Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crépuscule des marges

 | 
Pascal Ruby

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Gras 1985, 703.

1Au terme de ce travail, j’ai moi aussi le sentiment – comme pouvait l’avoir M. Gras en conclusion de ses Trafics Tyrrhéniens1 – d’avoir marché sur les traces du Chasseur Noir cher à P. VidalNaquet. En effet, ce sont les marges du monde proto-étrusque qu’il nous fallut parcourir à l’occasion de cette étude sur le Premier Age du fer – on peut à présent parler de “l’époque villanovienne” – de Sala Consilina. Peut-être n’était-ce qu’une partie des confins d’une partie du monde étrusque, mais l’image de ces terres d’eschatia convient bien à un lieu où le “Villanovien” ne fut jamais adulte. Car, d’une certaine façon, là réside l’un des principaux intérêts de Sala Consilina, ce laboratoire de l’impossible pour les communautés villanoviennes.

2Lorsque j’entrepris ces recherches, je fus immédiatement frappé par l’un des aspects marquants de Sala Consilina : le site du Vallo di Diano paraissait caractérisé par ce qui ne s’y déroule pas, plus encore que par ce qui s’y déroule. Le modèle qui pouvait servir de référence était bien évidemment celui de la nécropole de Pontecagnano. Comparée au site de l’Agro Picentino, Sala Consilina montrait de nombreux traits en commun, mais seulement jusqu’à un certain point : au-delà, les divergences étaient si nettes qu’il était impossible de ne pas considérer ces différences comme “suspectes”. Pourquoi ne connaissait-on pas de tombes princières dans le Vallo di Diano à la fin du VIIIe siècle ? Pourquoi ne décelait-on pas l’expression d’un Orientalisant local ? Comment expliquer, en un mot, la disparition du caractère proprement “villanovien” de cette implantation et son remplacement par une autre culture (Œnôtre) et qu’étaient devenus les “proto-Etrusques” de Sala Consilina ? Ces questions tenaient compte de l’a priori que j’avais alors, transposant de ce fait la dépendance scientifique dans laquelle se trouve tout archéologue de l’Italie protohistorique à l’égard du site de Pontecagnano, en une dépendance “culturelle” de la population de Sala Consilina vis-à-vis de celle de la côte tyrrhénienne.

3Pour proposer une réponse, un retour aux données était nécessaire. La typologie proposée avait deux finalités : l’encadrement culturel et l’encadrement chronologique. Les comparaisons ont permis de souligner les très grandes convergences, les parallèles toujours plus nets entre Pontecagnano et Sala Consilina. Le problème de l’encadrement culturel était en partie résolu : le “Villanovien” de Sala Consilina est aussi typique que celui de Pontecagnano et que celui de bien d’autres sites d’Etrurie même. Il n’est pas surprenant qu’en chaque lieu se manifestent un certain nombre de traits originaux. Mais quelles significations, précisément, donner à ces originalités ? Je reviendrai plus loin sur cette question.

4L’autre finalité – l’encadrement chronologique – permit de dater le moment auquel se concrétisent dans la culture matérielle les divergences entre les deux sites : la fin du VIIIe siècle, peu après le début de l’Orientalisant ancien. Il était même possible de préciser que les parallèles étaient jusqu’à ce terme si étroits qu’une phase de l’Orientalisant pouvait elle-même être mise en évidence à partir des mobiliers de Sala Consilina. Avant de disposer des mobiliers inédits du corpus présent, cette période était très mal représentée : le nombre très limité de tombes de cette phase connues dans les années soixante avait incité J. de La Genière et K. Kilian à considérer ce moment comme une sous-phase plutôt qu’une phase à part entière. J’ai, à ce propos, souligné combien, même en disposant d’un nombre plus conséquent de sépultures, les continuités étaient grandes entre les deux phases. Une fois ce moment fixé, il était nécessaire de résoudre le problème de la discontinuité ainsi soulignée entre une première époque – qualifiée de “villanovienne” – et une seconde – “œnôtre”.

  • 2 Binford 1982, 21 sq.
  • 3 Pallottino 1982 ; il a longtemps fallu se contenter de connaître la position de Colonna d'après le (...)

5Mais en retour se posait un nouveau problème : comment pouvait être expliquée la présence d’éléments non villanoviens, ces éléments qui avaient poussé certains archéologues à envisager une progressive absorption culturelle de la population de Sala Consilina par les voisins de Basilicate ? La réponse à cette question donna l’occasion de souligner combien nos outils conceptuels et méthodologiques sont parfois mal adaptés pour traiter des problèmes qui dépassent le cadre strict de la culture matérielle. L’analyse en termes purement “culturels” qui avait souvent été proposée ne permettait pas de rendre compte de la nouvelle situation créée par la mise en évidence d’un Orientalisant. Il est nécessaire d’adopter à l’égard de ces notions le même comportement critique que celui dont L. Binford faisait preuve envers la méthode des “assemblages” chère à F. Bordes2 : analyser des contextes archéologiques en termes d’assemblages conduit, écrivait en substance le chantre de la New Arch(a)eology, à ne produire que des assemblages. Un problème identique se pose lorsqu’on utilise des critères purement culturels : on invoque alors des “affinités”, des “convergences”, des “absorptions”. Mais quelle(s) réalité(s) dissimule-t-on, au bout du compte, derrière ces expressions ? Le fait que K. Kilian ait pu conclure que Sala Consilina n’est pas un site villanovien est symptomatique des lacunes extrêmes qui existent dans nos définitions. On peut, pour illustrer ce propos, évoquer également les réticences exprimées par M. Pallottino et G. Colonna sur le caractère villanovien de Capoue3. Le problème ne se pose pas en termes de « qui a raison ou bien tort ? » mais plutôt « de quoi parlonsparlons-nous ?». C’est avec ces préoccupations en tête que j’ai cherché à mettre à plat les problèmes.

6Cela passait par une nécessaire étape de formalisation des questions et des hypothèses quant à l’encadrement culturel du site. Cette formalisation a permis de mettre en évidence que ce ne sont pas tant les modèles explicites qui sont en cause que les modèles implicites qui bloquent les raisonnements. Parfois ces modèles implicites sont de véritables carcans idéologiques qui interdisent a priori toute confrontation d’hypothèses et essentiellement toute recherche de falsification. On pense à cette impossibilité d’évoquer un déplacement de populations sans se voir accuser de “diffusionnisme”. L’enjeu est pourtant d’importance : s’il n’est pas possible de falsifier une hypothèse, alors il n’est pas possible non plus d’en valider une plus qu’une autre et du même coup se trouve avorté tout embryon de discours scientifique. A voir l’attitude de certains, on peut avoir légitimement l’impression que ce n’est pas, pour eux, le plus important...

7Ce n’est pas le lieu ici d’ouvrir le débat autour du concept de “culture”. Je voudrais seulement remarquer que j’ai moi-même suivi cette approche pour souligner les manifestations de l’Orientalisant à Sala Consilina. En revanche, la “convergence” culturelle ne me paraissait pas capable de rendre compte de la présence des éléments extérieurs au val. Comment pouvait être justifié le recours à ces deux approches différentes ? Le problème majeur est posé pour la culture matérielle : que peut-on lire dans les données qu’elle fournit ? Accessoirement, comment justifie-t-on le recours à un type d’hypothèse ou à un autre ? Il n’existe pas de réponse définitive. Il faut chercher un juste équilibre entre une quantification des phénomènes et une qualification. J’ai, dans ce travail, voulu proposer des chiffres, le plus souvent de simples dénombrements. Les chiffres n’expliquent rien, ne justifient rien, mais permettent au minimum d’avoir une idée de l’importance d’un phénomène. Même si les mobiliers funéraires de Sala Consilina n’offrent pas toujours une réelle sécurité dans les associations d’objets, ils autorisent à estimer d’une façon relative et absolue la représentativité de tel élément ou caractère. C’est ainsi, par exemple, qu’une fois réduit à de justes proportions, l’apport de la culture de Cairano-Oliveto Citra se présente davantage sous la forme de contacts directionnels (du type “circulation d’objets”) que sous celle de contacts diffus, “culturels”.

  • 4 Lemonnier 1986.

8Mais certains phénomènes ne sont pas quantifiables directement. Partant, ils sont difficiles à appréhender. Le recours à l’explication “culturelle” ne devrait cependant pas être aussi systématique qu’il est actuellement pratiqué. Au moins ne devrait-il pas s’imposer sans qu’un travail critique sur ces manifestations de la “culture” – le style par exemple – soit effectué : les ethno-technologues, P. Lemonnier en tête, ont réhabilité le concept de “culture” en soulignant que le facteur culturel est, schématiquement, ce qui “reste” d’un comportement une fois éliminée la recherche de l’efficacité4. De ce point de vue, les mêmes manifestations “stylistiques” dans la culture matérielle peuvent être mises en évidence dans plusieurs groupes villanoviens : l’apparition de la forme de la jarre au début de la phase II ne répond pas seulement à un besoin fonctionnel, pas plus que l’adoption de l’anse relevée (eretta) sur les écuelles de la seconde moitié du VIIIe siècle. Ces changements soulignent combien des populations géographiquement éloignées peuvent avoir conscience d’appartenir à une même entité culturelle.

  • 5 Brun 1987.
  • 6 Ridgway 1984.

9Les explications culturelles ne peuvent, à tout coup, être invoquées. Il faut donc chercher à interpréter différemment les phénomènes qu’on perçoit. J’ai proposé de considérer l’arrivée d’objets “étrangers” à Sala Consilina sous l’angle des échanges, au risque de sembler parfois trop moderniste. Un encouragement à continuer dans cette direction m’était offert par les propositions récemment formulées par P. Brun : l’auteur interprète les changements sociaux, économiques et politiques perceptibles chez les populations du Premier Age du fer d’Europe tempérée, comme la naissance d’une “économie-monde” comparable à celle que reconnaissait F. Braudel pour l’Europe moderne5. L’examen du seul site de Sala Consilina n’autorisait pas à réécrire l’histoire de toute la péninsule italienne – encore moins de l’Europe. Il m’a néanmoins paru nécessaire de replacer l’histoire du site du Vallo di Diano dans le contexte historique de l’Italie méridionale du VIIIe siècle. Cela ne pouvait que renforcer cette importance donnée aux échanges. J’ai voulu lire, dans le crépuscule de ce site des marges, le contrecoup des bouleversements qui commencèrent à affecter la côte tyrrhénienne à l’arrivée des Grecs et des Orientaux peu avant le milieu du VIIIe siècle, arrivée qui annonçait l’« aube de la Grande-Grèce »6. Cette incursion étrangère n’explique cependant pas tout : nombreux sont les éléments qui permettent d’envisager l’existence très précoce de larges et stables réseaux d’échanges dans lesquels ne sont pas seulement impliqués les sites villanoviens mais éventuellement, ou momentanément, d’autres communautés. Il n’est pas nécessaire pour autant de sous-entendre l’existence de “méta-structures” politiques englobant les différents sites villanoviens dans une même unité. Il faut au contraire envisager l’échange dans ses acceptions anthropologiques et point seulement sous l’angle de ses manifestations archéologiques pour comprendre que ce type de relations produit des régularité spatiales, économiques et politiques. L’analyse de l’idéologie funéraire a de ce point de vue permis de mettre en évidence la cooccurrence de phénomènes tels la disparition des marqueurs traditionnels (sexuels et statutaires), leur remplacement par des signes de richesse liés à des biens de prestige et l’organisation en petits groupes sans doute familiaux.

10Au total, la population de Sala Consilina au Premier Age du fer nous apparaît comme une communauté de plusieurs centaines d’habitants. Si l’on ne peut rien conclure de définitif ni quant à la localisation des habitats ni quant à leur organisation interne, l’organisation sociale et politique qui peut être reflétée dans l’idéologie funéraire est compatible avec une structure point trop complexe de la société, au moins jusqu’à un moment avancé du Premier Age du fer. C’est cette image qui rend a posteriori difficile d’imaginer une très vaste communauté organisée sur un mode unitaire. Néanmoins, les processus de complexification sont à l’œuvre tout au long de la période, même si nous n’en avons pas les traces archéologiques avant la seconde moitié du IXe siècle. Ces processus paraissent amplifiés par la disponibilité de contacts accrus avec l’extérieur : mais encore une fois, les personnes émergentes de la fin du Premier Age du fer, pour qui les marqueurs sont à présent des signes de richesse et de ces contacts avec l’extérieur de la communauté, ne paraissent pas en mesure d’organiser une frange très large de la société.

11L’expression de l’idéologie, quant à elle, participe des deux aspects : d’un côté, elle fait écho à une certaine communauté de pensée qui est le propre d’une culture ; de l’autre, elle est le reflet plus ou moins déformé des transformations sociales que connaît un groupe humain, la manifestation de la compétition entre individus, la justification de la prééminence de certains. De ce point de vue, il serait nécessaire d’élargir l’enquête afin de disposer, grâce à de nouvelles fouilles à Sala Consilina, d’un plus grand nombre de contextes archéologiques. Il reste beaucoup à faire dans ce domaine, mais on peut déjà exprimer un regret : les recherches sur Pontecagnano montrent qu’une enquête systématique pourrait, pour peu qu’on propose des synthèses, atteindre des résultats auxquels ne peuvent prétendre les études basées sur des échantillons. De ce point de vue, la situation de la documentation sur Sala Consilina est beaucoup moins favorable.

12Cette étude a été l’occasion de souligner l’apport décisif des travaux précédents. Je n’ai cependant pas hésité à critiquer certains points qui me paraissaient devoir l’être. Mais j’ai surtout pu mesurer que, vingt-cinq années après les dernières publications originales, il demeure un certain nombre d’idées reçues sur Sala Consilina. Il faut espérer que ce travail aura contribué à en dissiper quelques unes. Je ne pense cependant pas que les recherches sur Sala Consilina doivent prendre fin une fois cette étude achevée. Les “pistes” d’enquête qu’elle a permis d’ouvrir sont au contraire nombreuses : je crois pouvoir compter sur la collaboration de mes collègues – italiens, danois, français,... – pour confirmer que les parcourir sera à nouveau “une affaire d’équipe”.

Notes

1 Gras 1985, 703.

2 Binford 1982, 21 sq.

3 Pallottino 1982 ; il a longtemps fallu se contenter de connaître la position de Colonna d'après le résumé de Bartoloni 1989a, 96. On dispose aujourd'hui de Colonna 1986, 94-95, 1991, 38 et 1992, 71.

4 Lemonnier 1986.

5 Brun 1987.

6 Ridgway 1984.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr