Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crépuscule des marges

 | 
Pascal Ruby

Chapitre IV. Sala Consilina : un site des marges

Texte intégral

«…bisogneràpure che noi ci si capisca nei modelli di lettura
che si dà di una realtà archeologica»

Lepore 1992, 88.

  • 1 Sur ces questions, voir Gardin 1979, 119-131.

1A cette étape de l’exposé, nous entrons de plain-pied dans l’étape des constructions interprétatives. En un sens, le cadre chronologique exposé dans la partie précédente constitue déjà une construction interprétative puisqu’il s’est agi d’isoler dans les caractères intrinsèques des objets ceux qui peuvent être mis en relation avec les attributs extrinsèques du temps (T)1. Mais ce faisant, nous n’avons fixé qu’une inconnue dans notre système d’équations qui en comporte trois. Il reste ainsi à envisager le lieu (L) et le groupe humain (H). Dans cet esprit, nous examinerons dans un premier temps ce qui peut être significatif d’un espace particulier afin de définir ce qui est ou non caractéristique du Vallo di Diano. Il s’agira d’étudier ces aspects de la production et de l’échange qui nous sont perceptibles à ne considérer que les données funéraires. Dans un deuxième temps, c’est au groupe humain lui-même qu’on s’intéressera, et l’on cherchera à exploiter les résultats d’une enquête sur l’idéologie funéraire exprimée dans les tombes considérées ici. Pour finir, nous nous tournerons de façon un peu paradoxale vers ce que J.-C. Gardin qualifie d’“interprétation primitive” : le paradoxe dans ce cas tient au fait que dans la protohistoire italienne cet aspect a pris de telles proportions qu’il n’est pas possible d’espérer le régler correctement sans avoir épuisé les autres aspects. Au total, on pourra proposer une lecture historique de la première époque de Sala Consilina.

1. Sala Consilina entre la production et l’échange

1.1. Les directions

  • 2 Sur ce sujet, l’ouvrage de référence demeure celui de M. Gras (1985).

2Plusieurs articles récents ont proposé un réexamen de la présence d’objets “œnôtres” – ou plus généralement d’Italie méridionale – dans des mobiliers de la zone étrusco-latiale. Cette présence a souvent été confrontée à celle d’objets grecs, originaux ou imitations, qui touche la région à la même époque. Ce ne sont cependant pas les seuls contacts qui concernent l’Italie centrale mais les autres circulations – phéniciennes – sortent de nos préoccupations immédiates2. Je me limiterai ici à réexaminer l’articulation de ces deux catégories en cherchant à mesurer comment les résultats obtenus à Sala Consilina peuvent constituer des éléments permettant de valider certaines hypothèses.

  • 3 Colonna 1974, 298.
  • 4 La Rocca 1977.
  • 5 Bietti Sestieri 1985a, 125-126.
  • 6 Bartoloni 1991b, 44 ; sur ce point, l’argument avancé de la cooccurrence d’un vase a tenda et d’un (...)

3La principale articulation proposée pour les deux classes d’objets céramiques grecs et indigènes a, pour la première fois, été formulée par G. Colonna. L’auteur conclut qu’existent, entre l’Italie méridionale et l’Etrurie, des lignes directrices de circulation d’objets qui ne s’identifient pas au commerce grec précolonial ; plus encore, le fait que ces circulations coexistent constitue la preuve que les objets grecs d’Italie sont les vestiges de contacts précoloniaux. La circulation doit intervenir avant la création de Pithécusses, car le monopole exercé par l’installation eubéenne sur les échanges interdirait une circulation indigène indépendante. Cela a pour conséquence la nécessité de remonter les phases Rome IIIB, Veio IIB et Tarquinia IIA dans la première moitié voire dans le premier quart du siècle3. A peu près toutes les hypothèses qui ont été formulées par la suite prennent comme point de départ celle de G. Colonna, que ce soit pour la compléter ou pour la critiquer. Ainsi l’analyse est-elle reprise par F. Delpino, qui l’argumente en soulignant que les contacts entre Italie méridionale et Etrurie se concentrent dans la première moitié duVIIIe siècle et qu’ensuite les Grecs installés sur la côte de la mer tyrrhénienne ont la mainmise sur ces relations. Mais les Grecs, estime-t-il, pourraient avoir pris en charge cette circulation des objets indigènes. E. La Rocca avait émis une idée similaire en estimant que les vases d’Italie méridionale entraient dans la classe des produits exotiques échangés par les Grecs4. Pour A. M. Bietti Sestieri, au contraire, les deux circuits de circulation – celui des produits indigènes et celui que suivent les produits grecs – pourraient se confondre depuis l’intermédiaire commun que joueraient les centres villanoviens de Campanie : les indigènes auraient pris en charge la circulation de ces objets grecs5. Enfin G. Bartoloni propose que des contacts entre les deux zones indigènes – Etrurie et Campanie villanovienne – aient pu perdurer après la fondation de Pithécusses, voire que l’ensemble des vases grecs de Veio y soit parvenu à un moment point antérieur (ou contemporain) au milieu duVIIIe siècle, en tout état de cause après la création de l’implantation grecque sur l’île d’Ischia6.

  • 7 Par exemple, Ridgway 1992, 91.

4Ces hypothèses prennent cependant toutes en compte la présence de ces objets comme le reflet exact de la réalité des contacts entre Grecs et indigènes : selon ce modèle, les Eubéens n’auraient pas dépassé vers le nord l’embouchure du Tibre. M. Gras a critiqué cette vision pour son apparente contradiction : le moteur de cette circulation grecque est la recherche de métaux et aucun objet grec n’est attesté dans la zone septentrionale de l’Etrurie, l’Etrurie minière7. Pour l’auteur, l’absence de tout matériel eubéen dans cette zone peut être interprétée selon trois hypothèses :

  • la piraterie étrusque fermerait l’accès à la mer tyrrhénienne au-delà des sites d’Etrurie méridionale ;

  • la céramique n’est pas un objet d’échange pour les Grecs ; son absence n’explique rien ; les contacts ont tout de même eu lieu ;

    • 8 Gras 1981, 324-325. Plus généralement sur cette quequestion : Gras 1985, 113 sq. ; également Ridgwa (...)

    la Sardaigne et les Phéniciens ont servi d’intermédiaires entre Eubéens et zone minière8.

5Veut-on simplifier, et aussitôt réapparaît la complexité et interviennent de nouveaux acteurs. Sala Consilina n’est pas le site clef qui peut permettre de résoudre ces problèmes. Cependant, en reconsidérant ces questions de circulation d’objets méridionaux à différentes échelles, les données du site du Vallo di Diano peuvent s’intégrer à une analyse d’ensemble de ces contacts. Mais sans doute est-il nécessaire de s’interroger sur ce que peuvent recouvrir ces circulations. Devant la variété des situations et des hypothèses, la multiplicité des origines possibles, le plus sûr consiste à envisager cette circulation depuis leur point d’arrivée, la zone toscolatiale, pour ensuite tenter de rebrousser chemin jusqu’au plus près de leur(s) point(s) de départ probable(s). En cours d’étude, on vérifiera de quelle façon ce chemin passe par le Vallo di Diano.

1.1.1. Les sens des circulations

  • 9 Bietti Sestieri 1985a, 86-88.

6Il n’est pas inutile de choisir un terme neutre comme celui de “circulation” pour parler de la présence d’objets manifestement étrangers dans des contextes archéologiques précis. Terme neutre car l’on sait – les autres sciences humaines nous le rappellent sans cesse – que ces déplacements d’objets peuvent être les manifestations de bien des pratiques sociales, économiques, politiques. L’archéologue perçoit ces déplacements aisément, mais bien souvent leurs vraies raisons lui échappent. On s’est essayé à des typologies, mais les catégories proposées restent nécessairement lâches et l’échange (pas systématiquement économique) n’est qu’une de ces catégories9. Ainsi A.M. Bietti Sestieri distingue :

  • la convergence des phénomènes identiques en des lieux différents – le contact culturel diffus – basée sur des affinités culturelles ;

  • l’échange – manifestation de contact directionnel ;

    • 10 Ibidem.

    l’échange économique, que l’auteur illustre (dans les contextes archéologiques) par la présence d’objets de bronze dans des régions dépourvues de ressources minières10.

7On ne peut nier l’intérêt de l’énoncé de ces catégories. Mais, une fois confronté aux objets archéologiques, il est souvent difficile de les répartir dans les différentes catégories, et même si on y parvient -l’archéologue est malgré tout un spécialiste des catégories – il faut se souvenir que reconnaître n’est pas expliquer. Car la prise en compte d’un corpus archéologique a ceci d’arbitraire qu’elle met les phénomènes “à plat”, chaque objet étant à la limite interchangeable avec un autre. Pourtant, l’ethnographie nous l’a appris, la circulation des objets est rarement une procédure simple, linéaire, univoque. Bien souvent au contraire cette circulation est comprise dans d’autres types de relations : elle est comme certains archéologues le proposent après la formulation du concept par K. Polanyi – embedded. Ce concept d’embeddedness traduit assez bien ce caractère des relations polymorphes dans lesquelles peut prendre place, mais pas nécessairement, la circulation d’objets.

  • 11 Ridgway 1984, 38.
  • 12 Jacobsthal 1969, 142 (l’édition originale date de 1944) ; Piggott 1959, 122.
  • 13 Delpino 1989, 112. Sur le sujet, voir Ruby 1993b.
  • 14 Zevi 1982, 202.
  • 15 Allen 1984.
  • 16 Sur l’articulation échange social-échange économique et l’importance de ces “circulations”, voir Ru (...)
  • 17 Bietti Sestieri 1992, 159. Plus généralement, Osteria dell’Osa 1992, 517-519.
  • 18 Gras 1981, 323.
  • 19 Bartoloni 1989b, 48-49.

8D. Ridgway propose, pour expliquer la présence de vases grecs, l’analogie avec la circulation du thé et de la tasse pour le boire11. L’image est plaisante : P. Jacobsthal l’a utilisée à propos des services à boire étrusques découverts dans les tombes celtiques et, de son côté, S. Piggott l’a lui-même employée pour une vaisselle de bronze datée de la fin du Ier millénaire en Europe centrale12. L’idée est à nouveau reprise par F. Delpino à propos de la classe des “cratères” à pied qui seraient à rapprocher, fonctionnellement, des exemplaires grecs et qui témoigneraient d’une même pratique13. Plus généralement, c’est l’hypothèse qu’on avance lorsqu’on souligne l’existence dans des contextes différents de “service” dont l’articulation est la même que dans leur zone d’origine. De son côté F. Zevi estime que la céramique grecque des contextes latiaux de la fin VIIIe n’est qu’une “céramique d’accompagnement” des amphores phéniciennes de même que la Campanienne à vernis noir accompagne les amphores vinaires14. Plus loin de notre domaine, J. Allen a pu rappeler, sur des exemples du golfe de Papouasie en Nouvelle-Guinée, combien l’acquisition de produits particuliers pouvait être intégrée à des rapports sociaux complexes et comment ces échanges pouvaient n’être que les prétextes au maintien de ces rapports sociaux15. Dans le même ordre d’idées, typiques de ces pratiques d’échange social sont les très fréquemment mentionnées “circulations de biens de prestige”16. Un autre exemple de circulation “embedded” est celui que propose A. M. Bietti Sestieri qui interprète la présence, dans des mobiliers de Pontecagnano, de céramique piumata et, dans des tombes de l’Osteria dell’Osa (Latium), de céramique “méridionale” – une tasse proche de l’Ausonien II de Lipari et une cruche à deux cols affine aux exemplaires de la Fossakultur méridionale comme le résultat de déplacements de groupes familiaux17. Quand bien même l’échange est attesté, tracer une direction entre un point de départ hypothétique et le point ultime d’arrivée risque de relever du non-sens tant les vicissitudes subies par l’objet entre les deux lieux ont pu être nombreuses. Pour chaque trajet, qui plus est, la circulation de l’objet peut avoir une autre signification que précédemment. Rien ne permet de penser par exemple que la réexportation de bronzes sardes vers les sites de Tarquinia et Cerveteri depuis les sites d’Etrurie minière, telle que la rappelle M. Gras18, répond à la même pratique sociale ou économique que celle qui a présidé à leur arrivée sur le continent19.

9On le savait déjà : la circulation des objets est un écheveau serré dont il est délicat d’isoler un brin et un seul. Il y a plusieurs façons de découper la réalité pour l’étudier : on peut envisager ces problèmes selon le type du matériel ou selon l’ambiance géographique de départ ou d’arrivée. La présence des objets “œnôtres” en Etrurie n’est qu’un aspect de la circulation qui touche cette région et les différents sites : même à l’appréhender en comparaison de la circulation de vases grecs, on n’abordera à l’échelle du bassin tyrrhénien que des manifestations particulières et limitées.

  • 20 Delpino 1984,257.
  • 21 Delpino 1986, 167.
  • 22 Gras 1981, 324.

10Un dernier problème doit être relevé : l’étroitesse du corpus de base. On peut bien sûr suivre F. Delpino dans sa supposition, assez gratuite, selon laquelle ces rares témoignages – une poignée d’objets – sont la partie visible d’une documentation qui pourrait être bien plus vaste20 et que dès leIXe siècle il existe une « ampia trama di rapporti e di scambi »21. Quel que soit le présupposé qu’on adopte, le faible nombre d’objets ne facilite pas l’identification de la nature de cette circulation, plus encore lorsqu’il faut tenir compte de contacts qui n’ont pas laissé de traces22.

1.1.2. Objets méridionaux et objets de type grec

  • 23 Delpino 1984.
  • 24 Bietti Sestieri 1985a.
  • 25 Guidi et al. 1987, 326, fig. 10.1, et Guidi 1988, 322, fig. 6.2.

11Les plus récents inventaires proposés par F. Delpino23 et A.M. Bietti Sestieri24 sont restés inchangés jusqu’à la fin des années quatre-vingts, à l’exception, pour la céramique “grecque”, de deux fragments de skyphos à oiseaux provenant de Cures qui sont venus s’y ajouter25.

  • 26 Colonna 1986 ; Bartoloni et Cordano 1978 ; Bartoloni 1986b, 105 ; Delpino 1984 et 1986 ; Cristofani (...)
  • 27 Gras 1981. Sur ces questions, voir également Markoe 1992, Ridgway 1992.
  • 28 Toms 1986, 73-77 ; d’Agostino (1989a, 69) souligne la difficulté de dater la tombe S.S. 174, bien q (...)

12La concentration des vases grecs dans la basse vallée tibérine – avec les exemplaires de Veio, de Narce, à présent de Cures26 – est bien connue. La région jouerait-elle le rôle de relais – pour les Eubéens – vers la zone minière, ou bien la présence de ces objets est-elle autre chose que le résultat d’une fréquentation eubéenne27 ? On verra plus loin la portée de ces questions. Par ailleurs, le seul site de Tarquinia regroupe les exemplaires restant avec un skyphos à oiseau (tombe Selciatello Sopra 174), une hydrie à métope (tombe Poggio Selciatello 160) et une coupe sporadique. Les propositions chronologiques convergent vers la première moitié duVIIIe siècle, avec la possibilité que certains contextes – à Veio par exemple, mais aussi à Tarquinia-soient datés de peu après le milieu duVIIIe siècle28.

  • 29 Delpino 1984, et bibliographie précédente.

13Les objets d’Italie méridionale sont représentés en nombre restreint : vase a tenda de Capena (salière 113 C), de Tarquinia (Poggio Impiccato 6, Poggio Impiccato 78, Selciatello Sopra 140) et de Vulci (sporadique) ; fibules à quatre spirales à Tarquinia, Veio et Cerveteri29, ainsi que les petites rondelles à large perforation, décorées de cercles concentriques incisés (Cerveteri, Bisenzio). Lorsqu’il est possible de proposer une chronologie, les mobiliers sont en général datés de la première moitié duVIIIe siècle.

  • 30 Bartoloni (1987, 45) propose de l’identifier avec une coupe géométrique à méandres attribuée à un a (...)

14Il semble donc que les deux zones de distribution soient proches, qu’elles se recoupent même en partie (Tarquinia), mais qu’elles ne se confondent pas : les vases grecs se concentrent sur la basse vallée du Tibre et accessoirement sur l’Etrurie méridionale, par Tarquinia interposée ; au contraire, les objets méridionaux se répartissent dans les sites d’Etrurie méridionale maritime et assez peu dans la vallée du Tibre. Tarquinia est le seul site à détenir des objets des deux origines, ce qu’illustre bien le cas de la tombe S.S.140 dans laquelle Pernier annonçait, à côté de la cruche a tenda une kylix en argile rosâtre aujourd’hui disparue30. Les recoupements existent donc, mais exceptionnellement. Bien sûr, avec une aussi faible quantité d’objets, les zones délimitées ne sont évidemment pas des entités définitives ni peut-être significatives : ce sont tout juste des tendances que l’on peut isoler, au risque de devoir les infirmer par de prochaines découvertes.

  • 31 Delpino 1986 en dernier lieu.

15Que deviennent dans cette confrontation entre zone d’objets d’Italie méridionale et zone d’objets de type grec, les hypothèses alternatives rappelées plus haut ? Si la céramique grecque n’est pas un objet d’échange pour les Grecs, il faut peut-être invoquer le rôle des indigènes eux-mêmes dans cette diffusion : rien n’implique en effet que ces objets soient de “première main”. Mais pourquoi alors, les deux zones seraient-elles si distinctes ? Bien sûr, même si la céramique n’est pas objet d’échange, les Grecs peuvent demeurer – à titre d’hypothèse – les responsables directs de la présence de ces vases dans les sites indigènes, comme témoignage d’autres rapports. La question soulevée par M. Gras sur l’objet des relations entre Eubéens et “indigènes” devrait nous inciter à poser une question identique pour les relations au sein des groupes indigènes : par exemple, quelle est la nature des relations qui existent, disons, entre la zone toscolatiale et la région de Salerne, qui rendrait ces contacts concurrentiels avec les échanges contrôlés par les Grecs ? On n’imagine pas que la seule circulation d’un ou deux vases “œnôtres” puisse être empêchée par un quelconque monopole eubéen sur ces échanges. La question est agaçante et l’on finit toujours par répondre : les deux zones sont impliquées dans les réseaux de circulation du fer de Calabre31. Le problème de la concurrence éventuelle exigerait qu’on répondît plus précisément à cette interrogation.

Fig. 4.01 - A : Carte de distribution en Etrurie des objets de production œnôtre. Du Nord au Sud : Bisenzio, Vulci, Tarquinia, Narce, Veio, Cerveteri.

Fig. 4.01 - Β : Carte de distribution en Etrurie des skyphoi géométriques d’importation. Du Nord au Sud : Tarquinia, Narce, Veio.

  • 32 Delpino 1984.

16Cette distinction géographique entre les deux catégories d’objets pourrait se doubler d’une distinction chronologique : F. Delpino met en avant les contacts très précoces (ils remonteraient auIXe siècle) qui ont des chances d’exister entre l’Italie méridionale – Calabre et Campanie – et l’Etrurie, en particulier Tarquinia : des objets en fer, des éléments en commun avec Pontecagnano pourraient indiquer de telles relations32. Ainsi, bien que les deux groupes d’objets considérés arrivent à la même époque (autour du milieu du VIIIe siècle, voire durant la première moitié du VIIIe siècle) les contacts dont témoigne la présence des objets œnôtres s’inscrivent dans une tradition plus ancienne de “relations”. Mais ces relations mettraient justement en cause le site de Pontecagnano. A ce propos, se pose le problème d’une éventuelle médiation de l’Agro Picentino.

  • 33 En dernier lieu Delpino 1984, Pontecagnano II. 1, 83.
  • 34 Bietti Sestieri 1985a, 125-126.
  • 35 Pontecagnano II. 1, 42-43.

17Les relations privilégiées entre Pontecagnano et l’Etrurie méridionale – Tarquinia en particulier – sont bien connues33. Il est naturel qu’on ait pu proposer sur cette base une médiation du site de Pontecagnano dans l’arrivée d’objets méridionaux en Italie centrale. C’est l’hypothèse que formule A.M. Bietti Sestieri à propos du site de l’Agro Picentino en particulier et, plus généralement, des sites villanoviens d’Italie méridionale34. A Pontecagnano, les vases d’argile fine sont très peu nombreux, ceux précisément attribuables à la classe de la céramique a tenda sont encore plus rares35. Pour les tombes qu’on connaît, la datation indique une phase II, soit de part et d’autre du milieu du VIIIe siècle. Ainsi, si Pontecagnano est vraiment l’intermédiaire, il semble que c’est déjà à ce niveau que la circulation s’interrompt. Cette constatation ne va pas dans le sens d’une confrontation entre des échanges grecs et des échanges villanoviens en termes de concurrence, à moins de considérer que la demande en aval (en Etrurie) peut réguler en amont (les sites villanoviens d’Italie méridionale) la circulation de ces objets ou d’autres qui les accompagnent : une telle hypothèse supposerait une organisation et une intégration des échanges que même les plus modernistes refuseraient ; cela correspond peu aux données très discrètes que nous possédons. La question de la circulation des objets grecs et indigènes se pose d’autant moins en termes d’intermédiaires communs qu’à cette échelle de lecture, les deux directrices qu’on proposait plus haut apparaissent comme des phénomènes non unitaires et non uniformes.

18Mais auparavant, réglons un problème : à Pontecagnano arrivent à la fois, et lors d’une même phase, la céramique géométrique méridionale et les skyphoi du Géométrique moyen grec. Cela permet de faire deux constatations. D’une part, si Pontecagnano servait de centre de redistribution (hypothèse d’A.M. Bietti Sestieri) pour les deux catégories d’objets à l’égard de l’Italie tosco-latiale, on pourrait s’attendre à trouver une même distribution géographique des deux classes, ce qui n’est pas le cas. Cela n’interdit toutefois pas de penser que le site de l’Agro Picentino fut responsable de cette commune redistribution à l’égard du seul site de Tarquinia. D’autre part, si Pontecagnano servait d’intermédiaire, il faudrait bien admettre que la présence de céramique grecque en zone étruscolatiale peut être la trace de relations totalement hétérogènes.

  • 36 d’Agostino 1989a, 75-76.
  • 37 Ibidem.

19Ce manque d’unité dans l’acheminement des produits céramiques de type grec mis en évidence par l’analyse typologique a d’ailleurs été confirmé par les analyses de pâte effectuées sur la série grecque de Pontecagnano étudiée par d’Agostino36. Les argiles des vases ne montrent pas un approvisionnement unitaire des sites de Veio et de Pontecagnano, à tel point que l’hypothèse de deux ateliers différents peut être proposée37. Ces conclusions vont dans le sens de l’opinion de M. Gras qui ne croit pas, pour leVIIIe siècle, à une “orchestration des échanges”, mais plutôt à des initiatives de “prospectors indépendants”. Il devient ainsi clair que, envisagées à une échelle plus grande, les directrices qu’on a rappelées plus haut apparaissent plutôt comme des faisceaux de relations indépendantes.

  • 38 d’Agostino 1968, 196.
  • 39 Cerchiai 1987,44-45.

20L’histoire du site de Pontecagnano nous permet enfin de supposer que les relations indigènes entre la zone de Salerne et l’Etrurie n’ont pas cessé après l’installation stable des Grecs sur la côte. La phase IIB récemment mise en évidence – et qui correspondrait aux années postérieures à la fondation de Pithécusses – ne paraît pas montrer une rupture dans les relations avec l’Etrurie méridionale. Quant à l’Orientalisant, B. d’Agostino a depuis longtemps souligné les étroits parallèles entre Pontecagnano et « l’Etrurie méridionale côtière, Veio et l’arrièrepays falisque »38. La très précise analyse de plusieurs mobiliers de Pontecagnano par L. Cerchiai a permis de souligner qu’au-delà de ces relations génériques entre les deux régions, même si l’on ne s’en tient qu’aux “influences”, des liens clientélaires plus “personnalisés” pouvaient être mis en évidence entre groupes familiaux et sites particuliers39.

21Les constatations que nous venons de faire nous interdisent-elles de remonter au point précédent, Sala Consilina ? A cause de la présence assez abondante de céramique a tenda dans ce site villanovien, on pense souvent à faire du site du Vallo di Diano un intermédiaire – pour ces objets au moins et quand on n’en fait pas un site producteur – entre le monde indigène de Basilicate d’un côté, les autres sites villanoviens de la région de Salerne et de la zone étrusco-capenate de l’autre. Si ce devait être le cas, il faudrait alors tenir compte, au moment de l’analyse de la présence de ces mêmes objets en Italie centrale, des résultats obtenus sur la céramique a tenda à Sala Consilina. La première information est d’ordre chronologique : la céramique d’argile fine n’apparaît pas – sauf en un exemplaire – dans les mobiliers de Sala Consilina caractéristiques de l’Orientalisant. Plus décisif encore, le constat selon lequel la première occupation du site du Vallo di Diano s’interrompt quelques années après la fin du troisième quart duVIIIe siècle. Ainsi ce n’est pas au monopole exercé par Pithécusses sur la circulation, en aval, dans la zone tyrrhénienne qu’il faudrait attribuer la concentration dans la première moitié et le début de la deuxième moitié duVIIIe siècle de la céramique d’Italie méridionale, mais peut-être à une concurrence indirecte, plus en aval encore, entre sources de biens de prestige, qui a eu pour conséquence – en amont une réorganisation des contacts indigènes sous l’attrait de la côte tyrrhénienne.

  • 40 Ruby 1988.
  • 41 Voir à ce sujet Pontecagnano II. 1, 43.
  • 42 Kilian type M5c : tombe A235.
  • 43 Contra Delpino 1984, 263, n. 25.

22Mais les choses ne sont sans doute pas aussi simples et de telles hypothèses ne peuvent s’appuyer, à cause du nombre limité d’objets, que sur des directrices génériques. Si l’on examine les données dans leur détail, il apparaît ainsi clairement – et c’est le second enseignement de la situation de Sala Consilina – qu’aucun vase “œnôtre” d’Italie centrale ne trouve de confronti directs dans le corpus, pourtant assez abondant, de Sala Consilina40. Il n’est, de toute façon, pas sûr que des comparaisons plus abondantes puissent être proposées pour les vases de Pontecagnano41. Si l’on se réfère aux types métalliques représentés à Sala Consilina, il paraît difficile d’imaginer qu’une fonction d’intermédiaire de ce site soit responsable de leur présence en Italie centrale tyrrhénienne : une seule fibule à quatre spirales en bronze (que la plaquette centrale soit ronde ou quadrangulaire) est représentée dans un mobilier de Sala Consilina42 tandis que l’identification des disques perforés décorés au type P2a de Kilian est très discutable43. La zone d’origine de ces deux classes d’objets correspond davantage à la Calabre septentrionale, avec laquelle le site de Sala Consilina montre des contacts limités.

  • 44 Berardinetti Insam 1990, 18-20. Aussi Bartoloni 1991b, 42.

23Cependant, on a insisté récemment sur l’existence possible sinon probable d’une voie interne entre l’Etrurie et le Vallo di Diano, qui éviterait le site de Pontecagnano44. Bien que j’ai, de mon côté, évoqué cette éventualité en particulier à propos du casque de bronze de Sala Consilina, je ne suis pas sûr que les éléments mis en avant par A. Berardinetti Insam puissent se révéler décisifs sur ce sujet.

  • 45 Voir également l’intervention de Ridgway 1982.

24Au total, l’hypothèse formulée par G. Colonna ne sort pas vraiment malmenée de ce réexamen45, puisque la chronologie des vases a tenda de Sala Consilina et le fait que cette céramique n’est déjà plus représentée après le milieu du VIIIe siècle à Pontecagnano ne justifient pas à eux seuls l’absence des autres types méridionaux, essentiellement métalliques, en Italie centro-tyrrhénienne après cette date. Faut-il alors nuancer davantage cette question de la concurrence et ne la faire porter, au regard de la continuité apparente des relations entre Etrurie méridionale et région salernitaine, que sur la circulation des objets villanoviens ? Il est difficile de faire ce pas tant les sous-corpus ainsi définis seraient limités. J’aurais néanmoins tendance à retenir un aspect concurrentiel pour ces différentes classes d’objets, non pas du point de vue des producteurs, mais plutôt, comme je l’ai proposé plus haut, de celui des utilisateurs : cela conviendrait bien à la valeur de biens de prestige qu’ils semblent avoir.

  • 46 La Rocca 1978, 512.

25L’examen de cette circulation considérait comme acquise l’existence des voies, en l’occurrence maritimes, entre la zone de Salerne et la zone tosco-latiale – même si E. La Rocca paraît privilégier la voie interne depuis la Campanie en suivant Liri et Sacco pour expliquer la présence de céramique de type grec dans la basse vallée du Tibre et la cruche a tenda à Capena46 – mais aussi terrestres entre le Vallo di Diano et Pontecagnano. Dans la question des échanges qui nous occupe ici, il est nécessaire d’examiner plus en détail cet aspect.

1.2. Les voies

  • 47 L’opinion sur l’échange est celle de M. Torelli 1977, mais c’est la mienne que j’exprime sur les vo (...)

26Il me faut faire un aveu : longtemps le problème des voies d’échanges pour l’époque protohistorique, voire historique, m’a paru assez vain, tant les données sur lesquelles on pouvait baser le raisonnement semblaient limitées. Une chose paraissait évidente : il est tout aussi faux de croire que la voie comme l’échange n’existe pas a priori47. Puis les éléments du contexte sont venus s’ajouter à ceux que l’on connaissait par ailleurs, éléments que certains chercheurs avaient mentionnés auparavant. Et par ailleurs, un aspect qui ne concerne pas l’Italie du sud s’est imposé comme référence extérieure : les chemins du Jura étudiés par Pétrequin.

  • 48 Pétrequin et Pétrequin 1988, 142-143.
  • 49 Pétrequin 1985, 37, et 1992, 245-247 ; la datation de ces chemins peut être proposée de façon sûre  (...)
  • 50 Pétrequin et Pétrequin 1988, 143.

27P. et A.-M. Pétrequin ont envisagé le problème des voies à deux échelles. A une petite échelle, les auteurs ont pu montrer qu’un même chemin de planches avait desservi de nombreuses générations de villages construits sur le bord du lac de Chalain : à l’extrémité du chemin, les habitats se sont succédé – séparés par de longues périodes d’abandon – le long d’un même chemin qui connaît de constantes réfections entre le Néolithique final et l’Age du bronze final48. Plus important pour notre propos, les auteurs ont mis ces réparations répétées en rapport avec, à plus grande échelle, l’axe de communication traversant la Combe d’Ain, axe qui est utilisé depuis le Bronze ancien au plus tard (mais peut-être dès le Néolithique final) et qu’on repère en suivant la distribution des nécropoles et des tombes isolées49. «En d’autres termes, cela signifierait que les grandes lignes qui divisent les terroirs et relient les communautés agricoles entre elles se mettent en place dès l’aube du IIIe millénaire avant J.-C »50.

  • 51 Citation de Vidal de la Blache dans Lepore 1963, 199.
  • 52 Alfieri 1988, 11.
  • 53 Pétrequin 1985, 38, et en particulier fig. 22.
  • 54 Pétrequin et Pétrequin 1988, 143.

28Il y aurait donc du concret derrière « cette chose presque immatérielle qu’on appelle une voie de circulation»51. Certes, l’exemple du Jura français n’est valable que pour ce seul contexte chronologique et géographique. Il n’a pas à être importé en Italie du sud tel quel et le seul recours à l’analogie serait déjà risqué : ainsi il n’est pas possible de postuler dans cette région un usage du char autre que rituel. L’exemple du Jura n’est pourtant pas exempt d’enseignements. Le premier est qu’une voie n’a pas à être marquée par une ligne continue mais des lignes continues qui ne se confondent qu’à l’occasion de certains passages obligés, cols ou gués par exemple. Le chemin synthétique (la directrice des trafics évoquée pour l’Emilie-Romagne)52 n’est alors que la liaison théorique de ces points de passage53 : derrière cette ligne théorique, les réalités historiques peuvent être nombreuses, divergentes, et tout débat portant sur ces voies “réelles” semble vain ; au contraire, il n’est peut-être pas inutile de réfléchir à ces voies en terme de liaison théorique entre passages obligés. Le second enseignement, c’est l’idée qu’il puisse exister une relative permanence de ces voies. Cela peut s’expliquer par le fait qu’elles suivent les lignes de force du paysage, et que les passages obligés ont toutes les chances d’être les mêmes pour une population ou une autre, et ce, jusqu’au moment où l’homme aura inventé l’architecture métallique et les piliers de béton. Cela s’explique aussi par le fait que le travail investi par des populations dans l’aménagement d’un chemin (il faut penser à ce que nécessite le passage d’un char) doit l’être pour plusieurs générations : il serait, même après un abandon partiel, toujours plus simple d’intervenir sur une voie déjà en partie aménagée54. En fonction de ces remarques, peut-on modifier ou compléter les analyses proposées pour le Vallo di Diano ?

  • 55 Lenormant 1881, 263.
  • 56 Gras 1987, 215.
  • 57 Busolt 1885, 256 ; Pais 1922, 128 (volume II).
  • 58 Voir à ce sujet Guzzo 1982d.
  • 59 Randall-Mac Iver 1968, 12.
  • 60 Bayet 1926,49.
  • 61 Bérard 1957, 221.

29La conjonction du terme “voie” avec le nom de “Vallo di Diano” a une longue histoire. Mais c’est surtout une question à laquelle se sont trouvés confrontés les historiens. Le premier responsable est F. Lenormant qui estimait, voilà un peu plus d’un siècle, que les relations commerciales entre la côte tyrrhénienne et la côte ionienne s’établissaient par voie de terre plutôt que par route maritime. Cette question intéressait la cité de Sybaris comme intermédiaire entre l’Etrurie et Milet dans une entreprise de commerce de tissus sur une vaste échelle55. M. Gras a récemment souligné que cette analyse était totalement erronée et s’appuyait sur une mauvaise interprétation de la nature des rapports entre Milet et Sybaris56. Auparavant, nombreux furent ceux qui reprirent l’idée initiale, à commencer par Busolt en Allemagne et E. Pais en Italie57. La cosidetta “loi des isthmes” formulée par V. Bérard a nourri la réflexion dans cette direction. La question se posait pour Sybaris58, mais aussi pour les voies reliant Siris et Poseidonia. C’est pour cette époque que le Vallo di Diano était évoqué comme voie secondaire59 ; la voie principale liait Siris et Pyxous, tandis que le chemin par la vallée du Tanagro rejoignant le Sele puis Poseidonia pouvait fournir l’autre terme de l’alternative. Ces deux voies étaient proposées, parmi d’autres, par Bayet dans sa thèse sur Les Origines de l’Hercule romain60 ; J. Bérard les évoqua également61.

  • 62 Dunbabin 1948, 154-155 et 207.
  • 63 Vallet 1958, 172.
  • 64 Napoli 1962.
  • 65 Adamesteanu 1963, 56-57, et fig. 11.
  • 66 Napoli 1962 et 1978, 284 sq.

30Dunbabin retint sans enthousiasme cette possibilité en mettant en avant qu’au vu de l’absence totale de céramique corinthienne et de la rareté de la céramique attique à figure noire dans les mobiliers funéraires (communs à l’époque) de Sala Consilina, l’utilisation de cette voie devait, au mieux, avoir été très limitée, beaucoup plus limitée en fait que la voie maritime62. Le coup de grâce à la voie menant de Campo Tenese à Paestum par l’intermédiaire du Vallo di Diano et du Sele devait être porté par G. Vallet. Il développa les arguments de Dunbabin : le matériel grec – tant céramique que bronzier – de Sala Consilina était essentiellement un matériel chalcidien et ne témoignait que « d’une pénétration [du commerce chalcidien] à partir des côtes de Campanie et de Lucanie »63. A la suite des fouilles à Sala Consilina dans les années cinquante, M. Napoli put par ailleurs préciser que la voie du Sele (la continuation du trajet par le Vallo di Diano) se heurtait à plusieurs difficultés64. D’une part, le lien entre le Val et le Sele n’était aucunement attesté : la céramique géométrique de la phase III de Sala Consilina (abondante et facilement reconnaissable) n’était présente ni à Oliveto Citra, ni à l’Arenosola, ni à Poseidonia. D’autre part, la confluence entre les deux cours d’eau s’effectuait à la hauteur d’un surplomb qui représentait un obstacle insurmontable à toute circulation. Malgré les éléments fournis par l’archéologie aérienne65, le sort du Vallo di Diano comme voie de passage était définitivement réglé66.

  • 67 Vallet 1963, 134-135.
  • 68 Gras 1987,217.

31Pas tant que cela. G. Vallet lui-même avait rappelé que les routes internes existent mais qu’elles ne sont pas nécessairement utilisées comme “voies de transit”67, ce qui est une autre façon de dire que la voie existe a priori. Sans doute, comme le souligne M. Gras, les voies terrestres sont-elles davantage celles des indigènes que celles des Grecs68.

Fig. 4.02 - La via Popilia. D’après Marzullo 1937, 49, fig. 8.

  • 69 La Genière 1963, 1964a et 1964b.
  • 70 La Genière 1968, 228 sq.
  • 71 La Genière 1964b, 134 sq. et 1964a.
  • 72 La Genière 1964a, n.
  • 73 Marzullo 1937, 50 sq. et fig. 8. Voir figure 4.02.

32Il revient à J. de La Genière, dont les travaux sur la nécropole de Sala Consilina et les prospections dans la région ont permis d’apporter d’utiles précisions, d’avoir indiqué comment devait être posé le problème du Vallo di Diano et des voies69. En plus d’un rappel du dossier des relations entre le Vallo di Diano et la côte ionienne70 et la confirmation que Sala Consilina n’était pas sur une voie entre Sybaris et Poseidonia, J. de La Genière s’est livrée à une analyse précise des points de passage entre côte tyrrhénienne et Vallo di Diano. Ses conclusions insistent sur l’importance du Monte Pruno comme éventuelle « étape sur une voie de transit entre Poseidonia et le Vallo di Diano »71. Au-delà de la désignation en tant qu’étape, le Monte Pruno peut jouer le rôle de contrôle sur cette voie : la céramique de la fin du VIe siècle que l’auteur trouva en prospection (identique à celle de Poseidonia et de Sala Consilina) en témoigne. Bien que M. Napoli ait par avance – mais toujours dans le cadre inexact des relations entre Sybaris et Etrurie – refusé de considérer cette voie alternative entre Teggiano et la rivière Calore comme possible, J. de La Genière soulignait qu’on ne pouvait exclure « que des vases d’argile claire à décoration a tenda de type Sala Consilina aient déjà emprunté cette route au VIIIe siècle avant J.C. »72. Cela correspond par ailleurs à l’un des parcours secondaires indiqués par l’Itinerarium Antonini, qui devait suivre un tracé entre Roccadaspide et San Pietro al Tanagro en passant par Bellosguardo et S. Rufo73. Avant de considérer comment les nouveaux éléments vont dans le sens d’une confirmation de cette intuition, précisons comment s’articule la question des voies historiques et celle des voies protohistoriques.

  • 74 Pour le val d’Agri, voir Napoli 1978, 294 sq. Sur ces problèmes, voir plus récemment l’étude synthé (...)

33Le Vallo di Diano à l’époque historique ne paraît pas lié à la haute vallée du Sele et aux sites de la culture de Cairano-Oliveto Citra. Plutôt, les liens du val semblent passer par Atena Lucana et se diriger vers le nord-est, les vallées du Bianco et du Platano, à partir du VIIe siècle au plus tôt. A la même époque, la partie méridionale du Vallo di Diano serait en relation avec les vallées du Sinni et de l’Agri74. Cependant, pour l’époque protohistorique, les voies semblent différentes : d’abord la question des rapports entre vallée du Sele et Tanagro se pose puisqu’on a souligné la présence de matériel de Cairano-Oliveto Citra dans les mobiliers de Sala Consilina ; le chemin emprunté ne peut être tracé avec précision mais il a dû exister ; ensuite si les parcours entre Vallo di Diano et vallées d’Agri et Sinni sont probables, il en existe aussi avec la zone du Basso Materano ; enfin, les relations entre Vallo di Diano et côte tyrrhénienne sont évidentes. Cela ne veut pas dire que les analyses précédentes sur la potentialité du Vallo di Diano comme voie de passage à l’époque historique soient fausses, mais uniquement que les arguments topographiques – qu’on peut résumer par “pas de contact possible entre Sele et Tanagro” – sont à manipuler avec précaution. Trop d’éléments nous manquent pour évoquer autrement que par allusion les passages entre le Vallo di Diano et les vallées qui l’encadrent au nord et à l’est. Nous ne nous y attarderons pas. Par contre, quelques précisions peuvent être apportées pour les relations entre côte tyrrhénienne et Vallo di Diano.

34Il est nécessaire d’admettre une chose : l’apparence d’un Vallo di Diano axé nord-sud, ou à peu près, est trompeuse. Les lignes géologiques du paysage sont décalées vers l’ouest et sont constituées par les lignes de failles – encore actives – de la région. Ce sont ces failles qui dessinent par exemple les crêtes du Monte Cocuzzo delle Puglie, à l’ouest du val. Cet aspect est à noter car il semblerait que les voies suivent, au moins théoriquement, davantage ces lignes géologiques que l’apparente directrice nord-sud que dessine le Tanagro. C’est ce qu’on mesure par l’analyse de la voie possible entre côte et Vallo di Diano (fig. 4.02).

35Trois éléments sont à prendre en considération pour le tracé de cette voie. D’abord, il faut noter que le site de l’Arenosola se trouve près du seul gué qui existe sur le Sele dans la plaine côtière. On l’a dit plus haut, il n’est pas possible de savoir à quel moment apparaît l’installation sur ce site. Ce que l’on sait de la nécropole date au plus tôt du passage de la phase II à l’Orientalisant, mais il n’est bien sûr pas possible d’assurer qu’il n’y a aucune installation villanovienne antérieure. Quoi qu’il en soit, la position du site sur un de ces passages obligés dont nous parlions plus haut est l’indice d’une considération particulière pour ce gué.

  • 75 Paestum 1 1987, 32.
  • 76 Gastaldi 1974, 69 sq. ; tav. XXVIII, 2.
  • 77 Voir supra.
  • 78 Sestieri 1960b ; Voza 1962.

36Ensuite, la grotte qui abrite le sanctuaire de la Madonna del Granato, à Capodifiume, a livré dans ses niveaux supérieurs, un tesson de céramique a tenda. La grotte est creusée à l’extrémité nord-occidentale de l’éperon du Monte di Capaccio Vecchio, derrière le site de Poseidonia75 Elle semble fréquentée de l’Age du bronze moyen et récent au VIe siècle. La fréquentation de l’Age du fer est attestée par des tessons d’impasto décorés d’incisions peut-être effectuées au peigne et un tesson – au moins – de céramique a tenda76. Le tesson, qui n’est pas décrit, montre un décor caractéristique de “tenda” très régulière. Un unique tesson est un faible indice mais deux précisions sont à fournir. D’une part, c’est le seul tesson qui soit documenté : aujourd’hui le matériel n’est plus visible et il n’est pas possible de savoir ce qu’il contenait. D’autre part, unique ou pas, il faut bien expliquer sa présence au milieu d’autres tessons qui pourraient porter – si l’emploi du peigne était confirmé – un décor villanovien. On peut à cette occasion rappeler qu’au pied de cet éperon, la petite nécropole de Capodifiume a livré trois vases d’argile, dont une cruche au décor peint de chevrons inscrits, une autre sans décor mais dont la forme s’apparente aux cruches a tenda classiques, et enfin un vase à trois cols proche de l’exemplaire de Craco77 et de celui – en impasto – de la tombe 014P de Sala Consilina78.

  • 79 Rapport préliminaire d’activité d’A.T.R

37Enfin, les recherches récentes menées par le géologue P. Barrier dans le cadre de l’A.T.P. sur l’environnement du Vallo di Diano ont mis en évidence que les gîtes d’argile propres à être utilisés dans la fabrication de céramique et ceux de sables silicoquartzeux étaient très rares, sinon exceptionnels, dans le Vallo di Diano, où dominent des formations calcaires. Un seul endroit a livré jusqu’ici les deux types de matériaux : la zone de Corticato. Cette zone est localisée le long d’une ligne de faille située immédiatement à l’ouest de Teggiano, entre S. Marco (sables), dans le val et le col de la Tempa Nicoletta (argiles) où « les dépôts miocènes épais affleurent en contrebas des reliefs calcaires faillés»79 (Monte Cocuzzo delle Puglie au nord, Montagna délia Mutela au sud). A titre d’anecdote, la zone où affleurent les sables est marquée par la couverture végétale caractéristique : une forêt de châtaigniers. Les analyses pétrographiques réalisées sur les lames minces des roches prélevées et des tessons d’impasto de la nécropole de Sala Consilina ont montré une parfaite concordance des résultats. Cela n’exclut pas que d’autres gîtes de matière première existent et aient été utilisés : ils sont, au mieux, exceptionnels ; il est en tout cas prouvé que les matériaux de Corticato ont pu être utilisés dans la fabrication de la céramique de Sala Consilina. Il est à noter que le col de la Tempa Nicoletta (1076 m d’altitude) domine le Monte Pruno (879 m d’altitude) et qu’il peut aisément être franchi sur un parcours entre le Vallo di Diano et le Monte Pruno.

38Au total que trouvons nous ? Les trois points rappelés plus haut ne sont pas des arguments de même nature ni de même valeur : une position topographique, une occupation – ou une fréquentation-, un gîte potentiel d’approvisionnement en matières premières. Ils convergent cependant le long d’une directrice qui pourrait être la directrice que l’on peut espérer trouver entre la côte tyrrhénienne et le Vallo di Diano. Les arguments semblent aller dans le sens d’une confirmation de l’hypothèse de J. de La Genière. Les prochaines fouilles sur le Monte Pruno permettront peut-être d’attester sa fonction sur les parcours protohistoriques.

  • 80 In ultimo, Cipriani 1990.

39Le panorama ne serait pas complet s’il ne tenait compte des fouilles récentes qui ont mis au jour, à Eboli, des tombes contenant des objets proches de ceux de Pontecagnano80. S’il se confirmait que le site est occupé de façon continue dès le IXe siècle par des populations culturellement liées au site de l’Agro Picentino, le problème des voies entre Pontecagnano et le Vallo di Diano se trouverait posé dans des termes très différents et il serait nécessaire d’envisager à nouveau une directrice d’échange pénétrant dans le val par la plaine du Sele.

40Il n’y avait pas de révolution à attendre de ces éléments nouveaux. Les “routes” protohistoriques ne s’en trouvent pas davantage établies de façon définitive. Plus simplement, ces éléments s’ajoutant aux autres esquissent une direction privilégiée. Il n’est sans doute pas possible d’imaginer que nos connaissances sur le problème nous permettent de jamais proposer autre chose que ces directrices privilégiées. Nous étions partis d’Italie centrale pour faire à rebours le chemin possible des objets apportés d’Italie méridionale. A présent que nous avons atteint le Vallo di Diano, il est nécessaire de se poser le problème des zones d’où peuvent venir ces objets et qui ont transité, éventuellement, par Sala Consilina.

1.3. Les zones

1.3.1. La céramique a tenda

41Dès les premières recherches sur Sala Consilina, la présence de la céramique d’argile fine, portant un décor d’angles inscrits peint sur le corps du vase – dite a tenda – a suscité un intérêt particulier. De fait, sur un site où la céramique est traditionnellement fabriquée dans un impasto brun noir plus ou moins bien cuit et dégraissé au sable quartzeux visible à l’œil nu, cette production d’argile beige rosée étonnait.

42Les principales études ont été menées par J. de La Genière. A plus de vingt années de distance, on peut légitimement considérer que la plupart des hypothèses formulées alors peuvent encore être invoquées aujourd’hui. Certes, la documentation s’est accrue : la nécropole de Sala Consilina offre néanmoins toujours le corpus le plus important. Mais si les données se sont multipliées, leur nature, quant à elle, n’a guère varié : au total, le principal acquis des récentes fouilles est l’accroissement du nombre de “points” sur les cartes de répartition. Une synthèse récente cherche à replacer cette production particulière dans l’ensemble des productions de céramique d’argile fine qu’on rencontre en Italie méridionale entre la fin du Xe siècle et le VIe siècle. Elle n’a pu que souligner ce constat.

43Les données relatives à la céramique a tenda du présent corpus sont peu nombreuses. Aucun bouleversement n’est à attendre. On peut au plus proposer quelques utiles précisions. Il faudra disposer d’autres données pour que les résultats soient décisifs. Pour l’heure, c’est sur la signification de la présence de la céramique a tenda dans le Vallo di Diano qu’il faut réfléchir.

  • 81 La Genière 1961, 1962, 1968.
  • 82 La Genière 1961,21.
  • 83 La Genière 1968, 45.

44Les premières recherches de J. de La Genière ont mis en évidence deux groupes de vases distincts auxquels les qualificatifs de a tenda “grossière” et de a tenda “élégante” ont été donnés. Le premier désignait les vases les plus anciens, caractérisés par une qualité assez médiocre et un décor constitué de simples angles inscrits ; au contraire, le second groupe était formé par des vases plus récents, d’une grande régularité dans l’exécution de la forme et du décor81. J. de La Genière proposa de voir dans le premier groupe des copies locales des vases du second groupe, bien que le rapport d’antériorité fût ainsi inversé82. Le problème de l’origine d’un des deux groupes restait néanmoins posé, et c’est la zone des vallées du Basento et du Bradano que l’auteur proposait comme région probable de provenance83.

  • 84 Tocco 1978, 110.
  • 85 Ibidem, 112.

45Les recherches ultérieures n’ont apporté que des aménagements limités à ces analyses. A la fin des années soixante-dix, G. Tocco put proposer une synthèse générale sur l’Age du fer en Basilicate. Ce travail demeure précieux, car une grande partie de la documentation alors consultée est restée inédite. A cette occasion, l’auteur notait que la présence de la céramique a tenda était attestée sur tous les sites de Basilicate occupés au VIIIe siècle84. La zone de production ne put être plus précisément délimitée. Toutefois, la région de Matera (basse vallée du Bradano) pouvait être retenue comme la zone des centres producteurs les plus importants85 (planche 1).

  • 86 Yntema 1990, 31 sq.
  • 87 Ibidem, 155.
  • 88 Ibidem, 166.

46D. Yntema, dans son étude générale de la céramique d’argile fine d’Italie méridionale, souligne que la céramique a tenda “grossière” s’intègre, comme une variante locale, dans l’ensemble des productions du Géométrique Ancien d’Italie méridionale (South Italian Early Geometric)86. Au contraire, la céramique a tenda “élégante” représente une évolution particulière de cette céramique, propre à une région plus limitée, la Basilicate occidentale (West Lucanian Middle Geometric)87. La question des zones de fabrication n’a pas reçu de réponse définitive : D. Yntema s’en tient à la proposition d’une région comprise entre le Basento et l’Agri88.

  • 89 La Genière 1961, 23.
  • 90 Castoldi 1984, 22-23.
  • 91 La Genière 1968, 100. D. Yntema souligne que le motif a une origine dans le Géométrique Moyen du Sa (...)
  • 92 Malnati 1984. Une certaine polémique s’est engagée sur la datation de la bichromie telle qu’elle es (...)
  • 93 Castoldi 1984, 23.

47Les éléments que la présente étude ajoute peuvent paraître limités. Le point essentiel qu’on a pu dégager est le fait que la céramique a tenda n’est pas représentée à Sala Consilina dans les mobiliers datés de l’Orientalisant, dans ceux du corpus présent comme ceux déjà pris en compte dans les recherches précédentes. Quelques tombes posent problème dans ce schéma : environ quatre posséderaient des éléments très récents, en particulier des fibules. On a toutefois critiqué plus haut l’intégrité de ces mobiliers et l’attribution de ces tombes à ce qui est qualifié ici d’Orientalisant. J. de La Genière soulignait déjà que ces tombes contiennent des fibules caractéristiques du Géométrique de Sala Consilina89.Cette interruption assez précoce de la présence de la céramique a tenda dans le Vallo di Diano, si l’on s’en tient aux dates conventionnelles adoptées pour le début de l’Orientalisant ancien, vers la fin du deuxième tiers du VIIIe siècle, peut expliquer pourquoi n’est pas représenté le décor de la tenda évoluée tel qu’il a été défini par M. Castoldi d’après la céramique mise au jour sur le site indigène de l’Incoronata90 : ce décor de tenda évoluée est caractérisé par un nombre très limité d’angles inscrits qui deviennent d’autant plus épais ; le triangle central est parfois vide ; enfin un décor secondaire constitué par des triangles très effilés qui pendent sur la moitié inférieure de la panse, décor qu’on retrouvera sur les séries géométriques de Sala Consilina IIIA dont le début est contemporain de ces productions91 ; dans quelques cas, on note également l’introduction de la bichromie, phénomène qu’on date en Basilicate au plus tôt de la fin du VIIIe siècle92. Cette tenda évoluée peut n’être qu’une manifestation locale, comme le propose l’auteur93. En effet, rien n’implique que tous les centres producteurs fassent évoluer leur production dans le même sens. Quoi qu’il en soit, la raison de l’absence de ce décor de tenda “évoluée” à Sala Consilina n’est pas seulement géographique mais également chronologique. Cette interruption est un élément supplémentaire pour suggérer que la céramique a tenda n’est pas faite sur place, dans le Vallo di Diano. Nous verrons les autres arguments plus loin.

48Mais, avant de poursuivre, de quelle céramique parlons-nous ? Le problème de la fabrication de la céramique n’est pas pour autant résolu. Depuis l’origine des études, on l’a déjà rappelé, deux groupes ont été distingués : les vases a tenda “grossière” et les vases a tenda “élégante”. A la suite des recherches de D. Yntema la céramique a tenda “grossière” peut, au moins en partie, être considérée comme la production d’un Géométrique Ancien daté de la seconde moitié du XIe siècle, ce qui est corroboré par sa présence dans les mobiliers de Sala Consilina datés de la phase IB. Il semble toutefois qu’une partie des vases de la classe grossière soit reconnue comme des copies malhabiles de vases a tenda “élégante”. Derrière l’appellation “grossière”, il y aurait donc deux réalités bien différentes, ce qui ne simplifie pas l’appréhension des problèmes.

49Les vases que J. de La Genière classe sous l’appellation tenda “grossière” sont uniquement ceux du Géométrique Ancien ; l’auteur a également, d’un autre côté, reconnu des qualités très différentes dans la production “de facture soignée”, mais il ne semble pas y avoir, dans ses écrits, la confusion qui s’est instaurée par la suite sous la plume d’autres auteurs. Cette céramique “grossière” a été considérée par J. de La Genière comme une copie locale de la tenda “élégante”, alors qu’elle constitue l’étape antérieure dans son évolution. La question de la copie locale ne se pose donc pas pour ces vases. Quant à l’autre groupe de vases de la classe grossière – les vases du Géométrique moyen (a tenda “élégante”) de médiocre qualité – la question d’une fabrication locale peut être posée.

  • 94 Ruby 1988.

50J’ai, dans un autre lieu, tenté de répondre à cette question en la replaçant dans une perspective technologique94. L’hypothèse formulée alors était celle-ci : le problème de l’imitation locale de la céramique a tenda ne se pose pas tant en termes d’inspiration esthétique (à l’inverse de la situation qu’on rencontrera pour la céramique de Cairano-Oliveto Citra) qu’en celui de l’adaptation de toute une chaîne opératoire originale. Je remarquais que rien, dans le reste des productions céramiques d’impasto de Sala Consilina, n’attestait l’adoption de cette technique particulière de production de céramique d’argile fine. En conclusion, il était nécessaire de considérer que cette hypothèse était théorique et que, pour être validée, d’autres données étaient nécessaires, par exemple des informations sur la composition des pâtes céramiques. Ces informations nous font toujours défaut. Néanmoins, l’analyse chronologique qu’on a proposée plus haut tend à confirmer qu’aucun vase de céramique a tenda n’a vraisemblablement été fait sur place. Par ailleurs, on ne comprendrait pas pourquoi sa production sur place s’interromprait si brutalement peu après le VIIIe siècle et serait aussitôt remplacée par une autre céramique étrangère, celle de Cairano-Oliveto Citra. Enfin, comme on le verra plus loin, la distribution des vases a tenda dans la nécropole n’est pas uniforme et des petits groupes de tombes ont parfois en commun un vase de cette classe. Il reste qu’il ne suffit pas de constater la présence de cette classe de céramique pour expliquer sur quelles bases ont pu être organisés les échanges qui sont ainsi attestés.

51L’archéologue est dans ce domaine très démuni. La nature des échanges ne peut être résolue par la seule prise en compte des objets que le temps a épargnés : les vases ont-ils accompagné des déplacements d’autres produits qui n’ont laissé aucun vestige, comme on le propose pour expliquer la présence discrète de la céramique grecque du Géométrique moyen dans la péninsule italienne à partir du début du VIIIe siècle, ou des personnes, ou bien encore étaient-ils l’objet d’un échange particulier ? Le nombre de vases – plus de cent cinquante attestés – autoriserait à envisager cette dernière hypothèse.

52Mais pour aller plus avant dans l’élaboration des hypothèses, il nous manque des données en amont : le fait qu’on ait longtemps considéré l’arrivée de cette céramique dans le Vallo di Diano comme une étape “normale” dans le processus d’absorption culturelle des populations villanoviennes de Sala Consilina par les populations œnôtres n’a pas toujours incité les chercheurs à analyser les données provenant des sites de Basilicate autrement que dans ce sens.

  • 95 Small 1976, 1977, 1983, 1992 ; Incoronata 1 et 2.

53Par ailleurs, le travail accompli par D. Adamesteanu puis par les chercheurs réunis autour de A. Bottini n’a pu, pour le moment rattraper le retard – essentiellement dans le domaine des publications des découvertes anciennes – dont souffre la région. Pour que les recherches futures s’orientent vers l’analyse des réseaux d’échanges établis en Basilicate entre la fin du IXe siècle et le VIIIe siècle, il est nécessaire de disposer de données plus précises, comme les compositions de pâtes, les pourcentages respectifs des différentes classes céramiques (dans ce domaine on ne dispose guère que des publications minutieuses des chercheurs anglais de Gravina di Puglia, Cozzo Presepe et Monte Irsi, et de celles des chercheurs milanais impliqués dans les travaux sur le site de l’Incoronata95) représentées sur les sites d’habitat, ainsi que d’autres contextes funéraires qui viennent s’ajouter à ceux de la seule nécropole de Sala Consilina.

54Ces exigences pourraient également être formulées à propos de l’autre circulation de céramique que nous rencontrons dans le Vallo di Diano : celle de la céramique de Cairano-Oliveto Citra.

1.3.2. La céramique de la culture de Cairano-Oliveto Citra

55On pourrait croire que les problèmes posés par la céramique de la culture de Cairano-Oliveto Citra seraient moins importants et moins nombreux que ceux posés par la céramique a tenda. La zone de production est précisément connue ; elle est centrée sur les hautes vallées du Sele et de l’Ofanto (planche 1 et 2a) ; les vases de cette culture ne sont attestés à Sala Consilina que dans les contextes datés de l’Orientalisant, soit conventionnellement au passage du troisième au quatrième quart du VIIIe siècle ; les formes et les décors sont par ailleurs si typiques que l’identification ne pose guère de problème.

  • 96 d’Agostino 1964.

56Malgré cela, on a pu relever de nombreux aspects pour lesquels une attribution à la culture de Cairano-Oliveto Citra n’était pas si simple. A plusieurs reprises, une réelle confusion entre les formes caractéristiques de l’Orientalisant ancien de Pontecagnano et les décors de la céramique de Cairano-Oliveto Citra a pu être soulignée. Par ailleurs, on a rappelé que quelques vases de la culture de Cairano-Oliveto Citra atteignent les sites de la côte tyrrhénienne – Pontecagnano et l’Arenosola ainsi que les sites de la Valle del Sarno – alors que d’autres vases tout à fait similaires à ceux mis au jour dans les tombes de l’Orientalisant ancien de Pontecagnano et de Sala Consilina sont attestés à Oliveto Citra96.

57Il semble donc que la question de la présence de la céramique de Cairano-Oliveto Citra à Sala Consilina ne puisse être résolue que lorsque seront pris en compte les différents exemplaires qui mettent en évidence les axes de relation entre les sites, villanoviens ou non. Dans l’immédiat, on peut tenter de préciser au mieux la situation qu’on rencontre à Sala Consilina.

  • 97 Kilian 1962a.

58Dans le corpus étudié, seules deux formes sont vraiment caractéristiques de la culture de Cairano-Oliveto Citra : le cruchon (attingitoio) et la tasse. A ces deux formes il faudrait ajouter l’amphore publiée par K. Kilian, dont l’attribution culturelle ne pose pas de problème97. La planche 92 rassemble les différents exemplaires du corpus : au bas, les deux tasses à anse scudata (anse qui constitue un caractère morphologique qu’on rencontre sur toutes les tasses de l’époque et en particulier sur les productions de Pontecagnano) présentent un décor de godrons creux sur l’épaule ; deux lignes poinçonnées à la transition col/panse complètent ce décor sur un des deux exemplaires ; enfin, l’anse porte dans les deux cas des impressions allongées. Il y a peu à ajouter quant à l’identification de ces vases. Les autres tasses diffèrent de celles-là par l’absence de décor et un profil en général plus articulé (contact col/panse plus marqué, légère carène sur la panse).

  • 98 Ce rapprochement est plus évident avec le vase en main qu’en confrontant les dessins.

59Le décor caractéristique est donc immédiatement mis en évidence sur les premiers exemplaires considérés. La catégorie des cruchons est plus intéressante : sur la ligne supérieure sont regroupés les trois vases empiriquement classés comme “bien faits”, qualité qui se traduit sur le dessin (comme dans la réalité) par une réelle finesse des parois et une régularité surprenante des formes, même si un seul vase porte le décor caractéristique de godrons et rosettes-soleils. Sur la ligne inférieure sont disposés les vases qui peuvent être interprétés comme des copies effectuées à Sala Consilina : l’impasto est plus grossier et montre des caractéristiques locales très évidentes tant du point de vue des couleurs obtenues – surface et cassure – que du type de dégraissant utilisé, du traitement des surfaces et de l’épaisseur des parois. Il est évident que le vase de la tombe 170P reproduit dans sa forme générale l’exemplaire décoré de la ligne supérieure qui faisait partie du même mobilier. Un autre individu s’inspire vaguement de la forme originale mais porte en plus un motif de trois incisions verticales censées reproduire les godrons creux. Enfin, un vase, morphologiquement assez éloigné, s’inspire des cruchons du type Cairano-Oliveto Citra98.

  • 99 Type 69 de d’Agostino 1968.
  • 100 d’Agostino, information orale.

60La forme de la cruche à panse globulaire ou lenticulaire et anse surmontante, qui est illustrée sur la bande centrale de la planche 93 est très proche de celle d’un certain attingitoio de Pontecagnano pour lequel l’auteur souligne une ressemblance avec une forme (malheureusement incomplète et dont le col semble à parois convergentes) représentée à Oliveto Citra99. Avec ce vase, nous entrons directement dans le problème des “confusions” typologiques : car, au contraire de la forme, le décor porté par l’un des trois exemplaires est très clairement celui de la culture de Cairano-Oliveto Citra avec les godrons en creux intercalés de rosettes-soleils. Le décor de godrons en creux entouré d’une file de points imprimés reprend en partie un principe décoratif de la culture de Cairano-Oliveto Citra, à ceci près que l’encadrement des godrons par les lignes de points imprimés est totalement inconnu sur les exemplaires de la nécropole d’Oliveto Citra100.

  • 101 Type 59 de d’Agostino 1968.

61Une confusion du même ordre apparaît sur la forme de cruche suivante. La cruche est un type de Pontecagnano très caractéristique grâce à son anse scudata au sommet à section triangulaire101. Les différents vases du corpus peuvent être organisés en cercle en fonction de leur proximité typologique, autour d’un exemplaire-type qui possède à la fois les caractéristiques morphologiques des vases de Pontecagnano et le décor de Cairano-Oliveto Citra. Les autres exemplaires paraissent s’inspirer plus ou moins de cet exemplaire central : certains partagent la forme générale avec la particularité de la section triangulaire du sommet de l’anse, qui peut d’ailleurs être le seul élément que le potier ait repris ; au contraire la forme peut être plus éloignée et c’est le décor, voire seulement le motif, qui est alors copié. Là encore, les vases les plus proches sont ceux qui présentent la plus grande qualité et régularité dans l’exécution.

62Il ressort de ces constatations que les éléments caractéristiques de la culture de Cairano-Oliveto Citra sont très rarement présents à Sala Consilina de façon isolée : en dehors d’un petit nombre de cruchons et de tasses, c’est sur des formes très similaires à celles de Pontecagnano qu’on les trouve. Cela s’ajoute à la remarque formulée au chapitre précédent, selon laquelle seules quelques types dans l’éventail des formes céramiques connues à Oliveto Citra sont représentés à Sala Consilina. Par ailleurs, le nombre de copies locales des types étrangers et les différents caractères morphologiques ou décoratifs qu’ont retenus les potiers locaux auteurs de ces copies montrent que l’arrivée des vases originaux a été immédiatement perçue comme un grand courant d’innovation.

  • 102 Bailo Modesti 1978.
  • 103 d’Agostino 1984, 257.
  • 104 Bailo Modesti 1982, 244.

63A cette étape de l’analyse, il est utile de rappeler que le groupe de Cairano-Oliveto Citra n’a, si l’on se place au passage du troisième au quatrième quart du VIIIe siècle, qu’une courte histoire. Les travaux de G. Bailo Modesti ont mis en évidence que la formation de cette culture est récente et correspond à l’arrivée de populations d’origine transadriatique, liées aux régions balkaniques, dans la zone des hautes vallées du Sele et de l’Ofanto102. B. d’Agostino a souligné que le répertoire céramique de ce groupe culturel n’apparaît entièrement constitué qu’au VIIe siècle103. Cela pourrait expliquer le petit nombre d’exemplaires pour chaque forme représentée. De plus, le répertoire des bronzes si typique du groupe, en particulier les bracelets ad arco inflesso, est déjà constitué au VIIIe siècle104 : les tombes de Sala Consilina n’en recèlent pourtant aucun.

64Les parallèles qu’on peut tracer entre Sala Consilina et Pontecagnano sont nombreux pour cette époque. Les différentes réactions des deux sites à l’arrivée de la céramique de Cairano-Oliveto Citra interdisent cependant de proposer qu’un de ces deux sites ait pu servir d’intermédiaire privilégié et redistribuer à l’autre une partie des objets qu’il recevait. C’est ce caractère original qui permet de supposer que les contacts pouvaient avoir au minimum une organisation triangulaire (sans compter le rôle d’un site comme l’Arenosola) :

  • Pontecagnano <-> Sala Consilina

  • Pontecagnano <-> hautes vallées du Sele et de l’Ofanto

  • Sala Consilina <-> hautes vallées du Sele et de l’Ofanto.

65De l’histoire de Sala Consilina, on peut retenir la précision que ces contacts se mettent en place au moment où s’interrompent ceux qui existaient jusque-là avec le reste de la Basilicate, si l’on en croit l’interruption dans l’arrivée de la céramique a tenda dans le Vallo di Diano : ces contacts multidirectionnels peuvent être le signe d’une tentative de réorganisation des réseaux d’échange. Mais on ne peut affirmer que les deux phénomènes entretiennent des relations de cause à effet : rien ne permet de supposer que les premiers contacts s’interrompent parce que s’établissent les seconds.

66Il n’est pas possible d’aller au-delà dans cette direction : il faut prendre en compte les éléments des autres sites villanoviens et sans doute en savoir plus sur le groupe Cairano-Oliveto Citra.

2. Les manifestations de l’idéologie funéraire

67L’analyse des directions de circulation des objets, des voies que ces circulations ont pu emprunter et enfin des zones impliquées dans ces contacts, a mis en évidence que le site de Sala Consilina était intégré à ce qu’on peut appeler des “réseaux d’échange”. Il est à présent nécessaire de se demander si cette situation se traduit dans l’organisation de la société par des structures particulières, et surtout s’il est possible de mieux cerner la chronologie de l’établissement de ces échanges.

68L’idéologie funéraire est la manifestation sans doute la plus riche d’informations pour aborder ce type de question. Mais avant de passer directement à cette lecture de l’idéologie funéraire, il est nécessaire de faire un détour critique sur le mode de déposition des objets dans les tombes.

2.1. Les objets dans les tombes : la disposition du mobilier

  • 105 Par exemple, d’Agostino 1970a, Chiartano 1983.

69L’analyse de la disposition des objets dans les tombes est chose courante : souvent, la conservation des squelettes a permis au fouilleur de faire d’utiles constatations sur le mode de déposition des éléments du costume et des objets personnels du défunt105. De ce point de vue, les données du corpus présent souffrent de nombreuses lacunes. Aussi est-il nécessaire de développer une approche particulière pour pallier ce type de difficultés.

70L’examen qu’on veut proposer sur la disposition des différentes classes fonctionnelles dans les tombes a trois buts : il s’agit d’abord d’avancer une critique de la documentation dont on dispose afin de décider jusqu’à quel point des tombes détruites en partie peuvent être étudiées sur le plan de l’idéologie funéraire ; ensuite, ce doit être l’occasion de valider un certain nombre d’hypothèses relatives à l’attribution aux différentes classes fonctionnelles des objets du mobilier ; enfin, on voudrait dégager des “règles” de déposition funéraire telles qu’ont pu les “édicter” les populations de Sala Consilina. Ces points précisés, il sera possible de chercher à faire la part des objets personnels du mort et de ceux dont la déposition dans la tombe suit une autre motivation.

  • 106 L’argument n’est pas sans ambiguïté ; de leur absence on ne peut en tout cas rien conclure.

71On peut admettre que c’est le choix du rite qui décide de la forme de la tombe : incinération en puits (qu’il s’agisse des puits simples ou des puits de tombes a ricettacolo), inhumation en fosse. Les lacunes documentaires ne permettent pas de déceler les rares cas intermédiaires, comme les incinérations en fosse par exemple, dont la nécropole voisine de Pontecagnano offre plusieurs exemples. Les inhumations attestées – celles qui présentent des vestiges osseux – sont très rares ; les observations effectuées au moment de la fouille sur d’éventuelles incinérations en fosse ne nous sont pas parvenues. Cependant, un indicateur indirect d’inhumation peut être la dispersion au sol d’éléments de parures106. On retiendra donc que les équations fosse = inhumation et puits = crémation ne sont que des approximations de la réalité qu’il n’est pas possible, en l’occurrence, de contourner.

72La disposition des objets qui constituent le mobilier funéraire, essentiellement céramique, dans les tombes et les éléments personnels du défunt (parures et instruments) dépend de la forme de la tombe mais avant tout du traitement du corps exécuté à l’occasion de la pratique du rite. En s’en tenant aux deux catégories déjà énoncées, inhumation/fosse et incinération/puits, il est possible d’étudier la disposition de ces objets dans l’une et l’autre catégorie en considérant qu’elles tiennent compte du traitement du corps.

2.1.1. Les tombes en fosse

73On a déjà rappelé que seules six tombes en fosse présentaient à la fouille des restes osseux provenant du squelette. Les os conservés sont les os longs des membres inférieurs. Le cas de la tombe 034P est unique : une partie de la voûte crânienne, des os longs des membres supérieurs, des os du bassin, les os des membres inférieurs avec les rotules et certains os du pied sont représentés sur le relevé de fouille. C’est à partir de ces rares exemples – un bien faible échantillon – qu’il faut chercher à déterminer la disposition relative des objets par rapport au corps. Pour les autres tombes, il est nécessaire d’opérer un découpage schématique de l’espace de la tombe afin de chercher à mettre en évidence la ou les logique(s) de disposition des objets, si bien sûr logique il y a.

  • 107 L’inverse existe dans d’autres nécropoles mais demeure exceptionnel.
  • 108 Rostand et Tétry 1972, 191.
  • 109 Kilian 1964, Beil. 3 d, tombe VIII.

74En admettant au moins provisoirement qu’il s’agit bien d’inhumations, on peut estimer que c’est la position du corps qui déterminera la position des objets du mobilier et du costume107. Le squelette d’un adulte présente des particularités morphologiques dimensionnelles dont une nous intéresse ici particulièrement : la longueur des membres inférieurs représente la moitié de la longueur totale du corps108. Les cinq fosses entières qui révèlent la présence de fragments osseux en relevé montrent dans chaque cas ces os longs des membres inférieurs dans la même moitié de la tombe, celle qui est grossièrement au sud. Une des tombes de la zone M publiée par Kilian confirme cette tendance109.

  • 110 Il s’agit des tombes entières, non vides, dont on possède le relevé de fouille.

75On peut retenir cette coupure arbitraire afin de vérifier qu’elle permet de comprendre la disposition du matériel. Les tombes qu’on peut étudier de cette façon sont au nombre de 62110. Un dénombrement des objets par moitié de tombe a été effectué ; les totaux sont proposés par moitié de fosse. Les résumés statistiques de ces dénombrements sont présentés en pourcentages sous la forme de tableaux en fonction des moitiés de fosse (la moitié la plus au nord étant arbitrairement la moitié supérieure) et des grandes catégories de matériel (vases, parures avec ou sans fibule, “outils” entendus ici comme instruments – même symboliques – et armes).

76Le tableau suivant montre la distribution de tous les objets (ou groupes d’objets dans le cas des anneaux ou des boutons disposés en tas) dénombrés selon les moitiés des tombes. Près des trois quarts des objets sont concentrés dans la moitié inférieure des tombes. La coupure hypothétique proposée à partir de contingences anthropologiques paraît avoir une pertinence réelle quant à la distribution des objets.

77Les effectifs bruts sont respectivement de 126 et 337 objets pour les moitiés supérieure et inférieure : le total de 463 offre une solide assise à un raisonnement basé sur des pourcentages. Cependant les “objets” appartiennent à des catégories très différentes sur lesquelles il est à présent nécessaire de tester la distribution.

78Lorsqu’on examine la distribution des vases par moitié de tombe, l’opposition entre les deux moitiés apparaît encore plus nette que pour les objets dans leur ensemble. Des 256 vases pris en compte dans ce dénombrement, près de 95 % sont déposés dans la moitié inférieure des tombes. Les vases représentent par ailleurs plus de 50 % des objets considérés : cette proportion explique la différence de distribution observée sur l’ensemble des objets. L’analyse de la distribution des objets de parure, en tenant compte ou non des fibules et du groupe hétérogène des “outils”, illustre ce propos.

%

Total Objets

Vases

Fib. + autres parures

Fibules

Autres parures

“Outils”

½ supérieure

27

5

55

58

52

48

½ inférieure

73

95

45

42

48

52

Total

100

100

100

100

100

100

Effectifs

Total Objets

Vases

Fib. + autres parures

Fibules

Autres parures

« Outils »

½ supérieure

126

14

102

57

45

10

½ inférieure

337

242

84

42

42

11

Total

463

256

186

99

87

21

79Les 186 éléments ou groupes d’éléments de parure (vestimentaire ou corporelle) se répartissent presque également dans l’une et l’autre moitié des tombes. La distinction entre fibules et reste des parures n’est pas pertinente dans ce cas, comme le montrent les deux colonnes distinctes des tableaux précédents. La proportion de fibules dans le groupe des parures est d’environ 50 %. Même si cela ne concerne au total qu’une vingtaine d’objets, on mentionnera enfin la distribution des “outils” qui se répartissent eux aussi équitablement dans les deux moitiés.

80Il apparaît donc que le découpage de l’espace de la tombe en deux moitiés basées sur les deux grandes parties du corps n’est pertinent que pour la catégorie des vases, les autres catégories d’objets ne connaissant apparemment pas de distribution différentielle selon cette coupure. Avant de chercher d’autres répartitions pour ces catégories, on peut résumer sur des tableaux par secteurs la composition, en pourcentages et en effectifs, des mobiliers des deux moitiés retenues.

%

Vases

Fibules+ autres parures

Outils

Total Objets

½ supérieure

11

81

8

100

½ inférieure

72

25

3

100

Effectifs

Vases

Fibules+ autres parures

Outils

Total Objets

½ supérieure

14

102

10

126

½ inférieure

242

84

11

337

81On constate que la moitié supérieure des fosses présente essentiellement des éléments de parure tandis que la moitié inférieure est plutôt réservée à la déposition de vases. On peut aussi noter qu’en proportion, les “outils” sont présents également dans les deux moitiés, mais la catégorie est très disparate et par trop réduite : on étudiera par la suite les distributions des objets qui la composent. Les graphiques A et Β de la figure 4.04 illustrent ce tableau.

  • 111 Rostand et Tétry 1972. Voir figure 4.03.

82Le découpage par moitiés ayant montré ses limites, on peut choisir de découper l’espace de la tombe en quarts. Ceux-ci correspondent également à des proportions remarquables du corps (genoux, hanches, poitrine)111 qui peuvent avoir un sens quant à la disposition des éléments du mobilier et surtout des parures corporelles et vestimentaires.

83Les tableaux suivants montrent la distribution des vases sur ce découpage par quarts. Il est clair que c’est essentiellement le quart inférieur qui est concerné par la présence de vases avec un total de 166 individus, mais le second quart de la moitié inférieure en présente encore 76. Cette disposition mérite une plus grande précision : sur ces 76 vases, 40 appartiennent encore au tiers inférieur et ce sont donc plus de 200 vases sur 250 qui sont placés dans le tiers inférieur de la tombe.

84A l’examen de la distribution des fibules et autres parures, la répartition apparemment uniforme qui ressortait du découpage par moitié fait place à une distribution qui concerne davantage les deux quarts centraux avec près de 80 % des parures. Considérées séparément, les fibules et les autres parures suivent rigoureusement la même distribution. Par ailleurs, la distribution des “outils” sur ces quarts n’a pas grand sens vu les faibles effectifs concernés.

85On peut résumer en quelques lignes ce que l’on vient de mettre en évidence quant aux distributions des objets dans l’espace des tombes à fosse : d’abord, les vases sont concentrés dans le tiers (à la rigueur dans le quart) inférieur ; ensuite, les parures sont regroupées dans les quarts centraux de la tombe ; enfin, dans le quart supérieur, sont placés vases et éléments de parure mais en faible quantité.

%

Vases

Fib. + Parures

Outils

Total

Fibules

Autres parures

“1”

3

11

24

7

13

9

“2”

3

44

24

20

44

43

“3”

30

35

33

32

32

38

“4”

65

10

19

41

10

10

Total

100

100

100

100

100

100

Effectifs

Vases

Fib. + Parures

Outils

Total

Fibules

Autres parures

“1”

7

21

5

33

13

9

“2”

7

81

5

93

44

37

“3”

76

65

7

148

32

33

“4”

166

19

4

189

10

9

Total

256

186

21

463

99

87

  • 112 Kilian 1964.

86Les cinq tombes entières qui présentent des éléments du squelette pourraient fournir une corrélation entre le découpage hypothétique sur lequel on a étudié la distribution des objets et les parties du corps. Sur ces cinq tombes, deux ne présentent, en relevé, aucun mobilier ; deux montrent un mobilier céramique disposé à l’extrémité des membres inférieurs ; une dernière – celle qui a livré un fragment de calotte crânienne – renferme trois vases, tous concentrés près de la tête. On peut prendre en compte une ultime tombe – la 019P, détruite en partie – pour avoir un exemple supplémentaire. Enfin la tombe 8 de la zone M publiée par K. Kilian112 et que j’ai déjà mentionnée, présente un mobilier céramique dans la zone des membres inférieurs.

87Il n’est donc pas possible, à partir des seules tombes à squelette, de proposer une orientation constante des tombes et des corps à l’intérieur de ces tombes. Il apparaît toutefois que la disposition du mobilier céramique et des objets personnels est fortement corrélée au découpage schématique et arbitraire que l’on a proposé. C’est plutôt indirectement qu’on peut associer la disposition des objets et les zones du corps : les tombes sont toutes grossièrement alignées sur le sens de la pente avec une direction générale nord-est/sud-ouest ; le mobilier céramique est concentré dans la partie la plus au sud – celle que l’on a appelée partie “inférieure” ; les rares vestiges osseux indiquent de façon constante que le corps inhumé est déposé la tête vers le nord et le corps dans le sens de la pente ; on peut donc proposer que la zone où sont déposés habituellement les vases – le quart ou le tiers inférieur – correspond à celle des pieds et des membres inférieurs ; il est également possible d’attribuer les deux quarts centraux – ceux où sont découverts préférentiellement les parures – à la zone du tronc jusqu’aux membres supérieurs ; enfin, la zone de la tête peut présenter un certain nombre d’objets, y compris des vases, mais trop peu pour qu’il soit possible d’y voir une certaine logique. Pour cela, il est nécessaire de prendre en compte les tombes détruites en partie qu’on n’avait pas jusque-là intégrées à l’analyse.

Fig. 4.03 - La partition du corps humain par quart. D’après Rostang et Tétry 1972, 191, modifié.

Fig. 4.04 - Distribution des catégories d’objets selon les moitiés de fosse pour les inhumations. A et B, tombes intactes ; C et D, tombes en partie détruites.

2.1.2. Les tombes détruites en une extrémité

88A partir des constantes relevées sur les tombes entières dans la déposition des éléments du mobilier, il est possible d’examiner les tombes dont une extrémité est détruite sans en faire une analyse en termes de moitié ou de quart : celles qui n’ont subi qu’une destruction centrale ont été prises en compte dans l’inventaire précédent.

89On doit à cette étape repartir des relevés de fouille tels qu’ils nous sont parvenus. Les tombes détruites se répartissent en trois groupes selon l’extrémité détruite : d’abord les tombes dont on possède l’extrémité inférieure (tombes 001P, 005P, 007P, 008P, 009P, 015P, 019P, 020P, 026P) ; ensuite les tombes dont on possède l’extrémité supérieure (tombes 002P, 018P, 021P, 022P, 023P, 027P, 028P) ; enfin la seule tombe 003P dont les deux extrémités sont détruites, qu’on ne peut prendre en compte car la partie conservée de la tombe 003P peut être aussi bien située dans la zone inférieure que dans la zone supérieure, même si le type du vase présent – une cruche – suggère la partie inférieure.

90Si l’on procède, sur les tombes dont on possède l’extrémité inférieure, aux comptages que l’on a effectués sur les moitiés inférieures des tombes entières, on obtient des proportions que le graphique C de la figure 4.04 résume. La comparaison de ce graphique avec celui des distributions pour les tombes entières met en lumière des proportions proches mais point identiques pour les vases (80 %), les parures (environ 17 %) et les “outils” (environ 3 %). On peut donc estimer que dans ces tombes détruites, les parures sont sous représentées ce qui se justifie sans doute par des conditions de fouilles très particulières. Ces tombes restent grossièrement représentatives de l’ensemble des tombes à fosse. Corollaire de ce qui précède : il est possible de comparer les tombes détruites dont on conserve la partie inférieure avec les tombes entières à condition de ne considérer que la partie conservée. Ce qui peut paraître un truisme trouve sa justification dans l’examen des proportions de matériel dans les tombes dont on possède l’extrémité supérieure. Le graphique D de la figure 4.04 montre ces proportions.

91Les chiffres obtenus pour les moitiés supérieures des tombes entières étaient très différents, avec un pourcentage faible pour les vases et fort pour les parures. Les proportions que nous trouvons sur les tombes détruites correspondent à près d’un tiers de parures pour deux tiers de vases. Plus encore, en chiffres absolus, les dénombrements opérés pour les vases sur les huit moitiés supérieures des tombes détruites donnent des résultats supérieurs à ceux de 65 tombes entières : 25 vases contre 14, 14 parures contre 45 et 2 outils (si le disque corrodé de la tombe 256P peut être interprété comme le vestige d’un rasoir) contre 10.

Fig. 4.05 - Distribution des catégories d’objets selon les extrémités conservées des tombes en partie détruites.

92On peut suggérer une explication : sur ces huit tombes détruites, sept l’ont été par la canalisation d’eau, ce qui signifie que la fouille a été effectuée à partir de cette tranchée dans des conditions de lisibilité sans doute peu commodes. Les photos n’existent pas toujours pour nous renseigner précisément sur les conditions de fouille, mais lorsqu’elles existent, elles suggèrent souvent un dégagement en sape des parties conservées des tombes : celles-ci sont profondément enterrées. Dans ces conditions et en l’absence de vision verticale des tombes, il est très vraisemblable qu’un certain nombre de parois nord des tombes ne correspond qu’à des limites artificielles de fouilles.

  • 113 Cf. la planche 3 ; les pointillés restituent les limites probables des tombes ; cf. aussi figure 3. (...)

93Pour plusieurs tombes, cette remarque est presque sûre : les tombes 002P et 028P présenteraient, selon le relevé, un mobilier céramique groupé contre la paroi nord dont, en particulier, un grand vase conteneur (jarre ou amphore) renfermant une tasse, ce qui ne se rencontre jamais dans les tombes entières ; plutôt faut-il proposer que la paroi sud (l’autre petit côté du rectangle) a disparu dans la tranchée, que le reste des tombes se poursuit dans la berme, sous la route113, et que la partie conservée est la partie inférieure. La tombe 023P pourrait, elle aussi, se trouver dans ce cas : les deux “bracelets”, dont la disposition symétrique par rapport à un axe longitudinal suggère une position corporelle ou vestimentaire, paraissent trop près de la paroi nord ; ce sont les deux quarts centraux qu’on observerait dans ce cas. Pour d’autres tombes, la situation est moins claire. La tombe 027P pourrait reproduire la situation des tombes 002Ρ et 028P, mais la surface dégagée paraît exclure une telle confusion. Même remarque pour la tombe 022P : elle est dégagée sur 1,4 m ; la concentration de mobilier qu’on lit sur le relevé ne pourrait de la sorte correspondre à celle qu’on a mise en évidence sur les moitiés inférieures. Il reste toutefois que de telles concentrations de mobilier, en particulier de mobilier céramique, dans la partie supérieure de la tombe paraissent tout à fait inhabituelles sur les exemples connus. Néanmoins, sur les huit tombes dont le relevé est publié par Kilian, six présentent un mobilier important dans la moitié supérieure, dont des cruches pour deux d’entre elles. Les deux dernières tombes, 018P et 021P, montrent des vases- un et deux- dans leur partie supérieure, celle qui est conservée. Ces cas ne s’éloignent pas de la généralisation qu’on a pu proposer à partir des tombes entières : il n’y a donc pas lieu de s’interroger sur une erreur éventuelle de lecture dans la disposition de la tombe.

94Au total, le passage des tombes 002P et 028P de la catégorie des moitiés supérieures à celle des moitiés inférieures ne modifie pas de façon déterminante les proportions obtenues par nature de mobilier. Dans le cas des extrémités inférieures, les pourcentages respectifs de 82,5 %, 15 % et 2,5 % sont encore assez proches des chiffres obtenus pour les tombes entières (figure 4.05). Par contre, les modifications sont plus sensibles quant aux proportions observées sur les moitiés supérieures. Les rapports sont inversés entre les parures et les vases, ces derniers paraissant néanmoins toujours surreprésentés dans ces tombes. Il n’est pas possible d’aller plus loin dans la détermination des parties des tombes conservées et l’on gardera ces attributions respectives aux parties supérieures et inférieures.

95On peut à présent intégrer les données obtenues avec les tombes entières à celles des tombes détruites. Ce n’est plus sur la nature des objets qu’il faut réfléchir ici mais, à l’intérieur de chaque grande catégorie – parfois hétérogène comme celle des “outils”-, à la disposition des différentes classes.

2.1.3. Associations fonctionnelles et disposition des objets.

96On a vu que l’espace de la tombe pouvait être divisé en moitiés mais que l’analyse gagnait à retenir des divisions plus petites pour étudier la disposition des vases (quart, voire tiers, inférieur) et celle des parures (les deux quarts centraux). C’est à partir de ce découpage qu’il faut envisager la place des classes fonctionnelles particulières dans la tombe, au risque cependant, à descendre à l’intérieur de chaque classe, de se trouver confronter à des effectifs bien trop faibles pour qu’on puisse en dire quoi que ce soit.

a) Les vases de la moitié inférieure

97Toutes les catégories de vases représentées dans le mobilier des tombes sont présentes, au moins pour un exemplaire, dans la moitié inférieure. Seule celle des seaux, dont on ne possède de toutes façons qu’un seul exemplaire, est absente de la moitié inférieure. Les quatre classes de vases qui ne sont présentes que dans les moitiés inférieures sont celles un peu hétérogènes des pots et des jattes (par ailleurs fort mal représentées), mais surtout celles des jarres et des vases biconiques à deux anses. Leurs caractéristiques fonctionnelles font de ces objets des grands vases fermés : leur place dans la tombe serait donc exclusivement dans la zone des pieds du mort.

98Toutefois, le cas des vases biconiques à deux anses horizontales (il s’agit de formes identiques, en plus petit, aux vases cinéraires) n’est pas dépourvu d’ambiguïté. La relation de fouille de la tombe 045P fait en effet état d’un petit “cinéraire”, et le relevé présente une zone délimitée par un pointillé autour du vase et de l’écuelle qui l’accompagne, sans que la relation précise ce que le dessin a voulu souligner – un remplissage cendreux par exemple. De plus, des bronzes – anneaux et spirales – ne sont jamais mentionnés et surgissent d’on ne sait où (du remplissage du “cinéraire” ?), à l’inventaire. On a fait l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’une incinération en fosse, comme il en existe un certain nombre à Pontecagnano, sans que rien toutefois puisse jamais nous permettre de conclure avec certitude dans un sens ou dans l’autre. En laissant ouverte cette possibilité, il est nécessaire de vérifier sur les autres vases de ce type si l’éventualité d’une incinération en fosse peut se présenter pour les autres tombes concernées.

99Un seul de ces vases est associé à une jarre (tombe 172P) qui fait partie du mobilier caractéristique des inhumations. La tombe présente cependant une grosse pierre (15 sur 20 cm) et une amphore dans la zone centrale, soit la zone pectoro-abdominale si l’on se réfère à un squelette : la pierre ne paraît pas avoir fait partie de la couverture car il semble sur la photo que l’amphore, couchée sur le côté, repose légèrement sur elle. Cette déposition pourrait exclure la présence d’un corps inhumé à cet emplacement. Les arguments ne sont cependant pas univoques : tout est toujours possible et, en l’absence d’observation complémentaire, on ne peut exclure que cette amphore et cette pierre aient été déposées sur le corps même. Rien de décisif, donc, quant au rite pratiqué ni à son association avec le vase biconique.

100Des tombes 002P, 008P et 041P, on ne peut rien dire, soit qu’elles n’aient pas été dégagées entièrement comme on l’a supposé (002P) ou qu’elles aient été détruites en partie (008P) ou que le mobilier soit concentré dans le tiers inférieur (041P). Les tombes 006P, 026P et 042P montrent au contraire des bronzes (bracelets ou fibules) en position “corporelle”. Dans la tombe 042P, un second bracelet est déposé au fond d’une cruche : s’il s’était agi d’une crémation, la parure aurait été vraisemblablement incluse dans le remplissage du vase biconique. Rien ne permet de conclure que la présence d’un vase biconique dans une fosse puisse être le signe d’une crémation. On peut cependant confirmer que, fonctionnellement, jarre et vase biconique ne sont pas équivalents : ce n’est pas l’unique cas de présence commune dans une tombe (172P) mais plutôt l’absence totale de tasse à l’intérieur du vase biconique qui autorise à avancer cette remarque.

101Sur 31 jarres, 27 contiennent une tasse, dont 2 contiennent aussi une petite cruche ou une écuelle. Une seule jarre ne contient qu’une coupe et 2 sont vides d’autres vases. Les jarres ne sont pas les seuls vases à en contenir d’autres : les 2 pots mentionnés plus haut contiennent également une tasse, de même que 2 amphores et 3 cruches. Au total, ce sont 34 tasses qui sont contenues dans un autre vase (grand ou moyen fermé) : dans tous les cas, il s’agit de vases déposés dans la moitié inférieure de la tombe. Seules 8 tasses ont été déposées dans cette partie hors de tout autre vase ; à l’opposé, sur les 3 tasses qu’on trouve dans la moitié supérieure, une seule est contenue dans une écuelle. Ainsi, il peut exister une certaine interchangeabilité entre les formes de vase : jarre, pot, amphore, voire cruche (mais seules 3 cruches sur 52 sont concernées) peuvent avoir des fonctions proches sinon identiques si la tasse que ces vases contiennent les désigne bien comme des conteneurs de fluide, moyens à grands. La dimension du temps n’a pas été introduite dans cette analyse : l’interchangeabilité reconnue peut dissimuler éventuellement une succession chronologique.

Fig. 4.06 - Tableau des écarts à l’indépendance de la distribution des vases selon les moitiés des tombes.

102Pots, amphores et cruches sont les autres vases fermés, grands ou moyens, présents presque exclusivement dans la moitié inférieure : la remarque vaut surtout pour les cruches, les deux autres formes céramiques ne comptant que trop peu d’exemplaires. Mais les effectifs des formes ouvertes peuvent être très importants également : écuelles et, dans une moindre mesure, coupes, participent pour plus d’un tiers au nombre de vases déposés dans la moitié inférieure des tombes.

b) Les vases de la moitié supérieure

103Au total, quatorze tombes entières ou en partie détruites présentent du mobilier céramique dans la moitié supérieure. A côté des trois tasses déjà mentionnées, on trouve quatre cruches, une amphore, un seau mais surtout des écuelles et des coupes.

104Ces attributions rigides dissimulent en fait deux groupes de tombes : les premières (deux tombes) ont un mobilier céramique si nombreux que les vases présents dans la moitié supérieure ne sont que le prolongement du dépôt des vases de la moitié inférieure ; dans les secondes, il y a une véritable discontinuité entre les deux moitiés, que des vases soient ou non déposés dans la moitié inférieure. Huit tombes, si l’on fait abstraction des tombes détruites en partie, constituent ce second groupe. Ces chiffres ne sont pas assez importants pour qu’il soit possible de déduire quelque chose de cette disposition. Tout juste peut-on remarquer que ces vases peuvent être délibérément placés à côté de la tête : c’est le cas de la seule tombe présentant un crâne, mais c’est sans doute aussi le cas des tombes dont les vases sont déposés dans le quart supérieur. D’autres pourraient avoir été déposés près du (ou sur le) thorax du défunt.

105Au-delà de ces constats, il n’y a pas d’explication à proposer pour la présence de cruches ou de tasses dans la moitié supérieure : sur les cinq tombes concernées, trois sont détruites dans leur partie inférieure. Le fait que les deux autres tombes (entières) n’aient pas de mobilier dans la moitié inférieure n’est pas suffisant pour proposer une vraie alternative à la déposition habituelle du mobilier céramique aux pieds du défunt, alternative qui se traduirait par un dépôt près de la tête.

c) Moitié supérieure versus moitié inférieure

  • 114 Tableau calculé par le produit des marges du tableau des effectifs observés.

106Il reste à synthétiser les résultats obtenus sur la distribution des vases par moitié de tombe en considérant à présent les deux moitiés ensemble. Le tableau de contingence du nombre de vases par moitié de tombe peut être transformé en tableau d’effectifs théoriques114. A partir de celui-ci, on peut calculer les écarts entre les effectifs théoriques et les effectifs observés autrement appelés “écarts à l’indépendance” : si la place des vases dans l’une ou l’autre moitié de la tombe était totalement indépendante de la catégorie fonctionnelle du vase, on aurait alors un tableau d’effectifs théoriques semblable à celui des effectifs observés, et un tableau des écarts à l’indépendance dont toutes les cases seraient nulles. Il suffit dans le cas présent de remarquer les signes positifs ou négatifs pour comprendre qu’une moitié ou l’autre présente préférentiellement des vases de telle ou telle catégorie fonctionnelle.

107Ainsi envisagées sur le tableau de la figure 4.06, les catégories fonctionnelles se répartissent en trois groupes. D’abord, les vases dont la disposition semble indépendante de la coupure en deux moitiés de la tombe : il s’agit des amphores, des jattes, des pots, des coupes à pied et écuelles à pied pour lesquels les chiffres sont nuls. Ensuite, les vases présentant un déficit pour la moitié supérieure : les jarres, les vases biconiques, les cruches, les tasses. Enfin, les vases dont le déficit de distribution correspond à la moitié inférieure : les coupes et les écuelles. Que nous permet de conclure cette technique particulière ?

Fig. 4.07 - Tableau des effectifs des éléments ou groupes d’éléments de parure et des “outils” selon les quarts de tombes.

108Le premier groupe est formé de catégories assez peu représentées dans l’ensemble des tombes : jattes, pots, voire amphores sont présents en deux ou cinq individus. Plus intéressant, les vases à pied (coupes et écuelles) sont plus nombreux, ce qui montre bien que l’appartenance au groupe n’est pas essentiellement due à un faible effectif.

  • 115 Il est inutile de mentionner les seaux, représentés ici en un seul exemplaire.

109Les deux autres groupes semblent opposer les vases ouverts (coupes et écuelles)115 aux vases fermés (jarres, cruches, vases biconiques) autour des tasses – vases ouverts systématiquement associés aux vases fermés. Si la tasse est bien le vase à transvaser que son association systématique à un conteneur de grande capacité laisse supposer, les autres vases ouverts – coupes et écuelles – sont peut-être davantage du côté de la consommation directe et, de ce fait, plus facilement disposés loin des conteneurs et près des mains et de la tête. Il est possible de proposer les règles suivantes de déposition des vases :

  • les vases sont déposés uniquement aux pieds du défunt ; cette disposition représente la très grande majorité des cas ;

  • les vases sont déposés aux pieds du défunt mais un ou plusieurs autres vases sont également placés près de la tête ; ces derniers vases sont soit des écuelles soit des coupes ;

  • dans quelques cas, le mobilier céramique est, dans son intégralité, déposé à la tête du défunt ; dans ce cas, l’écuelle ou la coupe – lorsqu’elles existent – n’ont pas de position particulière mais restent associées aux autres vases céramiques.

  • 116 Kilian 1964, Beil. 3 à 5.

110Les rares exemples proposés par Kilian confirment presque totalement ces trois possibilités116 : deux tombes sur six n’ont de vases que dans la zone des pieds (tombes M17 et M8) ; lorsque du mobilier céramique se trouve déposé dans la zone de la tête en plus des vases déposés près des pieds, il s’agit de coupes ou d’écuelles, sauf dans un cas où c’est une cruche qu’on a placée.

111Il semble donc exister une très faible variabilité dans le mode de déposition des vases : même lorsque la déposition des objets aux pieds du défunt ne suit pas la “règle” générale, on ne constate pas qu’ils sont déposés n’importe où. Il reste à examiner si ces façons différentes de placer les vases correspondent à une même déposition particulière des parures et des “outils”.

d) Parures et “outils”

112La lecture de la déposition des éléments de parures et des “outils” est plus difficile car les effectifs sont moins nombreux : il s’agit d’un peu plus de 150 objets ou groupes d’objets. On sait déjà que les parures et “outils” sont distribués pour deux tiers dans les deux quarts centraux des tombes, le tiers restant se divisant à peu près également dans les deux quarts extrêmes. Au-delà de ces désignations génériques, qu’en est-il de la disposition des classes particulières d’objets à l’intérieur des tombes ?

113Le tableau des effectifs de la figure 4.07 permet de reconnaître plusieurs groupes. Un premier est formé par des catégories de parures : saltaleone, spirales et boutons, de même que perle et pendentif (bien que ces deux dernières catégories ne soient représentées que par un exemplaire) sont concentrés dans les deux quarts centraux avec une seule exception constituée par quelques boutons présents dans le quart inférieur dans la tombe 170P. Cette distribution ne fait que refléter la distribution mise en évidence sur l’ensemble de ces objets : il s’agit de la zone où l’on peut s’attendre à trouver la parure si celle-ci était déposé sur le corps ou le vêtement du défunt, entre les genoux et le cou.

  • 117 J’utilise, pour faire bref, ce terme mais, à ce niveau, sans aucune implication fonctionnelle.

114Un second regroupe d’autres parures représentées dans tous les quarts de la tombe : fibules, “bracelets”117, anneaux, chaînes et disques. Si la présence de ces parures dans les deux quarts centraux ne surprend pas, leur dépôt dans les quarts extrêmes mérite une explication. Dans le quart supérieur, il peut s’agir d’éléments d’une parure capillaire (sans jamais pouvoir exclure qu’il s’agisse d’un dépôt). Dans le quart inférieur, deux raisons sont à mettre en avant : d’une part, de la même façon que pour le quart supérieur, il peut s’agir d’une parure corporelle ou vestimentaire portée dans la zone des pieds ; d’autre part, les objets ont pu être déposés intentionnellement, sans relation avec la zone du corps concernée mais plutôt avec le reste du mobilier, en l’occurrence céramique. Il n’est jamais aisé de proposer l’une ou l’autre lecture en toute sécurité. Dans quelques cas, néanmoins, on peut affirmer qu’il y a eu dépôt, lorsque la parure est placée sous ou dans un vase.

  • 118 Kilian 1964, Beil. 3d, tombe M8.

115Ainsi, sur les 9 tombes dans lesquelles on trouve une ou plusieurs fibules dans le quart inférieur, 4 se signalent par des fibules dans (ou sous) une jarre ou une amphore (tombes 028P, 212P, 217P, 254P). A l’inverse, se présentent quelques cas assez clairs de fibules faisant partie du costume dans la zone inférieure : la tombe 019P, détruite en partie, montre deux fibules alignées le long des os longs des jambes ; Kilian avait déjà publié un cas semblable où les fibules se situent entre les jambes118. Les autres tombes sont moins claires car elles ne contiennent aucun os du squelette mais elles se rattachent probablement à ce dernier cas de figure.

116De même, trois tombes présentent des bracelets dans les quarts inférieurs : dans deux d’entre elles (tombes 042P et 249P), il s’agit de bracelets déposés dans un vase (jarre ou cruche). On notera que dans ces deux tombes est déposé un second bracelet en position “corporelle”. Pour le bracelet de la tombe 254P, de même que pour les anneaux, les chaînes et le disque également présents dans les quarts inférieurs, il n’est pas possible d’être affirmatif : le bracelet – si sa fonction de parure corporelle est bien induite par sa forme- aurait pu être une parure de cheville si le diamètre avait été supérieur aux 4,8 cm mesurés ; les autres éléments de parure ont pu être déposés comme faisant partie du costume.

117Par contre, dès que l’on envisage les “outils”, les effectifs se réduisent tant que toute recherche de règle de dépôt se révèle vaine. Passons sur le couteau et le rasoir du corpus, tous deux placés près de la tête : dans les tombes en question (035P et 189P), tout le mobilier – au reste réduit à peu de chose – est déposé près de la tête, si bien qu’il n’est pas possible de savoir à quel point l’objet est “attiré” par la tête du défunt (et de ce fait attire les autres objets du mobilier) ou bien s’il est déposé comme les autres objets, en tout cas sans égard particulier à sa fonction et à la charge symbolique que la rareté lui confère. De même, la seule quenouille de ce corpus réduit (celle de la tombe 210P) était vraisemblablement posée sur le tronc du défunt.

  • 119 Voir supra, et Bartoloni 1989b.

118Plus intéressant, les pointes de lance et les “talons” de lance ne sont jamais disposés au centre de la tombe, à part le talon de la tombe 192P, situé néanmoins dans le tiers inférieur. Constatons d’abord que les deux objets ne sont jamais associés dans les tombes étudiées ici : cela rejoint les observations faites dans le cadre de l’étude typologique sur la fonction de l’objet119. Dans les tombes à fosse considérées, quatre pointes de lance ont été déposées. Le fragment d’une cinquième – limité à la douille – a été placé dans la cruche de la tombe 216P, comme le “talon” de lance en fer de la tombe 187P l’avait été dans une écuelle : alors que peu de choses différencient morphologiquement un “talon” de lance et celui d’une hampe d’un autre objet, il faut peut-être faire l’hypothèse d’une utilisation similaire, mais encore à déterminer.

119A partir de deux groupes de quatre objets, on ne peut prétendre proposer des règles de déposition strictes. Remarquons cependant que les pointes de lance peuvent être situées dans la zone supérieure, isolées, ou dans la zone inférieure, au milieu du reste du mobilier. Dans ce dernier cas, la pointe n’a sans doute pas été déposée avec sa hampe : la lance de la tombe 182P qui se trouve pointe en bas ne pouvait pas non plus être munie de sa hampe. De la même façon, les “talons” sont déposés dans toutes les directions, ce qui exclut l’hypothèse d’un emmanchement sur une longue hampe, sans oublier le “talon” en fer déjà mentionné et qu’une écuelle contient.

Fig. 4.08 - Tableau des écarts à l’indépendance de la distribution des éléments ou groupes d’éléments de parure et des “outils” selon les quarts des tombes.

  • 120 Voir par exemple Zuffa 1976.

120La position des fusaïoles est assez claire : à part deux exceptions dans le quart supérieur, elles se trouvent toutes dans les quarts centraux. Par ailleurs, un des deux exemplaires du quart supérieur a été déposé dans une écuelle. Les autres exemplaires ne montrent aucune constante dans leur positionnement : elles peuvent se situer aussi bien dans l’immédiate proximité des vases, près du quart inférieur, que dans le tiers supérieur de la tombe, près d’éléments de parure. Il n’est donc pas possible de proposer une autre fonction à l’objet, en particulier de faire de la fusaïole une sorte de gland à l’extrémité d’une ceinture120.

e) La distribution des éléments de parure par catégorie

  • 121 Le calcul des contributions au khi-deux a également été opéré sur le tableau précédent. Les plus fo (...)
  • 122 Tagliente 1986, tav. 49-50.
  • 123 Ibidem.

121Pour les éléments de parure, le tableau des “écarts à l’indépendance” est moins riche d’enseignement que ne l’avait été celui des vases (figure 4.08)121. Les objets plutôt associés aux quarts centraux avaient déjà été repérés sur le tableau des effectifs. Il s’agit des fusaïoles et, pour les parures, des boutons, des spirales et des saltaleone. A l’inverse, un certain nombre de parures montrent un léger déficit dans un ou deux quarts centraux. Enfin, les fibules sont créditées de chiffres nuls. Le bouton est un élément décoratif plus qu’utilitaire. Les fouilles d’Alianello ont montré qu’il devait être fixé en groupes sur un vêtement pour réaliser des motifs décoratifs. Il n’est donc pas surprenant de le trouver dans les secteurs de la tombe où s’étendait le costume du mort122. Les spirales et les saltaleone sont trop peu nombreux pour que leur position soit significative et renseigne sur leur(s) fonction(s). Quant aux éléments déficitaires dans les quarts centraux, il s’agit tout d’abord des bracelets, curieusement sous-représentés dans le troisième quart des tombes. Cela confirmerait que le “bracelet” peut être un anneau d’oreille ou un bracelet de bras plutôt que de poignet. Les tombes d’Alianello (contrada Cazzaiola) publiées par M. Tagliente montrent des bracelets identiques et permettent de tirer les mêmes conclusions123. Le recours à une silhouette calquée sur le plan de la tombe n’est pas totalement efficace vu les incertitudes liées à l’exacte position du mort, à sa taille et aux déplacements post-enterrement. Néanmoins, l’étude de la symétrie latérale peut apporter d’autres informations sur l’utilisation des “bracelets”.

  • 124 Il manquerait en effet près d’un demi-mètre au-delà des “bracelets” pour obtenir une position plus (...)
  • 125 Pour Kilian, il s’agit d’une pratique limitée dans le temps à sa phase IC (1970, 27).
  • 126 Il peut s’agir d’une seule et même coiffure enroulée sur la tête.

122On l’a vu, ces objets peuvent être présents dans tous les quarts des tombes, parfois par paire : rien n’implique alors qu’ils soient disposés symétriquement par rapport à l’axe longitudinal. La tombe 023P présente néanmoins cette particularité, ce qui permet de suspecter que la fouille n’a pas été complète124. La tombe 193P est plus intéressante puisque ce sont deux paires (de taille différente) qui ont une position symétrique125. Les deux paires sont sans doute placées trop bas pour que les “bracelets” soient des parures de tête (oreilles ou coiffure) ; si la position des petits exemplaires (les plus hauts) exclut qu’ils aient pu être enfilés sur les bras, celle des grands ne l’interdit en revanche pas. La tombe 200P montre une paire de “bracelets” au milieu d’un groupe de fibules. Sur une silhouette, il semble que ces objets soient placés à la hauteur de la poitrine. Dans d’autres cas, les paires sont formées par des objets sans relation de symétrie latérale : sur le même axe central pour la tombe 196P, avec un exemplaire au-dessus du crâne et un autre à la hauteur du cou126. Par contre, ceux de la tombe 022P semblent avoir été déposés avec le reste du mobilier.

Fig. 4.09 - Diamètres extérieurs comparés des anneaux, groupes d’anneaux, maillons de chaînes en fonction de la position selon les quarts des tombes.

123Les deux tombes 042P et 249P ont déjà été évoquées car elles présentent deux “bracelets” dont un dans le quart inférieur dans ou sous un vase : le second paraît être en position corporelle, dans un cas à la hauteur des épaules, dans l’autre vers la ceinture. Le “bracelet” peut donc être porté de façon beaucoup plus variée que son appellation française – ou même italienne de bracelet-boucle d’oreille – ne le laisse entendre.

124Ce sont ensuite les anneaux ou groupes d’anneaux préférentiellement présents dans les quarts extrêmes, alors qu’en effectifs absolus leur distribution est presque uniforme. Lorsqu’on cherche à mettre en évidence des groupements dimensionnels privilégiés selon les secteurs de tombe (des petits anneaux dans tel quart, des plus grands dans tel autre) on obtient des distributions proches d’une loi Normale, ce qui s’explique peut-être par des effectifs assez faibles.

125Rien dans le cas présent ne permet d’expliquer la présence préférentielle des chaînes dans le troisième quart à moins d’en faire un élément de parure plus ou moins lié à la ceinture. Il reste que bien souvent, entre anneaux, groupes d’anneaux et chaînes, il n’y a que la différence de l’intégrité. La figure 4.09 illustre la distribution des diamètres extérieurs des anneaux, qu’ils soient isolés ou qu’ils fassent partie d’un ensemble, en fonction du quart de la tombe dans lequel l’objet a été trouvé.

126Les mêmes anneaux sont à peu près également répartis dans les différents quarts des tombes : seuls les grands ne sont représentés que dans les deux quarts extrêmes mais dans des effectifs trop faibles pour qu’une conclusion claire s’impose. Il n’est donc pas possible de distinguer les anneaux susceptibles, par exemple, d’avoir été portés au doigt par le mort d’après le seul endroit de leur déposition.

127Les fibules, quant à elles, présentent une distribution sans écart à l’indépendance, c’est-à-dire sans surprise. Sur le tableau précédent, il apparaissait déjà que la distribution des fibules suivait de près celle des autres éléments de parure. Sur le tableau des effectifs, on peut calculer que les fibules représentent à chaque fois près de 36 % des objets détaillés selon les quarts : ces proportions constantes expliquent l’indépendance.

128L’absence de vestiges osseux ne permet pas de positionner précisément les fibules sur le costume funéraire ni de distinguer toujours celles qui ont pu être déposées sans relation avec ce costume. Dans quelques cas apparaît un alignement longitudinal, au centre ou légèrement décalé sur le côté : il s’agira alors sans doute d’un moyen de fermeture d’un vêtement croisé sur le devant ou sur le dos (tombes 193P, 214P, 251P). Parfois, c’est à une coiffure que les fibules semblent appartenir (tombes 180P, 186P, 188P, 189P et 199P). Enfin dans trois tombes, une ou deux paires de fibules ont une position que la superposition d’une silhouette permet de situer sur les cuisses (tombes 170P, 186P, 195P) : il peut s’agir d’un vêtement particulier. Il n’est, par contre, pas possible de lire la position des fibules lorsque celles-ci sont isolées. C’est également le cas pour la plupart des autres éléments de parure.

  • 127 Sur cette question, voir également les analyses de F. Trucco (1987).

129Rappelons une évidence : les objets d’une tombe ont deux origines. Sont présents d’une part les différents vases déposés avec le défunt. D’autre part les objets que le mort porte sur lui, éléments de parure corporelle ou vestimentaire. Il est moins surprenant de n’avoir mis en évidence que trois types de dépôt pour les premiers alors qu’une grande variabilité était soulignée pour la disposition des seconds127. Participant des deux catégories, les “outils” suivent pour certains les règles de déposition des vases – à la tête et aux pieds pour les pointes et “talons” de lance, le rasoir et le couteau – pour les autres – fusaïoles et l’unique quenouille – celles de l’ensemble des parures près du tronc.

130C’est par ses manifestations sous la forme de règles de déposition que l’on touche pour la première fois à la notion de rituel funéraire exprimé par la présence d’un mobilier. On s’est surtout attaché pour le moment à considérer les objets sous l’angle fonctionnel : de fait, le rituel funéraire prend en compte l’aspect fonctionnel de l’objet. C’est surtout vrai pour les vases où l’on a pu voir que certaines catégories ne pouvaient pas avoir certaines positions et qu’il existait des positions préférentielles pour d’autres. Dans une moindre mesure, les “outils” pourraient confirmer cette analyse, si toutefois les effectifs en étaient plus importants. Le groupe des parures est plus complexe : si aucune catégorie n’est en propre une catégorie d’objets qui sont déposés dans la tombe, il a été montré qu’un certain nombre de parures ou d’éléments de parure pouvaient l’être, avec les vases, voire dans ou sous ces récipients. Excepté ces cas, le costume funéraire et le mode de déposition des objets sont deux aspects distincts du rituel funéraire. Dans le cas du costume, en effet, on a pu déceler une variabilité si grande qu’elle reflète probablement la variabilité du costume des vivants. Cela apparaîtra plus encore lorsqu’on abordera la composition des mobiliers et les problèmes quantitatifs, non plus qualitatifs, ainsi que les autres dimensions, chronologiques, sexuelles, statutaires. Avant cela, il reste à envisager la disposition des objets dans l’autre groupe de tombes, les tombes à incinération.

2.1.4. Les tombes à crémation

131Les tombes à crémation offrent moins de choix dans la disposition des objets à l’intérieur de la tombe. Par ailleurs, les cas traités ici (treize tombes) sont trop peu nombreux pour être susceptibles d’une analyse définitive. C’est surtout dans les catégories des parures et des “outils” qu’on peut espérer trouver des règles de déposition. On peut en effet distinguer les objets qui sont déposés avec les restes de la crémation, dans le cinéraire, des autres qui n’y pénètrent pas.

a) Les éléments de parure

132Dans les huit tombes dont l’inventaire final du mobilier fait état d’au moins une fibule, l’objet paraît avoir été découvert avec les restes de la crémation dans l’urne. Cela n’est pas toujours explicite sur les documents des fouilles qui nous sont parvenus. Néanmoins, jamais une fibule n’est présentée sur le relevé à l’extérieur du cinéraire. A l’examen, il n’est pas toujours possible d’affirmer que la fibule a subi l’action du feu. Pas de certitude donc, mais une forte probabilité que la fibule soit systématiquement présente dans les vestiges de la crémation.

133Les autres parures sont peu nombreuses. Dans trois tombes sont également présents des anneaux. Les cinéraires des tombes 168P et 257P contenaient un bracelet. Enfin, le seul exemplaire de disque composite a toutes les chances d’avoir fait partie du contenu de l’incinération. Pour ces éléments de parure, il ne semble pas y avoir d’ambiguïté : ils sont probablement brûlés avec le costume du mort en même temps que celui-ci et les vestiges de la combustion sont regroupés dans le cinéraire. Aucun objet de ces catégories ne semble avoir été mis au jour à coté des vases dans le puits lui-même.

134Il n’en est pas de même pour les parures en canines de sanglier. Deux tombes (039P et 165P) comptent de tels éléments dans leur mobilier. Dans le premier cas, les canines ne sont pas représentées sur le plan de la tombe ni dans le bref inventaire que porte le relevé. Une fois de plus, il faut admettre la possibilité que cette parure n’a été trouvée qu’au moment du vidage du cinéraire : d’ailleurs le couvercle de celui-ci est absent. Cependant, les canines n’ont pas subi l’action du feu : elles n’auraient été mêlées aux vestiges de la crémation qu’après coup. D’autant plus qu’elles ne portent aucune perforation, contrairement à celles de la tombe 165P : cela n’exclut toutefois pas que ces exemplaires aient pu être des parures vestimentaires – il existe bien des moyens de fixation ne nécessitant pas de perforation. Dans le second cas, il n’y a heureusement aucune incertitude : les canines sont représentées à côté des vases sur le relevé de la tombe.

135Au rang des parures, il existe donc deux catégories : d’un côté, celles qui, en bronze, subissent la crémation en même temps que le vêtement du mort ; de l’autre ces canines de sanglier, d’une autre matière mais bien plutôt d’une autre “valeur” symbolique, qui ne sont pas nécessairement jointes au contenu du vase cinéraire. Il reste à examiner si, au rang des “outils”, il est possible de mettre en évidence de telles catégories.

b) Les “outils”

136Trois rasoirs ont été découverts dans les tombes considérées. Pour l’un d’eux, les documents de fouilles donnent la certitude qu’il était déposé à l’intérieur de l’urne (tombe 250P). Pour les deux autres, c’est le fait qu’ils ne soient pas individualisés sur le relevé qui permet d’attribuer leur origine au contenu du cinéraire. Une image aussi nette ne peut être proposée pour les pointes de lance. Sur les quatre exemplaires que compte le présent échantillon, deux font partie du remplissage de l’urne (tombes 035B et 039P), les deux autres étant déposées avec le reste du mobilier, au fond du puits ou sur des écuelles.

  • 128 “Coppetta trovata nel vaso grande e fusaiola” porte le relevé. Le singulier de “trovata” n’incite p (...)

137Quatre fusaïoles font partie des mobiliers étudiés. Deux sont représentées sur les relevés des tombes – celles de la tombe 037P et de la tombe 168P. La première repose sur le fond du puits, la seconde est déposée dans une cruche. Quant aux deux autres, on ne possède aucune précision sur l’endroit où elles ont été trouvées. Cela peut évoquer une présence dans le cinéraire et une mise au jour postérieure à l’établissement du relevé de fouilles. Sur le relevé de la tombe 004P cependant, la fusaïole est indiquée en toutes lettres sans que sa position soit clarifiée128. On ignore donc si, de même que la pointe de lance peut se trouver soit à l’extérieur soit à l’intérieur du cinéraire, les deux positions sont également possibles pour la fusaïole.

138Enfin, deux objets sont représentés par un seul exemplaire, si bien qu’aucune analyse n’est possible. Il s’agit d’une quenouille, déposée sur le fond du puits de la tombe 037P à côté d’une fusaïole, et de plusieurs spirales dans la tombe 165P.

c) Objets brûlés et contenu de la crémation

139On a proposé plus haut que les éléments de parure en bronze aient pu être brûlés avec le mort. Cela ne fait aucun doute pour certains d’entre eux. Pour d’autres, dont l’état lacunaire rend difficile la recherche d’une cause directe de leur mauvaise conservation, la crémation est probable. D’autres enfin sont bien préservés mais cette bonne conservation ne suffit pas à exclure qu’ils ont été déposés sur le bûcher comme éléments du costume.

140En ce qui concerne les canines de sanglier et certains “outils”, on a souligné que, parfois, les objets faisaient, ou pouvaient faire, partie du contenu du cinéraire. Cela n’implique pas qu’ils aient été incinérés, systématiquement ou non, avec le mort : l’exemplaire de la tombe 250P, dont on est sûr qu’il se trouvait dans le contenu de l’urne, est trop bien conservé pour qu’une action du feu soit évidente. Mais on ignore trop de choses sur le déroulement des crémations pour que l’absence de telles traces soit un critère décisif. Par contre la pointe de lance de la tombe 039P a, étant donné son état, très certainement été brûlée avec le mort. Ainsi il faudrait, pour le mode de déposition des objets, pouvoir envisager trois possibilités plutôt que deux :

  • la déposition à l’extérieur du cinéraire ; elle ne concerne qu’un petit nombre d’objets et de toute évidence aucun élément de parure en bronze ;

  • la déposition à l’intérieur du cinéraire après avoir été incinéré avec le mort ; l’essentiel des éléments de parure paraît entrer dans cette catégorie mais aussi certains “outils” ;

  • la déposition à l’intérieur du cinéraire d’objets qui n’ont pas subi l’action du feu ; il s’agit d’un mode suspecté plutôt qu’établi, pour les rasoirs par exemple, mais aussi pour certaines parures ; cette catégorie se disperserait peut-être dans les deux précédentes si les informations dont on dispose étaient moins lacunaires.

d) La déposition des objets dans les inhumations et les crémations

141Le choix du rite et la forme de la tombe déterminent pour une large part le mode de déposition des objets dans les tombes. Cependant, on vient de le voir, quelques constantes sont décelables dans les deux rites.

142D’abord, sur un plan fonctionnel, il arrive qu’une tasse soit déposée dans une jarre, un trait très répandu dans les inhumations. Ensuite, il semble qu’il existe, dans un rite comme dans l’autre, la possibilité de marquer différemment la proximité d’un objet et du mort : ainsi la pointe de lance peut être déposée dans une position normale (au côté du mort) dans les inhumations ou être incinérée avec lui dans une crémation ; elle peut être, par contre, déposée avec le reste du mobilier, comme dans l’inhumation 015P ou l’incinération 165P.

143Enfin, subsiste dans les deux rites l’impossibilité de décider, dans tous les cas, ce qui appartient au costume du mort et ce qui a été ajouté par un dépôt. Si, dans le cas des crémations, le troisième mode de déposition existe, il faut le rapprocher des éléments de parure qui, dans les inhumations, sont déposés avec le reste du mobilier sans rapport anatomique. C’est par ces interrogations qu’on peut pénétrer dans l’analyse plus détaillée du rituel funéraire.

2.2. Éléments de chorologie : les objets et les tombes dans l’espace

  • 129 Peroni 1994, 262. Buffaei al. 1981. Peroni 1981.
  • 130 Buranelli 1981.
  • 131 Pacciarelli 1986.
  • 132 Bergonzi et al. 1981.
  • 133 Bietti Sestieri 1985c, 172.
  • 134 Trucco 1987, et à paraître.

144Les recherches protohistoriques italiennes utilisent très souvent un type d’analyse de la composition des mobiliers funéraires qualifiée de “statistico-combinatoire”129. Ces analyses consistent à étudier la distribution dans l’espace des nécropoles de certains caractères du mobilier. Ces caractères peuvent être soit la présence d’un objet particulier (ou d’un type ou d’une catégorie fonctionnelle), soit la présence d’une combinaison d’objets (ou de types ou de catégories fonctionnelles). Plusieurs nécropoles ont été le support d’analyses de ce type : Veio130, Torre Galli131, S. Lucia132, Osteria dell’Osa133, pour ne citer que des exemples italiens. De son côté, F. Trucco a proposé une minutieuse analyse combinatoire de la nécropole de Sala Consilina, ce qui me permettra d’être ici plus bref134 : je me contenterai de proposer quelques remarques sur le secteur de tombes les plus récentes et les mieux documentées du corpus présent, c’est-à-dire celles qui proviennent de la “Prop. Masino”.

2.2.1. Catégorie centrale, catégories marginales

145On a vu plus haut l’organisation spatiale des tombes de la “Prop. Masino” du point de vue de la chronologie. Il est apparu que le développement de ce secteur a été, comme pour le reste de la nécropole de Sala Consilina, assez complexe : des tombes éparses datées du milieu et de la fin de la phase I constituent les noyaux à partir desquels s’organisent de longues bandes parallèles de tombes plus récentes (figure 4.10). A chaque étape, on assiste à la fois à l’apparition de nouvelles tombes autour des groupes plus anciens et à la création de nouvelles bandes plus à l’ouest. Le développement général de ce secteur de nécropole suit une direction est-ouest. On doit néanmoins rappeler, d’une part que la tombe la plus à l’ouest demeure l’une des plus anciennes du secteur (elle date de la fin de la phase I), d’autre part que pour un petit groupe de tombes la direction paraît exactement opposée.

Fig. 4.10 - Topochronologie des tombes du secteur de la “Prop. Masino” et distribution de quelques caractères particuliers.

146Soit ce dernier groupe formé des sépultures 195P, 196P, 197P, 201Ρ et 202P. La plus ancienne est la tombe 197P, une incinération très endommagée qui pourrait, sur la base du type de la tasse qui fait partie du mobilier, encore dater de la fin de la phase I. Immédiatement à l’est, deux tombes datent de la phase IIA : la 196P possède un riche mobilier de bronzes et d’objets céramiques, tandis que la tombe 202P n’a livré que quelques fragments céramiques ; plus à l’est encore, les tombes 195P et 201P, datées de la phase IIB, ont été mieux préservées et livrent des mobiliers qui ont toutes les chances d’être complets. Ces cinq tombes sont très nettement isolées au centre d’un quadrilatère vide de toute autre sépulture. La caractéristique essentielle des quatre tombes de la phase II est qu’elles possèdent toutes un vase en céramique a tenda, ne serait-ce que sous la forme d’un fragment, alors que les quatre autres vases a tenda de ce secteur ne montrent pas une semblable concentration mais sont au contraire aléatoirement répartis tout au long d’une diagonale qui suit une direction nord. Nous reviendrons sur ce groupe en envisageant les agrégations.

147Nous avons vu la distribution des vases a tenda dans ce secteur de nécropole. Une autre catégorie d’objets dont la distribution ne paraît pas aléatoire est la fibule a sanguisuga. Il est fréquent qu’une fibule de cette catégorie se trouve dans une tombe vide de mobilier céramique. Cette constatation vaut pour le corpus présent comme pour celui étudié par K. Kilian et J. de La Genière. La planimétrie de la “Prop. Masino” permet de remarquer que ces tombes occupent des positions particulières : les quatre tombes appartenant à cette zone – tombes 193P, 199P, 200P et 214P (une dernière, la tombe 251P, appartient au secteur Ventre)-, se trouvent à la périphérie des deux concentrations de tombes assez nettes : le groupe important occupe tout le quart sud-est de la parcelle (tombes 198P à 200P, 203P, 204P, 207P, 210P à 218P) ; le plus petit est situé immédiatement au nord du premier et pourrait ne compter que six, voire neuf tombes (tombes 186P à 189P et 193P, 194P auxquelles s’ajoutent éventuellement les tombes 180P, 184P et 185P).

148A Sala Consilina, le nombre de tombes qui présentent ces caractéristiques est assez restreint dans notre corpus. En outre, la présence de la fibule a sanguisuga n’est que le plus petit dénominateur commun de ces sépultures : le nombre de fibules qui accompagne le type a sanguisuga varie de zéro à huit. Ces tombes peuvent contenir d’autres éléments de parure : bracelets, spirales servant vraisemblablement au maintien des tresses, chaînettes ou saltaleone. Cette corrélation fréquente entre absence de vase, présence de fibule a sanguisuga et position périphérique par rapport aux concentrations des tombes autorise à penser qu’il s’agit d’un groupe d’individus particuliers. Comme dans le cas de la céramique a tenda examiné précédemment, la présence de la fibule a sanguisuga n’est cependant pas univoque. Les deux derniers exemplaires de ce secteur font en effet partie des mobiliers quantitativement les plus importants de la parcelle, voire du corpus présent. On peut préciser plusieurs points : la fibule a sanguisuga est traditionnellement une fibule féminine comme les “bracelets”, lorsqu’ils vont par paire, sont vraisemblablement des éléments féminins. En fonction de ces indices, il est possible que ces tombes soient celles de jeunes filles, par opposition à la femme adulte désignée dans son mobilier funéraire par la présence de la fusaïole et d’un “service” de vases.

149Avec l’examen de la distribution de certains objets, de certaines catégories ainsi que de certaines combinaisons, on a pu reconnaître quelques agrégations de tombes. C’est à l’analyse de celles-ci qu’il convient de procéder à présent.

2.2.2. L’examen des agrégations

  • 135 Pontecagnano II. 2, 135.
  • 136 Il est difficile d’avoir une idée précise sur l’ensemble de Sala Consilina car le type est rare ; i (...)

150A propos de la distribution dans l’espace des vases a tenda, le groupe formé des sépultures 195P, 196P, 197P, 201Ρ et 202P, a été mentionné. Les éléments du mobilier ne permettent toutefois pas d’affirmer qu’il s’agit de couples mixtes : les tombes 195P et 196P possèdent toutes deux une fusaïole ; la tombe 201Ρ renferme une fibule en fer à ardillon bifide, sans doute à arc serpentant à coude, qui est un type mixte à Pontecagnano135 mais néanmoins plutôt masculin à Sala Consilina136 ; enfin la dernière tombe ne possède aucun élément permettant de proposer une attribution sexuelle particulière. Les caractères notables de ce groupe de tombes ne se limitent toutefois pas à la présence de céramique a tenda. On l’a dit, il se trouve au centre d’un quadrilatère vide de toute tombe. Cet espace est délimité aux quatre coins par quatre tombes dont la composition du mobilier très similaire ainsi que la contemporanéité chronologique (elles sont datées de la sous-phase IIB) permettent de penser que cet espace réservé n’est pas accidentel dans l’organisation de ce secteur de nécropole. Les quatre tombes concernées sont la 190P, 192P, 208P et 209P. Les mobiliers de ces tombes ont en commun de ne posséder qu’un seul vase – une cruche dans trois cas sur quatre, le dernier vase étant une jarre deux d’entre elles contiennent également d’autres objets, fibules, fusaïole, talon de hampe.

Fig. 4.11 - Schématisation des groupements de tombes discernables sur le secteur de la “Prop. Masino”.

  • 137 Une troisième exception est constituée par la tombe 178B, sans doute détruite par la tombe 178P, te (...)

151Cette organisation des tombes selon un quadrilatère peut également être mise en évidence dans le groupe de tombes les plus récentes du secteur considéré. Dans l’angle ouest, une dizaine de tombes qui datent, à deux exceptions près137, de la même phase de l’Orientalisant ancien, s’ordonnent autour d’une inhumation (tombe 175P) dont la composition du mobilier doit faire l’objet de plusieurs commentaires.

  • 138 Buchner et Ridgway 1993.
  • 139 Pontecagnano II. 2, 137.
  • 140 Gastaldi 1982, 225.
  • 141 Les dimensions de la fosse ne sont pas à cet égard décisives : des fosses de tombe d’enfant de Pont (...)
  • 142 Voir le catalogue.

152Ce mobilier comprend entre autres un grand vase en impasto grossier qui présente une carène haute, ce qui le différencie des jarres habituelles pour la période et le rapproche de certaines amphores de type phénicien qu’on trouve à la même époque dans l’île d’Ischia138 ; une amphorette d’un type proche de certains exemplaires d’impasto fin de Pontecagnano ; un pendentif en goutte d’ambre, exemplaire unique pour le corpus et rare pour l’ensemble du site de Sala Consilina. D’après ces éléments, on pourrait être tenté de proposer que cette tombe est celle d’un enfant car celles-ci sont préférentiellement désignées par la présence de pendentifs d’ambre, tant à Pontecagnano139 que dans les nécropoles de la Valle del Sarno140 ; si le grand vase à carène haute est bien une amphore de type phénicien, il faudrait peut-être envisager qu’il s’agit d’une tombe à enchytrismos éventuellement déposée dans une tombe d’adulte141. Toutefois, les lacunes documentaires ne permettent pas de confirmer cette hypothèse puisque tous les éléments cités font précisément partie des objets qui n’étaient pas signalés sur le relevé142. Quoi qu’il en soit, la position centrale de la tombe est indéniable, alors même que le mobilier de la sépulture n’est pas le mieux doté du groupe considéré : la tombe 170P, qui occupe un angle, est de ce point du vue beaucoup plus “riche”.

  • 143 d’Agostino 1992b, 60.
  • 144 Cerchiai 1990b, 39.

153Mais l’organisation des tombes en quadrilatère n’est pas la seule qu’on puisse mettre en évidence pour ce secteur de nécropole. Une autre concentration regroupe des tombes qui appartiennent à la phase IIB et à l’Orientalisant. Les périodes représentées ne sont cependant pas distribuées de façon aléatoire. Au centre se trouve la tombe 210P qui peut être datée de la phase IIB. A une certaine distance, mais tout en respectant un alignement, quatre tombes sont contemporaines, de même que trois sépultures supplémentaires plus à l’écart. Les tombes les plus proches de la tombe 210P sont quatre inhumations de l’Orientalisant (tombes 211P, 212P, 213P, 215P). Elles ont pu être creusées à ces emplacements parce qu’un espace avait été réservé autour de la tombe 210P, plus ancienne. Le fait que les tombes 213P et 215P présentent une orientation tout à fait originale par rapport au reste de la nécropole souligne que ce ne sont plus des considérations topographiques qui ont présidé au choix de l’orientation, mais plutôt la volonté d’être le plus près possible de la tombe 210P. La disposition spatiale des tombes qu’on vient de décrire ainsi que la composition tout à fait originale du mobilier de la sépulture 210P, que l’on évoquera par la suite, permettent de proposer qu’il s’agit de la sépulture d’un personnage éminent. Sur les marges de ce groupe, la présence de tombes dont le seul mobilier est constitué de fibules et en particulier, comme nous le soulignions plus haut, d’un type a sanguisuga confirme le caractère “émergent” de l’individu de la sépulture 210P : en effet, dans la nécropole de Pontecagnano, pour des groupes de tombes de la même époque, on note parfois cette semblable disposition de tombes privées de mobilier “en corolle”143 autour d’un couple de tombes “émergentes”. L. Cerchiai suggère d’y lire « l’exaltation d’un modèle d’agrégation plus large que le groupe familial »144 ce qui pourrait sous-entendre qu’il s’agit là des premières manifestations d’une évolution vers une organisation gentilice de la société de Pontecagnano. Malheureusement, dans le cas du site du Vallo di Diano, cette organisation spatiale apparaît peu de temps avant la fin de la première occupation : de ce fait, le groupe concerné conserve des proportions encore très “familiales”.

154Au total, il convient de souligner que plusieurs logiques coexistent dans le mode de distribution des tombes dans l’espace (figure 4.11). Cela était déjà apparu à l’examen de la topochronologie ; cet aspect paraît encore plus patent à l’analyse de la distribution de caractères particuliers, comme la présence d’un objet, d’une catégorie d’objets ou encore d’une combinaison d’objets. La difficulté de lecture vient du fait que ces logiques ne sont pas systématiques : il serait tout aussi vain de chercher des distributions en quadrilatères sur toute la surface de la nécropole que de dessiner, comme certains chercheurs s’y essaient parfois, des limites en pointillés autour de tombes sur le seul critère de leur plus grande proximité ; de la même façon, la distribution d’un objet (d’une catégorie, ou d’une combinaison) n’a pas nécessairement de sens à l’échelle de la nécropole tout entière, ce qui ne l’empêche pas d’en avoir à une autre échelle. L’image qui en ressort est une sorte de tableau impressionniste sans doute moins satisfaisant pour l’esprit que les grands modèles généraux mais assurément plus proche de la complexité sociale, politique et économique d’une communauté de l’Age du fer comme celle de Sala Consilina. Le tableau n’est cependant pas achevé et il n’est point encore temps de ranger nos pinceaux.

2.3. Le rituel funéraire marqueur d’opposition : du prestige des armes à celui de la richesse

155Une analyse plus systématique de l’idéologie funéraire des tombes de Sala Consilina se heurte à un certain nombre de problèmes. Il est utile de commencer par les rappeler.

156On a déjà insisté sur les problèmes d’intégrité que posent plusieurs tombes : les tombes 001Ρ à 030P ont été fouillées à l’occasion du creusement d’une canalisation d’eau. A l’exception de rares cas, les mobiliers que le fouilleur a pu recueillir ne présentent aucune garantie d’intégrité. La destruction des tombes n’est pas seule en cause : l’absence de journal de fouille interdit de faire la part, dans tous les cas, des objets qui constituent le mobilier et ceux que le fouilleur a trouvés dans le remplissage ou dans la couverture. Ces précisions permettent d’exclure toute lecture basée sur les différences de quantité des objets dans les tombes. Par ailleurs, le corpus étudié ne fournit pas, on l’a vu au chapitre précédent, un échantillon représentatif de l’ensemble des phases et des sous-phases du Premier Age du fer : la documentation la plus complète provient des tombes les plus récentes – phases II et 3 (Orientalisant) – alors que les tombes de la première phase sont les plus lacunaires.

157A ces contraintes imposées par la nature du corpus s’ajoute la taille de l’échantillon retenu qui représente un peu plus de 10 % des tombes du Premier Age du fer de Sala Consilina. La fiabilité de l’échantillon est un problème qui se pose avec d’autant plus d’acuité que la partie précédente de même que les recherches sur Pontecagnano ont montré combien chaque groupe de tombes pouvait témoigner d’une organisation qui lui était propre. Quelques traits essentiels peuvent néanmoins être dégagés.

158Les principales oppositions qui existent dans les tombes les plus anciennes sont des oppositions sexuelles marquées par une différenciation assez rigoureuse des types de fibules : pour les hommes, les fibules à arc serpentiforme le plus souvent en deux partie et à ardillon mobile ; pour les femmes, les fibules à arc uniformément épaissi. Cette distinction entre homme et femme d’après les fibules perdurera jusqu’à un certain point alors que les types de fibules évolueront.

159Les tombes qu’on peut attribuer à une phase IA sont rares à Sala Consilina. Cette attribution repose conventionnellement sur la morphologie du disque du pied de la fibule : les disques à spirale découpée sont plus anciens que les disques entiers. Si l’on s’en tient à ce critère, il apparaît qu’un autre élément, exceptionnel à cette époque ancienne, désigne des hommes particuliers : le couvercle du vase cinéraire en forme de casque.

160De l’ensemble des tombes constitué :

  • par celles prises en compte par K. Kilian en 1962,

  • par celles publiées par le même auteur en 1970,

  • par les sépultures du corpus présent,

  • 145 Kilian 1970.
  • 146 Du type Pontecagnano 32B4, Pontecagnano II. 1, 52.

161une seule tombe à casque pourrait être datée de la phase IA : la tombe A2 8 8145. D’ailleurs, sur l’ensemble de ces tombes, seize casques seulement – toutes périodes confondues – ont été mis au jour. Une seconde tombe (la tombe SA029), pourrait éventuellement être attribuée à la phase ancienne si l’on suit rigoureusement la chronologie des fibules (en l’occurrence, une fibule à arc serpentant à ardillon courbe, large ressort et disque à spirales, ces deux derniers caractères étant archaïques)146 ; le reste du mobilier – dont une épée en fer à fourreau de bois couvert de bronze – indiquerait une datation plus récente, postérieure au milieu du IXe siècle.

  • 147 Voir infra ; également d’Agostino 1985b, 45 ; pour Pontecagnano, voir d’Agostino 1982, 213.

162Avec cette tombe, se pose le problème du moment de l’introduction des armes dans les mobiliers funéraires. Dans les nécropoles villanoviennes, alors que le casque est représenté dans les tombes les plus anciennes, les armes n’apparaissent comme éléments du mobilier funéraire qu’avec le début de la phase IB, soit conventionnellement le milieu du IXe siècle147. A Sala Consilina, de rares tombes à armes pourraient être datées d’un moment antérieur à la phase IB. Le mobilier de la tombe J50 publié par K. Kilian comporte deux fibules à pied à disque en spirale (l’une des deux spirales est épaisse), ce qui est l’indice d’un caractère très archaïque ; le vase cinéraire n’appelle pas de commentaires, pas plus que la pointe de javelot qui constitue l’unique élément de l’armement. Pour les autres tombes à armes de la nécropole du sud-est que K. Kilian propose de dater de la phase IA, des arguments contraires peuvent être avancés : la tombe A25 contient un pied de fibule sicilienne, ce qui daterait le mobilier d’une phase IB ; quant à la tombe B22, le rasoir rectangulaire qu’elle contient n’est pas d’un type très ancien ; la tombe G13, enfin, ne possède qu’un seul objet, la pointe de lance, pour laquelle il est difficile de proposer une datation.

  • 148 Voir également Gualtieri 1977.

163Au total, sur les 480 tombes de la nécropole sud-orientale, seule une sépulture à arme pourrait être datée de la phase IA. Pour la nécropole du nord-ouest, les constatations sont identiques. Dans notre corpus, aucune tombe éventuellement attribuable à la phase IA ne contient d’armes ; parmi les tombes de S. Antonio et de S. Nicola prises en compte par K. Kilian en 1962, deux tombes à armes seulement dateraient de la phase IA. La tombe SA014 contient des fragments d’épée en fer et une cruche : V. Bianco Peroni date ces épées du IXe siècle dans son ensemble148 ; la pauvreté du mobilier pourrait être un indice de tombe ancienne mais l’argument n’est pas décisif. La tombe SA127 contient une cruche et une pointe de lance, c’est-à-dire aucun élément précis de datation.

  • 149 Bartoloni 1989a, 147.

164Ainsi, la présence d’armes dans les tombes anciennes pourrait être exceptionnelle, ce qui n’est pas en contradiction avec ce que l’on sait des autres nécropoles villanoviennes. A ce sujet G. Bartoloni149 insiste sur la plus grande fréquence des pointes de lance dans les mobiliers de Sala Consilina. Si l’on additionne toutes les pointes (lance et javelot) en bronze des tombes qui ont été étudiées, on obtient des chiffres compris, selon les secteurs, entre une pointe toutes les 11 tombes et une pointe toutes les 17 tombes (toutes périodes et sexes confondus) avec une moyenne d’une pointe toutes les 13 tombes. En pourcentage, on obtient des chiffres compris entre 5 et 9 % (moyenne à 8 %) de tombes qui contiennent une pointe de lance ; si l’on retient un nombre égal de tombes féminines et de tombes masculines, la proportion de tombes masculines à armes peut être évaluée entre 10 et 18 %.

  • 150 d’Agostino 1982, 212.

165A titre de comparaison, B. d’Agostino estimait, en 1977, les proportions de tombes de guerrier à 5 ou 6 % de l’ensemble des tombes de la nécropole de Pontecagnano150. On voit que les chiffres de Sala Consilina ne s’en éloignent guère, ce qui permet de penser que compte tenu d’un rajeunissement nécessaire des tombes à armes attribuées par K. Kilian à la phase I, la situation qu’on rencontre de ce point de vue à Sala Consilina ne diffère pas de celle d’autres nécropoles villanoviennes : l’influence calabraise ne semble se manifester que dans la zone de provenance probable des armes de fer, essentiellement des épées.

  • 151 Ibidem, 208.
  • 152 Voir infra § 4.3.

166La réorganisation de la matrice des tombes à armes que K. Kilian proposait en 1962 nous a permis de mettre en évidence que les tombes à armes ne sont plus attestées après la phase IIA, soit environ le milieu du VIIIe siècle. Dans notre corpus, toutefois, une seule tombe qui peut être datée de la phase IIB possède une pointe de lance : il s’agit de la tombe 255P. Il est évident que le dépôt d’armes dans les tombes correspond à un moment particulier dans l’histoire du développement du site de Sala Consilina. On sait que cette coutume qui consiste à déposer des armes se manifeste à la même époque sur la plupart des sites tyrrhéniens de l’Etrurie à la Campanie en passant par le Latium151. Si les explications de la présence des armes sont à chercher à un niveau régional, leur disparition des mobiliers de Sala Consilina vers le milieu du VIIIe siècle devra être expliquée au niveau local152 :

  • les tombes marquées par la présence d’armes peuvent montrer une richesse relative qui s’exprime plus par la qualité des objets (leur “exotisme”) que par la quantité ;

  • les tombes désignées par des casques possèdent pour plusieurs d’entre elles un certain nombre de formes céramiques originales ;

    • 153 Cf. supra.
    • 154 Ruby 1993b.

    ces formes particulières ne sont pas nécessairement des vases a tenda ; le mobilier céramique qui accompagne la tombe 165P est original (jatte à anse de panier, petite amphorette, grande tasse à anse anthropomorphe) ; celui de la tombe 014P montre une cruche a tenda, un vase à deux goulots pour lequel la plus proche comparaison est fournie par un vase a tenda de Craco153 de même qu’un vase original que j’ai proposé de rapprocher des imitations de cratères qu’on trouve à Tarquinia154 ;

    • 155 Kilian 1970, taf. 243.

    parfois, les objets personnels métalliques du défunt sont ceux qui montrent la plus grande rareté ; on pense en particulier au rasoir trapézoïdal et à la pointe de lance originale de la tombe 025P de notre corpus, mais aussi à la tombe SA029155 qui possède une épée, une pointe de javelot et des défenses de sanglier, parure presque systématiquement associée à des tombes à casques ;

  • enfin les tombes à casque ne contiennent pas nécessairement une arme ; la raison de cette absence ne peut être chronologique.

  • 156 Pour une analyse identique au sujet de la nécropole de Veio, cf. Bartoloni 1991b, 39.

167Il semble donc que l’on puisse distinguer deux groupes : d’un côté des individus peu nombreux qui occupent vraisemblablement la position sociale du “chef”156 ; de l’autre, un groupe un peu plus large de “guerriers”. Seul le premier des deux groupes paraît détenir une “richesse” relative particulière associée à leur statut social.

168L’introduction de la quenouille dans les mobiliers féminins date de la même époque que celle des armes dans les tombes masculines. Il n’en demeure pas moins que cet instrument est beaucoup plus rarement attesté que les pièces d’armement. Peut-être faudrait-il voir dans la distribution très limitée de la quenouille le “pendant” féminin d’objets comme le casque-couvercle ou l’épée plutôt que la pointe de lance. A cet égard, il est intéressant de noter que la présence de l’objet dans une tombe ne signifie pas que celle-ci soit beaucoup plus riche.

169Il faut attendre la phase IC (c’est-à-dire le passage duIXe au VIIIe siècle) pour trouver des mobiliers féminins dont le nombre d’objets dépasse significativement la moyenne. La tombe 042P possède des vases fonctionnellement redondants (deux tasses, deux cruchons, quatre écuelles) sans que l’accent soit mis sur les objets en bronze ni les parures qui se limitent à une seule paire de bracelets en spirale. La tombe 172P, qui date de la transition IC/IIA, présente quant à elle des formes céramiques exceptionnelles : il s’agit d’un grand “cratère” en céramique a tenda et d’une “assiette” à anse en impasto. Aucun objet de bronze n’accompagne cependant ce mobilier. Ces tombes ne sont que les premiers indices d’un processus qui va aboutir, vers le milieu du VIIIe siècle, à une ostentation beaucoup plus grande de la richesse de certains individus. Vers le milieu de la phase II, disparaissent, de façon concomitante, le rite de la crémation et l’habitude de déposer des armes dans les tombes. A partir de ce moment, quelques rares tombes vont montrer une richesse exceptionnelle.

170L’introduction de la jarre au début de la phase II avait provoqué l’organisation du mobilier céramique en des ensembles homogènes qu’on peut qualifier de “services”. Dans la jarre est déposée la tasse, élément indispensable du mobilier ; en outre, on trouve fréquemment deux cruches ; plusieurs écuelles, dont au moins une grande, et éventuellement des coupes ou des écuelles à pied, complètent ce service. Cette composition paraît encore plus stricte à l’époque de l’Orientalisant. A côté des tombes dont le mobilier est ainsi organisé, deux autres groupes de tombes peuvent être isolés en fonction des objets qu’elles contiennent : d’un côté les tombes qui ne contiennent aucun vase mais seulement quelques fibules ; de l’autre au contraire quelques tombes particulièrement riches.

171Les tombes où la céramique est absente possèdent en commun au moins un type de fibule : la fibule a sanguisuga. Il est possible d’être plus précis : il est rare, comme on l’a vu plus haut, qu’une fibule a sanguisuga se trouve dans une tombe qui contienne un mobilier céramique. On a déjà souligné la position marginale de plusieurs de ces tombes. Cette position nous a permis de penser qu’il s’agit d’un groupe d’individus particuliers, ou d’individus en rapport avec un personnage particulier, comme dans le cas du groupe de tombes autour de la sépulture 210P. La différenciation n’est vraisemblablement pas de l’ordre de la richesse : la tombe 200P contient neuf fibules et une paire de bracelets en spirale, ce qui constitue une parure riche en comparaison de celle de la tombe 199P.

172Comme cela a été souligné, les tombes sans céramique semblent disposées à la périphérie des concentrations. Au contraire, la tombe la plus riche (tombe 210P) se trouve au centre de la plus large agrégation de sépultures. Son dépôt funéraire est exceptionnel. Le mobilier céramique comprend deux vases d’un bel impasto décoré de lamelles métalliques. L’un d’eux – une tasse – présente un profil qui le rapproche des exemplaires de Veio. Cette similitude n’est pas en contradiction avec l’origine probable du décor. L’autre vase décoré selon la même technique est une écuelle à pied dont le motif est constitué de métopes rectangulaires typiquement villanoviennes. On compte également une cruche a tenda ainsi qu’une écuelle double réalisée dans un impasto particulièrement soigné. Les objets personnels en bronze montrent également des caractères exceptionnels tant par la qualité que par la quantité. Les fibules sont au nombre de huit. L’une d’elles est du type a sanguisuga, une autre est une fibule “sicilienne” de grande taille. A cela s’ajoutent plusieurs autres éléments de parure : spirales, chaînettes et groupes d’anneaux. Un dernier objet réclame une attention particulière : il s’agit d’un “fuseau” auquel ses éléments décoratifs – en particulier des tiges torsadées et bouclées, fixées entre les deux disques centraux – retirent toute fonctionnalité. Néanmoins, la présence d’une fusaïole de bronze à une extrémité souligne que l’on s’est bien inspiré de la forme du fuseau. La spirale de bronze encore fixée à l’autre extrémité laisse supposer que l’objet pouvait être emmanché de ce côté. Cette caractéristique le placerait plutôt au rang des “sceptres”.

173La tombe 210P peut être datée de la phase IIB. On a déjà rappelé que les tombes qui forment la concentration dont la tombe 210P occupe le centre ne sont cependant pas distribuées de façon aléatoire d’un point de vue chronologique. La composition tout à fait originale du mobilier de la sépulture 210P qu’on vient de décrire ainsi que la disposition spatiale des tombes m’ont permis de proposer qu’il s’agit de la tombe d’un personnage éminent. Sur les quatre individus dont les tombes entourent la sépulture 210P, deux sont désignés comme des femmes. S’il se confirmait que le fuseau est bien un “sceptre”, on pourrait remarquer que ce symbole d’autorité se trouve dans la tombe d’un individu capable d’accumuler des objets de grand prestige et d’origine lointaine. D’une certaine façon, cette tombe est l’expression la plus évidente des transformations qu’a connues la société de Sala Consilina depuis la fin du IXe siècle : l’autorité et la richesse ne s’accompagnent plus d’une épithète guerrière et le sexe même du défunt n’est pas marqué avec clarté. L’image que nous renvoie ce groupe de tombes récentes de la “Prop. Masino” est celle d’un groupe social qui paraît davantage articulé que ce qu’on pouvait percevoir auparavant. On peut suggérer de mettre en parallèle cette évolution avec celle, notée par ailleurs (en particulier en Etrurie), qui aboutira à l’apparition d’une organisation gentilice de la société. De ce point de vue, l’aspect partiel des données plus anciennes ne semble pas en cause. La société de Sala Consilina montre des groupes structurés, dans lesquels les individus peuvent avoir des statuts particuliers. En dehors de ces groupes, les individus isolés dans le cimetière paraissent également socialement isolés.

174Les lacunes de la documentation ne nous permettent pas d’expliciter le passage qui a eu lieu entre une phase où le prestige est celui des guerriers et celle où il s’exprime dans la sphère du funéraire par une certaine forme de richesse. On ne peut savoir s’il s’agit des mêmes personnes (en termes de filiation réduite), des mêmes familles, voire des mêmes “clans”, qui, vers le milieu du IXe siècle, marquaient leur statut social particulier d’une pointe de lance ou d’un casque d’argile et qui, peu après le milieu du VIIIe siècle, confondent dans une tombe au luxe inégalé les signes de la richesse et de l’autorité. Sans doute, les données funéraires, même idéales, ne permettraient pas de tout clarifier et il faudrait invoquer d’autres instruments, des modèles, c’est-à-dire des hypothèses, pour comprendre davantage ces évolutions. De cela, nous reparlerons plus loin.

175Pour l’heure, il convient de souligner que cette lecture de l’idéologie funéraire aussi partielle soit-elle, tend à confirmer le rôle primordial qu’a eu le développement des échanges – sans doute sociaux – dans les transformations de la société du Premier Age du fer de Sala Consilina. Nous avons successivement envisagé le problème des directrices d’échange entre les différentes communautés, la question de la localisation de ces communautés et enfin un certain écho des répercussions sociales, économiques et sans doute politiques chez les populations villanoviennes du Vallo di Diano. Avant de considérer les aspects culturels du site, il est nécessaire de conclure cette partie consacrée à l’idéologie funéraire par une interrogation : quelle population vient-on d’étudier, quelle population, au bout du compte, est-elle enterrée dans les cimetières de Sala Consilina ?

2.4. Des cimetières pour quelles populations ? Égalités et exclusions

  • 157 Par exemple d’Agostino 1982, 208 ; Bartoloni 1991b, 40.

176L’image générale qui s’est dégagée de l’analyse de l’idéologie funéraire des tombes de la première époque de Sala Consilina est assez similaire à celle proposée pour l’ensemble de la zone tyrrhénienne au Premier Age du fer157 : à une époque de grand “égalitarisme” dans le traitement funéraire, succèdent des décennies qui voient s’affirmer la personnalité des “guerriers” ; cette époque se conclut par l’émergence d’individus – éventuellement membres d’une “aristocratie” – qui ne mettent plus en avant leur statut de guerrier mais le prestige qu’ils retirent d’un contrôle très étroit sur la reproduction de la société.

  • 158 Bietti Sestieri 1980, 92. B. d’Agostino cite lui-même ce passage pour faire la critique de cette po (...)
  • 159 En Italie, d’Agostino 1982 et 1985a, et in ultimo Bietti Sestieri in Osteria dell’Osa 1992 et Biett (...)

177Ces phénomènes prennent place dans la sphère du funéraire. A la suite de cette présentation sur les aspects funéraires, il est nécessaire de poser la question : comment peut-on passer de cette sphère à celle de la société vivante ? Pour certains, il suffit de proposer l’axiome suivant : «per questo periodo, le forme ideali che si manifestano nel rituale funebre possono essere considerate come una proiezione sostanzialmente diretta delle strutture della soso-cietà»158. Il n’est pas utile de revenir sur les risques impliqués par ce type de lecture car ils ont été soulignés de nombreuses fois, tant dans les travaux théoriques sur l’archéologie de la mort que dans les commentaires qui en ont été faits159. Il convient toutefois de souligner que ces risques existent pour l’essentiel lorsqu’aucun autre terme de l’alternative n’est envisagé.

178Dans le contexte archéologique qui nous intéresse ici, un exemple de ces difficultés d’interprétation pourrait être fourni par l’époque où aucune différenciation claire n’est perceptible dans le traitement funéraire, c’est-à-dire le début du IXe siècle. On peut interpréter cette absence de différenciation selon trois modalités principales :

  • la société vivante est réellement et globalement indifférenciée au début du IXe siècle ;

    • 160 Bartoloni 1989a, 136, pour qui «l’uguaglianza appare più formate che sostenziale».

    l’image que renvoie la “communauté des morts” n’est pas une projection directe et il existe des grandes différences à l’intérieur de la société vivante qui ne s’expriment pas dans l’idéologie funéraire160 ;

    • 161 Par un curieux phénomène de mode, il aura fallu attendre que les travaux de I. Morris (1989) popula (...)

    cette “communauté des morts” n’est qu’une réduction de la société vivante et représente un groupe déjà différencié par rapport à un autre qui n’a pas accès à une forme de sépulture visible161.

  • 162 Guidi 1993, 455-456, et la bibliographie précédente.
  • 163 Peroni 1979b, 38 sq. ; 1983, 234-235 ; 1989b, 298.
  • 164 Par exemple, Bartoloni 1991b, 40.
  • 165 C’est un peu le point de vue de C. Ampolo (1970-71).

179Le choix d’une interprétation sur une autre ne peut être basé sur les données funéraires seules et c’est en fonction des perspectives historiques particulières que l’on préférera l’une des trois hypothèses. Si l’on estime que les grandes différenciations sociales existent déjà au Bronze final, il peut y avoir une certaine logique à estimer que ces différenciations existent encore au début du Premier Age du fer mais ne s’expriment pas, pour une raison qu’il reste à préciser, dans la sphère du funéraire162 ; on peut au contraire souligner la fracture que représente le passage de la première à la seconde époque, en particulier lorsqu’avec R. Peroni, on estime qu’existe déjà au Bronze final un système gentilice-clientélaire163 ; par ailleurs, on estime souvent que les mouvements de populations qui caractérisent les débuts du Premier Age du fer ne sont pas compatibles avec une absence totale d’organisation politique164. A l’opposé, si l’on considère la situation du VIIIe siècle, époque à laquelle les différences sont très marquées dans le domaine funéraire, on pourra avoir tendance à expliquer l’évolution depuis la période précédente comme un phénomène logique de complexification de la société165. Aucun élément, dans le cas de Sala Consilina, ne permet de mettre en avant une hypothèse plus qu’une autre.

  • 166 Voir supra.
  • 167 Pontecagnano II. 1, 240 et 245, notes 30 et 31. Même si les tombes d’enfant ne sont pas totalement (...)
  • 168 Pontecagnano II. 2, 137. Cette évolution a lieu à un moment où, dans le Latium, c’est au phénomène (...)
  • 169 Pontecagnano II. 1, 240.

180Soit tout d’abord la population enterrée à Sala Consilina, et pour commencer, une interrogation : quel est le rapport entre la population enterrée à Sala Consilina – et à laquelle on a archéologiquement accès – et celle qui y a vécu ? De la même façon qu’on a étudié plus haut les différentes étapes de réduction des populations P0 à P3 pour les objets, il serait possible d’analyser les différentes réductions subies par la population vivante de Sala Consilina. Ces réductions tiennent à plusieurs causes. En premier lieu, l’histoire même des recherches et la taphonomie des vestiges archéologiques : de nombreuses tombes ont été sans doute détruites sans être documentées, d’autres demeurent non fouillées. Mais il s’ajoute peut-être d’autres phénomènes : on a déjà eu l’occasion de souligner que les tombes d’enfant paraissaient singulièrement rares dans les corpus provenant du site du Vallo di Diano166. C’est un trait que partage la nécropole de Pontecagnano avec bien d’autres nécropoles villanoviennes167. Dans ce dernier site, on semble assister à une intégration progressive des enfants dans les cimetières où, pour toute la première phase, leur présence était exceptionnelle168. A propos de ce phénomène d’exclusion, B. d’Agostino a pu évoquer le modèle de la sépulture discriminée en faisant explicitement référence aux travaux de I. Morris pour Athènes169.

  • 170 Dans un autre contexte, Morris 1989, en particulier 57-62 et 93-96.
  • 171 Bietti Sestieri et De Santis 1984, 62.
  • 172 Zevi et Bedini 1973, 36.

181Précisément, il faut se demander quelle forme cette discrimination aurait pu prendre dans le cas que l’on étudie. Les enfants pourraient avoir été enterrés près des habitats : comme ces derniers ont très rarement fait l’objet de fouilles pour ces époques protohistoriques, il ne faudrait pas s’étonner que, de la même façon, les sépultures d’enfant nous soient très largement inconnues. L’autre possibilité, c’est qu’il se soit agi d’un accès restreint à la sépulture visible170. Cette dernière hypothèse donne, me semble-t-il, davantage à penser, car elle autoriserait à proposer une même discrimination à l’égard d’autres groupes, essentiellement des adultes mâles. C’est une hypothèse qui a déjà été avancée pour des contextes du Premier Age du fer dans le Latium et qu’il conviendrait de tester sur le corpus de Sala Consilina171. En effet, à Sala Consilina comme dans de nombreuses nécropoles du Premier Age du fer, on note des écarts très importants entre les proportions de tombes féminines et masculines. F. Zevi et A. Bedini ont proposé que cette disproportion ait pu être due à une plus grande propension des hommes à mourir loin de chez eux, à la guerre par exemple172. Cette hypothèse en vaut une autre, même si le phénomène paraît trop général pour qu’elle convienne dans tous les cas.

  • 173 Les points d’interrogation qui suivent souvent la détermination sexuelle incertaine n’excusent pas (...)
  • 174 Trucco 1987 et à paraître.
  • 175 Pontecagnano II. 1, 231 sq.
  • 176 Sur le problème de la confusion faite par certains archéologues entre les deux concepts, voir les r (...)

182Quant à la détermination sexuelle des individus, il est vrai que très souvent on ne dispose pas de données anthropologiques. Il ne faut pas croire cependant que la détermination sexuelle établie à partir des données du squelette soit fiable dans tous les cas : les vestiges osseux sont habituellement si dégradés que leur détermination relève parfois d’une approximation quelque peu arbitraire173. Devant cette lacune, on a habituellement recours à la détermination du genre de l’individu, ce que nous indiquent la présence des objets ou de certains objets, la composition du mobilier de la tombe ou certaines combinaisons. Cette dernière pratique a été employée pour le site de Sala Consilina par F. Trucco174. L’autre procédure est exposée dans l’étude sur la nécropole de Pontecagnano175 : on part des objets qui sont exclusifs à un sexe, armes et rasoirs d’un côté, instruments liés au travail du fil de l’autre ; on y agrège ensuite les fibules qui ont souvent un caractère sexuel et éventuellement des parures ; au total, on obtient dans le meilleur des cas deux groupes de tombes caractérisés par deux ensembles d’objets respectivement féminins et masculins et mutuellement exclusifs. Dans les deux cas, cependant, on aboutit à proposer ce que les chercheurs anglo-saxons appellent le “social gender” et point le “sexe physiologique”176.

183Dans le cas de Sala Consilina, les objets sexuellement pertinents sont rares et la construction repose essentiellement sur les fibules qui ne sont pas non plus très nombreuses. Certes, on peut partir du principe que les fibules, dans tous les cas, respectent une dichotomie sexuelle qui est, du reste, très généralisée dans les nécropoles protohistoriques d’Italie. Il n’en est pas moins vrai que, pour le site qui nous intéresse, le discours risque de tomber dans la tautologie : les fibules sont féminines parce qu’elles se trouvent dans des tombes de femme ; ces tombes sont des sépultures de femme parce qu’y sont présentes des fibules féminines. Le problème est particulièrement perceptible pour les tombes postérieures à la phase I : les différences sexuelles sont de moins en moins marquées, comme dans d’autres nécropoles, et c’est plutôt du côté masculin que les signes disparaissent, en particulier les armes presque totalement absentes après la phase IIA. Ainsi, sur la cinquantaine de tombes que compte la parcelle de la “Prop. Masino”, 2 tombes seulement possèdent des attributs masculins contre 13 qui possèdent un attribut féminin, dans la quasi-totalité des cas la fusaïole.

184Du corpus initial de 115 tombes, on a retenu les 75 dont le mobilier contenait autre chose que de la céramique. Cette proportion très forte de sépultures sans autre matériel que céramique s’explique en partie, mais pas complètement, par le fait que de nombreuses tombes ont été fouillées en sauvetage et que plusieurs, en particulier celles de la tranchée de la canalisation d’eau, ont été partiellement détruites ou non fouillées. A partir de ce corpus réduit, deux types d’agrégations ont été réalisés : ils diffèrent par la qualification féminine attribuée ou non aux différentes variantes de la fibule à arc épaissi. Cette fibule n’est jamais associée, dans le corpus étudié, à un objet masculin. Cela ne signifie pas grand-chose, précisément parce que cette fibule est datée pour l’essentiel d’un moment avancé de la phase II, soit l’époque où les objets masculins sont inexistants. Deux attitudes étaient donc possibles : considérer que toutes les fibules à arc épaissi sont, comme dans les autres nécropoles, des fibules féminines ; au contraire estimer que, parmi les tombes qui ne possédaient aucun autre objet sexuellement qualifiant, il était possible de trouver des tombes masculines, ce qui revenait à laisser cette catégorie de fibules dans le groupe des objets non discriminants. L’image de la société qui ressort de l’un ou l’autre choix apparaît profondément modifiée. Dans le premier cas en effet, on obtient les chiffres suivants : 46 tombes seraient féminines, 18 masculines et 11 indéterminées (auxquelles s’ajoutent les 40 tombes à céramique seule) ce qui, rapporté au corpus initial, donne les pourcentages respectifs de 40 %, 16 % et 44 %. Si on laisse les fibules à arc épaissi dans le groupe des objets non discriminants, les chiffres auxquels on aboutit sont les suivants : 31 tombes féminines, 18 masculines et 26 indéterminées (auxquelles il convient d’ajouter les 40 tombes qui ne contiennent que de la céramique), soit en pourcentage par rapport au corpus initial, 27 %, 16 % et 57 %. Il est clair que, dans le deuxième cas, tout discours sur les différenciations sexuelles risque de n’avoir aucune pertinence puisqu’il ne porterait que sur un peu moins de la moitié du corpus initial.

Sala consilina

Céramique seule

Autres objets

Total

Effectifs

%

40

35

75

65

115

1er Cas

Effectifs

%

Total indéterminés

51 (40+11)

44

Indéterminés

11

Tombes masculines

18

16

Tombes féminines

46

40

115

2e Cas

Effectifs

%

66 (40+26)

57

26

18

16

31

27

115

Sala Consilina

Trucco (à paraître)

%

34

18

46

98

Pontecagnano II.1

Effectifs

%

Indéterminés ?

24

24

41

41

34

34

99

Pontecagnano II.2

Effectifs

%

Indéterminés ?

10

18

17

31

28

51

55

  • 177 Trucco, à paraître.

185Il convient de comparer ces chiffres avec ceux proposés par F. Trucco sur un corpus qui recoupe partiellement celui qui est étudié ici177, ainsi que les proportions obtenues sur la nécropole de Pontecagnano au terme d’une même procédure d’agrégation. Les pourcentages avancés par F. Trucco ne sont pas très différents de ceux que l’on obtient dans notre premier cas. Cela s’explique par la démarche assez similaire suivie par l’auteur qui base en particulier ses analyses sur des déterminations dont l’ossature est constituée par la qualification sexuelle des fibules. On notera que sur un corpus où l’effet “tombes détruites” est sans doute moins sensible, la proportion de tombes sexuellement indéterminées demeure forte.

186Par rapport aux chiffres obtenus à Pontecagnano, les proportions auxquelles nous aboutissons pour le corpus de Sala Consilina sont très différentes. Il est vrai que, d’une part, les différences existent entre les deux corpus étudiés à Pontecagnano et que, d’autre part, des effectifs d’une cinquantaine de tombes sont sans doute trop faibles pour être complètement fiables ; néanmoins, la proportion d’indéterminés reste beaucoup plus faible que dans le Vallo di Diano.

187De deux choses l’une :

  • soit les tombes masculines de Sala Consilina se recrutent préférentiellement dans les tombes sexuellement indéterminées et les grandes disproportions sexuelles peuvent être oblitérées- mais le problème des tombes d’enfant n’est pas réglé ;

  • soit l’indétermination sexuelle funéraire touche dans les mêmes proportions les individus féminins et masculins, ce qui signifierait que les disproportions sexuelles sont conservées et que l’absence relative des hommes reste à expliquer de même que celle des enfants.

188Dans le premier cas, il faut conclure que l’image de la société qui transparaît dans la sphère du funéraire est un reflet assez exact de la société vivante adulte, même si cette image nous est difficilement déchiffrable dans sa totalité. Dans le second cas, au contraire, la communauté des morts n’est qu’une réduction de la société des vivants. Aucun élément ne permet de décider, à partir du corpus de Sala Consilina, qu’une explication est plus pertinente que l’autre. Aussi, la lecture proposée dans la partie précédente – le passage progressif d’une société qui met en avant quelques personnages masculins ou féminins autour de la fonction sociale qu’ils incarnent et qui est souligné par le dépôt de ces objets qualifiants dans les mobiliers funéraires, à une société où c’est l’accès différentiel à des ressources, qui se matérialisent sous la forme des richesses, que l’on célèbre dans la mort – reste relativement pertinente. L’aspect relatif de cette lecture est introduite par les incertitudes liées à l’état initial de la société, au début du IXe siècle.

189Sur ce problème, posé en introduction de cette partie, du caractère “égalitaire” ou non de la société vivante, on voit que l’analyse de la communauté des morts n’offre pas de réponses univoques, en particulier tant qu’on n’a pas les moyens de percevoir, et le cas échéant de quantifier, les phénomènes d’exclusion de l’accès à la sépulture visible. Ainsi, à la lecture d’une société “égalitaire” pour le début du IXe siècle, il faut opposer que la “communauté des morts” de cette époque peut n’être qu’une société tronquée produite par un phénomène de discrimination par rapport à l’accès à la sépulture visible, en particulier pour des adultes masculins et peut-être l’ensemble des enfants. A l’inverse, il n’est pas nécessaire de considérer que les phénomènes de complexification des sociétés doivent suivre une logique linéaire de développement du plus simple au plus compliqué, et qu’une société plus hiérarchisée doive suivre, au Premier Age du fer, celle qu’on peut proposer pour l’Age du bronze final. On tentera de montrer dans la partie suivante que ces questions ne sont pas indépendantes mais relèvent en grande partie de notre mode d’appréhender la “réalité” culturelle de la société de Sala Consilina. C’est cette “réalité” qu’il est temps d’envisager.

3. Ressemblances et dissemblances : les attributions culturelles de Sala Consilina

190En exergue d’un chapitre dont le titre est très proche de la présente partie, C.-A. Moberg convoquait W. Shakespeare et citait un passage de son Hamlet :

191Hamlet. – Voyez-vous ce nuage là-bas ? Il a presque l’aspect d’un chameau.

192Polonius. – Par la Sainte Messe, on dirait un chameau ma foi !

193Hamlet. – Ou plutôt, je trouve, une belette.

194Polonius. – Il a tout à fait le dos d’une belette.

195Hamlet. – Ou mieux encore : d’une baleine.

  • 178 La citation est tirée de W. Shakespeare, Hamlet, III, 2, trad. Jules Supervielle, et vient en exerg (...)

196Polonius. – D’une vraie baleine, en effet.178

  • 179 Ibidem, 92.

197Et l’archéologue suédois d’ajouter : « On peut considérer l’archéologie comme une science des similarités »179.

198Il est bien des façons de tenir compte des différences et des similarités. Ces façons, y compris certaines auxquelles l’archéologie a parfois recours, ne sont pas toutes scientifiques. Un des moyens qui peuvent garantir une certaine reproductibilité de la prise en compte des ressemblances et des dissemblances consiste à formaliser les raisonnements qui la constituent et expliciter les inférences qu’elle permet de tirer. C’est à cet exercice que cette partie sera consacrée à propos du cadre culturel du site de Sala Consilina.

199L’analyse typologique proposée plus haut a permis d’avancer un certain nombre de constats de ressemblance et de dissemblance. La construction du système chronologique présenté ensuite nous a permis d’avoir une ordination temporelle de ces différents constats que nous avons cherché à synthétiser. On s’est ensuite attaché à replacer ces constats dans différentes perspectives, historique, économique et socio-idéologique. Il convient à présent d’envisager la perspective culturelle, celle qui permet de répondre aux interrogations : ressemblance par rapport à quoi ? dissemblance par rapport à quoi ? Il s’agit, en d’autres termes, de formuler ce que J.-C. Gardin a appelé les “interprétations primitives” relatives à l’encadrement culturel du groupe humain étudié. On sait déjà que cette question tourne autour de l’attribution des qualificatifs de “villanovien” et d’“œnôtre” au site de Sala Consilina.

  • 180 d’Agostino 1987, 34.
  • 181 Pallottino 1982.

200On a longtemps refusé toute assimilation entre culture matérielle et groupe ethnique. On sait en effet à quels excès idéologiques a pu conduire une telle adéquation. Aujourd’hui, les refus sont moins systématiques : parler des populations “villanoviennes” en tant que “proto-étrusques” ou qualifier d’“œnôtres” “les groupes qui occupent la zone caractérisée par la diffusion de la céramique a tenda et de la fibule à quatre spirales”180 ne sont plus des “hérésies” archéologiques. Cette évolution est symptomatique de l’aspect excessif que pouvait avoir, de son côté, le refus initial. Le seul usage de l’expression “les Villanoviens” représente un glissement de sens de la chronologie archéologique – le Villanovien en tant que phase située avant l’Orientalisant – au sens ethnique – le Villanovien comme manifestation culturelle commune aux populations proto-étrusques qui se reconnaissent dans ces valeurs – sur lequel M. Pallottino a plusieurs fois insisté181.

  • 182 Torelli 1984, 37.
  • 183 Pallottino 1982.
  • 184 d’Agostino 1974a, 19. Nous soulignons.

201Dans les termes de M. Torelli, l’assimilation entre culture matérielle et ethnos constitue une “erreur”182. Pour M. Pallottino, il s’agit plutôt d’une distinction méthodologique que la réalité historique – dans le cas des manifestations villanoviennes par exemple – tend à dissiper183. Enfin, B. d’Agostino exprime une position plus nuancée que celle de M. Torelli : « On ne soulignera jamais assez combien l’affinité culturelle ne signifie pas nécessairement présence ethnique et politique »184. Tout le problème réside précisément dans ce “nécessairement” : l’assimilation ne doit pas être faite a priori mais il est improductif de la refuser, avec toutes les précautions requises, lorsqu’un faisceau d’éléments converge dans cette direction.

  • 185 Sur cette question, voir Brun 1987, 13 sq.
  • 186 Le terme italien est “imbarbarimento” : voir Torelli 1984, 38 et 44.

202Ce refus peut également se révéler dangereux lorsqu’il se traduit dans le domaine des hypothèses interprétatives par une transposition directe des “modèles” élaborés à partir de la culture matérielle dans celui des interprétations anthropologiques et historiques. La question ethnique est souvent perçue comme un problème de filiation génétique des populations, alors que l’appartenance ethnique se pose tout autant en termes sociaux, c’est-à-dire économiques, politiques, idéologiques185. La démarche archéologique, qui consiste à appréhender la culture matérielle en catégories évolutives et à proposer des constructions typologiques basées sur de grands phyla de types, introduit une certaine déformation dans la perception qu’on a de ces phénomènes “non matériels”. Il est significatif à cet égard que M. Torelli, après ses mises en garde contre l’“erreur”, ne puisse s’empêcher d’évoquer la “barbarisation” des populations de Sala Consilina pour traduire l’hypothèse courante de l’absorption culturelle du site du Vallo di Diano par les groupes de Basilicate186. On sait combien il est difficile de transposer dans des termes historiques et anthropologiques les concepts courants en archéologie d’“influences” ou d’“affinités culturelles” par exemple. Les interprétations historiques et anthropologiques réclament que soient élaborés des “modèles” propres, capables de rendre compte des constatations ou des conclusions opérées sur la culture matérielle – en les réintégrant à une perspective précise – mais qui ne soient pas “inféodés” à ces observations.

  • 187 Gardin 1979, 184.

203Dégager ces deux niveaux ne signifie pas privilégier une analyse de type hypothético-déductif au détriment d’une analyse de type empirico-inductif. Les travaux de J.-C. Gardin ont montré que cette distinction est arbitraire et ne correspond pas à la réalité du cheminement du raisonnement archéologique187. Plutôt, il convient de faire l’effort de formaliser les raisonnements afin de mettre en évidence les bases de données sur lesquelles les inférences reposent et de souligner combien, malgré les tentations d’originalité qui animent la plupart des recherches, les interprétations sont limitées à un petit nombre de catégories.

  • 188 Voir B. Lepetit qui cite F. Braudel : « les modèles (...) ne sont que “des hypothèses, des systèmes (...)

204A cet égard, le cas de Sala Consilina est significatif. Les hypothèses qui ont pu être proposées au sujet de l’encadrement chronologique et culturel de la population du site peuvent paraître aujourd’hui trop limitées à la question d’une qualification villanovienne ou mixte de la population du site. Il conviendra donc d’envisager ces attributions culturelles en mettant en évidence combien nos catégories conceptuelles sont en cause lorsqu’apparaissent les difficultés de dépasser le niveau empirique d’appréhension de la culture matérielle. Ensuite sera proposé un “modèle” au sens “braudélien”, c’est-à-dire une hypothèse188 : il ne pourra s’agir que d’une première esquisse, tant les matériaux qui doivent servir à son élaboration et à sa validation sont nombreux et dépassent le cadre strict de la présente étude.

205Pour l’heure, tournons-nous vers cette nuée et demandons-nous avec Hamlet si nous y voyons plutôt chameau, plutôt belette, plutôt baleine vue de dos.

3.1. Le cadre culturel de Sala Consilina : Villanovien d’Italie méridionale et mixité culturelle

  • 189 Colonna 1991, 38, qui développe en ces termes une hypothèse prononcée en 1981 mais publiée onze ann (...)

206Comme on a eu l’occasion de le rappeler, on a longtemps reconnu deux catégories de sites “villanoviens” en Italie méridionale : les sites plutôt liés à l’aspect culturel attesté en Etrurie méridionale maritime, comme Pontecagnano, Sala Consilina, Capodifiume et l’Arenosola ; les sites plutôt liés à l’Etrurie interne, essentiellement Capoue. La question de Capoue “villanovienne” ne nous concerne pas directement : rappelons simplement qu’à l’hypothèse couramment acceptée d’un site “villanovien” lié à l’Etrurie interne se substitue progressivement celle d’un apport falisco-capenate, « organisé et dirigé par les Étrusques de Veio et peut-être aussi des centres mineurs de l’Etrurie tibérine »189. Par contre, les problèmes liés à la première catégorie se résument principalement à la double interrogation : Pontecagnano et/ou Sala Consilina sont-ils des sites “villanoviens” ?

207En formalisant les réponses qui peuvent théoriquement être apportées à cette question, il apparaît qu’elles sont au nombre de quatre, qu’on peut résumer par un code binaire en 0/1 :

  1. Pontecagnano et Sala Consilina ne sont pas des sites villanoviens (0 et 0) ;

  2. Pontecagnano est un site villanovien mais pas Sala Consilina (1 et 0) ;

  3. Pontecagnano et Sala Consilina sont des sites villanoviens (1 et 1) ;

  4. Sala Consilina est un site villanovien mais pas Pontecagnano (0 et 1).

208Dans la réalité, seule la quatrième hypothèse n’a jamais, à ma connaissance, été envisagée. Les trois premières ont, par contre, toutes trouvé différents défenseurs. Il est nécessaire à cette étape du raisonnement de reprendre leurs arguments.

3.1.1. K. Kilian et l’hypothèse proto-villanovienne (hypothèse 0/0)

  • 190 Kilian 1970, 299.

209L’occasion nous a été plusieurs fois donnée de mentionner l’hypothèse originale formulée par K. Kilian comme proposition d’un cadre chronologique et culturel pour le site du Vallo di Diano au Premier Age du fer. Selon l’archéologue allemand, l’établissement de Sala Consilina n’a, pas plus que celui de Pontecagnano et de Capodifiume, été créé par des populations villanoviennes. Au contraire, le site du Vallo di Diano appartient à la Culture des Tombes à Fosse ; les tombes à crémation ne sont qu’une survivance du rituel utilisé au Protovillanovien (i.e. au Bronze final, car le terme fait référence à la phase chronologique et pas à un faciès culturel). En effet, les recherches de K. Kilian ont mis en évidence que le matériel céramique et métallique ainsi que le vêtement des populations de Sala Consilina montraient les plus étroits parallèles avec ceux des nécropoles de Torre Galli, Cumes, Rome qui appartiennent à cette entité (Kreis) “latino-sabino-campanienne” qu’on appelle Fossakultur190.

  • 191 Ibidem, 270, et 1969, 106 ; voir en particulier la réponse de Pallottino 1969, 254.
  • 192 Kilian 1969, 108.
  • 193 Kilian 1970, 295.

210Mais, parce que dans ce scénario le rite de la crémation ne trouve guère de place, il faut penser que c’est une survivance de la pratique protovillanovienne qui explique l’utilisation de ce rituel dans le Vallo di Diano. D’ailleurs, les urnes biconiques utilisées comme vases cinéraires dans les sites de Sala Consilina et de Pontecagnano sont très différentes de celles qu’on rencontre sur les sites villanoviens de l’Etrurie : le décor du col des urnes d’Etrurie n’est pas couvrant mais laisse une large bande réservée entre deux bandes décorées situées respectivement en haut et en bas du col ; au contraire, les urnes de Campanie ont un décor couvrant sur toute la surface du col191 comme celui qu’on rencontre sur les urnes du Protovillanovien. La question de l’existence d’un Villanovien méridional ne se pose donc plus. Par contre, c’est celle de la coexistence de deux types de nécropoles de la Culture des Tombes à Fosse qui reste posée : nécropoles à inhumation seule, nécropoles mixte à incinération et inhumation192. A cela s’ajoute, dans l’histoire de Sala Consilina, un changement ethnique intervenu en phase IC dont on trouve la trace dans le processus d’extension suivi par le cimetière193.

  • 194 De ce point de vue, le développement de l’auteur est particulièrement instructif à propos du caract (...)

211L’hypothèse de K. Kilian est difficilement falsifiable : une fois prononcé le refus de voir, dans les vases cinéraires de Sala Consilina et de Pontecagnano, des urnes villanoviennes mais seulement l’évolution convergente de formes protovillanoviennes194, ou plutôt une fois que la question de l’appartenance culturelle est réduite à un problème de bande réservée présente ou absente dans le décor d’un col, tous les arguments scientifiques qu’on peut opposer deviennent caduques : certes « non bisogna esagerare nel guardare le pagliuzze », comme répond M. Pallottino à l’archéologue allemand. Mais au-delà de ces détails, les rapprochements que propose K. Kilian ne sont pas erronés : on a souligné dans l’analyse typologique que bien des formes céramiques représentées à Sala Consilina sont plutôt campaniennes (au sens géographique) que strictement villanoviennes (au sens culturel), comme les tasses profondes, les cruches à anse à l’épaule ; par ailleurs, plusieurs types métalliques sont communs à toute l’Italie méridionale. Mais les mêmes remarques peuvent être formulées à propos de Pontecagnano. La raison en est à chercher dans l’histoire des études : la Fossakultur a été définie dans les années trente alors qu’on ignorait tout du Villanovien méridional. Il semble évident que les phénomènes de mode manifestés dans la céramique puissent être propres à des cultures particulières mais aussi être des phénomènes géographiques, régionaux. De même, évoquer une évolution à partir du Protovillanovien pour expliquer la crémation n’est pas faux puisque le Villanovien (culture) correspond à l’évolution locale – en Etrurie – du Protovillanovien.

  • 195 Ibidem, 267, 271, 273.
  • 196 Ibidem, 272.
  • 197 Les tableaux sont également publiés dans Kilian 1969, fig. 2.

212De la même façon, il y a quelque chose de fascinant dans les tableaux typologiques proposés par l’archéologue allemand195. K. Kilian y résume la présence ou l’absence de la plupart des types céramiques dans différentes régions aux principales phases du Premier Age du fer : un rapide examen montre que la totalité des types définis sur le site de Sala Consilina sont attestés dans une zone géographique qualifiée d’Œnôtrie. Il convient toutefois d’avoir présent à l’esprit que cette zone – cette «province culturelle close »196 – englobe les sites de Sala Consilina, de Capodifiume, de Pontecagnano et de Torre Mordillo197. Cette précision relativise beaucoup l’intérêt de ces tableaux : il est en effet évident que les comparaisons positives les plus nombreuses pour la zone œnôtre telle que K. Kilian la définit auront pour origine les rapprochements qu’on peut proposer entre Sala Consilina d’une part, Pontecagnano et Capodifiume d’autre part.

213L’hypothèse de K. Kilian ne peut, malgré tout, être repoussée très aisément : au-delà du problème de la validation/falsification auquel on devrait soumettre toute hypothèse, celle de Kilian met très clairement en lumière les limites des concepts qu’on utilise en archéologie ainsi que les zones d’ombre des définitions auxquelles on se réfère. Elle illustre aussi le danger de considérer l’histoire des populations sans prendre aucune distance par rapport à la culture matérielle.

3.1.2. R. Peroni et la présence de “Villanoviens” à Pontecagnano (hypothèse 1/0)

  • 198 Peroni 1989b, 188. Je souligne.

214Pour connaître l’opinion de R. Peroni sur les aspects culturels de Sala Consilina, il a longtemps fallu se contenter de formules rares et lapidaires. Pour fixer les idées, on peut en citer une in extenso : « La présence d’un pourcentage raisonnable (discreto) de tombes à crémation [à Sala Consilina] a amené à parler – à tort – d’une composante ethnoculturelle “villanovienne” (étrusque), composante qui est au contraire attestée, par des parallèles très précis en particulier avec Tarquinia, dans le centre côtier de Pontecagnano »198.

  • 199 Peroni 1992, 33.
  • 200 Ibidem, 28.
  • 201 Ibidem, 32.

215Nous pourrions donc être dans la seconde hypothèse, selon laquelle Pontecagnano et Sala Consilina sont issus de composantes culturelles distinctes. En réalité, la différence entre les deux sites ne consiste qu’en un apport limité, à Pontecagnano, de populations venant probablement d’Etrurie. Mais surtout, si le site de Sala Consilina n’est pas un site villanovien, c’est, selon R. Peroni, d’abord et avant tout parce que le Villanovien n’existe pas en dehors de la zone “éponyme” autour de Bologne199. Pour l’archéologue italien, en effet, « parlare di una facies archeologica “villanoviana” unitaria è sicuamente illegittimo »200. Au contraire, pour le Premier Age du fer, la zone comprise entre l’Arno et le Vallo di Diano montre un « faciès archéologique unitaire qualifié de médio-tyrrhénien » à l’intérieur duquel on peut reconnaître « une multiplicité de groupes locaux” éventuellement à regrouper en trois grands “aspects locaux »201.

  • 202 Ibidem.

216Le faciès jusque-là qualifié de villanovien ne serait qu’un faciès funéraire, défini sur l’utilisation du rite de l’incinération. Sala Consilina ne serait qu’un site proto-urbain de plus dans ce grand faciès tyrrhénien moyen, site qui ne se révélerait guère différent du site de Cumes si l’on possédait, pour ce dernier, des incinérations. Quant au site de Pontecagnano, la situation serait peu différente s’il ne fallait y postuler « un apport ethnique limité par voie maritime, depuis le début du IXe siècle, à partir d’un site bien précis, celui de Tarquinia »202.

  • 203 Ibidem, 31-32.
  • 204 Pontecagnano II. 1. Il s’agit respectivement de la tombe 2500 (p. 37) et des tombes 180 et 494 (p. (...)
  • 205 Ibidem, 82.
  • 206 Sur ces questions, voir supra la partie consacrée à l’encadrement chrono-culturel de la culture mat (...)

217Il convient de s’arrêter sur les arguments que développe R. Peroni pour proposer une telle hypothèse : ce qui différencierait le plus le site de Sala Consilina de celui de Pontecagnano serait la présence, dans le second, de caractères très proches de ceux qu’on trouve en Etrurie et en particulier à Tarquinia ; ces caractères seraient l’urne en forme de cabane et un certain nombre d’objets en bronze, en particulier des épées et des fourreaux certainement fabriqués dans le site d’Etrurie203. La publication progressive des mobiliers de Pontecagnano permet d’avoir une idée de la représentativité des caractères mis en exergue par R. Peroni : une seule urne en forme de cabane et « au moins » deux couples épées-fourreaux (du type Pontecagnano, probables importations d’Etrurie) sont attestés dans le site de l’Agro Picentino204. A suivre la même logique, on pourrait sans difficulté rappeler le casque de bronze de Sala Consilina, lui aussi probable importation de Tarquinia, ainsi que les tasses à anse cornues directement inspirées des exemplaires d’Etrurie méridionale. Je n’oublie pas, bien évidemment, que des différences subsistent entre les deux sites, toujours dans le domaine des objets en bronze : par exemple, l’absence complète de rasoirs lunati dans le site du Vallo di Diano a plusieurs fois été notée mais il faut ajouter que ces rasoirs sont également absents du site de Capoue, comme le rappelle B. d’Agostino205, et que leurs effectifs dans le site de l’Agro Picentino ne se montent qu’à une douzaine d’exemplaires. Ces phénomènes n’occultent en aucune façon les étroits parallèles que l’analyse typologique a mis en évidence entre les deux sites, d’autant plus que ces différences ne concernent pas un moment initial du IXe siècle206.

  • 207 Peroni à paraître.
  • 208 Ibidem.

218Quant à l’encadrement culturel global des sites de Sala Consilina et de Pontecagnano, l’argumentation de R. Peroni reprend largement celle développée en son temps par K. Kilian : la morphologie des vases biconiques – en particulier la convexité relative des parois du col et la largeur de l’épaule – ainsi que leurs motifs décoratifs montrent sinon des différences au moins des similitudes qui ne sont rien d’autre que “génériques” avec les formes et les motifs décoratifs “canoniques” du Villanovien207. Il en va de même des autres éléments communs aux sites qualifiés de “villanoviens”, comme les casques couvercles par exemple : tous ces objets montrent des associations beaucoup trop aléatoires des éléments caractéristiques (morphologiques et/ou décoratifs) pour que cela puisse correspondre à la diffusion culturelle attendue208.

  • 209 R. Peroni faisait déjà allusion à cet argument en 1963, cf. Lepore 1964, 154.
  • 210 Peroni 1989a, 556. Sur cette question, voir également à présent Peroni 1992.

219Bien évidemment, les caractères “villanoviens” de Sala Consilina ne se limitent pas aux seuls aspects de la culture matérielle. L’auteur a toutefois d’autres arguments à leur opposer. Ainsi la pratique de la crémation, en particulier, est-elle à mettre, à la fois, sur le compte d’une pratique locale à l’Italie méridionale qui aurait pu être attestée à Cumes209 et qui le serait à Capoue (site qui ne serait pas non plus villanovien dans cette hypothèse), et sur celui de l’influence de caractères externes ; cette explication ne différerait pas de celle proposée pour le site de Fermo où « le rituel funéraire “villanovien” peut très bien avoir été transmis par un mécanisme normal d’acculturation »210.

  • 211 Peroni 1989b, 188.

220Il reste alors à s’interroger sur les proximités culturelles que montrerait le site de Sala Consilina. R. Peroni indique ex abrupto une direction dans laquelle il convient de chercher des rapprochements avec le site du Vallo di Diano, en l’occurrence le site calabrais de Torre Galli. Mais l’auteur ne donne toutefois aucune précision sur les aspects à partir desquels peuvent être opérés ces rapprorapprochements : on saura seulement qu’ils sont « clairs et précis » au point d’autoriser l’archéologue « à postuler une connexion directe par voie côtière ou marimaritime» entre les deux sites211. Mais n’en restons pas ainsi à l’énoncé de telles propositions et cherchons à leur donner quelque substance.

  • 212 Kilian 1970, en particulier 260-261.
  • 213 Kilian 1974, 70-71.
  • 214 Pontecagnano II. 1, 82 ; voir également supra.

221K. Kilian, qu’on ne peut pas suspecter de chercher à exagérer les différences entre les deux sites, a déjà résumé les constats de ressemblance et de dissemblance entre Sala Consilina et Torre Galli212 : à côté de formes attestées – de façon générique – ici et là, l’archéologue allemand rappelle les classes représentées à Torre Galli et presque systématiquement absentes de Sala Consilina, comme les “salières”, les askoi, les amphorettes pansues à anses entre le col et l’épaule, etc. Les bronzes ne montrent pas une situation moins équivoque et la présence à Sala Consilina de fourreaux d’épée de type Torre Galli n’est pas plus significative puisqu’ils appartiennent à la variante “b” de K. Kilian213, point foncièrement caractéristique du site calabrais, comme le rappelle B. d’Agostino214.

222Par ailleurs, à partir du corpus traité ici mais aussi des mobiliers étudiés par K. Kilian, sont apparues des proximités entre les deux sites. Néanmoins, c’est entre Pontecagnano et Sala Consilina que ces proximités ont semblé les plus grandes, non pas tant d’un point de vue statique de présence de types similaires que de celui dynamique d’évolutions stylistiques parallèles (sur plusieurs décennies pour ne pas dire sur toute la durée du Premier Age du fer) comme dans le cas des tasses par exemple. Au total, les rapprochements privilégiés entre Torre Galli et Sala Consilina que propose R. Peroni ne me semblent pas fondés.

3.1.3. Pontecagnano et Sala Consilina, sites villanoviens (hypothèse 1/1)

223Chacun à leur manière, mais en utilisant largement les mêmes arguments, K. Kilian et R. Peroni ont proposé des hypothèses qui niaient au site de Sala Consilina un quelconque rapport autre que purement générique avec la culture villanovienne. Ces deux cas illustrent bien le problème de la définition des entités de référence que l’archéologue est amené à manipuler dans l’établissement des constats de ressemblance et de dissemblance. Dans le cas de K. Kilian, c’est la délimitation de l’Œnôtrie qui, parce qu’elle intègre Pontecagnano, Torre Mordillo et Capodifiume, ne peut pas ne pas laisser perplexe quant à la valeur heuristique des rapprochements qu’elle implique. Dans le cas de R. Peroni, il s’agit plutôt de la référence à un “Villanovien canonique” si étroit que toute comparaison devient a priori impossible.

224Au-delà de ces aspects, c’est bien évidemment sur la signification des faciès archéologiques qu’il faut s’interroger et sur les possibilités que ces outils nous offrent d’appréhender des groupes humains autrement que sous le biais de certains aspects de la culture matérielle. Je reviendrai sur ces points. Pour l’heure, il convient d’envisager la troisième hypothèse, selon laquelle Pontecagnano et Sala Consilina seraient tous deux des sites villanoviens. En effet, il faut aussi admettre que, longtemps, les arguments avancés pour soutenir cette troisième hypothèse ont reposé sur les mêmes définitions que les hypothèses précédentes.

  • 215 d’Agostino 1989b, 14.
  • 216 Par exemple Peroni 1992, 30 et 33.

225Si l’on fait abstraction des premiers rapprochements entre le matériel de Sala Consilina et celui d’Etrurie proposés par C. Marinoni dès la fin du siècle dernier, ce n’est pas avant le début des années soixante, avec la publication des premiers résultats sur la nécropole de Pontecagnano, que s’est posée la question de la définition du “Villanovien méridional”. Comme les positions critiques de K. Kilian et de R. Peroni l’ont mis en évidence, c’est d’abord à partir du rituel de l’incinération et des éléments qui lui sont connexes – c’est-à-dire la forme de la tombe, le forme du vase cinéraire et de son couvercle, la technique décorative ainsi que les motifs employés sur les vases – que l’on a proposé des rapprochements entre les manifestations culturelles des sites de Pontecagnano et de Sala Consilina et la culture villanovienne attestée en Etrurie. Aujourd’hui toutefois, ces arguments ne sont plus les seuls. B. d’Agostino, en particulier, insiste sur les autres aspects qui renforcent ces rapprochements : il s’agit du modèle de l’organisation territoriale basée sur des habitats de grande importance, modèle qui manifeste une planification territoriale ; cette organisation territoriale présuppose «una capacità di coesione politica, e la concentrazione di vaste risorse di energia sociale» ce qui différencie les sites de Pontecagnano et de Sala Consilina des habitats indigènes qui se caractérisent par une faible cohésion politique215. Ces nouveaux arguments ne sont toutefois pas décisifs pour les opposants à la thèse villanovienne : pour R. Peroni, il s’agit seulement des manifestations d’un modèle “protourbain” qui se superpose, en partie seulement, au modèle “villanovien” uniquement parce que les sites retenus habituellement comme “villanoviens” sont proto-urbains216.

226Par ailleurs, dans le camp des chercheurs qui s’accordent à reconnaître dans les sites de Pontecagnano et de Sala Consilina des sites villanoviens, l’unanimité ne s’est pas faite rapidement autour de l’explication à proposer pour rendre compte de cette présence culturelle si loin de l’Etrurie. Mais de cela, nous reparlerons plus loin. Pour le moment, il convient de s’intéresser à un ultime aspect, sur lequel l’unanimité est plus grande, celui des caractères non villanoviens attestés dans les sites villanoviens méridionaux.

3.1.4. Sala Consilina : un site entre deux cultures ?

227Ce qui rapproche les tenants de la thèse du “Villanovien méridional” de leurs opposants, c’est au total la reconnaissance des caractères non villanoviens de ces sites. Entre les deux groupes de chercheurs, le contraste s’opère toutefois sur l’interprétation qu’il convient de donner à ces caractères.

  • 217 d’Agostino 1965, 74-75.
  • 218 d’Agostino 1970b, 637.
  • 219 Pontecagnano II. 1, 38-42, 81-83, et d’Agostino 1990a.
  • 220 Pontecagnano II. 1, 240-241, et d’Agostino 1990a.

228Les toutes premières communications sur Pontecagnano ont relevé les éléments propres à la Culture des Tombes à Fosse que recelaient les mobiliers du site217. Les publications ultérieures ont confirmé et précisé ces rapprochements qui se manifestent tant dans le domaine de la production céramique et des bronzes que dans celui du rituel funéraire218 : en 1970, B. d’Agostino soulignait en particulier les « sostanziali affinità con la cultura villanoviana dell’Etruria marittima i cui elementi si compenetrano con quelli della cultura a fossa »219. La question des rapports entre les nécropoles “urbaines” et celle de Pagliarone a en particulier fait l’objet d’une analyse minutieuse220. Les différences dans les proportions des crémations, aussi bien pour l’ensemble des tombes que selon les sexes, en fonction ou non du temps, ont incité le chercheur à interpréter une présence de population locale plus forte – en particulier féminine – dans le site de Pagliarone. Sur ce sujet, il peut être intéressant de comparer, pour autant que les données nous le permettent, les pourcentages des nécropoles de Pontecagnano et ceux des cimetières de Sala Consilina.

  • 221 Les totaux obtenus diffèrent du nombre des tombes mentionné au début de ce livre pour deux raisons  (...)

229A Pontecagnano, on retient pour le moment une proportion globale de 85 % de crémations pour toute la phase I, ce chiffre tombant à 40 % dans la seconde phase. Dans la nécropole de Pagliarone, où la seconde phase n’est pas représentée, les proportions de crémations sont d’environ 60 %, avec 56 % pour la phase IA et 67 % pour la phase IB. Les différences entre les sexes, importantes dans le cas de Pontecagnano, ne peuvent pas être rapprochées de données similaires pour le site du Vallo di Diano et ne sont donc pas prises en compte. Les tableaux ci-dessus indiquent les proportions de crémations en fonction de chaque phase pour la nécropole du nord-ouest (1er tableau), pour celle du sud-est (2e tableau) et pour les deux cimetières réunis (3e tableau)221.

Cimetière N.-O.

Crémations

%

Total des tombes

Phase I

Phase II

Phase 3

49

11

0

52

7

0

95

156

35

Cimetière S.-E.

Crémations

%

Total des tombes

Phase I

Phase II

Phase 3

59

23

0

55

7

0

107

322

17

Total Sala Consilina

Crémations

%

Total des tombes

Phase I

Phase II

Phase 3

108

34

0

53

7

0

202

478

52

  • 222 Kilian 1962a, 82-83, et 1970, 22-26.

230Les chiffres obtenus permettent d’affirmer qu’il n’y a pas de différence entre les deux noyaux de nécropole quant à l’utilisation du rite de la crémation : il est employé dans un peu plus d’un cas sur deux à la première phase, pour tomber à un faible 7 % des cas dans la seconde phase. Le second enseignement de ces tableaux, c’est que, du point de vue du rituel, si la situation est très différente entre Sala Consilina et Pontecagnano, elle l’est moins entre la nécropole de Sala Consilina et celle du Pagliarone. Ce constat n’est qu’indicatif et une comparaison plus précise serait nécessaire, si un découpage chronologique homogène le permettait et si l’on disposait pour Sala Consilina d’éléments sexuellement discriminants qui ne laissent pas de côté un nombre compris entre la moitié et les deux tiers des tombes. De ce point de vue, le seul constat que l’on puisse faire est que les tombes à armes sont, à la première phase, préférentiellement à crémation sans que l’on atteigne les proportions attestées dans les diverses nécropoles de Pontecagnano222. Quoi qu’il en soit, cela pourrait fournir une base pour proposer, sur le modèle de la nécropole du Pagliarone, une hypothèse de mixité de population.

  • 223 Pontecagnano II. 1, 38-42.

231Néanmoins, pour le site de Sala Consilina, l’évocation d’un certain mélange de deux cultures, qui traduirait une population mixte, prend un ton original en raison de la présence de caractères particuliers dans ce site mais aussi en raison des différences soulignées par rapport à Pontecagnano, en particulier des liens moins forts entre le site du Vallo di Diano et la Culture des Tombes à Fosse223. Il n’est donc pas possible d’évoquer la moins commune pratique de la crémation à Sala Consilina comme le signe univoque d’une mixité plus grande de la population puisque cet aspect n’est pas corrélé à des manifestations culturelles plus fortes. Certes,’on pourra considérer que cette constatation peut exclure une présence de population porteuse de la Culture des Tombes à Fosse mais point d’autres populations locales, comme celles de Basilicate. L’hypothèse qu’on pourrait alors formuler reprendrait une large part des prémisses formulées par K. Kilian lui-même :

  • d’une part, l’arrivée de la céramique a tenda à la fin de la première phase du Premier Age du fer est le signe de l’arrivée d’une autre culture (sans qu’on précise si cela sous-entend un déplacement de population) ;

  • d’autre part le passage du Premier au Second Age du fer confirme l’absorption culturelle des “Villanoviens” par les “œnôtres”.

  • 224 Torelli 1984, 38.
  • 225 Ibidem, 44.
  • 226 d’Agostino 1970b, 891.
  • 227 Bottini 1986a, 155.

232M. Torelli a déjà été cité : selon lui, les populations de Sala Consilina «pur partiti da una base autenticamente villanoviana ben presto “imbarbariscono”»224. Cette “barbarisation” traduit l’absorption de Sala Consilina par la culture indigène “œnôtre”225. Cette idée avait déjà été formulée par B. d’Agostino : « Sala Consilina ed il Vallo partecipano, nella prima Età del Ferro, di due culture, l’una, villanoviana, l’altra, radicata nell’ambiente lucalucano»226. On la trouve aussi très régulièrement exprimée sous la plume des auteurs qui doivent évoquer l’histoire du Vallo di Diano en quelques mots. Ainsi, pour A. Bottini, les phénomènes qui se manifestent dans cette zone sont marqués par «l’assimilationlation culturelle des populations incinératrices qui abandonnent l’incinération pour l’inhumation »227.

  • 228 Voir La Genière 1968 ; aussi Yntema 1990, 128 sq.

233Plusieurs éléments sont à opposer à une telle hypothèse. Il faut d’abord remarquer que, selon cette supposition, ce qui se passe avant – i.e. la situation durant la seconde phase du Premier Age du fer – est largement surdéterminé par ce qui a lieu après – l’occupation œnôtre de la période géométrique : en clair, si l’on n’envisage pas de rupture entre les deux Ages du fer, il est nécessaire de proposer des étapes intermédiaires dans le processus d’absorption culturelle qui est manifestement achevé, dans le Vallo di Diano, au VIIe siècle. Voir, dans l’arrivée de la céramique a tenda à Sala Consilina, cette étape antérieure est logique. On a cependant montré que ce processus connaissait deux types de rupture : d’abord, la céramique a tenda est totalement absente des mobiliers datés de l’Orientalisant, tant ceux de notre corpus que ceux précédemment étudiés ; ensuite, l’histoire du peuplement du site connaît un hiatus total qui sépare les deux “époques”, villanovienne et œnôtre ; enfin, la filiation entre la céramique a tenda et la céramique d’argile fine qu’on trouve dans le Vallo di Diano, les vallées du Sinni et de l’Agri à partir du VIIe siècle, n’a jamais été prouvée228.

  • 229 D’après les inventaires proposés par K. Kilian, un exemplaire en bronze et deux en fer sont attesté (...)

234Ensuite, on doit se demander sur quelles quantités d’éléments cette hypothèse repose. On les a déjà évoquées en partie : plus d’une centaine de vases a tenda et quelques bronzes. Si la culture œnôtre occupe bien la zone de diffusion de la céramique a tenda et des fibules à “spirales” comme le propose B. d’Agostino, il faut remarquer que Sala Consilina ne pourrait participer à cette entité culturelle qu’en partie : les fibules à quatre spirales sont presque totalement absentes229. D’autres objets métalliques viennent sans aucun doute du sud, mais les zones d’origine paraissent couvrir largement toute la Basilicate et le nord de la Calabre.

235Un autre aspect est à prendre en compte : le rituel funéraire. A Sala Consilina, l’individu inhumé n’est jamais déposé en position accroupie. Le rite est diffusé pourtant dans toute la moitié orientale de la Basilicate et au-delà : c’est en particulier le seul rite de la zone du Basso Materano (basse vallée du Bradano) qu’on reconnaît comme une partie, voire la totalité, de la zone probable de production de la céramique a tenda. Si cette zone de production était plus large et correspondait davantage à la zone de diffusion, il faudrait malgré tout remarquer que la céramique a tenda constitue le seul élément statistiquement significatif de la culture oenôtre de Sala Consilina : dans le site de Chiaromonte (dans la vallée du Sinni) où les inhumations sont effectuées en position décubitus dorsal, les tombes féminines sont caractérisées par la fibule à quatre spirales et la fibule à lunette, la seconde étant la seule à être significativement représentée à Sala Consilina. Enfin le rituel funéraire de la Culture des Tombes à Fosse est caractérisé par la présence de très rares vases dans les tombes, ce qui constitue une ultime différence avec la situation qu’on rencontre à Sala Consilina.

236Au total, comment peut-on interpréter les éléments non villanoviens ? Ces éléments d’une autre culture sont trop peu nombreux pour qu’il y ait véritablement fusion des deux. Ils sont au contraire quantitativement et qualitativement assez limités et particuliers pour qu’on puisse y voir des relations autres que “culturelles” et en particulier d’échange. Il n’est qu’à se souvenir du groupe des quatre tombes à vase a tenda mentionné plus haut pour avoir une idée des modalités variables de l’arrivée de ces objets dans le site du Vallo di Diano.

  • 230 Gardin 1979, 276-277.

237Ces relations en termes “d’échange” ne peuvent toutefois être envisagées indépendamment de la situation générale de Sala Consilina. Mais avant de proposer une hypothèse pour expliquer cette situation, il est nécessaire de passer à une seconde étape de formalisation. Cette partie à été consacrée à l’examen des hypothèses primitives que l’on peut proposer à partir des constats de ressemblance et de dissemblance. Il a été souligné que les données seules ne justifient rien, aucun choix interprétatif ni sur l’attribution culturelle du site de Sala Consilina ni sur son éventuelle mixité culturelle. Ce qui est en cause relève d’un autre niveau de formalisation, celui de ces hypothèses primitives, i.e. celui des macrophénomènes directement liés à des cadres “paradigmatiques”230.

3.2. Formalisation des “interprétations primitives”

238Dans la partie précédente, on a passé en revue les interprétations culturelles qui ont été proposées à partir des constats de ressemblance et de dissemblance formulés pour le site de Sala Consilina. Comme on l’a vu, même les interprétations qui tendent à réfuter une attribution culturelle villanovienne au site ont dû tenir compte de ressemblances entre certains caractères de Sala Consilina et ceux d’autres sites. Il peut être intéressant à présent de s’arrêter sur les explications qui ont été avancées sur ces seuls constats de ressemblance, en ignorant à cette étape les dissemblances que l’on mentionnait précédemment. La question qu’il me semble nécessaire d’affronter est celle-ci : comment, en effet, les chercheurs expliquent-ils la présence d’éléments “villanoviens” à Sala Consilina, ceci quelle que soit l’interprétation qu’ils avancent ? Soit, autrement formulé : comment passe-t-on de l’interprétation des aspects culturels à l’explication de leur présence en un contexte particulier ?

  • 231 Ibidem, 158-167.

239On a beau faire : les interprétations primitives que l’on peut proposer à partir de constats de ressemblance (et de dissemblance) tournent nécessairement, comme l’a souligné J.-C. Gardin, autour de trois catégories de macrophénomènes ou de trois “classes d’explications récurrentes” : convergence, influence, descendance231. Ces trois catégories correspondent respectivement aux paradigmes fonctionnaliste, diffusionniste et évolutionniste. Il ne faut donc pas s’étonner que les explications avancées à propos de la présence d’éléments “villanoviens” à Sala Consilina entrent dans chacune de ces trois classes.

3.2.1. Convergence, influence, descendance

240Mon but, dans cette partie, n’est pas de distribuer des bons points, de décider a posteriori qui a raison ou tort, ni de faire des procès d’intention. Plutôt, je souhaiterais examiner, d’un point de vue historiographique, comment avec le temps, lors de ces trente dernières années, on en est venu à privilégier une explication plutôt qu’une autre.

  • 232 Pallottino 1963, 124-125.
  • 233 Lepore 1964, 151.
  • 234 Sestieri 1960a.
  • 235 La Genière 1960, 1961, 1962 et Kilian 1961, 1962a, 1962b.
  • 236 Lepore 1964, 153.

241D’un point de vue historique, il y a des chances pour que ce soit l’explication “diffusionniste” de l’influence qui, la première, ait été publiée, sinon formulée, par M. Pallottino. Dès l’édition de 1963 de son livre Etruscologia (la cinquième), l’archéologue italien proposait la diffusion du Villanovien méridional jusque dans la zone salernitaine par voie maritime232. C’est cette hypothèse que M. Pallottino rappelait, la même année, lors du VIIe Congrès d’Etudes Etrusques233. Si cette explication en termes d’influence directe par déplacement de populations est aujourd’hui assez généralement admise, elle ne fut pas reçue, à l’époque, avec enthousiasme, et les conclusions générales du colloque marquaient des distances importantes avec l’hypothèse de l’auteur d’Etruscologia. Il est vrai que les éléments sur lesquels il s’appuyait demeuraient ténus : la première publication sur Pontecagnano ne datait que de trois ans234 et les travaux sur Sala Consilina commençaient tout juste à paraître235. C’est à peine si M. Moretti discutait de la nature de la voie suivie, qui était selon lui plutôt terrestre, pour la diffusion de ce “Villanovien”236.

  • 237 Ibidem, 154.
  • 238 Peroni 1992, 33.

242C’est au contraire l’hypothèse de la convergence qui remporta, lors de ce colloque, la plus grande adhésion. On doit cette thèse à R. Peroni, qui l’exprima lors du même colloque. E. Lepore en rend compte en ces termes : « Peroni è sembrato […]identificare appunto il “villanoviano” con una koiné culturale “tirrenica”, quale convergenza di gruppi, non espansione da centro primario (come confermerebbe l’assenza di prove cronologiche e la non evidenza di priorità di una regione nell’area) »237. A près de trente années de distance, on mesure que les positions de R. Peroni ont peu varié. Il n’est, pour s’en convaincre, que de se référer à la conclusion de sa communication au colloque d’Ancona de 1988 : « Secondo ogni probabilità, non è mai esistita una entità etnica che come tale si sia riconosciuta nel rituale funebre di modello “villanoviano”. Ciò potrebbe invece essere accaduto ad un gruppo umano di natura completamente diversa : un’aggregazione di comunità, pertinenti alle più svariate componenti etniche e portatrici delle facies archeologiche più diverse, accomunate nell’incontro con la propria nuova identità dalla volontà di passare, attraverso una brusca rottura con una lunga tradizione, all’instaurazione di un assetto protourbano »238. C’est sans doute dans cette dernière formulation qu’on perçoit le mieux le modèle fonctionnaliste de l’apparition du phénomène proto-urbain que R. Peroni a à l’esprit.

  • 239 Lepore 1964, 156.
  • 240 d’Agostino 1966, 1180.
  • 241 Par exemple, d’Agostino 1974a, 13-14.
  • 242 d’Agostino 1981, 66.

243Il semble que le protohistorien italien sut se montrer convaincant lors du VIIe Congrès d’Etudes Etrusques : tandis que M. Pallottino était prêt à renoncer à son hypothèse diffusionniste, M. Napoli ainsi que B. d’Agostino affirmèrent leur adhésion à l’hypothèse de R. Peroni239. Quelque temps plus tard, B. d’Agostino devait d’ailleurs la reprendre à son compte dans l’article qu’il rédigea sur la civilisation villanovienne pour l’Enciclopedia dell’Arte Antica : «E […] ormai acquisita l’idea che la formazione del Protovillanoviano e del Villanoviano è avvenuta in Italia, a seguito di un processo storico di assimilazione e di amalgama tra il sostrato dell’Età del Bronzo e le correnti culturali sopraggiunte verso la fine del II millennio […]. Una simile interpretazione rende superflue le ipotesi di invasioni “etrusche” in Campania nel IX-VIII sec., formulate per giustificare la presenza di cultura v. in Italia meridionale. L’origine di queste è da riportare invece al momento formativo delle civiltà v., e si deve inquadrare nello stesso fenomeno di convergenze culturali che presiedettero alla formazione di questa civiltà nel Lazio settentrionale in Toscana e in Emilia. Ciô appare confermato dalla ineguale coloritura villanoviana dei centri campani, determinata dal vario comportamento del sostrato appenninico di fronte alle correnti innovatrici»240. Bien évidemment, cette convergence culturelle n’interdit en aucune façon l’existence de rapports d’une autre nature (culturels, commerciaux, politiques,… ) qui auraient joué un rôle important dans le façonnage du faciès culturel “villanovien” d’Italie méridionale241. Par la suite, B. d’Agostino adoptera cependant l’hypothèse d’une diffusion du Villanovien en Italie méridionale par voie maritime pour la zone de Salerno et par voie terrestre pour la zone de Capoue242.

  • 243 Pour un résumé de ses positions, voir par exemple Kilian 1969, 103.
  • 244 Kilian 1970, 300.

244La troisième grande classe d’explications correspond à la descendance. Le principal, sinon unique (ce qui, dans mon esprit, n’hypothèque en rien la validité de l’hypothèse), défenseur de cette explication est l’archéologue allemand K. Kilian. Pour ce dernier en effet, tous les éléments un tant soit peu “villanoviens” ne sont que le produit de l’évolution sur place d’une culture enracinée dans le Protovillanovien local. Ainsi, tant la production céramique sous ses aspects morphologiques et décoratifs que la pratique de l’inhumation accompagnée d’un mobilier rare et stéréotypé évoquent les caractères de la phase précédente, le Protovillanovien243. Toutefois, l’hypothèse de K. Kilian ne se contente pas d’être évolutionniste : cette explication, en effet, ne vaut que pour les caractères “villanoviens” présents à Sala Consilina ; pour le reste, l’archéologue allemand estime que l’arrivée de céramique a tenda correspond à un changement ethnique profond dans la population du site du Vallo di Diano244.

  • 245 La question n’est pas d’accepter de juger, et par là même d’être jugé, mais plutôt de savoir si en (...)

245Ce qui ressort de cet exposé, c’est que, dans le raisonnement archéologique, l’étape de l’interprétation semble prendre en compte les dissemblances davantage que l’étape suivante, l’explication, ne paraît le faire. Peut-être estime-t-on que la formulation d’une hypothèse explicative se suffit à elle-même. C’est sans doute sur ce point que pèchent les différentes explications proposées : aucune ne rend compte des dissemblances mesurées et soulignées au moment de l’interprétation. Il ne faut toutefois pas manquer de s’interroger sur la valeur heuristique des différences mises en évidence par l’analyse archéologique et en particulier poser la question : à quelle aune, par rapport à quoi, procède-t-on à la mesure de ce qui est villanovien et de ce qui ne l’est pas ? Plus encore que toutes les inférences que l’archéologue sera amené à proposer, c’est à son mode de constitution et d’utilisation des corpus de référence que l’on pourra juger de la valeur épistémologique de ses interprétations245.

3.2.2. L’inqualifiable “Villanovien” monothétique

  • 246 Pallottino 1982, 69, qui cite d’Agostino 1974a, 15.
  • 247 Peroni, à paraître.

246Alors qu’il se référait à la question de la caractérisation culturelle du site de Capoue, M. Pallottino réagissait ainsi : «Appare invece più che discutibile, almeno finora, generalizzare includendo Capua, dove […] “mancano alcuni elementi tipici della cultura’villanoviana’“quali ossuari biconici, coperchi a elmo, rasoi lunati ecc: cioè, noi diciamo, proprio i suoi elementi essenziali!»246. De son côté, R. Peroni mentionne ces mêmes éléments, mais dans son souci de réfuter absolument l’existence d’une entité qui ait quelque chose à voir avec le “Villanovien”, il en ajoute d’autres, comme l’incinération en puits, la technique décorative et les motifs, etc247.

  • 248 Clarke 1978, 36.
  • 249 Il ne s’agit pas de contester que la forme soit produite dans une zone qui corresponde à celle de l (...)

247Ces deux exemples illustrent le problème de la définition de la culture “villanovienne” comme une entité archéologique monothétique : chaque “membre” de cette entité devrait posséder à la fois tous les caractères qualifiants248. La difficulté essentielle posée par des entités de ce type tient à ce que leur définition est statique tant dans la diachronie que dans la synchronie : il est, par exemple, symptomatique que les rasoirs en forme de demi-lune (en italien lunati) apparaissent comme un élément caractérisant alors qu’il s’agit d’une forme point antérieure au milieu du IXe siècle, soit près d’un demi-siècle, en termes conventionnels, après les premières manifestations culturelles du Villanovien249.

  • 250 Pallottino 1939.

248En corollaire de cette conception se trouvent les prémisses selon lesquelles il existe une culture villanovienne pure, qui possède toutes les caractéristiques, ainsi que des “Villanoviens” moins purs, parce que plus éloignés du centre d’origine, et qui n’en possèdent qu’un certain nombre de caractères : à l’archéologue de décider ensuite si la quantité de caractères présents autorise encore à parler de Villanovien ou non. Ce qui est en cause ici, ce n’est ni plus ni moins que l’héritage des faciès archéologiques tels qu’ils avaient été définis à l’aube de la Seconde Guerre mondiale par M. Pallottino250. Il s’est indubitablement agi d’un concept utile pour démêler l’écheveau des grandes entités culturelles sur un plan chronologique et spatial, mais dans le cas du “Villanovien” – considéré comme phénomène unitaire – l’outil montre aujourd’hui ses limites. Il présuppose en effet que toutes les manifestations sont culturelles : on assiste alors à l’énumération de ces longues listes, comme celles sur lesquelles s’appuie R. Peroni, de “types” qui sont juxtaposés sans hiérarchie et sans perspective, sans graduation, listes supposées résumer les attributs culturels. Le déséquilibre entre ces faciès ainsi définis et des groupes humains à la culture nécessairement polythétique apparaît de plus en plus patent : l’exemple de Capoue est là pour le rappeler.

  • 251 Peroni 1992 et à paraître. Également Peroni 1994, 24.

249En partant des mêmes prémisses – et précisément pour réfuter la validité d’une entité archéologique qu’on pourrait qualifier de “villanovienne”-, R. Peroni a beau jeu de montrer que les caractères “villanoviens” se trouvent dissociés dès qu’on sort d’une zone très limitée, à un point tel que l’unique commun dénominateur serait constitué par le rite de l’incinération le plus souvent en puits, le plus souvent avec un vase cinéraire biconique251. Le dialogue est tellement bloqué autour de cette conception monothétique du “Villanovien” que la contradiction aux affirmations de Peroni ne peut porter sur ces caractéristiques de la culture matérielle. On convoque alors, au contraire, d’autres aspects comme l’organisation spatiale, voire socio-politique qui transparaît de l’analyse des cimetières sans mesurer le déséquilibre que l’on crée entre les gammes d’arguments : on oppose en effet des interprétations, des lectures, toujours sujettes à critique (comme on a pu en formuler plus haut à propos des modèles d’habitat), à des arguments typologiques qui auront toujours cette primauté, parfois à tort, parce que, dans l’esprit des archéologues, il s’agit d’aspects “réels”.

  • 252 Peroni 1992, 28.
  • 253 Peroni 1994, 292.

250Au total, et peut-être contre tout attente, je suis d’accord avec R. Peroni lorsqu’il estime que «parla-rere di una facies archeologica “villanoviana” unitaria è sicuramente illegittimo »252 : cependant ce qui est en cause ici n’est pas ce qui relève du “Villanovien” mais plutôt du concept du faciès. Et ne nous y trompons pas : ce qu’a pu montrer le protohistorien italien, c’est qu’il est facile de remettre en cause la mauvaise formulation d’un concept mais qu’il est plus difficile de remettre en cause le concept lui-même. Autrement dit, et pour parler clair, je retiens que R. Peroni n’a pas démontré l’inexistence d’une quelconque entité “villanovienne”, comme il se plaît à le rappeler253, mais s’est contenté de mettre en évidence les lacunes de la formulation de cette entité, ce qui est, on me le concédera, une chose bien différente.

  • 254 Clarke 1978. Pour un exemple d’application des concepts, cf. Bmn 1988, 130-134.

251Contre cette définition monothétique du “Villanovien”, il faudra bien à l’avenir proposer une définition polythétique de cette culture. J’emploie ici le terme de culture sous deux acceptions : d’une part en tant que niveau hiérarchique particulier d’entités archéologiques à placer entre le groupe de cultures et le groupe ; d’autre part en tant qu’assemblage polythétique d’attributs tels qu’aucun n’est ni nécessaire ni suffisant pour définir l’appartenance au groupe254. Cette tâche dépasse le cadre de ce livre et sans doute la responsabilité de quelqu’un qui étudie un site comme Sala Consilina. Pour l’heure, je me contenterai de préciser qu’au niveau hiérarchique inférieur, les sites de Pontecagnano et de Sala Consilina pourraient constituer l’ossature d’un groupe du Villanovien salernitain.

252J’ai cependant conscience qu’on peut proposer une analyse très novatrice du Villanovien sans explicitement recourir au métalangage systémique importé de Grande-Bretagne. Les travaux récents de G. Colonna en apportent la preuve. L’archéologue italien a, à l’occasion d’un développement sur le cas du site de Capoue, énoncé un certain nombre de remarques qui vont tout à fait dans le sens d’une conception polythétique de la culture “villanovienne”.

  • 255 Colonna 1991, 46 sq.
  • 256 Clarke 1978, 263-266.
  • 257 Colonna 1991, 46.

253G. Colonna a en effet rappelé que la diffusion de la culture villanovienne est intervenue de façon très précoce, à un moment où cette culture était encore en formation : les différents groupes possèdent suffisamment de traits communs pour constituer un patrimoine culturel cohérent alors même qu’un certain nombre de caractères n’étaient pas encore apparus255. Cette perspective permet de ne pas considérer les relations entre les groupes villanoviens hors d’Etrurie et ceux d’Etrurie selon une logique radiale de périphérie par rapport à un centre mais selon celle de la théorie polythétique de groupes à l’intérieur desquels les attributs sont préférentiellement associés256. Ainsi, il existe un groupe de sites d’Etrurie méridionale qui possèdent en commun plus de caractères qu’avec d’autres sites, sans que cela exclut l’existence de caractères communs avec d’autres groupes. Il conviendrait alors de définir la culture villanovienne non pas à partir de ces seules manifestations présentes en Etrurie – voire en Etrurie méridionale seulement – mais en considérant comme un ensemble les différentes manifestations locales du Villanovien, de la plaine padane au Vallo di Diano. G. Colonna a raison d’affirmer – je reprends ses mots – que l’expansion culturelle à laquelle on assiste au début du IXe siècle constitue un phénomène inhérent à la genèse même de la culture villanovienne, et « en un certain sens, fonctionnel »257.

254On ne s’étonnera pas de retrouver, dans l’hypothèse proposée plus loin pour rendre compte de “l’évolution” de Sala Consilina depuis sa création, la trame exposée par G. Colonna. Il s’agissait à l’époque d’une convergence, puisqu’elle a été formulée, pour Sala Consilina, en 1990 (date de soutenance de la thèse) : elle peut à présent relever d’une certaine filiation par rapport aux propositions de G. Colonna, filiation que je ne souhaite pas refuser. Mais cette hypothèse, parce qu’elle suppose des déplacements de populations, paraîtra à certains – des esprits chagrins ? – trop “diffusionniste”. Il convient de s’arrêter un instant sur la conception qu’on peut avoir de ces problèmes.

3.2.3. Du bon usage du “diffusionnisme”

  • 258 Demoule 1989, 34.

255« Dans la sphère des études anglo-saxonnes, et jusqu’en France par sa position provinciale vis-à-vis des susdites, on en vient à nier systématiquement les mouvements migratoires les plus évidents et à n’attribuer les changements culturels qu’à des “évolutions sur place” »258. Par un simple phénomène de mode, il suffit aujourd’hui qu’une hypothèse interprétative comporte le moindre déplacement de populations pour qu’elle soit aussitôt discréditée. Parce que l’hypothèse que je présenterai dans la partie suivante est basée sur deux moments migratoires, on comprendra que je tienne à apporter quelques précisions.

256En effet, l’hypothèse défendue ici pourrait paraître doublement “diffusionniste” puisqu’elle propose l’arrivée de populations de culture proto-étrusque au début du IXe siècle – ce qui n’est, malgré tout, pas complètement original – et le départ de ces populations du site de Sala Consilina après le milieu du VIIIe siècle – ce qui l’est davantage. Dans le second cas, il s’agit plus d’un constat que j’ai cherché à expliquer en le replaçant dans un contexte historique particulier.

257Pour le premier cas cependant, il me semble qu’on peut souligner que l’hypothèse d’un déplacement de populations comme cause première de la diffusion de la culture “villanovienne” n’est pas du tout une hypothèse appauvrissante, bien au contraire. Je souhaiterais élargir le débat et envisager comment cette migration peut, en première hypothèse, être corrélée à des aspects particulièrement significatifs dans la formation même de la culture “villanovienne”.

  • 259 Par exemple, Peroni 1988, 13.
  • 260 Colonna 1991, 46.
  • 261 Snodgrass 1986, 11.
  • 262 Lepore 1992, 88.

258On a souvent décrit le brusque changement dans les formes de peuplement qui interviennent en Etrurie à la fin de l’Age du bronze final : des dizaines de petits villages au territoire limité disparaissent, et émergent les grands sites villanoviens qui seront le siège des cités étrusques259. G. Colonna ne manque pas de lier les deux phénomènes : concentration du peuplement d’un côté et émigration d’une partie de cette population de l’autre260. Il y aurait beaucoup à dire sur l’articulation entre les deux et je le ferai en d’autres lieux. Ce qui me paraît plus important pour le moment, c’est de souligner qu’en Grèce vers la fin du VIIIe siècle et au début du VIIe av. n.è., on assiste à ces deux phénomènes de façon contemporaine, c’est-à-dire à «un processo di sinecismo locale, con l’istituzione di un nuovo focus regionale, [chef richiedeva l’abbandono di questi siti»261, alors même que se multiplient les expériences coloniales. La question qui se pose est bien sûr de savoir si, en Grèce comme en Italie, les deux phénomènes sont liés et, si oui, de quelle façon. La comparaison entre le début du Villanovien en Italie et la fin du Géométrique en Grèce montre en tout cas que ces questions peuvent être pertinentes : «ogni metoikismos… hanno sempre una loro ragion d’essere»262.

  • 263 Demoule 1989, 32.
  • 264 Brun 1993, 286.
  • 265 Demoule 1989, 32.

259Soit, à présent, un exemple tiré de la Celtique : J.-P. Demoule estime que les migrations celtiques qui partirent du nord-est de la France auIVe siècle av. n.è. provoquèrent sur place un « indéniable nivellement social » qu’atteste la disparition des « tombes de chefs de la période précédente »263. P. Brun a cherché à formuler les implications théoriques de ces comportements. Il estime que l’expansion comme la complexification sociale n’étaient que les termes de l’alternative à laquelle aboutissait l’exacerbation des tensions internes : si c’est la solution de l’expansion qui a été adoptée, c’est peut-être par un certain hasard264. Toutes choses égales par ailleurs, la comparaison avec la situation villanovienne est intéressante : il est courant de souligner que le premier demi-siècle qui voit l’émergence de cette culture ne connaît, à en juger d’après les manifestations de la sphère funéraire, que peu de différenciation par rapport à ce qui transparaît de la période précédente. Ce nivellement, s’il est bien réel – c’est-à-dire si le rituel funéraire est un reflet assez exact du niveau de différenciation existant dans la société (ce qui reste, comme je l’ai rappelé précédemment, encore à démontrer) – est-il à mettre sur le compte des “migrations” villanoviennes parce qu’elles auraient servi, comme dans le cas de la Champagne et de la Bourgogne, de « régulateur qui, aérant et remodelant un groupe humain, réduirait d’autant le poids du contrôle social »265 ? Encore une fois, il me semble que la question mérite d’être posée.

260Ces deux confrontations, sur lesquelles je reviendrai en d’autres lieux, montrent qu’on ne peut pas se contenter d’évacuer la question du déplacement de populations sous le seul prétexte que le paradigme n’est plus à la mode. Dans le cas de l’Italie “villanovienne”, le problème doit être abordé en corrélation avec d’autres manifestations, qu’elles soient archéologiquement avérées ou épistémologiquement inférées. Il sera nécessaire, dans le futur, d’analyser ces corrélations afin d’en vérifier le bienfondé. De ce point de vue, l’hypothèse proposée quant à l’histoire de Sala Consilina ne doit être perçue que comme un cadre commode d’analyse qu’il conviendra, par la suite, de préciser.

3.3. Sala Consilina : une manifestation de l’expansion villanovienne sur les marges ?

  • 266 Par exemple La Genière 1968, 249.
  • 267 Ibidem, 244.

261L’hypothèse qu’on souhaiterait proposer ici n’est pas très différente de celle qu’a pu formuler J. de La Genière. Pour l’auteur, les populations de Sala Consilina, après qu’elles eurent montré des rapports étroits avec l’Etrurie, avaient noué des “relations” avec les groupes de Basilicate et du nord de la Calabre266 : ces relations étaient sans doute à mettre au compte d’un « renforcement des éléments traditionnellement inhumants de la population primitive du Val de Diano »267 auquel on devait la disparition du rite de la crémation. Les chapitres précédents nous ont permis de préciser un certain nombre de points. Ainsi, selon nous, ces “relations” sont de l’ordre de l’échange·, la présence de populations non villanoviennes à Sala Consilina n’est pas exclue, mais si elle est vérifiée, elle ne peut être déterminante ; Sala Consilina demeure un site villanovien jusqu’à la fin de la première occupation.

262Il convient cependant d’envisager systématiquement l’histoire de la population villanovienne de Sala Consilina dans la perspective historique et géographique de l’expansion villanovienne à l’échelle de l’Italie tout entière. Il n’est pas toutefois dans notre intention de réécrire l’histoire de la culture villanovienne à partir du Vallo di Diano. Il faut cependant remarquer qu’un certain nombre d’étapes peuvent être dégagées dans cette histoire, étapes que l’on peut reconnaître également à Sala Consilina. Ces étapes sont au nombre de trois :

  • l’expansion ;

  • les manifestations des différences ;

  • la voie princière.

263Ces trois étapes ne se superposent pas directement ou pas complètement au découpage chronologique qu’on peut proposer à partir des mobiliers funéraires ; la première étape correspond au début de la phase IA ; la seconde, couvre la phase IB jusqu’à la phase IIA ; enfin notre phase 3 est l’étape ultime.

3.3.1. L’expansion villanovienne : la conquête des marges

  • 268 Colonna 1976b.
  • 269 Colonna 1985.

264Les hypothèses qui rendent compte de la “révolution villanovienne” apparue en Etrurie rappellent celles que l’on formule habituellement à propos d’une autre révolution, la révolution néolithique : on évoque « un bond en avant technologique »268, une « redécouverte de l’agriculture »269 pour expliquer la brusque agrégation des populations autour, ou sur, les espaces où s’élèveront les cités étrusques. Les documents archéologiques n’offrent pas d’informations univoques. Il est difficile de proposer des modèles très complexes qui s’appuient sur des données totalement vérifiées car ces données manquent le plus souvent.

Fig. 4.12 - Les aires culturelles d’Italie au début de l’Age du fer (IXe s. av. n.è.) et l’expansion villanovienne. D’après Pallottino 1984, 64, fig. 1.

265Quelles que soient les explications proposées, il faut souligner qu’est concomitante à cette agrégation une expansion territoriale hors de l’Etrurie. Cette expansion touche des zones très éloignées dans la péninsule italienne : au nord, on connaît des implantations villanoviennes à Bologne, dont la position, en bordure de la plaine du Pô, est identique à l’autre site de Verucchio, plus proche de la mer ; à l’Est, Fermo (au sud d’Ancône), isolé au bord de l’Adriatique au milieu du territoire Picène ; au sud enfin, les sites de Capoue, Pontecagnano et Sala Consilina (fig. 4.12).

  • 270 Napoli 1965.
  • 271 Salvi 1986.
  • 272 Peroni 1979a ; d’Agostino 1970c.

266Le mouvement d’expansion est ancien : dans la plupart des sites (essentiellement connus par des nécropoles) des contextes archéologiques datables du début IXe siècle sont attestés. Cette concomitance a poussé certains à refuser l’hypothèse de l’expansion pour préférer la « manifestation culturelle simultanée »270, c’est-à-dire la convergence évoquée plus haut. Aujourd’hui, s’il n’y a plus guère que quelques anthropologues spécialisés dans la mesure des crânes pour mettre en doute des migrations271, le problème de la réalité et de la précocité de l’expansion n’est pas résolu : ainsi la plupart des fibules les plus anciennes de Sala Consilina pourraient faire partie des plus anciens mobiliers villanoviens d’Etrurie ; de même, à Bologne, la présence de fibules à “contour quadrangulaire” proche des types du Bronze final ne permet pas d’envisager le début de l’occupation plus tard qu’au tout début du IXe siècle272. Il reste que la chronologie des fibules, aussi précise soit-elle, ne permet pas de régler la question de la contemporanéité des phénomènes, comme on l’a vu dans le chapitre précédent pour les questions touchant la période plus récente de la fin du VIIIe siècle. A Sala Consilina, les fibules très anciennes existent mais elles sont exceptionnelles ; moins exceptionnelles mais néanmoins rares, demeurent les fibules à disque “entaillé” caractéristiques de la phase IA. C’est la raison qui nous a poussé à situer le début de la première occupation à Sala Consilina à la fin du premier quart du IXe siècle.

  • 273 Sur la localisation en fonction des sols et des points nodaux dans le cas de la création de Ponteca (...)
  • 274 Torelli 1984, 38.

267Pour ceux qui estiment que la réalité de l’expansion ne fait plus guère de doute, la question des motivations censées expliquer le phénomène demeure cruciale car elle n’a pas reçu de réponse définitive. D’une manière générale, deux hypothèses, pas nécessairement contradictoires, sont avancées : la “faim de terre” et la recherche de contacts commerciaux273. M. Torelli insiste sur le fait que cette expansion n’est pas un phénomène unitaire dans le temps et dans l’espace274. Un certain nombre de comportements structurels chez ces populations villanoviennes permet cependant de rechercher des motivations et des exigences communes lors de la création des nouveaux centres.

  • 275 W. Johannowsky souligne les ressemblances entre la position topographique de Bologne et celle de Ca (...)

268On peut remarquer que des sites comme Bologne, Verucchio, Capoue, Pontecagnano et Sala Consilina occupent des positions topographiques proches, les piémonts, en bordure d’une vaste plaine275 : plaine du Pô, plaine du Volturno, plaine du Sele, plaine du Tanagro. Dans le cas présent, on ignore quel type d’environnement pouvait véritablement offrir le Vallo di Diano aux nouveaux arrivants et en particulier quelle surface était encore impropre à l’agriculture pour cause de mauvais drainage du fond de cet ancien lac pléistocène. On possède au moins une information : le nombre de tombes fouillées à Sala Consilina et datées du Premier Age du fer (soit plus d’un millier) exclut que le potentiel agricole de la zone ait été faible.

  • 276 Bietti Sestieri 1985a, 114.

269Il est plus difficile d’avoir des indices d’une recherche de contacts pour des échanges : la logique d’installation dont témoignent les sites villanoviens nés de l’expansion n’interdit pas que des motivations d’échange aient présidé au choix des localisations, car on peut souligner que les sites se trouvent toujours à proximité d’un cours d’eau qui sert de voie de pénétration. A.M. Bietti Sestieri fait ainsi remarquer que Capoue, Pontecagnano, Sala Consilina « occupent des nœuds de communication »276. La proposition peut néanmoins être inversée : les communications se sont établies entre les sites qui existaient.

  • 277 Colonna 1976a.

270Les principes qui ont régi le choix des sites villanoviens en Etrurie ont été mis en évidence à plusieurs reprises : la recherche des voies de circulation naturelles, mer ou voies fluviales, prime277. Il est difficile de ne pas reconnaître que ces principes sont également à la base des établissements créés dans le mouvement de colonisation. Le choix des sites villanoviens est, estime A. M. Bietti Sestieri, fonction des possibilités de relation avec les régions voisines.

  • 278 Colonna 1986, 94.
  • 279 Cianfarani 1976, 159 qualifie le site de Fermo d’« avant-poste du Villanovien tosco-latial ».

271Cette question nous amène à envisager cette expansion à une autre échelle : quels territoires ont été choisis ? On sait qu’aucune trace de sites villanoviens n’a été découverte dans le Latium, déjà densément occupé : on souligne que cette expansion s’est tournée vers des « endroits plus favorables par leur milieu naturel et sans doute leur densité de population plus faible »278. Mais un seul aspect de la question est abordé : il semble bien que l’expansion villanovienne se soit portée vers des confins, vers des zones de marge sans doute délaissées. Il n’est pas possible de savoir jusqu’à quel point c’est le contact avec d’autres entités culturelles qui fut recherché. La question se poserait davantage pour le site de Fermo, situé en plein cœur du territoire Picène, que pour Bologne, Pontecagnano, voire Sala Consilina, même si l’on peut toujours évoquer pour ce dernier site la proximité des populations de Basilicate279. Pour minimiser encore davantage cette fonction de l’échange dans le choix du site de Sala Consilina, il faut remarquer que très peu de choses, dans les mobiliers anciens qu’on connaît, témoignent de contacts aussi précoces. On peut certes évoquer des échanges portant sur des produits périssables ; mais pour le site du Vallo di Diano, cela ne peut être que pure supputation car aucun indice ne va dans ce sens. Au total, les deux facettes de l’expansion – raisons du phénomène et critères qui ont présidé aux choix des implantations des sites – convergent plutôt vers l’hypothèse d’une “colonisation” de peuplement à base agricole.

  • 280 d’Agostino 1988, 533.
  • 281 Voir par exemple Gentili 1986.
  • 282 Au tout début des recherches sur le Villanovien de Campanie, P.C. Sestieri proposait que Pontecagna (...)

272La création de Sala Consilina s’intègre parfaitement dans ce mouvement d’expansion villanovienne, déjà qualifié par certains de “colonisation étrusque”280, qui touche les marges d’un territoire tyrrhénien centré sur l’Etrurie : à l’origine, on trouve les mêmes motivations. Toutes choses égales par ailleurs, la création de Sala Consilina constitue la même réponse que celle apportée par la fondation de Verucchio281 ou de Bologne. Enfin, à l’échelle de la chronologie des fibules, il n’est pas possible de proposer une succession entre la création d’un site comme celui de Pontecagnano et celui de Sala Consilina282.

3.3.2. Les manifestations des différences

  • 283 Orsi 1926, Pacciarelli 1986, Peroni 1983, 237-238.
  • 284 Sur cet aspect en général, voir Bartoloni 1989a, 135 ; un exemple de tombe ancienne “à casque” est (...)
  • 285 Voir d’Agostino 1985b, 45 qui souligne la concomitance.

273La seconde étape dans l’histoire des sites villanoviens englobe les décennies charnières de la seconde moitié du IXe siècle à la première moitié du VIIIe. On assiste en effet à d’autres phénomènes également concomitants dans plusieurs sites villanoviens. Après une période d’expansion territoriale, expansion qu’on pourrait qualifier d’“horizontale”, les groupes villanoviens connaissent une phase de “développement vertical” au moins dans le traitement funéraire des morts où se manifestent les différences : des individus particuliers commencent à être désignés, dans la mort, par un mobilier funéraire particulier. De cette époque date en effet l’introduction très générale des armes dans les tombes : il existe plusieurs combinaisons possibles selon la composition de l’armement : épée ou lance seule, épée et lance… On ne peut évoquer, pour expliquer la présence des armes dans les tombes, la tradition apparue à la fin du Bronze final dont témoignent certaines nécropoles de la Culture des Tombes à Fosse – par exemple Torre Galli283 : les tombes villanoviennes du début du Premier Age du fer n’en contiennent pas. Par contre, de cette époque – soit à peu près la phase IB – date, à Tarquinia comme dans d’autres sites, l’introduction des armes dans les mobiliers funéraires (alors que le couvercle du vase cinéraire en forme de casque d’argile était déjà utilisé dans de rares cas à la période précédente284) et dans les tombes féminines apparaît la quenouille ou le fuseau285.

  • 286 Colonna 1979, 45.
  • 287 Colonna 1976a, 6.
  • 288 Colonna 1985, 102-104.
  • 289 Ruby 1993b.
  • 290 Torelli 1984, 53.
  • 291 Stary 1979, 183.
  • 292 Peroni 1983, 237-238. Cela concerne surtout le Sud de la péninsule (Peroni 1979b, 40). Ailleurs, en (...)

274En commentaire d’une communication de R. Peroni, G. Colonna insistait sur la signification du casque-couvercle dans les tombes à crémation villanoviennes : l’objet, selon l’archéologue italien, n’a aucune connotation aristocratique, il indique seulement une qualité, un genus hominum, c’est-à-dire « un guerrier et pas ce guerrier au prestige personnel»286. Quelques années auparavant, G. Colonna avait cependant souligné pour l’Etrurie « la connotation guerrière des enrichis », tels qu’on peut les désigner pendant cette étape d’après la composition des mobiliers287. L’auteur interprète ce phénomène comme le signe de « l’émergence aristocratique liée dans une large mesure aux excédents accumulés grâce au contrôle des voies de communication et à l’exercice des formes embryonnaires d’échange »288. Il ne s’agit pas forcément d’échanges économiques et l’on peut contrôler une société en ne contrôlant que les échanges sociaux, comme je l’ai rappelé ailleurs289. Quoi qu’il en soit, vu le petit nombre d’individus concernés par le port d’armes (c’est, d’une part, encore plus vrai si l’on ne considère que les casques, et d’autre part les chiffres devraient être rapportés au nombre d’années) je ne suis pas sûr qu’il s’agisse seulement d’un simple guerrier. Il pourrait s’agir, comme le propose entre autres M. Torelli, d’un de ces chefs – des patres-familias290. Cela n’empêche pas qu’à l’intérieur du groupe d’individus désignés dans la mort comme “guerriers” des nuances soient perceptibles : Stary insiste sur le fait que, dans les crémations d’Etrurie, les compositions différentes de panoplies témoignent d’un armement personnel et non d’un symbole de statut291 ; c’est, semble-t-il, n’avoir qu’une perception très fonctionnelle des objets du mobilier funéraire et oublier que l’on se trouve déjà dans la sphère de l’idéologie. La même critique peut être formulée à propos de l’analyse de R. Peroni pour qui la généralisation des armes dans les sépultures qui débuterait à la fin de l’Age du bronze – généralisation qui atteint son maximum dans le courant du VIIIe siècle – démontre une «implication toujours plus grande de la communauté dans les activités guerrières »292.

  • 293 Au sens de Godelier 1984.

275Il est toujours périlleux de transposer, pour reprendre une fois de plus les termes de B. d’Agostino, dans la “société des vivants” l’organisation perceptible dans la “communauté des morts” : cette organisation “idéelle”293 risque d’être beaucoup plus simple et schématique que celle du groupe vivant. Pour souligner que l’arme dans une tombe est un marqueur de statut, on peut invoquer son symétrique dans les tombes féminines : la quenouille. Evoque-t-on, à propos de l’irruption de cet objet dans les mobiliers funéraires des femmes, l’accès toujours plus grand de ce groupe aux activités de filage et de tissage ? Et si l’arme ne désigne pas seulement le guerrier, que marquet-elle : élite, aristocratie, ou un groupe plus large davantage représentatif de l’ensemble de la communauté ? Pour répondre à ces questions, en ce qui concerne le site de Sala Consilina, il convient de revenir sur les rapports entre richesse et armement.

  • 294 d’Agostino 1982, 213, et 219-220.
  • 295 L’opinion de G. Bartoloni à ce sujet est erronée (1989a, 147).

276Pour Sala Consilina, on l’a vu, l’appréhension de la richesse est malaisée. Elle n’est guère perceptible que par la qualité des objets, qualité toute relative d’ailleurs lorsqu’il s’agit de céramique d’impasto : l’individu désigné par le casque-couvercle peut accumuler dans sa tombe des “hapax”. Ce n’est cependant pas systématique. Toutefois, les tombes “à casque” sont, dans le site du Vallo di Diano, rares pour la première phase du Premier Age du fer : celles qui pourraient être datées du début de cette première phase sont exceptionnelles. Si elles contiennent parfois des formes céramiques originales dont les premiers exemplaires de céramique d’argile fine, les tombes individualisées par la présence d’une arme – une pointe de lance – ne montrent, quant à elles, pas de richesse particulière. Dans le corpus publié par Kilian, si l’on exclut les pointes de lance en fer datées du Géométrique (à l’exception de trois exemplaires qui pourraient provenir de mobilier de la première époque), on arrive à moins d’une trentaine de pointes de lance compte tenu des pointes de javelot (sur plus de 450 tombes) : la proportion est trop faible pour que la présence de la lance ne soit pas – malgré l’absence de richesse – le signe d’une position sociale particulière. Cette situation ressemble de près à celle que B. d’Agostino met en évidence pour le site de Pontecagnano294 où les tombes à armes ne sont pas moins nombreuses qu’à Sala Consilina295.

  • 296 Sur ces échanges, la bibliographie est abondante. La contribution essentielle demeure celle de Gras (...)
  • 297 Colonna 1976a, 6.
  • 298 Torelli 1977, 280-282.

277En Etrurie, par contre, est attestée une certaine richesse dans les mobiliers funéraires. D’où vient cette “richesse” ? La réponse à cette question s’est toujours articulée autour du constat d’une relative simultanéité entre la manifestation de différences sociales et économiques et la reprise des échanges dans la seconde moitié du IXe siècle296. G. Colonna a proposé que les individus dont la prééminence transparaissait dans le rituel funéraire par la présence d’armes n’étaient pas des “chefs” (ils auraient été trop nombreux) mais composaient une “classe” qui monopolisait les échanges297. La critique de M. Torelli d’une telle proposition est bien connue : «Non esiste lo scambio a priori»298. Il souligne que les premiers grands dislivelli sociaux perceptibles dans le monde villanovien ne datent que des deuxième et troisième quarts du VIIIe siècle, époque à laquelle les échanges avec l’extérieur sont encore limités. L’argument selon lequel “on ne connaît aucun exemple d’aristocratie qui se soit développé à travers un mécanisme de pur et simple échange” mériterait sans doute d’être vérifié plus précisément.

  • 299 Ruby 1993b.
  • 300 Godelier 1984, 269.

278J’ai, en un autre lieu, émis l’hypothèse selon laquelle nous étions en présence, au VIIIe siècle, dans le monde villanovien, d’une économie des biens de prestige dominante299. J’emploie l’expression “économie dominante” au sens que lui donne M. Godelier, à savoir que « des rapports sociaux dominent le fonctionnement d’ensemble d’une société et en organisent la reproduction à long terme si et seulement si ils fonctionnent en même temps comme rapports de production, s’ils constituent l’armature sociale de la base matérielle de cette société »300. J’avais proposé de voir dans la présence d’un artisanat de luxe étranger, au VIIIe siècle, dans certains sites de la péninsule italienne -au moins à titre d’hypothèse – un caractère nécessaire, mais sans doute pas suffisant, d’une économie de biens de prestige dominante : cette présence en effet peut constituer un indice que cette forme économique fonctionne comme rapport social de production ; elle est également la preuve du contrôle qui est opéré sur la production de ces biens puisqu’elle tient compte des exigences locales. Cette hypothèse ne rend toutefois pas compte de l’origine des différenciations sociales.

  • 301 Torelli 1984, 49-50.
  • 302 Cristofani 1975 et 1983.
  • 303 L’implication des Phéniciens a été soulignée notamment par Gras 1981, et plus récemment par Bartolo (...)

279D’un côté, on peut en effet imaginer que les individus déjà dominants dans les groupes villanoviens aient pu exercer un relatif contrôle sur les échanges – quelle que soit la forme qu’aient pu prendre ces échanges qui étaient néanmoins d’abord et avant tout sociaux – accumuler de cette façon la richesse et le prestige qui leur permettaient de renforcer leur domination ; il reste alors à se demander d’où vient la position dominante de ces individus ; pour M. Torelli, elle vient de l’accumulation primitive qu’a rendue possible le développement des activités agricoles301 ; par ailleurs, on ne peut sans réserve rapprocher cette interprétation de ce que M. Cristofani propose de reconnaître -dans les échanges à longue distance qu’on note à l’époque archaïque entre Pontecagnano et Vetulonia par exemple – comme les manifestations d’un “commerce aristocratique”302, car “les circulations d’objets” de la fin du IXe siècle n’impliquent pas les seuls Villanoviens mais vraisemblablement des interlocuteurs étrangers – sans doute des phéniciens303 – avec lesquels l’échange en termes d’“échange aristocratique” n’est pas nécessairement envisageable.

  • 304 Lemonnier 1990, 50-51. On retiendra toutefois que la comparaison ne porte pas sur les personnages é (...)
  • 305 Colonna 1976a, 6-7.

280De l’autre, au contraire, cette position dominante peut être le résultat d’initiatives personnelles et ne pas reposer sur une hiérarchie sociale et économique préalable. De ce point de vue, l’opinion de M. Torelli sur l’impossible formation des aristocraties sur la base d’échanges devrait être précisée car on connaît des sociétés dans lesquelles les personnages importants ne possèdent rien en propre mais ne sont que des manipulateurs de biens, et en particulier de biens de prestige : il s’agit des Big Men de Nouvelle-Guinée304. Cette référence me permet de rappeler l’importance des échanges sociaux. A tout vouloir expliquer en termes d’échange économique, on risque de se trouver confronté à des situations difficilement explicables. Ainsi, l’ostentation de la richesse n’a pas lieu dans les zones de production, l’Etrurie minière par exemple, mais à leur périphérie, ce qui accrédite la thèse de l’intervention d’intermédiaires” ; G. Colonna, sans pouvoir préciser si ces intermédiaires ne sont pas recrutés dans ces classes dominantes, se demande toutefois si les premiers échanges qu’on perçoit ne sont pas en fait de l’ordre de la circulation des biens de prestige305. Cette dichotomie entre échange social et échange économique qu’on occulte trop souvent apparaîtra mieux dans l’examen des deux points qui restent à préciser : d’une part la question d’une organisation de ces échanges ; d’autre part le problème de la correspondance entre idéologie et réalité socio-économique.

  • 306 Gras 1981,318.

281M. Gras a retenu que « l’aspect foisonnant des échanges [paraissait exclure] leur “orchestration” dans la mer Tyrrhénienne aux IXe -VIIIe siècles »306. La question est primordiale. Selon les auteurs, deux logiques s’affrontent : celle de l’initiative individuelle où la piraterie étrusque de la seconde moitié du VIIIe siècle trouverait son origine ; celle d’une certaine logique – sinon d’une précise organisation – qui se référerait davantage à l’aspect planifié, structuré, de la société villanovienne. Ces deux logiques ne sont toutefois pas contradictoires si l’on admet qu’elles résument deux échelles de manifestation des échanges. Mais surtout, s’il s’agit du fonctionnement même de la société, à travers ses mécanismes de reproduction, il est évident qu’on aura affaire, quoi qu’en laissent transparaître les vestiges archéologiques, à des pratiques précisément codifiées, répétées, préparées.

  • 307 Dans discussion à la suite de l’article de C. Ampolo 1970-71, 98.
  • 308 Colonna 1976a, 1977b ; Ampolo 1970-71 ; Cristofani 1975 et 1984a.
  • 309 Selon ces approches, les échanges ne sont entendus que sous la forme d’échanges commerciaux.
  • 310 Torelli 1984, 49. Le problème de l’antériorité des “grandi dislivelli sociali” sur la reprise des é (...)

282Ce que nous percevons dans la composition des mobiliers funéraires n’est qu’une manifestation de l’idéologie. L’apparition de différenciations importantes dans la sphère de l’idéologie funéraire paraît contemporaine de la reprise des échanges qu’on rappelait plus haut ; ensuite, pour la fin du VIIIe siècle, plusieurs auteurs soulignent la cooccurrence évidente – la “concomitanza cronologica” dont parle M. Torelli307 – entre la manifestation de groupes familiaux308 (dans l’onomastique, les pratiques funéraires, les dédicaces d’objets) et l’importance plus grande des échanges309. Cela n’implique pas, cependant, que les différences socio-économiques ne soient pas plus anciennes310. A ce propos, la cohésion politique et sociale que suppose le phénomène de la colonisation villanovienne pourrait suggérer qu’une autorité réelle existait au sein des groupes villanoviens dès le début du IXe siècle. On l’a déjà rappelé, les individus désignés par l’utilisation du casque-couvercle pourraient être les chefs détenteurs de cette autorité.

  • 311 d’Agostino 1982, 213.

283La situation est différente lorsqu’on s’éloigne de l’Etrurie. A Pontecagnano en effet, la position sociale éminente de certains individus – plus exactement de groupes d’individus – ne s’accompagne pas d’une accumulation de richesse particulière dans le mobilier funéraire à l’exception de quelques tombes féminines311. Le cas de Sala Consilina n’est pas nécessairement exemplaire de ce type de problème. Il donne néanmoins l’occasion de percevoir que, dans ce site, les tombes à crémation désignées comme celles de guerriers contiennent des objets “villanoviens” qui proviennent sans doute d’Etrurie, comme le rasoir trapézoïdal et la pointe de lance en lame d’épée de la tombe 025P, ou le casque de bronze, sporadique, à présent au Musée de Berlin. Cette “circulation d’objets” ne laisse guère de place à un contrôle économique des “échanges” mais va davantage dans le sens d’une lecture des phénomènes en termes de circulation de “biens de prestige”. Très vite interviennent les objets de provenance méridionale, vases de céramique et objets métalliques, en particulier en fer.

  • 312 L’expression fut utilisée la première fois par V. Panebianco (1957, 207) à propos du Second Age du (...)
  • 313 d’Agostino 1981, 79.
  • 314 Ibidem.

284L’hypothèse que nous avons formulée est celle d’un accroissement progressif dans l’intensité des échanges de biens de prestige. Cela se traduira, vers le milieu du VIIIe siècle av. n.è., par le caractère dominant que prendra cette forme économique. Vu de Sala Consilina, ce glissement progressif de l’utilisation de biens dans des échanges pratiqués entre individus dominants à une véritable économie de biens de prestige s’est réalisé en profitant des réseaux d’échange qui existaient. Cela signifie-t-il qu’à côté des échanges sociaux, les échanges économiques aient été exclus ? La fonction de “marché interne” du site de Sala Consilina a été plusieurs fois soulignée312. Pour B. d’Agostino, le site du Vallo di Diano est un “point d’arrivée des produits de Basilicate et de redistribution des mêmes produits vers les zones traditionnellement liées de la Campanie et de l’Etrurie”313. Il faudrait, avec l’auteur, soupçonner que la céramique et les objets métalliques ne sont que les vestiges conservés d’échanges qui devaient davantage porter sur des “biens de subsistance” que sur des biens de prestige314. Les indices sont trop rares – ou parfois trop équivoques – à Sala Consilina pour permettre de conclure que ces échanges peuvent, d’une façon ou d’une autre, être contrôlés par les individus désignés par la présence des armes dans leur mobilier funéraire : la diffusion des types métalliques méridionaux est assez limitée ; celle de la céramique a tenda l’est beaucoup moins et ne semble pas toucher aléatoirement la population de Sala Consilina.

285Dans ces décennies charnières de la seconde moitié du IXe et du début du VIIIe, la population de Sala Consilina montre une évolution similaire (la désignation de la qualité guerrière d’individus particuliers) à celle qu’on rencontre dans les sites d’Etrurie, mais les phénomènes y ont une amplitude beaucoup plus réduite, leur portée est plus limitée. Ce n’est que dans la troisième étape que vont apparaître des différenciations plus marquées.

3.3.3. La voie princière

  • 315 Torelli 1984, 55.
  • 316 Bartoloni et Grottanelli 1984, 384.
  • 317 Bartoloni 1983, 444.

286Dans les décennies centrales du VIIIe siècle, les différences entre individus telles que les exaltent les pratiques et les mobiliers funéraires semblent, en Etrurie, plus complexes et plus marquées. On passerait, selon les termes de M. Torelli, d’une réalité polaire “riche-pauvre” à une stratification sociale plus importante315 et plus généralement à l’émergence d’une véritable aristocratie. Dans le domaine des “marqueurs”, on pense en particulier à la présence des mors de chevaux que G. Bartoloni interprète comme la “pars pro toto” du char316 ou à la complexité plus grande de la panoplie des individus armés, avec l’introduction du bouclier et du pectoral. Les symboles utilisés pour marquer ces différences peuvent également être variables d’un site à l’autre – comme l’a mis en évidence l’analyse, par le même auteur, de la pratique restreinte de la crémation à Veio dans la seconde moitié du VIIIe siècle317 – mais ils illustrent de façon constante la compétition entre les élites qui paraît s’instaurer lorsque les échanges prennent une importance beaucoup plus grande à l’arrivée des Grecs et des Orientaux sur la côte tyrrhénienne. Cette image convient bien à l’hypothèse d’une économie de biens de prestige dominante.

287A Sala Consilina au contraire, à la fin de la phase IIA, disparaissent de façon concomitante les armes dans les tombes et l’usage de la crémation. Les différences entre les tombes se marquent par l’accumulation, par la quantité des objets comme par la qualité. La quantité peut toutefois s’accompagner de la qualité, comme on l’a vu dans le cas de la tombe 210P : le mobilier de cette tombe comprend à la fois des formes d’impasto exceptionnelles (écuelle double) et des vases que le décor désigne comme exotiques, soit comme produits du nord (décor métallique d’inspiration sinon d’origine d’Etrurie méridionale), soit comme produits du sud (décor a tenda) ; le mobilier de bronze joue sur l’ambiguïté du marquage sexuel par la présence d’un type de fibule sicilienne et d’un “fuseau”. Une fois disparue la référence aux armes, les différences sexuelles sont moins sensibles, même si quelques types de fibules demeurent liés de façon privilégiée à un sexe ou à l’autre. La composition des mobiliers funéraire ne laisse pas transparaître, à Sala Consilina, une grande articulation au sein de la communauté.

288Néanmoins, le fait que les individus dominants de Sala Consilina soient désignés comme ceux qui se trouvent au centre de réseaux d’échange impliquant autant la façade tyrrhénienne que la façade ionienne paraît significatif du poids que ces échanges sociaux ont acquis au sein de ces communautés. Cependant, pour pouvoir parler d’une aristocratie dans le cas du site du Vallo di Diano, il faudrait répondre à deux questions préalables : quelle est l’importance numérique de ces groupes d’individus ? Quel rôle jouent-ils dans les changements notés dans l’organisation des réseaux d’échange et pour l’organisation de l’habitat ?

289Quant à la première question, on a déjà souligné combien il était difficile d’avoir une idée précise de la représentativité de la population enterrée à Sala Consilina par rapport à la population qui y a vécu. Si l’on s’en tient toutefois aux signes les plus visibles, il semblerait difficile d’isoler un véritable groupe aristocratique. Quant à la seconde interrogation, on peut rappeler que peu après le milieu du VIIIe siècle, on assiste à une désorganisation complète de ces réseaux et à l’interruption des contacts avec la Basilicate. Je serai tenté d’y voir l’indice que ces réseaux n’étaient plus adaptés à la forme dominante de l’économie des biens de prestige, peut-être parce qu’ils ne permettaient pas un contrôle efficace de ces circulations. A ce titre, il est nécessaire de souligner que le site de l’Arenosola, dont l’occupation, en l’état actuel de notre documentation, débute vers le milieu du VIIIe siècle (soit peu avant le passage du Premier Age du fer à l’Orientalisant) présente une logique d’implantation qui met davantage l’accent sur le contrôle des voies d’accès et de communication que sur l’exploitation de la terre, même si cette dernière n’est pas exclue : proximité de la mer et d’une lagune côtière, à l’embouchure du Sele près de l’emplacement du seul gué sur ce fleuve. De ce point de vue, la création du site de l’Arenosola, si l’époque est confirmée par les prochaines recherches, pourraient nous apporter la confirmation de cette restructuration des circuits d’échanges sociaux autour d’axes différents. Il est possible que cette restructuration ait correspondu, à l’intérieur des communautés, à l’implication de personnages différents de ceux qui étaient désignés, dans le rituel funéraire, comme les possesseurs d’armes et d’instruments du travail du fil puis comme les individus riches du milieu duVIIIe siècle. Aucun élément ne permet toutefois de l’affirmer.

  • 318 Cette époque voit également débuter une profonde réorganisation des formes de peuplement dans le te (...)

290La fin de la première occupation de Sala Consilina paraît devoir être mise en relation avec une certaine contraction des réseaux d’échange établis par les communautés villanoviennes. Cette “contraction” s’opère en deux étapes : dans les mobiliers de Sala Consilina qu’on a attribués à l’Orientalisant, les objets méridionaux sont totalement absents. Au contraire, le site du Vallo di Diano ne semble plus participer alors qu’à des circulations d’objets axées sur le fleuve Sele, entre les sites de la culture de Cairano-Oliveto Citra et les implantations villanoviennes de la côte – Pontecagnano et l’Arenosola. Il faut peut-être voir dans la disparition du site de Sala Consilina la deuxième phase de cette contraction : dans les nouveaux réseaux d’échange qui s’établissent avec les Grecs et les Orientaux nouvellement arrivés, la position géographique qui prévaut pour les populations villanoviennes est celle “ὲγγὺς άλός” – près de la mer. Les marges méridionales n’offrent plus d’intérêt. Il est certain que ce phénomène s’accompagne d’une croissance forte des habitats de la côte, des centres qu’on peut dès lors qualifier de “proto-urbains”318.

  • 319 Sur les premières manifestations de ce phénomène à Pontecagnano, voir par exemple Cerchiai 1986.
  • 320 Plaoutine 1941. Voir aussi La Genière 1968, 199 sq.

291La population de Sala Consilina n’a jamais eu de “princes” comme ceux qu’on rencontre, à la fin du VIIIe siècle, dans les sites du versant tyrrhénien, de Tarquinia à Pontecagnano : l’occupation villanovienne s’interrompt dans le Vallo di Diano avant que le processus de différenciation sociale, économique et politique ne soit parvenu à son terme, avant d’être arrivé au bout de cette voie princière qu’empruntent les autres sites villanoviens au début de l’Orientalisant319. Il faudra attendre deux siècles pour que les populations installées à Sala Consilina – qui n’ont plus rien en commun avec celles d’Italie centrale – aient leur “princes”320.

Notes

1 Sur ces questions, voir Gardin 1979, 119-131.

2 Sur ce sujet, l’ouvrage de référence demeure celui de M. Gras (1985).

3 Colonna 1974, 298.

4 La Rocca 1977.

5 Bietti Sestieri 1985a, 125-126.

6 Bartoloni 1991b, 44 ; sur ce point, l’argument avancé de la cooccurrence d’un vase a tenda et d’un vase grec dans la tombe SS. 140 de Tarquinia ne paraît toutefois pas décisif (Bartoloni 1987, 45).

7 Par exemple, Ridgway 1992, 91.

8 Gras 1981, 324-325. Plus généralement sur cette quequestion : Gras 1985, 113 sq. ; également Ridgway 1988, 495-497 ; Markoe 1992, 81.

9 Bietti Sestieri 1985a, 86-88.

10 Ibidem.

11 Ridgway 1984, 38.

12 Jacobsthal 1969, 142 (l’édition originale date de 1944) ; Piggott 1959, 122.

13 Delpino 1989, 112. Sur le sujet, voir Ruby 1993b.

14 Zevi 1982, 202.

15 Allen 1984.

16 Sur l’articulation échange social-échange économique et l’importance de ces “circulations”, voir Ruby 1993b.

17 Bietti Sestieri 1992, 159. Plus généralement, Osteria dell’Osa 1992, 517-519.

18 Gras 1981, 323.

19 Bartoloni 1989b, 48-49.

20 Delpino 1984,257.

21 Delpino 1986, 167.

22 Gras 1981, 324.

23 Delpino 1984.

24 Bietti Sestieri 1985a.

25 Guidi et al. 1987, 326, fig. 10.1, et Guidi 1988, 322, fig. 6.2.

26 Colonna 1986 ; Bartoloni et Cordano 1978 ; Bartoloni 1986b, 105 ; Delpino 1984 et 1986 ; Cristofani 1983.

27 Gras 1981. Sur ces questions, voir également Markoe 1992, Ridgway 1992.

28 Toms 1986, 73-77 ; d’Agostino (1989a, 69) souligne la difficulté de dater la tombe S.S. 174, bien qu’elle ait été attribuée à la phase IIA. Sur la céramique de Veio, voir in ultimo Ridgway 1991.

29 Delpino 1984, et bibliographie précédente.

30 Bartoloni (1987, 45) propose de l’identifier avec une coupe géométrique à méandres attribuée à un atelier eubéen du milieu du VIIIe siècle par Paoletti (1986).

31 Delpino 1986 en dernier lieu.

32 Delpino 1984.

33 En dernier lieu Delpino 1984, Pontecagnano II. 1, 83.

34 Bietti Sestieri 1985a, 125-126.

35 Pontecagnano II. 1, 42-43.

36 d’Agostino 1989a, 75-76.

37 Ibidem.

38 d’Agostino 1968, 196.

39 Cerchiai 1987,44-45.

40 Ruby 1988.

41 Voir à ce sujet Pontecagnano II. 1, 43.

42 Kilian type M5c : tombe A235.

43 Contra Delpino 1984, 263, n. 25.

44 Berardinetti Insam 1990, 18-20. Aussi Bartoloni 1991b, 42.

45 Voir également l’intervention de Ridgway 1982.

46 La Rocca 1978, 512.

47 L’opinion sur l’échange est celle de M. Torelli 1977, mais c’est la mienne que j’exprime sur les voies. Voir cependant sur la question – mais avec des données d’Europe du nord-ouest – Forbes 1964.

48 Pétrequin et Pétrequin 1988, 142-143.

49 Pétrequin 1985, 37, et 1992, 245-247 ; la datation de ces chemins peut être proposée de façon sûre : sur certains tronçons, des tumulus hallstattiens s’y superposent.

50 Pétrequin et Pétrequin 1988, 143.

51 Citation de Vidal de la Blache dans Lepore 1963, 199.

52 Alfieri 1988, 11.

53 Pétrequin 1985, 38, et en particulier fig. 22.

54 Pétrequin et Pétrequin 1988, 143.

55 Lenormant 1881, 263.

56 Gras 1987, 215.

57 Busolt 1885, 256 ; Pais 1922, 128 (volume II).

58 Voir à ce sujet Guzzo 1982d.

59 Randall-Mac Iver 1968, 12.

60 Bayet 1926,49.

61 Bérard 1957, 221.

62 Dunbabin 1948, 154-155 et 207.

63 Vallet 1958, 172.

64 Napoli 1962.

65 Adamesteanu 1963, 56-57, et fig. 11.

66 Napoli 1962 et 1978, 284 sq.

67 Vallet 1963, 134-135.

68 Gras 1987,217.

69 La Genière 1963, 1964a et 1964b.

70 La Genière 1968, 228 sq.

71 La Genière 1964b, 134 sq. et 1964a.

72 La Genière 1964a, n.

73 Marzullo 1937, 50 sq. et fig. 8. Voir figure 4.02.

74 Pour le val d’Agri, voir Napoli 1978, 294 sq. Sur ces problèmes, voir plus récemment l’étude synthétique de Greco 1981.

75 Paestum 1 1987, 32.

76 Gastaldi 1974, 69 sq. ; tav. XXVIII, 2.

77 Voir supra.

78 Sestieri 1960b ; Voza 1962.

79 Rapport préliminaire d’activité d’A.T.R

80 In ultimo, Cipriani 1990.

81 La Genière 1961, 1962, 1968.

82 La Genière 1961,21.

83 La Genière 1968, 45.

84 Tocco 1978, 110.

85 Ibidem, 112.

86 Yntema 1990, 31 sq.

87 Ibidem, 155.

88 Ibidem, 166.

89 La Genière 1961, 23.

90 Castoldi 1984, 22-23.

91 La Genière 1968, 100. D. Yntema souligne que le motif a une origine dans le Géométrique Moyen du Salento et aurait été diffusé dans la zone du Bradano puis en Lucanie occidentale (1990, 130).

92 Malnati 1984. Une certaine polémique s’est engagée sur la datation de la bichromie telle qu’elle est proposée par L. Malnati à partir des données du site de l’Incoronata : voir Pelosi (1991, 71) d’après des remarques de Yntema (1990, 169) et la réponse de Castoldi (1992, 33-34) ; il n’en reste pas moins vrai que l’apparition de la bichromie demeure datée en Italie méridionale de la transition du VIIIe au VIIe siècle (Yntema 1990, 72), datation que confirment – même s’il ne s’agit que de matériel provenant du remplissage de fosses – les récentes recherches sur le site de l’Incoronata (en particulier la fosse indigène 4 datée de la transition fin VIIIe-début VIIe par M. Castoldi (1992, 38)).

93 Castoldi 1984, 23.

94 Ruby 1988.

95 Small 1976, 1977, 1983, 1992 ; Incoronata 1 et 2.

96 d’Agostino 1964.

97 Kilian 1962a.

98 Ce rapprochement est plus évident avec le vase en main qu’en confrontant les dessins.

99 Type 69 de d’Agostino 1968.

100 d’Agostino, information orale.

101 Type 59 de d’Agostino 1968.

102 Bailo Modesti 1978.

103 d’Agostino 1984, 257.

104 Bailo Modesti 1982, 244.

105 Par exemple, d’Agostino 1970a, Chiartano 1983.

106 L’argument n’est pas sans ambiguïté ; de leur absence on ne peut en tout cas rien conclure.

107 L’inverse existe dans d’autres nécropoles mais demeure exceptionnel.

108 Rostand et Tétry 1972, 191.

109 Kilian 1964, Beil. 3 d, tombe VIII.

110 Il s’agit des tombes entières, non vides, dont on possède le relevé de fouille.

111 Rostand et Tétry 1972. Voir figure 4.03.

112 Kilian 1964.

113 Cf. la planche 3 ; les pointillés restituent les limites probables des tombes ; cf. aussi figure 3.08.

114 Tableau calculé par le produit des marges du tableau des effectifs observés.

115 Il est inutile de mentionner les seaux, représentés ici en un seul exemplaire.

116 Kilian 1964, Beil. 3 à 5.

117 J’utilise, pour faire bref, ce terme mais, à ce niveau, sans aucune implication fonctionnelle.

118 Kilian 1964, Beil. 3d, tombe M8.

119 Voir supra, et Bartoloni 1989b.

120 Voir par exemple Zuffa 1976.

121 Le calcul des contributions au khi-deux a également été opéré sur le tableau précédent. Les plus forts pourcentages obtenus sont ceux des pointes et des talons apporte à lui seul près de la moitié de l’information (41 %) : l’opposition ainsi mise en évidence s’établit entre les “outils” présents dans les deux quarts extrêmes et les boutons presque absents de ces mêmes quarts, soit plus généralement entre les objets liés au corps parce que parties du costume et les autres, dont la déposition s’intègre au rituel.

122 Tagliente 1986, tav. 49-50.

123 Ibidem.

124 Il manquerait en effet près d’un demi-mètre au-delà des “bracelets” pour obtenir une position plus traditionnelle.

125 Pour Kilian, il s’agit d’une pratique limitée dans le temps à sa phase IC (1970, 27).

126 Il peut s’agir d’une seule et même coiffure enroulée sur la tête.

127 Sur cette question, voir également les analyses de F. Trucco (1987).

128 “Coppetta trovata nel vaso grande e fusaiola” porte le relevé. Le singulier de “trovata” n’incite pas à penser à la présence de l’objet dans le cinéraire.

129 Peroni 1994, 262. Buffaei al. 1981. Peroni 1981.

130 Buranelli 1981.

131 Pacciarelli 1986.

132 Bergonzi et al. 1981.

133 Bietti Sestieri 1985c, 172.

134 Trucco 1987, et à paraître.

135 Pontecagnano II. 2, 135.

136 Il est difficile d’avoir une idée précise sur l’ensemble de Sala Consilina car le type est rare ; il s’agit du type M4l de Kilian.

137 Une troisième exception est constituée par la tombe 178B, sans doute détruite par la tombe 178P, telle qu’on a pu la reconstituer sur la base des associations typologiques.

138 Buchner et Ridgway 1993.

139 Pontecagnano II. 2, 137.

140 Gastaldi 1982, 225.

141 Les dimensions de la fosse ne sont pas à cet égard décisives : des fosses de tombe d’enfant de Pontecagnano atteignent parfois 1,80 m de long (Pontecagnano II. 2, 102, tombe 3268).

142 Voir le catalogue.

143 d’Agostino 1992b, 60.

144 Cerchiai 1990b, 39.

145 Kilian 1970.

146 Du type Pontecagnano 32B4, Pontecagnano II. 1, 52.

147 Voir infra ; également d’Agostino 1985b, 45 ; pour Pontecagnano, voir d’Agostino 1982, 213.

148 Voir également Gualtieri 1977.

149 Bartoloni 1989a, 147.

150 d’Agostino 1982, 212.

151 Ibidem, 208.

152 Voir infra § 4.3.

153 Cf. supra.

154 Ruby 1993b.

155 Kilian 1970, taf. 243.

156 Pour une analyse identique au sujet de la nécropole de Veio, cf. Bartoloni 1991b, 39.

157 Par exemple d’Agostino 1982, 208 ; Bartoloni 1991b, 40.

158 Bietti Sestieri 1980, 92. B. d’Agostino cite lui-même ce passage pour faire la critique de cette position (d’Agostino 1982, 207).

159 En Italie, d’Agostino 1982 et 1985a, et in ultimo Bietti Sestieri in Osteria dell’Osa 1992 et Bietti Sestieri 1992. Je renvoie à la bibliographie de ces auteurs pour les différents travaux théoriques sur le sujet.

160 Bartoloni 1989a, 136, pour qui «l’uguaglianza appare più formate che sostenziale».

161 Par un curieux phénomène de mode, il aura fallu attendre que les travaux de I. Morris (1989) popularisent auprès des archéologues la notion de “discrimination” pour qu’elle devienne un topos de l’argumentation funéraire. Les trois modalités que je mentionne ici diffèrent pourtant peu de celles que formulait déjà voici près de quarante ans C.-A. Moberg à propos des tombes à tumulus de l’Age du bronze nordique, modalités que K. Randsborg rappelait en 1973 (Randsborg 1973, 565 et la bibliographie précédente).

162 Guidi 1993, 455-456, et la bibliographie précédente.

163 Peroni 1979b, 38 sq. ; 1983, 234-235 ; 1989b, 298.

164 Par exemple, Bartoloni 1991b, 40.

165 C’est un peu le point de vue de C. Ampolo (1970-71).

166 Voir supra.

167 Pontecagnano II. 1, 240 et 245, notes 30 et 31. Même si les tombes d’enfant ne sont pas totalement inconnues dans les nécropoles villanoviennes (cf. par exemple Bartoloni 1991b, 40 n. 91), on demeure très loin des chiffres auxquels on pourrait s’attendre démographiquement et historiquement.

168 Pontecagnano II. 2, 137. Cette évolution a lieu à un moment où, dans le Latium, c’est au phénomène contraire qu’on assiste, avec une pratique de plus en plus grande de l’enterrement des enfants dans les habitats : cf. in ultimo, Bietti Sestieri 1992, 54-55.

169 Pontecagnano II. 1, 240.

170 Dans un autre contexte, Morris 1989, en particulier 57-62 et 93-96.

171 Bietti Sestieri et De Santis 1984, 62.

172 Zevi et Bedini 1973, 36.

173 Les points d’interrogation qui suivent souvent la détermination sexuelle incertaine n’excusent pas tout. La comparaison que propose M. C. Vida Navarro sur le corpus de Pontecagnano est à cet égard significative : sur les 30 déterminations anthropologiques qu’il est possible de confronter à une détermination sexuelle basée sur la composition du mobilier, 13 tombes montrent une divergence totale entre les deux types de détermination, soit près d’une sur deux (Vida Navarro 1992, 74 et 92-93 ; il convient d’ajouter 4 tombes à cette liste). De ce point de vue, les déterminations moins nombreuses publiées dans le second volume sur Pontecagnano montrent une plus grande correspondance car 2 tombes seulement (sur 12) présentent des déterminations non cohérentes (Pontecagnano II. 2, 134, tab. 1 et 157, tab. 2) ; de ces exemples, il faut donc retenir qu’une détermination sexuelle anthropologique basée sur un “peut-être” est totalement inutile.

174 Trucco 1987 et à paraître.

175 Pontecagnano II. 1, 231 sq.

176 Sur le problème de la confusion faite par certains archéologues entre les deux concepts, voir les remarques de J. Toms (1994).

177 Trucco, à paraître.

178 La citation est tirée de W. Shakespeare, Hamlet, III, 2, trad. Jules Supervielle, et vient en exergue du chapitre 9 de Moberg 1976.

179 Ibidem, 92.

180 d’Agostino 1987, 34.

181 Pallottino 1982.

182 Torelli 1984, 37.

183 Pallottino 1982.

184 d’Agostino 1974a, 19. Nous soulignons.

185 Sur cette question, voir Brun 1987, 13 sq.

186 Le terme italien est “imbarbarimento” : voir Torelli 1984, 38 et 44.

187 Gardin 1979, 184.

188 Voir B. Lepetit qui cite F. Braudel : « les modèles (...) ne sont que “des hypothèses, des systèmes d’explication solidement liés selon la forme de l’équation ou de la fonction” » (1988,4).

189 Colonna 1991, 38, qui développe en ces termes une hypothèse prononcée en 1981 mais publiée onze années plus tard (1992, 71 et n. 31) et rappelée en 1986 (94-95).

190 Kilian 1970, 299.

191 Ibidem, 270, et 1969, 106 ; voir en particulier la réponse de Pallottino 1969, 254.

192 Kilian 1969, 108.

193 Kilian 1970, 295.

194 De ce point de vue, le développement de l’auteur est particulièrement instructif à propos du caractère commun aux vases cinéraires biconiques de Cerveteri, de Pontecagnano et de Sala Consilina qu’est l’anse verticale (Kilian 1970, 47-48).

195 Ibidem, 267, 271, 273.

196 Ibidem, 272.

197 Les tableaux sont également publiés dans Kilian 1969, fig. 2.

198 Peroni 1989b, 188. Je souligne.

199 Peroni 1992, 33.

200 Ibidem, 28.

201 Ibidem, 32.

202 Ibidem.

203 Ibidem, 31-32.

204 Pontecagnano II. 1. Il s’agit respectivement de la tombe 2500 (p. 37) et des tombes 180 et 494 (p. 76-77 et 82).

205 Ibidem, 82.

206 Sur ces questions, voir supra la partie consacrée à l’encadrement chrono-culturel de la culture matérielle de Sala Consilina.

207 Peroni à paraître.

208 Ibidem.

209 R. Peroni faisait déjà allusion à cet argument en 1963, cf. Lepore 1964, 154.

210 Peroni 1989a, 556. Sur cette question, voir également à présent Peroni 1992.

211 Peroni 1989b, 188.

212 Kilian 1970, en particulier 260-261.

213 Kilian 1974, 70-71.

214 Pontecagnano II. 1, 82 ; voir également supra.

215 d’Agostino 1989b, 14.

216 Par exemple Peroni 1992, 30 et 33.

217 d’Agostino 1965, 74-75.

218 d’Agostino 1970b, 637.

219 Pontecagnano II. 1, 38-42, 81-83, et d’Agostino 1990a.

220 Pontecagnano II. 1, 240-241, et d’Agostino 1990a.

221 Les totaux obtenus diffèrent du nombre des tombes mentionné au début de ce livre pour deux raisons : d’une part, ne sont prises en compte ici que les tombes datables et dont le rite funéraire est connu ; d’autre part, les calculs intègrent des données disparates et ont parfois nécessité une certaine réélaboration à partir des pourcentages proposés par K. Kilian dans ses publications de 1962a et de 1970, tout en tenant compte des réaménagements de la chronologie proposés dans le présent travail.

222 Kilian 1962a, 82-83, et 1970, 22-26.

223 Pontecagnano II. 1, 38-42.

224 Torelli 1984, 38.

225 Ibidem, 44.

226 d’Agostino 1970b, 891.

227 Bottini 1986a, 155.

228 Voir La Genière 1968 ; aussi Yntema 1990, 128 sq.

229 D’après les inventaires proposés par K. Kilian, un exemplaire en bronze et deux en fer sont attestés dans la nécropole du sud-est ; aucun n’est connu dans la nécropole du nord-ouest.

230 Gardin 1979, 276-277.

231 Ibidem, 158-167.

232 Pallottino 1963, 124-125.

233 Lepore 1964, 151.

234 Sestieri 1960a.

235 La Genière 1960, 1961, 1962 et Kilian 1961, 1962a, 1962b.

236 Lepore 1964, 153.

237 Ibidem, 154.

238 Peroni 1992, 33.

239 Lepore 1964, 156.

240 d’Agostino 1966, 1180.

241 Par exemple, d’Agostino 1974a, 13-14.

242 d’Agostino 1981, 66.

243 Pour un résumé de ses positions, voir par exemple Kilian 1969, 103.

244 Kilian 1970, 300.

245 La question n’est pas d’accepter de juger, et par là même d’être jugé, mais plutôt de savoir si en sciences humaines un progrès est envisageable et si l’on pourra un jour faire l’économie de la mention et de la prise en compte des hypothèses que l’on aura précédemment falsifiées.

246 Pallottino 1982, 69, qui cite d’Agostino 1974a, 15.

247 Peroni, à paraître.

248 Clarke 1978, 36.

249 Il ne s’agit pas de contester que la forme soit produite dans une zone qui corresponde à celle de la culture villanovienne.

250 Pallottino 1939.

251 Peroni 1992 et à paraître. Également Peroni 1994, 24.

252 Peroni 1992, 28.

253 Peroni 1994, 292.

254 Clarke 1978. Pour un exemple d’application des concepts, cf. Bmn 1988, 130-134.

255 Colonna 1991, 46 sq.

256 Clarke 1978, 263-266.

257 Colonna 1991, 46.

258 Demoule 1989, 34.

259 Par exemple, Peroni 1988, 13.

260 Colonna 1991, 46.

261 Snodgrass 1986, 11.

262 Lepore 1992, 88.

263 Demoule 1989, 32.

264 Brun 1993, 286.

265 Demoule 1989, 32.

266 Par exemple La Genière 1968, 249.

267 Ibidem, 244.

268 Colonna 1976b.

269 Colonna 1985.

270 Napoli 1965.

271 Salvi 1986.

272 Peroni 1979a ; d’Agostino 1970c.

273 Sur la localisation en fonction des sols et des points nodaux dans le cas de la création de Pontecagnano et de Sala Consilina, voir d’Agostino 1974a, 23 et 26. Sur la question en général, voir Torelli 1984, 45. Pour une synthèse brève, voir Bartoloni 1989a, 131 sq.

274 Torelli 1984, 38.

275 W. Johannowsky souligne les ressemblances entre la position topographique de Bologne et celle de Capoue (1984). Sur la question, voir la rapide synthèse de d’Agostino 1988.

276 Bietti Sestieri 1985a, 114.

277 Colonna 1976a.

278 Colonna 1986, 94.

279 Cianfarani 1976, 159 qualifie le site de Fermo d’« avant-poste du Villanovien tosco-latial ».

280 d’Agostino 1988, 533.

281 Voir par exemple Gentili 1986.

282 Au tout début des recherches sur le Villanovien de Campanie, P.C. Sestieri proposait que Pontecagnano, Capodifiume et Sala Consilina fussent « trois étapes dans la marche de la civilisation des incineratori [...] villanoviens » (1960b, 104-105).

283 Orsi 1926, Pacciarelli 1986, Peroni 1983, 237-238.

284 Sur cet aspect en général, voir Bartoloni 1989a, 135 ; un exemple de tombe ancienne “à casque” est fourni par la tombe 879 de Pontecagnano datée IA dans d’Agostino 1974b.

285 Voir d’Agostino 1985b, 45 qui souligne la concomitance.

286 Colonna 1979, 45.

287 Colonna 1976a, 6.

288 Colonna 1985, 102-104.

289 Ruby 1993b.

290 Torelli 1984, 53.

291 Stary 1979, 183.

292 Peroni 1983, 237-238. Cela concerne surtout le Sud de la péninsule (Peroni 1979b, 40). Ailleurs, entre la fin de l’Age du bronze et les premières phases de l’Age du fer, l’absence d’armes dans les tombes du début du IXe siècle (phase IA en Etrurie, IIA dans le Latium) est un phénomène commun à l’Etrurie, au Latium et à la Campanie, comme l’a souligné B. d’Agostino (1982, 208).

293 Au sens de Godelier 1984.

294 d’Agostino 1982, 213, et 219-220.

295 L’opinion de G. Bartoloni à ce sujet est erronée (1989a, 147).

296 Sur ces échanges, la bibliographie est abondante. La contribution essentielle demeure celle de Gras 1985. Voir également Bartoloni et Delpino 1975, Gras 1981, Delpino 1986, Bartoloni 1986b, 1986c et 1987.

297 Colonna 1976a, 6.

298 Torelli 1977, 280-282.

299 Ruby 1993b.

300 Godelier 1984, 269.

301 Torelli 1984, 49-50.

302 Cristofani 1975 et 1983.

303 L’implication des Phéniciens a été soulignée notamment par Gras 1981, et plus récemment par Bartoloni 1987.

304 Lemonnier 1990, 50-51. On retiendra toutefois que la comparaison ne porte pas sur les personnages émergents de l’Italie centrale du VIIIe siècle et ces Big Men mais sur la base de leur pouvoir respectif.

305 Colonna 1976a, 6-7.

306 Gras 1981,318.

307 Dans discussion à la suite de l’article de C. Ampolo 1970-71, 98.

308 Colonna 1976a, 1977b ; Ampolo 1970-71 ; Cristofani 1975 et 1984a.

309 Selon ces approches, les échanges ne sont entendus que sous la forme d’échanges commerciaux.

310 Torelli 1984, 49. Le problème de l’antériorité des “grandi dislivelli sociali” sur la reprise des échanges (Torelli 1977, 182) se pose différemment depuis que M. Gras a fait remarquer qu’ils étaient concomitants d’un développement des contacts avec l’extérieur (Gras 1985, 705 sq.). L’origine agraire ou militaro-commerciale – ou les deux à la fois-, est encore objet de débat (ibidem).

311 d’Agostino 1982, 213.

312 L’expression fut utilisée la première fois par V. Panebianco (1957, 207) à propos du Second Age du fer. Elle est reprise par K. Kilian en 1962 pour le Premier Age du fer (1962b, 66).

313 d’Agostino 1981, 79.

314 Ibidem.

315 Torelli 1984, 55.

316 Bartoloni et Grottanelli 1984, 384.

317 Bartoloni 1983, 444.

318 Cette époque voit également débuter une profonde réorganisation des formes de peuplement dans le territoire de Caere, en Etrurie, avec la disparition des centres côtiers mineurs et l’apparition d’une “couronne” de nouveaux habitats autour de la cité, parfois en réoccupation de sites de l’Age du bronze : voir Torelli 1974-75, 42, et surtout Rendeli 1991 avec la bibliographie précédente.

319 Sur les premières manifestations de ce phénomène à Pontecagnano, voir par exemple Cerchiai 1986.

320 Plaoutine 1941. Voir aussi La Genière 1968, 199 sq.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-1.jpg
Fichier image/, 32k
Légende Fig. 4.01 - A : Carte de distribution en Etrurie des objets de production œnôtre. Du Nord au Sud : Bisenzio, Vulci, Tarquinia, Narce, Veio, Cerveteri.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-2.jpg
Fichier image/, 28k
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-3.jpg
Fichier image/, 32k
Légende Fig. 4.01 - Β : Carte de distribution en Etrurie des skyphoi géométriques d’importation. Du Nord au Sud : Tarquinia, Narce, Veio.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-4.jpg
Fichier image/, 16k
Légende Fig. 4.02 - La via Popilia. D’après Marzullo 1937, 49, fig. 8.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-5.jpg
Fichier image/, 104k
Légende Fig. 4.03 - La partition du corps humain par quart. D’après Rostang et Tétry 1972, 191, modifié.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-6.jpg
Fichier image/, 12k
Légende Fig. 4.04 - Distribution des catégories d’objets selon les moitiés de fosse pour les inhumations. A et B, tombes intactes ; C et D, tombes en partie détruites.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-7.jpg
Fichier image/, 256k
Légende Fig. 4.05 - Distribution des catégories d’objets selon les extrémités conservées des tombes en partie détruites.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-8.jpg
Fichier image/, 172k
Légende Fig. 4.06 - Tableau des écarts à l’indépendance de la distribution des vases selon les moitiés des tombes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-9.jpg
Fichier image/, 200k
Légende Fig. 4.07 - Tableau des effectifs des éléments ou groupes d’éléments de parure et des “outils” selon les quarts de tombes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-10.jpg
Fichier image/, 132k
Légende Fig. 4.08 - Tableau des écarts à l’indépendance de la distribution des éléments ou groupes d’éléments de parure et des “outils” selon les quarts des tombes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-11.jpg
Fichier image/, 148k
Légende Fig. 4.09 - Diamètres extérieurs comparés des anneaux, groupes d’anneaux, maillons de chaînes en fonction de la position selon les quarts des tombes.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-12.jpg
Fichier image/, 208k
Légende Fig. 4.10 - Topochronologie des tombes du secteur de la “Prop. Masino” et distribution de quelques caractères particuliers.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-13.jpg
Fichier image/, 408k
Légende Fig. 4.11 - Schématisation des groupements de tombes discernables sur le secteur de la “Prop. Masino”.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-14.jpg
Fichier image/, 456k
Légende Fig. 4.12 - Les aires culturelles d’Italie au début de l’Age du fer (IXe s. av. n.è.) et l’expansion villanovienne. D’après Pallottino 1984, 64, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1427/img-15.jpg
Fichier image/, 48k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr