Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les protomés féminines du sanctuaire de la Malophoros à Sélinonte

 | 
Elsbeth Wiederkehr Schuler

Deuxième partie. Catalogue

Groupe 5. Modèles ioniens

Texte intégral

5 types,
31 exemplaires

TYPE

5A

5B

5C

5D

5E

quantité

4

13

4

1

9

générations

1

2

2

1

2

forme inconnue

x

forme a1

x

forme a2

x

x

x

1Ce groupe, dont l’homogénéité est évidente, ne peut pourtant pas être rattaché à un modèle grec déterminé. Les types qui le constituent sont plutôt le résultat d’un mélange local de modèles différents, que nos artisans n’ont pas hésité à combiner pour donner à leurs réalisations un cachet particulier. Mais on peut admettre que les cinq types ont été produits dans le même atelier ; et il est même probable que les types 5B-5E sont l’œuvre d’un seul et même artisan.

  • 1 Un exemplaire de la variante 3Ab est publié par GABRICI 1927, p. 251, pl. 49, fig. 2.

2Le profil montre un contour analogue à celui du « groupe E » de Croissant, attribué par celui-ci à des artisans de Phocée1. Mais on trouvera aussi dans le groupe 5 des traits qui appartiennent au style égyptien ou punique. Il faudra donc se demander si ce profil si caractérisé, dont l’origine remonte à des modèles égyptiens, a été emprunté à des créations phocéennes ou directement à des documents égyptiens, voire à des productions puniques égyptisantes.

3Les cinq types ont la tête recouverte d’un voile d’où s’échappe la chevelure frontale, traitée plastiquement, en forme de gouttières. 5A et 5B présentent un himation latéral à modelé lisse. Sur 5C et 5E il est structuré en relief soit par des plis verticaux soit par des oves représentant des tresses. Au lieu de l’himation latéral, le type 5D porte deux tresses en forme de perles. 5E présente un détail singulier : parmi les protomés de Sélinonte c’est le seul type dont le voile de tête est plissé horizontalement.

4Ce groupe se signale aussi, particulièrement, par des traces de couleur. Deux exemplaires du type 5A ont conservé le bouton de fleur peint au milieu du front ; dans un cas, il y a même un calice vert. Le même type présente en outre des boucles d’oreille plastiques en forme d’anneau avec pendentif.

5Du point de vue chronologique, le type 5A est le premier du groupe. En vue de face, le visage et l’ensemble de la protomé affichent une évidente parenté avec des types grecs de l’Est, et le bouton de fleur peint au milieu du front oriente aussi de ce côté. Mais la structure frontale des cheveux est modelée en gouttières, la forme préférée en Sicile.

6Les visages des autres types ont un caractère local plus fortement marqué que 5A, dont ils sont vraisemblablement dérivés. 5B-5D montrent une structure de visage presque identique et doivent être attribués au même artisan. Ils paraissent d’ailleurs plus ou moins contemporains, le type 5E appartenant aussi à la même époque.

TYPE 5A (PL. 24)

Quantité totale : 4 exemplaires
5A1 4 exemplaires

5A1.1

7hv 5,6/hc 9,8/lh 7,3/lbc 7,8

8Argile n° 8a. Concrétions brunes. Manque la partie inférieure. Cassure recollée au front jusqu’à l’oreille gauche. Autre cassure à droite sous le diadème.

5A1.2 (NT 11255)

9hv 5,3/hc 9,1/lh 7/lbc 8

10Argile n° 3. Manque la partie inférieure. Nez endommagé. Restes de peinture rouge sur l’himation. Bouton rouge sur le front. Dessin régulier sur le diadème en forme de fer à cheval comblé de couleur rouge. Oreille droite ornée d’une boucle d’oreille plastique en forme de bouton. Trou de suspension sur le crâne.

5A1.3

11hv 5,4/hc 9,7/lhc 6,3/lbc 5,2

12Argile n° 6. Concrétions brunes. Fragment comprenant le visage et le pan gauche de l’himation. Restes de peinture rouge sur l’himation. Bouton rouge avec calice vert sur le front. Narines creusées à la main après moulage.

5A1.4

13hv 5,4/hc 9,2/lh 6,4/lbc 7,1

14Argile n° 8b. Concrétions grises. Manque la partie inférieure. Le diadème plastique est perdu mais deux fines lignes en relief sont visibles. Oreille ornée d’une boucle d’oreille plastique en forme de bouton.

Description

15La protomé correspond à la forme a1.

16Le visage ovale est composé de formes bien individualisées : menton large, à la fois fortement saillant et empâté, nez long, charnu et proéminent de profil, front large avec des tempes bombées et de grands yeux fortement globuleux, encadrés de paupières très ouvertes, indiquant le canal lacrymal. La bouche, aux lèvres minces, aux commissures ouvertes, est étroitement rapprochée de la base du nez.

  • 2 Cf. J. BOEHLAU, Aus jonischen und italischen Nekropolen (1898), p. 159, pl. 13, fig. 7 : une protom (...)
  • 3 Une protomé de Lindos montre un dessin semblable, publiée par BLINKENBERG 1931, p. 592, fig. 61.

17Les deux exemplaires 5A1.2 et 5A1.3 montrent sur le front un bouton rouge, et 5A1.3 en a même conservé le calice vert2. Sur le front haut et bombé, au-dessus du bouton rouge, les cheveux sont modelés en forme de larges godrons. Au-dessus s’élève le diadème, très haut, travaillé en relief, et probablement fait à la main après moulage, comme l’indique l’irrégularité du plan. L’absence du diadème sur l’exemplaire 5A 1.4 et l’indication de sa forme par deux fines lignes plastiques appuient cette supposition. L’exemplaire 5A1.2 montre même le décor peint du diadème, l’ornement rouge en forme de fer à cheval sur le bord supérieur3.

18Les oreilles sont modelées sommairement mais une boucle d’oreille plastique en forme de bouton est conservée sur 5A1.2 et 5A1.4, seulement à l’oreille droite. On peut se demander si ce bouton plastique représente le même sujet que le bouton peint sur le front de la protomé.

Commentaire

19Le type 5A correspond, pour le contour général, au schéma conventionnel des protomés ioniennes. Le bouton de fleur peint sur le front se rencontre aussi sur des exemplaires de Samos et de Délos, que Croissant classe dans son « groupe A », attribué aux ateliers samiens, et son « groupe H », sans doute dérivé de modèles samiens. Le type sélinontin, en vue de face, se rattache évidement aux modèles ioniens ; toutefois le modelé du visage et des détails présente un caractère local marqué, par l’accentuation de la transition entre les différents éléments, par le traitement des yeux et de la bouche, et surtout par la forme de la chevelure frontale et du haut diadème en relief.

  • 4 CROISSANT 1983, pl. 38-44.
  • 5 K. LANGE/M. HIRMER, Âgypten. Architektur Plastik Malerei in drei Jahrtausenden (München 1967)4, pl. (...)
  • 6 I Fenici, p. 330, statuette de gauche ; p. 363, protomé de gauche. PICARD 196566, pl. 6, fig. 21.

20Le profil du type 5A non seulement est d’une remarquable profondeur, mais possède aussi un contour extraordinaire. Une comparaison avec les protomés ioniennes de Croissant montre que celles-ci présentent un profil au tracé très semblable, avec un nez et un menton très proéminent et une distance naso-labiale très faible4. Ce tracé de profil remarquable est courant dans l’art égyptien dès le IIe millénaire av. J.-C.5. On trouve aussi assez souvent des statuettes et des protomés puniques avec de tels profils6.

  • 7 BARRA BAGNASCO 1986, pl. 9-10, pl. 23, fig. 126.
  • 8 BARRA BAGNASCO 1986. p. 47, p. 81.

21Des types au profil marqué, avec nez et menton très proéminents et très faible distance naso-labiale se trouvent également parmi les protomés de Locres7. A la différence toutefois des types sélinontins, la ligne du profil, à Locres, est droite et sans accident. Et ces types, fréquents dans la petite plastique locrienne, sont comparés par Barra Bagnasco aux types que Croissant classe dans son groupe Ε8.

  • 9 Voir CROISSANT 1983, pl. 95.

22Il reste que l’on ne trouve pas de modèle précis pour ce type 5A : il constitue apparemment une création éclectique de l’artisan, qui s’est inspiré de différents modèles, phocéens ou puniques, ou encore empruntés directement à des pièces importées d’Egypte et répandues dans le monde grec occidental. De toute façon la parure d’oreille inhabituelle et la structure de la chevelure frontale, qui est d’origine corinthienne9, n’ont pas plus de parallèles en domaine phocéen qu’en Egypte ou en milieu punique, alors qu’elles représentent un dispositif souvent utilisé à Sélinonte.

TYPE 5B (PL. 24)

Quantité totale : 13 exemplaires
5B1 11 exemplaires
5B2 2 exemplaires
Réduction entre 5B1 et 5B2 : 21 % - 24 %

5B1.1 (NI 8639)

23hv 4,7/h 11,6/lh 6,5/lb 8,1

24Argile n° 4. Concrétions brunes et grains de sable. Traces de couleur rouge sur l’himation. Trou de suspension au milieu du crâne.

5B1.2

25hv 4,8/hc 9,7/lh 7,9/lbc 8,4

26Argile n° 4. Manque la partie inférieure. Nez et œil gauche légèrement endommagés. Cassure à droite devant l’oreille. Couleur rouge sur l’himation, sur les cheveux au-dessus du front et sur les lèvres. Deux ornements rouges en forme de fer à cheval comblé et traces de turquoise sur le diadème. Visage retouché à la main après moulage. Oreilles probablement faites à la main.

5B2.1

27hv 3,8/h 8,9/lh 5,1/lb 6

28Argile n° 8a. Concrétions gris-brun et grains de sable. Bord supérieur endommagé. Trou de suspension sur le crâne.

Description

29La protomé correspond à la forme a2.

30Le visage rond mais articulé par des arêtes vives est dominé par des traits bien individualisés, comme le nez pointu et extraordinairement proéminent, les yeux grands, horizontaux et sans paupières plastiques, le menton large, anguleux, à la fois empâté et saillant et la bouche aux lèvres étroites, à peine souriantes, très rapprochée de la base du nez. Ces formes extraordinaires composent, surtout en vue de profil, une physionomie fortement caractérisée et quasi caricaturale par la disproportion des traits.

31Les oreilles sont modelées sommairement, les cheveux au-dessus du front sont travaillés en gouttières. La tête est ornée du diadème et couverte du voile, qui retombe, ramené derrière les oreilles, de part et d’autre du cou.

TYPE 5C (PL. 24-25)

Quantité totale : 4 exemplaires
5C1 3 exemplaires
5C2 1 exemplaire
Réduction entre 5B1 et 5B2 : 18 %

5C1.1

32hv 4,4/h 9,9/lh 5,5/lb 6,8

33Argile n° 4. Concrétions grises et grains de sable. Nez légèrement écrasé. Restes de couleur rouge sur l’himation.

5C1.2 (NI 3582)

34hv 3,9/h 10,6/lh 5„7/lbc 3,2

35Argile n° 6. Concrétions grises et grains de sable. Manque l’extrémité gauche. Tresse interne modelée plus courte que la tresse externe.

5C2.1 (NI 744)

36hv 3,6/hc 5,7/lh 5,2/lbc 3,5

37Argile n° 1. Taches brunes. Manque la partie inférieure. Restes de couleur rouge sur le voile et sur l’himation. Trou de suspension au milieu du crâne.

Description

38La protomé correspond à la forme a2.

39Le visage, légèrement allongé et comme enflé, est caractérisé par les yeux horizontaux, le menton fort, à la fois empâté et saillant et la bouche mince, étroitement rapprochée de la base du nez. Le profil, d’une remarquable profondeur, montre une arête fléchie entre le front et l’os nasal.

40Les cheveux au-dessus du front sont modelés en gouttières. De part et d’autre du cou il y a deux reliefs verticaux qui doivent être interprétés soit comme des tresses non structurées soit comme des plis plastiques du voile. La tête est orné du diadème et couverte du voile.

TYPE 5D (PL. 25)

Quantité totale : 1 exemplaire
5D1 1 exemplaire

5D1.1 (NI 11247)

41hv 4,3/hc 8,8/lh 7,1/lbc 10,3

42Argile n° 3. Concrétions grises. Manque la partie inférieure. Trou de suspension sur le crâne.

Description

43La protomé n’est pas conservée entièrement ; la forme est donc incertaine. Si elle n’était pas modelée en forme de buste, les côtés s’élargissaient fortement vers le bas.

  • 10 Un type de protomé comparable quant à la structure du visage a été trouvé à Catane : La Sicilia ant (...)

44Le visage rond et enflé est caractérisé par les yeux plutôt horizontaux, le menton à la fois empâté et saillant, le nez fort et long et la bouche mince et étroitement rapprochée de la base du nez. Le profil, extrêmement profond, est dominé par la proéminence du menton et du nez et par la ligne fléchie entre l’os nasal et le front10.

45Les cheveux au-dessus du front sont traités en gouttières, dont deux, qui marquent le milieu du front, sont légèrement plus courtes que les autres. Ils retombent, ramenés derrière les oreilles, petites et sommairement modelées, de part et d’autre du cou, nattés en deux tresses, stylisées en rangs de perles. La tête est ornée du diadème, qui n’est pas séparé du voile de tête. La profondeur du voile est très remarquable et celle de la protomé entière est extraordinaire. Cette caractéristique, de même que la ligne du profil, doit être empruntée au modèle égyptien.

TYPE 5E (PL. 25)

Quantité totale : 9 exemplaires
5B1 5 exemplaires
5B2 4 exemplaires
Réduction entre 5E1 et 5E2 : 14 % -16 %

5E1.1

46hv 5,7/ hc 10,5/lh 7,7/lbc 8,4

47Argile n° 2. Concrétions grises et grains de sable. Manque la partie inférieure.

5E1.2 (NI 755)

48hv 5,8/hc 15,2/lh 7,2/lbc 3,2

49Argile n° 8a. Concrétions grises et restes d’engobe. Manque la plupart de la partie inférieure. Nez légèrement endommagé.

5E2.1

50hv 4,9/hc 7,9/lh 6,9/lbc 3,2

51Argile n° 1. Concrétions grises. Manque la partie inférieure, à gauche jusqu’au niveau de la tempe. Trou de suspension au milieu du crâne.

Description

52La protomé correspond à la forme a2.

53Le visage, allongé et enflé, montre des yeux horizontaux, un menton étroit, empâté et peu saillant et une bouche très mince, si rapprochée de la base du nez que l’espace naso-labial est presque inexistant. Le profil, remarquablement profond, est caractérisé par la proéminence du nez.

  • 11 Cf. par exemple l’effigie de Thutmosis III, vers 1450 av. J.-C. : Aegyptisches Museum Berlin (1967) (...)
  • 12 Cf. par exemple une plaquette d’Ibiza avec un sphinx, du VIe siècle av. J.-C. : I Fenici, p. 347.
  • 13 A la différence des exemples égyptiens et puniques ci-dessus, le plissé du voile latéral n’est pas (...)

54Les cheveux au-dessus du front sont modelés en petites gouttières. La tête porte le diadème. En arrière le crâne est structuré par des bandes parallèles en relief. Cela rappelle le voile royal des souverains égyptiens, qui commence au bandeau du front et se termine dans le dos, formant un sac pour les cheveux11. En domaine punique on trouve des représentations de la même structure du voile12. Le voile latéral montre des plis verticaux en relief13.

Commentaire des types 5B-5E

55En vue frontale, les quatre protomés sélinontines se différencient des types que Croissant attribue à des artisans de Phocée ; ceux-ci montrent des visages ovales, qui ne possèdent pas les formes arrondies propres aux types 5B-5E et présentent des bouches plus larges et nettement souriantes. Par ailleurs le traitement des cheveux au-dessus du front en forme de gouttières, les tresses latérales, la structure plastique du voile de tête (5E), du voile latéral (5E et peut-être 5C) ou encore la profondeur extraordinaire du profil (5D) sont autant de caractéristiques absentes du groupe phocéen de Croissant.

56Comme on l’a vu à propos de 5A, la ligne remarquable du profil des types 5B-5E remonte originellement à des modèles égyptiens : elle a été reprise, directement ou indirectement, dans la coroplathie sélinontine. Avec les types 5B-5E on retrouve, comme avec 5A, une création éclectique des artisans de Sélinonte, sans référence à un modèle précis. Outre la ligne du profil, apparaissent ainsi pour la première fois à Sélinonte le traitement des plis du voile de tête à la façon égyptienne (5E), la profondeur extrême de ce voile et de l’ensemble du profil (5D) ainsi que les tresses latérales, le plissé vertical des types 5C-5E et, sur les quatre types, la structure en gouttières des cheveux au-dessus du front.

Notes

1 Un exemplaire de la variante 3Ab est publié par GABRICI 1927, p. 251, pl. 49, fig. 2.

2 Cf. J. BOEHLAU, Aus jonischen und italischen Nekropolen (1898), p. 159, pl. 13, fig. 7 : une protomé, trouvée dans une tombe de Samos (Kassel S. 54, CROISSANT 1983, p. 33, 2), présente sur le front un ornement semblable, de couleur rouge, que Boehlau a considéré comme un pendentif. Il remarque, en outre, que le motif rappelle stylistiquement les gouttes aux extrémités ornementales des fleurs milésiennes. Une circonstance heureuse a fait qu’une protomé sélinontine ait conservé aussi, à l’extrémité supérieure du bouton en forme de goutte rouge, la couleur verte qui sans doute représente le calice ; cela semble prouver que cet ornement doit être considéré comme un bouton de fleur. Trois protomés de Délos présentent également un bouton peint en rouge sur le front : LAUMONIER 1956, pl. 9-11, fig. 103, 104, 108. CROISSANT 1983, pl. 67-68, n° 112, pl. 69, n° 113, pl. 72, n° 119.

3 Une protomé de Lindos montre un dessin semblable, publiée par BLINKENBERG 1931, p. 592, fig. 61.

4 CROISSANT 1983, pl. 38-44.

5 K. LANGE/M. HIRMER, Âgypten. Architektur Plastik Malerei in drei Jahrtausenden (München 1967)4, pl. 141 (Thutmosis III).

6 I Fenici, p. 330, statuette de gauche ; p. 363, protomé de gauche. PICARD 196566, pl. 6, fig. 21.

7 BARRA BAGNASCO 1986, pl. 9-10, pl. 23, fig. 126.

8 BARRA BAGNASCO 1986. p. 47, p. 81.

9 Voir CROISSANT 1983, pl. 95.

10 Un type de protomé comparable quant à la structure du visage a été trouvé à Catane : La Sicilia antica vol. 1,3, Città greche e indigene di Sicilia : documenti e storia, ed. E. GABBA/G. VALLET (1980), p. 541, fig. 79, en bas à droite.

11 Cf. par exemple l’effigie de Thutmosis III, vers 1450 av. J.-C. : Aegyptisches Museum Berlin (1967), fig. 554. Une tête royale égyptienne, à Berlin, datée de environs de 550 av. J.-C., montre aussi le couvre-chef royal typique, structuré par des plis parallèles : Staatliche Museen zu Berlin. Dos ägyptische Museum (1991), p. 173, fig. 103.

12 Cf. par exemple une plaquette d’Ibiza avec un sphinx, du VIe siècle av. J.-C. : I Fenici, p. 347.

13 A la différence des exemples égyptiens et puniques ci-dessus, le plissé du voile latéral n’est pas horizontal mais vertical.

© Publications du Centre Jean Bérard, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540