Version classiqueVersion mobile

Les céramiques de la Grèce de l'Est et leur diffusion en Occident

 | 
Centre Jean Bérard
, 
Institut français de Naples

Les céramiques peintes de la Grèce de l’Est et leurs imitations dans la péninsule Ibérique : recherches préliminaires1

Pierre Rouillard

Note de l’éditeur

(Pl. CXX-CXXXV)

Texte intégral

  • 1 Agora XII. B. A. Sparkes-L. Talcott, The Athenian Agora XII, Black and plain pottery, 1970.
    A.M. Ath (...)

1Selon les sources littéraires, les navigateurs grecs auraient connu très tôt les côtes de la péninsule Ibérique. Peu nombreuses, souvent contradictoires et difficiles à interpréter, elles font état d’un commerce rhodien qui se situerait au IXème siècle, de voyages de Phocéens et de Samiens (l’ordre n’est pas établi) et finalement de l’établissement de colonies dont deux seulement ont pu être localisées.

2Bien que les découvertes de documents archéologiques antérieurs au VIème siècle augmentent chaque année, ils restent peu nombreux. Les céramiques grecques ne sont vraiment abondantes qu’à par tir du VIème siècle et parmi elles, les céramiques de Grèce de l’Est occupent une place importante surtout en Catalogne, mais ne sont absentes ni en Andalousie, ni sur la côte du Levant. Dans l’état actuel de nos recherches, ces dernières ne semblent avoir été l’objet d’imitations qu’en Catalogne. Leur étude s’avère indispensable pour tenter de décrypter les maigres sources dont nous disposons, sans pour autant permettre de trouver une solution au délicat problème de la localisation des colonies phocéennes du Levant et d’Andalousie.

I) LES IMPORTATIONS GRECQUES ANTÉRIEURES AU VIÈME SIÈCLE : LES DERNIÈRES DÉCOUVERTES

  • 1 Plusieurs travaux permettent de connaître les découvertes anciennes : A. Garcia Y Bellido, Hispania (...)

3En Andalousie a été mis au jour un certain nombre d’objets grecs du VIIIème et du VIIème siècle. La plupart ont été trouvés dans un contexte phénicien. Nous ne présentons ici que les objets antérieurs au VIème siècle1.

  • 2 Voir P. Rouillard, Fragmentes griegos de estilo geométrico y de estilo arcáico en Huelva, in Huelva (...)
  • 3 Ibidem. Fragment découvert dans le port de Huelva. Photographie publiée dans Huelva, Prehistoria y (...)
  • 4 J.-P. Garrido Roiz, Excavaciones en la Necropolis de « La Joya », Huelva, E.A.E., 71, 1970, p. 23 e (...)

4A Huelva un fragment de cratère attique de style Géométrique Moyen2 et un fragment d’aryballe de style Corinthien Moyen3 découverts ces dernières années s’ajoutent aux fragments d’amphores « SOS » et à l’oenochoè de « type » rhodien provenant de la nécropole de La Joya4.

  • 5 Des abondants travaux publiés par l’Institut Archéologique de Madrid, retenons : H. G. Niemeyer, H. (...)
  • 6 M. Pellicer Catalan, Ein altpunisches Gräberfeld bei Almunecar, M.M., 4, 1963, Pl. 2 et 3.
  • 7 A. Arribas y O. Arteaga, El yacimiento fenicio de la desembocadura del Rio Guadalhorce (Malaga), Un (...)

5A Toscanos, chaque campagne de fouille livre quelques nouveaux objets grecs : fragments d’amphores « SOS », d’amphores ioniennes, fragments de bols rhodiens à oiseaux, fragments de skyphos protocorinthiens.5. Les deux skyphos protocorinthiens d’Almuñecar sont déjà bien connus6. De la factorie phénicienne de l’embouchure du Rio Guadalhorce provient aussi un fragment d’amphore « SOS »7.

  • 8 Publication en cours par l’Institut Archéologique Allemand de Madrid.
  • 9 Le seul graffite trouvé sur un vase grec est grec : cf. J. De Hoz Bravo, op. cit.

6Au VIIème siècle, outre les coupes étudiées dans le chapitre II, les importations de céramiques de Grèce de l’Est sont rares dans cette zone : seulement des amphores8 et les bols rhodiens. De plus, aucune importation grecque n’a, semble-t-il, donné lieu à des imitations. Qui transportait ces objets, quel était l’itinéraire suivi, qui en faisait le commerce ? Nous ne disposons d’aucun élément pour préciser si le transporteur était rhodien, samien ou phocéen, d’aucun argument pour dire si le commerce se faisait directement ou non9.

  • 10 M. E. Aubet, G. Maas-Lindemann, H. Schubart, Chorreras, M.M., 16, 19/5, p. 137-178.
  • 11 G. Lindemann, H. G. Niemeyer, H. Schubart, Toscanos Jardin und Alarcon, M.M., 13, 1972, p. 125, not (...)

7Cependant, un consensus s’est établi aujourd’hui parmi les archéologues travaillant sur la Péninsule Ibérique pour affirmer que le commerce d’objets grecs était indirect ; cette attitude s’appuie sur l’abondance des objets d’origine phénicienne trouvés dans des comptoirs établis dès la fin du VIIIème siècle10, si profondément marqués par le monde phénicien qu’on peut parler de comptoirs « phéniciensciens de l’Ouest »11.

  • 12 B. Freyer Schauenburg, Kolaios und die Westphönizischen Elfenbeine, M.M., 7, 1966, p. 89-108. Sur c (...)

8Aussi, quand, évoquant le voyage de Colaios, Hérodote parle (IV, 152) à propos de Tartessos, d’emporion ἀκήρατον, ignore-t-il ces comptoirs phéniciens dont l’artisanat était si florissant que des peignes d’ivoire de la Basse Andalousie ont été découverts à Samos12. Dans le Levant et en Catalogne aucun objet grec antérieur au VIème siècle n’a été découvert à ce jour.

II) LES CÉRAMIQUES PEINTES DE LA GRÈCE DE L’EST ET LEURS IMITATIONS À PARTIR DU VIÈME SIÈCLE

9L’étude de ces céramiques se heurte, en ce qui concerne la Péninsule Ibérique, à un certain nombre de difficultés : tout d’abord nous disposons d’un nombre insuffisant de fouilles stratigraphiques, et, le plus souvent, les fragments ont été trouvés hors stratigraphie (c’est le cas de la plupart des fragments du Guadalhorce, de Toscanos, de Tossal de Manises, de Cabezo Lucero et de certains d’Ampurias).

10De plus, distinguer produits importés (d’où précisément) et produits coloniaux présente des difficultés bien connues de tous.

11Dans ces conditions, dater les produits coloniaux devient dans bien des cas une gageure. Aussi l’essentiel de notre tâche consistera-t-il à proposer des descriptions précises de ces produits.

12Trois zones ont été touchées — à des degrés très différents — par les importations de céramique de la Grèce de l’Est : la côte Sud de l’Espagne, le Levant, la Catalogne.

  • 13 Vases à figures noires : bols rhodiens de Toscanos (H. G. Niemeyer, op. cit., note 5) et du Rio Gua (...)

13Les céramiques importées de la Grèce de l’Est sont presque uniquement de type à vernis noir et à bandes. Les céramiques orientalisantes ou à figures noires13 sont à peu près absentes.

14Les imitations de céramiques peintes de la Grèce de l’Est ne se rencontrent qu’en Catalogne.

  • 14 La céramique grise trouvée en Andalousie doit être plutôt rattachée au monde phénicien (pour les fo (...)

15Les abondantes céramiques grises importées et (ou) coloniales ne sont pas étudiées ici14.

A) ANDALOUSIE

16En Andalousie des céramiques de Grèce de l’Est ont été mises au jour dans la factorie phénicienne du Rio Guadalhorce et dans celle de Toscanos. Il s’agit essentiellement de coupes à vernis noir.

1) Rio Guadalhorce15

  • 15 Sur ce site, voir le livre d’A. Arribas et O. Arteaga, cité note 7.

17Les fragments de coupes à vernis noir appartiennent à divers groupes.

  • 16 Nous utiliserons dans la plupart des cas le classement établi par Vallet et Villard, 1955, complété (...)

18Coupes de type A 216

  • 17 Arribas-Arteaga n° 26, Pl. VIII, p. 85. Voir Tocra, I, p. 121 et 124, fig. 55, n° 1299 ; M. A. Hanf (...)

19— Fragment de bord (fig. 1, 1) : pâte brun beige, claire, fine, finement micacée ; filets noirs sur la lèvre externe ; intérieur noir, sauf filet au haut de la lèvre. Ce fragment pourrait être d’origine sa-mienne17 ; 620-600 avt. J.-C.

  • 18 Arribas-Arteaga, n° 25 ; Pl. VIII, p. 85.

20— Fragment de haut de panse (fig. 1, 2) : mêmes caractéristiques que le vase précédent18.

21Coupes de type Β 1

  • 19 Arribas-Arteaga, n° 29, Pl. VIII, p. 85. Voir Sukas, II, type 9, n° 131 ; Vallet-Villard, 1955, fig (...)

22— Pied (fig. 1, 3) : bas, large, conique ; pâte brun clair, fine, dure, avec quelques vacuoles, finement micacée, dégraissant blanc ; vernis brun19.

23Coupes de type Β 2

  • 20 Arribas-Arteaga, n° 110, Pl. LXXI, p. 86 ; n° 28, Pl. VIII, p. 85 ; n° 30, Pl. VIII, p. 85.

24— Plusieurs fragments de pied (fig. 1, 4) et de bords (fig. 1, 5 et 6) : pâte beige clair, légèrement rosée, fine, dure, compacte ; vernis brun noir20.

25Bol rhodien

  • 21 Arribas-Arteaga, n° 32, Pl. VIII, p. 85-86. Voir Mégara, 2, p. 78, Pl. 63, 2.

26— Fragment de panse (Fig. 1,7) ; pâte fine, dure, beige clair, dégraissant brun clair ; surface lislissée; à l’intérieur, vernis brun orangé pâle ; à l’extérieur, quelques traits verticaux. Ce fragment appartient à un bol du type III défini par Vallet et Villard21.

27Tous ces fragments, sauf le pied (fig. 1, 4), ont été trouvés hors stratigraphie. Ces importations se situent entre 625 et 550-540.

2) Toscanos

  • 22 Niemeyer-Schubart, M.M., 9, 1968, p. 92, fig. 9. Pâte fine, dure, rose orangé, finement micacée, fi (...)

28De Toscanos, hors stratigraphie, provient un fragment de coupe dont le type est impossible à préciser22. L’usure du fragment ne permet pas de savoir s’il y avait une lèvre ou non.

B) LE LEVANT

  • 23 Sur les questions relatives à la colonisation phocéenne dans cette région, nous ne citerons que les (...)

29Jusqu’à ce jour, la côte du Levant, où les textes antiques situent les fondations phocéennes de Héméroskopeion, Alonis et Akra Leuké, n’avait jamais livré de fragments grecs archaïques23. Or j’ai trouvé récemment quelques fragments archaïques, ioniens et attiques, dans cette région.

1) Tossal de Manises

30De ce site indigène provient un fragment de coupe à vernis noir de type Β 2 (fig. 2, 1). Ce fragment a brûlé et la pâte dure est devenue gris beige ; vernis noir à reflets métalliques ; réservés : filet au haut de la lèvre interne, et bande à la hauteur des anses.

2) Cabezo Lucero

  • 24 J.-P. Morel, La céramique archaïque de Velia et quelques problèmes connexes, Symp. Col., fig. V, 4.
  • 25 Voir plus bas, fig. 4, 5 et 12, 10.

31Lors d’une prospection effectuée en compagnie d’E. Llobregat, Directeur du Musée Archéologique d’Alicante, sur cet habitat indigène situé sur la rive droite du Segura, a été trouvé un fragment de lékanis (fig. 2, 2) identique à des exemplaires de Velia24 ou d’Ampurias25. Nous ignorons si ce fragment est ou non importé : pâte fine, dure, beige rosé, finement micacée, avec un fin dégraissant blanc ; la superficie est légèrement rugueuse ; il n’y a pas de trace de vernis ou de peinture.

32De ce même site proviennent des fragments de coupes attiques à vernis noir et à bord concave (500-450), un fragment de coupe à figures noires de type indéterminé.

  • 26 Sur ce sujet, Pierre Rouillard, Fragmentes griegos arcáicos en la antigua Contestania, in R.I.E.A.,(...)

33De la nécropole indigène d’El Molar vient une coupe à lèvre à figures noires (550-525) et d’Elche une coupe attique à vernis noir et à bord concave (500-450)26.

34Ces quelques découvertes modifient très sensiblement le panorama des importations grecques dans cette région. Sans doute le débat sur les colonies grecques du Levant ou du moins sur le début des importations grecques dans cette région est-il relancé. Cependant, il ne pourra se poursuivre que si de nouvelles fouilles ou prospections sont effectuées.

C) LA CATALOGNE

35Cette région où Ampurias occupe une place essentielle a connu la plus forte présence grecque. C’est là que les découvertes de céramiques de Grèce de l’Est sont les plus nombreuses et qu’elles ont été l’objet d’imitations multiples et variées. Nous distinguerons produits importés, produits coloniaux et produits indigènes.

36Les céramiques importées se caractérisent toutes par une pâte très dure, compacte, homogène ; un vernis solide, adhérent, à reflets métalliques. Elles sont essentiellement à vernis noir et à bandes, leur profil est soigné.

37Les céramiques coloniales sont de divers types : nous avons distingué 5 techniques auxquelles nous ajoutons une technique (technique 6) qui semble n’avoir été utilisée que sur le site indigène d’Ullastret.

38Ces techniques définies à partir de la pâte (voir plus bas) sont très différentes de celles des produits importés. Les formes de ces produits sont plus ou moins éloignées de celles des « modèles » importés. Les produits de la technique 6 sont influencés par les produits coloniaux. Les produits utilisant les techniques 1 à 5 se trouvent représentées en nombre très variable à Ampurias. Certaines techniques sont certainement ampuritaines, d’autres semblent étrangères à la colonie d’Ampurias.

  • 27 Table de Munsell (ed. 1975) : 5YR. 7/4, 2. 5Y. 8/2, 10YR. 8/3, 7. 5YR. 8/2.
  • 28 M.S.C. : 10R. 4/6, 5YR. 6/8. 5YR. 7/8.
  • 29 M.S.C. : 5YR. 7/6 ou 7/8, 2. 5YR. 6/8, 7. 5YR. 7/6.
  • 30 M.S.C. : 5YR. 8/4.
  • 31 M.S.C. : 10YR. 8/2, 7. 5YR. 8/4, 10YR. 8/3.

39Techniques coloniales :
Technique
1 : pâte fine, tendre, pâle, blanchâtre, nuancée de rose, de jaune ou de brun27 ; peu vacuolaire ; surface pulvérulente, se raie facilement ; mica très fin et dégraissant fin peu abondant. Le décor brun rouge ou brun orangé, fin, mat, s’efface et s’écaille facilement.
Technique
2 : pâte moins fine que la précédente, dure, rougeâtre28 ; tranche et surface rugueuses ; mica fin peu abondant ; dégraissant brun ou blanc très nettement visible ; vacuoles assez grosses. Le décor brun rouge foncé, mat, s’écaille peu.
Technique
3 : pâte assez fine, moyennement dure, rouge clair ou plus souvent jaune rougeâtre29 ; surface lisse, se raie légèrement ; mica fin peu abondant ; dégraissant brun assez abondant· ; vacuoles assez importantes. Le décor est brun rouge ou rouge orangé terne, fin, écaillé.
Technique
4 : pâte assez fine, dure, ne se raie pas à l’ongle, rosée30 ; surface lisse ; mica très fin ; dégraissant brun fin ; fines vacuoles. Le décor est brun rouge ou brun orangé.
Technique
5 ; pâte fine, dure, ne se raie pas à l’ongle, blanchâtre, nuancée de brun ou de rose31 ; très fin mica ; très fin dégraissant brun ; vacuoles très rares ; surface lisse. Le décor est brun clair, fin, mat, écaillé.

40Technique indigène :
Technique
6 : pâte assez grossière, peu dure, se raie à l’ongle, ocre orangé ; dégraissant blanc abondant; mica assez abondant ; vacuoles nettement visibles ; surface lissée, polie. Le décor est brun orangé, terne, écaillé.

  • 32 F. Villard, Marseille, p. 58 ; Villard, P.P., XXV, 1970, p. 114 ; M. PY, Problèmes de la céramique (...)

41Les vases façonnés dans la technique 1 sont les plus nombreux. Cette technique est à rapprocher de la technique 1 de Marseille32 et il est vraisemblable que ces produits ont une même origine, peut-être massaliote. Les techniques 2-3-4-5 sont relativement moins représentées à Ampurias. La localisation du ou des centres de production est dans l’état actuel de nos connaissances difficile à préciser. Cependant, étant donné l’homogénéité et le nombre des vases façonnés dans les techniques 2 et 3 trouvé à Ampurias, nous pourrions proposer une origine ampuritaine pour ces produits.

42Quant aux vases façonnés dans la technique 6 qu’on ne trouve que sur l’oppidum indigène d’Ullastret, il faudrait situer leurs ateliers de fabrication à Ullastret même.

1) Ampurias

a) Palaiopolis

Céramiques Importées
  • 33 Ce matériel est déjà publié par M. Almagro, Excavaciones en la Palaiopolis de Ampurias, E.A.E., 27, (...)

43Nous étudions ici seulement les fragments de la couche IX (la plus ancienne) : les couches postérieures contiennent un matériel mêlé33.

44Céramique à vernis noir

45Coupes de type A 2

46— Fragment de bord (fig. 2, 3) : pâte blanc rosé (M.S.C. 7.5YR.8/2), fine, dure, non vacuolaire ; mica très fin ; décor brun foncé, peu brillant, fin, solide.

  • 34 Almagro, idem, fig. 31, 2 (pied fantaisiste).

47— Fragment de bord (fig. 2, 4) : pâte rose (M.S.C. 7.5.YR. 7/4), fine, dure, peu vacuolaire ; mica très fin ; décor brun noir, peu brillant, solide34.

48Coupe de type Β 1

49— Fragment de bord (fig. 2, 5) : pâte rose (M.S.C. 5YR. 7/4), fine, dure, non vacuolaire ; mica très fin ; dégraissant brun et blanc fin ; intérieur : brun verdâtre ; extérieur : deux bandes en brun verdâtre encadrent un filet brun rouge.

50Coupe de type Β 1/B 2

51— Fragment de panse (fig. 2, 7) : pâte jaune rougeâtre (M.S.C. 5YR.7/6), fine, dure ; fines vacuoles; fin dégraissant blanc et beige ; intérieur : brun orangé, fin, solide ; extérieur : surface lissée, bandes en brun orangé, fin, solide.

52Lékanis

53— Fragment de bord (fig. 2, 6) : vasque au bord droit ; lèvre à rebord en saillie vers l’extérieur ; pâte rose (M.S.C. 7. 5YR. 8/4), fine, dure ; non vacuolaire ; très fin mica ; fin dégraissant brun ; décor brun noir, fin, écaillé.

54Céramique à peinture brun rouge

55Coupe à bord rentrant

  • 35 Ibidem, fig. 31, 1 ; Sukas, II, p. 40-41.

56— Coupe entière (fig. 2, 8) : pâte rose, (M.S.C. 5YR. 8/4), fine, dure ; rares vacuoles très fines ; fin dégraissant brun ou beige ; très fin mica ; surface de pose et intérieur du pied réservés ; le reste est couvert d’un très fin « engobe » (traces de pinceau visibles) beige ocre ; bandes brun rouge peu brillant35.

57Oenochoès

58— Fragments de cols de 4 oenochoès : pâte rose (M.S.C. 7. 5YR.8/4) ou gris clair (M.S.C. 10YR. 7/2) ou blanche (M.S.C0 10YR. 8/2), fine, dure, sans vacuoles ; très fin mica ; pas d’engobe ; décor brun orangé, mat, écaillé.

Céramique imitant les productions de Grèce de l’Est

59Céramique à peinture brun noir

60— Pied de coupe (fig. 2, 9) : pâte gris clair (M.S.C. 10YR. 7/2), fine, dure ; sans vacuoles ; fin dégraissant brun ; mica blanc ; décor brun noir, fin, mat, non écaillé.

  • 36 Forme identique à Gênes : F. T. Bertocchi, Ceramiche importate dell’Abitato Preromano di Geneva, Ar (...)

61— Grand vase à bord déjeté (fig. 2, 10) : pâte blanc rosé (M.S.C. 7. 5YR. 8/2), fine, dure ; nombreuses vacuoles fines ; dégraissant brun et blanc très visible ; fin mica peu abondant ; décor en brun noir, mat, fin36.

62La céramique grise, non étudiée ici, constitue l’essentiel des imitations de produits de Grèce de l’Est. Les imitations de céramique de Grèce de l’Est de la Neapolis (voir ci-dessous) ne se retrouvent pas dans la couche la plus ancienne (couche IX) de la Palaiopolis.

b) Neapolis

Céramiques importées
  • 37 Sondage Neapolis 1947 (R.S.L., 1949, p. 91-106), Corte 32 (R.S.L., 1949, p. 80-82).

63Le matériel présenté ici vient soit des fouilles de Gandia, soit de sondages effectués par Martin Almagro37.

64Céramique à vernis noir

65Coupes de type Β 2

  • 38 Trias, p. 39, 24, Pl. V, 1.

66— Coupe complète, inv. M. Arch. Barcelone 726 (fig. 3, 1)38 : pâte fine, dure, beige rosé ; vernis brun noir, assez épais, brillant : intérieur sauf filet au haut du bord, extérieur sauf filet au haut du bord et bande au niveau des anses ; pied « en trompette », cône à l’intérieur.

  • 39 Trias, p. 39, 25, Pl. V, 2 et p. 39, 27, Pl. V, 4.
  • 40 Autres exemplaires : Coupe, fig. 3, 8 : Sondage Neapolis, 1947, couche VIII ; fig. 3, 7, Sondage Ne (...)

67— Les autres coupes (fig. 3, 2-7)39 ont un système décoratif identique : filet réservé au haut du bord interne ; bandes réservées sur la lèvre et au niveau des anses. Dans tous les cas, la pâte est fine, dure, beige rosé, finement micacée. La coupe inv. M. Arch. Barcelone 748 (fig. 3, 5) présente un pied conique « en trompette » surmonté d’une tige plus haute que dans la plupart des cas40.

68Coupes de type Β 3

69— Fragment de bord (fig. 4, 2) : pâte fine, rose (M.S.C. 5YR. 8/4), dure ; vacuoles fines et rares ; très fin mica peu abondant ; décor brun noir.

  • 41 Sondage Neapolis, couche VII.

70— Fragment de pied (fig. 4, 3) : pâte fine, rose (M.S.C. 5YR. 7/4), dure, compacte ; fin dégraissant brun ; mica non visible à l’œil nu ; vernis brun noir, épais ; réservé : bord externe et intérieur du pied41.

  • 42 Sondage Neapolis, couche VII.

71— Fragment de lèvre (fig. 4, 4) : pâte fine, jaune rougeâtre (M.S.C. 7. 5YR. 7/6), assez dure (mais se raye à l’ongle) ; fin dégraissant blanc ; très fin mica ; décor brun dont la tonalité varie : foncé à l’extérieur (haut de la lèvre) et à l’intérieur (haut et bas de la lèvre), clair à l’intérieur (filets au milieu de la lèvre)42.

  • 43 Ce fragment proche de Agora, XII, n° 384 (Pl. 18, p. 262), pourrait être attique (Class of Athens 1 (...)

72— Coupe fragmentaire (fig. 4, 1) : pâte fine, beige rosé, dure ; quelques vacuoles sur la surface ; vernis noir verdâtre, brillant ; réservé : à l’intérieur, filet au haut de la lèvre, bande au fond de la vasque; à l’extérieur, lèvre, bande à la hauteur des anses et au milieu de la vasque43.

73Lékanis

74— Fragment de bord (fig. 4, 5) : pâte jaune rougeâtre (M.S.C. 5YR. 7/8), fine, dure ; fines vacuoles; fin dégraissant brun ; mica non visible à l’œil nu ; vernis noir épais, brillant. Anses à appendices latéraux ; bord épaissi et biseauté.

75Olpè

76— Fragment de col et anse (fig. 4, 7) : pâte brun rouge, pâle, fine, dure ; fines vacuoles ; fin mica. La surface externe est couverte d’un très fin « engobe » de la couleur de la pâte ; fin vernis noir écaillé à l’intérieur du col et à l’extérieur : large bande au haut du col, sur la partie supérieure de l’anse ; bande au niveau de l’attache de l’anse.

77Amphore

  • 44 Sondage Neapolis 1947, couche VII. De cette même couche, vient une autre amphore identique à celle- (...)

78— Col d’amphore (fig. 5, 1) : pâte gris clair (M.S.C. 2. 5Y. 7/2), intérieur rosé, dure ; quelques vacuoles ; gros dégraissant blanc et brun ; mica très fin ; superficie rugueuse ; surface lissée à l’extérieur ; vernis brun noir peu épais, écaillé à l’intérieur du col et sur la lèvre externe44.

79Céramique à peinture brun rouge

80Oenochoè

81— Col et anse d’une oenochoè à embouchure circulaire et à bord éversé (fig. 4, 6) : pâte brun rouge, fine, dure ; quelques vacuoles ; fin mica ; dégraissant non visible à l’œil nu. A l’intérieur, fin « engobe » beige jaunâtre ; à l’extérieur, fin « engobe » brun rouge pâle ; peinture brun rouge : languettes sur le bord, large bande sur la lèvre, ligne ondée sur le col, trois bandes au haut de la panse, bandes sur l’anse.

  • 45 Sondage Neapolis, 1947, couche VIII.

82— Plusieurs fragments atypiques : pâte jaune rougeâtre (M.S.C. 5YR. 7/6), fine, dure ; quelques vacuoles ; finement micacée ; peinture brun rouge résistante45.

83Amphores « à la brosse »

  • 46 Sondage Neapolis 1947, couches VIII et VII. Corte 32, couche V. Voir Mégara, 2, pl. 77, 3.

84— Nombreux fragments de panse d’amphores « à la brosse »46 : pâte rose (M.S.C. 5YR. 7/4 ou 8/4), fine, dure ; quelques vacuoles ; dégraissant brun ou blanc ; très fin mica. Sur la surface externe vernis brun variant du foncé au clair, peu épais.

85Amphores achromes

  • 47 Sondage Neapolis 1947, couche VII. Voir Mégara, 2, pl. 77, 3.

86— Fragment de col (fig. 5, 2) : lèvre à bourrelet arrondi et listel ; pâte beige jaunâtre (M.S.C. 2. 5Y. 8/2), rugueuse, dure, vacuolaire ; peu micacée ; abondant dégraissant brun ou beige clair47.

  • 48 Ibidem.

87— Fragment de col (fig. 5, 3) : lèvre à bourrelet au profil anguleux et listel épais ; même pâte que pour l’amphore précédente48.

Céramiques imitant les productions de Grèce de l’Est

88Nous ne donnons ici que l’inventaire des formes. Ces fragments ont été trouvés dans toutes les couches des divers sondages de la Neapolis et pour l’instant, il n’est pas possible de préciser une chronologie. Dans l’état actuel de nos connaissances, il semble qu’il y ait contemporanéité dans l’usage des différentes techniques. Ces imitations apparaissent dans les niveaux les plus profonds actuellement connus de la Neapolis et l’on peut seulement proposer un terminus post quem vague : 550. Les formes sont variées et le « modèle » paraît parfois assez éloigné. Sauf indication contraire, les vases sont décorés de bandes ou de lignes ondées.

89Technique 1

  • 49 Voir par exemple Milet (Ist. Mitt., 25, 1975, p. 41), Didyme (Ist. Mitt., 21, 1971, p. 65, n° 51), (...)

90— Fragments d’amphores : bord droit (fig. 6, 2) ; bord éversé (fig. 6, 1 et 3)49.

91— Fragments de col d’hydries (fig. 6, 4, 5 et 6) : col éversé.

92— Fragments d’oenochoès (fig. 6, 7 et 7, 1) : embouchure circulaire.

93— Fragments d’oenochoès (fig. 7, 2) : embouchure trilobée.

94— Fragments de cols d’olpè (fig. 8, 1).

95— Fragment d’embouchure de lécythe aryballisque (fig. 8, 2).

96— Fragment de pyxis (fig. 8, 3) : ornée de bandes, de files de points et d’une ligne ondulée.

97— Fragments de lékanis : panse à courbure continue et bord à degrés (fig. 8, 4) ; panse carénée (flg. 8, 5) ; bord mouluré (fig. 8, 6) ; bord avec bourrelet externe (fig. 8, 7) ; large bord plat (fig. 8, 8).

98— Bol fragmentaire (fig. 8, 9) : courbure continue, pied annulaire.

99— Fragments de coupes inspirées des coupes ioniennes à vernis noir du type Β 2 (fig. 8, 10, 11 et 12 ; fig. 9, 1 et 2) ; fragments de pieds en trompette (fig. 9, 3 et 4), souvent moulurés (fig. 9, 5).

100— Fragments de coupes à courbure continue, bord souvent plat (fig. 9, 6, 7, 8 et 9).

101— Fragments de coupes à courbure continue, bord rentrant (fig. 10, 9).

102— Fragments de bassins à rebord épaissi en amande, orné de bandes noires (fig. 10, 1) ou achromes.

  • 50 M. Torelli, F. Boitani, G. Lilliu, Gravisca, Campagna 1969-1970, N.S.A., 1971, p. 275, n° 3350, fig (...)

103— Lampes achromes à deux becs et à bombement conique central (fig. 10, 3) ou à un bec et à bombement conique central (fig. 10, 2)50.

104— Amphores achromes à lèvre à bourrelet (fig. 10, 4).

105Technique 2

106Les grands vases sont très peu nombreux. Nous n’avons — à ce jour — trouvé que des fragments atypiques pouvant appartenir à cette catégorie.

107— Olpè (fig. 10, 5).

  • 51 Almagro, Necropolis Ampurias, I, Inhumación Bonjoan, 67, p. 201, fig. 171, 2.

108— Lécythe51.

109— Fragments de lékanis : bord en degrès (fig. 10, 7) ; panse carénée (fig. 11, 1).

110— Coupes inspirées des coupes ioniennes à vernis noir du type Β 2 (fig. 11, 2) ; pieds coniques (fig. 11, 7) ou à attache plus large (fig. 11, 3, 4 et 5).

111— Fragments de coupes à courbure continue et à bord rentrant (fig. 11, 6).

112— Fragments de coupes à courbure continue et à bord presque plat (fig. 11, 8).

  • 52 Voir par exemple les lampes de Thasos : B.C.H., 1958, p. 814, fig. 17.
  • 53 Voir par exemple : Marseille (Villard, p. 45, pl. 24, 6 et 47, 1), Gravisca (N.S.A., 1971, p. 280-2 (...)

113— Lampes achromes à deux becs et à tube central (fig. 12, 1 et 3)52 ou à un bec et à bombement conique central (fig. 12, 2 et 4)53.

114— Fragment d’amphore achrome avec lèvre à bourrelet (fig. 5, 4 et 12, 5).

115Technique 3

  • 54 Autre exemplaires dans la Muraille N-E, Almagro, Necropolis Ampurias, II, Incineración, n° 17, p. 3 (...)

116— Fragment d’amphore à bord éversé (fig. 12, 6)54.

117— Fragment d’hydrie à bord droit et mouluré.

118— Fragment d’oenochoè à bec trilobé.

119— Fragment d’olpè (fig. 12, 7).

120— Fragments de lékanis à bord en degrés (fig. 12, 9) ; à bord avec bourrelet arrondi (fig. 12,8) ; à bord épaissi et biseauté (fig. 12, 10).

121— Fragments de coupes inspirées des coupes ioniennes de type Β 2 (fig. 13, 1, 2 et 4).

122— Fragment de coupe achrome inspirée des coupes ioniennes de type Β 3 (fig. 13, 3).

123— Pieds en trompette (fig. 13, 5 et 6).

124— Pied imitant un pied attique (fig. 13, 7).

125— Fragments de coupes à courbure continue, à bord plat et avec incisions au haut de la vasque (fig. 13, 8 et 9).

126— Fragment de coupe à courbure continue et à bord rentrant (fig. 13, 10).

127— Coupelles à anse surélevée (fig. 14, 1).

128— Fragment de plat à bord éversé (fig. 13, 11).

129Technique 4

130— Fragment de fond de coupe ou de couvercle, orné de bandes brun rouge (fig. 14, 5).

131Technique 5

132— Fragment de col d’amphore, bord éversé (fig. 14, 6).

  • 55 Almagro, Necropolis Ampurias, I, Inhumación Marti, 91, p. 91, fig. 66, 1.

133— Lécythe aryballisque55.

134Céramique à engοbe blanchâtre

  • 56 Almagro, Necropolis Ampurias, I, Inhumación Marti, 83, p. 86, fig. 59, 1.

135— Olpè56.

2) Ullastret et la Illa d’en Reixac57

  • 57 Notre travail se fonde sur un échantillonage réduit. La fouille se poursuit sur le site de la Illa (...)
  • 58 Sur ce site, voir la note rapide de M. Oliva Prat, La Illa d’en Reixac, Revista de Gerona, 54, 1971

136Céramiques importées. — Elles ne se trouvent que sur la site de la Illa d’en Reixac58 et en petite quantité. Signalons une amphore achrome comparable à celle mise au jour à Ampurias (fig. 5, 2) divers fragments de coupes à vernis noir de type Β 2 et Β 3.

  • 59 Sur ce site, voir les articles de M. Oliva Prat publiés dans la Revista del Instituto de Estudios G (...)

137Céramiques imitant les produits de Grèce de l’Est. Les quelques fragments présentés ici viennent tous du site d’Ullastret59. Ils sont façonnés dans les techniques 3, 4 et 5. Ceux façonnés dans la technique 6 peuvent être attribués à un atelier indigène (situé à Ullastret) qui a imité les produits coloniaux.

138Technique 3

139— Coupe fragmentaire imitant les coupes ioniennes à vernis noir de type Β 2 (fig. 14, 2).

140Technique 4

141— Fragment d’amphore à col éversé (fig. 14, 4).

142— Fragment d’olpè (fig. 14, 3).

143Technique 5

144— Coupe fragmentaire imitant les coupes ioniennes à vernis noir de type Β 2 (fig. 14, 8).

145— Coupe à courbure continue et à bord plat (fig. 15, 1).

146Technique 6

147— Deux coupes fragmentaires (fig. 15, 2 et 3).

3) Penya del Moro (San Just Desvern - Barcelona)

  • 60 Enrique Sanmarti-Grego, Materiales griegos y etruscos de época arcáica en las comarcas meridionales (...)

148Dans le poblado ibérique, en cours de fouille a été découvert un fragment de coupe à vernis noir de type Β 260.

4) La Palma (Mass de Mussols - Tarragona)

  • 61 Ibidem.

149Dans la tombe 4 de cette nécropole a été mis au jour un pied appartenant à une coupe à vernis noir de type Β 261.

150Quelques conclusions. — Cette recherche préliminaire a permis de combler quelques lacunes dans notre information. Même si la Catalogne est la région la plus marquée par le commerce phocéen, aujourd’hui, l’Andalousie et le Levant livrent aussi des fragments ioniens.

  • 62 Les fouilles de Rosas n’ont pas atteint les niveaux archaïques, le niveau le plus ancien mis au jou (...)
  • 63 F. Villard, Marseille, p. 114-115.

151Ampurias et la Catalogne restent encore les secteurs les mieux connus62. La diffusion des produits d’importation et des produits coloniaux y est réduite à l’époque archaïque (ce point de vue serait peut-être modifié par une étude des céramiques grises). L’étude des céramiques des couches les plus anciennes de la Palaiopolis et de la Neapolis permettent sans doute d’éclairer un des aspects les plus délicats de l’histoire d’Ampurias. Dans la Neapolis nous trouvons seulement des coupes de type Β 2 et une très grande quantité de céramiques utilisant la Technique 1, peut-être massaliote. Si tel est le cas, l’hypothèse de F. Villard63 qui consiste à dire que, après Alalia, Ampurias, colonie fondée par les Phocéens d’Asie Mineure, serait tombée sous la domination marseillaise, serait validée. Dans les niveaux les plus anciens de la Palaiopolis, il n’y a aucune trace d’importation de produits massaliotes alors qu’ils abondent dans la Neapolis. Mais rien n’autorise à dire que les Marseillais aient imposé ou fait le transfert de l’îlot à la terre ferme. D’autre part, ce transfert est peut-être à situer avant Alalia. Il a dû se faire très rapidement, l’îlot étant difficilement habitable. Le laps de temps écoulé entre l’arrivée sur l’îlot de San Martin (la Palaiopolis) et l’installation sur la terre ferme n’a pas dû atteindre une génération. Au cours de cette seconde phase, Ampurias connaîtra un grand développement, surtout à partir du Vème siècle. A l’époque archaïque, la diffusion des produits grecs et coloniaux ne semble pas s’être étendue au-delà des sites indigènes proches de la côte.

152Pour l’Andalousie, l’identification de l’agent commercial reste une préoccupation essentielle bien que la tendance actuelle consiste à faire assumer ce rôle aux seuls Phéniciens. Les délicats problèmes liés à l’existence et à la localisation de Mainaké ne sont pas réglés. Pourtant, les importations de produits de Grèce de l’Est ont commencé dès la fin VIIème siècle et leur absence de diffusion dans des habitats indigènes, d’ailleurs assez bien connus, ne peut être un argument pour nier l’existence d’une colonie ou d’un comptoir grec dans le Sud de l’Espagne ; en effet la diffusion de ces produits de la colonie phocéenne d’Ampurias semble très restreinte.

  • 64 Voir note 23.
    Addendum : Depuis la rédaction de cet article (Juin 1976), des éléments nouveaux ont é (...)

153Ce même argument ne doit pas davantage être utilisé pour le Levant. Les importations archaïques grecques, inconnues récemment encore, sont désormais prouvées. Même s’il ne faut pas attribuer aux fragments étudiés ici une importance exagérée, ils sont cependant un élément à verser au dossier, ouvert depuis des générations, de la colonisation grecque du Levant. Rien ne peut encore être dit sur la localisation de ces colonies ou de ces points d’accostage à l’époque archaïque dans la région d’Alicante, mais, d’ores et déjà, l’attitude qui consiste à qualifier de mensongères les sources littéraires (Strabon III, 4, 6-8 et 10 ; Avienus, vers 472-482 ; Etienne de Byzance) devra être au moins nuancée64.

Notes

1 Plusieurs travaux permettent de connaître les découvertes anciennes : A. Garcia Y Bellido, Hispania Graeca, Barcelona, 1948 ; J.-P. Morel, Les Phocéens en Occident : Certitudes et hypothèses, P.P., 1966, en particulier pages 382-395 ; voir aussi J.-P. Morel, B.C.H., 99, en particulier pages 885-892.

2 Voir P. Rouillard, Fragmentes griegos de estilo geométrico y de estilo arcáico en Huelva, in Huelva Arqueológica, III (sous presse).

3 Ibidem. Fragment découvert dans le port de Huelva. Photographie publiée dans Huelva, Prehistoria y Antiguedad, 1975, Pl. 204.

4 J.-P. Garrido Roiz, Excavaciones en la Necropolis de « La Joya », Huelva, E.A.E., 71, 1970, p. 23 et suivantes.

5 Des abondants travaux publiés par l’Institut Archéologique de Madrid, retenons : H. G. Niemeyer, H. Schubart, Toscanos, 1964, Madrider Forschungen, 6, 1, 1969. H. G. Niemeyer, Zwei ostgriechischen Schalen von Toscanos, A.E. Arq. 44, 1971, p. 152-156. J. De Hoz Bravo, Un grafito griego de Toscanos y la exportación de aceite Ateniense en el siglo VII, M.M., 11, 1970, p. 102-109.

6 M. Pellicer Catalan, Ein altpunisches Gräberfeld bei Almunecar, M.M., 4, 1963, Pl. 2 et 3.

7 A. Arribas y O. Arteaga, El yacimiento fenicio de la desembocadura del Rio Guadalhorce (Malaga), Un. de Granada, 1975, p. 86 et note 6, p. 91 (infra désigné Arribas-Arteaga).

8 Publication en cours par l’Institut Archéologique Allemand de Madrid.

9 Le seul graffite trouvé sur un vase grec est grec : cf. J. De Hoz Bravo, op. cit.

10 M. E. Aubet, G. Maas-Lindemann, H. Schubart, Chorreras, M.M., 16, 19/5, p. 137-178.

11 G. Lindemann, H. G. Niemeyer, H. Schubart, Toscanos Jardin und Alarcon, M.M., 13, 1972, p. 125, note 3.

12 B. Freyer Schauenburg, Kolaios und die Westphönizischen Elfenbeine, M.M., 7, 1966, p. 89-108. Sur cette question, il faut rappeler le scepticisme de U. Täckoln, Neue Studien zum Tarsis-Tartessos Problem, Ο. R., X, 3, p. 41-57.

13 Vases à figures noires : bols rhodiens de Toscanos (H. G. Niemeyer, op. cit., note 5) et du Rio Guadalhorce.

14 La céramique grise trouvée en Andalousie doit être plutôt rattachée au monde phénicien (pour les formes).

15 Sur ce site, voir le livre d’A. Arribas et O. Arteaga, cité note 7.

16 Nous utiliserons dans la plupart des cas le classement établi par Vallet et Villard, 1955, complété par Mégara, 2, Sukas, II, et Tocra, I et II.

17 Arribas-Arteaga n° 26, Pl. VIII, p. 85. Voir Tocra, I, p. 121 et 124, fig. 55, n° 1299 ; M. A. Hanfmann, On some eastern greek wares found at Tarsus, Studies presented to Hetty Goldman, 1956, fig. 12 ; Mégara, 2, pl. 75, 5, p. 88 ; Walter, A.M., 72, 1957, p. 54, 4.

18 Arribas-Arteaga, n° 25 ; Pl. VIII, p. 85.

19 Arribas-Arteaga, n° 29, Pl. VIII, p. 85. Voir Sukas, II, type 9, n° 131 ; Vallet-Villard, 1955, fig. 4 ; Tarsus, III, n° 1396, fig. 144.

20 Arribas-Arteaga, n° 110, Pl. LXXI, p. 86 ; n° 28, Pl. VIII, p. 85 ; n° 30, Pl. VIII, p. 85.

21 Arribas-Arteaga, n° 32, Pl. VIII, p. 85-86. Voir Mégara, 2, p. 78, Pl. 63, 2.

22 Niemeyer-Schubart, M.M., 9, 1968, p. 92, fig. 9. Pâte fine, dure, rose orangé, finement micacée, fin dégraissant blanc. Vernis brun rougeâtre à l’intérieur et à l’extérieur, sauf une bande réservée au milieu de la panse.

23 Sur les questions relatives à la colonisation phocéenne dans cette région, nous ne citerons que les travaux les plus rérécents : G. Martin, La supuesta colonia griega de Hemeroskopeion : estudio arqueológico de la zona Denia Javea, P.L.A.V., 3, 1968. E. Llobregat, Hacia una demitificación de la Historia antigua de Alicante, R.I.E.A., 1, 1969 (en particulier, p. 42). J.-P. Morel, B.C.H., 99, p. 886-888 et notes 124 et 125.

24 J.-P. Morel, La céramique archaïque de Velia et quelques problèmes connexes, Symp. Col., fig. V, 4.

25 Voir plus bas, fig. 4, 5 et 12, 10.

26 Sur ce sujet, Pierre Rouillard, Fragmentes griegos arcáicos en la antigua Contestania, in R.I.E.A., 18, p. 7-16. Il faut ajouter un fragment de skyphos attique à figures noires de style tardif : Trias, p. 364, 1, pl. CLXXII, 1 (Tossal de Manises).

27 Table de Munsell (ed. 1975) : 5YR. 7/4, 2. 5Y. 8/2, 10YR. 8/3, 7. 5YR. 8/2.

28 M.S.C. : 10R. 4/6, 5YR. 6/8. 5YR. 7/8.

29 M.S.C. : 5YR. 7/6 ou 7/8, 2. 5YR. 6/8, 7. 5YR. 7/6.

30 M.S.C. : 5YR. 8/4.

31 M.S.C. : 10YR. 8/2, 7. 5YR. 8/4, 10YR. 8/3.

32 F. Villard, Marseille, p. 58 ; Villard, P.P., XXV, 1970, p. 114 ; M. PY, Problèmes de la céramique grecque d’Occident en Languedoc oriental durant la période archaïque, Symp. Col., p. 165-166.

33 Ce matériel est déjà publié par M. Almagro, Excavaciones en la Palaiopolis de Ampurias, E.A.E., 27, 1964, p. 71-85. Voir aussi M. Py, La céramique grecque de Vaunage (Gard) et sa signification, Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, 20, 1971, p. 134-135, note 1.

34 Almagro, idem, fig. 31, 2 (pied fantaisiste).

35 Ibidem, fig. 31, 1 ; Sukas, II, p. 40-41.

36 Forme identique à Gênes : F. T. Bertocchi, Ceramiche importate dell’Abitato Preromano di Geneva, Archaeologia, 9, 1975, pl. II, 7 et 8.

37 Sondage Neapolis 1947 (R.S.L., 1949, p. 91-106), Corte 32 (R.S.L., 1949, p. 80-82).

38 Trias, p. 39, 24, Pl. V, 1.

39 Trias, p. 39, 25, Pl. V, 2 et p. 39, 27, Pl. V, 4.

40 Autres exemplaires : Coupe, fig. 3, 8 : Sondage Neapolis, 1947, couche VIII ; fig. 3, 7, Sondage Neapolis, 1947, couche VII.

41 Sondage Neapolis, couche VII.

42 Sondage Neapolis, couche VII.

43 Ce fragment proche de Agora, XII, n° 384 (Pl. 18, p. 262), pourrait être attique (Class of Athens 1104).

44 Sondage Neapolis 1947, couche VII. De cette même couche, vient une autre amphore identique à celle-ci.

45 Sondage Neapolis, 1947, couche VIII.

46 Sondage Neapolis 1947, couches VIII et VII. Corte 32, couche V. Voir Mégara, 2, pl. 77, 3.

47 Sondage Neapolis 1947, couche VII. Voir Mégara, 2, pl. 77, 3.

48 Ibidem.

49 Voir par exemple Milet (Ist. Mitt., 25, 1975, p. 41), Didyme (Ist. Mitt., 21, 1971, p. 65, n° 51), Marseille (Villard, pl. 47, 10), Bessan (R.A.N., VII, 1974, p. 32, fig. 5, 6).

50 M. Torelli, F. Boitani, G. Lilliu, Gravisca, Campagna 1969-1970, N.S.A., 1971, p. 275, n° 3350, fig. 83 et 87.

51 Almagro, Necropolis Ampurias, I, Inhumación Bonjoan, 67, p. 201, fig. 171, 2.

52 Voir par exemple les lampes de Thasos : B.C.H., 1958, p. 814, fig. 17.

53 Voir par exemple : Marseille (Villard, p. 45, pl. 24, 6 et 47, 1), Gravisca (N.S.A., 1971, p. 280-281, n° 787 et 1825, fig. 84 et 89), Corinthe (Branner, Corinth, IV, 2, début du Type IV, p. 39, fig. 14, 17).

54 Autre exemplaires dans la Muraille N-E, Almagro, Necropolis Ampurias, II, Incineración, n° 17, p. 397, fig. 363, 10. Dans cette même tombe ont été trouvées aussi une coupe importée de type Β 2 et une imitation de cette forme (Technique, 3, voir fig. 13, 4). Amphore comparable à Larisa, Larisa am Hermos, III, pl. 54, 13.

55 Almagro, Necropolis Ampurias, I, Inhumación Marti, 91, p. 91, fig. 66, 1.

56 Almagro, Necropolis Ampurias, I, Inhumación Marti, 83, p. 86, fig. 59, 1.

57 Notre travail se fonde sur un échantillonage réduit. La fouille se poursuit sur le site de la Illa d’en Reixac, sous la direction d’A. Martin.

58 Sur ce site, voir la note rapide de M. Oliva Prat, La Illa d’en Reixac, Revista de Gerona, 54, 1971.

59 Sur ce site, voir les articles de M. Oliva Prat publiés dans la Revista del Instituto de Estudios Gerundenses, entre 1955 et 1963. Une étude complète par A. Martin est en cours de préparation. Voir aussi J. J. Jully, Trois vases d’époque archaïque en provenance de l’Ampurdan, XIII Congreso Nacional de Arqueología, p. 819-824.

60 Enrique Sanmarti-Grego, Materiales griegos y etruscos de época arcáica en las comarcas meridionales de Cataluña, Amp., 35, 1973, p. 233-234. Jose Barbera Farras et Enrique Sanmarti-Grego, Primeros resultados de las excavaciones en el poblado de la Penya del Moro en Sant Just Desvern (Barcelona), XIV Congreso Nacional de Arqueología, p. 743-756.

61 Ibidem.

62 Les fouilles de Rosas n’ont pas atteint les niveaux archaïques, le niveau le plus ancien mis au jour date du VIème siècle avant J.-C.

63 F. Villard, Marseille, p. 114-115.

64 Voir note 23.
Addendum : Depuis la rédaction de cet article (Juin 1976), des éléments nouveaux ont été portés à notre connaissance, ou ont été découverts.
1. — A Almuñecar, un fragment de coupe ionienne (d’importation), voir : Noticiario Arqueológico Hispánico, VI, 1962, p. 349, fig. 33.
2. — Au Cerro del Prado, San Roque (Cadix), site Phénicien de l’Ouest, j’ai identifié une coupe imitant la forme et le décor de bandes des coupes ioniennes ; ce serait la première imitation de céramique de Grèce de l’Est trouvée en Andalousie. Je prépare (en collaboration avec M. Pellicer et L. Menanteau) une étude sur l’ensemble du matériel de ce site (à paraître dans la revue Habis, 8, Seville) ; voir également dans le tome 19 des Madrider Mitteilungen : P. Rouillard, Brève note sur le Cerro del Prado, site phénicien de l’Ouest, à l’embouchure du Rio Guadarranque (San Roque, Cadix).

Notes de fin

1 Agora XII. B. A. Sparkes-L. Talcott, The Athenian Agora XII, Black and plain pottery, 1970.
A.M. Athenische Mitteilungen.
Amp. Ampurias.
A.E. Arq. Archive Espanol de Arqueología.
J. P. Morel, B.C.H., 99. J. P. Morel, L’expansion phocéenne en Occident : dix années de recherches (1966-1975), Bulletin de Correspondance Hellénique, 99, 1975, p. 853-896.
E.A.E. Excavaciones Arqueológicas en España.
Ist. M. Istambuler Mitteilungen
.
M.M. Madrider Mitteilungen.
F. Villard, Marseille. F. Villard, La céramique grecque de Marseille. Essai d’histoire économique, Paris, 1960.
Mégara, 2. G. Vallet et F. Villard, Mégara Hyblaea, 2. La céramique archaïque, Paris, 1964.
N.S.A. Notizie degli Scavi di Antichità.
P..LA.V. Papeles del laboratorio de Arqueologia de Valencia.
P.P. La Parola del Passato.
R.A. Narb. Revue Archéologique de Narbonnaise.
R.S.L. Rivista di Studi Liguri.
R.I.E.A. Revista del Instituto de Estudios Alicantinos.
Symp. Col. Symposio de Colonizaciones, Barcelona-Ampurias, 1971 (1974).
Sukas, II. G. Ploug, Sukas, II, The Aegean, Corinthian and Eastern Greek Pottery and Terracottas, Copenhague, 1973.
Tarsus, III. H. Goldmann, Excavations at Giizliikule, Tarsus, t. III, The Iron Age, Prin ceton, 1963.
Tocra, I et II. J. Boardman, J. Hayes, Excavations at Tocra, I et II, London, 1966-73.
Trias. Gloria Trias de Arribas, Cerámicas griegas de la Peninsula Ibérica, Valencia,
Vallet-Villard, 1955. G. Vallet, F. Villard, Lampes du VIIème siècle et chronologie des coupes ioniennes, M.E.F.R., 1955.
Nous tenons ici à remercier toutes les personnes qui nous ont permis de réunir cette documentation : A. Arribas Palau (Grenade), E. Llobregat (Alicante), M. Llongueras (Barcelone), A. Martin (Gérone), H. G. Niemeyer (Cologne), E. Ripoll Perello (Barcelone), E. Sanmarti (Barcelone), H. Schubart (Madrid).

© Publications du Centre Jean Bérard, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search