Version classiqueVersion mobile

Les céramiques de la Grèce de l'Est et leur diffusion en Occident

 | 
Centre Jean Bérard
, 
Institut français de Naples

Contribution à l’étude de la céramique grise archaïque en Languedoc-Roussillon

André Nickels

Note de l’éditeur

(Pl. CXIV-CXVIII)

Texte intégral

  • 1 Sur les problèmes généraux concernant les céramiques ioniennes et phocéennes, voir F. Villard, Céra (...)
  • 2 F. Benoit, Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule, Aix-en-Provence, 1965, pp. 153-163.
  • 3 Pour la Provence, l’ouvrage de référence est désormais l’importante thèse de IIIe cycle de Charlett (...)
  • 4 Le seul travail d’ensemble est celui de O. Taffanel, Les poteries grises du Cayla II à Mailhac (Aud (...)
  • 5 On peut toutefois mentionner un certain nombre de travaux de détail consacrés à des catégories part (...)

1Au cours des dix dernières années, les recherches concernant la céramique grise monochrome, dite phocéenne, se sont progressivement trouvées au centre des débats sur la colonisation grecque en Gaule méridionale1. Grâce en particulier à F. Benoit2, les questions posées par son origine — locale ou importée — par sa répartition et par l’existence de deux faciès régionaux bien individualisés en Languedoc et en Provence ont pu trouver leurs premiers éléments de réponse. Si, à la suite de cette première impulsion, les séries du domaine rhodanien ont fait récemment l’objet de travaux importants3, aucune étude de même nature4 n’a encore vu le jour en Languedoc occidental ou en Roussillon5.

2La découverte, à l’occasion de fouilles d’urgence menées dans la basse vallée de l’Hérault, d’importantes quantités de mobilier de ce type dans des contextes stratigraphiques sûrs, rend désormais un tel travail plus abordable. L’objet de cet article est cependant beaucoup plus limité — il ne porte que sur une seule forme — mais non moins ambitieux : il doit, en effet, permettre, grâce à une classification typologique et chronologique de toutes les productions de ce type, d’opérer une distinction rigoureuse des divers ateliers et de leurs aires de diffusion.

  • 6 Forme 12 de l’inventaire de F. Benoit, Recherches sur l’hellénisation..., op. cit., p. 161 et forme (...)

3La forme retenue est celle du plat à marli6. Les raisons de ce choix sont multiples :

    • 7 A l’heure actuelle 27 gisements ont fourni du mobilier de ce type en Languedoc-Roussillon.

    il fallait, en premier lieu, disposer d’un important échantillonnage statistique que seul un type de vase abondamment représenté sur tous les gisements archaïques pouvait fournir7 ;

    • 8 Sur ces problèmes voir les remarques de Ch. Arcelin, La céramique grise.,., op. cit.
    • 9 Ibidem, pp. 117-119 (exemplaire dactylographié).

    la forme choisie devait également présenter un minimum de difficultés techniques dans son élaboration, de façon à trahir plus facilement les coups de main et les habitudes techniques qui, seuls, permettent d’isoler des séries attribuables à un même artisan ou à un même groupe d’artisans8. Le plat à marli, dont le rebord horizontal peut être dégagé de diverses manières9, répond parfaitement à cette exigence ;

  • le fait que ce type de récipient soit fréquemment décoré d’une onde incisée accroît évidemment encore les possibilités de distinction ;

    • 10 Ce type de plat est en effet très courant en. Grèce de l’Est, qu’il s’agisse des séries peintes à p (...)

    cette forme grecque10, qui ne doit rien au répertoire indigène traditionnel, est également l’une de celles qui devraient permettre de saisir le plus facilement les diverses évolutions locales que ce type de récipient a pu connaître en tel ou tel endroit ;

    • 11 Sur ces fouilles dans la basse vallée de l’Hérault, voir A. Nickels et P.-Y. Genty, Une fosse à off (...)

    grâce enfin aux fouilles récentes de l’arrière-pays d’Agde, de nombreux plats peuvent désormais être bien datés11.

  • 12 Ce travail n’aurait, bien sûr, pu être réalisé sans l’aide de tous les archéologues de la région, t (...)
  • 13 Tous les dessins, à l’exception de quelques fragments de Ruscino, dessinés par G. Marchand et J.-C. (...)
  • 14 Le nombre de fragments de chaque série reproduits ici correspond, à l’intérieur de chaque groupe, à (...)

4L’approche d’une telle quantité de matériel — au total plus d’un millier de vases — dispersé dans de nombreux dépôts ou collections12 posait évidemment des problèmes particuliers qui pouvaient être abordés de différentes manières. Pour notre part, il nous a semblé indispensable d’accorder un soin tout particulier à l’exécution de la documentation graphique13 ; tous les fragments disponibles ont ainsi été très soigneusement dessinés, beaucoup seront reproduits ici14. Un tel parti, s’il peut surprendre, offre cependant le double avantage de simplifier la démonstration et de laisser ouverte la possibilité de reprendre, à tout moment, ce travail, lorsque ce mobilier se sera de nouveau accru dans des proportions notables.

5Cette abondante documentation, après étude, peut se répartir en quatre grands ensembles — ateliers ou groupes d’ateliers — localisés dans la région d’Agde, dans la basse vallée de l’Aude, dans le domaine rhodano-provençal et en Roussillon.

LES ATELIERS DE L’AGADÈS (fig. 1, 2 et 3)15

  • 15 Pour ces ateliers, tous les calculs statistiques seront établis à partir du mobilier livré par les (...)
  • 16 Voir à ce sujet M. Py, Les fouilles de Vaunage et les influences grecques..., loc. cit., pp. 77-79.
  • 17 Ainsi par exemple M. Py, Problèmes de la céramique grecque d’Occident, loc. cit., p. 180. J. J. Jul (...)

6L’attribution d’un certain nombre de productions de céramique grise monochrome à la région d’Agde est un des principaux résultats des fouilles menées dans la basse vallée de l’Hérault par le personnel de la Direction régionale des Antiquités au cours de ces dernières années. Si l’originalité du faciès de la céramique grise archaïque du Languedoc occidental avait pu être rapidement dégagée16, la localisation même des centres de fabrication demeurait très incertaine. De nombreux chercheurs, à la suite sans doute des abondantes découvertes des sites audois, furent ainsi, peu à peu, amenés à attribuer à la basse vallée de l’Aude l’essentiel, sinon la totalité, des productions de céramique grise archaïque du Languedoc occidental17. La comparaison détaillée du mobilier en provenance des sites des deux régions révèle qu’une telle façon de voir ne peut plus, désormais, être acceptée et que quatre séries de productions au moins doivent être restituées à la région d’Agde.

I) Le groupe A, à enduit noir (fig. 1)

A) Caractéristiques techniques

  • 18 Il n’est sans doute pas inutile de rappeler ici les précautions qu’il convient de prendre dans le t (...)
  • 19 L’aspect épais et uniforme de cet enduit le distingue très nettement des autres productions de l’Ag (...)

7Elles sont remarquablement constantes. La pâte est en général tendre et présente régulièrement de grandes vacuoles allongées ; elle est abondamment et finement micacée et incorpore des éléments calcaires blancs, très certainement des fragments de coquillages broyés. Sa couleur est une nuance de gris assez sombre ; l’épiderme étant souvent plus sombre que l’intérieur de la paroi. Lorsque cette céramique est bien conservée18, elle porte un enduit noir profond, épais19, également réparti sur toute la surface du vase, mais très fragile. Dans quelques rares cas, on rencontre une variante de pâte différente, la variante b, qui est dure, non vacuolée, uniformément grise et recouverte d’un enduit toujours épais et régulier, mais de nuance brun sombre noirâtre.

B) Formes et décors

a) Les vases ornés (fig. 1, n° 1 à 34)

  • 20 Ils représentent plus de 62 % du total des plats de ce groupe A.

8C’est dans ce groupe qu’ils sont les plus nombreux20. Le décor affecte exclusivement le marli et est formé soit d’une onde incisée au peigne — c’est le cas de loin le plus fréquent —, soit de cannelures concentriques, soit encore d’une combinaison des deux ; le décor peint y est inconnu.

— Les plats à marli ondé (fig. 1, n° 1 à 21)

9Ils forment une série bien homogène, aisément identifiable :

  • 21 Elle s’établit, dans presque tous les cas, autour de 18 ou 19 mm.

10Le diamètre est assez variable d’un vase à l’autre ; on rencontre ainsi des plats de petit module, de l’ordre de 20 à 24 cm, qui en général possèdent un marli étroit, d’une largeur constante d’environ 15 mm (n° 27 à 29). Les plats de grands diamètres, de 25 à 28 cm, sont cependant les plus fréquents ; la largeur de leur marli, là encore, ne connaît que des variations infimes21.

11Si la taille des vases est variable la technique de façonnage, en revanche, est très uniforme. Les parois sont fines, leur épaisseur n’excédant qu’exceptionnellement 5 à 6 mm. Le marli, légèrement incliné vers l’extérieur, est très fin et présente un profil anguleux caractéristique qui résulte d’une reprise soignée du rebord par l’application du tournassin sur les parties supérieures, inférieures et externes du marli. Lorsque ce dernier a la largeur souhaitée dès l’ébauche — ce n’est pas le cas le plus fréquent — il n’est pas repris sur la tranche et conserve alors un profil externe arrondi (fig. 1, n° 15 à 21). Si l’on en juge par l’angle formé par le flanc du vase et l’horizontale, la vasque de ces vases devait être bombée, comme le confirment d’ailleurs les deux seuls plats complets de ce groupe que nous possédons. Les marlis sont toujours percés de deux trous de suspension.

  • 22 Les exemples isolés d’ondes à deux dents doivent peut-être être mis sur le compte d’une application (...)

12La décoration de ces vases laisse également peu de place à la fantaisie. L’onde est toujours exécutée à l’aide d’un peigne à 3, 4 ou 5 dents, le cas de loin le plus fréquent étant le peigne à 4 dents22. Le recours à peu près exclusif à un type d’onde asymétrique — la partie droite étant plus longue que la partie gauche — est très caractéristique et permet d’identifier aisément ce groupe ; le décor symétrique y est en effet très rare.

13La datation de cette série est relativement aisée. Les plats à décor ondé, à peu près absents des niveaux antérieurs à 550, sont, en effet, extrêmement abondants dans les couches de la deuxième moitié du VIe siècle. Leur date de disparition est plus difficile à préciser ; une disparition assez précoce, vers la fin du VIe siècle, n’est pas à exclure.

14Répartition du matériel (fig. 2) : Ensérune, Bessan, Florensac, Magalas, Montmèze.

— Les plats et bols à marli cannelé (fig. 1, n° 22 à 26 et 30 à 32)
  • 23 Il provient de la fosse à offrandes de Bessan, cf. A. Nickels et P.-Y. Genty, Une fosse à offrandes (...)
  • 24 Le marli atteint là 20 à 24 mm. alors qu’il ne dépasse pas 16 à 18 mm. dans le cas des bols.
  • 25 On peut remarquer que cette variante, qui se retrouve fréquemment dans les bols à marli cannelé (40 (...)

15Ils représentent 23,2 % des récipients décorés du groupe A. Il s’agit le plus souvent de bols de petite taille, dont le diamètre est compris entre 16 et 21 cm. Un seul exemplaire est complet23 ; il possède une vasque à profil très bombé qui a tendance à se refermer vers le haut. On rencontre plus rarement des vases de plus grand diamètre et à marli plus large24. Le décor est exécuté à l’aide d’un peigne de 4 à 6 dents appliqué verticalement sur le marli de façon à déterminer un nombre équivalent de sillons concentriques plus ou moins profonds. On peut noter que, d’un point de vue technique, ce type de vase se rencontre fréquemment dans la variante de pâte b25.

  • 26 A. Nickels et P.-Y. Genty, Une fosse à offrandes..., toc. cit., p. 55.
  • 27 C. Llinas et A. Robert, La nécropole de Saint Julien à Pézenas, Fouilles de 1969 et 1970, R.A.N., I (...)
  • 28 La nécropole de Pézenas ne renferme, en effet, que très peu de tombes intactes qui appartiennent à (...)

16A Bessan, ces exemplaires cannelés figurent souvent dans les niveaux antérieurs au milieu du VIe siècle parmi les premières productions de céramique grise monochrome ; un vase de ce type a également été découvert dans la fosse à offrandes, bien datée des années 540-52026 Un autre plat provient enfin d’un tombe de la nécropole de Pézenas malheureusement dépourvue de contexte datable27 ; il ne peut cependant être placé plus bas que le troisième quart du VIe siècle28. Ces quelques repères chronologiques invitent donc à dater cette série assez précisément dans le deuxième et le troisième quarts du VIe siècle.

  • 29 Les pourcentages qui figurent entre parenthèses à la suite de certains sites dans la liste de répar (...)

17Répartition du matériel (fig. 2)29 : Mailhac (0,8 %), Castelnau, Bessan, Frontignan, Magalas, Pézenas.

— Les plats à marli cannelé et ondé (fig. 1, n° 33 et 34)
  • 30 Si ce type de décor est relativement rare en Languedoc, il est en revanche bien représenté en Catal (...)

18A côté de ces deux grands types de décors, on peut encore signaler quelques fragments — une dizaine au plus — associant sur un même marli l’onde incisée et les cannelures disposées de part et d’autre. Ces vases sont trop peu nombreux pour qu’une étude globale puisse en être tentée ; leur datation, pour la même raison, demeure incertaine30.

19Répartition du matériel : Bessan, Pézenas.

— Les plats à marli à décor plastique
  • 31 Ces deux fragments, dont l’un provient de Florensac (collection D. Rouquette) et l’autre de Bessan, (...)

20Il convient enfin de signaler deux fragments isolés à décor plastique dont l’un est orné sur le marli d’un mamelon et l’autre de ce qui semble bien être le départ d’une anse verticale31.

b) Les vases non décorés (fig. 1, n° 35 à 55)

21Ils se subdivisent en deux grandes séries :

— à marli mince (n° 35 à 53)

22Cette série rassemble la très grande majorité, plus de 88 %, des plats non décorés du groupe à engobe noir. Si leur façonnage trahit de notables différences, on remarquera toutefois qu’il s’agit toujours de vases à parois très fines, rarement plus de 6 mm, parfois beaucoup moins. Les marlis ont, en général, une épaisseur constante, égale à celle du haut de la vasque. A la différence des fragments décorés, le rebord externe conserve ici le plus souvent sa forme arrondie d’origine, les reprises sur la tranche n’étant effectuées que lorsque la largeur du marli obtenue à l’ébauche était trop importante. Si son inclinaison n’est guère régulière, sa largeur demeure constante et s’établit autour de 16 à 18 mm pour les petits exemplaires et 20 à 22 mm pour les grands.

23Le diamètre de ces plats peut également varier sensiblement ; on observe cependant à nouveau l’existence de deux modules préférentiels, 20 à 23 cm pour les petits diamètres et 25 à 27 pour les grands.

24La datation de ces plats est la même que celle des exemplaires décorés.

25Répartition du mobilier (fig. 2) : Ensérune, Bessan, Frontignan, Florensac, Magalas, Montmèze, Pézenas.

— à marli triangulaire épais (n° 54 et 55)

26Il s’agit là d’une série très limitée qui s’individualise par un façonnage très sommaire du marli dégagé grâce à un simple coup de tournassin sur la partie supérieure de l’ébauche. On obtient ainsi un marli massif et horizontal de section triangulaire très caractéristique. Le fait que cette série appartienne en grande partie à la deuxième variante de pâte renforce encore son homogénéité. Compte-tenu de la fragmentation de ce mobilier, la forme générale de ces plats ne nous est pas connue ; à peine peut-on, en raison de l’angle ouvert formé par le marli et la vasque, supposer une forme très profonde. Leur diamètre devait s’établir autour de 26 cm.

27D’un point de vue stratigraphique, il est particulièrement intéressant de noter qu’à Bessan les fragments de ce type qui appartiennent à la variante b et qui ont un contexte proviennent souvent des niveaux les plus anciens ; ils sont plus rares dans les couches de la deuxième moitié du VIe siècle, ce qui permet de dater ce mobilier dans le deuxième et peut-être les débuts du troisième quart du VIe siècle.

28Cette analyse détaillée des diverses productions rassemblées au sein du groupe A de l’Agadès montre que nous sommes là en présence d’un ensemble bien individualisé, aisément identifiable. Les nuances de façonnage que nous avons pu déceler indiquent cependant que l’on a affaire à d’assez nombreux potiers ou encore à des artisans qui ne maîtrisent pas totalement leur technique et dont les productions n’offrent pas encore l’étonnante uniformité des groupes suivants.

29La datation précise qui résulte du contexte stratigraphique de ces vases permet de faire deux remarques :

    • 32 Renseignement Ch. Arcelin.

    La première touche à la précocité de cette production, qui démarre dès le deuxième quart du VIe siècle. On notera à ce sujet que la technique de l’enduit noir, si caractéristique de cet ensemble, est également celle de l’un des groupes les plus anciens de la céramique grise de Provence32. Cette parenté technique, en regard d’un répertoire des formes très différent, n’est pas sans intérêt ; elle correspond, en effet, au fond technique commun à tous les Phocéens installés sur les bords du golfe du Lion et dont les fabrications, pour des raisons que nous ignorons encore, se sont pourtant très vite différenciées.

  • La seconde remarque concerne la durée d’activité de cet atelier qui semble s’étendre jusque vers la fin du VIe siècle et peut-être les débuts du Ve siècle ; il s’agit donc d’une production abondante et de longue durée.

30La répartition de ce mobilier est également significative (fig. 2). Elle révèle en effet que ce groupe A a été diffusé très loin puisque l’on en rencontre des fragments en des points aussi éloignés que Mailhac et Castelnau-le-Lez. On notera la part prise dans cette diffusion par la série des marlis cannelés dont nous avons souligné la datation haute.

  • 33 Il convient en effet d’insister sur le fait que tous les décors rencontrés dans l’Agadès, ondé, can (...)
  • 34 Voir à ce sujet A. Nickels, Les maisons à abside..., loc. cit., p. 119-128 et Contribution des foui (...)

31Il reste enfin à envisager le problème le plus délicat, celui de la localisation de cet atelier. Un simple examen de la zone de répartition permet de régler cette question : on constate, en effet, que l’essentiel du matériel provient de la basse vallée de l’Hérault et que les trouvailles de mobilier de ce type se raréfient au fur et à mesure que l’on s’éloigne de cette région. Ainsi, à Mailhac, la céramique du groupe A de l’Agadès ne représente que 0,8 % de la totalité des céramiques grises archaïques de ce site alors que sur les sites de la basse vallée de l’Hérault elle correspond à la quasi-totalité des trouvailles. Une telle répartition ne saurait être fortuite et incite à rechercher l’atelier qui produit ces plats du groupe A dans la région d’Agde, sinon à Agde même. Si nous rapprochons le fait que nous sommes là en présence d’une production de type grec, dont les prototypes se trouvent en Grèce de l’Est33, de la certitude — acquise au cours de ces dernières années — que des Grecs étaient bien établis à demeure dans l’Agadès dès le milieu du VIe siècle34, on est en droit de se demander s’il ne s’agit pas là des premiers ateliers établis par les Phocéens au moment de leur installation dans la région d’Agde. L’excellente qualité de ces productions, qui les démarque nettement des autres séries grises archaïques du Languedoc, tend à renforcer encore cette impression.

II) Le groupe Β à enduit brun clair (fig. 3, n° 1 à 25)

32Il rassemble trois séries de vases, qui correspondent aux productions de deux ou trois potiers bien individualisés. Elles ont été réunies au sein d’un même groupe en raison de l’utilisation régulière d’un enduit brun clair de préférence à l’enduit noir profond qui était l’un des traits originaux du groupe A.

1. Le potier Β 1 (fig. 3, n° 1 à 17)

33La production de cet artisan est une des plus homogènes que nous ayons rencontrées au cours de ce travail. Les vases qui lui ont été attribués présentent tous des caractéristiques absolument identiques qui permettent de les isoler très facilement.

A) Caractéristiques techniques

34La pâte est en général assez dure, homogène, avec de petites vacuoles isolées. Elle incorpore un abondant et très fin dégraissant de mica ainsi que des inclusions blanches — sans doute à nouveau des fragments de coquillages broyés — qui sont cependant ici plus rares et plus petites que dans le groupe A. Ces vases, soigneusement polis à l’intérieur et à l’extérieur, ne conservent que rarement des traces de tournassage.

35Tous sont recouverts d’un enduit peu épais et adhérent dont la couleur peut varier entre le gris brun clair et le brun jaunâtre orangé, très exceptionnellement le gris clair ou le gris noirâtre. La pâte est de couleur uniformément gris clair de nuance gris jaune lorsque l’enduit est brun jaunâtre. La fréquence de la nuance jaunâtre — plus de 80 % des vases — révèle qu’il ne s’agit pas là d’un accident de cuisson, ou d’une recuisson accidentelle dans un feu secondaire, mais bien d’une caractéristique constante qui fait de ce détail un excellent critère d’identification.

B) Formes et décors

  • 35 Elle est de 18 ou 19 mm dans 70 % des cas.
  • 36 Tous les plats à marli, quel que soit leur type, sont équipés de trous de suspension. Dans ce cas l (...)

36Le diamètre externe de ces vases peut varier entre 24 et 27 cm, mais dans plus de 50 % des cas il ne s’écarte pas de 26 ou 26,5 cm. Le façonnage du marli, toujours incliné vers l’extérieur, est un des éléments les plus remarquables ; soigneusement dégagée, sa partie supérieure est légèrement bombée alors que sa partie inférieure présente un profil courbe ; il n’est que rarement repris sur la tranche par un coup de tournassin ; sa largeur n’est jamais inférieure à 17 mm ni supérieure à 20 mm35. Il est toujours percé de deux trous de suspension assez rapprochés36.

37Grâce aux trois récipients complets que nous possédons, la forme générale de ces vases nous est bien connue. Ils possèdent une vasque assez profonde avec des parois fines dont l’épaisseur n’excède pas 7 mm ; leur hauteur totale est de 6,5 ou 7 cm. Les exemplaires complets sont munis d’un pied annulaire très bas d’un diamètre de 8 à 8,5 cm.

  • 37 Des exemples de décors sont donnés à la figure 3.
  • 38 L’onde asymétrique est tout à fait exceptionnelle mais conserve, là encore, une très faible amplitu (...)

38Tous les vases de cette série portent un décor ondé exécuté à l’aide d’un peigne à trois dents37. L’ondulation est toujours régulière, symétrique et de très faible amplitude38. Ce décor, d’une surprenante monotonie, est sans doute l’élément le plus sûr pour isoler ce mobilier.

C) Datation

39La datation de cette série est aisée. Absente à Bessan des niveaux antérieurs au milieu du VIe siècle, elle est, en revanche, extrêmement abondante dans les couches de la deuxième moitié du VIe siècle et demeure peut-être en usage au début du Ve siècle. Deux vases de ce type ont été découverts écrasés en place sur le sol de l’une des maisons grecques de Bessan ; un autre provient d’une couche de la fin du VIe siècle associé à du mobilier de type ibérique.

40Répartition du mobilier : Agde, Bessan.

41Un examen approfondi de la figure 3, qui rassemble un certain nombre de vases de ce type, confirme que l’on a bien ici un ensemble extrêmement homogène, véritable production de série, fabriquée avec beaucoup de soin mais avec une grande économie de gestes, qui est vraisemblablement l’œuvre d’un seul artisan. Sa diffusion limitée à Bessan et peut-être à Agde permet d’envisager une fabrication à Bessan même.

2. Le potier Β 2 (fig. 3, n° 18 à 23)

42Là encore il s’agit d’une série très bien individualisée, qui ne diffère cependant de la précédente que par des nuances de détail.

A) Caractéristiques techniques

43Elles sont identiques à celles de la série Β 1 ; seul l’enduit est ici différent, d’une nuance plus nettement brun orangé ou même brun rougeâtre que dans le cas précédent. Des exemplaires isolés à enduit gris clair fin sont connus.

B) Formes et décors

  • 39 19 à 22 mm dans ce cas.

44Le diamètre est toujours compris entre 24 et 26 cm. Le façonnage du marli est, à nouveau, l’élément distinctif le plus sûr : il est ici en règle générale moins incliné vers l’extérieur et parfois même horizontal, plus anguleux à sa partie inférieure et légèrement plus large39. Aucun vase complet de cette série ne nous est parvenu.

  • 40 Comparer à ce sujet les décors n° 20/21 avec les décors du n° 1 du la figure 3.
  • 41 Avec, comme toujours, une partie droite plus longue que la partie gauche.

45Le décor ondé diffère sensiblement de celui de la série précédente40. Il est obtenu à l’aide d’un peigne à quatre dents ; l’incision est toujours très profonde. Si l’ondulation conserve une faible amplitude, elle est en revanche presque toujours asymétrique41.

C) Datation

46La chronologie de cette série demeure incertaine ; en raison des grandes similitudes avec la précédente, elle doit sans doute également être datée dans la deuxième moitié du VIe siècle.

47Répartition du mobilier : Mailhac (2,4 %), Bessan.

48Les rapports entre les séries Β 1 et Β 2, à certains égards très proches, demeurent obscurs. Il est difficile, en effet, de savoir si cette production doit être attribuée au même potier que la précédente ou s’il s’agit de l’œuvre d’un autre artisan. Une solution séduisante pour l’esprit, mais qui demeure une simple hypothèse dans l’attente de la découverte de nouveaux lots de matériel, consisterait à voir dans ces deux ensembles l’œuvre d’un même artisan à deux moments différents de son activité.

3. La série Β 3 (fig. 3, n° 24 et 25)

  • 42 Si ces fragments appartiennent indiscutablement à un groupe de l’Agadès, une appartenance au groupe (...)
  • 43 Voir A. Nickels, Les maisons à abside..., loc. cit., p. 114 et fig. 15.
  • 44 Les vases de ce type proviennent tous de Bessan.

49Elle correspond à une série limitée, au total une dizaine de vases, qui semblent tous sortis d’une même main42. Cinq d’entre eux, dont plusieurs exemplaires complets, ont été découverts à Bessan à proximité de la maison A43. Ils se caractérisent par leur forme lourde et leur marli massif qui porte souvent un décor ondé. Leur exécution est assez maladroite, les parois étant le plus souvent épaisses, parfois irrégulières. Seul leur enduit brun jaunâtre ou orangé les a fait rattacher au groupe Β44.

III) Le groupe C à enduit gris bleuté fin et adhérent (fig. 3, n° 26 à 51)

A) Caractéristiques techniques

50La pâte est dure ou mi-dure, dense, non vacuolée et d’une couleur uniformément gris très clair ; mal conservée elle a tendance à devenir pulvérulente et à laisser des traces au toucher. Elle comprend toujours un abondant dégraissant de mica très fin, parfois à peine visible, ainsi que de fines inclusions brunâtres ; les fragments de coquillage si nombreux dans les pièces appartenant au groupe A sont ici absents. Ces vases sont recouverts d’un enduit très fin, gris bleuté, très adhérent, qui fait corps avec la pâte dont il se distingue souvent fort mal ; il présente fréquemment des zones plus ou moins claires qui trahissent une application à la brosse peu soignée.

Β) Formes et décors

  • 45 Dans plus de 75 % des cas elle est même comprise entre 26 et 28 mm. Cette constance des dimensions (...)
  • 46 22 et 24 mm dans plus de 60 % des cas.

51Si l’on met à part deux exemplaires décorés, tout à fait isolés, ce groupe ne comprend que des plats non ornés qui se caractérisent par leur aspect lourd et leur marli massif. La forme générale nous est bien connue grâce à la dizaine de récipients complets que nous possédons ; la vasque est peu profonde et a un profil assez conique ; le pied annulaire est d’un diamètre constant, de l’ordre de 8,5 à 9 cm ; il est souvent très sommairement dégagé et conserve d’abondantes traces de tournassage. Les parois sont épaisses, souvent plus de 1 cm au niveau du pied, et d’épaisseur irrégulière. L’élément le plus original est à nouveau le marli qui est ici très peu soigné. On peut y distinguer deux grandes variétés de façonnage : la première, variété C 1, correspond à une série homogène de marlis épais, massifs, d’une largeur comprise entre 25 et 29 mm45. Leur épaisseur est toujours de beaucoup supérieure à celle des parois mêmes du vase. Leur partie inférieure n’est pas reprise et conserve d’abondantes traces de tournassage. La partie supérieure, en revanche, est toujours horizontale et parfaitement plate. Le rebord extérieur du récipient est arrondi et n’est jamais repris au tournassin. La variété de façonnage C 2 (fig. 3, n° 38 à 47) est moins homogène, mais présente cependant le même aspect lourd et massif avec des marlis d’une largeur comprise entre 18 et 24 mm46. On peut enfin signaler quelques séries limitées qui correspondent à des façonnages particuliers (48 à 51).

52— Répartition du mobilier : Castelnau-le-Lez, Mailhac (1,6 %), Olonzac, Salles-d’Aude, Florensac, Bessan, Aumes, Mèze, Pézenas.

  • 47 Voir à ce sujet A. Nickels, Les maisons à abside..., loc. cit., pp. 109-119.
  • 48 A. Nickels et P.-Y. Genty, Une fosse à offrandes..., loc. cit., pp. 47-51.

53La brève description du mobilier attribué à ce groupe a fait ressortir à plusieurs reprises le manque de soin apporté à la réalisation de ces vases. Nous sommes là en présence d’une production routinière, médiocre, qui n’est pratiquement plus jamais décorée. Sa datation est là encore aisée. Elle est surtout représentée à Bessan dans les niveaux récents de la fin du VIe ou des débuts du Ve siècle. Si l’on peut se contenter de noter simplement au passage son absence dans la maison A47, on insistera davantage sur les 7 plats qui figurent dans le mobilier de la fosse à offrandes à côté de quelques exemplaires plus anciens48. Si une analyse serrée de ce lot de matériel permet de placer l’apparition des vases de ce groupe dans le dernier tiers ou même le dernier quart du VIe siècle, rien ne permet encore de dater avec précision leur disparition. A peine peut-on indiquer qu’elle ne saurait se situer à une date postérieure au milieu du Ve siècle, époque à laquelle la production des céramiques grises semble avoir cessé dans l’Agadès.

54L’absence de décors au sein de ce groupe, qui semble être l’un des plus récents de cette aire de production, n’est pas sans intérêt : elle pourrait en effet indiquer que la vogue de l’onde incisée — très répandue au cours du troisième quart du VIe siècle — a connu un déclin rapide à la fin du VIe siècle. Comme beaucoup d’autres séries, la céramique grise monochrome semble ainsi connaître une fin sans éclat, marquée par la multiplication des fabrications locales de médiocre qualité.

LES ATELIERS AUDOIS49 (fig. 4 et 5)

  • 49 Pour les autres formes produites par ces ateliers voir O. Taffanel, Les poteries grises, loc. cit.

55A la différence de l’Agadès, la basse vallée de l’Aude a souvent été considérée comme l’une des principales zones de fabrication de la céramique grise monochrome en Languedoc. L’individualisation d’un certain nombre de séries originaires de la région d’Agde d’une part et du Roussillon d’autre part, permet désormais de bien isoler les productions de ces ateliers et de mieux apprécier leur importance relative, trop souvent surestimée par rapport aux autres centres de fabrication.

56En l’état actuel de la recherche, trois grands ensembles peuvent être rattachés avec certitude aux ateliers audois :

I) Groupe A, à cannelures périphériques (fig. 4, n° 1 à 32)

57Ce groupe, aisément identifiable en raison de la présence de deux cannelures isolées qui ornent la partie supérieure du marli, se subdivise lui-même en deux séries bien individualisées :

1. Série A 1 à marli fin et étroit (n° 1 à 18)

A) Caractéristiques techniques

58La dureté de la pâte est variable ; elle est cependant le plus souvent dure ou même très dure avec des cassures nettes. Elle est toujours dense, non vacuolée et présente régulièrement un abondant dégraissant de mica extrêmement fin, parfois à peine visible ou même invisible. Au toucher elle est souvent rugueuse en raison de la présence d’un dégraissant de fines particules noires ; les éléments calcaires broyés sont en revanche ici absents.

59La couleur de la pâte peut varier entre le gris clair et le gris sombre, de nuance parfois jaunâtre. L’enduit est très adhérent et se distingue mal de la pâte ; il est rarement uniforme et présente souvent des zones plus ou moins sombres. Sa couleur est un gris brun terne, parfois orangé, rarement gris clair.

B) Formes et décors

— Les vases à décor simple
  • 50 Dans quelques cas isolés on note la présence de trois cannelures. Le sillon supplémentaire se place (...)
  • 51 La constance de cet écartement sur un même vase implique sans doute l’utilisation d’un instrument à (...)

60Tous les récipients de ce groupe possèdent un marli fin et étroit, jamais repris à l’extérieur, d’une largeur en général comprise entre 19 et 25 mm. Ce marli peut être horizontal mais est le plus souvent incliné vers l’extérieur. Il est toujours décoré sur sa partie supérieure par les deux cannelures parallèles qui caractérisent ce groupe50 ; leur écartement varie d’un plat à l’autre mais reste compris entre 10 et 13 mm51.

  • 52 Il reste toujours compris entre 22.5 et 26 cm.

61Le diamètre de ces plats s’établit le plus souvent autour de 25 ou 26 cm52. Les parois sont fines et l’exécution d’ensemble soignée ; de nombreux exemplaires conservent cependant des stries de tournassage à l’extérieur. Là encore deux vases complets, provenant tous deux de Mailhac, nous renseignent sur la forme complète des plats de cette série ; la vasque est peu profonde et présente un profil nettement conique. Le fond annulaire bas a un diamètre compris entre 8 et 9 cm.

— Les vases à décor mixte (n° 18)

62A côté des récipients dont les cannelures périphériques constituent le seul décor on rencontre trois exemplaires isolés qui associent le décor ondé aux cannelures.

63Répartition du mobilier (fig. 5) : Mailhac (25,1 %), Sigean (11,9 %), Montlaurès (14,3 %), Carcassonne, Salles d’Aude, Ensérune (17,4 %), Bessan (0,4 %).

2) Série A 2 à marli large (fig. 4, n° 19 à 32)

A) Caractéristiques techniques

  • 53 Les vases à enduit jaunâtre représentent, en effet, près de 60 % des plats de cette série.

64A cet égard la série A 2 diffère sensiblement de la précédente. La pâte est ici moins dure, plus fine et non vacuolée ; elle ne présente pas de mica visible à l’œil nu à l’exception de quelques rares grains isolés. La pâte peut être soit beige jaunâtre, soit gris très clair de nuance blanchâtre. L’enduit est gris bleuté lorsque la pâte est grise et gris brun ou brun orangé lorsqu’elle est jaunâtre. La proportion élevée de vases jaunâtres53 permet, comme dans l’Agadès, de se demander si nous sommes là en présence d’une technique de cuisson mal maîtrisée ou, au contraire, d’une production dont l’aspect jaunâtre était souhaité au départ.

B) Formes et décors

— Les vases à décor cannelé
  • 54 A cet égard comparer les n° 26 et 12 de la figure 4.
  • 55 Le fait que les marlis repris à l’extérieur soient toujours légèrement plus étroits que la norme en (...)

65Si cette série possède les deux cannelures concentriques qui sont l’une des marques distinctives du groupe A, la forme du marli est ici différente ; il est plus large — entre 26 et 29 cm — et nettement plus épais ; son façonnage est très sommaire, le potier se contentant le plus souvent d’un simple coup de tournassin sur le dessus du marli qui, de ce fait, est toujours plat. Le passage à la vasque est ainsi très adouci, à la différence de la série A 154. Les marlis ne sont repris à l’extérieur par un coup de tournassin appliqué sur la tranche que dans le cas où le rebord obtenu à l’ébauche était trop large55 (n° 20 et 30). Les cannelures sont là encore disposées à la périphérie et ont un écartement d’environ 18 mm.

66Le diamètre de ces récipients est plus important que celui des plats de la série précédente ; il dépasse toujours 27 cm et atteint 29 ou 30 cm dans quelques cas isolés. Les exemplaires complets que nous possédons révèlent que ces vases ont une vasque très peu profonde, leur hauteur n’excédant que rarement 6 à 7 cm. Les pieds annulaires sont bas et assez étroits.

— Les vases à décor peint

67Dans cette série très homogène il convient de ranger enfin un fragment isolé qui, à la place des cannelures, présente un décor ondé offrant la particularité d’être peint et non pas incisé. La technique et le façonnage le rattachent cependant indiscutablement aux céramiques grises monochromes et non pas aux céramiques à pâte claire, dites pseudo-ioniennes, auxquelles il emprunte cependant son décor peint.

68Répartition du mobilier : Mailhac (31,7 %), Olonzac.

69Sa décoration originale fait de ce groupe A une production aisément identifiable. Si la très grande dispersion de la série A 1 (fig. 5) ne permet pas de localiser son atelier d’origine avec précision elle indique cependant clairement qu’il s’agit d’une production purement audoise, issue d’un atelier unique, important, diffusant dans toute la vallée de l’Aude et dont le développement a limité l’expansion des séries agathoises vers le sud-ouest.

70La datation de ce mobilier reste encore assez vague et nous devons, pour le moment, nous contenter de le placer dans la deuxième moitié du VIe ou la première moitié du Ve siècle. Seules des fouilles étendues dans les niveaux archaïques des oppida audois permettront de préciser ces quelques indications.

71Le problème posé par le sous-groupe A 2 est différent. S’il présente en effet une très grande parenté avec la série précédente son aire de dispersion reste limitée au seul secteur Mailhac-Olonzac. Il s’agit de la production d’un atelier particulier — peut-être même d’un seul potier — qui a oeuvré dans la région de Mailhac. La poursuite de l’exploration des niveaux archaïques du Cayla de Mailhac devrait permettre de régler cette question.

II) Groupe Β à enduit brun noirâtre terne (fig. 4, n° 33 à 63)

72Ce groupe est bien moins homogène que le précédent au niveau du façonnage mais offre cependant une très grande uniformité des caractéristiques techniques qui permet, là encore, de l’isoler aisément des fabrications de l’Agadès.

A) Caractéristiques techniques :

73La pâte est dure ou très dure, très rarement tendre, dense, non vacuolée et offre à la cassure un aspect irrégulier assez typique. Elle incorpore un abondant dégraissant de mica de petite taille, souvent même invisible à l’œil nu ; dans de nombreux cas on rencontre également des inclusions calcaires blanches. Cette pâte, d’une couleur uniformément gris bleuté plus ou moins sombre, est recouverte d’un enduit très adhérent, d’épaisseur variable, souvent appliqué de façon irrégulière ; son aspect est terne et sa couleur brune, brun noirâtre ou noirâtre, exceptionnellement gris clair.

B) Formes et décors

  • 56 On ne prendra pas en compte ici l’exemplaire d’Ensérune qui est équipé d’un pied haut et creux et q (...)

74Au niveau de la forme on peut distinguer deux variantes Β 1 et Β 2, très proches, qui ne diffèrent en fait que par la présence ou l’absence de carène immédiatement sous le marli56.

a) Variante Β 1 à vasque carénée (n° 33 à 52)

  • 57 A ce sujet voir les intéressantes remarques de Ch. Arcelin sur le façonnage de ce type de vase, La (...)

75La présence de la carène qui individualise ce sous-groupe est due à la technique de façonnage du marli dégagé par une application du tournassin sous le rebord très épais formé à l’ébauche. Cette opération, qui s’accompagne fréquemment d’un enlèvement de matière, provoque également l’inclinaison du marli vers l’intérieur57. La faveur que connaît ce type de façonnage dans les ateliers audois est un des éléments les plus sûrs pour distinguer ces productions de celles de l’Agadès où cette technique n’est que rarement utilisée. La forme de marli qui en résulte est assez variable, les profils triangulaires très lourds sont les plus fréquents. La présence de nombreuses petites séries au façonnage identique et localisées à chaque fois sur un seul site pourrait être l’indice de l’existence de nombreux noyaux de fabrication dispersés.

  • 58 Les plats à petit marli sont en effet proportionnellement plus nombreux au sud de l’Aude, à Sigean (...)

76L’étroitesse des marlis est une autre caractéristique de ce groupe. On distingue à cet égard deux ensembles bien individualisés, l’un regroupant des marlis très étroits (n° 47 à 50), très souvent repris à l’extérieur, d’une largeur comprise entre 14 et 17 mm et l’autre, des exemplaires légèrement plus larges de l’ordre de 20 à 23 mm. La série des petits marlis, très homogène, est particulièrement bien représentée au sud de l’Aude, notamment à Sigean et à Montlaurès où il faut peut-être chercher le lieu d’origine de ces productions58.

77Si le diamètre des plats à petit marli est remarquablement constant — il s’établit autour de 23 cm —, celui des grands plats est plus variable. Les parois sont en général épaisses et la vasque profonde.

  • 59 Ce fragment provient de Mailhac, cf. O. Taffanel, Les poteries grises..., loc. cit., p. 250, fig. 5 (...)

78Ces vases ne sont pratiquement jamais décorés. On ne peut guère signaler que quelques exemplaires isolés qui portent un sillon unique sur la périphérie interne de la partie supérieure du marli. Un seul exemplaire porte un décor de languettes rayonnantes peint en blanc sur le marli59.

b) Variante Β 2 à vasque non carénée (n° 53 à 63)

79A la différence de la précédente, la variante Β 2 ne présente pas de carène. Dans un certain nombre de cas, en particulier sur de nombreux fragments en provenance du sud de l’Aude, la partie inférieure du marli n’est pas reprise et ce dernier conserve un profil nettement triangulaire où le passage à la vasque se fait par une légère incurvation, souvent à peine marquée (n° 54 et 59). Ces vases doivent provenir du même atelier que la série carénée à petit marli.

  • 60 La variante 1 à vasque carénée qui représente par rapport à la totalité du groupe B/84,4 % à Sigean (...)

80D’autres, en revanche, à peu près exclusivement représentés au nord de l’Aude, correspondent à des plats à marli régulier, obtenu par simple reploiement à partir d’une ébauche dont les parois avaient dès le départ une épaisseur constante (n° 57 à 58). L’inégale distribution de ces deux types de façonnage60 confirme l’existence, déjà relevée à propos du groupe A, de plusieurs ateliers différents situés les uns au sud et les autres au nord de l’Aude. Tous les vases de ce sous-groupe Β 2, quelle qu’en soit l’origine, ont en commun leurs dimensions modestes avec des diamètres compris entre 20 et 25 cm. Les marlis sont là encore étroits. Comme précédemment, il est possible d’individualiser une série à petit marli (61 à 63).

  • 61 Variante 1 et 2 confondues.

81Répartition du mobilier61 : Mailhac (31,7 %), Sigean (67,2 %), Montlaurès (71,4 %), Olonzac, Villasavary, Ensérune (52,2 %), Salles-d’Aude.

III) Le groupe C à décor ondé ou cannelé (fig. 4, n° 64 à 73)

  • 62 On notera cependant que même dans ce mobilier disparate le décor est régulièrement disposé à la pér (...)

82Les fragments réunis ici ne forment pas, à proprement parler, un groupe et seul le souci de simplifier l’exposé a présidé à leur rassemblement62. Ce mobilier est, de toutes façons, trop peu abondant pour permettre un quelconque classement typologique général et nous nous bornerons à une simple présentation site par site. Son hétérogénéité est d’ailleurs encore accrue par les incertitudes qui pèsent sur son origine ; si certaines séries appartiennent, en effet, indiscutablement aux ateliers audois, d’autres demeurent douteuses :

  • 63 Soit à peine 11 % de la totalité du mobilier de ce site.

83— Le site de Pech Maho à Sigean a ainsi livré un lot très homogène quoique peu abondant — 7 exemplaires au total63 — de récipients à marli ondé issus sans doute des mains d’un même potier (n° 67 et 68). La pâte est dure, non micacée, souvent bicolore, avec un épiderme brun rougeâtre et une partie interne grise ; l’enduit est brun noirâtre ou noir. Le façonnage est remarquablement uniforme mais souvent maladroit. Ces plats sont décorés d’une onde incisée à trois ou quatre sillons.

84Quatre d’entre eux portent un double groupe d’ondes séparé par une plage lisse, particularité qui ne se rencontre nulle part ailleurs qu’à Pech Maho. Cette observation, ajoutée à celles qui ont été faites à propos du groupe Β à marli étroit, semble donc confirmer l’existence d’un atelier à Pech Maho ou dans ses environs immédiats. A côté de ces quelques plats à décor ondé on peut signaler un exemplaire à décor cannelé, là encore très original à la fois par sa pâte et par son double groupe de cinq cannelures très fines (n° 72).

  • 64 Sur ce fragment voir O. Taffanel, Les poteries grises..., loc. cit., pp. 250-251, fig. 5, n° 1 et f (...)

85— A Mailhac, à côté des fragments attribuables à l’Agadès, on signalera trois autres tessons décorés, dont deux à décor ondé d’une technique très proche du type audois et un fragment très exceptionnel (n° 65)64 associant les cannelures concentriques à un décor de languettes peintes, l’intérieur de la vasque étant lui-même orné d’une rosette de points peinte. L’origine de ce tesson ne peut être précisée. Il peut s’agir soit d’une production audoise, soit — hypothèse la plus vraisemblable— d’une importation.

  • 65 Ce tesson est identique par son décor et sa technique à celui de Pech-Maho. L’origine de ces deux f (...)

86— D’Ensérune proviennent quatre tessons à décor ondé, dont un bordé de cannelures, dont il est impossible de dire s’ils appartiennent aux ateliers audois ou agathois (n° 70 et 71). Il convient de signaler en outre un plat dont le marli porte un double groupe de cannelures très fines (n° 64)65.

87— L’oppidum de Montlaurès à Narbonne a livré trois fragments à décor de cannelures concentriques qui techniquement appartiennent tous au groupe Β de l’Aude (n° 66 et 73). On peut mentionner en outre un tesson isolé portant une onde incisée bordée de cannelures et dont l’origine demeure indéterminée.

88— Les deux sites de Taillesant et de Chambart à Ouveilhan ont fourni quatre fragments associant le décor ondé aux cannelures (n° 69). La technique de ces plats, à pâte gris clair, tendre, très fortement micacée, est proche du groupe C de l’Agadès, mais une origine proprement audoise ne peut être totalement exclue.

  • 66 Plus de 45,3 % de la totalité du mobilier recueilli à Bessan.

89L’étude de ces plats décorés appelle deux remarques. La première concerne la rareté de l’onde incisée qui ne se rencontre que sur une part infime des plats en provenance des sites audois. A Pech Maho ils représentent à peine 11 % et à Mailhac moins de 6,4 %. Cette rareté, que l’on doit rapprocher de l’extraordinaire faveur que connaît ce type de décor dans l’Agadès66, est un autre trait d’originalité de l’aire audoise qui a parfois fait dire, à tort, que le décor ondé était rare en Languedoc occidental. En réalité, il convient de bien distinguer désormais l’aire audoise, où il est effectivement rare, et la zone agathoise où il est, au contraire, abondant.

90On notera, en revanche, que le décor à cannelures multiples est bien représenté dans les groupes audois.

LE ROUSSILLON ET LE DOMAINE RHODANO-PROVENÇAL

91La thèse de Ch. Arcelin sur les céramiques grises monochromes de Provence et l’étude que j’ai moi-même consacrée aux plats à marli de type roussillonnais de Ruscino nous dispenseront de nous appesantir sur ces domaines. Nous nous contenterons donc, dans les deux cas, d’un bref rappel des résultats concernant le problème qui nous occupe ici.

I) Le domaine rhodano-provençal67

  • 67 Pour l’ensemble des problèmes du domaine rhodano-provençal nous renvoyons, bien sûr, à Ch. Arcelin, (...)
  • 68 Ce fragment a déjà été signalé par F. Benoit, Recherches sur l’hellénisation..., op. cit., p. 161 e (...)

92Le fait le plus frappant est l’extrême rareté des plats à marli à l’est du Rhône où 18 exemplaires seulement ont pu être dénombrés, soit à peine 0,4 % de l’ensemble du mobilier considéré, alors que le Languedoc-Roussillon a livré plus d’un millier de vases de ce type. Ces deux chiffres illustrent à eux seuls, si besoin était, les différences considérables qui existent entre le faciès de la céramique grise monochrome de Provence et celle du Languedoc. En Provence deux ateliers seulement, sur les sept qui y ont été individualisés, fabriquent ce type de plat. Il s’agit des ateliers qui correspondent au groupe 2, que Ch. Arcelin situe dans la région de Marseille/St-Blaise (5 exemplaires à marli lisse et cannelures périphériques) et des ateliers qui correspondent au groupe 3, localisés essentiellement au nord de la Durance autour de Carpentras (11 vases à décor ondé souvent bordé de cannelures périphériques). Il convient enfin de signaler un fragment de plat du Castellan d’Istres qui, par sa pâte et son décor de cannelures multiples, se distingue très nettement des autres productions provençales68. S’il est certain que ce vase n’a pas été fabriqué en Provence, son origine ne peut être à l’heure actuelle précisée ; il peut en effet s’agir soit d’une véritable importation de Grèce de l’Est soit d’un vase provenant du Languedoc occidental, où ce type de décor est particulièrement fréquent.

  • 69 Mobilier conservé à la Direction régionale des Antiquités. Renseignement J. C. M. Richard. Quelques (...)
  • 70 Ibidem, p. 173.
  • 71 Fouilles inédites réalisées par M. Py et G. Sauzade.
  • 72 Renseignement J. Charmasson.

93La situation en Languedoc oriental correspond en tous points à celle de la Provence. Entre la région de Montpellier et le Rhône on ne peut en effet signaler qu’une dizaine de fragments de vases de ce type provenant de Castelnau-le-Lez69, de La Liquière à Calvisson70, de St-Gilles71 et de St-Laurent-de-Carnols72.

  • 73 Pour notre part nous nous bornerons à signaler ce mobilier en laissant à Ch. Arcelin le soin de l’é (...)

94Cette rareté du mobilier rend son attribution difficile et seules des analyses chimico-physiques permettront de dire à quel groupe, languedocien ou provençal, il convient de rattacher les fragments de cette zone de contact73.

II) Le Roussillon (fig. 6)

  • 74 A. Nickels, Les plats à marli en céramique grise monochrome de type roussillonnais, à paraître dans (...)

95A ce jour, seuls deux sites de cette région, Elne/Illiberis et Château-Roussillon/Ruscino, ont livré des plats à marli en céramique grise monochrome d’époque archaïque. Dans le cas de Ruscino, il s’agit d’un lot de plusieurs centaines de fragments qui a déjà fait l’objet d’une étude particulière dans le cadre d’un travail collectif consacré à ce site74. A Elne, le mobilier dont nous pouvons disposer est bien moins abondant en raison de l’exiguïté des secteurs qui ont pu être fouillés. Dans les deux cas il s’agit cependant d’une même production aux caractéristiques identiques et originales.

A) Caractéristiques techniques

96La pâte, toujours dense, très dure, contient un abondant dégraissant de mica fin ou très fin ; l’épiderme est de couleur gris sombre de nuance parfois brunâtre ; la tranche a un aspect feuilleté, souvent bicolore, gris brunâtre ou gris clair. L’intérieur de la vasque et le marli sont polis, l’extérieur conservant d’abondantes traces de tournassage. Ce polissage donne à l’épiderme une couleur plus sombre qu’il ne faut cependant pas confondre avec la véritable couverte des productions du Languedoc occidental dont les séries roussillonnaises sont dépourvues.

B) Formes et décors

97Au niveau de la forme, les plats à marli des sites roussillonnais se répartissent en deux grandes séries :

a) Les plats à vasque lisse (fig. 6, n° 1 à 13)

  • 75 Bien que les vases complets dont nous disposons soient très rares, l’étude d’ensemble du mobilier d (...)
  • 76 Dans tout le Roussillon on ne peut guère signaler que deux fragments, décorés, l’un d’une onde uniq (...)

98Ce sont les plus abondants. La forme est remarquablement constante avec des variations de dimensions réduites ; il s’agit de récipients de grand diamètre, compris entre 26 et 31 cm dans près de 80 % des cas. Les marlis sont en général étroits — entre 17 et 18 mm — et assez nettement inclinés vers l’extérieur ; les marlis horizontaux sont plus rares. Tous sont percés de deux trous de suspension très rapprochés. Les parois sont souvent épaisses et irrégulières. Ces plats semblent en général équipés d’un pied annulaire massif, d’exécution médiocre, qui conserve d’abondantes stries de tournassage75 ; leur diamètre varie peu et est compris entre 8,5 et 9,5 cm. La hauteur de ces vases est d’environ 8,5 cm. On notera avec intérêt l’absence, dans ce groupe, de tout marli décoré, qu’il s’agisse d’ondes ou de cannelures76.

b) Les plats à vasque cannelée (fig. 6, n° 14 à 16)

  • 77 F. Benoit, Recherches sur l’hellénisation..., op. cit., p. 288 et pl. 34, signale un plat à cannelu (...)

99D’un point de vue technique ces plats appartiennent au même groupe que ceux de la série précéprécédente; on y retrouve notamment la pâte bicolore brune et grise si caractéristique de ces productions. Au niveau de la forme ils s’en distinguent en revanche nettement par les cannelures concentriques qui ornent l’intérieur de la vasque et l’absence de pied annulaire. Ces cannelures sont toujours bien marquées et ne peuvent en aucun cas être confondues avec des traces de tournassage77. La vasque est en général plate, nettement moins hémisphérique que dans la série précédente. Les marlis sont plus étroits, souvent à peine dégagés. Là encore seul l’intérieur du vase est poli. De même, comme précédemment, on relève l’absence de toute couverte, la couleur plus sombre de l’épiderme étant à mettre sur le compte du seul polissage.

  • 78 G. Claustres, Stratigraphie de Ruscino, loc. cit., pp. 140-168.

100En l’absence de fouilles stratigraphiques précises, la chronologie de ces deux séries demeure incertaine. La datation dans le VIe siècle qui a été proposée78 s’accorde dans l’ensemble avec ce que nous savons de la chronologie de ce type de mobilier dans les autres zones de productions mais pourra certainement être précisée à l’occasion de nouvelles fouilles.

101Répartition du mobilier : Château-Roussillon/Ruscino (99 %), Elne (100 %), Sigean.

  • 79 A l’extérieur de cette zone on ne peut guère signaler que quelques fragments isolés de Pech-Maho à (...)
  • 80 Les quelques fragments isolés publiés par M. Almagro, Cerámica griega gris de los siglos VI y V a. (...)
  • 81 Le mobilier exposé au musée d’Ullastret, formé dans sa très grande majorité de plats à décor mixte (...)

102Les plats à marli des sites roussillonnais sont intéressants à plus d’un titre. En premier lieu ils forment un groupe très original dont la diffusion semble à peu près limitée au seul Roussillon79. Il n’est donc pas douteux que nous ayons bien affaire là à un atelier différent de ceux du Languedoc occidental. En l’absence d’une étude détaillée des séries de vases livrées par les sites de Catalogne espagnole, ses rapports avec les ateliers d’Ampurias ne peuvent être précisés80. Le peu de mobilier qui est à notre disposition indique cependant clairement que nous sommes là en présence d’une production différente81 dont l’origine doit très vraisemblablement être cherchée en Roussillon même.

103La présence d’une série à cannelures internes, très proche des séries locales non tournées du Premier Age du Fer, soulève, quant à elle, le problème de la part des influences indigènes dans les productions du groupe roussillonnais. Il s’agit là d’une question délicate qui est loin d’être résolue. La grande rareté des formes purement grecques — oenochoè ou coupe de type Β 2 —, la présence de plats à vasque cannelée, où l’influence indigène est indiscutable, l’absence de décoration du marli et la médiocre qualité des plats à vasque lisse indiquent cependant que ce groupe est sans doute l’un de ceux où l’influence indigène est la plus forte.

***

  • 82 Un certain nombre de difficultés d’attribution subsistent toutefois dans le cas de site de contact (...)
  • 83 Si, comme nous l’avons vu tout au long de ce travail, l’identification de la plupart des grands gro (...)

104Grâce à l’abondance du mobilier dont nous avons pu disposer les objectifs que je me suis fixés pour ce travail ont pu être, dans l’ensemble, atteints. Il est en effet désormais possible de bien distinguer les ateliers ou groupes d’ateliers dont sont issus les plats à marli en céramique grise monochrome que l’on rencontre en si grande abondance sur les oppida archaïques du Languedoc-Roussillon82. Cette recherche devra, bien sûr, être complétée par une étude détaillée de tout l’éventail des productions de chaque atelier. Les résultats acquis à partir de l’étude d’une seule forme, la plus représentée il est vrai, permettent cependant dès maintenant de disposer de quelques certitudes non négligeables. On peut en effet considérer désormais comme définitivement acquise l’existence en Languedoc occidental et en Roussillon de trois grandes aires de production et de diffusion de la céramique grise monochrome (fig. 7) : la première correspond au Roussillon, les deux autres, beaucoup plus importantes, aux basses vallées de l’Aude et de l’Hérault83. Le développement de ces trois foyers bien individualisés pose quelques problèmes d’intérêt général qu’il convient d’aborder maintenant.

105Le premier concerne l’origine même de cette céramique. La coexistence de faciès très différents confirme en effet indirectement, si besoin était, que l’ensemble de cette production est bien d’origine locale. On concevrait en effet mal l’existence d’importations qui auraient un caractère très spécifique dans chaque zone considérée. Il est, bien sûr, beaucoup plus logique de songer à des fabrications locales qui ont subi une évolution différente selon les régions et qui possèdent leur dynamisme propre.

106Dans ces conditions, la part réelle prise par les importations dans la masse des céramiques grises du Languedoc ne peut être que très réduite. S’il fallait chercher à tout prix des importations, c’est donc dans le fond commun à tous les groupes qu’il conviendrait de les isoler. Ce fond commun est peu abondant mais comprend en particulier les plats à cannelures multiples et les plats à décor mixte associant les cannelures aux ondes. Si de surcroît l’on prend en compte les caractéristiques techniques et la position stratigraphique du mobilier, l’on s’aperçoit que seuls quelques tessons, moins d’une dizaine sur un millier de vases, sont susceptibles d’avoir été importés.

  • 84 Grâce à l’étude détaillée de la répartition de toutes les productions — et non seulement des plats (...)

107L’existence, désormais bien assurée, d’une abondante production locale, différente selon les zones considérées, est d’un grand intérêt. Elle peut en effet fournir de très précieux témoins des relations économiques régionales au cours de l’époque archaïque84. Un examen de la répartition des divers groupes ou sous-groupes est à cet égard significatif. Dans la plupart des cas leur aire de diffusion est en effet modeste et l’impression générale est celle d’une prolifération de petits ateliers, destinés essentiellement à couvrir les besoins d’une clientèle locale. Seuls deux d’entre eux, qui correspondent au groupe A de l’Agadès et au groupe A de l’Aude, font l’objet d’un commerce à grande distance (fig. 2 et 5). Il s’agit là d’ateliers importants autour desquels gravitent des potiers sans doute assez nombreux qui travaillent cependant tous selon des techniques très voisines. Cette inégale diffusion est très vraisemblablement directement liée à la chronologie relative de ces divers centres de production.

  • 85 Des observations analogues ont été faites en Languedoc oriental, voir à ce sujet M. Py, Problèmes d (...)

108Ce problème est l’un des plus délicats à aborder car nous ne disposons d’indications précises que pour l’Agadès où l’exploration de sites occupés exclusivement au premier Age du Fer — et donc peu remaniés à une époque récente — a permis de bien dater les diverses séries de plats. Dans cette région on constate que l’atelier le plus ancien, celui qui correspond au groupe A, est celui qui exporte ses productions au plus loin. Inversement on note que les séries qui ne semblent connaître qu’une diffusion très locale sont souvent les plus récentes. Il semble donc que l’on retrouve là un schéma classique dans lequel, à partir d’un foyer d’origine commun, se développent de nombreux noyaux de productions différents, très dispersés, mais dont l’impact économique reste local85. Pour les ateliers audois l’absence de données chronologiques précises, liée à une intense réoccupation tardive des sites, ne permet pas encore de bien cerner ces problèmes. Une évolution analogue à celle de l’Agadès est toutefois vraisemblable, comme semble d’ailleurs le confirmer l’étude de la répartition des sous-groupes A 1 et A 2. On peut en effet supposer que la série A 2 — techniquement la plus médiocre — n’est qu’une évolution locale récente ou parallèle du sous-groupe A 1. Il ne s’agit là, pour l’heure, que d’une hypothèse que l’exploration des niveaux archaïques des oppida audois devra confirmer.

109Il conviendra enfin de préciser la chronologie des trois grandes aires de production, les unes par rapport aux autres. Si l’on connaît assez précisément la date de début des fabrications agathoises — deuxième quart du VIe siècle comme à Marseille —, celle des séries audoises et roussillonnaises reste à déterminer. Il serait en effet capital pour l’ensemble de l’étude de la colonisation grecque en Languedoc de savoir s’il y a, ou non, antériorité de certaines productions agathoises par rapport aux autres séries locales. La large diffusion et la très grande qualité d’ensemble des plats les plus anciens du groupe A de l’Agadès peuvent cependant, dès maintenant, être considérées comme un argument non négligeable en faveur de l’hypothèse d’une implantation des premiers ateliers du Languedoc occidental dans la région d’Agde.

Notes

1 Sur les problèmes généraux concernant les céramiques ioniennes et phocéennes, voir F. Villard, Céramique ionienne et céramique phocéenne en Occident, La Parola del Passato, 25, 1970, pp. 108-129.

2 F. Benoit, Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule, Aix-en-Provence, 1965, pp. 153-163.

3 Pour la Provence, l’ouvrage de référence est désormais l’importante thèse de IIIe cycle de Charlette Arcelin, La céramique grise archaïque en Provence, Aix-en-Provence, 1975 (exemplaire dactylographié). Pour le Languedoc oriental, voir M. PY, Les fouilles de Vaunage et les influences grecques en Gaule méridionale, R.E. Lig., XXXIV, 1968 (Hommage à F. Benoit, II), pp. 57-106 et Problèmes de la céramique grecque d’Occident en Languedoc oriental durant la période archaïque, Simposio de Colonizaciones, Barcelona-Ampurias, 1971, Barcelone, 1974, pp. 159-182.

4 Le seul travail d’ensemble est celui de O. Taffanel, Les poteries grises du Cayla II à Mailhac (Aude), R.E. Lig., XXXIII, 1967, (Hommage à F. Benoit, I), pp. 245-276.

5 On peut toutefois mentionner un certain nombre de travaux de détail consacrés à des catégories particulières de mobilier, ainsi J. J. Jully et Y. Solier, Les gobelets gris carénés, faits au tour, à l’Age du Fer languedocien, dans R.E. Lig., XXXIII, 1967 (Hommage à F. Benoit, I), pp. 217-244 et A. Nickels, Les plats à marli en céramique grise monochrome de type roussillonnais, à paraître dans les Actes du colloque Ruscino et le Roussillon antique, supplément à la Revue Archéologique de Narbonnaise.

6 Forme 12 de l’inventaire de F. Benoit, Recherches sur l’hellénisation..., op. cit., p. 161 et forme 1 de l’inventaire de O. Taffanel, Les poteries grises du Cayla II..., loc. cit., p. 248.

7 A l’heure actuelle 27 gisements ont fourni du mobilier de ce type en Languedoc-Roussillon.

8 Sur ces problèmes voir les remarques de Ch. Arcelin, La céramique grise.,., op. cit.

9 Ibidem, pp. 117-119 (exemplaire dactylographié).

10 Ce type de plat est en effet très courant en. Grèce de l’Est, qu’il s’agisse des séries peintes à pâte claire de type rhodien, de dimensions plus modestes mais de forme identique, ou des séries à pâte grise. Pour ces dernières, voir les exemplaires en provenance d’Histria, Histria II, Bucarest, 1966, p. 491, n. 476 et 477, et ceux, bien connus, de Larissa sur l’Hermos publiés par J. Boehlau et K. Schefold, Larissa am Hermos, III, 1942, p. 116, fig. 40 et p. 141, fig. 57. Des plats de ce type ont été également trouvés en grande abondance à Bayrakli (renseignement Bayburtluoglu et C. Özgünel). En Sicile des exemplaires en céramique grise monochrome sont connus à Syracuse et à Mégara.

11 Sur ces fouilles dans la basse vallée de l’Hérault, voir A. Nickels et P.-Y. Genty, Une fosse à offrandes du VIe siècle avant notre ère à La Monédière, Bessan (Hérault), R.A.N., VII, 1974, pp. 25-57 ; A. Nickels, Un calice de Chios dans l’arrière-pays d’Agde à Bessan, Hérault, R.A., 1975, I, pp. 13-18 et Les maisons à abside d’époque grecque archaïque de La Monédière à Bessan, Hérault, Gallia, 1976, I, pp. 95-128.

12 Ce travail n’aurait, bien sûr, pu être réalisé sans l’aide de tous les archéologues de la région, trop nombreux pour qu’il soit possible de les citer tous, qui ont mis à ma disposition le matériel provenant de leurs prospections de surface ou de leurs fouilles et à qui je tiens à exprimer ici toute ma reconnaissance. Mes plus vifs remerciements vont en particulier à M.lle O. Taffanel et à Y. Sober qui, très généreusement, m’ont permis d’étudier l’abondant mobilier, souvent inédit, des sites du Cayla de Mailhac et de Pech-Maho à Sigean.

13 Tous les dessins, à l’exception de quelques fragments de Ruscino, dessinés par G. Marchand et J.-C. Roux, ont été effectués par l’auteur.

14 Le nombre de fragments de chaque série reproduits ici correspond, à l’intérieur de chaque groupe, à la répartition statistique réelle de ce mobilier. A quelques exceptions près, notamment le groupe C audois, les planches traduisent donc non seulement les différences typologiques, mais également l’importance numérique des diverses séries les unes par rapport aux autres.

15 Pour ces ateliers, tous les calculs statistiques seront établis à partir du mobilier livré par les fouilles de Bessan où l’échantillonnage disponible est particulièrement abondant (près de 480 fragments).

16 Voir à ce sujet M. Py, Les fouilles de Vaunage et les influences grecques..., loc. cit., pp. 77-79.

17 Ainsi par exemple M. Py, Problèmes de la céramique grecque d’Occident, loc. cit., p. 180. J. J. Jully et Y. Solier dans leur étude consacrée aux gobelets carénés, Les gobelets gris carénés..., loc. cit., p. 243, ont mis les différences de faciès relevées dans les basses vallées de l’Hérault et de l’Aude sur le compte des influences de Marseille et d’Ampurias. L’hypothèse de la localisation de certains ateliers de fabrication de céramique grise monochrome dans l’Agadès a été présentée et développée par mes soins dès mai 1975 au colloque sur « Le Languedoc au Premier Age du Fer », organisé à Sète par la Fédération Archéologique de l’Hérault. Elle a été reprise depuis par J. J. Jully dans ses travaux les plus récents.

18 Il n’est sans doute pas inutile de rappeler ici les précautions qu’il convient de prendre dans le traitement de la céramique grise monochrome. Ce mobilier est, en effet, extrêmement fragile et un brossage intempestif au moment du lavage a souvent pour conséquence de faire disparaître ses caractéristiques techniques les plus remarquables. Dans des cas extrêmes, où la céramique a déjà été mise à mal par la nature chimique du sol, il peut ainsi être préférable de ne pas la laver. Cette mauvaise conservation explique que dans certains cas, une partie du mobilier n’a pu être attribuée à un groupe précis (13,5 % dans le cas de Bessan et 3,5 % dans le cas de Mailhac).

19 L’aspect épais et uniforme de cet enduit le distingue très nettement des autres productions de l’Agadès ainsi que des séries audoises où l’enduit est toujours moins épais et appliqué de façon beaucoup plus irrégulière.

20 Ils représentent plus de 62 % du total des plats de ce groupe A.

21 Elle s’établit, dans presque tous les cas, autour de 18 ou 19 mm.

22 Les exemples isolés d’ondes à deux dents doivent peut-être être mis sur le compte d’une application incomplète de l’outil sur le vase.

23 Il provient de la fosse à offrandes de Bessan, cf. A. Nickels et P.-Y. Genty, Une fosse à offrandes..., toc. cit., pp. 49-50.

24 Le marli atteint là 20 à 24 mm. alors qu’il ne dépasse pas 16 à 18 mm. dans le cas des bols.

25 On peut remarquer que cette variante, qui se retrouve fréquemment dans les bols à marli cannelé (40 % des vases), plus rarement dans les plats non décorés, n’est jamais utilisée pour les plats à marli ondé. Cette inégale distribution confirme que la variante b ne correspond pas simplement à des accidents de cuisson. Il s’agit d’une technique différente, utilisée peut-être aux débuts de la production, comme semble l’indiquer sa présence régulière à Bessan dans les niveaux les plus anciens.

26 A. Nickels et P.-Y. Genty, Une fosse à offrandes..., toc. cit., p. 55.

27 C. Llinas et A. Robert, La nécropole de Saint Julien à Pézenas, Fouilles de 1969 et 1970, R.A.N., IV, 1971, pp. 1-33, fig. 32.

28 La nécropole de Pézenas ne renferme, en effet, que très peu de tombes intactes qui appartiennent à la fin du VIe siècle. On relèvera à ce sujet la rareté des coupes attiques de type C, si fréquentes dans les sites de la basse vallée de l’Hérault à partir du dernier quart du VIe siècle.

29 Les pourcentages qui figurent entre parenthèses à la suite de certains sites dans la liste de répartition du mobilier expriment la proportion de mobilier du type considéré par rapport à l’ensemble des plats livrés par ce site.

30 Si ce type de décor est relativement rare en Languedoc, il est en revanche bien représenté en Catalogne, en particulier à Ullastret. Sa fréquence élevée au-delà des Pyrénées est l’un des premiers indices sûrs de l’existence, évidemment prévisible, d’un atelier de fabrication de céramique grise monochrome en Catalogne. Il ne s’agit là cependant que d’une remarque générale et nous laisserons à nos collègues espagnols le soin de dégager les caractéristiques de cet atelier et d’en préciser, le cas échéant, la diffusion en Gaule méridionale.

31 Ces deux fragments, dont l’un provient de Florensac (collection D. Rouquette) et l’autre de Bessan, sont très proches des séries grises de Grèce de l’Est où décors plastiques et anses verticales sont fréquents. Voir à ce sujet J. Boehlau et K. Schefold, Larissa am Hermos, III, 1942, pl. 45.

32 Renseignement Ch. Arcelin.

33 Il convient en effet d’insister sur le fait que tous les décors rencontrés dans l’Agadès, ondé, cannelé, mixte ou décor plastique, sont connus en Grèce de l’Est et en particulier à Bayrakli (renseignement Bayburtluoğlu).

34 Voir à ce sujet A. Nickels, Les maisons à abside..., loc. cit., p. 119-128 et Contribution des fouilles de l’arrière-pays d’Agde à l’étude du problème des rapports entre Grecs et indigènes en Languedoc (VIe et Ve siècles), M.E.F.R.A., 1976, 1, pp. 141-157.

35 Elle est de 18 ou 19 mm dans 70 % des cas.

36 Tous les plats à marli, quel que soit leur type, sont équipés de trous de suspension. Dans ce cas leur écartement varie entre 11 et 17 mm.

37 Des exemples de décors sont donnés à la figure 3.

38 L’onde asymétrique est tout à fait exceptionnelle mais conserve, là encore, une très faible amplitude qui permet d’identifier ces vases sans difficulté.

39 19 à 22 mm dans ce cas.

40 Comparer à ce sujet les décors n° 20/21 avec les décors du n° 1 du la figure 3.

41 Avec, comme toujours, une partie droite plus longue que la partie gauche.

42 Si ces fragments appartiennent indiscutablement à un groupe de l’Agadès, une appartenance au groupe A plutôt qu’au groupe Β 2 ne peut être totalement exclue.

43 Voir A. Nickels, Les maisons à abside..., loc. cit., p. 114 et fig. 15.

44 Les vases de ce type proviennent tous de Bessan.

45 Dans plus de 75 % des cas elle est même comprise entre 26 et 28 mm. Cette constance des dimensions confirme, si besoin était, la grande uniformité et l’aspect routinier de certaines de ces productions de céramique grise.

46 22 et 24 mm dans plus de 60 % des cas.

47 Voir à ce sujet A. Nickels, Les maisons à abside..., loc. cit., pp. 109-119.

48 A. Nickels et P.-Y. Genty, Une fosse à offrandes..., loc. cit., pp. 47-51.

49 Pour les autres formes produites par ces ateliers voir O. Taffanel, Les poteries grises, loc. cit.

50 Dans quelques cas isolés on note la présence de trois cannelures. Le sillon supplémentaire se place cependant toujours à la périphérie du marli.

51 La constance de cet écartement sur un même vase implique sans doute l’utilisation d’un instrument à deux dents.

52 Il reste toujours compris entre 22.5 et 26 cm.

53 Les vases à enduit jaunâtre représentent, en effet, près de 60 % des plats de cette série.

54 A cet égard comparer les n° 26 et 12 de la figure 4.

55 Le fait que les marlis repris à l’extérieur soient toujours légèrement plus étroits que la norme en est la meilleure preuve.

56 On ne prendra pas en compte ici l’exemplaire d’Ensérune qui est équipé d’un pied haut et creux et qui appartient au même groupe. Cette forme hybride doit sans doute être considérée comme une concession au goût indigène.

57 A ce sujet voir les intéressantes remarques de Ch. Arcelin sur le façonnage de ce type de vase, La céramique grise archaïque, op. cit., pp. 117-119 (exemplaire dactylographié).

58 Les plats à petit marli sont en effet proportionnellement plus nombreux au sud de l’Aude, à Sigean (33 % du groupe B), à Montlaurès (70 %) qu’à Mailhac (15,7 %).

59 Ce fragment provient de Mailhac, cf. O. Taffanel, Les poteries grises..., loc. cit., p. 250, fig. 5, n° 2.

60 La variante 1 à vasque carénée qui représente par rapport à la totalité du groupe B/84,4 % à Sigean ne représente plus que 50 % à Montlaurès et à peine 42 % à Mailhac.

61 Variante 1 et 2 confondues.

62 On notera cependant que même dans ce mobilier disparate le décor est régulièrement disposé à la périphérie du marli en laissant libre la partie centrale. Cette tendance au décor périphérique, qui était déjà une des marques du groupe A peut donc être considérée comme une des caractéristiques des plats décorés de l’aire audoise.

63 Soit à peine 11 % de la totalité du mobilier de ce site.

64 Sur ce fragment voir O. Taffanel, Les poteries grises..., loc. cit., pp. 250-251, fig. 5, n° 1 et fig. 6, n° 2.

65 Ce tesson est identique par son décor et sa technique à celui de Pech-Maho. L’origine de ces deux fragments qui ne s’inscrivent dans aucune des séries audoises ou agathoises connues ne peut être précisée. Ils peuvent donc prendre rang parmi les rares exemplaires pour lesquels une importation de Grèce de l’Est est possible.

66 Plus de 45,3 % de la totalité du mobilier recueilli à Bessan.

67 Pour l’ensemble des problèmes du domaine rhodano-provençal nous renvoyons, bien sûr, à Ch. Arcelin, La céramique grise archaïque en Provence, Aix-en-Provence, 1975 (exemplaire dactylographié).

68 Ce fragment a déjà été signalé par F. Benoit, Recherches sur l’hellénisation..., op. cit., p. 161 et pl. 34, n° 6.

69 Mobilier conservé à la Direction régionale des Antiquités. Renseignement J. C. M. Richard. Quelques plats ont été signalés par M. PY, Problèmes de la céramique grecque d’Occident..., pp. 170-171.

70 Ibidem, p. 173.

71 Fouilles inédites réalisées par M. Py et G. Sauzade.

72 Renseignement J. Charmasson.

73 Pour notre part nous nous bornerons à signaler ce mobilier en laissant à Ch. Arcelin le soin de l’étudier de façon plus complète.

74 A. Nickels, Les plats à marli en céramique grise monochrome de type roussillonnais, à paraître dans les Actes du colloque Ruscino et le Roussillon antique, supplément à la R.A.N.

75 Bien que les vases complets dont nous disposons soient très rares, l’étude d’ensemble du mobilier de Ruscino révèle que ces plats étaient le plus souvent équipés de pieds annulaires. Il convient toutefois de signaler que l’un des exemplaires conservés possède un fond plat et étroit.

76 Dans tout le Roussillon on ne peut guère signaler que deux fragments, décorés, l’un d’une onde unique et l’autre de cannelures. Leur lieu de provenance, basse vallée de l’Aude ou Catalogne espagnole, ne peut être précisée. Sur ces fragments, voir G. Claustres, Stratigraphie de Ruscino, Etudes roussillonnaises, 1951, fasc. 2, pp. 135-195.

77 F. Benoit, Recherches sur l’hellénisation..., op. cit., p. 288 et pl. 34, signale un plat à cannelures internes provenant de Mailhac. En fait il s’agit là de stries de tournassage liées à une maladresse d’exécution et non pas de véritables cannelures internes comme c’est le cas à Ruscino.

78 G. Claustres, Stratigraphie de Ruscino, loc. cit., pp. 140-168.

79 A l’extérieur de cette zone on ne peut guère signaler que quelques fragments isolés de Pech-Maho à Sigean mais dont l’attribution au groupe roussillonnais demeure incertaine.

80 Les quelques fragments isolés publiés par M. Almagro, Cerámica griega gris de los siglos VI y V a. de J.C. en Ampurias, R.E. Lig., 1949, 1-2, pp. 62-122 et fig. 44 et 48, ne sont pas suffisants pour se faire une idée des productions des sites de Catalogne espagnole.

81 Le mobilier exposé au musée d’Ullastret, formé dans sa très grande majorité de plats à décor mixte associant les cannelures au décor ondé, est différent des séries roussillonnaises et audoises et doit correspondre à la production d’un atelier local.

82 Un certain nombre de difficultés d’attribution subsistent toutefois dans le cas de site de contact entre deux groupes différents lorsque le matériel disponible est peu abondant.

83 Si, comme nous l’avons vu tout au long de ce travail, l’identification de la plupart des grands groupes — notamment tous ceux de l’Agadès —, ne pose plus aucun problème, certaines difficultés, nmeures il est vrai, demeurent en ce qui concerne l’aire audoise. La première concerne la possibilité de l’existence au nord de l’Aude, dans la région d’Ensérune ou de Béziers, d’un atelier dont les productions seraient voisines de celles du groupe C de l’Agadès et auquel il conviendrait de rattacher les quelques fragments typologiquement proches de ce groupe, qui ont été recensés sur certains sites audois comme Olonzac, Ensérune, Salles d’Aude et Ouveilhan. Seul un accroissement considérable du mobilier disponible dans cette zone, à l’heure actuelle trop réduit, permettrait de régler cette question. En tout état de cause, compte-tenu de la répartition statistique du matériel, il ne pourrait s’agir que d’un atelier modeste. La deuxième difficulté concerne le groupe Β audois qui semble rassembler un grand nombre de production ayant toutes un air de famille qui permet de les distinguer nettement des séries voisines de l’Agadès ou du Roussillon, mais qui sont issues d’unités de fabrications dispersées qui ne peuvent être bien individualisées. Là encore seul un accroissement considérable de mobilier disponible permettrait de régler ce problème et de mieux distingner les diverses séries et leur diffusion.

84 Grâce à l’étude détaillée de la répartition de toutes les productions — et non seulement des plats — du groupe A de l’Agadès, il sera en particulier possible de mieux apprécier les rapports économiques qui lient l’établissement phocéen d’Agde à son arrière-pays. C’est à ce type de travail que nous nous proposons de nous consacrer désormais dans le cadre d’une recherche plus vaste portant sur l’ensemble des problèmes d’Agde et de son arrière-pays à l’époque archaïque.

85 Des observations analogues ont été faites en Languedoc oriental, voir à ce sujet M. Py, Problèmes de la céramique grecque d’Occident en Languedoc oriental..., loc. cit., pp. 175-180. Les fouilles de l’Agadès, dans l’ensemble très récentes et qui n’avaient donc pu être prises en considération dans ce travail, obligent à nuancer quelque peu les indications présentées pour le Languedoc occidental.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search