Version classiqueVersion mobile

Les céramiques de la Grèce de l'Est et leur diffusion en Occident

 | 
Centre Jean Bérard
, 
Institut français de Naples

Les dernières leçons de la Corse

Jean Jehasse

Texte intégral

1Pour sa petite part, la Corse justifierait pleinement ce colloque, car elle pose tous les problèmes dénombrés par Georges Vallet, sur les importations en Occident des céramiques orientales, sur les agents de diffusion, sur les imitations et tous les problèmes de chronologie, avec d’autant plus d’acuité que c’est une île, encore plus que la Sardaigne, ouverte à tous les courants grecs et aux courants étrusques et puniques. Aussi est-ce à une complexité de plus en plus grande que nous nous heurtons aujourd’hui lorsque nous proposons de faire le point sur les sites, sur les habitants, sur les courants culturels et la tradition historique.

2Le site d’Aléria est bien connu désormais : une acropole dominant l’estuaire du Rhotanos (Tavignano) et une vaste baie aujourd’hui ensablée se découpant en deux ports. A l’ouest de cette acropole étirée en trois lobes du nord au sud s’étend la plaine orientale, propre aux cultures intensives et ouvrant sur la montagne intérieure traditionnellement riche en bois et en mines de cuivre, de fer et d’argent. Malheureusement le site d’Aléria n’est pas fourni en pierres de taille et l’on n’a mis au jour aucun appareil archaïque, sinon un rempart de briques crues sur la butte méridionale. Mais la Corse ne se ramène pas à la seule Aléria, qui au IIIe siècle n’en est que « la ville la plus puissante » d’après Zonaras. « Riche en bons ports », selon Diodore, ce paradis des pirates au cœur des communications antiques fait aujourd’hui l’objet de recherches systématiques et fournit déjà sur tout son pourtour des perles porcelainiques et un mobilier de bronze et de fer du premier Age du Fer, à défaut de céramiques importées.

3Selon une triple tradition, les indigènes ont une origine ibère (Sénèque), ligure (Salluste, Solin, Isidore), libyenne (Pausanias). Callimaque est seul à appeler Kurnos « la Phénicienne ». En tout cas, grâce aux Puniques dont on retrouve la verroterie par toute l’île, grâce aux Etrusques qui ont apporté le bronze (fibules à navicella du Cap Corse et de Sagone sur la côte occidentale), grâce aux Grecs (Cumains ? Phocéens ?), ces indigènes à la fois pasteurs, chasseurs, cultivateurs, à la fois nomades et sédentaires, dont Diodore vante l’étonnant « esprit de justice », semblent, dès le début du VIe siècle au moins, posséder la maîtrise du fer et du bronze (fibule à pied en spatule de bronze et de fer dite « corse », éléments de casques). L’Age du Fer qui se présentait surtout comme une perduration de l’Age du Bronze connaît sûrement alors — et peut-être comme en Sardaigne dès le début du VIIe siècle — une transformation profonde qui doit être un écho du premier courant de colonisation grecque.

4Telle semble l’origine des légendes rattachant étroitement Kurnos au monde oriental, et vivantes jusque chez un antiquaire comme Callimaque dans ses Hymnes à Artémis et à Délos. On distingue un courant crétois (chypriote ? rhodien ?) qu’illustre Rhadamante d’après Diodore ; un courant phocéen avec Ulysse et Enée ; un courant gréco-étrusque, avec Artémis ; un courant gréco-phénicien, avec Héraklès. Nous insistons davantage aujourd’hui sur un passage de Diodore présentant Alexandre en nouvel Héraklès désireux après sa victoire sur l’Espagne punique de consacrer « en Kurnos » un grand temple à Athéna. Et les Romains au cours de la difficile conquête de la Corse au IIe siècle élèveront un temple à Juno Moneta en signe de reconnaissance ; était-ce une divinité insulaire analogue à une Tanit oraculaire ?

5N’insistons pas sur les ambiguïtés de la tradition historique : les Etrusques, « au temps de leur thalassocratie et de leur main-mise sur les îles (Elbe ?...), imposent aux Corses le tribut de résineux, de bois, de cire, de miel (et d’esclaves) que réclameront à leur suite les Romains ; et Antiochos fait conduire par Creontiadès les Phocéens à Alalia avant de fonder Marseille. Mais la relecture d’Hérodote et du fameux passage sur « la victoire à la Cadméenne » (I, 166) invite à distinguer trois états successifs. D’abord un simple comptoir, directement en liaison, et en liaison pacifique, avec les indigènes. Or les récentes découvertes ont permis de repérer sur l’acropole même un habitat dense depuis le néolithique ancien, perdurant à l’Age du Bronze et au premier Age du Fer. Nous avons en particulier, au centre du rebord occidental de l’acropole, un habitat de l’Age du Fer antérieur aux importations, et ce sont ces indigènes, — très probablement les Korsoi en leur langue, et les Kurnioi pour les Grecs —, avec lesquels les Phocéens entreront « pendant vingt ans » en contacts suivis. Quel était le fruit de ces contacts ? Assurément la liaison avec l’intérieur de l’île, l’utilisation de ses mines, de ses bois, une certaine agriculture, la viande, à quoi s’ajoutaient les pêcheries et salaisons, saumures. Vient alors le second temps, celui de l’arrivée en masse de « près de la moitié » des Phocéens. L’assiette politico-sociale en est radicalement changée ; les indigènes, qui ne sont plus une menace potentielle par l’inégalité numérique, doivent être évincés, spoliés, sans doute asservis ; la plaine s’ouvre aux cultures intensives et l’équilibre insulaire traditionnel de transhumance, installant bêtes et gens l’hiver à la « plage », au printemps dans « les bourgs » à 400/800 m d’altitude, en été aux alpages, est désormais rompu. D’où une réaction insulaire latente, qui probablement éclate après « la victoire à la Cadméenne ». Et cette réaction nous semble avoir été plus déterminante que la coalition étrusco-punique pour le départ des Phocéens. Notons qu’à Vélia leur premier souci sera d’élever un imposant rempart face à l’intérieur des terres, alors que le site était déjà naturellement bien mieux défendu que celui d’Aléria.

6Reste enfin le troisième temps. Après le départ de « la Métropole », est-il resté un simple comptoir phocéen ? Les Etrusques ont-ils fondé alors, selon le dire de Diodore, leur ville de Nikaia sur le même territoire ? Faut-il croire à une installation punique ? Enfin les indigènes éveillés depuis au moins 25 ans à des techniques nouvelles, une culture beaucoup plus large, n’ont-ils pas récupéré pour leur compte une position aussi favorable ?

7L’apport archéologique de ces dernières années ne permet aucune réponse catégorique. La nécropole phocéenne du VIe siècle n’a pas encore été retrouvée et la nécropole préromaine aujourd’hui riche de 170 tombes ne commence qu’en 490-480 av. J.-C. D’autre part l’habitat archaïque est mal connu. L’on sait seulement que les constructions étaient en briques crues. Les premiers sondages ont dans ces conditions révélé essentiellement de la vaisselle courante : céramique grise de Larissa sans décor (assiettes et bols surtout), céramique à bandes rouges peintes de Milet, amphores ioniennes, dont une amphore à la brosse, quelques fragments de céramique fine : style de « Vroulia », attique, rares fragments de coupes ioniennes, exceptionnellement du corinthien. Bref aucune belle pièce. Une stratigraphie menée à l’est du Forum romain a confirmé ces données en comblant le vide entre l’époque 560-540 et 480. Mais ici encore les renseignements quoique prometteurs nous laissent sur notre faim : les importations semblent plus fines : céramique attique notamment (coupes des Petits Maîtres). En revanche la céramique ordinaire, bien tournée, est certainement locale. Chose curieuse, on ne possède qu’un seul et minuscule fragment de bucchero (canthare à décor en éventail), cependant qu’une céramique grise olivâtre (plats à marli convexe), assez proche des céramiques d’Espagne, semble plutôt de caractère punique.

8Ainsi peut-on provisoirement conclure sur une certaine originalité. Nous ignorons tout des importateurs au VIe siècle, mais la thèse de G. Vallet sur les cités chalcidiennes nous paraît toujours solide, si l’on y ajoute un certain relais étrusque et probablement punique. Reste une cité florissante, ouverte à tous les courants, mais bien ancrée dans l’île, dont on espère cerner davantage la personnalité.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search