Version classiqueVersion mobile

Les céramiques de la Grèce de l'Est et leur diffusion en Occident

 | 
Centre Jean Bérard
, 
Institut français de Naples

Salamine de Chypre et le commerce ionien

Yves Calvet et Marguerite Yon

Note de l’éditeur

(Pl. XIX-XXIII)

Texte intégral

  • 1 Ainsi, lors de la révolte de l’Ionie contre les Perses, la plus grande partie de l’île s’est rangée (...)

1Une étude de la céramique importée de la Grèce d’Asie à Chypre pendant la période archaïque s’inscrit dans le problème plus général de la diffusion de ce matériel à travers la Méditerranée orientale. Cependant la place particulière de l’île comme escale dans les échanges commerciaux, comme intermédiaire dans les influences qui s’exerçaient, comme lieu de rencontre entre les puissances assyriennes puis égyptiennes et perses, et le monde hellénique, fait qu’il n’est pas sans intérêt de déterminer également sa position à l’égard des pays de la Grèce d’Asie, eux aussi frontière orientale du monde grec1.

  • 2 A paraître en 1977, ce Corpus doit rassembler toute la céramique grecque (Grèce continentale, îles (...)

2En attendant le Corpus que prépare Einar Gjerstad2 et qui contiendra un recensement exhaustif de la céramique « ionienne » importée dans toute l’île, nous voulons essayer de montrer à l’aide de quelques exemples comment un site comme Salamine, qui fut à l’époque archaïque un royaume petit certes, mais riche, ouvert aux influences étrangères, sans doute le plus puissant de l’île, a ressenti l’impact de cette extraordinaire expansion du commerce ionien.

  • 3 V. Karageorghis, Excavations in the Necropolis of Salamis, I-III, Nicosie, 1967-1974 (abrégé ici Ka (...)
  • 4 J. A. Munro et H. A. Tubbs, JHS 12, 1891, p. 59-198 : le matériel est au British Museum pour la plu (...)
  • 5 Mission de l’Université de Lyon (Lyon II), 1964-1974. Voir Salamine de Chypre I à VI, 1969-1975, pa (...)

3La documentation provient surtout de fouilles récentes. Une partie importante de la nécropole archaïque a été fouillée et publiée par Y. Karageorghis3 : on y retrouve le faste d’une principauté orientale, ouverte aux influences artistiques les plus variées ; plusieurs vases « East Greek », surtout des amphores, en proviennent. L’exploration du site ne fait que commencer. La ville archaïque a été seulement effleurée, par les sondages de J. A. Munro et H. A. Tubbs en 1890 au lieu-dit « Cistern »4, puis par les fouilles de la mission française5. A l’exception d’un sanctuaire de l’époque géométrique qui est resté en fonction probablement jusqu’à la fin du VIème s. (certains niveaux archaïques y sont encore en place), le matériel archaïque provient surtout des fosses situées soit à proximité du rempart sud de la ville, soit d’un sondage (sondage Z) pratiqué dans la ville à l’Ouest de ce rempart (près de la « Cistern » fouillée en 1890), ou encore de déblais hellénistiques ou romains : c’est dire l’état fragmentaire dans lequel ont été généralement découverts les témoignages de cette céramique. On ajoutera comme dernier élément à cette documentation venue du terrain quelques objets entrés récemment au musée de Famagouste et censés provenir sinon de Salamine même, du moins de la zone d’influence de la cité.

***

  1. — La céramique fine décorée, figurée ou non, n’est pas très abondante dans la ville, encore moins dans les tombes. Il s’agit surtout de « bols rhodiens » ornés d’oiseaux, de rosettes ou de simples filets pourpres, de quelques plats rhodiens et de très rares fragments de vases au décor animalier du style des « Boucs sauvages ».

  2. — En revanche, les « coupes ioniennes » sont relativement nombreuses, dans les fouilles de la ville surtout, et en particulier dans le sanctuaire.

  3. — Enfin une quantité considérable de débris d’amphores dans la ville, ainsi que plusieurs amphores complètes découvertes dans la nécropole fournissent la preuve d’un commerce important avec la Grèce d’Asie.

  • 6 Pour l’illustration des fragments mentionnés ici mais non représentés, on se reportera au Corpus an (...)

4Nous présentons ici quelques-uns des fragments les plus représentatifs de ce matériel6.

I. — La céramique fine décorée

« Bols rhodiens »

  • 7 M. Lambrino, Les vases archaïques d’Histria, 1938, p. 37-64.

5Ils appartiennent à la série bien connue des bols dont le décor conserve la tradition géométrique qu’il s’agisse d’un oiseau stylisé, d’une rosette de points, ou de simples filets tracés à la peinture pourpre7.

Bols à oiseau (fig. 1 a-c)

  • 8 Karageorghis, Necr. II, p. 57, pl. CXI, CCXXIII : t. 29, 2.

6Les fouilles de la ville ont livré plusieurs fragments de ces bols ; ils proviennent de divers points du site : déblais sous la basilique byzantine (66/1322), région du rempart (68/3112, 68/4795), niveau archaïque du sanctuaire (72/4303, 69/9698, 60/10317, 69/10497) ; dans tous les cas, ils sont associés à de la céramique chypriote de la classe IV ou IV-V (fin du VIIème-début du VIème s.). En revanche, un exemplaire a été trouvé dans une tombe de la nécropole8 qui contenait également de la céramique de la classe V (VIème s.), ainsi qu’une tête sculptée que son style égyptisant permet de dater des environs de 525 av. J.-C.

Bols à rosette (fig. 1 d)

  • 9 R. M. Cook, Greek Painted Pottery, 1960, p. 118 (fin du VIIème-début du VIème s.) ; cf. K. Kinch, V (...)
  • 10 Karageorghis, Necr. II, p. 74, pl. CXXVI, CCXXVIII : A 1.

7Ils ont une forme semblable à celle des précédents et présentent la même organisation d’un motif (ou de plusieurs) sur la bande des anses ; ces bols sont en outre souvent décorés d’une ligne de peinture pourpre à l’intérieur9. Quelques fragments proviennent de la ville, en particulier d’un dépôt archaïque dans le sanctuaire (69/10407, 69/10407 bis...) et du rempart (Sal. 5263). Un bol à rosette a été trouvé dans le dromos de la tombe 4210, que son matériel fait attribuer à la fin du chypro-archaïque, c’est-à-dire la fin du VIème s.

Bols à filets pourpres, sans décor élaboré (fig. 1 e)

8On a trouvé également dans la ville des fragments de bols de forme semblable, et d’une facture très soignée ; l’extérieur paraît ne porter aucun motif sinon des lignes ; l’intérieur est orné d’un filet pourpre, peint soit sur une mince bande de peinture blanche, soit directement sur le vernis brun (Sal. 7275, avec base à bouton ; 67/768). Ils proviennent des mêmes secteurs de la ville que les fragments de bols précédents.

  • 11 Par exemple H. Walter, Samos, V, 1968, pl. 85 ; Lambrino, Histria, p. 37 sq. ; Kinch, Vroulia, p. 1 (...)
  • 12 Voir plusieurs exemplaires du dépôt I de Tocra avec base à bouton : J. Boardman et J. Hayes, Excava (...)

9De tels bols se rencontrent fréquemment, en Ionie et dans les sites où ils ont été exportés11, dans des niveaux datés de la deuxième moitié du VIIème s. ; le contexte de certains autres les place au début du VIème s. : les plus anciens sont munis d’une base à bouton alors que les plus récents reposent sur une base annulaire12. Dans la ville de Salamine, d’où proviennent surtout, comme on l’a vu, des fragments dont le profil est incomplet, le contexte paraît dans l’ensemble en accord avec cette datation. En revanche, les exemplaires de la nécropole (bol à oiseau, bol à rosette) font figure d’objets exotiques et précieux que leurs propriétaires avaient conservés avec soin jusqu’à la fin du VIIème s.

***

« Plats rhodiens » (fig. 2)

  • 13 Hayes, Tocra, p. 50 et fig. 26, n. 636, pl. 36 ; ibid. p. 44 : Deposit II, c’est-à-dire 580-560 a.C (...)

10Quelques fragments doivent provenir d’une série également bien connue dans la première moitié du Vlème s.13 ; ce sont des plats à rebord étalé, fréquemment orné d’un méandre, tandis que le centre est décoré d’une étoile de feuilles rayonnantes (69/1004, 67/592, 69/542). Aucun exemplaire à décor figuré n’a été trouvé à Salamine.

***

Céramiques à décor figuré du style des « Boucs sauvages » (Rhodes ou autres provenances) (fig. 3)

11Le style des « Boucs sauvages » n’est représenté ici que par quelques fragments : en effet les fouilles de la ville n’ont mis au jour aucun vase complet de ce type, mais seulement des tessons, rares, et la nécropole pour sa part ne semble pas en avoir fourni non plus. Certains de ces fragments proviennent d’ateliers rhodiens ; pour d’autres, il faut peut-être chercher une origine du côté de Chios ou de Samos (?).

  • 14 Inventaire 91.8-6.73 ; découvert à Salamine par l’expédition anglaise de 1890 au lieu-dit « Cistern (...)
  • 15 Voir Cook, Greek Painted Pottery, fig. 30 b ; cf. d’autres exemplaires comparables : M. Robertson, (...)
  • 16 Inventaire 91.8-6.72 (= A 722) : Munro et Tubbs, JHS 12, 1891, p. 142, fig. 5.
  • 17 J. Boardman, Excavations in Chios, 1952-1955, Greek Emporio, 1967, p. 151 et pl. 55.
  • 18 Cook, Greek Painted Pottery, p. 121 et pl. 31 B : 600-575 a.C. ; cf. R. M. Cook, « Fikellura Potter (...)
  • 19 Kinch, Vroulia, p. 196-197 et 223.
  • 20 Voir une amphore de la tombe 106 d’Amathonte : A. S. Murray, A. H. Smith et H. B. Walters, Excavati (...)
  • 21 Hayes, Tocra, pl. 29, n° 588.
  • 22 Boardman, Greek Emporio, p. 150, n° 634-652.

12Un fragment d’oenochoè conservé au British Museum14 porte une frise de daims aux pattes fines, paissant ; une bande de peinture pourpre sépare ce registre de la partie inférieure décorée de lotus aux pétales cernés d’un trait (fig. 3 a) ; on peut l’attribuer à un atelier rhodien de la fin du VIIème s.15. Avec ce fragment, les fouilleurs anglais avaient trouvé deux tessons d’un cratère ou d’un dinos (fig. 3 b), orné sur l’épaule d’un animal difficile à identifier16 : l’oreille, énorme, ressemble à une corne, mais la patte griffue et le museau froncé font penser à un molosse ; le style du dessin rappelle certains vases de Chios, par exemple un dinos publié par J. Boardman17 ; mais la rosette caractéristique, composée de quatre gros pétales ronds et de cinq petits points, se retrouve sur un vase rhodien de la phase Β18. Ce vase doit dater du premier quart du VIème s. Le fragment 67/Z-1215, trouvé dans le sondage Ζ à peu de distance des précédents, appartient aussi à une phase récente, comme en témoignent le dessin plus ramassé du corps de l’animal et les motifs de remplissage (fig. 3 c) ; la partie inférieure est ornée de motifs rayonnants19. Une épaule d’oenochoè ou d’amphore, fragmentaire (67/1000), qui provient d’un déblai hellénistique, porte des capridés tournant la tête vers l’arrière20 ; elle est peut-être aussi rhodienne, et c’est un des exemplaires les plus récents du style des « Boucs sauvages » que nous ayons à Salamine, probablement de la période 580-560 av. J.-C.21. En revanche, le fragment 69/7394, où l’on distingue le dos et le cou d’un animal broutant pourrait, si l’on en juge par son engobe blanc épais et le style de ses ornements de remplissage22, provenir d’un atelier de Chios, travaillant pendant la période 640-600 av. J.-C.

II. — Les coupes ioniennes

  • 23 Voir la classification dans F. Villard et G. Vallet, « Mégara Hyblaea, V : Lampes du VIIème s. et c (...)
  • 24 Voir par exemple M. A. Hanfmann, « On some Eastern wares found at Tarsus », The Aegean and the Near (...)
  • 25 Par exemple Hayes, Tocra, p. 111-134, « Black-glazed cups ». n° 1192-1405.

13L’usage est de désigner ainsi, comme l’ont fait F. Villard et G. Vallet23, une catégorie extrêmement répandue24 de bols à petit rebord, munis de deux anses, et recouverts partiellement d’un « vernis » dont la tonalité va du noir au rouge orangé le plus vif : c’est de cette forme que dérive la coupe attique du VIème s. (coupe des petits maîtres, etc. ...). Les niveaux archaïques de Salamine (625-575 environ) en ont livré un assez grand nombre. Nous n’entrerons pas ici dans le difficile problème de leur origine précise, mais nous évoquerons seulement à leur propos les attributions que l’on a tentées pour des séries bien déterminées25.

a) Coupes à filets pourpres et blancs

  • 26 BCH 86, 1962, p. 384, fig. 79 (« provenance exacte inconnue »).
  • 27 Plusieurs exemples à Vroulia : Kinch, Vroulia, pl. 8, 2 ; cf. Cook, Greek Painted Pottery, p. 142.

14De ce type (type A 1 de F. Villard et G. Vallet, et rhodien type III de J. Hayes), peu de fragments ont été trouvés dans la ville de Salamine (69-2507 et peut-être 72/2867) ; leur niveau archaïque les datait de 600 av. J.-C. environ, ce qui concorde avec les dates admises pour cette série. Un exemplaire complet, entré en 1961 au musée de Famagouste26, provient certainement de la région. On considère ces coupes comme rhodiennes27.

b) Coupes à pied court et panse recouverte de vernis

  • 28 Hayes, Tocra, p. 11 et 115.

15Cette série correspond dans la classification de F. Villard et G. Vallet au type A 2, daté de la période 620-600 av. J.-C. Plusieurs groupes différents ont pu être identifiés, tant en fonction de la matière (pâte plus ou moins fine, vernis de plus ou moins bonne qualité...) que de la forme (rebord droit ou évasé, etc....) et même du décor, aussi simple soit-il (place des bandes réservées, décor de filets horizontaux ou de lignes ondulées sur le rebord...). En nous fondant sur les analyses de J. Hayes pour le matériel de Tocra, nous avons cru reconnaître en particulier un groupe samien et un groupe rhodien28.

16Coupes de type « samien », au rebord presque droit, assez grandes (diamètre atteignant souvent 16 ou 17 cm) (fig. 4 a-d) :

  • 29 Voir les exemples cités dans Hayes, Tocra, p. 115, note 5.
  • 30 Megara Hyblaea V, p. 18-19.
  • 31 Pas d’exemple à Tocra même, mais à Tarse (Tarsus III, p. 287, n° 1386, fig. 95, 144), à Al Mina (in (...)

17Du groupe I de Tocra (Tocra 1298), caractérisé par une seule bande réservée à hauteur des anses, un unique exemplaire, fragmentaire, a été découvert à Salamine, sous la basilique byzantine (Sal. 3126 fig. 4 a). En revanche, on a trouvé dans la ville un assez grand nombre de coupes du type samien II (Tocra 1298), que l’on reconnaît en particulier à leur décor de filets horizontaux sur le rebord : elles proviennent de la région du sanctuaire archaïque (Sal. 5269, 69/2515, 69/2502, 69/10813), de dépôts archaïques près du rempart (Sal. 1240) ou de la basilique byzantine (Sal. 3229). Ce type, très fréquent à Chypre, est également exporté dans de nombreuses directions ; on en trouve, outre à Samos qui serait son lieu d’origine, à Ephèse, Istros, Al Mina, Tocra29, ainsi qu’en Occident30. La coupe 69/2503, de plus petite taille (diamètre 13 cm) et d’une pâte plus fine, aux filets plus minces (Fig. 4 c), provient sans doute d’un atelier différent, peut-être rhodien. Salamine a fourni en outre un exemplaire fragmentaire du groupe samien III de J. Hayes31, proche du type II à ceci près qu’il porte une ligne ondulée sous la lèvre (69/749) (fig. 4 d).

  • 32 Al Mina : fin du VIIème s. (Robertson, JHS 60, 1940, p. 15, fig. 7 n) ; Tocra : fin du VIIème-début (...)

18Ces coupes « samiennes » voisinent à Salamine avec de la céramique chypriote de la classe IV en majorité ; la présence de quelques types de la classe V permet de suggérer une datation couvrant la fin du VIIème s. et le début du VIème s. : cette date concorde tout à fait avec ce qu’indiquent les trouvailles de Tocra ou d’Al Mina32.

19Coupes de type « rhodien », à pâte généralement fine et rebord plus évasé que celui des coupes « sasamiennes » (type rhodien IX de Tocra) (fig. 4 e) :

  • 33 BCH 88, 1964, p. 300-301, fig. 1.
  • 34 BCH 84, 1960, p. 250-251, fig. 15-16 ; BCH 93, 1969, p. 449, fig. 26 ; BCH 97, 1973, p. 606, note 5 (...)

20La ville de Salamine a fourni plusieurs coupes de ce type, dont certaines ont été trouvées aux mêmes endroits que les précédentes, tandis que d’autres étaient groupées dans une fosse archaïque (Sal. 1685, 67/Z-1207, 1208, 1210, 1223, 1224, etc. ...). Le vernis en est généralement de bonne qualité, mais d’une couleur très variable (du noir au rouge orange vif selon les exemplaires) ; ces coupes sont souvent de plus petite taille que celles de Samos (diamètre 12 cm environ). Une coupe de ce type, quoiqu’un peu plus grande, se trouve au musée de Nicosie ; elle vient de la région de Famagouste33. Beaucoup de coupes semblables ont été découvertes dans divers sites de l’île34.

c) Coupes à base annulaire, rebord très court et corps réservé (fig. 4 f-g)

  • 35 Hayes, Tocra, p. 120 et fig. 55, n° 1197.
  • 36 Megara Hyblaea V, fig. 4 et p. 23-27.
  • 37 Ce type trouve son équivalent à Histria : Lambrino, Histria, p. 88, n° 3, fig. 49 (« coupe à pied b (...)
  • 38 Voir une coupe semblable trouvée à Ayia Irini, avec un bol à rosette : BCH 86, 1962, p. 367, fig. 5 (...)

21Un assez grand nombre de coupes, dont la technique s’apparente à celle des coupes « rhodiennes » précédentes, se caractérise par une base annulaire et un rebord évasé très court, comme dans le type rhodien Y de Tocra35 ou Β 1 de F. Villard et G. Vallet36 ; mais, à la différence des séries de Tocra ou de Mégara Hyblaea, les coupes de Salamine, dont le vernis est le plus souvent noir ou brun, mais parfois rouge orangé, ne présentent pas de rehauts à la peinture pourpre37. Plusieurs fragments et deux exemplaires complets viennent de la ville, des mêmes dépôts ou niveaux que les coupes précédentes (Sal. 4589, 5268, 5970, 6400 ; 69/7522, 67/Z-1209, etc....). Le diamètre moyen de l’ouverture varie de 13 à 15 cm, mais on en trouve de plus grandes, jusqu’à 18 cm (Sal. 6400) ; l’intérieur est entièrement verni à l’exception d’un filet réservé sur la lèvre ; l’extérieur reste clair, sauf la partie supérieure et parfois le bas (Sal. 4589)38.

  • 39 Karageorghis, Necr. II, p. 131, pl. CLXVII, CCXLVIII : t. 85 A, 10 (coupe d’un type un peu différen (...)

22A Tocra et à Mégara Hyblaea, on date ces coupes de la période 650-580 av. J.-C. environ. Dans cet ensemble de coupes « ioniennes » trouvées à Salamine, il est impossible de faire une distinction chronologique ; elles proviennent de dépôts archaïques de différents points de la ville, c’est-à-dire surtout le sanctuaire archaïque (la fin du chypro-archaïque II voit l’avant-dernier état d’occupation de ce sanctuaire à la fin du VIIème s.), une fosse très profonde dans le sondage Ζ contenant de la céramique chypriote de la classe IV et V et de la céramique importée datant de la période 625-575, des dépôts à proximité du rempart et des déblais mêlés sous la basilique byzantine : tous ces dépôts mêlent des fragments de ces différentes séries. La nécropole, pour sa part, a donné très peu de coupes ioniennes39. On peut donner une limite inférieure, environ 580-575 av. J.-C., pour l’importation massive à Salamine de ces vases de Grèce d’Asie ; la majeure partie, semble-t-il, vient de Rhodes et de Samos.

III. — Les amphores

  • 40 Une quarantaine de numéros ont été répertoriés pour le Corpus en préparation (voir note 2).

23Si la céramique de luxe, originaire de la côte ionienne ou des îles de la Grèce d’Asie est relativement rare, les fragments d’amphore représentent pour leur part une quantité considérable du matériel non chypriote trouvé à Salamine dans les niveaux archaïques. La nécropole en a livré un grand nombre, souvent entières, alors que les bols, coupes, cratères... y étaient beaucoup plus rares ; les dépôts archaïques, dans la ville même, contenaient de nombreux fragments40, dont la matière sinon toujours la forme était bien reconnaissable à côté de la céramique locale.

24Les ateliers de fabrication de ces amphores sont variés et souvent difficiles à localiser pour le moment ; cependant la matière, la forme et éventuellement le décor permettent de déterminer quelques groupes.

Amphores à engobe blanc et S couché (fig. 5 a-b)

  • 41 J. K. Anderson, BSA 49, 1954, p. 169 ; cf. P. Bernard, BCH 88, 1964, p. 137-140, avec bibliographie (...)
  • 42 A Lefka, amphore du musée de Nicosie, 1961/XI-3/1 ; à Marion, SCE, II, pl. LXXVII et CXL ; BCH 86, (...)
  • 43 Voir note 40 ; cf. Lambrino, Histria, p. 101 (dernier tiers du VIIème s.).

25Un certain nombre de fragments d’amphores, recouvertes d’un épais engobe blanc jaune ou crème sur une pâte brune et parfois décorées de motifs simples peints en brun ou en brun rouge (67-Z1233 a-c) (fig. 5 a) se rattachent au groupe de Chios41 : les amphores fusiformes (« spindleshaped ») décorées sur l’épaule d’un S couché, dessiné d’un geste souple, comme on en trouve en d’autres points de l’île : Lefka (fig. 5 b) ou Marion42, sont caractéristiques de cette production. Cette série à engobe blanc jaune épais semble propre au VIIème s.43.

Amphores à S couché ou bandes horizontales, sans engobe ou à engobe léger (fig. 5 c-d)

  • 44 Lambrino, Histria, p. 109 (« grandes amphores sans engobe »).
  • 45 Cf. également Bernard, BCH 88, 1964, p. 137 et références citées.

26Bien d’autres fragments semblent appartenir à des amphores portant le même type de décor, mais différentes des précédentes, tant par leur forme (corps beaucoup plus renflé), que par l’absence de cet engobe blanc épais ; en outre, le motif en S couché y est, en règle générale, plus régulier et symétrique ; les bandes horizontales, le cas échéant, sont de largeur égale sur un même vase44 ; la base est soit annulaire, soit étroite à pied conique ou fond rentré45.

  • 46 Karageorghis, Necr. II, p. 63, pl. CXVI, CCXXIV : t. 33, 22 ; voir aussi ibid., p. 215, n° 111 ; p. (...)

27Le sondage Ζ a fourni beaucoup de fragments d’amphores de cette catégorie ; un autre exemplaire (Sal. 3120) avec un décor de S couché provient de la zone bouleversée située sous la basilique byzantine. Plusieurs amphores complètes ont été trouvées dans la nécropole46, dans des tombes du chyproarchaïque II, c’est-à-dire du VIème s.

  • 47 Anderson, BSA 49, 1954, p. 168-170 : série chiote sans engobe, plus récente que l’autre.

28Il est certain que ces amphores sont originaires d’ateliers divers : sans doute une partie continue-telle la série de Chios, au début du VIème s.47, mais l’origine des autres restera à déterminer.

Amphores pansues sans décor (fig. 5 e)

  • 48 Voir la forme du type Β de Lambrino, Histria, p. 114-115.
  • 49 Karageorghis, Necr. II, p. 57, pl. CCXXIII.

29Il s’agit là de grandes amphores commerciales, dont la pâte est assez sombre (brun, gris, brun rouge), parfois micacée, fine mais légèrement rugueuse ; les fragments de col ou de fond permettent d’en rattacher la plupart des exemplaires à un modèle d’amphore courant dans le monde ionien ; le corps est piriforme, assez renflé48, comme le vase presque complet trouvé dans le sanctuaire archaïque (Sal. 6874). Ce genre d’amphore est présent également dans la nécropole49. Leur période d’importation à Salamine doit s’étendre de la fin du VIIème au milieu du VIème s.

  • 50 Karageorghis, Necr. II, app. par. O. Masson, p. 278.

30Ce grand nombre d’amphores importées de Grèce d’Asie témoigne de la large diffusion de ce commerce en Méditerranée et en Mer Noire, où elles ont transporté des produits de consommation (blé, vin, huile...). Elles donnent ici la preuve d’échanges importants entre l’Ionie et Chypre à la fin du VIIème s. et au cours du VIème s. Très souvent des graffites donnent à ces amphores un caractère particulier ; plusieurs amphores trouvées dans la ville (Sal. 3120, fig. 5 c), comme dans la nécropole50 sont ainsi marquées.

***

  • 51 BCH 86, 1962, p. 55, fig. 54-55.
  • 52 BCH 85, 1961, p. 312-314, fig. 65 et BCH 86, 1962, p. 407, fig. 100 a ; cf. aussi BCH 88, 1964, p.  (...)
  • 53 Voir en particulier des coupes de fabrication locale imitant des coupes ioniennes : BCH 86, 1962, p (...)
  • 54 On en a trouvé des exemplaires dans la ville (69/10396) et dans la nécropole, Karageorghis, Necr. I (...)
  • 55 Voir V. Karageorghis et J. des Gagniers, La céramique chypriote de style figuré, Age du Fer (1050-5 (...)
  • 56 Voir par exemple à Salamine des fragments comme 67/Z-1599 (Bichrome IV) qui porte le corps d’un ani (...)

31D’autres sites de l’île ont livré de la céramique « ionienne », et en particulier des sites côtiers : ainsi Marion, où l’on a trouvé plusieurs fois des amphores fusiformes de Chios, mais également Kition, Soloi, Ayia Irini51, et surtout Amathonte, d’où proviennent, parmi un abondant matériel, de belles pièces rhodiennes du style des « Boucs sauvages »52. C’est dire que les échanges avec l’Ionie ont affecté l’île tout entière. Outre les vases réellement importés, soit pour eux-mêmes (coupes, bols, oenochoès.. .), soit également pour leur contenu (amphores), l’influence ionienne s’est exercée aussi sur l’industrie des potiers chypriotes53 : on rappellera ici, par exemple la forme des coupes Plain White V54, vaisselle d’utilisation courante dans l’île au VIème s., dérivées à l’évidence des coupes ioniennes ; on pense également, par contraste avec le style figuré caractéristique de l’art chypriote archaïque55, aux décors qui imitent les vases rhodiens (motifs de capridés ou d’autres animaux en file, décor en registres superposés, forme du corps des animaux, etc....)56.

  • 57 Beaucoup de statuettes de calcaire et de figurines de terre cuite modelées ou moulées ; voir G. Sch (...)
  • 58 Cf. M. Yon, Salamine de Chypre, IV, ch. II « Lions archaïques », p. 45.
  • 59 T. J. Dunbabin, The Greeks and their Eastern Neighbours, p. 50.
  • 60 C’est-à-dire dans la chronologie chypriote : fin du chypro-archaïque I et début du chypro-archaïque (...)

32L’histoire de Chypre bénéficie des informations que suggère la présence de ce matériel, et en particulier ici l’histoire de Salamine. On constate que les liens, bien attestés dans les textes, entre le royaume salaminien et les cités d’Ionie au début du Vème s. (au moment des événements que rapporte Hérodote lors de la révolte contre la suprématie perse en 499-498 av. J.-C.), existent déjà à une période plus ancienne pour laquelle les sources littéraires font défaut. Il est au reste notable qu’une recherche sur les ateliers de fabrication des vases trouvés à Salamine, lorsqu’on a pu le déterminer, nous oriente en particulier vers Samos et surtout vers Rhodes. Certes, il s’agit là de centres de production et de diffusion très actifs ; mais on ne peut nier que, tant à Samos dans l’Héraion que dans le sanctuaire de Lindos, pour ne citer que ces exemples, le matériel de provenance chypriote représente une masse considérable57 : il s’agit entre autres, pour une grande part, de figurines sculptées dont le lien avec des ateliers salaminiens pour la période couvrant la fin du VIIème et le début du VIème s. est assez probable58. T. J. Dunbabin interprétait avec juste raison les terres cuites chypriotes de Samos comme la production d’artisans installés à Samos ; mais il refusait d’y voir le résultat d’un commerce et d’échanges continus59. Certes, cette interprétation unilatérale est plus que probable pour la plus grande partie du VIIème s. ; mais en face des objets chypriotes découverts à Samos ou à Lindos, le nombre et la nature des importations ioniennes à Salamine (vases de luxe certes, mais aussi amphores commerciales) supposent un développement particulièrement important des échanges au cours de la période qui s’étend de 630 à 580-575 av. J.-C. environ60.

  • 61 G. Hill, History of Cyprus, I, 1940, p. 95-110.

33Quelles qu’aient été alors les réalités politiques, le poids de l’Assyrie ou de l’Egypte sur les royaumes chypriotes61, ces modestes documents salaminiens témoignent à leur manière d’un climat favorable au développement des activités commerciales en Méditerranée orientale, comme en témoignaient également par exemple les trouvailles faites dans le reste de Chypre, aussi bien que celles de Tocra ou de Naucratis, de Tarse ou d’Al Mina. Qui transportait ces objets, qui tenait les comptoirs ? Étaient-ce des Grecs, des Phéniciens, des Chypriotes ? Le problème reste posé.

Notes

1 Ainsi, lors de la révolte de l’Ionie contre les Perses, la plus grande partie de l’île s’est rangée en 498 a.C. aux côtés des Ioniens, et en particulier un roi de Salamine, cf. Hérodote, V, 104.

2 A paraître en 1977, ce Corpus doit rassembler toute la céramique grecque (Grèce continentale, îles de l’Egée, Grèce d’Asie) des périodes géométrique et archaïque, importée à Chypre ; au Corpus considérable rassemblé par E. Gjerstad, s’ajouteront des appendices concernant du matériel inédit provenant d’Amathonte (J. P. Thalmann), Kition (V. Karageorghis), Salamine (Y. Calvet et M. Yon). E. Gjerstad avait déjà étudié cette question dans The Swedish Cyprus Expedition (abrégé SCE), IV 2, p. 269, en 1948 ; plus récemment, T. J. Dunbabin a effectué un recensement de la céramique grecque trouvée à Chypre (The Greeks and their Eastern Neighbours, 1957, p. 72-76). Mais depuis une quinzaine d’années, le matériel archéologique issu des fouilles s’est tant accru, qu’une mise à jour était indispensable.

3 V. Karageorghis, Excavations in the Necropolis of Salamis, I-III, Nicosie, 1967-1974 (abrégé ici Karageorghis, Necr.... 8).

4 J. A. Munro et H. A. Tubbs, JHS 12, 1891, p. 59-198 : le matériel est au British Museum pour la plus grande partie. Lors d’une mission à Londres, en 1967, M. Higgins nous avait très aimablement permis d’accéder aux inventaires et d’étudier le matériel salaminien. Nous tenons à le remercier ici.

5 Mission de l’Université de Lyon (Lyon II), 1964-1974. Voir Salamine de Chypre I à VI, 1969-1975, par divers auteurs ; et « Chronique des fouilles et découvertes archéologiques à Chypre », BCH 89 à 99, de 1965 à 1975. La fouille du sanctuaire, inachevée, a été interrompue par les événements de 1974 ; il nous a été impossible, en outre, de revoir pour l’étudier, l’ensemble du matériel découvert depuis 10 ans de fouille.

6 Pour l’illustration des fragments mentionnés ici mais non représentés, on se reportera au Corpus annoncé plus haut (note 2).

7 M. Lambrino, Les vases archaïques d’Histria, 1938, p. 37-64.

8 Karageorghis, Necr. II, p. 57, pl. CXI, CCXXIII : t. 29, 2.

9 R. M. Cook, Greek Painted Pottery, 1960, p. 118 (fin du VIIème-début du VIème s.) ; cf. K. Kinch, Vroulia, 1914, pl. 25, 6 ; pl. 43, 25, 2 a.

10 Karageorghis, Necr. II, p. 74, pl. CXXVI, CCXXVIII : A 1.

11 Par exemple H. Walter, Samos, V, 1968, pl. 85 ; Lambrino, Histria, p. 37 sq. ; Kinch, Vroulia, p. 134, fig. 44 a-b ; à Tarse, Hanfmann, Studies... H. Goldman, p. 176.

12 Voir plusieurs exemplaires du dépôt I de Tocra avec base à bouton : J. Boardman et J. Hayes, Excavations at Tocra, 1966 (abrégé ici Hayes, Tocra), p. 44 et pl. 38, n° 723, 729 ; d’autres à base annulaire : ibid., n° 733, 734... Le n° 733, à large bande noire sous l’oiseau paraît à J. Hayes certainement postérieur à 580 a.C. (ibid. p. 45).

13 Hayes, Tocra, p. 50 et fig. 26, n. 636, pl. 36 ; ibid. p. 44 : Deposit II, c’est-à-dire 580-560 a.C., une cinquantaine. Pour d’autres exemples à Délos, Chios, Rhodes, Istros, etc.... voir ibid. p. 44, note 1.

14 Inventaire 91.8-6.73 ; découvert à Salamine par l’expédition anglaise de 1890 au lieu-dit « Cistern », à très peu de distance de notre sondage Ζ (Munro et Tubbs, JHS, 12, 1891, p. 137-145 ; et plan du site en pl. V).

15 Voir Cook, Greek Painted Pottery, fig. 30 b ; cf. d’autres exemplaires comparables : M. Robertson, « The Excavations at Al Mina, Sueidia, IV : The Early Greek vases », JHS 60, 1940, pl. I, c, e ; pl. II, m ; p. 8 (dernier tiers du VIIème s.) ; Walter, Samos V, pl. 119, n° 599, 600 ; Kinch, Vroulia, p. 197-264 et fig. 76 b.

16 Inventaire 91.8-6.72 (= A 722) : Munro et Tubbs, JHS 12, 1891, p. 142, fig. 5.

17 J. Boardman, Excavations in Chios, 1952-1955, Greek Emporio, 1967, p. 151 et pl. 55.

18 Cook, Greek Painted Pottery, p. 121 et pl. 31 B : 600-575 a.C. ; cf. R. M. Cook, « Fikellura Pottery », BSA 34, 1933-1934, p. 2, note 1 ; Robertson, JHS 60, 1940, p. 8.

19 Kinch, Vroulia, p. 196-197 et 223.

20 Voir une amphore de la tombe 106 d’Amathonte : A. S. Murray, A. H. Smith et H. B. Walters, Excavations in Cyprus, 1900, p. 104, fig. 151 ; cf. Lambrino, Histria, p. 247, fig. 211 : « amphore du style de Camiros ».

21 Hayes, Tocra, pl. 29, n° 588.

22 Boardman, Greek Emporio, p. 150, n° 634-652.

23 Voir la classification dans F. Villard et G. Vallet, « Mégara Hyblaea, V : Lampes du VIIème s. et chronologie des coupes ioniennes », Mefr 67, 1955, p. 7-34 (abrégé ici Megara Hyblaea V) ; M. Lambrino (Histria, p. 81) critiquait le terme « coupes ioniennes », mais l’employait néanmoins.

24 Voir par exemple M. A. Hanfmann, « On some Eastern wares found at Tarsus », The Aegean and the Near East, Studies... H. Goldman, p. 167.

25 Par exemple Hayes, Tocra, p. 111-134, « Black-glazed cups ». n° 1192-1405.

26 BCH 86, 1962, p. 384, fig. 79 (« provenance exacte inconnue »).

27 Plusieurs exemples à Vroulia : Kinch, Vroulia, pl. 8, 2 ; cf. Cook, Greek Painted Pottery, p. 142.

28 Hayes, Tocra, p. 11 et 115.

29 Voir les exemples cités dans Hayes, Tocra, p. 115, note 5.

30 Megara Hyblaea V, p. 18-19.

31 Pas d’exemple à Tocra même, mais à Tarse (Tarsus III, p. 287, n° 1386, fig. 95, 144), à Al Mina (inédit), à Samos : cités par Hayes, Tocra, p. 115, note 6.

32 Al Mina : fin du VIIème s. (Robertson, JHS 60, 1940, p. 15, fig. 7 n) ; Tocra : fin du VIIème-début du VIème s. (Hayes, Tocra, p. 115-116) ; Tarse : 725-700 a.C. (Hanfmann, Studies... H. Goldman, p. 177 et fig. 8).

33 BCH 88, 1964, p. 300-301, fig. 1.

34 BCH 84, 1960, p. 250-251, fig. 15-16 ; BCH 93, 1969, p. 449, fig. 26 ; BCH 97, 1973, p. 606, note 5, fig. 13 et 14.

35 Hayes, Tocra, p. 120 et fig. 55, n° 1197.

36 Megara Hyblaea V, fig. 4 et p. 23-27.

37 Ce type trouve son équivalent à Histria : Lambrino, Histria, p. 88, n° 3, fig. 49 (« coupe à pied bas, de la catégorie courante » ; diamètre 0,143 m ; pas de filet pourpre ; vernis viré au rouge) ; voir aussi Hanfmann, Studies... H. Goldman, p. 169 et fig. 4.

38 Voir une coupe semblable trouvée à Ayia Irini, avec un bol à rosette : BCH 86, 1962, p. 367, fig. 54.

39 Karageorghis, Necr. II, p. 131, pl. CLXVII, CCXLVIII : t. 85 A, 10 (coupe d’un type un peu différent).

40 Une quarantaine de numéros ont été répertoriés pour le Corpus en préparation (voir note 2).

41 J. K. Anderson, BSA 49, 1954, p. 169 ; cf. P. Bernard, BCH 88, 1964, p. 137-140, avec bibliographie sur des exemplaires trouvés dans toute la Méditerranée et la mer Noire.

42 A Lefka, amphore du musée de Nicosie, 1961/XI-3/1 ; à Marion, SCE, II, pl. LXXVII et CXL ; BCH 86, 1962, p. 336-337, fig. 11 (aussitôt après le milieu du chypro-archaïque II).

43 Voir note 40 ; cf. Lambrino, Histria, p. 101 (dernier tiers du VIIème s.).

44 Lambrino, Histria, p. 109 (« grandes amphores sans engobe »).

45 Cf. également Bernard, BCH 88, 1964, p. 137 et références citées.

46 Karageorghis, Necr. II, p. 63, pl. CXVI, CCXXIV : t. 33, 22 ; voir aussi ibid., p. 215, n° 111 ; p. 7, t. 6, 10 ; p. 13, t. 9, 4 et 10 ; p. 30, t. 14, 1 ; p. 57, t. 29, 3 ; etc.

47 Anderson, BSA 49, 1954, p. 168-170 : série chiote sans engobe, plus récente que l’autre.

48 Voir la forme du type Β de Lambrino, Histria, p. 114-115.

49 Karageorghis, Necr. II, p. 57, pl. CCXXIII.

50 Karageorghis, Necr. II, app. par. O. Masson, p. 278.

51 BCH 86, 1962, p. 55, fig. 54-55.

52 BCH 85, 1961, p. 312-314, fig. 65 et BCH 86, 1962, p. 407, fig. 100 a ; cf. aussi BCH 88, 1964, p. 329, fig. 60 ; Murray, Smith et Walters, Excavations in Cyprus, p. 104-105.

53 Voir en particulier des coupes de fabrication locale imitant des coupes ioniennes : BCH 86, 1962, p. 367, fig. 53 ; cf. Gjerstad, SCE, IV 2, p. 276-306.

54 On en a trouvé des exemplaires dans la ville (69/10396) et dans la nécropole, Karageorghis, Necr. II, p. 40, pl. CCXV, t. 20, 42.

55 Voir V. Karageorghis et J. des Gagniers, La céramique chypriote de style figuré, Age du Fer (1050-500 av. J.-C.), Rome, 1975.

56 Voir par exemple à Salamine des fragments comme 67/Z-1599 (Bichrome IV) qui porte le corps d’un animal semblable à celui des capridés de style rhodien.

57 Beaucoup de statuettes de calcaire et de figurines de terre cuite modelées ou moulées ; voir G. Schmidt, Samos VII, 1968 ; C. Blinkenberg, Lindos I, 1931 ; il y a moins de céramique, car les vases chypriotes ont peine à rivaliser avec la qualité des productions locales.

58 Cf. M. Yon, Salamine de Chypre, IV, ch. II « Lions archaïques », p. 45.

59 T. J. Dunbabin, The Greeks and their Eastern Neighbours, p. 50.

60 C’est-à-dire dans la chronologie chypriote : fin du chypro-archaïque I et début du chypro-archaïque II.

61 G. Hill, History of Cyprus, I, 1940, p. 95-110.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search