Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Kaulonia 1

 | 
Henri Tréziny

5. Les fortifications

Texte intégral

Fig. 71. Les trois phases de la fortification dans le secteur de la tour D, éch. 1 : 333.

5.1. LA FORTIFICATION ARCHAÏQUE

1On a proposé pour le mur archaïque M9/11 une date de construction au cours du VIe s. et une destruction (ou un abandon) dans la première moitié du Ve s.

  • 1 Orsi 1914, col. 718 et fig. 7.

2Il ne semble pas que les fouilles de P. Orsi aient jamais atteint le niveau de la muraille archaïque, soit parce que celle-ci était déjà détruite dans les zones de collines, où l’accumulation était faible ou nulle, soit parce qu’Orsi s’est arrêté, dans les zones de forte sédimentation, au niveau des fondations hellénistiques. Aucun des secteurs de muraille décrits par Orsi ne correspond donc à la technique de construction de M9/11, à l’exception peut-être du mur qui part au sud de la tour II, à l’ouest de la « Casa Quaranta ». Ce mur, large de 5,50 m, est formé d’un noyau de 3 m de large de « ciottoloni lunghi e piatti, non gettati alla rinfusa, ma disposti con cura per letti e, pare, collegati con terra cretosa e fanghiglia »1. Quoique le dessin d’Orsi ne soit guère explicite, cette description rappelle les pierres allongées de M9. On aurait ainsi un ordre de grandeur (3 m) pour la largeur du mur M9/1 1.

  • 2 Hansel, NSA, 1973, p. 429-443 ; v. aussi D. Adamesteanu et H. Dilthey, dans MEFRA, 90, 1978, p. 552
  • 3 D. Adamesteanu, Metaponto 1, NSA, 1975, Suppl. (1980), p. 242 sqq.
  • 4 F. Krinzinger, dans Fortification, p. 122.
  • 5 G. Tocco, dans Tarente 1975, p. 488-489 (première moitié du VIe s. ?)
  • 6 H. Tréziny, dans Fortification, p. 186-189 ; v. aussi (sur Mégara Hyblaea) MEFRA, 85, 1983, p. 647- (...)

3L’intérêt du mur de Kaulonia, malgré son état de conservation médiocre, vient de ce qu’il complète la série très limitée des fortifications archaïques de Grande Grèce. Par sa technique, il est sans doute proche des murs de Siris-Policoro, datés au VIIe ou au VIe s., construits en briques crues, sans ou avec socle de pierres2 ; d’autres murs archaïques se trouvent à Métaponte3, à Vélia4, à Cumes5. Les fortifications archaïques sont mieux attestées en Sicile au VIe s. (Naxos, Lipari, Léontinoi), voire au VIIe s. (Mégara Hyblaea, peut-être Léontinoi6).

5.2. LA FORTIFICATION D’ÉPOQUE CLASSIQUE

  • 7 Tomasello 1972, p. 561-638 ; plans p. 562 et 592.

4Quoique les structures retrouvées sous la tour D soient à bien des égards énigmatiques, nous sommes heureusement mieux renseignés sur cette « deuxième phase » de la muraille. Il est fort probable que la muraille archaïque n’a pas été détruite au Ve s., mais que, tombée en désuétude, elle a vu son élévation en briques crues dégradée par les intempéries, voire sapée par les crues du fleuve. La phase classique est donc sans doute surtout un gros effort de remise en état du mur primitif, réutilisé partout où cela était possible. Cette restauration a dû avoir une certaine importance, puisqu’on en retrouve des traces sur les fronts nord et est du circuit défensif, et notamment dans les sondages pratiqués au sud du temple par E. Tomasello en 1970-19717.

Fig. 72. Les sondages ANAS 1970-1971 au sud du temple, plan schématique, d’après Tomasello 1972, fig. 65 : I et II, mur d’enceinte (ou de téménos ?) ; III, passage ; IV et V, enclos sacrés ; IV et VII, structures hellénistiques.

  • 8 M. Gras, dans G. Vallet, FR. Villard et P. Auberson, Mégara Hybloea, 1. Le quartier de l’Agora arch (...)

5Dans ces sondages sont apparues sept structures principales, que nous numéroterons sur la fig. 72 de I à VII. Les structures I et II sont des murs qui ont sans doute fonctionné ensemble constituant un passage. Le mur sud I, le seul bien conservé et suffisamment fouillé, est constitué de blocs de calcaire de taille moyenne, grossièrement taillés, et forme un angle obtus. Par les matériaux employés et la technique de construction de l’angle, ce mur est très proche de notre mur M8 (montant ouest de l’égout E2). Ces murs sont datés par E. Tomasello entre 650 et 450, probablement autour de 550. La structure III est un pavement qui occupe une partie du passage. Les structures IV et V sont deux petits édifices rectangulaires superposés, se chevauchant partiellement. Il est évident que la structure IV, oblitérée par le mur I, a été remplacée par V. Le dallage ( ?) IV devait avoir une fonction rituelle (autel ?) ; la pratique qui consiste dans ce cas à reconstruire le monument en léger retrait, mais en maintenant le lien rituel par un contact physique, est bien connue8 . La date de la structure V est donc un élément d’appréciation important pour celle du mur I. Or, à défaut de se poser explicitement la question, E. Tomasello donne des informations qui permettent d’esquisser une réponse. À l’intérieur de l’enclos V (supérieur), un niveau de gravillons contient un matériel qui va du VIe s. au troisième quart du Ve s. environ. La structure IV (inférieure) est surmontée d’un niveau de brûlé. La couche appelée 3a, qui correspond à la hauteur des blocs de IV, est datable entre 650 et 480 ; la couche 3b, au-dessous de IV, a du matériel de la fin du VIIIe au milieu du VIe s. On en déduira que la structure IV date probablement du milieu (ou de la deuxième moitié) du VIe s., et que la structure V est probablement postérieure au début du Ve s., comme le confirme d’ailleurs la nature de son remplissage. C’est donc probablement dans la première moitié du Ve s. que l’on a construit les murs I et II et déplacé l’édifice IV/V.

6Signalons au passage, quoique cela n’ait pas d’influence directe sur la fortification, l’invraisemblance d’une datation à la fin du VIIe s. pour la structure VI, probablement un angle de maison, en galets de rivière entourés de tuiles « en nid d’abeille ». Outre le fait qu’une telle technique, caractéristique de la fortification et de l’habitat hellénistiques, présuppose un emploi massif de tuiles brisées, inconcevable à haute époque archaïque, il faut noter que le seul niveau d’occupation signalé dans la publication est daté dans la première moitié du IIIe s. Il s’agit donc probablement d’une structure hellénistique, comme du reste le mur VII dont quelques vestiges apparaissent dans la partie est du sondage.

  • 9 Tomasello 1972, p. 616-618.

7La date des murs I-II apparaît peut-être d’une manière plus directe dans le sondage F9. La couche 3 se prolonge ici jusqu’à un « sol » au niveau des fondations du mur, que l’auteur considère comme le premier sol de la porte, et qu’elle date donc vers 550. Or, au-dessous de ce sol (couche 4) se trouvent des tessons datables dans le troisième quart du VIe s. ; donc le sol n’est pas antérieur à 525, et le mur non plus... En fait, il est probable que ce « sol » constitue le fond de la tranchée de fondation du mur I, et que le premier niveau de la porte se trouvait plus haut. Or, le bas de la couche 3, au contact du « sol » 3/4, contient des tessons de la première moitié du Ve s. Il est donc vraisemblable que le premier sol de la porte est en fait le dallage III, et qu’il date de la première moitié du Ve s.

  • 10 Orsi 1914, col. 755-756 ; Tomasello 1972. p. 632
  • 11 D. Mertens, Der Tempel von Segesta und die

8La fouille de E. Tomasello pose un autre problème intéressant, dont la solution est moins évidente. La porte semble abandonnée dans le cours du Ve s., puisque le matériel de la couche 3 qui vient recouvrir le passage, n’est guère postérieur au milieu du Ve s. Or elle est recouverte elle-même d’un épais niveau de déchets de taille (couche 2), qu’E. Tomasello met en relation avec la construction du temple, tandis qu’Orsi y voyait le résultat de sa destruction10 . Mais cette couche contient un matériel varié, datable jusqu’au début du IVe s., ce qui est peu compatible avec une construction du temple vers 43011. Faut-il admettre un niveau de destruction et, en ce cas, le dater après 389 ? La question, qui sort du cadre de cette étude, reste ouverte.

9La nouvelle datation que nous proposons pour les structures publiées par E. Tomasello rejoint donc celle qui se déduit des stratigraphies de la tour D : première moitié du Ve s.

  • 12 Orsi 1914, col. 754-758.

10Orsi avait fouillé dans le même secteur (au sud-est et au sud du temple) plusieurs tronçons de murs dont l’appareil semble très comparable12. Seule varie la largeur du mur qui mesure entre 1,80 m et 2,20 m chez Orsi, 1,20 m environ pour le mur I du sondage Tomasello. Ce mur d’épaisseur médiocre pourrait être interprété comme un mur de téménos plutôt que comme un mur de fortification ; l’existence des murs M8 et M10 sous la tour D permet de trancher en faveur d’une fortification.

  • 13 Orsi 1914, col. 759 sqq., pl. VII ; mais les fouilles de 1988 suggèrent que la « Porte Marine » est (...)

11À la phase du Ve s. pourraient se rapporter également la Porta Marina d’Orsi, s’il s’agit bien d’une porte13, et peut-être la tour I de l’enceinte hellénistique (cf. infra, p. 149).

  • 14 MEFRA, 95, 1983, p. 649 ; H. Tréziny, dans Fortification, p. 188 ; en général, Winter 1971, p. 149- (...)
  • 15 Amphipolis : D. Lazaridis, dans AAA, 1975, p. 69, fig. 1 1 ; Vélia : inédit, près de la Porte Marin (...)

12La présence sous la tour D d’un égout du Ve s. est intéressante car elle témoigne de l’importance de la question de l’évacuation des eaux dans les fortifications grecques occidentales. Rappelons qu’un autre égout avait été fouillé par Orsi dans la partie méridionale du site, sous un habitat hellénistique, mais sur le tracé d’une fortification arasée, de datation délicate (cf. infra, p. 157). De telles préoccupations sont anciennes : un égout de grandes dimensions (largeur 65 cm) construit en pierres de taille et fermé par une grille en bois passait sous l’enceinte archaïque de Mégara Hyblæa, et des installations plus modestes traversaient déjà sans doute le mur du VIIe s.14. Des constructions plus ambitieuses se trouvent à Amphipolis, Vélia, Métaponte entre autres15. La largeur de l’égout de Kaulonia (90 cm) peut étonner : mais il s’agit là de l’entrée de l’égout, dont le débouché pouvait être plus étroit.

5.3. DIMENSIONS DE LA TOUR D

13La tour D offre plusieurs séries de mesures remarquables regroupées dans le tableau p. 135. On notera par exemple la correspondance entre l’épaisseur de la courtine M1 à l’est de la tour (de 3,10 m à 3,20 m), et l’épaisseur du mur frontal de la tour (M3) au niveau des fondations (3,02 m), la longueur du mur-contrefort M4 (de 3m à 3,10 m), sa largeur (1,51 m) et la demi-largeur interne de la tour, entre le parement ouest de M2 et l’axe de M4 (3,01 m). L’épaisseur du mur frontal M3 en élévation (2,62 m) correspond à celle du mur est M2 en fondation (entre 2,54 m et 2,62 m) ; l’épaisseur de M2 en élévation (de 2,14 m à 2,22 m) est aussi la distance entre M2 et M4 (2,22 m) ; l’épaisseur du mur de courtine M6 au sud de la tour (5,10 m à 5,20 m) est la moitié de la largeur de la tour à l’élévation (10,42 m).

14De telles correspondances ne sont évidemment pas dues au hasard et suggèrent que l’on devrait pouvoir rendre compte dans une métrologie antique du schéma de construction de la tour. Pour ce faire, il est nécessaire de poser rapidement le problème de la métrologie de Kaulonia.

  • 16 Orsi 1914, col. 846 sqq.

151. Le temple du Ve s. est malheureusement trop mal conservé pour donner des renseignements précis. Orsi16 a calculé, d’après les quelques blocs qu’il a examinés, un diamètre maximum du fût de colonne de 1,22 m, et un entraxe de 2,88 m ; la largeur et la profondeur des triglyphes seraient de 60 et 60,2 cm. Cela peut suggérer l’utilisation d’un pied de 30 cm environ, d’où un diamètre maximum de la colonne de 4’, un entraxe de 10’ ; les dimensions générales s’établiraient à 60x153’aux fondations, 50x125’ au stylobate, d’après les mesures d’Orsi.

162. Dimensions des briques et des tuiles. La majorité des briques cuites trouvées sur la Piazzetta ou dans les fouilles de la Casa del Drago mesurent 32 ou 33 cm de côté ; les demi-briques 16,5 cm, les briques longues de 48 à 50 cm : sauf à supposer un retrait très important de l’argile à la cuisson, cela oriente nécessairement vers un pied de 32 à 33 cm, peut-être le pied « phidonien » de 0,327 m. Par contre, les tuiles mesurent le plus souvent, comme à Locres, 58 à 59 cm de large pour 90 à 91 cm de long, ce qui implique un pied de 29/30 cm, entre 0,296 et 0,308.

173. Le plan d’urbanisme. La fouille n’a donné pour l’instant qu’un îlot fouillé dans toute sa largeur : il s’agit de l’îlot que nous appellerons Β 15 (voir infra, p. 155 et n. 2), dans lequel se trouve la Casa del Drago : sa largeur est de 34,90 m. L’îlot est lui-même divisé en deux bandes larges chacune de 17,50 m environ, dans lesquelles sont découpés des lots carrés de 17,50 m de côté, séparés par des petits couloirs ou ambitus de 60 à 70 cm. La mesure de 17,50 m est prise à l’axe de l’ambitus.

  • 17 Camarine : Kokalos, 1980, p. 714 ; Crotone : Tarente 1983, p. 154 ; Héraclée de Lucanie : MEFRA, 90 (...)

18La largeur de 35 m est extrêmement fréquente dans les plans d’urbanisme magno-grecs d’époque classique et hellénistique : citons seulement Camarine, peut-être Crotone. Héraclée de Lucanie, Naples, Métaponte, peut-être Thurioi17. Elle peut correspondre à 100 pieds de 0,349/0,350 ou à 120 pieds de 0,291 ; on peut aussi imaginer que la mesure de base n’est pas l’îlot lui-même mais l’entraxe des rues, auquel cas il conviendra d’ajouter aux 34,90 m les 4,10 m des rues est-ouest, ce qui pourra s’interpréter comme 120 pieds de 0,325 environ. Mais dans le cas de Kaulonia, la première solution semble nettement plus probable en raison de la forme carrée des lots.

19Un examen de l’organisation interne des quelques habitations connues à Kaulonia montre que le lot carré est divisé en trois bandes nord-sud ; dans la première bande, à l’ouest, se trouvent les pièces d’habitation, éventuellement de réception ; l’espace central est occupé par un portique (pastas), et par le couloir d’accès ; la partie est comprend une cour et/ou des pièces annexes disposées autour de la cour. Chacune de ces divisions vaut 5,60 m environ, l’ensemble valant 16,80 m, auxquels il convient d’ajouter la largeur d’un ambitus, soit au total 17,50 m. Cette « tripartition » de l’espace se retrouve dans toutes les maisons connues à ce jour à Kaulonia et doit correspondre à un schéma-type de l’installation post-dionysienne. Il est clair qu’elle s’exprime mieux à partir d’un pied de 0.35 : si l’on soustrait aux 50’les 2’de l’ambitus, les 48’restant se divisent en trois fois 16’ ; il n’en va pas de même avec le pied de 0,291 (fig. 73).

Fig. 73. Ilot Β15, lots III et IV (“Casa del Drago”), plan et hypothèse métrologique, éch. 1 : 200.

Dimension

0,279

0,291

0,307

0,372

0,525

Largeur de la tour aux fondations

**

11,26

40’

39’

37’

34,5’

21,5c

Idem élévation

**

10,42

37’

36’

34’

32’

20c

Largeur M3 fondation

3,02

10,75’

10,5’

10’

9,25’

5,75c

Idem élévation

**

2,62

9,5’

9’

8,5’

8’

5c

Largeur M4

1,51

5,5’

5,25’

5’

4,75’

3c

Longueur M4

*

3,05

11’

10,5’

10’

9,5’

6c

Largeur M2 fondation

*

2,58

9,25’

9’

8,5’

8’

5c

Idem élévation

*

2,18

7,25’

7,5’

7’

6,75’

4,25c

Profondeur interne de la tour

*

6,77

24.25’

23,75’

22’

20,75’

13c

Demi-largeur interne

3,01

10,75’

10,25’

10’

9,25’

5,75c

Largeur interne

*

6,02

21,5’

20,5’

20’

18,5’

11,5c

Entre M2 et M4

2,22

8’

7,5’

7,25’

6,75’

4,25c

Entre M4 et M6

*

3,76

13,5’

13’

12,25’

11,5’

7c

Épaisseur M6

*

5,15

18,5’

17,75’

16,75’

15,75’

10c

Épaisseur Ml

*

3,15

11,25’

10,75’

10,25’

9,5’

6c

Largeur de l’entrée

*

1,15

4’

4’

3,75’

3,5’

3,5’ ou 2c

Largeur des fondations

0,42

1,5’= 6"

1,5’= 6"

1,5’= 6"

1,25’= 5"

5"

* Dimension moyenne ** Dimension restituée par symétrie

  • 18 Cf. A. W. Graham, dans AJA, 76, 1972, p. 300-301.

20Dans un tel système, la largeur des rues est-ouest s’établit à 12’, celle des rues nord-sud à (environ) 24’et 36’. Rappelons que des lots carrés de 50’de côté (sur un pied de 0,325) ont été observés à Himère, avec un système analogue de division interne18.

21On a donc tenté dans le tableau suivant d’évaluer les diverses mesures significatives de la tour D dans les unités « possibles », c’est-à-dire dans les unités déjà attestées ou pouvant l’être en dehors de la fortification. On a simplement remplacé le pied de 0,35 par la coudée de 0,525 (1,5’) qui permet une expression plus satisfaisante des résultats.

Fig. 74. Plan de la tour D sur la base d’une coudée de 52,5 cm. éch. 1 : 100.

22Il est clair que la plupart des mesures dont on dispose sont approchées, soit parce que la structure est irrégulière et qu’il a fallu prendre des valeurs moyennes, soit parce que les mesures sont restituées par symétrie. On voit par ailleurs que chaque unité métrologique permet de construire un système qui pourrait avoir sa cohérence ; bref, il y a plusieurs systèmes possibles, et nous manquons de critères pour choisir.

  • 19 Une coudée (50 cm environ) est l’épaisseur normale des parapets en pierre ; cf. Adam 1981, p. 126 ( (...)

23On pourrait par exemple partir de cotes de détail, comme les ressauts de fondation (3 fois 14 cm, soit 42 cm) qui orientent vers un pied de 28 cm (d’où la présence dans le tableau d’un pied de 0,279) ; mais cette mesure, qui permet de rendre compte de la largeur de la tour en fondation (41’), donne finalement peu de cotes rondes ; il en va de même pour les pieds de 0,291 et 0,327. Les étalons les plus satisfaisants sont le pied de 0,307 et surtout celui de 0,35, particulièrement sous la forme de la coudée de 0,525 ; on sera notamment sensible à la largeur de la tour en élévation (20c), aux épaisseurs de murs (3, 4, 5, 6 coudées). Il est très probable que la largeur des murs latéraux et la largeur intérieure de la tour (4,25 et 11,5 c) sont des variations sur la mesure de base 4 et 12 c, que l’on retrouvera ailleurs (tours I et VII). L’épaisseur du mur de gorge est une restitution fondée sur l’observation que toutes les tours sont à peu près carrées ; la tour D aurait alors 20 coudées de côté à l’élévation (fig. 59). L’épaisseur du parapet (1 coudée, soit 52,5 cm) est déduite de l’observation d’autres enceintes19 ; l’escalier sera discuté plus loin, en 5.5 (p. 141).

5.4. LES AUTRES TOURS DE L’ENCEINTE HELLÉNISTIQUE

24À l’exception de la tour I, pleine et trapézoïdale, qui protège la porte Nord-Ouest fouillée par Orsi, toutes les tours décrites dans la publication sont quadrangulaires et creuses, en général presque carrées. Orsi en a fouillé sept, auxquelles on ajoutera la tour IX, non relevée en plan. Les dimensions des façades s’échelonnent entre 7,40 m (tour II) et 11,26 m (tour D), celles des côtés (projections) entre 7,45 m (tour II) et 11,30 m (tour III), sans logique évidente. On relèvera que la largeur des fondations dépend en règle générale de leur profondeur, et donc de la position de la tour par rapport aux mouvements du terrain ; ainsi les murs latéraux de la tour VI (dont le mur frontal manque) mesurent - aux fondations - 1,42 m et 1,98 m, mais il est plus que probable que les deux murs avaient même épaisseur en élévation. Les mesures significatives, celles qui pourraient indiquer le module des tours, sont sans doute celles de l’élévation, plutôt que celles des fondations. On a donc essayé dans le tableau suivant de reporter les diverses mesures en élévation (mesures 2), ce qui n’est pas toujours possible. On a estimé en moyenne à 2 coudées (1,05 m) l’épaisseur du mur de gorge de chaque tour, à l’exception de la tour II (1,5 c).

25Les tours se rangent en quatre catégories :

  1. les tours III, VII et D mesurent (hors fondations) 20 coudées environ de côté, soit 400 coudées carrées de superficie S2 ; la largeur en œuvre est de 12 c., la superficie interne S3 de 150 c2 ; l’épaisseur du mur frontal est de 5 c., celle des murs latéraux varie de 3 à 4 c. (4,25 pour la tour D).

  2. les tours VIII et IX sont difficiles à mesurer ; elles semblent avoir une largeur en œuvre de 11 c, des côtés de 17 ou 18 coudées, une superficie (S2) de 300 c2 environ ; les murs latéraux font 3,5 c, la superficie en œuvre (S3) 150 c2.

Fig. 75. Plan schématique des tours de Kaulonia (dimensions en coudées), éch. 1 :333.

F 1

F 2

F 3

TOUR

m

c

m

c

m

c

I

5,80

11

II

7,40

14

14

5,10

10

III

10,05

19

6,11

12

IV

8,15

15½

7,85

15

5,07

10

V

8,62

l6½

8,30

16

5,22

10

VI

8,74

17

8,17

15½

5,33

10

VII

11

21

10,20

19½

6,12

12

VIII

9,20

17½

18 ?

5,70

11

IX

9,50 ?

18 ?

17 ?

D

11,26

21½

10,42

20

6,02

11½

P1

P2

P3

TOUR

m

c

m

c

m

c

I

II

7,45

14

14

5,58

10½

III

11,30

21½

7,35

14

IV

7,90

15

7,50

14½

4,35

V

8,12

15½

6,90

13

4,64

9

VI

8,90

17

8,60

16½

5,71

11

VII

10,70

20½

10,30

20

6,59

12½

VIII

9,30

18

6,58

12½

IX

9, ?

17 ?

D

10,84

20½

10,47

20

6,80

13

S1

S2

S3

TOUR

m2

c2

m2

c2

m2

c2

I

II

55

196

55

169

28

105

III

113

408

408 ?

45

168

IV

64

232

59

217

22

85

V

70

256

57

208

24

90

VI

78

289

70

256

30

110

VII

118

430

105

390

40

150

VIII

86

315

300 ?

37

137

IX

85 ?

306 ?

300 ?

D

122

441

109

400

41

150

Dimension des tours. F = front (largeur), Ρ = profondeur (longueur), S = superficie ; 1 = avec fondations, 2 = sans fondations, 3 = en œuvre ; m, m2, = mètre, mètre carré ; c, c2 = coudée, coudée carrée.

Fig. 76. Tours et escaliers : a) tours IV e V, ORSI 1914, pl. IV ; b) tour VI, ibid. pl. V ; c) tour V, ibid. fig. 12 ; c) tour II, ibid. fig. 6.

  1. les tours V et VI ont en commun une largeur en œuvre de 10 c, des côtés de 16 c, une superficie interne de 100 c2. Cependant, la tour V a peut-être un plan différent : l’articulation de son mur sud sur la courtine V-VI ne laisse guère de place pour un mur de gorge, qui se présente plutôt, au niveau du chemin de ronde, comme un bastion. On évaluera donc la superficie saillante de la tour V (sans mur de gorge) à 200 c2, contre 250 pour la tour VI.

  2. Les tours II et IV ont également une largeur en œuvre de 10 c, mais leurs murs sont moins épais, si bien que la largeur à l’élévation ne dépasse pas 14 et 15 c, la superficie S2 200 c2, la superficie interne S3 100 c2.

5.5. TOURS ET ESCALIERS

  • 20 Säflund 1938, p. 104.

26À trois reprises, Orsi a rencontré dans la fouille de la fortification d’étranges banquettes de briques, adossées à de gros massifs de pierre qui accroissaient considérablement l’épaisseur de la courtine. C’est notamment le cas sur le « colle A » à proximité des tours IV et V (fig. 76 b et d), et près de la porte nord-ouest, entre celle-ci et la tour II (fig. 76 c). Malheureusement, Orsi ne donne pas les dimensions précises de ces banquettes et nous devons les déduire des plans et illustrations dans le texte, avec de fortes marges d’erreur. Celle de la tour II semble être formée de briques rectangulaires de 48 x 32 cm pour une largeur totale de 1,30 m environ ; les briques d’angle ont un léger ressaut qui fait bordure. Les banquettes des tours IV et V sont analogues mais plus étroites (1,10 m environ pour deux ou trois briques de format 55 x 37 ca). Les briques, en général superposées en deux assises, sont liées au mortier de chaux, et c’est un des motifs qui amenaient Säflund à abaisser au III e siècle la date de la muraille20. Orsi voyait dans ces banquettes des postes de garde, interprétation qui ne semble pas avoir été jamais contestée.

27Mais plus que sur les banquettes, gênantes comme tout hapax, nous devons nous interroger sur les contreforts auxquels elles s’appuient. On comprendrait mal que le mur de gorge des tours soit nettement plus épais que le mur frontal, pourtant soumis à d’autres sollicitations. On notera d’ailleurs la présence de deux autres massifs analogues, l’un entre les tours V et VI (fig. 76 a), l’autre au sud de la tour IX (fig. 77).

  • 21 Lawrence 1979, p. 345 ; Adam 1981, p. 138.

28Il est en réalité extrêmement probable que ces massifs étaient les bases d’escaliers donnant accès au chemin de ronde et au premier étage des tours ; les « banquettes » sont alors la première marche de chaque escalier. Il était en effet impossible de construire un escalier avec des galets de rivière sans recouvrir les marches d’une surface plane : planches de bois, dalles de pierre, tuiles ou briques. La largeur des marches devait être de 30 à 35 cm environ, ce qui est conforme à l’usage courant21. La hauteur des contremarches est plus difficile à apprécier. À en juger par les dessins publiés par Orsi, elles devraient atteindre 40 à 50 cm, ce qui peut paraître excessif. Peut-être Carta, qui n’avait pas compris la signification du monument qu’il dessinait, l’a-t-il mal interprété ; peut-être aussi n’a-t-il pas su reconnaître des modifications au plan original. Il se pourrait par exemple que seules les briques appartiennent vraiment à l’escalier, les pierres visibles sur les dessins résultant d’une mise hors service des escaliers, peut-être à l’époque où l’on bouchait également les poternes. La contremarche se réduira alors à l’épaisseur de deux briques, soit une vingtaine de centimètres. La difficulté est donc mineure et ne devrait pas remettre en cause l’interprétation des massifs comme bases d’escaliers.

Fig. 77-78. Hypothèse de restitution des tours IX bis et A, éch. 1 :333.

  • 22 Orsi 1914, col. 741-742.
  • 23 Lawrence 1979, p. 345.

29Le massif publié par Orsi sur la colline de la Piazzetta (fig. 77) est entouré de deux «poternes». Celle du nord, qui était bouchée par un mur de pierres, mesure 1,32 m de large ; l’autre, trouvée pleine de briques et objets divers, est un peu plus étroite (1,10 m)22. La distance entre les deux poternes est de douze mètres, ce qui n’a guère de sens. La courtine, large normalement de 2,85 m, s’élargit entre les poternes à 4 m ; il est clair que l’élargissement (1,15 m) correspond à un escalier et que la « poterne » sud est en fait l’entrée d’une tour entièrement disparue. On peut ainsi restituer un ensemble tour-escalier-poterne, tout à fait classique dans l’architecture militaire grecque23. On appellera cette nouvelle tour IX bis.

  • 24 Winter 1971, p. 149 (Eleuthères) ; mais le dispositif de Kaulonia se trouve également à Eleuthères (...)

30Notons au passage que l’accès au premier étage des tours se fait par un escalier extérieur, bien que le rez-de-chaussée soit creux et que l’on puisse en théorie monter par l’intérieur de la tour. On privilégie donc la mobilité de la défense, sans se soucier de couper la route à un ennemi qui aurait pris pied sur le chemin de ronde24.

31Revenons à présent sur le bastion A, fouillé par Orsi, et qui a servi de point de départ à notre réflexion sur Kaulonia (fig. 78). Il se présente comme un décrochement de la muraille, percé de deux ouvertures, l’une large de 1,10 m donnant sur une « terrasse », l’autre large de 1,30 m et bouchée par un mur vers l’extérieur. Rappelons que la terrasse, avec son « mur » curviligne en galets à fruit très marqué, est tout à fait semblable à ce que nous avons rencontré dans les premiers niveaux de fouille de la tour D, et qui n’est autre que le cône de déjection des éboulis de la tour. A la lumière de ce que l’on vient de dire sur la tour IX bis, il est très probable que le bastion A est en fait une tour, que la « poterne » est la porte d’accès à la tour, tandis que l’autre ouverture est une vraie poterne, occultée dans un second temps. Quant à la portion de dallage qu’Orsi avait fouillée sur la plateforme, elle n’est autre que le niveau d’arasement du mur est de la tour A. La technique de construction, en assises régulières de galets et de tuiles, rend très compréhensible la confusion. L’épaisseur de la muraille (jusqu’à 3,70 m) permet peut-être de restituer également un escalier d’accès au chemin de ronde, mais ce n’est pas une certitude.

32Ces observations permettent sans doute de rendre compte de l’épaisseur exceptionnelle de la courtine à l’arrière de la tour D (5,15 m ou 10 coudées, supra, 5.2.1) : aux deux ( ?) coudées du mur de gorge et aux cinq coudées du chemin de ronde il convient d’ajouter trois coudées pour la largeur d’un massif d’escalier (1,57 m).

5.6. ESPACEMENT DES TOURS

33L’étude des photographies aériennes avait suggéré que le front nord de la muraille, loin d’être, comme le croyait Orsi, dépourvu de défenses avancées, était fortifié par une série de tours régulièrement espacées. La fouille de la tour D a montré le bien fondé de cette supposition et autorise à restituer les tours Β et C, qui présentent une image tout à fait semblable. Le point marqué F correspond à une rupture dans la ligne du talus, et l’on pensait jusqu’en 1986 qu’il s’agissait d’un angle de la muraille. Les fouilles de septembre 1986 (fig. 1, 15) ont montré que la muraille devait en réalité se prolonger en ligne droite vers la mer au-delà du point F et qu’elle avait été emportée par les crues du fleuve Assi. Le point F, s’il n’est pas un angle de la muraille, a été cependant un point de résistance à l’érosion, et il est très possible qu’il corresponde à une tour, d’autant plus que la distance D-F (150 m) est égale à la distance B-D. L’existence entre D et F d’une tour (E) est une simple hypothèse, sans justification sur le terrain.

34L’espacement moyen des tours B-C-D est de 70 à 75 m environ. Si l’on estime la largeur des tours à une dizaine de mètres (cas de la tour D), la longueur des courtines tourne autour de 60 à 65 m (120 coudées de 0,525 m feraient 63 m).

35Sur le colle A, l’espacement entre les tours IV et V est de 31 m environ, soit à peu près la moitié de la valeur précédente. Or nous avons vu plus haut que les tours IV et V sont de petit module, c’est-à-dire que leur surface au sol hors fondation (que nous avons appelée S2) est de l’ordre de 50 m, alors que la tour D est de grand module (100 m2 ca). On entrevoit donc la possibilité non seulement qu’il y ait un lien entre longueur des courtines, hauteur et puissance des tours (c’est une évidence), mais que ce lien soit régi par des règles simples. Malheureusement, il est impossible aujourd’hui de mesurer sur le terrain l’espacement des tours ; on se bornera donc à rassembler les données tirées de la publication :

Courtine

Superficie des tours (en coudées carrées)

Longueur des courtines

en mètres

en coudées

C-D

400 ? - 400

62 ca

120

A-I

? - 200

57

110

IV-V

200 - 400

31

60

V-V

200 - 250

75

144

V-Vbis

200 - 200 ?

60 ?

Vbis-VI ?

200 - 250 ?

70 ?

VI-VII

250 - 400

36

70

VII-VIII

400 - 300

23,4

45

VIII-IX

300 - 300

92

177

VIII-VIIIbis ?

300 - 300 ?

80 ?

VIII bis-IX ?

300 - 300 ?

80 ?

IX-IX bis

300 - 400 ?

54

100

36Outre les courtines C-D et IV-V dont on vient de parler, on observe une courtine anormalement courte entre les tours VII et VIII : mais il s’agit sans doute, comme l’a bien vu Orsi, de la « porte d’Aulon ». Les courtines VI-VII et IX-IX bis, en dépit des incertitudes sur les dimensions de la tour IX bis, ont des longueurs normales. On jugera par contre exceptionnellement longues les courtines V-VI (144 coudées, plus si l’on prend les mesures au sol) et VIII-IX (177 c). Chacune autoriserait en fait une tour intermédiaire, déterminant deux courtines de 70 et 60 coudées dans le premier cas, 80 coudées dans le second cas. Bien évidemment, une telle hypothèse n’est pas nécessaire : les fortifications grecques présentent fréquemment, surtout en terrain montagneux, et même à l’époque hellénistique, des irrégularités dans la disposition des tours. Seule la fouille des secteurs considérés permettrait peut-être de répondre avec certitude. Quoiqu’il en soit, il est aujourd’hui assuré, et c’est le principal apport des recherches récentes, que l’enceinte hellénistique de Kaulonia comptait beaucoup plus de tours qu’on ne le croyait : Orsi en comptait onze, nous en avons aujourd’hui seize avec les tours A, B, C, D et IX bis, peut-être une vingtaine avec les tours E, F, V bis et VIII bis, plus encore si l’on compte les murs nord-ouest et sud ; et on n’envisage pas dans ce comput le front de mer, qui mériterait une étude particulière.

5.7. LES COURTINES

37La technique de construction des courtines est comparable à celle des tours (galets de rivière, tuiles, plaques de schiste), mais les fondations sont beaucoup moins profondes. L’utilisation exclusive de tuiles à l’est de la tour D est sans aucun doute un accident ponctuel.

38La largeur de la courtine est extrêmement variable ; elle oscille le plus souvent entre 2,80 m (8 pieds de 0,35 m) et 3,15 m (9 pieds). Le diateichisma qui descend de la Piazzetta atteint 3,50 m (12’), comme le rempart du cimetière, près de la tour III. On a déjà dit plus haut (p. 129) que la largeur de 5,50 m (10 coudées) atteinte par le rempart au sud de la porte nord-ouest était due selon toutes probabilités à l’élargissement d’un mur plus ancien.

  • 25 Le massif de la tour IX bis atteint 11,30 m. Sur la difficulté de ces estimations, cf. Lawrence 197 (...)

39La hauteur de la muraille est difficile à apprécier, sinon par la longueur des massifs d’escalier qui varie, dans la plupart des cas, entre 7,30 m et 7,60 m25. Mais, en admettant une volée de 6 m et des marches de 30 cm, la hauteur de la courtine varie de 4 à 8 m selon que l’on estimera les contre-marches à 20 ou 40 cm (cf. supra, p. 141).

  • 26 Lawrence 1979, p. 209.

40D’après les relevés d’Orsi, l’élévation devait être en pierres jusqu’à deux mètres au moins ; la partie supérieure de la courtine pouvait être en pierres ou en briques crues. On ne dispose d’aucun élément pour restituer le parapet, qui pouvait être en briques crues (on imagine mal l’emploi de galets dans ce cas). Selon Lawrence26, le mur devait avoir un fruit très marqué, mais cela n’apparaît nulle part dans la fouille ou dans la publication d’Orsi.

  • 27 Winter 1971, p. 95etn.70,p. 148, n. 75 ; Lawrence 1979, p. 365.
  • 28 Orsi 1914, fig. 33. Les fouilles de 1988 renforcent l’hypothèse qu’il s’agit de murs d’habitat, san (...)

41Winter et Lawrence27 ont mis l’accent sur un mur à éperons fouillé par Orsi en bordure de mer, au nord-est du temple. Ils y voient un exemple de « mur à ikria », dans lequel le chemin de ronde est formé de planches supportées par des éperons ; et Winter en tire argument pour dater la muraille après 350. Sans contester la chronologie, on notera que ce mur, conservé sur une faible élévation, pourrait être un mur de terrassement, ce qui ne lui enlèverait pas obligatoirement toute valeur défensive, mais donne une autre signification à la technique des éperons. D’ailleurs Orsi signale un peu plus au nord un mur de technique analogue, orthogonal au précédent, sur la fonction duquel on peut discuter (mur de terrasse, téménos ?), mais qui n’est certainement pas un mur de fortification28.

  • 29 Orsi 1914, col. 903-906 et fig. 148.

42L’évacuation des eaux à l’est de la tour D se faisait par un égout (supra, 3.6.3) plus étroit que dans la phase classique : toutefois, la dimension de 40 cm est celle du débouché externe, et l’entrée devait être légèrement plus large (65 cm ?). D’autres ouvrages pour l’évacuation des eaux ont été observés par Orsi au nord du temple29, mais on ignore si et comment ils franchissaient une hypothétique fortification en bordure de mer.

5.8. PORTES ET POTERNES

5.8.1. La porte nord-ouest (fig. 79 et 80)

  • 30 Orsi 1914, col. 761.
  • 31 Athènes : Winter 1971, p. 225, fig. 230 ; Marseille : G. Hallier, dans Fortification, fig. 110. Je (...)

43Orsi a fouillé et publié la seule porte bien conservée des fortifications de Kaulonia. Il s’agit d’un ensemble dissymétrique, dont nous ne connaissons que le plan, et qui a subi un certain nombre de remaniements. La porte, large de 2,60 m environ, a été réduite à un étroit passage de 80 cm ; l’avant-cour fut (à la même époque ?) fermée par un proteichisma analogue à celui qu’Orsi avait fouillé devant le Tripylon de l’Euryale à Syracuse30. L’avant-cour était protégée au nord par un bastion plein, au sud par une tour creuse de 7,40 m de côté, aux murs étroits (1 m à 1,10 m). Le mur sud de la cour est élargi jusqu’à près de 3,40 m par un massif contre lequel vient s’appuyer une banquette de briques : mais nous avons vu précédemment (p. 141) qu’il s’agit sans doute du départ d’un escalier. Cet élément annexe éliminé, on constate que le couloir de la porte est encadré par deux massifs symétriques (BC et B’C’), ce qui invite à considérer la porte nord-ouest comme une porte à avant-cour protégée par deux tours, comme on en connaît des exemples achevés à Athènes ou à Marseille31.

Fig. 79. Plan de la porte nord-ouest, d’après Orsi 1914, pl. III, éch. 1 : 200.

Description

Désignation sur le plan

Dimension calculée sur plan

Equivalent en coudée

Largeur du couloir

CC’, DD’

2,61 m

5

Épaisseur courtine

CD’, C’D’

4,15 m

8

Long. piédroit int.

BC, C’B’

5,80 m/5,90 m

11,5

Long. piédroit ext.

DE, D’E’

3,72 m/3,83 m

7,5

Largeur cour en oeuvre

EE’

10,16 m

20

Largeur massif h.o.

BB*

14,33 m

28

Retour sud de la cour

EG

6,24 m

12

Côté de la tour II

LM

7,34 m/7,45 m

14

Profondeur maximale

AK

17,87 m

34

Prof. cour + courtine

CD + EG

10,37 m

20

Murs latéraux de la cour.

2,08 m

4

Passage entre les tours

MM’

8,68 m

16

44Orsi a publié un plan non coté et, comme le monument a été réenfoui après la fouille, on doit se borner à calculer les dimensions sur le plan, avec d’évidentes imprécisions. Mais on sait la qualité des relevés de R. Carta, et on peut estimer que les rapports entre les mesures sont bons. Quant aux mesures absolues, Orsi donne dans son texte les valeurs de 2,60 m, 7,40 m et 7,45 m là où nous lisons sur le plan 2,61 m, 7,34 m et 7,45 m.

45On constate que la largeur de l’avant-cour (EE’= 10,16 m) et la profondeur de l’avant-cour augmentée de l’épaisseur de la courtine (GE + DC = 10,39 m) sont avec le côté de la tour (LM = 7,35/7,45 m) dans un rapport 2 (1,395/1,414) ; le même rapport se retrouve entre la largeur de l’avant-cour et la largeur hors-œuvre du massif (BB’= 14,33 m). La profondeur maximale de l’ouvrage (AK = 17,87 m) est la diagonale d’un rectangle de côtés 14,33 et 10,39 ; la largeur totale de l’ouvrage restitué (KK’= 23,27 m) est la diagonale d’un rectangle de côtés 17,87 et 14,33. En d’autres termes, si l’on appelle a la largeur de l’avant-cour EE’(= 20 coudées), le côté de la tour vaut a √2 (14 c), la largeur du massif hors-œuvre vaut a √2 (28 c), et la largeur maximale restituée a √5 (44 c).

Fig. 80. Schéma de construction de la porte nord-ouest sur la base d’une coudée de 52,5 cm, éch. 1 : 200.

46Quant aux autres mesures, elles peuvent se regrouper de la façon suivante :

murs latéraux :

2,08 m = 4 c = 6’= 1 brasse

courtine :

4,15 m = 8 c = 12’= 2 brasses

retour sud de la cour :

6,24 m = 12 c = 18’= 3 brasses

passage entre les tours :

8,68 m = 16 c = 24’= 4 brasses

La largeur en œuvre de la cour (20 c) peut également s’exprimer en pieds (30) ou en brasses (5).

47La largeur du couloir de la porte (5 c ou 7,5’) pourrait échapper à ce système et avoir une valeur indépendante ; pourtant la longueur des piédroits intérieurs (BC) s’obtient en rabattant la diagonale d’un carré dont le côté est la longueur du couloir (CD) (5,85/4,15 = 1,41) ; et la longueur des piédroits extérieurs (DE) en rabattant la diagonale d’un carré dont le côté vaut la largeur du couloir CC’ (3,77/2,61 = 1,44).

48La porte nord-ouest est donc dérivée d’un schéma hellénistique type, adapté pour les besoins de la cause. Elle ne déparerait pas les autres ouvrages de l’enceinte hellénistique (par exemple la tour D), s’il n’y avait la tour I, tout à fait anormale. Mais on a déjà suggéré (supra, p. 132) que la tour I pouvait être un vestige d’une phase plus ancienne de la muraille. De la même façon, on a vu plus haut (p. 129) que l’épaisseur extravagante de la courtine au sud de la tour II (plus de dix coudées !) s’explique sans doute par un chemisage extérieur et intérieur d’un mur plus ancien. Il est donc probable que la fortification pré-dionysienne était en ce point assez bien conservée pour qu’on se borne à la remettre en état, à la « moderniser ». On a utilisé pour cela un plan hellénistique tronqué, bel exemple d’adaptation des schémas des « manuels » à la réalité du terrain.

5.8.2. Les autres portes de l’enceinte hellénistique

49On traitera dans le chapitre 6 de l’emplacement des portes et de leur rapport avec le plan d’urbanisme. De leur structure, il y a malheureusement peu à dire.

  • 32 Orsi 1914. pl. IV.

50Orsi a sans doute raison de supposer l’existence d’une porte (dite « Porte d’Aulon ») sur l’ensellement entre le « colle A » et la Piazzetta, entre les tours VII et VIII. Ces dernières, puissantes (400 et 300 coudées carrées), sont relativement éloignées (23,40 m, soit 45 coudées) ; le plan d’Orsi32 suggère une simple ouverture (de 5 c ?) et deux courtines de 20 coudées, mais il ne reste rien de la porte elle-même.

  • 33 Orsi 1914, col. 721, fig. 11.

51La porte nord-ouest donnait accès à la «néapolis occidentale », mais il devait y avoir également une ouverture dans la muraille extérieure, sans doute à peu près à l’emplacement de la route actuelle, entre le cimetière et la tour III33. D’autres grandes portes, dont nous ignorons tout, devaient s’ouvrir près de la côte, au nord et au sud de la ville, à l’intersection de l’enceinte et de la grande rue B.

52Des deux ouvertures mentionnées sur le front de mer, la première, la « porte Tomasello » (p. 131 et fig. 72), appartient à la phase classique et devait être hors d’usage dans la phase hellénistique ; quant à la « Porte Marine » d’Orsi, elle n’a sans doute jamais existé (supra, p. 132 et n. 13).

5.8.3. Les poternes

53Orsi avait identifié cinq poternes ; deux d’entre elles sont en réalité les entrées des tours A et IX bis ; deux autres sont situées à proximité immédiate de ces tours, près de la base de l’escalier. La dernière poterne publiée par Orsi est large d’un mètre environ ; elle est percée dans le mur qui remonte de la porte nord-ouest vers le « colle A ». Mais il s’agit d’un mur long de 250 m environ, sans aucune tour, et on ne peut exclure que cette poterne soit en réalité l’entrée d’une tour détruite. Les deux poternes A et IX bis font chacune environ 1,30 m de large, soit 2,5 coudées, ou la moitié de la largeur de la porte nord-ouest (5 coudées). On ne connaît pas leur système de fermeture. Les entrées de tours sont généralement plus étroites : 1,10m environ pour les tours D, A, II, VII, IX bis ; 1,20 m pour les tours IV et VI ; cela peut représenter 2 coudées (1,05 m) ou 3,5 pieds (1,22 m).

54Les deux poternes A et IX bis semblent marquer une interruption des fondations de la courtine, mais il n’en allait peut-être pas toujours ainsi, si bien que l’on ne saurait affirmer, lorsque la courtine est arasée jusqu’aux fondations, qu’une poterne n’était pas percée dans l’élévation. D’ailleurs la fouille d’Orsi était discontinue, et l’on pourrait imaginer une poterne sur le « colle A » au nord de la tour VI et du massif d’escalier. Enfin, dans la tour D elle-même, nous ne pouvons exclure la présence d’une poterne à l’ouest, près de la base de l’escalier. On ne saurait donc tirer du petit nombre apparent de poternes de conclusions définitives, en l’état actuel de la recherche.

5.9. RESTITUTION DE LA TOUR D. CHRONOLOGIE

5.9.1. Restitution de la tour D (fig. 71)

  • 34 Orsi 1914, col. 730, n. 1 et fig. 16 ; Säflund 1938, p. 104 ; Lawrence 1979, p. 458 et n. 2. L’info (...)
  • 35 D. White, A survey of millstones from Morgantina, dans AJA. 67, 1963, p. 199-206 et pl. 47-48.

55L’épaississement à 5,10 m d’une courtine qui ne dépasse pas généralement les 3 mètres suggère, on l’a vu, la présence d’un escalier dont le départ doit se trouver dans la partie non fouillée, à l’ouest des sondages. La tour D avait trois niveaux au moins : un sous-sol, sans doute un magasin privé d’ouvertures vers l’extérieur ; un rez-de-chaussée au niveau de l’habitat, pourvu d’un plancher de bois ; un étage au niveau du chemin de ronde. On ne peut exclure l’existence d’un deuxième étage. La tour ouvrait vers la ville et sur le chemin de ronde par des portes, sans doute vers l’extérieur par des fenêtres ou des meurtrières sur lesquelles nous ne sommes pas documentés. Rappelons à ce propos que la « meurtrière » publiée par Orsi et parfois citée dans la littérature34 est en réalité une meule à grain35. Le chemin de ronde contournait la tour par l’arrière sans la traverser.

56L’étage devait être recouvert par un toit de tuiles, dont nous ignorons la forme ; les tuiles marquées CE (supra, 4.10.3.5) en proviennent sans doute. On supposera que les élévations de la courtine et de la tour étaient en pierre, et les plans de marche recouverts de briques cuites, mais on ne peut exclure pour les parties hautes l’utilisation de matériaux plus légers (bois, briques crues). Les parements devaient systématiquement être recouverts, dès l’origine ou à la suite d’une réfection (infra, note 38), d’une couche d’enduit blanc qui protégeait la construction des intempéries tout en masquant à l’observateur la pauvreté des matériaux ; il est tentant d’imaginer (mais on n’en a pas de trace) que sur l’enduit blanc étaient dessinés des blocs donnant l’illusion d’un appareil isodome, comme cela se verra plus tard dans les tours de Nucérie et de Pompéi, au IIe s.

5.9.2. Les données stratigraphiques

57La stratigraphie de la tour D a donné peu d’éléments de datation. Toutes les informations plaident pour un terminus ante quem non au début du IVe s. :

  • la céramique trouvée dans la tranchée de fondation à l’extérieur de la tour (mur M2) se date à la fin du Ve s. ou dans la première moitié du IVe s.

  • le matériel qui remplissait l’égout E2, antérieur à la tour, descend jusqu’au début du IVe s.

  • parmi les nombreuses tuiles remployées dans la construction, une portait sans doute le timbre, et nous avons proposé de la dater au Ve s. (supra, 4.10.3.1).

58Les données stratigraphiques confirment donc les datations généralement acceptées, mais ne permettent pas de les préciser. La tour D est sûrement postérieure au début du IVe s., et donc à la prise de la ville par Denys en 389, mais rien ne permet d’en situer la construction vers 360 plutôt qu’à la fin du IVe s. ou au IIIe s. L’abandon de la tour se date avec une grande probabilité dans la deuxième moitié du IIIe s., sans doute vers 210-200.

5.9.3. Les données techniques

  • 36 A. McNicoll, dans Fortification, fig. 155.
  • 37 La superficie maximale des tours en Occident dépasse rarement 80 m 2, même dans les grandes enceint (...)

59La tour D et la courtine constituent une phase de construction homogène. Par la technique de construction, le plan des tours, la métrologie, la tour D semble appartenir au même ensemble que la porte nord-ouest (tour I exceptée), le mur du cimetière et la tour III, les fortifications du « colle A » et de la Piazzetta. Les dimensions des tours D. III et VII, ainsi que la présence du contrefort dans les deux premières, indiquent sans doute qu’elles contenaient une artillerie défensive lourde (catapultes ?) ; relativement modestes par rapport aux grandes enceintes hellénistiques d’Asie Mineure36, elles sont considérables au regard de ce que l’on connaît à la même époque en Occident37 . Il est vrai que l’utilisation à Kaulonia de galets et de tuiles liés à la terre impose sans doute des structures plus massives que le grand appareil de pierre. Les grandes dimensions des tours invitent malgré tout à les dater au plus tôt dans la deuxième moitié du IVe s.

  • 38 Sur la question du mortier de chaux, cf. Garlan 1974, p. 330-331. Le mortier de Kaulonia n’a pas en (...)

60La présence de mortier de chaux en parement et dans les escaliers d’accès au chemin de ronde est un élément chronologique d’autant plus difficile à apprécier qu’il peut avoir été ajouté dans un second temps : il se pourrait que les parements en nid d’abeille avec plaques de schiste aient été d’abord visibles, et que les marches d’escalier (d’abord en bois ?) aient été refaites en briques cuites seulement au IIIe s.38.

61On hésitera également à tirer des arguments chronologiques du nombre des poternes, faute d’exploration suffisante, et de l’espacement des tours, pour lequel nous manquons de comparaisons régionales. Aucune des enceintes grecques de Calabre (Locres, Crotone, Reggio, Hipponion) n’est en effet aujourd’hui suffisamment bien connue et datée pour autoriser des comparaisons typologiques.

5.9.4. Les réfections

62La fortification hellénistique a subi de nombreux remaniements ponctuels ou plus importants. Les remaniements ponctuels sont la probable réfection de la toiture de la tour D avec les tuiles au timbre osque, le bouchage d’une brèche dans la courtine à l’est de la tour et la mise hors service de l’égout El, le bouchage des poternes A et IX bis, la réduction à l’état de poterne de la porte nord-ouest et la fermeture de l’avant-cour par un proteichisma. Ces remaniements peuvent être très tardifs et dater seulement de la dernière phase de la muraille, sans doute lors de la deuxième guerre punique.

  • 39 Orsi 1914, col. 733 et fig. 17.

63Il est possible que certains secteurs de la muraille hellénistique appartiennent à une autre phase de construction. Orsi avait ainsi noté que le mur intérieur de la Piazzetta venait s’appuyer contre l’enduit du parement interne du mur extérieur, sans aucune liaison39 . La technique de construction est analogue et l’intervalle de temps peut être assez bref, mais la présence de deux phases distinctes paraît assurée. La question se repose en termes plus graves avec le diateichisma qui sépare la ville de la « néapolis méridionale », et dont on a vu plus haut (p. 132) qu’il était arasé par un quartier de la ville hellénistique. Mais c’est un aspect qu’il convient d’envisager plus largement dans le cadre du plan d’urbanisme de l’habitat hellénistique.

Notes

1 Orsi 1914, col. 718 et fig. 7.

2 Hansel, NSA, 1973, p. 429-443 ; v. aussi D. Adamesteanu et H. Dilthey, dans MEFRA, 90, 1978, p. 552

3 D. Adamesteanu, Metaponto 1, NSA, 1975, Suppl. (1980), p. 242 sqq.

4 F. Krinzinger, dans Fortification, p. 122.

5 G. Tocco, dans Tarente 1975, p. 488-489 (première moitié du VIe s. ?)

6 H. Tréziny, dans Fortification, p. 186-189 ; v. aussi (sur Mégara Hyblaea) MEFRA, 85, 1983, p. 647-650.

7 Tomasello 1972, p. 561-638 ; plans p. 562 et 592.

8 M. Gras, dans G. Vallet, FR. Villard et P. Auberson, Mégara Hybloea, 1. Le quartier de l’Agora archaïque, 1976, p. 315-322.

9 Tomasello 1972, p. 616-618.

10 Orsi 1914, col. 755-756 ; Tomasello 1972. p. 632

11 D. Mertens, Der Tempel von Segesta und die

12 Orsi 1914, col. 754-758.

13 Orsi 1914, col. 759 sqq., pl. VII ; mais les fouilles de 1988 suggèrent que la « Porte Marine » est simplement l’angle d’une rue d’époque classique.

14 MEFRA, 95, 1983, p. 649 ; H. Tréziny, dans Fortification, p. 188 ; en général, Winter 1971, p. 149-151 et 172-172-173; Y. Garlan, dans BCH, 1976, p. 619622 et 1977, p. 272-273.

15 Amphipolis : D. Lazaridis, dans AAA, 1975, p. 69, fig. 1 1 ; Vélia : inédit, près de la Porte Marine sud ; Métaponte : inédit, renseignements A. De Siena.

16 Orsi 1914, col. 846 sqq.

17 Camarine : Kokalos, 1980, p. 714 ; Crotone : Tarente 1983, p. 154 ; Héraclée de Lucanie : MEFRA, 90, 1978, p. 517 (36.80 m) ; Naples : Tarente 1985, p. 202 ; Métaponte : Tarente 1983, p. 175 et Tarente 1981, p. 105 ; Thourioi : F. Castagnoli, dans PP, 151, 1973, p. 289-290. Pour la Grèce propre, v. W. Hoepfner et E. L. Schwandner, Haus und Stadt im klassischen Griechenland, Münich, 1986. Autres références dans Iannelli-Rizzi 1986.

18 Cf. A. W. Graham, dans AJA, 76, 1972, p. 300-301.

19 Une coudée (50 cm environ) est l’épaisseur normale des parapets en pierre ; cf. Adam 1981, p. 126 (Kydna de Lycie). 63 (Messène) etc.

20 Säflund 1938, p. 104.

21 Lawrence 1979, p. 345 ; Adam 1981, p. 138.

22 Orsi 1914, col. 741-742.

23 Lawrence 1979, p. 345.

24 Winter 1971, p. 149 (Eleuthères) ; mais le dispositif de Kaulonia se trouve également à Eleuthères (Adam 1981, p. 106, fig. 7), à Phylè (Winter 1971, fig. 141), à Priène (ibid., fig. 42).

25 Le massif de la tour IX bis atteint 11,30 m. Sur la difficulté de ces estimations, cf. Lawrence 1979, p. 346.

26 Lawrence 1979, p. 209.

27 Winter 1971, p. 95etn.70,p. 148, n. 75 ; Lawrence 1979, p. 365.

28 Orsi 1914, fig. 33. Les fouilles de 1988 renforcent l’hypothèse qu’il s’agit de murs d’habitat, sans fonction défensive.

29 Orsi 1914, col. 903-906 et fig. 148.

30 Orsi 1914, col. 761.

31 Athènes : Winter 1971, p. 225, fig. 230 ; Marseille : G. Hallier, dans Fortification, fig. 110. Je remercie Gilbert Hallier pour ses remarques et suggestions.

32 Orsi 1914. pl. IV.

33 Orsi 1914, col. 721, fig. 11.

34 Orsi 1914, col. 730, n. 1 et fig. 16 ; Säflund 1938, p. 104 ; Lawrence 1979, p. 458 et n. 2. L’information n’est pas reprise par Winter 1971, p. 173-175.

35 D. White, A survey of millstones from Morgantina, dans AJA. 67, 1963, p. 199-206 et pl. 47-48.

36 A. McNicoll, dans Fortification, fig. 155.

37 La superficie maximale des tours en Occident dépasse rarement 80 m 2, même dans les grandes enceintes de Paestum (IIIe s. ?) ou de Pompéi (IIe s.) ; signalons simplement les tours de la porte de Rome à Marseille (fin du IIe s., 100 m2 ; cf. G. Hallier, dans Fortification, p. 251 sqq.) et celles de la Porta Trapani à Lilybée (IVe s. ?, 190 m2 ; cf. C. A. Di Stefano, dans Sicilia Archeologica, XIII, 43, 1980, p. 12).

38 Sur la question du mortier de chaux, cf. Garlan 1974, p. 330-331. Le mortier de Kaulonia n’a pas encore été analysé. Des deux hypothèses envisagées : enduit d’origine (supra, p. 19) ou ajouté dans un second temps (supra, p. 150), entre lesquelles il est impossible de trancher, la seconde pourrait cependant trouver confirmation dans les fouilles récentes (1988). Les murs d’habitat, qui utilisent généralement des calages de briques et de tuiles, présentent, en façade sur la rue principale, des calages en plaques de schiste, sans enduit, ce qui pourrait en effet conférer à cette technique une valeur esthétique...

39 Orsi 1914, col. 733 et fig. 17.

Table des illustrations

Légende Fig. 71. Les trois phases de la fortification dans le secteur de la tour D, éch. 1 : 333.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1642/img-1.jpg
Fichier image/, 308k
Légende Fig. 72. Les sondages ANAS 1970-1971 au sud du temple, plan schématique, d’après Tomasello 1972, fig. 65 : I et II, mur d’enceinte (ou de téménos ?) ; III, passage ; IV et V, enclos sacrés ; IV et VII, structures hellénistiques.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1642/img-2.jpg
Fichier image/, 152k
Légende Fig. 73. Ilot Β15, lots III et IV (“Casa del Drago”), plan et hypothèse métrologique, éch. 1 : 200.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1642/img-3.jpg
Fichier image/, 508k
Légende Fig. 74. Plan de la tour D sur la base d’une coudée de 52,5 cm. éch. 1 : 100.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1642/img-4.jpg
Fichier image/, 484k
Légende Fig. 75. Plan schématique des tours de Kaulonia (dimensions en coudées), éch. 1 :333.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1642/img-5.jpg
Fichier image/, 272k
Légende Fig. 76. Tours et escaliers : a) tours IV e V, ORSI 1914, pl. IV ; b) tour VI, ibid. pl. V ; c) tour V, ibid. fig. 12 ; c) tour II, ibid. fig. 6.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1642/img-6.jpg
Fichier image/, 844k
Légende Fig. 77-78. Hypothèse de restitution des tours IX bis et A, éch. 1 :333.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1642/img-7.jpg
Fichier image/, 132k
Légende Fig. 79. Plan de la porte nord-ouest, d’après Orsi 1914, pl. III, éch. 1 : 200.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1642/img-8.jpg
Fichier image/, 376k
Légende Fig. 80. Schéma de construction de la porte nord-ouest sur la base d’une coudée de 52,5 cm, éch. 1 : 200.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1642/img-9.jpg
Fichier image/, 249k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540