Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nécropoles et sociétés antiques (Grèce, Italie, Languedoc)

Une nécropole à Paros

Photini Zaphiropoulou

Texte intégral

1Dans l’Archipel de la Mer Egée, parmi les 35 îles des Cyclades, celles de Paros et de Naxos furent les deux centres les plus importants ; elles continuent aujourd’hui de l’être à côté de Syros. Toutes les deux ont été habitées dès la fin du IVe millénaire av. J.-C. et presque sans interruption jusqu’à nos jours, et elles ont connu des périodes de grande floraison culturelle ; ainsi Paros aux époques archaïque et classique était un grand centre de sculpture, surtout grâce à son marbre fin et presque translucide.

Fig. 1 - Carte des Cyclades dans l’Archipel de la Mer Egée.

2Jusqu’aux années 60, l’époque géométrique et orientalisante (Xe-VIIe s.) dans les Cyclades, Théra mise à part, ne nous était connue que par les trouvailles de la célèbre fosse de purification de Rhénée, qui a donné seulement de la céramique. Cette découverte était pourtant très importante, car elle a aidé à esquisser la personnalité de chaque atelier cycladique au temps des grandes écoles de céramistes, comme celles d’Athènes et de Corinthe.

3Peu à peu la personnalité des ateliers cycladiques se dessinait de plus en plus grâce à des trouvailles sporadiques, jusqu’à ce que deux grandes nécropoles à Naxos et une autre à Paros soient venues enrichir nos connaissances sur le caractère et le style de chacun d’entre eux. On savait déjà que, jusqu’au IXe s., l’influence de l’art attique avait été très grande partout dans la Mer Egée et surtout aux Cyclades. Avec la fin du IXe s., cependant, les ateliers régionaux commencent à avoir leur propre style et à se différencier de celui des grands centres. Ainsi les ateliers de céramique naxiens créent des formes élancées, au profil privé de contours mous, suivant la tendance générale de l’art naxien qui se caractérise dans toutes ses expressions par ces mêmes éléments, auxquels il doit son caractère d’austérité. Je crois donc qu’il est inutile de commenter les images qui suivent et qui sont très éloquentes : un vase naxien protogéométrique, copie presque d’un vase attique, deux vases naxiens géométriques et un autre, naxien aussi, du VIIe s. (fig. 2-5).

Fig. 2 - Vase naxien protogéométrique. (Échelle : 1/3).

Fig. 3 - Vase naxien géométrique. (Échelle : 1/3).

Fig. 4 - Vases naxiens géométriques. (Échelle : 1/3).

Fig. 5 - Vase naxien du VIIe s. (Échelle : 1/3).

4Au contraire, les artistes pariens conservent des formes pleines, rondes, plus féminines pourrait-on dire, et créent des vases plus lumineux (fig. 6-7) inspirés peut-être par la nature riante de leur île, qui n’a pas la sévérité de la montagneuse Naxos.

Fig. 6 - Vase parien géométrique. (Échelle : 1/3).

Fig. 7 - Vase parien géométrique. (Échelle : 1/3).

5J’ai cru nécessaire de vous présenter brièvement les traits principaux de la céramique géométrique et du VIIe s. de ces deux îles pour faire mieux comprendre l’importance des éléments nouveaux mis en relief à Paros par des trouvailles récentes ; je signalerai aussi que nous disposons pour les nécropoles de données beaucoup plus riches que pour les habitats, qui sont dans l’ensemble peu connus.

  • 1 Ph. Zaphiropoulou, AD, 38 (1983), 1989, Chroniques, 347-348 ; 39 (1984), 1989, Chr., 295 ; 40 (1985 (...)
  • 2 N. Zaphiropoulos, AD, 16 (1960), 1962, Chroniques, 245 ; 18 (1963), 1965, Chroniques, 273-274.

6La nécropole de Paros que je vais vous présenter se trouve au bord de la mer, au Ν de la ville antique et à l’extérieur des murs, comme il est d’usage. Elle occupe un grand terrain dont l’utilisation funéraire commence à la fin du VIIIe s. av. J.-C. et continue sans interruption jusqu’au IVe s. de notre ère1. La présence du cimetière à cet endroit avait été signalée, il y a près de 30 ans2, mais c’est seulement cette année que nous avons pu en avoir une image presque complète (fig. 8).

Fig. 8 - Plan du cimetière de Paros. (Échelle : 1/200).

  • 3 Pour l’emploi du nom thékè par les anciens écrivains au sens de tombeau, voir Pape-Benseler, Lidell (...)

7Au dernier quart du VIIIe s. av. J.-C., on avait construit une thékè3, pour employer le nom donné par Hérodote (IV, 35) au tombeau des deux légendaires Vierges Hyperboréennes. C’était une grande fosse trapézoïdale, longue de 6,90 m et large, à l’E de 1,20 m, à l’O de 0,75 m ; sa profondeur atteint 0,52 m (fig. 9).

Fig. 9 - Fosse géométrique au cimetière de Paros.

Fig. 10 - Détail de l’intérieur de la fosse géométrique.

Fig. 11 - Plan de la thékè géométrique.

Fig. 12 - Dessin restitué de l’intérieur de la fosse géométrique avec les vases. (Échelle : 1/100).

8Des plaques de schiste ont été employées pour le revêtement, non seulement sur les côtés de la fosse, mais aussi sur le sol (fig. 10), sur lequel ont été déposées, en deux groupes (fig. 11-12), bien alignées et serrées l’une contre l’autre (fig. 13-14), à peu près cinquante amphores, contenant des os brûlés, lavés (?) et attentivement rangés à l’intérieur des vases ; l’embouchure de plusieurs de ces amphores était fermée d’une coupe ou d’une phiale (fig. 15), dont une était en bronze. Il s’agissait probablement d’une tombe collective pour les dépouilles des membres de familles apparentées ou d’un γένος, peut-être tombés dans une bataille (?) si l’on en juge par les vases qui sont à peu près contemporains. Une partie de la thékè, presque un tiers, vers le côté O, a été détruite, probablement par des fouilleurs clandestins, dès l’antiquité. Le tout était recouvert de grandes plaques. Il apparaît que l’utilisation de la thékè cessa vers le début du VIIe s. et qu’on éleva alors des murs presque verticaux au-dessus des longs côtés (fig. 12) ; ils étaient peu élevés et divisaient l’espace en petits compartiments; ces murs servaient en même temps aux différentes cérémonies en l’honneur des défunts, comme l’illustrent les nombreuses offrandes trouvées sur place, là où elles avaient été déposées pendant la célébration de ces cérémonies. Peu à peu pourtant on a commencé à employer ces compartiments pour des inhumations de petits enfants dans des vases ou dans des tombes à ciste.

Fig. 13 - Amphores à l’intérieur de la fosse géométrique.

Fig. 14- Amphores à l’intérieur de la fosse géométrique.

Fig. 15 - Amphores à l’intérieur de la fosse géométrique.

9Les cérémonies en l’honneur des ancêtres sur cette thékè continuèrent au moins pendant deux siècles, et c’est peut-être alors, ou bien dès l’origine de la thékè, que l’on érigea à l’extérieur de son côté ΟΝΟ une stèle de marbre énorme (fig. 16), haute de 2,30 m et large de 0,88 m, qui avait une seule face travaillée, dont le pourtour était garni d’une taenia. Elle a été trouvée par terre et renversée sous une tombe à ciste bâtie au début au deuxième quart du Ve s. av. J.-C. (fig. 17).

Fig. 16 - Vue du cimetière avec les stèles de différentes époques.

Fig. 17 - La grande stèle lors de sa découverte.

10Pendant les VIIe et VIe s. cependant, on accomplissait les cérémonies funèbres non seulement sur la thékè. Mais aussi tout autour d’elle dans un espace divisé, lui aussi, en compartiments par des murs bas ; on y déposait toutes sortes d’offrandes, vases ou terres-cuites. Les inhumations se faisaient parfois dans de grands vases, parmi lesquels il y avait quelques amphores de style dit mélien du VIIe s. réutilisées (fig. 18), parfois dans de petits sarcophages en marbre, ou encore dans des tombes à ciste disposées en lignes parallèles, toujours dans un espace bien limité par les murs bas déjà mentionnés. Une petite plaque de schiste non travaillé servant de séma, était placée, soit sur une extrémité de la dalle qui recouvrait la tombe, soit devant elle. A noter que, dans certains cas, la tombe était recouverte de plus d’une dalle. Le mort était déposé sur le dos (fig. 19) avec peu d’offrandes : surtout des cotyles et autres vases corinthiens. Mais la plus grande quantité de céramique a été recueillie dans les cendres des pyrai, hors des tombeaux ; elle comportait beaucoup de fragments de vases du VIIe s. de différents ateliers cycladiques et même de l’Asie Mineure. La surprise pourtant de la trouvaille fut le grand nombre de céramiques dites méliennes, pour lesquelles vous me permettrez de vous dire quelques mots.

Fig. 18 - Inhumation dans une amphore mélienne.

Fig. 19 - Tombes à ciste et sèmata.

  • 4 Zaphiropoulou 1983 ; Zaphiropoulou 1985, avec la bibliographie antérieure.

11Les vases dits méliens appartiennent à une catégorie de céramique cycladique, dont l’atelier de production n’est connu que depuis peu. Sa caractéristique principale est le goût pour les scènes figurées ; on l’avait nommée mélienne, car pour les premiers spécimens connus, les célèbres amphores aujourd’hui conservées au Musée National d’Athènes, qui n’ont pas été trouvées dans les fouilles, Milo a été indiquée comme lieu de provenance. Or, les fouilles de Délos et de Rhénée, avec la fameuse Fosse de Purification, ont donné une grande quantité de vases de cette catégorie, démontrant ainsi la grande floraison de cet atelier, dont la durée de vie ne dépasse pas un siècle (premier quart du VIIe s.-début du VIe s.)4. L’origine de l’atelier fut l’objet de nombreuses recherches et hypothèses, jusqu’à ce que, dans la décennie de 1960, N. Kontoléon ait proposé de l’attribuer à Paros, en se fondant sur les trouvailles de Thasos, colonie de Paros, qui comportent beaucoup de vases “méliens”. Cette théorie provoqua de vives discussions encore ouvertes aujourd’hui.

12La nécropole de Paros, trente ans après la théorie de Kontoléon, nous offre quelques preuves de plus quant à l’origine de l’atelier : la céramique dite mélienne est probablement parienne, car, outre le grand nombre de fragments de cette catégorie, nous avons eu la chance de trouver deux grandes amphores, réutilisées, dans lesquelles deux enfants étaient inhumés (le pied conique manque). Leur premier usage était-il celui de sèma sur une tombe ? La première amphore représentait d’une façon très pittoresque le jugement de Pâris, mythe tiré du cycle épique des rhapsodies relatives à la légende troyenne ; la seconde (fig. 20), des scènes purement hésiodiques. Sur la panse du vase, un paysan laboure la terre féconde avec une charrue tirée par deux bœufs, tandis que sur le col est représenté un chasseur bien armé, le carquois au dos, l’arc en main (fig. 21-22).

Fig. 20 - Amphore “mélienne”. (Échelle : 1/10).

Fig. 21 - Scène de labourage sur l’amphore “mélienne” de la fig. 20. (Échelle : 1/3).

Fig. 22 - Dessin de chasseur sur l’amphore “mélienne” de la fig. 20. (Échelle : 1/3).

13Vers le début de l’époque classique - Ve-IVe s. - la nécropole déborde l’espace renfermé par les murs assez bas de l’époque géométrique-archaïque et s’étend vers l’O, c’est à dire vers la mer. Alors, auprès des tombes déjà connues dès l’époque archaïque (des tombes à ciste ou petits sarcophages en marbre), de nouveaux types de sépultures apparaissent : ce sont des inhumations dans des urnes en marbre, la plupart avec les noms des défunts gravés sous le bord ou sur le couvercle ; les petites plaques en forme de stèle-sèma de l’époque archaïque ont cédé la place à de grandes stèles, qui s’élevaient sur des socles à degrés (fig. 23), le plus souvent au-dessus des tombes à ciste. En un cas pourtant, la stèle couronnait une construction à trois marches couvrant une urne en marbre qui contenait les os ; sur le couvercle était gravé le nom de la défunte : ΝΙΚΩ, nom qu’on avait deux fois gravé également sur la marche supérieure de la base (une fois sur chaque face). Citons encore des stèles simples érigées sur la tombe à ciste, avec l’inscription MEKINE, c’est à dire “ne (me) bouge pas”, qui s’adressait aux futurs voleurs du tombeau. A côté de ces types de tombes en marbre s’en trouvaient aussi d’autres, faites de tuiles (les côtés et le couvercle) ; les inhumations dans des vases (fig. 24) sont moins nombreuses qu’à l’époque archaïque. Toutes ces tombes étaient les unes à côté des autres ou les unes sur les autres sans distinction particulière ; beaucoup appartenaient à des enfants, comme c’était le cas des petits sarcophages du VIe s. (fig. 25).

Fig. 23 - Vue du cimetière avec des stèles sur leur base.

Fig. 24 - Tombes de différents types.

Fig. 25 - Inhumation d’enfant dans un sarcophage de marbre archaïque.

  • 5 Zaphiropoulou 1973, 612-613, 632-633.

14Je mentionnerai à part deux tombes dont le mobilier renfermait deux raretés. L’une était une tombe enfantine ; sur la poitrine de l’enfant on avait déposé une plaquette de marbre en forme de losange à quatre trous : c’est un rhombos que l’on suspendait par des fils pour le faire tourner (fig. 26). Étant en marbre, celui-ci a un caractère funéraire, puisqu’on sait par les textes que le jouet de ce nom était en bois5.

Fig. 26 - Dessin du rhombos. (Échelle : 1/2).

Fig. 27 - Le rhombos en marbre. (Échelle : 1/3).

  • 6 Zaphiropoulou 1973, 632-633.
  • 7 Pape-Benseler et Lidell-Scott s.v. : ἐξελών ἐκ τοῦ λυχνούχου τὸν λύχνον, Alex., 102, cf. Lys., Fr.  (...)

15Aux Cyclades, cet exemplaire en marbre (fig. 27) est le troisième que l’on ait trouvé dans une nécropole, mais l’on ne connaît pas les conditions précises de la découverte des deux autres : les fouilles du début du siècle à Paros pour l’un ; et pour l’autre les tombes de Rhénée pendant les fouilles de la fin du siècle précédent6. La seconde tombe contenait parmi les autres objets un ustensile qui servait de couvre-lampe (λυχνοχος)7 (fig. 28) ; à l’intérieur se trouvait une lampe minuscule pour que le feu ne s’éteigne pas : rappelons qu’aujourd’hui en Grèce pendant les jours de la Semaine Sainte et la nuit qui suit la messe de Pâques, on se sert d’un ustensile de même forme.

Fig. 28 - Porte-lampe. (Échelle : 1/2).

  • 8 Couilloud 1974, 402-412 avec la bibliographie antérieure.
  • 9 A Naxos, dans les strates de la ville mycénienne, N. Kontoléon (Praktika tès Archaiol. Etaireias, 1 (...)

16Enfin, pour vous donner une idée d’ensemble de ce cimetière je vous présenterai brièvement la dernière phase de son utilisation datée du Ier au IIIe s. de notre ère. Vers le côté le plus occidental on avait placé de grands sarcophages en marbre, alignés en deux rangées parallèles sur les côtés d’une voie large de 5 m (fig. 29) ; ils s’élevaient sur une base souvent à plusieurs degrés moulurés et étaient décorés (surtout sur la face principale) de scènes à relief dans des cadres oblongs. Le sujet favori de ces reliefs était celui du banquet funéraire d’un couple ou d’une figure solitaire, une table à offrandes devant elles (fig. 30). Chaque relief était accompagné d’une inscription, ce qui prouve que chaque sarcophage était employé pour plusieurs inhumations des membres d’une même famille8. Les couvercles étaient à double pente et comportaient, au milieu de la partie arrière, un plan surélevé pour recevoir les bustes des défunts, peut-être les plus éminents membres de la famille ou bien les premiers couples des ancêtres. La trouvaille la plus récente dans cette partie du cimetière est le squelette d’un sanglier long de 1,50 m, gisant sur des plaques de schiste ; offrande à un personnage, probablement de haut rang, inhumé dans un sarcophage au voisinage, ou à une divinité chtonienne comme p. ex. Déméter9 ? La question est posée.

Fig. 29 - Vue de la partie romaine du cimetière.

Fig. 30 - Sarcophages tardo-romains de type parien.

17Examinons maintenant quelques données archéologiques importantes fournies par les nouvelles découvertes.

181.1. Nous sommes sûrs maintenant que la population installée à Paros lors des grands mouvements des peuples de la fin du IIe millénaire av. J.-C. était organisée en familles ou en γένη dès la deuxième moitié du VIIIe s., ou plus tôt ; au début du VIIe s. en effet les membres de ces familles ou de ces γένη sont héroïsés comme l’indiquent les cérémonies funéraires accomplies pendant deux siècles sur la théthékè : il s’agissait probablement de personnages qui jouaient un rôle dominant dans cette société, qui ne devait pas être primitive, mais qui était au contraire structurée et organisée.

  • 10 Ν. Zaphiropoulos, AD (1960), 1962, Chr., 245, fig. 215 ; Neumann 1979, 5 sqq., fig. 2.
  • 11 Kontoléon 1960, 129, fig. 1-2 ; Kimoliaka, Β, 1972, 14, sqq., pl. 12.1 ; Neumann 1979, 6 sqq., fig. (...)

191.2. L’usage exclusif du schiste pour la construction de la thékè nous enseigne aussi qu’au VIIIe s. les carrières de marbre n’étaient pas exploitées ; en revanche les Pariens employaient la pierre avec une grande habileté comme en témoigne la construction des murs et du sol de la thékè (fig. 10) ; ils ont même commencé très timidement à sculpter la pierre, cherchant à exprimer ainsi leur goût artistique, comme on peut en juger d’après la stèle provenant du même cimetière, et qui a été trouvée, il y a 25 ans10, au Ν du site archéologique qui nous intéresse, datant de la fin du VIIIe s. Elle est contemporaine de la thékè ; c’est le monument le plus ancien de la sculpture grecque. Elle porte en bas-relief une figure féminine assise, avec un grand polos sur la tête, qui représente sans doute la défunte héroïsée ou assimilée à une prêtresse (fig. 31). Une autre stèle trouvée à Kimolos11, petite île au Ν de Milo, datée du début du VIIe s. montre l’étape suivante : la figure a la partie supérieure du corps en bas-relief, tandis que la partie inférieure était sans doute peinte (fig. 32).

Fig. 31 - Stèle géométrique tardive de Paros. (Échelle : 1/5).

Fig. 32 - Stèle géométrique tardive de Kimolos. (Échelle : 1/5).

  • 12 Rougemont 1990, 217.

201.3. La crémation prédominait au VIIIe s., concourrant à la demande de céramiques produites sur l’île dans des ateliers qui développèrent leur propre style et technique. Et le bois pour les pyrai ne pouvait pas être transporté de bien loin, ce qui prouve qu’il y avait des forêts, probablement maigres et basses12, au voisinage même de l’argile pour la fabrication des pots.

211.4. Enfin les échanges commerciaux paraissent limités.

222. Au début du VIIe s. de grands changements se produisent :

23La sculpture commence à se développer, bien que le marbre continue à ne pas être un matériau commun ; des figurines en terre-cuite sont fabriquées par des céramistes à côté des vases, dont beaucoup sont de véritables œuvres d’art ; les plus grands d’entre eux étaient placés sur les tombes en sêma. C’est le cas des vases dits méliens (fig. 20) dont je vous ai parlé, sur lesquels les céramistes racontent les poèmes qu’ils ont entendu chanter, au temps de leur célèbre compatriote Archiloque, ou ce qu’eux mêmes ont pu voir dans leur propre environnement (fig. 33-34).

Fig. 33 - Tesson à procession de femmes. (Échelle : 1/2).

Fig. 34 - Tessons à figures de guerriers. (Échelle : 1/2).

24D’autres ateliers fabriquaient des vases sans décor ou à décor peint aux dessins géométriques ou figuratifs. Cependant, malgré la production importante de vases locaux, il apparaît que la poterie était en grande demande car un grand nombre de céramiques étaient importées, surtout celles des ateliers corinthiens (fig. 35) et rhodiens (fig. 36), ce qui témoigne en même temps des bonnes relations entre les deux cités et Paros, et de la situation florissante de l’économie parienne. Les vases importés étaient peut-être considérés comme plus précieux que ceux de Paros, puisqu’on les imitait sans pourtant atteindre leur degré de finesse ; les petits vases corinthiens surtout, grâce à l’excellence de leur argile tendre et lisse, étaient très nombreux (fig. 37) dans les tombes à inhumation enfantines. Outre les vases de Rhodes et de Corinthe il y avait aussi de nombreuses importations des autres régions de la Mer Egée, et je vous présente ici une toute nouvelle catégorie de céramique qui paraît cycladique, inconnue ailleurs, et qui a été trouvée cette année à Paros ; elle est décorée de figures d’une grande vivacité (fig. 38).

Fig. 35 - Vases protocorinthiens. (Échelle : 1/2).

Fig. 36 - Coupe à oiseau rhodienne. (Echelle : 1/2).

Fig. 37 - Cotyles miniatures corinthiennes. (Échelle : 1/2).

Fig. 38 - Tesson à figure gesticulant. (Échelle : 1/2).

25Au VIIe s., l’incinération n’est plus très en vogue et l’inhumation prend le dessus. Maintenant il n’y a plus de restes brûlés tenant peu de place et pouvant s’amasser dans des vases et dans une tombe commune, plus ou moins grande. Ce sont des corps entiers que l’on doit inhumer en observant toujours l’organisation sociale du siècle passé : celle qui exige que les membres de chaque famille ou γένος forment une petite communauté, fermée dans l’au-delà comme dans la vie. On divise alors l’espace en secteurs, limités par des murs bas, dans lesquels chaque communauté s’efforce de faire entrer tous ses membres, ce qui explique la grande densité des tombes, très souvent les unes sur les autres. Cependant, malgré les règles strictes de la vie en communauté, je crois que la notion d’individu prend de la valeur : chaque tombe a sa propre stèle-sèma ; tandis que la thékè géométrique n’avait probablement qu’une seule énorme stèle pour tous les morts qu’elle contenait.

26Notons encore la grande mortalité infantile, et en même temps la grande tendresse des adultes envers leurs enfants : très souvent les tombes les plus soignées étaient celles des enfants ; fréquemment, parmi les tombes à schiste d’adultes se trouve un beau vase mélien bien décoré dans lequel on a inhumé un enfant ; ou encore un petit sarcophage de marbre, lorsqu’on commence à exploiter le marbre, qui avant le VIe s. Devait être un matériau précieux. rappelons enfin qu’au-dessus de la thékè géométrique qui devint, surtout aux VIIe et au VIe s., objet de vénération des ancêtres héroïsés, on érigeait de petits tombeaux d’enfants parmi les pyrai cérémoniales et les différentes offrandes ; et cela, sans doute, pour honorer le plus possible des enfants de notables.

27La prudence m’incite à arrêter ici ces premières conclusions car le site cache peut-être d’autres secrets, qui, mis au jour lors des prochaines campagnes de fouilles, pourront conduire à d’autres résultats.

Bibliographie

Références bibliographiques

Couilloud 1974 : COUILLOUD (M.-Th.), Reliefs funéraires des Cyclades de l’époque hellénistique à l’époque romaine. BCH, 98, 1974, 397-418.

Kontoleon 1960 : KONTOLEON (N. M.), Eine grabstele aus Kimolos. In : Θεωρια. Festschr. für W.-H. Schuchhardt. Baden Baden, 1960, 129-137.

Neumann 1979 : NEUMANN (G.), Probleme des griechischen Weihreliefs. Tübingen 1979.

Rizza 1984 : RIZZA (G.), Prinias. In : Creta antica. Cento anni di archeologia italiana (1884-1984) (a cura di A. Di Vita e A. La Regina). Roma, 1984, 238-256.

Rougemont 1990 : ROUGEMONT (G.), Géographie historique des Cyclades : l’homme et le milieu dans l’archipel. JS, 1990, 199-220.

Zaphiropoulou 1973 : ZAPHIROPOULOU (Ph.), Vases et autres objets de marbre de Rhénée. In : Etudes déliennes. Athènes, 1973 (BCH Suppl. I), 601-636.

Zaphiropoulou 1983 : ZAPHIROPOULOU (Ph.), La céramique mélienne : origine et provenance. In : Les Cyclades. Matériaux pour une étude de géographie historique. Actes de la Table ronde (Dijon 1982). Paris, 1983, 177-183.

Zaphiropoulou 1985 : ZAPHIROPOULOU (Ph.), Problèmata tès méliakès aggeiographias. Athènes, 1985.

Notes

1 Ph. Zaphiropoulou, AD, 38 (1983), 1989, Chroniques, 347-348 ; 39 (1984), 1989, Chr., 295 ; 40 (1985), 1990, Chr., 289 ; 41(1986), 1990, Chr., 213 ; 42 (1987), Chr., sous presse.

2 N. Zaphiropoulos, AD, 16 (1960), 1962, Chroniques, 245 ; 18 (1963), 1965, Chroniques, 273-274.

3 Pour l’emploi du nom thékè par les anciens écrivains au sens de tombeau, voir Pape-Benseler, Lidell-Scott. Eschyle l’emploie pour désigner les tombeaux des ancêtres (Les Perses, 405 : θήκας τε προγόνων) et Sophocle pour désigner le tombeau du père (Electre, 896).

4 Zaphiropoulou 1983 ; Zaphiropoulou 1985, avec la bibliographie antérieure.

5 Zaphiropoulou 1973, 612-613, 632-633.

6 Zaphiropoulou 1973, 632-633.

7 Pape-Benseler et Lidell-Scott s.v. : ἐξελών ἐκ τοῦ λυχνούχου τὸν λύχνον, Alex., 102, cf. Lys., Fr. 83.

8 Couilloud 1974, 402-412 avec la bibliographie antérieure.

9 A Naxos, dans les strates de la ville mycénienne, N. Kontoléon (Praktika tès Archaiol. Etaireias, 1965, 171-173) a trouvé deux squelettes de petits porcs déposés dans un fossé pour des raisons cérémoniales funéraires ou chtoniennes, relatives à Déméter. Il faut préciser qu’une étude récente du squelette de l’animal a donné d’autres résultats : il ne s’agit plus d’un sanglier, mais d’un petit cheval ; cf. aussi à Prinias, en Crète, au lieu dit Sidérospilia, Rizza 1984, 247 sqq.

10 Ν. Zaphiropoulos, AD (1960), 1962, Chr., 245, fig. 215 ; Neumann 1979, 5 sqq., fig. 2.

11 Kontoléon 1960, 129, fig. 1-2 ; Kimoliaka, Β, 1972, 14, sqq., pl. 12.1 ; Neumann 1979, 6 sqq., fig. 4a.

12 Rougemont 1990, 217.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Carte des Cyclades dans l’Archipel de la Mer Egée.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-1.jpg
Fichier image/, 276k
Légende Fig. 2 - Vase naxien protogéométrique. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-2.jpg
Fichier image/, 204k
Légende Fig. 3 - Vase naxien géométrique. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-3.jpg
Fichier image/, 260k
Légende Fig. 4 - Vases naxiens géométriques. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-4.jpg
Fichier image/, 360k
Légende Fig. 5 - Vase naxien du VIIe s. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-5.jpg
Fichier image/, 248k
Légende Fig. 6 - Vase parien géométrique. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-6.jpg
Fichier image/, 512k
Légende Fig. 7 - Vase parien géométrique. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-7.jpg
Fichier image/, 392k
Légende Fig. 8 - Plan du cimetière de Paros. (Échelle : 1/200).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-8.jpg
Fichier image/, 92k
Légende Fig. 9 - Fosse géométrique au cimetière de Paros.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-9.jpg
Fichier image/, 612k
Légende Fig. 10 - Détail de l’intérieur de la fosse géométrique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-10.jpg
Fichier image/, 152k
Légende Fig. 11 - Plan de la thékè géométrique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-11.jpg
Fichier image/, 224k
Légende Fig. 12 - Dessin restitué de l’intérieur de la fosse géométrique avec les vases. (Échelle : 1/100).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-12.jpg
Fichier image/, 140k
Légende Fig. 13 - Amphores à l’intérieur de la fosse géométrique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-13.jpg
Fichier image/, 548k
Légende Fig. 14- Amphores à l’intérieur de la fosse géométrique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-14.jpg
Fichier image/, 132k
Légende Fig. 15 - Amphores à l’intérieur de la fosse géométrique.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-15.jpg
Fichier image/, 212k
Légende Fig. 16 - Vue du cimetière avec les stèles de différentes époques.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-16.jpg
Fichier image/, 680k
Légende Fig. 17 - La grande stèle lors de sa découverte.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-17.jpg
Fichier image/, 252k
Légende Fig. 18 - Inhumation dans une amphore mélienne.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-18.jpg
Fichier image/, 184k
Légende Fig. 19 - Tombes à ciste et sèmata.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-19.jpg
Fichier image/, 660k
Légende Fig. 20 - Amphore “mélienne”. (Échelle : 1/10).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-20.jpg
Fichier image/, 272k
Légende Fig. 21 - Scène de labourage sur l’amphore “mélienne” de la fig. 20. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-21.jpg
Fichier image/, 432k
Légende Fig. 22 - Dessin de chasseur sur l’amphore “mélienne” de la fig. 20. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-22.jpg
Fichier image/, 88k
Légende Fig. 23 - Vue du cimetière avec des stèles sur leur base.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-23.jpg
Fichier image/, 660k
Légende Fig. 24 - Tombes de différents types.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-24.jpg
Fichier image/, 680k
Légende Fig. 25 - Inhumation d’enfant dans un sarcophage de marbre archaïque.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-25.jpg
Fichier image/, 348k
Légende Fig. 26 - Dessin du rhombos. (Échelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-26.jpg
Fichier image/, 132k
Légende Fig. 27 - Le rhombos en marbre. (Échelle : 1/3).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-27.jpg
Fichier image/, 128k
Légende Fig. 28 - Porte-lampe. (Échelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-28.jpg
Fichier image/, 120k
Légende Fig. 29 - Vue de la partie romaine du cimetière.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-29.jpg
Fichier image/, 708k
Légende Fig. 30 - Sarcophages tardo-romains de type parien.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-30.jpg
Fichier image/, 240k
Légende Fig. 31 - Stèle géométrique tardive de Paros. (Échelle : 1/5).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-31.jpg
Fichier image/, 864k
Légende Fig. 32 - Stèle géométrique tardive de Kimolos. (Échelle : 1/5).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-32.jpg
Fichier image/, 864k
Légende Fig. 33 - Tesson à procession de femmes. (Échelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-33.jpg
Fichier image/, 92k
Légende Fig. 34 - Tessons à figures de guerriers. (Échelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-34.jpg
Fichier image/, 352k
Légende Fig. 35 - Vases protocorinthiens. (Échelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-35.jpg
Fichier image/, 104k
Légende Fig. 36 - Coupe à oiseau rhodienne. (Echelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-36.jpg
Fichier image/, 88k
Légende Fig. 37 - Cotyles miniatures corinthiennes. (Échelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-37.jpg
Fichier image/, 92k
Légende Fig. 38 - Tesson à figure gesticulant. (Échelle : 1/2).
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1712/img-38.jpg
Fichier image/, 97k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540