Version classiqueVersion mobile

Les céramiques de la Grèce de l'Est et leur diffusion en Occident

 | 
Centre Jean Bérard
, 
Institut français de Naples

La céramique de la Grèce de l’Est à Ras el Bassit

Paul Courbin

Note de l’éditeur

(Pl. XV-XVIII)

Texte intégral

1La céramique de la Grèce de l’Est à Ras el Bassit n’a pas été retrouvée dans les tombes (à une seule exception près, d’ailleurs douteuse), mais dans l’habitat ; c’est dire que dans la grande majorité des cas elle est brisée et lacunaire. Elle n’a donc aucun caractère spectaculaire et ne saurait être comparée aux magnifiques spécimens provenant des nécropoles ou des sanctuaires proches des centres de fabrication. Elle ne présente pas non plus, sauf peut-être pour certaines fabriques, comme la céramique beige lissée, d’intérêt particulier en elle-même: sa valeur ne résulte que de sa présence à Ras el Bassit, qui atteste l’exportation, à certaines phases de la période archaïque, de tel ou tel type céramique.

2Les plus anciennes importations, au IIe âge du Fer, plus précisément au VIIIe s. av. J.-C., ne proviennent d’ailleurs pas de la Grèce de l’Est, mais des Cyclades qui, de 750 à 650, resteront la source principale. Cependant, dès cette époque, apparaissent les premiers documents attribuables au Dodécanèse et plus particulièrement à Rhodes : ainsi, un fragment de bol rhodien géométrique, un fragment de skyphos à file de hérons, probablement rhodien, ou un fragment de skyphos d’imitation protocorinthienne très semblable à certains exemplaires trouvés à Exochi (fig. 1).

3A la première moitié du VIIe s. on peut rapporter plusieurs fragments de dinoi de la Grèce de l’Est, décorés au peigne (fig. 2) et quelques bords de cratère soulignés d’un zigzag incisé comme on en trouve à Samos.

4Mais c’est de 650 env. à 550 que les exportations de la Grèce de l’Est à Ras el Bassit sont les plus abondantes et les plus variées.

5On peut en effet attribuer à la seconde moitié du VIIe s., grosso modo, de nombreux vases ou fragments généralement considérés, à tort ou à raison, comme rhodiens. Les formes représentées sont l’amphore, l’oenochoè basse à épaule carénée, l’olpè, l’aryballe, l’askos-couronne, le cratère, le dinos, toutes les variétés de coupes définies par Vallet-Villard (A 1, A 2, Β 1) et Hayes (fig. 3 et 4), ainsi que d’autres, qui n’entrent pas dans ces classifications (fig. 5), le bol à oiseau (fig. 6), le plat à pied haut (fig. 7), le support tripode etc. Pour les techniques du décor, on peut citer les filets blancs et rouges, la bichromie (sur un fr. de support tripode), l’« émail » polychrome étudié par Peltenberg. Le style de la Chèvre Sauvage est attesté par un certain nombre de fragments (fig. 8) ainsi que la « technique mixte » corinthianisante (fig. 9).

6Pendant la première moitié du VIe s., les exportations se poursuivent avec les types correspondants des mêmes formes (amphores, oenochoè à languettes ou à zigzag, cratère, dinos, coupe) auxquelles s’ajoutent l’hydrie, l’alabastre tubulaire à filets incisés, la coupe à facettes, la phiale à manche. Les techniques du décor comprennent maintenant, outre le dessin au trait et la silhouette, la figure noire avec incision et rehauts, l’incision sur fond noir (coupes de Vroulia). La composition du décor est celle des coupes Β 1 et Β 2 (fig. 10), ou, sur certaines coupes peut-être dotées d’une seule anse horizontale, des bandes et filets intérieurs (cf. G. Ploug, Sūkas, II, p. 38-41) (fig. 11). Les motifs attestés sont ceux de la « file d’animaux » rhodienne tardive, les rosettes et les arêtes au trait sur les bols (fig. 13), les motifs floraux sur les plats (fig. 12).

7Un certain nombre de documents peuvent être attribués à des fabriques plus ou moins déterminées : certains fragments du style de la Chèvre Sauvage, dont la terre est orangée ou cuivrée pourraient provenir de Smyrne, ainsi que des amphores plus ou moins fragmentaires à coeur gris fer, couverte brune et bandes d’un noir franc; d’autres, dont l’argile est blanchâtre et terne, de Milet.

8La céramique grise, monochrome et polie, commune à Lesbos, en Eolide et ailleurs en Asie Mineure, est bien attestée par des cols d’amphore, d’oenochoè trilobée, des fragments d’hydrie, de dinos à anse plastique (fig. 14), de plat à pied haut et surtout de nombreuses assiettes à rebord rainuré, pied en anneau et dessous incisé de cercles concentriques. La variante beige de cette céramique, qui est connue en Asie Mineure, est particulièrement bien représentée par des assiettes, de type analogue, ou à rebord plat, parfois partiellement vernies (fig. 15).

9Quelques fragments présentent les croissants de lune du style dit de Fikellura ; d’autres, les écailles à point noir sur rehaut blanc de Clazomènes, ou sans rehaut blanc (de Samos ou de l’Ionie du Nord ?).

10La production chiote est présente: amphores à arabesques, y compris la variété à couverte savonneuse et zigzags orange dessinés au peigne, oenochoè (fig. 16), petite oenochoè élancée sans engobe, dinos, calices du type III à lotus et palmettes polychromes intérieures, phiales polychromes à omphalos etc.

11A la céramique proprement dite il conviendrait d’ajouter quelques figurines de la Grèce de l’Est (par ex. un « démon ventru » du type rhodien).

12A partir de 550-540 av. J.-C., les importations attiques, présentes dès le début du VIe s., l’emportent définitivement sur celles de la Grèce de l’Est.

13Ras el Bassit inscrit un point de plus sur la carte de distribution de la céramique de la Grèce de l’Est, mais la céramique qu’on y a retrouvée ne peut, de toute évidence, préciser la localisation des centres de fabrication. C’est au contraire la solution préalable de ces problèmes qui pourrait fournir une interprétation correcte des courants commerciaux aboutissant à Ras el Bassit.

14Une contribution à l’établissement de la chronologie de la céramique de la Grèce de l’Est pourrait peut-être être fournie par ses associations stratigraphiques à d’autres céramiques archaïques, bien que souvent les fragments en question aient été retrouvés dans des contextes beaucoup plus tardifs.

15Enfin, la présence relativement abondante de la céramique figurée confirme la différence de physionomie déjà bien connue entre les exportations vers l’Orient et celles qui étaient destinées à l’Occident.

Auteur

© Publications du Centre Jean Bérard, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search