Version classiqueVersion mobile

Les céramiques de la Grèce de l'Est et leur diffusion en Occident

 | 
Centre Jean Bérard
, 
Institut français de Naples

Note sur la nécropole languedocienne de St. Julien, Pézenas (Hérault) et sur un vase ossuaire, stamnoïde, de la première moitié du VIe s. de cette nécropole

J. J. Jully

Note de l’éditeur

(Pl. CXIX)

Texte intégral

1La basse vallée de l’Hérault au VIe s. était caractérisée non seulement par la présence des premiers navigateurs grecs d’Agde (cf. J. J. Jully, Les importations attiques dans la Néapolis d’Ampurias du VIe s. au IVe s., Revue belge de philologie et d’histoire, LIV, 1976, 1, p. 25-51, notamment p. 25 pour Agde et la basse vallée de l’Hérault) mais aussi par des habitats indigènes. Agde, troisième cité phocéenne du bassin occidental de la Méditerranée et située à mi-chemin de Marseille et d’Emporion-Ampurias, contribuait à diffuser des céramiques tournées sur les habitats indigènes qui s’échelonnaient entre les embouchures deltaïques de l’Hérault et les coteaux de l’arrière-pays jusqu’à l’actuelle ville de Pézenas.

2L’un d’entre eux était la place d’échanges de La Monédière à Bessan, à 6 km de ce qui était l’île d’Agde (cf. Id., La céramique attique de La Monédière, Bessan, Hérault (...), coll. Latomus, vol. 124, 1973, notamment p. 29 sq. et p. 282 sq. : sondages). A Pézenas, outre l’habitat de hauteur de St. Siméon, une nécropole à incinération est connue depuis 1963 (cf. J. Giry, La nécropole pré-romaine de Saint-Julien (Cne de Pézenas, Hérault, RE Lig, XXXI (1-2) janvier-juin 1965 (1970), p. 117-235). Dans cette nécropole de la fin du premier âge du Fer languedocien les céramiques tournées sont abondantes mais voisinent souvent avec des poteries non tournées. Si l’on tente d’apprécier les proportions des diverses séries de céramiques tournées, qui sont représentées à St. Julien, on obtient, dans un ordre d’importance décroissante, le classement suivant :

  1. céramiques grecques d’Occident, c’est-à-dire exemplaires imitant à la fois la technique, la forme et aussi, dans de nombreux cas, le décor des céramiques de la Méditerranée orientale : 290 exemplaires comprenant 181 exemplaires en terre qui n’est pas grise et 110 exemplaires en terre « monochrome grise » ;

  2. céramique commune étrusque d’époque archaïque : 108 exemplaires qui se répartissent ainsi : 73 amphores et 34 canthares (28 en bucchero nero et 6 en bucchero gris) ;

  3. céramiques de la Grèce de l’Est : 53 exemplaires de technique fine cuits en cuisson oxydante (terre qui n’est pas grise) ;

    • 1 Le nombre des exemplaires des diverses séries de céramiques correspond à l’état d’avancement de l’i (...)

    céramique attique à figures noires : 34 exemplaires1.

3Parmi les formes gréco-orientales de technique fine il en est une qui, en Méditerranée occidentale, est exceptionnelle : c’est celle du vase stamnoïde à anses dressées sur l’épaule du type que certains auteurs de langue allemande appellent amphoriskos mit Schulterhenkel. Sept de ces vases ayant servi d’osuaire sont complets ; deux autres sont fragmentaires. Pour ce qui est des vases complets nous avons affaire à cinq types formels et à quatre types décoratifs. De plus quatre de ces vases peuvent être groupés deux par deux à la fois pour ce qui se rapporte à la forme et au décor bien que de légères variantes, principalement ornementales, puissent être signalées dans chacune des deux paires. De plus, en ce qui concerne les caractéristiques techniques, chacun des vases considérés présente des particularités qui lui sont propres.

4Si l’on se limite aux principales différences de forme et de décor, il est possible de proposer le groupement suivant :

  1. caractéristiques formelles principales : 5 types :

  1. 1 vase à col cylindroïde de diamètre assez faible et à corps ovoïde ;

  2. 2 vases à col cylindroïde de moyen diamètre et à corps sphéroïde ;

  3. 2 vases à col cylindroïde de grand diamètre et à corps sphéroïde ;

  4. e) 2 vases à col tronconique (diamètre plus grand à la partie inférieure qu’à la partie supérieure) et à corps sphéroïde mais l’un de ces vases présente un bord en collerette qui le met à part ;

  1. caractéristiques décoratives : 4 types :

  1. 1 vase avec, sur l’épaule, un « losange » ponctué en position médiane par rapport à une double « moustache » ou parenthèse et avec une grande croix sous une anse ;

  2. 2 vases avec, sur l’épaule, une stylisation plus ou moins schématisée d’un décor floral — fleur de lotus (?), qui, dans un cas, est devenue « arc ogif » ;

  3. 2 vases avec une ligne ondée régulière sur le col et une boucle ovale autour de l’attache des anses ;

  4. 1 vase avec, sur l’épaule, un groupe de trois traits verticaux en position médiane et délimitant, par rapport aux anses, un double espace métopal puis montrant, au-dessus et de part et d’autre des anses, une large moustache du type Hängelocken.

  • 2 Sur ces vases stamnoïdes voir notre récente étude dans les Monuments Piot, 61, 1977, p. 1 sq.

5Les différences de technique entre ces vases stamnoïdes ne consistent pas seulement en une différence de couleur à la cassure bien que les variations de couleur en question aillent du gris très pâle ou blanc gris au brun rose ou bien du brun pâle au jaune très pâle. Quatre de ces vases ont une terre dure, trois autres une terre assez tendre. Tous présentent du mica mais trois d’entre eux en ont peu. Celui qui est dépourvu de décor est caractérisé par un dégraissant blanchâtre. Les variations de nuance de la peinture sont moins importantes puisqu’elles ont dépendu de circonstances de cuisson parfois accidentelles; toutefois il faut remarquer que la teinte du décor de chacun des vases considérés est à chaque fois différente et varie du brun rouge vif au brun gris noir mat. Le vase stamnoïde dépourvu de décor et en terre brun rouge est caractérisé par une forme imitée d’un prototype métallique et par une surface externe recouverte d’un enduit uniforme gris olive foncé ; les méplats de son corps témoignent d’un façonnage à l’estèque2.

6A ces exemplaires en technique fine il faut ajouter un exemplaire en terre « monochrome grise » à corps ovoïde et qui possède des caractéristiques attribuables à une imitation « locale » : fig. 1, a, b (J. Giry, op. cit., p. 120, fig. 3).

7La manière la moins inexacte d’apprécier l’importance de la présence de ces vases-ossuaires de forme stamnoïde en Méditerranée occidentale dans une nécropole indigène voisine des rives du Golfe du Lion est peut-être de mentionner les associations de documents qui peuvent contribuer à jeter quelque lumière sur la datation des débuts du commerce de troc des navigateurs dans cette région du Languedoc méditerranéen.

8En effet certaines céramiques et certains objets en métal qui vont de pair avec six de ces ossuaires offrent de précieuses indications : quatre vases stamnoïdes sur six se trouvaient associés à des armes — 2 « fers de lance » par sépulture et, dans un seul cas, une longue épée en fer à antennes anguleuses, garde enveloppant la lame et mesurant 96 cm, type, semble-t-il, de fabrication régionale ; ou bien à des éléments d’armure — dans quatre sépultures fragments de cnémide ou bien de tôle de bronze ayant pu appartenir à une cuirasse de parade. Dans une sépulture il y avait une râpe de bronze de type étrusque (cf. Etruskernas Konst och Kultur, Stockholm, 17 janvier-5 mars 1967, p. 40, n° 79). Le simpulum, fréquent en Etrurie, (cf. G. M. A. Richter, Greek, Etruscan and Roman Bronzes, 1915, p. 234 et Ny Carlsberg Glyptothek, Bildertafeln des Etruskischen Museums, 1928, p. 87, 88 puis exemplaire n° 24.610 à Rome, au Musée de la Villa Giulia) se trouve dans la sépulture du vase stamnoïde à espace métopal et dans une des deux sépultures à vase stamnoïde avec ligne ondée, en contexte, dans ce dernier cas, avec une agrafe de ceinturon en bronze. Le vase stamnoïde orné d’une double moustache était associé à un kalathiskos en terre brun très pâle, très tendre et micacée avec un décor brun rouge ; or cette forme est proche de celle du kalathos protocorinthien (cf. Perachora, II, 1962, pl. 35/780, 781, 796) et analogue à celle d’exemplaires non corinthiens du début du VIe s. ou de la première moitié de ce iècle (cf., par exemple, J. Boardman, Greek Emporio, 1967, p. 163, fig. 110/774, 777). L’ossuaire dépourvu de décor était en association non seulement avec une oenochoè à embouchure trilobée et décor de rosettes de points sur l’épaule mais aussi avec un canthare étrusque en bucchero nero présentant un décor surajouté — peint (?) — de chevrons sur la vasque à l’extérieur puis, sur la face interne des anses, un long filet à l’extrémité duquel pendait un triangle isocèle, pointe en bas. Le vase stamnoïde avec l’ornement à espace métopal était également associé à un canthare étrusque en bucchero nero.

9Pour ce qui est de la forme du vase stamnoïde tel qu’il est représenté dans la nécropole languedocienne de St. Julien les rapprochements possibles avec des formes entières en Méditerranée orientale ne sont pas — semble-t-il — nombreux : en effet les vases stamnoïdes — connus — en provenance de gisements d’Anatolie occidentale — Myrina (cf. E. Pottier, Vases antiques du Louvre, I, 1897, p. 27, n° Β561), Pitané/Çandarli (cf. H. Metzger, Anatolie II, 1969, pl. 61, 62) — appartiennent à un type différent, à col évasé ; deux vases cependant en provenance d’Eolide et de Larisa/Hermos (cf. J. Boehlau, K. Schefold, Larisa-am-Hermos, III, 1942, p. 125, fig. 50/1 et p. 158, fig. 66/3) ne sont pas très différents des exemplaires de St. Julien. Toutefois les comparaisons les moins insatisfaisantes nous paraissent être à Chypre (cf. SCE, IV/2, fig. XXXI/9) et à Gela (cf. Mon. Antichi Lincei, 17, 1906, colonne 196, fig. 151, Borgo, sépulture). Il faut ajouter que des fragments de large col à ligne ondée appartenant à cette forme de vase existent en Macédoine (aimable renseignement de Mme K. Rhomiopoulou).

10Les rapprochements significatifs pour le décor sont également peu nombreux : on trouve la double moustache à Istros dans les niveaux archaïques (cf. Histria, II, 1966, p. 467, fig. 35/638, 639) et dans le sud de la Russie à Nymphaeum près de Panticapée (cf. Archaeological Reports for 1962-1963, p. 48, fig. 33 rang supérieur à droite) ; ce type de décor paraît ne pas pouvoir être plus récent que le premier tiers du VIe s. ; quant à la ligne ondée régulière sur le col de deux exemplaires il s’agit d’un type qui est antérieur au 2ème quart du VIe s. (J. M. Cook).

11Enfin il n’est peut-être pas sans intérêt de rappeler que dans deux sépultures les vases non tournés étaient nombreux (7 dans un cas, 9 dans l’autre).

12Les remarques qui viennent d’être faites semblent permettre de proposer à la fois des limites chronologiques et des hypothèses sinon d’origine des vases du moins des hypothèses concernant les navigateurs qui ont apporté en Méditerranée occidentale ces vases ou bien qui, dans une cité grecque d’Occident, ont su en recréer parfaitement la forme. D’une part les vases stamnoïdes en question sont datables de la première moitié du VIe s. et même, dans deux cas au moins, du 1er quart de ce iècle, d’autre part les associations de documents, dans d’assez nombreux cas, laissent supposer un commerce étrusque encore actif. Cependant en concurrence avec les navigateurs étrusques initiateurs, en Languedoc méditerranéen, du commerce du vin avec des barbares à société hiérarchisée, guerrière, d’autres navigateurs — Grecs ceux-là — sont responsables d’apports nouveaux.

13Que la plupart de ces Grecs aient été, comme à Marseille et à Ampurias, des Phocéens, cela n’est pas douteux. Mais ne peut-on pas penser aussi que la forme et les décors des vases stamnoïdes de la nécropole de St. Julien — forme et décors de type archaïsant — sont en faveur d’une attribution sinon à des ateliers « périphériques », à des ateliers des îles grecques, du moins aux premières sorties de four de céramistes émigrés en Occident et qui provenaient justement de ces îles ?

Notes

1 Le nombre des exemplaires des diverses séries de céramiques correspond à l’état d’avancement de l’inventaire à la date où cette note a été rédigée.

2 Sur ces vases stamnoïdes voir notre récente étude dans les Monuments Piot, 61, 1977, p. 1 sq.

Auteur

© Publications du Centre Jean Bérard, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search