Version classiqueVersion mobile

Les céramiques de la Grèce de l'Est et leur diffusion en Occident

 | 
Centre Jean Bérard
, 
Institut français de Naples

Recherches sur la céramique grise monochrome de Provence

Charlette Arcelin

Note de l’éditeur

(Pl. CX-CXIII)

Texte intégral

  • 1 Ch. Arcelin, La céramique grise archaïque en Provence, Doctorat 3° cycle, Aix-en-Provence, 1975, da (...)

1La céramique grise monochrome de la Provence vient de faire l’objet d’une enquête minutieuse1. La présente note se propose d’exposer les données du problème, les principes de la méthode de travail suivie, et de résumer les principaux résultats.

I) LES DONNÉES DU PROBLÈME

1) Le cadre géographique et les données des fouilles

2Le cadre géographique de l’étude a été limité arbitrairement à la région qui s’étend du Rhône à la frontière italienne, et de la côte méditerranéenne à une ligne idéale passant par le site protohistorique du Pègue (Drôme), au-delà de laquelle cette céramique devient beaucoup plus rare. Au début de 1974 — moment où a été arrêtée l’analyse du matériel — 74 sites de cette région avaient livré de la céramique grise. Les plus nombreux se trouvent dans la vallée du Rhône et sur la côte ou à proximité. Il s’agit dans chaque cas d’habitat ou de trouvailles en relation avec un habitat, aucune nécropole contemporaine de la céramique grise n’ayant été jusqu’ici découverte en Provence ; de ce fait, le matériel est extrêmement fragmentaire. De plus, les gisements n’ont pas tous été repérés de la même manière : certains ont fait l’objet de fouilles suivies ou de sondages, d’autres ne sont connus que par des trouvailles fortuites. Enfin, la quantité connue de tessons de céramique grise sur chaque site est très variable. L’ensemble du matériel concerne 8 000 tessons, représentant 3 806 vases différents (comptage effectué sur les bords, après recollage minutieux).

  • 2 A ce jour, il est impossible de prouver l’existence de la céramique grise en Provence pendant le 1e (...)

3Malgré le nombre de sites provençaux ayant fait l’objet de fouilles, une centaine de tessons seulement proviennent d’horizons stratigraphiques convenablement reconnus et utilisables. Par rapport à la masse du matériel, cette proportion est, on le voit, très faible, ce qui rend actuellement toute considération chronologique, même relative, passablement illusoire, et c’est pourquoi nous avons été obligée de considérer globalement toute cette production, bien qu’elle ait été en usage en Provence pendant une durée de plus d’un siècle2.

2) Les formes

4Dresser l’inventaire de toutes les formes rencontrées en technique grise ne suffit pas ; encore faut-il indiquer pour chacune d’elles quelle proportion elle représente par rapport à l’ensemble du matériel gris connu. C’est qu’il faut éviter que l’illustration d’une forme exceptionnelle amène à considérer cette forme comme caractéristique d’une région, ce qui fausserait totalement l’intelligence du problème. En se rappelant que cette étude a été conduite à partir des fragments de 3 806 vases au moins, on voudra bien considérer que les types de vases représentés par plus de 2 % des fragments ne sont qu’au nombre de cinq, et que l’un d’entre eux rassemble 61 % des pièces.

  • 3 La numération des types est celle de notre étude (voir note 1).
  • 4 P. Arcelin, La céramique indigène modelée de Saint-Blaise, Niveaux protohistoriques VII et VI, Pari (...)

5La forme principale comporte deux variantes, l’une non carénée (type IIIa3, fig. 1 à 4), l’autre carénée (type IIIb, fig. 5 à 9), la dernière représentant à elle seule plus de la moitié du matériel provençal. Les potiers ont façonné des vases de petite taille (10 à 12 cm à l’ouverture) avec un petit fond (fig. 5) et des vases plus grands (20 à 25 cm) avec un pied bas (fig. 2 et 6). Quoique ce type paraisse exister dans la céramique grise monochrome d’Asie Mineure, il est bien connu aussi dans la céramique modelée provençale provenant de couches antérieures à la céramique grise4. C’est ce qui peut expliquer le formidable succès de cette forme dans la région qui nous intéresse. A mesure que l’on s’en éloigne (vers le Languedoc et la Catalogne, ou vers la Sicile), sa représentativité diminue très rapidement, au point qu’on peut la présenter, dans sa variante carénée surtout, comme typique de la région provençale et rhodanienne.

6Trois autres formes sont à peu près également fréquentes (4,8 ; 4,4 et 4,2 %) : l’oenochoè à embouchure trilobée (type VIII, fig. 10) ; une forme issue du répertoire indigène où l’on rencontre les mêmes variantes dans le profil (type VI, fig. 11 à 14) ; enfin, une imitation de la coupe grecque, soit de la Β 2 des coupes ioniennes, soit, plus rarement, des coupes à vernis noir attique, de type C surtout (types V et Va, fig. 15 à 18). Ces trois types de vases sont répandus dans l’ensemble de la région considérée ici. Il n’en va pas de même pour la forme de type I (fig. 19) qui, si elle représente 3,6 % du matériel, n’est connue en grand nombre qu’à Marseille et autour de l’Etang de Berre.

  • 5 Voir la communication de Monsieur A. Nickels.

7Toutes les autres formes, soit 16 types de vases différents (certains avec variantes), rassemblent chacune moins de 2 % du total des pièces, et 12 d’entre elles sont tout à fait exceptionnelles (moins de 10 pièces de chaque). Quelques remarques nous paraissent importantes. Le plat à marli, si courant dans le Languedoc5 est rare à l’Est du Rhône (18 pièces). L’olpè, bien connue de la céramique peinte à Marseille, est rare en technique grise (19 pièces). Les lampes, de type annulaire, sont exceptionnelles (3 pièces). Par contre, on remarquera une forme inconnue dans la céramique « pseudo-ionienne » de la région, répandue le long du Rhône et sur le littoral jusqu’à Marseille (type VII, fig. 20), ces vases peuvent atteindre 40 cm de haut. Il faut signaler aussi une imitation de canthare étrusque que l’on rencontre au Nord de la Durance.

8Tels sont les traits dominants du répertoire typologique de la céramique grise monochrome en Provence.

3) Les décors

9Les formes de type I et V (fig. 15 à 19) n’ont jamais reçu de décor, de même que les rares exemplaires de lampes, d’olpès, de canthares. Le décor incisé à l’aide d’un peigne, ondé ou non, est, on le sait, caractéristique de cette céramique ; il est présent partout, sur toutes les formes Usuellement décorées. Une autre technique décorative est courante dans certains groupes : des filets horizontaux en relief, dégagés au tournassage par enlèvement de matière (par ex., fig. 14, sous l’onde incisée). L’ajout de matière (rouelle de part et d’autre d’une anse, ou boutons coniques) est exceptionnel (2 cas), ce qui constitue une notable différence avec ce que l’on peut savoir des techniques décoratives appliquées à la céramique monochrome d’Asie Mineure. Le décor peint, enfin, est également très rare (7 cas).

II) MÉTHODE D’ÉTUDE

10La méthode d’étude appliquée à la céramique grise de Provence a été inspirée des remarques faites auprès de potiers professionnels lors de notre apprentissage personnel du tournage. Des impératifs de rentabilité obligent le potier à adopter une manière de tourner qui, en accord avec son habileté personnelle, lui permet de façonner une forme donnée le plus rapidement possible, et avec le moindre risque d’accident. Ainsi naissent des tours de main, sensibles aux détails du profil (bord, carène, etc....) et même dans les dimensions préférentielles des pièces, sensibles aussi dans la manière d’exécuter le décor, dans sa composition et dans le choix de son emplacement. Or, la céramique monochrome est justement une production de série, sans recherche esthétique, d’une monotonie qui a maintes fois été soulignée. Aussi l’idée nous est-elle venue de rechercher des styles d’ordre technologique dans le matériel étudié.

11La démarche a consisté à repérer et à consigner tous les éléments qui composent le vase — détails de la forme et du décor — en étudiant non seulement le résultat morphologique ou esthétique, mais aussi et surtout le mode d’élaboration, à mesurer toutes les dimensions des vases (diamètres, hauteurs, parfois même, des angles), à examiner la composition du décor à partir des éléments simples qui le constituent (onde incisée, filet en relief, etc....), à noter le type d’instrument utilisé pour le décor et les manières de l’appliquer sur le vase (nombre de dents des peignes, rythme du battement de la main dans le cas d’une onde, etc. ...). Pour chaque problème posé, une vérification expérimentale a été exécutée.

12Deux exemples illustreront cette analyse. Le schéma de la fig. 21 indique comment on peut obtenir une carène. Dans le cas n° 1, dès l’ébauchage, le potier rabat la paroi en créant une arête qui ne sera pas reprise : l’épaisseur de la paroi demeure constante de part et d’autre de cette carène ; c’est ainsi qu’ont été obtenues les carènes des vases fig. 5 et 6. Dans les autres cas de la fig. 21, le potier tourne d’abord un vase non caréné ou peu caréné ; après un temps de séchage, il remet l’ébauche sur le tour et, à l’aide d’un outil tranchant, enlève de la matière : c’est le tournassage. L’arête peut naître de trois manières : par enlèvement au-dessus de la carène (cas n° 2), au-dessous de celle-ci (cas n° 3), à la fois au-dessus et au-dessous (cas n° 4) ; le cas n° 5 indique qu’il peut aussi reprendre l’intérieur. On notera que ces diverses techniques sont repérables aux différences d’épaisseur de la paroi ; c’est ainsi qu’ont été obtenues les carènes des vases fig. 7 à 9.

13Les courbes cumulatives des fig. 22 et 23 traduisent l’étude du choix de la composition du décor sur deux groupes de vases de type IIIb (par exemple, fig. 5 et 7), chaque courbe représentant les vases d’un même site ; les diverses compositions du décor ont été codées. L’aspect des courbes obtenues montre deux ensembles différents qui, ici, ont été représentés séparément afin de rendre la lecture plus claire. Sur la fig. 22, c’est le décor de type 1 qui prévaut ; sur la fig. 23, le décor de type Ο (en fait, l’absence de décor) ; en outre, le premier ensemble est plus cohérent que le second, et traduit moins de fantaisie, une plus grande standardisation. Ces figures ne constituent que l’exemple de l’étude d’une donnée sur un des types de formes. Il serait fastidieux, ici, d’en examiner d’autres.

14A l’issue de l’analyse, on dispose donc d’éléments concernant la caractérisation du façonnage du vase et de son décor. A l’analyse typologique et technologique sont ajoutés alors les résultats de l’observation de la pâte (effectuée systématiquement sur tous les tessons), des traitements de surface (mode d’engobage, polissage, etc....) et ceux de l’analyse de la pâte (laboratoire de M. Picon, Lyon). La synthèse consiste à rechercher le mode d’association de tous ces éléments, en d’autres termes, à effectuer des sériations. Nous avons obtenu sept groupes.

15Par « groupe » nous entendons donc « ensemble de vases qui se distingue d’un autre ensemble par des habitudes de travail différentes » : dans l’ordre, façonnage des formes, technique du décor, traitement des surfaces, choix des formes et des décors préférentiels, dimensions des vases, types de pâte employés, certaines propriétés physiques de la pâte, la dureté et la couleur venant en dernier lieu. Ces groupes de vases peuvent recouvrir soit la production d’un seul potier, soit celle de plusieurs ateliers travaillant de façon voisine.

16Une fois le groupe déterminé, une analyse de sa cohérence interne est nécessaire. Chaque élément qui compose un groupe est en effet susceptible de varier dans une certaine mesure ; c’est l’ampleur de ces variations qui doit être examinée et interprétée. Plus la variation est faible, plus le groupe est cohérent ; mais il faut prendre garde à certains traits trompeurs ; si, par exemple, on constate une très grande variation dans les pentes et les hauteurs relatives d’un même type de pied à l’intérieur d’un groupe, cela peut traduire simplement le manque de soin d’un travail hâtif, ou bien, au contraire, un manque de métier. Il faut donc mettre cette constatation en relation avec d’autres observations pour conclure dans un sens ou dans l’autre, parfois, il est nécessaire de rechercher un autre niveau d’analyse pour résoudre la difficulté... On comprend aisément qu’il nous est impossible, ici, d’énumérer tous les stades du raisonnement qui nous ont conduit de l’analyse des vases aux groupes, puis de l’analyse des groupes aux conclusions que nous allons résumer.

III) LES RÉSULTATS

17Après un résumé très succinct de ce que représentent les sept groupes de vases et des inconnues qui subsistent, nous nous efforcerons d’indiquer quels autres aspects du problème nous avons pu atteindre dans ce travail sur la céramique grise.

1) Les groupes

18Le groupe 1 est le type même d’une production de série issue d’un seul atelier : formes peu diversifiées (4 principales), façonnage visant à l’économie des gestes nécessaires, signes évidents d’un travail rapide joints au souci de soigner l’aspect externe des vases (polissage d’une surface non engobée), constance remarquable dans le choix de la pâte employée, dans celui des décors utilisés, dans la couleur obtenue à la cuisson. Le souci principal est le rendement. Les vases sont diffusés tout le long de la côte, très probablement par cabotage, et ont atteint aussi le littoral languedocien et catalan. On connaît actuellement, en Provence, un minimum de 779 vases appartenant à ce groupe, dont 99 % ont été retrouvés à moins de 10 Km de la côte.

19Le groupe 2 est, au contraire, celui pour lequel les conclusions que l’on peut formuler aujourd’hui sont les moins nettes, et il regroupe sans doute les productions de plusieurs ateliers sans que l’on puisse encore définir leur contemporanéité ou leur succession. Quatre aspects principaux ont été discernés, légèrement différents par le choix des formes et des décors préférentiels, mais semblables par le façonnage qui vise à obtenir le profil essentiellement dès l’ébauchage, par la recherche d’une surface noire, aussi. La répartition géographique des 1331 pièces connues est un peu semblable à celle du groupe 1 ; elle montre cependant une nette concentration autour de Marseille, ce qui ne paraît pas dû à des circonstances fortuites.

20Les vases du groupe 3 sont inconnus à l’est de l’Etang de Berre, à Marseille en particulier. Un des lieux de production est à rechercher dans le Vaucluse, au Nord d’Avignon (région de Carpentras ou du confluent de l’Ouvèze et du Rhône). Le trait dominant du façonnage est le travail du profil par enlèvement de matière au tournassage. La surface, engobée, n’est jamais polie. 1330 vases sont actuellement recensés du côté provençal de la Basse Vallée du Rhône.

21Le groupe 4 n’est connu que dans la région de Saint-Rémy (Glanum) et il a produit surtout des imitations de coupe ionienne (52 pièces connues).

22Le groupe 5, inconnu sur le littoral et dans la vallée du Rhône, est à situer dans l’arrière-pays varois (région de Draguignan ?). Beaucoup d’incertitudes demeurent cependant quant à son aire de répartition réelle. Il est, en tout cas, inconnu dans la région marseillaise (96 pièces recensées).

23Le groupe 6 peut être interprété comme la tentative d’un potier connaissant bien son métier, de fabriquer de la céramique grise à Saint-Blaise (Bouches-du-Rhône) ; apparemment, les essais ont été infructueux et très vite arrêtés (24 pièces sur les 1610 du site de Saint-Blaise), peut-être à cause de la mauvaise qualité de l’argile utilisée.

24Le groupe 7, enfin, est constitué par la production d’un potier travaillant lui aussi à Saint-Blaise, très probablement, mais qui, d’évidence, ne possédait pas le « métier » de son confrère. Les maladresses du façonnage traduisent les tâtonnements, les irrégularités des couleurs, une mauvaise maîtrise de la cuisson ; enfin, l’argile utilisée est fort médiocre (par méconnaissance, ou par nécessité locale ?). Toutefois, il semble qu’il ait essayé de transposer en incisions les bandes peintes de la céramique ionienne, ce qui constitue son originalité. L’état actuel de la stratigraphie relative de Saint-Blaise ne permet pas de savoir si les artisans des groupes 6 et 7 étaient contemporains.

2) Autres aspects abordés

25Comme on peut le voir, l’analyse des composantes des divers groupes nous a amenée à des considérations touchant l’organisation des ateliers et des systèmes de diffusion des produits. Notre étude a également débouché sur la notion de concept de forme, montrant que chaque potier, ou groupe de potiers, a une manière bien à lui de traduire un type de vase proposé à sa création. D’autre part, une sériation, effectuée cette fois au niveau des groupes, nous a conduite à les classer en deux grandes écoles technologiques. Enfin, nous nous sommes interrogée sur le concept même de céramique grise monochrome, et nous avons abouti à une définition rationnelle, à trois niveaux de lecture, de l’idée que potiers et utilisateurs se faisaient de ce matériau au moment où il fut en usage.

26On s’étonnera sans doute de ne pas voir évoqués plus tôt les problèmes de l’origine de ces vases et de leur chronologie, par lesquels on commence d’habitude. Les lacunes dans la connaissance de la céramique monochrome d’Asie Mineure n’autorisent pas la comparaison pièce à pièce qui est absolument nécessaire à la logique du problème posé. Toutefois, la présence de prototypes indigènes dans la céramique grise de Provence laisse peu de place pour conclure à des importations massives. Seuls, une trentaine de vases qui ne répondent pas aux critères des groupes définis plus haut, nous semblent avoir de bonnes chances d’être importés ; il serait intéressant de savoir si la forme de la coupe Β 2 existe dans la céramique grise archaïque d’Asie Mineure, puisqu’elle figure précisément parmi ces tessons.

27Quant à la chronologie de la céramique grise en Provence, les données actuelles des fouilles, évoquées plus haut, ne permettent pas encore de la cerner avec sûreté. Toutefois, l’archéologie locale ne restant pas inactive, des résultats plus précis peuvent être espérés dans un délai court. A ce moment-là, il sera bien évidemment nécessaire de moduler et de compléter les conclusions de cette étude.

Notes

1 Ch. Arcelin, La céramique grise archaïque en Provence, Doctorat 3° cycle, Aix-en-Provence, 1975, dactylog., 650 p., 38 fig. et cartes, 135 Pl., à paraître. Les documents qui illustrent cette note sont extraits de ce travail.

2 A ce jour, il est impossible de prouver l’existence de la céramique grise en Provence pendant le 1er quart du VIe s. av. J.-C. Les repères chronologiques les plus nombreux, donnés par la céramique attique, sont ceux de la fin du VIe s. Quoique, pour le Ve s., aucune connexion ne soit directement utilisable en chronologie absolue, les observations en stratigraphie relative montrent que la céramique grise est utilisée après la fin du VIe s. Son absence constatée à l’Arquet (Bouches-du-Rhône) dans les couches du 1er quart du VIe s. et de la fin du Ve s., est le type d’observation importante mais encore trop ponctuelle, qu’il est impossible d’étendre à toute une région, tant que des recoupements ne peuvent être faits avec d’autres sites.

3 La numération des types est celle de notre étude (voir note 1).

4 P. Arcelin, La céramique indigène modelée de Saint-Blaise, Niveaux protohistoriques VII et VI, Paris, 1971 ; dans la couche VII, caractérisée par l’absence de céramique grise, 171 vases de cette forme sur un total de 471, voir pl. 73.

5 Voir la communication de Monsieur A. Nickels.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search