Version classiqueVersion mobile

Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise (ie s. av. J.-C. - iie s. ap. J.-C.). La vaisselle de cuisine et de table

 | 
Michel Bats

La Narbonnaise

Le vaisselier du site de l’établissement thermal à Aix-en-Provence (50 av. n.è.-fin du Ier s. de n.è.) : ébauche d’un faciès culturel

Núria Nin

Texte intégral

Fig. 1-1 : Naples ; 2 : Marseille ; 3 : Arles ; 4 : Fréjus ; 5 : Lattes ; 6 : Aix-en-Provence (Relevé A.-Ch Nalin).

  • 1 Voir à ce propos la publication des fouilles réalisées dans le baptistère de la cathédrale Saint-Sa (...)

1L’ensemble des fouilles archéologiques conduites sur la ville d’Aquae Sextiae (fig. 1), pourtant nombreuses ces dix dernières années, n’ont quasiment jamais donné lieu à des études spécifiques du mobilier céramique, domaine généralement abordé sous le seul angle de l’établissement des datations. Hormis quelques tableaux de comptage privés de tout commentaire statistique, n’ont à ce jour été publiées que de rares planches de céramique ainsi que des informations ponctuelles portant sur des ensembles de vases isolés1.

2Les maigres informations recueillies à l’occasion de fouilles anciennes tout comme les recherches plus récentes ont cependant mis en exergue le faciès très particulier de certaines céramiques communes utilisées entre les Ier et IIIe s. de n.è. sur ce site urbain. Plusieurs indices laissaient en particulier supposer la présence d’ateliers de production de céramique commune à pâte claire et vraisemblablement du groupe de céramique commune définie jusqu’à peu sous l’appellation très générique de “céramique à pâte brune”. L’existence de tels ateliers paraissait d’autant plus plausible qu’une ville de la taille d’Aix-en-Provence supposait a priori une importante consommation potentielle.

  • 2 Sur ce site, situé dans l’axe du cardo maximus et tout près de la porte monumentale sud-est de l’ag (...)

3Initialement faite à l’occasion des fouilles de la cour de l’Archevêché en 1984 où avait été découverte une série de pots identifiés comme des ratés de cuisson (Fixot et al. 1986, 211), l’hypothèse de l’existence d’officines locales de céramique à pâte claire a été pleinement confirmée tout récemment lors de la fouille de sauvetage programmé réalisée sur le site du futur Palais Monclar où a été découvert un important lot de déchets de cuisson de céramiques à pâte claire2.

4Pour ce qui touche aux céramiques dites “à pâte brune”, la présence d’ateliers de production locaux se fonde davantage sur la place très importante que cette production occupe, durant toute l’antiquité, dans les vaisseliers aixois, la variété des formes en usage et l’homogénéité de ce groupe de céramiques d’assez belle qualité.

5Dans un contexte chronologique et pour un groupe de production différents - il s’agit de céramiques communes non tournées du Ier s. av. J.-C. -, cette question d’une possible tradition locale de production de céramique commune a enfin également été reposée à l’occasion des fouilles conduites précisément sur le site de l’établissement thermal de la ville, sur lequel porte la présente étude.

Fig. 2 - Plan de la ville antique d’Aquae Sextiae. 1 : forum ; 2 : insulae de la cour de l’Archevêché ; 3 : site de l’établissement thermal ; 4 : cLomus de Pasteur ; 5 : domus de Grassi ; 6 : domus de l’enclos Milhaud-Silvacane ; 7 : domus des Chartreux (Relevé N. Nin).

Fig. 3 - Plan général des fouilles réalisées sur le site de l’établissement thermal. Le cercle grisé indique la zone d’où est issue la collection étudiée ici (Relevé A.-Ch. Nalin).

1. Le contexte

  • 3 Au cœur de la ville ancienne, le site actuel de l’établissement thermal a fait l’objet d’un vaste p (...)

6L’étude céramique présentée ici ne constitue pas une synthèse sur les céramiques communes en usage à Aix-en-Provence durant l’antiquité. De portée beaucoup plus restreinte, elle est en fait issue d’une fouille de sauvetage urbain récente entraînée par le programme de réaménagement de l’ensemble de l’établissement thermal actuel3.

7La parcelle concernée se situe au cœur de la ville gallo-romaine, à quelque deux cents mètres à l’ouest du forum et immédiatement au sud d’un vaste quartier résidentiel qui se développe dans toute la moitié nord de l’agglomération (fig. 2).

8Les recherches qui s’y sont déroulées ont mis en évidence le principe général d’organisation de ce quartier central durant l’antiquité (fig. 3). Reconnue sur près de 3 500 m2 et appréhendée le plus souvent en négatif, la trame urbaine dessine au moins quatre îlots innervés par un cardo et un decumanus et dont les formes d’occupation apparaissent très différentes. Au sud, se développent deux insulae à vocation monumentale tandis qu’au nord-ouest prennent place deux îlots modestes dévolus à l’habitat.

  • 4 Pline, Hist. Nat., III, 4, 36 ; Strabon, IV, 1,5.
  • 5 Les principaux sites à avoir livré des niveaux augustéens sont le 8bis, rue de la Molle, la cour de (...)

9Les données recueillies sur la génèse de ces insulae ont mis en exergue plusieurs caractéristiques majeures qui forgent tout l’intérêt du site. La première concerne l’ancienneté de l’occupation antique, attestée ici au moins dès les années 50 av. J.-C. Bien que nous soyons encore loin de la date traditionnellement donnée par les auteurs anciens4 pour la création de l’établissement originel (122 av. J.-C.), la découverte de ces niveaux gallo-romains précoces constitue une donnée totalement nouvelle puisque cette phase chronologique n’avait encore jamais été mise en évidence sur Aix-en-Provence où les niveaux d’occupation les plus anciens découverts jusqu’alors, présents la plupart du temps sous forme de lambeaux, ne remontaient pas au-delà de l’époque augustéenne5.

10La deuxième touche à l’importance de la séquence stratigraphique relative à la période antique, qui permet d’appréhender, dans la continuité, près de six siècles d’occupation.

11La troisième concerne la nature de cette occupation dont les formes apparaissent assez proches de celles des insulae mises au jour près du forum et interprétées comme des immeubles de rapport. Le module analogue des îlots, les dimensions des espaces occupés, leurs formes architecturales tout comme les aménagements qui en marquent le décor, laissent voir des ensembles relativement modestes qui contrastent avec l’urbanisme et l’architecture du quartier résidentiel de la ville.

12Enfin, pour les périodes anciennes tout au moins, en dépit de leur intégration dans un urbanisme de type radicalement romain, le mobilier comme les dispositifs domestiques présents dans les habitations trahissent des attachements à des modes de vie encore traditionnels sur lesquels nous reviendrons au cours de ce travail.

2. Les limites de l’enquête

13Consacrée exclusivement à l’insula nord-est, la présentation que nous proposons ici ne résulte pas d’une étude exhaustive de l’ensemble du mobilier céramique exhumé dans ce secteur de la ville. Nous avons non seulement limité le champ chronologique de la collection étudiée mais aussi centré sa portée géographique sur un secteur particulier.

14Pour ce qui touche à la chronologie, nous avons privilégié la séquence incluse entre le milieu du Ier s. av. J.-C et la fin du Ier s. de n.è. Elle permet en effet d’appréhender les modifications profondes qui ont affecté la composition du vaisselier à partir du deuxième quart du Ier s. de n.è. et qui marquent véritablement une rupture avec les usages en vigueur auparavant.

15Nous avons également opté pour un secteur géographique restreint, exclusivement consacré à l’habitat. Il s’agit de la partie conservée d’une habitation qui devait occuper l’angle nord-est de l’insula, bien stratifiée et dont l’évolution a pu être suivie sur près de cinq siècles (fig. 3).

16Ce travail s’apparente donc plutôt à un sondage qui n’a peut-être pas une valeur d’échantillonage pour Aix-en-Provence mais que justifiaient néanmoins non seulement la quantité du mobilier recueilli sur un espace somme toute restreint mais aussi sa qualité de conservation. C’est donc en terme de tendance que doivent être retenus les résultats présentés ici.

 

Vaisselle tournée fine

Vaisselle commune

Mobilier stockage/transport

Total par phase

Phase 1

94
16,9 %

257
46,2 %

205
36,9 %

556

Phase 2

405
13,7 %

1698
57,35 %

857
28,95 %

2960

Phase 3

1282
17,55 %

4928
67,3 %

1109
15,15 %

7319

Phase 4

455
10,4 %

3078
71,4 %

785
18,2 %

4318

Total par catégorie

2236
14,75 %

9961
65,75 %

2957
19,5 %

15153

Tableau 1. Les chiffres en gras indiquent le nombre de fragments.

3. Le mobilier : données générales

17La collection céramique qui fait l’objet de la présente étude porte sur 15 153 fragments dont 9 961 tessons de céramique commune soit 1 046 individus minimum, qui se répartissent de la manière suivante entre les différentes phases déterminées :

  • Phase 1 (50/25 av. J.-C.) : total de 556 fragments dont 257 tessons de céramiques communes, qui représentent 32 individus minimum.

  • Phase 2 (25 av. J.-C./changement d’ère) : total de 2960 fragments dont 1698 tessons de céramiques communes, qui représentent 235 individus minimum.

  • Phase 3 (changement d’ère/50 de n.è.) : total de 7319 fragments dont 4928 tessons de céramiques communes, qui représentent 621 individus minimum.

  • Phase 4 (milieu du Ier s./fin du Ier s.) : total de 4318 fragments dont 3078 tessons de céramiques communes, soit 168 individus minimum.

  • 6 Le traitement, l’inventaire et les dessins du mobilier céramique ont été réalisés par Marie Lutti, (...)

18Nous informons par ailleurs le lecteur que tous les dessins de céramique présentés ici sont réduits au 1/36.

19Le tableau de comptage n°1 donne la synthèse de la représentativité des trois grandes grandes catégories de céramique (vaisselle tournée fine, céramique commune, amphores et vaisseaux de stockage) au sein de chaque phase et par catégorie.

20Avant d’entrer dans le détail de l’étude qui nous occupe ici et afin de préciser les caractéristiques de cette collection nous ferons d’abord quelques observations très générales.

  • 7 On retrouve là des proportions très proches de celles dégagées dans le mobilier de l’îlot 4-n de La (...)

21La première touche la répartition très inégale entre la vaisselle et les récipients de transport et de stockage (fig. 4). Relativement nombreux lors de la phase 1, ces derniers voient leur nombre décroître très sensiblement autour du changement d’ère. Dès lors, les amphores principalement mais aussi les dolia ne représentent jamais plus de 20 % de l’ensemble du mobilier7.

22La seconde concerne le rapport entre la vaisselle tournée fine et la céramique commune (fig. 5). Entre le milieu du Ier s. av. J.-C. et la fin de l’époque augustéenne, le pourcentage de vaisselle tournée fine reste à peu près stable (environ 17 %). Alors presque exclusivement composée de céramiques à vernis noir italiques, et, dans une moindre mesure, de sigillées arétines et de céramiques à parois fines, cette catégorie ne représente plus que 10 % de la vaisselle vers le milieu du Ier s. de n.è. La raison de cette diminution tient à l’essor des productions de céramique à pâte claire, notamment les céramiques à pâte claire dite engobées, dont le répertoire, initialement inspiré des productions campaniennes et principalement destiné à la table, semble trouver une expression propre même si l’on note quelques emprunts à celui des sigillées sud-gauloises puis de la sigillée claire A, qui composent, à partir de cette date, l’essentiel de la vaisselle fine.

Fig. 4 - Répartition entre la vaisselle (vaisselle tournée fine et vaisselle commune) et les récipients de stockage et de transport (dolia et amphores). Les pourcentages ont été établis à partir du nombre de fragments. En gris clair. la vaisselle ; en gris foncé : les récipients de stockage et de transport.

4. La céramique commune

23La définition des grandes catégories qui constituent les céramiques communes appelle d’emblée plusieurs remarques.

24La première a trait à la place très importante qu’occupe, lors des phases 1, 2 et 3, la céramique commune non tournée (fig. 6). L’évolution que connaît ce groupe au cours de la séquence chronologique qui nous intéresse, oblige à distinguer deux grandes périodes dont la phase 3 marque indéniablement la césure. Encore majoritaire au milieu du Ier s. av. J.-C. où elle représente 55 % de la céramique commune utilisée, la céramique commune non tournée continue, malgré une légère régression amorcée dès la phase 2, d’être largement présente jusque dans les deux premières décennies de n.è. Sa disparition brutale, dès le début de la phase 4, est alors peu ou prou compensée par l’apparition d’un groupe particulier de céramique commune tournée globalement défini, par défaut d’identification des centres de production, sous l’appellation de “céramique commune tournée provençale” (COM PRO) et naguère encore qualifiée de “céramique à pâte brune”. Avec un léger décalage, on trouve là une situation très proche de celle du site de Lattes où les céramiques non tournées, encore abondantes à la fin du Ier s. av. n.è., amorcent une régression rapide entres les années-10 et 20.

Fig. 5- Évolution des proportions de la vaisselle tournée fine (1), de la vaisselle commune (2) et des récipients de transport et de stockage (3). Courbes établies à partir du nombre de fragments.

Fig. 6 - Répartition et évolution, au sein de la vaisselle commune, de la céramique non tournée (1) et de la céramique tournée (2). Courbes établies à partir des NMI (nombre minimum d’individus).

Fig. 7 - Répartition, par phase, des différents types de vases composant le vaisselier de céramique commune non tournée. Pourcentages établis à partir des NMI.
Phase 1 :1. pot ; 2. couvercle ; 3. faitout ; 4. cruche ;
Phases 2 et 3 : 1. pot ; 2. couvercle ; 3. faitout ; 4. marmite ; 5. cruche ; 6. coupe/jatte

 

CNT ALP

CNT MAS

CNT PRO

Total par phase

Phase 1

2 (19)
14,3 %

3 (28)
21,4 %

9 (97 )
69,3 %

14 (144)

Phase 2

25 (200)
22,7 %

44 (263)
40 %

41 (246)
37,3 %

110 (713)

Phase 3

67 (691)
22 %

136 (679)
44,6 %

102 (501)
33,4 %

305 (1871)

Total par catégorie

94 (910)
21,9 %

183 (970)
42,65 %

152 (844)
35,45 %

429 (2880)

Tableau 2. Les chiffres en gras indiquent le nombre minimum d’individus (NMI), les chiffres entre parenthèse, les nombres de fragments. Les pourcentages ont été calculés à partir des NMI, établis sur le dénombrement, par catégories, des bords ou, le cas échéant, des fonds.

Fig. 8 - Évolution des trois grandes catégories de céramique non tournée. Les pourcentages ont été calculés à partir du nombre de fragments.
1. céramique non tournée des Alpilles (CNT ALP)
2. céramique non tournée de Marseille (CNT MAS)
3. céramique non tournée provençale (CNT PRO)

25La deuxième remarque concerne la céramique commune importée dont les proportions apparaissent toujours très faibles quelle que soit la période considérée. Limitée, lors des périodes anciennes, à des productions italiques, dès la seconde moitié du Ier s. de n.è., l’importation de céramique commune s’ouvre aux productions originaires d’Afrique du Nord, qui vont constituer, surtout à partir du IIe s. de n.è., l’apport principal de la vaisselle culinaire dans un répertoire qui restera cependant toujours très restreint.

Fig. 9 - Évolution des trois grandes catégories de céramique non tournée. Les pourcentages ont été calculés à partir des NMI.
1. céramique non tournée des Alpilles (CNT ALP)
2. céramique non tournée de Marseille (CNT MAS)
3. céramique non tournée provençale (CNT PRO)

4.1. Les céramiques communes non tournées

26Entre le milieu du Ier s. av. J.-C. et les deux premières décennies de n.è. la céramique commune non tournée apparaît presque à parité avec la céramique commune tournée alors majoritairement représentée par la céramique à pâte claire. Cette catégorie qui répond essentiellement à un usage culinaire et de petite resserre, se répartit en trois grands groupes :

    • 8 Nous reprenons ici la codification proposée dans le Dictionnaire des céramiques antiques (DICOCER), (...)

    les céramiques non tournées provençales (CNT PRO)8

  • les céramiques non tournées des ateliers des Alpilles (CNT ALP)

  • les céramiques non tournées des ateliers de Marseille (CNT MAS)

  • 9 La part très importante qu’occupent les cruches lors de la phase 1 ne reflète sans doute pas leur f (...)

27Considérée dans son ensemble, cette catégorie ne laisse voir, dans les proportions des différents types de formes qui en composent le répertoire, aucune évolution notable (fig. 7). A toute période, les pots constituent les vases de référence et représentent, avec les couvercles qui leur sont généralement liés, près des trois quarts du mobilier. Arrivent ensuite les faitouts, les coupes et les récipients destinés au service (cruches)9 restant toujours très minoritaires, presque marginaux.

28L’utilisation encore très importante de ces vases fermés, principalement dévolus au conditionnement ou à la cuisson bouillie, trahit un attachement très fort de ses utilisateurs à des modes culinaires de tradition indigène.

29C’est en fait dans les proportions respectives des trois groupes qui la constituent que se lit le mieux l’évolution de cette grande catégorie (fig. 8 et 9). Très largement prédominante, en effet, au début de la phase 1 - elle représente près de 70 % de la céramique non tournée-, la CNT PRO amorce, dans le courant de cette même phase, une régression brutale au profit de produits plus standardisés répondant à une fabrication de série et réalisés dans des ateliers organisés, les CNT ALP et les CNT MAS. Si la fréquence des CNT ALP correspond bien ici au développement de leur diffusion en Provence - l’acmé de leur production se situant précisément dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. - il n’en va pas de même pour les CNT MAS dont l’essor apparaît tout à fait singulier dans ce contexte tardif. Nous y reviendrons.

30Cet accroissement des productions de série n’est pas un phénomène strictement local mais s’inscrit au contraire dans un processus beaucoup plus largement répandu qui se développe particulièrement dans le courant du Ier s. av. J.-C. et préfigure l’apparition d’ateliers locaux de céramique tournée. On en connaît en effet d’autres exemples en Languedoc oriental avec les ateliers du Bois des Lens et sans doute de Nîmes (Échallier/Py 1983 ; Py 1990d, 370).

Fig. 10 - Répartition, par phase, des différents types de vases composant le répertoire des CNT PRO. Pourcentages calculés à partir des NMI.
Phase 1 :1. pot (55,5 %) ; 2. couvercle (22,75 %) ; 3. cruche (22,75 %). Phase 2 : 1. pot (42,5 %) ; 2. couvercle (22,5 %) ; 3. faitout (27,5 %), 4. coupe (7,5 %). Phase 3 : 1. pot (60,8 %) (A et B) ; 2. couvercle (25,5 %) (C) ; 3. faitout (5,9 %) ; 4. marmite (1,95 %) ; 5. coupe/jatte (3,9 %) (D et E) ; 6. cruche (1,95 %).

4.1.1. Les céramiques non tournées provençales : CNT PRO10

  • 10 Sous cette appellation très générale sont en fait réunies une multitude de productions distinctes p (...)

31Elles constituent, lors de la phase 1, le groupe le plus important, qui perpétue une tradition indigène de production de proximité. Naguère encore réalisée par les utilisateurs eux-mêmes cette production semble ici plus largement alimentée par des officines locales ainsi que le laisse penser la présence d’un groupe un peu particulier, de facture assez soignée et très proche morphologiquement des productions de Marseille. Le cadre urbain déjà très organisé de ce quartier - îlots de plan régulier desservis par une voirie dont le tracé général paraît avoir été fixé très tôt - tout comme le caractère déjà densément occupé des insulae s’accordent mal avec une tradition de façonnage direct et expliquent sans doute pour une large part ce phénomène d’abandon d’un artisanat domestique.

Fig. 11 - Répartition, par phase, des différents types de vases composant le répertoire des CNT ALR Pourcentages calculés à partir des NMI.
Phase 1 : 1. pot (100 %). Phase 2 : 1. pot (68 %) ; 2. couvercle (28 %) ; 3. faitout (4 %). Phase 3 : 1. pot (83,6 %) (A et B) ; 2. couvercle (13,4 %) (C) ; 3. faitout (1,5 %) ; 4. jatte (1,5 %).

32Du point de vue technologique l’ensemble aixois ne se distingue en rien des collections de CNT PRO recensées sur l’ensemble des sites provençaux : montage au colombin quelquefois complété à la tournette, pâte assez grossière, de couleur généralement sombre, traitement sommaire des surfaces (lissage des formes ouvertes et des cruches, peignage des pots avec décor presque systématique d’incisions sur l’épaulement).

33Il s’agit d’une vaisselle fonctionnelle, propre aux cultures de l’Age du Fer, dont l’utilisation est avant tout destinée au petit stockage et à la cuisine. Il est en effet peu probable que les quelques coupes, cruches, jattes ou plats recensés appartiennent au domaine de la table, leur faible nombre n’ouvrant pas à la constitution de services, même extrêmement restreints (fig. 10).

34Ce sont bien évidemment les pots qui dominent. Leur pourcentage augmente encore lors de la phase 3 pour dépasser 60 % du mobilier. Et, à vrai dire, si on leur adjoint les couvercles qui les accompagnent, ce sont plus de 86 % des vases qui sont ici destinés à une cuisson bouillie ou à la petite resserre quotidienne.

35En dépit de leur présence non négligeable lors de la phase 2 où ils représentent 27,5 % du mobilier, les faitouts restent très secondaires et leur plus grande fréquence observée dans le dernier quart du Ier siècle av. J.-C. décroît de façon très importante dans les deux premières décennies de n.è. puisque ils ne représentent plus que 5,9 % des productions de CNT PRO lors de la phase 3.

Fig. 12 - CNT MAS. Répertoire principal de la série aixoise : A, B, C : pots ; D, E, F, G : couvercles.

4.1.2. Les céramiques non tournées des Alpilles : CNT ALP

36Ces productions de céramiques issues des ateliers de la chaîne des Alpilles ont été mises en évidence par P. Arcelin qui en a le premier défini la typo-chronologie, les aires de production et de diffusion (Arcelin 1979, 196-344 ; Arcelin/Picon 1985, 121-126).

37Les vases sont modelés avec une argile kaolinitique ferrugineuse, naturellement dégraissée, et cuits selon un mode oxydant qui leur donne une couleur rougeâtre à brune. Les traitements de surface se caractérisent par un peignage presque systématique. Les décors se limitent à des incisions obliques au niveau de l’épaulement.

38Si le répertoire de ces céramiques produites en grande série et qui essaiment très largement l’ensemble de la Provence occidentale à partir des années 75 av. J.-C., s’insère dans un conservatisme autochtone et les destine à une population de type indigène, leur diffusion, majoritairement urbaine semble-t-il, - elles dépassent 90 % des céramiques culinaires dans les vastes agglomérations telles Cavaillon et Glanum par exemple, très proches des centres de production - a été liée à la naissance du phénomène urbain et à l’individualisation de couches sociales.

39De ce point de vue leur faible représentativité à Aix-en-Provence lors de la phase 1 - elles réunissent seulement 14,3 % des céramiques non tournées - apparaît un peu contradictoire, voire anachronique au regard de la proportion de CNT PRO alors très largement dominante et compte tenu du contexte urbain de leur découverte. Et, si la courbe établie à partir du nombre de fragments laisse voir leur progression constante (fig. 8), le décompte du nombre minimum d’individus (NMI) trahit au contraire leur stagnation qui semble ici bien liée à l’essor des CNT MAS (fig. 9). La justification de cette moindre fréquence tient sans doute moins dans des critères de choix ou de goût des utilisateurs, que dans l’éloignement des centres de production, situés dans la chaîne des Alpilles et tout particulièrement autour d’Orgon. A l’inverse, la proximité des ateliers de CNT MAS - ils ont été localisés dans le versant nord de la chaîne de l’Etoile qui ferme au sud le bassin d’Aix (Arcelin/Picon 1985) - désignait d’emblée cette production de proximité comme plus concurrentielle.

40Pour ce qui touche au répertoire présent dans la maison aixoise étudiée, on constate la même tendance au conservatisme (fig. 11). Ce sont là encore les pots et leurs couvercles qui composent l’essentiel du vaisselier, atteignant même respectivement 83, 6 % et 13, 4 % des CNT ALP lors de la phase 3, chiffres très supérieurs aux moyennes établies pour la basse vallée du Rhône (environ 65 % d’urnes). Les pots sont du type CNT ALP 1a3, variante la plus produite et la mieux diffusée (fig. 11, A et Β). De forme trapue, ils sont tous peignés et décorés, au niveau de l’épaulement, d’une ligne d’incisions bidirectionelles alternées et offrent une grande variété volumétrique.

41Les couvercles appartiennent généralement au type 3.3. ou 3.4. (fig. 11, C). Les faitouts, peu nombreux, relèvent également de la variante la plus répandue (forme 4d3). Quant au seul exemplaire de plat recensé, il appartient à la période 3 et relève du type 7.2, forme très basse à large fond plat, issue de prototypes tournés italiques. Ne figure en revanche aucune forme de marmite.

4.1.3. Les céramiques non tournées des ateliers de Marseille : CNT MAS

42La mise en évidence de céramiques non tournées apparentées aux ateliers de Marseille constitue sans nul doute l’un des intérêts majeurs de cette collection.

43Il s’agit d’un lot de vases que rattachent à ces ateliers tout d’abord leur pâte, une argile kaolinitique ferrugineuse dégraissée par adjonction de calcite et de dolomite broyées, leur cuisson également, réalisée en mode réducteur et qui donne aux vases une couleur à dominante grise, leur traitement de surface enfin, qui apparaît standardisé. Si l’on excepte quelques pots dont les panses sont peignées et l’épaulement décoré d’incisions, la plupart des autres vases ont leurs surfaces, préalablement engobées, soigneusement lissées ce qui leur confère une patine cendrée. Les rattachent encore aux productions marseillaises leur répertoire largement inspiré de prototypes tournés méditerranéens.

44La présence de ce groupe sur le site aixois est intéressante à plus d’un titre.

  • 11 Bien qu’ayant lié l’arrêt des productions de CNT MAS à la chute de Marseille, intervenue en 49 av. (...)

45En raison tout d’abord de sa phase de production et de diffusion (50 av. J.-C./25 de n.è.), qui intervient immédiatement après celle des ateliers de Marseille proprement dits, tels qu’ils ont été individualisés et étudiés par R Arcelin (Arcelin 1970, 145-145-195; Arcelin 1985/Picon, 116-121)11.

46En raison aussi de ses proportions qui s’accroissent régulièrement jusqu’à la fin de l’époque augustéenne jusqu’à dépasser celles des ateliers des Alpilles. En raison enfin du dynamisme des ateliers qui les produisent. En effet, au sein de ce groupe a été identifié un ensemble particulier qui, s’il reste très proche du point de vue technologique des productions de CNT MAS traditionnelles, présente néanmoins des caractéristiques morphologiques et typologiques propres. Son répertoire, semble-t-il très restreint, se limite à des pots et des couvercles qui se distinguent par la présence systématique d’un ressaut au niveau du col pour les premiers, sur la partie inférieure de la paroi pour les seconds (fig. 12).

47La courbe de progression de l’ensemble des CNT MAS découvertes sur le site, toutes catégories confondues, témoigne de l’importance de cette production et de son dynamisme. Les pourcentages de NMI laissent en effet voir, entre la phase 1 et la phase 3, une augmentation régulière de la production qui passe de 21,4 % à 44,5 % de l’ensemble des céramiques non tournées (fig. 9). A la fin de l’époque augustéenne les ateliers de Marseille constituent ainsi, dans ce quartier de la ville tout au moins, la source principale d’approvisionnement en céramique non tournée et plus généralement en céramique culinaire, laissant très en deçà non seulement les CNT PRO mais surtout les productions de CNT ALP qui semblent ne jamais avoir réussi à s’imposer véritablement sur le marché local sans doute en raison de l’éloignement des centres de production.

48L’essor notable de cet approvisionnement pourrait laisser croire à une modification des habitudes alimentaires de ses utilisateurs. La composition générale de son vaisselier se démarque en effet des autres productions de céramique non tournée par la part très importante qu’occupent les vases inspirés de formes gréco-italiques. Les exemplaires les mieux diffusés dans la région de Marseille jusqu’au milieu du Ier s. av. J.-C. sont en effet des faitouts et des marmites issus de modèles de lopas et de caccabé grecques, les formes CNT MAS 4c et 5a, qui représentent normalement 70 à 75 % de la fabrication (fig. 13, C à F) alors que le pot n’en excède pas 20 % (fig. 13, A et Β).

Fig. 13 - Répartition, par phase, des différents types de vases composant le répertoire des CNT MAS. Pourcentages calculés à partir des NMI.
Phase 1 : pot (33,35 %) ; 2. faitout (66,65 %). Phase 2 : 1. pot (37,2 %) ; 2. couvercle (18,6 %) ; 3. faitout (34,9 %) (C et D) ; 4. marmite (2,3 %) ; 5. coupe/jatte (4,6 %) ; 6. cruche (2,3 %). Phase 3 : 1. pot (55,1 %) (A et B) ; 2. couvercle (15,5 %) ; 3. faitout (26,5 %) (E) ; 4. marmite (9,7 %) ; 5. coupe/jatte (2,2 %) (F).

49Or, paradoxalement, les consommateurs aixois se distinguent, dans le choix des produits utilisés, par un goût radicalement différent de celui qu’est a priori destinée à satisfaire cette production et qui est généralement observé sur la plupart des sites côtiers. Ce ne sont, dès la phase 2 et surtout au cours de la phase 3, ni le faitout ni la marmite qui dominent ici mais encore une fois le pot. A dire vrai la courbe de progression des CNT MAS est inversement proportionnel à la consommation des faitouts. Elle voit, au contraire, considérablement augmenter celle des pots dans la fréquence desquels entrent certainement pour beaucoup les productions spécifiques mises en exergue sur le site et dont on a vu qu’elles en privilégiaient la forme.

50Ainsi, alors que les faitouts de type 4c représentent près de 67 % des CNT MAS consommées lors de la phase 1, chiffre supérieur aux moyennes recensées sur les autres sites provençaux, ils n’entrent plus que pour 26,5 % de sa composition lors de la phase 3. Inversement les pots passent de 33 à 55 %.

51Quelle que soit la période considérée, les marmites restent, de leur côté, extrêmement marginales. Inexistantes au milieu du Ier s av. J.-C., elles n’excèdent pas trois à quatre unités ultérieurement, le reste du vaisselier se composant de quelques coupes et cruches ainsi surtout que de couvercles, complémentaires des pots.

52On retrouve dans l’usage préférentiel des consommateurs aixois, la même tendance que celle mise en exergue pour les CNT ALP dont le répertoire se limite presque aux deux formes les plus traditionnelles.

53Si la présence et surtout la fréquence de CNT MAS dans un contexte chronologique aussi tardif posent d’emblée la question de la continuité ou de la reprise des ateliers de Marseille, l’existence d’une production spécifique, encore jamais mise en évidence auparavant, pourrait en outre indiquer un lien particulier entre cette reprise et le développement de la ville d’Aquae Sextiae et plus largement celui de son territoire.

54Cette “relance” de la céramique non tournée dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. et jusqu’à la fin de l’époque augustéenne rend compte d’un profond attachement d’une certaine population, pourtant installée dans un site urbain gallo-romain, à des formes de productions encore très traditionnelles, que confirment pleinement les types de vases les plus usités.

55De ce point de vue, la consommation de CNT MAS ne se distingue pas de façon déterminante de celle des autres céramiques non tournées et, de ce fait, son importance ne réfléchit nullement une modification des habitudes alimentaires mais trahit au contraire la persistance profonde d’usages hérités de la culture protohistorique, indice particulièrement intéressant pour appréhender les caractéristiques culturelles voire sociales de la population vivant dans ce quartier.

4.2. Les céramiques communes tournées

  • 12 M. Py a fait une observation analogue pour le site de Lattes où l’analyse typologique et quantitati (...)
  • 13 Contrairement à la région varoise où persiste, durant toute l’époque romaine, une solide tradition (...)

56La place croissante qu’occupe au fil du temps la céramique commune au sein du mobilier recueilli sur le site des Thermes tient pour une large part à l’essor des productions de céramiques communes tournées régionales12. Dans cette progression continue qu’indique bien la figure 5, se distinguent deux moments. Le premier prend place dès le courant de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. avec l’évolution inverse que connaissent, à ce moment, les céramiques non tournées d’une part et les productions tournées de l’autre. Cette inversion dont rend compte le croisement de leurs courbes respectives sur la figure 6, apparaît relativement tardive dans le contexte d’une création urbaine proconsulaire ancienne. Elle est en tout cas irréversible et, en dépit de la solide résistance dont témoigne la consommation de céramiques non tournées jusqu’à la fin de l’époque augustéenne, le processus engagé ne connaîtra ni retour en arrière ni même ralentissement. Bien au contraire, à partir des années 20-25 de n.è. la progression des céramiques tournées s’inscrit dans une courbe exponentielle, les céramiques non tournées disparaissant de façon définitive13.

57Cette catégorie réunit, nous l’avons vu plus haut, deux groupes très inégalement représentés : les céramiques d’importation d’une part, les céramiques tournées d’origine locale et plus largement régionale d’autre part.

Fig. 14 - Histogramme indiquant l’évolution de la répartition entre céramiques locales (en gris clair) et céramiques importées (en gris foncé) au sein du groupe des céramiques communes tournées. Pourcentages établis à partir des NMI.

 

COM MED

COM IT

R POMP

AF CUI

Total par phase

Phase 1

 

5 (6)
83,3 %

1 (1)
16,7 %

 

6 (7)

Phase 2

 

17 (115)
89,5 %

2 (4)
10,5 %

 

19 (119)

Phase 3

 

25 (234)
69,4 %

11 (29)
30,6 %

 

36 (263)

Phase 4

1 (4)
5,55 %

3 (35)
16,65 %

3 (7)
16,65 %

11 (69)
61,1 %

18 (115)

Total par catégorie

1 (4)
1,25 %

50 (390)
63,3 %

17 (41)
21,5 %

11 (69)
13,95 %

79 (504)

Tableau 3. Les chiffres en gras indiquent les NMI, les chiffres entre parenthèses, les nombres de fragments. Les pourcentages ont été calculés à partir des NMI.

Fig. 15 - Répartition, par phase, des différentes catégories de céramique commune importée. Pourcentages établis à partir des NMI. Phases 1 à 3 : 1. communes italiques (COM IT) ; 2. céramique à vernis rouge pompéien (R POMP). Phase 4 : 1. COM IT ; 2. R POMP ; 3. céramique commune de Méditerranée occidentale (COM MED) ; 4. céramique culinaire africaine (AF CUI).

4.2.1. Les céramiques communes importées

58Quelle que soit la période considérée, les céramiques communes importées ne sont jamais présentes dans des proportions importantes mais semblent constituer un mobilier d’appoint, destiné à compléter les répertoires locaux (fig. 14).

59Déjà vrai lors de la phase 1, ce trait se confirme lors des phases suivantes.

60Jusque dans le courant du Ier s. de n.è., ces importations se limitent au domaine italique. Ce sont d’une part des céramique culinaires définies sous la rubrique de communes italiques (COM IT), de l’autre des plats à four, également originaires de Campanie, identifiés sous l’appellation de céramique à vernis rouge pompéien et répertoriés sous le code R POMP. Ultérieurement, les productions d’Afrique du Nord (AF CUI) prennent le relais, celles de Méditerranée occidentale (COM MED) restant toujours très marginales.

a. Les céramiques communes italiques : COM IT

61Elles sont toujours très largement majoritaires au sein des céramiques communes importées jusque dans la seconde moitié du Ier s. (fig. 15), période à partir de laquelle elles sont supplantées par les importations de céramiques culinaires africaines qui vont très vite représenter plus de la moitié des communes importées pour dépasser les deux tiers au siècle suivant. Leur répertoire reste cependant toujours très restreint (fig. 16). Il se compose de mortiers (formes 8d et 8e), de caccabus (formes 3d et 3e en particulier), de patina (forme 6c) et de couvercles (formes 7b et 7c). Il y a peu à dire sur la représentativité de chacun de ces types si ce n’est une sensible augmentation du nombre des patina et des caccabus entre les phases 2 et 3 aux dépens des couvercles, auparavant majoritaires, qui marquent alors un léger déclin avant d’être curieusement la seule forme présente lors de la phase 4.

Fig. 16 - Répartition, par phase, des différents types de vases composant le répertoire des COM IT. Pourcentages calculés à partir des NMI. Phase 3 : A. patina, forme 6c ; B. couvercle, forme 7c ; C. marmite, forme 3a.

b. Les céramiques à vernis rouge pompéien : R POMP

62Oscillant entre 3,4 à 14,3 % du mobilier importé les céramiques à vernis rouge pompéien ne représentent jamais qu’une part très modeste de la consommation, qu’explique sans doute pour partie la faible variété de leur répertoire. Les vases les plus utilisés sont, pour les phases anciennes, les formes 13 et 19 et, lors de la phase 4, la forme 33 (fig. 17).

Fig. 17 - Répartition, lors de la phase 3, des différents types de vases composant le répertoire des R POMP. Pourcentages calculés à partir des NMI. Lors des phases 1, 2 et 4, le répertoire est composé de plats de forme indéterminée.

c. Les céramiques culinaires africaines : AF CUI

63Dans le courant de la seconde moitié du Ier s. de n.è. apparaissent les plats à four du type 19 et surtout 23 A ainsi que les couvercles du type 196. Ces deux dernières formes constitueront, aux IIe et IIIe s., avec leurs variantes et la forme 197, l’écrasante majorité des céramiques culinaires africaines, quelques autres formes telles les marmites 198, les couvercles 22 et 182 ainsi que les plats 26, restant relativement marginales au sein de ce groupe (fig. 18).

Fig. 18 - Répartition, lors de la phase 4, des différents types de vases composant le répertoire des AF CUI. Pourcentages calculés à partir des NMI. 1. plat de type 23A (54,6 %) (C et D) ; 2. marmite de type 198 (9 %) (B) ; 3. couvercle de type 196 (36,4 %) (A).

Fig. 19 - Répartition et évolution des céramiques communes tournées.
1. Céramique à pâte claire (CL REC et CL ENG réunies)
2. Céramique commune tournée provençale (COM PRO)
3. Céramique commune tournée de Marseille ?
4. Céramique grise dite de Vaison (KAOL)

d. Autres céramiques importées : les communes méditerranéennes (COM MED)

  • 14 Avant que leur origine soit clairement identifiée par Michel Pasqualini (Pasqualini 1993, 487 et 49 (...)

64Rares, les autres céramiques importées se limitent à quelques exemplaires de productions de Méditerranée orientale14. Il s’agit de petits pots à une anse, peut-être à usage de gobelets, dont l’aire de production semble être la région attique. On ne les rencontre pas avant le courant de la phase 4.

4.2.2. Les céramiques tournées régionales

65Elles se répartissent en quatre grandes catégories très inégalement représentées. Les deux principales sont les céramiques à pâte claire et les céramiques dites “à pâte brune” que nous préférons ranger sous l’appellation de “céramiques communes tournées provençales” (COM PRO), les autres productions, telles les céramiques grises de Vaison (KAOL), par exemple, ou les céramiques communes tournées attribuées aux ateliers de Marseille (CT MAS) restant relativement marginales (fig. 19).

 

CL REC

CL ENG

COM PRO

CT MAS ?

KAOL

AUTRE

Total par phase

Phase 1

12 (107)
100 %

 

 

 

 

 

12 (107)

Phase 2

66 (783)
68,7 %

21 (32)
21,90 %

4 (33)
4,2 %

4 (15)
4,2 %

1 (2)
1 %

 

96 (865)

Phase 3

208 (2363)
74,3 %

47 (148)
16,8 %

18 (232)
6,4 %

6 (50)
2,1 %

 

1 (1)
0,4 %

280 (2794)

Phase 4

78 (1460)
49,35 %

26 (273)
16,45 %

49 (93)
31 %

 

3 (6)
1,90 %

2 (16)
1,3 %

158 (1848)

Total par catégorie

364 (4713)
66,65 %

94 (453)
17,3 %

71 (358)
13 %

10 (65)
1,85 %

4 (18)
0,7 %

3 (17)
0,55 %

546 (5614)

Tableau 4. Les chiffres en gras indiquent les NMI, les chiffres entre parenthèses les nombres de fragments. Les pourcentages ont été calculés à partir des NMI.

a. Les céramiques à pâte claire

66Tout comme sur la plupart des sites contemporains, la céramique commune à pâte claire représente l’écrasante majorité des céramiques communes tournées.

Fig. 20 - Répartition entre les céramiques claires sans engobe (CL REC), indiquées en gris clair, et les céramiques claires engobées (CL ENG), indiquées en gris foncé.

Fig. 21 - Répartition, au sein des CL REC, entre les vases de forme fermée (gris foncé), les vases de forme ouverte (gris clair) et les vases relevant de forme autre (noir).

67Exclusive d’autres catégories lors de le phase 1, elle voit ses proportions se réduire légèrement lors des deux phases suivantes pour amorcer une régression sensible à partir du deuxième quart du Ier s. de n.è., au moment précisément où apparaissent et se développent les productions de céramiques communes tournées provençales (fig. 19).

68Nous avons inclus dans cette vaste catégorie deux groupes distincts relevant sans doute souvent des mêmes ateliers mais répondant à des usages différents. Il s’agit d’une part des céramiques à pâte claire classées sous le code CL REC et, de l’autre, des céramiques à pâte claire engobée répertoriées sous le code CL ENG.

69Pour autant ces deux groupes ne sont pas également représentés ainsi qu’en témoignent les histogrammes de la figure 20. Quelle que soit la période chronologique considérée, la céramique à pâte claire engobée reste en effet toujours très minoritaire sans doute en raison de sa dévolution, la table, où elle entre en concurrence avec la vaisselle fine et où pouvait, sans doute moins que dans d’autres domaines, s’exprimer une très grande variété de formes et d’usage.

a.a. les céramiques communes à pâte claire sans engobe : CL REC

70Sont réunies sous cette dénomination très générale des productions émanant d’ateliers très différents que l’état de la recherche en Provence occidentale ne permet guère de distinguer, mais dont la caractéristique est d’être tournées dans des argiles de couleur claire variant du beige à l’orangé. Elles relèvent de productions en grande série, pour certaines véritablement standardisées et destinées à un commerce de masse. Cette production en série aboutit quelquefois à la fabrication de vases de médiocre qualité.

Fig. 22 - Répartition, lors des phases 1 et 2, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques à pâte claire (CL REC). Phase 1 : 1. cruche (33,8 %) (A) ; 2. forme fermée indéterminée (50 %) ; 3. mortier (16,6 %). Phase 2 : 1. cruche (20,3 %) ; 2. forme fermée indéterminée (45,9 %) ; 3. pot (6,75 %) (B) ; 4. amphore de service (6,75 %) ; 5. Coupe couvercle (1,35 %) ; 6. mortier (13,5 %) (C et D) ; 7. plat (1,35 %) ; 8. gobelet (2,7 %) ; 9. tirelire (1,35 %).

Fig. 23 - Répartition, lors de la phase 3, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques à pâte claire (CL REC). 1. cruche (18,7 %) (A et B) ; 2. forme fermée indéterminée (33,6 %) ; 3. pot (9 %) (C, D, E, F) ; 4. amphore de service (7,7 %) ; 5. couvercle (4,3 %) ; 6. coupe-couvercle (2,9 %) ; 7. mortier (12 %) (G, H) ; 8. plat/jatte (0,5 %) ; 9. coupe (1,5 %) ; 10. gobelet (1,5 %) ; 11. tirelire (0,5 %) ; 12. lampe (6,7 %).

Fig. 24 - Répartition, lors de la phase 4, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques à pâte claire (CL REC). 1. cruche (25,5 %) (A, B, C, D) ; 2. forme fermée indéterminée (21,8 %) ; 5. coupe-couvercle (1,3 %) (E) ; 7. jatte (2,6 %) (F) ; 6. mortier (15,4 %) (G) ; 8. coupe (1,3 %) ; 10. tirelire (1,3 %) (H) ; 11. brûle-parfum (2,6 %) ; 12. bassine (1,3 %).

Fig. 25 - Répartition, lors de la phase 4, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques à pâte claire (CL REC). 3. pot (6,4 %) (L, N, P) ; 4. couvercle (7,7 %) (I, J, K, M, O) ; 9. gourde (1,3 %) (Q) ; 13. lampe (12,8 %)

71En dépit d’un accroissement léger du nombre des formes ouvertes, leur répertoire reste toujours majoritairement composé de formes fermées (fig. 21), cruches, pots et amphores de service pour l’essentiel. Cette caractéristique trouve sa justification dans l’usage de cette vaisselle moins destinée à la table elle-même qu’à la cuisine. Elle sert en effet avant tout à la petite resserre et à la préparation des repas, dans une moindre mesure au service de table et remplit enfin une multitude d’autres usages domestiques sur lesquels on reviendra plus loin.

72Les objets destinés à la prise des repas ou des boissons sont toujours très marginaux. Il s’agit avant tout de gobelets et de coupes dont le pourcentage ne dépasse jamais les 4 % et encore lors de la phase la plus faste (fig. 22, 23, 24 et 25).

73La part du stockage alimentaire de proximité auquel devaient participer les pots ou urnes, les coupes-couvercle servant à leur obturation ainsi que les amphores, est difficile à évaluer, la fragmentation importante des formes fermées n’autorisant pas à évaluer correctement les pourcentages respectifs des pots et des cruches. Cette fonction semble cependant devenir de plus en plus importante et surtout se diversifier à en juger par la variété des formes de pots, souvent munis de deux anses (fig. 23, C ; fig. 25, Ν et Ρ) et qui, pour certains, se rapprochent typologiquement beaucoup des premières productions d’olla en céramique tournée (fig. 23, Ε et F).

74Quant aux cruches, si elles étaient sans doute largement utilisées pour le service de la table, elles devaient également remplir des fonctions plus domestiques tel le puisage de l’eau par exemple tout comme les amphores servaient à son transport quotidien.

75L’utilisation culinaire de cette vaisselle est, de son côté, particulièrement patente grâce à la fréquence des mortiers qui sont les formes ouvertes les plus nombreuses et dont les pourcentages varient de 12 et 16,5 % selon les phases (fig. 23, G, H et fig. 24, G). Nous ne reviendrons pas en détail sur leur fonction, bien connue, liée à la transformation alimentaire et la préparation de certains mets. Il faudrait encore leur adjoindre les plats et jattes dont la présence reste cependant toujours modeste : 2,6 à 3,8 % du mobilier (fig. 24, F).

76En fait l’évolution de cette vaisselle se caractérise surtout par une plus grande diversification de ses usages au fil du temps. Cette diversification se fait au dépens de l’ensemble des formes fermées dont le pourcentage décline régulièrement. Alors qu’elles représentaient plus de 83 % du mobilier en pâte claire lors de la phase 1, elles en composent moins de 60 % lors de la phase 4.

77Sont apparus parallèlement d’autres types d’objets dévolus à des usages domestiques divers : brûle parfum, tirelires (fig. 24, H), gourde (fig. 25, Q), bassine, lampes surtout et petits pots.

a.b. Les céramiques communes tournées à pâte claire engobées : CL ENG15
  • 15 On cherchera en vain dans la typologie des CL ENG présentée par Cl. Raynaud dans le Dicocer l’ensem (...)

78Assimilables par leur composition - une argile calcaire - aux productions de céramiques à pâte claire, elles s’en distinguent toutefois par leur qualité - finesse de leurs parois, soin apporté à leur finition - et surtout leur répertoire qui les rattache davantage à la vaisselle tournée fine au point que leur classification oscille souvent entre l’une ou l’autre catégorie. Contrairement au groupe précédent, les céramiques communes à pâte claire engobées sont en effet principalement destinées à la table et au service. Ce sont les formes ouvertes qui occupent la 40 place la plus importante (fig. 26), près de 60 % du mobilier 30 en moyenne avec un pic à plus de 76 % lors de la phase 3, qui Β reste difficile à expliquer. Son répertoire de vaisselle de table reste néanmoins très limité et privilégie les coupes qui constituent de loin la forme prédominante (fig. 27) et semblent mieux correspondre aux habitudes locales de consommation. L’assiette, pourtant déjà présente dans les répertoires de céramiques à vernis noir italiques, de sigillées arétines, puis de sigillées claires A, demeure très rare. Elle se rencontre seulement lors de la phase 2 tandis que les gobelets ne viennent compléter ce service qu’au cours de la phase 3. Ils restent tous deux très marginaux.

Fig. 26 - Répartition, au sein des CL ENG, entre les vases de forme fermée (gris clair), les vases de forme ouverte (gris foncé) et les vases relevant de forme autre (noir).

Fig. 27 - Répartition, lors des phases 2 et 3, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques claires engobées (CL ENG). Phase 2 : 1. coupe (55 %) ; 2. assiette (5 %) ; 3. cruche (40 %). Phase 3 : 1. coupe (63,8 %) (A, B, C, D) ; 2. gobelet (4,2 %) ; 3. jatte (2,1 %) (E) ; 4. forme ouverte indéterminée (2,1 %) ; 5. cruche (6,3 %) ; 6. forme fermée indéterminée (12,75 %) ; 7. couvercle (4,2 %) ; 8. lampe (4,2 %).

79En ce qui concerne les coupes, l’évolution de leur forme semble fortement tributaire de celles de la vaisselle fine que cette dernière soit importée (campanienne, sigillée arétine puis sigillée claire A) ou produite en Gaule (sigillée sud-gauloise).

  • 16 Ce type de coupe correspond aux formes Pasqualini 1a et 1b (Pasqualini 1993, 480, fig. 243).

80On trouve en effet, dès la phase 2, plusieurs types de coupes dont la forme semble héritée du vaisselier campanien. La plus fréquente est une coupe à parois obliques et à bord plus ou moins déversé16, qui rappelle les exemplaires tardifs de coupe campanienne A de type 8Bc (CAMP A 2943) très fréquente, majoritaire même, dans le vaisselier de table de la seconde moitié du Ier s. av. J.-C (fig. 27, A). D’autres exemplaires semblent relever du répertoire de la campanienne C, en particulier la forme 18, également abondante sur le site (fig. 27, D).

  • 17 Types Pasqualini 1d et le en particulier (voir Pasqualini 1993, 480-481, fig 243 et 244).
  • 18 Sa pénétration reste très inférieure en tout cas à celle des services campaniens.

81Lors de la phase suivante la typologie s’enrichit. A côté des formes précédentes, apparaissent des coupes à bords plus rentrants17 ainsi que des coupes à pied (fig. 27, A à G). Cette variété trouve peut-être son origine dans l’apparition des sigillées sud-gauloises, en particulier les productions de la Graufesenque, qui se sont en effet bien mieux imposées dans le vaisselier de table moyen que les sigillées arétines dont la présence reste toujours très faible18 Elles offrent très vite un répertoire relativement large même si les goûts locaux se limitent à un nombre restreint de formes. Avec l’ouverture de ce marché les officines locales ont peut-être senti la nécessité de renouveler quelque peu leur répertoire pour répondre à de nouveaux besoins de consommation. Mais ce renouvellement reste très léger à l’instar de l’usage limité du service des sigillées et semble surtout ne pas être véritablement tributaire de la typologie de ces dernières. Cette relative indépendance du répertoire des CL ENG, qui privilégie toujours la forme du bol et de la coupe, souligne malgré tout, en dépit de la modestie de son marché, sa capacité à répondre aux goûts indigènes.

Fig. 28 - Répartition, lors de la phase 4, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques claires engobées (CL ENG). 1. coupe (46,2 %) (A, B, C, D, E, F, G) ; 2. lampe (3,8 %) ; 3. jatte (3,8 %) ; 4. plat (3,8 %) ; 5. cruche (30,7 %) (H, I) ; 6. forme fermée indéterminée (7,8 %) ; 7. couvercle (3,8 %).

82Parmi les formes ouvertes on peut encore citer la présence de quelques plats ou jattes qui restent très minoritaires (2 à 7,5 % de la catégorie) et que la finesse de leurs parois destinait sans doute plus à la présentation qu’à un usage intensif et, ce faisant, plus à la table qu’à la cuisine.

83L’autre grand type qui caractérise les céramiques à pâte claire engobée est la cruche. Les exemplaires, très nombreux et variés, ont des formes généralement plus élancées que les individus en pâte claire. A en juger par la couleur très normalisée des engobes - orange à brun pour l’ensemble de la vaisselle - elles pouvaient constituer, avec les coupes, de véritables services harmonisés rappelant en cela l’homogénéité visuelle de la vaisselle fine.

84Tout comme pour les céramiques à pâte claire, un lot d’objets divers complétait l’ensemble de ce répertoire : petits pots peut-être destinés aux condiments ou aux fards, couvercles, lampes.

b. La céramique commune tournée marseillaise : CT MAS ?

85Au sein de la catégorie de la céramique commune tournée régionale a été mis en évidence un lot de céramique que sa pâte rapproche des productions de CNT MAS. Il s’agit exclusivement de pots de module peu important. Peu abondante - elle représente entre 3,5 et 1,5 % de la céramique commune-, cette production semble également de très courte durée (fig. 29, a et b). Apparue lors de la phase 2, elle ne se poursuit pas au-delà de la phase 3 au cours de laquelle son pourcentage décroît en outre de façon sensible, témoignant ainsi du caractère expérimental de cette production de céramique tournée.

  • 19 Il serait en effet indispensable de comparer les résultats de l’analyse chimique de ces exemplaires (...)

86Faut-il voir dans cette tentative, avortée, de fabrication et de commercialisation de formes tournées, la main d’ateliers de Marseille dans les derniers temps de leur activité ? Seule l’analyse des pâtes permettra de confirmer cette hypothèse19.

c. La céramique kaolinitique : KAOL

87Bien que présentes relativement tôt, les productions de la région sud-voconce restent cependant toujours rares au regard des productions de céramique culinaire régionales. Elles se limitent à trois exemplaires lors de la phase 4, soit un couvercle et deux cruches du type Goudineau 1, formes les mieux représentées à Aix-en-Provence pour les niveaux du Haut Empire.

d. Les céramiques communes tournées provençales

88Sont en réalité réunies sous cette appellation une grande variété de productions sans doute liées à la multiplication de petits ateliers locaux et régionaux, pour lesquelles nous ne sommes pas en mesure aujourd’hui d’établir une classification. Encore timides, il est vrai, les premières tentatives de production de céramique tournée apparaissent dès l’époque augustéenne. Sans lendemain pour les CT MAS, elles vont trouver ici un champ d’expression multiple dans un registre qui reste cependant toujours restreint : la céramique culinaire et la petite resserre (fig. 29, C à G).

89Ressort toutefois de cet ensemble composite un groupe très particulier, tout à fait caractéristique par son homogénéité et très largement majoritaire, sur lequel nous avons principalement basé notre étude, les COM PRO.

90Cette catégorie de céramique constitue l’un des groupes les plus intéressants de la céramique commune gallo-romaine régionale. Il s’agit de vases qui apparaissent dans la seconde moitié du Ier s. de n.è. et dont la facture trahit la grande maîtrise des potiers qui les ont fabriqués. Leur pâte qui varie de la couleur orangée à la couleur brune a été dégraissée, semble-t-il, à l’aide de calcite pilée, bien visible sur les tranches cassées. Les parois des vases sont minces et régulières.

91Par sa typologie générale, les pourcentages dans lesquels entre chaque forme et ses fonctions, elle s’inscrit, d’une certaine manière, dans la filiation de la céramique commune non tournée qu’elle rem place de façon brutale et définitive à partir du milieu du Ier s. de n.è.

Fig. 29 - Répertoire de pots fabriqués en céramique commune tournée régionale. A et B : productions en CT MAS ; C à G : productions en COM PRO.

Fig. 30 - Répartition des principaux types de vases composant le répertoire des COM PRO. 1. olla (67,4 %) (F) ; 2. marmite (8,2 %) (A, D) ; 3. pot à une anse (2 %) (H) ; 4. couvercle (18,4 %) (C, E, G) ; 5. jatte/coupe (2 %) (B) ; 6. cruche (2 %).

92A la fin du Ier s. de n.è. cette production représente déjà près de 30 % de la céramique commune tournée et, au début du IIe s., elle atteint 35 % de cette catégorie.

93Son répertoire semble avoir été fixé très rapidement et se caractérise par une étonnante permanence tant dans les types de vases utilisés que dans les formes qui puisent, pour beaucoup, dans celles des céramiques communes italiques (fig. 30).

  • 20 Il faut également signaler leur usage très fréquent comme urnes cinéraires puisqu’elles constituent (...)

94Dans cette production, avant tout destinée à la cuisine et à la petite conserve, la forme la plus utilisée est l’olla qui compose l’essentiel du mobilier exhumé (environ 75 %). On retrouve là des pourcentages très proches de ceux des urnes non tournées. Les modules et les variantes en sont multiples mais l’étude de ce mobilier est encore trop peu avancée pour permettre d’en arrêter précisément la typo-chronologie (fig. 30, F). Les multiples coups de feu observés sur les fonds et les parois des vases indiquent en tout cas clairement leur usage culinaire sans exclure pour autant une fonction de petite resserre20.

95Dans le registre culinaire on trouve également des marmites, très proches des modèles italiques du type COM IT 3e mais ici à fond plat (fig. 30, A et D). Leur nombre semble très inférieur à celui des ollae sans que l’on puisse véritablement en préciser le pourcentage, ce vase ne se distinguant de l’olla que par la carène de sa panse. Ces deux types de récipients sont accompagnés de couvercles, également inspirés des productions italiques, aux dimensions très variables (fig. 30, C et E). Les pots à une anse sont rares (fig. 30, H).

96Parmi les formes ouvertes ce sont les plats ou jattes qui sont le plus couramment utilisés (6 %) (fig. 30, Β), suivis par les coupes (3 %). Les cruches enfin apparaissent également très minoritaires (3 %). Le plus souvent pourvues d’un bec trilobé, elles correspondent de la même manière à des modèles très courants dans le bassin occidental de la Méditerranée aux Ier et IIe s. de n.è (Vegas 1973, 109-110).

97Par ses caractéristiques tout à la fois quantitatives, technologiques et typologiques, cette production appelle plusieurs remarques et soulève surtout la question de son origine.

98Ressort en premier lieu sa fréquence. Les proportions dans lesquelles on la rencontre sur l’ensemble des sites aixois laissent en effet supposer l’existence d’ateliers locaux, implantés de surcroît durablement, à en juger par la longévité de leur activité puisque cette catégorie de vases continue d’accompagner, semble-t-il sans grande évolution typologique, les niveaux d’occupation des IIe et IIIe s.

99La deuxième observation a trait à son émergence soudaine et son caractère d’emblée parfaitement abouti. Les premières séries ne laissent percevoir, tant dans la définition de leur répertoire, la morphologie des vases que dans leurs caractéristiques technologiques, aucune période de transition.

100En marque enfin sans conteste sa singularité sa filiation immédiatement très affirmée avec les productions de céramiques culinaires italiques dont elle s’inspire abondamment. Une telle parenté suggère ici moins un simple phénomène d’acculturation qu’un transfert direct de technologie peut-être lié à la présence sur place de potiers italiques.

Conclusion

101Pour restreinte qu’elle soit, la collection de céramique commune présentée ici n’en ouvre pas moins un champ renouvelé aux enquêtes régionales portant sur le sujet.

102L’un de ses principaux apports est d’avoir révélé l’existence de productions jusqu’alors inconnues, dont nous avons souligné la parenté technologique et typologique avec les ateliers de Marseille étudiés par P. Arcelin (Arcelin 1979, Arcelin/Picon 1985). Outre qu’elle remet en cause l’hypothèse traditionnellement proposée de leur arrêt définitif à l’issue de la chute de Marseille intervenue en 49 av. J.-C., la poursuite - ou la reprise - de ces productions de céramiques non tournées jusqu’à l’époque augustéenne, parce qu’elle semble ici intimement liée au développement de l’agglomération aixoise, porte déjà en elle-même des informations particulièrement instructives sur la population qu’elle touche.

103De la même manière les observations faites sur les COM PRO, sans éclairer véritablement sur l’origine de leur fabrication, ont toutefois mis en exergue non seulement leur pourcentage particulièrement élevé dans les vaisseliers de ce quartier de la ville mais également leur apparition relativement précoce par rapport aux autres sites régionaux où on les rencontre et enfin, leur morphologie sensiblement différente de celle des autres productions tournées provençales présentes sur le site à la même époque.

Fig. 31. Représentativité, par phase, des différents types de vase utilisés pour la cuisson. 1 : ollae ; 2 : patinae/poêles ; 3 : marmites ; 4 : ustensiles de préparation.

Fig. 32. Représentativité, par phase, des différents types de vase utilisés pour la table. 1 : cruches ; 2 : coupes ; 3 : gobelets ; 4 : plats/assiettes.

104Mais au-delà des questions touchant les ateliers, cette collection est intéressante surtout pour la connaissance anthropologique de la population aixoise qui a utilisé ces vases. La composition du vaisselier et tout particulièrement du vaisselier culinaire laisse en effet voir un attachement très ancré à des modes alimentaires traditionnels, qui paraît de prime abord assez singulier dans un tel contexte.

105Ce sont tout d’abord les proportions dans lesquelles entrent jusqu’au changement d’ère, les céramiques communes non tournées, et qui rappellent pour beaucoup la situation d’habitats indigènes contemporains. Rapprochement pour le moins étonnant dans une ville de création romaine, déjà ancienne de surcroît, dans laquelle on aurait pu s’attendre à une rupture plus marquée avec les habitudes locales.

106En second lieu l’attachement très fort, quelle que soit la période considérée, à des formes de vases qui, en dépit des modifications morphologiques qui en scandent l’évolution typologique, sont en réalité héritées de vaisseliers anciens. En témoignent, d’une part les choix qui caractérisent la consommation de céramique non tournée, d’autre part l’ensemble du répertoire culinaire en céramique commune tournée régionale. Non seulement les apports technologiques ne l’ont en rien modifié, mais on constate surtout que les emprunts pourtant affirmés à des répertoires étrangers, italiques en particulier, servent en fait ici avant tout les goûts locaux. Les artisans sont allés y puiser les formes les mieux adaptées aux besoins indigènes.

107Que l’on cuisine ou mange dans de la vaisselle tournée, on continue de préparer et de consommer dans les mêmes types de récipients qu’auparavant, destinés à une cuisine essentiellement bouillie ou mijotée (fig. 31). La part relativement importante qu’occupent les faitouts dans la seconde moitié du Ier s. de n.è. ne constitue pas alors une nouveauté, mais s’inscrit déjà dans une tradition locale. L’arrivée sur le marché local de formes nouvelles - plat à four et poêle en particulier - reste en effet toujours très marginale. Même les productions de céramique culinaires africaines, qui composent pourtant rapidement l’essentiel des communes importées, ne constituent qu’un complément du vaisselier culinaire au regard de la masse des productions régionales et alimentent essentiellement les cuisines en récipients pour mijoter (par exemple forme 23 ou encore forme 198 et, ultérieurement, forme 197).

  • 21 A quelques nuances près la vaisselle tournée fine aixoise offre, entre la seconde moitié du Ier s. (...)

108On peut faire les mêmes remarques pour la vaisselle de table (fig. 32). Le répertoire local privilégie toujours la coupe et atteste, malgré sa capacité à produire de nouvelles formes de vases sans doute motivée par la présence de vaisseliers de céramiques tournées fines, une certaine indifférence à de nouvelles manières de consommer. Le confirment de son côté la part peu importante qu’occupent les céramiques tournées fines et surtout leur répertoire restreint21. Si les sigillées sud-gauloises, qui composent à partir des années 50 de n.è. l’essentiel du service de table, se sont infiniment mieux imposées que les sigillées arétines, elles se limitent néanmoins à quelques formes usuelles où prédominent coupes et bols, l’une des caractéristiques du service de table aixois étant l’absence à peu près totale d’assiettes.

109En réalité, l’image que livre ce mobilier traduit, à l’instar de ce qui a pu être observé à Lattes pour la même période, sinon l’affirmation d’une résistance à la pénétration des mœurs de table exogènes, italiques notamment, tout au moins l’extrême lenteur de celle-ci dans un contexte général pourtant largement ouvert aux processus d’acculturation. Et c’est sans doute là que réside la leçon la plus instructive de cette étude qu’éclaire la comparaison avec l’exemple lattois (Bats 1990, 356 ; Fiches 1994, 370).

  • 22 Sans préjuger cependant, dans cette période déjà éloignée de la fondation de la ville, de l’origine (...)
  • 23 On peut supposer que les neuf cents Salyens d’Entremont qui, à l’issue de la destruction de leur vi (...)

110Sous-tendant le traditionnalisme de la population qui l’exprime, cette forme douce de résistance en réfléchit par là-même le fonds indigène22. Bien que quelques décennies se soient déjà écoulées depuis la création de la ville, ressurgit là le souvenir de l’ethnique Salluvii auquel faisait référence Pline l’Ancien en désignant la ville : Aquae Sextiae Salluviorum (Pline, Hist. Nat. III, 36). Aix est une ville indigène qui, à l’inverse d’Arles, Narbonne ou Fréjus, ne doit son statut ou son origine ni à une déduction de vétérans ni à de nouveaux venus, même si l’établissement originel fut accompagné de l’installation d’une garnison romaine ainsi que nous l’apprend Strabon (Strabon, IV, 1, 5 ; Février 1977, 43)23. C’est sans doute à la présence d’un tel substrat humain qu’il faut lier la permanence d’un vaisselier au faciès indigène et, à travers lui, de modes alimentaires traditionnels.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arcelin 1979 : ARCELIN (R), La céramique modelée au Ier s. av. J.-C. dans les Bouches-du-Rhône. La vaisselle culinaire autochtone de la conquête à la romanisation (125 av. J.-C.-règne d’Auguste). Thèse de doctorat de IIIe cycle, Aix en Provence, 1979. 2 vol. (dactyl.).

Arcelin/Picon 1985 : ARCELIN (P.), PICON (M.), Ateliers de céramique non tournée en Provence occidentale à la fin de l’Age du Fer. In : Actes du colloque du GIS d’Aix “Histoire des Techniques et sources documentaires” (1982). Aix-en-Provence, 1985 (Publ. de l’IRM, cah. n° 7), 115-128.

Bats 1988 : BATS (M.), Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (ν. 350-ν. 50 av. J.C.). Modèles culturels et catégories céramiques. Paris, 1988 (RANarb, Suppl. 18).

Bats 1990 : BATS (M.), Mobilier céramique : le faciès culturel. In : Fouilles dans la ville antique de Lattes : les îlots 1, 3 et 4-Nord du quartier Saint-Sauveur (M. Py dir.). Lattes, 1990 (Lattara 3), 351-356.

Bérato 1993 : BÉRATO (J.), Évolution de la céramique non tournée de la fin de l’Age du Fer à la période gallo-romaine dans le département du Var. DAM, 16, 1993, 317-336.

Bérard et al. 1991 : BERARD (G.), DE LUCA (B.), LANDURÉ (C.), Les fouilles de l’enclos des Chartreux de l’antiquité au XVIIe s. Aix-enProvence, 1991 (Doc. Arch. Aixoise 5).

Échallier, Py 1983 : ÉCHALLIER ((J.-C.), PY (M.), La provenance des vases non tournés dits de “l’atelier A” de Nages. DAM, 6, 1983, 145-148.

Février 1977 : FÉVRIER (P.-Α.), Antiquité et Haut Moyen-Age : les débuts d’une cité. In : Histoire d’Aixen-Provence. Aix-en-Provence, 1977, 27-70.

Fiches 1994 : FICHES (J.-L.), Les céramiques d’époque romaine (Ier s. av. J.-C.-IIe s. de n.è.). In : Exploration de la ville portuaire de Lattes. Les îlots 2, 4-Sud, 5, 7Est, 8, 9 et 16 du quartier Saint-Sauveur (D. Garcia dir.). Lattes, 1994 (Lattara 7), 333-372.

Fixot et al. 1985 : FIXOT (M.), GUYON (J.), PELLETIER (J.-P.), RIVET (L.), Des abords du forum au palais archiépiscopal. Étude du centre monumental d’Aix-en-Provence. Bull. monumental, 144, III, 1986, 195-290.

Gascou 1995 : GASCOU (J.), Inscriptions latines de Narbonnaise. III. Aix en Provence. Paris, 1995 (XLIV e supplément à Gallia).

Guild et al. 1983 : GUILD (R.), GUYON (J.), RIVET (L.). Les origines du baptistère de la cathédrale SaintSauveur. Étude de topographie aixoise. RANarb, 16, 1983, 171-232.

Kauffmann 1983 : KAUFFMANN (Α.), Aix-en-Provence antique : problèmes de topographie et évolution urbaine. D.E.S., Université d’Aix-en-Provence, 1983.

Nin 1987 : NIN (N.), La voie aurélienne et ses abords à Aix-en-Provence ; nouvelles données sur un paysage péri-urbain. RANarb, 20, 1987, 191-280.

Pasqualini 1993 : PASQUALINI (M.), Les céramiques utilitaires locales et importées en basse Provence (Ier-IIIe s. de n.è.). La vaisselle de table et de cuisine. Thèse de IIIe cycle, Aix-en-Provence, 1993, 4 vol. (dactyl.)

Py 1990a : PY (M.), La céramique de l’îlot 3. In : Fouilles dans la ville antique de Lattes : les îlots 1, 3 et 4-Nord du quartier Saint-Sauveur (M. Py dir.). Lattes, 1990 (Lattara 3), 151-190.

Py 1990b : PY (M.), La céramique de l’îlot 4-Nord. In : Fouilles dans la ville antique de Lattes : les îlots 1, 3 et 4-Nord du quartier Saint-Sauveur (M. Py dir.). Lattes, 1990 (Lattara 3), 247-268.

Py 1990c : PY (M.), Mobilier céramique : productions et importations. In : Fouilles dans la ville antique de Lattes : les îlots 1, 3 et 4-Nord du quartier Saint-Sauveur (M. Py dir.). Lattes, 1990 (Lattara 3), 329-250.

Py 1990d : PY (M.), Culture, économie et société protohistoriques dans la région nimoise. Rome, 1990 (Coll. EFR 131).

Py 1993 : PY (M.) (dir.), Dicocer. Dictionnaire des céramiques antiques (VIIe s. av. J.-C.-VIIe s. de n.è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan). Lattes, 1993 (Lattara 6).

Vegas 1973 : VEGAS (M.), Cerámica común romana del Mediterráneo. Barcelone, 1973.

Notes

1 Voir à ce propos la publication des fouilles réalisées dans le baptistère de la cathédrale Saint-Sauveur de 1976 à 1979 (Guild et al. 1983, 171-232), dans la cour de l’Archevêché en 1984 (Fixot et al. 1985, 195-290) ou encore sur l’Espace Forbin en 1986 (Nin 1987, 191-280). Les autres grands chantiers, pour tant le plus souvent publiés, ne fournissent, sur le mobilier, que des informations lapidaires.

2 Sur ce site, situé dans l’axe du cardo maximus et tout près de la porte monumentale sud-est de l’agglomération, a été mis au jour, au printemps 1995, un dépotoir qui recélait de nombreux ratés de cuisson de petites cruches. Son étude est en cours.

3 Au cœur de la ville ancienne, le site actuel de l’établissement thermal a fait l’objet d’un vaste programme de réaménagement qui a entraîné, en 1991 et 1993, la fouille de deux secteurs distincts, dont nous avons assumé la direction.

4 Pline, Hist. Nat., III, 4, 36 ; Strabon, IV, 1,5.

5 Les principaux sites à avoir livré des niveaux augustéens sont le 8bis, rue de la Molle, la cour de l’Archevêché et les habitations 1 et 2 des Chartreux (voir à ce propos Kauffmann 1985, 97-99 ; Fixot et al. 1985, 198-204 ; Bérard et al. 1991).

6 Le traitement, l’inventaire et les dessins du mobilier céramique ont été réalisés par Marie Lutti, Noële Nin et MarieThérèse Pesty que nous associons à cette publication en les remerciant vivement pour leur collaboration le plus souvent bénévole.

7 On retrouve là des proportions très proches de celles dégagées dans le mobilier de l’îlot 4-n de Lattes où M. Py a mis en exergue la baisse sensible du mobilier amphorique alentour le changement d’ère (Py 1990b, 259).

8 Nous reprenons ici la codification proposée dans le Dictionnaire des céramiques antiques (DICOCER), publié sous la direction de M. Py dans la collection Lattara (Py 1993).

9 La part très importante qu’occupent les cruches lors de la phase 1 ne reflète sans doute pas leur fréquence réelle dans le vaisselier mais résulte plus vraisemblablement de la faiblesse de l’échantillonnage, le NMI sur lequel repose l’analyse apparaissant extrêmement peu élevé, 14 individus recensés seulement.

10 Sous cette appellation très générale sont en fait réunies une multitude de productions distinctes pour lesquelles toute classification sérielle apparaît très délicate.

11 Bien qu’ayant lié l’arrêt des productions de CNT MAS à la chute de Marseille, intervenue en 49 av. J.-C., P. Arcelin signale leur présence, dans des proportions, il est vrai, très réduites, sur quelques sites créés après cette date tel le Castellas de Rognac dont l’occupation couvre les années 50-20/10 av. J.-C (Arcelin 1979, 191).

12 M. Py a fait une observation analogue pour le site de Lattes où l’analyse typologique et quantitative du mobilier souligne le net accroissement des productions de céramiques communes régionales dès l’époque augustéenne (Py 1990c, 332).

13 Contrairement à la région varoise où persiste, durant toute l’époque romaine, une solide tradition potière de céramique non tournée essentiellement destinée à la cuisine (Bérato 1993), on ne connaît pas, dans les Bouches-du-Rhône, de productions locales de céramiques non tournées après l’époque augustéenne. Celles qui sont présentes à Aix-en-Provence dans certains niveaux de la phase 4 apparaissent résiduelles et n’ont, de ce fait, pas été prises en compte dans les pourcentages relatifs à cette phase.

14 Avant que leur origine soit clairement identifiée par Michel Pasqualini (Pasqualini 1993, 487 et 491, fig. 248 b), ces productions, pourtant bien individualisées dans les inventaires aixois, étaient jusqu’à présent classées sous la rubrique de “céramique rouge et noir globulaire” et le plus souvent attribuées à des ateliers d’Afrique du Nord en raison de la dureté et de la couleur rouge brique de leur pâte.

15 On cherchera en vain dans la typologie des CL ENG présentée par Cl. Raynaud dans le Dicocer l’ensemble des formes répertoriées ici (Raynaud, in Py 1993, 198-203). En sont en effet presque totalement absentes les formes caractérisant la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. et des deux premiers siècles de n.è et, plus largement, la majeure partie du répertoire provençal.
Il nous faut également alerter le lecteur sur les difficultés que pose l’estimation quantitative de ces productions. Leur représentativité est sans aucun doute très sous-estimée, leur détermination reposant essentiellement sur la présence d’un engobe de surface souvent très mal conservé.

16 Ce type de coupe correspond aux formes Pasqualini 1a et 1b (Pasqualini 1993, 480, fig. 243).

17 Types Pasqualini 1d et le en particulier (voir Pasqualini 1993, 480-481, fig 243 et 244).

18 Sa pénétration reste très inférieure en tout cas à celle des services campaniens.

19 Il serait en effet indispensable de comparer les résultats de l’analyse chimique de ces exemplaires avec ceux dégagés par M. Picon pour les productions de CNT MAS étudiées par P. Arcelin. Voir à ce propos Arcelin/Picon 1985, 115-128. La même enquête est également à réaliser pour les productions de CNT MAS tardives qui ont été mises au jour sur le site des Thermes.

20 Il faut également signaler leur usage très fréquent comme urnes cinéraires puisqu’elles constituent, à Aix-en-Provence, la grande majorité des réceptacles en céramique des incinérations secondaires.

21 A quelques nuances près la vaisselle tournée fine aixoise offre, entre la seconde moitié du Ier s. av. n.è. et la fin de l’époque flavienne, un profil analogue à celle du site de Lattes : importance du vaisselier campanien A lors des phase 1 et 2, faiblesse du répertoire arétin, essor des sigillées sud-gauloises que caractérise là aussi un choix de formes limité bien que légèrement plus ouvert, semble-t-il, qu’à Aix. Rareté enfin de la claire A africaine dans la seconde moitié du I er s. de n.è. et même ultérieurement (Fiches 1994, 345-346).

22 Sans préjuger cependant, dans cette période déjà éloignée de la fondation de la ville, de l’origine de la population aixoise contemporaine, la fenêtre ouverte ne concernant ici qu’un fragment d’un quartier.

23 On peut supposer que les neuf cents Salyens d’Entremont qui, à l’issue de la destruction de leur ville par les Romains, échappèrent à l’esclavage avec Craton et sa famille constituèrent le noyau primitif du peuplement de l’agglomération d’Aquae Sextiae (Diodore, 34, 23). Nous suivons par ailleurs entièrement l’hypothèse proposée par J. Gascou que la ville d’Aix s’est substituée à Entremont. Devenue la nouvelle capitale des Salyens, elle a dû rapidement attirer une population plus nombreuse, largement composée d’autochtones ayant accepté la domination de Rome (Gascou 1995, 22-24, note 29).

Table des illustrations

Légende Fig. 1-1 : Naples ; 2 : Marseille ; 3 : Arles ; 4 : Fréjus ; 5 : Lattes ; 6 : Aix-en-Provence (Relevé A.-Ch Nalin).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 2 - Plan de la ville antique d’Aquae Sextiae. 1 : forum ; 2 : insulae de la cour de l’Archevêché ; 3 : site de l’établissement thermal ; 4 : cLomus de Pasteur ; 5 : domus de Grassi ; 6 : domus de l’enclos Milhaud-Silvacane ; 7 : domus des Chartreux (Relevé N. Nin).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 3 - Plan général des fouilles réalisées sur le site de l’établissement thermal. Le cercle grisé indique la zone d’où est issue la collection étudiée ici (Relevé A.-Ch. Nalin).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 4 - Répartition entre la vaisselle (vaisselle tournée fine et vaisselle commune) et les récipients de stockage et de transport (dolia et amphores). Les pourcentages ont été établis à partir du nombre de fragments. En gris clair. la vaisselle ; en gris foncé : les récipients de stockage et de transport.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 5- Évolution des proportions de la vaisselle tournée fine (1), de la vaisselle commune (2) et des récipients de transport et de stockage (3). Courbes établies à partir du nombre de fragments.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 6 - Répartition et évolution, au sein de la vaisselle commune, de la céramique non tournée (1) et de la céramique tournée (2). Courbes établies à partir des NMI (nombre minimum d’individus).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 7 - Répartition, par phase, des différents types de vases composant le vaisselier de céramique commune non tournée. Pourcentages établis à partir des NMI.Phase 1 :1. pot ; 2. couvercle ; 3. faitout ; 4. cruche ;Phases 2 et 3 : 1. pot ; 2. couvercle ; 3. faitout ; 4. marmite ; 5. cruche ; 6. coupe/jatte
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Fig. 8 - Évolution des trois grandes catégories de céramique non tournée. Les pourcentages ont été calculés à partir du nombre de fragments.1. céramique non tournée des Alpilles (CNT ALP)2. céramique non tournée de Marseille (CNT MAS)3. céramique non tournée provençale (CNT PRO)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 9 - Évolution des trois grandes catégories de céramique non tournée. Les pourcentages ont été calculés à partir des NMI.1. céramique non tournée des Alpilles (CNT ALP)2. céramique non tournée de Marseille (CNT MAS)3. céramique non tournée provençale (CNT PRO)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 10 - Répartition, par phase, des différents types de vases composant le répertoire des CNT PRO. Pourcentages calculés à partir des NMI.Phase 1 :1. pot (55,5 %) ; 2. couvercle (22,75 %) ; 3. cruche (22,75 %). Phase 2 : 1. pot (42,5 %) ; 2. couvercle (22,5 %) ; 3. faitout (27,5 %), 4. coupe (7,5 %). Phase 3 : 1. pot (60,8 %) (A et B) ; 2. couvercle (25,5 %) (C) ; 3. faitout (5,9 %) ; 4. marmite (1,95 %) ; 5. coupe/jatte (3,9 %) (D et E) ; 6. cruche (1,95 %).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Légende Fig. 11 - Répartition, par phase, des différents types de vases composant le répertoire des CNT ALR Pourcentages calculés à partir des NMI.Phase 1 : 1. pot (100 %). Phase 2 : 1. pot (68 %) ; 2. couvercle (28 %) ; 3. faitout (4 %). Phase 3 : 1. pot (83,6 %) (A et B) ; 2. couvercle (13,4 %) (C) ; 3. faitout (1,5 %) ; 4. jatte (1,5 %).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 12 - CNT MAS. Répertoire principal de la série aixoise : A, B, C : pots ; D, E, F, G : couvercles.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 13 - Répartition, par phase, des différents types de vases composant le répertoire des CNT MAS. Pourcentages calculés à partir des NMI.Phase 1 : pot (33,35 %) ; 2. faitout (66,65 %). Phase 2 : 1. pot (37,2 %) ; 2. couvercle (18,6 %) ; 3. faitout (34,9 %) (C et D) ; 4. marmite (2,3 %) ; 5. coupe/jatte (4,6 %) ; 6. cruche (2,3 %). Phase 3 : 1. pot (55,1 %) (A et B) ; 2. couvercle (15,5 %) ; 3. faitout (26,5 %) (E) ; 4. marmite (9,7 %) ; 5. coupe/jatte (2,2 %) (F).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Légende Fig. 14 - Histogramme indiquant l’évolution de la répartition entre céramiques locales (en gris clair) et céramiques importées (en gris foncé) au sein du groupe des céramiques communes tournées. Pourcentages établis à partir des NMI.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 15 - Répartition, par phase, des différentes catégories de céramique commune importée. Pourcentages établis à partir des NMI. Phases 1 à 3 : 1. communes italiques (COM IT) ; 2. céramique à vernis rouge pompéien (R POMP). Phase 4 : 1. COM IT ; 2. R POMP ; 3. céramique commune de Méditerranée occidentale (COM MED) ; 4. céramique culinaire africaine (AF CUI).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Fig. 16 - Répartition, par phase, des différents types de vases composant le répertoire des COM IT. Pourcentages calculés à partir des NMI. Phase 3 : A. patina, forme 6c ; B. couvercle, forme 7c ; C. marmite, forme 3a.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 17 - Répartition, lors de la phase 3, des différents types de vases composant le répertoire des R POMP. Pourcentages calculés à partir des NMI. Lors des phases 1, 2 et 4, le répertoire est composé de plats de forme indéterminée.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 18 - Répartition, lors de la phase 4, des différents types de vases composant le répertoire des AF CUI. Pourcentages calculés à partir des NMI. 1. plat de type 23A (54,6 %) (C et D) ; 2. marmite de type 198 (9 %) (B) ; 3. couvercle de type 196 (36,4 %) (A).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 19 - Répartition et évolution des céramiques communes tournées.1. Céramique à pâte claire (CL REC et CL ENG réunies)2. Céramique commune tournée provençale (COM PRO)3. Céramique commune tournée de Marseille ?4. Céramique grise dite de Vaison (KAOL)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Fig. 20 - Répartition entre les céramiques claires sans engobe (CL REC), indiquées en gris clair, et les céramiques claires engobées (CL ENG), indiquées en gris foncé.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 21 - Répartition, au sein des CL REC, entre les vases de forme fermée (gris foncé), les vases de forme ouverte (gris clair) et les vases relevant de forme autre (noir).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 22 - Répartition, lors des phases 1 et 2, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques à pâte claire (CL REC). Phase 1 : 1. cruche (33,8 %) (A) ; 2. forme fermée indéterminée (50 %) ; 3. mortier (16,6 %). Phase 2 : 1. cruche (20,3 %) ; 2. forme fermée indéterminée (45,9 %) ; 3. pot (6,75 %) (B) ; 4. amphore de service (6,75 %) ; 5. Coupe couvercle (1,35 %) ; 6. mortier (13,5 %) (C et D) ; 7. plat (1,35 %) ; 8. gobelet (2,7 %) ; 9. tirelire (1,35 %).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende Fig. 23 - Répartition, lors de la phase 3, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques à pâte claire (CL REC). 1. cruche (18,7 %) (A et B) ; 2. forme fermée indéterminée (33,6 %) ; 3. pot (9 %) (C, D, E, F) ; 4. amphore de service (7,7 %) ; 5. couvercle (4,3 %) ; 6. coupe-couvercle (2,9 %) ; 7. mortier (12 %) (G, H) ; 8. plat/jatte (0,5 %) ; 9. coupe (1,5 %) ; 10. gobelet (1,5 %) ; 11. tirelire (0,5 %) ; 12. lampe (6,7 %).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 848k
Légende Fig. 24 - Répartition, lors de la phase 4, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques à pâte claire (CL REC). 1. cruche (25,5 %) (A, B, C, D) ; 2. forme fermée indéterminée (21,8 %) ; 5. coupe-couvercle (1,3 %) (E) ; 7. jatte (2,6 %) (F) ; 6. mortier (15,4 %) (G) ; 8. coupe (1,3 %) ; 10. tirelire (1,3 %) (H) ; 11. brûle-parfum (2,6 %) ; 12. bassine (1,3 %).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Fig. 25 - Répartition, lors de la phase 4, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques à pâte claire (CL REC). 3. pot (6,4 %) (L, N, P) ; 4. couvercle (7,7 %) (I, J, K, M, O) ; 9. gourde (1,3 %) (Q) ; 13. lampe (12,8 %)
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Légende Fig. 26 - Répartition, au sein des CL ENG, entre les vases de forme fermée (gris clair), les vases de forme ouverte (gris foncé) et les vases relevant de forme autre (noir).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 27 - Répartition, lors des phases 2 et 3, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques claires engobées (CL ENG). Phase 2 : 1. coupe (55 %) ; 2. assiette (5 %) ; 3. cruche (40 %). Phase 3 : 1. coupe (63,8 %) (A, B, C, D) ; 2. gobelet (4,2 %) ; 3. jatte (2,1 %) (E) ; 4. forme ouverte indéterminée (2,1 %) ; 5. cruche (6,3 %) ; 6. forme fermée indéterminée (12,75 %) ; 7. couvercle (4,2 %) ; 8. lampe (4,2 %).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende Fig. 28 - Répartition, lors de la phase 4, des différents types de vases composant le répertoire des céramiques claires engobées (CL ENG). 1. coupe (46,2 %) (A, B, C, D, E, F, G) ; 2. lampe (3,8 %) ; 3. jatte (3,8 %) ; 4. plat (3,8 %) ; 5. cruche (30,7 %) (H, I) ; 6. forme fermée indéterminée (7,8 %) ; 7. couvercle (3,8 %).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 29 - Répertoire de pots fabriqués en céramique commune tournée régionale. A et B : productions en CT MAS ; C à G : productions en COM PRO.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Fig. 30 - Répartition des principaux types de vases composant le répertoire des COM PRO. 1. olla (67,4 %) (F) ; 2. marmite (8,2 %) (A, D) ; 3. pot à une anse (2 %) (H) ; 4. couvercle (18,4 %) (C, E, G) ; 5. jatte/coupe (2 %) (B) ; 6. cruche (2 %).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Légende Fig. 31. Représentativité, par phase, des différents types de vase utilisés pour la cuisson. 1 : ollae ; 2 : patinae/poêles ; 3 : marmites ; 4 : ustensiles de préparation.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 32. Représentativité, par phase, des différents types de vase utilisés pour la table. 1 : cruches ; 2 : coupes ; 3 : gobelets ; 4 : plats/assiettes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1917/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search