Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les céramiques communes de Campanie et de Narbonnaise (ie s. av. J.-C. - iie s. ap. J.-C.). La vaisselle de cuisine et de table

 | 
Michel Bats

La Narbonnaise

Les céramiques communes à Marseille d’après les fouilles récentes

Manuel Moliner

Texte intégral

Fig. 1 - Marseille, carte de localisation des sites mentionnés.
1 : Les Pistoles, îlots 61 et 62N ; 2 : Parc des Phocéens, îlot 24N ; 3 : les Carmes ; 4 : La Bourse ; 5 : Place Vivaux ; 6 : Sainte-Barbe ; 7 : Avenue Vaudoyer ; 8 : Bassin de Carénage.

1. Introduction

  • 1 Ces chantiers archéologiques ont été réalisés avec notre collègue L.Fr. Gantès dans le cadre de not (...)

1Les chantiers archéologiques entrepris au cœur de Marseille depuis plus de vingt ans ont exhumé, en quantité non négligeable, des céramiques communes d’époque romaine (fig. 1). Peu étudié ou publié, ce matériel issu de fouilles stratigraphiques témoigne de la vie quotidienne et des échanges à Marseille au temps de Rome. A l’opposé des secteurs portuaires ou des espaces funéraires, riches en mobilier souvent complet, les niveaux d’occupations liés à l’habitat ne livrent qu’en peu d’occasions des ensembles homogènes en raison des réoccupations et des spoliations qui affectent la ville dès la fin de l’Antiquité. A partir des fouilles de sauvetage que nous avons dirigées dans le Centreville depuis 19851, plusieurs contextes spécifiques ont pu être distingués qui contribuent à la connaissance d’un type de matériel souvent ignoré. Notre propos consistera dans une première partie en l’étude d’un ensemble clos, découvert sur un site d’habitat urbain en 1989, qui a permis de mettre en évidence, à partir de la typologie et des associations de mobilier, un faciès de consommation de la fin du Haut-Empire. Dans la seconde partie, nous présenterons des poteries la plupart du temps complètes, issues de fouilles anciennes ou récentes, susceptibles d’apporter de nouveaux éléments sur leur diffusion aux premiers siècles de notre ère.

2. Un lot homogène

2.1. Définition et méthode

  • 2 Nous tenons à remercier messieurs M. Bats, directeur du Centre Jean Bérard et M. Pasqualini (S.R.A. (...)

2Un lot important de céramiques d’époque romaine impériale a été découvert dans des remblais homogènes recouvrant les sols de béton d’une pièce fouillée partiellement (fig. 2 et 3). Cette pièce appartenait à un ensemble de salles constituant la partie centrale d’un îlot au plan régulier mis au jour en 1989 sur le chantier de fouille des Pistoles situé au cœur de la ville antique dans l’actuel quartier du Panier (Gantès/Moliner 1990, 24-30). La présence de poteries utilitaires en nombre significatif nous a conduit à présenter ce mobilier dans le cadre des journées d’études sur la céramique commune d’époque romaine en Narbonnaise et en Campanie organisées à Naples par le Centre Jean Bérard2.

Fig. 2 - Marseille, fouilles des Pistoles, vue d’ensemble du nord vers le sud.

  • 3 La méthode de comptage est empruntée au travail de M. Bonifay sur le chantier de la Bourse et publi (...)
  • 4 A titre d’exemple le nombre de bords, fonds et anses comptés s’élevait avant collage à 880 tessons (...)
  • 5 La terminologie utilisée pour le nom utilitaire, la fonction ou le service table/cuisine est issue (...)

3La stratigraphie étudiée (couches 163, 309 et 332 en zone 4) a livré des amphores, des céramiques fines et communes, du verre, des monnaies et des matériaux divers. Le total des tessons du mobilier céramique s’élève à 6897 fragments de panses, fonds, bords et anses dont l’analyse détaillée permet de restituer 647 vases distincts3, soit un rapport individus/tessons égal à 9,38 %4. Les données quantitatives de cette séquence stratigraphique sont répertoriées dans un tableau de comptage (fig. 4). Ce document présente les éléments d’identification et les totaux retenus pour cette étude : le total de fragments par catégories, productions et formes typologiques avec pour celles-ci le nom commun, la fonction puis le service (table ou cuisine) auxquels elles se rattachent5. Nous avons pris le parti de travailler du point de vue statistique à partir du nombre d’objets distingués et non pas à partir des tessons ou des bords, fonds et anses. Ce chiffre est exprimé en nombre minimum d’individus (NMI) puis en pourcentage par catégories générales et par productions détaillées. Ces éléments d’études seront présentés dans des graphiques en barres par pourcentage du nombre d’individus avec rappel du nombre d’exemplaires. Cette méthode de comptage et de représentation rend compte avec plus de précision de la composition quantitative, typologique ou fonctionnelle du lot exhumé.

Fig. 3- Marseille, touilles des Pistoles, emplacement du lot de céramiques.

Fig. 4 - Tableau général de comptage des céramiques.

Fig. 5 - Graphique de répartition par catégories de céramiques.

2.2. Les productions

4La composition générale par catégorie est donnée dans le graphique de répartition (fig. 5) qui montre immédiatement l’importance des céramiques communes dans le mobilier en terre cuite. Les amphores et la céramique fine seront évoquées dans cette partie tandis que les productions de céramiques communes seront l’objet de commentaires détaillés illustrés par les planches de dessins. Nous indiquerons, pour chaque type de mobilier, tout d’abord le nombre d’exemplaires identifiés et le pourcentage qu’il représente par rapport au nombre total des vases puis le pourcentage toujours en nombre minimum d’individus dans la catégorie à laquelle il est rattaché.

Fig. 6 - Graphique de répartition des céramiques communes locales/régionales.

2.2.1. Les amphores

5Le matériel amphorique se compose de quatre types distincts et de huit individus non déterminés soit 44 amphores au total représentant 6,80 % du total des vases. La catégorie la plus abondante est l’amphore africaine de type I (Panella 1973) avec 20 individus soit 45,45 % du total des amphores. La seconde catégorie a livré des amphores gauloises du type 4 de F. Laubenheimer (Laubenheimer 1985) ou type 7b de G. Bertucchi (Bertucchi 1992), soit 12 ind. équivalents à 27,27 %. On trouve également en quantité moindre d’autres amphores importées d’Afrique du nord (amphores tripolitaines, 3 ind. soit 6,82 %), d’Espagne (amphores de Bétique, 1 ind. soit 2,27 %) et des anses dont l’origine n’est pas déterminée (8 ind. soit 18,16 %). Les amphores de type Richborough 527 à la pâte si caractéristique sont uniquement attestées par de rares fragments de panses.

2.2.2. La céramique fine

6Huit productions classées usuellement en céramique “fine” ont été répertoriées. Elles constituent avec 101 individus 15,61 % du total des vases :

  • Lampes du type VII A (Deneauve 1969) : 8 objets soit 7,92 % de la céramique fine.

  • Sigillées du sud de la Gaule (Dragendorff 1895) : 25 vases soit 24,75 % de la fine, répartis entre 4 formes (2 bols Dragendorff 33, 6 coupelles Dragendorff 24/25 et 27, 7 coupes Dragendorff 37 et Curie 11b, 8 assiettes Dragendorff 15, 18b et 36 et 2 individus non attribués).

  • Paroi fine hispanique (Mayet 1975) avec 4 gobelets de forme XXXVIIA et 1 vase d’origine indéterminée (4,97 %).

  • Sigillée africaine claire A (Hayes 1972) : 26 vases soit 25,74 % de la céramique fine répartis en 4 formes (2 bols Hayes 17, 1 coupelle Hayes 14, 13 coupes Hayes 3A, 8A et 9A, 4 assiettes Hayes 6 et 31 et 6 ind. non attribués).

  • Sigillée claire B/luisante dite de la vallée du Rhône (Desbat 1980) : 35 vases soit 34,65 % de la céramique fine regroupés en 6 formes (2 urnes Desbat 66, 9 bols Desbat 8, 12 et 35, 2 coupelles Desbat 24, 6 coupes Desbat 15, 8 assiettes Desbat la, 2 et 3, 1 mortier Desbat 30, et 6 ind. non attribués).

  • Céramique à vernis plombifère de la vallée du Rhône (Desbat 1986) : 1 assiette à marli de forme Desbat 21 soit 0,99 %.

Fig. 7 - Communes locales/régionales : céramiques à pâte claire, formes ouvertes.

2.2.3. La céramique commune

7Sous cette appellation générale regroupant les céramiques “non fines” deux catégories ont été distinguées en raison de leur aire de provenance. D’une part les céramiques communes “locales et régionales” produites dans la vallée du Rhône, en Provence, dans le midi de la Gaule (185 vases), probablement pour certaines d’entre elles à Marseille même, et les céramiques communes importées en provenance du bassin méditerranéen (291 vases), soit avec les productions indéterminées un total de 502 vases, c’est-à-dire les trois-quarts du total général !

2.2.3.1 Les céramiques communes locales/régionales

8Cinq productions représentant 28,59 % des vases ont été individualisées à partir de l’observation visuelle de la composition des pâtes (fig. 6).

  • 6 Nous avons utilisé pour la classification de ce type de mobilier la typologie préliminaire proposée (...)
  • 7 Cet atelier de potiers a produit des amphores entre le Ier et le IIe s. La présence de matériel en (...)

9• Les céramiques à pâte claire calcaire constituent près de la moitié du lot avec 49,19 % (91 ind.). La typologie est variée6, on retrouve des formes ouvertes : bassins ovales de type 10 (fig. 7, n° 1-3), vases ouverts dont une forme inconnue, peut-être un bol tronconique à lèvre épaissie ? (fig. 7, n° 4), mortiers à listel épais de type 7 (fig. 7, n° 5) et des formes fermées, des vases à conserves de type B1 ou B2 (fig. 8, n° 1) et surtout des cruches ou pichets de type Al (fig. 8, n° 2-7). Nous sommes en présence de productions provençales et marseillaises. La pâte de ces dernières est caractéristique avec un dégraissant micacé très fin. Le répertoire des formes issues de cette fouille est assez proche du rapide inventaire de poteries romaines découvertes dans un dépotoir de potiers sur la Butte des Carmes7 et signalées brièvement par leur inventeur « ...le matériel recueilli, visiblement fabriqué sur place, comporte (...) des céramiques communes : cruches aux lèvres pourvues de profils variés, couvercles aux formes, modules et décors divers, bassin à marli, de forme ovale, mortiers. » (Bertucchi 1982, 143).

Fig. 8 - Communes locales/régionales : céramiques à pâte claire, formes fermées.

  • Les céramiques à pâte grise kaolinitique dites “grise de Vaison” sont présentes pour 7,03 % avec 12 cruches à bec ponté de forme 1 (Goudineau 1977) et une gourde ou bouillotte (Goudineau 1977, fig. 11, n° 1 à 3).

  • Les céramiques à pâte brune ou noire, à cuisson oxydante et dégraissants divers (quartz, calcaire, mica), parfois dites “brunes provençales”, sont nombreuses : 26,49 % avec 49 individus. Il s’agit presque exclusivement de formes fermées de type urne/olla (fig. 9, n° 1-4) et d’un couvercle.

  • Les céramiques à engobe micacé (Desbat 1979) sont attestées pour 12,43 % et 23 vases, uniquement des formes du type urne/olla (fig. 9, n° 5-7).

  • Les céramiques non tournées provençales ou céramique à pâte micacée constituent 4,86 % avec 9 individus. Un seul type est identifiable : l’urne à oreilles de forme 20 (Rivet 1982, 258-259).

Fig. 9 - Communes locales/régionales, céramiques à pâte brune ou à engobe micacé.

Fig. 10 - Graphique de répartition des céramiques communes importées.

Fig. 11 - Communes importées : céramique africaine de cuisine.

Fig. 12 - Communes importées : céramiques orientales, marmites et pots.

2.2.3.2. Les céramiques communes importées.

10Plusieurs productions de céramiques importées ont été reconnues (291 poteries) qui témoignent des arrivages en provenance du pourtour de la Méditerranée. Le graphique de répartition (fig. 10) rend compte de ces importations par catégories et grandes régions d’origine : l’Afrique du nord qui livre les deux tiers des vases importés, la Méditerranée orientale, l’Italie, le Proche-Orient et quelques productions indéterminées.

11Les céramiques africaines de cuisine (Hayes 1972) représentent 69,07 % du lot des céramiques communes importées avec 201 vases. Nous avons pu dénombrer en quantité importante des marmites du type Hayes 197 (50 ind.), de tailles très di verses (fig. 11, n°l, 2), des plats de forme Hayes 23B (62 ind.) et Hayes 26 (13 ind.) (fig. 11, n°3, 7), ainsi que de nombreux couvercles de forme Hayes 197 (50 ind.) et Hayes 182 (13 ind.) (fig. 11, n°4-6). Cette quasi équivalence entre les vases à feu et vrai semblablement leurs couvercles ainsi que le total élevé de poteries suggèrent une utilisation simultanée et une découverte sans doute peu éloignée du lieu d’utilisation. Nous n’avons pas associé à ces vases à cuire un couvercle pour former un seul individu pour les comptages. La représentation des marmites complètes dans les tableaux et graphiques en aurait été diminuée, mais en raison de leur très forte présence la physionomie générale de ceux-ci et les conclusions n’en n’auraient pas été modifiées. Ces arrivages africains de la fin du second siècle illustrés par la planche céramique (fig. 11) rappellent le faciès mis en évidence à Baetulo en Espagne (Aquilué Abadias 1985, 212 et fig. 4, 5 et 8).

Fig. 13 - Communes importées : céramiques orientales, cruches, poêles, jarres.

Fig. 14 - Communes importées : céramiques orientales, gobelets.

  • 8 Les références indiquées sont celles de la typologie des fouilles de l’Agora d’Athènes (Robinson 19 (...)
  • 9 J. W. Hayes mentionne des “cooking-pots” à bords à profil triangulaire, cependant le type 1 est dif (...)

12Les céramiques communes en provenance de Méditerranée orientale constituent avec 68 individus 23,37 % des importations8. Il s’agit comme pour les productions africaines majoritairement de vases à feu puis de vases à liquide : trente marmites cannelées du type G193 (Robinson 1959, pl. 7) ou “cooking-pot” type 2 (Hayes 1983, fig. 5, n° 58-63) (fig. 12, n°l-2), une marmite carénée du type G194 (Robinson 1959, pl. 7) ou “casserole” type 2 (Hayes 1983, fig. 7, n° 81-89) (fig. 12, n° 3) et deux marmites ayant une pâte similaire mais avec des bords non répertoriés9 (fig. 12, n° 4). Plus rares mais néanmoins présentes, probablement d’origine égéenne, deux poêles à frire à manche tubulaire de forme G113 (Robinson 1959, pl. 72) ou “fryingpans” de type 1 (Hayes 1983, 107 et 116, fig. 9, n° 99 et 102). En provenance du Proche-Orient, quatre marmites ou urnes à col droit, soit 0,62 %, connues dans d’autres fouilles à Marseille et à Toulon (voir infra), ont été déterminées récemment (fig. 15, n° 1). Elles semblent correspondre à la forme 10 de la typologie des céramiques communes culinaires de Galilée (Diez Fernandez 1983, 153-160). Les vases à verser et à boire sont représentés par six petites cruches cannelées à embouchure trilobée proches des types du type G188 et K106 (Robinson 1959, pl. 7 et 14) ou “trefoil-mouthed jugs” type 1 (Hayes 1983, fig. 6, n° 76-77) (fig. 13, n° l) et des gobelets. Une forme bien connue dans les fouilles de niveaux portuaires et dans les nécropoles est attestée en nombre important (22 objets) dans ce contexte stratigraphique. Il s’agit du petit bol ou gobelet ovoïde à une anse et liseré saillant sous un bord déversé (fig. 14, n° 1-3) de forme Marabini LXVIII (Marabini 1973, pl. 46 et 85). La question de l’origine de ces petits vases est toujours d’actualité, productions italiennes ou orientales ? La seconde hypothèse nous semble la plus probable en raison de la similitude du traitement de la surface du vase (revêtement brillant à bandes plus sombre à mi-panse) et de la pâte avec les autres productions orientales, ainsi qu’à partir de la discussion qui a suivi la communication de C. Coletti sur la vaisselle de cuisine d’Ostie. Une coupe ou grand bol, de pâte et surface identiques, mais dont subsiste seulement le fond, est à signaler. Un autre type de petit pot globulaire est connu : la version miniature du “cookingpot”. Quatre exemplaires dont la forme est proche du type M71 (Robinson 1959) mais avec un bord très fin et de petites anses s’y rat tachant et une pâte finement micacée (fig. 14, n° 8-11). Il ne s’agit pas ici d’un vase à cuire, mais plutôt d’un gobelet à paroi fine d’origine égéenne.

Fig. 15 - Communes importées : céramiques orientales, marmites, amphorette.

Fig. 16 - Communes importées : céramiques italiques.

  • Les céramiques communes originaires d’Italie constituent seulement 2,79 % (soit 18 ind.) avec des couvercles en commune italique (fig. 16, n° 1-2), probablement le groupe F de la classification de G. Olcese (Olcese 1993, 124 et 243-245, n° 169 à 173) et des plats à engobe interne rouge pompéien, forme 33 (Goudineau 1970, pl. III) dont un comporte une marque estampée très effacée (fig. 16, n° 3-4).

  • Vingt-six vases demeurent d’origine indéterminée (4,02 % du total général), en particulier un bel exemplaire complet de grand bol de forme identique au gobelet Marabini LXVIII, de grand module’, à paroi peu épaisse mais avec une pâte grise très fine (fig. 14, n° 4). Nous n’avons pas trouvé de correspondance dans les céramiques publiées. Quelques vases souvent très fragmentaires n’ont pu être identifiés, il peut s’agir d’importations proches (italiques, espagnoles ?). Une seule forme est attestée, l’urne ou ollae à bord évasé avec parfois une lèvre au profil travaillé.

2.3. Le faciès du mobilier : un document inédit sur Marseille

2.3.1. Un faciès typo-chronologique : les associations de céramiques

13Les céramiques sont répertoriées en quatre grandes catégories dans lesquelles ont été distinguées 22 productions différentes. La céramique commune prédomine très largement avec 502 pièces, suivie de la céramique fine (101 pièces) puis des amphores (44 pièces). Ce faciès général constitue la particularité de ce contexte qui permet d’aborder l’étude des céramiques romaines et tout particulièrement des premières citées à partir d’un lot homogène et significatif. Le grand nombre de vases dans les productions les plus représentées permet d’avoir une approche chronologique de la constitution et de l’abandon de ce vaisselier. Les associations de céramiques livrent ainsi la photographie d’un ensemble de poteries de table et de cuisine en usage dans la seconde moitié duIIe s. de notre ère jusqu’au début du siècle suivant. Cette datation est proposée à partir de la fourchette chronologique établie avec les céramiques fines les plus récentes, les poteries communes orientales datées par les travaux de H. S. Robinson et de J. W. Hayes et des monnaies dont un sesterce d’Antonin le Pieux et Marc-Aurèle postérieur à 140. En ce qui concerne la poterie commune, un faciès typologique se dégage dans les productions les plus présentes où un nombre restreint de formes est attesté. Ainsi une association significative est composée de marmites africaines de cuisine Hayes 197 et leurs couvercles Hayes 196 avec les plats Hayes 23B que l’on retrouvent avec des marmites orientales Robinson G193. Ce groupe restreint du point de vue de la variété des formes fourni néanmoins 203 vases, soit un peu plus de la moitié de la vaisselle à usage culinaire pour la période concernée.

2.3.2. Un faciès économique : un témoin des échanges

14Le graphique de répartition géographique (fig. 17) reprend la composition générale du vaisselier avec le rappel du nombre d’objets, en regroupant les vases par provenance : locales/régionales (Mar seille, Provence, Gaule), importations méditerranéennes (Afrique du Nord, Méditerranée orientale, Italie, Espagne) puis indéterminées dans chaque grande catégorie : amphores, fines, communes. Cette quantité et cette variété de céramiques au cœur de la cité marseillaise témoignent de mouvements commerciaux plus ou moins denses selon les catégories de mobilier, les zones de productions et de commerce.

Fig. 17- Graphique de répartition géographique des productions.

15En ce qui concerne les amphores, cependant peu présentes, on constatera que tout d’abord l’Afrique du Nord (récipients importés) suivi de Marseille (récipients locaux) réunissent la quasi-totalité du matériel identifié mais avec toutefois un nombre assez élevé d’amphores indéterminées (près de 20 %).

16La céramique fine montre un profil inverse avec une prédominance des produits locaux/régionaux de Provence ou du Midi de la Gaule (principalement des sigillées sud-gauloise et claire B/luisante) face aux arrivages extérieurs là aussi essentiellement d’Afrique du Nord (sigillées claire A).

17Les céramiques communes confirment et amplifient le phénomène des échanges avec les régions riveraines de la Méditerranée. En effet, et de façon majoritaire, les poteries sont acheminées de ces régions lointaines (57,96 %) avec une nette prépondérance des vases africains puis orientaux, alors qu’en ce qui concerne les poteries locales/régionales (36,85 %) l’essentiel est composé des productions de Marseille même puis de la région provençale. Les céramiques indéterminées avec un peu plus de 5 % sont rares.

Fig. 18 - Graphique de répartition des fonctions du vaisselier.

18Au total, toutes catégories confondues, les arrivages proches constituent 40,03 % du « marché » avec une quasi parité entre les productions marseillaises et provençales et un nombre de moitié inférieur pour le Midi de la Gaule tandis que les arrivages lointains sont légèrement supérieurs avec 52,70 %. L’Afrique du Nord cependant assure les trois-quarts des importations, la Méditerranée orientale un cinquième environ, l’Italie et l’Espagne restant peu sollicitées.

19Cette géographie des provenances illustre le rôle portuaire de la ville antique avec des arrivages lointains exclusivement méditerranéens et des arrivages “locaux”, soit marseillais, soit en provenance de la vallée du Rhône et des sigillées sud-gauloises toujours en circulation à la fin du second siècle.

2.3.3. Un faciès culturel : un vaisselier domestique

20Le lot de poteries restitué par les couches 163-309-332 en zone 4 rend compte d’un vaisselier domestique abandonné à proximité immédiate des lieux d’utilisation. L’analyse de ces vases à partir de leur forme utilitaire (bols, coupes, plats, assiettes, cruches, gobelets, puis amphores, bassins, mor tiers, ollae, marmites et couvercles) et de leur destination (stocker, préparer, cuire puis servir, verser, boire) révèle deux profils fonctionnels distincts avec la vaisselle de cuisine qui prédomine (deux tiers des vases) et la vaisselle de table (fig. 18). La répartition des vases dans chaque service à partir de leur fonction, de leur nombre et de leur provenance apportent un éclairage particulier sur une séquence stratigraphique en milieu urbain.

2.3.3.1. La cuisine

21Dans le répertoire culinaire les disparités sont importantes, les vases à cuire sont majoritaires (68 %), puis viennent les vases à préparer (22 %) et les vases de stockage (10 %). Dans ce service, le rapport céramiques locales et importations est tout à fait différent selon la fonction de l’objet : quasi égalité pour certaines, exclusivité pour d’autres (fig. 18).

22Trois cent soixante dix-huit vases sont restitués à ce service de cuisine. Les trois fonctions principales mises en évidence ont livré des quantités différentes d’objets. Le stockage, avec 36 individus où productions locales et importations sont réparties pour un tiers et deux tiers, la préparation qui avec 85 individus est plus présente mais avec des vases uniquement d’origine locale et enfin la cuisson, fonction essentielle dans la cuisine, avec 257 poteries uniquement importées. Le décompte détaillé des poteries précise cette première approche (fig. 19). Les amphores constituent la part essentielle du mobilier de stockage. Les bassins ovales à bord à marli dont la fonction n’est pas connue, peut-être des vases à conserves, voire des pots de chambres (Pasqualini 1993, 355 et fig. 154) et des vases à conserves, difficilement différenciables de certaines cruches en raison du taux de fragmentation, peuvent être rattachés à cette utilisation, ils n’ont pas été comptabilisés ici. Pour la préparation, deux formes ont été retenues : les mortiers (4 ind.) et les urnes ou ollae qui sont majoritaires avec 81 vases. Cette catégorie fonctionnelle est constituée entièrement de productions locales/régionales. Pour la cuisson, les poteries utilisées sont uniquement des importations. Cependant des formes classées en vases de préparations ont pu être utilisées pour aller au feu comme certaines ollae à pâte brune ou des plats en céramique non tournée. Hormis les poêles peu présentes (2 ind.), on retrouve en quantité pratiquement égale des marmites et leurs couvercles et des plats destinés à la cuisson. Force est de remarquer à nouveau ici d’une part l’écrasante majorité de ces vases à cuire dans le vaisselier en général et d’autre part la faiblesse du répertoire typologique où une forme de marmite à couvercle africaine et une forme de marmite de Méditerranée orientale (zone égéenne ?), ainsi qu’un plat à cuire africain constituent la panoplie “idéale” pour la cuisson des aliments (on peut néanmoins préciser l’extrême variété de dimensions dans chacune des formes citées). On devra s’interroger ultérieurement pour quels modes de cuisson, mais aussi pour quels aliments cette batterie était destinée.

Fig. 19 - Graphique de la composition et des fonctions du service de cuisine.

2.3.3.2. La table

23Cent soixante quatorze vases appartiennent au service de table avec une parité intéressante en ce qui concerne l’usage entre les vases à servir (27 %) et les vases à boire (32 %). Les importations sont deux fois plus nombreuses pour ces derniers et deux fois moindres pour les précédents. C’est dans les vases à verser, majoritaires dans ce service (41 %), qu’une nette différence s’établit entre les importations et les poteries locales qui constituent alors plus des neuf dixièmes du lot (fig. 18). Le détail des céramiques par forme dans chacune des utilisations révèle d’autres caractéristiques (fig. 20). Les assiettes et les coupes qui sont utilisées pour servir sont en quantité presque équivalente tandis que le plat est rare. On précisera que les assiettes et les plats sont peu importés alors que les coupes le sont pour moitié. Les cruches sont majoritaires pour servir et les gourdes peu usitées. Les importations sont rares dans ces vases à liquide où les pâtes claires sont très fréquentes. Les urnes, bols, coupelles destinés à la boisson le sont pour moitié et les gobelets pour seconde moitié. Cependant les premiers cités sont plutôt d’origine locale tandis que les derniers sont totalement importés.

Fig. 20- Graphique de la composition et des fonctions du service de table.

2.4. En guise de conclusion

24L’étude des poteries contenues dans cette séquence stratigraphique du Haut-Empire met en évidence plusieurs ensembles de céramiques qui permettent de restituer un vaisselier où vaisselle de table et vaisselle de cuisine sont associées. Cependant, en raison de certains choix opérés sur telles ou telles productions, formes ou bien dans l’attribution des services et des fonctions, les résultats du traitement statistique pourraient connaître quelques modifications ; néanmoins la physionomie générale du vaisselier serait conservée.

25L’étude a porté sur le mobilier en terre-cuite et il nous faut rappeler d’abord que le verre qui a été retrouvé en quantité non négligeable n’a pas été pris en compte, cette catégorie de matériel s’inscrivant tout naturellement dans le service de table dont le faciès se trouverait précisé. D’autre part, on signalera en ce qui concerne cette fouille l’absence totale de mobilier métallique de table et de cuisine (ces vases ont-ils été récupérés ou sont-ils absents ?) et, comme à l’accoutumée dans les fouilles dans le quartier du Panier, l’inexistence de mobilier en bois en raison de la nature du terrain.

26On serait tenté de proposer dans la pièce fouillée une cuisine de la domus, mais rappelons que cette salle a été fouillée partiellement avec notamment l’absence de structures de cuisson. L’étude des autres contextes de la pièce et des salles adjacentes viendra confirmer ou infirmer cette proposition.

  • 10 A l’identique des découvertes immobilières, la cartographie des découvertes de matériel complète et (...)

27Ce groupe constitue un des tout premiers lots homogènes de céramique romaine retrouvé sur son lieu d’utilisation et daté avec une certaine précision par le matériel fin, les amphores, les associations de mobilier et les monnaies dans le courant de la deuxième moitié du IIe s. de notre ère, peut-être le début du IIIe s. Il constitue un élément de référence et sa confrontation avec du matériel de même époque sur les fouilles marseillaises mais aussi provençales, tout particulièrement dans le domaine des productions de poteries communes permettra de participer aux nouvelles approches sur la céramique de table et de cuisine et de contribuer, à partir de ces témoins privilégiés, à l’étude de Marseille romaine10.

3. Éléments d’études et de comparaison

3.1. Définition et méthode

  • 11 Fouilles L.-Fr. Gantès, M. Moliner (1985), un premier en semble provient d’un dépotoir constitué da (...)
  • 12 Fouilles M. Moliner (1991), le mobilier est issu de sépultures datées des Ier et IIe s. de n. è.
  • 13 Sondage L.-Fr. Gantès et M. Bouiron (1989), dans un niveau d’occupation daté du IIe-IIIe s.
  • 14 Fouilles J. et Y. Rigoir (1958).

28Dans les fouilles de ces dix dernières années d’autres ensembles céramiques d’époque impériale ont été observés. Ils n’égalent pas en quantité l’ensemble étudié ci-dessus mais ils ont livré du mobilier en céramique commune dont la diffusion est plus fréquente qu’il n’y paraît. Nous nous attacherons à présenter les pièces remarquables, c’est-à-dire des individus entiers restituant la forme complète de certains vases illustrés précédemment. Nous avons sélectionné des poteries issues de contextes stratigraphiques datés, dégagés dans des niveaux d’habitat intra-muros et de nécropoles urbaines : fouilles du parc des Phocéens11, du chantier de Sainte-Barbe12, sondage effectué à l’avenue Vaudoyer13 et enfin des fouilles anciennes du site des Docks romains14. Cette évocation de céramiques communes locales et d’importations constitue un travail préliminaire qui pourra faire l’objet de compléments d’études.

3.2. Les productions

3.2.1 Céramiques communes locales

  • 15 D’autres vases en pâte claire calcaire, certains de fabrication marseillaise mais aussi en céramiqu (...)

29Nous proposerons ici quelques vases en céramique à pâte claire calcaire dont la composition, après observation visuelle, nous conduit à les classer d’origine marseillaise15. Ces poteries communes peuvent avoir été produites dans l’atelier des Carmes fouillé en 1981. La publication de ce mobilier toujours inédit apporterait sans nul doute un précieux concours sur l’origine et la diffusion de certaines productions à pâte claire d’époque romaine ainsi que sur les rapports morphologiques, typologiques et culturels de celles-ci avec les productions locales d’époque grecque dites céramiques à pâte claire massaliète récemment publiées à partir des fouilles d’Olbia en Provence (Bats 1988).

  • Pot à deux anses ou vase à conserver (fig. 8, n° 8). Ce vase, proche du type B2 de M. Pasqualini, a été retrouvé dans une tombe datée du Ier s. de n.è. dans la nécropole de Sainte Barbe (Mellinand à par., fig. 5, n° 2).

  • Cruche/pichet à une anse de forme surbaissée à fond annulaire et graffite incisé après cuisson non déchiffré (fig. 8, n° 9). La pâte calcaire est finement micacée, cette poterie intacte a été découverte dans le dépotoir du thalweg de la fouille du parc des Phocéens (IIe -IIIe s.). Cette cruche au profil particulier, panse trapue à large embouchure, est très proche d’un exemplaire isolé trouvé dans la nécropole de Sainte-Barbe dans une sépulture de la fin Ier ou du début du IIe s. (Mellinand à par., fig. 5, n° 1).

  • Cruche/pichet à une anse et col en calice ou en entonnoir (fig. 8, n° 10-11). Ces deux exemplaires, proches des type Al de M. Pasqualini, sont parmi les nombreux vases de ce type issus des dépôts d’offrandes des tombes de la nécropole de Sainte-Barbe dont la chronologie est à situer entre le Ier s. et le IIe s. (Mellinand 1993, pl. VI, n° 39 et 52).

  • Bassin ovale (fig. 7, n° 6). Il s’agit d’un bel exemplaire retrouvé en contexte funéraire correspondant au type 10 de M. Pasqualini, identique à un exemplaire issu des fouilles de la Bourse conservé au Musée d’Histoire, (Mellinand 1993, pl. XII, n° 72).

3.2.2. Céramiques communes importées

30Les céramiques présentées ici sont classées comme productions de Méditerranée orientale. Cependant les centres de fabrication restes inconnus et certaines d’entre elles peuvent avoir été produites dans d’autres régions du bassin méditerranéen. En l’absence d’analyses détaillées ou d’identification de centre producteur nous conservons l’appellation communément admise et utilisée.

3.2.2.1. Vases à boire

  • Petit pot globulaire monoansé à pâte siliceuse et bord séparé de la panse par un fin cordeau. D’appellations diverses et variées (urnetta a collarino/boccalino/mug/gobelet), ce type de vase est bien connu à Marseille dans les niveaux portuaires du chantier de la Bourse. Il correspond à la forme Marabini LXVIII. Des exemplaires complets ont été récemment découverts en stratigraphie dans le dépotoir du thalweg de la fouille du parc des Phocéens (fig. 14, n° 5) ; sept exemplaires dont trois complets ont été retrouvés dans des sépultures de la nécropole de Sainte-Barbe (Mellinand 1993, 34, pl. XXI, n° 144 à 146) et (fig. 14, n° 6-7).

  • Vase de petite dimension de morphologie identique à la marmite orientale à panse globulaire, fond bombé et lèvre repliée vers l’extérieur avec ou sans anse mais de petite taille et à paroi fine. Cette forme est proche des “small pots” M71 (Robinson 1959, 92, pl. 21) et des “small cooking-pots” type 4 (Hayes 1983, 122, fig. 69). Un bel exemplaire est issu du sondage de l’avenue Vaudoyer dans des niveaux d’occupation du Haut-Empire (fig. 14, n° 8). Trois exemplaires similaires ont été retrouvés dans la nécropole de Sainte-Barbe (Mellinand 1993, pl. XV, n°97-99) et (fig. 14, n° 9-11). Cependant la pâte de ces vases se distingue de celle des vases à cuire. En effet, ces exemplaires qui imitent la forme du “cooking-pot” avec une pâte finement micacée avec une paroi peu épaisse ne sont pas destiné à subir l’action du feu. Nous pensons qu’il s’agit plus vraisemblablement de vases à boire qui ont copié des profils types. Seul, peut-être, le dernier vase présenté dans cette série (fig. 14, n°11) qui comporte une paroi épaisse et une pâte réfractaire est à rapprocher des petits vases à cuire de type 4 de Hayes cité ci-dessus.

3.2.2.2. Vases à cuire

    • 16 Ce vase recouvert par un autre vase importé a été retrouvé dans un contexte particulier, dans une f (...)
    • 17 Ce vase (inv. n° 5-873) a été retrouvé dans le dolium 4 (renseignement L.-Fr. Gantès).

    Marmite à fond bombé, panse striée et large lèvre repliée vers l’extérieur, c’est la forme type du “cooking-pot” égéen. Un exemplaire a été mis au jour dans un niveau daté du IIe s.16 du chantier du parc des Phocéens (fig. 12, n° 5). Cette céramique correspond à la forme G193 de l’Agora d’Athènes (Robinson 1959, 42, pl. 7) et au “cooking-pot” type 2 de la villa Dionysos (Hayes 1983, fig. 6, n° 62). Un exemplaire proche est issu des fouilles anciennes des Docks romains17 (fig. 12, n° 6).

  • Marmite à fond bombé, panse carénée et large lèvre repliée vers l’extérieur ou “cooking-pot” G194 (Robinson 1959, p. 42, pl. 7) ou “casserole” type 2 de la villa Dionysos (Hayes 1983, 106, fig. 7 n° 81 à 89). Un exemplaire est issu des niveaux IIe-IIIe s. du chantier des Phocéens (fig. 12, n° 7).

  • Pot à une anse à fond circulaire à large embouchure (fig. 12, n° 8) ; la silhouette générale est proche des types K58/K59 datés du milieu IIIe s. (Robinson 1959, pl. 13). Cette poterie dont les caractéristiques de la pâte sont identiques à celles des “cooking-pots” a été retrouvée dans un dépôt de nature non déterminée, en association avec la marmite orientale G193 présenté ci-dessus, (fig. 12, n° 5), dans un contexte daté de la seconde moitié du IIe s.

  • Urne/marmite : vase à paroi mince et cannelée vraisemblablement globulaire à bord droit et lèvre marquée, avec ou sans anses. Ce type de marmite est présent sur la fouille des Pistoles et dans le thalweg du chantier des Phocéens où plusieurs exemplaires ont été identifiés, dont un avec anses (fig. 15, n° 2). Un exemplaire est attesté dans les fouilles du port de Toulon, dans un dépotoir marin daté de la seconde moitié du II e s. au V e s. et classé en importation d’origine inconnue (Bérato et al. 1986, 143 et fig. 25 n° 33). Cette forme utilitaire est répertoriée sans anse durant l’Antiquité tardive sous le type T16 uniquement à Marseille (Cathma 1987, 37 et fig. 21). Des poteries semblables avec des séries de bords différents ont été retrouvées en grand nombre sur les sites de Galilée au Proche-Orient. L’auteur de l’inventaire et de l’étude en propose une typochronologie détaillée (Diez Fernandez 1983). Les exemplaires marseillais sont à rapprocher du type 10.9 ou peut-être du type 10.1 un peu antérieur, datés de la fin du premier siècle au second siècle de notre ère.

  • Poêle à frire proche du type G113 de l’Agora d’Athènes (fig. 13, n° 6). Un exemplaire sans manche (fragment manquant ?) dont la composition de la pâte est identique à celui du chantier des Pistoles (fig. 13, n° 2) a été retrouvé sur la fouille du parc des Phocéens dans une couche datée du II e s.

3.2.2.3. Vases à verser

  • Cruches de petite dimension à panse sphérique striée et embouchure trilobée découvertes dans des tombes IIe-début du IIIe s. de la nécropole de Sainte-Barbe (fig. 13, n° 3 et 4). Deux exemplaires complets correspondent aux types G188 (Robinson 1959, 42, pl. 7) et K106 (Robinson 1959, pl. 14), (Mellinand 1993, pl. XIV, n° 92 et n° 94).

  • Petite amphore/cruche à panse et col côtelés (sillons très marqués) à anses verticales en boucles attachées à la lèvre : ce type d’amphorette est attesté par plusieurs fragments dans le dépotoir du chantier du parc des Phocéens dont un exemplaire entier (fig. 15, n° 3). Un vase intact a été conservé à l’occasion des fouilles du Bassin de Carénage de 1831. Une photographie en a été publiée par M. Clerc en 1929, l’objet est décrit comme un « produit de l’industrie phénicienne et carthaginoise... d’époque romaine » (Clerc 1929, vol. I, 75, fig. 17, n° 2). Un vase identique est connu à Salamine de Chypre dans les niveaux du Haut-Empire, associé à d’autres importations orientales et occidentales (Diederichs 1980, 38 et pl. 11, n° 122, pl. 12, n° 122). Cet objet n’est pas répertorié sur l’Agora d’Athènes, cependant on peut trouver quelque ressemblance avec l’amphore de type M103 datée fin IIe s. (Robinson, 1959, 93, pl. 22). L’origine orientale de cette production et de cette forme précise (type 2.2) est connue par des travaux récents sur la céramique commune romaine de Galilée (Diez Fernandez 1983, 144, n° 135). La chronologie proposée par l’auteur situe cet objet dans le second siècle et la première moitié du IIIe s.

  • Amphore/cruche monoansée à fond tubulaire (fig. 13, n° 5), ou “jar, one handle” forme M45 (Robinson 1959, 55, pl. 11) : la pâte est caractéristique, fine et feuilletée à grosses côtes légèrement ébauchées et lissées, de couleur noire ou brune avec un fin dégraissant de mica. L’épaulement peut comporter un graffiti. L’ensemble des Pistoles recélait quelques fragments de panses. Un bel exemplaire a été trouvé dans un dépotoir domestique de la fouille du parc des Phocéens. Celui-ci se signalait par la présence d’un graffite incisé après cuisson dont les trois dernières lettres indiquent une date exprimée en ère actienne, c’est-à-dire 167 correspondant à l’année 137 de notre ère (Lang 1955). C’est le prototype des amphores orientales Robinson M373 ou Late Roman Amphorae 7 attestées jusqu’au VIIe s. à Marseille.

3.3 Avant de conclure

31Ce rapide inventaire de céramiques communes particulières, des productions locales et des importations lointaines, constitue un choix sélectif sur un matériel bien conservé. Cependant, les productions présentées rendent compte d’une particularité du faciès marseillais en ce qui concerne les vases utilitaires : à savoir la présence indubitable mais mal connue encore de poteries fabriquées sur place et un apport conséquent de vases en provenance de l’est du bassin méditerranéen. A l’instar des époques antérieures, comme dans les siècles qui suivront la période romaine, l’Orient a toujours joué un rôle important dans l’activité de la ville antique. Quelles leçons pourra-t-on tirer dans cette permanence renouvelée au fil de l’histoire qui laisse entrevoir Massilia, ville portuaire, certainement très présente dans les échanges commerciaux au temps de Rome ?

4. Conclusion

32L’étude de ces ensembles céramiques trouvés à Marseille participera à une meilleure connaissance de la typologie, de la diffusion et du rôle de ces poteries dans l’habitat mais aussi dans la ville. C’est du moins dans cet esprit que nous avons détaillé le vaisselier domestique de la fouille des Pistoles et mentionné des vases entiers récemment mis au jour. A la présentation des formes nous avons associé une proposition de faciès culturel de la fin duIIe s. ap. J.-C. Ce jalon dans l’étude de la céramique commune apporte de nouveaux éléments de réflexion mais soulève également des questions. La réalisation d’analyses de composition des pâtes est nécessaire afin de regrouper des productions à l’apparence différente (l’action du feu sur les poteries culinaires perturbe l’interprétation visuelle) et, dans les limites de la connaissance d’ateliers de potiers, de fours et de gisements d’argile, d’appréhender les aires de productions. Cette recherche pourra concerner plus particulièrement les céramiques communes marseillaises. Quels rapports peut-on entrevoir entre la poterie commune d’époque grecque et celle d’époque romaine ? Quelles influences morphologiques, fonctionnelles et culturelles peut-on rechercher au travers de l’artisanat de la terre cuite dans une cité grecque au temps de Rome ?

  • 18 Les travaux universitaires de ces dernières années à l’Université de Provence, les recherches et le (...)

33Cette étude préliminaire sur du mobilier en stratigraphie retrouvé en divers points de Marseille antique s’inscrit dans de nouvelles problématiques que suscite l’étude de la céramique commune d’époque romaine en Provence18. Instruments de la vie quotidienne, ces milliers de tessons de poteries témoignent de l’activité, pendant les deux premiers siècles de notre ère, d’une ville portuaire ouverte sur la Méditerranée et pour laquelle ils constituent, à l’identique des céramiques fines et des amphores, une source documentaire de premier ordre qui ne saurait dorénavant être négligée.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aquilué Abadias 1985 : AQUILUÉ ABADIAS (X.), Algunas considerationes sobre el comercio africano. Tres facies características de la cerâmica común africana de época alto-imperial. Empúries, 47, 1985, 210-222.

Bats 1988 : BATS (M.), Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350 - v. 50 av. J.-C.). Modèles culturels et catégories céramiques. Paris, 1988 (RANarb, Suppl. 18).

Bérato et al. 1986 : BÉRATO (J.), BORREANI (M.), LECACHEUR (P.), PASQUALINI (M.) et al., Fouilles récentes à Toulon (Var) (quartier Besagne, 1985-1986). DocAMérid, 9, 1986, 135-166.

Bertucchi 1982 : BERTUCCHI (G.), Fouilles d’urgence et ateliers de potiers sur la butte des Carmes à Marseille. RANarb, XV, 1982, 135-160.

Bertucchi 1992 : BERTUCCHI (G.), Les amphores et le vin de Marseille (VIe s. av. J.-C.-IIe s. ap. J.-C). Paris, 1992 (RANarb, Suppl. 25).

Bonifay 1983 : BONIFAY (M.), Éléments d’évolution des céramiques de l’Antiquité tardive à Marseille d’après les fouilles de la Bourse (1980-1981). RANarb, XVI, 1983, 285-346.

Cathma 1987 : Groupe CATHMA, Importations de céramiques communes méditerranéennes dans le Midi de la Gaule (Ve-VIIe s.). In : IV° Congresso de Cerâmica medieval nel Mediterrâneo occidental (Lisbonne, 1987). Lisbonne, 1989, 27-47.

Clerc 1927-29 : CLERC (M.), Massalia, histoire de Marseille dans l’antiquité des origines à la fin de l’empire romain d’Occident (476 ap. J.-C.). Marseille, 1927-29.

Deneauve 1969 : DENEAUVE (J.), Lampes de Carthage. Paris, 1969.

Desbat 1979 : DESBAT (Α.), LAROCHE (C.), MERIGOUX (E.), Note préliminaire sur la céramique commune de la rue des Farges à Lyon. Figlina, 4, 1979, 1-17.

Desbat 1980 : DESBAT (Α.), Les céramiques fines rhodaniennes à vernis argileux dites sigillées claires Β et luisantes. Etude de matériel lyonnais des IIe et IIIe siècles. Thèse de 3e cycle, Université de Lyon, 1980.

Desbat 1986 : DESBAT (Α.), Céramiques romaines à glaçure plombifère de Lyon et de Vienne. Figlina, 7, 1986, 105-124.

Dicocer : Dictionnaire des céramiques antiques (VIIe s. av. n.è.-VIIe s. de n.è.) en Méditerranée nord-occidentale (M. Py dir.). Lattes, 1993 (Lattara, 6).

Diederichs 1980 : DIEDERICHS (C.), Salamine de Chypre IX. Céramiques hellénistiques, romaines et byzantines. Paris, 1980.

Diez Fernandez 1983 : DIEZ FERNANDEZ (F.), Cerámica común romana de la Galilea. Aproximaciones y diferencias con la cerámica del resto de Palestina y regiones circundantes. Madrid, 1983.

Dragendorff 1895 : DRAGENDORFF (H), Terra Sigillata. Bonner Jahrbucher, 46, 1895, 18-155 et 47, 54-163.

Gantès/Moliner 1990 : GANTÈS (L.-Fr.), MOLINER (M.) (dir.), Marseille, itinéraire d’une mémoire. Cinq années d’Archéologie municipale (catalogue d’exposition). Marseille, 1990.

Goudineau 1970 : GOUDINEAU (Chr.), Note sur la céramique à engobe interne rouge-pompéien. (“Pompejanisch-roten platten”). MEFRA, 82, I, 1970, 159-186.

Goudineau 1977 : GOUDINEAU (Chr.), Note sur la céramique commune grise gallo-romaine de Vaison. RANarb, 10, 1977, 153-16.

Goudineau 1978 : GOUDINEAU (Chr.), La céramique commune grise gallo-romaine : note complémentaire. RANarb, X1, 1978, 196-212.

Hayes 1972 : HAYES (J.-W.), Late Roman Pottery. Londres, 1972.

Hayes 1983 : HAYES (J.-W.), The Villa Dionysos Excavations, Knossos : the pottery. ABSA, 78, 1983, 97-169.

Lang 1955 : LANG (M.), Dated Jars of Early Imperial Times. Hesperia, XXIV, 1955, 277-285.

Laubenheimer 1985 : LAUBENHEIMER (F.), La production des amphores en Gaule Narbonnaise. Paris, 1985 (Annales Littérraires de l’Université de Besançon, 327, Centre de Recherches d’Histoire Ancienne, 66).

Marabini 1973 : MARABINI MOEVS (M.-T.), The roman thin walled pottery from Cosa. Rome, 1973 (MAA Rome, XXXII).

Mayet 1975 : MAYET (F.), Les céramiques à parois fines dans la péninsule ibérique. Paris, 1975.

Mellinand à par. : MELLINAND (Ph.), La céramique commune de la nécropole Sainte-Barbe à Marseille. Paris-Lattes, EtMassa. 5, à paraître.

Mellinand 1993 : MELLINAND (Ph.), Le mobilier céramique de la nécropole romaine de Sainte-Barbe (Marseille). Mémoire de maîtrise dactylographié, Université d’Aix-en-Provence, 1993.

Moliner 1993 : MOLINER (M.), Marseille romaine. Pour une archéologie de Massilia, état de la question. Mémoire de D.E.A. dactylographié, Université d’Aixen-Provence, 1993.

Olcese 1993 : OLCESE (G.), Le ceramiche comuni di Albintimilium. Indagine archeologica e archeometrica sui materiali dell’area del cardine. Firenze, 1993.

Panella 1973 : PANELLA (C.), Appunti su un gruppo di anfore della prima, media e tarda età imperiale. In : Ostia III. Roma, 1973 (Studi Miscellanei, 21), 460-633.

Pasqualini 1993 : PASQUALINI (M.), Les céramiques utilitaires locales et importées en basse-Provence (Ier-IIIe siècles de notre ère). La vaisselle de table et de cuisine. Thèse de doctorat nouveau régime dactylographiée, Université d’Aix-en-Provence, 1993.

Rivet 1982 : RIVET (L.), La céramique culinaire micacée de la région de Fréjus. RANarb, XV, 1982, 243-262.

Robinson 1959 : ROBINSON (H.-S.), Pottery of the Roman Period, Chronology. New Jersey, 1959 (The Athenian Agora, V).

Notes

1 Ces chantiers archéologiques ont été réalisés avec notre collègue L.Fr. Gantès dans le cadre de notre activité d’archéologues municipaux de la Ville de Marseille.

2 Nous tenons à remercier messieurs M. Bats, directeur du Centre Jean Bérard et M. Pasqualini (S.R.A. de P.A.C.A.) de nous avoir invité à exposer ces découvertes. Nous remercions également mademoiselle N. Ganteaume et messieurs Ph. Mellinand et P. Reynaud qui ont dessiné ou encré la plupart des fragments de céramiques et C. Hussy (S.R.A. de P.A.C.A.) qui a réalisé les réductions à l’échelle 1/3.

3 La méthode de comptage est empruntée au travail de M. Bonifay sur le chantier de la Bourse et publié dans son article de 1983 (Bonifay 1983, 311).

4 A titre d’exemple le nombre de bords, fonds et anses comptés s’élevait avant collage à 880 tessons soit un rapport au total des fragments de 12,75 %.

5 La terminologie utilisée pour le nom utilitaire, la fonction ou le service table/cuisine est issue du répertoire décrit et détaillé dans Dicocer 1993.

6 Nous avons utilisé pour la classification de ce type de mobilier la typologie préliminaire proposée par M. Pasqualini dans sa thèse sur les céramiques communes de Provence (Pasqualini 1993).

7 Cet atelier de potiers a produit des amphores entre le Ier et le IIe s. La présence de matériel en céramique commune, et plus particulièrement de formes utilitaires correspond à la diversité des productions d’un atelier mais aussi à la présence dans le four de mobilier de complément. L’étude et la publication de ce mobilier restent à faire.

8 Les références indiquées sont celles de la typologie des fouilles de l’Agora d’Athènes (Robinson 1959) suivi de la correspondance avec la typologie des fouilles de la Villa Dionysos (Hayes 1983).

9 J. W. Hayes mentionne des “cooking-pots” à bords à profil triangulaire, cependant le type 1 est différent de ceux-ci et le type 3 n’est pas dessiné.

10 A l’identique des découvertes immobilières, la cartographie des découvertes de matériel complète et précise la topographique de Marseille à l’époque romaine, le mobilier issu de fouilles et d’observations parfois très ponctuelles révèle l’étendue de la ville antique (Moliner 1993, 40 et fig. 5).

11 Fouilles L.-Fr. Gantès, M. Moliner (1985), un premier en semble provient d’un dépotoir constitué dans un thalweg aménagé, daté pour les niveaux d’époque romaine (Z4 122/135) entre la seconde moitié du IIe s. et la première moitié du IIIe s. Un second ensemble appartient à un dépotoir domestique (Z9 124) limité dont la constitution est à placer vers le milieu du IIe s.

12 Fouilles M. Moliner (1991), le mobilier est issu de sépultures datées des Ier et IIe s. de n. è.

13 Sondage L.-Fr. Gantès et M. Bouiron (1989), dans un niveau d’occupation daté du IIe-IIIe s.

14 Fouilles J. et Y. Rigoir (1958).

15 D’autres vases en pâte claire calcaire, certains de fabrication marseillaise mais aussi en céramique commune de pâtes différentes ont été étudiés par Ph. Mellinand. Une première approche typologique est présentée dans son article “La céramique commune de la nécropole de Sainte-Barbe à Marseille” (Mellinand à par.).

16 Ce vase recouvert par un autre vase importé a été retrouvé dans un contexte particulier, dans une fosse à l’intérieur d’un petit monument. Il peut s’agir d’une offrande ou d’un rite dont la signification nous échappe pour l’heure, tout comme la destination de l’édifice.

17 Ce vase (inv. n° 5-873) a été retrouvé dans le dolium 4 (renseignement L.-Fr. Gantès).

18 Les travaux universitaires de ces dernières années à l’Université de Provence, les recherches et les publications récentes ou en cours sur le mobilier des dernières fouilles montrent le regain d’intérêt pour les céramiques d’époque romaine à Marseille.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Marseille, carte de localisation des sites mentionnés.1 : Les Pistoles, îlots 61 et 62N ; 2 : Parc des Phocéens, îlot 24N ; 3 : les Carmes ; 4 : La Bourse ; 5 : Place Vivaux ; 6 : Sainte-Barbe ; 7 : Avenue Vaudoyer ; 8 : Bassin de Carénage.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 2 - Marseille, fouilles des Pistoles, vue d’ensemble du nord vers le sud.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 3- Marseille, touilles des Pistoles, emplacement du lot de céramiques.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 4 - Tableau général de comptage des céramiques.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 5 - Graphique de répartition par catégories de céramiques.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6 - Graphique de répartition des céramiques communes locales/régionales.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 7 - Communes locales/régionales : céramiques à pâte claire, formes ouvertes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 8 - Communes locales/régionales : céramiques à pâte claire, formes fermées.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Légende Fig. 9 - Communes locales/régionales, céramiques à pâte brune ou à engobe micacé.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 10 - Graphique de répartition des céramiques communes importées.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 11 - Communes importées : céramique africaine de cuisine.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 12 - Communes importées : céramiques orientales, marmites et pots.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Fig. 13 - Communes importées : céramiques orientales, cruches, poêles, jarres.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 14 - Communes importées : céramiques orientales, gobelets.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 15 - Communes importées : céramiques orientales, marmites, amphorette.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 16 - Communes importées : céramiques italiques.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 17- Graphique de répartition géographique des productions.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 18 - Graphique de répartition des fonctions du vaisselier.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 19 - Graphique de la composition et des fonctions du service de cuisine.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 20- Graphique de la composition et des fonctions du service de table.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1916/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.