Version classiqueVersion mobile

Les céramiques de la Grèce de l'Est et leur diffusion en Occident

 | 
Centre Jean Bérard
, 
Institut français de Naples

La céramique de Grèce de l’Est dans les cités pontiques

Petre Alexandrescu

Note de l’éditeur

(Pl. XXIV-XXVI)

Texte intégral

  • 1 P. Alexandrescu, Studii Clasice, 4, 1962, pp. 49 et suiv.

1L’historiographie antique nous a légué une double tradition concernant la date de fondation d’Histria. Dans une étude plus ancienne j’avais essayé d’examiner la valeur des deux traditions en soulignant le sens plus exact du texte de la chronique d’Eusèbe, par rapport au passage de Ps. Skymnos1. Je n’ai pas eu l’intention dans cette étude d’affirmer que la date de 656/5 donnée par Eusèbe puisse être considérée avec plus de certitude que n’importe quelle autre avec laquelle est obligé d’opérer l’historien de l’époque grecque archaïque. Sa valeur est surtout sérielle, à mesure qu’elle donne une chronologie relative des fondations helléniques en mer Noire. De la sorte, on peut prendre Histria comme la plus ancienne colonie du littoral occidental et septentrional de cette mer, suivie de près par Berezan-Olbia (646/5).

  • 2 V. M. Skudnova, SA, 1960, 2, pp. 153 et suiv.

2A Histria ont été mis au jour une série de documents céramiques datant au plus tôt du dernier quart du VIIe s. Le groupe de cette période est le plus riche et le plus varié de l’ensemble du monde colonial pontique. Si la publication complète des découvertes de Berezan ne va pas changer la proportion qui nous est connue à l’heure actuelle, Histria peut être considérée, en parfait accord avec la tradition littéraire, comme la plus ancienne et la plus importante colonie pontique du VIIe s. La catégorie céramique la plus riche datant du dernier quart du VIIe s. est celle du style moyen II des Chèvres Sauvages. Dans mon volume dédié à « La céramique d’époque archaïque et classique. Histria IV » (à paraître prochainement) figurent 36 pièces de cette catégorie. Ce nombre dépasse la série de Berezan, publiée par Varvara Skudnova et conservée à l’Ermitage2.

3Quels étaient les centres qui produisaient les vases de ce style ? La plus grande partie des pièces classées dans la phase du style moyen II semble avoir été fabriquée à Rhodes, en justifiant de la sorte au moins pour certains groupes stylistiques, la désignation de « rhodienne » utilisée autrefois pour l’ensemble de la céramique du style des Chèvres Sauvages. La majeure partie des groupes faisant partie des chapitres dédiés au « Style Classique Camiréen » et au « Style Subcamiréen » de l’ouvrage fondamental de Chr. Kardara, Rhodiaké Angeiographia, portent la marque d’une évidente unité stylistique et semblent avoir été produits, en effet, à Rhodes même. La liste de diffusion des pièces, dressée par Kardara, rend plausible cette attribution.

  • 3 J. Boardman, Greek Overseas, 1964, p. 74.

4Seize pièces d’Histria font partie des groupes rhodiens. En suivant la distribution de ces documents, on constate que cette colonie se trouvait dans une chaîne comprenant, dans le bassin pontique Berezan, et dans la Méditerranée Orientale quelques comptoirs comme Mersin en Cilicie, Al Mina en Syrie du Nord, Mesad Hashavyahu en Palestine et Naucratis en Egypte. L’entrée dans cette chaîne ne s’est pas produite pour Histria et Berezan en même temps que celle des autres. J. Boardman avait fait cette remarque, à propos du rapport entre Al Mina et Naucratis : « It is very interesting that the earliest East Greek pottery at Naucratis in Egypt is very like the latest at Al Mina »3. Si vraiment une telle différence existe, elle est valable aussi pour Histria et Berezan : la céramique du style moyen II de ces sites est plus récente que celle d’Al Mina et de Mersin.

5En effet, les vases les plus anciens du style des Chèvres Sauvages, remontant au style moyen I, n’ont été découverts ni à Histria ni à Berezan, mais dans les vastes régions nord-pontiques, à des endroits éloignés parfois de centaines de kilomètres de la côte maritime. La pièce la plus belle est la fameuse oenochoè de Ternir Gora, près de Kerch. Quelques autres fragments ont été mis au jour dans les sites du bassin du Boug et du Dniepr Moyen. De telles découvertes ne peuvent pas passer comme témoignage d’un commerce hellénique précolonial, du moment où selon la tradition littéraire les premiers emporia grecs existaient déjà à l’époque. Cette céramique a donc pu être transportée sur les lieux de sa découverte par le truchement de ces comptoirs à peine fondés, même si les fouilles pratiquées dans des cités comme Histria ou Berezan n’ont pas encore livré de telles pièces.

6Il nous faut tout au moins constater un certain décalage chronologique entre les plus anciennes importations grecques enregistrées dans le milieu indigène nord-pontique et les plus anciennes découvertes faites dans les colonies mêmes. En termes archéologiques, on peut exprimer cette constatation de la façon suivante :

Style moyen I : Al Mina, Mersin, URSS méridionale.
Style moyen II : Al Mina, Mersin, Meṣad Ḥashavyahu, Naucratis, Histria, Berezan, URSS méridionale.

  • 4 L’oenochoè basse décorée sur l’épaule d’une chèvre sauvage, trouvée à Apollonie Pontique et conserv (...)
  • 5 Ibidem, pp. 138 et 142.

7Dans ce schéma Histria et Berezan se retrouvent dans la même position que Naucratis, où la céramique la plus ancienne remonte au style moyen II4. Ce parallèle peut être élargi à d’autres catégories de céramique. Ainsi donc les premières importations corinthiennes enregistrées à Histria et à Berezan datent de la fin du VIIe s. Quant à la céramique attique, Histria a livré le plus ancien document, daté 620-600. Boardman résume comme suit la situation des plus anciennes découvertes corinthiennes faites à Naucratis : « The earliest pottery from the site which is datable is, as usual, Corinthian : one scrap of ”Transitional”, made about 630-20, and rather more ”Early Corinthian” of the later years of the seventh century and earliest sixth ». Quant à la poterie attique : « The earliest at Naucratis is about 620 B.C. »5. Il est permis donc de supposer que ces trois sites, Naucratis, Histria et Berezan, fussent fondés à la même époque.

***

  • 6 E. Walter-Karydi, Samos VI 1, 1973, et mon compte-rendu dans Dacia, 19, 1975, p. 327.

8Depuis le début du VIe s. les importations céramiques se diversifient de façon considérable. Dans les colonies du Pont Euxin la catégorie la plus importante reste celle de la Grèce de l’Est. C’est la raison pour laquelle le problème des villes qui produisaient et qui livraient cette denrée est l’un des plus ardus. Récemment encore, Rhodes était considéré comme centre principal de production de la céramique du style tardif des Chèvres Sauvages. Chr. Kardara avait défendu ce point de vue. Pourtant dans son ouvrage elle trace déjà les pistes pour les nouvelles recherches, qui devraient séparer dans l’amalgame de cette céramique les troncs stylistiques principaux et les groupes provinciaux. Les groupes et les ateliers proposés par Chr. Kardara représentent déjà un premier abord de la détermination des centres ou des régions. Les difficultés restent encore nombreuses. Certaines tentatives, partiellement réussies, vers une nouvelle géographie stylistique de la Grèce de l’Est au VIe s., ont récemment été entreprises par Elena Walter-Karydi6.

9La recherche actuelle est dominée par la tendance à localiser une partie des groupes du style tardif des Chèvres Sauvages dans la moitié septentrionale de l’Ionie. Cette tendance me semble raisonnable. Malheureusement, jusqu’à ce jour nous n’apprenons à connaître que le développement artistique de deux des villes de cette région. L’une est Clazomène, avec toute sa constellation d’ateliers anonymes, bien que fortement apparentés. L’autre c’est Chio, où l’on signale les plus anciennes pièces en technique mixte, découvertes dans la couche de destruction du temps d’Alyattes.

***

10En examinant les groupes proposés par Chr. Kardara l’on peut se rendre compte de la parenté stylistique de certains d’entre eux : l’Ecole de l’Oenochoè d’Oxford G 119, l’Ecole du Deinos Campana, l’Ecole de Reading, l’Ecole A, mais ils ne sont pas tous suffisamment cohérents. Il me semble raisonnable d’en déduire un centre de production commun, qui ne saurait être ni Rhodes, ni une ville du Sud de l’Ionie, où très peu des vases appartenant à l’un de ces groupes furent mis au jour. L’ascendant que semble avoir joué l’art de Chio, sur le style de ces groupes est évident. En principe, je me range du côté d’Elena Walter-Karydi qui avait attribué cette céramique à l’Ionie Septentrionale.

  • 7 R. M. Cook, BSA, 34, 1934, pp. 90 et suiv.

11Pour la moitié méridionale de la Grèce de l’Est, la publication des fouilles de Samos a souligné l’importance des ateliers qui travaillaient dans cette île à la génèse du style Fikellura, aussi bien à Samos que dans d’autres villes sudioniennes, y compris Rhodes, déjà depuis le début du VIe s. Les rapports avec le style des Chèvres Sauvages ne sauraient être passés sous silence. R. M. Cook avait déjà remarqué comme base du Fikellura la phase moyenne de ce style7. A mesure que l’on constate aujourd’hui l’appartenance d’une partie des groupes de cette phase (en l’espèce du style moyen II) à l’Ionie du Sud et surtout à Rhodes, et que l’on se dirige vers le Nord de l’Ionie à la recherche des villes productrices de la plupart des groupes de la phase tardive du style des Chèvres Sauvages, le rapport stylistique noté par R. M. Cook n’en devient que d’autant plus clair et plus intelligible : Fikellura avait été une étape « modernisée » du style des Chèvres Sauvages, créée et développée dans l’Ionie du Sud et à Rhodes, à l’époque où les villes du Nord étaient passées à une formule stylistique plus ambiguë, celle de la technique mixte. Quant au hiatus chronologique entre la phase moyenne du style des Chèvres Sauvages et les débuts de Fikellura, remarqué toujours par R. M. Cook, et qui datait les plus anciens documents de ce dernier style pas avant 580, cette question ne saurait être examinée qu’en rapport avec la chronologie de l’art grec de la première moitié du VIe s. pris dans son ensemble.

***

12Une vue d’ensemble sur le groupement dans les colonies pontiques pourrait être instructive.

  • 8 Dans le cadre de l’Ecole de l’Oenochoè d’Oxford G 119, peuvent être définies deux classes différent (...)
  • 9 Bonn 1522 ; Johansen, Acta Archaeologica, 13, 1942, p. 23, fig. 12 ; Karydi, cat. 970, pl. 118.
  • 10 Archaeological Report for 1964-1965, p. 36, fig. 5.

13Dans ces colonies il faut d’abord signaler la présence des classes d’amphores Lévitsky et Tocra, cat. 5808. Ces catégories sont signalées à Tocra, Tell Sukas, Délos-Rhénée et à Chypre ; elles manquent à Naucratis, Samos et Chio. Le nombre de pièces trouvées à Rhodes est négligeable. A Naucratis pourtant a été trouvée une céramique assez typique pour ce site et qui n’apparaît ni à Tocra, ni à Tell Sukas. Elle est réalisée dans une technique mixte : bols, cratères, deinoi, couvercles, classés pour la plupart par Chr. Kardara dans l’Ecole de l’Oenochoè d’Oxford G 119. De telles pièces sont aussi typiques pour les villes pontiques. A Histria et à Berezan ont été enregistrés aussi quelques fragments de cratères, surtout dans la technique des figures noires, qui sont assez rapprochés des cratères produits en Ionie du Nord (fig. 4 et 5). Il s’agit de la production d’ateliers « provincialisés », comme celui qui avait produit le cratère du Musée Académique de Bonn trouvé à Clazomène9, ou celui de Pitané au Musée d’Istanbul10. De tels vases ne semblent avoir été trouvés ni à Tocra, ni à Naucratis. Mais ils ne sont pas absents à Tell Sukas.

14La catégorie la plus abondante dans les villes pontiques est celle des assiettes à pied haut ou annelé. Rien qu’à Histria, plus de 50 pièces ont été publiées dans mon livre qui est sous presse, mais leur quantité est en réalité plus grande. Les plus anciennes appartiennent au style moyen II des Chèvres Sauvages et sont probablement rhodiennes. Mais pour la plupart, la détermination des centres de production est impossible à l’heure actuelle. Les pièces du groupe « Silhouette et incision » de Chr. Kardara sont apparentées au style de Chio. Quelques-unes semblent avoir été fabriquées en Ionie Septentrionale, sinon à Clazomène. Enfin, un groupe d’assiettes à pied annelé, de facture assez banale, est tout aussi abondant à Histria et dans les autres colonies pontiques, comme à Tocra.

***

15Parmi les colonies pontiques, Berezan semble avoir été le plus important débouché pour la céramique de Chio. Cette catégorie ne fait pas son apparition dans les villes de cette région avant le début du VIe s. Deux fragments d’oenochoès, à l’embouchure en forme de tête d’animal, plus anciennes, n’ont pas été trouvés dans les villes de la côte, mais dans l’hinterland indigène. L’absence des importations chiotes antérieures au début du VIe s., est l’un des faits significatifs des relations commerciales de ces colonies. Au VIe s., par contre, cette céramique est assez fréquente. La catégorie la plus recherchée semble avoir été celle des calices.

  • 11 V. M. Skudnova, SA, 1957, 4, pp. 132 et suiv.
  • 12 J. Boardman, Emporio, p. 157 ; J. Hayes, Tocra I, pp. 58-9.

16Les pièces les plus anciennes découvertes à Berezan et publiées par Varvara Skudnova11, ont été classées par J. Boardman et J. Hayes dans la série des calices du début du VIe s.12. Plus nombreuses et plus importantes, elles ne sont comparables qu’avec celles de Naucratis ou de Tocra. Les parallèles avec ce dernier site sont très étroits pour toute la série des « Animal Style Chalices ». Dans les deux cités on a trouvé même des calices peints par les mêmes peintres.

17Le principal style chiote à figures noires, le « Sphinx & Lion Style », est aussi présent dans les colonies pontiques. Le vase décoré le plus souvent dans ce style, c’est le bol à couvercle. Histria en a livré plusieurs fragments, dont un en technique mixte, d’un intérêt particulier, assez proche du style tardif des Chèvres Sauvages. D’autres vases furent trouvés à Berezan : des amphorettes de type corinthien, des canthares, des couvercles de bols, des calices. Les vases du « Sphinx & Lion Style » ont eu une diffusion plus réduite dans les colonies pontiques.

***

  • 13 R. M. Cook, JHS, 1939, p. 194.
  • 14 E. Walter-Karydi, Antike Kunst. Beiheft, 7, 1970, pp. 3 et suiv.
  • 15 Chr. Kardara, pp. 273-4.
  • 16 S. Settis, apud J.-P. Morel, BCH, 1975, p. 856.

18Parmi les pièces de la Grèce de l’Est trouvées dans les villes pontiques il y en a quelques-unes fabriquées dans la partie la plus nordique, en Eolide. C’est le mérite de R. M. Cook d’avoir reconnu le premier de tels documents à Histria13. Récemment Elena Walter-Karydi14 a essayé de fixer les lignes principales du style éolien, en partant du groupe de l’Atelier du Deinos de Londres rassemblé par Chr. Kardara15. Selon Elena Walter-Karydi, le centre artistique de l’Eolide archaïque aurait été Phocée cette ville énigmatique, qui depuis des années risque « d’absorber par son vide les créations artistiques de l’Ionie du Nord »16 et de l’Eolide. Je suis persuadé, avec Elena Walter-Karydi, que l’atelier qui avait produit ces vases ne se trouvait point à Rhodes, comme le pensait Chr. Kardara, ni dans l’Ionie méridionale. Les affinités stylistiques avec l’art de Chio d’une part et celui de Larissa de l’autre nous autorisent à le situer dans la partie nordique de la Grèce de l’Est.

  • 17 Troy IV, pp. 253-5.

19Les pièces signalées par R. M. Cook et par E. Walter-Karydi ne sont pas les seules identifiées jusqu’à ce jour dans une ville pontique, en l’espèce à Histria. Une amphore découverte toujours dans cette cité, présente certaines analogies morphologiques et ornementales avec la « G 2-3 Ware » (fig.  6), identifiée par C. Boulter à Troie17. La diffusion de cette catégorie fut limitée à quelques sites de la partie Nord-Est du bassin égéen : Antissa, Samothrace, Thasos. Elle semble avoir exercé une certaine influence sur la céramique « prépersane » d’Olynthe.

***

20Il est intéressant d’observer que dans la seconde moitié du VIe s., lorsque la céramique attique avait envahi les marchés, la concentration de la céramique travaillée dans la Grèce de l’Est dans les villes pontiques continue à être considérable. Les deux principales catégories décorées sont Fikellura et les vases à figures noires clazoméniens ou réalisés sous influence clazoménienne.

  • 18 R. M. Cook, BSA, 34, 1934, pp. 1 et suiv. ; idem, CVA British Museum 8.

21Pour la première de ces deux catégories, les études de R. M. Cook, encore parfaitement actuelles, rendent superflue une reprise de la discussion18. Tout au plus, faut-il préciser qu’Histria, à force de découvertes toujours renouvelées, se présente comme le principal débouché de cette vaisselle (fig. 7).

  • 19 R. M. Cook, BSA, 1952.

22Quant à la seconde, le marché le plus important a dû être Panticapée. Aux pièces mentionnées par R. M. Cook dans son catalogue19, il faut ajouter les nouvelles découvertes faites par l’équipe du Musée Pushkine de Moscou. Il semble qu’au moins jusqu’à ce jour, la céramique clazoménienne peut être mieux étudiée à Panticapée qu’à Clazomène. Les pièces découvertes dans les autres colonies pontiques ne sont pas nombreuses. Elles ne font que grossir les groupes déjà définis par R. M. Cook.

  • 20 N.I. Sidorova, Soobsčenija Gos. Muzeja J.J. Puskin, 4, 1968, pp. 112 et suiv.

23Je me permets d’attirer votre attention sur une pièce d’Histria d’un intérêt particulier. Il s’agit d’un fragment d’amphore à col, l’une des plus remarquables de toute la série, représentant une tête de silène, d’une exécution très soignée (fig. 8). Ce document se rapproche d’une amphore fragmentaire découverte à Panticapée (fig. 9 et 10) et attribuée à l’Enmann Class par Ν. I. Sidorova20. Elle est proche également du style de l’amphore 2932 du Musée de Berlin, et de l’askos de l’ancienne coll. Chanenko. Toutes ces pièces ont dû être produites dans un centre artistique unique et sous l’influence très marquée de Clazomène. Ainsi donc, la classe d’Enmann, enrichie de ces nouvelle découvertes, semble avoir joué un rôle principal dans la discussion autour des rapports entre la catégorie dite « clazoménienne » et le groupe de l’amphore Northampton. Sans m’attarder sur cette délicate question, je voudrais rendre hommage à l’intuition de ce parfait connaisseur qu’était Robert Zahn, celui qui, il y a plus de 70 ans, attribuait le groupe Northampton au cercle clazoménien. Les découvertes nord-pontiques ne font que souligner l’importance de ce cercle, dont l’influence artistique apparaît dans d’autres milieux de la Grèce de l’Est, peut-être aussi en Italie.

***

24Certaines catégories céramiques de la Grèce de l’Est ne peuvent pas être attribuées à une région déterminée. C’est le cas des bols, dont une quantité notable fut découverte dans les cités pontiques. Les bols décorés d’oiseaux aquatiques, autrefois considérés comme rhodiens, en sont les plus anciens. Pourtant toutes les pièces enregistrées jusqu’à présent appartiennent à la série la plus récente de ces vases. A l’exception d’une seule découverte faite dans la région de Kiev, à Trachtémirov, du dernier quart du VIIe s., ces bols sont de la fin de ce siècle et du début du suivant. De la même époque sont également les bols décorés de rosettes de points ou de minces filets horizontaux, au pied massif. Une source commune pour toutes ces catégories a été supposée par J. W. Hayes. La série plus récente, et qui avait circulé durant une bonne partie du VIe s., provenait par contre de centres artisanaux différents. Il s’agit pour la majeure partie de bols à rosettes, à yeux, à lotus.

***

25Pour avoir une vue d’ensemble plus complète sur les importations céramiques de la Grèce de l’Est dans les villes du Pont Euxin, il faut avoir sous l’œil aussi la vaisselle courante. L’étude de ces vases se révèle tout aussi éloquente que celle de la céramique décorée. Pour cette catégorie, mon exposé est fondé sur les résultats obtenus à Histria, où ce côté de la recherche a été poussé plus loin et réalisé de façon plus complète que dans les autres villes de la région. Elles ont été menées dans deux directions différentes, mais complémentaires.

26Une première, inaugurée brillamment par la regrettée Marcelle Lambrino, est celle de la classification intégrale de toute la céramique d’usage courant. Son livre, Les vases archaïques d’Histria (1938), est fondé sur l’analyse globale de toute la poterie grecque-orientale découverte dans cette cité, aussi bien les vases décorés que ceux d’usage courant. Ses études ont été continuées après guerre par l’équipe des fouilleurs d’Histria.

  • 21 M. Lambrino, Les vases archaïques d’Histria, p. 365.

27En effet, la plus grande partie de la vaisselle courante venait de la Grèce asiatique. Histria recevait cette denrée aussi bien de la partie méridionale de la Grèce orientale (oenochoès apparentées à la céramique du style des Chèvres Sauvages, lécythes, vases couronnes), que de la partie nordique de cette région (amphores, amphores-pithoi, lekanés, bassins). Il en reste toujours beaucoup de catégories usuelles anonymes. Pourtant, du point de vue du groupement des formes et des techniques, on observe que, dans sa totalité, la céramique usuelle découverte à Histria se rapproche plutôt de celle qui nous est connue de la partie septentrionale d’Ionie ou des colonies phocéennes de la côte méridionale de la France. La céramique de ces centres présente de façon surprenante un air de famille avec celle d’Histria. Le mérite de cette remarque revient à Marcelle Lambrino : « Nous tenons à préciser que les fragments provenant de Phocée, publiés par P. Jacobsthal et J. Neuffer, sont courants à Histria... Quant aux fragments trouvés à Marseille et attribués par les mêmes auteurs à la fabrique de Phocée, ils se rencontrent également à Histria. Les autres fragments de Marseille sont identiques non seulement par la forme mais aussi par la couleur »21. En soulignant les rapprochements entre la céramique d’Histria et celle de la zone nord-ionienne et phocéenne, il faut aussi marquer les différences qui se dégagent, toujours sous le rapport global, entre le groupement d’Histria et celui mis en évidence par les recherches archéologiques effectuées sur les sites du Sud de la Grèce de l’Est. Nous avons fait cette constatation sur le matériau découvert à Samos, soit publié, soit accessible aux archives photographiques de l’Ecole Allemande d’Athènes (aimablement mises à notre disposition par M.lle Karin Braun). Notre recherche a été ensuite complétée, pour Rhodes, surtout grâce à Clara Rhodos. Malheureusement je connais encore très mal la céramique découverte à Milet.

  • 22 P. Alexandrescu, Dacia, 16, 1972, pp. 113 et suiv.

28Une seconde direction de recherches menées à Histria est celle concernant la production locale. En marge du quartier civil de la ville, Maria Coja dirige depuis plusieurs années les fouilles dans la zone des fours céramiques, à caractère monumental, et qui représentent l’une des découvertes les plus surprenantes faites après guerre. En parallèle, l’équipe d’Histria a réussi à définir les caractères techniques et morphologiques de la poterie histrienne, en dressant un premier inventaire de formes et en précisant les caractères techniques22. Le côté expérimental de cette recherche a été confié au Laboratoire de Brookhaven (USA). Dr. Garman Harbottle de ce Laboratoire a eu l’amabilité de faire examiner 16 tessons selon le procédé de l’activisation nucléaire (concentration des oxydes en parties de 1/1.000.000). Depuis 1973, ces recherches ont pris une grande envergure, grâce à l’appui généreusement offert par le Laboratoire de Céramologie de Lyon (actuellement U.R.A. n° 3 du C.N.R.S.), dirigé par Maurice Picon, qui a chargé Pierre Dupont d’étudier sous ce rapport la question de la céramique produite à Histria. Un mémoire sur les principaux résultats de cette recherche vous sera présenté par Pierre Dupont. Je me permets d’ajouter seulement que ses résultats feront l’objet d’un ouvrage qui sera publié par les Editions de l’Académie Roumaine, dans la série Histria.

29Les ateliers locaux d’Histria avaient commencé à travailler déjà au VIe s. Le plus ancien ensemble avec la poterie histrienne est daté du milieu du siècle. La période d’épanouissement de cette production se situe au Ve s. La technique atteint un degré supérieur de finesse et le nombre de vases, leur variété, sont les plus riches. La production histrienne est caractérisée par le fait d’avoir utilisé, en même temps, deux procédés de cuisson : oxydante (argile couleur ocre) et réductrice (argile grise).

30Je disais plus haut que la céramique importée d’usage courant d’Histria a un air de famille avec les poteries d’Ionie du Nord, d’Eolide et des colonies phocéennes du Midi de la France. Cette orientation a laissé son empreinte aussi sur la production locale. Les modèles qui ont pu être surpris derrière certains types de vases histriens étaient aussi d’origine nord-ionienne ou éolienne. Le bucchero éolien y est pour une grande partie. Je me permets d’y insister en quelques mots.

  • 23 P. Alexandrescu, Dacia, 21, 1977, pp. 113 et suiv.
  • 24 P. Jacobsthal et J. Neuffer, Préhistoire, 2, 1933, pp. 13 et suiv.

31C’est Miss Lamb qui avait attiré l’attention sur le bucchero éolien, après ses fouilles dans l’île de Lesbos. Elle observait alors que cette céramique se retrouve dans tout le Nord-Ouest de l’Anatolie (Larissa, Pyrrha) et qu’elle semble apparentée au minyen. Cette dernière remarque fut confirmée par l’équipe américaine qui travailla à Troie. Les caractères de cette céramique ont été bien définis par Miss Lamb. Le terme d’éolien est sans doute raisonnable, bien que le bucchero fut produit également dans le Nord d’Ionie. L’exportation en fut limitée : Al Mina, Naucratis (des fragments avec inscriptions votives de gens de Mytilène), Thasos. En Méditerranée cette catégorie apparaît au Sud de la Provence, où elle semble avoir joué un rôle essentiel, comme en Thrace d’ailleurs23, à la formation de la céramique celtique tournée. L’aire de diffusion du bucchero éolien se confond avec celle de la céramique phocéenne, selon la remarque d’il y a plus de 40 ans de Jacobsthal et de Neuffer24. Les deux savants avaient supposé l’origine phocéenne du matériau en comparant la céramique grise du Sud de Provence avec celle d’Ionie septentrionale. Bien que les fouilles systématiques de Phocée ne soient pas encore publiées, il en existe aujourd’hui des preuves supplémentaires qui permettent de considérer la métropole de Marseille comme l’un des centres de production du bucchero éolien. L’existence d’une tradition locale pour cette céramique en est suggérée par l’histoire même de cette contrée, éolienne jusqu’à la fin du VIIIe s.

  • 25 K. Blinkenberg, Lindos, coll. 275-8.
  • 26 F. Villard, Nuovi studi su Velia, p. 116.

32Une deuxième catégorie de bucchero, nommé rhodien, est opposée aujourd’hui au bucchero éolien, grâce aux découvertes de K. Blinkenberg à Lindos25. Il fut produit dans le Sud de la Grèce de l’Est, et diffusé par les commerçants rhodiens. Les formes sont plus massives : alabastres, lécythes, aryballes, etc. En Méditerranée Occidentale, les deux zones ne se recoupent qu’à peine : la céramique éolienne s’est répandue dans le Midi de la France et sur la côte Nord-Est de l’Espagne, tandis que l’autre est signalée en Sicile26.

33Pour revenir au matériau histrien, je dirai que la production locale dénote une évidente parenté avec le bucchero éolien et peu de rapport avec le bucchero rhodien. C’est ainsi que pourraient s’expliquer les types de vases histriens, dont les modèles se retrouvent à Phocée, à Larissa, à Troie, aussi bien que la popularité du procédé de la cuisson réductrice. Par conséquent, bien qu’à l’heure actuelle l’on ne saurait identifier à Histria du bucchero éolien importé (c’est l’une des tâches de l’analyse de laboratoire), l’on peut néanmoins reconnaître l’influence exercée par les cités d’Ionie du Nord, sinon d’Eolide, sur la production locale.

***

  • 27 P. Alexandrescu, Revue archéologique, 1973, pp. 31 et suiv.
  • 28 M. I. Finley, dans les Actes de la IIe Conférence Internationale d’Histoire Economique, Aix-en-Prov (...)

34A la fin, quelques mots sur la question des négociants qui apportaient cette céramique dans les cités de la Mer Noire. Dans une étude sur les importations attiques dans le bassin pontique27, j’ai abordé cette discussion en partant de l’idée d’un commerce archaïque, tout particulièrement de céramique, effectué au niveau des petits commerçants, ayant d’autres coordonnées que la politique. Les rapports qui s’établissaient entre différents groupes de commerçants et de producteurs se trouvaient, du point de vue social, au niveau du δήμος et non à celui des γνώριμοι. Il me semble donc utile d’avoir toujours en vue le passage de la Politique d’Aristote sur lequel M. I. Finley a attiré l’attention28 et où se trouve commentée la diversité de l’occupation du δήμος, dans les cités qui n’étaient pas fondées uniquement sur l’économie agraire. Aristote donne comme exemple de négociants maritimes les gens de Chio et d’Egine, de pêcheurs ceux de Tarente et Byzance, etc. On pourrait donc envisager une sorte de spécialisation des cités, certaines jouant le rôle d’intermédiaires entre diverses régions du monde grec. Pour la mer Noire, c’étaient probablement les Ioniens qui avaient assumé cette tâche, selon le témoignage d’Hérodote VI 5 et 26, au moins jusqu’aux troubles provoqués par l’invasion perse, et il est fort probable qu’ils l’ont assumée aussi pour l’Egypte.

  • 29 G. Vallet, Réghion et Zancle ; F. Villard, art. cit.·, E. Lepore, dans le même volume, pp. 19 et su (...)

35Pour l’Occident de la Méditerranée le tableau est assez intéressant, surtout quant à la céramique attique. Il semble que les Athéniens, du moins jusqu’à l’expédition de Sicile, ne connaissaient pas très bien les pays situés à l’Ouest de la Grèce. D’autre part, les inscriptions gravées sur les vases à figures noires et rouges découverts en Etrurie (mais aussi à Naucratis !) étaient en alphabet ionien. Enfin, les chiffres notés sur ces vases appartiennent au système alphabétique milésien. Toutes ces observations conduisent à la conclusion que les centaines de vases attiques qui avaient inondé l’Etrurie n’y sont pas arrivés sur des navires athéniens, mais bien plutôt grâce à des intermédiaires, que d’aucuns identifient avec les Phocéens29.

  • 30 R. M. Cook, JdI, 74, 1959, pp. 114 et suiv.

36L’étude des groupements céramiques pourrait représenter, selon une féconde idée de R. M. Cook, une nouvelle approche à la question du commerce archaïque30. Les catégories moins répandues, disons de second ordre, sont surtout sujettes à de telles interprétations. C’est ainsi que les cités helléniques du bassin pontique recevaient la céramique produite par les ateliers situés aussi bien au Sud du monde grec oriental qu’au Nord. A ce point, le groupement enregistré dans ces villes est plus proche, par exemple, de Naucratis, que de Tocra ou de Tell Sukas, où, semble-t-il, sont entrées en concurrence les marchandises d’un nombre plus réduit d’ateliers, voire de centres, situés surtout dans la partie nordique d’Ionie.

37Ainsi donc, dans ces colonies se retrouve la céramique de Clazomène — surtout à Panticapée — qui est fréquente dans le Nord d’Ionie, en faisant complètement défaut au Sud. Elle se retrouve à Naucratis. Par contre, la céramique de Fikellura, fabriquée dans le Sud d’Ionie et à Rhodes, est très rare en Ionie septentrionale et en Eolide, à Tocra et à Tell Sukas, mais abondante à Naucratis et Tell Defenneh et dans les villes pontiques, surtout à Histria et à Berezan. Enfin la céramique de Chio est répandue en Ionie du Nord, à Naucratis, à Tocra, quelques fragments à Tell Sukas, dans les villes pontiques surtout à Berezan. Ces catégories céramiques peuvent indiquer quels étaient ceux qui cabotaient entre l’Asie Mineure, l’Egypte et la mer Noire : c’étaient ceux qui étaient connus sous le nom générique d’Ioniens, bien qu’en fait il s’agissait de négociants appartenant à diverses régions du monde grec oriental.

  • 31 Carl Roebuck, Classical Philology, 46, 1951, pp. 212 et suiv.
  • 32 P. Alexandrescu, art. cit.

38Carl Roebuck a attiré l’attention sur le fait que la factorie de Naucratis pourrait procurer une indication au sujet de la collaboration commerciale des villes asiatiques31. Hérodote, II 179, mentionne le temple d’Hellanion de Naucratis comme une oeuvre commune des Ioniens (Chio, Théos, Phocée, Clazomène), des Doriens (Rhodes, Halicarnasse, Phasélis) et des Eoliens (Mytilène). Outre ce temple trois autres villes avaient leurs sanctuaires propres : Milet, Samos et Egine. Uniquement ces villes avaient leurs προστάται τοῦ ἐμπορίου. Ce type de factorie, sans correspondant dans l’organisation de la polis, s’est imposé probablement à la suite des conditions propres à l’Egypte. Mais il n’en exprime pas moins la tradition et l’esprit de collaboration des Grecs de l’Est qui avaient déjà réalisé chez eux une koiné culturelle et une étroite entente politique, sous la pression des événements extérieurs. Ce qui nous intéresse ici c’est le fait que la majeure partie des villes qui faisaient partie de la factorie de Naucratis sont représentées, par leurs marchandises, dans les colonies pontiques. Même la présence d’Egine, la seule cité de la Grèce européenne ayant un sanctuaire à Naucratis, est un indice de sa coopération avec les villes asiatiques, non seulement à la factorie de Naucratis, mais au commerce pontique, comme le suggère également une anecdote racontée par Hérodote, VII 147. Nous l’avons déjà écrit ailleurs32, c’est toujours par le truchement de ces négociants que les marchandises de la Grèce propre, comme par exemple la céramique d’Athènes ou de Corinthe, ont dû trouver leur route vers les cités de la mer Noire.

Notes

1 P. Alexandrescu, Studii Clasice, 4, 1962, pp. 49 et suiv.

2 V. M. Skudnova, SA, 1960, 2, pp. 153 et suiv.

3 J. Boardman, Greek Overseas, 1964, p. 74.

4 L’oenochoè basse décorée sur l’épaule d’une chèvre sauvage, trouvée à Apollonie Pontique et conservée au Musée de Sozopol, récemment publiée par B. Ivanov, Iskustvo, Sofia 1975, 3-5, pp. 30-1, soulève un intéressant problème de chronologie (fig. 1). Les groupes des petites oenochoès, des oenochoès à protomé d’oiseau et celles avec des protomés de chèvre sauvage de Kardara, pp. 111-2, 304, forment tous les trois une classe de vases contemporains. Plusieurs fragments de cette classe ont été trouvés à Meṣad Ḥashavyahu, Israel Exploration Journal, 12, 1962, pp. 89 et suiv. : un fragment du groupe des oenochoès à protomé d’oiseau, p. 110, fig. 9, p. 11/c ; deux fragments du groupe des oenochoès à protomé de chèvre sauvage, p. 112, fig. 10, pl. 10/a et 11/b. Le vase d’Apollonie fait partie de cette classe. Si donc la place de Mesad Hashavyahu fut abandonnée avant 609 (J. Naveh, Israel Exploration Journal, op. cit., pp. 89 et suiv. ; R. M. Cook, BSA, 64, 1969, pp. 13-4 ; portant Karydi, p. 98) et si la colonie milésienne d’Apollonie Pontique fut fondée selon la tradition historique vers 610 av. n.è. (F. Bilabel, Die ionische Kolonisation, p. 14 ; G. Mihailov, IGB, I, p. 343), voici un possible raccord entre la chronologie historique et celle relative : cette « fourchette » semble en l’espèce fixer la date de production des oenochoès basses peu avant ou après 610-9.
A ce propos il faut remarquer la présence, parmi les pièces du style des Chèvres Sauvages mises au jour dans les ruines du fort de Mesad Hashavyahu d’un fragment d’épaule d’oenochoè du groupe de Kardara, pp. 110-1, en l’espèce Israel Exploration Journal, op. cit., p. 110, fig. 9, pl. 11/a. Ce groupe est dominé par les tessons d’Al Mina, ce qui fournit un nouvel argument en faveur de la date proposée par Martin Robertson pour ce site. D’autre part ce synchronisme infirme une suggestion de M.me Karydi, qui voyait dans la classe des oenochoès dont fait partie le vase d’Apollonie une étape plus évoluée par rapport aux oenochoès du groupe de Kardara, pp. 110-1.

5 Ibidem, pp. 138 et 142.

6 E. Walter-Karydi, Samos VI 1, 1973, et mon compte-rendu dans Dacia, 19, 1975, p. 327.

7 R. M. Cook, BSA, 34, 1934, pp. 90 et suiv.

8 Dans le cadre de l’Ecole de l’Oenochoè d’Oxford G 119, peuvent être définies deux classes différentes d’amphores. L’une groupée autour du vase de Berezan (fig. 2) de l’ancienne coll. Lévitsky à l’Ermitage Β 4612 (Karydi, cat. 928, p. 113 ; voir aussi le dessin du tableau chez Kinch, Vroulia, fig. 116) ; l’autre, plus évoluée, mais pas forcément plus récente, autour de l’amphore de Tocra I, cat. 580, aux épaules tombantes, à la panse ovoïdale et au col trapu, (fig. 3) ; sur l’épaule, le motif de la chèvre sauvage ou spirales rapides.

9 Bonn 1522 ; Johansen, Acta Archaeologica, 13, 1942, p. 23, fig. 12 ; Karydi, cat. 970, pl. 118.

10 Archaeological Report for 1964-1965, p. 36, fig. 5.

11 V. M. Skudnova, SA, 1957, 4, pp. 132 et suiv.

12 J. Boardman, Emporio, p. 157 ; J. Hayes, Tocra I, pp. 58-9.

13 R. M. Cook, JHS, 1939, p. 194.

14 E. Walter-Karydi, Antike Kunst. Beiheft, 7, 1970, pp. 3 et suiv.

15 Chr. Kardara, pp. 273-4.

16 S. Settis, apud J.-P. Morel, BCH, 1975, p. 856.

17 Troy IV, pp. 253-5.

18 R. M. Cook, BSA, 34, 1934, pp. 1 et suiv. ; idem, CVA British Museum 8.

19 R. M. Cook, BSA, 1952.

20 N.I. Sidorova, Soobsčenija Gos. Muzeja J.J. Puskin, 4, 1968, pp. 112 et suiv.

21 M. Lambrino, Les vases archaïques d’Histria, p. 365.

22 P. Alexandrescu, Dacia, 16, 1972, pp. 113 et suiv.

23 P. Alexandrescu, Dacia, 21, 1977, pp. 113 et suiv.

24 P. Jacobsthal et J. Neuffer, Préhistoire, 2, 1933, pp. 13 et suiv.

25 K. Blinkenberg, Lindos, coll. 275-8.

26 F. Villard, Nuovi studi su Velia, p. 116.

27 P. Alexandrescu, Revue archéologique, 1973, pp. 31 et suiv.

28 M. I. Finley, dans les Actes de la IIe Conférence Internationale d’Histoire Economique, Aix-en-Provence 1962 (1965), pp. 11 et suiv.

29 G. Vallet, Réghion et Zancle ; F. Villard, art. cit.·, E. Lepore, dans le même volume, pp. 19 et suiv., sur le rôle de ville marchande joué par Phocée.

30 R. M. Cook, JdI, 74, 1959, pp. 114 et suiv.

31 Carl Roebuck, Classical Philology, 46, 1951, pp. 212 et suiv.

32 P. Alexandrescu, art. cit.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search