches de celles du dépotoir de Saint Lambert 7. Des fragments de pots à parois fines surcuits ont été retrouvés en très petit nombre6.

  • 7 Cf. plus loin la production du site de Valescure 1.

22Cet atelier, détruit, a été recouvert par l’extension de la nécropole du Pauvadou-Lagon Bleu (Pauvadou 3) à partir du deuxième tiers du IIe s. après J.-C. D’après F. Laubenheimer (Laubenheimer 1985, 199), l’atelier du Pauvadou a pu débuter au milieu du Ier s. après J.-C. et fonctionner durant la deuxième moitié du Ier°: quelques éléments témoignent d’ailleurs d’une occupation légèrement antérieure du site (Brentchaloff 1980, 100-100-101 ; Laubenheimer 1985, 199), et la production de G.5 très majoritaires, avec l’apparition timide de G.4, plaide dans le sens d’une datation plus haute7. L’atelier aurait donc fonctionné simultanément et à proximité immédiate d’une partie de la nécropole du Pauvadou 3, qui débute vers le milieu du I er s. de notre ère ; quelques surcuits trouvés dans le comblement d’une zone funéraire située à quelques centaines de mètres de là (Nécropoles de Fréjus, 27-37) témoignent de cette double activité sur la butte du Pauvadou.

  • 8 Surveillance de travaux par le Service archéologique municipal de Fréjus en 1989, 90 et 92.

23Le dépotoir du Pauvadou 2 (fig. 1,17), trouvé à une vingtaine de mètres du rempart, au Nord du Clos de la Tour en 1978 (Goudineau 1981, 534) et qui a été interprété comme un dépotoir de l’atelier, est en fait une décharge contenant parmi de nombreux tessons de céramique, des déchets provenant des fours voisins, éléments de surcuits, dont des « vases à parois fines, ustensiles de potiers, débris de four ». Des observations menées depuis 1982 ont démontré que ce gisement existe de manière discontinue tout le long du rempart8. Il doit être mis en relation à la fois avec l’atelier du Pauvadou 1 et avec les quartiers d’habitation du Clos de la Tour contemporains et mériterait une étude approfondie. La datation serait de la deuxième moitié du Ier s. de notre ère.

1.2.4. L’atelier de Sainte-Croix (fig. 1,7)

24Plusieurs éléments permettent d’identifier un atelier ou tout au moins un vaste dépotoir et des structures annexes dans cette petite dépression située immédiatement à la sortie Est (Porte de Rome) de la ville antique, en bordure de la voie aurélienne (ou plus précisément, la via per Alpes Maritimas), sous les arches de l’aqueduc.

a) Une tranchée ouverte le long de l’Avenue du XVe Corps (correspondant à peu près au tracé de la voie antique) (fig. 1,7.1)

25Semble avoir recoupé un dépotoir de four de potiers à proximité de la jonction entre l’aqueduc et la Porte de Rome (Brentchaloff 1980, 78). Apparemment il y avait là des murs, des scories, des fragments de briques de sole, et des surcuits d’amphores (G.5 majoritaires et G.4), de tuiles, ainsi que des tubulures.

b) Sainte-Croix 2 (fig. 1,7.2)

  • 9 Voir plus loin, site n°10.

26En 1980, une campagne de sondages puis de fouille nous ont permis de trouver à proximité, à 150 m environ de la Porte de Rome, un vaste dépotoir comprenant un pourcentage très important d’amphores G.4 et de G.5, des fragments de supports de sole, des briques de four, quelques surcuits et scories, ainsi que du matériel divers (ossements, tuiles) (Gébara 1980 ; Goudineau 1981, 534-535). Ce gisement a été recouvert en partie au Sud par un enclos funéraire et des tombes datant de la fin du Ier siècle et du IIe s. après J.-C., rattachables à la nécropole de Saint-Lambert9, et des murs et drains attestent d’une occupation médiévale (XIIIe s.) ainsi que de la mise en culture du terrain à l’époque moderne. La découverte fortuite de dépotoirs-poubelles de part et d’autre de la Porte de Rome complète l’image de ce gisement qui ressemble à celui du Pauvadou, mêlant la décharge “civile” à celle de l’atelier de potier et à la nécropole.

c) Saint-Lambert 9 (fig. 1,7.3)

27En 1984, durant une des campagnes de fouille de la nécropole de Saint-Lambert sur le terrain jouxtant Sainte-Croix au Sud, une aire d’environ 3 m sur 2,30 formée de tegulae à rebords retaillés, ou placées à l’envers et bordée de tuiles mises de chant a été trouvée approximativement en face du dépotoir de Sainte-Croix 2 (Béraud, 1985). Nous l’avons interprétée comme un bassin de décantation, de stockage ou de malaxage de l’argile ; le matériel abandonné dessus fournit un terminus a quo de 60 après J.-C. (notamment sigillées de la forme Dragendorff 35/36) (Béraud 1984 ; Béraud 1985). Un exemple de ce genre de structure bâtie en tuiles a été découvert à Lezoux, cette dernière ayant été identifiée comme une surface pour travailler l’argile (Perrin 1974, 110-111). Des bassins de ce genre ont été également fouillés à Sallèles d’Aude (Laubenheimer 1990a, 58-59).

d) Sainte-Croix 6 (fig. 1,7.4)

28En 1986, lors d’un chantier de construction de supermarché situé à proximité, un petit dépotoir semblant en relation avec celui de Sainte-Croix 2 a également été repéré.

29Malgré de nombreux sondages, l’atelier de Sainte-Croix n’a pu être localisé ; il est possible que la structure du four elle-même ait totalement disparu lors de la construction d’immeubles dans les années 1980, ou alors les vestiges qui nous sont parvenus appartiennent à un atelier situé aux alentours, et peut-être le Pauvadou 1, la présence du bassin de décantation semblant cependant difficilement explicable dans ce cas.

1.2.5. Valescure 2 (fig. 1,8)

30En 1991, une intervention sur un chantier de construction d’un immeuble situé sur une légère butte en bordure d’un vallon à la limite des communes de Fréjus et Saint-Raphaël (Chemin d’Agay), nous a seulement permis de relever dans les bermes de l’excavation (640 m2 environ) des éléments indiquant la présence d’un atelier de potiers (Gébara 1991). Il nous a été possible d’identifier une fosse de terre rubéfiée de section ovoïde (1,20 m de large et 0,80 de profondeur) contenant une grande quantité de céramique commune fragmentée. Une seconde fosse large de 2,50 m s’apparentant à un système de drainage affectait une forme en V très ouvert, d’une profondeur de 1,50 m et contenait de la terre de sédimentation. Deux murs, orientés Nord-Ouest/Sud-Est, coupés par les travaux, semblaient former les limites nord et ouest du site ; deux autres murs se situaient dans ce périmètre. A l’extérieur de ce périmètre, vers l’Ouest, l’excavation de l’immeuble a révélé la présence de la nappe de marnes pliocènes qui présentait un front d’extraction, témoin de son exploitation par les potiers. Cet atelier, dont seul a priori la cour aurait été détruite, semble se prolonger vers le Sud-Ouest au sommet de la butte encore intacte. Des vestiges ont d’ailleurs été relevés en bordure du Chemin d’Agay, à l’endroit où le talus a été récemment repris.

31D’après le peu de matériel accessible et observable sur place, nous serions en présence d’un atelier de production de tuiles, et peut-être de céramique commune, datable très largement des Ier IIe s. de notre ère. L’intérêt de cette découverte réside surtout pour le moment dans sa position excentrée par rapport aux autres sites (Saint-Lambert, n° 9 et suivants) qui permet d’étendre les limites du gisement d’argile vers l’Est, élargissant encore le champ des implantations possibles d’ateliers d’époque gallo-romaine.

1.2.6. Le quartier artisanal de Saint-Lambert/Valescure (fig. 1,9)

32Les indices de présence d’ateliers de potiers sont nombreux dans ce secteur qui se situe au cœur du gisement d’argile. Il s’agit d’une zone en voie d’urbanisation sous forme de Zone d’Aménagement Concertée (Z.A.C.), aussi avons-nous pu réaliser plusieurs campagnes de sondages et de fouilles et l’image que nous avons du sous-sol est ici à présent relativement précise.

a) Saint-Lambert 7 (“les Allées Auréliennes”) (fig. 1,9.1)

33Situé au sud de l’Avenue A. Léotard, c’est un terrain en pente séparé du site de la Madeleine par un ruisseau. Un dépotoir d’atelier de potiers ayant produit de la céramique commune à pâte claire (cruches de plusieurs modules, grandes coupes) et des amphores G.4, G.5 et variantes, était localisé vers le sommet de la pente, à faible profondeur. Le matériel avait été jeté dans une fosse et l’on distinguait plusieurs couches superposées indiquant plusieurs apports distincts mais rapides. Des tuiles vitrifiées et des tubulures étaient mêlées aux éléments mal cuits ou surcuits. Cet ensemble homogène est intéressant car il représente une partie au moins du répertoire d’un atelier inédit daté du milieu du Ier s. après J.-C.

b) Saint-Lambert 8 (“l’Ile Blanche”) (fig. 1,9.2)

34Un niveau d’occupation a été retrouvé en face de l’hôpital, en bordure de l’Avenue A. Léotard et non loin du site précédent, à 1,40 m de profondeur. Il contenait de nombreux surcuits et scories de tuiles, ainsi que des briquettes et amphores dont certains tessons mal cuits, accompagnés de moellons rubéfiés. Aucune structure n’était en place, et il semble que l’on soit en présence d’une décharge provenant de la réfection ou de la destruction d’un four de potiers. Il n’a pas été possible de préciser la datation de ce site (Ier-IIe s.).

c) Saint-Lambert 3 (“le Parc de Valère”) (fig. 1,9.3)

35Dans cette ancienne vigne située derrière l’hôpital (à proximité du carrefour de l’Avenue A. Léotard et du chemin de la Montagne, en face des deux sites précédents), en bordure d’un ruisseau, des sondages effectués en 1991 par J.-M. Michel ont permis de déterminer la présence d’un four de potiers gallo-romains dans la partie basse du terrain (Michel 1991). En 1995, à la suite d’un permis de lotir, nous avons pu fouiller un ensemble relativement complet composé de deux fours (dont un rectangulaire, de grande taille : 7 m sur 4,50 m) et de leurs annexes (Gébara 1994 ; Gébara 1995, 192-193), situés au cœur du gisement d’argile du Pliocène de Saint-Lambert.

36Le dépotoir principal a été fouillé entièrement et contenait essentiellement de la céramique commune ainsi que de l’amphore de type Dressel 2/4, quelques Gauloises 8 (Oberaden 74), une variante de Gauloise 1 ou 1Β et un col de Gauloise 9, ainsi que des briques et des tuiles.

37Parmi les éléments abandonnés autour des fours et dans les deux dépotoirs figurent des fragments de plaques de terre cuite architecturales (zôphoros ou plaques Campana) (Béraud 1996) - rares dans nos régions - portant un décor moulé composé d’une frise de têtes d’une divinité féminine superposée à une frise de têtes de divinité masculine placées en quinconce.

38L’intérêt du site réside, outre les nouvelles productions, dans sa datation relativement ancienne : de la fin du Ier siècle av. J.-C. au début du Ier siècle.

39En outre, les analyses le confirment, nous sommes en présence de l’atelier ayant fabriqué non seulement les premières amphores de type Dressel 2/4, dont l’origine fréjusienne avait déjà été déterminée mais pour une période plus tardive (Béraud 1991, 182-183 ; Laubenheimer 1991, 250-252), mais également des formes anciennes d’amphores gauloises. Il aurait aussi produit certaines formes de céramique commune dont la présence a été notée dans les premières sépultures de la nécropole de Saint-Lambert 1 à Fréjus (Nécropoles de Fréjus, 12-20). Les marques de potiers retrouvées sur cols de Dressel 2/4 fourniraient le nom du propriétaire de l’officine de Saint-Lambert 3 : il s’agirait de M. IUL. LICINIUS (Marcus Iulius Licinius), dont l’appartenance à la gens Iulia, bien attestée dans la région, dénoterait le statut de citoyen.

d) Valescure 1 (“Collège”, Avenue A. Léotard) (fig. 1,9.4)

40Nous incluons ce site dans le groupe de Saint-Lambert, car il se situe directement en face du site précédent (seul le lieu-dit change), et il apparaît à présent qu’il s’agit d’un seul et même ensemble. Des sondages préliminaires à la construction d’un collège effectués par A. Dumont au mois d’avril 1994 sur un terrain où un site archéologique avait déjà été repéré ont permis de découvrir les indices d’un nouvel atelier de potiers (Dumont 1994). Ils ont été suivis d’une fouille exhaustive la même année (Béraud 1995a ; Béraud 1995b, 190-192).

41La première occupation du site est marquée par l’installation d’une carrière d’argile d’époque augustéenne ou pré-augustéenne qui pourrait être mise en relation avec les fours fonctionnant à la même époque sur le site de Saint-Lambert 3.

42Dans un deuxième temps est édifié un bâtiment de forme rectangulaire dont la datation remonte au dernier quart du Ier siècle avant J.-C. et que nous avons interprété comme un ensemble de boutiques lié au commerce de l’officine voisine. Ce bâtiment a fonctionné jusqu’à la fin de l’époque augustéenne, date à laquelle il a connu un abandon complet.

43A une époque dont le début est difficile à cerner, un four de potier s’installe dans la zone centrale du site, à l’Est du bâtiment augustéen. Ce four est comparable en dimensions (6,70 sur 5 m) à celui de Saint-Lambert 3. Au Nord, des aménagements desservis par une voirie secondaire sont à mettre en relation avec le fonctionnement de l’officine. Au Sud, une série de dépotoirs révèle une image de la production du four : G.4 (majoritaires), G.5 et certaines formes de céramique commune (essentiellement des formes ouvertes) en plus petit nombre. D’autres installations annexes ont été retrouvées : il s’agit d’une cuve en tegulae et d’une aire de travail dallée aussi de tegulae, posées à l’envers, d’une superficie importante (110 m2 minimum). Cet ensemble daterait au moins des années 50 ap. J.-C. A partir des années 60, un immense hangar (370 m2 minimum) se greffe sur le bâtiment augustéen rasé. Il pouvait servir au séchage, stockage et autres activités en relation avec la production du four. Si aucune marque n’a pu être associée à l’officine de Valescure 1, on y a retrouvé en revanche des fragments d’amphores au nom de l’officine de Saint-Lambert 3.

44La construction d’un bâtiment artisanal au IIe siècle marque l’abandon de l’officine et de ses annexes. Cette installation n’a plus aucun rapport avec la production de céramiques. Avec elle se termine l’occupation du site de Valescure 1.

Fig. 4 - Plan de situation des ateliers de Saint-Lambert 3 et de Valescure 1 (Relevé et dessin : Fr. Laurier, Centre Archéologique du Var/I. Béraud, Service Archéologique de Fréjus).

45Une première hypothèse d’un grand nombre de petites fabriques disséminées autour de Fréjus au Nord et à l’Est n’avait pu être confirmée par les nombreux sondages et prospections de ces dernières années. A la lumière des dernières découvertes apparaît une nouvelle image de l’organisation de l’outil de production : le gisement de Saint-Lambert 3/Valescure 1 (fig.4), qui couvre une superficie minimum de 7 000 m2, associé aux autres sites trouvés à proximité, représente non pas un atelier isolé, mais une vaste fabrique regroupant plusieurs unités de production accompagnées d’annexes de plus en plus structurées dans le temps, et recouvrant un siècle de production.

  • 10 Voie qui devait s’intégrer dans le réseau de voies d’origine protohistorique, reprises sous le nom (...)

46Cette densité n’est pas étonnante si l’on considère la situation centrale par rapport au banc d’argile, à proximité de plusieurs points d’eau. De plus, le gisement se situe très certainement sur le tracé de la voie littorale (Barruol 1975, 64-65)10 se dirigeant vers Antibes et La Turbie en passant par Saint-Raphaël, Agay, Le Trayas, Mandelieu. En effet, la fouille de la nécropole de Saint-Lambert 1 avait permis de retrouver cette voie à sa jonction avec la via per Alpes Maritimas, où elle était bordée de tombes. Le diverticule desservant l’officine de Valescure 1 et l’existence d’un atelier apparemment isolé plus à l’Est sur le même tracé (Valescure 2) confirment l’hypothèse. Tous les éléments étaient donc réunis pour favoriser une implantation groupée de potiers ou au moins une très large officine.

47Les deux ateliers du centre-ville, quant à eux, doivent être replacés dans un contexte topographique particulier, et leur disparition serait plutôt liée à l’extension de l’urbanisation intra-muros. Il semblerait que les ateliers du Pauvadou 1, de Valescure 2 et le gisement de Sainte-Croix, correspondent à des unités de production plus petites et plus restreintes dans le temps.

48A travers l’implantation isolée ou groupée des fabriques se pose à présent le problème du statut de ces potiers, de la propriété des officines, et de la spécialisation dans la production : les noms de Licinius, Castor, Marius se lisent aussi bien sur des emballages que sur des matériaux de construction. La “zone artisanale” de Saint-Lambert/Valescure a produit aussi de la vaisselle de table, et cette diversification se retrouve dans les ateliers de la Gaule (Laubenheimer 1990b, 92).

1.3. Indices de productions.

49Un certain nombre d’observations qui ne sont pas directement liées à un site d’atelier V doivent cependant être intégrées dans la réflexion générale car ils apportent des éléments supplémentaires soit à la typologie des productions de Fréjus, soit à l’activité des fabriques.

1.3.1. Saint-Lambert 1 (nécropole) (fig. 1,10)

50Située à l’Est de la ville antique, à 200 m environ de la Porte de Rome, elle est utilisée d depuis le Ier s. av. J.-C. jusqu’au IIe s. après, et abrite une majorité de sépultures à incinération (Nécropoles de Fréjus, 12-21 ; Béraud 1987, 25-27). Les tombes sont déposées en pleine terre ou dans des aires funéraires délimitées par des murs ou à l’intérieur d’édicules carrés mesurant en général 1 m sur 1 m de côté, sortes de petits mausolées. Ces structures sont alignées le long de la voie aunélienne ainsi que le long de la branche se dirigeant vers le bord de mer. Cette voie plus ancienne passait, nous l’avons vu plus haut, par le quartier de Saint-Lambert : bien qu’aucune trace n’en ait été jusqu’à présent repérée en dehors de la nécropole, le nombre de sites jalonnant ce secteur nous paraît être une bonne indication sur son parcours, ainsi que le diverticule desservant Valescure 1 le confirme.

51Un tronçon de cette voie a été fouillé en même temps que la nécropole (Nécropoles de Fréjus, 25), mettant en évidence l’utilisation de remblais de terre damée mêlée à un très grand nombre de céramique cassée ou concassée, en majorité de la céramique commune à pâte claire. Un nid de poule a même été bouché avec une demi-amphore de type G.5. La chaussée (large de 7 m environ) était bordée de deux fossés (1 m environ) de chaque côté. Ils avaient été peu à peu comblés, en même temps que la chaussée avait été surélevée, avec des décharges d’amphores et de céramique commune à pâte claire provenant certainement des dépotoirs des fours de potiers situés dans le secteur (Ricq-de Bouard 1993, 13-19). Les formes représentées sont les G.5 (en majorité), Dressel 2/4 à anses faussement bifides, cruches ou pots à grand col et anse trifide sans poucier, urnes, et petites cruches à col biconcave et bord aplati (matériel encore inédit).

Fig. 5 - Les amphores fréjusiennes (type Gauloise) de la Porte d’Orée (Des. K. Vaiden-Gicquel). Ech. 1 :10.

52La datation de la première couche de la voie est établie par une monnaie de Marseille (postérieure à 49 av. J.-C). Un tesson de céramique italique à pâte claire avec un décor peint noir (d’époque augustéenne) a été trouvé sur une surface de circulation intermédiaire. Le remplissage des fossés semble dater de la deuxième moitié du Ier s. après J.-C., et cette chronologie ainsi que le matériel répertorié fait pencher pour une provenance des ateliers de Saint-Lambert/Valescure.

Fig. 6 - Les amphores fréjusiennes (type Dressel 14 et 2/4) de la Porte d’Orée (Des. K. Vaiden-Gicquel/I. Béraud). Éch. 1 :10.

1.3.2. La Porte d’Orée (fig. 1,11 et 5 à 7)

53Ce site, fouillé en 1986 et publié en 1991 (Béraud 1991, 156-228), en bordure nord du port romain de Fréjus, intéresse notre propos par le matériel livré lors de l’exploration partielle de deux vides sanitaires composés d’amphores non poissées de divers types et de production locale (Laubenheimer 1991, 229-265). L’analyse par fluorescence X des pâtes de plusieurs de ces amphores confirme de nouvelles productions de la région de Fréjus, notamment une amphore à fond plat et à lèvre à double inflexion interne (va riante de la G.7), datée de 28 après J.-C grâce à une inscrip tion peinte (fig. 5, n° 2) (Lau benheimer, 1991, 261-263), une série de Dressel 2/4 à anses faussement bifides de modules divers (dont une timbrée MARI) d’époque flavienne (fig. 6, n° 2), ainsi qu’une forme bâtarde de Dressel 14 (timbrée MARI également) (fig. 6, n° 1) (Laubenheimer 1991, 257-259). Ces amphores sont essentiellement liées au commerce du vin. Les petites amphores (ou cruches) à fond plat (fig. 5, n° 1, 3, 4) ont pu servir à transporter des vins d’importation arrivés en vrac ou à la consommation locale de vins de la région même.

54La céramique commune à pâte claire (fig. 7), composée essentiellement de coupes et de pots, est décrite au chapitre 3.2.

Fig. 7 - La céramique commune fréjusienne de la Porte d’Orée (Des. K. Vaiden-Gicquel).

1.3.3. Les Roches d’Aurelle (fig. 8)

55Cette épave, située au large de la côte de l’Estérel (entre Agay et le Trayas), est celle d’un navire caboteur de petite taille (12 à 15 m de long) provenant sans doute de Fréjus et se dirigeant vers un port de Provence orientale ou de Ligurie (Bérato 1986, 191-216). La cargaison était composée de tuiles (rondes et plates), d’amphores G.5 et G.2 (poissées mais vides), de vases en céramique commune et modelée de fabrication fréjusienne ou de la vallée de l’Argens.

56La céramique commune est représentée par des cruches ou pichets à col large et lèvre en baïonnette (fig. 9, n° 1, 2) (du type de celles du Pauvadou 1, Saint-Lambert 7 et Saint-Lambert 3), à une ou deux anses ; de cruches à col biconcave, lèvre plate et anse faussement trifide (fig. 9, n° 3) (Pauvadou 1, Saint-Lambert 7), et une cruche à col renflé, lèvre en bandeau et anse faussement trifide (fig. 9, n° 5). Cette dernière est fréquente dans la nécropole de Saint-Lambert 1 et également attestée dans les tombes plus anciennes du Pauvadou 3. Deux exemplaires de bassins ovales à marli (fig. 9, n° 6) similaires à ceux de Saint-Lambert 7 et Valescure 1, et quelques couvercles ou coupes à pied (fig. 9, n° 7), ainsi que des coupelles-couvercles (communes dans les tombes de Saint-Lambert 1 et dans celles du Pauvadou) étaient également représentées dans la cargaison.

57Des productions moins typiques (cruche de type 6 ou pot de type 10 à col large en pâte marron-rouge, vase à pâte claire à deux anses engobé ou pot de type 11 à deux anses : fig. 9, n° 17, 9, 10) pourraient provenir d’ateliers fréjusiens encore indéterminés. Les cruches à bec verseur à pâte gris-noir (fig. 9, n° 4) ressemblent aux exemplaires trouvés à Saint-Lambert 3 dans le dépotoir principal, mais la pâte de ces derniers est claire. Une série de coupes typiques de la production de Lorgues (fig. 9, n° 11 à 16) (Pasqualini 1985, 175-180 ; 1993, 176-177) et d’autres en céramique modelée de tradition préromaine se trouvaient aussi dans l’épave.

58La datation de l’épave est évaluée à 70 ap. J.-C. par la présence d’une sigillée de la Graufesenque de type Drag. 37 (Bérato 1986, 193-194), bien que l’ensemble des vases (datables précisément ou productions locales), replacé dans le contexte des ateliers fréjusiens, fasse plutôt pencher pour une datation plus haute au milieu du Ier s. ap. J.-C.

59L’intérêt de cette cargaison réside dans le regroupement chronologique de séries de vaisselle de table et de cuisine, d’emballages et de matériaux de construction destinés à la commercialisation. Elle atteste de la diffusion régionale de cette marchandise dont la valeur est a priori peu importante et qui ne pouvait donc se négocier qu’en nombre si loin du lieu de fabrication. Elle témoigne du rôle de Fréjus en tant que centre de production, de regroupement et de diffusion de ces céramiques utilitaires.

Fig. 8 - Plan de situation de l’épave des Roches d’Aurelle (d’après Pasqualini 1993).

2. Nouvelles productions fréjusiennes : un quartier artisanal du Ier siècle après J.-C., Saint-Lambert/Valescure11

2.1. Saint-Lambert 3 (“le Parc de Valère”)

60Cette étude ne présente que les éléments les plus complets et les plus caractéristiques des productions de céramique commune de l’officine. La majorité du matériel provient du dépotoir principal, avec quelques exemplaires sortis du grand four et de son aire de chauffe, ainsi que de la destruction du deuxième four.

Fig. 9 - La céramique de l’épave des Roches d’Aurelle (d’après Pasqualini 1993).

Fig. 10 - Saint-Lambert 3 : Dressel 2/4 fréjusienne (Des. A. Dumont). Éch. 1 :10.

Fig. 11 - Saint-Lambert 3 : autres productions d’amphores gauloises (Des. A. Dumont).

2.1.1. Formes fermées

a) Les amphores

61Le type d’amphore le plus courant et le plus abondant sur le site est la Dressel 2/4, (diam. 12,9 à 13,5 cm) (fig. 10) correspondant à une imitation de Dressel 2/4 italienne (Cerro 1977, 179-206) en pâte locale, de couleur orange ou beige ; les anses sont véritablement bifides. Ces amphores présentent des différences morphologiques avec celles de la Porte d’Orée (Laubenheimer 1991, 229-256), plus tardives, dont les anses sont simplement séparées par un sillon et la lèvre nettement plus épaisse.

62Le dépotoir principal contenait aussi des fragments de trois types d’amphores gauloises de fabrication locale datables de l’époque augustéenne : une G.1B (diam. b. : 15,3 cm) (fig. 11, n° 1), avec double inflexion externe de la lèvre (Laubenheimer 1985, 243-254) et une variante de G.1B (diam. b. : 13,6 cm) (fig. 11, n° 2), avec une anse à quatre sillons (Laubenheimer 1985, 254-257) ; plusieurs cols de G.9 à bord en large bandeau (diam. b. : 10,9 à 13 cm) (fig. 11, n° 3) ; un col de G.3 (diam. b. : 17 cm) (fig. 11, n° 4), rare en Narbonnaise (Laubenheimer 1985, 257-258).

63On note un modèle de petite amphore d’un type non répertorié, mais qui peut être interprété comme une grande cruche à deux anses ou une jarre à provision (diam. b. : 10 à 10,8 cm) (fig. 11, n° 5, 6). Sur le site des Aiguières à Fréjus, il existe deux types de cruches à deux anses assez proches de cet exemple, mais de taille plus réduite. A Saint-Lambert 7, les jarres à provision sont d’un autre type.

b) Les cruches

64Deux exemplaires de cruches de petit module à col renflé ont été retrouvés dans le dépotoir ; elles ont un bord de lèvre arrondi ; seule l’une d’elles a conservé une anse marquée par deux sillons (diam. b. : 3,8 à 4,3 cm) (fig. 12, n° 1, 2). Des modèles semblables existent dans les tombes anciennes des nécropoles de Saint-Lambert et du Pauvadou (Nécropoles de Fréjus, 42).

65Un raté de petite cruche à col tronconique dont la lèvre est déformée (diam. b. : 2,5 cm) (fig. 12, n° 3) a également été trouvé.

Fig. 12 - Saint-Lambert 3 : céramique commune, formes fermées (Des. A. Dumont).

66Les petites cruches à bec pincé, à col étroit et conique, souligné par un liseré en relief, se terminant par un bord renflé et évasé (diam. 4 cm) (fig. 12, n° 4) existent dans le matériel de l’épave des Roches d’Aurelle (Bérato 1986, 201-202) et sur le site de la place Formigé à Fréjus (Pasqualini 1993, 136 et fig. 114, n° 33), mais dans une pâte grise.

67Les grandes cruches à col large ou pichets sont peu nombreux : un type possède un bord évasé (diam. 8,9 à 13 cm) (fig. 12, n° 5, 6). Les tessons sont trop fragmentaires pour pouvoir dire si elles possédaient des anses, mais cela est probable.

c) Les pots

68Deux types de pots avec une ouverture allant de 8 à 13 cm, à panse ovoïde et lèvre ourlée (fig. 12, n° 7, 8), ou légèrement en baïonnette, destinée à recevoir un couvercle (fig. 12, n° 9, 10) figurent dans le dépotoir et ressemblent beaucoup à celles de Saint-Lambert 7 ; l’un d’entre eux porte deux rainures parallèles sur la panse.

2.1.2. Formes ouvertes

a) Les coupes

69On note une série de grandes coupes (diam. b. : 25 à 28 cm) à lèvre plate légèrement pendante (fig. 13, n° 1, 2) ainsi qu’une grande coupe (diam. b. : 40 cm) du même type avec anses appliquées horizontalement sous la lèvre et un pied annulaire (fig. 13, n° 3).

70Une coupe plus petite d’une ouverture de 18 cm, possède une lèvre évasée portant un bandeau extérieur (fig. 13, n° 4).

71Une coupe à pied dont on ne conserve que la base creuse (fig. 13, n° 5) est également représentée.

b) Les mortiers

72Un exemplaire avec bec verseur, lèvre verticale et panse carénée (fig. 13, n° 6), et un sans bec verseur, ainsi que deux fragments sans bec (fig. 13, n° 7, 8), aux diamètres variant entre 24 et 28 cm, représentent la même forme.

c) Autre matériel céramique

73Parmi les productions des fours, on note un fond de dolium et un bord de petit dolium ou de bassin décoré d’un trait ondulé sur le marli (fig. 14, n° 1, 2), un bouchon d’amphore de 9 cm de diamètre et un peson, ainsi que des matériaux de construction (tegulae, imbrices), mais surtout les fragments de plaques de terres cuites architecturales de forme rectangulaire à décor moulé dont il a été fait mention plus haut.

2.2. Valescure 1 (“Collège”)

74Le matériel étudié provient de quatre dépotoirs dépendants de l’officine.

75Le dépotoir Ε contient des exemplaires d’amphores Gauloise 4 (diam. b. : 11,3 à 12,4 cm) et 5 (diam. b. : 11 à 11,2 cm) et il est contemporain de la mise en route du four.

76Les dépotoirs A et D prennent la suite du dépotoir Ε et comprennent des G.4 (diam. b. : 11,6 à 13 cm) et des G.5 (diam. b. : 12,4 cm), ainsi qu’une variante de G.5 d’un module plus important que la moyenne (diam. b. : 14,6 cm) (fig. 15, n° 1).

77Plusieurs ratés de couvercles d’amphores gauloises se trouvent aussi dans ce dépotoir (diam. b. : 15,7 cm) (fig. 15 n° 2).

Fig. 13 - Saint-Lambert 3 : céramique commune, formes ouvertes (Des. A. Dumont).

78Il y avait aussi une petite proportion de céramique commune et notamment une jatte d’influence italique, avec une pâte brun-orangé à gros dégraissant (diam. b. : 12 cm) (fig. 15, n° 3).

79On note une coupe à pâte claire et engobe orangée dont la paroi est arrondie et la lèvre recourbée vers l’intérieur ; le pied est annulaire (diam. b. : 15,3 cm) (fig. 15, n° 4). Cet exemplaire s’identifie à la forme n° 10 trouvée au Clos de la Tour (Rivet 1980).

80Cette zone de dépotoirs témoigne d’une partie de l’activité du four et de la production simultanée d’amphores de type G.5 et G.4, avec une prédominance de cette dernière forme.

81Le dépotoir B, le plus important de l’officine, a été fouillé à 50 %, ce qui permet d’en obtenir un échantillon relativement représentatif ; il couvre une surface d’environ 40 m2, en ce qui concerne la deuxième couche, et s’étend sur plus de 80 m2 pour la première. Il est daté par du matériel d’importation (Béraud 1995a, 27-28).

Fig. 14 - Saint-Lambert 3 : autre matériel céramique (Des. A. Dumont). Ech. 1 :5.

2.2.1. Formes fermées

a) Les amphore

82Dressel 2/4 sans doute résiduelles (diam. b. : 13,4 cm) (fig. 16, n° 1), G.8 ou Oberaden 74 (diam. b. : entre 14,4 et 15 cm)(fig. 16, n° 2), G.5 (diam. b. : 10,5 à 11,9 cm) (fig. 16, n° 3) et G.4 majoritaires (diam. b. : 11,1 à 13,4 cm) (fig. 17) ont été recensées.

Fig. 15 - Valescure 1 : matériel des dépotoirs A et D (Des. A. Dumont).

b) Les couvercles d’amphores

83Plusieurs morceaux d’un type de couvercle d’amphore G.4 de 14 cm de diamètre, dont la partie supérieure est pourvue d’un bouton de préhension coupé (fig. 16, n° 4), ont été trouvés.

c) Les cruches

84Une trentaine d’exemplaires de petit et grand module (diam. b. : 2,1 cm à 5,7 cm) (fig. 16, n° 5, 6) à col biconcave, deux anses et lèvre arrondie ou légèrement rentrante ; l’une d’elles possède une anse trifide. Des types semblables ont été trouvés dans le dépotoir du site de Saint-Lambert 7 et sont extrêmement fréquents dans les tombes du Pauvadou (Nécropoles de Fréjus, 42).

85Une série de cruches à col large munies de deux anses bifides pouvant recevoir un couvercle ont aussi été recensées (diam. b. : 10 à 12 cm) (fig. 16 n° 7, 8).

d) Autres formes fermées

86Le dépotoir contenait en outre des fragments de panses munies d’anses soit en boudin appliqué horizontalement, soit torsadées, pouvant correspondre à de grandes urnes (des types similaires ont été retrouvés dans la nécropole de Saint-Lambert).

2.2.2. Formes ouvertes

a) Les coupes à guillochis (fig. 18, n° 1 à 4)

87Elles sont évasées et carénées, la lèvre est aplatie sur le dessus afin de recevoir un couvercle (diam. b. : 17,8 à 22 cm et un à 34,8 cm) ; un exemplaire a conservé un pied creux. Elles portent quatre types de décor guillochés différents, à la fois sur le bord et sur la carène, ou seulement sur la cacarène ; un exemplaire (diam. b. : 34 cm) porte en plus un bandeau à volants. Des exemplaires similaires au Pauvadou 3 sont datables du milieu du Ier s. ap. J.-C à la première moitié du IIe s. (Pasqualini 1993, 351). Elles sont également présentes sur le site de Saint-Lambert 7.

b) Les grandes coupes

88Les grandes coupes de 29 cm et 31 cm d’ouverture sont munies d’anses en boudin, appliquées sous la lèvre arrondie (fig. 18, n° 5, 6).

c) Les coupes à paroi arrondie ou coupelles (fig. 18, n° 7, 8)

89Sont représentés un petit et un grand module (diam. : 17 cm et 29 cm) ; seule la petite coupe conserve un pied à fond plein ; un exemplaire possède un léger décor guilloché et un pied annulaire. Ces modèles de coupes, souvent engobées, qui s’apparentent à des formes de sigillées (Drag. 37), sont produits à partir du milieu du Ier s. ap. J.-C, avec une grande diffusion à partir du IIe s. ap. J.-C (Pasqualini 1993, 318).

d) Les mortiers

90Ils sont représentés par un exemplaire à bandeau semblable à ceux de la Porte d’Orée (Béraud 1991, 173, fig. 12).

e) Les grands récipients

91Un grand récipient à panse arrondie portant un décor digité grossier dans le bas, à fond plein épais de 2 cm, d’une ouverture de 29 cm (fig. 19, n° 1) a été trouvé ; il pourrait avoir été fabriqué et utilisé sur place.

92On note également plusieurs bassins ovales à marli (fig. 19, n° 2), hauts de 22 cm, larges de 30 cm et d’une ouverture de 29,50 cm.

f) Autres productions

93Il s’agit de pesons, et essentiellement de tegulae et d’imbrices. Les ratés de tuiles abondent, et certaines, même déformées, ont été utilisées dans la construction d’une canalisation sur le site.

Fig. 16 - Valescure 1 : amphores et formes fermées du dépotoir Β (Des. A. Dumont).

Fig. 17 - Valescure 1 : Gauloise 4 fréjusienne (Des. A. Dumont). Éch. 1 :10.

2.3. Le dépotoir de Saint-Lambert 7 (“les Allées Auréliennes”)

  • 12 Le gisement avait été divisé en carrés pour faciliter la fouille et le traitement du matériel ; les (...)

94D’une superficie de 20 m2 environ, il était composé de sept couches plus ou moins imbriquées mais on ne note pas de différence chronologique notable d’une couche à l’autre et des collages ont été effectués entre couches. Il s’agit plutôt d’une série d’apports successifs de matériel de rebut12.

Fig. 18 - Valescure 1 : céramique commune, formes ouvertes (Des. A. Dumont).

95Le nombre total de fragments recueillis est de 24205 (bords, fonds, anses et panses) (fig. 21).

96Le nombre minimum d’amphores G.4, G.5 et variantes est de 280 (nombre total : 12 344), avec une large majorité de G5 (230, soit 82 %), quelques G.4 (30, soit 11 %) et très peu de variantes (20, soit 7 %).

97Les formes fermées (cruches, pots, urnes) sont au nombre de 293 (68 %) ; les formes ouvertes (coupes, couvercles), 136 (32 %).

98La proportion d’amphores est de 37 % et la céramique commune, 56 %, avec un pourcentage d’individus non déterminés ou de production extérieure de 6 %.

2.3.1. Formes fermées

a) Les amphores

99La forme la plus représentée est la G.5 avec un diamètre à l’ouverture (lèvre incluse) variant entre 10,6 cm et 13,2 cm (fig. 22, n° 1).

100Les G.4, beaucoup moins nombreuses, varient entre 11,9 et 12,9 cm de diamètre (fig. 22, n° 2).

101Quelques variantes sont produites en petit nombre et sans doute pour la consommation locale ; il s’agit de jarres à provision, dont un type rappelle la G.8, avec un col large et les anses trifides ; le diamètre à l’ouverture est de 14,8 cm (fig. 22, n° 3).

102Un second type rappelle la G.4, avec un col large, les anses trifides et un diamètre de 15,5 cm (fig. 22, n° 4).

Fig. 19 - Valescure 1 : céramique commune, formes ouvertes (Des. A. Dumont). Ech. 1 :4.

Fig. 20 - Valescure 1 : amphores gauloises des dépotoirs, N.M.I.

Fig. 21 - Saint-Lambert 7 : comptage (N.M.I.) des amphores et de la céramique commune.

Fig. 22 - Saint-Lambert 7 : amphores et variantes (Des. I. Béraud).

Fig. 23 - Saint-Lambert 7 : céramique commune, formes fermées (Des. I. Béraud). raud).

Fig. 24 - Saint-Lambert 7 : céramique commune, formes ouvertes (Des. I. Béraud).

b) Les cruches

103On note trois modules du même type à col étroit bibiconcave : un grand à lèvre plate, anse trifide, diamètre du bord variant de 5 à 7 cm (fig. 23, n° 1) ; un moyen module à lèvre plate et anse bifide, diamètre variant entre 3,9 et 4,4 cm ; un petit module à lèvre droite arrondie, une ou deux anses en ruban légèrement bombé et fond plat, diamètre 3,9 cm (fig. 23, n° 2).

c) Les pots et pichets

104Il est difficile de différencier les pots des pichets à cols larges en l’absence de l’anse ou de l’arrachement de celle-ci. On distingue néanmoins quatre types dont la plupart semblent pouvoir recevoir un couvercle :

  • un grand pichet à lèvre plate et anse bifide, diamètre à l’ouverture de 11,5 cm (fig. 23, n° 3) ;

  • un grand pichet à lèvre arrondie et anse trifide avec ou sans poucier (diam. b. : 12 cm) (fig. 23, n° 4) ;

  • un pichet plus petit à lèvre plate arrondie vers l’extérieur et anse bifide, diamètre variant entre 9 et 10 cm (fig. 23, n° 5) ;

  • une urne ou pot à lèvre en amande et deux rainures parallèles sur le haut de la panse (diam. b. : 11,8 cm) (fig. 23, n° 6) ;

  • une forme similaire à lèvre plate en baïonnette, dans un module plus petit (fig. 23, n° 7).

2.3.2. Formes ouvertes

a) Les grandes coupes

105On distingue trois types :

  • une grande coupe à lèvre en amande (fig. 24, n° 1), d’un diamètre de 30 à 34 cm, avec quelques exemplaires de 28 cm, munie de deux anses en boudin plaquées avec poucier central. Un exemplaire possède un bord plus rentrant.

  • Une coupe avec un bord en biseau et une inflexion interne (fig. 24, n° 2), diamètre 32 cm, est munie d’une anse “en oreille” plaquée et pied annulaire.

  • Il existe quelques exemplaires de coupes-couvercles (fig. 24, n° 3) de grand module, à lèvre évasée, carène avec un décor de guillochis, parfois aussi répété sur la lèvre (aucun pied correspondant n’a été retrouvé), diamètre de 22 à 23 cm.

Fig. 25 - Le Clos de la Tour : céramique commune (d’après Rivet 1980). Fig. 25 - Le

b) Autres productions

106Quelques exemplaires de bassins ovales avec bord à marli de 4 cm de large ont été trouvés ainsi qu’un petit pot à anse à pâte grise, raté de cuisson.

107Quelques carneaux ont également été notés. Il est possible que les tuiles (surcuites) et petites tubulures appartiennent à la structure du four.

108Ce dépotoir peut être issu d’un certain nombre de fournées ou même d’une seule fournée, et représente donc la production minimale de l’atelier à un moment donné.

2.4 Les productions du quartier artisanal de Saint-Lambert/Valescure

  • 13 L’entrepreneur chargé des travaux à l’époque de la construction de l’hôpital nous a confirmé l’exis (...)
  • 14 Comparables aux grands fours de Sallèles d’Aude par exemple.

109La fouille, même partielle, de ce complexe artisanal permet de mieux cerner le répertoire céramique de Fréjus : les fours produisent indifféremment des amphores, des matériaux de construction et de la vaisselle de table, sans doute en grandes séries pour ceux de Saint-Lambert/Valescure. Le nombre limité de fours retrouvés (trois) est sans doute dû au fait que le site se poursuit sous la voirie actuelle (rond-point et chemin de la Montagne) et sous l’hôpital intercommunal13. Cependant, les deux fours principaux sont de grandes dimensions14 et ont été utilisés sur plusieurs décennies, comme en témoignent les réparations et reprises, les productions échelonnées des dépotoirs, la chronologie relative des sites et des structures qui se sont multipliées autour.

  • 15 Les résultats des analyses par fluorescence X et minéralogie effectuées par M. Picon (Laboratoire d (...)
  • 16 Petit bronze émis à Fréjus en 27 avant J.-C pour commémorer la victoire d’Octave-Auguste à Actium.

110L’étude rapide de l’ensemble du matériel15 permet de dégager deux points importants. Tout d’abord, à Saint-Lambert 3, la production de céramique commune en petite quantité (cruches, coupes et mortiers) et d’amphores Gauloises et Dressel 2/4 à pâte claire précoces est associée à l’utilisation sur place de divers types de céramique culinaire (plats ou marmites avec couvercles, pots) d’origine italique à pâte rouge-orangée. La fabrication de plaques de type Campana, ainsi qu’une monnaie de Fréjus retrouvée sur le gisement16 et d’autres éléments de chronologie, permettent de proposer une datation haute, la durée d’activité de l’officine se prolongeant au-delà du règne d’Auguste, probablement jusque dans les années 20 après J.-C. au moins, si l’on considère le matériel présent dans les couches d’abandon.

  • 17 Le comptage du nombre minimum d’individus a été fait pour les amphores seulement.

111A Valescure 1, les amphores Gauloise 4 sont largement majoritaires, accompagnées cependant de Gauloises 517 (fig. 20). La céramique commune (cruches, coupes, mortiers et récipients ouverts de grande taille) est produite en quantités un peu plus importantes qu’à Saint-Lambert 3. Les récipients de tradition italique à pâte sombre ou à pâte rouge pourraient être des productions locales. Les éléments de datation dans les dépotoirs et la chronologie du site permettent de dire que l’atelier fonctionne déjà au milieu du Ier siècle de notre ère ; il est abandonné à la fin de ce même siècle.

112A Saint-Lambert 3, on perçoit l’arrivée de potiers italiques qui s’installent avec leur répertoire de formes dans un lieu propice à l’établissement et à la diffusion de leur artisanat. L’officine s’inscrit dans une époque charnière où les productions, liées à l’essor de la viticulture dans le Midi de la Gaule, sont encore fortement influencées par leur filiation italique (Dressel 2/4, céramiques communes d’imitation) mais où l’on commence à voir apparaître des productions d’inspiration plus purement “gauloises” (présence d’amphores à fond plat de type G.1, G.8 et G.9).

113Le répertoire de l’atelier de Valescure 1, prenant le relais du précédent, plus dégagé de l’influence italique, illustre bien ce qui ce passe à cette époque dans la région. En effet, c’est vers le milieu du premier siècle après J.-C. que l’on voit les Gauloises 4, très standardisées et de contenance supérieure, supplanter en masse les Gauloises 5 et les autres formes locales sur le marché de l’emballage et du transport du vin (Laubenheimer 1990b, 98-99) ; la production de l’officine va en s’accroissant à partir de l’époque flavienne. Ce schéma se retrouve également dans la production de vaisselle de table et de cuisine pour lequel on peut noter une certaine standardisation des formes. Il manque encore à ce tableau les lieux de production pour le deuxième siècle et les suivants.

3. Diffusion locale de la céramique commune de Fréjus

3.1. La céramique commune des ateliers fréjusiens

  • 18 Abréviations : STL : Saint-Lambert ; PAU : Pauvadou ; VLS : Valescure.

114Si nous examinons le répertoire de la vaisselle de table à pâte claire (surtout non engobée) dont l’origine est liée avec certitude à un atelier de production local, il faut constater qu’il est assez limité18.

3.1.1. Formes fermées

  • cruches à col renflé, fond annulaire, une anse trifide (STL3)

  • cruches à bec pincé (STL3)

  • cruches à col étroit biconcave, fond plat ou annulaire, une ou deux anses, plusieurs modules (STL7, VLS1 et PAU1)

  • grands pichets ou pots à col large, lèvre évasée (STL3)

  • grands pichets à large ouverture, lèvre en baïonnette, une ou deux anses (STL3, STL7 et PAU1)

  • pots ou urnes apparentés, à fond plat (STL3, STL7 et PAU1)

  • grands et petits pots ou urnes avec lèvre en amande ou ourlée, deux rainures parallèles sur la panse (STL3, STL7)

  • urnes ou petites amphores à anses torsadées ou en boudin appliqué (VLS1)

  • amphores de petit module ayant pu servir de cruche (STL3, STL7, VLS1)

  • amphores de plus grand module à col large ayant pu servir de vase à provision (STL3, STL7, VLS1).

3.1.2. Formes ouvertes

  • coupes-couvercles à pied et décor incisé (STL7, VLS1)

  • coupes à pied creux (STL3)

  • couvercles-cupules (STL7)

  • couvercles à bouton de préhension coupé (PAU1)

  • coupes à lèvre évasée avec bandeau extérieur (STL3)

  • coupes à parois arrondies, pied plein, avec ou sans décor incisé (VLS1)

  • grandes coupes à lèvre plate puis légèrement pendante, avec ou sans anses “en oreille” plaquées (STL3, STL7, VLS1)

  • grandes coupes à lèvre arrondie et anses en boudin plaquées (VLS1)

  • grandes coupes avec ou sans anses en boudin plaquées avec poucier ressemblant à des mortiers (STL3, STL7)

  • grandes coupes à lèvre en amande et ressaut large dessous (PAU1)

  • mortiers à bandeau (VLS1)

  • bassins ovales (STL7, VLS1)

115La production de la zone artisanale de Saint-Lambert/Valescure est plus variée, puisque plus étendue dans le temps que celle du Pauvadou. Dans les deux centres, la céramique commune de table est toujours associée aux amphores. Les cruches à col étroit biconcave et les pichets ou urnes à lèvre en baïonnette semblent constituer la production commune aux deux. Les cruches du Pauvadou 1 appartiennent à une série de dimensions plus importantes que celles de Saint-Lambert 7 mais similaires à celles de grand module de Valescure 1.

116Ce qui apparaît à travers le regroupement des diverses formes dans tous les dépotoirs, c’est l’échelonnement dans le temps de certaines productions. L’apparition des cruches à col biconcave, postérieures aux cruches à col renflé, se fait avant le milieu du Ier s. après J.-C., alors que les G.5 sont encore produites en nombre. Les coupes à pied à décor guilloché perdurent lors du passage de la production de G.5 aux G.4 majoritaires au milieu du Ier s.

Fig. 26 - La céramique commune de la Place Formigé (d’après Pasqualini 1993).

3.2. Répartition dans les sites urbains

117Ces productions se retrouvent dans des sites fouillés récemment à Fréjus et dans la périphérie immédiate de la ville. Nous avons utilisé notamment l’étude de M. Pasqualini (Pasqualini 1993) sur les céramiques utilitaires en basse Provence, complétée par les publications d’autres sites, afin de tenter de déterminer la diffusion locale et le type d’utilisation dont elles ont fait l’objet.

3.2.1. Aux Aiguières19 (fig. 1, n° 13)

  • 19 L. Rivet, La céramique commune du site de Villeneuve-les Aïguières à Fréjus : le matériel de cette (...)

118Site suburbain daté de la première moitié du Ier siècle après J.-C., les formes de céramique commune se rapprochant de l’atelier de Saint-Lambert 7 sont la grande coupe à anse en boudin, le couvercle-cupule, la cruche à col large avec une ou deux anses, avec ou sans poucier, et la cruche à petite ouverture, bord plat et col biconcave. Ces deux dernières formes sont aussi attestées au Pauvadou 1 ainsi qu’à Valescure 1 et Saint-Lambert 3.

3.2.2. Au Clos de la Tour (fig. 1, n° 14)

119Le matériel provenant des rues (Rivet 1980) a livré des coupes à anse en boudin (fig. 25, n° 1) ressemblant à celles de Saint-Lambert 7 et des pots ou cruches à lèvre en baïonnette (fig. 25, n° 2, 3)(Pauvadou 1, SaintLambert 7), appartenant à des contextes datés du milieu à la fin du Ier siècle après J.-C.

3.2.3. Place Jules Formigé (fig. 1, n° 15) (Pasqualini 1993, 129 et sq.)

120La céramique commune provenant de la maison augustéenne et des remblais l’ayant comblée à partir des années 60 après J.-C. (Février 1988, 17 et s.) comprend de grandes coupes à anses en boudin (fig. 26, n° 1) et des coupes-couvercles munies d’un pied creux (fig. 26, n° 2) s’apparentant à celles de Saint-Lambert 7 et de Valescure 1. Une petite cruche en pâte grise (fig. 26, n° 3) est similaire à celles de Saint-Lambert 3 et de l’épave des Roches d’Aurelle.

Fig. 27 - La céramique commune de la nécropole de Saint-Lambert (Des. I. Béraud, K. Prothro, K. Vaiden-Gicquel).

3.2.4. A la Porte d’Orée

121Les cruches ou pots à large ouverture et col en baïonnette (fig. 7, n° 1) dans des couches datées du deuxième tiers du Ier s. ap. J.-C. ressemblent à ceux produits à Saint-Lambert 7 et au Pauvadou 1. A l’époque flavienne, on retrouve une coupe à pied (fig. 7, n° 2) ainsi que de grandes coupes à bord légèrement rentrant (fig. 7, n° 3) comme à Saint-Lambert 7. On note aussi un mortier (fig. 7, n° 4) dans les couches débutant au deuxième quart du Ier siècle après J.-C., ressemblant à ceux de Saint-Lambert 3. La céramique commune claire des niveaux du IIe siècle est représentée par les formes à lèvre en baïonnette, qui perdurent également dans les niveaux de même époque au Clos de la Tour.

3.3. Répartition dans les nécropoles

122Il s’agit de matériel largement inédit provenant des fouilles que nous avons pu mener de 1982 à 1987 au Pauvadou 3 (Lagon Bleu) et à SaintLambert 1.

3.3.1. La nécropole de Saint-Lambert 1

123Nécropole la plus ancienne puisque débutant durant le dernier tiers du Ier siècle avant J.-C. (Nécropoles de Fréjus ; Béraud 1986, 183-210), permet de se faire une idée des productions antérieures au milieu du Ier siècle après J.-C., que l’on retrouve également dans le site des Aiguières et dont Saint-Lambert 3 pourrait être l’un des ateliers d’origine.

124Les coupes à anses en oreille et lèvre en bandeau plat par exemple (fig. 27, n° 1) ont à Saint-Lambert 3 un bord plus étiré.

125La grande coupe à lèvre en amande munie de deux anses en boudin plaquées avec poucier central (fig. 27, n° 2) ressemble à celles de Saint-Lambert 7.

Fig. 28 - La céramique commune de la nécropole du Pauvadou (Des. K. Vaiden-Gicquel).

126Les cruches à petite ouverture et col renflé (fig. 27, n° 3 et 4), avec ou sans engobe, sont nombreuses dans la nécropole de Saint-Lambert 1 et dans les tombes plus anciennes du Pauvadou 3, ainsi qu’aux Aiguières et à Saint-Lambert 3.

127Ces trois formes de céramique commune sont produites localement et probablement dans le quartier artisanal de Saint-Lambert/Valescure.

3.3.2. Dans la nécropole du Pauvadou (fig. 1, n° 16)

128Dont les premières tombes datent du milieu du Ier s. après J.-C., on note un certain nombre de formes provenant de l’atelier voisin (Nécropoles de Fréjus).

129Les cruches à col étroit biconcave et fond annulaire (fig. 28, n° 1, 2) (3 modules), attestées au Pauvadou 1 et Saint-Lambert 7, sont abondantes dès la deuxième moitié du Ier siècle après J.-C.

130Les urnes à lèvre en baïonnette et à fond plat associées à des couvercles à bouton plat (fig. 28, n° 3, 4) se trouvent aussi à la même époque dans la nécropole de Saint-Lambert 1 et dans le dépotoir de Saint-Lambert 7.

131Les coupes à pied à décor incisé (fig. 28, n° 5) se rapprochent de celles de Saint-Lambert 7 qui sont cependant d’un module plus important. Elles ont pu aussi bien servir à table que comme contenant d’offrande funéraire ou pour la libation.

132L’abondance des cruches de petite et moyenne dimensions similaires à celles fabriquées dans l’atelier du Pauvadou 1 et dans le quartier artisanal de Saint-Lambert/Valescure fait penser à une production spécifiquement funéraire. D’ailleurs ce type de cruche est quasiment inutilisable pour verser du liquide à cause de l’étroitesse du goulot qui empêche la circulation de l’air hors du récipient, et à cause de l’absence de bec verseur. Les couvercles sont abondants, et leur association aux urnes à fond plat font penser à une production simultanée.

133Dans les deux nécropoles, plusieurs types d’objets sont certainement de fabrication locale et font penser à des formes spécifiques destinées soit à la consommation locale, soit à un usage funéraire, mais le lien avec un atelier quelconque reste à établir. Il s’agit notamment des biberons, des amphorettes ou urnes “fantaisie” (imitations d’amphores de Bétique ou de Gauloises, urnes à anses torsadées). Les balsamaires, surabondants à SaintLambert 1, car liés à l’époque augustéenne, pourraient également être produits localement, ainsi que certains vases à parois fines sablés. Cela reste à prouver. De même, l’on note l’absence dans les nécropoles des petites cruches à deux anses et à fond plat produites à Saint-Lambert 7, ou de cruches à bec verseur de Saint-Lambert 3.

134A partir du milieu du Ier siècle de notre ère, la production semble se standardiser, et les offrandes deviennent similaires à partir de l’époque flavienne dans les deux nécropoles. On imagine très bien des secteurs réservés au mobilier “funéraire” dans les boutiques des ateliers de potiers fréjusiens tant la monotonie devient grande dans le dépôt d’offrande ou le type d’urne cinéraire choisie. Reste à déterminer dans quelle mesure ce phénomène est lié à une assimilation culturelle achevée de la population.

4. Conclusion

135Ce bref survol de la production et la diffusion locale de céramique commune à pâte claire de Fréjus appelle quelques commentaires d’ordre général, qui peuvent constituer des pistes de recherche pour l’avenir. En dehors du four de la Plate-Forme, dont la production, rappelons-le, n’est pas identifiée avec certitude, nous ne possédons pas d’indices sur la production pré-augustéenne et des premières années de l’Empire. Dans la nécropole de SaintLambert comme dans les sites correspondants (notamment les niveaux anciens des Aiguières), le faciès de la céramique commune est très différent ainsi que la qualité de la pâte (jaune très pâle, texture très fine). Des poteries à pâte grise similaires à celles de la région de Marseille et des vases italiques à pâte brune ou rougeâtre y sont associés.

136Ce n’est qu’à partir du début du Ier s. de n.è. que la production de la céramique caractéristique de la région de Fréjus est véritablement attestée et au milieu du siècle qu’elle prend toute son importance, avec un répertoire de formes assez limitée et toujours associé à la production d’amphores vinaires, essentiellement des Gauloises qui sont pour partie utilisées en exportation. Dans les formes de céramique commune, un certain nombre se retrouve en usage domestique, d’autres semblent plus spécialisées (usage funéraire). Les importations sont faibles et réservées à des formes particulières (paroi fine, grise de Vaison, sigillées italiques en petit nombre, puis sud-gauloises).

137Cette apparition d’ateliers à Fréjus et l’essor d’une production locale, dont l’image sera certainement affinée grâce aux fouilles à venir, peut correspondre à l’installation sur place d’artisans arrivant avec leur savoir et des répertoires propres, travaillant parallèlement avec des ateliers ou lieux de production de céramique culinaire de tradition indigène, avant de les supplanter, avec toutes les conséquences sociales et économiques qu’un tel processus implique.

138(Juillet 1995)

Bibliographie

Références bibliographiques

Aubenas 1986 : AUBENAS (J.-A.), Histoire de Fréjus, Forum Julii. Ses Antiquités, son Port. Fréjus, 1881.

Barruol 1975 : BARRUOL (G.), Les peuples préromains du Sud-Est de la Gaule. Paris, 1975.

Bérato 1986 : BERATO (J.), BORREANI (M.), BRUN (J.P.), PASQUALINI (M.), POLLINO (Α.), L’épave des Roches d’Aurelle. In : L’exploitation de la mer, la mer moyen d’échange et de communication. Actes des VIe Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes (octobre 1985). Valbonne, 1986, 191-216.

Béraud 1984 : BÉRAUD (I.), GÉBARA (Ch.), Site de Saint-Lambert (Fréjus). Fouilles d’urgence programmée, campagne de 1984. Fréjus, 1984 (rapport).

Béraud 1985 : BÉRAUD (I.), BRUN (J.-P)., GÉBARA (Ch.), PROTHRO (K.), Site de Saint-Lambert (Fréjus). Fouille de sauvetage programmé. Campagne de 1985. Fréjus, 1985 (rapport).

Béraud 1986 : BÉRAUD (I.), GÉBARA (Ch.), Les lits funéraires de la nécropole gallo-romaine de SaintLambert (Fréjus). RANarb, 19, 1986, 183-210.

Béraud 1987 : BÉRAUD (I.), GÉBARA (Ch.), Les nécropoles de Fréjus. In : Nécropoles à incinération du HautEmpire. Table-ronde de Lyon (30 et 31 Mai 1986). Lyon, 1987, 25-27.

Béraud 1991 : BÉRAUD (I.), GÉBARA (Ch.), LANDURÉ (C.), La Porte d’Orée : transformations et avatars d’un secteur portuaire à Fréjus (Var). Gallia, 48, 1991, 165-228.

Béraud 1995a : BÉRAUD (I.), DUMONT (Α.), GÉBARA (Ch.), Valescure 1 (Collège, Avenue André Léotard). Rapport de fouille d’urgence, 24 Mai-26 Août 1994. Fréjus, 1995 (rapport).

Béraud 1995b : BÉRAUD (I.), Fréjus. Valescure 1 : collège A. Léotard. Bilan Scientifique de la région Provence-Alpes-Côte d’azur, 21, 1995, 190-192.

Béraud 1996 : BÉRAUD (I.), DUMONT (A), GÉBARA (Ch.), Fréjus : plaques décoratives en terre cuite galloromaines. Archeologia, 328, nov. 1996, 60-65.

Brentchaloff 1980 : BRENTCHALOFF (D), L’atelier du Pauvadou, une officine de potiers flaviens à Fréjus. RANarb, 13, 1980, 73-114.

Cerro 1977 : CERRO (L. F.), VEGA (W. F.), HESNARD (Α.), Contribution à l’établissement d’une typologie des amphores dites “Dressel 2/4”. In : Méthodes classiques et méthodes formelles dans l’étude des amphores. Rome, 1977 (Coll. E.F.R, 32), 179-206.

Dumont 1994 : DUMONT (Α.), Opération de sondages, Fréjus-Valescure 1, avril 1994. Fréjus, 1994 (rapport).

Février 1962 : FÉVRIER (P.-Α.), Fouilles à la Plate-Forme de Forum Julii (Fréjus, Var) en 1960 et 1961. Gallia, XX, 1962, 177-203.

Février 1988 : FÉVRIER (P.-Α.), FIXOT (M.), RIVET (L.), Au cœur d’une ville épiscopale, Fréjus. Saint-Raphaël, 1988.

Forma : Forma Orbis Romani. Carte archéologique de la Gaule romaine (dir. A. Blanchet). Fasc.II. Paris, 1932.

Gébara 1980 : GÉBARA (Ch.), HUYNH (R.), Rapport préliminaire de la prospection archéologique du domaine de « Sainte Croix » à Fréjus. Fréjus, 1980 (rapport).

Gébara 1982 : GÉBARA (Ch.), Fouilles d’urgence des Clausses (Fréjus). Fréjus, 1982 (rapport).

Gébara 1984 : GÉBARA (Ch.), Fouilles d’urgence à Fréjus : bilan de 2 années d’existence du service archéologique. Fréjus 1984, l’année de l’archéologie. Fréjus, 1984.

Gébara 1986 : GÉBARA (Ch.), Saint-Lambert (terrain Jaubert)/Fréjus, Campagne de prospection électrique et magnétique. Fréjus, 1986 (rapport).

Gébara 1991 : GÉBARA (Ch.), Valescure, résidence Amarylis (Fréjus), rapport d’intervention. Fréjus, 1991 (rapport).

Gébara 1994 : GÉBARA (Ch.), DUMONT (Α.), BÉRAUD (I.), Saint-Lambert 3 (Z.A.C. du Parc de Valère), Fréjus (Var). Rapport de fouille d’urgence, 5 Septembre-5 Novembre 1994. Fréjus, 1994 (rapport).

Gébara 1995 : GÉBARA (Ch.), Fréjus. Saint-Lambert ou Z.A.C. du Parc de Valère. In : Bilan scientifique de La région Provence-Alpes-Côte d’azur, 21, 1995, 192-193.

Goudineau 1981 : GOUDINEAU (Chr.), Informations archéologiques. Gallia, XXXIX, 2, 1981, 534-535.

Laubenheimer 1985 : LAUBENHEIMER (F.), La production des amphores en Gaule narbonnaise. Paris, 1985.

Laubenheimer 1990a : LAUBENHEIMER (F.), Sallèles d’Aude, un complexe de potiers gallo-romain : le quartier artisanal. Paris, 1990 (D.A.F., 26).

Laubenheimer 1990b : LAUBENHEIMER (F.), Le temps des amphores en Gaule. Paris, 1990.

Laubenheimer 1991 : LAUBENHEIMER (F.) (avec la collaboration de I. Béraud et Ch. Gébara), Les vides sanitaires et les amphores de la Porte d’Orée à Fréjus. Gallia, 48, 1991, 229-265.

Michel 1991 : MICHEL (J.-M.), Rapport de sondage. Fréjus : Saint-Lambert 3, Z.A.C. Investor. Fréjus, 1991 (rapport).

Nécropoles de Fréjus : Les nécropoles gallo-romaines de Fréjus. Trois années d’action du service archéologique municipal. Saint-Raphaël, 1985.

Pasqualini 1985 : PASQUALINI (M.), Un atelier de potiers sur la commune de Lorgues (Var). DocAMérid, 1985, 175-180.

Pasqualini 1993 : PASQUALINI (M.), Les céramiques utilitaires locales et importées en basse-Provence (Ier-IIIe siècles de notre ère). La vaisselle de table et de cuisine. Thèse de doctorat, Université de Provence, 1993.

Perrin 1974 : PERRIN (M.), Techniques de fabrication et de décoration de la céramique antique. Les dossiers de l’archéologie, 6, Sept.-Oct.1974, 110-132.

Ricq-de Boüard 1993 : RICQ-DE BOÜARD (M.), BEINER (M.), DUBAR (M.), RICQ (J.-C.), ROSCIAN (S.), Argiles et ateliers gallo-romains dans la région de Fréjus et ses abords. In : Hommes, espaces et techniques dans la région de Fréjus (Var), Projet « FréjusArgens », rapport final 1990-1993. Sophia-Antipolis, décembre 1993.

Rivet 1980 : RIVET (L.), Fouilles du Clos de la Tour à Fréjus : les rues. Thèse de doctorat de IIIe cycle, Université de Provence, 1980.

Robion 1987 : ROBION (L.), Fréjus, Ve-XXe siècle, déclins et renaissance. Nice, 1987.

Notes

1 Le résultat sommaire des fouilles des sites de SaintLambert 3 et Valescure 1, postérieures à la tenue du colloque, a été intégré dans cet article.

2 Équipe du prof. Marc Daignières, laboratoire de géologie.

3 Sainte-Croix/La Madeleine, Section AZ, parcelles 75, 78 a 177.

4 Section AZ, parcelles 78 c, d et e.

5 Les argiles utilisées sont d’origine alluviale.

6 Les chiffres donnés par l’auteur indiquent une fabrication en quantités à peu près égales des amphores et des pots, et en plus petit nombre, les cruches et les coupes.

7 Cf. plus loin la production du site de Valescure 1.

8 Surveillance de travaux par le Service archéologique municipal de Fréjus en 1989, 90 et 92.

9 Voir plus loin, site n°10.

10 Voie qui devait s’intégrer dans le réseau de voies d’origine protohistorique, reprises sous le nom d’itinéraire héracléen.

11 L’étude des sites de Saint-Lambert 3 et Valescure 1 est issue des rapports de fouille déjà cités, rédigés par A. Dumont, I. Béraud, C. Gébara, dans lesquels le matériel n’a pas fait l’objet d’un comptage systématique. Une publication détaillée des deux sites est prévue. Saint-Lambert 7 (“les Allées Auréliennes”) a été étudié par I. Béraud et C. Gébara pour ces journées à Naples. La production de ce site sera revue dans le cadre de la future publication du quartier artisanal. Les céramiques des trois sites, étudiées avec l’assistance d’A. Conte, ont été dessinées par A. Dumont et I. Béraud.

12 Le gisement avait été divisé en carrés pour faciliter la fouille et le traitement du matériel ; les comptages sont exhaustifs.

13 L’entrepreneur chargé des travaux à l’époque de la construction de l’hôpital nous a confirmé l’existence de vestiges.

14 Comparables aux grands fours de Sallèles d’Aude par exemple.

15 Les résultats des analyses par fluorescence X et minéralogie effectuées par M. Picon (Laboratoire de céramologie de Lyon, CNRS, CRA) le confirment.

16 Petit bronze émis à Fréjus en 27 avant J.-C pour commémorer la victoire d’Octave-Auguste à Actium.

17 Le comptage du nombre minimum d’individus a été fait pour les amphores seulement.

18 Abréviations : STL : Saint-Lambert ; PAU : Pauvadou ; VLS : Valescure.

19 L. Rivet, La céramique commune du site de Villeneuve-les Aïguières à Fréjus : le matériel de cette fouille n’est pas encore publié ; nous remercions Lucien Rivet qui nous a permis de citer son manuscrit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Lieux de production et d’utilisation de la céramique commune de Fréjus (Des. Service d’Information du Territoire/Service Archéologique).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Légende Fig. 2 - Plan du four des Clausses (Des. Ch. Gébara).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 3 - Productions de céramique de l’atelier du Pauvadou (d’après Brentchaloff 1980).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 4 - Plan de situation des ateliers de Saint-Lambert 3 et de Valescure 1 (Relevé et dessin : Fr. Laurier, Centre Archéologique du Var/I. Béraud, Service Archéologique de Fréjus).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende Fig. 5 - Les amphores fréjusiennes (type Gauloise) de la Porte d’Orée (Des. K. Vaiden-Gicquel). Ech. 1 :10.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 6 - Les amphores fréjusiennes (type Dressel 14 et 2/4) de la Porte d’Orée (Des. K. Vaiden-Gicquel/I. Béraud). Éch. 1 :10.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 7 - La céramique commune fréjusienne de la Porte d’Orée (Des. K. Vaiden-Gicquel).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 8 - Plan de situation de l’épave des Roches d’Aurelle (d’après Pasqualini 1993).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Fig. 9 - La céramique de l’épave des Roches d’Aurelle (d’après Pasqualini 1993).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 10 - Saint-Lambert 3 : Dressel 2/4 fréjusienne (Des. A. Dumont). Éch. 1 :10.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 11 - Saint-Lambert 3 : autres productions d’amphores gauloises (Des. A. Dumont).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 12 - Saint-Lambert 3 : céramique commune, formes fermées (Des. A. Dumont).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 13 - Saint-Lambert 3 : céramique commune, formes ouvertes (Des. A. Dumont).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 14 - Saint-Lambert 3 : autre matériel céramique (Des. A. Dumont). Ech. 1 :5.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 15 - Valescure 1 : matériel des dépotoirs A et D (Des. A. Dumont).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 16 - Valescure 1 : amphores et formes fermées du dépotoir Β (Des. A. Dumont).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 17 - Valescure 1 : Gauloise 4 fréjusienne (Des. A. Dumont). Éch. 1 :10.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 18 - Valescure 1 : céramique commune, formes ouvertes (Des. A. Dumont).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 19 - Valescure 1 : céramique commune, formes ouvertes (Des. A. Dumont). Ech. 1 :4.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 20 - Valescure 1 : amphores gauloises des dépotoirs, N.M.I.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 21 - Saint-Lambert 7 : comptage (N.M.I.) des amphores et de la céramique commune.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 22 - Saint-Lambert 7 : amphores et variantes (Des. I. Béraud).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 23 - Saint-Lambert 7 : céramique commune, formes fermées (Des. I. Béraud). raud).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 24 - Saint-Lambert 7 : céramique commune, formes ouvertes (Des. I. Béraud).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 25 - Le Clos de la Tour : céramique commune (d’après Rivet 1980). Fig. 25 - Le
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 26 - La céramique commune de la Place Formigé (d’après Pasqualini 1993).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 27 - La céramique commune de la nécropole de Saint-Lambert (Des. I. Béraud, K. Prothro, K. Vaiden-Gicquel).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Fig. 28 - La céramique commune de la nécropole du Pauvadou (Des. K. Vaiden-Gicquel).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1919/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search