Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crépuscule des marges

 | 
Pascal Ruby

Chapitre II. Les données matérielles de la nécropole du nord-ouest

Texte intégral

  • 1 La citation de Buffon est tirée de P. Thuillier, Goethe et l’Hérésiarque. La Recherche n° 64, 1976, (...)

« …Buffon, en son temps, soulignait déjà ce danger des “inconvénients où l’on tombe lorsque l’on veut appliquer la géométrie et le calcul… à des objets dont nous ne connaissons pas assez les propriétés pour pouvoir les mesurer ; on est obligé dans tous les cas de faire des suppositions toujours contraires à la nature, de dépouiller le sujet de la plupart de ses qualités, d’en faire un être abstrait qui ne ressemble plus à l’être réel…
ce qui produit une infinité de fausses conséquences et d’erreurs… ” »

J.-C. Gardin, Une archéologie théorique, Paris, 1979, 214-2151.

1. Topographie des nécropoles

  • 2 La Genière 1968 et Kilian 1970.

1La nécropole du Premier Age du fer de Sala Consilina est constituée de deux noyaux distants d’environ deux kilomètres. La présente étude s’intéressera en particulier au secteur du nord-ouest – parfois désigné comme “nécropole de S. Antonio” ; l’autre secteur – nécropole du sud-est – est en effet mieux connu grâce en particulier aux publications de J. de La Genière et de K. Kilian2.

1.1. La nécropole du nord-ouest

1.1.1. Des données de fouilles d’inégale qualité

a) Les fouilles de l’administration provinciale

  • 3 S. Antonio : 128 tombes en 1959 et 76 tombes en 1962 ; sur ces 76 dernières tombes, quelques unes s (...)

2La nécropole du nord-ouest a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles. Les plus anciennes, effectuées sous la tutelle de l’administration provinciale entre la fin des années cinquante et le début des années soixante, ont porté sur les zones de S. Antonio et de S. Nicola3. Cependant, seules les fouilles de S. Antonio de 1959 sont localisées avec précision.

3Les fouilles de l’administration provinciale n’ont pas été effectuées sous la direction d’un archéologue. La qualité de la documentation produite par ces travaux n’atteint pas le niveau qu’on pourrait espérer : les plans généraux ont notamment été dessinés sur des feuilles “petits rectangles” (les “petits carreaux” italiens). Ainsi, ni l’orientation des tombes ni leur alignement ne correspondent à la réalité mais seulement à la nature du support du relevé original. Le plan général qu’on propose dans le présent travail tient compte d’une légère correction dans l’orientation de l’ensemble des tombes.

  • 4 Kilian 1962a, 99.
  • 5 C’est à la suite de l’enquête de M. Maiello (cf. Maiello 1993 pour une présentation générale) que l (...)

4Plus regrettable encore, le plan de la zone S. Nicola que reproduit K. Kilian dans son article de 1962 est sans échelle et ne fait référence à aucune parcelle de cadastre exacte, si bien qu’il est difficile de situer avec précision le secteur par rapport aux autres dans l’ensemble de la nécropole : on sait seulement que la zone serait petite et située à quarante mètres au sud-est de S. Antonio4. Cette localisation est en contradiction avec celle que l’on peut déterminer de nos jours par une enquête sur le terrain, qui situe le secteur de nécropole beaucoup plus bas en altitude et beaucoup plus loin (environ 250 m) du secteur de S. Antonio5. On ne peut, dans ces conditions, retenir avec un degré de sécurité satisfaisant l’une des deux localisations, même si du point de vue de l’altitude du secteur la précision offerte dans l’article de K. Kilian en 1962 convient mieux.

  • 6 Kilian 1964, Beil 1.
  • 7 Kilian 1962a, 98-99.

5Enfin, la documentation relative aux fouilles de S. Antonio 1962 nuovi scavi est presque totalement inaccessible. Dans sa publication de 1964, K. Kilian propose un plan schématique des zones de la nécropole6. Pour la nécropole du nord-ouest sont indiquées plusieurs parcelles : les parcelles 144 et 145 qui correspondent aux fouilles de S. Antonio 1959 ; les parcelles 297 et 264 qui pourraient correspondre aux fouilles de S. Antonio 1962. Là encore, il s’agit d’une localisation très incertaine car l’archéologue allemand indiquait dans son article de 1962 (donc contemporain du déroulement des fouilles) que le secteur de ces nuovi scavi était situé au nord de la route nationale (ce qui convient aux parcelles susmentionnées) mais à une distance de quatre-vingts mètres dans une direction nord-est par rapport au secteur de S. Antonio7 alors que les parcelles en question sont au nord-ouest. On verra par la suite que ces problèmes ne sont pas, dans l’histoire des recherches sur Sala Consilina, anecdotiques.

  • 8 Par exemple, les précisions apportées par J. de La Genière 1962, 43 n. 1.
  • 9 Kilian 1962a.
  • 10 On ne connaît de la plupart de ces tombes qu’un ou deux objets.
  • 11 Il s’agit bien ici de la documentation publiée : Mme J. de La Genière nous a très libéralement comm (...)

6Par ailleurs, tant l’organisation des fouilles que la gestion des mobiliers mis au jour ont provoqué des mélanges dont on trouve l’écho dans les différentes recherches effectuées sur la nécropole8. Les travaux de J. de La Genière et de K. Kilian ont donc dû prendre en compte, suivant des modalités différentes, ce cadre documentaire. En particulier, l’article de 1962 de Kilian est consacré aux matériels provenant des fouilles de 1957 et 19599. Cette brève note propose une périodisation des sépultures, sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir, mais les mobiliers ne sont pas présentés in extenso10. Dans les publications ultérieures des deux auteurs, un certain nombre de tombes sont publiées11. L’exhaustivité n’a donc jamais été atteinte et les fouilles de 1962 demeurent très mal connues. Le tableau ci-dessus résume la documentation accessible pour ces tombes.

7La présente étude ne peut donc disposer d’un cadre complet de comparaison, même si elle tient compte des recherches précédentes. Les lacunes documentaires et autres incertitudes dans la composition des mobiliers ne sont cependant pas le lot réservé aux fouilles anciennes : les travaux de terrain plus récents posent aussi des problèmes.

  • 12 Sur un total supérieur à 286 (128 S. Antonio, 82 S. Nicola et 76 S. Antonio nuovi scavi).

Tombes du Premier Age du fer fouillees par l’administration provinciale

Tombes

Nécropole du N-O (S. Ant. - S. Nic.)

Nécropole du S-E (zones A à M)

Ensemble

Dessin complet

24

451

475

Photo complète

19

13

32

Dessin et/ou photo partiels

3

3

6

Dessin partiel

42

78

120

Photo partielle

9

2

11

Total tombes illustrées

9712

547

644

b) Les fouilles de la Surintendance de Salerne

8A partir de 1972, la Surintendance archéologique de Salerne, sous la direction de B. d’Agostino, a repris les fouilles à Sala Consilina. Elles ont d’abord porté – en fonction de l’urgence des interventions de sauvetage – sur le secteur du nord-ouest : ce sont les données que nous prendrons en compte ici. Quatre zones ont été fouillées :

    • 13 C’est-à-dire, en français, “croisement”.
    • 14 Un suffixe (P ou B) a été ajouté à la numérotation normale des tombes afin de rendre possible la di (...)

    la zone dite “Bivio”13 ; les fouilles ont été effectuées sur le tracé d’une canalisation d’eau ; une trentaine de tombes – certaines vides-, ont été mises au jour en février 1972 (tombes 001Ρ14 à 030P) ;

  • la zone dite “Casa Canonica” correspond à la parcelle où fut construit le bâtiment en question ; 19 tombes – certaines vides – ont été mises au jour en avril-mai 1972 (tombes 031Ρ à 049P) ;

    • 15 Les numéros 205 et 206 correspondent à des tombes de la nécropole du sud-est, datées du Second Age (...)

    la zone dite “Proprietà Masino” est une parcelle où fut édifié un garage ; 51 tombes ont été mises au jour entre juin et juillet 1976 (tombes 165P à 218P)15 ;

    • 16 Je dois à la très grande libéralité de la Dot.ssa L. Rota, auteur des fouilles, la possibilité de p (...)

    la zone dite “Proprietà Ventre” est une petite parcelle où furent fouillées, en octobre 1976, 13 tombes (tombes 249P é 258P, auxquelles s’ajoutent des tombes vides non numérotées)16.

9Au total, il s’agit donc de 113 tombes appartenant é la même nécropole. Dans la réalité, ce nombre inclut des tombes vides, donc non documentées. Par ailleurs, ces tombes ont été mises au jour dans des conditions assez défavorables puisque é l’occasion de fouilles de sauvetage. Cela explique que la qualité de la documentation soit très inégale :

  • chaque tombe “Bivio” a été en partie détruite lors du creusement de la tranchée de canalisation ; le journal de fouilles contenant l’inventaire des objets et la description des sépultures est aujourd’hui introuvable ;

  • le relevé général de la zone “Casa Canonica”, pas plus que le journal de fouilles, ne nous sont parvenus ; nous ne possèdons que les photos et les plans de chaque tombe ;

  • la zone de la “Prop. Masino” est la mieux documentée, puisqu’on possède, en plus d’un plan général des tombes, des photos et des relevés pour chaque sépulture ainsi qu’une rapide description de la tombe (trois lignes) qui ne permet toutefois pas toujours de faire la part entre matériel de remplissage et mobilier funéraire ;

  • la zone de la “Prop. Ventre” présente les mêmes qualités de documentation.

  • 17 Voir les commentaires du contenu des tombes dans le catalogue.

10A ces problèmes s’ajoute le fait que l’Antiquarium de Sala Consilina ne fut créé qu’en 1980 : le mobilier des tombes étudiées a donc, dans un premier temps, été stocké – non restauré – dans les réserves du Musée de Pontecagnano, pour être ensuite transporté dans les dépôts de Sala Consilina : ces manipulations, en l’absence d’un inventaire de fouilles, ont entraîné des “déplacements” d’objets d’un mobilier à l’autre qu’il n’a pas été possible de corriger dans tous les cas avec certitude17.

1.1.2. La nécropole du nord-ouest : un secteur homogène

  • 18 Deux autres tombes, que l’on ne peut étudier, ont été détruites dans les années quatre-vingt à l’oc (...)

11Les fouilles effectuées entre 1972 et 1976 sont les plus récentes qui aient touché la nécropole du nord-ouest18. Malgré les lacunes de la documentation, elles offrent des matériaux d’un grand intérêt car elles permettent un réexamen du Premier Age du fer de Sala Consilina dans un secteur où ne se pose pas le problème de superposition avec le Second Age du fer tel qu’on peut le rencontrer dans l’autre secteur de la nécropole.

12La dispersion des différentes parcelles sur lesquelles ont été effectuées les fouilles rend difficile une lecture chorologique très précise, sauf dans la “Prop. Masino”. Elle offre cependant d’autres avantages : d’abord elle permet d’encadrer d’un point de vue topographique les fouilles anciennes de S. Antonio ; ensuite, elle autorise une analyse portant sur le développement de la nécropole dans le temps, ce qui est un point essentiel dans la compréhension de l’organisation du site de Sala Consilina.

1.1.3. La disposition topographique des tombes

  • 19 On a tenté de cartographier les parcelles où une intervention de sauvetage des archéologues s’était (...)

13Le plan général indique les parcelles fouillées dans lesquelles ont été mises au jour des sépultures19. A partir de cette représentation, il est possible de postuler l’extension probable de la nécropole du Premier Age du fer dans le secteur du nord-ouest en ne tenant pas compte d’éventuelles discontinuités dans la localisation des sépultures. Quelques traits particuliers de la disposition des tombes dans le paysage sont à noter, tels que leurs altitudes – absolue et relative – et leur orientation. Les tombes semblent disposées en bandes régulières plus ou moins parallèles : pour affirmer que cette organisation n’est pas qu’une apparence, il faut chercher les règles qui président à cet ordonnancement.

Image 10000000000002000000014900FDFF55.jpg

Fig. 2.01 - Histogramme des altitudes relatives. Tombes de toutes zones.

Image 100000000000020200000147C23BA34F.jpg

Fig. 2.03 - Histogramme des altitudes relatives Tombes « Prop. Masino ».

Image 10000000000003FB000002788DE1CBDD.jpg

Fig. 2.02 - Histogramme des altitudes relatives. Toutes zones sauf « Prop. Ventre ».

Image 10000000000003F600000282475E91D2.jpg

Fig. 2.04 - Histogramme des altitudes relatives. Tombes zones « Bivio » et « Casa Canonica ».

a) Altitudes absolues et relatives

  • 20 Pl. 3.

14Le plan général du secteur du nord-ouest de la nécropole tient compte de la localisation des parcelles qu’on connaît : en est donc absente la parcelle des fouilles de S. Antonio 1962 tandis que la position de fouilles de S. Nicola demeure hypothétique. Le fond de carte avec les courbes de niveaux (équidistance de deux mètres) a été reproduit à partir d’une couverture photogrammétrique à l’échelle 1/5 000 du Vallo di Diano20.

  • 21 Voir supra chapitre 1.

15La confrontation des deux types de données topographiques et archéologiques permet de reconnaître une disposition très régulière des tombes dans l’espace. Les sépultures ont été creusées sur les versants sud et ouest d’un cône de déjection (que les géologues reconnaissent comme de la seconde génération21), au pied d’un des monts qui constituent le massif de la Maddalena. Les altitudes absolues de la frange du versant intéressé sont comprises entre 475 et 500 m. Au-dessus de 500 m, la surface du cône connaît une pente régulière mais moins forte.

  • 22 L’altitude relative exprime — par un chiffre négatif — la profondeur à laquelle apparaît la surface (...)

16Le problème de l’altitude relative22 des tombes se pose alors : la solifluxion, qu’on peut supposer forte d’après ce qu’on connaît de sa puissance habituelle en Italie méridionale depuis les temps protohistoriques, est-elle davantage perceptible selon que les tombes sont situées en amont ou en aval ? Les histogrammes des figures 2.01, 2.02, 2.03 et 2.04 représentent la distribution de ces altitudes relatives pour toutes les zones puis les classes d’altitudes absolues.

17L’essentiel des altitudes relatives est compris entre 0,25 et 1 m. Se détachent toutefois des altitudes relatives beaucoup plus importantes, supérieures à 1,5 m voire 2,5 m. La consultation de la figure 2.02 permet de préciser que les tombes les plus enfouies sont celles de la “Prop. Ventre”, c’est-à-dire les tombes les plus en amont. Il ne s’agit pas cependant d’un trait constant de cette zone puisque les autres valeurs des altitudes relatives se répartissent entre 0,75 et 2 m : d’une manière générale, néanmoins, les valeurs sont plutôt hautes.

18Les figures 2.03 et 2.04 représentent la distribution des altitudes relatives dans la “Prop. Masino” et dans les deux autres secteurs fouillés. Malgré des valeurs extrêmes atteintes par quelques tombes de la première zone, il est clair que l’altitude relative de ces tombes est globalement constante et comprise entre 0,25 m et 1 m.

19Au total, il n’est pas possible de déduire de l’altitude absolue des tombes leur altitude relative. Cela peut s’expliquer par une certaine homogénéité des altitudes absolues : à l’échelle du cône de déjection, les tombes occupent une position assez semblable. Entre les sépultures qui sont plus en amont et celles un peu plus en aval, ces différences d’altitude absolue et de position topographique par rapport au cône ne sont pas telles qu’elles provoquent des distinctions repérables dans l’enfouissement dû à la solifluxion. Dans le cas des tombes de la “Prop. Ventre”, dont la position en amont explique peut-être un enfouissement plus important, on a vu que les différences pouvaient être sensibles, même sur une petite parcelle. Nos données ne nous permettent pas d’aborder la question sous l’angle de la micro-morphologie. Une autre caractéristique à envisager en fonction de la position topographique des tombes est leur orientation.

Image 100000000000040A000006C4B7D7EF74.jpg

Fig. 2.05 - Orientations par rapport au nord des tombes de la zone S. Antonio, tous secteurs.

b) L’orientation des tombes

  • 23 Ce mode de représentation permet de diminuer les trop grandes disparités entre les effectifs de cla (...)

20Le fouilleur a relevé, pour toutes les tombes, leur orientation à dix degrés près par rapport au nord. L’orientation des tombes n’a d’intérêt que dans le cas des tombes à fosse. La figure 2.05 – un classique histogramme utilisant les pourcentages à une échelle semi-logarithmique sur une demi-boussole graduée en degrés23 – montre la distribution des orientations de ces tombes. Deux groupes d’orientations semblent privilégiés : autour de 10°-20° et autour de 50°-60°. Une orientation très originale de 130° caractérise un très faible pourcentage de tombes, légèrement supérieur à 2 %, soit deux sépultures sur la centaine étudiée. Si l’on envisage les orientations en fonction des différentes parce les de fouille, quelques traits particuliers peuvent être mis en lumière.

21Les distributions des orientations ont été calculées pour les différents secteurs. Les deux type de représentation – histogramme classique et demi-boussole – ont été adoptés (figures 2.06 à 2.09) :

Image 10000000000003E0000006C2EC3255F3.jpg

Fig. 2.06 - Orientation par rapport au nord des tombes de la zone « Casa Canonica ».

Image 1000000000000204000003661886B785.jpg

Fig. 2.07 - Orientation par rapport au nord des tombes de la « Prop. Ventre ».

  • les tombes de la zone “Casa Canonica” ont une orientation de 10° à 20° par rapport au nord avec une très forte préférence pour une orientation de 10° ;

  • celles de la “Prop. Ventre” présentent la même préférence (orientation de 10°) mais elles peuvent atteindre un décalage de 30° par rapport au nord ;

  • le secteur “Bivio” est très étiré d’un point de vue topographique, ce qui explique peut-être l’éventail un peu plus large des écarts par rapport au nord, entre 10° et 40° ; les orientations les plus représentées sont dans ce secteur 20° et 30° ;

  • enfin dans la “Prop. Masino”, les écarts par rapport au nord sont encore plus marqués puisque 90 % des tombes sont comprises entre 40° et 60° ; quelques tombes présentent des orientations particulières qui demeurent, pour certaines, dans une direction à peu près identiques (10°, 70° et 80°) et qui, pour d’autres, sont tout à fait originales (130°).

Image 10000000000002040000036069714E21.jpg

Fig. 2.08 - Orientation par rapport au nord des tombes de la zone « Bivio ».

Image 10000000000001FC00000367E6A91D96.jpg

Fig. 2.09 - Orientation par rapport au nord des tombes de la « Prop. Masino ».

22Ainsi, lorsqu’on passe des secteurs les plus au sud-est par rapport au cône de déjection aux secteurs situés le plus à l’ouest, les orientations des tombes s’écartent de plus en plus du nord. La figure suivante représente ces orientations classées par secteur sur une courbe continue (figure 2.10). Il apparaît clairement que l’orientation des tombes est directement corrélée à la position topographique de la parcelle où elles ont été creusées.

Image 10000000000007FE00000458742EF27D.jpg

Fig. 2.10 - Courbe des orientations des tombes en écarts, calculés en degrés, par rapport au nord. Les tombes sont classées par secteur et, à l’intérieur de chaque secteur, par ordre décroissant d’écart. On obtient ainsi une courbe continue allant des tombes les plus divergentes aux moins divergentes avec le nord.

23L’examen du plan général de la nécropole du nord-ouest permet de remarquer que les tombes sont creusées perpendiculairement aux courbes de niveau. Par rapport au cône de déjection, les tombes sont donc distribuées en éventail sur le versant de ce cône. C’est ce caractère qui a permis de corriger la situation des fouilles de 1959 par rapport au plan de l’administration provinciale publié par K. Kilian en 1962 : l’orientation des tombes et les limites de fouilles sont inexactes par rapport aux routes qui en l’occurrence constituent les uniques repères pour ce secteur, et il est nécessaire d’imprimer une légère rotation à l’ensemble.

  • 24 Rozoy 1986, 256, fig. 4 et 271 pour les solstices et les équinoxes.

24La logique générale de l’orientation des tombes est ainsi dégagée. Elle n’a rien à voir avec le rituel funéraire ou avec une quelconque référence au calendrier luni-solaire (lever de soleil au solstice d’été par exemple) qu’on a pu reconnaître sur d’autres nécropoles24. Il reste à s’interroger sur les orientations particulières soulignées pour deux tombes de la “Prop. Masino”. Si l’explication n’est pas topographique, elle peut être chronologique et/ou rituelle. C’est une question qu’on envisagera plus loin.

c) Premiers éléments de “topochronologie”

25On n’envisagera pas ici l’ensemble de l’analyse de “topochronologie” des tombes qu’on étudie : cela ne peut être fait qu’une fois la chronologie des mobiliers établie. Sans déflorer les résultats ultérieurs, on peut toutefois préciser que dans le corpus considéré ici, l’une des plus anciennes tombes provient de la “Prop. Ventre” tandis que les tombes les plus récentes occupent, groupées, l’extrémité nord-occidentale de la “Prop. Masino” ; par ailleurs, la zone “Casa Canonica”, c’est-à-dire le secteur le plus au sud-est, compte un fort pourcentage de tombes anciennes. Il est ainsi possible de proposer pour l’ensemble de l’espace funéraire de la nécropole du nord-ouest un développement du sud-est vers le nord-ouest, encerclant progressivement le cône de déjection. On verra cependant plus loin que parallèlement à la tendance générale d’un développement linéaire de l’espace funéraire au pied du cône de déjection, il existe un développement chronologique plus localisé par groupe de tombes, ce qui amène la “Prop. Ventre” à contenir l’une des tombes les plus anciennes et l’une des plus récentes de la nécropole.

1.2. Confrontations avec le noyau du sud-est

26Les comparaisons qu’on peut chercher à proposer entre les deux noyaux de nécropole ne sauraient qu’être succinctes tant la qualité des documentations est différente. Il faut néanmoins espérer que les grands caractères topographiques peuvent être déduits d’une analyse précise.

27Résumons tout d’abord ce que l’on a mis en évidence pour la nécropole du nord-ouest :

  • la nécropole s’étend sur les pentes d’un cône de déjection ;

  • la nécropole ne paraît pas occuper la surface plus plane du cône de déjection mais semble limitée à son versant, entre les deux courbes de niveau 475 m et 500 m ;

  • l’orientation des tombes varie en fonction de leur position topographique par rapport au cône de déjection ; les tombes sont creusées perpendiculairement aux courbes de niveau et suivent donc la courbure due au cône ;

  • la nécropole se développe du sud-est vers le nord-ouest.

28Sur le plan général (planche 3) ont été reportées les différentes parcelles fouillées entre 1955 et 1958. Ce document où sont également portées les courbes de niveau permet de reconnaître que les tombes de la nécropole du sud-est ont été mises au jour à des altitudes comprises entre 470 m et 510 m, à l’exception d’un groupe de tombes provenant de la zone H et situé au-dessus de 520 m. Ces parcelles s’étendent sur le versant d’un autre cône de déjection mais réservent sa surface.

  • 25 La Genière 1968, 34.

29L’orientation des tombes est plus difficile à déterminer : les relevés des fouilles des années cinquante ont également été effectués sur du papier à petits rectangles sans tenir compte de l’orientation précise des tombes. Les fouilles plus récentes entreprises par la Surintendance de Salerne sur ce secteur de la nécropole, en particulier dans la zone L déjà en partie explorée par l’administration provinciale, ne sont pas publiées. La figure 2.11 est un extrait de la planimétrie récente du secteur de S. Rocco – c’est-à-dire la zone L de K. Kilian. Bien que ne portant pas les courbes de niveau, elle permet de conclure, en fonction de l’orientation générale de la parcelle, à une orientation des tombes du Premier Age du fer perpendiculaire aux courbes de niveau. On notera au passage que les tombes du Second Age du fer peuvent connaître une orientation totalement différente puisque certaines sont parallèles aux courbes de niveau et organisées en “rues”, tandis que d’autres suivent l’organisation des tombes du Premier Age du fer et se superposent parfois à ces dernières. On sait par ailleurs qu’un clair développement chronologique de la nécropole du sud-est est perceptible. J. de La Genière a déjà souligné que les plus anciennes tombes du Premier Age du fer ont été découvertes dans les parcelles A, J, Β et D tandis que les tombes suivantes sont disposées chaque fois plus au sud : durant la seconde phase, ce sont les zones F, G, H et Barra qui sont utilisées25.

Image 10000000000004B80000084AAE1C2932.jpg

Fig. 2.11- Sala Consilina, nécropole du sud-est, secteur de San Rocco. Extrait du plan de la nécropole.

30De ces remarques, on peut conclure que les deux secteurs de la nécropole de Sala Consilina occupent une situation topographique identique : les pentes de cônes de déjection à des altitudes comparables. Plus important encore, les deux secteurs connaissent une extension symétrique autour de ces cônes : le noyau du nord-ouest s’étend vers le nord-ouest tandis que le noyau du sud-est se développe en direction opposée.

  • 26 Plaoutine 1941.
  • 27 Kilian 1964, 15, et 1970, 18-19, qui propose une datation duVIIIe siècle pour ces vestiges.

31Ces constatations permettent de considérer que l’absence de tombes du Premier Age du fer entre les deux secteurs identifiés ne relève pas de l’histoire des recherches ni d’un hasard : les deux noyaux de nécropole sont distincts. Il existe deux autres cônes de déjection entre ceux autour desquels se sont développées les nécropoles du Premier Age du fer : sur le plus important des deux, situé immédiatement au nord du secteur du sud-est, des trouvailles isolées ont été faites, comme la tombe dite “du Petit Palais”26 ou des vestiges de four27 ; des fouilles récentes sous la direction de la Surintendance archéologique de Salerne ont également mis au jour des tombes du Second Age du fer. Au total, les découvertes archéologiques funéraires qui ont été effectuées entre les deux secteurs de la nécropole du Premier Age du fer ne peuvent être pas attribuées à cette époque mais à la suivante, tandis que des vestiges plus anciens peuvent être rattachés à des structures d’habitat.

32La distribution des différentes données archéologiques dans l’espace nous autorise à aborder le problème de la localisation des habitats. Il est en effet nécessaire de distinguer deux niveaux : le premier concerne la localisation des espaces habités par rapport aux nécropoles, le second est relatif à l’organisation interne de l’espace habité telle qu’elle se révèle par la situation des différents éléments. Considérons d’abord le problème de localisation.

1.3. Localisation hypothétique des habitats

33On l’a rappelé en introduction : le Vallo di Diano a gardé de son origine paléo-lacustre une humidité importante des terrains qui en tapissent le fond. A la latitude de Sala Consilina, ces terrains ne présentent pas de façon aussi marquée le caractère tourbeux qu’on connaît aux terres du nord du val. On ne trouve aucune tombe au-dessous de 470 m d’altitude alors que le fond du val est à l’altitude de 450 m. Cela permet de supposer qu’en dessous de 470 m les terrains ne présentaient pas les qualités qui les rendaient propices à l’extension de la nécropole : l’humidité est peut-être en cause. Si les terrains du fond du val excluent, par leurs propriétés, l’extension des cimetières dans cette direction, ils excluent sans doute de la même façon l’implantation des habitats. On ne peut, bien sûr, rejeter l’hypothèse d’habitats propres aux milieux humides avec des maisons à plancher surélevé comme on en rencontre autour – ou sur – de vrais lacs. Toutefois, l’organisation topographique des nécropoles permet d’envisager des hypothèses plus vraisemblables quant à la localisation des habitats.

1.3.1. Les hypothèses de localisation

34Si la localisation de l’habitat doit suivre une logique claire par rapport à celle de la disposition des nécropoles, il faut retenir deux hypothèses principales : celle d’une localisation de l’habitat au sommet des cônes de déjection qui dominent les nécropoles ; celle d’une localisation de l’habitat entre les deux noyaux de nécropoles, sur une bande de terrains situés aux mêmes altitudes. Examinons successivement les deux hypothèses.

a) Hypothèse 1 : les villages sur les cônes de déjection

35En fonction de la topographie générale du Vallo di Diano, les localisations probables où implanter un habitat sont assez limitées. Si l’on exclut le fond du val, une surface très importante se trouve éliminée. Avant d’envisager les versants abrupts des montagnes qui encadrent le Vallo di Diano, on cherchera les surfaces les plus planes qui demeurent disponibles : en l’occurrence, les surfaces des cônes de déjection sont les plus planes des terres de piémont que l’on puisse trouver dans la zone de Sala Consilina. La disposition des tombes autour de ces cônes indique assez combien ces reliefs torrentiels ont été perçus comme marqueurs de l’espace par les populations protohistoriques du Vallo di Diano. Le fait que le développement des nécropoles s’effectue sur les pentes de ces cônes peut indiquer qu’elles se sont étendues immédiatement sur les marges, au pourtour de l’habitat.

36Les cônes de déjection ont pu porter deux noyaux d’habitat correspondant aux deux noyaux de nécropole parce que ce sont des surfaces assez planes, drainées et sans doute parcourues par un cours d’eau qui ne présente pas, à toutes les époques de l’année, des caractères torrentiels. Sur la figure 2.12 est représentée la surface d’extension probable des noyaux de nécropole ainsi que les deux secteurs d’habitat installés au sommet des cônes de déjection. L’extension retenue pour les habitats est arbitraire. Cependant, elle tient compte des limites artificielles – l’extension des nécropoles – de même que naturelles (orographiques) – les versants abrupts des montagnes. Au total, les surfaces ainsi délimitées mesurent entre 10 et 14 ha. Cette hypothèse n’est pas décisive. Une autre, différente mais tout aussi vraisemblable, peut être proposée.

Image 10000000000004400000020A417E8ECB.jpg

Fig. 2. 12 – Localisation hypothétique de l’habitat. Hypothèse 1 : les villages sur les cône de déjection.

b) Hypothèse 2 : l’habitat sur le piémont

  • 28 Ce calcul a été effectué avant de prendre connaissance de la recherche de “module” dimensionnel des (...)
  • 29 Les superficies retenues pour les principaux sites d’Etrurie sont, pour Bisenzio, Cerveteri, Orviet (...)

37L’hypothèse d’un habitat localisé sur le piémont repose sur une organisation différente des relations entre la ou les zones habitées et les secteurs destinés à l’espace funéraire. Celui-ci ne se développerait plus aux marges de la zone habitée en continuant à l’entourer, comme dans la première hypothèse mais selon une direction centrifuge par rapport au centre théorique de l’espace habité : les nécropoles seraient créées, au début de l’occupation, aux “portes” de cet espace ; leur extension suivrait une direction linéaire, le long des voies d’accès à l’espace habité par exemple, si bien que l’orientation des tombes en fonction des courbes de niveau serait due au tracé de ces voies d’accès qui suivent les courbes de niveau. Ces rapports entre espace funéraire et espace habité inciteraient à chercher ce dernier, d’un point de vue topographique, non plus au-dessus des nécropoles mais à la même altitude, entre les deux noyaux de nécropole. Ainsi organisés, les deux cimetières indiqueraient les limites nord et sud de la zone destinée à l’habitat. Entre les deux espaces funéraires s’étendrait donc un espace – unitaire – de l’habitat. La figure 2.13 illustre cette hypothèse. Une trame claire indique l’étendue de l’espace destiné à l’habitat ; les limites proposées en sont encore plus arbitraires que dans l’hypothèse précédente : les secteurs de la nécropole marqueraient l’extension maximale dans le sens nord-sud ; en aval, la courbe des 450 m d’altitude qui dessine le pourtour du fond du val devrait constituer une limite infranchissable ; quant à l’amont, la courbe des 600 m d’altitude pourrait être proposée comme terme raisonnable. A titre de comparaison, la superficie – encore une fois théorique – de cet espace unique telle qu’elle a été tracée sur la figure 2.13 représenterait près de 160 ha28 ce qui placerait le site de Sala Consilina au même niveau que les plus grandes pianore des plus grands sites d’Etrurie29 : cela montre qu’elle exprime bien l’extension maximale qu’on peut supposer pour le site du Vallo di Diano.

Image 100000000000086C000004226644C2CC.jpg

Fig. 2.13 - Localisation hypothétique de l’habitat. Hypothèse 2 : l’habitat sur le piémont.

38A l’heure actuelle, et au vu des données archéologiques et topographiques, ces deux hypothèses sont celles qu’on peut “logiquement” proposer. En dehors d’elles, tout ce qui n’obéit à aucune logique demeure bien sûr également possible : habitat perché ou au contraire implanté sur le fond du val, voire absence d’habitat. Il reste que les deux noyaux de nécropole montrent une grande logique d’implantation dans le paysage et une telle similitude dans leur développement parallèle et symétrique qu’il serait surprenant qu’espace funéraire et espace habité n’aient pas de relations topographiques précises. Si ces relations existent, on peut estimer que les hypothèses proposées ici restent les plus pertinentes.

39Hypothèses pertinentes. Mais sont-elles également “vraisemblables” ? Pour répondre à cette question il est nécessaire d’une part de les confronter entre elles, d’autre part d’examiner leur degré de compatibilité avec les modèles d’organisation d’habitat qui ont été proposés pour des régions et des sites différents.

1.3.2. Hypothèse 1 versus Hypothèse 2

40Devant le manque de données relatives à cette question, la confrontation des deux hypothèses principales proposées ici n’est pas aisée. Il n’existe aucune trace archéologique de vestiges d’habitat sur le site de Sala Consilina. Cela ne doit pas surprendre : les habitats n’ont jamais fait l’objet de recherches sur le terrain. Que les maisons aient été construites en matériaux périssables – poteaux de bois et murs de torchis – ou avec des assises de pierre, il n’est pas sûr que la technique de fouille adoptée dans les années cinquante (en tranchées parallèles) ait pu permettre d’en identifier les vestiges. Si, en cours de fouilles, on cherche des sépultures identifiables par leur empierrement de couverture, des trous de poteaux peuvent passer inaperçus. Pour les interventions récentes, il s’est agi de sauvetages à l’occasion desquels une grande liberté d’observation n’était pas toujours offerte aux archéologues. De ce point de vue, les deux principales hypothèses sont sur un plan d’égalité.

  • 30 Voir infra.
  • 31 Comme la nécropole du Picentino à Pontecagnano : cf. Ponteeagnano II. 1, 3-4.

41La première hypothèse s’appuie sur une localisation des habitats plus favorable : espaces limités naturellement, contrôle des espaces cultivés qui devaient s’étendre au nord et au sud des nécropoles, accès à un cours d’eau qui ne pouvait pas être à l’état torrentiel durant toute l’année. Par contre, un argument en faveur de la seconde hypothèse est fourni par l’implantation de la nécropole du Second Age du fer. On verra plus loin que, d’après les résultats des travaux exposés ici, deux occupations se succèdent sans continuité sur le site de Sala Consilina : au Premier Age du fer, les nécropoles témoignent d’une occupation villanovienne jusqu’à un moment qu’on peut placer en parallèle avec le début de l’Orientalisant Ancien dans les sites villanoviens de la côte tyrrhénienne d’Etrurie comme de Campanie, soit le dernier quart du VIIIe siècle ; après une interruption au début du siècle précédent, vient s’installer une population “œnôtre” provenant de la zone Val d’Agri-Val de Sinni30. La nécropole qui confirme cette nouvelle occupation se superpose à la nécropole du Premier Age du fer du sud-est tandis que le noyau du nord-ouest n’est pas réoccupé. Le plus étonnant dans cette réutilisation d’un même espace funéraire est qu’elle débute à l’endroit précis – la zone A – où se trouvent les plus anciennes tombes du Premier Age du fer : qu’y a-t-il au nord de la zone A qui explique qu’aucune tombe du Premier ni du Second Age du fer n’ait jamais été mise au jour ? S’agit-il d’une caractéristique géomorphologique, d’une discontinuité topographique – on pense au chenal d’écoulement du torrent qui a provoqué la formation du cône de déjection ? Sur les cartes récentes et à petite échelle, est perceptible ce chenal, aujourd’hui bétonné, immédiatement au-dessus (dans le sens de la pente) de la zone A ; dans ce secteur, il disparaît, ce qui correspond peut-être à son enfouissement lors des travaux récents de construction ; quoi qu’il en soit, le prolongement par l’imagination du chenal existant dans la zone A correspondrait exactement à la limite des découvertes de tombes dans ce secteur, ce qui peut signifier que le torrent a bien joué dans l’Antiquité le rôle de limite de cimetière qu’on connaît dans d’autres nécropoles31. Ou au contraire s’agit-il d’un élément anthropique – les vestiges de l’habitat de la première occupation – qui serait responsable de cette concordance des limites nord de la nécropole du sud-est ? Ce que l’on sait de l’organisation de la nécropole du Second Age du fer et qu’illustre la figure 2.11 (des tombes disposées en deux files parallèles aux courbes de niveau, files qui encadrent peut-être une “voie”) pourrait être interprété dans ce sens : on aurait construit l’habitat de la seconde époque sur les vestiges de l’habitat précédent. Il ne s’agit pas d’éléments décisifs, mais il est nécessaire de les prendre en compte. Aucun argument ne permet toutefois de falsifier l’une ou l’autre hypothèse. Il demeure un aspect à analyser : l’unité ou non de l’habitat. Il convient donc à présent d’envisager quelle peut être l’organisation interne de l’habitat en fonction des hypothèses relatives à sa localisation.

1.4. L’organisation interne des habitats

42On vient de voir que pour la localisation de l’habitat, deux hypothèses principales pouvaient être formulées. Quant à l’organisation interne de l’habitat, à nouveau deux hypothèses peuvent être proposées à partir de l’hypothèse préliminaire d’un habitat de piémont : à l’intérieur de la zone délimitée sur la figure 2.13, on peut envisager :

  • deux noyaux réellement habités – c’est-à-dire construits – et différenciés, en un mot deux “villages” distants d’un kilomètre environ et qui correspondraient chacun à une nécropole, comme ceux que l’on a représentés sur la figure 2.14 ; entre les “villages” existerait un espace libre, éventuellement commun aux deux groupes humains ; encore une fois, les limites proposées pour l’extension des “villages” est arbitraire ;

    • 32 Pour une première analyse de ces questions, voir Ruby, à paraître.

    au contraire, un habitat organisé en un grand nombre d’installations limitées en taille et assez rapprochées, en petits agrégats correspondant à des divisions internes à la société32.

Image 100000000000086C000004223E161E99.jpg

Fig. 2.14 - Organisation interne de l’habitat. Hypothèse de deux villages de piémont correspondant aux deux nécropoles.

  • 33 Par exemple La Genière 1984, 180.
  • 34 Kilian 1964, 16.
  • 35 Pontecagnano II. 1, 6.

43Au total, il faut donc choisir entre une organisation de l’espace habité en deux villages distincts, qu’ils soient situés sur les cônes de déjection ou sur les piémonts, et celle d’un habitat unitaire. Les discontinuités topographiques entre les deux noyaux de nécropole, de même que la distance de deux kilomètres qui les sépare, pourraient suggérer que chaque secteur de nécropole correspond à un espace habité particulier. Cette proposition a déjà été avancée non seulement par J. de La Genière33 mais aussi par K. Kilian34. Mais on peut aussi évoquer les ressemblances avec la disposition des nécropoles de Pontecagnano, un site où, selon B. d’Agostino, l’espace de l’habitat est unitaire entre deux noyaux de nécropole35. Pour analyser en termes de probabilité la pertinence de ces deux modèles, les données propres au site de Sala Consilina ne sont pas suffisantes. Les confrontations doivent porter sur ce que l’on sait des autres habitats protohistoriques d’Italie.

1.4.1. Les habitats indigènes du Premier Age du fer en Italie méridionale

  • 36 Par exemple, grâce aux fouilles britanniques à Cozzo Presepe et à Gravina (Du Plat Taylor et al. 19 (...)

44L’archéologie protohistorique italienne souffre d’un manque préoccupant de données de fouilles sur les habitats, même si l’on connaît un certain nombre d’habitations36. L’essentiel de nos connaissances repose sur des documentations indirectes provenant de la topographie des nécropoles.

  • 37 La Genière 1972 et 1984, 176.

45En Italie méridionale, les opinions partagées sur la topographie des habitats sont basées, comme nos hypothèses conce0rnant ceux de Sala Consilina, sur des analyses de position des nécropoles, au mieux sur des prospections. J. de La Genière résume ainsi ce que l’on peut conclure des caractéristiques des habitats du VIIIe siècle : «the essential feature is the existence of villages of varying importance located on high hills which developed on the line of the Bronze Age tradition»37.

  • 38 Voir le chapitre consacré auVIIIe siècle par Russo Tagliente (1992) pour une rapide synthèse des do (...)
  • 39 Lattanzi 1976.
  • 40 Sur le sujet, voir en particulier Bottini 1986a et 1986b. Pour l’Incoronata, voir Orlandini (1986a (...)

46A mesure que les recherches archéologiques se multiplient, la Basilicate se révèle de moins en moins comme une entité culturelle homogène. Sur les aspects de l’habitat, on peut néanmoins considérer que les communautés protohistoriques de cette région sont en général assez petites38. Les habitats sont constitués en groupes épars près des sources et des fleuves39. De rares sites se distinguent par leur importance, comme l’Incoronata ou S. Maria d’Anglona40.

  • 41 La Genière 1972, 232, 1978a, 259.
  • 42 Bianco à paraître. D’Ambrosio 1992, 260-261.
  • 43 De Siena 1990, 75 et infra.

47L’organisation de l’espace funéraire en noyaux séparés telle qu’elle apparaît à Sala Consilina, n’est pas une caractéristique très répandue en Italie méridionale, même si on a pu la proposer également pour des sites comme Amendolara, Bisignano et Torano, au nord de la Calabre, dans la vallée du Crathis41. Elle n’est toutefois pas le signe univoque de l’existence de plusieurs noyaux d’habitat dispersés. Pour les sites plus importants et à présent mieux connus tels S. Maria d’Anglona et l’Incoronata, les hypothèses sont encore une fois assez contrastées. Dans le premier site, plusieurs noyaux de nécropole sont connus ; durant la seconde moitié du VIIIe siècle au moins, toutes ces nécropoles semblent utilisées bien qu’elles ne soient pas toutes strictement contemporaines ; on les interprète habituellement comme des nécropoles relatives à des noyaux d’habitats distincts42. On peut toutefois noter que les distances sont très brèves : les vestiges se situent dans un rayon de deux kilomètres et certaines nécropoles sont distantes l’une de l’autre de quelques centaines de mètres seulement. Par ailleurs, pour le site de l’Incoronata, A. De Siena a montré qu’au VIIIe siècle, à l’intérieur de l’espace destiné à l’habitat, les habitations étaient agglomérées en petits groupes qui laissaient entre eux de vastes espaces libres ; ces noyaux d’habitat, au passage du VIIIe au VIIe siècle, auraient été abandonnés pour donner naissance à une occupation indigène unique plus importante sur la colline de “l’Incoronata grecque”43. Mais une telle organisation de l’habitat en villages ou en noyaux indépendants est également souvent postulée pour les habitats villanoviens.

1.4.2. L’organisation interne des habitats « villanoviens »

  • 44 Un résumé des arguments en faveur de cette théorie dans Bartoloni 1989a, 108. C’est aussi un modèle (...)
  • 45 d’Agostino 1990a. Egalement d’Agostino in Pontecagnano II. 1, 7 ; sur les termes du débat à propos (...)

48Quant à l’organisation des habitats villanoviens, on retrouve les deux modèles précédents, cette fois explicités sous deux “théories” qui s’affrontent : la théorie sinecistica, d’une part, selon laquelle les différentes nécropoles protohistoriques des centres villanoviens correspondent chacune à des villages indépendants qui se regrouperont ensuite pour former les cités historiques44, la théorie monogenetica, d’autre part, qui considère que l’habitat des centres villanoviens est unitaire même si les espaces réellement habités sont petits et nombreux45. Le cas de Sala Consilina n’apporte pas d’élément univoque qui puisse servir d’argument décisif dans l’opposition entre les deux modèles ; symétriquement, ce ne sont pas les deux “théories” générales qui nous permettent de préférer l’une de nos hypothèses. Cela tient à l’énoncé même de ces deux théories qui soulève un certain nombre de problèmes.

  • 46 Ibidem, 6.
  • 47 Par exemple, Guaitoli 1981.
  • 48 Entre autres, Bietti Sestieri 1985b, 181 ; Harris 1989, 386. A titre d’exemple, il est intéressant (...)
  • 49 Par exemple Pacciarelli 1991a, 12-15, dont les précautions méthodologiques ont des chances de donne (...)

49Soit, tout d’abord, la théorie monogenetica. L’un des premiers problèmes qu’elle pose tient à la qualité même des données sur lesquelles elle s’appuie : pour l’essentiel il s’agit de données de prospections, mécaniques et géophysiques dans le cas de Pontecagnano46, archéologiques traditionnelles sur la plupart des sites d’Etrurie47. Les critiques sur la pertinence des données de prospection ont déjà été formulées48 et les travaux de prospection récents ont cherché à affiner de façon plus convaincante leurs résultats en tenant compte en particulier de la diachronie et de la taphonomie des sites49. Il reste que la validation de ces méthodes ne saura être qu’externe : en clair, seul un minimum de confrontations entre résultats de prospections et résultats de fouilles sur des zones homogènes conférera aux premiers ces qualités de résumé univoque des vestiges archéologiques, ainsi qu’un caractère prédictif pour les zones où ces données sont seules disponibles. De ce point de vue cependant, les recherches sur Sala Consilina ne sont d’aucun secours.

  • 50 Ibidem, 286.
  • 51 Pacciarelli 1991a, 38 n. 57. A propos de Veio, le débat porte en particulier sur l’interprétation à (...)
  • 52 Rendeli 1993, 225.
  • 53 Rendeli 1993, 286-289.
  • 54 Bartoloni 1986a, 10-11 et 1991b, 41.
  • 55 In ultimo, cf. Rendeli 1993, 159-161 et 164-165.
  • 56 Bartoloni 1991a, 6.

50Un autre problème posé par la théorie monogenetica et qui concerne plus directement le cas de Sala Consilina, tient à la place que la théorie réserve aux habitats périphériques proches attestés autour de certains sites : A. Guidi les exclut de son propos50 ; M. Pacciarelli tend à redimensionner leur nombre en ne retenant comme tel que celui du Calvario sui Monterozzi pour Tarquinia51. Pour ce site, la liste des noyaux habités périphériques retenue par M. Rendeli est plus importante52. Dans le cas de Cerveteri, le même auteur fait référence à au moins trois « complexes “habitat-nécropole” »53. On pourrait également rappeler l’existence de villages périphériques à Veio54, à Vulci55, de même que dans la zone du Pagliarone à Pontecagnano et à Populonia. Bien que ce dernier site soit, comme le souligne G. Bartoloni, assez atypique de l’organisation spatiale des sites villanoviens, il convient de rappeler qu’au IXe siècle on aurait compté sur le site au moins trois villages distincts56.

  • 57 Pontecagnano II. 1, tav. 2.
  • 58 Ibidem, 6.
  • 59 Ibidem, 240 sq. et d’Agostino 1990a.

51La nécropole du Pagliarone, quant à elle, est située à l’est du site de Pontecagnano, à une distance d’à peine plus de trois kilomètres par rapport à la limite orientale de l’habitat antique57. On retient qu’elle correspond à un habitat situé sur un plateau tout proche qui disparaît au cour du Premier Age du fer58. B. d’Agostino a souligné tous les aspects originaux de la nécropole du Pagliarone par rapport aux nécropoles “urbaines” qui donnent à cette implantation humaine l’aspect d’“un habitat marginal” intégré au territoire de Pontecagnano : comportement original au regard des proportions entre inhumation et incinération tant d’un point de vue général qu’en fonction du sexe du défunt ; typologie des tombes avec la rareté de la tombe à ricettacolo (celle de l’élite) dans la nécropole du Pagliarone à la différence des nécropoles “urbaines”59. Tout confère au site du Pagliarone un caractère périphérique où la composante “locale” – en particulier féminine – de la population est très forte.

  • 60 d’Agostino 1985b, 44. Pontecagnano II. 1, 6. Pour l’Etrurie, le commentaire de M. Pacciarelli est p (...)
  • 61 Di Gennaro 1982. Voir à ce sujet les critiques de M. Rendeli (1993, 99-106).

52La comparaison avec Sala Consilina est plus évidente si l’on rappelle qu’entre la zone “urbaine” de Pontecagnano et le plateau du Pagliarone, il y a une distance à peine plus grande qu’entre les deux noyaux de nécropole du site du Vallo di Diano (3 km contre 2). Dans ces conditions, le problème soulevé par l’existence d’un site aussi proche de l’habitat “urbain” est celui de l’échelle d’analyse des phénomènes ou, plus concrètement, des rapports qui existent entre les deux sites : comment envisager simplement des rapports de site hégémonique à site marginal – d’après la lecture funéraire qu’on peut faire – pour une implantation si proche géographiquement ? Comment s’expriment, entre Pontecagnano et le Pagliarone, les écarts sociopolitiques sur des distances géographiques aussi ténues ? D’où les questions corollaires : quel est le territoire d’un site comme Pontecagnano et quel type de contrôle exerçait-il sur lui ? Comment s’intègre la création puis l’existence d’un habitat externe dans le modèle de “planification territoriale”60 qui transparaît des données de PontePontecagnano ? Ce qui ressort de ces interrogations, c’est que la théorie monogenetica est opératoire à une échelle, celle des rapports entre nécropoles et habitat et de leurs articulations internes, mais point à l’échelle du territoire : en ce sens, l’organisation spatiale qu’on perçoit est quelque peu tronquée, car la problématique est réduite à une simple acceptation du modèle des polygones de Thiessen appliqué aux sites d’Etrurie du Premier Age du fer61.

  • 62 Pacciarelli 1991a, 34-35 ; d’Agostino 1989b, 14.

53Les partisans de la théorie monogenetica insistent en effet sur ces notions de “planification”, de “programmation”, de “progettualità socio-politica” qui détermine le choix des habitats et la disposition des sépultures62. Cette insistance des archéologues sur les aspects intentionnels (qui, sans exagération, amènerait à considérer les populations villanoviennes du début du IXe siècle comme de véritables visionnaires) ne se justifie que si l’on ne prend pas en compte des échelles d’observation plus petites – c’est-à-dire des espaces plus grands– : à cette aune, celle du territoire ou celle de la région, la théorie monogenetica et, on le verra plus loin, la théorie sinecistica apparaissent très incomplètes.

  • 63 d’Agostino 1990a.

54Pour Sala Consilina néanmoins, L’organisation spatiale” qui transparaît de l’analyse topographique des nécropoles, en particulier la symétrie de localisation et de développement de celles-ci, ne s’éloignerait pas, jusqu’à un certain point, de ces caractères intentionnels mis en avant pour l’Etrurie et Pontecagnano. Toutefois, il convient de s’arrêter un instant sur la comparaison entre le site du Vallo di Diano et celui de l’Agro Picentino : dans les deux cas, la distance entre les deux noyaux de nécropole (je ne considère ici que les nécropoles urbaines de Pontecagnano) est équivalente (environ 2 km) ; mais la symétrie d’extension des cimetières est plus nette à Sala Consilina qu’à Pontecagnano, où la nécropole orientale de S. Antonio connaît un développement en direction de la zone urbaine, les tombes les plus anciennes étant les plus éloignées de l’habitat et celles de phase II en limite exacte de l’habitat63. Ainsi, en retour, on ne peut affirmer que le développement des nécropoles de Sala Consilina nous indique de façon univoque la direction opposée à l’habitat. D’un autre côté, jusqu’à quel point les observations faites à Sala Consilina sont-elles incompatibles avec la théorie sinecistica ?

  • 64 Ou tout au moins “une nécropole = une communauté” comme le proposait en 1969 R. Peroni (1969a, 157) (...)
  • 65 Pacciarelli 1991a, 27. Voir cependant, pour Veio, Bartoloni 1991b, 41.
  • 66 Rendeli 1991, 16, et 1993, 286-289. Toutefois, voir aussi les mentions parfois quelque peu contradi (...)

55La théorie sinecistica propose souvent l’équation “une nécropole = un village”64 et c’est sur cette équation que porte l’une des critiques les plus pertinentes qui aient été formulées : la multiplicité des nécropoles, par exemple autour du site de Vulci, rend parfois improbable une telle correspondance65. L’argument ne vaut pas dans le cas de Sala Consilina, où l’on ne connaît que deux nécropoles, pas plus que pour le site de Cerveteri où des travaux récents auraient mis en évidence trois zones d’habitat bien délimitées66. Par contre, le postulat de la théorie sinecistica – villages indépendants d’un point de vue topographique et surtout autonomes politiquement – rend très mal compte de la symétrie si parfaite qu’on rencontre à Sala Consilina, pour laquelle j’évoquais plus haut, sinon une planification, du moins une organisation spatiale unitaire.

  • 67 Par exemple Bartoloni 1989a, 105-106.
  • 68 Di Gennaro 1986, 143 ; Peroni 1988, 13.
  • 69 Rendeli 1991 et 1993. Un territoire de 5 à 10 km de rayon donne une surface d’environ 80 à 320 km2.

56Plus généralement, on peut formuler, à l’égard de la théorie sinecistica, la même critique que pour la théorie précédente : elle est incapable d’articuler différentes échelles d’analyse et il est très étonnant – mais peut-être aussi très symptomatique – que des chercheurs qui s’en réclament adoptent en même temps le modèle des polygones de Thiessen pour le territoire des sites du Premier Age du fer67 ; très concrètement alors, on voit toutes les difficultés que la théorie sinecistica rencontre pour expliquer comment serait compatible le contrôle de vastes territoires (on avance des superficies de 1 000 à 1 500 km2)68 par des villages autonomes, donc potentiellement concurrents. Au passage, soulignons que les dimensions beaucoup plus petites que propose M. Rendeli pour les territoires de communautés de cette haute époque conviendraient bien mieux à une organisation en villages comme celle que postule la théorie sinecistica69. Au total, que ressort-il de la confrontation de la situation de Sala Consilina avec les modèles villanoviens, tels que les archéologues ont pu les proposer à partir des données archéologiques d’Etrurie ?

  • 70 d’Agostino 1989b, 14.
  • 71 Rendeli 1991 et 1993.

57Il faut avouer qu’on ne peut, à ce stade des recherches, privilégier une localisation de l’habitat plus qu’une autre, ni un type d’organisation interne de l’habitat particulier : cela tient à la nature des données que l’on possède. Quant à choisir entre les deux théories monogenetica et sinecistica – qui sont davantage des modèles descriptifs que des théories explicatives – cela n’est point possible, pour les mêmes raisons mais aussi pour d’autres, propres à chacune des “théories”. Sur le sujet, le dernier mot pourrait peut-être revenir à B. d’Agostino qui estime qu’au total “poco importa sapere se si trattava di abitati unitari, ο della somma di insediamenti minori”70. Il me semble toutefois que, comme l’ont récemment bien mis en évidence les travaux de M. Rendeli, savoir s’il s’agit d’un type d’organisation ou d’un autre et quel est le territoire contrôlé est de première importance pour reconstituer l’évolution des formes de peuplement vers la cité-Etat71. L’organisation sociale, politique et économique de ces populations s’est sans aucun doute traduite dans l’espace par des formes particulières : retrouver dans cette dimension spatiale les caractères de ces sociétés fournirait un utile contrepoint à la lecture funéraire qui jusqu’à présent est la seule pratiquée. Il demeure donc absolument nécessaire de s’interroger sur la compatibilité entre les modèles spatiaux qu’on met en avant et la lecture sociale, économique et politique que l’on propose à partir des données funéraires.

58En l’absence d’élément univoque privilégiant une hypothèse plutôt qu’une autre, on retiendra un aspect caractéristique sur lequel tous s’accordent, quel que soit le modèle qu’ils adoptent : l’importance des effectifs de population des sites villanoviens. Il reste alors, pour conclure sur les rapports entre habitats et nécropoles de Sala Consilina, à envisager les problèmes de densité des nécropoles qui nous permettront d’estimer l’effectif des populations.

1.5. Densité et population

59En l’absence de toute connaissance précise sur les habitats de Sala Consilina, on peut seulement formuler des hypothèses sur leur localisation et leurs relations topographiques avec les nécropoles. Des superficies ont été proposées. Il reste à confronter ces chiffres sur l’extension des habitats avec des estimations de la population ayant vécu, au même moment, sur le site. La documentation dont on dispose ne permet toutefois pas une estimation immédiate de cette population. Il faut auparavant passer par le calcul de la densité des nécropoles.

1.5.1. Noyau du nord-ouest

  • 72 C’est un document qu’on possède.

60Le tableau ci-après rassemble les chiffres qui permettent de calculer les densités de tombes. Dans certains cas, il s’agit d’estimations. La surface du secteur “Bivio”, par exemple, est difficile à calculer puisque les fouilles ont porté sur une tranchée de canalisation d’eau d’un mètre de large : on a estimé que la largeur du terrain couvert par cette tranchée correspondait en fait à trois mètres (un mètre de tranchée et un mètre de chaque côté) car la plupart des tombes ne sont touchées qu’en partie. En l’absence d’une planimétrie, la surface retenue pour le secteur “Casa Canonica” correspond à la surface au sol du bâtiment qui a été construit72. L’effectif des tombes tient compte des sépultures vides.

  • 73 Kilian 1962a.
  • 74 Kilian 1964, beil. 1. Sur le problème de la localisation de ces fouilles, voir supra.

61Pour les fouilles plus anciennes, la documentation est davantage lacunaire. La surface de S. Antonio est estimée d’après les données du plan publié dans l’article de K. Kilian73. Pour le secteur de S. Antonio n. sc. (fouilles de 1962), on a estimé la surface des deux parcelles indiquées sur le plan publié en 1964 et qui pourraient correspondre à ce secteur74. Les chiffres obtenus quant à la densité expriment clairement que si les parcelles indiquées sont exactes, elles ne peuvent avoir été fouillées dans leur intégralité ou être occupées par la nécropole dans leur totalité. Pour S. Nicola, en l’absence d’une identification précise de la parcelle on a affecté au relevé publié la même échelle que celle du plan de S. Antonio : il semble toutefois, au regard des résultats obtenus, que cette échelle ne soit pas la bonne.

Densité

Surface (en m2)

Tombes

Tombes/m2

m2/tombe

« Bivio »

735

30

0,04

24,50

« Casa Canonica »

500

20

0,04

25,00

« Prop. Masino »

1280

51

0,04

25,10

« Prop. Ventre »

450

13

0,03

34,62

S. Antonio (1959)

3100

128

0,04

24,22

Total (sans SA n. sc. ni SN)

6065

242

0,04

25,06

S. Antonio n. sc.*

S. Nicola*

(10000 ?)

(3300 ?)

76

82

(0,0076 ?)

(0,02 ?)

(131,58 ?

(40,24 ?)

Total

400

62Les densités obtenues pour chaque secteur fouillé sont assez homogènes : pour les secteurs “Bivio”, “Casa Canonica” et “Prop. Masino”, on obtient une tombe par 25 m2 sauf dans le cas de la “Prop. Ventre” où les chiffres sont beaucoup plus élevés. On peut toutefois penser que ces écarts sont dus à la faible surface que représente ce secteur. Il est intéressant de noter que la zone des fouilles de S. Antonio 1959 connaît une densité identique. Au total, la densité moyenne pour tous ces secteurs est d’une tombe tous les 25 m2. Par contre, les estimations proposées pour les fouilles de S. Antonio n. sc. et S. Nicola s’écartent trop de cette densité moyenne pour pouvoir être prises en compte.

1.5.2. Confrontations avec le noyau du sud-est et d’autres nécropoles d’Italie méridionale

  • 75 Voir supra.

63Pour l’autre partie de la nécropole, les densités sont plus difficiles à calculer car il n’existe pas d’inventaire complet des tombes du Premier et du Second Age du fer. On a retenu le chiffre de 547 tombes pour la nécropole du sud-est au Premier Age du fer, ce qui correspond aux sépultures dont on possède une partie ou la totalité de la documentation75. La superficie des secteurs fouillés est calculée d’après la surface des parcelles. Le résultat obtenu est, pour l’ensemble de cette nécropole, d’une tombe tous les 11,5 m2, soit une densité deux fois plus importante que pour la nécropole du nord-ouest.

  • 76 d’Agostino 1970a.
  • 77 Osteria dell’Osa 1992, 49.
  • 78 d’Agostino 1970a.
  • 79 D’Ambrosio 1992, 267 et 269.
  • 80 Bottini 1979, 80, et bibliographie précédente.

64A titre de comparaison, on peut se référer à d’autres densités mesurées sur des nécropoles d’Italie méridionale. A Pontecagnano, certains secteurs atteignent la densité d’une tombe tous les 4 m2, mais ce calcul est effectué sur des surfaces petites ce qui introduit sans doute un léger biais76. Il faut toutefois ajouter que ces tombes sont pour la plupart des pozzetti d’incinérations qui ont une emprise au sol très réduite. Des densités très élevées sont également relevées dans la nécropole de l’Osteria dell’Osa77 avec des densités d’une tombe tous les 6 ou 7 m2. A l’opposé, les densités calculées pour la nécropole de San Marzano78 – de la Culture des Tombes à Fosses tyrrhénienne – sont très faibles : une tombe tous les 120 m2. Sur la côte ionienne, les données sont différentes. Pour l’important site de l’Incoronata en Basilicate, les densités sont en effet beaucoup plus fortes : B. Chiartano propose des chiffres de 25 à 30 tombes tous les 250 m2 et de 20 à 25 tombes tous les 225 m2, soit près d’une tombe tous les 10 m2. Dans les nécropoles du sites de S. Maria d’Anglona, les densités que l’on peut calculer sont plus proches de celles de Sala Consilina : pour la nécropole de Valle Sorigliano, les 172 tombes fouillées sur 4 050 m2 donnent une tombe tous les 24 m2, tandis que celle de Cocuzzolo Sorigliano montre une densité d’une tombe tous les 13 m2 (soit 114 tombes sur 1 500 m2)79. Plus au nord, à Ruvo del Monte, la nécropole archaïque présente une densité d’une tombe tous les 37 m2, soit un chiffre proche de celui du site d’Ordona80.

65Au total, les densités relevées à Sala Consilina semblent des densités moyennes, à mi-chemin entre les faibles densités des nécropoles opiques de la Valle del Sarno et celles, très fortes, des nécropoles villanoviennes de Pontecagnano. Il est à présent possible d’envisager des estimations de population.

1.5.3. « Estimateurs » de population

  • 81 La méthode “paléodémographique” d’estimation des populations est elle-même sujette à critique : voi (...)
  • 82 Toutefois, à l’instigation de F. Trucco, Coppa et al. (1987) ont réalisé une analyse anthropologiqu (...)

66On le sait : lorsqu’on ne dispose pas des âges au décès pour une population enterrée dans une nécropole, il n’est pas possible de reconstituer les tables de vie qui, seules, peuvent fournir des estimations de population relativement contrôlées81. Pourtant, plusieurs “estimateurs” ont été proposés pour contourner cette lacune documentaire. A Sala Consilina, la mauvaise conservation des os du squelette n’a pas incité le fouilleur à leur accorder une attention particulière, si bien qu’aucune étude anthropologique sérieuse ne peut être tentée sur les tombes étudiées82. On ne dispose donc pas d’indications sur l’âge au décès. Cela impose plusieurs approximations.

67Dans un premier temps, on a calculé l’extension maximale des deux nécropoles en considérant que l’espace funéraire était continu entre les différents secteurs déjà fouillés et que la distribution des tombes était uniforme dans l’espace. On obtient ainsi une superficie de 60 000m2 pour le noyau du nord-ouest – ce qui risque d’être sous-estimé car la zone de S. Nicola, très excentrée, n’est pas prise en compte – et de 100 000m2 pour la nécropole du sud-est. Si l’on affecte à ces surfaces la densité moyenne de tombes relevées à partir des secteurs fouillés (0,04 tombe par mètre carré au nord et 0,087 au sud) on obtient des chiffres de 2 400 et 8 700 tombes. Toutes choses égales par ailleurs, près de 11 000 personnes auraient pu être enterrées à Sala Consilina, pendant toute la durée du Premier Age du fer. On le verra plus loin, les tombes mises au jour dans les nécropoles du Premier Age du fer de Sala Consilina sont exceptionnellement des tombes d’enfant : cela suggérerait que les effectifs obtenus sont ceux de la population adulte, ce qui introduit un nouveau biais.

  • 83 Acsádi et Nemeskéri 1970.

68Pour estimer la population moyenne ayant vécu au même moment sur un site à partir du contingent des morts, on ne peut utiliser qu’une méthode de calcul, bien qu’elle soit employée sous plusieurs variantes. La plus connue est sans doute la formule développée par Acsádi et Nemeskéri83 :

  • 84 Wells 1981,98.
  • 85 Osteria dell’Osa 1992, 62.
  • 86 Morris 1989, 74-76.
  • 87 « Il est évident que [lorsque la mortalité infantile n’est pas représentée du tout] l’espérance de (...)
  • 88 Sattenspiel et Harpending 1983, 489 et 495.

Image 10000000000000910000003BA6546153.jpgΡ est la population moyenne ayant vécu au même moment sur le site, D le nombre total de défunts dans le cimetière, eⵓ l’espérance de vie moyenne à la naissance, t le nombre d’années pendant lequel le cimetière a été utilisé, et k un coefficient correcteur qui correspond à 10 % de t pour Acsádi et Nemeskéri, et 20 % de t pour Wells84 Il existe une variante très proche de cette formule où k est absent et où l’espérance de vie à la naissance est remplacée par l’âge moyen au décès : il s’agit de la formule de Asch, utilisée entre autres pour la nécropole de l’Osteria dell’Osa85 et par I. Morris pour Athènes86. Le défaut principal de la formule d’Acsádi et Nemeskéri tient au fait que l’estimation de l’espérance de vie à la naissance est très difficle à produire, a fortiori sur une population où les enfants sont absents87 : les archéologues qui utilisent néanmoins la formule ont recours à une espérance de vie fixée arbitrairement, comme P. J. Wells qui retient 30 ans. La seconde formule devrait permettre de corriger cette difficulté et devrait être la seule utilisable pour une population adulte. Dans la pratique, les différences ne sont pas aussi marquées. La raison en est la confusion courante entre âge moyen au décès et espérance de vie à la naissance ou vie moyenne : Sattenspiel et Harpending soulignent en effet que âge moyen au décès et espérance de vie à la naissance ne sont équivalents que pour des populations stationnaires et que le plus souvent “the statistic that paleodemographers call “expectation of life at birth” is actually the mean age at death”88.

  • 89 Pressat 1972,188.
  • 90 M.J. Alden retient par exemple une estimation de 36 ans pour l’âge moyen à la mort à l’époque mycén (...)
  • 91 Masset 1986, 67.

69Il faut préciser deux choses : d’abord que l’âge moyen au décès (ou l’espérance de vie à la naissance) qu’utilisent les démographes est calculé sur les tables de mortalité89 alors que l’âge moyen au décès utilisé dans la formule de Asch devrait être calculé sur les squelettes ; la réalité archéologique est cependant impitoyable et l’absence fréquente – ou seulement la sous-représentation – des enfants ôte par avance tout sens à ce calcul, si bien que l’on a recours, dans ce cas également, à une estimation arbitraire90 ; ensuite, comme le souligne C. Masset, si une population stationnaire est exceptionnelle dans la courte durée, “elle est la norme au contraire quand la durée se mesure en siècles”91. Au total, on comprend que les deux formules ne diffèrent plus que par le coefficient k ajouté par Acsádi et Nemeskéri.

70Une dernière variante existe qui a recours au taux de mortalité dans une formule que mentionne I. Morris :

  • 92 Morris 1989, 74.

Image 100000000000006C0000003B5E0C61FB.jpgP est la population moyenne ayant vécu au même moment sur le site, D le nombre total de défunts dans le cimetière, d le nombre de morts pour 1 000 et t le nombre d’années pendant lequel le cimetière a été utilisé92. On démontre cependant aisément que cette formule est équivalente à la précédente dans le cas de populations stationnaires, ce qui est la particularité retenue pour estimer la population de Sala Consilina.

En effet : Image 10000000000000D40000003BBE1924FA.jpg Soit Image 100000000000006F00000041401A3C60.jpg

  • 93 Sattenspiel et Harpending 1983, 489.

m est le taux de mortalité, l’égalité précédente peut alors s’écrire : Image 100000000000006C0000003CD2210716.jpg Sattenspiel et Harpending93 ont montré que dans le cas d’une population stationnaireImage 100000000000004B0000003A70D9010A.jpg, ce qui permet d’écrire l’égalité précédente sous la forme Image 100000000000007C00000036D2C97045.jpget de retrouver ainsi la formule de Asch. On comprend qu’en dehors de la durée d’utilisation du cimetière, c’est l’estimation de l’espérance de vie à la naissance (que ce soit sous cette forme, sous la forme de l’âge moyen au décès ou celle du taux de mortalité) qui déterminera pour l’essentiel la population vivante estimée.

71Dans notre esprit, le recours à cette estimation ne vise pas tant à approcher la réalité de la population vivante de Sala Consilina qu’à proposer deux bornes : une première qui correspond à la population minimale ayant pu vivre au même moment dans le site du Vallo di Diano et qui peut être comparée à des estimations similaires avancées pour d’autres nécropoles ; une seconde indique la population maximale ayant pu vivre au même moment sur le site et qui doit être confrontée aux hypothèses relatives à la proto-urbanisation. C’est pour cette raison que l’utilisation de durées conventionnelles pour le Premier Age du fer ne pose pas de problèmes, même si l’on approcherait davantage de la réalité en utilisant des durées calculées à partir de la dendrochronologie.

  • 94 Les âges moyens calculés sont parfois très sensiblement différents : ainsi, Staccioli propose 11 an (...)
  • 95 Coppa et al. 1987. La table de mortalité publiée en 1990 ne tient cependant compte que des morts ad (...)

72Le seul chiffre objectif des formules est le nombre de tombes. Pour le reste, il faut s’en remettre à un arbitraire qui décidera de la durée t, de l’importance à attribuer à k et à l’espérance de vie. Selon les auteurs, l’espérance de vie retenue va de 20 à 35 ans, voire 40 ans94, ce qu’on rapprochera de l’espérance de vie (30 ans) à l’âge de 6 ans calculée sur l’échantillon de Sala Consilina par Coppa et al.95. Il est donc nécessaire de multiplier les estimations en fonction des différentes valeurs retenues pour les indices et les coefficients. En effet, quelle que soit la méthode retenue, l’effectif de population obtenu indique une moyenne pour une année, en considérant que cette population est constante tout au long de la période prise en compte : plus la période considérée est longue, plus les biais introduits par la méthode sont importants. Dans un souci d’homogénéité, c’est la formule d’Acsádi et Nemeskéri qui a été choisie avec un coefficient correcteur k égal à 10 % de t. Les estimations peuvent être proposées pour des espérances de vie de 20, 25, 30, 35 et 40 ans.

Image 1000000000000524000002DC97CF045B.jpg

Fig. 2.15 - Comparaison des populations moyennes estimées en fonction des différentes espérances de vie à partir du nombre réel et du nombre extrapolé de tombes. Période de 125 ans.

Image 1000000000000522000002F26D93B06C.jpg

Fig. 2.16 - Comparaison des populations moyennes estimées en fonction des différentes espérances de vie à partir du nombre réel et du nombre extrapolé de tombes. Période de 150 ans.

Image 100000000000029600000173E2043073.jpg

Fig. 2.17 - Comparaison des populations moyennes estimées en fonction des différentes espérances de vie à partir du nombre réel et du nombre extrapolé de tombes. Période de 175 ans.

  • 96 On aurait pu également tester les résultats avec une espérance de vie de 25 ans, comme estimée par (...)

73L’autre chiffre arbitraire est celui de la durée d’utilisation du cimetière. Cela revient à poser le problème de la durée de la première occupation de Sala Consilina, qui prend fin, d’après l’hypothèse que nous formulerons par la suite, peu après le début de l’Orientalisant ancien : à quel moment débute cette première occupation – dès le début du IXe siècle, seulement au milieu de ce siècle, ou à un moment intermédiaire ? Il est difficile de se prononcer et on préférera retenir trois durées possibles, respectivement 175, 150 et 125 ans. Ces différentes estimations ont été appliquées aussi bien aux effectifs de tombes extrapolés, comme indiqué plus haut, qu’aux nombres réels. Trois graphiques correspondants à ces trois durées de 125, 150 et 175 ans, résument les résultats obtenus96 (figures 2.15 à 2.17).

74Du point de vue de la population calculée à partir du nombre extrapolé de tombes, les chiffres varient de l’estimation la moins optimiste (pour la durée la plus longue et une espérance de 20 ans) à l’estimation la plus optimiste (pour la durée la plus courte et une espérance de vie de 40 ans) de près de 1 300 à près de 3 600 individus adultes, il faut le rappeler. On peut considérer ces estimations comme maximales puisqu’elles tiennent compte de l’extension maximale que pourraient avoir les deux secteurs de nécropole. Il est intéressant de comparer ces chiffres à ceux obtenus à partir du nombre réel de tombes. L’estimation la plus faible indique une population adulte d’environ 150 habitants en moyenne, si la durée du Premier Age du fer est d’environ 175 ans à Sala Consilina et si l’espérance de vie n’est que de 20 ans. Au contraire, l’estimation la plus forte donne un chiffre de près de 330 habitants, mais pour une durée du Premier Age du fer de 125 ans et une espérance de vie de 40 ans. Avec une espérance de vie moyenne de 30 ans, couramment retenue, on retiendra que la population du site de Sala Consilina n’a pu être inférieure à deux centaines d’habitants adultes.

  • 97 Voir infra pour les significations de ces phases.
  • 98 Kilian 1962a, 98-99.

75Comme je l’ai précisé, ces estimations postulent une population stationnaire tout au long du Premier Age du fer, ce qui est vraisemblable. Toutefois, pour donner des estimations plus fines, il faudrait disposer d’une périodisation interne qui soit fiable en termes de chronologie absolue. Ce n’est pas vraiment le cas. Les deux phases pour lesquelles une durée peut être proposée sont les deux plus récentes, respectivement la phase IIB et la phase 3Orientalisant ancien97. Pour la première, une durée d’un quart de siècle semble raisonnable (soit le troisième quart du VIIIe siècle) ; pour la seconde, très brève à Sala Consilina, on peut avancer une durée sans doute inférieure au quart de siècle. On peut ainsi calculer, à partir du nombre réel de tombes de ces périodes, une population adulte moyenne minimale. Ce nombre réel tient compte des mobiliers, à l’exclusion de ceux qui proviennent des fouilles de S. Antonio n. se. de 1962 et qui n’ont pas été publiés par ailleurs ; on sait néanmoins que les tombes mises au jour à l’occasion de ces fouilles sont récentes, au plus tôt de la phase II et majoritairement de la phase IIC de Kilian (notre phase 3)98 ; à partir de ces indications, on a extrapolé un nombre de tombes à ajouter au dénombrement précédent sur la base de proportions identiques de tombes par phase entre le secteur de la “Prop. Masino” et ces fouilles de 1962 (76 tombes au total), estimation qui minore quelque peu celle que proposait l’archéologue allemand pour les tombes les plus récentes. Le tableau ci-dessous résume ces estimations.

Population pour une espérance de vie de

Durée phase IIB= 25ans

Nbre Tombes

20 ans

25 ans

30 ans

35 ans

40 ans

Tombes réelles

150

122

152

182

212

242

Tombes extrapolées

181

147

184

220

256

292

Durée phase 3= 15 ans

Tombes réelles

50

68

85

102

118

135

Tombes extrapolées

75

102

127

152

177

202

  • 99 Il s’agit d’une estimation minimale : les tombes possèdent au moins un des plus clairs fossiles dir (...)
  • 100 Peroni 1994, 229, fig. 82 C.

76On comprend ainsi que la population moyenne calculée sur la totalité du Premier Age du fer ne s’éloigne pas de façon aberrante des mêmes estimations réalisées sur certaines phases : la phase IIB à laquelle sont attribuées ici entre 150 et 180 tombes99 correspond sans doute au moment où Sala Consilina a atteint son apogée contrairement à ce qu’estime R. Peroni100. En revanche, la phase 3 au cours de laquelle le site cesse, pour un certain temps, d’être occupé, montre une population assez nettement inférieure à la moyenne, ce qui traduit un fléchissement dans les effectifs.

  • 101 Osteria dell’Osa 1992, 62.
  • 102 Voir les estimations proposées par Peroni (1983, 239) à partir des traces de maisons fouillées à Ta (...)
  • 103 Kilian 1970, 293-294.

77Au total, toutefois, ces estimations moyennes ont un sens lorsqu’il s’agit de comparer des nécropoles entre elles : avec des méthodes de calcul similaires et des chiffres proches pour l’âge moyen à la mort, les anthropologues de la nécropole d’Osteria dell’Osa parviennent à des chiffres d’une centaine d’habitants pour la seconde phase101. Elles me paraissent en tout cas plus pertinentes que les propositions, peu nuancées, avancées à partir de quelques traces d’habitat102. On retiendra que la population adulte moyenne de Sala Consilina ne pouvait vraisemblablement être inférieure à deux centaines – ce qui est proche de l’estimation proposée par K. Kilian103 – et sans doute pas supérieure à trois milliers, ce qui laisse, on en conviendra, une marge d’incertitude très importante. C’est pourtant la seule évaluation qu’on puisse proposer en fonction des données dont on dispose.

2. Les tombes et les morts

78Après avoir envisagé le site de Sala Consilina à une échelle qui permettait de poser le problème des relations topographiques entre les nécropoles et les habitats, il est possible de passer à une échelle plus grande, celle de la tombe.

79Les conditions dans lesquelles ont été effectuées les fouilles n’ont pas toujours permis au fouilleur de faire les observations qu’on pourrait attendre aujourd’hui. De plus, les notes prises au moment de la fouille ne nous sont en général pas parvenues, si bien que la description des sépultures ne repose que sur les documents graphiques en notre possession : relevés, photos, plans.

2.1. Les rites

80Dans les nécropoles du Premier Age du fer de Sala Consilina deux rites funéraires sont pratiqués : l’incinération et l’inhumation.

2.1.1. Les rituels annexes

81La documentation dont on dispose ne permet pas d’aborder sans détour la question des rituels qui précèdent ou qui suivent l’ensevelissement. On peut formuler deux constatations : d’une part, les tombes ont été fouillées en tranchées, ce qui n’autorise pas à penser que des observations sur la présence ou l’absence d’éventuelles structures annexes aient pu être faites ; d’autre part, les données provenant de la fouille proprement dite des tombes font parfois état de matériel trouvé “dans les pierres” de la couverture sans plus de précision.

  • 104 Kilian 1970, 42, et 1964, 20 : il s’agirait des vestiges d’un repas sacrificiel.
  • 105 Voir par exemple les raisons qui m’ont amené à distinguer une tombe 178B.

82K. Kilian avait émis l’hypothèse que les fragments céramiques et les ossements d’animaux trouvés près des tombes pouvaient attester quelque pratique rituelle104. Dans le corpus présent, le matériel désigné comme provenant du remplissage ou de la couverture de pierres – lorsqu’on peut encore l’identifier au milieu du mobilier de la tombe – est souvent constitué par une écuelle conservée à moitié. Avant d’y voir le témoignage de quelque libation, il faut rappeler plusieurs points : l’écuelle est le vase le plus courant, il n’est donc pas étonnant de voir sa distribution dominer dans cette situation ; d’autres formes sont parfois représentées ce qui exclut l’utilisation de ces vases lors de pratiques rituelles annexes (par exemple des fragments de vases cinéraires ou de grandes jarres) ; le matériel du remplissage de certaines tombes constitue parfois des ensembles assez homogènes pour qu’on puisse estimer qu’il correspond à une sépulture bouleversée par la tombe plus récente105. Ces remarques sont autant de réserves qu’on peut avancer quant à la pratique d’éventuels rituels annexes. Seules les observations que l’on pourra faire lors de prochaines fouilles permettront d’avancer des propositions pertinentes dans le cadre de ce débat.

2.1.2. La crémation

  • 106 Pallottino 1947,124.
  • 107 Lange et al. 1987.
  • 108 Par exemple, d’Agostino 1970d, 890 : “Il rito prevalente è l’incinerazione”.

83Une remarque introductive s’impose : incinération et crémation peuvent être considérées comme deux pratiques différentes ; la crémation consiste en l’ignition incomplète du cadavre, dont il reste les os calcinés ; l’incinération est, quant à elle, la réduction en cendres du cadavre. En 1948, M. Pallottino insistait déjà sur ces termes différents qui correspondent à des pratiques différentes : il remarquait au passage que la vraie incinération est rarement pratiquée106. La littérature archéologique, comme le langage courant, ne conserve pas toujours cette distinction : les auteurs de la Bibliographie sur la Crémation emploient, par exemple, un terme pour l’autre107 ; le Petit Larousse quant à lui, propose, dans le cas de cadavres, l’incinération comme synonyme de crémation. A Sala Consilina, le rite pratiqué est celui de la crémation. Pourtant, notre texte utilise indifféremment l’un et l’autre terme comme s’ils étaient synonymes. On suit en cela un usage répandu dans les études archéologiques italiennes108.

84On sait peu de choses sur la pratique rituelle de la crémation. Les éléments dont on dispose permettent de conclure que le bûcher n’est pas directement placé dans la tombe. En plus du mobilier, la tombe ne contient qu’un grand vase – une urne cinéraire – de forme caractéristique (biconique, à une anse verticale ou deux anses horizontales). Dans ce vase, couvert par une écuelle renversée ou un casque en céramique, ont été déposés les os brûlés et fragmentés du mort et les objets personnels qui ont subi l’action du feu et y ont résisté : le plus souvent, l’élément vestimentaire qu’est la fibule et les parures corporelles, mais aussi parfois un rasoir ou une arme.

  • 109 Guillon 1986. Par ailleurs, la fragmentation des os observée expérimentalement par l’auteur expliqu (...)

85La découverte de fibules dans le contenu des vases cinéraires permet de déduire que le mort était habillé au moment où on le brûlait avec une partie de ses objets personnels. La couleur des os brûlés confirmerait qu’ils ont été brûlés “frais”109.

2.1.3. L’inhumation

  • 110 Kilian 1964, 17. Dans la Valle del Sarno par exemple, P. Gastaldi propose que certaines tombes d’en (...)

86L’opposition entre crémation et inhumation, classique dans les nécropoles villanoviennes, occulte le fait que plusieurs types d’inhumations peuvent exister. C’est sans doute ce qui explique que les observations précises sur les inhumations manquent. On ignore le plus souvent la présence éventuelle de traces de coffres de bois (des cercueils). Les tombes de notre corpus n’offrent pas ce type de documentation. K. Kilian déduit de l’absence de traces de bois ou de métal le manque d’aménagement de ce type110. L’argument n’est pas décisif : seule une lecture taphonomique du mode de décomposition des squelettes permettrait de le confirmer.

2.2. L’aménagement des sépultures

87Les crémations comme les inhumations sont déposées dans des cavités creusées dans le sol, respectivement des “puits” et des fosses. A Sala Consilina comme ailleurs, le rite détermine la forme de la structure.

2.2.1. Morphologie des tombes à crémation

  • 111 Kilian 1970, 37. Les relevés des carnets de fouilles sont des schémas portés sur des feuilles à pet (...)

88Pour Sala Consilina, on sait peu de choses sur la forme des puits qui contiennent les crémations. K. Kilian s’appuie sur les relevés des carnets de fouilles pour estimer que ces puits peuvent avoir une forme quadrangulaire, élément qui va dans le sens du discours tenu par le chercheur allemand sur un Protovillanovien évolué caractéristique de Sala Consilina : les puits quadrangulaires reproduiraient la forme des incinérations à ciste de l’époque protovillanovienne111. Il faut donc se contenter des rares tombes à crémation du présent corpus pour avoir une idée assez précise de la diversité morphologique des tombes à crémation.

  • 112 Ruby 1993b.
  • 113 Par exemple Delpino 1989.
  • 114 On y insiste en particulier sur l’antécédent que représente la tombe à ciste par rapport aux tombes (...)
  • 115 Sestieri 1960b. Voza 1962 : il s’agirait dans ce cas de fosses quadrangulaires.

89Dans le corpus étudié ici, seule la tombe 014P semble quadrangulaire : il faut toutefois préciser qu’elle fait partie du groupe de tombes fouillées depuis la canalisation d’eau dans le secteur “Bivio”, et il n’est pas sûr que le fouilleur ait pu observer la forme précise en surface. Toutefois, d’autres indices provenant du mobilier m’ont permis d’avancer l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’une crémation reprenant la forme quadrangulaire de la ciste, type qui est attesté dans plusieurs nécropoles villanoviennes à partir de la seconde phase112. C’est en effet une caractéristique de rares tombes à crémation de Tarquinia113, d’une douzaine de tombes de la nécropole de Pontecagnano114 ainsi que de deux tombes de la petite nécropole de Capodifiume115, caractéristique qui est parfois interprétée comme le résultat d’une influence des crémations grecques.

90A l’exception des tombes 168P, 250P et 257P dont la forme en surface est plus irrégulière, la plupart des autres tombes à crémation sont parfaitement circulaires et peuvent être rapprochées du type traditionnel de la tombe à pozzo. D’autres enfin (tombes 004P, 035B et 049P) présentent un aménagement particulier qui amène à évoquer, à leur égard, un “pseudo-vestibule” : le puits qui contient les différents objets du mobilier est creusé dans une structure circulaire, plus large mais moins profonde : ainsi décentré, il est bordé par cet espace – le pseudo-vestibule se limite parfois à une étroite marche – qui a pu avoir un rôle au moment de la mise en terre des objets.

  • 116 Pontecagnano II. 1, 121-122, 165-166 et 227, n. 70.
  • 117 Ibidem, 207 et 228, n. 106.

91Ces trois dernières tombes sont sans doute la manifestation locale d’une variante, déjà attestée sur le site de Pontecagnano, de la tombe à ricettacolo lorsqu’elle n’est pas creusée dans le banc de calcaire mais au contraire dans l’argile : il n’est alors pas possible de creuser une niche (cella) possédant une voûte et la “version symbolique” ne se compose en conséquence que d’un vestibule en forme de demi-cercle creusé à une profondeur moindre que la niche de forme circulaire en surface116. Par ailleurs, il ne semble pas exister, dans le site du Vallo di Diano, de cas intermédiaire de crémation déposée dans des fosses comme c’est le cas à Pontecagnano par exemple117. La question peut néanmoins être posée pour une seule tombe du corpus présent.

  • 118 Les tombes à pozzo sont regroupées avec celles a ricettacolo.

92D’un point de vue dimensionnel, le faible corpus ne permet pas relever des caractères marquants. Les histogrammes des figures 2.18 et 2.19 qui montrent la distribution des profondeurs et des diamètres des tombes à crémation118 mettent en évidence que les tombes peuvent avoir des dimensions très variables.

Image 10000000000003FE00000193937C5ABF.jpg

Fig. 2.18 – Histogramme des profondeurs des tombes à incinération.

Image 10000000000003FB0000015D674AC718.jpg

Fig. 2.19 - Histogramme des diamètres des puits des tombes à pozzo (toutes tombes).

  • 119 Kilian 1970, 37.

93La documentation que l’on possède sur les tombes du corpus étudié ne permet pas de savoir si les puits possédaient un parement de pierres comme celui de la tombe SA063 illustrée dans l’ouvrage de K. Kilian119. Ce parement semble un aménagement exceptionnel, réservé à des tombes qui se distinguent des autres. Lors des fouilles que nous avons pu effectuer en septembre 1989, un tel puits fut mis au jour au centre d’un large muret d’enclos, lui aussi exceptionnel ; il contenait un cinéraire couvert d’un casque en céramique. Les mêmes lacunes documentaires ne permettent pas d’être sûr que tous les puits du corpus possédaient une couverture de pierres calcaires : c’est toutefois probable, car il s’agit d’une pratique constante que l’on rencontre également dans le cas des tombes à fosse.

  • 120 Kilian 1970, 38.

94La pratique des fouilles en tranchées peu larges n’a pas permis, jusque-là, de mettre au jour d’autres structures autour ou à côté des crémations. Comme on l’a déjà rappelé, les fouilles extensives que nous avons effectuées ont permis de mettre en évidence un muret d’enclos constitué de gros blocs disposés sur une ou deux assises, qui bordait peut-être un tumulus de terre et de pierres : la découverte, au centre de cette structure et sous une couverture de pierres constituée en particulier d’un bloc de 0,80 m sur 0,80 m, d’une urne à casque, permet de conclure que l’aménagement désigne un personnage important. Il est probable que des aménagements identiques ont existé autour d’autres tombes importantes. On ne peut malheureusement en être sûr. Ce cas permet de douter que la couverture de pierres qu’on trouve au-dessus des tombes n’ait pas été visible pour les populations du site, comme le pense K. Kilian120.

2.2.2. Morphologie des tombes à inhumation

95Les fosses utilisées pour la déposition des inhumations sont, quant à elles, grossièrement rectangulaires. Les mêmes lacunes documentaires interdisent d’être très descriptif à leur sujet. Les figures 2.20 à 2.22 illustrent les distributions observées sur les dimensions principales. Si rien de particulièrement notable n’est à signaler quant aux distributions observées sur les largeurs et les profondeurs – on constate des distributions normales–, les longueurs présentent cependant des difficultés d’interprétation.

Image 100000000000042D0000031FB04FCBCA.jpg

Fig. 2.20 - Histogramme des profondeurs des tombes à inhumation en fosse.

Image 100000000000040B000002492DCDDC33.jpg

Fig. 2.21 - Histogramme des longueurs des tombes à fosse (toutes tombes).

Image 1000000000000425000003090DE82304.jpg

Fig. 2.22 - Histogramme des largeurs (toutes tombes à fosse).

Image 10000000000003ED0000024B8B6EA02E.jpg

Fig. 2.23 - Histogramme des longueurs des tombes à fosse (tombes entières).

96Le corpus étudié contient un certain nombre de tombes à fosse dont la longueur n’est pas connue : il s’agit des tombes mises au jour à l’occasion du creusement de la tranchée de canalisation d’eau. Deux situations se présentent : d’une part des tombes dont l’une des extrémités a été détruite ; d’autre part des tombes dont une seule extrémité a été dégagée et qui se poursuivent dans la berme. La distribution observée sur les longueurs tient compte des deux groupes de tombes : celles dont on connaît la longueur totale et les autres, dont on ne connaît qu’une partie. L’histogramme représente les deux groupes de part et d’autre de la valeur 1,75 m. Si l’on ne tient compte que des tombes connues dans leur totalité, la distribution montre un aspect intéressant (figure 2.23) : il ne reste qu’un nombre très réduit de petites tombes. Cela pose le problème de l’identification des tombes d’enfant.

2.3. Les âges et les sexes

  • 121 Cependant, 14 tombes du présent corpus ont été retenues dans les analyses anthropologiques menées p (...)
  • 122 F. Trucco retient un effectif d’une cinquantaine de tombes d’enfant pour l’ensemble des nécropoles (...)

97On ne dispose pour ce corpus d’aucune donnée anthropologique121. Les classements par sexe et par âge ne peuvent être proposés qu’à partir d’autres types de données. Le principal indice concernant les tombes d’enfant pourrait résider dans les dimensions plus réduites des fosses. Dans le corpus étudié, seules quatre fosses ont une longueur inférieure à 1,75 m. Il se peut que ces caractéristiques dimensionnelles désignent des tombes d’enfant : il faudrait alors remarquer la sous-représentation très significative de ces tombes par rapport aux tombes d’adulte. Il n’est pas possible de mesurer à quel point cette sous-représentation est propre à l’échantillon de tombes étudiées ici. K. Kilian mentionne des tombes, en particulier des enchytrismoi réalisés dans des pithoi, sans toutefois les dénombrer. Cette sous-représentation des tombes d’enfant, si elle se révélait générale aux nécropoles du Premier Age du fer de Sala Consilina, pourrait indiquer que des zones particulières leurs sont réservées, par exemple plus près des habitats122.

98La documentation prise en considération fait rarement état de vestiges osseux. La détermination anthropologique des sexes des défunts n’est donc pas possible. La distinction sexuelle ne peut dès lors être opérée que sur la composition du mobilier, le costume funéraire (en particulier les parures), voire l’aménagement des tombes. Rien, dans la morphologie ni les dimensions des fosses, ne permet de proposer une distinction sexuelle à partir de ces éléments. Il est donc nécessaire de passer à une échelle plus grande dans le corpus des données : celle de l’objet.

99Cette approche des tombes et des rituels met en évidence de nombreuses convergences avec l’autre site villanovien de Campanie : Pontecagnano. Les formes des tombes à crémation sont cependant moins variées : la crémation en fosse qu’on rencontre quelquefois à Pontecagnano n’est pas attestée dans le Vallo di Diano ; le type de la tombe a ricettacolo n’y est quant à lui en particulier représenté que sous sa forme symbolique : le type local à pseupseudo-vestibule; de même, une seule tombe à crémation pourrait être du type à ciste.

  • 123 Gastaldi 1979, 14.

100Par ailleurs, l’habitude de couvrir les tombes de pierres n’est pas aussi “campanienne” que le souligne K. Kilian : la couverture de pierres est une pratique courante à Pontecagnano, mais rare dans la Valle del Sarno comme à Capoue123. Il convient toutefois d’étendre les constats de ressemblance et de dissemblance ; qu’on peut établir à partir de ces pratiques funéraires à d’autres types de données comme la typologie des objets, pour disposer d’un encadrement culturel pertinent.

3. Les objets. Typologies

3.1. Typologie céramique

  • 124 Kilian 1970.
  • 125 Sur ces aspects, on fera systématiquement référence à Gardin 1979.

101Il était théoriquement possible de suivre la typologie proposée par K. Kilian dans son important travail sur Sala Consilina124. Utiliser celle-ci revient à grouper sous des types et des variantes de plus en plus d’individus. La typologie de K. Kilian est réalisée sous la forme classique de la typologie induite : on part des propriétés intrinsèques, essentiellement géométriques, pour aboutir à une ordination des propriétés extrinsèques, c’est-à-dire à des attributions chronologiques et géographiques125. Cependant, pour disposer d’une typologie qui permette une attribution systématiquement reproductible, il est nécessaire de la fonder sur des critères exclusifs – quantitatifs et qualitatifs – et explicites. Ce n’est pas le cas de la typologie céramique de K. Kilian dont les critères tels que “panse haute” ou “col bas”, par exemple, ne reposent sur aucune mesure, sur aucun seuil ni aucun rapport dimensionnel. La typologie en question n’est pas, pour cette raison, erronée, ni ne perd, dans le travail de son auteur, de son efficience : elle est seulement non reproductible.

  • 126 Whallon 1977.

102La typologie qu’on veut proposer ici cherche à jouer uniquement sur des critères précis et de ce fait d’abord sur des critères quantitatifs. De plus, il paraît utile d’en faire une construction ouverte grâce à une organisation sous forme d’une classification arborescente dont le nombre de “terminaisons” est susceptible de changer en fonction de différentes constitutions du corpus126 : dans le futur, la prise en compte d’autres mobiliers pourra nécessiter des aménagements plus ou moins importants de la typologie proposée ici.

3.1.1. Typologie céramique : l’approche fonctionnelle

  • 127 Je n’entrerai pas ici dans le débat autour des typologies fonctionnelles et renverrai, in ultimo, à (...)
  • 128 Brun 1986.
  • 129 Gardin 1967 et Gallay 1981, 57.
  • 130 Pour reprendre la terminologie de J.-C. Gardin, il s’agit d’une construction qui assure le passage (...)
  • 131 Cf. Benfer 1979, 231.
  • 132 Ibidem et Conklin 1964, 39-40.
  • 133 Kuhn 1983, 30.

103Pour les récipients céramiques, l’approche typologique que l’on a décidé d’adopter peut être qualifiée de fonctionnelle127. On suivra dans ses grandes lignes le cadre méthodologique établi par P. Brun dans son étude sur les Champs d’Urnes128. La typologie fonctionnelle comprend deux étapes distinctes : dans un premier temps, la reconnaissance des classes fonctionnelles auxquelles appartiennent les récipients en céramique ; dans un second temps, une typologie descriptive reprenant les principes de l’analyse descriptive, i.e. les opérations de segmentation et de différenciation129. Le résultat obtenu est une classification arborescente qui permet d’attribuer à chaque type élaboré une codification indiquant la classe fonctionnelle et les valeurs des différents segments retenus130. Il s’agit donc d’une “typologie-hiérarchie taxonomique” où tous les niveaux sont interchangeables ou commutatifs, donc arbitraires, car ils reposent sur des variables définies parmi les attributs des individus131. A l’opposé, la typologie de K. Kilian est paradigmatique – au sens de Conklin132 plutôt qu’au sens philosophique de Kuhn133.

a) Principe de l’approche fonctionnelle

  • 134 Leroi-Gourhan 1971, 27.

104L’approche fonctionnelle est directement inspirée par la discipline ethnologique – qui “prolonge la forme par la fonction”, comme le rappelait A. Leroi-Gourhan dans sa leçon inaugurale au Collège de France. Il n’est pas nécessaire de s’attarder sur la distinction établie par le principal théoricien de l’ethnologie technologique entre la tendance – “caractère inévitable, prévisible, rectiligne” – et le fait – “imprévisible et particulier”134. Tout juste rappellera-t-on qu’entre la tendance (abstraite) et le fait (concret) existent plusieurs niveaux (ou degrés) de valeurs : si au premier degré on trouve la matérialisation de la tendance, le dernier degré exprime le choix individuel – et culturel – du fabricant ; les degrés intermédiaires mettent en évidence l’appartenance du fabricant à des groupes humains de plus en plus cernés.

  • 135 Leroi-Gourhan 1973, 140 sq.
  • 136 Leroi-Gourhan 1971, 297.

105Dans le domaine des récipients qui nous occupe ici, les tendances sont de deux ordres : d’abord les techniques de consommation qui peuvent nécessiter le recours à des objets d’absorption135 ; ensuite les “moyens élémentaires d’action sur la matière”, ici les fluides qu’on cherchera à “emprisonner, transporter et libérer”136. Le récipient de bois, de bronze, de céramique répondra, avant même d’exprimer une appartenance culturelle particulière, à certaines contraintes techniques qu’on peut résumer comme suit.

  • 137 Leroi-Gourhan 1973, 184.

106Les techniques de consommation mettent en mouvement deux séries d’objets d’absorption (pour les solides et les liquides) au cours de quatre étapes : d’un contenant vaste 1 (d’usage convivial) à un contenant réduit 3 (d’usage individuel) par l’intermédiaire d’un grand contenant de transport 2, puis, pour la consommation finale, d’un second contenant de transport 4, cette fois à usage individuel137. L’absence d’une ou plusieurs étapes dans certains contextes n’est pas importante ici : A. Leroi-Gourhan l’a déjà souligné. On retiendra seulement les deux tailles des contenants utilisés : d’un côté les grands, plutôt destinés à un usage collectif – soit à un moment où la partition à fins de consommation individuelle n’est pas opérée – et de l’autre les petits, d’utilisation personnelle.

  • 138 Leroi-Gourhan 1971, 297.
  • 139 Ibidem, 295 sq.

107Les actions sur les fluides, quant à elles, sont au nombre de trois : la collection, le transport, le “transversement”138. Par fluide, il faut entendre “une masse mobile qu’il faut emprisonner pour la maintenir en place”, ce qui peut également s’appliquer, dans notre cas, aux restes osseux, plus ou moins concassés, d’une crémation. Les récipients dont la fonction consiste à être utilisés dans telle ou telle action – parfois dans une séquence plus longue – ont à cette fin des caractéristiques morphologiques particulières : une ouverture plus ou moins large et une cavité plus ou moins profonde (collection), un aménagement de la préhension (transport), un aménagement particulier de l’ouverture (transversement). Encore une fois, le fait que certains groupes humains utilisent un même récipient (la bouteille par exemple) pour ces trois actions différentes est sans conséquence pour notre propos : on s’intéresse ici au “fait primaire”, « la tendance par laquelle l’homme crée des formes propres à contenir»139.

108Des analyses d’A. Leroi-Gourhan, on peut tirer les remarques suivantes. Si l’on croise les techniques de consommation avec les moyens d’action sur les fluides, trois critères paraissent pertinents :

  • le rapport ouverture/profondeur,

  • la préhension,

  • l’embouchure,

109respectivement pour les grands et les petits récipients. Ce sont ces six critères qui nous permettront de désigner les classes fonctionnelles.

110Désigner les classes fonctionnelles est une chose ; les reconnaître en est une autre. Sur ce point, les élèves d’A. Leroi-Gourhan ont des positions parfois très divergentes. En effet, les six critères exprimés plus haut sont ceux le plus souvent retenus (y compris, on l’admet volontiers, par les typologues qui ne s’inscrivent pas dans la ligne d’A. Leroi-Gourhan). Certains de ces critères peuvent être quantifiés, mesurés. Mais une fois la mesure effectuée, tout le travail de partition – de “discrétisation” comme disent les statisticiens – reste à faire.

  • 140 Balfet et al. 1983, 3-4.
  • 141 Ibidem.
  • 142 Ibidem.

111H. Balfet et ses collaborateurs ont travaillé dans le cadre du Département de Technologie Comparée du Musée de l’Homme, département créé par A. Leroi-Gourhan lui-même. Dans leur travail sur “La normalisation de la description des poteries”, les auteurs revendiquent « l’application de la méthode d’analyse par les degrés du fait » enseignée par le maître140. Leur corpus de référence est une collection muséographique venant de toutes origines à partir de laquelle ils cherchent à fixer “un système de dénomination et de description de portée générale”141. Il est nécessaire d’insister sur la nature du corpus : elle imposera une utilisation particulière des critères quantitatifs. En effet, on ne peut distinguer les classes fonctionnelles que dans un “service particulier”, plus ou moins étendu. La classification de Balfet et al. est opérée au contraire par grandes catégories que les auteurs définissent au moyen de rapports courants de profondeur et de diamètre maximum ainsi que des dimensions brutes. Il n’est pas possible de suivre les auteurs lorsqu’ils prétendent que « les coupures ne sont pas arbitraires mais [qu’]elles résultent d’observations faites sur divers ensembles »142. Qu’elles soient au contraire arbitraires n’est pas scandaleux ; ce n’est pas en soi un péché ni un signe de non-pertinence. Mais il est important de reconnaître d’abord qu’elles sont arbitraires ; surtout, ensuite, pourquoi elles le sont ; enfin quelles conséquences cela peut avoir sur un travail de classification.

  • 143 Leroi-Gourhan 1971, 297.

112Les particularités culturelles ne se manifestent pas seulement par le dernier degré du fait (la cruche décorée d’incisions par exemple) mais aussi par l’articulation des différentes classes fonctionnelles entre elles, c’est-à-dire par l’inventaire des formes de récipients constituant le “service” habituel d’une population considérée : le fait que chez les X un même vase remplisse des fonctions multiples alors que chez les Y on trouve plusieurs vases différents pour ces mêmes fonctions risque toujours d’avoir un sens qu’il faudra interpréter. Vouloir appliquer les coupures que proposent les auteurs sur une production particulière, c’est perdre de vue que les postulats de Leroi-Gourhan sont théoriques : dans la pratique (dans les faits), les limites entre catégories fonctionnelles peuvent être floues, brouillées pour une raison ou une autre. Un travail de classification ne s’arrête pas au fait primaire mais prend en compte ces différences secondaires. Ce n’est pas affaiblir le travail d’A. Leroi-Gourhan que de remarquer cela : A. Leroi-Gourhan était lui-même le premier à le souligner143. Aussi, prétendre que pour tout vase produit sur notre planète, on a, de part et d’autre de 22 cm de diamètre, soit une écuelle soit un plat creux, ou qu’un rapport entre diamètre à l’ouverture et hauteur de 1,5 permet de distinguer le “bol” du “gobelet” revient à considérer que toute production céramique s’articule nécessairement autour des formes mises ainsi en évidence.

  • 144 Gardin 1985.
  • 145 Ibidem, 9.

113Autre illustration des problèmes que peut poser un corpus “limité à l’univers”, le code de J.-C. Gardin est lui aussi condamné à fixer des limites arbitraires dans les dimensions ou les rapports dimensionnels144. Au reste, l’auteur prend la précaution de préciser en avertissement que “la vocation universelle du code, s’il en est, réside seulement dans les principes d’analyse qui le régissent, dans la structure qui en résulte, et non pas dans le choix de telle ou telle grille pour décrire ici la panse…”145. Cette précaution que ne prennent pas les auteurs de Pour la normalisation de la description des poteries risque de dissimuler une erreur épistémologique au regard de la réflexion théorique d’A. Leroi-Gourhan. Cela apparaîtra sans doute plus clairement une fois rappelés les résultats des travaux d’A. Gallay.

  • 146 Gardin 1979, 131, cité par Gallay 1981, 53.

114A. Gallay, qui fut l’élève d’A. Leroi-Gourhan et demeure fort proche de la démarche logiciste de LC. Gardin a lui aussi – et à ce titre – beaucoup travaillé sur ces questions de typologie et d’adéquation entre les catégories fonctionnelles (ethnographiques) et les catégories dimensionnelles (de l’archéologue). Laissons-le citer Gardin : “Le problème, rappelle Gardin, est de trouver parmi les propriétés intrinsèques Ρ (physiques), G (géométriques), S (sémiologiques) des mêmes vases, celles dont la distribution se rapproche le plus de la répartition initiale Ox [extrinsèque] des classes L (lieu), Τ (temps), F (fonction)”146. Lorsque Gallay se réfère à Gardin, il met en évidence les deux approches épistémologiques antagonistes sur le sujet. Car si on admet l’existence des catégories fonctionnelles proposées par Leroi-Gourhan, il est deux façons de les isoler des autres classes Temps et Lieu : la première consiste à brouiller Τ et L en recourant à un corpus universel au risque de brouiller également F, comme on a vu les auteurs précédents le faire ; la seconde, la plus correcte voudrais-je ajouter, consiste au contraire à maîtriser la variabilité des deux classes Τ et L en travaillant sur un corpus homogène réduit quant à la chronologie et à son extension géographique. C’est, on le verra par la suite, cette seconde approche qui justifie sur notre corpus relativement homogène la recherche des catégories fonctionnelles.

  • 147 Gallay 1981, 75-80 et 1986b.
  • 148 Gallay 1986b, 130.
  • 149 Cf. par exemple, Gallay 1981, 60 et infra.
  • 150 Voir infra.
  • 151 1981, 76.
  • 152 Gallay 1986b, 130.
  • 153 Voir supra.

115Revenons aux analyses d’A. Gallay. Ses travaux sur la céramique africaine lui permettent de mesurer la distance entre la partition opérée sur des critères dimensionnels (géométriques) et la classification fonctionnelle qu’on peut par ailleurs proposer sur ces exemples ethnographiques147. La confrontation montre que les critères distinctifs les plus pertinents sont les dimensions absolues des récipients et les proportions générales, tout particulièrement l’ouverture du vase qui serait directement « déterminée par les tendances fonctionnelles », à l’inverse des formes « qui ont beaucoup plus de chances d’être ethniquement significatives car plus proches de l’esthétique »148. A chaque niveau de segmentation, la différenciation est opérée selon des valeurs repérées sur des histogrammes de distribution. On postule en effet qu’un certain rapport est recherché par le fabricant dans un but déterminé, et que pour cette raison la distribution des valeurs doit être proche d’une loi Normale avec une certaine dispersion autour d’un mode : les valeurs centrales du critère correspondent donc aux différents modes d’une distribution, et les limites, aux solutions de continuité dans cette distribution149. Assez curieusement toutefois, Gallay utilise un critère – le rapport diamètre maximum/hauteur – pour lequel il fixe des limites arbitraires, 1/1, 1/2, 3/4, ce qui ne me paraît pas cohérent avec le reste de la démarche150 : l’intérêt du critère réside cependant dans le fait qu’il permet de distinguer deux classes très proches quant aux dimensions absolues151. Au total, les quatre critères discriminants retenus pour la mise en évidence des principales catégories fonctionnelles – soit les dimensions absolues, les proportions générales, l’ouverture, les adjonctions diverses152 – ressemblent de près à ceux qu’on avait pu déduire des travaux d’A. Leroi-Gourhan153.

116De cette discussion, on retiendra que les tendances liées aux moyens d’action sur les fluides et aux techniques de consommation se matérialisent en différents groupes de récipients (classes fonctionnelles) dont certaines propriétés géométriques des vases peuvent être un bon résumé ; et qu’en retour on peut déduire un certain classement fonctionnel des récipients à partir de leur propriétés géométriques, et ce, avec une approximation acceptable.

b) Organisation de la typologie fonctionnelle adoptée

117Pour déterminer les classes fonctionnelles, on peut donc recourir aux critères suivants :

  • rapport ouverture/profondeur

  • préhensions

  • embouchure

  • critère absolu de taille selon A. Leroi-Gourhan ou en d’autres termes et autrement classés :

  • dimensions absolues

  • proportions générales

  • ouverture

  • adjonctions

118selon A. Gallay.

119Il resterait à décider de la hiérarchie de ces critères dans l’établissement des classes fonctionnelles ou encore des corrélations pouvant intervenir entre critères. C’est le corpus des vases lui-même qui peut déterminer cette hiérarchie ou ces corrélations : dans le cas présent, si l’ordre des critères retenu suit de près celui que propose A. Leroi-Gourhan, il ne faudra y voir rien de plus qu’une convergence supplémentaire.

  • 154 En me rapprochant des typologies fonctionnelles allemandes, je m’éloigne de la position de P. Brun (...)
  • 155 Cf. Pétrequin et al. 1985, 119-120.
  • 156 Pétrequin 1985 ; Brun 1986, 21.

120En premier lieu, l’indice d’ouverture (abrégé en # ouv) est calculé sur le rapport entre la profondeur (la hauteur risquerait d’introduire trop de distorsions dues à la présence de pied sur certains vases) et le diamètre à l’ouverture du vase (le diamètre interne à l’endroit le plus rétréci du vase). Il permet de distinguer de grands groupes de vases (ouverts, fermés). Ces groupes sont ensuite analysés du point de vue des différentes catégories d’aménagement des préhensions (présence, absence, types)154. Ensuite intervient un critère de taille, approximation des dimensions absolues : on utilisera l’“indice de volume” proposé par P. Pétrequin155 et P. Brun, indice calculé sur la surface théorique de la section des vases ainsi qu’elle est représentée sur les dessins normalisés156. A l’usage, l’indice de volume (abrégé en # vol) se révèle une meilleure approximation de la “taille” du vase que les dimensions absolues, même s’il ne prend pas en compte trois dimensions et bien qu’on ait parfois prétendu le contraire en soulignant qu’il reposait sur une conception géométrique erronée. En effet, si l’on assimile le vase à la forme géométrique simple d’un cylindre, il apparaît que la surface de la section longitudinale n’est une bonne approximation du volume de ce cylindre que dans le cas où la hauteur est supérieure au diamètre ; dans le cas contraire, le volume croît selon une progression logarithmique tandis que la surface se contente d’une progression géométrique.

121La figure 2.24 montre l’évolution comparée des surfaces et des volumes des cylindres en fonction des hauteur et rayon. On voit qu’une même surface correspond à des volumes très différents selon qu’il s’agit de cylindres relativement hauts ou relativement bas (par rapport au rayon). Le tableau suivant montre, pour des hauteurs et des diamètres arbitrairement choisis, les progressions théoriques chiffrées des surfaces et des volumes.

Image 10000000000004330000035D5BA225B8.jpg

Fig. 2.24 - Evolution comparée des surfaces des sections longitudinales et des volumes en fonction de la hauteur ou du rayon d’un cylindre.

Cylindre A

Cylindre Β

h=l et r=

Surface de la section

Volume du cylindre

r=l et h=

Surface de la section

Volume du cylindre

1

2

3,14

1

2

3,14

2

4

12,57

2

4

6,28

3

6

28,27

3

6

9,42

4

8

50,27

4

8

12,57

5

10

78,54

5

10

15,71

6

12

113,10

6

12

18,85

7

14

153,94

7

14

21,99

8

16

201,06

8

16

25,13

9

18

254,47

9

18

28,27

10

20

314,16

10

20

31,42

Image 100000000000088E000003343F87358D.jpg

Fig. 2.25 - Comparaison de l’augmentation du volume des cylindres A et Β en fonction de l’augmentation de la surface de leur section verticale.

122Traduits en courbes, ces chiffres sont significatifs : ils confirment que pour une croissance parallèle ou identique des surfaces, les volumes peuvent être très différents ; par ailleurs, ils permettent de mesurer à quel point les surfaces sont de bonnes approximations des volumes (figure 2.25).

123C’est en s’appuyant sur ces constats qu’on a voulu remettre en cause la méthode du calcul de l’indice de volume. Il semble cependant que la méthode reste tout à fait valide, pour peu qu’on prenne quelques précautions. La distorsion majeure observée entre l’indice – c’est-à-dire la surface de la section verticale – et le volume qu’il est censé résumer, apparaît entre les groupes des vases plus hauts que larges et des vases plus larges que hauts. C’est la raison pour laquelle on choisira ici de ne faire intervenir ce critère qu’une fois les partitions effectuées sur les autres critères, en particulier l’indice d’ouverture : à l’intérieur de chaque groupe – et c’est le second enseignement de ce détour par les cylindres – l’indice de volume peut fonctionner comme une bonne approximation de la réalité. Enfin, il faut garder à l’esprit que ces critères absolus de taille, qu’ils soient des mesures brutes de hauteur, de diamètre, ou des indices calculés ou évalués, ne doivent servir qu’à mettre en évidence de grands groupes dimensionnels articulés schématiquement autour de la distinction vase d’utilisation collective/vase d’utilisation individuelle. C’est l’homogénéité des procédures de mesure ou d’évaluation qui doit alors primer, car elle seule garantit que les distorsions observées seront prises en compte pour ce qu’elles sont. C’est pourquoi, à cette étape, il faut renoncer à calculer un volume plus proche de la réalité en décomposant les vases en autant de formes géométriques simples, tonneau ou segment de sphère par exemple : ces calculs, assez simples à réaliser en utilisant des dimensions peu nombreuses ne peuvent fournir une indication valable que lorsque l’on opère sur des morphologies proches, comme, par exemple, les grands vases fermés sans anse qu’on envisagera par la suite.

  • 157 Voir Wells 1983, 29-31.
  • 158 Egalement Wells 1985, 11.

124Pour tenir compte de la fonction des vases fragmentés (d’un habitat par exemple), on peut aussi s’inspirer des travaux réalisés dans un contexte chronologique semblable, même s’il est géographiquement un peu éloigné, les collines tertiaires du site de Hascherkeller en Bavière157 : la fonction des vases est déterminée par analogies – représentations laissées par l’art des situles et comparaison avec l’Europe médiévale puis des classes d’épaisseur de parois sont reconnues pour les trois grandes fonctions retenues – vases à boire, vases pour la nourriture, vases pour le stockage enfin, on se contente de mesurer l’épaisseur des tessons pour en inférer la fonction du vase dont ils faisaient partie158.

Image 10000000000008BE0000026EDF307A6D.jpg

Fig. 2.26 - Procédure de classification typologique : segmentation et différenciation théorique. Les segments ne sont pas nécessairement pertinents pour toutes les classes fonctionnelles.

c) Approche descriptive

  • 159 Gardin 1967.

125Une fois les catégories fonctionnelles fixées, il est possible d’envisager la description des parties du vase, c’est-à-dire de passer à l’analyse descriptive. Celle-ci comprend trois opérations (figure 2.26) : l’orientation, la segmentation, la différenciation159.

1) L’orientation

126Lorsqu’il s’agit de récipients céramiques, l’orientation ne pose pas de problème, d’autant plus que la normalisation des dessins en a déjà imposé une ; toutefois, quelques catégories d’objets céramiques peuvent en poser, comme les couvercles par exemple. En effet, on peut distinguer dans cette catégorie deux groupes : les premiers sont expressément des couvercles et ne peuvent pas être utilisés pour autre chose, tels les exemplaires en forme de casque; les seconds sont au contraire des récipients que la forme associe à des catégories fonctionnelles différentes, par exemple des coupes à pied. Pour faire face à ce genre de problèmes et garder aux opérations de segmentation et de différenciation une réelle homogénéité, tous ces objets seront considérés l’ouverture vers le haut.

2) La segmentation

127La segmentation vise à découper le récipient en plusieurs parties morphologiques pertinentes. Elle soulève deux types de problèmes :

  • d’abord celui de l’arbitraire de l’opération ;

  • celui, ensuite des rapports entre les segments retenus.

  • 160 Bartoloni et al. 1980.
  • 161 Abusif car l’ouvrage n’est pas en question, il était même nécessaire dans l’optique d’un catalogage (...)

128Il y aurait peu à ajouter aux remarques de J.-C. Gardin si, dans le cas présent, la question de l’arbitraire ne se posait de façon plus décisive. L’archéologie protohistorique italienne dispose d’un outil- le Dizionario Terminologico – dont les retombées ont dépassé le but initial : fixer une terminologie précise160. Pour le sujet qui nous intéresse, un usage abusif de l’ouvrage a créé une sorte de confusion entre le signifiant et le signifié, dont les déterminations respectives suivent des règles différentes : les définitions laissent place le plus souvent à ce qui n’est que désignation161. On aura l’occasion de revenir sur ce problème lorsqu’on traitera de la différenciation.

  • 162 Cf. “l’intuition générale” invoquée à propos de la définition du col dans le code Gardin (Gardin 19 (...)
  • 163 Balfet et al. 1983 ; Yon 1981.
  • 164 Cf. l’exemple infra, de bord = labbro et lèvre = orlo.
  • 165 Sans chercher à se démarquer des définitions courantes et sans prétention universelle.

129Les définitions, par ailleurs, ne manquent pas, qu’elles aient des prétentions universelles ou plus réduites, qu’elles soient basées sur l’usage commun162 ou des indices mesurés163. Pour limiter autant que faire se peut l’ambiguïté des termes français utilisés dans la suite de la construction typologique et proposer les équivalents italiens les moins équivoques164, on s’arrêtera un instant pour préciser la terminologie employée dans ce travail165 :

    • 166 On a préféré cette définition restrictive à la liberté intuitive laissée par Gardin dans son code ( (...)

    on distinguera généralement trois parties dans le vase : le bord, la panse, la base. Le col, partie intermédiaire entre le bord et la panse, n’est défini que lorsqu’il est nettement individualisé par une discontinuité (rupture anguleuse dans la direction) du profil166. Le col correspond donc aussi bien à l’italien collo qu’à certaines occurrences de gola du Dizionario Terminologico;

    • 167 Voir Peroni 1985, 83, n. 4, qui déplore également l’inversion des termes retenus dans le Dizionario

    le bord est la partie de la paroi du vase située vers l’embouchure : on pourra étudier son profil et sa direction. Le terme peut être traduit en italien par labbro. Au contraire, la lèvre n’est que l’extrémité du bord limitant l’embouchure167. On décrira sa morphologie. C’est le terme italien orlo qui rend compte de cette partie ;

    • 168 « Partie du vase dont la fonction est de contenir les produits », Gardin 1985, 23.

    la panse n’a pas à être définie avec précision168. Elle peut prendre le nom de “vasque” dans le cas de vases ouverts. En italien, corpo désignerait cette panse, à ceci près que le Dizionario Terminologico préfère retenir dans la majorité des cas les deux parties de la panse, la partie supérieure (spalla, l’épaule) et inférieure (ventre) plutôt qu’un terme unique ;

    • 169 Gardin 1985, 27.

    la base est définie comme “la partie sur laquelle repose le vase”169. Le corpus étudié ici se prête parfaitement aux distinctions proposées dans le code Gardin entre pied (à chaque fois qu’il y a un support additionnel centré), supports excentrés et fond sans pied ni support. On peut en outre décrire le profil de la liaison entre bas de panse et fond. Les correspondants italiens sont très simplement fondo et piede, alors que support excentré ne possède pas d’équivalent ;

  • pour la catégorie des préhensions, on distinguera les anses en fonction de la direction et du nombre de leurs points d’attache. Les tenons (presa) seront décrits selon leur morphologie. Les planches 89 et 90 résument cette terminologie.

  • 170 Bmn 1986.

130Second problème posé par la segmentation, les relations entre les différentes parties du vase dans l’opération d’analyse descriptive ne sont pas fixées. Dans son travail plusieurs fois mentionné, P. Brun prône une segmentation systématique : chaque classe fonctionnelle est successivement examinée du point de vue du profil, puis de l’embouchure, du fond, enfin du décor170. Le parti adopté ici sera différent : il n’apparaît pas que les segments du vase puissent avoir la même pertinence – et réclamer ainsi la même hiérarchie – quelle que soit la classe fonctionnelle que l’on traite. Aussi, on optera pour une conception hiérarchique et non systématique des segments du vase.

3) La différenciation

131La différenciation consiste à fixer les valeurs (quantitatives ou qualitatives) que peuvent prendre les segments précédemment retenus. Pour cette opération, deux comportements sont possibles :

    • 171 Cf. la fortune, par exemple, des termes arrotondato, rastremato, teso, concavoconvesso, chargés de (...)

    adopter des valeurs théoriques en dehors de toute classe fonctionnelle particulière, voire d’un corpus particulier ; le problème posé par une telle démarche a déjà été rencontré pour la reconnaissance des formes fonctionnelles et de la segmentation ; elle occulte en particulier toute la recherche des degrés du fait vers laquelle tendent segmentation et différenciation. Au niveau (hiérarchique) de la différenciation, l’usage encore une fois abusif du Dizionario Terminologico italien a conduit à l’assimilation entre catégorie descriptive (à finalité compilatoire) et critère de différenciation typologique (à finalité explicative)171 ;

  • préférer des valeurs déterminées de façon plus empirique et sur chaque classe fonctionnelle.

132C’est la seconde démarche que l’on adoptera par la suite : les seuils qualitatifs ou quantitatifs seront fixés à l’échelle du segment dans chaque classe, sans que la terminologie italienne intervienne pour autre chose que pour donner des équivalences – en langage naturel – aux termes français retenus. La dernière opération consistera en l’attribution pour chaque vase d’un identifiant indiquant la classe fonctionnelle, les différentes valeurs prises par chaque segment et le code du décor.

d) Échantillon étudié

  • 172 Il est en effet apparu que les dessins publiés par K. Kilian n’étaient pas fiables du point de vue (...)

133La procédure typologique décrite plus haut a été appliquée au seul mobilier archéologique des tombes inédites qui constituent le corpus de l’étude. On a dû, en effet, renoncer à utiliser pour cette étape tout ou partie du mobilier déjà présenté dans les publications précédentes sur Sala Consilina172. La validation externe qui est nécessaire pour estimer la pertinence de cette construction archéologique passera néanmoins par la comparaison avec le matériel déjà publié.

  • 173 Toutes les citations et références de cette partie sont tirées, sauf indication contraire de Gallay (...)

134Pour clarifier les relations logiques qui existent entre les différents groupes de mobiliers (fouilles de l’Administration provinciale/fouilles de la Surintendance, mobiliers restaurés ou non, publiés ou non) et replacer le corpus étudié ici dans l’ensemble du matériel archéologique de Sala Consilina, il est nécessaire de recourir aux notions de populations explicitées par J.-C. Gardin et reprises par A. Gallay173. Selon ces deux auteurs, une population statistique peut être décomposée en quatre niveaux emboîtés ou paliers : la population parente, la population observable, la population observée, la population étudiée.

135La population parente P0 est une “entité logique impossible à cerner”. Dans le cas présent, il s’agit de la société vivante qui a occupé le site de Sala Consilina au Premier Age du fer et en particulier d’un point de vue archéologique des produits et sous-produits de ses différentes activités. Même du seul point de vue archéologique, il n’est pas possible d’avoir ne serait-ce qu’une vague idée de cette population parente en se limitant aux seuls vestiges matériels sans recourir à des modèles anthropologiques et des références ethnologiques.

  • 174 Voir supra.

136La population observable P1 consiste en l’ensemble des vestiges matériels que l’occupation humaine a laissés sur le site de Sala Consilina, vestiges matériels qui ont été conservés. Moins infinie que la précédente, cette population présente quelques difficultés à être estimée. On ignore en particulier si les vestiges de l’habitat ou des habitats sont irrémédiablement perdus : nos connaissances ne pourront qu’être biaisées par le recours nécessaire aux données funéraires, aussi variées soient-elles (matérielles, spatiales, numériques, etc.). Il ne faut pas non plus oublier que l’étendue des nécropoles reste très hypothétique174. C’est à ce palier que l’archéologue a pourtant besoin d’élaborer un champs des possibles restreint au contexte qu’il étudie afin de multiplier les observations qu’il doit faire sur son terrain (au sens large) d’enquête. Cette élaboration est rendue délicate lorsqu’on ne dispose que de données funéraires.

  • 175 Il faut rappeler que sur ces 680 tombes (nécropoles du nord-ouest et du sud-est réunies) 475 (essen (...)

137On ne rencontre pas la même difficulté pour estimer la population observée P2. A ce palier, on peut distinguer au moins deux sous-groupes : d’un côté P’2, tout ce qui provient des fouilles d’avant 1972 et d’après 1976 ; de l’autre P”2, le matériel archéologique des fouilles de 1972 à 1976. Cette population observée P2 est en effet très hétérogène puisque, intervenant à des moments très différents dans l’histoire de l’archéologie et dans des conditions très inégales, son observation est elle-même très variable : l’histoire de ces deux époques de fouilles, de même que les destins différents des groupes de mobiliers, interdisent donc de considérer la population P2 comme une population homogène. Dans le cas présent, la population observée consistera en un sous-ensemble recoupant en partie les deux sous-populations P’2 et P”2. La distinction des deux sous-groupes permet d’approcher avec plus de précision la réalité : on peut envisager la population P’2 comme supérieure à l’ensemble du mobilier des tombes étudiées lors des recherches précédentes – soit les objets provenant de près de 650 tombes auxquelles s’ajoutent plus de 220 tombes du Premier Age du fer fouillées depuis 1976175 ; de cette sous-population, on aura effectivement observé la partie publiée des fouilles d’avant 1972, ainsi que ce qui était accessible des mobiliers provenant des fouilles d’après 1976. Le second sous-groupe, P”2, comprend l’ensemble des objets des 110 tombes retenues pour le présent corpus.

  • 176 La Genière 1960, 1961, 1962, 1968; Kilian 1961, 1962a, 1962b, 1964, 1970, 1974.

138Le dernier niveau, celui de la population étudiée P3, comprend à nouveau deux sous-groupes P’3 et P”3. De P’3 on ignore les limites exactes. Quelle proportion d’objets en provenance du millier de tombes citées plus haut a-t-elle été ou sera-t-elle prise en compte dans les recherches passées et futures ? Le tableau donné en début de chapitre résume l’état de la documentation publiée pour les tombes du Premier Age du fer fouillées par l’Administration provinciale, documentation publiée dans les différents travaux de J. de La Genière et de K. Kilian entre 1960 et 1974176. L’essentiel des mobiliers dessinés provient de la publication de K. Kilian en 1970, mais il est clair que les deux chercheurs ont pu s’appuyer sur une documentation plus large, malheureusement restée en grande partie inédite.

139On ne peut rien préjuger du sort de la seconde partie de la population P’3, qui est constituée par les fouilles d’après 1976. Quant à la population véritablement étudiée ici, P"3, elle constitue en revanche le corpus typologique provenant d’une centaine de tombes, c’est-à-dire le matériel archéologique dont l’état de conservation a permis la prise en compte dans la présente analyse typologique : cela exclut, pour cette étape, les vases au profil incomplet et les objets métalliques trop abîmés. Ces objets seront néanmoins réintégrés lors de l’étude des mobiliers funéraires.

  • 177 Gallay 1981, 56.

140Les problèmes de validité de l’échantillon étudié peuvent donc être abordés en terme de réduction d’une population à l’autre177. Aucun “estimateur” statistique ne peut rendre compte de la réduction imposée par le passage de la population parente P0à la population observable P1. La principale inconnue de meure les habitats et, sur ce point, la part d’informations sur la société vivante que peuvent nous livrer les mobiliers funéraires. De ce point de vue, aucune garantie ne peut venir du nombre absolu de tombes du Premier Age du fer fouillées à Sala Consilina – soit plus d’un millier. De cet aspect, nous reparlerons dans le chapitre 4.

141Par contre, la réduction de P1 à P2 est plus complexe du fait qu’elle est en partie imposée, en partie opérée: imposée par l’histoire des fouilles, problème auquel aucun archéologue n’échappe; opérée, pas toujours dans le cadre d’une problématique particulière mais souvent en raison de contraintes extérieures; toutefois la principale réduction a été opérée par rapport aux secteurs fouillés et seule aura été retenue, dans un premier temps tout au moins, la nécropole du nord-ouest, parce qu’elle n’a pas été utilisée au Second Age du fer. Dans le cas présent, la réduction de la population observable à la population observée tient également compte des conditions d’accès au matériel des fouilles anciennes, conditions qui ont parfois évolué.

Image 10000000000004BB00000305DFA5632C.jpg

Fig. 2.27 - Représentation graphique des réductions des populations.

142Pour des raisons de procédure et parce que la construction opérée est une typologie reposant largement sur des critères quantitatifs, il a fallu exclure dans un premier temps les objets incomplets ou illisibles. P”3 est donc une réduction faible opérée à partir de P”2. Par ailleurs, l’absence de précision des publications antérieures peut laisser penser que P’3 est purement théorique et que la population observée constitue également la population étudiée.

Image 100000000000047B0000030FCB945FA1.jpg

Fig. 2.28 - Histogramme des indices d’ouverture (# ouv) - tout corpus.

Image 10000000000003A90000023F0C4ADF6D.jpg

Fig. 2.29 - Histogramme des indices de volume (# vol) - tout corpus.

  • 178 Quantitativement, l’échantillon retenu ne représenterait que 10% de la population observable. Il n’ (...)
  • 179 Gardin 1979, 271 ; Gallay 1981, 57.

143Pour finir, c’est la réduction de P0 à P”3 qu’il faudrait estimer178. L’échantillon retenu vient s’ajouter à ce que l’on sait déjà du Premier Age du fer de Sala Consilina, et l’on verra dans la suite de ce chapitre que malgré la quantité importante de mobiliers publiés auparavant, il est possible de reconnaître dans le corpus inédit pris en compte ici des types qui n’étaient pas jusqu’alors attestés. Par ailleurs, il est nécessaire d’admettre le postulat de départ selon lequel un échantillon étudié P3 prélevé sur des mobiliers funéraires peut être représentatif de l’ensemble d’une société vivante P0 : on reviendra sur ces questions dans l’analyse des résultats. Enfin, comme cela a été plusieurs fois souligné, la validation de la construction typologique ne pourra être obtenue que par le recours à d’autres corpus179. La figure 2.27 résume ces différents niveaux et les réductions.

e) Typologie fonctionnelle

144Pour les raisons géométriques exposées plus haut, le premier critère analysé sur le corpus est l’indice d’ouverture calculé comme le rapport du diamètre à l’ouverture et de la profondeur. La distribution obtenue sur l’histogramme de la figure 2.28 permet de distinguer deux groupes de part et d’autre de la valeur 1 : en deçà, la forme de l’histogramme indique une distribution Normale, proche d’une courbe de Gauss, ce qui est le signe d’une population relativement homogène ; au-delà, les classes sont beaucoup plus irrégulièrement peuplées, avec toutefois deux sous-groupes qui semblent se dessiner de part et d’autre de la valeur 2, sans que cette valeur puisse servir de seuil précis. On aura reconnu dans ces deux populations les vases fermés (173) d’une part, les vases ouverts (257) d’autre part. Le seuil qui est fixé sur la valeur 1 correspond très précisément à l’égalité du diamètre à l’ouverture et de la profondeur.

Image 10000000000003C00000023EBB8ACCC4.jpg

Fig. 2.30 - Diagramme de corrélation entre l'indice d'ouverture et l'indice de volume - tout corpus.

145A titre indicatif, la figure 2.29 montre la distribution du corpus entier selon l’indice de volume. On sait à présent que, sur cet indice, les deux populations vases ouverts/vases fermés, ont des comportements distincts. Il ne serait d’ailleurs pas possible de fixer un seuil dans les valeurs moyennes, comme le souligne le diagramme de corrélation de la figure 2.30 : l’essentiel des vases ouverts se situe dans les valeurs les plus basses de cet indice de volume, ce qui masque complètement les distributions des vases fermés pour ces valeurs.

146Une seconde procédure destinée à mettre en évidence la distinction entre vase ouvert et vase fermé consiste à corréler deux dimensions absolues, la hauteur et le diamètre maximum. Cela donne une sorte de “module”, rectangle dans lequel s’inscrivent les dimensions “hors tout” du vase. La figure 2.31 représente le nuage de points de cette corrélation. Les droites qui y sont figurées représentent des proportions privilégiées entre les deux dimensions (0,5 à 2) : la droite d’équation x = y dessine la partition entre les vases qui, ailleurs, seraient envisagés comme “trapus”, et les autres, “élancés”. La corrélation entre la hauteur est forte : le coefficient r est égal à 0,817. Se dessinent deux groupes : le premier s’étend de part et d’autre de la droite de module 1 (hauteur égale au diamètre maximum) et regroupe des vases plutôt “hauts” ; le second concerne des vases dont le diamètre maximum peut être important pour des hauteurs qui demeurent faibles (inférieures à 15 cm). Il serait possible de retrouver dans ces deux groupes les vases ouverts et les vases fermés. En fait, les deux figures suivantes 2.32 et 2.33 corroborent en partie cette hypothèse : des diagrammes similaires ne représentent respectivement plus que les vases précédemment définis comme “fermés” d’une part, et comme “ouverts” d’autre part. Pour l’essentiel, on retrouve les deux groupes identifiés sur lesquels la corrélation entre les deux dimensions est très forte (jusqu’à 0,923), avec néanmoins une zone intermédiaire de recouvrement due en partie aux aberrations introduites par la hauteur. C’est cette zone de recouvrement qui rend indécidable toute coupure précise effectuée sur ces dimensions absolues et fait préférer le recours à l’indice d’ouverture. Cela confirme néanmoins l’existence de deux groupes assez homogènes pour être envisagés séparément.

Image 100000000000081C000004650E44CA4E.jpg

Fig. 2.31 - Diagramme de corrélation hauteur/diamètre maximum (exprimés en cm) - tout corpus.

Image 10000000000008720000048ECA8F7710.jpg

Fig. 2.32 - Diagramme de corrélation hauteur/diamètre maximum (exprimés en cm) - vases fermés uniquement.

Image 10000000000004040000023820EA96C3.jpg

Fig. 2.33 - Diagramme de corrélation hauteur/diamètre maximum (exprimés en cm) – vases ouverts uniquement.

Image 10000000000003C70000023DCA70B6CE.jpg

Fig. 2.34 - Diagramme de corrélation indice de volume (# vol)/diamètre maximum - vases fermés à anse(s).

Image 100000000000069400000474D6641A9D.jpg

Fig. 2.35 - Histogramme des indices de volume (# vol) - vases fermés à anse(s).

Image 10000000000004A2000002F68294F0B0.jpg

Fig. 2.36 - Histogramme des diamètres maximums (en cm) vases fermés à anse.

1) Les vases fermés

147Il est à présent possible d’examiner le groupe des vases fermés. Le second critère à considérer est le dispositif de la préhension : d’un côté on retiendra les vases dont la préhension est constituée par une ou plusieurs anses, vases qu’il est possible d’utiliser pour le transport; de l’autre, les vases sans anse et ceux dont les préhensions sont au plus de gros tenons, davantage destinés à la collection immobile : il s’agit – pour reprendre la terminologie développée par A. Leroi-Gourhan – de contenants fixes. Pour les vases à anse, la recherche d’un critère de taille passe par la corrélation de deux critères dimensionnels.

148La figure 2.34 présente le diagramme de corrélation entre l’indice de volume et le diamètre maximum. C’est davantage à partir de cette dernière mesure qu’on peut mettre en évidence un critère de taille : la valeur 25 cm du diamètre maximum discrimine la population en deux groupes de façon plus claire que ne le ferait l’indice de volume. Pour ce dernier critère, il est clair que le seuil est à situer aux environs de la valeur 400, mais le diagramme de corrélation montre qu’il y a dépassement de cette valeur de la part des deux groupes. Les histogrammes respectifs des deux critères (figures 2.35 et 2.36) confirment l’image de la figure précédente : de part et d’autre de la valeur 25 cm, les vases fermés à anse seront considérés comme petits ou grands.

Image 100000000000027000000171F984B367.jpg

Fig. 2.37 – Diagramme de corrélation profondeur/volume - vases fermés sans anse.

Image 100000000000026400000175DD3F7774.jpg

Fig. 2.38 - Diagramme de corrélation hauteur/diamètre Maximum – vase fermés sans anse.

149Les vases sans anse présentent des profils plus homogènes. Leurs morphologies peuvent être assimilées à des formes géométriques simples, des tonneaux ou des sphères. C’est ainsi qu’on peut avoir le choix entre l’utilisation de l’indice de volume calculé comme précisé plus haut ou une estimation du volume plus proche de la réalité par le recours à la formule du volume du tonneau :

150Volume = πH[d/2+2/3(D/2-d/2)]2 où d désigne le petit diamètre (le fond ou l’ouverture, mais c’est le second qu’on a choisi), D le grand diamètre (le diamètre maximum) et H la hauteur du tonneau (dans le cas présent, on prend la hauteur utile c’est-à-dire la profondeur). La figure 2.37 montre la distribution de ces vases sur les deux mesures, profondeur et volume. Sur cette distribution on retiendra trois groupes :

  • un premier pour un volume supérieur à 15l ;

  • un second avec un volume compris entre 15l et 4l ;

  • un troisième pour un volume inférieur à 4 l.

151Ces trois groupes constitueront les trois tailles retenues pour les vases fermés sans anse. La corrélation entre le diamètre maximum et la hauteur qui nous donne le module des vases confirme l’existence des trois groupes reconnus précédemment. Toutefois, dans le troisième groupe (fort peu représenté) se trouve un vase très proche du groupe supérieur, comme le montre la figure 2.38. On conservera néanmoins la partition antérieure. Sur les vases fermés, les cinq premières classes fonctionnelles sont ainsi reconnues.

2) Les vases ouverts
  • 180 On ne sera pas surpris de trouver dans ce groupe les couvercles identifiés comme tels par leur form (...)

152Il faut repartir des indices d’ouverture pour analyser le groupe des vases ouverts. L’histogramme de la figure 2.28 montrait, au-delà de la valeur 1 deux distributions en partie superposées. Si l’on examine les distributions obtenues sur le même critère pour des groupes discriminés selon l’aménagement de leur préhension (figures 2.39 et 2.40), il apparaît qu’on peut isoler les vases dont la préhension est une anse verticale : les valeurs des indices d’ouverture du premier groupe sont concentrées entre 1 et 2,2, avec toutefois une distribution assez irrégulière ; le second groupe présente une distribution moins irrégulière mais également plus étendue. Les deux catégories de préhension retenues à ce niveau expriment l’opposition entre des vases relativement plus fermés dont la préhension est fonctionnelle – petits vases pour le transport et transvasement des fluides (on aura reconnu les tasses) – et les autres, davantage ouverts et pour lesquels le type précis de préhension – anse horizontale ou absence de préhension – joue peu dans la fonction de collection qu’on peut leur attribuer180. Sur l’histogramme de la figure 2.41 qui représente la distribution observée sur l’indice de volume, il apparaît que les vases ouverts sont relativement tous de petite taille, même si l’indice en question a tendance à “tasser” ces différences de taille.

Image 10000000000002D40000015018E2863D.jpg

Fig. 2.39 - Histogrammes des indices d’ouverture (# ouv) - vases ouverts à anse verticale.

  • 181 Voir infra.

153Considérons le seul groupe des vases à anse verticale. Les figures 2.42 et 2.43 démontrent qu’il n’est pas possible de mettre en évidence plusieurs groupes de taille : l’indice d’ouverture et le type de préhension suffisent ici à mettre en évidence une classe fonctionnelle. En revanche, pour les vases ouverts j dont la préhension est différente (“autre préhension”), la situation n’est pas la même. S’agissant de ces vases qui sont les plus ouverts du corpus, le critère de taille le plus pertinent sera un diamètre, puisque c’est lui qui, sous la forme d’un rayon à la puissance trois, détermine avant tout le volume181. Le diamètre maximum peut exprimer au mieux la taille relative des vases de ce groupe. Sur l’histogramme de la figure 2.44, on peut, de part et d’autre de la valeur 20 cm, distinguer deux groupes dont la distribution est assez régulière. Le diagramme de corrélation entre diamètre maximum et indice de volume (figure 2.45) montre qu’il y a une réelle séparation entre les deux groupes de taille. Un diamètre maximum de 20 cm sera donc retenu comme seuil de taille pour ce groupe de vases. Ainsi sont reconnues les trois dernières classes fonctionnelles.

154Ces classes fonctionnelles sont désignées par une lettre de l’alphabet, de A à H, depuis les vases fermés aux vases ouverts, des vases à anse aux vases sans anse, des grands vases aux petits (figure 2.46). Si la plupart des classes sont représentées par des effectifs assez élevés, il n’en va pas de même pour les deux classes des petits vases fermés à anse et les vases moyens fermés sans anse, respectivement représentées par 10 et 5 vases. Se pose le problème de la validité de ces deux classes.

Image 10000000000002400000010C938E8107.jpg

Fig. 2.40 - Histogramme des indices d’ouverture (# ouv) vases ouverts à anse horizontale ou autre préhension.

Image 10000000000002300000015AD4EB6530.jpg

Fig. 2.41 - Histogramme des indices de volume (# vol) - vases ouverts.

Image 10000000000003B0000002509823389F.jpg

Fig. 2.42 - Histogramme des indices de volume (# vol) - vases ouverts à anse verticale.

Image 10000000000004AD0000025FB8937CA2.jpg

Fig. 2.43 - Histogramme des diamètres maximums (ømax) - vases ouverts à anse verticale.

Image 10000000000004C20000029EE8B918B3.jpg

Fig. 2.44 - Histogramme des diamètres maximums (ømax) vases ouverts à autre préhension ou sans.

Image 100000000000026A00000179F60E7373.jpg

Fig. 2.45 - Diagramme de corrélation indice de volume (# vol)/diamètre maximum (ømax) - vases ouverts à autre préhension ou sans.

f) Critique de l’approche fonctionnelle

  • 182 Sur ces questions, voir également Ruby 1993c.

155Avant de procéder à l’analyse descriptive des individus, il est nécessaire de procéder à un examen du produit de cette typologie fonctionnelle182. En clair, quel est le contenu réel des classes fonctionnelles que l’on vient d’isoler d’un point de vue théorique ?

  • 183 Pour Kilian 1970, seules les urnes à une anse verticale sont fabriquées avec l’intention d’en faire (...)
  • 184 Cf. mon catalogue.

156La classe A comprend les grands vases fermés à anse. En langage courant, il s’agit des cratères, des grandes amphores-cratères, des grands vases biconiques – à anse verticale ou horizontale – utilisés comme cinéraires, enfin des grands vases globulaires – pots – à une anse. Si l’on fait exception des vases biconiques dont la fonction cinéraire – au moins finale183 – est clairement attestée, les individus sont peu nombreux. Néanmoins, il est possible de faire quelques remarques sur la fonction attestée de ces vases. Sur les trois amphores-cratères, deux contenaient une tasse (002PV01 et 255PV01), comme un des deux pots à anse (031PV01), l’autre étant utilisé comme vase cinéraire (257PV01) ; le cratère a tenda peut avoir contenu l’assiette184. Constatons deux choses : d’une part que la définition fonctionnelle de cette classe (collection et transport des fluides) est assez bien vérifiée par le contexte archéologique, le “fluide” pouvant désigner autant du liquide que les restes osseux d’une crémation ; d’autre part, que la terminologie courante en termes d’urne, pot à anse, amphore-cratère est assez exacte mais qu’elle occulte des usages identiques de formes différentes. C’est, d’une certaine manière, un problème qu’on rencontre aussi avec la terminologie fonctionnelle puisqu’un même usage, attesté dans les contextes archéologiques par la présence d’une tasse dans le vase, est, comme on le verra par la suite, partagé par des individus de classes fonctionnelles différentes (“grands” fermés avec ou sans anse, “petits” fermés avec ou sans anse). Cela peut avoir deux significations : d’abord que l’aménagement de la préhension n’est pas aussi décisif qu’on l’a envisagé lors de l’élaboration des classes fonctionnelles ; ensuite, et sans que la première hypothèse soit pour autant exclue, que d’autres propriétés des objets sont en jeu, des propriétés extrinsèques comme le lieu (en l’occurrence l’opposition tombe d’homme/tombe de femme) et le temps (c’est-à-dire l’attribution chronologique des contextes), et qui pourraient brouiller les catégories basées sur d’autres propriétés.

Image 1000000000000838000004DD3AC63631.jpg

Fig. 2.46 - Arbre reproduisant la procédure de reconnaissance des classes fonctionnelles.

157La classe fonctionnelle Β regroupe les “petits” vases fermés à anse. En fait, d’après leurs dimensions, les vases considérés seraient plutôt, du point de vue des techniques de consommation, encore du côté de l’usage convivial. Rares par exemple sont les très petits vases, qui ne forment pas une catégorie particulière mais représentent davantage les extrêmes de deux groupes, les petites cruches et les tasses à faible indice d’ouverture (inférieur à 1) : la morphologie générale de certains vases les rapproche des tasses ; leur déposition dans des jarres confirme cette proximité morphologique ; par contre, le vase 174PV04, qui est davantage une cruche en réduction, est lui aussi déposé dans une jarre comme s’il s’était agi d’une tasse.

  • 185 Kilian 1970.

158Pour l’essentiel, la classe Β regroupe les cruches avec à une extrémité les petites, à l’autre les grandes. A côté, on trouve aussi les rares amphores et seaux, puis les vases biconiques (en particulier à pied creux) qui, morphologiquement, ressemblent à des cinéraires à deux anses horizontales en réduction. Dans sa typologie, Kilian attribue les mêmes types aux exemplaires petits et aux grands185, alors que fonctionnellement et archéologiquement ils sont différents : les petits ne sont jamais utilisés comme cinéraires et c’est dans cette classe qu’on rencontre la variante à pied creux. Ainsi, quel qu’ait pu être l’usage réel des vases en question, leur attribution à la classe fonctionnelle des vases destinés à la collection et au transport est assez cohérente.

159La classe C comprend les grands vases fermés sans anse. Leurs caractéristiques en feraient des vases destinés à la collection fixe. Par rapport à la classe D, il n’y a guère que les proportions qui diffèrent. Leur petit nombre pourrait faire hésiter à distinguer les deux classes. Leur dispersion sur le nuage de points de la figure 2.38 exprime cependant de grandes différences de possibilité de transport : les vases de la classe C ont une contenance minimum de 15 litres, ce qui, ajouté au poids du vase vide, les rend intransportables, par opposition aux plus petits qui peuvent encore être déplacés. Par ailleurs, ce trait différentiel a une expression chronologique : à une exception près, les vases les plus grands ne figurent jamais parmi les exemplaires les plus récents.

160Enfin, avec ses quatre vases, la classe Ε est largement sous-représentée. Il faut chercher plusieurs explications. Il pourrait s’agir des plus petits exemplaires de la classe D, comme le suggérerait la présence d’une tasse dans l’exemplaire 040PVO1. Toutefois une technologie différente est à la base de la fabrication des deux groupes : les vases de la classe Ε sont en impasto noir, à la différence des jarres des deux classes précédentes, en impasto rouge. L’explication peut par ailleurs être d’ordre chrono-culturelle : cette classe ne ferait pas partie du “service” habituel des populations de Sala Consilina au Premier Age du fer.

161Quant aux vases ouverts, les classes fonctionnelles retenues ne présentent guère d’ambiguïté. Avec la classe F on aura reconnu le groupe des tasses. Trois vases qui pourraient – empiriquement – en faire partie, se trouvent classés avec l’ensemble des cruches de petite taille. Ces vases sont suffisamment extrêmes (deux tasses sont identiques et présentent une morphologie originale, la troisième a une morphologie très irrégulière) pour que l’individualisation de la classe F ne soit pas remise en question.

162Les deux dernières classes regroupent des formes proches mais de tailles différentes : la classe H est formée par les écuelles et coupes (à pied ou non), qui peuvent avoir été utilisées comme couvercles ainsi que par les vrais couvercles (casques en argile), tandis que la classe G est composée des exemplaires petits, pour lesquels on peut exclure la fonction de couvercle. Outre cette fonction de couvercle, on peut attribuer aux grands vases ouverts un rôle de récipient collectif dans les techniques de consommation, les petits vases étant réservés à un usage individuel.

163Au terme de cet examen des classes fonctionnelles produites, ou reconnues, à partir des critères retenus, on peut décider de conserver ces classes sans chercher à les fondre les unes dans les autres, ni à récupérer dans certaines classes les individus atypiques qui pourraient intuitivement appartenir à une autre. Ceci pour trois raisons. D’abord, ces classes sont définies sur un plan “théorique” avant de l’être empiriquement : les limites sont explicites et, pour arbitraires qu’elles puissent être, reposent – on vient de le voir dans la critique précédente – sur une certaine réalité. Ensuite, si ces classes “théoriques” concernent parfois peu de vases, c’est que la fonction qui leur est “théoriquement” dévolue est attribuée à d’autres formes (céramiques) ou d’autres objets (en d’autre matières, comme le bois par exemple). Cette confusion fonctionnelle ou cette exclusion technologique ont des chances de constituer, on l’a déjà dit, des marqueurs culturels au même titre que la morphologie d’une panse ou la technique d’un décor. Comme telles, confusion et exclusion doivent être prises en compte dans l’étude du groupe humain qui se dessine, en traits flous, derrière ces productions céramiques. Quant à la typologie elle-même, le problème se pose différemment : on aboutirait d’une autre manière à l’individualisation de types qui désigneraient ces exemplaires. Le choix d’une distinction en amont plutôt qu’en aval ne change donc rien, à ceci près qu’il conserve à la construction typologique quelque degré de cohérence interne. Il est à présent possible d’aborder la typologie descriptive.

3.1.2. Typologie céramique : l’approche descriptive

a) Classe fonctionnelle A

164La classe A regroupe les plus grands vases fermés à anse(s). Il s’agirait donc, en termes fonctionnels, des vases destinés à la collection et au transport (figure 2.47). C’est pourquoi le principal critère discriminant à envisager en premier est le nombre (un ou deux) et la disposition des anses (verticale ou horizontale, sur l’épaule ou à la hauteur du diamètre maximum).

1) Vases à une anse verticale (type Al)
  • 186 La distinction proposée à Pontecagnano sur la forme des anses verticales (types B1 et B2, cf. Ponte (...)
  • 187 C’est le cas pour les vases de la nécropole de Pontecagnano, cf. Pontecagnano II. 1, 22.

165Les vases de cette catégorie sont assez similaires ou, si l’on préfère, assez différents : il s’agit de vases biconiques à profil composite. Des variations sont perceptibles à l’examen de la forme de la panse ou du profil du col. L’anse verticale peut être sur l’épaule ou entre l’épaule et le col. Cette variabilité n’autorise pas cependant à pousser la différenciation plus avant186. Tous les exemplaires sont décorés, et selon la même technique : le peigne. Les motifs de la panse sont identiques, des N-Lambda complexes inversés ou non. Les motifs du col sont plus variés et se répartissent en deux grandes catégories : méandres continus ou interrompus d’un côté, métopes complétées “d’échelles” horizontales de l’autre, et ces deux catégories peuvent avoir une signification chronologique qui n’est pas perceptible sur le seul corpus envisagé187. Les décors complémentaires en boutons plastiques sont exceptionnels. Les vases étaient employés comme cinéraires (025PV01, 014PV01, 165PV01, 250PV01, 046PV04).

Image 10000000000004F80000060CF784BEC7.jpg

Fig. 2.47 - Arborescence de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle A.

  • 188 Par exemple d’Agostino 1974b, fig. 16.
  • 189 Sestieri 1960b.
  • 190 d’Agostino 1974a, 20. Pour Cerveteri, la forme est représentée dans Pohl 1972, 134-136 et fig. 113.
  • 191 Un exemplaire de la première moitié duVIIIe siècle, in Torelli 1984, 36, fig. 7.
  • 192 A la liste de Kilian (1970, 46-47), on peut ajouter le site de Sasso di Furbara (tombe 2 de Montorg (...)

166La forme du grand vase biconique à une anse verticale utilisé comme cinéraire est caractéristique du Villanovien de Campanie et partagée entre les sites de Pontecagnano188, Capodifiume189 et en l’occurrence Sala Consilina. B. d’Agostino rappelle toutefois qu’on trouve « épisodiquement la forme à CerveCerve-teri» et estime qu’elle serait inspirée, dans le Villanovien méridional, de la cruche de la Culture des Tombes à Fosse190. Il est à noter, toutefois, que la forme est également représentée à Vulci191 et que les vases cinéraires biconiques à anse verticale sont attestés au Protovillanovien192.

2) Vases à deux anses verticales (type A2)

167Les vases répondant à ce critère sont peu nombreux dans le présent corpus. Les trois exemplaires sont biconiques, à profil composite. La panse peut être plus ou moins arrondie, le bas de panse plus ou moins droit. Sur les trois exemplaires, les anses sont différentes : en boudin vertical, en boudin à trois points d’attache, en ruban à l’extrémité inférieure bifide (015PV01, 002PV01, 255PV01). Seule cette dernière variante apparaît chronologiquement pertinente et l’on distinguera l’anse bifide (type A22) des autres anses (type A21).

  • 193 Gierow 1966, 161, 165 ; type MK25 dans Müller-Karpe 1962, taf. 44.
  • 194 Müller-Karpe 1959a, par exemple taf. 19 ; d’Agostino 1970a, 593.
  • 195 d’Agostino 1968, 109.
  • 196 Voir Pontecagnano II. 1, 39-40.

168Sur les exemplaires très hétérogènes de ce corpus, il n’est pas possible de proposer des rapprochements très précis : l’amphore biconique est cependant une forme qu’on trouve largement dans les nécropoles latiales193 à partir de la phase IIb latiale ainsi que dans celles de la Culture des Tombes à Fosse, de Cumes et du Vallo di Sarno194. On trouve cependant parfois la forme définie comme “amphore villanovienne”195 : pour les amphores de Pontecagnano, B. d’Agostino insiste d’ailleurs sur les très étroits rapprochements qu’on peut proposer sur cette forme avec la Culture des Tombes à Fosse campano-latiale196. Très génériquement donc, les amphores A2 et B44 de Sala Consilina sont proches des types 7B et 7C de Pontecagnano.

  • 197 La Genière 1968, pl. 36, n° 4 et 5.
  • 198 Johannowsky 1984, tav. X ; il s’agit de la tombe 213.

169Les rapprochements effectués par J. de La Genière tendent à proposer, pour l’anse à trois points d’attache, une origine dans des exemplaires a tenda197. On peut cependant noter une anse bifide (presque identique sans toutefois le sommet en coupelle) sur une amphore de Capoue198.

3) Vases à une ou deux anses horizontales au diamètre maximum (type A3)
  • 199 Contra Kilian 1970.

170Le corpus, si étroit soit-il, n’explique pas la grande variabilité des types observée sur les individus de cette catégorie. Pour ce qu’on connaît par ailleurs de Sala Consilina, ces vases sont extrêmement différents les uns des autres, ce qui permet de penser que leur fonction de cinéraire n’est pas une fonction secondaire mais qu’ils étaient faits spécialement à cette occasion199. Deux profils sont représentés : le profil composite, le profil continu. Parmi les profils composites, une distinction supplémentaire peut être effectuée sur la hauteur relative du col, selon qu’il représente moins du quart, entre un quart et un tiers, plus du tiers de la hauteur totale du vase. On obtiendra ainsi les distinctions suivantes :

  • vase à profil continu (type A31) ;

  • vase à profil composite et col bas (type A32) ;

  • vase à profil composite et col moyen (type A33) ;

  • vase à profil composite et col haut (type A34).

  • 200 Pallottino 1982, 69 ; l’absence de cet élément, parmi d’autres, était déjà soulignée dans d’Agostin (...)
  • 201 Kilian 1969, 105 ; d’Agostino 1974a, 20.
  • 202 Müller-Karpe 1959a.
  • 203 Par exemple d’Agostino 1962a, fig. 33 ; Pontecagnano II. 1, 20.

171La forme des grands vases biconiques à une ou deux anses horizontales correspond à la forme traditionnelle des cinéraires villanoviens : c’est même, pour beaucoup, la condition nécessaire et suffisante pour parler de Villanovien, à tel point que son absence dans la nécropole de Capoue pousse certains savants à remettre en question l’appartenance culturelle du site à la sphère villanovienne200. Plusieurs fois, on a noté l’organisation différente du décor des exemplaires du Villanovien méridional sur lesquels le décor du col ne réserve aucun espace libre, à la différence des cinéraires des sites plus septentrionaux dont le décor est limité à deux bandes en haut et en bas du col201 : l’argument vaut jusqu’à un certain point, car à considérer les cinéraires de Bologne on mesure combien peut être grande la variabilité du décor à l’échelle de l’ensemble du monde villanovien202. Par ailleurs, il arrive fréquemment que l’une des deux anses soit brisée “rituellement” ; certains vases sont néanmoins fabriqués avec une seule anse, comme l’exemplaire de la tombe 178P qui partage en cela une caractéristique commune aux sites villanoviens d’Etrurie et de Campanie203.

  • 204 d’Agostino 1970a, 597 et n. 3 pour la bibliographie précédente ; pour Castiglione, cf. Guzzo 1975, (...)
  • 205 d’Agostino 1962b et 1964 ; Pescatori Colucci 1971, 500, fig. 10, n° 3.
  • 206 Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 33 ; Gierow 1966, 153.
  • 207 Yntema 1990, 28.

172Si la forme du vase biconique à deux anses horizontales à fonction cinéraire est caractéristique de la culture villanovienne, elle n’est pas inconnue ailleurs. En Italie méridionale, la forme est attestée dans des sites qui ne sont pas villanoviens, tant par des exemplaires d’impasto que par d’autres en argile fine. En impasto, des vases de cette forme proviennent de la zone de la Culture des Tombes à Fosse de Campanie (dans la Valle del Sarno et à Cumes) mais aussi de Calabre (à Torre Galli et Castiglione di Paludi)204. La forme est également connue dans les sites de la haute vallée du Sele où est représentée la Culture des Tombes à Fosse de type Cairano-Oliveto Citra : ainsi, des exemplaires sont attestés à Oliveto Citra, datés de la fin du VIIIe et du début du VIIe siècle, et à Cairano, datés du IXe siècle205. On connaît également la forme dans le Latium206. Des exemplaires en argile fine sont connus dans plusieurs productions depuis le protogéométrique d’Italie méridionale : céramique a tenda, géométrique moyen du Salento, la production nord-lucanienne207.

4) Les vases à une anse horizontale sur l’épaule (type A4)

173Cette catégorie de vases est très rare sur l’ensemble des mobiliers funéraires de Sala Consilina. Le corpus présent ne compte que deux exemplaires qu’il faut toutefois distinguer par la morphologie du bord, convergent dans un cas, vertical dans l’autre. Pour le reste, la forme est globulaire. On retiendra donc :

  • bord vertical (type A41) ;

  • bord convergent (type A42).

  • 208 Pontecagnano II. 1, 18-19.
  • 209 Osteria dell’Osa 1992, 234 et tav. 11.3 ; type 10a var I, 259 et tav. 17.

174La forme des vases globulaires à bord convergent est simple ; la catégorie A4 peut-être rapprochée des types 4A et 4B de Pontecagnano208. Il reste que d’un point de vue chronologique les vases divergent : l’exemplaire du type A41 provient en effet d’un mobilier contenant une fibule à arc serpentant et pied à disque a fettuccia spiraliforme et il serait daté de ce fait de la première moitié du IXe siècle, tandis que les exemplaires de l’Agro Picentino ne semblent pas antérieurs au milieu du siècle. La forme sans anse ou avec plus d’une anse est également attestée dans la nécropole de l’Osteria dell’Osa et y est utilisée comme vase cinéraire ; un exemplaire sur pied creux et décoré est néanmoins attesté à la phase II209.

5) Vase à deux anses horizontales sur l’épaule (type A5)
  • 210 Voir en particulier Yntema 1990.
  • 211 Bottini 1979, 81-82 et fig. 48, dans le remplissage de la tombe 9, les vestiges d’une sépulture que (...)

175Ce type n’est représenté ici que par un exemplaire, en argile fine et décoré de motifs a tenda. Plusieurs individus du même type (panse cordiforme à globulaire, sans col et bord large divergent) sont néanmoins connus à Sala Consilina (172PV01). A la différence de la forme biconique, les vases à panse piriforme semblent plutôt caractéristiques, parmi les productions d’argile fine d’Italie méridionale, de la céramique a tenda210 : de la nécropole de Ruvo provient néanmoins un exemplaire de forme identique211.

b) Classe fonctionnelle Β

176La classe Β regroupe des vases moyens fermés à anse(s). Il s’agit donc, comme la classe précédente et dans les mêmes termes fonctionnels, de vases destinés à la collection et au transport. Encore une fois, le principal critère discriminant sera l’aménagement de la préhension, le nombre et la disposition des anses. Cinq types de préhension paraissent devoir être notés : l’anse verticale unique, dont le point d’attache est sur la lèvre, sur l’épaule ou le col ; l’anse “panier” dont les points d’attache sont situés sur la lèvre et diamétralement opposés ; les deux anses verticales disposées en opposition sur le col ; les deux anses horizontales fixées sur la panse.

1) Les vases à une anse verticale à la lèvre (B1)

177Ainsi défini, le groupe est assez hétérogène et le principal facteur d’hétérogénéité consiste dans les dimensions absolues des individus. La figure suivante exprime cette dispersion sur la hauteur et le diamètre maximum : le nuage de points est assez ramassé autour d’une droite de régression exprimant une forte corrélation entre les deux dimensions, ce qui ne surprend pas. Au-delà de ce comportement général apparaissent des groupes dimensionnels qui sont matérialisés sur la figure par des couleurs différentes attribuées aux points. Quatre “modules” sont ainsi mis en évidence, qu’on analysera successivement (figure 2.48). Chaque module retenu peut regrouper des individus assez hétérogènes mais les étapes ultérieures de la segmentation permettront de proposer des différenciations complémentaires.

178Le Module 1 : les vases très grands (B11)

179Le module 1 regroupe des vases de grandes dimensions. Leur profil est, dans tous les cas, composite. Ils peuvent être assez trapus ou assez élancés. Toutefois, c’est sur le profil global qu’on peut distinguer des vases à panse globulaire et petit col, d’autres à panse davantage cordiforme et col haut. Un rapport simple entre la hauteur du col et la hauteur totale permet de grouper les vases de part et d’autre de la valeur 1/3 et de désigner ces cols comme respectivement bas et haut :

  • le col bas (hauteur du col inférieure ou égale au tiers de la hauteur) Β111 ; les vases à col bas se distinguent par une panse très globulaire et un pied en disque au fond parfois légèrement concave. L’anse est un ruban large et peut être décorée de deux cordons verticaux (049PV01, 046PV03) ;

    • 212 Le terme de fond plat peut s’appliquer aussi aux fonds très légèrement concaves : l’important n’est (...)

    le col haut (hauteur du col supérieur au tiers de la hauteur) B112 ; les vases à col haut forment un groupe plus hétérogène. L’épaulement ou l’anse, par exemple, peuvent varier beaucoup. C’est cependant sur l’aménagement de la base que la différenciation sera effectuée, selon la présence (pied bas tronconique creux Β1122) ou l’absence d’un pied tronconique creux (“fond plat” B1121212). On notera dans les deux groupes la présence d’un exemplaire décoré : il s’agit également des deux plus grands vases de cette forme.

Image 10000000000004C10000034D1E066807.jpg

Fig. 2.48 - Diagramme de corrélation hauteur/diamètre maximum pour recherche de module.

180• Comparaisons

  • 213 Pontecagnano II. 1, 143.

181Les vases de ce groupe ne diffèrent des autres que par leurs grandes dimensions générales. Aussi l’essentiel des comparaisons que l’on proposera pour le module suivant sera également valable pour ce groupe-ci. On peut s’arrêter sur un exemplaire de la tombe 191P : la cruche (du type B1121) porte sur le col un décor organisé en panneau, ce qui est une caractéristique qu’on retrouve sur les tasses de la même phase (IIA). Il est possible que cette organisation du décor reprennent celle que l’on trouve sur les vases a tenda. Il est à noter qu’à Pontecagnano une amphore (tombe 2150 de phase IIA) montre sur le col un décor organisé de la même façon213.

182Le Module 2 : les grands vases (B12)

183Le module “Grand” est défini sur des vases assez proches l’un de l’autre. Certains exemplaires peuvent être toutefois un peu éloignés de la droite de régression qui exprime à peu près une égalité entre hauteur et diamètre maximum. En clair, le module 2 regroupe à la fois des vases qui pourraient être qualifiés de “trapus” ou d’“élancés” : l’important est de reconnaître que les vases sont distribués selon une loi Normale autour d’un rapport hauteur/diamètre maximum égal à 1, comme le montre le graphique suivant (figure 2.49).

184On s’intéressera dans un premier temps aux vases à profil continu (B121) pour distinguer les anses surmontantes (B1211) des anses non surmontantes (B1212) ; dans ce dernier cas, il faut différencier les profils élancés (B12121) des profils trapus (B12122).

  • 214 L’attache supérieure de l’anse peut également être bifide.

185Pour les vases à profil discontinu (= composite Β122), il est nécessaire de procéder à des discriminations ultérieures en fonction de l’anse, qu’elle soit en boudin simple en arceau (Β1221), en boudin à crête (B1222), en boudin à base bifide (B1223)214, en ruban en arceau (B1224) ou en ruban à montant vertical (B1225). Ces deux dernières catégories doivent faire l’objet de discriminations ultérieures.

186Ainsi, dans le cas des anses en ruban en arceau, on prendra en compte le décor, son absence ou sa présence, et son motif, décor a tenda, côtes ondulées et modelées, motifs verticaux (godrons en creux ou sillons). On aura donc les types suivants :

  • sans décor Β12240 ;

  • décor a tenda Β12241 ;

  • décor à côtes modelées Β12242 ;

  • décor de sillons verticaux Β12243.

187Si l’on prend en compte les vases fragmentaires qui n’ont, jusque-là, pas été intégrés au corpus, il faut envisager deux variantes du décor a tenda, que le motif soit “grossier” ou “élégant” ou, en termes chronologiques, qu’il soit du protogéométrique ou du géométrique.

Image 100000000000040300000260D0EACD8F.jpg

Fig. 2.49 - Histogramme de la distribution des rapports hauteur/diamètre maximum des vases appartenant au module 2. De part et d’autre de la valeur 1 les vases sont habituellement considérés comme « trapus » ou « élancés ».

188Pour les anses en ruban à montant vertical, il est nécessaire de distinguer dans un premier temps les bas de panse convexes (B12251) des bas de panse droits ou concaves (B12252), puis, dans cette dernière catégorie, les cols à parois convergentes et panse lenticulaire (B122521), les cols à parois convergentes et panse cordiforme (B122522) et les cols à parois parallèles ou divergentes (B122523).

189• Comparaisons

190Chercher des comparaisons pour les vases de la catégorie B12 n’est pas une chose simple, tant la forme est, d’un point de vue générique, répandue. On considère que la forme à anse à la lèvre est caractéristique de la Culture des Tombes à Fosse, mais très largement répandue dans la péninsule italienne, du Latium à la Campanie, aussi bien dans les sites villanoviens que ceux de la Culture des Tombes à Fosse. Au-delà de cette reconnaissance, il est parfois possible de proposer des éléments de comparaison plus précis.

  • 215 Pontecagnano II. 1, 26.
  • 216 Deux exemplaires sont indiqués pour les tombes 227 et 3285 (ibidem et Pontecagnano II. 2, 33).

191Les profils simples sont rares dans les formes à anse à la lèvre. Le type Β12122 correspond aux cruches à panse globulaire de Pontecagnano et fond ombiliqué du type 8D1215 : le type y paraît rare216 (mais il l’est aussi à Sala Consilina) et il est considéré avec les autres formes vasculaires globulaires comme caractéristique de la phase II.

  • 217 Pontecagnano II. 1,25.
  • 218 Orsi 1926, tav. IV, n° 17.
  • 219 A Pontecagnano, ce type d’anse a une signification chronologique puisqu’il est attesté dans des mob (...)
  • 220 Pontecagnano II. 1, 42.

192Il est possible de proposer un rapprochement assez général entre les types B1221, B1223 et B12240 et la variante 8C2a définie à Pontecagnano, même si les dimensioni minori des exemplaires du type manquent de précision217. Par ailleurs, le type B1223 correspond à un type également distingué par K. Kilian, soit F3s. Il se distingue par son anse bifide qui peut porter ou non un décor de petites encoches obliques. Ces anses, décorées ou non, sont d’ailleurs portées par de rares autres formes : amphores à Torre Galli218, attingitoio et cruches globulaires à Pontecagnano219 ; par ailleurs, dans ce dernier site il s’agit d’une anse à protome animal, mais plus souvent d’une anse à boucle au sommet que les éditeurs du site jugent comme l’interprétation locale de l’ansa a nodo d’Etrurie220.

  • 221 d’Agostino 1968, 110 n. 1 : il s’agit d’une anse en boudin entre la lèvre et le point le plus haut, (...)
  • 222 Ibidem, 115-116.
  • 223 Il s’agit du type 8C2b : Pontecagnano II. 2, 19-20, 41 et 18 fig. B.

193Le type B1222 correspond au type 59 de B. d’Agostino avec sa caractéristique anse scudata à sommet à section triangulaire221 : à Pontecagnano, il est présent dans les tombes de l’Orientalisant ancien ; jusqu’aux travaux portant sur la seconde phase de Pontecagnano, on pouvait suivre B. d’Agostino qui estimait qu’il dérive de la forme de la cruche typique des mobiliers du Premier Age du fer de la Culture des Tombes à Fosse, mais “assimilée localement”222. A présent, les récentes recherches ont mis en évidence l’existence de ce type de cruche dès la phase IIB de Pontecagnano, à tel point que la forme est presque la seule (pour la céramique) sur laquelle s’appuie la définition de cette phase IIB223. Un seul exemplaire dans le corpus présent porte un décor de longues impressions à la tige ronde qui rappelle la disposition du décor à la roulette des exemplaires de Pontecagnano. Il faut noter que le même exemplaire porte un décor de groupes de trois godrons en creux sur l’épaule, dominés par des impressions circulaires.

  • 224 Müller-Karpe 1962, taf. 44, type 41.
  • 225 Pontecagnano II. 1, fig. 43 ; Pontecagnano II. 2, fig. 89.
  • 226 Attingitoio de la tombe 231, très proche — y compris pour les godrons groupés — d’une tasse à anse (...)

194Les godrons en creux et en groupes sont un décor attesté à Rome à la phase III latiale, sur des attingitoii et des cruches224. A Pontecagnano, les motifs des godrons en creux apparaissent sur des vases de la phase IIA mais aussi de phase IIB : le motif est alors continu tout autour de la panse comme sur la scodella sans anse sur pied de la tombe 211P ou l’attingitoio de la tombe 3276225. Les godrons verticaux groupés par quatre sont attestés sur de rares exemplaires d’attingitoii et tasses de la phase IIB226. Ces godrons en creux sont également des décors très caractéristiques de la Culture des Tombes à Fosse du groupe de Cairano-Oliveto Citra, comme on le verra plus loin : ce n’est pas le seul cas de “confusion” entre des éléments de Pontecagnano et des sites de la haute vallée du Sele.

195On peut sans aucun doute considérer que notre type Β12243 n’est qu’une variante du type Β1222 : les deux exemplaires ne possèdent pas la particularité morphologique de l’anse, qui est ici en ruban simple, ni le profil très rectiligne du col qui est ici nettement convexe. Le décor toutefois ne laisse aucun doute : sur un exemplaire, le décor est constitué de godrons en creux tandis que l’autre ne porte qu’un décor “imité” au sens où il reprend le motif et son organisation mais avec des incisions à la place les godrons larges.

  • 227 La Genière 1968, 28, et pl. 36, 13 et 14.
  • 228 Voir la typologie de la cruche 8C in Pontecagnano II. 2, 19-20.
  • 229 Ibidem, 21 en particulier.

196Comme les autres types de la catégorie Β1224, les vases du type précédent présentent une anse en arceau pour laquelle J. de La Genière a déjà proposé une influence des cruches a tenda qui entrent d’ailleurs également dans cette catégorie227. Le type Β1221 présente une anse en boudin mais d’un profil en arceau parallèle au col similaire aux cruches précédentes. De fait, sur certains exemplaires d’impasto, la proximité morphologique va au-delà de cette ressemblance de l’anse : il en est ainsi de la tendance générale des vases à avoir un col haut, même si cette tendance ne permet pas, sur le corpus de Sala Consilina, de traduire en termes de rapport clair une caractéristique précise, à l’inverse de ce qui semble se passer à Pontecagnano228. La variante 8Ca définie sur ce dernier site correspond à ce groupe de vases que l’on vient d’isoler à Sala Consilina, même si demeurent quelques problèmes de correspondance chronologique entre les deux sites229. J’y reviendrai.

  • 230 La Genière 1961, 1962, 1968, Kilian 1964, Yntema 1990, et dernièrement Ruby 1988. Voir également in (...)

197Le type Β12241 correspond aux cruches a tenda bien connues dont l’origine et la diffusion ont été maintes fois étudiées depuis les premiers travaux de J. de La Genière230.

  • 231 d’Agostino 1968, 119-120, type 69 : cf. par exemple l’exemplaire 12 de la tombe VI (= 568), fig. 40
  • 232 Tombe 4875, Pontecagnano II. 1, fig. 196.
  • 233 Johannowsky 1984, tav. VII, tombe 805.

198Le type B122523 rappelle un type d’attingitoio de l’Orientalisant ancien de Pontecagnano, à panse globulo-lenticulaire auquel B. d’Agostino trouve des affinités avec certains vases du groupe de Cairano-Oliveto Citra : le col est tronconique divergent ou cylindrique à bref bord divergent, l’anse est surmontante en ruban à section convexo-concave231. Les affinités morphologiques sont les seules ressemblances car le décor est totalement différent : il est constitué de groupes de godrons en creux. On a déjà rappelé que ce décor était caractéristique des vases du groupe de Cairano-Oliveto Citra, ce que confirme l’autre élément décoratif de la “rosette-soleil”. La combinaison décorative de l’exemplaire de la tombe 174P est toutefois originale, avec ces lignes d’impressions punctiformes encadrant les motifs de godrons et soulignant le contact col/panse : toutefois, sans les godrons, un décor d’impressions proche est attesté sur une cruche de la fin de la phase IIB232. On connaît également à Capoue un exemplaire proche avec un col cylindrique et une panse lenticulaire décorée de godrons en creux, sans que l’anse soit, toutefois, surmontante233.

  • 234 Il n’est pas possible d’être moins subjectif.

199A mi-chemin entre le type précédent et le type Β1222 trouve place, quant aux influences, le type B122521. Le profil général, avec un col assez haut à parois rectilignes et panse “assez”234 lenticulaire, rappelle sans aucun doute celui des cruches à anse au sommet à section triangulaire, tandis que l’anse un peu surmontante évoque plutôt celle des cruches à col cylindrique ou tronconique divergent qu’on rapprochait de certains attingitoii de Pontecagnano.

200Le Module 3 : les vases moyens (B13)

201Le troisième module regroupe des vases moyens. Comme le montre le graphique de la figure 2.48, deux directions sont suivies par les dimensions des vases : une première, qui s’écarte de la droite de régression vers le haut, correspond à des vases dont le diamètre maximum est très supérieur à la hauteur ; une seconde, horizontale sur la représentation, à des vases – peu nombreux – dont la hauteur est supérieure au diamètre maximum. Enfin, un individu que ses dimensions auraient pu rapprocher de ce module a été rattaché au module suivant, ses caractéristiques morphologiques correspondant davantage à ce qu’on peut y trouver.

202C’est encore une fois la morphologie de l’anse qui permet de procéder à une première différenciation, selon qu’elle est très nettement surmontante ou au contraire en arceau :

  • anse surmontante (B131) ; les vases à anse surmontante présentent une morphologie assez homogène; il s’agit d’individus à embouchure large, col subcylindrique et panse à épaule plutôt tendue ;

  • anse en arceau (B132) ; à l’opposé, la caractéristique de l’anse en arceau est partagée par des vases très différents, et aux niveaux suivants il sera nécessaire de distinguer les profils composites des profils continus ; puis, parmi les profils continus, les vases en fonction de la hauteur de leur diamètre maximum, selon qu’il est situé dans la moitié inférieure ou supérieure, tandis que pour les vases à profil composite on précisera au niveau suivant si le vase est élancé (0max inférieur à la hauteur) ou trapu, puis dans ce dernier groupe on distinguera les panses carénées des panses arrondies.

203On obtiendra donc les types suivants :

  • profil continu à panse haute (Β 1321) :

  • impasto non décoré (B13210)

  • argile peinte (Β 13211)

  • profil composite élancé (B1322)

  • composite, trapu à panse carénée (B1323)

  • profil composite, trapu à panse arrondie (B1324).

204• Comparaisons

  • 235 d’Agostino 1964, 43 sq.
  • 236 Ibidem, 94-95.
  • 237 Pontecagnano II. 2, fig. 86.

205Le type Β1312 correspond aux attingitoii – vases à puiser, qu’on qualifiera ici de cruchons – de type Cairano-Oliveto Citra qu’on peut aisément repérer tant par le profil caractéristique que par le décor de groupes de godrons en creux complété de “rosettes-soleils”, déjà rencontré plus haut. Les vases du corpus présent possèdent tous un profil composite avec un col nettement marqué. A Oliveto Citra, B. d’Agostino attribue une signification chronologique aux deux groupes distingués selon le profil : les exemplaires de Sala Consilina se rapprocheraient plutôt du type B par la hauteur de leur diamètre maximum, à l’exception du vase de la tombe 213P ressemblant davantage au type A de d’Agostino235. Le type A appartiendrait à des mobiliers de la fin du VIIIe siècle, plus exactement contemporains de l’Orientalisant ancien de Pontecagnano tandis que le type B serait présent dans des mobiliers datées du VIIe siècle236. Il est possible que les tous premiers représentants de la forme soient présents dans le site de l’Agro Picentino dès la phase II, comme en atteste le mobilier de la crémation 3262237. Le type B1311 n’est, quant à lui, qu’un abâtardissement de la forme précédente, une interprétation locale du type de la haute vallée du Sele.

  • 238 Yntema 1990, 114 et 122 ; pour S.M. d’Anglona, voir aussi Malnati 1984.
  • 239 Gravina, cf. Small 1976 et Yntema 1990, 153.
  • 240 Yntema 1990, 48.
  • 241 D’Andria 1984, 113 fig. 11.
  • 242 d’Agostino 1964, 97 ; l’auteur propose une origine macédonienne pour ces languettes.
  • 243 Lo Porto 1978, 290, fig. 14.
  • 244 Par exemple le vase à filtre de Cozzo Presepe : cf. Small 1983, et Yntema 1990, 153 et plus général (...)

206Le type B 13211 n’est représenté que par un exemplaire. Il s’agit d’un vase d’argile fine qui devrait tout naturellement orienter les recherches de comparaisons vers l’intérieur de la Basilicate. En fait, la forme de grosse tasse globulaire n’est pas très répandue. La forme est représentée dans la céramique a tenda238 comme dans le Géométrique moyen du Bradano239. Le Géométrique du Salento connaît une tasse davantage piriforme240. La petite languette sur le sommet de l’anse est, quant à elle, tout à fait originale : on la connaît, en plus élargie, sur un exemplaire plus récent d’olletta du Géométrique récent Iapyge241 ; on sait par ailleurs que c’est un appendice caractéristique des anses des amphores du groupe de Cairano-Oliveto Citra242. En fait, la plus proche comparaison est fournie par un exemplaire en impasto provenant de Murgecchia : la forme est globulaire, l’anse porte une petite languette243. Le décor, qui est formé d’une suite d’angles dans un panneau dessiné par deux bandes de trois lignes horizontales et trois bandes verticales de part et d’autre de l’anse, correspond à un décor du Géométrique moyen du Bradano244. Au total, c’est plutôt vers cette zone du Bradano qu’on peut s’orienter pour une provenance éventuelle.

207Le Module 4 : les vases petits (B14).

208Le dernier module rassemble des vases assez différents. On trouvera en particulier des individus de deux origines : d’une part des vases que la morphologie générale rapproche des vases de la classe F (des “tasses”) mais dont l’indice d’ouverture est inférieur à 1 ; d’autre part des vases qui ressemblent davantage à des cruches en réduction. C’est la hauteur (sans l’anse) qui permet de distinguer le mieux ces deux groupes, et l’on prendra la mesure pivot de 7,5 cm.

209Parmi les vases dont la hauteur est inférieure à 7,5 cm, et bien qu’il ne reste à ce niveau qu’un nombre très réduit de vases, il faut encore faire intervenir la forme générale du profil : d’un côté en effet, des vases à col marqué et anse ruban profil composite (B1411)-, de l’autre, un vase sans col à anse en boudin – profil continu (B1412).

210Pour les vases dont la hauteur est supérieure ou égale à 7,5 cm (B142), on retiendra les deux profils, continu (B1421) et composite (B1422). Les vases au profil composite sont très similaires. Le col est tronconique à parois très convexes, le contact col/panse est bien marqué. Il faut cependant distinguer les individus selon que leur fond est profilé et concave (B14221) ou convexe (B14222).

211• Comparaisons

  • 245 Pontecagnano II. 1, 30. Sur ce type l’anse peut être a bastoncello schiacciato. Voir par exemple le (...)
  • 246 Osteria dell’Osa 1992, 296 et tav. 24.
  • 247 Voir infra, les commentaires sur les amphores globulaires.

212Les types B1411 et B1412 n’entrent dans cette catégorie que grâce à leur ouverture étroite ; leur profil les désignerait plutôt comme “tasses”. Les trois exemplaires concernés peuvent être rapprochés de la catégorie F1 avec laquelle ils partagent une anse en une partie même si le cas du type Β1412 avec son anse en boudin est assez atypique. Précisément pour cela et en dehors de Sala Consilina, ce dernier type est à rapprocher des tasses globulaires et fond ombiliqué de Pontecagnano (type 8D1)245, voire de certaines tasses “sphériques” attestées dans la nécropole de l’Osteria dell’Osa246. Comme toutes les formes vasculaires globulaires, la forme est caractéristique de la phase II247.

213Les vases du type B1411 sont très décorés d’impressions à la fausse cordelette : il est à noter que le décor de l’anse- deux lignes verticales sur le bord et deux groupes de lignes horizontales au milieu et à la base de l’anse- rappelle le motif caractéristique des anses des cruches a tenda.

  • 248 Pontecagnano II. 1, 27. Voir par exemple le vase de la tombe 200, fig. 39 et de la tombe 216, fig. (...)
  • 249 Osteria dell’Osa 1992, 274.

214Par ailleurs, les vases regroupés dans les types Β13210 et Β1421 sont proches d’exemplaires non classifiés de brochetta du type 8E de Pontecagnano248. Au regard du même site, on peut évoquer une correspondance générique entre le type 8E et les différents types B1322, B1323 et B1324. De leur côté, les chercheurs de l’Osteria dell’Osa rapprochent le type Β1421 de la forme générique du boccale249.

  • 250 Hencken 1968, 71, fig. 57i : il s’agit de la tombe S.S. 79.
  • 251 Pontecagnano II. 1, 26-27.

215Le type Β14221 est plus caractéristique. Même si la forme biconique ne correspond pas tout à fait, l’anse à rainures verticales permet d’évoquer un cruchon de Tarquinia avec anse à rainures incisées parallèles250. La forme n’est pas non plus inconnue à Pontecagnano où des vases proches sont réunis sous le type 8E251. Le type Β14222 peut être l’évolution de la forme précédente.

2) Les vases à une anse verticale au col ou à l’épaule (B2)

216Les vases répondant à cette description ont très souvent un col conique plus fermé, généralement plus fermé en tout cas que les vases à anse à la lèvre. Cependant, dans le groupe considéré, les ouvertures peuvent être relativement grandes ou petites. Un moyen d’estimer cette ouverture relative est de rapporter le diamètre à l’ouverture au diamètre maximum. Le calcul qu’on a effectué est la simple différence entre les deux diamètres, rapportée au diamètre maximum pour ne pas tenir compte des effets de dimensions absolues. On obtient la distribution représentée sur la figure précédente (figure 2.50).

Image 10000000000004E30000023F4ABB1C58.jpg

Fig. 2.50 - Histogramme de la distribution des rapports (ømax-øouv)/ ømax - vases à une anse verticale au col ou à l’épaule.

217Trois ouvertures relatives sont retenues : large, moyenne, étroite. Dans le groupe des ouvertures moyennes, des discriminations supplémentaires peuvent être opérées en fonction de la position des anses, au col ou à l’épaule, puis de la présence ou non d’un décor.

218Les vases à ouverture relative large (B21)

219Dans le corpus envisagé, un seul vase correspond à ce critère. On sait cependant que la forme est largement représentée dans les mobiliers de Sala Consilina connus par ailleurs.

220Les vases à ouverture relative moyenne, anse au col (B22)

221Le critère “anse au col” est pris dans son acception la plus large : en général, l’attache inférieure de l’anse est fixée à la hauteur du diamètre maximum, l’attache supérieure se trouvant, quant à elle, à un endroit quelconque du col ; plus rarement, il arrive que l’attache inférieure repose sur l’épaule, voire au contact col/panse. Les vases considérés ici sont plus ou moins trapus, plus ou moins élancés, l’épaulement peut être assez marqué. C’est le critère de présence/absence du décor qu’on retiendra comme discriminant : sans décor B220, avec décor B221.

222Les vases à ouverture relative moyenne, anse à l’épaule (B23)

223Le corpus est trop réduit pour que l’on attache une valeur définitive à la coupure reconnue quant à l’ouverture relative de ces vases. Cela signifie qu’à l’intérieur du présent groupe, la conicité du col peut être assez variable. Quoi qu’il en soit, le groupe se distingue du suivant par une ouverture relativement plus large. Comme dans le groupe précédent, le critère discriminant retenu sera la présence/absence du décor : sans décor B230, avec décor B231.

224Les vases à ouverture relative étroite, anse à l’épaule (B24)

  • 252 Kilian la distingue sous son type F2h, à la différence près qu’y sont groupés des vases dont l’anse (...)

225Le groupe considéré est réduit puisqu’il ne renferme que deux exemplaires. Au regard des mobiliers connus par ailleurs à Sala Consilina, il semble que la forme soit réellement autonome252.

226• Comparaisons

  • 253 Gjerstad 1966, 85 fig. 22.
  • 254 Osteria dell’Osa 1992, 273 sq., tav. 20 : il s’agit en particulier du type 17b.
  • 255 Gierow 1966, 144, fig. 35.
  • 256 Müller-Karpe 1959a, taf. 46.
  • 257 Toms 1986, fig. 20, type VII.
  • 258 Gabrici 1913, tav. XIV, 5.
  • 259 d’Agostino 1970a, 596 et Gastaldi 1979, 41.
  • 260 Pontecagnano II. 1, 27.

227Le type B21 correspond à une variante du boccale, forme attestée, même si c’est en peu d’exemplaires, dans de nombreuses nécropoles : dans le Latium à Rome253, dans la nécropole de l’Osteria dell’Osa254 et les Colli Albani255, à Terni256, Veio257, Cumes258, Vallo del Sarno259, Pontecagnano260.

  • 261 Pontecagnano II. 1, 24-25 et 27.

228Les types très larges retenus ici pour les cruches à anse au col recoupent parfois ceux définis, sur un corpus plus large, dans le site de Pontecagnano. Ainsi le type B221 se rapproche-t-il de la variante 8B1a, tant du point de vue formel et dimensionnel que par sa position chronologique261. Le type B220 regroupe quant à lui des vases appartenant soit à la variante 8B1, soit à la variante 8B2 (par exemple la tombe de la cruche 043P).

229Du point de vue des comparaisons entre les deux sites à propos des types de cruches à anse à l’épaule, les commentaires pourraient être sensiblement les mêmes. On retrouve dans l’un et l’autre des formes aux caractéristiques proches, même si apparaissent parfois quelques écarts chronologiques : ainsi le type B230, attesté à Sala Consilina à un moment final de la phase I, correspond-il à la variante 8A2 qui disparaît dans l’Agro Picentino au début de la période IB ; de même le type B231 coïncide plus ou moins avec la variante 8A1b.

  • 262 Il s’agit du type MK19 de Rome Müller-Karpe 1962, taf. 44. Voir aussi d’Agostino 1974a, 20 et la fo (...)
  • 263 d’Agostino 1970a, 594 et bibliographie précédente.
  • 264 Voir d’Agostino, Pontecagnano II. 1, 39 sq. et la bibliographie précédente.
  • 265 Par exemple, Gjerstad 1966, 88 fig. 24.
  • 266 Notre type B230 dont un exemplaire porte le décor plastique (caractéristique des tombes à fosse) de (...)
  • 267 Kilian 1974, taf. 10.

230Au-delà de l’Agro Picentino, la forme à anse à l’épaule est caractéristique des cruches de la culture latiale et de la Culture des Tombes à Fosse262. En Campanie, elle est fréquente aussi bien dans les nécropoles de cette culture, en particulier dans la Valle del Sarno263, que dans les nécropoles villanoviennes dont, comme on l’a déjà précisé, Pontecagnano. Elle n’est pas étrangère non plus en Etrurie où on la trouve à Caere264. Certains exemplaires du corpus présent rappellent même le type à col très haut caractéristique de Rome265 ou à col à parois nettement convexes266. D’autres exemplaires proviennent de Torre Galli267. La forme est rare en Etrurie.

  • 268 Ibidem, 24.
  • 269 Malgré ce que propose Kilian 1970, 310 : des deux exemplaires par lui datés de IA, le premier provi (...)
  • 270 Par ex. Orsi 1926, tav. III, n° 4 et 15, tav. V, n° 6. Le seul vase calabrais auquel se réfère K. K (...)
  • 271 Osteria dell’Osa 1992, 268 et tav. 19.

231Le type B24 est peut-être l’interprétation locale de la forme à col presque cylindrique caractérisée à Pontecagnano comme le type 8Ala : les vases de Sala Consilina possèdent tous un col bas, à l’inverse de leurs correspondant de l’Agro Picentino dont le col, lui aussi tendanciellement cylindrique, est haut268 ; les difficultés surgissent toutefois avec les rapports chronologiques entre les deux formes, car à Pontecagnano le type en question est caractéristique de la phase IA et disparaît au début de IB, tandis qu’à Sala Consilina aucun vase de ce type n’est antérieur à un moment final de la phase I269. Il faut toutefois rappeler que les exemplaires considérés ici sont proches de cruches très globulaires de Torre Galli dont l’anse toutefois est située entre l’épaule et le col270 : cette variante est également représentée à Sala Consilina – toutefois pas dans le corpus présent – mais n’est pas distinguée par K. Kilian, à moins qu’on ne la considère comme une extension de sa variante F2n qui ne possède qu’un exemplaire ; l’une et l’autre variantes demeurent malgré tout rares. On notera pour finir la proximité du type B24 avec le type 12c de la nécropole de l’Osteria dell’Osa, daté de la phase II271.

3) Les vases à une anse “panier” (B3)

232Deux vases entrent dans cette catégorie. Dans les autres mobiliers de Sala Consilina connus par ailleurs, cette forme est peu représentée, mais montre une variabilité sans rapport avec le présent corpus.

  • 272 Pontecagnano II. 1, 34, 41, et 85 n. 46.
  • 273 Veio 1975, 119 fig. 36, tombe CD11.
  • 274 Nécropole du Sorbo, tombe 278 ; cf. Pohl 1972, 161 fig. 140, n° 2.
  • 275 Tusa 1983, 522 fig. 45.
  • 276 Tombe LXII de Pratica di Mare qui contient également une fibule a sanguisuga creuse et un scarabée  (...)

233En dehors de Sala Consilina la forme est exceptionnelle. A Pontecagnano, on ne connaît qu’un vase de ce type, d’une morphologie du reste également rare dans le Vallo di Diano272. En Etrurie, on connaît un exemplaire à Veio dans une tombe datée de IIB, et surtout en argile peinte273, ainsi qu’un autre à Cerveteri274, avec un col bref un peu divergent sur une panse globulaire, un profil assez différent des exemplaires de Sala Consilina. Deux profils également très différents sont attestés d’une part en Sicile, avec un individu en céramique piumata de forme tronconique ouverte à parois concave275, d’autre part au Latium, avec un exemplaire datant du début de l’Orientalisant ancien276.

4) Les vases à deux anses verticales (B4)

234Les vases à deux anses verticales représentés ici sont peu nombreux et tous manifestement différents, même si des regroupements significatifs peuvent être effectués en fonction de la forme de la panse. D’après ce qu’on peut savoir par ailleurs sur les autres mobiliers de Sala Consilina (ainsi que sur les autres sites), on distinguera donc les panses globulaires (sur lesquelles une ultérieure distinction portera sur le fond), les panses lenticulaires et les panses cordiformes :

  • panse globulaire à fond ombiliqué (B41) ;

  • panse globulaire à pied (B42) ;

  • panse lenticulaire et col évasé (B43) ;

  • panse cordiforme et col tronconique (B44).

  • 277 La Genière 1968, 96-97, et bibliographie précédente.
  • 278 Falconi Amorelli 1968, n° 13.
  • 279 Pontecagnano II. 1, 23 et tav. 11.

235Le type B41 est exceptionnel. Il pourrait correspondre au “canthare” dont J. de La Genière estime qu’il fait son apparition à Sala Consilina à la fin du Premier Age du fer. L’auteur rapproche néanmoins les quelques exemplaires attestés plus anciennement au Premier Age du fer des formes des petites amphores connues à Cumes et à Rome277 : si tel devait être le cas, il faudrait également mentionner toutes les petites amphores qu’ont livrées les sites villanoviens d’Etrurie méridionale, en particulier Veio mais aussi Vulci278. L’exemplaire de Sala Consilina doit plutôt être rapproché de la forme des amphores ou amphorettes globulaires et fond ombiliqué, regroupées à Pontecagnano sous la variante 7D1279. Il s’agit, comme pour le type suivant, de la manifestation locale d’une mode très répandue.

  • 280 Peroni 1960 fig. 4, et types 20-21 de Müller-Karpe 1962 ; Gierow 1966, 159 sq.
  • 281 Close-Brooks 1965, 57, type 27 ; Toms 1986, fig. 21.
  • 282 Pontecagnano II. 2, fig. 84.

236En effet, le type B42, dont le profil très globulaire ne laisse voir aucun col, est sans aucun doute à rapprocher du type de l’amphore latiale qui, comme plusieurs autres formes globulaires, apparaît à Rome et dans les Colli Albani dès la phase IIA (chronologie latiale)280 ainsi qu’à Veio à la fin du IXe siècle voire au début du VIIIe281. A Pontecagnano, l’arrivée de cette forme globulaire représente une rupture par rapport aux formes précédentes. Pour Sala Consilina, le type B42 est très rare pour ne pas dire exceptionnel : il n’entre d’ailleurs pas non plus dans la classification proposée pour le site de l’Agro Picentino, où les deux variantes 7D1 et 7D2 ne sont pas pourvues d’un pied tronconique creux ; il n’en demeure pas moins qu’une comparaison plus directe peut être proposée entre notre exemplaire et une amphore “non classifiée” de la tombe 3247 de Pontecagnano282.

237Cette forme de l’amphore biconique est représentée dans le corpus présent par le type A2 et par le type B44, réduit en l’occurrence à un seul exemplaire. Ce dernier ne diffère du type A2 que par les proportions générales. Son encadrement culturel et chronologique ne diffère pas de celui du type de grande taille.

  • 283 d’Agostino 1968, 111, et fig. 22.

238Le type B43 est représenté dans notre corpus par un seul exemplaire d’ailleurs très lacunaire. Le vase de Sala Consilina présente néanmoins un col très haut (près de la moitié de la hauteur) et nettement évasé. Le vase ne me semble pas trouver des parallèles exacts. Toutefois, il ressemble d’assez près aux premiers types d’amphores en impasto de l’Orientalisant ancien de Pontecagnano, en particulier à la variante 42c283. L’exemplaire de Sala Consilina possède en effet une anse scudata et un décor à la roulette.

  • 284 Ibidem, 193-195.

239Ces rapprochements sont très importants car la chronologie interne de l’Orientalisant ancien de Pontecagnano repose sur la sériation des types d’amphores : les tombes caractérisées par ces types sont encore datées des décennies 730-710 av. n.è.284.

  • 285 Pour la Valle del Sarno, voir d’Agostino 1970a, 593, Gastaldi 1979, 39 et la bibliographie précéden (...)
  • 286 Ibidem, fig. 87.

240Il est possible que la forme soit l’évolution des amphorettes à panse lenticulaire du type Culture des Tombes à Fosse, tel qu’il a été défini dans la Valle del Sarno mais surtout plus précisément à Pontecagnano285, en particulier, par rapport à ce dernier site, à partir de la variante E2, plutôt caractéristique de la phase IIB. Quant à la décoration, la comparaison la plus proche que l’on puisse proposer pour l’exemplaire de Sala Consilina provient de la tombe 3255 datée par S. De Natale de la phase IIA286.

5) Vases à deux anses horizontales (B5)

241Le groupe rassemble des vases biconiques assez semblables entre eux. Le col tronconique est en général haut, à parois droites. L’épaulement est diversement marqué. Deux sous-groupes peuvent être distingués quant au décor et à la morphologie de la base : d’un côté des vases décorés au peigne et possédant un pied tronconique creux plus ou moins haut ; de l’autre des vases sans décor autre qu’un modelage de l’anse en pseudo-torsade et des boutons plastiques coniques et dotés d’une base généralement à fond plat et dans un cas en anneau :

  • non décoré (B50)

  • décoré d’incisions au peigne, anse à pseudo-torsade et à pied tronconique (B51).

Image 1000000000000221000002AFC9C92527.jpg

Fig. 2.51 - Arborescence des deux premiers niveaux de segmentation de la classe fonctionnelle B.

Image 10000000000004E400000136805DDD99.jpg

Fig. 2.52 - Arborescence de la segmentation/différenciation du module 1 de la sous-classe B1.

  • 287 d’Agostino 1965. Il ne semble pas que la typologie prenne en compte un ou des groupes homogènes de (...)
  • 288 Bailo Modesti 1974, tav. XLII.
  • 289 Nécropole de Tempa Cortaglia : cf. Sestieri Bertarelli 1957, 22 et 51 à propos de laquelle l’auteur (...)
  • 290 Par exemple Zancani Montuoro 1983, 57-59 et taf. XXIX, n° 1 pour un exemplaire en argile.
  • 291 Orsi 1926, tav. II, n° 24 (Torre Galli) et tav. XIII n° 1 (Canale). Voir aussi Lissi 1961, tav. XXI
  • 292 La Genière 1977, fig. 8.
  • 293 Müller-Karpe 1962, taf. 44. Le type 26 qu’il date de sa phase IIb est attesté dès IIa ; cf. par exe (...)
  • 294 Il s’agit des tombes OP 4.5 et AABBa : cf. le type IX 4 et son encadrement chronologique dans Toms (...)
  • 295 d’Agostino 1968, 115, types 55 et 57.

242Cette catégorie générale correspond morphologiquement à des réductions des vases biconiques utilisés comme cinéraires si typiques des populations villanoviennes, à ceci près que ces petits exemplaires ne sont jamais utilisés comme cinéraires. Les comparaisons proposées pour les individus du type de grande taille valent également dans ce cas, pour la raison essentielle que les deux catégories dimensionnelles sont rarement différenciées. Ainsi, les petits exemplaires ne sont pas absents de Pontecagnano où toutefois ils font, comme les grands, office de cinéraires287. On peut néanmoins souligner que la petite taille, le pied tronconique creux et le décor sont des caractéristiques que semblent partager les vases biconiques de la Culture des Tombes à Fosse : en Italie méridionale, dans la haute vallée du Sele288 d’abord et en Basilicate289, en Calabre ensuite, à Francavilla Marittima290. Torre Galli, à Canale e Ianchina291, Torano292. En Italie centrale également, la forme est courante dans le Latium pour la phase IIa et surtout IIb : il convient toutefois de souligner que la variante à fond plat est relativement rare dans la nécropole de l’Osteria dell’Osa (forme 8) tandis que la variante à pied tronconique creux y est une fois sur deux décorée (forme 10) et peut d’ailleurs être retenue comme typiquement latiale293. Le vase biconique à deux anses horizontales sur pied creux est rare en milieu villanovien mais néanmoins présent à Cerveteri et à Veio : dans cette dernière nécropole, des exemplaires non décorés sont attestés dans deux mobiliers d’inhumation datés respectivement des phases IC et IIA294. Enfin, de rares exemplaires tardifs sont encore représentés à l’époque de l’Orientalisant ancien à Pontecagnano295 Les figures 2.51 à 2.56 résument la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle B.

Image 10000000000008AE000005AE2373AD63.jpg

Fig. 2.53 - Arborescence de la segmentation/différenciation du module 2 de la sous-classe B1.

Image 10000000000004B2000003C6A746DF7E.jpg

Fig. 2.54 - Arborescence de la segmentation/différenciation du module 3 de la sous-classe B1.

c) Classe fonctionnelle C

243Les très grands vases fermés sans anse ont été distingués des exemplaires plus petits (les vases de la classe D) sur des critères fonctionnels : les jarres présentes ont un volume estimé supérieur à 15 litres, ce qui, ajouté au poids du vase vide, les rend intransportables. On distinguera deux profils selon les proportions générales des vases – exemplaires trapus et exemplaires élancés – en fonction du rapport hauteur/diamètre maximum.

Image 10000000000005E0000001D74C35561F.jpg

Fig. 2.55 - Arborescence de la segmentation/différenciation du module 4 de la sous-classe Β1.

Image 10000000000004E700000291A683138A.jpg

Fig. 2.56 - Arborescence de la segmentation/différenciation de la sous-classe B2.

1) Les vases trapus (Cl)

244Les vases de ce type sont très similaires, même s’ils présentent des morphologies différentes du bord. L’épaule peut être décorée de petits boutons coniques (210PV01, 208PV01, 194PV01, 252PV01)

2) Les vases élancés (C2)

245Les vases élancés sont plus hétérogènes : le profil peut être ovale ou piriforme, l’aménagement de l’ouverture plus ou moins complexe, le bas de panse plus moins profilé. Dans ce groupe, on distinguera (C22) l’exemplaire 216PV01, unique représentant, dans le corpus et sur l’ensemble du site de Sala Consilina, de la forme que les chercheurs italiens distinguent sous l’appellation de ziro caractérisée par des petites prises perforées réunissant deux cordons digités parallèles. Dans l’autre type (C21), la décoration est constituée des habituels boutons coniques ou tronconiques sur l’épaule (020PV01, 028 PV01).

246• Comparaisons

  • 296 Pontecagnano II. 1, 107. Voir aussi Pontecagnano II. 2, 39. Un des premiers exemplaires est publié (...)
  • 297 Tombe 2106.
  • 298 d’Agostino 1970a, 597-598 et fig. 16 ; Gastaldi 1979, 41 ; Gabrici 1913, fig. 40 col. 98.
  • 299 d’Agostino 1974a, 15.

247Le ziro est une forme bien connue. L’exemplaire présent, avec ses deux cordons et ses ansettes sur l’épaule, demeure différent des types 2A et 2B de Pontecagnano, même si plus proche du second. A Pontecagnano, où il est peu représenté, la forme est retenue comme caractéristique du passage de la fin de la phase IB à la phase II, et demeure de ce fait attestée dans quelques mobiliers de phase II296. En l’occurrence, l’exemplaire de Sala Consilina date d’une pleine phase II, ce qui explique sans doute pourquoi il est en impasto rouge comme un vase de Pontecagnano297. Les vases de cette forme (mais à bord convergent qui s’interrompt juste au-dessus des cordons et quatre grandes anses à la hauteur du diamètre maximum) sont également présents dans la Valle del Sarno et à Cumes, à la période du Préhéllenique et à l’Orientalisant298. A Capoue, le ziro est utilisé comme vase cinéraire dans lequel les os brûlés sont déposés avec le reste du mobilier céramique (tombe a ziro)299.

  • 300 Par exemple, d’Agostino 1965, 676, 1970a, 597, et bibliographie précédente. Pour Tarquinia, cf. Hen (...)

248Pour le reste, la forme des grands vases fermés sans anse (des jarres) est caractéristique des sites villanoviens d’Etrurie méridionale maritime. Son apparition signe en général le début de la seconde phase du Premier Age du fer. Le type trapu est clairement la forme ventricosa qu’on connaît, en dehors de Sala Consilina, à Pontecagnano (type 3C) et Capodifiume comme en Etrurie méridionale (où elle serait née), sur le territoire falisque, dans le Latium et en Campanie300.

Image 1000000000000267000000F59C93788A.jpg

Fig. 2.57 - Histogramme des rapports profondeur/diamètre maximum - vases de la classe D.

Image 100000000000025E00000192B325664E.jpg

Fig. 2.58 - Classe fonctionnelle D. Diagramme de corrélation profondeur/diamètre maximum mettant en évidence l’existence de trois groupes de profils, deux pour des vases “trapus”, un pour des vases “élancés”.

Image 10000000000004D60000033A950B5324.jpg

Fi.g. 2.59 - Arborescence de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle D.

d) Classe fonctionnelle D

  • 301 C’est d’ailleurs un rapport déjà utilisé dans la typologie présente.
  • 302 C’est le signe que la coupure, estimée visuellement, entre trapus et élancés, est un peu décalée pa (...)

249Les grands vases fermés sans anse sont nombreux dans le corpus étudié. Deux profils semblent privilégiés : d’un côté des vases trapus, de l’autre, des vases élancés. Un rapport dimensionnel simple – la hauteur divisée par le diamètre maximum – devrait exprimer cette discrimination301. C’est cependant le rapport entre le diamètre maximum et une autre dimension – la profondeur – qui permet d’effectuer la plus claire différenciation. Les deux profils ne se répartissent en effet pas autour de la valeur 1 – soit la hauteur ou la profondeur égale au diamètre maximum – mais autour d’un rapport légèrement supérieur (valeur 1,05)302 (figure 2.57).

250Une fois isolés, les vases trapus laissent apparaître deux groupes de tailles : la première rassemble des vases dont le diamètre maximum n’excède pas 32 cm et la profondeur 27 cm ; la seconde correspond aux vases plus grands, dans les limites de la classe fonctionnelle (figure 2.58). Parmi les vases du premier groupe se trouvent également les exemplaires à col verseur (avec col verseur DU) qu’il convient de distinguer à ce niveau des exemplaires qui n’en ont pas (sans col verseur D10). Pour les vases trapus du second groupe, une différenciation est nécessaire en fonction de l’embouchure : elle peut être simple à bord divergent (D21) ou plus complexe, c’est-à-dire cylindrique à bord divergent (D22). Une dernière distinction sera opérée, pour les premiers, en fonction de la technologie entre vases en impasto (D211) et en argile fine (D212).

251Les vases élancés doivent être différenciés selon leur profil, selon qu’il est ovale (type D31) ou piriforme (type D32). Une ultime distinction portera, dans le cas des profils ovales, sur la forme de la lèvre, arrondie (D311) ou outrepassée (D312).

  • 303 Johannowsky 1984, tav. VII, tombe 805. Un vase biconique “à anse cylindrique perforée” (un col vers (...)
  • 304 Mariani 1900, col. 278 ; la description semble indiquer deux anses creuses perforées plutôt que de (...)
  • 305 Kilian 1970, 58.
  • 306 Il s’agit du type 3D, présent dans la tombe 203 (Pontecagnano II. 1, 139 et fig. 40) et dans la tom (...)

252Les vases à col verseur sont assez rares dans les mobiliers protohistoriques. On n’en connaît guère d’autres qu’à Capoue303 et à Aufidena304. K. Kilian propose d’y voir une tradition subappenninique305. Par ailleurs, le type D22 est également isolé à Pontecagnano dans deux tombes toutes deux datées de la phase IIA306. A Sala Consilina, les deux exemplaires sont quant à eux postérieurs : ils datent de la phase IIB et de la phase 3. Pour le reste, ce qu’on a évoqué à propos des vases de la classe C reste valide pour ceux de la classe D (figure 2.59).

  • 307 Ruby 1993b.
  • 308 Pontecagnano II. 1, 18.

253L’ensemble des vases des classes C et D est constitué de vases d’épais impasto rouge, à l’exception de la forme tout à fait originale représentée par le type D32, en impasto noir, dans lequel j’ai, par ailleurs, proposé de voir une imitation des cratères villanoviens de Tarquinia307. On ne connaît donc pas les types attestés à Pontecagnano dès la phase IB et qui sont tous en impasto brun ; par contre, il est aisé de rapprocher la forme C1 du type 3C, distingué dans le site de l’Agro Picentino308.

e) Classe fonctionnelle Ε

254La classe est peu représentée dans le corpus étudié. Deux formes s’imposent néanmoins : d’un côté les vases trapus à bord divergent ; de l’autre les vases élancés à bord convergent. Il est à noter que ces vases qui pourraient n’être que des petits représentants – les extrêmes – des classes C et D, en diffèrent non seulement par le module mais aussi la technique puisqu’ils sont en impasto noir.

1) Trapu (El)

255Les vases de ce type peuvent être décorés de boutons coniques ou tronconiques sur l’épaule, ou d’incisions au peigne (027PV07, 036PV03, 165 PV03).

2) Elancé (E2)

256L’unique représentant de ce type porte des languettes plastiques verticales sur le bord (040PV01).

f) Classe fonctionnelle F

257La classe F regroupe des vases petits, ouverts, avec une anse verticale – soit les “tasses”. Le premier critère discriminant retenu est la morphologie de l’anse (figure 2.60). On compte en effet trois types d’anses :

  • l’anse en ruban en une partie ;

  • l’anse en deux parties (a pilastrino avec ou sans apici liberi) ;

  • l’anse en boudin-ruban (scudata).

1) Vase à anse ruban en une partie (F1)

258Sur les vases à anse en ruban en une partie, deux profils peuvent être distingués : le profil sans col (F11), le profil avec col (F12). Les discriminations ultérieures seront opérées, dans le premier cas, sur la forme de la panse – arrondie (F111) ou carénée (F112), dans le second cas, sur la forme de la base – fond plat ou légèrement concave (F121) et fond ombiliqué (F122). Dans ce dernier cas, une dernière discrimination sera proposée : on distinguera en effet le décor de lamelles métalliques (F1222) des autres exemplaires, décorés ou non de boutons plastiques ou de côtes ondulées (F1221).

2) Vase à anse ruban en deux parties (F2)
  • 309 On choisit la profondeur (la hauteur utile) afin d’envisager les vases quel que soit l’aménagement (...)

259L’anse en ruban en deux parties correspond à la caractéristique retenue par les archéologues italiens sous le terme d’anse a pilastrino : le terme désigne le montant intérieur de l’anse ; le montant extérieur le rejoint, après un coude, sous la forme d’un ruban qui présente ou non des coins dégagés (apici liberi). Deux profils sont à distinguer dans cette catégorie : les profils complexes et les profils composites. Parmi les profils composites, il est nécessaire de proposer des discriminations plus précises en fonction du profil de la panse, que celle-ci soit carénée ou non et, dans ce dernier cas, qu’elle soit haute (diamètre maximum situé au-dessus d’une demi-profondeur309) ou basse (diamètre maximum situé au-dessous d’une demi-profondeur).

Image 10000000000004EE000002E1E08A7C21.jpg

Fig. 2.60 - Arborescence des niveaux suivants de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle F : F1 et suivantes.

Image 100000000000028B0000022A0E7E8037.jpg

Fig. 2.61 - Arborescence des niveaux suivants de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle F : F2 et suivantes.

  • 310 Au regard du reste du matériel de Sala Consilina, il semble que ce col soit plus souvent présent su (...)

260Les vases à panse haute ont un petit col divergent légèrement concave ou rectiligne. C’est le cas également des vases à panse basse qui peuvent aussi présenter un petit col cylindrique à bord divergent. On ne retiendra cependant pas ici ces critères comme discriminants310. Dans le cas des panses carénées, on retiendra par contre les deux types d’anse : l’anse à apici liberi et celle à sommet en forme de langue. D’une façon générale, on n’utilisera pas le caractère de l’anse à entrait (qui correspond à l’italien ponticello) pour effectuer une discrimination supplémentaire. Pour les tasses à profil composite et panse basse, une ultérieure distinction sera opérée sur l’aménagement de la base, qu’il s’agisse d’un pied à disque ou en anneau (F231), d’un fond concave (F232) ou d’un fond ombiliqué (F233). Enfin, parmi les tasses à pied, une ultime différenciation portera sur le décor, qu’il soit absent ou non, et dans ce dernier cas sur la technique. Pour les autres formes de panse, on passera aussitôt à la prise en compte du décor (sa présence ou son absence et la technique décorative employée), ce qu’on envisagera pour les panses carénées une fois la distinction opérée sur les anses. Sans compter les incisions horizontales qui décorent systématiquement le pilastrino des anses, le décor le plus courant est celui qui consiste en des côtes ondulées obliques modelées (types F221 et F2311).

261Le décor incisé est représenté par des motifs décoratifs très caractéristiques. Deux registres horizontaux – un sur le col, l’autre sur l’épaule – sont remplis de différents motifs incisés : tirets verticaux ou horizontaux, chevrons inscrits (type F2312). Sur les vases à panse carénée (type F2411), les incisions sont beaucoup plus fines, plus rapprochées et forment un décor de zigzag couvrant entrecoupé de zones réservées ; l’organisation du décor est identique mais un troisième registre complète, au centre du col, les deux autres. Dans les deux cas, le pilastrino est décoré de plusieurs bandes d’incisions horizontales, comme le montant extérieur de l’anse.

262Seuls deux vases sont ici décorés d’impressions à la cordelette : dans un cas la technique est réservée au décor de l’anse et au contact col/panse alors que le diamètre maximum est décoré d’une bande d’impressions ovales en creux (type F233) ; dans l’autre, l’épaule est également couverte d’une bande de motifs de N-lambda (type F242). On obtient ainsi les types résumés sur le graphique de la figure 2.61.

3) Vase à anse boudin-ruban scudata (F3)
  • 311 d’Agostino 1968, 119.

263L’anse boudin-ruban est une anse qui, au départ de la panse du vase, forme un ruban qui va s’amincissant à mesure qu’il s’élève, puis après un coude retombe en boudin sur la lèvre du vase. Ce type d’anse est caractéristique des tasses de Pontecagnano à l’Orientalisant ancien : il correspond d’ailleurs à ce que B. d’Agostino nomme conventionnellement l’anse scudata311. La variabilité des vases à l’intérieur de cette catégorie est assez grande, tant pour la hauteur du col que la courbe de la panse par exemple (figure 2.62). L’anse et le fond systématiquement ombiliqué créent cette catégorie facilement identifiable. La seule distinction opérée le sera sur la nature du décor et le profil du col : on peut de cette façon mettre à part les exemplaires qui sont proches de ceux du groupe Cairano-Oliveto Citra. On aura donc :

  • type Pontecagnano (F31) : col droit et pas de décor sur l’anse sauf des motifs à la cordelette ;

  • type Cairano Oliveto Citra (F32) : col concave, décor d’impressions ovales en creux (proches des godrons) sur l’anse et en groupes verticaux sur la panse.

Image 100000000000042A000000C69D06C083.jpg

Fig. 2.62 - Arborescence des niveaux suivants de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle F: F3 et suivantes.

264• Comparaisons

  • 312 Pontecagnano II. 1, 28-31.

265On soulignera, avant de passer à des comparaisons plus directionnelles, que les catégories distinguées précédemment en fonction de la morphologie de l’anse recouvrent largement celles que l’on propose souvent en se basant sur la hauteur de la vasque sans toutefois l’accompagner de critères objectifs permettant de décider à partir de quand une tasse cesse d’être profonde pour devenir moyenne, ou moyenne pour devenir basse312. A Sala Consilina, ces critères de hauteur de la vasque sont presque totalement inopérants. Aussi, les rapprochements entre les classifications opérées à Sala Consilina et à Pontecagnano (pour s’en tenir au site de référence le plus important pour le Vallo di Diano) sont-ils difficiles à proposer. Il est vrai que souvent une forme d’anse correspond tendanciellement à une forme de panse : on peut attendre de ce fait des superpositions entre les catégories reconnues. Enfin, si à Pontecagnano une signification chronologique est attribuée à l’évolution de la panse et qu’à Sala Consilina on propose une même signification à l’évolution de l’anse, il y a fort à parier qu’au bout du compte quelques convergences entre les constructions typologiques d’une part, chronologiques d’autre part, apparaîtront. Mais l’anse n’est pas tout : on le verra plus loin, les plus significatifs rapprochements qu’on peut opérer entre les tasses des sites de Pontecagnano et de Sala Consilina pour la seconde moitié du IXe siècle ne tiennent pas à la profondeur de la tasse mais à l’aménagement de la base (fond ombiliqué, pied en anneau ou en disque, fond concave). Cette observation permet de toucher du doigt ce qu’on appelle les transmissions des modes entre les groupes d’artisans. En effet, une fois cette différenciation opérée, on peut retrouver sur les vases de Sala Consilina certaines “tendances” relatives à la hauteur de la vasque, tendances qu’il n’est toutefois pas possible de concrétiser en critères discriminants.

  • 313 Ibidem, 30.
  • 314 Ibidem, 103.

266La forme liée à l’anse en ruban en une partie est une forme simple qu’on retrouve sur plusieurs sites même s’il n’est pas possible de mettre en avant une distinction nette entre profil globulaire et profil lenticulaire telle que les chercheurs la propose pour Pontecagnano313 : d’une façon générale – mais il y a des exceptions comme les types F111 et F112 – la catégorie F1 correspond aux formes globulaires et lenticulaires respectivement regroupées à Pontecagnano sous les types 12D et 12E. Des rapports plus précis peuvent cependant être soulignés. Ainsi les types F1220 et F1221 (caractéristiques à Sala Consilina de la sous-phase IIB) correspondent respectivement, et génériquement, aux variantes 12E2 et 12E1, le type F121 n’étant pas de son côté trop éloigné du type 12D. Le type F112, quant à lui, fait pendant à la forme 12C1 de Pontecagnano (tasse plate à fond ombiliqué) dont l’apparition marque le passage à la phase IB314.

  • 315 Il s’agit des tombes M8 (Kilian 1964, beil. 12) et D100 (Kilian 1970, taf. 152) qui contiennent tou (...)
  • 316 Pontecagnano II. 1, 21, et 22, fig. C.

267Le type F1222 est original. Sans prétendre à une quelconque exhaustivité, au moins deux autres tasses décorées de lamelles métalliques ont été mises au jour à Sala Consilina : les deux tombes qui les contiennent peuvent être aisément datées de la phase IIB315. Par ailleurs, le type F1222 est conforme à la variante 12E3 récemment définie sur le matériel de Pontecagnano316 : il s’agit de tasses lenticulaires décorées de lamelles métalliques dont on compte cinq exemplaires dans le site de l’Agro Picentino. Aucune ne paraît toutefois porter sur la panse le décor simple en méandres imbriqués que montre l’exemplaire du présent corpus, même si demeurent quelques incertitudes liées à l’évanescence de ce type de décor. Sur l’anse, par contre, les motifs semblent plus uniformes puisque l’on décrit sur tous les exemplaires des lignes verticales. Les tasses de Pontecagnano sont datées de la phase II (A et Β de façon égale). Le vase de Sala Consilina, par son isolement dans le matériel du site, pourrait très bien provenir de l’Agro Picentino, même si le site de Pontecagnano peut n’avoir joué qu’un rôle de transit depuis l’Etrurie méridionale.

  • 317 Étain plus ou moins pur, ou montrant des traces de plomb et d’argent : cf. Stjernquist 1960, 436. S (...)
  • 318 Bartoloni 1991b, 39.
  • 319 Il est en particulier fréquent auVIIIe siècle, dans la nécropole Benacci Caprara (Tovoli 1989, 296 (...)
  • 320 Delpino 1977a, 469.
  • 321 Bartoloni et Delpino 1975.
  • 322 Gentili 1985 : certains couvercles de cinéraires, de même qu’un askos, de la fin de la première pha (...)
  • 323 Stjernquist 1960.
  • 324 Par exemple, Veio 1967, 245 fig. 96. Sur la position chronologique, cf. Toms 1986.
  • 325 Hall Dohan 1942, 27-30 et fig. 18 à 21, pl. XIII pour les tasses de Narce, fig. 50 et 51 pour les a (...)
  • 326 Baglione et Lucia Brolli 1990, fig. 8 : il s’agit de la tombe 1. VIII de la nécropole “I Tufi”.

268Le décor de lamelles métalliques317 est fréquent dans les sites villanoviens du Premier Age du fer : si Veio et Vulci semblent les sites où ce type de décor est le plus attesté318, on le trouve également à Bologne319, Bisenzio320, à Cerveteri, Tarquinia, Populonia et Vetulonia où Bartoloni et Delpino voient l’origine d’un type particulier d’orciolo, daté de la fin du IXe siècle321 jusqu’à Verucchio322. Les formes de vases qui portent un tel décor sont très différentes malgré quelques formes privilégiées323. Néanmoins, le profil lenticulaire et le décor de lamelles métalliques sont deux éléments qui rappellent assez précisément les petites amphores de Veio datées du milieu du VIIIe siècle324 : le motif de méandres continus en très fines lamelles est caractéristique de Veio même si des exemplaires de Vulci et de Narce (mais qui viennent peut-être de Veio) portent un décor identique325. Au reste, la comparaison la plus directe qu’on puisse proposer pour la tasse de Sala Consilina est un exemplaire de Narce, ce qui ne contredit pas une éventuelle origine véienne du vase326.

  • 327 Pontecagnano II. 1, tav. 12.
  • 328 Ibidem, 29.
  • 329 Sur cet aspect, voir d’Agostino in Pontecagnano II. 1, 40.

269La forme des petits vases ouverts à anse en deux parties (catégorie F2) est suffisamment hétérogène pour que la recherche de comparaisons soit délicate : il est parfois difficile de discerner dans la production locale de ces vases les tendances, les “modes” repérables par ailleurs. A Pontecagnano, la forme de l’anse est en particulier attestée sur les trois formes anciennes de tasses, profondes, moyennes et plates327. Si l’on cherche à mettre en parallèle les tasses plates de Pontecagnano avec celles venant de Sala Consilina, on est confronté à de vrais problèmes : sur les tasses de Sala Consilina, aucune distinction ne pouvant être opérée à partir de la profondeur relative il faut s’intéresser à d’autres caractères, comme l’anse ou, ainsi que je l’ai annoncé, l’aménagement du fond. Ainsi, le type F232 à fond concave est proche de la tasse moyenne à fond ombiliqué telle qu’elle est isolée à Pontecagnano328. De même, si l’on peut mettre en relation le type F112 avec la tasse plate à fond ombiliqué du site de l’Agro Picentino, plusieurs types distingués ici peuvent être rapprochés de la forme de la tasse plate à pied : il s’agit en particulier des types F21, F221, F2310 et F2311 qui sont respectivement les tasses à profil complexe, certaines tasses à panse haute et profil composite, et enfin celles à panse vraiment basse (donc les plus proches de leurs modèles) sans décor et à décor modelé ; ces deux dernières formes évolueront vers une variante à col cylindrique (non distinguée ici) du type F2311 qui se concrétisera à la phase IIA dans les types F2410 et F2411 à profil caréné ; quant au type F2312, que l’on peut rapprocher de la variante 12C2a2 de la tasse plate à pied de Pontecagnano, où elle est attestée dès la phase IB finale mais perdure en phase II, il sera le dernier avatar des profils plus souples de la forme de la tasse plate à pied de la période précédente. Ainsi, malgré les proximités plus grandes, au moins pour tout le IXe siècle, entre la culture latiale et le site de l’Agro Picentino329, des parallèles très précis existent également pour les formes qui marquent le plus la chronologie relative des sites.

  • 330 Kilian 1970, taf. 242 ; il s’agit de la tombe SA009.
  • 331 La fibule sicilienne est du type Kl113d que l’on date de la fin duIXe et du début du VIIIe (voir in (...)

270Le type F222 est original : la tasse de la tombe 165P – dont la petite anse en anneau est posée verticalement sur le col et surmontée par une anse à protome à cornes creuses – est identique à une autre qui provient également de la nécropole du nord-ouest330. La tombe 165P est datée du tout début de la phase IIA, essentiellement par la présence d’un casque-couvercle à cimier collé et d’une petite amphore globulaire, mais des éléments plus anciens composent son mobilier, en particulier une fibule à arc serpentant et ardillon mobile en D (type K22) et une cruche à anse au col. Quant à la tombe SA009, elle est aisément datée d’un moment final de la phase I : tant la présence du petit vase biconique à deux anses et pied creux en anneau, typique de ce moment, que celle de la fibule “sicilienne” à décor composé d’une part, et de la fibule à ailettes, à arc serpentant et ardillon en “D” revêtu, donnent une chronologie cohérente331. A la cohérence chronologique – les deux mobiliers sont proches – s’ajoute une cohérence de composition de mobilier : ces tombes possèdent à la fois les deux seuls exemplaires de types de fibule très clairement villanoviens ainsi que deux exemplaires d’une tasse tout à fait originale, mais point inconnue par ailleurs. Nous y reviendrons.

  • 332 Sur cette question, voir Delpino et Fugazzola Delpino 1980.
  • 333 Peroni 1959, 80 sq. Dès le faciès protoapenninique : cf. AA.VV. 1991-92.
  • 334 Par exemple, Peroni et Fugazzola 1969, 132-133.
  • 335 Peroni 1959, 85. Le fragment d’Ancône (Lollini 1954-55) et celui de Veio-Piazza d’Armi (Stefani 192 (...)
  • 336 Hencken 1968, 256 fig. 239c et d.
  • 337 Stefani 1922, 401 fig. 20-20a ; 1944, col. 274, et col. 281-282 fig. 82.
  • 338 Delpino et Fugazzola Delpino 1980 : les fragments sont illustrés aux fig. 3 et 4 avec les autres an (...)
  • 339 Villa Cassarini à Bologne (Kruta Poppi 1976, 336 et 339 fig. 9) : les deux fragments 8 (protome cor (...)
  • 340 Bizzarri 1962, 135 fig. 45.
  • 341 On reviendra par ailleurs sur les questions des rapports entre ces séries céramiques et les tasses (...)

271Si l’anse à protome cornu des tasses332 est une caractéristique qu’on rencontre depuis le Bronze moyen et récent333, il semble plutôt que les anses cornues creuses les plus proches de nos exemplaires soient datées du Protovillanovien334 et du Premier Age du fer bien que R. Peroni les range sous son type n2 qui se situerait «alle soglie della fase protovillanoviana?»335. En effet, plusieurs fragments connus datent du Premier Age du fer. A Tarquinia, l’exemplaire de la tombe PI 71 est complet336. A Veio, par contre, on ne possède que des fragments : à ceux de la Piazza d’Armi337 se sont ajoutées trois autres pièces étudiées par F. Delpino et M.A. Fugazzola Delpino338. Les auteurs rappellent à cette occasion que la zone de Bologne a, elle aussi, livré plusieurs exemplaires de ce type qu’on peut dater du Premier Age du fer339. Un dernier fragment provient d’Orvieto, associé à du matériel villanovien340. La plupart des anses mentionnées possèdent un détail qu’on ne retrouve pas sur les exemplaires de Sala Consilina : une – parfois deux – perforation(s) au sommet de l’anse. Malgré cela, on peut souligner combien apparaît cohérente la distribution de ce type d’anse : à côté des exemplaires protovillanoviens (dont certains proviennent d’Etrurie) il en existe d’autres, clairement datés du Premier Age du fer et concentrés dans les sites villanoviens341. On comprend mieux pourquoi les deux tasses de Sala Consilina sont associées à des fibules en “D” – archétypes villanoviens.

  • 342 Par exemple Johannowsky 1984, tav. VI, n° 3 pour le profil et tav. V, n° 4 et 5 pour la technique d (...)
  • 343 Solcature verticale.
  • 344 Pontecagnano II. 1, fig. 43.
  • 345 Tombe 226, in Pontecagnano II. 1, fig. 47.

272L’unique représentant du type F233 – par la forme du pilastrino, le profil général avec un bord bref divergent qui termine un col cylindrique haut séparé d’une panse très basse par une épaule brève mais nette, le fond ombiliqué ainsi que le décor d’impressions, ovales sur le diamètre maximum, à la cordelette sur l’anse – rappelle des exemplaires de Capoue342. Il est possible que le décor de la panse soit l’interprétation locale des godrons en creux verticaux343 qu’on rencontre sur certains vases de Pontecagnano comme une scodella sur pied sans anse de la tombe 211P344. De plus, le décor de l’anse est attesté sur un attingitoio de Pontecagnano, qui porte d’ailleurs sur la panse un décor proche de l’exemplaire du type suivant F242345.

  • 346 Johannowsky 1984, 18 et par exemple tav. IV, tombe 391,3 et tav. VI, tombe 789,6. En italien, le te (...)
  • 347 Tombe 2162, Pontecagnano II. 1, fig. 146.

273De la même façon, le type tout à fait original F242 présente une anse dont le sommet est en forme de langue pointue ; les supports décentrés (deux petits pieds sur le fond du vase du côté de l’anse) et le décor d’impressions à la cordelette indiquent de vraies affinités avec les exemplaires de Capoue346. Il reste qu’aucun des deux ne trouve de comparaison parfaite dans les mobiliers du site campanien. D’autant que la forme de l’anse est attestée sur une tasse de Pontecagnano347.

  • 348 d’Agostino 1965, 66 ; pour les exemplaires de Cumes, voir en particulier Muller-Karpe 1959a.
  • 349 d’Agostino 1974a, 15.
  • 350 A cet égard, consulter la liste des confronti proposée par Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 37-38.

274Pour le reste, les comparaisons sont plus génériques. La forme F2, plutôt plate, à anse en deux parties et épaule marquée sous un petit col cylindrique, est très fréquente dans les nécropoles de la Culture des Tombes à Fosse et en particulier à Cumes348. Sa diffusion en Campanie n’est toutefois pas limitée à la Culture des Tombes à Fosse mais touche aussi les sites villanoviens d’Italie méridionale349. En Italie centrale, on la trouve également dans les nécropoles villanoviennes et dans celles de la culture latiale350. Au total, sa diffusion est telle qu’on pourrait se demander jusqu’à quel point la forme reste “culturellement” marquée, d’autant que l’évolution perceptible dans son profil par le passage d’une tasse profonde à une tasse plus plate est attestée dans la plupart des sites, de la Campanie à l’Italie centrale, entre la première et la seconde phase du Premier Age du fer.

  • 351 Lo Porto 1969, 142, fig. 27.
  • 352 Tocco 1978, 117, fig. 6.
  • 353 Orlandini 1977, Castoldi 1986, 72.
  • 354 Andriani 1985, 24.
  • 355 Orlandini 1977, et bibliographie précédente.

275De leur côté, les tasses carénées, lorsqu’elles ne sont pas l’évolution ultime de la tasse plate, font également partie du patrimoine céramique des groupes de Basilicate : c’est visible sur les exemplaire de S. Leonardo351, S. Teodoro352, l’Incoronata353 et Valle Sorigliano354. Si quelques exemplaires présents à Sala Consilina pourraient refléter une certaine influence de ces formes caractérisées par une épaule très brève et un col cylindrique haut, il faut préciser d’une part que l’anse en ruban en une partie diffère de celle que possèdent les vases carénés du Vallo di Diano, et d’autre part que cette carène n’est pas limitée à la Basilicate puisqu’on la trouve sur plusieurs sites tyrrhéniens355. Il n’est ainsi pas possible d’évoquer une influence de Basilicate pour les exemplaires du type F24 même.

  • 356 d’Agostino 1968, 119 n. 2.
  • 357 Voir par exemple Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 37-38, et la bibliographie précédente pour la dif (...)

276Enfin, les anses à entrait correspondent plutôt à une tradition que l’Etrurie méridionale partage, au Premier Age du fer, avec d’autres régions comme le Latium et la Campanie ; l’anse sans entrait est, quant à elle, une caractéristique locale du Premier Age du fer de Pontecagnano356. En ce sens aussi, les tasses de Sala Consilina suivent d’assez près les exemplaires du site de l’Agro Picentino, puisque les deux traditions sont représentées de façon à peu près équivalente. La tendance vers une diminution de la profondeur des vases est sensible dans les deux sites, comme l’est la tendance générale à un arrondissement des formes au cours du VIIIe siècle. Pour le reste, on peut trouver des ressemblances génériques avec la plupart des sites d’Italie centro-méridionale, de culture villanovienne, latiale ou des Tombes à Fosse : les tasses profondes à anse à entrait, les tasses plates à anse à apici liberi, le décor de côtes ondulées modelées font partie d’un patrimoine commun à l’essentiel des sites protohistoriques357 : si la Basilicate reste, à cet égard, un peu en retrait, c’est aussi que la déposition de vases dans les tombes y est plus exceptionnelle.

  • 358 Sur la définition de ce terme, voir d’Agostino 1968, 110 n. 1.
  • 359 Pour Pontecagnano, voir d’Agostino 1968, 110 sq., types 41c, 44, 59 ; pour Arenosola tombe 6, Voza (...)
  • 360 Gastaldi 1979, 39 type 2b2.

277La forme F3 se caractérise par l’anse scudata. Une telle anse est composée de deux parties : une première, le montant intérieur, en boudin, marque une nette courbure entre la lèvre et le sommet de l’anse ; la seconde, qui va s’élargissant en ruban, est presque rectiligne358. Cette caractéristique n’est pas réservée aux tasses : on la trouve aussi sur les cruches de Pontecagnano datées de l’Orientalisant, les amphores de ce site et d’autres d’Arenosola359, ainsi que sur certaines cruches à col a tromba de la Valle del Sarno, provenant de tombes datées de l’Orientalisant ancien I par l’auteur360.

  • 361 La Genière 1968, 32 n. 92.
  • 362 d’Agostino 1968, 119-120. Pour des exemplaires dont le fond n’est pas ombiliqué, voir ceux de la to (...)

278Le type F31 est tout à fait similaire à la forme de l’attingitoio du début de l’Orientalisant à Pontecagnano361 comme J. de La Genière l’a déjà souligné : il s’agit dans le site de l’Agro Picentino, du type 72 de B. d’Agostino, présent dans les plus anciennes tombes de la phase III362.

  • 363 d’Agostino 1964, 53 fig. 12.
  • 364 Johannowsky 1984, tav. V, tombe 389, n° 4 et 5.
  • 365 Pontecagnano II. 1, fig. 47 ; Pontecagnano II. 2, fig. 89.

279Le type F32 est identique, quant à la morphologie et au décor, aux piccoli attingitoii d’Oliveto Citra, en particulier ceux des tombes 5 et 8 du site de la vallée du Sele363. A noter toutefois que le décor de petits triangles pendant de chaque côté de l’anse, à l’intérieur de la vasque, réalisé en impressions à la cordelette, rappelle très précisément le même élément décoratif des tasses de Capoue364, mais aussi, très précisément, le décor du bord intérieur de l’attingitoio de la tombe 226 de Pontecagnano et de celui de la tombe 3276365.

g) Classe fonctionnelle G

280La classe fonctionnelle G est formée de grands vases ouverts qui pourraient être destinés à une consommation encore collective. Cependant, plusieurs de ces vases sont utilisés comme couvercle de vases cinéraires, que cet usage soit unique – comme dans le cas des casques-couvercles – ou non – dans le cas des grandes écuelles. A côté de ces vases, on trouve les grandes coupes à pied, qui elles-mêmes, à l’occasion, peuvent servir de couvercles à urne. Ces trois groupes peuvent être différenciés sur l’aménagement de la base. On envisagera successivement ces trois catégories.

1) Les vases sans pied (G1)

281La catégorie présente regroupe des grandes écuelles selon un critère de taille que rend la terminaison italienne en one – les scodellone. Ces vases peuvent être plus ou moins hauts ou profonds, plus ou moins larges : si la tendance générale, entre le début et la fin du Premier Age du fer, est à un abaissement des profils qui vont s’élargissant (peut-être sous l’influence des vases a tenda) cela ne suffit pas à faire de ces dimensions – en termes absolus comme en termes relatifs – des critères typo-chronologiques pertinents : des vases très récents comme ceux des tombes 181P et 186P sont plus profonds que bien des vases plus anciens. Plus intéressant dans l’optique d’une construction chronologique, apparaît le critère de la direction de l’anse. On distinguera donc l’anse basse (la section de l’anse, à son point le plus haut, doit être située sous le niveau de l’embouchure ou être coupée par la ligne qui matérialise ce niveau d’embouchure) ; l’anse haute désignera une anse dont l’axe fait un angle d’au moins 65 grades avec la surface du vase ; entre les deux, l’anse sera considérée comme moyenne. Il est à noter que ces définitions diffèrent de celles habituellement adoptées et qui sont exclusivement basées sur la direction de l’anse : cela s’explique par le fait qu’on peut avoir une anse très basse en même temps que très oblique.

282Les vases à anse basse (G11)

283Les profils des vases de cette catégorie présentent une certaine variabilité mais c’est plutôt d’après le décor que portent les exemplaires considérés qu’il convient d’effectuer les distinctions supplémentaires. Une distinction sera néanmoins effectuée pour les vases au décor plastique selon l’aménagement de la base, fond plat ou creux :

  • sans décor G110

  • décor modelé de côtes ondulées et/ou anse en pseudo-torsade G111

  • décor plastique de boutons sur la panse G112

  • fond plat (G 1121)

  • fond creux (G1122)

  • décor incisé au peigne G113.

284vases à anse moyenne (G12)

285Les mêmes catégories que précédemment peuvent être reconnues, avec une catégorie supplémentaire : celle que constituent les grandes écuelles a tenda. On distinguera donc les vases :

  • sans décor G120

  • à décor modelé G121

  • à décor plastique G122

  • à décor incisé G123

  • à décor peint G124.

286Les vases à anse haute (G 13)

287Les vases répondant à ce critère sont moins nombreux. Deux types de décor sont représentés sur les trois exemplaires reconnus : un décor plastique de languettes verticales disposées sur le bord à quelque distance des attaches de l’anse ; un décor modelé, voire incisé, résultant en des sillons horizontaux parallèles sur le bord. A des fins de chronologie relative, il n’est pas nécessaire de tenir compte de ces différences dans le décor, d’autant plus que sur un échantillon aussi réduit le seul critère de l’anse suffit. Ces éléments interviennent toutefois dans l’encadrement culturel et en chronologie absolue. On ne procédera donc pas à une distinction supplémentaire qui tienne compte de ces décors différents.

288La forme de la grande écuelle est très largement répandue parmi les différents groupes culturels de l’Italie protohistorique, même si c’est plutôt un vase des populations villanoviennes puisque utilisé comme couvercle de cinéraire. Malgré cela, quelques particularités peuvent indiquer des directions plus précises.

  • 366 Type 34 de Close-Brooks 1965, ou XI2 et XI3 de Toms 1986.
  • 367 Les grandes écuelles à anse haute sont regroupées à Pontecagnano sous le type 14A1c dont l’appariti (...)
  • 368 Toms 1986, types X16 et X18.
  • 369 On parle en Italien de bordo scanalato ou à solcature orizzontali.
  • 370 A Tarquinia, tombe Gallinaro 7 : cf. Hencken 1968, 182, fig. 168a ; à Veio, cf. Toms 1986, type VII (...)
  • 371 d’Agostino 1968 et Close-Brooks 1965, 57, fig. 5, type 65.
  • 372 La phase IIIA n’est en effet pas représentée dans la nécropole de Quattro Fontanili. Pour la docume (...)
  • 373 Toms 1986, types X16 et X18.
  • 374 Hall Dohan 1942 : à Narce, décor de sillons et anse haute sont partagés par plusieurs exemplaires p (...)
  • 375 d’Agostino 1974a, 17.

289Le décor de boutons plastiques légèrement surmontants sur le bord est très fréquent sur les exemplaires d’Etrurie comme ceux de Tarquinia. Sur les vases les plus récents, les boutons sont le prolongement latéral des attaches des anses, ce qui suit une habitude également villanovienne. Autre caractère très récent, l’anse haute apparaît par exemple sur les grandes écuelles de Veio IIB366. La similitude ne s’arrête pas à la direction mais concerne aussi la morphologie générale, avec un boudin large aux attaches qui va s’amincissant au centre. C’est un trait qu’on retrouve sur les écuelles d’Etrurie méridionale, de Capoue et de Pontecagnano367. A la même époque apparaissent les languettes verticales sur le bord, comme sur l’exemplaire de la tombe 181P ou 213P : c’est un décor qu’on trouve à Veio sur des exemplaires de la phase de transition IIC, mais aussi sur les vases du début de la période orientalisante368. Autre aspect du décor, les sillons modelés369, parfois soulignés par des incisions horizontales, sont un élément décoratif caractéristique de l’Orientalisant : bien qu’ils apparaissent déjà sur certains gobelets en Etrurie méridionale à la fin de la phase II370, ils sont avant tout présents sur le bord des écuelles tant à Pontecagnano qu’à Veio ainsi que dans toute la zone falisco-capenate371. Les exemplaires à anse de l’Agro Picentino sont carénés et, pour la plupart, à bord subvertical. A Veio, J. Close-Brooks les identifie au type 65, représenté uniquement dans la nécropole de Vaccareccia 372, alors que le récent travail de J. Toms sur la chronologie de Veio Q.F. a mis en évidence que le décor était représenté, avec celui en petites languettes verticales, sur des écuelles datées de la phase de transition IIC373. L’ouvrage de Hall Dohan offre, pour l’Orientalisant, une précieuse documentation sur des vases identiques provenant de Narce, dans la zone falisque, ainsi que de Vulci, en Etrurie méridionale374. Enfin, le décor de sillons est également représenté à Capoue sur des vases appartenant à des mobiliers de phase II mais contenant de la céramique tardo-géométrique375. On retrouvera ces caractères sur les petites écuelles de la même époque (type H 1113).

  • 376 Sur la forme, voir Yntema 1990, 113-114.

290La grande écuelle en céramique a tenda n’est représentée dans ce corpus que par un seul profil – à bord convergent – alors que l’autre variante à bord bref divergent est également connue à Sala Consilina376.

2) Les vases à pied creux (G2)

291Deux vases entrent dans cette catégorie, qui diffèrent par la présence sur un des deux individus, de petits boutons tronconiques modelés en cupules fixés sur la lèvre (type G20). L’autre vase est muni d’une anse (type G21).

  • 377 Le vase est apparemment sporadique : cf. Veio 1967.
  • 378 Colonna 1977a, 491.
  • 379 Osteria dell’Osa 1992, 308 et tav. 26.

292Les vases sur haut pied tronconique creux sont nombreux en Italie tosco-latiale. Des similitudes plus précises avec les types envisagés sont néanmoins plus rares. Le type G20 rappelle un exemplaire de coupe à pied provenant de Veio qui possède deux appendices à plateaux sur le bord, assez proches des boutons tronconiques que possède le vase de Sala Consilina : le pied est également creux et ajouré et séparé de la vasque par un cordon digité377. Le pied trouve des comparaisons beaucoup plus proches parmi certains supports provenant de Bisenzio et qui montrent des cordons digités, des fenêtres dont les chants portent les mêmes impressions “digitées”378. On peut également mentionner pour mémoire le pied perforé des calefattoi du Latium379.

3) Les casques-couvercles (G3)

293Deux types de casques-couvercles peuvent être distingués, types qui ont valeur chronologique : le premier est une calotte portant un cimier monté sur un cylindre (type G31) ; sur le second, la crête est directement collée sur la calotte (type G32). Les exemplaires sont décorés d’incisions au peigne.

Image 10000000000004EA0000052AC3B1EF34.jpg

Fig. 2.63 - Arborescence de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle G.

  • 380 Zuffa 1976, 246 sq. ; les exemplaires de Verucchio sont, comme en Etrurie méridionale, soit en bron (...)
  • 381 d’Agostino 1970d, 891.

294Le couvercle-casque destiné à couvrir le cinéraire est une habitude du Villanovien d’Etrurie méridionale et des sites campaniens de Pontecagnano, Capodifiume et Sala Consilina; Verucchio constitue le seul site septentrional où un tel usage soit attesté, ce qui souligne encore les différences perceptibles avec les sites de la région felsine puisqu’il est totalement absent à Bologne380 ; à Vetulonia, on connaît des exemplaires de casque en calotte. Les exemplaires de Sala Consilina montrent une même évolution vers la forme à crête qu’en Etrurie381.

295La figure 2.63 résume l’arborescence de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle G.

h) Classe fonctionnelle H

296La classe H regroupe des vases petits ouverts à très ouverts. Fonctionnellement, les vases sont destinés à la consommation individuelle. Au-delà de ces caractéristiques générales, la classe présente des formes très différentes. Les variations principales s’expriment par la direction du bord (convergent ou divergent) l’aménagement de la base (fond simple ou pied) et de la préhension (présence ou absence de l’anse). En outre, des formes très originales se trouvent classées fonctionnellement avec les exemplaires précédents. D’après ces critères, on doit envisager successivement les vases à bord convergent (à simple puis à double vasque), puis ceux à bord divergent.

1) Bord convergent simple vasque (H1)
  • 382 On a introduit ici une nuance entre le vase à bord convergent (l’écuelle) et le vase à bord diverge (...)

297La forme à simple vasque et bord convergent correspond pour l’essentiel à ce que désigne plus ou moins le terme de scodella382 qu’on traduit ici par écuelle. D’autres formes correspondent également à cette description qui, par l’aménagement de leur préhension, ne peuvent être assimilées aux écuelles. C’est sur cet aménagement de la préhension que doivent porter les distinctions suivantes.

298Les vases à une anse horizontale (H11)

299Il existe, dans cette catégorie, deux types de bases : le fond plat et le pied creux. A l’intérieur de la catégorie des pieds creux, et malgré une homogénéité réelle, plusieurs groupes se dessinent en fonction de la hauteur relative du pied. Devant la difficulté d’adopter les mêmes points caractéristiques pour la mesure du pied, on fixera la limite entre pied et vasque au point d’inflexion correspondant au rétrécissement maximum entre les deux parties du vase. En fonction de cette mesure rapportée à la hauteur totale, trois intervalles de hauteur de pied seront retenus : pied bas, inférieur au quart de la hauteur totale ; pied moyen, compris entre le quart et le tiers de la hauteur totale ; pied haut pour les valeurs supérieures au tiers de la hauteur.

Image 10000000000004C90000023493B7D60C.jpg

Fig. 2.64 - Histogramme montrant la distribution des “écuelles” sur la profondeur.

Image 100000000000025B0000011B9613C552.jpg

Fig. 2.65 - Histogramme montrant la distribution des “écuelles” sur le diamètre maximum (en cm).

300Les vases sans pied (H111)

301La catégorie envisagée regroupe les “écuelles”, ou au moins une partie d’entre elles : comme on l’a déjà rappelé, le terme désigne d’habitude également les exemplaires à pied creux de même que ceux à bord divergent. La forme des écuelles se prête très difficilement à toute entreprise de typologie tant la variabilité est importante : à l’examen des vases, on est plus sensible aux traits communs partagés par les vases d’une même tombe – comme s’il s’agissait d’une production très “familiale” – qu’à des tendances perceptibles sur toute la période qui nous intéresse.

Image 10000000000002580000011508682DDE.jpg

Fig. 2.66 - Histogramme montrant la distribution des “écuelles sur le diamètre à l’ouverture (en cm)

Image 10000000000004B0000002294B03553C.jpg

Fig. 2.67 - Histogramme montrant la distribution des “écuelles sur le diamètre à l’embouchure (en cm)

302La variabilité dimensionnelle des vases est grande. Les quatre figures suivantes (figures 2.64 à 2.67) illustrent les distributions observées sur la plupart des dimensions absolues les plus caractéristiques.

303A l’examen de ces graphiques, il est clair que la catégorie rassemble des vases plus ou moins profonds, plus ou moins larges, à embouchure ou ouverture plus ou moins large ou étroite. Mais les distributions ressemblent à des distributions Normales sur lesquelles il n’est pas possible d’effectuer la moindre partition.

304C’est donc sur des critères qualitatifs qu’il convient de faire porter l’analyse. Comme sur les grands exemplaires, le principal indice chronologique réside en l’orientation de l’anse : les anses hautes (définies comme précédemment) désignent des vases récents. Sur l’orientation de l’anse s’effectuera donc la première différenciation. On distinguera trois types d’anses : les anses basses/moyennes, les petites anses hautes, les grandes anses hautes – la différence entre les deux dernières étant opérée sur l’importance de la cavité de l’anse.

305Anse basse/moyenne (HI 111)

306Dans le groupe des vases à anse moyenne ou basse, trois profils de panse – convexe (PC), tendue (PT), convexo-concave (PCC) – peuvent être déterminés. Le fond peut être plat (voire légèrement convexe) ou concave et dans ces deux cas profilés ou non, ou en anneau. En tout, ce sont huit profils qu’on retiendra pour cette catégorie :

  • et fond convexes ou plat (H11111)

  • panse convexe et fond concave (H11112)

  • convexe et fond en anneau (H11113)

  • panse tendue et fond concave (H11114)

  • panse tendue et fond plat (H111115)

  • convexo-concave et fond plat (H11116)

  • panse convexo-concave et fond profilé concave (H111117)

  • panse convexo-concave et fond profilé plat (H11118).

307Anse haute, petite ou crantée (H1112)

308Deux vases appartiennent à ce type : l’anse est haute, i.e. l’angle qu’elle forme avec la surface du vase est supérieur à 65 grades, mais brève ou crantée.

309Grande anse haute (H1113)

310L’anse est haute et grande, i.e. la hauteur de l’anse est supérieure à un tiers de la hauteur de la vasque. Dans un cas, l’anse est surmontée d’un bouton plat. Une distinction supplémentaire peut être opérée selon que le vase porte ou non un décor plastique de languettes verticales de chaque côté de l’anse :

  • sans décor H11130

  • languette plastique H11131.

311Les vases à pied (H112, H113, H114)

312Trois hauteurs de pied seront retenues selon les critères explicités pour la classe fonctionnelle G. Les formes sont par ailleurs simples, le décor, quand il n’est pas simplement absent, se limitant le plus souvent à des boutons plastiques sur les attaches de l’anse. On retiendra les types suivants :

  • pied bas H112 (007PV01, 020PV02, 020PV03)

  • pied moyen H113 (182PV01, 186PV06, 186 PV03, 186PV02, 186PV04)

  • pied haut H114.

313Dans le cas du pied haut, d’autres critères discriminants pourraient être retenus : la morphologie du pied, tronconique ou profilé ; le décor, selon qu’il est absent (type H1140 : 216PV05 et 213PV04), en sillons modelés horizontaux (type H1141) ou à lamelles métalliques appliquées (type H1142). Il s’agit, comme dans le cas des anses hautes, de critères chronologiquement redondants : si l’on se limite à une typo-chronologie, il n’est pas nécessaire de les faire intervenir ; ils sont par contre décisifs dans l’encadrement chrono-culturel du corpus.

314Les vases sans anse fixe (H12)

315Par cette désignation de “sans anse fixe”, on entend absence d’anse en céramique. Des aménagements de préhension peuvent néanmoins exister, comme des perforations ou des attaches pour une préhension en matière périssable. On distinguera deux catégories de base : le fond plat et le pied creux.

316Les vases à fond plat (H121)

317Si les vases de cette catégorie sont caractérisés par leur absence d’anse, ils ne sont pas totalement privés d’éléments de préhension : les bords peuvent être garnis de languettes verticales ou d’une languette horizontale perforée, éléments qui ne sont pas nécessairement fonctionnels. On distinguera toutefois un aménagement particulier de la préhension qui consiste en deux boucles opposées sur le bord du vase, sans doute destinées à retenir une anse de panier aujourd’hui disparue :

  • languettes ou sans préhension H1211

  • attaches d’anse de panier H1212.

318Les vases à pied creux (H122)

  • 383 Adamesteanu 1971a, 17 tav. I, et 1972, fig. 1. Chiartano 1983, 68, fig. 25d.

319Le pied peut être tronconique ou cylindrique (010PV04 – 196PV07). Sur le bord, des cordons plastiques, dont le milieu coudé est légèrement surmontant, jouent davantage le rôle de décor que de préhension : sur l’exemplaire 010PV04, une petite perforation est aménagée dans le coude d’un cordon. Ce vase peut être rapproché d’une écuelle de S. Teodoro di Pisticci qui porte deux cordons surmontés d’un bouton aplati et collés au-dessus d’une perforation dans la paroi383 : le vase provient d’une tombe datée de la première – ou, selon l’article, de la seconde – moitié du VIIIe siècle, soit sensiblement plus tardive que la tombe de Sala Consilina.

320• Comparaisons

  • 384 d’Agostino 1970a, 595.
  • 385 Johannowsky 1984, T930, tav. X par exemple.

321Les écuelles de Sala Consilina ne présentent jamais le bord vertical ou légèrement divergent qui est caractéristique des vases de la Culture des Tombes à Fosse de Cumes, Torre Galli, Rome Terni384 ainsi que de certains exemplaires de Capoue385. Néanmoins, la forme de l’écuelle est très répandue dans les différentes populations de l’Italie protohistorique. Quelques caractères peuvent cependant donner des indications plus directionnelles.

  • 386 d’Agostino 1970a, 596.
  • 387 Tovoli 1989, 197, et tav. 7, n° 3.
  • 388 Gastaldi 1979.
  • 389 Lollini 1976, 125, tav. IV, n° 19.

322L’anse de l’écuelle de la tombe 181P, de forme triangulaire avec un bouton aplati au sommet, évoque les exemplaires de la Valle del Sarno à bottoncino a tubercolo, caractéristique qu’on rencontre également sur certains exemplaires de Pontecagnano386 et un vase de Bologne387. Cela correspond aux types 16c et 16d de P. Gastaldi, respectivement datés du préhellénique II et de l’Orientalisant ancien I388. La caractéristique est également partagée par certains exemplaires de la culture du Piceno II389.

  • 390 Par exemple, les tombes 149, 197 et 2075 respectivement datées de fin IB/II, Ib/II et IA : cf. Pont (...)

323Un exemplaire du type H11118, celui de la tombe 045P, porte un décor d’échelle oblique très similaire à celui que portent plusieurs scodelle de Pontecagnano390.

  • 391 Pontecagnano II. 1, 33.

324Les types H11130 et H11131 partagent l’anse haute qu’on a déjà évoquée à propos des écuelles de grand format. Le second présente la caractéristique d’un décor de languettes verticales de part et d’autres de l’anse, identique à celle précédemment soulignée. Les mêmes conclusions sont valables pour les petits vases. Les écuelles à pied sont assez courantes dans les sites villanoviens. Une bonne indication chronologique est fournie par Veio où la forme apparaît à la phase IIA (chronologie de J. Close-Brooks et de Toms). A Pontecagnano, tous les exemplaires sont regroupés dans le type 15A1c à anse eretta, type qui est caractéristique de la phase II391.

  • 392 Ibidem : l’anneau me semble dans bien des cas être un bas - mais véritable - pied tronconique creux
  • 393 Pontecagnano II. 1, 33-34.

325La distinction opérée ici entre pied bas (type H 112) et pied moyen (H113) semble correspondre à celle que les chercheurs de Pontecagnano ont retenu entre le pied à anneau ou à disque (15A1b2) et le pied bas (15Alb3)392. Le type H1140 à pied haut correspond au type 15A1b4 de Pontecagnano qui comme les précédents types à pied apparaît à la phase IB393.

  • 394 Types X 12, X 16, XI7 de J. Toms 1986, fig. 28.

326Le type H1141 est représenté par un vase décoré de sillons modelés horizontaux (183PV07) et possède un pied profilé. Ce que l’on a dit plus haut de ce type de décor vaut également ici, quant à l’origine, la diffusion, les significations chronologiques et culturelles. Le pied profilé suit une tendance perceptible dans les sites villanoviens, à la fin de la phase II et à l’Orientalisant, en particulier à Veio394.

  • 395 Guidi 1980, 56 sq.
  • 396 Hencken 1968, 369.

327Le vase au décor de lamelles métalliques (210PV06), quant à lui, est l’unique exemplaire de la variante (H1142). Ce que l’on a dit du décor à lamelles métalliques pour les tasses vaut aussi pour le décor de cette écuelle sur pied : ce n’est sans doute pas un hasard si elle appartient à la même tombe. Il est à noter que le motif du pied rappelle la métope à spirale typique de Veio IIB1395 qu’on retrouve sur certains vases de la tombe de Bocchoris396.

  • 397 Pontecagnano II. 1, 33-34.
  • 398 Pontecagnano II. 2, 2-22.
  • 399 Ibidem, fig. 95.

328Les deux types des scodelle sans anse, avec ou sans pied, étaient récemment encore groupés à Pontecagnano dans une seule et même variante (15A2)397. A présent, si l’aménagement de la base du vase a été pris en compte pour définir quatre variantes, il demeure difficile – comme cela s’est déjà produit pour les scodelle à anse – de suivre les auteurs sur la caractérisation du pied en anneau qu’ils adoptent398. S’il est aisé de faire correspondre notre type H1211 avec celui 15A2a de Pontecagnano, il est néanmoins nécessaire de conclure que le pied bas défini sur le corpus de Sala Consilina (H122) regroupe le pied bas ainsi que le pied en anneau de Pontecagnano (15A2b et 15A2c). Au-delà de ces correspondances génériques, des comparaisons plus directionnelles peuvent être proposées, par exemple entre l’exemplaire de la tombe 195P et celui de la tombe 3295 de Pontecagnano399.

  • 400 Osteria dell’Osa 1992, 238-239, et tav. 12.

329Enfin, le type H1212 à attaches pour une anse de panier en matière périssable trouve un élément de comparaison direct avec un vase de la nécropole de l’Osteria dell’Osa (type 5 un 1) appartenant à un mobilier daté de la phase IIA : les auteurs attribuent toutefois une origine méridionale à l’exemplaire du Latium400.

330Deux anses de direction verticale (H13)

  • 401 Adamesteanu 1971a, 46-47, et tav. IX. Il convient de préciser que le vase a tenda a des dimensions (...)
  • 402 Sestieri 1960b, 89, et fig. 33, 34.
  • 403 Hencken 1968, 71, fig. 57i : tombe S.S. 79.

331Le vase ne se caractérise pas seulement par la présence des deux anses verticales mais aussi par les deux goulots supplémentaires qui encadrent l’embouchure. La forme est unique à Sala Consilina (014PV01). Elle est de toute façon très rare. Un exemplaire identique en tous points provient de la petite nécropole de Craco, mais il s’agit d’un vase a tenda401. En général, les vases à plusieurs goulots sont peu fréquents et il est utile de mentionner aussi l’exemplaire – en argile – de Capodifiume avec une anse cependant très différente402. De même, on connaît un exemplaire assez proche à Tarquinia403.

2) Bord convergent double vasque (H2)
  • 404 Müller-Karpe renvoie à un exemplaire daté du Minoen récent de Knossos (1959b, 108 et taf. 28,4) ; p (...)
  • 405 Pour Tarquinia, voir aussi Camporeale 1964. Pour Vulci, voir Falconi Amorelli 1968, n° 18 et 19. Po (...)

332La forme est unique dans le corpus présent et rare dans ce qui est connu par ailleurs de Sala Consilina (210PV05) : par un pur hasard, elle correspond au type H2 de Kilian présent à trois exemplaires. La tradition des vases multiples est ancienne et remonte, dans la péninsule italienne, au moins au Bronze final404. Dans les productions villanoviennes, elle est représentée par des tasses doubles à Tarquinia et à Vulci, et des écuelles profondes doubles à Bisenzio et Bologne405.

3) Vase ouvert à bord divergent rond (H3)

333Cette catégorie regroupe des formes en général très simples qui se différencient des précédentes – les écuelles – par leur bord divergent. Au-delà de ce caractère général existent plusieurs sous-catégories, selon l’aménagement de la base et de la préhension. On envisagera successivement les vases sans anse puis à anse.

334Les vases sans anse (H30)

335A cette étape de la segmentation, quatre profils sont à individualiser : les vases sans pied, à pied creux simple ou profilé, et, parmi les pieds creux simples, les profils simple ou composite.

336Les vases sans pied (H300)

337La forme est la plus simple qu’on puisse imaginer. Malgré cela, la variabilité peut être importante, selon que les parois sont incurvées ou rectilignes, ou que le vase est plus ou moins profond et présente ou non des perforations sous le bord.

338Les vases à pied tronconique creux et panse simple (H301)

  • 406 Osteria dell’Osa 1992, 299, et tav. 2, forme 25.

339Deux vases entrent dans cette catégorie. Ils possèdent tous deux une paire de perforations sous le bord. Sur un exemplaire, le pied est manquant et le départ conservé laisse penser qu’il était ajouré. Malgré la simplicité de la forme, c’est surtout en Etrurie et dans la zone falisco-capenate mais aussi à Bologne et dans le Latium à Osteria dell’Osa406, qu’on trouve ce qui correspond à l’italien piattello.

340Vase à pied tronconique creux et panse complexe (H302)

  • 407 Pontecagnano II. 1, 34-35, types 17B2 et 17A2.

341Un seul vase dans le corpus étudié correspond à cette description. La distinction opérée ici entre H301 et H302 trouve un écho dans celle proposée sur le matériel de Pontecagnano entre les exemplaires à lèvre indistincte et ceux à lèvre distincte407.

342Vase à pied tronconique creux profilé et panse complexe (H303)

  • 408 Un exemplaire proche mais plus “grossier” et provenant de la tombe L9 est publié par Kilian 1970, t (...)
  • 409 Felletti Maj 1953, tav. 3, n° 13 de la tombe VII de la nécropole de Vaccareccia ; Toms 1986, type X (...)
  • 410 Hall Dohan 1942, pl. X, 8, et XXIV, 5.
  • 411 d’Agostino 1968, 106-107.
  • 412 L’exemplaire de Veio provient de la nécropole de Vaccareccia où n’est pas attesté le Premier Age du (...)
  • 413 Pontecagnano II. 2, fig. 85 : le vase de la tombe 3248 (IIA) possède un haut pied tronconique creux (...)

343La coupe à pied creux profilé à bord divergent concave n’est pas inconnue à Sala Consilina408. Elle trouve des éléments de comparaisons en Etrurie méridionale (à Veio) et dans la zone falisco-capenate. A Veio, deux formes d’impasto (une, sans anse, tout à fait similaire à la nôtre, une autre à deux anses verticales) adoptent le même profil sur un pied plus haut409. A Narce, on connaît le vase de la tombe 23F, et d’autres au bord un peu moins concave410 Il faut peut-être évoquer à leur égard une inspiration grecque qui se manifeste également dans des formes italo-géométriques proches. Les coupes de Pontecagnano en témoignent411 : la forme y est attestée jusqu’au début de l’Orientalisant, comme en Italie centrale412 mais les premiers exemplaires, guère différents des plus récents, sont présents dans des mobiliers datés de la phase IIA413.

344Les vases à anse (H31)

345La principale distinction qu’on peut proposer sur ce groupe de vases porte sur l’aménagement de la base en fonction de la présence, ou de l’absence, d’un pied tronconique creux. Trois hauteurs de pied, qui correspondent à celles qu’on a définies plus haut pour les vases à bord convergent, seront retenues dans un premier temps, alors que pour les vases sans pied tronconique creux, la discrimination entre fond plat et pied à disque ou en anneau ne sera opérée qu’ultérieurement.

Image 10000000000001E900000197515C7726.jpg

Fig. 2.68 - Arborescence des deux premiers niveaux de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle H.

Image 10000000000003CF0000015A59B5ECF3.jpg

Fig. 2.69 - Arborescence des niveaux suivants de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle H : H12 et suivantes.

Image 10000000000005140000061E49667DED.jpg

Fig. 2.70 - Arborescence des niveaux suivants de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle H : H11 et suivantes (PC = profil convexe, PT = profil tendu, PCC = profil convexo-concave).

346Pour les vases à base sans pied tronconique (H310), trois profondeurs seront déterminées en fonction de l’indice d’ouverture (diamètre à l’ouverture divisé par la profondeur) : sous la valeur 2,5, le vase est profond ; au-dessus de 4,5, le vase est considéré comme plat (H3101) ; entre les deux limites, le vase est considéré comme moyennement profond. Ces vases doivent être séparés selon leur profil, tendu (H3102) ou convexe (H3103). L’aménagement de la base des vases à profil convexe permet de distinguer les vases à fond plat (H31031) des vases à pied à disque ou en anneau (H31032). Pour les vases profonds, on peut également distinguer les anses hautes (H31042) des anses moyennes ou basses (H31041) telles qu’elles ont été définies plus haut.

347Par ailleurs, trois hauteurs de pied tronconique creux seront retenues : les pieds bas (H311), moyen (H312) et haut (H313). Sur des formes aussi simples, peu de variations apparaissent. Seuls deux vases sont décorés d’un cordon plastique à la transition entre le pied et la vasque. On notera que le type H313 ne diffère du type G21 que par les proportions générales du vase.

4) Les vases à bord divergent forme quadrangulaire (H4)

348Ce type de “ravier” est représenté par un exemplaire unique dans le corpus présent. C’est une forme par ailleurs très rare à Sala Consilina.

Image 10000000000004DE000004A090640088.jpg

Fig. 2.71 - Arborescence des niveaux suivants de la segmentation/différenciation de la classe fonctionnelle H : H3 et suivantes

  • 414 Voir par exemple Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 41 ; à l’Osteria dell’Osa, deux exemplaires recta (...)
  • 415 Type 18A qui regroupe des exemplaires ovales, comme ceux d’Italie centrale : cf. Pontecagnano II. 1 (...)
  • 416 A Torre Galli, cf. Orsi 1926, tav. II, n° 13, 15, 16. A Cumes, tombe 6, cf. Müller-Karpe 1959a, taf (...)

349Pour ce vase, les comparaisons proposées ne peuvent être que très génériques. La forme évoque les vases à barchetta connus en Italie centrale, dans le Latium comme en Etrurie, à Tarquinia ou Bisenzio, même si habituellement le vase est ovale plutôt que rectangulaire414. Elle est également attestée à Pontecagnano415 mais rare dans la Culture des Tombes à Fosse méridionale416.

350Les figures 2.68 à 2.71 résument les segmentations/différenciations de la classe fonctionnelle H.

3.2. Les armes et les instruments

3.2.1. Les pointes de lance (classe L)

  • 417 Demoule, à paraître.
  • 418 Laux 1971, 85. A. Snodgrass partage la même idée et précise que l’important n’est pas la taille mai (...)
  • 419 Briard et Mohen 1983, 113-115.

351Lorsqu’on traite de la typologie des pointes de lance, il est courant de chercher à mettre en évidence deux groupes : d’un côté les armes d’hast, les pointes de lance à proprement parler ; de l’autre, les armes de jet, entendues sous l’appellation de pointes de javelot. Mais la distinction de ces deux groupes est loin d’être aisée. A propos de matériel provenant des cimetières du Second Age du fer en Champagne, J.-P. Demoule remarque un continuum entre les exemplaires les plus petits et les plus grands et renonce à distinguer les javelots des vraies lances417. On a parfois cherché à faire parler d’autres dimensions que la seule longueur de l’objet. F. Laux utilise le rapport entre longueur de la lame et longueur totale, en partant de l’idée que les armes de jet doivent avoir une lame courte et une douille longue : au-dessus d’un rapport de 3/4 (soit une lame représentant au moins 75 % de la longueur totale), on aurait une arme d’hast418. Lorsqu’ils considèrent le matériel en bronze de France, J. Briard et J.-P. Mohen ne paraissent pas retenir qu’une telle distinction s’impose en l’absence de tout renseignement sur les hampes419.

  • 420 d’Agostino 1970a, 582-583.
  • 421 Pontecagnano II. 1, 203 et 215.
  • 422 Pacciarelli 1986, fig. 2C.

352Dans le corpus étudié ici, il n’est pas possible d’identifier des groupes dimensionnels. C’est pourquoi on a préféré prendre en compte l’ensemble des pointes de lance de Sala Consilina – celles déjà publiées par K. Kilian et les sept exemplaires mesurables du corpus présent. L’étude dimensionnelle sur la longueur des objets donne la distribution qu’illustre la figure (2.72). Sur les pointes de lance d’Italie, plusieurs distinctions entre javelots et lances ont été tentées. Ainsi, pour les nécropoles de San Marzano, B. d’Agostino retient deux groupes : le premier concerne les pointes que l’auteur qualifie, conventionnellement, de javelot, et dont la longueur est comprise entre 14,5 et 17,9 cm ; le second, les pointes de lance, comprend des objets de 21,7 à 29 cm de long420. A Pontecagnano, une coupure semblable a été adoptée mais de façon pas toujours cohérente puisque la pointe de la tombe 2157 est classée parmi les javelots, alors qu’elle mesure 18,5 cm, de même que celle de la tombe 4858 qui mesure 18 cm421. L’histogramme de distribution des longueurs montre par ailleurs que rien ne justifie la coupure adoptée : pour laisser les pointes mentionnées dans le groupe des javelots, c’est une coupure à 19 cm qu’il faudrait adopter. Pour les pointes provenant de la nécropole de Torre Galli, M. Pacciarelli a mis en évidence quatre groupes dimensionnels basés sur la longueur : deux groupes de javelots, deux autres de lances422. Quant à une distinction éventuelle entre arme d’hast et arme de jet, les groupes dimensionnels repérés sur la distribution des longueurs des objets ne correspondent pas précisément aux groupes précédemment reconnus à San Marzano et Torre Galli (cf. figures 2.73 à 2.75). Même en regroupant les classes sur un intervalle de deux centimètres, les coupures possibles sur un corpus ont peu à voir avec celles opérables sur les autres.

Image 100000000000049300000236830F8EE6.jpg

Fig. 2.72 - Longueur (en cm) des pointes de lance de Sala Consilina tout corpus.

Image 100000000000048900000168D50DE08D.jpg

Fig. 2.73 Longueur (en cm) des pointes de lance de Pontecagnano d’après B. d’Agostino 1970 et P. Gastaldi 1979 (les groupes sont ceux que propose le premier auteur).

Image 1000000000000246000000C0ED5468D1.jpg

Fig. 2.74 - Longueur (en cm) des pointes de lance et de javelot de Pontecagnano, tout corpus publié.

Image 100000000000024F0000011B687712FE.jpg

Fig. 2.75 - Longueur (en cm) des pointes de lance de Torre Galli d’après Pacciarelli 1986, fig 2C (les coupures sont celles que propose l’auteur).

353La conclusion qui s’impose, c’est qu’il n’existe pas de modules stricts que les artisans bronziers auraient respecté, à l’échelle de l’Italie méridionale, permettant de distinguer fonctionnellement les pointes de javelot des pointes de lance. La distribution des longueurs des pointes de lance de Sala Consilina, de la Valle del Sarno, de Pontecagnano et de Torre Galli réunies sur l’histogramme de la figure 2.76 confirme que, considérés sur plusieurs sites à la fois, les groupes dimensionnels locaux s’estompent : demeurent toutefois deux ensembles de part et d’autre de la longueur 22/23 cm. Il faut en conclure que la partition dimensionnelle à partir des dimensions absolues qu’on peut opérer sur chaque corpus local a peu de chance de revêtir une signification fonctionnelle et d’incarner la distinction entre armes d’hast et armes de jet.

Image 10000000000005230000025CE47E4FF6.jpg

Fig. 2.76 - Histogramme des longueurs (en cm) de pointes de lance et javelot, cumulées sur les sites de Sala Consilina, Pontecagnano, Torre Galli et Valle del Sarno.

Image 10000000000004150000029A3E5A233D.jpg

Fig. 2.77 - Distribution des pointes de lance de Sala Consilina sur le rapport longueur de la lame/longueur totale de la pointe et la longueur totale (en cm).

354Il semble que la méthode proposée par F. Laux donne, sur le matériel de Sala Consilina, des résultats intéressants. Le nuage de points de la figure 2.77 montre deux groupes que sépare la valeur 0.725 pour le rapport longueur de la lame sur longueur totale de l’objet. Le seuil est donc peu différent de celui proposé par F. Laux. Il est toutefois évident que les deux groupes mis ainsi en évidence sont très faiblement corrélés avec ceux établis sur la longueur : on trouve ainsi des très grandes pointes de part et d’autre de la valeur retenue.

355Les données dimensionnelles ne suffisent cependant pas. On s’aperçoit sur notre corpus que cette discrimination dimensionnelle est corrélée à la forme de la lame : les lames acuminées sont proportionnellement plus longues que les lames en forme de feuille de saule. Cela peut signifier que le coefficient de Laux est un coefficient morphologique plutôt que fonctionnel. Il n’est donc pas possible d’utiliser ce critère pour affirmer l’existence de deux classes distinctes : celle des pointes de javelot et celle des pointes de lance. On adoptera le parti de B. d’Agostino en retenant les deux groupes dimensionnels que donne la distribution des longueurs, groupes que l’on pourrait par convention (et par convention seulement) appeler javelots et lances.

356Pour chaque classe dimensionnelle, on distinguera les formes en feuille de saule des pointes acuminées. Par ailleurs, dans les petites pointes en feuille de saule on effectuera une ultime discrimination selon la matière :

  • “javelots” (L)

    • pointe acuminée (L)

    • pointe en feuille de saule (L12)

      • en bronze (L121)

      • en fer (L122)

  • “lances” (L2)

    • pointe acuminée (L21)

    • pointe en feuille de saule (L22).

  • 423 Veio 1976, fig. 6, 200b.
  • 424 Bianco Peroni 1970, 84-87.
  • 425 Veio 1963, 103, fig. 14, et Bartoloni et al. 1980, 225, tav. CXVII, n° 5 ; la pointe vient de la to (...)

357Ces pointes de lance correspondent aux modèles connus par ailleurs dans l’Italie protohistorique. Seule la pointe de la tombe 025Ρ présente quelque originalité. La lame porte trois nervures longitudinales et, entre ces nervures, la lame est légèrement renflée. La pointe de lance est fabriquée à partir de deux morceaux : la douille paraît être tirée d’un sauroter423 tandis que la lame présente une section et un décor qui font davantage penser à une lame d’épée ; le décor, constitué d’une ligne en zigzag sur le bord des nervures est assez répandu sur les lames et fourreaux d’épée des types Pontecagnano, voire Cumes424. Ce type d’épée est répandu plutôt au IXe siècle, ce qui correspondrait bien à la datation de la tombe de Sala Consilina. Une seule pointe peut être rapprochée directement de l’exemplaire du Vallo di Diano : il s’agit d’une pointe en fer de Veio qui présente trois nervures longitudinales légères425.

3.2.2. Les pointes de flèche (classe Y)

  • 426 Briard et Mohen 1983, 79 et 10.
  • 427 Mercer 1970, 195 sq.
  • 428 Cf. Bellucci 1914, 60-61 qui pense à une utilisation votive des pointes de flèche dans les sépultur (...)

358La pointe est découpée dans une tôle de bronze : il subsiste sur une face les traits d’amorce de la découpe des ailerons. A mi-hauteur, se trouvent deux perforations destinées à recevoir le lien avec la hampe, comme des exemplaires de sites lacustres des Alpes l’illustrent426. Cette pointe triangulaire perforée est d’ailleurs un exemplaire du “type du Bourget” pour lequel R. J. Mercer propose une ascendance grecque (de l’Helladique récent III)427. D’autres individus en lame perforée montrent parfois un pédoncule, arrondi ou rectangulaire428.

  • 429 Hencken 1968, 53, fig. 41b.
  • 430 d’Agostino 1970c, 927 ; la pointe est publiée dans Pontecagnano II. 1, 79, et tav. 24.
  • 431 Osteria dell’Osa 1992, 404, et tav. 41, type 65.
  • 432 Veio 1970, 243, fig. 36.
  • 433 Montelius 1904, pl. 70, 1, 6, 9.
  • 434 Kilian 1970, 317.

359Les pointes de flèche sont rarement documentées dans la protohistoire italienne. Le plus proche exemplaire est une lame cordiforme avec deux crans sur le côté et une perforation provenant de la tombe Selciatello Sopra 19 de Tarquinia429 : l’objet n’est cependant reconnu comme tel ni par Hencken ni par Bartoloni et Delpino qui parlent d’une simple « borchia di spessa lamina di bronzo ». A Pontecagnano, on signale une pointe à pédoncule430, de même qu’à l’Osteria dell’Osa431, tandis que l’exemplaire de la tombe Vß de Veio possède une douille432. Pour Bologne, le Dizionario Terminologico fait état de deux exemplaires (un à pédoncule et un à douille) provenant du dépôt de S. Francesco, auxquels on peut peut-être ajouter la petite lame de poignard (sa longueur est de 4 cm) à base concave et ailerons perforés indiquée par Montelius433. C’est cependant à Sala Consilina qu’on connaît le plus de pointes de flèche : K. Kilian fait état de 18 pointes, en lame perforée ou à douille, concentrées dans 5 tombes434.

3.2.3. Les couteaux (classe V)

360Le seul couteau du corpus n’est qu’une reconstitution à partir de plusieurs fragments en fer. Il semble que l’exemplaire soit à dos convexe continu et tranchant concave.

  • 435 Les deux tombes sont masculines et datées de la phase IIA : cf. Pontecagnano II. I, fig. 206, et Po (...)
  • 436 Buchner et Ridgway 1993, tav. 162 (tombe 546 datée du Géométrique récent 2), tav. 163 (t. 552, même (...)

361A Pontecagnano, alors que la plupart des couteaux possèdent une lame rectiligne, deux exemplaires présentent une lame courbe à dos convexe et tranchant concave : celui de la tombe 4856 et celui, encore plus lisible car mieux conservé, de la tombe 32 8 9435. La nécropole de Pithécusses a livré plusieurs exemplaires de morphologie identique mais de plus grandes dimensions (longueur supérieure à 0,20 m)436.

  • 437 Gualtieri 1977, 64 et 67-68 ; tombe 108, p. 123, n° 108 ; voir également p. 68 pour les origines du (...)
  • 438 Bianco Peroni 1972.
  • 439 Gualtieri 1977, 190 et 210, n° 20. L’exemplaire fait 11,5 cm de long, soit les dimensions du coutea (...)
  • 440 Guzzo 1975, 135, n° 45.
  • 441 Gualtieri 1977, 155. Voir également Zancani Montuoro 1983, 111, fig. XXXIX, 7 pour l’exemplaire de (...)
  • 442 Ibidem, 178, fig. 16.
  • 443 Par exemple, Malnati 1984, tav. XI tombe I datée duVIIIe siècle ; Frey 1991, taf. 45A, tombe 142.
  • 444 Tocco 1978, fig. 10.
  • 445 Deux exemplaires sont proches : l’un d’eux est sporadique (Chiartano 1983, 188, fig. 111,3) ; l’aut (...)
  • 446 Andriani 1985, 52 et 54 fig. 2 : il possède une poignée terminée par un bouton et provient d’une to (...)
  • 447 Pescatori Colucci 1971, 510, et 521, fig. 23, tombe 23.
  • 448 Hencken 1968, 180 fig. 166h : tombe Impiccato 74 datée de la seconde moitié du VIIIe ; après une co (...)
  • 449 Müller-Karpe 1962, taf. 24 A 4 : il s’agit de l’exemplaire de la tombe 4 de l’Esquilin, associé à u (...)
  • 450 Müller-Karpe 1959a, taf. 39 Β 3 : l’objet provient de la tombe 16, mais la pointe étant absente, il (...)

362Mais c’est naturellement au sud qu’il convient de chercher d’autres comparaisons. L’exemplaire est proche du type A que M. Gualtieri (coltello a fiamma, à dos convexe et tranchant concave) définit sur le corpus de Torre Mordillo437. Le type est également présent à Torre Galli et dans le groupe calabrais, surtout dans les tombes riches438. Pour Torre Galli, M. Gualtieri mentionne plusieurs exemplaires, dont celui à dos convexe continu de la tombe 24439 et d’autres probables d’après les descriptions. A Castiglione di Paludi aussi, P. G. Guzzo fait état d’un exemplaire440. Francavilla Marittima a livré plusieurs couteaux semblables, même si M. Gualtieri les rapproche de son type Β de Torre Mordillo441 : un bel exemplaire de 30 cm de long provient de la tombe 8 datée du troisième quart du VIIIe par la présence d’une fibule à arc à pied long ; un autre, aux dimensions plus proche de notre exemplaire, faisait partie du mobilier de la tombe 40 datée d’une probable première moitié du VIIIe siècle par la présence d’une fibule en fer à arc serpentant à coude ; un autre enfin serait daté du VIIe siècle par le mobilier dont il fait partie442. En Basilicate, on mentionne des couteaux semblables à S. Maria d’Anglona443, à Craco444, à l’Incoronata445. La lame courbe continue est également partagée par de grands poignards comme celui de la tombe du chef de guerre de Valle Sorigliano (Tursi)446. Plus près de Sala Consilina, le site de Cairano a livré, dans un mobilier où il était associé à une fibule en fer à arc serpentant et ardillon bifide, un couteau identique à l’exemplaire considéré comme caractéristique du la première moitié du VIIIe siècle447. Ailleurs, les exemplaires sont plus rarement documentés, sinon simplement plus rares. Les couteaux en fer de San Marzano ont un dos en partie rectiligne. En Italie Centrale, on connaît les exemplaires de Tarquinia448, ceux de Rome449 et de Terni450. Ces comparaisons convergent pour une origine méridionale de l’objet et une chronologie placée au VIIIe siècle.

3.2.4. Les rasoirs (classe R)

  • 451 Bianco Peroni 1979.

363Malgré la multiplicité des travaux qui ont dû prendre en compte les rasoirs, il n’existe pas de critère fixe pour les classer, ni même pour les décrire : selon les auteurs, voire selon les ouvrages, et malgré l’existence d’une typologie générale de cette classe d’objets451, c’est la forme de la lame ou ses dimensions relatives (sa largeur) qu’on considère en premier. On adoptera ici le parti d’un classement morphologique : lame large, lame étroite, tous les rasoirs considérés ici, comme les autres rasoirs de Sala Consilina, appartenant à la famille des rasoirs à double tranchant (bitagliente). Le corpus relativement réduit (5 objets) n’autorise de toute façon pas à aller très loin dans la segmentation.

364On retiendra donc les formes suivantes :

  • lame trapézoïdale large (type R1)

  • lame rectangulaire étroite (R2) :

    • en une seule partie (type R21)

    • à manche rapporté (type R22)

  • 452 Ibidem, 31, et planche 13, n° 143 à 149.
  • 453 Pontecagnano II. 1, 70-71 ; il s’agit du type 45A1b1.
  • 454 Orsi 1926, fig. 54, tombe 104.
  • 455 Pontecagnano II. 1, 70-71.

365Le type R1 a déjà été repéré à Sala Consilina452. Il s’agit d’un rasoir dont la diffusion touche l’Etrurie méridionale (Tarquinia, Vulci, peut-être Cerveteri), la Campanie (Pontecagnano)453 mais aussi la Calabre (Torre Galli)454. La chronologie du type est assez précise puisqu’on s’accorde à la placer dans la première moitié du IXe siècle ou légèrement au-delà du milieu du siècle, avant qu’il ne soit complètement remplacé par les exemplaires lunati455.

  • 456 Ibidem, 82.
  • 457 Bianco Peroni 1979, 53-54, tombe A 33 de Sala Consilina.
  • 458 Ibidem, 71.
  • 459 Fixation du manche par un rivet ou soudure à la lame ; Bianco Peroni 1979, 35, tav. 14, n° 160-165.
  • 460 Pour une détermination identique à Francavilla Marittima, voir Zancani Montuoro 1983, 22, fig. 2.

366Les deux types suivants sont des rasoirs à lame étroite, “typiques de la Culture des Tombes à Fosse méridionale”456. et ils doivent être datés de la seconde moitié du IXe siècle. L’unique représentant du type R21 pourrait appartenir à la variante Suessula A, proposée par V. Bianco Peroni et déjà attestée à Sala Consilina457, ou à une autre variante du type Suessula. L’exemplaire de la tombe 165P qui appartient au type R22 est découpé dans un ceinturon de bronze décoré : c’est une situation également attestée à Pontecagnano avec le rasoir de la tombe 6 1 4458. L’exemplaire de la tombe 250P, ainsi que celui de la tombe 047P, sont proches du type Spezzano Calabro459. Par rapport aux variantes de Bianco Peroni reconnues dans les mobiliers de Sala Consilina, l’attribution au type Cairano n’est pas totalement à rejeter. Un autre exemplaire, réduit à un disque perforé (tombe 256P), pourrait entrer dans cette catégorie460.

3.2.5. Quenouilles et fuseaux (classe M)

367Dans notre corpus, deux objets de ces formes fonctionnelles seulement sont représentés. Les deux exemplaires appartiennent à deux types différents.

  • 461 Pour Veio, cf. par exemple Veio 1965, 132-13, fig. 54 (= tombe HH1-12), Veio 1967, 247-248, et fig. (...)
  • 462 Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 54 ; voir à présent Osteria dell’Osa 1992, 395.

368Le pemier, une quenouille (type Ml), est au regard du site de Sala Consilina un type original : l’exemplaire présent, non restauré, ne laisse voir qu’un décor en arête de poisson sur la tige centrale ; l’extrémité distale porte un disque ; quant à l’extrémité proximale, elle est façonnée en forme de pavillon retourné. Comme l’a également remarqué S. De Natale, cette dernière particularité rapproche cet exemplaire d’un type plutôt diffusé en Etrurie méridionale maritime, à Tarquinia ainsi qu’à Veio et Sasso di Furbara, mais aussi à Bologne et à Novilara sur l’Adriatique : à la différence de l’objet de Sala Consilina dont la tige est pleine, les autres exemplaires sont en plaque enroulée (accartocciata) tandis que l’extrémité proximale est un cône également creux en forme de cloche461. Par la section lenticulaire de ses rondelles, la quenouille de la tombe 47 d’Osteria dell’Osa, dont la tige est pleine, se rapproche un peu de ce type462. Le type ne paraît pas représenté à Pontecagnano.

  • 463 Maiuri 1914 et Kilian 1970, 202-203, et Beil. 16.
  • 464 Contra, Maiuri 1914, 176. A. Wasowicz me suggère des rapprochements avec les quenouilles : voir par (...)

369Le second exemplaire (type M2) – sans doute point fonctionnel mais plutôt de l’ordre du fuseau – vient rejoindre les deux autres objets de ce type provenant également de Sala Consilina463. On peut mesurer une assez grande variabilité entre les différents individus, quant au nombre de disques, à l’homogénéité de leur diamètre, à la présence ou non d’une fusaïole de bronze à l’extrémité distale ; la structure de l’objet est pourtant la même. Les objets devaient être emmanchés : l’extrémité proximale acérée (opposée à celle qui porte, lorsqu’elle existe encore, la fusaïole de bronze) autour de laquelle est resté enroulé un fil de bronze en spirale, cette dernière étant rendue lâche par la disparition de la matière ligneuse, devait pénétrer dans un manche. La disposition des disques comme la présence de tiges torsadées dans lesquelles sont passés des groupes d’anneaux fait douter que l’objet soit fonctionnel : sa présence dans des tombes riches permet de penser qu’il constitue plutôt un marqueur symbolique464. Le type semble exclusif à Sala Consilina.

3.2.6. Les fusaïoles (classe N)

370Il existe deux types de fusaïoles :

    • 465 Hall Dohan 1942, 8, et pl. 1, n° 21, tombe 43.

    les fusaïoles biconiques, à section polygonale ou circulaire (type N1) ; les facettes peuvent être décorées d’impressions circulaires comme certains exemplaires de Narce465 ;

  • les fusaïoles dissymétriques, à une face convexe et l’autre plane avec une concavité centrale, elles aussi à section polygonale ou circulaire (type N2).

  • 466 Zuffa 1976, 253 sq. et 257. Sur cette question, voir, pour le présent corpus, infra.

371Cette distinction est chronologique : le second type est le plus récent et il est présent dans des mobiliers du VIIIe siècle. La fusaïole est en général le marqueur sexuel courant pour la plupart des sites de l’Italie protohistorique : il existe cependant des exceptions, comme S. Marzano où l’objet n’est pas représenté. Sa fonctionnalité ne peut être contestée : on connaît de nombreux fuseaux possédant à une extrémité ce volant d’inertie que constitue la fusaïole. G. Bartoloni a, sur des mobiliers villanoviens de Populonia, étudié l’articulation des objets liés au tissage et au filage dans les mobiliers féféminins : il est aujourd’hui difficile de suivre les reconstitutions proposées par Zuffa sur les autres utilisations de la fusaïole dans l’habillement (boucle de chapeau, gland de ceinture etc.) d’après leur position dans les tombes466.

3.2.7. Les talons de hampe (classe T)

  • 467 Sur la chronologie de l’objet, voir Gualtieri 1977, 61-62.
  • 468 Voir l’analyse de K. Kilian 1970, 137-138.
  • 469 Bartoloni 1989b, 43 ; l’auteur mentionne des individus en os provenant des nécropoles de Tarquinia (...)
  • 470 Pontecagnano II. 1, 78 et 97 n. 328.

372On préfère parler de “talon de hampe” car l’utilisation réelle de l’objet ne paraît pas homogène. On pense en général au sauroter, en français “talon de lance”467. Le fait qu’il ne soit, à Sala Consilina, que rarement accompagné de la pointe de lance et au contraire présent dans des tombes à fusaïole, laisse ouverte la possibilité que des objets à fonction différente – dont des véritables talons – soient réunis sous une même appellation468. Sur les quatre exemplaires du présent corpus, aucun n’est d’ailleurs associé à une pointe de lance. G. Bartoloni a récemment souligné à propos de plusieurs mobiliers de Populonia que le talon pouvait être celui de la hampe d’une quenouille, car l’association du talon à des objets liés à la filature comme la quenouille ou la fusaïole et la bobine n’est pas une particularité de Sala Consilina469. A Pontecagnano enfin, on a remarqué que les talons coniques étaient toujours associés à une pointe de lance, à l’inverse des talons tronconiques qui le sont plus rarement470.

  • 471 La terminologie française est tirée de Briard et Mohen 1983.

373Le corpus étudié ne comprend que quatre exemplaires. La matière permet d’opérer une première distinction : trois sont en bronze, un seul en fer. Parmi les talons en bronze, deux formes sont représentées : une forme simple, tronconique (T11) ; une forme tronconique à bouton terminal471 (T12). Le talon en fer est très effilé : dans sa partie distale, la section est circulaire, puis sur les deux tiers restants de sa hauteur elle devient quadrangulaire (T2).

374Les deux exemplaires du type Tll ont leur extrémité proximale évidée. Il faut sans doute imaginer, si l’on se réfère aux talons publiés par K. Kilian (type L4c) que cela ne correspond qu’à l’usure d’un objet initialement bouché à son extrémité la plus étroite.

  • 472 Hall Dohan 1942, pl. 20.12.
  • 473 Hencken 1968, 250, fig. 231c.

375Le type T12, à bouton terminal, paraît peu courant dans les contextes italiens. K. Kilian mentionne l’exemplaire de Narce publié par Hall Dohan472. Un autre talon à bouton terminal provient de Tarquinia, tombe Selciatello Sopra 148 : l’exemplaire porte en plus un bourrelet près de chaque extrémité473.

  • 474 Orsi 1926, 130 fig. 125.
  • 475 Gualtieri 1977,57.
  • 476 Buchner et Ridgway 1993, tav. 52 (t. 143 du Protocorinthien moyen) et tav. 190 (t. 678 du Géométriq (...)
  • 477 Veio 1965, 154 fig. 69, tombe JJ12-13, datée d’après sa position de la phase II.

376Le type T2, en fer, était déjà représenté à Sala Consilina par le talon de la tombe A 152. C’est plutôt au sud qu’on cherchera des objets semblables, comme à Torre Galli474 et Torre Mordillo475 : dans cette dernière nécropole où les talons en fer représentent la quasi-totalité des cas, le type conique identique à celui de Sala Consilina semble l’exception alors que prédomine le talon tronconique. Le type est attesté en quelques exemplaires à Pithécusses dans des tombes datées du Géométrique récent 2 au Protocorinthien moyen476. En Etrurie, la nécropole de Veio Quattro Fontanili a produit un talon similaire, à section quadrangulaire477.

3.3. Les fibules et autres parures

3.3.1. Les fibules (classe K)

  • 478 Cette organisation logique est d’ailleurs la même que celle déjà utilisée par Kilian. Sur la corres (...)
  • 479 Cf. Gastaldi 1979.

377La typologie des fibules qu’on a adoptée ici est une typologie très classique : on y retrouvera l’essentiel, sinon la totalité, des types, variétés et variantes reconnus par ailleurs, en particulier dans les autres nécropoles de Campanie comme celles de la Valle del Sarno et de Pontecagnano. Seul le classement logique peut présenter quelque différence par rapport aux classements précédents : les fibules sont classées selon les caractéristiques de l’arc, puis celles de l’ardillon, enfin celles du pied478. Cela n’est ni plus ni moins pertinent, en fait tout aussi arbitraire, qu’un classement prenant d’abord en compte les caractéristiques du pied479. Le résultat, sauf erreur ou omission, doit ainsi être tout à fait comparable.

  • 480 Les termes “type”, “variété” et “variante” sont donc associés aux différents niveaux de l’arboresce (...)

378La typologie proposée ici ne porte que sur le groupe de fibules présent dans le corpus étudié. Il est cependant organisé en arborescence, ce qui doit permettre l’ajout de types, de variétés et de variantes en fonction d’autres corpus pris en compte ultérieurement, sans nuire à la cohérence de l’ensemble480. On envisagera successivement les fibules à arc serpentant en une partie, puis celles à ardillon mobile, les fibules à arc, enfin les fibules à arc revêtu.

a) Kl : Fibules à arc serpentant en une partie

379On a préféré distinguer dès la classification morphologique générale les fibules à arc serpentant en une partie de celles à arc serpentant en deux parties, i.e. à ardillon mobile. Dans la première catégorie, plusieurs formes d’arc peuvent exister selon le nombre de boucles : l’arc à coude et une boucle, l’arc à deux boucles (ou ressort, en italien molla), l’arc à trois boucles, etc. Seules les deux premières catégories sont représentées dans le corpus étudié.

1) K11 : arc à deux boucles

380Dans cette catégorie, il faut envisager successivement les arcs réalisés dans une tige de quelque section – ronde, polygonale ou quadrangulaire – qu’elle soit, les arcs écussonnés, puis, catégorie intermédiaire non représentée dans le corpus présent, les arcs foliés.

381K111 : arc à section circulaire, polygonale ou quadrangulaire

382Trois variantes peuvent être distinguées en fonction du pied : de ce fait, ces variantes ont toutes les chances d’avoir une signification chronologique.

  • 481 Sundwall 1943, type D II b c.

383K1111 : pied à disque a fettuccia spiraliforme et ardillon droit481

  • 482 Type M4a de Kilian présent dans les tombes D 86 et J 50 (Kilian 1970, taf. 147 V 2a et 225 I 2b).

384Un seul exemplaire correspond à la description précédente mais deux autres fibules de ce type sont publiées pour la nécropole du sud-est de Sala Consilina482. C’est dire la rareté de ce type. Il est pourtant d’une extrême importance pour l’encadrement chronologique des débuts des nécropoles de Sala Consilina.

  • 483 Pour comparaison, voir la fibule de la tombe VIII de Villa Cavaletti (Grottaferrata, Colli Albani) (...)
  • 484 Tombe 138 : cf. Chiartano 1983, 177, fig. 103, et 40, fig. 21 ; elle correspond à son type C1a.
  • 485 Guzzo 1975, 152. Cf. Trendall 1969-70, 41, fig. 17, Bianco 1988a, 75, fig. 27 : la fibule illustrée (...)
  • 486 Lo Porto 1969, 131, fig. 11.1, et 138, fig. 21.1. Les exemplaires à ressort large sont également no (...)
  • 487 Albore Livadie 1985, 68 tav. XIV, 9.17 à 9.19.
  • 488 Sur la présence de ce type dans le site de l’Agro Picentino ainsi que sur sa diffusion en Italie, c (...)
  • 489 Ibidem.
  • 490 D’Ippolito 1939, 369, fig. 1 ; La Genière 1967, 196, fig. 2,2 ; et Kilian 1970, taf. 270 III 2.
  • 491 Guzzo 1975, 107-108, et 115, fig. 22, n° 211 ; il s’agit du type 2 de sa typologie qui inclut les v (...)
  • 492 Kilian 1970, taf. 277 III 1.
  • 493 Ibidem, taf. 274 II 4 : tombe 149. Orsi 1926, col. 8384, fig. 71.
  • 494 De Juliis 1975, 63. De Juliis 1979, 523.
  • 495 Kilian 1970, taf. 258 I 1 ; cette fibule est éponyme d’une forme “isoïdale” retenue par Peroni et a (...)

385L’exemplaire de Sala Consilina possède des éléments très archaïsants, comme le double pontet fortement relevé et l’épaisse spirale du pied, tandis que le diamètre moyen du ressort serait plutôt une caractéristique récente. La fibule examinée est à placer au tout début du IXe siècle483. A Sala Consilina, les deux autres exemplaires sont très semblables, celui de la tombe D 86 possédant toutefois un pied plus proche du disque entaillé en spirale que du pied à vraie spirale. Au total, les exemplaires de Sala Consilina appartiennent au type méridional et peuvent être comparés en Italie du Sud aux fibules des contextes datés de la fin du Xe siècle et du début du IXe. En Basilicate, le type est représenté à Chiaromonte484, à Noepoli485 ; plus incertain, un exemplaire proche pourrait venir de la Masseria Zagarella tombe 4 (région de MétaMéta-ponte) : il ne reste que la spirale, l’élément à double pontet très élevé, la jambe jusqu’à la première boucle et, dans la forme restituée, l’arc n’est pas coudé entre les deux boucles et le ressort est très large486. En Campanie, le type est attesté à Cumes487 (ce qui, comme le souligne P. Gastaldi, constitue son occurrence la plus septentrionale488 et à Pontecagnano dans des contextes de phase IA489 ; en Calabre, à Amendolara490. Castiglione di Paludi491, Rocella Jonica492 et Torre Galli493. E.M. De Juliis signale par ailleurs la présence du type dans les Pouilles septentrionales494. Enfin, il est à signaler qu’à Caggiano, autre site du Vallo di Diano, un type proche est représenté par un exemplaire au ressort assez large495.

  • 496 Il serait presque nécessaire de parler d’une “famille” de types : sur le matériel de l’Age du Bronz (...)
  • 497 Pour la fibule d’Allumiere, Forchetta di Palano, cf. Müller-Karpe 1959a, taf. 26 A J ; pour celle d (...)
  • 498 Peroni 1979a, 193.

386Le type méridional est proche d’un type d’Italie centrale qu’on s’accorde à placer au moment du passage du Protovillanovien au Villanovien, c’est-à-dire du Bronze final au Premier Age du fer – soit en termes de chronologie absolue, entre la fin du Xe siècle et le début du IXe496 : les analyses de R. Peroni ont permis de préciser qu’il s’agit d’une forme caractéristique dès la période ultime du Protovillanovien. Deux exemplaires (celui de la Forcera di Palano à Allumiere et celui du dépôt de Limone, Montenero) sont datés par leur contexte de la phase Allumiere, soit du Xe siècle497. Par la suite, le type du début du IXe est celui à disque avec ressort plus ou moins grand (parfois très grand)498.

387K1112 : pied à disque

388Le type n’est pas représenté dans le corpus étudié.

389K1113 : pied moyen «sicilienne»

  • 499 La Genière 1961, 125-126, et 1968, 29 ; cf. également les variantes retenues par P. Gastaldi (1979) (...)
  • 500 Elles sont datées du Préhellénique I et II dans la Valle del Sarno : cf. Gastaldi 1979, 34. A Ponte (...)
  • 501 Kilian 1970, taf. 107 II, et taf. 182 I la. La variante à décor continu en arêtes de poisson n’est (...)
  • 502 A Sala Consilina, cette caractéristique n’est pas propre aux exemplaires de grande taille, mais est (...)

390Comme dans toutes les nécropoles du Premier Age du fer de la péninsule italienne, la fibule dite “sicilienne” est fréquente à Sala Consilina. On retiendra les variantes courantes depuis les travaux de J. de La Genière499 et précisées depuis par les recherches sur la nécropole de Pontecagnano – déterminées en fonction des dimensions, du décor de l’arc et de la forme de sa section : parmi les fibules petites (longueur inférieur à 12 cm) on distinguera la variante a, à arc à section ronde sans décor ; les deux exemplaires à arc à section polygonale non décoré appartiennent à la variante b qui, comme la précédente, a une très longue durée de vie500 ; la variante c, à arc à section ronde portant un décor de tirets perpendiculaires, type qui n’est point représenté dans le corpus étudié ; la variante d, à arc à section ronde portant un décor composite de motifs en arêtes de poisson alternant avec des motifs de tirets obliques et des zones réservées ; enfin la variante e systématiquement plus récente car plus grande (longueur supérieure à 12 cm), qui peut porter ou non un décor501 (en l’occurrence, des incisions transversales) et dont la tige de l’arc est toujours aplatie à la hauteur des ressorts jusqu’à avoir une section rectangulaire502.

  • 503 Peroni 1979a, 195.
  • 504 Lo Schiavo 1980, 106.
  • 505 Lo Schiavo 1984a, 142.
  • 506 Ces variantes correspondent à celles de Pontecagnano, désignées comme respectivement 32E1a2 et E1a3(...)
  • 507 Il s’agit des types 32E1b1 et 32E1b2 de Pontecagnano, ibidem.

391L’apparition de la fibule sicilienne marque le passage à “l’horizon 2 du faciès initial du Premier Age du fer”503, en clair, à la phase IB de Tarquinia ou IIB de Terni et de Roma-Colli Albani, soit, et un peu arbitrairement, la seconde moitié du IXe siècle. F. Lo Schiavo date les deux variantes à décor d’arêtes de poisson et à ressort à section quadrangulaire entre le milieu du IXe siècle et le milieu du VIIIe504. Seule la variante a, à arc à section ronde sans décor, très répandue en Calabre mais également représentée en Sicile, Basilicate, Campanie et dans les Pouilles, serait limitée à la première moitié du VIIIe siècle505. Toutefois, à en juger à partir de la situation de Pontecagnano, les variantes c et d seraient plutôt caractéristiques de la fin du IXe siècle et de la première moitié du VIIIe506, tandis que les deux variantes a et b seraient plus anciennes et plus souvent limitées à un horizon IB507.

  • 508 Kilian 1970, 319.
  • 509 Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 48. Sur la datation de la fibule sicilienne à l’Osteria dell’Osa, (...)
  • 510 Sur les problèmes d’attributions de fibules siciliennes au début duIXe siècle, voir les remarques d (...)

392De très rares exemplaires de fibules siciliennes ont été datés du début du Premier Age du fer : pour l’essentiel, il s’agit des fibules des tombes A25, A207 et B24 de Sala Consilina508, celles également de l’Osteria dell’Osa dans des tombes à incinération avec du mobilier miniature, datées de la phase IIA du Latium509. Les trois fibules de Sala Consilina ne me semblent pas pouvoir servir à une quelconque confirmation d’une datation haute du type, quelle que soit la datation finalement retenue pour les exemplaires de l’Osteria dell’Osa510. La nécropole de l’Osteria dell’Osa serait donc à peu près le seul site où la fibule sicilienne soit attestée durant toute la phase II du Latium. La fibule sicilienne disparaît vers le milieu du VIIIe siècle, remplacée par le type à arc serpentant a drago à ressort (con molla) et pied long. Elle fait partie du costume funéraire masculin habituel sur la plus grande partie de la péninsule italienne.

  • 511 Il s’agit du type 32F3 que S. De Natale caractérise comme possédant un pied long (Pontecagnano II. (...)
  • 512 Toms 1986, 82, et fig. 25, type III 12 daté IIB.
  • 513 Osteria dell’Osa 1992, 377, type 42 f daté III.

393Enfin, le site de Pontecagnano fournit également un élément de comparaison assez direct pour la variante e : un exemplaire lacunaire provient en effet d’une tombe (3241) datée de la phase IIB511. Le décor de celui-ci semble toutefois être composé de fines incisions transversales continues sur tout l’arc, à la différence de l’exemplaire de Sala Consilina dont le décor est constitué de groupes d’incisions alternées avec des secteurs réservés. D’autres exemplaires proviennent d’Italie centrale, d’Etrurie, comme à Veio512, ou du Latium, comme à l’Osteria dell’Osa513.

394K112 : arc écussonné pied bref ou moyen

  • 514 Kilian 1970, type M4kvar2 des tombes D115 et F 12.

395Comme c’est très souvent le cas des fibules en fer, celles des tombes 028P et 195P sont très fragmentaires et très incomplètes : de la première on ne possède que les deux parties écussonnées de l’arc, tandis que la seconde ne présente qu’une partie de l’arc et de l’ardillon revêtu. Si un mélange des deux permet d’avoir une idée assez complète du type et confirme ainsi les reconstitutions proposées par K. Kilian514, il ne nous renseigne pas davantage sur la forme du pied, que l’on peut malgré tout supposer moyen.

  • 515 Il s’agit, selon P. Gastaldi, d’une variante insolite (Pontecagnano II. 1, 88 n. 144) : il faut tou (...)
  • 516 Tombe 108. Il s’agit du type D2B de Chiartano 1983, 110, fig. 53.
  • 517 Tombe 117 de la commune de Tursi, Frey 1991, taf. 23, n° 3.
  • 518 Par exemple, tombe FF 17-18 b, Veio 1963, 180, fig. 68.
  • 519 Zancani Montuoro 1983, 115, pl. XLI.
  • 520 Tombe V 2 de Francavilla, Lo Schiavo 1984a, 146-147, qui propose des comparaisons avec Sala Consili (...)
  • 521 Kilian 1970, 158.

396La fibule à arc serpentant écussonné confronte l’archéologue à un type extrêmement rare, et pour lequel, de ce fait, la recherche de comparaisons est très largement infructueuse515. Les seuls exemplaires vraiment identiques (même si les deux parties de l’arc sont plus étirées en largeur et se rapprochent ainsi davantage de la variante M4kvarl de Kilian), mais en bronze, viennent de la nécropole de l’Incoronata dans la zone de Métaponte516. Les fouilles récentes de S. Maria d’Anglona ont néanmoins livré un exemplaire en fer, lui aussi avec des écus très étirés517. Les exemplaires connus par ailleurs qui se rapprochent du type proviennent Veio : ils sont en fer avec un coude entre les deux parties – foliées et pas écussonnées – de l’arc518. On trouve un exemplaire identique à Francavilla Marittima519 ainsi que des fibules point trop éloignées, mais à ardillon bifide et arc coudé520. Enfin, la chronologie des deux exemplaires de notre corpus confirme l’attribution à la phase IIB qu’avait proposée K. Kilian521.

2) K12 arc à trois spirales

397La catégorie n’est pas représentée dans le corpus étudié.

3) K13 arc à coude
  • 522 Il s’agit de la variante 32E3b2a récemment isolée à Pontecagnano (Pontecagnano II. 2, 26). Voir éga (...)

398La catégorie des fibules à arc serpentant à coude n’est représentée dans notre corpus que par un exemplaire en fer, au demeurant très incomplet : il ne reste en effet qu’une partie de l’ardillon et une seule branche de la partie bifide. Bien que très lacunaire, cette fibule peut être reconnue comme appartenant à la variante à ardillon non revêtu de fil métallique522.

  • 523 Il s’agit de son type M41var1 (Kilian 1970, 158). Les données publiées sur la nécropole du nord-oue (...)
  • 524 Notons au passage que la datation de ce type pose des problèmes : K. Kilian date en effet la tombe (...)

399Il est difficile d’avoir une idée précise du nombre d’exemplaires de ce type dans les mobiliers connus de la nécropole du sud-est de Sala Consilina et publiés par ailleurs. En effet, l’ardillon bifide est une caractéristique qui n’est retenue par K. Kilian que pour la variante revêtue d’un fil métallique523 : toutefois, l’exemplaire de la tombe A341, qui appartient au type524, possède un ardillon bifide et il n’est pas exclu que d’autres fibules dont l’ardillon est aujourd’hui absent puissent également partager cette caractéristique originelle commune.

  • 525 Pontecagnano II. 2, par exemple tombes 3253 (IIA) et 3285 (datée IIB).
  • 526 Buchner et Ridgway 1993, tav. 180 (tombe 647 du Géométrique récent 1 (?)). Sur le type drago con mo (...)

400La fibule à arc serpentant à coude est un type caractéristique des mobiliers de la phase II des nécropoles du Premier Age du fer. La variante en fer à ardillon bifide non revêtu est représentée à Pontecagnano dans des mobiliers datés des phases IIA et IIB525. La présence d’un exemplaire dans une tombe de Pithécusses datée du Géométrique récent I (?) signe les derniers moments de son emploi, alors que le type qui en est dérivé, la fibule a drago con molla existe déjà526.

b) K2 Fibules à arc serpentant en deux parties à ardillon mobile

401La catégorie des fibules à arc serpentant à ardillon mobile – ou en deux parties – regroupe des fibules très différentes entre elles et que l’on distingue habituellement sur le profil de l’arc ou la forme de l’ardillon. On envisagera ainsi successivement les fibules à arc trapézoïdal, les fibules en “D”, les fibules “à pont”.

1) K21 : arc trapézoïdal
  • 527 Sundwall 1943, type D IV a b.

402K211 : pied à disque527

  • 528 Kilian 1970, type M4q et var.

403La fibule à arc trapézoïdal, ardillon mobile et pied à disque n’est représentée dans le corpus étudié que par un exemplaire très lacunaire : il ne reste en effet que l’arc, au demeurant bien déformé. Néanmoins, il est possible de reconnaître sur la fibule en question l’essentiel des caractères qui permettent une attribution au type avec de fortes probabilités. Par ailleurs, la dizaine de fibules de ce type provenant de Sala Consilina et publiées par K. Kilian permet d’avoir une idée assez précise de la forme complète de notre exemplaire528.

  • 529 d’Agostino 1970a, 587-588 et la bibliographie précédente. Seule la variante 1c peut être ici exclue (...)
  • 530 La fibule de la tombe 149 de Torre Galli est illustrée dans Kilian 1970, taf. 274 II 3. Pour Cumes, (...)
  • 531 Sur la chronologie du type, voir Gastaldi 1979, 29, Gastaldi in Pontecagnano II. 1, 50, et Peroni 1 (...)
  • 532 Pontecagnano II. 1, 50, et 87-88, notes 127 à 133.
  • 533 La Genière 1967, 197, fig. 3,1, et Kilian 1970, taf. 270 II3.
  • 534 Chiartano 1983, 58, i.e. tombe 167 et type B1a1.
  • 535 Orlandini 1976, tav. V, fig. 2, où la fibule, incomplètement lisible sur la photo, laisse apparaîtr (...)
  • 536 Bianco 1988a, 75, fig. 27 : l’exemplaire porte un décor similaire à celui étudié ici.
  • 537 Tocco 1978, fig. 9 ; le disque paraît être spiralé.
  • 538 Bianco Peroni 1970, tav. 81 D.

404La cassure du pied au milieu de la courbure ne permet pas d’être sûr que la fibule fait partie de la catégorie à disque riveté, à élément à double pontet ou non ; l’exemplaire appartiendrait donc à la variante la ou 1b529 de d’Agostino, pour lesquelles l’auteur mentionne une diffusion dans les tombes de la première phase du Premier Age du fer de Sala Consilina, Pontecagnano, Salapia et Torre Galli, Cumes, San Marzano (tombe 9 pour la première variante, 4 et 53 pour la seconde) et Terni (pour de rares exemplaires)530. Par ailleurs, sur notre exemplaire, l’absence du disque (entaillé en spirale ou non) interdit de préciser son attribution typologique et ainsi de le situer par rapport au milieu du IXe siècle531. Il n’est donc pas possible de le rapprocher davantage de l’une ou l’autre des variantes mises en évidence à Pontecagnano par P. Gastaldi532. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un type courant de la Culture des Tombes à Fosse méridionale du IXe siècle, attesté, en plus des sites mentionnés, à Amendolara533, Chiaromonte534, l’Incoronata (Sondage B)535, Noepoli536 et S. Teodoro537 en Italie méridionale, et à Ponte a Vomano538 sur l’Adriatique.

  • 539 Sundwall 1943, type D IV g a.

405K212 : pied moyen539

406La fibule à arc serpentant, ardillon mobile et pied moyen ou bref est peu fréquente à Sala Consilina. Le corpus étudié renferme quatre exemplaires qui diffèrent par leur matériau : un est en bronze, les trois autres en fer. On étudiera successivement ces deux variantes.

  • 540 Tocco 1978, fig. 9 : deux exemplaires, un de la vallée du Bradano, l’autre de Cancellara.
  • 541 d’Agostino 1984.
  • 542 Voir par exemple les fibules de Salapia : TinèBertocchi 1973, tav. II 1, et De Juliis 1975, fig. 3. (...)

407Comme pour le type à disque, on attribue généralement à la fibule à pied moyen une origine transadriatique. B. d’Agostino note à ce sujet son absence en Campanie, sa présence en Dalmatie, en Daunie (Arpi, Salapia) et sa diffusion sporadique en Calabre, Lucanie540 et Ombrie541. Il reste que les exemplaires dauniens se caractérisent souvent par une partie postérieure de l’ardillon très longue542.

408K2121 : en bronze

  • 543 Kilian 1962a, 90, abb. 3, tombe SA057.
  • 544 Sur les exemplaires très différents de Daunie, voir la grande fibule (20 cm) de Ordonna tombe IX (I (...)
  • 545 Il s’agit d’une tombe attribuée à la phase IB avancée (t. 2385). Voir Pontecagnano II. 1, 59-60, et (...)
  • 546 Tombe 6 de Selciatello Sopra, Hencken 1968, 288, fig. 270b.
  • 547 Tombe 264 de Sorbo, Pohl 1972, 71, fig. 57, n° 3.
  • 548 Orsi 1902,34, fig. 2.

409La variante en bronze n’est représentée dans le corpus étudié que par un seul exemplaire dans la tombe 253P. Il s’agit néanmoins d’un exemplaire intéressant, car c’est le second pour l’ensemble des nécropoles de Sala Consilina543. Les fibules appartenant à cette variante sont rares en dehors de la Daunie544. Elle est pour le moment attestée à Pontecagnano en un seul exemplaire545. D’Etrurie, on connaît deux exemplaires : à Tarquinia d’abord, une fibule à arc à section rectangulaire et ardillon revêtu546 ; pour Cerveteri, nécropole du Sorbo, I. Pohl publie une fibule dont l’ardillon est terminé par trois petites rondelles et n’est pas revêtu547. Enfin, P. Orsi mentionne une fibule semblable à Spezzano Calabro : l’arc serpentant présente un décor en arêtes de poisson et l’ardillon mobile est terminé par quatre petites rondelles548.

410K2122 : en fer

  • 549 De Juliis 1975,63.
  • 550 Kilian 1970, taf. 15.10c (tombe F12) et taf. 36.3a (tombe A122).

411A Sala Consilina, la variante en fer de la fibule à arc serpentant, ardillon mobile et pied moyen est moins rare. Paradoxalement, pourrait-on dire, puisqu’il en résulte une situation inverse à celle de la Daunie549. Le nombre total de ces fibules ne se monte toutefois qu’à cinq, soit trois dans le corpus présent (tombes 036P, 039P et 250P) et deux publiées par Kilian550. Sur les exemplaires lisibles – en excluant donc le fragment de la tombe A122 – l’arc est à section quadrangulaire. L’ardillon est revêtu de fil de bronze enroulé, à l’exception de l’exemplaire de la tombe 250P. Autre variante, la fibule de la tombe 036P paraît avoir un ardillon en bronze, mais le matériau n’est lisible qu’en section dans la perle : il se peut que seule l’extrémité proximale de l’ardillon, celle qui porte rondelles de bronze et perle, soit en bronze, alors que le fragment revêtu n’offre aucune lisibilité.

  • 551 Lo Porto 1969, 125-127. Voir également Pontecagnano II. 1,92, n. 215.
  • 552 Chiartano 1983, 177, fig. 103. G. Tocco qui publie les fragments dans sa synthèse sur l’Age du Fer (...)
  • 553 Iker 1967, 43, fig. 6, et pl. XVIII, n° 3 ; cf. supra.

412En dehors de Sala Consilina, le type en fer est rare et demeure absent pour les mobiliers publiés de la nécropole de Pontecagnano. En dehors de la Campanie, le type n’est publié que dans deux autres nécropoles de la Basilicate orientale et une de Daunie : celle de S. Lucia al Bradano (tombe 3, datée de la première moitié du VIIIe siècle) dont l’ardillon mobile est terminé par trois petites rondelles et qui se trouve associée à une fibule sicilienne à coude (s’il ne s’agit pas d’une erreur de restauration)551 ; la fibule très fragmentaire de la tombe 139 de San Teodoro dont l’ardillon se termine par une tige de bronze torsadée dans laquelle est passée une perle d’ambre552 ; la fibule également fragmentaire de la tombe IX d’Ordona est de grande dimension (longueur restituée d’environ 20 cm) et accompagnait un exemplaire en bronze de dimensions similaires553. Il n’est pas précisé si l’arc de ces fibules est à section carrée comme celui de la fibule de la tombe 250P.

  • 554 Pescatori Colucci 1971, 521, fig. 36. Voir aussi De Juliis 1977, 352.

413Par la suite, le type évolue vers la forme à pied long dont on trouve une représentante dans la tombe 4 de Cairano, associée à un canthare en bucchero pesante554.

2) K22 : fibule en “D”
  • 555 Kilian 1970, taf. 242 II (= tombe SA009, où, par ailleurs, elle est associée à une tasse très sembl (...)

414La fibule à arc serpentant et ardillon mobile en forme de “D” – ou fibule en “D” – du corpus étudié est le seul exemplaire publié à ce jour dans la nécropole de Sala Consilina : elle n’était connue jusqu’ici que sous sa forme à arc serpentant en une partie555. Exemplaire important, donc, mais dans un piètre état. Malgré son état de conservation, la fibule de la tombe 165P, fragmentaire et lacunaire, permet une identification plus précise de la variante : la fibule en question possède un pied à disque apparemment plein, deux ailettes latérales aux extrémités recourbées et un arc dont le renflement central est à section quadrangulaire.

  • 556 Pontecagnano II. 1, 50-51.
  • 557 Pontecagnano II. 1, tombes 180, 2043, 2085 pour la variante 32A3a (arc côtelé) et 501, 626, 2103 (a (...)
  • 558 Hencken 1968, 58 fig. 47a.
  • 559 A Bologne S. Vitale, l’arc peut être à section octogonale, cf. Pincelli et Morigi Govi 1975, 555, f (...)
  • 560 Müller-Karpe 1959a, taf. 40 Β 5, tombe 167.
  • 561 Gierow 1964, 144, fig. 84, 2.
  • 562 Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 46-48, et tav. VIII 41, tombe 185, datée de la phase IIA du Latium
  • 563 Gabrici 1913, tav. XXII, n° 1.
  • 564 Chiartano 1982, 536, fig. 22. L’arc est revêtu de perles d’ambres mais la fibule est malheureusemen (...)

415La variante à partie centrale de l’arc renflée et à section quadrangulaire semble être plus rare que la variante à section circulaire et décor côtelé, sans qu’une diffusion géographique différente apparaisse clairement. Au contraire, c’est à une distinction chronologique qu’il faut penser : comme le souligne P. Gastaldi, la seconde variante, encore très proche des productions du Protovillanovien final est datée du début du IXe siècle, tandis que la variante à arc plus simple – à laquelle appartient notre exemplaire – apparaît à un moment parallèle de la fibule “sicilienne”556. Les deux variantes sont présentes à Pontecagnano557 comme à Tarquinia, s’il est possible de se fier à la photo publiée par Hencken558, peut-être également à Bologne559, tandis qu’à Veio Q.F. il ne semble pas que l’arc à section quadrangulaire soit représenté. On l’aura compris, la fibule en “D” à ardillon mobile est un type très clairement villanovien : en dehors des zones villanoviennes, il ne se trouve qu’en un exemplaire à Terni560, et mis à part une fibule de l’Osteria dell’Osa et une autre à Marino, Riserva del Truglio561, le type ne paraît pas autrement attesté dans le Latium562 ; un exemplaire est par ailleurs présent à Cumes (Osta 8)563 et un autre, probable, à Rocella Jonica564.

  • 565 Peroni 1979a, 195.
  • 566 Bianco Peroni 1979, tav. 95 et tav. 97, tombes Selciatello Sopra. 97 et Poggio Impiccato 25 de Tarq (...)
  • 567 Toms 1986, type III 1, fig. 15c ; cf. également Bianco Peroni 1972, tav. 96 pour une fibule sporadi (...)
  • 568 Pontecagnano II. 1, 50-51. Il s’agit respectivement des variantes 32A3a et 32A3b. Le type en “D” en (...)

416Par ailleurs, la chronologie du type est assez précise. R. Peroni en fait un type caractéristique de l’horizon IB565. De même, tous les exemplaires publiés par V. Bianco Peroni sont-ils datés de la deuxième moitié du IXe siècle, qu’ils proviennent de Bologne ou de Tarquinia, comme d’ailleurs celui de Terni566. A Veio, le type est également daté de la phase IB567. A Pontecagnano, la fibule peut présenter des caractères archaïsants (arc côtelé, élément à double pontet) qui justifient une attribution à la phase IA ; toutefois, l’exemplaire à section quadrangulaire fait partie du mobilier de la tombe 2103 datée de la phase IB568. Pour la fibule de Sala Consilina, la morphologie de l’arc ainsi que le disque plein vont dans le sens d’une même datation basse.

3) K23 : arc à pont, pied à disque, en fer569
  • 569 Sundwall 1943, type D IV a d.

417L’exemplaire envisagé ici est, pour le moins, extrêmement lacunaire : il ne reste qu’une partie de l’arc en fer et un morceau de l’ardillon revêtu de fil de bronze. L’attribution au type ne paraît pas devoir faire problème : les quatre fibules du même type publiées par K. Kilian le confirment.

  • 570 d’Agostino 1970a, 588, et 592 pour la liste des exemplaires (en 1970) de Pontecagnano ; certains so (...)
  • 571 Gastaldi 1979, 29 : il s’agit de sa variante A2c.
  • 572 Tocco 1978, 96-97 fig. 5,1 = tombe 140 et fig. 9.
  • 573 Gualtieri 1977, 43, tombe 42 (cf. p. 31, et 120, fig. 5).
  • 574 Gualtieri 1977, 148, et 178, fig. 16 n° 58 : un fragment d’un dépôt daté du milieu duVIIIe siècle.
  • 575 Duhn 1924,549-554.
  • 576 Muller-Karpe 1959a, 20A.
  • 577 Bailo Modesti 1974, 110.
  • 578 Bietti Sestieri 1985, 124-125.

418Il est probable que la fibule appartienne à la variante la plus récente des fibules à pont, i.e. la variante où les enroulements ont fait place à quatre apophyses : B. d’Agostino souligne que cette variante en fer est typique de la phase II de Sala Consilina et de Pontecagnano570. A San Marzano, la tombe 55 qui renferme un exemplaire très fragmentaire est datée de la seconde phase, soit du Préhellénique II571. La fibule est également exceptionnellement présente en Basilicate, à S. Teodoro572, en Calabre, à Torre Mordillo573 et peutêtre à Francavilla Marittima574 en Campanie, à Suessula575, Cumes (tombe Osta 8)576 et Cairano577 A.M. Bietti Sestieri rappelle que la diffusion de la fibule à pont touche la zone materane, la Calabre ainsi que la Campanie578.

c) K3 Fibules à arc

  • 579 Bartoloni et al. 1980, 18-20 et figures afférentes.
  • 580 Toms 1986, 77.

419La catégorie des fibules “à arc” traduit l’italien ad arco579. Elle regroupe des fibules dont l’arc est continu mais dont la morphologie peut être malgré tout très variable. Pour certains, « a clear typological development from semplice to navicella may be traced»580. Ici, c’est davantage une certaine logique de classement que l’on a préféré suivre plutôt qu’une succession chronologique précise. On a très classiquement distingué les arcs à section constante (ou arc simple), les arcs épaissis (dont on a extrait les fibules a sanguisuga), les arcs élargis (ou foliés), les fibules a sanguisuga, et les fibules à arc losangique. Les fibules a navicella qui devraient continuer cette liste ne sont pas représentées dans le corpus étudié.

1) K31 : arc à section constante

420La section d’un arc peut être constante tout en présentant des formes très différentes : circulaire, rectangulaire, en torsade. Toutes les fibules envisagées ici ont un pied symétrique ou bref.

421K311 : arc simple à section circulaire

  • 581 Lo Schiavo 1978.
  • 582 Kilian 1970, 146-147.

422Le type est représenté par un unique exemplaire qui, par certains aspects, peut très bien n’être qu’un “avatar” des petites fibules à arc légèrement épaissi. C’est de toute façon un type rare, sinon rarement différencié des fibules à arc légèrement épaissi. D’après F. Lo Schiavo, la fibule à arc simple ou légèrement épaissi et décoré de groupes d’incisions transversales est diffusée en Etrurie, Ombrie, Latium, Campanie et jusque dans le Vallo di Diano : la finesse de l’arc indiquerait plutôt une datation fin IXe-début VIIIe siècle581, ce qui n’est pas en contradiction avec l’attribution du mobilier (196P), dont elle fait partie, à la phase IIA. Enfin, il est difficile de rapprocher ce type de ceux qu’individualise K. Kilian, qu’il s’agisse du type M1a ou de la variante M1a var1582.

  • 583 Pontecagnano II. 1, 57 ; cette attribution permet par ailleurs de dater la première apparition d’un (...)
  • 584 Gastaldi 1979, 31 ; il s’agit du type C1a.
  • 585 Pescatori Colucci 1971, 485, fig. 4 et 486 (type 5).

423Ailleurs, le type est souvent mis en évidence dans des mobiliers plus anciens : c’est le cas pour les deux exemplaires de Pontecagnano appartenant à un même mobilier attribué à la phase IA583 ; la fibule du présent corpus est décorée de groupes d’incisions transversales, comme l’exemplaire de la tombe 81 de la Valle del Sarno584, elle-même datée de la première phase ; on connaît néanmoins un exemplaire plus récent à Cairano585.

424K312 : arc simple à section rectangulaire

  • 586 Le type en question correspond à la variante C1b de Gastaldi 1979, 31 datée du Préhellénique I.
  • 587 P. Gastaldi fait remarquer que les exemplaires d’Etrurie ont un arc lenticulaire, tandis que l’arc (...)

425La fibule à arc simple à section rectangulaire se distingue de la fibule à arc folié dans deux dimensions : d’une part, l’arc du premier type n’est jamais très large (0,6 cm au maximum), d’autre part son épaisseur est toujours supérieure au millimètre586. Cela précisé, il pourrait exister une certaine difficulté à qualifier certains exemplaires extrêmes, dont l’arc n’est déjà plus tout à fait simple et pas encore complètement folié587. Dans le cas présent, il ne semble pas que de telles difficultés doivent surgir. Deux variantes seront retenues ici en fonction des proportions générales : a grande (longueur supérieure à 5 cm), à ressort large ; b petite, à ressort étroit.

  • 588 Kilian 1970, 153.
  • 589 Pontecagnano II. 1, 58.
  • 590 Albore Livadie 1985, 71 et 73 ; il s’agit de la tombe Osta 29.

426Les exemplaires du présent corpus sont groupés entre le milieu du IXe siècle et le milieu du VIIIe siècle ce qui n’est pas en contradiction avec ce que proposait déjà K. Kilian588. A Pontecagnano, le type est caractéristique des mobiliers féminins de la phase IB589. A Cumes, il est attesté dans une tombe contenant un skyphos à chevrons, et attribuée pour cela au Préhellénique II590.

  • 591 Sundwall 1943, type BII α a.

427K313 : arc tors591

  • 592 Kilian 1970, 147-148, et bibliographie précédente.
  • 593 Osteria dell’Osa 1992, 358, type 38a daté de la phase II.
  • 594 E.g. Selciatello 54 ; Hencken 1968, 42, fig. 29 a.
  • 595 Pontecagnano II. 1, 57. Il s’agit de la variante 32C2b des tombes 173 et 580.
  • 596 Gastaldi 1979, 31, type C2.
  • 597 Ibidem, p. 91 et n. 193.

428La fibule à arc tors est commune à de nombreuses nécropoles du Premier Age du fer d’Italie et fait partie de bien des costumes funéraires féminins. A l’inventaire proposé par K. Kilian592 et aux fibules publiées par Muller-Karpe, on pourrait aujourd’hui en ajouter plusieurs autres : celles de l’Osteria dell’Osa593, celles de Tarquinia594, de Pontecagnano où elle demeure toutefois rare595, les trois de la Valle del Sarno596, en particulier. Quant à la chronologie, l’exemplaire du présent corpus, provenant d’un mobilier daté de la phase IIB, tendrait à élargir encore davantage l’éventail des datations proposées pour le type en Campanie597, voire en Italie centrale.

Image 10000000000003FC0000021D51E67F41.jpg

Fig. 2.78 - Fibules à arc. Diagramme de corrélation entre la longueur (pied non compris) et la hauteur de l’arc exprimées en cm, et mise en évidence de groupes dimensionnels.

Image 10000000000003FE00000258A284FE6B.jpg

Fig. 2.79 - Fibules à arc. Histogramme des longueurs de l’arc (pied non compris).

Image 10000000000004000000022100498167.jpg

Fig. 2.80 - Fibules à arc. Histogramme des hauteurs de l’arc.

2) K32 : arc épaissi
  • 598 Lo Schiavo 1984b, 238.

429On retiendra pour cette catégorie la distinction opérée par les chercheurs de Pontecagnano entre les fibules à arc uniformément épaissi (ad arco uniformemente ingrossato) et les fibules à arc épaissi au centre et cintre surbaissé (ad arco ingrossato al centro, a sesto ribassato). On ne négligera pas que pour certains exemplaires la distinction est difficile à opérer. L’étude dimensionnelle effectuée sur la longueur sans le pied et la hauteur des fibules permet de reconnaître quatre groupes très inégalement représentés (figures 2.78 à 2.80), des petites aux très grandes : ces deux groupes extrêmes sont représentés par deux et trois fibules, toutes à arc uniformément épaissi. Il faut encore différencier dans ces très grandes fibules l’exemplaire – unique dans ce corpus – à large ressort et pied bref (peut-être à l’origine doté d’un pied à disque). Les deux autres groupes, fibules moyennes et grandes, se situent de part et d’autre de la valeur : longueur = 4 cm ; fibules à arc uniformément épaissi et fibules à épaississement central y sont représentées. Les petites fibules à arc épaissi de Sala Consilina constituent un type (non homogène) individualisé par F. Lo Schiavo598.

430K321 : arc uniformément épaissi

431Il est habituel de distinguer les variantes en fonction de l’aménagement de leur pied, qu’il soit à disque (entaillé en spirale ou non), symétrique ou bref. Cet aménagement a une valeur chronologique importante.

432K3211 : pied à disque

433Le type est fréquent dans les nécropoles du Premier Age du fer du Latium et d’Etrurie, plus rare dans celles de Campanie comme à Pontecagnano ou Sala Consilina. Il pourrait ainsi n’être pas représenté dans le corpus présent. Toutefois, l’exemplaire de la tombe 042P, avec son large ressort et son arc portant, sur la face ventrale, un décor original de bandes transversales d’incisions en arêtes de poisson alternées de bandes réservées, pourrait avoir appartenu à ce type : l’aménagement du pied, presque trop simple pour être seulement bref, ne serait qu’une restauration ancienne.

434K3212 : pied symétrique ou bref

  • 599 d’Agostino 1970a, 590.

435Dans la catégorie des fibules à arc uniformément épaissi, les classes dimensionnelles ont parfois valeur régionale : ainsi les exemplaires de Cumes sont-ils de grandes dimensions (y compris leur pied) au contraire des exemplaires de la Valle del Sarno599. Les groupes dimensionnels retenus pour le présent corpus ne se confondent toutefois pas avec ces classes : les “grandes” fibules de Sala Consilina sont différentes de celles de Cumes. Pour notre corpus, les lettres a et b désigneront respectivement les variantes grandes et petites.

  • 600 Peroni 1966, 180, n. 22.
  • 601 Peroni 1969b, 59 : il s’agirait de la phase II du Premier Age du fer. On peut à présent fixer les l (...)
  • 602 Ce type regroupe les deux types M2a et M2b de Kilian ; seuls sept individus appartiendraient à la p (...)
  • 603 Pontecagnano II. 1, 57, et les remarques p. 91, n. 196.
  • 604 Malnati 1984, tav. XIV.
  • 605 Tocco 1978, fig. 9.

436Les travaux de R. Peroni ont permis de préciser davantage la position chronologique de ce type si répandu : au début, il apparaît en même temps que la fibule à arc foliacé et la fibule sicilienne600 ; à la fin, les tous derniers exemplaires du Latium et de Campanie correspondent au début des fibules a sanguisuga et à l’arrivée des coupes à chevrons du Géométrique moyen II601. Dans le Vallo di Diano, l’essentiel des exemplaires est daté de la phase II, même si quelques rares individus sont attestés à la phase I602. La chronologie du type dans la nécropole de Pontecagnano couvre la période IB et perdure dans la phase II603. Enfin, il semble très rare au sud de Sala Consilina : un exemplaire (publié) à S. M. d’Anglona tombe VI604, d’autres à Chiaromonte S. Pasquale et S. Teodoro605.

437K322 : arc épaissi au centre et cintre surbaissé

  • 606 Il s’agit du type 32C4 défini dans Pontecagnano II. 1, 57-58.
  • 607 Des exemples à Tarquinia (Hencken 1968, fig. 142 d, 164 e). A Osteria dell’Osa (tombe XIII), pour u (...)
  • 608 Kilian 1970, taf. 54.

438Comme déjà précisé, on suit ici la caractérisation adoptée par les chercheurs de Pontecagnano606. C’est un type rarement différencié des fibules à arc uniformément épaissi, ce qui complique, en plus des inévitables difficultés d’attribution de fibules non restaurées, la recherche de comparanda607. Sur le corpus étudié, il semblerait que le type apparaisse tardivement à Sala Consilina puisque tous les exemplaires appartiennent à la phase II et à la suivante. D’après les autres mobiliers de la nécropole, le type pourrait être représenté dès un moment central de la phase I, par exemple dans la tombe A210608. Il semble cependant que la période de grande diffusion du type ne débute pas, comme pour le précédent, avant une pleine phase II.

3) K33 : arc folié

439K331 : à arc écussonné (ad arco scudato)

  • 609 En particulier sur la côte orientale comme l’a souligné J. de La Genière 1968, 62.
  • 610 Pontecagnano II. 1, 59, où le type est représenté par deux exemplaires provenant d’un même mobilier (...)
  • 611 Guzzo 1975, 108 et 152.

440Caractéristique des nécropoles de Calabre609, la fibule à arc écussonné est représentée en très petit nombre dans des sites plus septentrionaux comme Pontecagnano610 et, en l’occurrence, Sala Consilina. La variabilité à l’intérieur du type est assez grande, qu’elle soit due aux dimensions ou au décor de l’écu (incisions, côtes). Ainsi l’exemplaire de la tombe 006P, sans côte médiane et décoré de points au repoussé sur le bord du disque, est à rapprocher de la variante “a” reconnue par P. Guzzo dans le matériel de Castiglione di Paludi : il s’agit, par ailleurs, de l’une des deux variantes qui connaissent la diffusion la plus grande611.

  • 612 Cf. l’exemplaire de la tombe A 283 associé à une fibule à disque entaillé que publie K. Kilian (197 (...)
  • 613 Kilian 1970, taf. 131 IV. Je suis d’accord avec la datation de ce mobilier qui comprend deux petits (...)

441L’évolution de la forme se traduit par l’élargissement du disque (de l’écu), le diamètre de celui-ci tendant à être, sur les exemplaires les plus récents, égal à la longueur hors tout de l’objet612. Sur la fibule publiée ici, le disque occupe la presque totalité de la longueur de la fibule et est très proche de l’exemplaire de la tombe D25 datée par K. Kilian de sa phase IIA613.

442K332 : arc folié

  • 614 K. Kilian envisage ces deux types comme un seul (M3a).

443Le type n’est pas représenté dans le corpus mais existe dans le reste des mobiliers de Sala Consilina. Il diffère du type de la fibule à arc simple à section rectangulaire614 et serait également plus récent.

4) K34 : a sanguisuga
  • 615 Peroni 1966, et 1969b, 59 ; in ultimo, Gastaldi, in Pontecagnano II. 1, 58-59, et 92, n. 206 ; à Sa (...)

444Mis à part un exemplaire à pied allongé, toutes les fibules a sanguisuga du corpus ont un pied symétrique ou bref. Aucune n’est en deux parties. Par ailleurs le décor, lorsqu’il existe, est toujours limité à la partie dorsale de l’arc, ce qui cadre bien avec l’analyse de R. Peroni quant à l’absence presque totale de la variété, plus ancienne, à décor couvrant en Campanie et à la diffusion assez restreinte de la variété à décor dorsal dans un horizon postérieur à l’arrivée de skyphoi eubéo-cycladiques615 : en ce sens, le site de Sala Consilina ne diffère pas des autres sites de cette région. Par contre, la variété des types représentés dans le Vallo di Diano est beaucoup moins grande que dans le site de Pontecagnano : en effet, toutes les fibules sont du type a sanguisuga pleine et sont faites en une partie : cela permet d’éliminer dès à présent un niveau de description.

  • 616 Peroni 1979a, 196.
  • 617 Peroni 1979a.
  • 618 Kilian 1970, 168.

445Le type à décor couvrant permet à R. Peroni de définir l’horizon initial de la seconde phase du Premier Age du fer en Etrurie616 – horizon de Tarquinia IIA – tandis que la variante à décor dorsal n’apparaît qu’à la fin de cet horizon et perdure jusqu’au suivant, l’horizon IIB617. Les fibules a sanguisuga de Sala Consilina sont donc tardives et les exemplaires du présent corpus confirment les datations notées précédemment618 : en effet le type n’est pas représenté avant la phase IIB et dure jusqu’à la phase suivante.

446K341 : pied symétrique ou bref

  • 619 Sur ce caractère typique des fibules a sanguisuga à pied long de la phase III (Orientalisant) de Po (...)

447A l’intérieur de cette variété, on distinguera plusieurs variantes, en fonction de la morphologie générale de la fibule ou seulement de celle du pied et du décor. Parmi les fibules à pied symétrique et arc à section circulaire, les variantes a, b et c regrouperont respectivement les exemplaires décorés d’une ou plusieurs zones d’incisions en arêtes de poisson, ceux décorés de zones d’incisions obliques alternées de zones réservées, ceux enfin au décor de losanges ou de triangles incisés. Bien que représentée par un seul exemplaire, la variante d, à décor d’incisions couvrantes, présente la caractéristique d’un arc à courbure dissymétrique, avec un allongement de la partie postérieure : c’est une caractéristique que l’on trouve sur toutes les fibules récentes, en particulier les exemplaires a sanguisuga à pied long et a navicella619. La dernière variante (e) est celle à pied bref, représentée ici par un seul exemplaire à arc non décoré à section rhomboïdale.

  • 620 Kilian 1970, 320, et Kilian 1962a.

448A Sala Consilina, la fibule a sanguisuga est rare : dans la nécropole du sud-est, on en compte une douzaine et sans doute une vingtaine dans la nécropole du nord-ouest pour laquelle les décomptes sont plus difficiles à effectuer620.

449K342 : à pied allongé

  • 621 Tombe SA017 n. sc., (nouvelles fouilles de S. Antonio), in Kilian 1962a, fig. A, ou 1970, taf. 252, (...)

450Il ne se trouve qu’un seul exemplaire de sanguisuga à pied moyen, dans le corpus étudié. L’arc est à section rhomboïdale. Le décor encore visible est limité à une ou deux bandes d’incisions en arêtes de poisson aux deux extrémités de l’arc et trois lignes longitudinales de chevrons imbriqués. On notera toutefois la particularité technologique d’un ardillon riveté (absent en l’occurrence) à l’arrière de l’arc, ce que l’on avait pu noter sur un autre exemplaire de S. Antonio publié par K. Kilian621.

5) K35 : à arc en losange
  • 622 Cf. Gastaldi 1979, fig. 8 : l’illustration du type Ε 8 (arc étroit entre deux apophyses) est très s (...)

451La fibule à arc en losange n’est pas toujours parfaitement individualisée – ni identifiable sur les dessins – par rapport au type à arc étroit entre deux apophyses622.

  • 623 Kilian 1970, 151.
  • 624 Voir également infra, la discussion sur les types de fibules représentés à la fin de la première ép (...)
  • 625 d’Agostino 1964, 44 et 60-64.
  • 626 d’Agostino 1968, 109.
  • 627 Pescatori Colucci 1971, 505, fig. 14,6 : il s’agit de la tombe 5.
  • 628 Gastaldi 1979.
  • 629 d’Agostino 1968, 78-79 ; exemplaire X 2 de la tombe 566.
  • 630 Toms 1986, fig. 31.
  • 631 Johannowsky 1969a, 35, et 1984, tav. XXXI et XXXII ; si les vases de facture grecque ne peuvent pas (...)
  • 632 Buchner et Ridgway 1993, tav. 109 (t. 283 datée Géométrique récent 1-2), tav. 150, n° 11 (t. 505 da (...)

452Le type de la Bogenfibeln mit Dornen seitlich am Bügel und gestreckten Fuß n’est représenté qu’en un exemplaire dans le corpus étudié. Il s’agirait, comme l’a prétendu K. Kilian du “fossile directeur” – la Leitform – de la fin de la deuxième phase du Premier Age du fer623. En fait, la fibule est très souvent présente dans des mobiliers datés d’avant ou d’après le passage de la phase II à la phase III624. Pas trop loin de Sala Consilina, on la trouve à Oliveto Citra625, ce qui offre une utile confirmation chronologique : les fibules de la tombe 10 y sont associées à une amphore du type Pontecagnano qui est une forme caractéristique du début de l’Orientalisant626. De même, à Cairano, elle est associée à une fibule a sanguisuga creuse à pied allongé627. Dans la Valle del Sarno, l’exemplaire de la tombe 165 est daté de la quatrième phase – soit l’Orientalisant ancien II628 Par contre, à Pontecagnano, la fibule fait encore partie des types de phase II, même si elle perdure jusqu’au début de la phase III629. De la même façon, à Veio, la fibule à arc à losange prononcé (type I 34 de J. Toms) est présente dans les mobiliers de la phase IIC630. A Capoue, les fibules à arc losangique de la tombe 363 ont déjà un pied long et sont associées à un skyphos géométrique que l’inventeur date de sa phase IIB soit encore du deuxième quart du VIIIe siècle631. A Pithécusses enfin, le type apparaît en plusieurs exemplaires dans des tombes datées du Géométrique récent 1 et 2632.

d) K4 : Fibules à arc revêtu

  • 633 Gastaldi 1979, 34.

453Les fibules à arc revêtu font partie, comme les fibules a sanguisuga, de ces fibules qu’on rencontre dans toute la péninsule italienne, de Bologne à la Sicile, tout au long de la deuxième phase du Premier Age du fer jusqu’au début du Second Age du fer. Il faut néanmoins attendre l’Orientalisant ancien pour qu’elles apparaissent dans les nécropoles de la Fossakultur de Campanie633. La catégorie connaît l’évolution courante de l’allongement progressif du pied, et des modifications dans l’organisation du revêtement. On envisagera donc successivement les fibules à pied symétrique puis à pied moyen.

1) K41 : à arc revêtu pied symétrique
  • 634 Il s’agit de la variante M6h var. de Kilian (1970, 170-171 pour la bibliographie précédente) ou C7c (...)
  • 635 1986.

454Sur les trois fibules qui répondent à cette définition, on ne peut s’engager que sur l’exemplaire de la tombe 200P, le seul à porter encore deux de ses perles : il s’agit de la variante à perles couvrant tout l’arc. La fibule de la tombe 170P présente toutefois un arc légèrement trapézoïdal, caractéristique de rares exemplaires qu’on trouve en général associés à des fibules très récentes634 : les perles devaient être au nombre de trois, une quadrangulaire au centre en ambre, encadrée de deux perles coniques d’os, revêtement qu’on trouve aussi sur les fibules à pied long. Par contre, la variété à perles couvrant tout l’arc est représenté à Pontecagnano dans les costumes funéraires féminins dès la fin de la phase IB et tout au long de la phase II, ou à Veio dès la phase IIC635.

  • 636 Lo Schiavo 1984b, 233.

455Le type à pied symétrique ou bref est un des plus fréquents de toute l’Italie méridionale et de l’Adriatique (Pouilles exceptées) à la première moitié du VIIIe siècle636.

2) K42 : arc revêtu pied allongé
  • 637 Sur ce type de fibule ainsi que l’origine et la chronologie de l’allongement du pied, cf. Guzzo 198 (...)
  • 638 Les valeurs obtenues sont de 0,53 et 0,66, alors que Guzzo retient un rapport compris entre 0,48 et (...)
  • 639 La fibule à arc trapézoïdal (à une seule perle) correspond au “type de Pithécusses”, daté dans les (...)

456Les pieds des fibules retenues sont considérés comme “moyens” car ils ne mesurent qu’à peine plus du tiers de la longueur totale de la fibule (0,35 et 0,37) en tout cas moins de la moitié637. Toutefois, d’après le mode de calcul de P. G. Guzzo qui prend en compte le rapport entre longueur du pied et longueur de l’arc, les deux exemplaires présents ont un pied dont les proportions correspondent aux valeurs des autres fibules à pied allongé638. Les deux variétés qu’on distingue à la suite de F. Lo Schiavo en fonction de la forme de l’arc (arrondi et trapézoïdal639) sont représentées ici par deux fibules qui appartiennent à la même tombe, 170P, dont on a déjà souligné la datation très récente. On retiendra donc les variantes :

457K421 : arc semi-circulaire (et perles couvrantes) ;

458K422 : arc trapézoïdal (et trois perles).

  • 640 Toms 1986, phases IIB-IIC.
  • 641 Gastaldi 1979 : Orientalisant ancien I et II.
  • 642 Buchner et Ridgway 1993 : un exemplaire de chaque type provient d’une tombe datée du Géométrique ré (...)
  • 643 d’Agostino 1968, 193-196 (type x).
  • 644 Johannowsky 1969a, 35, et 1984, tav. XXXI et XXXII, 29, et supra.
  • 645 Osteria dell’Osa 1992, 372, type 39h.

459La datation au troisième quart du VIIIe siècle pour l’allongement du pied est corroborée par la chronologie des contextes les mieux “calés” chronologiquement, comme ceux de Veio640, ceux de la Valle del Sarno641 et ceux de Pithécusses642. A Pontecagnano, des exemplaires, associés à des contextes que l’archéologue date du dernier quart du VIIIe siècle au deuxième quart du VIIe et tout à fait similaires à ceux de Sala Consilina, présentent encore un pied pas très long643. Un exemplaire de Capoue (tombe 363) est daté du second quart du VIIIe, mais les autres fibules permettent de proposer une datation non antérieure au milieu du siècle, malgré la présence d’un skyphos pas très récent644. Les comparaisons avec les types distingués à l’Osteria dell’Osa sont plus difficiles à proposer car les exemplaires de Sala Consilina ne disposent plus de leurs perles : sur la seule base des arcs, il semble exister des différences comme la hauteur de l’arc sur les exemplaires à profil trapézoïdal645.

  • 646 A Rome, Esquilin et Palatin, cf. Gjerstad 1966, 127, fig. 46.9, et 176, fig. 70.12 et 13. A Osteria (...)
  • 647 Gastaldi 1979, 34.
  • 648 Roggiano Gravina, tombe 3 bis pour des exemplaires à pied moyen (Carrara et Guzzo 1981, 455, fig. 1 (...)
  • 649 Pour la Basilicate en général, cf. Tocco 1978, fig. 9 ; pour Chiaromonte Serrone voir p. 98-100.

460La tradition de la fibule à arc revêtu est assez inégalement répartie en Italie : cela explique que la fibule à arc revêtu, à pied symétrique ou moyen, soit rare dans la zone latiale646 et absente des mobiliers du Premier Age du fer dans la Culture des Tombes à Fosse647. Il faut attendre l’Orientalisant ancien I pour qu’elle apparaisse dans les tombes de la Valle del Sarno, et sans doute la même époque pour qu’elle atteigne la Calabre648. En Basilicate, son absence semble totale au Premier Age du fer, à l’exception des sites de Chiaromonte Serrone et S. Maria d’Anglona649.

3) K43 : arc revêtu pied très long

461Type non représenté dans le corpus étudié.

4) K44 : arc revêtu de disques de bronze (sanguisuga) et pied à disque
  • 650 Bartoloni et Delpino 1975.
  • 651 Peroni 1979a, 194.
  • 652 Bartoloni et Delpino 1975.
  • 653 Toms 1986, type II1, à disques de bronze décroissant, exclusif à la phase IB.
  • 654 Kilian 1970, 152-153.

462La fibule à arc revêtu de disques de bronze a été reconnue par Bartoloni et Delpino comme un point d’ancrage chronologique important pour un moment avancé de la première phase du Premier Age du fer : de la même époque, en effet, datent la diffusion en Etrurie méridionale d’éléments de provenance septentrionale (Populonia et Vetulonia) et occidentale (Sardaigne) et en retour, celle des orcioli à lamelles métalliques. Il faut dater cette période à la seconde moitié du IXe siècle, ce qui correspond habituellement à un horizon IB déterminé dans les nécropoles villanoviennes650. Dans sa synthèse sur la chronologie des bronzes, R. Peroni attribue lui aussi cette fibule à son deuxième horizon correspondant à Tarquinia IB, Terni IIB, Roma-Colli Albani IIB651. La fibule correspondant au type K44 est un type exclusivement villanovien. C’est même Tarquinia qui produirait et diffuserait ces fibules652, à tel point qu’elle est rare, dans certaines variantes, à Veio653. Dans les nécropoles de Campanie, elle est présente en un petit nombre d’exemplaires à Pontecagnano et Sala Consilina. Il est là aussi possible de distinguer des variantes en fonction de l’espacement des disques, leur décroissance, la présence d’ailettes latérales, les caractéristiques du pied à disque654.

463Le seul exemplaire présent dans le corpus étudié est fort difficilement lisible : il appartient probablement à la variante à disques très rapprochés et décroissants. Il n’est bien sûr pas possible d’avoir une idée précise sur la présence éventuelle d’ailettes latérales et sur la forme du disque du pied.

464Ainsi, depuis la fibule à arc serpentant, ardillon droit et pied en spirale (le type K1111) qu’on peut placer à la transition du Protovillanovien au Premier Age du fer, jusqu’à la fibule à arc en losange et celle à arc revêtu et pied allongé (types K35 et K42) qu’on peut dater de la transition du Premier au Second Age du fer, on peut penser avoir un échantillon assez représentatif des fibules existant tout au long du Premier Age du fer. Cela sera une utile base pour l’étude chronologique détaillée.

3.3.2. Parures, non compris les fibules

a) Les spirales (classe S)

465La classe des spirales est très hétérogène. Elle regroupe en effet des spirales de toutes tailles tant pour le diamètre que pour la longueur. Trois grandes catégories peuvent être distinguées selon ces dimensions et l’usage éventuel de ces objets. Il s’agit, des plus grands aux plus petits, des “bracelets” (diamètre non inférieur à 4 cm), des spirales larges (diamètre entre 1,5 et 2,5 cm) et les saltaleone (diamètre inférieur à 1 cm).

466Les “bracelets” S1

467Les guillemets qui encadrent le terme “bracelet” permettent de ne pas régler à ce niveau la question de la fonction des objets. La terminologie italienne qui parle de bracciali-orecchini tient compte des deux positions principales dans lesquelles on trouve le ou les objets : près du crâne ou près des poignets. On pourrait espérer que ces emplois différents se traduisent par des classes dimensionnelles précises. L’histogramme de la figure 2.81 montre la distribution de tous les objets documentés pour Sala Consilina (i.e. le corpus présent ainsi que les exemplaires représentés dans K. Kilian) opérée sur le diamètre maximum, la seule dimension qui pourrait être fonctionnelle. On obtient une désespérante distribution très vaguement “Normale” à partir de laquelle il est rigoureusement impossible de proposer des discriminations. On devra donc se contenter de cette appellation floue de “bracelet”.

Image 100000000000040B000002629A1F514E.jpg

Fig. 2.81 - Histogramme des diamètres des bracelets en spirale. Sala Consilina tout corpus

468Les distinctions peuvent être, par contre, opérées sur les techniques de fabrication de l’objet. La spirale peut en effet être réalisée en tige simple, ronde ou plate, ou en tige double à partir d’un même brin replié. Dans le cas des tiges doubles, des variantes peuvent être proposées en fonction de la morphologie des extrémités, qu’elles soient ondulées ou non, torsadées ou non, ou, sur un même objet, différentes ou non. On obtient ainsi :

  • spirale simple S11 :

    • tige ronde S111

    • tige plate à rainure centrale imitant la tige double S112

  • spirale double S12 :

      • 655 Ce type est hypothétique : il ne serait représenté que par le ou les exemplaires découverts dans la (...)

      sans ondulation S121655

    • à une extrémité ondulée S122

    • à deux extrémités ondulées S123

  • 656 Chiartano 1983, 49-50.
  • 657 Müller-Karpe 1959a, taf. 75.
  • 658 Brizio 1894, 303, fig. 12.
  • 659 Müller-Karpe 1959a, taf. 44.
  • 660 Bartoloni 1989b, tav. XIV.
  • 661 Hencken 1968, par ex. fig. 99 e.
  • 662 d’Agostino 1974b, fig. 21.
  • 663 Müller-Karpe 1959a, taf. 34 ; voir aussi Delpino 1977a, fig. 4.11.
  • 664 Hall Dohan 1942, pl. 4,29.
  • 665 Voir Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 50, avec la bibliographie précédente. Voir également Osteria (...)
  • 666 Kilian 1970, taf. 265 et 273.
  • 667 Orsi 1926, col. 99, fig. 89.
  • 668 Batovic 1976, 64.

469Les spirales sans ondulations sont assez répandues en Italie méridionale, de la haute vallée du Sele (groupe de Cairano-Oliveto Citra) au sud de la Calabre656. Les spirales à extrémité(s) ondulée(s) sont caractéristiques des mobiliers villanoviens, de Bologne657 et Verucchio658 à Sala Consilina, en passant par Terni659, Populonia660, Tarquinia661, Veio, Pontecagnano662 et des variantes locales telles celles aux extrémités un peu particulières de Bisenzio663. On en trouve toutefois dans la zone falisque664, dans le Latium665, en Italie méridionale, à Suessula et à Torre Mordillo666, et un exemplaire en or à Torre Galli667, mais ces derniers objets semblent plutôt isolés tandis qu’ils sont absents de la Valle del Sarno. Ils sont par ailleurs “exportés” jusqu’à Nin depuis l’Emilie668. Les autres spirales, dont la forme est plus simple, sont davantage répandues.

470Les spirales larges S2

  • 669 Guzzo 1975, 159.

471Il est difficile d’interpréter à tout coup la fonction d’une spirale en bronze. Les diamètres extérieurs ne nous renseignent pas. On sait par ailleurs que ces spirales peuvent avoir au moins trois usages : parure capillaire, parure digitale669, manchon sur des hampes en bois. Morphologiquement, ces objets ne se distinguent que par leurs extrémités : certaines sont en effet repliées vers l’intérieur selon une direction radiale et interdisent ainsi un emploi comme parure digitale mais ni celui de manchon ni celui de parure capillaire ; d’autres ont des extrémités arrondies ou amincies. Cependant ces objets ne sont pas toujours entiers et les extrémités sont parfois absentes : les distinctions sont dans ce cas difficiles à proposer mais ce sont celles que nous utiliserons.

472La tombe 210P illustre bien ce propos. Trois spirales font partie de son mobilier : l’une d’entre elles (21OPS 18) fut découverte avec des fragments de bois à l’intérieur ; elle est fragmentaire mais une de ses extrémités paraît être repliée ; elle se trouvait à la hauteur des pieds du mort ; les deux autres ont également une extrémité repliée et étaient disposées à la hauteur de la taille ; une quatrième est restée solidaire du fuseau et autorise à penser que l’objet était emmanché sur une hampe, la spirale servant à comprimer le bois autour de la soie.

473On aura donc :

  • le type S21 dans le cas d’une ou deux extrémités repliées ;

  • le type S22 pour les exemplaires à extrémités se confondant avec le reste du cylindre.

  • 670 Tocco 1978, fig. 10.
  • 671 Lo Porto 1969, 155.
  • 672 Ibidem, 149.
  • 673 Malnati 1984, tav. XII, tombe II, tav. XIII, tombe IV, tav. XVI, tombe IX. Cf. également Bianco et (...)
  • 674 Guzzo 1975, par exemple fig. 60, n° 491-492.
  • 675 Orsi 1926, fig. 128.
  • 676 d’Agostino 1974b, fig. 20.
  • 677 Müller-Karpe 1959a, taf. 21 C 9.

474On reconnaît aux spirales larges une large distribution en Basilicate670 où on les rencontre à Pisticci671, S. Leonardo672, S.M. d’Anglona673. Mais elles sont également connues en Calabre (Castiglione di Paludi674) à Torre Galli675 et en Campanie, à Pontecagnano676 et à Cumes677, mais pas à S. Marzano.

475Les saltaleone S3

  • 678 Orsi 1926, fig. 74, 8.
  • 679 d’Agostino 1970a, 587, fig. 5.
  • 680 Chiartano 1983, 19, 22 et 27.

476Diffusés en Italie depuis le Bronze final, les saltaleone sont présents dans toutes les nécropoles importantes du Premier Age du fer. Ils peuvent constituer les éléments d’un collier comme à Torre Galli678, ou d’une parure capillaire comme dans la Valle del Sarno679 ou à l’Incoronata680.

477Malgré les très légères variations existant d’un saltaleone à l’autre – section semi-circulaire ou plate, plus ou moins grands diamètre et longueur–, il n’est pas utile d’opérer d’autres discriminations.

b) Les parures d’anneaux (classe P)

478Les pendentifs P1

  • 681 La Genière 1968, 118-119. Pour des exemplaires à Anzi, cf. Lo Porto 1969, 161, fig. 53 et 54.

479Dans ce corpus, on ne compte qu’un seul pendentif qui, non restauré, présente des difficultés de lecture : il semble s’agir d’une barrette d’où pendent des chaînettes. Il est difficile de dire si la forme peut être rapprochée des pendentifs à double protome en général plus récents681.

480Les chaînettes P2

481Trois types peuvent être dégagés du groupe des chaînettes en fonction de la taille et de l’agencement des anneaux :

  • les chaînettes dont les maillons sont formés de plusieurs grands anneaux (diamètre extérieur supérieur à un centimètre) P21 ;

  • celles constituées de petits anneaux dont le diamètre extérieur des anneaux est compris entre 0,5 et 0,7 cm (P22) ;

  • celles constituées de petits anneaux en trois branches en Y (P23).

  • 682 Lo Porto 1969, 164, fig. 58, n° 12-14.
  • 683 Tombe 3 de San Leonardo, datée de la seconde moitié duVIIIe, in Lo Porto 1969, 149, fig. 37, n° 1.
  • 684 Malnati 1984, tav. XIII, tombe I.

482Seules ces dernières méritent un encadrement culturel et chronologique. Elles semblent être un objet de Basilicate : on en signale en effet isolées dans une tombe bouleversée de Ferrandina datée du VIIIe siècle682 ; un autre exemplaire constitue également une partie de parure plus complexe683 ; un autre provient de S.M. d’Anglona684. La datation de ces mobiliers converge vers le milieu du VIIIe siècle.

483Les groupes d’anneaux P3

484Si l’on considère les groupes d’anneaux, tous les modèles et toutes les combinaisons sont possibles : petits ou grands anneaux, de moule bivalve ou à section rhomboïdale, boucles ou anneaux porteurs, différent nombre d’anneaux. On distinguera dans un premier temps les types d’anneaux concernés, puis la combinaison des tailles. On aura donc :

  • groupes d’anneaux bivalves de diamètres égaux (P311) ou de deux diamètres différents (P312) ;

  • groupe d’anneaux à section rhomboïdale (P32) ;

  • groupe d’anneaux réunis par une boucle, de petite taille (P331) ou de grande taille (P332).

Image 1000000000000472000002FEED9D0D8D.jpg

Fig. 2.82 - Histogramme des diamètres des anneaux en bronze.

  • 685 Tocco 1978, fig. 10. Voir aussi Lo Porto 1969, 149, fig. 37, 10-12 pour San Leonardo, et ibidem, 16 (...)
  • 686 d’Agostino 1974b, fig. 20, tombe 494 phase IB.
  • 687 Hencken 1968, 85, fig. 71.

485D’une manière générale, ces objets sont largement représentés en Basilicate685. Mais la simplicité de l’objet explique qu’on le trouve dans de nombreux sites, comme à Pontecagnano686 et Tarquinia687.

486Les anneaux P4

487Il existe deux façons de classer les anneaux : en fonction de leurs dimensions ou de leur mode de fabrication. L’analyse du diamètre maximum des anneaux permet de reconnaître quatre groupes assez homogènes. L’histogramme de la figure 2.82 illustre ces résultats : il est possible de proposer des coupures à 1, 2 et 3 cm de diamètre extérieur.

Image 100000000000042D0000020A7B92A081.jpg

Fig. 2.83 - Grands anneaux. Mise en évidence de deux groupes en fonction du diamètre intérieur et du diamètre extérieur (exprimés en cm) : 1. - groupe des anneaux à section ronde ou rhomboïdale ; 2. - groupe des anneaux digitaux possibles

488Le groupe des très grands anneaux se répartit en deux sous-groupes d’inégale importance : le premier comprend des exemplaires dont la section de la tige est ovale (type P411) ; le second rassemble des individus pour la plupart réalisés dans une grosse tige ronde, proche du demi-centimètre pour le diamètre de la section (type P412).

489Le groupe des grands anneaux est centré sur la classe des valeurs 2,3 à 2,4 cm : cela signifie qu’on peut y rencontrer des anneaux digitaux. Pour cette raison, il est nécessaire de faire intervenir un autre critère, le diamètre interne – ou largeur de la couronne (figure 2.83). Cette dimension permet de distinguer deux sous-groupes :

  • le premier concerne les exemplaires dont la couronne est large et le diamètre interne étroit (inférieur à 1,6 cm) ; leur section est ronde ou rhomboïdale ; ils ne semblent pas avoir été tirés de moules bivalves (type P421) ;

  • le second rassemble les objets qui ont pu être des anneaux digitaux ; leur couronne est étroite et leur ouverture large (supérieure à 1,6 cm) ; ils sont tirés de moules bivalves (les deux moitiés sont légèrement décalées), à part l’exemplaire de la tombe 196P dont la section est subrectangulaire (type P422).

490Rien n’exclut que dans le groupe des anneaux moyens (type P43) se trouvent un certain nombre d’anneaux digitaux, surtout parmi les plus grands. Leur usage peut cependant être rarement spécifié et leur appartenance à des pendentifs toujours possible. De même, il n’est pas possible d’assurer des modes de fabrication différents pour des anneaux dont la section est plus ou moins ronde : il est vraisemblable qu’ils sortent de moules bivalves, comme c’est visible sur certains d’entre eux (type P431). Trois anneaux se distinguent néanmoins du lot par leur section quadrangulaire : il s’agit des exemplaires retrouvés dans les restes de la crémation de la tombe 257R Il formeront une variante à part (type P432).

491Rien ne distingue les petits anneaux (type P44) des moyens si ce n’est, précisément, leur taille : leur diamètre extérieur ne dépasse pas le centimètre. Leur fabrication paraît elle aussi requérir la technique du moule bivalve. Comme les précédents, ils peuvent être utilisés séparément ou faire partie de pendentifs plus complexes.

c) Les disques (classe O)

492Les disques perforés forment deux types différents selon qu’ils constituent des parures composées ou non.

493Les disques perforés O1

  • 688 Voir l’inventaire pour la Calabre dans Guzzo 1975, 136-138. Pour la Basilicate, cf. Tocco 1978, fig (...)

494Les deux disques perforés du corpus sont assez différents, tant par la section que par les dimensions de la couronne. Mais ils ne présentent pas de décoration, à l’inverse des exemplaires de Calabre qui ont connu une très large diffusion688.

495Les disques composites O2

  • 689 Pour la diffusion du type, encore d’actualité est l’analyse de J. de La Genière (1968, 116-117). Vo (...)
  • 690 Un exemplaire dans une tombe de Chiaromonte duVIIIe siècle : les disques sont au nombre de cinq, de (...)

496Deux disques de taille différente provenant de la même tombe (tombe 025P) peuvent être sans doute considérés comme faisant partie d’un même disque composite. Ce type est connu en Calabre689 et par des exemplaires de grandes dimensions en Basilicate690.

d) Les boutons (classe Q)

497Les boutons à calotte Q1

  • 691 Malnati 1984, 47, n. 18. Voir également la reconstitution du costume proposée dans Bianco et Taglie (...)
  • 692 P. G. Guzzo souligne ainsi que la calotte est répandue depuis la Calabre jusqu’à Tarquinia et jusqu (...)

498Les boutons sont pour l’essentiel en bronze : ils sont constitués d’une calotte hémisphérique à l’intérieur de laquelle est fixée une boucle en tige plate qui sert de passant. Ces “boutons” sont le plus souvent interprétés comme des éléments de parure plutôt que des éléments fonctionnels691. Ils sont très représentés dans des tailles différentes dans les sites de l’Age du Fer italien692.

499Les boutons plats Q2

500Un autre type, représenté dans ce corpus par un unique exemplaire, regroupe des objets constitués d’un disque portant des cercles concentriques imprimés et, sur une face, un passant quadrangulaire. L’exemplaire étudié est sans doute en argent, mais on en connaît d’autres en or à Pontecagnano.

e) Les épingles (classe I)

501Une épingle – par ailleurs douteuse – fait partie du corpus.

f) Les perles d’ambre (classe J)

  • 693 Kilian 1970, 191-192 et 323.
  • 694 Ce type est néanmoins exceptionnel dans la nécropole du Picentino de Pontecagnano : voir Pontecagna (...)
  • 695 Francavilla Marittima, Zancani Montuoro 1977, 26 fig. 7. Amendolara, La Genière et al. 1980, 366, f (...)

502Le corpus étudié ne contient qu’une seule perle qui ne puisse provenir du revêtement d’une fibule. Il s’agit d’une perle en forme de goutte, perforée à son extrémité la plus amincie. Une telle forme, rare à Sala Consilina693 est également documentée à Pontecagnano694 et dans au moins deux sites calabrais, à Francavilla Marittima et Amendolara695.

g) Les canines de sanglier (classe W)

503Deux tombes du présent corpus contiennent des canines de sanglier qui peuvent être perforées à l’une ou aux deux extrémités.

Conclusion

504Dans cette partie, nous avons passé en revue les données que nous possédons pour le corpus étudié : données topographiques, rituelles, matérielles. Pour chaque catégorie d’informations, nous avons cherché à les rattacher aux données sur Sala Consilina déjà disponibles provenant soit du même noyau de nécropole mais de fouilles plus anciennes, soit de l’autre noyau de nécropole. Dans certains cas, cependant, il s’est agi davantage d’un inventaire de nos lacunes documentaires, comme si de génération d’archéologues en génération d’archéologues, les mêmes lancinants problèmes d’informations incomplètes devaient se poser. Néanmoins, la confrontation des différents types de données a permis d’homogénéiser quelque peu les problèmes qui pouvaient être retenus. Nous avons insisté sur la lecture topographique des nécropoles afin de proposer des hypothèses quant à la localisation des habitats et leur organisation interne. Cela a permis de fixer un cadre d’analyse à petite échelle, cadre dans lequel viennent s’insérer les analyses successives. Au premier rang de ces analyses, a été retenue la démographie des groupes humains qui ont utilisé les cimetières de Sala Consilina. On ne peut en effet pas aborder de la même façon des communautés qui comptent quelques dizaines de membres ou plusieurs centaines. A une échelle plus grande, soit un espace plus petit, nous avons envisagé l’espace lui-même des tombes et des rites pratiqués autour. Cela nous a donné l’occasion de rappeler que les données anthropologiques nous font défaut. Enfin, à une échelle successive, nous avons abordé les objets qui constituent les mobiliers funéraires et les remplissages des tombes. Le travail de typologie nous a permis de proposer un certain nombre de constats de ressemblance. Ces derniers comme tous les phénomènes que nous avions commencé de cerner dans cette partie, doivent être à présent ordonnés dans le temps. Quelques indications sur la chronologie retenue ici ont été mentionnées : il convient dès lors de détailler la construction chronologique.

Notes

1 La citation de Buffon est tirée de P. Thuillier, Goethe et l’Hérésiarque. La Recherche n° 64, 1976, 147-155.

2 La Genière 1968 et Kilian 1970.

3 S. Antonio : 128 tombes en 1959 et 76 tombes en 1962 ; sur ces 76 dernières tombes, quelques unes sont documentées dans Kilian 1970, avec la précision n. sc. pour nuovi scavi. S. Nicola : 82 tombes en 1957. Sur ces dénombrements, voir Panebianco 1955, 1956, 1957, 1958, 1959, et Van Buren 1958, 1960 et 1964.

4 Kilian 1962a, 99.

5 C’est à la suite de l’enquête de M. Maiello (cf. Maiello 1993 pour une présentation générale) que la zone de S. Nicola a été située au sud-ouest de la zone de S. Antonio, sans qu’il soit possible toutefois de reconnaître dans la forme de la parcelle indiquée celle du terrain dont K. Kilian fournit le plan. Par ailleurs, M. C. Samaritani nous a permis d’accéder aux archives de l’administration provinciale : on peut encore consulter certains carnets de fouilles et originaux de plans. Malgré cela, une localisation précise de S. Nicola n’a pas été possible.

6 Kilian 1964, Beil 1.

7 Kilian 1962a, 98-99.

8 Par exemple, les précisions apportées par J. de La Genière 1962, 43 n. 1.

9 Kilian 1962a.

10 On ne connaît de la plupart de ces tombes qu’un ou deux objets.

11 Il s’agit bien ici de la documentation publiée : Mme J. de La Genière nous a très libéralement communiqué des copies d’une partie de sa documentation personnelle sur les 128 tombes des premières fouilles de S. Antonio.

12 Sur un total supérieur à 286 (128 S. Antonio, 82 S. Nicola et 76 S. Antonio nuovi scavi).

13 C’est-à-dire, en français, “croisement”.

14 Un suffixe (P ou B) a été ajouté à la numérotation normale des tombes afin de rendre possible la distinction de mobiliers mélangés.

15 Les numéros 205 et 206 correspondent à des tombes de la nécropole du sud-est, datées du Second Age du fer : elles ne sont donc pas prises en compte ici.

16 Je dois à la très grande libéralité de la Dot.ssa L. Rota, auteur des fouilles, la possibilité de prendre en compte ces tombes dans la présente étude.

17 Voir les commentaires du contenu des tombes dans le catalogue.

18 Deux autres tombes, que l’on ne peut étudier, ont été détruites dans les années quatre-vingt à l’occasion de travaux autour d’un égout.

19 On a tenté de cartographier les parcelles où une intervention de sauvetage des archéologues s’était révélée infructueuse. Il a fallu renoncer à cette représentation pour la raison suivante : les parcelles, au demeurant fort rares, entrant dans cette catégorie n’étant l’objet que d’interventions limitées- la construction d’un mur par exemple-, la non découverte de tombes était dépourvue de signification archéologique. Toutes les parcelles ayant connu des travaux importants en surface ont livré des tombes : ce sont celles qu’on étudie ici.

20 Pl. 3.

21 Voir supra chapitre 1.

22 L’altitude relative exprime — par un chiffre négatif — la profondeur à laquelle apparaît la surface des tombes; elle est donc fonction de la solifluxion qui a enfoui ces structures archéologiques.

23 Ce mode de représentation permet de diminuer les trop grandes disparités entre les effectifs de classe.

24 Rozoy 1986, 256, fig. 4 et 271 pour les solstices et les équinoxes.

25 La Genière 1968, 34.

26 Plaoutine 1941.

27 Kilian 1964, 15, et 1970, 18-19, qui propose une datation du VIIIe siècle pour ces vestiges.

28 Ce calcul a été effectué avant de prendre connaissance de la recherche de “module” dimensionnel des centres proto-urbains autour de 150 ha que propose M. Pacciarelli (1991a, 37 sq.) : en l’état actuel des données dont on dispose pour le Vallo di Diano, je considère qu’il ne s’agit que d’une coïncidence.

29 Les superficies retenues pour les principaux sites d’Etrurie sont, pour Bisenzio, Cerveteri, Orvieto, Tarquinia, Veio, Vulci, soit respectivement 25-35 ha, 160 ha, 85 ha, 120 ha, 175 ha et 90 ha selon Di Gennaro (1988, 78 sq.), de 150 ha pour Tarquinia et de 125 ha pour Vulci selon Pacciarelli (1991a). Pour Pontecagnano, la superficie de l’habitat est estimée à 85 ha (Cerchiai 1988, 37).

30 Voir infra.

31 Comme la nécropole du Picentino à Pontecagnano : cf. Ponteeagnano II. 1, 3-4.

32 Pour une première analyse de ces questions, voir Ruby, à paraître.

33 Par exemple La Genière 1984, 180.

34 Kilian 1964, 16.

35 Pontecagnano II. 1, 6.

36 Par exemple, grâce aux fouilles britanniques à Cozzo Presepe et à Gravina (Du Plat Taylor et al. 1976) ; à Murgecchia (Lo Porto 1978). En Etrurie, à Tarquinia, voir Linington et al. 1978.

37 La Genière 1972 et 1984, 176.

38 Voir le chapitre consacré au VIIIe siècle par Russo Tagliente (1992) pour une rapide synthèse des données sur les habitations plus que sur les habitats.

39 Lattanzi 1976.

40 Sur le sujet, voir en particulier Bottini 1986a et 1986b. Pour l’Incoronata, voir Orlandini (1986a et 1986b) avec la bibliographie précédente. Sur S. Maria d’Anglona, cf. Malnati 1984.

41 La Genière 1972, 232, 1978a, 259.

42 Bianco à paraître. D’Ambrosio 1992, 260-261.

43 De Siena 1990, 75 et infra.

44 Un résumé des arguments en faveur de cette théorie dans Bartoloni 1989a, 108. C’est aussi un modèle employé pour Rome : voir Guidi 1982.

45 d’Agostino 1990a. Egalement d’Agostino in Pontecagnano II. 1, 7 ; sur les termes du débat à propos de l’Etrurie, voir par exemple Guidi 1983, 448,et Bartoloni 1983. Plus récemment, voir aussi Guidi 1989, 285.

46 Ibidem, 6.

47 Par exemple, Guaitoli 1981.

48 Entre autres, Bietti Sestieri 1985b, 181 ; Harris 1989, 386. A titre d’exemple, il est intéressant de relever la façon dont R. Peroni fait parler les données des prospections de M. Guaitoli à Veio : le protohistorien retient qu’il est très peu vraisemblable que ces résultats reflètent la situation antique et qu’il est raisonnable de penser que la couche d’occupation du Premier Age du fer est en plusieurs endroits, soit masquée par les couches postérieures, soit détruite ; malgré cela, les résultats de M. Guaitoli sont inconciliables avec l’hypothèse traditionnelle de la pluralité de villages (Peroni 1988, 26-27, mes italiques). A ce point, on peut se demander s’il ne suffisait pas à R. Peroni d’affirmer tout simplement qu’il n’était pas d’accord avec l’hypothèse de Ward-Perkins. Sur l’utilisation des prospections dans l’analyse spatiale, la critique la plus constructive a été proposée par M. Rendeli (1991, 11-13). Pour les questions méthodologiques, on se reportera utilement à Rendeli 1993.

49 Par exemple Pacciarelli 1991a, 12-15, dont les précautions méthodologiques ont des chances de donner des résultats beaucoup plus significatifs que les calculs du “plus-proche-voisin” que propose Guidi (1989, 286-289).

50 Ibidem, 286.

51 Pacciarelli 1991a, 38 n. 57. A propos de Veio, le débat porte en particulier sur l’interprétation à donner aux fragments recueillis à Monte Campanile : G. Bartoloni estime qu’ils témoignent de l’existence d’un habitat (Bartoloni 1983, 443, et 1989a, 108) ; F. Di Gennaro au contraire souligne que les fragments, peu nombreux, pourraient provenir de sépultures détruites (Di Gennaro 1988, 82 n. 32 ; également Pacciarelli 1991a, 38 n. 56) ; on a pu également faire référence à des habitats périphériques également à Cerveteri-Monte Tosto (Bartoloni 1986a, 11) et pour Tarquinia à l’habitat correspondant à la nécropole Le Rose (d’Agostino 1990a).

52 Rendeli 1993, 225.

53 Rendeli 1993, 286-289.

54 Bartoloni 1986a, 10-11 et 1991b, 41.

55 In ultimo, cf. Rendeli 1993, 159-161 et 164-165.

56 Bartoloni 1991a, 6.

57 Pontecagnano II. 1, tav. 2.

58 Ibidem, 6.

59 Ibidem, 240 sq. et d’Agostino 1990a.

60 d’Agostino 1985b, 44. Pontecagnano II. 1, 6. Pour l’Etrurie, le commentaire de M. Pacciarelli est plus descriptif qu’analytique : “Si potrebbe postulare ο a una espansione dell’insediamento al di fuori del perimetro del centre principale, su pianori contigui, ο la fondazione di villagi dipendenti dallagglomératο maggiore, finalizzati ad una occupazione ed uno sfruttamento del territorio più capillari” (1991a, 38).

61 Di Gennaro 1982. Voir à ce sujet les critiques de M. Rendeli (1993, 99-106).

62 Pacciarelli 1991a, 34-35 ; d’Agostino 1989b, 14.

63 d’Agostino 1990a.

64 Ou tout au moins “une nécropole = une communauté” comme le proposait en 1969 R. Peroni (1969a, 157). Ce ne sont bien évidemment pas les seuls arguments : sur Veio, voir par exemple Bartoloni 1991b, 40.

65 Pacciarelli 1991a, 27. Voir cependant, pour Veio, Bartoloni 1991b, 41.

66 Rendeli 1991, 16, et 1993, 286-289. Toutefois, voir aussi les mentions parfois quelque peu contradictoires de G. Nardi (1986, 19-20) et M. Cristofani (1988, 85, fig. 81).

67 Par exemple Bartoloni 1989a, 105-106.

68 Di Gennaro 1986, 143 ; Peroni 1988, 13.

69 Rendeli 1991 et 1993. Un territoire de 5 à 10 km de rayon donne une surface d’environ 80 à 320 km2.

70 d’Agostino 1989b, 14.

71 Rendeli 1991 et 1993.

72 C’est un document qu’on possède.

73 Kilian 1962a.

74 Kilian 1964, beil. 1. Sur le problème de la localisation de ces fouilles, voir supra.

75 Voir supra.

76 d’Agostino 1970a.

77 Osteria dell’Osa 1992, 49.

78 d’Agostino 1970a.

79 D’Ambrosio 1992, 267 et 269.

80 Bottini 1979, 80, et bibliographie précédente.

81 La méthode “paléodémographique” d’estimation des populations est elle-même sujette à critique : voir par exemple Bocquet et Masset 1977.

82 Toutefois, à l’instigation de F. Trucco, Coppa et al. (1987) ont réalisé une analyse anthropologique d’un corpus d’une soixantaine de tombes et ont en particulier proposé une première table de mortalité dont il faut espérer la rapide publication.

83 Acsádi et Nemeskéri 1970.

84 Wells 1981,98.

85 Osteria dell’Osa 1992, 62.

86 Morris 1989, 74-76.

87 « Il est évident que [lorsque la mortalité infantile n’est pas représentée du tout] l’espérance de vie à la naissance, quand elle est “calculée” par le paléodémographe, ne repose absolument sur rien » (Bocquet et Masset 1977, 66).

88 Sattenspiel et Harpending 1983, 489 et 495.

89 Pressat 1972,188.

90 M.J. Alden retient par exemple une estimation de 36 ans pour l’âge moyen à la mort à l’époque mycénienne (1981, 14).

91 Masset 1986, 67.

92 Morris 1989, 74.

93 Sattenspiel et Harpending 1983, 489.

94 Les âges moyens calculés sont parfois très sensiblement différents : ainsi, Staccioli propose 11 ans pour l’ensemble de ses 61 individus pris en compte, 30 ans en excluant les morts de moins de 13 ans, et 21 ans en excluant les morts de moins de 6 ans (Staccioli 1967, 183).

95 Coppa et al. 1987. La table de mortalité publiée en 1990 ne tient cependant compte que des morts adultes (Coppa et al. 1990, 186, tav. 4).

96 On aurait pu également tester les résultats avec une espérance de vie de 25 ans, comme estimée par Bocquet et Masset (1977, 80). Par ailleurs, comme nous l’avons déjà noté, il s’agit de durées calculées sur la chronologie absolue en dates conventionnelles.

97 Voir infra pour les significations de ces phases.

98 Kilian 1962a, 98-99.

99 Il s’agit d’une estimation minimale : les tombes possèdent au moins un des plus clairs fossiles directeurs de la sous-phase, en particulier une tasse à anse en ruban ; les mobiliers plus incertains n’ont pas été pris en compte dans ce calcul.

100 Peroni 1994, 229, fig. 82 C.

101 Osteria dell’Osa 1992, 62.

102 Voir les estimations proposées par Peroni (1983, 239) à partir des traces de maisons fouillées à Tarquinia : les chiffres obtenus, de mille à plusieurs milliers d’habitants, semblent des maxima du même ordre que le terme supérieur de la fourchette proposée pour Sala Consilina.

103 Kilian 1970, 293-294.

104 Kilian 1970, 42, et 1964, 20 : il s’agirait des vestiges d’un repas sacrificiel.

105 Voir par exemple les raisons qui m’ont amené à distinguer une tombe 178B.

106 Pallottino 1947,124.

107 Lange et al. 1987.

108 Par exemple, d’Agostino 1970d, 890 : “Il rito prevalente è l’incinerazione”.

109 Guillon 1986. Par ailleurs, la fragmentation des os observée expérimentalement par l’auteur explique sans doute à elle seule la fragmentation reconnue dans les crémations villanoviennes.

110 Kilian 1964, 17. Dans la Valle del Sarno par exemple, P. Gastaldi propose que certaines tombes d’enfant aient pu contenir une caisse de bois (Gastaldi 1979).

111 Kilian 1970, 37. Les relevés des carnets de fouilles sont des schémas portés sur des feuilles à petits carreaux.

112 Ruby 1993b.

113 Par exemple Delpino 1989.

114 On y insiste en particulier sur l’antécédent que représente la tombe à ciste par rapport aux tombes “princières” de la fin du VIIIe siècle et du début du VIIe : Pontecagnano II. 1, 122, 236 et 241 ; Pontecagnano II. 2, 8-9 ; d’Agostino 1990b, 406 et 1992b, 59-60.

115 Sestieri 1960b. Voza 1962 : il s’agirait dans ce cas de fosses quadrangulaires.

116 Pontecagnano II. 1, 121-122, 165-166 et 227, n. 70.

117 Ibidem, 207 et 228, n. 106.

118 Les tombes à pozzo sont regroupées avec celles a ricettacolo.

119 Kilian 1970, 37.

120 Kilian 1970, 38.

121 Cependant, 14 tombes du présent corpus ont été retenues dans les analyses anthropologiques menées par Coppa et al. (1987).

122 F. Trucco retient un effectif d’une cinquantaine de tombes d’enfant pour l’ensemble des nécropoles du Premier Age du fer de Sala Consilina (1987, 204). Voir aussi infra.

123 Gastaldi 1979, 14.

124 Kilian 1970.

125 Sur ces aspects, on fera systématiquement référence à Gardin 1979.

126 Whallon 1977.

127 Je n’entrerai pas ici dans le débat autour des typologies fonctionnelles et renverrai, in ultimo, à Ruby 1993c.

128 Brun 1986.

129 Gardin 1967 et Gallay 1981, 57.

130 Pour reprendre la terminologie de J.-C. Gardin, il s’agit d’une construction qui assure le passage d’un ordre Ox d’attributs extrinsèques – la fonction – à un autre ordre Ox d’attributs extrinsèques, chronologiques et géographiques, par l’intermédiaire d’attributs intrinsèques.

131 Cf. Benfer 1979, 231.

132 Ibidem et Conklin 1964, 39-40.

133 Kuhn 1983, 30.

134 Leroi-Gourhan 1971, 27.

135 Leroi-Gourhan 1973, 140 sq.

136 Leroi-Gourhan 1971, 297.

137 Leroi-Gourhan 1973, 184.

138 Leroi-Gourhan 1971, 297.

139 Ibidem, 295 sq.

140 Balfet et al. 1983, 3-4.

141 Ibidem.

142 Ibidem.

143 Leroi-Gourhan 1971, 297.

144 Gardin 1985.

145 Ibidem, 9.

146 Gardin 1979, 131, cité par Gallay 1981, 53.

147 Gallay 1981, 75-80 et 1986b.

148 Gallay 1986b, 130.

149 Cf. par exemple, Gallay 1981, 60 et infra.

150 Voir infra.

151 1981, 76.

152 Gallay 1986b, 130.

153 Voir supra.

154 En me rapprochant des typologies fonctionnelles allemandes, je m’éloigne de la position de P. Brun qui ne veut pas prendre en compte les préhensions à cette étape d’élaboration de la typologie (Brun 1986, 24) ; il me semble nécessaire de considérer immédiatement ces préhensions par référence aux remarques faites supra.

155 Cf. Pétrequin et al. 1985, 119-120.

156 Pétrequin 1985 ; Brun 1986, 21.

157 Voir Wells 1983, 29-31.

158 Egalement Wells 1985, 11.

159 Gardin 1967.

160 Bartoloni et al. 1980.

161 Abusif car l’ouvrage n’est pas en question, il était même nécessaire dans l’optique d’un catalogage général, c’est-à-dire d’une compilation ; il n’a pas été conçu pour servir de base à des constructions explicatives, des typologies ; bien au contraire, dans l’esprit des auteurs, le catalogage des objets devait suivre leur attribution typologique (Bartoloni et al. 1980, 11).

162 Cf. “l’intuition générale” invoquée à propos de la définition du col dans le code Gardin (Gardin 1985).

163 Balfet et al. 1983 ; Yon 1981.

164 Cf. l’exemple infra, de bord = labbro et lèvre = orlo.

165 Sans chercher à se démarquer des définitions courantes et sans prétention universelle.

166 On a préféré cette définition restrictive à la liberté intuitive laissée par Gardin dans son code (Gardin 1985, 32).

167 Voir Peroni 1985, 83, n. 4, qui déplore également l’inversion des termes retenus dans le Dizionario.

168 « Partie du vase dont la fonction est de contenir les produits », Gardin 1985, 23.

169 Gardin 1985, 27.

170 Bmn 1986.

171 Cf. la fortune, par exemple, des termes arrotondato, rastremato, teso, concavoconvesso, chargés de décrire la panse.

172 Il est en effet apparu que les dessins publiés par K. Kilian n’étaient pas fiables du point de vue des dimensions des vases qu’ils indiquaient (et mesurer les vases sur les dessins est bien souvent le seul moyen d’obtenir ces informations) : ainsi, pour la tombe SA032 dont K. Kilian publie les dessins (1970, tav. 244 et 245-I), on dispose grâce à la publication de J. de La Genière, d’une part des photos du mobilier, d’autre part des dimensions des objets (La Genière 1960, 142-143 et tav. V). On peut de ce fait percevoir que la cruche n° 4 qui mesure d’après le dessin 15,2 cm (soit environ 3,8 cm sur la représentation à l’échelle de 1/4), mesure en réalité 12,4 cm, ce que confirme la photo par le calcul des différents rapports de reproduction en fonction des différents vases. On dispose rarement pour les mobiliers de Sala Consilina des trois types d’informations, métriques, graphiques et photographiques : pour les tombes dont c’est le cas, je n’ai pas trouvé d’autres erreurs dans les représentations de K. Kilian. Il reste que le doute est installé, ce qui n’est pas important pour les aspects d’analyse descriptive (de ce point de vue, la documentation publiée par K. Kilian est de première importance et sera utilisée dans la suite de ce travail) mais qui m’a amené à renoncer à l’analyse dimensionnelle des mobiliers publiés par l’archéologue allemand, après l’avoir pourtant largement entamée.

173 Toutes les citations et références de cette partie sont tirées, sauf indication contraire de Gallay 1981, 56-57. On peut également se référer au chapitre IV de Gallay 1986a.

174 Voir supra.

175 Il faut rappeler que sur ces 680 tombes (nécropoles du nord-ouest et du sud-est réunies) 475 (essentiellement du sud-est) font l’objet d'une publication totale en dessins et environ 30 en photos; on sait par contre peu de choses sur les tombes seulement publiées en partie; il s’agit le plus souvent d'un objet dessiné ou photographié pour l’intérêt qu’il est censé avoir; voir les effectifs indiqués dans le tableau suivant. Quant à estimer celles qui ne sont même pas mentionnées …

176 La Genière 1960, 1961, 1962, 1968; Kilian 1961, 1962a, 1962b, 1964, 1970, 1974.

177 Gallay 1981, 56.

178 Quantitativement, l’échantillon retenu ne représenterait que 10% de la population observable. Il n’existe, en archéologie, aucun moyen permettant de décider quelle taille doit avoir un échantillon pour être fiable (Asch 1979, 173). C’est paradoxalement à l’usage qu’on a pu estimer que les échantillons supérieurs à 20 % présentent le plus d’intérêt (Cowgill 1979, 263).

179 Gardin 1979, 271 ; Gallay 1981, 57.

180 On ne sera pas surpris de trouver dans ce groupe les couvercles identifiés comme tels par leur forme de casque : fonctionnellement, rien ne les différencie des coupes qui, elles aussi, sont parfois utilisées comme couvercle.

181 Voir infra.

182 Sur ces questions, voir également Ruby 1993c.

183 Pour Kilian 1970, seules les urnes à une anse verticale sont fabriquées avec l’intention d’en faire des cinéraires ; pour celles à anses horizontales, la fonction cinéraire ne serait que secondaire.

184 Cf. mon catalogue.

185 Kilian 1970.

186 La distinction proposée à Pontecagnano sur la forme des anses verticales (types B1 et B2, cf. Pontecagnano II. 1, 20-21) ne paraît en particulier pas opérationnelle sur ce corpus.

187 C’est le cas pour les vases de la nécropole de Pontecagnano, cf. Pontecagnano II. 1, 22.

188 Par exemple d’Agostino 1974b, fig. 16.

189 Sestieri 1960b.

190 d’Agostino 1974a, 20. Pour Cerveteri, la forme est représentée dans Pohl 1972, 134-136 et fig. 113.

191 Un exemplaire de la première moitié du VIIIe siècle, in Torelli 1984, 36, fig. 7.

192 A la liste de Kilian (1970, 46-47), on peut ajouter le site de Sasso di Furbara (tombe 2 de Montorgano, dans Brusadin Laplace 1989, 351, fig. 8).

193 Gierow 1966, 161, 165 ; type MK25 dans Müller-Karpe 1962, taf. 44.

194 Müller-Karpe 1959a, par exemple taf. 19 ; d’Agostino 1970a, 593.

195 d’Agostino 1968, 109.

196 Voir Pontecagnano II. 1, 39-40.

197 La Genière 1968, pl. 36, n° 4 et 5.

198 Johannowsky 1984, tav. X ; il s’agit de la tombe 213.

199 Contra Kilian 1970.

200 Pallottino 1982, 69 ; l’absence de cet élément, parmi d’autres, était déjà soulignée dans d’Agostino 1974a, 15. Voir Colonna 1992. Sur ces questions voir également infra.

201 Kilian 1969, 105 ; d’Agostino 1974a, 20.

202 Müller-Karpe 1959a.

203 Par exemple d’Agostino 1962a, fig. 33 ; Pontecagnano II. 1, 20.

204 d’Agostino 1970a, 597 et n. 3 pour la bibliographie précédente ; pour Castiglione, cf. Guzzo 1975, fig. 39.

205 d’Agostino 1962b et 1964 ; Pescatori Colucci 1971, 500, fig. 10, n° 3.

206 Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 33 ; Gierow 1966, 153.

207 Yntema 1990, 28.

208 Pontecagnano II. 1, 18-19.

209 Osteria dell’Osa 1992, 234 et tav. 11.3 ; type 10a var I, 259 et tav. 17.

210 Voir en particulier Yntema 1990.

211 Bottini 1979, 81-82 et fig. 48, dans le remplissage de la tombe 9, les vestiges d’une sépulture que A. Bottini propose de dater du début du VIIe siècle.

212 Le terme de fond plat peut s’appliquer aussi aux fonds très légèrement concaves : l’important n’est pas ici la concavité mais l’aménagement de la base.

213 Pontecagnano II. 1, 143.

214 L’attache supérieure de l’anse peut également être bifide.

215 Pontecagnano II. 1, 26.

216 Deux exemplaires sont indiqués pour les tombes 227 et 3285 (ibidem et Pontecagnano II. 2, 33).

217 Pontecagnano II. 1,25.

218 Orsi 1926, tav. IV, n° 17.

219 A Pontecagnano, ce type d’anse a une signification chronologique puisqu’il est attesté dans des mobiliers datés de IIA et IIB.

220 Pontecagnano II. 1, 42.

221 d’Agostino 1968, 110 n. 1 : il s’agit d’une anse en boudin entre la lèvre et le point le plus haut, qui devient un ruban s’élargissant jusqu’à son point d’attache sur la panse.

222 Ibidem, 115-116.

223 Il s’agit du type 8C2b : Pontecagnano II. 2, 19-20, 41 et 18 fig. B.

224 Müller-Karpe 1962, taf. 44, type 41.

225 Pontecagnano II. 1, fig. 43 ; Pontecagnano II. 2, fig. 89.

226 Attingitoio de la tombe 231, très proche — y compris pour les godrons groupés — d’une tasse à anse à lire importée de Capoue (tombe 221) : Pontecagnano II. 1, fig. 47 et 49.

227 La Genière 1968, 28, et pl. 36, 13 et 14.

228 Voir la typologie de la cruche 8C in Pontecagnano II. 2, 19-20.

229 Ibidem, 21 en particulier.

230 La Genière 1961, 1962, 1968, Kilian 1964, Yntema 1990, et dernièrement Ruby 1988. Voir également infra.

231 d’Agostino 1968, 119-120, type 69 : cf. par exemple l’exemplaire 12 de la tombe VI (= 568), fig. 40.

232 Tombe 4875, Pontecagnano II. 1, fig. 196.

233 Johannowsky 1984, tav. VII, tombe 805.

234 Il n’est pas possible d’être moins subjectif.

235 d’Agostino 1964, 43 sq.

236 Ibidem, 94-95.

237 Pontecagnano II. 2, fig. 86.

238 Yntema 1990, 114 et 122 ; pour S.M. d’Anglona, voir aussi Malnati 1984.

239 Gravina, cf. Small 1976 et Yntema 1990, 153.

240 Yntema 1990, 48.

241 D’Andria 1984, 113 fig. 11.

242 d’Agostino 1964, 97 ; l’auteur propose une origine macédonienne pour ces languettes.

243 Lo Porto 1978, 290, fig. 14.

244 Par exemple le vase à filtre de Cozzo Presepe : cf. Small 1983, et Yntema 1990, 153 et plus généralement 144-154.

245 Pontecagnano II. 1, 30. Sur ce type l’anse peut être a bastoncello schiacciato. Voir par exemple le vase de la tombe 3275 dans Pontecagnano II. 2, fig. 89.

246 Osteria dell’Osa 1992, 296 et tav. 24.

247 Voir infra, les commentaires sur les amphores globulaires.

248 Pontecagnano II. 1, 27. Voir par exemple le vase de la tombe 200, fig. 39 et de la tombe 216, fig. 44.

249 Osteria dell’Osa 1992, 274.

250 Hencken 1968, 71, fig. 57i : il s’agit de la tombe S.S. 79.

251 Pontecagnano II. 1, 26-27.

252 Kilian la distingue sous son type F2h, à la différence près qu’y sont groupés des vases dont l’anse est sur l’épaule (le type B24) et d’autres dont l’anse est au col (Kilian 1970, 77).

253 Gjerstad 1966, 85 fig. 22.

254 Osteria dell’Osa 1992, 273 sq., tav. 20 : il s’agit en particulier du type 17b.

255 Gierow 1966, 144, fig. 35.

256 Müller-Karpe 1959a, taf. 46.

257 Toms 1986, fig. 20, type VII.

258 Gabrici 1913, tav. XIV, 5.

259 d’Agostino 1970a, 596 et Gastaldi 1979, 41.

260 Pontecagnano II. 1, 27.

261 Pontecagnano II. 1, 24-25 et 27.

262 Il s’agit du type MK19 de Rome Müller-Karpe 1962, taf. 44. Voir aussi d’Agostino 1974a, 20 et la forme 12 de Osteria dell’Osa 1992, 266 sq.

263 d’Agostino 1970a, 594 et bibliographie précédente.

264 Voir d’Agostino, Pontecagnano II. 1, 39 sq. et la bibliographie précédente.

265 Par exemple, Gjerstad 1966, 88 fig. 24.

266 Notre type B230 dont un exemplaire porte le décor plastique (caractéristique des tombes à fosse) de boutons coniques sur le diamètre maximum trouve des confronti précis sur l’Esquilin (cf. Gjerstad 1966, 146, fig. 58).

267 Kilian 1974, taf. 10.

268 Ibidem, 24.

269 Malgré ce que propose Kilian 1970, 310 : des deux exemplaires par lui datés de IA, le premier provient de la tombe C5 qui contient une fibule sicilienne (taf. 12,3) ; en outre, les deux vases (avec celui de tombe J48) appartiennent à la variante à anse au col.

270 Par ex. Orsi 1926, tav. III, n° 4 et 15, tav. V, n° 6. Le seul vase calabrais auquel se réfère K. Kilian est un cruchon de Patariti (t. 73 basse) d’une taille qui pourrait l’assimiler à un aryballe globulaire.

271 Osteria dell’Osa 1992, 268 et tav. 19.

272 Pontecagnano II. 1, 34, 41, et 85 n. 46.

273 Veio 1975, 119 fig. 36, tombe CD11.

274 Nécropole du Sorbo, tombe 278 ; cf. Pohl 1972, 161 fig. 140, n° 2.

275 Tusa 1983, 522 fig. 45.

276 Tombe LXII de Pratica di Mare qui contient également une fibule a sanguisuga creuse et un scarabée ; cf. Muzzioli 1976, 304-305, tav. LXXVIII.

277 La Genière 1968, 96-97, et bibliographie précédente.

278 Falconi Amorelli 1968, n° 13.

279 Pontecagnano II. 1, 23 et tav. 11.

280 Peroni 1960 fig. 4, et types 20-21 de Müller-Karpe 1962 ; Gierow 1966, 159 sq.

281 Close-Brooks 1965, 57, type 27 ; Toms 1986, fig. 21.

282 Pontecagnano II. 2, fig. 84.

283 d’Agostino 1968, 111, et fig. 22.

284 Ibidem, 193-195.

285 Pour la Valle del Sarno, voir d’Agostino 1970a, 593, Gastaldi 1979, 39 et la bibliographie précédente. Pour les exemplaires du Premier Age du fer de Pontecagnano, voir Pontecagnano II. 2, 17.

286 Ibidem, fig. 87.

287 d’Agostino 1965. Il ne semble pas que la typologie prenne en compte un ou des groupes homogènes de vases biconiques à anses horizontales de petite taille : cf. Pontecagnano II. 1, 19-20.

288 Bailo Modesti 1974, tav. XLII.

289 Nécropole de Tempa Cortaglia : cf. Sestieri Bertarelli 1957, 22 et 51 à propos de laquelle l’auteur s’interroge sur une utilisation en tant qu’ossuaire. Habitat indigène de l’Incoronata, Castoldi 1986, 72.

290 Par exemple Zancani Montuoro 1983, 57-59 et taf. XXIX, n° 1 pour un exemplaire en argile.

291 Orsi 1926, tav. II, n° 24 (Torre Galli) et tav. XIII n° 1 (Canale). Voir aussi Lissi 1961, tav. XXI.

292 La Genière 1977, fig. 8.

293 Müller-Karpe 1962, taf. 44. Le type 26 qu’il date de sa phase IIb est attesté dès IIa ; cf. par exemple Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 33-34 ; sur l’Osteria dell’Osa, voir à présent Osteria dell’Osa 1992, 256, et tav. 16, et 258-260 et tav. 10.

294 Il s’agit des tombes OP 4.5 et AABBa : cf. le type IX 4 et son encadrement chronologique dans Toms 1986, 88.

295 d’Agostino 1968, 115, types 55 et 57.

296 Pontecagnano II. 1, 107. Voir aussi Pontecagnano II. 2, 39. Un des premiers exemplaires est publié dans Sestieri 1960b, fig. 36.

297 Tombe 2106.

298 d’Agostino 1970a, 597-598 et fig. 16 ; Gastaldi 1979, 41 ; Gabrici 1913, fig. 40 col. 98.

299 d’Agostino 1974a, 15.

300 Par exemple, d’Agostino 1965, 676, 1970a, 597, et bibliographie précédente. Pour Tarquinia, cf. Hencken 1968, 101 ; pour Narce, dans la zone falisque, cf. Hall Dohan 1942, tav. V, l. In ultimo, voir Pontecagnano II. 1, 41.

301 C’est d’ailleurs un rapport déjà utilisé dans la typologie présente.

302 C’est le signe que la coupure, estimée visuellement, entre trapus et élancés, est un peu décalée par rapport à la coupure mathématique.

303 Johannowsky 1984, tav. VII, tombe 805. Un vase biconique “à anse cylindrique perforée” (un col verseur ?) est également connu à Cumes (cf. Gabrici 1913, tav. XIII, 5, col 83 et 130).

304 Mariani 1900, col. 278 ; la description semble indiquer deux anses creuses perforées plutôt que de vrais cols verseurs.

305 Kilian 1970, 58.

306 Il s’agit du type 3D, présent dans la tombe 203 (Pontecagnano II. 1, 139 et fig. 40) et dans la tombe 3211 (Pontecagnano II. 2, 15 et fig. 78).

307 Ruby 1993b.

308 Pontecagnano II. 1, 18.

309 On choisit la profondeur (la hauteur utile) afin d’envisager les vases quel que soit l’aménagement du fond ou du pied.

310 Au regard du reste du matériel de Sala Consilina, il semble que ce col soit plus souvent présent sur les exemplaires plus caractéristiques de la phase IIA par opposition au col divergent, typique de la phase IC ; les tasses à col cylindrique ne sont toutefois pas absentes des tombes de phase IC, souvent associées alors à des tasses à col divergent. Voir infra, pour les comparaisons de la forme.

311 d’Agostino 1968, 119.

312 Pontecagnano II. 1, 28-31.

313 Ibidem, 30.

314 Ibidem, 103.

315 Il s’agit des tombes M8 (Kilian 1964, beil. 12) et D100 (Kilian 1970, taf. 152) qui contiennent toutes deux une cruche à anse bifide crantée (notre type B1223) caractéristique de la phase IIB.

316 Pontecagnano II. 1, 21, et 22, fig. C.

317 Étain plus ou moins pur, ou montrant des traces de plomb et d’argent : cf. Stjernquist 1960, 436. Sur l’origine alpine de ces décors, voir, en plus de l’auteur cité, Delpino 1987, 10 sq., en particulier p. 13, n. 12, pour la bibliographie précédente. Delpino souligne que les plus anciens exemplaires d’Italie ne remontent pas au delà du Bronze final et proviennent de la zone latiale (p. 10).

318 Bartoloni 1991b, 39.

319 Il est en particulier fréquent au VIIIe siècle, dans la nécropole Benacci Caprara (Tovoli 1989, 296 sq.).

320 Delpino 1977a, 469.

321 Bartoloni et Delpino 1975.

322 Gentili 1985 : certains couvercles de cinéraires, de même qu’un askos, de la fin de la première phase et du début de la seconde, portent un tel décor.

323 Stjernquist 1960.

324 Par exemple, Veio 1967, 245 fig. 96. Sur la position chronologique, cf. Toms 1986.

325 Hall Dohan 1942, 27-30 et fig. 18 à 21, pl. XIII pour les tasses de Narce, fig. 50 et 51 pour les amphorettes de Vulci.

326 Baglione et Lucia Brolli 1990, fig. 8 : il s’agit de la tombe 1. VIII de la nécropole “I Tufi”.

327 Pontecagnano II. 1, tav. 12.

328 Ibidem, 29.

329 Sur cet aspect, voir d’Agostino in Pontecagnano II. 1, 40.

330 Kilian 1970, taf. 242 ; il s’agit de la tombe SA009.

331 La fibule sicilienne est du type Kl113d que l’on date de la fin du IXe et du début du VIIIe (voir infra, la seconde fibule constitue quant à elle un unicum pour l’ensemble du site de Sala Consilina. Elle appartient d’ailleurs à un type rare dans l’ensemble de la péninsule italienne : à Pontecagnano, il correspond au type 32B6 et paraît attesté en un seul exemplaire (Pontecagnano II. 1, 53-54, et 89 n. 159) ; on lui attribue la même chronologie qu’à la fibule en “D” à ardillon mobile ; à Veio, ce sont deux exemplaires - dont un douteux - qui constituent le type III 2 de Toms, caractéristique de la phase IC de l’archéologue britannique (Toms 1986, 82 et 52-53 ; fig. 17) ; le type existe à Tarquinia (type A de Bartoloni et Delpino 1970, 226-227 fig. 1, par ex. Hencken 1968, 63 et 64, fig. 50, tombe P.S. 57), à Cerveteri (Pohl 1972, 5 fig. 2 t. 2) et dans le Latium, à l’Osteria dell’Osa (Bietti Sestieri 1980, 95, tav. 10, n° 14) le type est représenté à la phase IIB.

332 Sur cette question, voir Delpino et Fugazzola Delpino 1980.

333 Peroni 1959, 80 sq. Dès le faciès protoapenninique : cf. AA.VV. 1991-92.

334 Par exemple, Peroni et Fugazzola 1969, 132-133.

335 Peroni 1959, 85. Le fragment d’Ancône (Lollini 1954-55) et celui de Veio-Piazza d’Armi (Stefani 1922) sont ainsi regroupés sous ce type : si la datation au Protovillanovien du fragment d’Ancône ne fait pas problème, celui de Veio devrait être daté du Premier Age du fer ; voir infra.

336 Hencken 1968, 256 fig. 239c et d.

337 Stefani 1922, 401 fig. 20-20a ; 1944, col. 274, et col. 281-282 fig. 82.

338 Delpino et Fugazzola Delpino 1980 : les fragments sont illustrés aux fig. 3 et 4 avec les autres anses mentionnées ici.

339 Villa Cassarini à Bologne (Kruta Poppi 1976, 336 et 339 fig. 9) : les deux fragments 8 (protome cornu) et 9 (bord de la tasse et anse) doivent sans doute appartenir au même individu. A Bologne encore, Via Nazario Sauro, une anse au milieu de matériel daté du VIIIe siècle (Catarsi Dall’Aglio et Vitali 1979, 465-466 fig. 1, 2). Enfin dans la zone de la Fiera, au moins quatre anses et deux cornes ont été mises au jour dans un contexte daté du Premier Age du fer (Morigi Govi et Vitali 1979, 467-469).

340 Bizzarri 1962, 135 fig. 45.

341 On reviendra par ailleurs sur les questions des rapports entre ces séries céramiques et les tasses en bronze du protovillanovien du dépôt de Coste del Marano (cf. Peroni 1961b).

342 Par exemple Johannowsky 1984, tav. VI, n° 3 pour le profil et tav. V, n° 4 et 5 pour la technique du décor et son organisation.

343 Solcature verticale.

344 Pontecagnano II. 1, fig. 43.

345 Tombe 226, in Pontecagnano II. 1, fig. 47.

346 Johannowsky 1984, 18 et par exemple tav. IV, tombe 391,3 et tav. VI, tombe 789,6. En italien, le terme utilisé est linguetta. Les supports excentrés, peut-être plus fonctionnels que culturels, sont également présents, uniques, sur deux tasses de Tarquinia ; cf. Müller-Karpe 1959a, taf. 27. B.5, et Hencken 1968, 68 et 72, fig. 58.

347 Tombe 2162, Pontecagnano II. 1, fig. 146.

348 d’Agostino 1965, 66 ; pour les exemplaires de Cumes, voir en particulier Muller-Karpe 1959a.

349 d’Agostino 1974a, 15.

350 A cet égard, consulter la liste des confronti proposée par Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 37-38.

351 Lo Porto 1969, 142, fig. 27.

352 Tocco 1978, 117, fig. 6.

353 Orlandini 1977, Castoldi 1986, 72.

354 Andriani 1985, 24.

355 Orlandini 1977, et bibliographie précédente.

356 d’Agostino 1968, 119 n. 2.

357 Voir par exemple Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 37-38, et la bibliographie précédente pour la diffusion des grandes catégories, sinon des types principaux, de tasses.

358 Sur la définition de ce terme, voir d’Agostino 1968, 110 n. 1.

359 Pour Pontecagnano, voir d’Agostino 1968, 110 sq., types 41c, 44, 59 ; pour Arenosola tombe 6, Voza 1962, 97 et fig. 27,1.

360 Gastaldi 1979, 39 type 2b2.

361 La Genière 1968, 32 n. 92.

362 d’Agostino 1968, 119-120. Pour des exemplaires dont le fond n’est pas ombiliqué, voir ceux de la tombe 3243 in Pontecagnano II. 2, fig. 81.

363 d’Agostino 1964, 53 fig. 12.

364 Johannowsky 1984, tav. V, tombe 389, n° 4 et 5.

365 Pontecagnano II. 1, fig. 47 ; Pontecagnano II. 2, fig. 89.

366 Type 34 de Close-Brooks 1965, ou XI2 et XI3 de Toms 1986.

367 Les grandes écuelles à anse haute sont regroupées à Pontecagnano sous le type 14A1c dont l’apparition signe le passage à la phase II ; à cette époque, le type est également commun à Capoue (cf. d’Agostino in Pontecagnano II. 1, 41-42). L’arrivée de cette forme d’anse est sensiblement plus tardive dans le Vallo di Diano.

368 Toms 1986, types X16 et X18.

369 On parle en Italien de bordo scanalato ou à solcature orizzontali.

370 A Tarquinia, tombe Gallinaro 7 : cf. Hencken 1968, 182, fig. 168a ; à Veio, cf. Toms 1986, type VII 4.

371 d’Agostino 1968 et Close-Brooks 1965, 57, fig. 5, type 65.

372 La phase IIIA n’est en effet pas représentée dans la nécropole de Quattro Fontanili. Pour la documentation sur la nécropole de Vaccareccia, cf. Felletti Maj 1953 (tombe 10, tav. 2.9), et Palm 1952 (tombe VI, pl. XV, n° 8).

373 Toms 1986, types X16 et X18.

374 Hall Dohan 1942 : à Narce, décor de sillons et anse haute sont partagés par plusieurs exemplaires portant parfois le décor complémentaire de languette verticale (tombe 71 M, pl. VI et XXXV ; à Vulci, cf. pl. XLIII. Sur Narce, voir également Barnabei 1894, fig. 76 et 79, types 2 et 4. Dans l’arrière-pays de Vulci, d’autres exemplaires sont également connus à Statonia (Matteucig 1971, pl. IX, n° 9). Pour les exemplaires de Capena, cf. Stefani 1958, fig. 8.8.

375 d’Agostino 1974a, 17.

376 Sur la forme, voir Yntema 1990, 113-114.

377 Le vase est apparemment sporadique : cf. Veio 1967.

378 Colonna 1977a, 491.

379 Osteria dell’Osa 1992, 308 et tav. 26.

380 Zuffa 1976, 246 sq. ; les exemplaires de Verucchio sont, comme en Etrurie méridionale, soit en bronze soit en impasto ; Morigi Govi 1984.

381 d’Agostino 1970d, 891.

382 On a introduit ici une nuance entre le vase à bord convergent (l’écuelle) et le vase à bord divergent (la coupe), distinction que n’ont pas retenue les auteurs du Diz. Terminologico.

383 Adamesteanu 1971a, 17 tav. I, et 1972, fig. 1. Chiartano 1983, 68, fig. 25d.

384 d’Agostino 1970a, 595.

385 Johannowsky 1984, T930, tav. X par exemple.

386 d’Agostino 1970a, 596.

387 Tovoli 1989, 197, et tav. 7, n° 3.

388 Gastaldi 1979.

389 Lollini 1976, 125, tav. IV, n° 19.

390 Par exemple, les tombes 149, 197 et 2075 respectivement datées de fin IB/II, Ib/II et IA : cf. Pontecagnano II. 1, fig. 33, 37, 135. L’exemplaire de cette dernière possède une anse de forme quadrangulaire dont on peut trouver un écho dans les deux petits boutons sur l’anse du vase de Sala Consilina, même si l’écart chronologique entre les deux est consistant.

391 Pontecagnano II. 1, 33.

392 Ibidem : l’anneau me semble dans bien des cas être un bas - mais véritable - pied tronconique creux.

393 Pontecagnano II. 1, 33-34.

394 Types X 12, X 16, XI7 de J. Toms 1986, fig. 28.

395 Guidi 1980, 56 sq.

396 Hencken 1968, 369.

397 Pontecagnano II. 1, 33-34.

398 Pontecagnano II. 2, 2-22.

399 Ibidem, fig. 95.

400 Osteria dell’Osa 1992, 238-239, et tav. 12.

401 Adamesteanu 1971a, 46-47, et tav. IX. Il convient de préciser que le vase a tenda a des dimensions doubles de l’exemplaire de Sala Consilina.

402 Sestieri 1960b, 89, et fig. 33, 34.

403 Hencken 1968, 71, fig. 57i : tombe S.S. 79.

404 Müller-Karpe renvoie à un exemplaire daté du Minoen récent de Knossos (1959b, 108 et taf. 28,4) ; pour les vases multiples, voir plus généralement ibidem, 62 n. 8. La nécropole de Sasso di Furbara présente une écuelle double proche de la nôtre : elle est datée du Bronze final (cf. Brusadin Laplace 1964, 169, fig. 18 et tav. 5,7, et 1989, 370, fig. 19, tombe 1 de Grotte Barche).

405 Pour Tarquinia, voir aussi Camporeale 1964. Pour Vulci, voir Falconi Amorelli 1968, n° 18 et 19. Pour Bisenzio, Muller-Karpe 1959a, taf. 28, n° 20, taf. 34, n° 13. Pour Bologne, Muller-Karpe 1959a, taf. 34A 13 ; également, tombe Melenzani de Bologne de la seconde moitié du VIIIe qui contient le skyphos à chevrons de Veio (cf. Morigi Govi et Tovoli 1979, 12, 2). Les vases doubles feraient partie du patrimoine céramique des groupes d’Allumiere et de RomaColli Albani I (cf. Peroni 1976, 21).

406 Osteria dell’Osa 1992, 299, et tav. 2, forme 25.

407 Pontecagnano II. 1, 34-35, types 17B2 et 17A2.

408 Un exemplaire proche mais plus “grossier” et provenant de la tombe L9 est publié par Kilian 1970, taf. 230. Un autre appartient à la tombe SA042.

409 Felletti Maj 1953, tav. 3, n° 13 de la tombe VII de la nécropole de Vaccareccia ; Toms 1986, type X 17.

410 Hall Dohan 1942, pl. X, 8, et XXIV, 5.

411 d’Agostino 1968, 106-107.

412 L’exemplaire de Veio provient de la nécropole de Vaccareccia où n’est pas attesté le Premier Age du fer.

413 Pontecagnano II. 2, fig. 85 : le vase de la tombe 3248 (IIA) possède un haut pied tronconique creux : le pied n’est toutefois pas profilé, ce qui constitue le seul critère différenciant ce vase des exemplaires de l’Orientalisant ancien.

414 Voir par exemple Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 41 ; à l’Osteria dell’Osa, deux exemplaires rectangulaires mais à anses sont attestés à un moment avancé de la phase III (Osteria dell’Osa 1992, 308, et tav. 26, forme 30). A Bisenzio, dès la phase I : cf. Delpino 1977a, 462. A Tarquinia, par ex. Hencken 1968, 332, fig. 329c, mais avec des petits appendices de préhension de chaque côté, ou tombe P.I. 58 (Pernier 1907, 58, fig. 12, ou Hencken 1968, 121, fig. 110e).

415 Type 18A qui regroupe des exemplaires ovales, comme ceux d’Italie centrale : cf. Pontecagnano II. 1, 35 et 41.

416 A Torre Galli, cf. Orsi 1926, tav. II, n° 13, 15, 16. A Cumes, tombe 6, cf. Müller-Karpe 1959a, taf. 21).

417 Demoule, à paraître.

418 Laux 1971, 85. A. Snodgrass partage la même idée et précise que l’important n’est pas la taille mais l’équilibre de l’objet, cf. Snodgrass 1964, 136.

419 Briard et Mohen 1983, 113-115.

420 d’Agostino 1970a, 582-583.

421 Pontecagnano II. 1, 203 et 215.

422 Pacciarelli 1986, fig. 2C.

423 Veio 1976, fig. 6, 200b.

424 Bianco Peroni 1970, 84-87.

425 Veio 1963, 103, fig. 14, et Bartoloni et al. 1980, 225, tav. CXVII, n° 5 ; la pointe vient de la tombe M9B, non datée, mais dont le matériel (un casque à crête en bronze) pourrait indiquer une datation de la fin de la première phase (IB).

426 Briard et Mohen 1983, 79 et 10.

427 Mercer 1970, 195 sq.

428 Cf. Bellucci 1914, 60-61 qui pense à une utilisation votive des pointes de flèche dans les sépultures.

429 Hencken 1968, 53, fig. 41b.

430 d’Agostino 1970c, 927 ; la pointe est publiée dans Pontecagnano II. 1, 79, et tav. 24.

431 Osteria dell’Osa 1992, 404, et tav. 41, type 65.

432 Veio 1970, 243, fig. 36.

433 Montelius 1904, pl. 70, 1, 6, 9.

434 Kilian 1970, 317.

435 Les deux tombes sont masculines et datées de la phase IIA : cf. Pontecagnano II. I, fig. 206, et Pontecagnano II. 2, 28, et fig. 125.

436 Buchner et Ridgway 1993, tav. 162 (tombe 546 datée du Géométrique récent 2), tav. 163 (t. 552, même datation).

437 Gualtieri 1977, 64 et 67-68 ; tombe 108, p. 123, n° 108 ; voir également p. 68 pour les origines du type que propose l’auteur.

438 Bianco Peroni 1972.

439 Gualtieri 1977, 190 et 210, n° 20. L’exemplaire fait 11,5 cm de long, soit les dimensions du couteau de Sala Consilina. Voir aussi par exemple Orsi 1926, col. 46, fig. 30, tombe 54.

440 Guzzo 1975, 135, n° 45.

441 Gualtieri 1977, 155. Voir également Zancani Montuoro 1983, 111, fig. XXXIX, 7 pour l’exemplaire de la tombe 40.

442 Ibidem, 178, fig. 16.

443 Par exemple, Malnati 1984, tav. XI tombe I datée du VIIIe siècle ; Frey 1991, taf. 45A, tombe 142.

444 Tocco 1978, fig. 10.

445 Deux exemplaires sont proches : l’un d’eux est sporadique (Chiartano 1983, 188, fig. 111,3) ; l’autre appartient à la tombe 3, associé à une fibule à quatre spirales et une fibule sicilienne datée de la phase II (Ibidem, 79, et 83, fig. 33).

446 Andriani 1985, 52 et 54 fig. 2 : il possède une poignée terminée par un bouton et provient d’une tombe masculine du VIIIe siècle qui contenait une épée avec fourreau, des pointes de lance, une hache et un rasoir.

447 Pescatori Colucci 1971, 510, et 521, fig. 23, tombe 23.

448 Hencken 1968, 180 fig. 166h : tombe Impiccato 74 datée de la seconde moitié du VIIIe ; après une courbure continue, le dos tend à être rectiligne.

449 Müller-Karpe 1962, taf. 24 A 4 : il s’agit de l’exemplaire de la tombe 4 de l’Esquilin, associé à une fibule a sanguisuga pleine et une autre à arc revêtu et pied symétrique ; le fragment est trop petit pour décider si le dos est convexe continu.

450 Müller-Karpe 1959a, taf. 39 Β 3 : l’objet provient de la tombe 16, mais la pointe étant absente, il est impossible de dire si le dos n’est pas légèrement concave vers la pointe.

451 Bianco Peroni 1979.

452 Ibidem, 31, et planche 13, n° 143 à 149.

453 Pontecagnano II. 1, 70-71 ; il s’agit du type 45A1b1.

454 Orsi 1926, fig. 54, tombe 104.

455 Pontecagnano II. 1, 70-71.

456 Ibidem, 82.

457 Bianco Peroni 1979, 53-54, tombe A 33 de Sala Consilina.

458 Ibidem, 71.

459 Fixation du manche par un rivet ou soudure à la lame ; Bianco Peroni 1979, 35, tav. 14, n° 160-165.

460 Pour une détermination identique à Francavilla Marittima, voir Zancani Montuoro 1983, 22, fig. 2.

461 Pour Veio, cf. par exemple Veio 1965, 132-13, fig. 54 (= tombe HH1-12), Veio 1967, 247-248, et fig. 98-10 (= tombe GG67), et Bartoloni 1989b, tav. XIII, n° 2 (= tombe KKLL18-19) ; il s’agit du type XVIII 2 de Toms (1986, 96 et fig. 29). Pour Sasso di Furbara, Brusadin Laplace et al. 1993, 279, fig. 28, n° 5 (Puntone del Norcino, tombe 16). Pour Bologne, cf. Bianco Peroni 1979, tav. 106 E. Pour Novilara, voir Brizio 1895, tav. IX, 11 (= Montelius 1904, 2, pl. 147-14). Les remarques de De Natale sont dans Pontecagnano II. 1, 95, n. 293.

462 Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 54 ; voir à présent Osteria dell’Osa 1992, 395.

463 Maiuri 1914 et Kilian 1970, 202-203, et Beil. 16.

464 Contra, Maiuri 1914, 176. A. Wasowicz me suggère des rapprochements avec les quenouilles : voir par exemple, Wasowicz 1989.

465 Hall Dohan 1942, 8, et pl. 1, n° 21, tombe 43.

466 Zuffa 1976, 253 sq. et 257. Sur cette question, voir, pour le présent corpus, infra.

467 Sur la chronologie de l’objet, voir Gualtieri 1977, 61-62.

468 Voir l’analyse de K. Kilian 1970, 137-138.

469 Bartoloni 1989b, 43 ; l’auteur mentionne des individus en os provenant des nécropoles de Tarquinia et de Veio.

470 Pontecagnano II. 1, 78 et 97 n. 328.

471 La terminologie française est tirée de Briard et Mohen 1983.

472 Hall Dohan 1942, pl. 20.12.

473 Hencken 1968, 250, fig. 231c.

474 Orsi 1926, 130 fig. 125.

475 Gualtieri 1977,57.

476 Buchner et Ridgway 1993, tav. 52 (t. 143 du Protocorinthien moyen) et tav. 190 (t. 678 du Géométrique récent 2).

477 Veio 1965, 154 fig. 69, tombe JJ12-13, datée d’après sa position de la phase II.

478 Cette organisation logique est d’ailleurs la même que celle déjà utilisée par Kilian. Sur la correspondance des termes italiens et français, voir la planche 91.

479 Cf. Gastaldi 1979.

480 Les termes “type”, “variété” et “variante” sont donc associés aux différents niveaux de l’arborescence. On a renoncé à suivre la position de R. Peroni (1976-77, 653) pour qui une variété est le résultat de coupures qui ne sont pas statistiques au contraire du type : pour un statisticien, aucune coupure faite par un archéologue n’a de chance d’avoir un quelconque fondement statistique.

481 Sundwall 1943, type D II b c.

482 Type M4a de Kilian présent dans les tombes D 86 et J 50 (Kilian 1970, taf. 147 V 2a et 225 I 2b).

483 Pour comparaison, voir la fibule de la tombe VIII de Villa Cavaletti (Grottaferrata, Colli Albani) dont la spirale est déjà très écrasée : MüllerKarpe 1959b, taf. 12, 2 ou Bietti Sestieri 1976, 74, et tav. VI, D, 4 ; la tombe est décrite et illustrée dans Naissance de Rome 1977.

484 Tombe 138 : cf. Chiartano 1983, 177, fig. 103, et 40, fig. 21 ; elle correspond à son type C1a.

485 Guzzo 1975, 152. Cf. Trendall 1969-70, 41, fig. 17, Bianco 1988a, 75, fig. 27 : la fibule illustrée est à ressort assez large et de ce fait l’arc est peu coudé ; si le pied est à spirale, les dimensions (9 cm de long) semblent un peu plus grandes et le ressort est plus large que sur les exemplaires de Sala Consilina. Sur la diffusion de ce type en Basilicate, voir plus généralement Tocco 1978, fig. 9.

486 Lo Porto 1969, 131, fig. 11.1, et 138, fig. 21.1. Les exemplaires à ressort large sont également nombreux en Italie méridionale, comme à Cairano (Bailo Modesti 1980, 32), pour la bibliographie précédente, et tav. 12 P.Y, et les fibules publiées à l’occasion de la Seconda Mostra (Bailo Modesti 1974, tav. XLI 1) ou celle de Capoue (Johannowsky 1984, tav. III), dont le ressort est très large.

487 Albore Livadie 1985, 68 tav. XIV, 9.17 à 9.19.

488 Sur la présence de ce type dans le site de l’Agro Picentino ainsi que sur sa diffusion en Italie, cf. Pontecagnano II. 1, 51, et 88, n. 145.

489 Ibidem.

490 D’Ippolito 1939, 369, fig. 1 ; La Genière 1967, 196, fig. 2,2 ; et Kilian 1970, taf. 270 III 2.

491 Guzzo 1975, 107-108, et 115, fig. 22, n° 211 ; il s’agit du type 2 de sa typologie qui inclut les variétés à ardillon courbe.

492 Kilian 1970, taf. 277 III 1.

493 Ibidem, taf. 274 II 4 : tombe 149. Orsi 1926, col. 8384, fig. 71.

494 De Juliis 1975, 63. De Juliis 1979, 523.

495 Kilian 1970, taf. 258 I 1 ; cette fibule est éponyme d’une forme “isoïdale” retenue par Peroni et al. (1980, 52). P. Gastaldi l’attribue à son type 32B3 (Pontecagnano II. 1, 52, et 89, notes 151 à 153).

496 Il serait presque nécessaire de parler d’une “famille” de types : sur le matériel de l’Age du Bronze final, les chercheurs réunis autour de R. Peroni ont mis en évidence au moins trois types régionaux distingués selon la pente de la jambe, le décor de l’arc, la largeur du ressort (Peroni et al. 1980).

497 Pour la fibule d’Allumiere, Forchetta di Palano, cf. Müller-Karpe 1959a, taf. 26 A J ; pour celle du dépôt, de Limone, Montenero, cf. Bianco Peroni 1979, 59, et tav. 97A. Sur la chronologie du type, voir Peroni 1961a, 164, tav. XV, 4 qui rappelle l’exemplaire du dépôt de Goluzzo (Chiusi) daté par Muller-Karpe du tout début du Premier Age du fer. Sans réelle incidence sur le propos, tous ces exemplaires ont un arc décoré de côtes, à la différence des exemplaires de Sala Consilina.

498 Peroni 1979a, 193.

499 La Genière 1961, 125-126, et 1968, 29 ; cf. également les variantes retenues par P. Gastaldi (1979) pour le type D1 et leurs significations chronologiques dans les nécropoles de la Fossakultur.

500 Elles sont datées du Préhellénique I et II dans la Valle del Sarno : cf. Gastaldi 1979, 34. A Pontecagnano, ces variantes sont reconnues comme respectivement 32E1b1 et 32E1b2 : cf. Pontecagnano II. 1, 60.

501 Kilian 1970, taf. 107 II, et taf. 182 I la. La variante à décor continu en arêtes de poisson n’est pas représentée dans ce corpus mais est attestée par ailleurs à Sala Consilina (Kilian 1970, taf. 229).

502 A Sala Consilina, cette caractéristique n’est pas propre aux exemplaires de grande taille, mais est moins fréquente que dans la Valle del Sarno où, en revanche, la section circulaire semble particulièrement rare (Gastaldi 1979, 34).

503 Peroni 1979a, 195.

504 Lo Schiavo 1980, 106.

505 Lo Schiavo 1984a, 142.

506 Ces variantes correspondent à celles de Pontecagnano, désignées comme respectivement 32E1a2 et E1a3 (Pontecagnano II. 1, 60).

507 Il s’agit des types 32E1b1 et 32E1b2 de Pontecagnano, ibidem.

508 Kilian 1970, 319.

509 Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 48. Sur la datation de la fibule sicilienne à l’Osteria dell’Osa, voir à présent Osteria dell’Osa 1992, 375 sq.

510 Sur les problèmes d’attributions de fibules siciliennes au début du IXe siècle, voir les remarques de Β d’Agostino et P. Gastaldi dans Pontecagnano II. 1, 116, n. 25 ; voir aussi les conclusions tirées à partir de la nécropole de Pontecagnano par P. Gastaldi, dans Pontecagnano II. 1, 93, n. 219.

511 Il s’agit du type 32F3 que S. De Natale caractérise comme possédant un pied long (Pontecagnano II. 2, 26, et 25, fig. E) ; si la longueur du pied est estimée relativement à la taille complète de la fibule, il est fort probable que le pied de l’exemplaire en question ne soit que moyen.

512 Toms 1986, 82, et fig. 25, type III 12 daté IIB.

513 Osteria dell’Osa 1992, 377, type 42 f daté III.

514 Kilian 1970, type M4kvar2 des tombes D115 et F 12.

515 Il s’agit, selon P. Gastaldi, d’une variante insolite (Pontecagnano II. 1, 88 n. 144) : il faut toutefois préciser que les varl et var2 de Kilian ne distinguent pas les exemplaires en bronze et ceux en fer ; la var1 désigne la variante en fer à arc folié, la var2 la variante, également en fer, à arc écussonné et ardillon revêtu d’un fil de bronze (Kilian 1970, 158).

516 Tombe 108. Il s’agit du type D2B de Chiartano 1983, 110, fig. 53.

517 Tombe 117 de la commune de Tursi, Frey 1991, taf. 23, n° 3.

518 Par exemple, tombe FF 17-18 b, Veio 1963, 180, fig. 68.

519 Zancani Montuoro 1983, 115, pl. XLI.

520 Tombe V 2 de Francavilla, Lo Schiavo 1984a, 146-147, qui propose des comparaisons avec Sala Consilina et Suessula (inédite) et une datation de la première moitié au troisième quart du VIIIe siècle.

521 Kilian 1970, 158.

522 Il s’agit de la variante 32E3b2a récemment isolée à Pontecagnano (Pontecagnano II. 2, 26). Voir également Pontecagnano II. 1, 60.

523 Il s’agit de son type M41var1 (Kilian 1970, 158). Les données publiées sur la nécropole du nord-ouest ne permettent pas d’être absolument sûr de cette absence pour l’ensemble du site.

524 Notons au passage que la datation de ce type pose des problèmes : K. Kilian date en effet la tombe D118 de sa phase IB (Kilian 1970 : 158 et 319) et propose ainsi une datation très haute pour l’apparition de la fibule à arc coudé en fer à Sala Consilina, datation systématiquement reprise à la suite (e.g. Gualtieri 1977, 40). Il semble toutefois que le mobilier n’est pas homogène chronologiquement (cf. taf. 158) : la tasse appartient en particulier à un type, à anse en ruban simple et fond ombiliqué, caractéristique de la phase IIB, soit une datation qui conviendrait mieux à la fibule à arc coudé, alors que d’autres objets du même “mobilier” sont incontestablement plus anciens.

525 Pontecagnano II. 2, par exemple tombes 3253 (IIA) et 3285 (datée IIB).

526 Buchner et Ridgway 1993, tav. 180 (tombe 647 du Géométrique récent 1 (?)). Sur le type drago con molla, voir infra chapitre 3.

527 Sundwall 1943, type D IV a b.

528 Kilian 1970, type M4q et var.

529 d’Agostino 1970a, 587-588 et la bibliographie précédente. Seule la variante 1c peut être ici exclue ; l’importance de la variante ne joue pas tant sur la diffusion du type, à peu près identique pour les deux, que sur la chronologie, la variante 1a étant la plus ancienne.

530 La fibule de la tombe 149 de Torre Galli est illustrée dans Kilian 1970, taf. 274 II 3. Pour Cumes, cf. Müller-Karpe 1959a, taf. 21 A 2 (tombe 6) pour la variante 1a et taf. 20 Ε 1 (tombe 8) pour la variante 1b et ajouter la fibule sporadique publiée par Albore Livadie 1985, 68, tav. XIV 9.22. Pour Terni, voir les tombes 135 et 141 présentant des exemplaires de la première variante avec toutefois un arc à section quadrangulaire (Millier-Karpe 1959a, taf. 45 B 2, et 42 B 2) et les exemplaires des tombes 97 ou 130 (dont l’arc porte un décor proche de notre exemplaire) pour la seconde variante (ibidem, taf. 40 A 2 et 44 A 9). Le type a été formé en Italie centro-méridionale selon d’Agostino 1974a, 32. Sur la matrice culturelle transadriatique du type et l’indécidable rôle de la Daunie dans sa diffusion, cf. d’Agostino 1984, 250-251 ; voir aussi Lo Schiavo 1984b, 228, et fig. 4.1.

531 Sur la chronologie du type, voir Gastaldi 1979, 29, Gastaldi in Pontecagnano II. 1, 50, et Peroni 1979a, 194-196. Comme pour les autres fibules à disque, on s’accorde à positionner de part et d’autre du milieu du IXe siècle les disques entaillés en spirale et les disques pleins.

532 Pontecagnano II. 1, 50, et 87-88, notes 127 à 133.

533 La Genière 1967, 197, fig. 3,1, et Kilian 1970, taf. 270 II3.

534 Chiartano 1983, 58, i.e. tombe 167 et type B1a1.

535 Orlandini 1976, tav. V, fig. 2, où la fibule, incomplètement lisible sur la photo, laisse apparaître un pied à spirale.

536 Bianco 1988a, 75, fig. 27 : l’exemplaire porte un décor similaire à celui étudié ici.

537 Tocco 1978, fig. 9 ; le disque paraît être spiralé.

538 Bianco Peroni 1970, tav. 81 D.

539 Sundwall 1943, type D IV g a.

540 Tocco 1978, fig. 9 : deux exemplaires, un de la vallée du Bradano, l’autre de Cancellara.

541 d’Agostino 1984.

542 Voir par exemple les fibules de Salapia : TinèBertocchi 1973, tav. II 1, et De Juliis 1975, fig. 3.9.

543 Kilian 1962a, 90, abb. 3, tombe SA057.

544 Sur les exemplaires très différents de Daunie, voir la grande fibule (20 cm) de Ordonna tombe IX (Iker 1967, 43, fig. 6 et pl. XVIII, n° 2) et la petite (10 cm) de Vieste, in Iannantuono 1985, 21, et 25, fig. 2.6.

545 Il s’agit d’une tombe attribuée à la phase IB avancée (t. 2385). Voir Pontecagnano II. 1, 59-60, et 92, notes 215-216.

546 Tombe 6 de Selciatello Sopra, Hencken 1968, 288, fig. 270b.

547 Tombe 264 de Sorbo, Pohl 1972, 71, fig. 57, n° 3.

548 Orsi 1902,34, fig. 2.

549 De Juliis 1975,63.

550 Kilian 1970, taf. 15.10c (tombe F12) et taf. 36.3a (tombe A122).

551 Lo Porto 1969, 125-127. Voir également Pontecagnano II. 1,92, n. 215.

552 Chiartano 1983, 177, fig. 103. G. Tocco qui publie les fragments dans sa synthèse sur l’Age du Fer en Basilicate considère la fibule comme exclusive de San Teodoro (1978, 96-97, fig. 5.2).

553 Iker 1967, 43, fig. 6, et pl. XVIII, n° 3 ; cf. supra.

554 Pescatori Colucci 1971, 521, fig. 36. Voir aussi De Juliis 1977, 352.

555 Kilian 1970, taf. 242 II (= tombe SA009, où, par ailleurs, elle est associée à une tasse très semblable à celle de la tombe 165P) ; voir supra la discussion autour de cette tasse. La fibule en “D” en une seule partie correspond au type 32B6 de Pontecagnano, désigné sous l’appellation de “fibule à arc serpentant, petit ressort de raccord, ardillon curviligne, raccord à double pontet, pied à disque” (Pontecagnano II. 1, 52).

556 Pontecagnano II. 1, 50-51.

557 Pontecagnano II. 1, tombes 180, 2043, 2085 pour la variante 32A3a (arc côtelé) et 501, 626, 2103 (arc simple) pour la variante 32A3b.

558 Hencken 1968, 58 fig. 47a.

559 A Bologne S. Vitale, l’arc peut être à section octogonale, cf. Pincelli et Morigi Govi 1975, 555, fig. 72, 5 ; par ailleurs, les exemplaires des tombes 152, 167 et 285 de Bologne Savena ont peut-être un arc à section carrée : cf. MüllerKarpe 1959a, taf. 74 et 75.

560 Müller-Karpe 1959a, taf. 40 Β 5, tombe 167.

561 Gierow 1964, 144, fig. 84, 2.

562 Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 46-48, et tav. VIII 41, tombe 185, datée de la phase IIA du Latium.

563 Gabrici 1913, tav. XXII, n° 1.

564 Chiartano 1982, 536, fig. 22. L’arc est revêtu de perles d’ambres mais la fibule est malheureusement sporadique.

565 Peroni 1979a, 195.

566 Bianco Peroni 1979, tav. 95 et tav. 97, tombes Selciatello Sopra. 97 et Poggio Impiccato 25 de Tarquinia, toutes deux datées par H. Hencken de sa phase IA (1968, 51, fig. 39a, et 56, fig. 45a = Pernier 1907, 249, fig. 52, et 70, fig. 22) ; tav. 98 pour Terni, Acciaierie tombe 167 (cf. MüllerKarpe 1959a, taf. 40 Β 5) ; tav. 98 pour Bologne S. Vitale, tombes 186, 623, 289 (cf. Müller-Karpe 1959a, taf. 60 Bl). Le disque entaillé des exemplaires des tombes 186 et 85 pourrait toutefois indiquer une datation antérieure, cf. Pincelli et Morigi Govi 1975, 555 fig. 72, 3 et 4.

567 Toms 1986, type III 1, fig. 15c ; cf. également Bianco Peroni 1972, tav. 96 pour une fibule sporadique de Veio Q.F.

568 Pontecagnano II. 1, 50-51. Il s’agit respectivement des variantes 32A3a et 32A3b. Le type en “D” en une partie connaît d’ailleurs une chronologie tout à fait parallèle : R. Peroni retient que, caractéristique de “l’horizon I du faciès initial du Premier Ag00e du fer” soit la première moitié du IXe, Tarquinia IA, Cumes préhellénique I (horizon Torre Galli, horizon des tombes Osta), elle perdure dans la seconde moitié du IXe siècle sous la variante à disque non entaillé.

569 Sundwall 1943, type D IV a d.

570 d’Agostino 1970a, 588, et 592 pour la liste des exemplaires (en 1970) de Pontecagnano ; certains sont illustrés dans Gualtieri 1977, 248, fig. 22, n° 8, 9 et 10.

571 Gastaldi 1979, 29 : il s’agit de sa variante A2c.

572 Tocco 1978, 96-97 fig. 5,1 = tombe 140 et fig. 9.

573 Gualtieri 1977, 43, tombe 42 (cf. p. 31, et 120, fig. 5).

574 Gualtieri 1977, 148, et 178, fig. 16 n° 58 : un fragment d’un dépôt daté du milieu du VIIIe siècle.

575 Duhn 1924,549-554.

576 Muller-Karpe 1959a, 20A.

577 Bailo Modesti 1974, 110.

578 Bietti Sestieri 1985, 124-125.

579 Bartoloni et al. 1980, 18-20 et figures afférentes.

580 Toms 1986, 77.

581 Lo Schiavo 1978.

582 Kilian 1970, 146-147.

583 Pontecagnano II. 1, 57 ; cette attribution permet par ailleurs de dater la première apparition d’un type à pied symétrique du début du IXe siècle.

584 Gastaldi 1979, 31 ; il s’agit du type C1a.

585 Pescatori Colucci 1971, 485, fig. 4 et 486 (type 5).

586 Le type en question correspond à la variante C1b de Gastaldi 1979, 31 datée du Préhellénique I.

587 P. Gastaldi fait remarquer que les exemplaires d’Etrurie ont un arc lenticulaire, tandis que l’arc des fibules de Campanie est à fettuccia (Pontecagnano II. 1, 91, n. 199) : je préférerai réserver l’expression d’arc folié aux premiers, tandis que les seconds correspondent à l’arc simple à section rectangulaire traité ici.

588 Kilian 1970, 153.

589 Pontecagnano II. 1, 58.

590 Albore Livadie 1985, 71 et 73 ; il s’agit de la tombe Osta 29.

591 Sundwall 1943, type BII α a.

592 Kilian 1970, 147-148, et bibliographie précédente.

593 Osteria dell’Osa 1992, 358, type 38a daté de la phase II.

594 E.g. Selciatello 54 ; Hencken 1968, 42, fig. 29 a.

595 Pontecagnano II. 1, 57. Il s’agit de la variante 32C2b des tombes 173 et 580.

596 Gastaldi 1979, 31, type C2.

597 Ibidem, p. 91 et n. 193.

598 Lo Schiavo 1984b, 238.

599 d’Agostino 1970a, 590.

600 Peroni 1966, 180, n. 22.

601 Peroni 1969b, 59 : il s’agirait de la phase II du Premier Age du fer. On peut à présent fixer les limites au début de cette phase : cf. Peroni 1979a. A l’Osteria dell’Osa, la classe est attestée durant les phases II et III (Osteria dell’Osa 1992, 360, type 38k).

602 Ce type regroupe les deux types M2a et M2b de Kilian ; seuls sept individus appartiendraient à la première phase. Il me semble toutefois nécessaire de modifier l’attribution chronologique de certains mobiliers : ainsi, la tombe D91 contient une fusaïole caractéristique de la seconde phase, ce qui permettrait de suspecter la présence d’autres objets récents dans le mobilier ; par ailleurs la fibule à ardillon mobile de la tombe D81 est plutôt récente (type 32A2 de Pontecagnano) ce qui pousserait à dater le mobilier de la seconde moitié du IXe siècle. Au total, le type ne serait pas représenté avant un moment central de la phase I.

603 Pontecagnano II. 1, 57, et les remarques p. 91, n. 196.

604 Malnati 1984, tav. XIV.

605 Tocco 1978, fig. 9.

606 Il s’agit du type 32C4 défini dans Pontecagnano II. 1, 57-58.

607 Des exemples à Tarquinia (Hencken 1968, fig. 142 d, 164 e). A Osteria dell’Osa (tombe XIII), pour un exemplaire à large pied symétrique et décor couvrant : Acanfora et al. 1976, tav. XXXII, B, 6 ; le type 39 de Anzidei et Bietti Sestieri 1980, fibule à arc épaissi et pied symétrique à décoration incisée, est ainsi illustré par une fibule que l’on classerait dans la typologie présente comme fibule à arc épaissi au centre et cintre surbaissé (1980, 47, tav. VIII, 39). Voir à présent Osteria dell’Osa 1992, 361, et le type 381. A Veio, cf. le type I 38 de Toms 1986, 78, et fig. 22.

608 Kilian 1970, taf. 54.

609 En particulier sur la côte orientale comme l’a souligné J. de La Genière 1968, 62.

610 Pontecagnano II. 1, 59, où le type est représenté par deux exemplaires provenant d’un même mobilier féminin daté de la phase IB.

611 Guzzo 1975, 108 et 152.

612 Cf. l’exemplaire de la tombe A 283 associé à une fibule à disque entaillé que publie K. Kilian (1970, taf. 80, 2c) : il présente un disque très réduit par rapport à sa longueur.

613 Kilian 1970, taf. 131 IV. Je suis d’accord avec la datation de ce mobilier qui comprend deux petits vases biconiques à anses horizontales, une forme caractéristique de la phase IC mais point inconnue au début de la phase II.

614 K. Kilian envisage ces deux types comme un seul (M3a).

615 Peroni 1966, et 1969b, 59 ; in ultimo, Gastaldi, in Pontecagnano II. 1, 58-59, et 92, n. 206 ; à Sala Consilina, on ne connaît que deux exemplaires à décor couvrant, publiés respectivement dans Kilian 1964, Beil. 8 Β = tombe M 3, 5a, et Kilian 1970, taf. 75 II 4 f = A256.

616 Peroni 1979a, 196.

617 Peroni 1979a.

618 Kilian 1970, 168.

619 Sur ce caractère typique des fibules a sanguisuga à pied long de la phase III (Orientalisant) de Pontecagnano et du groupe Ia d’Oliveto Citra, cf. d’Agostino 1964, 95, et 57 fig. 16,5. Cet allongement peut être, dans le cas présent, dû à la seule restauration que la fibule a subie : l’ardillon a été riveté à la base de l’arc ; à la différence de la fibule suivante, cela tient à une réparation plutôt qu’à la fabrication.

620 Kilian 1970, 320, et Kilian 1962a.

621 Tombe SA017 n. sc., (nouvelles fouilles de S. Antonio), in Kilian 1962a, fig. A, ou 1970, taf. 252, 41. Il s’agit de son type M6d.

622 Cf. Gastaldi 1979, fig. 8 : l’illustration du type Ε 8 (arc étroit entre deux apophyses) est très semblable en vue de dessus à un arc rhomboïdal ; le type à arc en losange et section lenticulaire n’est pourtant qu’une variante du type a sanguisuga pleine et pied long.

623 Kilian 1970, 151.

624 Voir également infra, la discussion sur les types de fibules représentés à la fin de la première époque et au début de la seconde, à Sala Consilina.

625 d’Agostino 1964, 44 et 60-64.

626 d’Agostino 1968, 109.

627 Pescatori Colucci 1971, 505, fig. 14,6 : il s’agit de la tombe 5.

628 Gastaldi 1979.

629 d’Agostino 1968, 78-79 ; exemplaire X 2 de la tombe 566.

630 Toms 1986, fig. 31.

631 Johannowsky 1969a, 35, et 1984, tav. XXXI et XXXII ; si les vases de facture grecque ne peuvent pas être très récents, les fibules sont sans doute un peu postérieures au milieu du VIIIe à cause de leur pied long, de la dissymétrie naissante de leur arc et de la présence d’une fibule à arc revêtu, trapézoïdal et pied allongé.

632 Buchner et Ridgway 1993, tav. 109 (t. 283 datée Géométrique récent 1-2), tav. 150, n° 11 (t. 505 datée du Géométrique récent 2 car associée à un aryballe globulaire du Protocorinthien ancien), tav. 169 (t. 581 datée du Géométrique récent 1).

633 Gastaldi 1979, 34.

634 Il s’agit de la variante M6h var. de Kilian (1970, 170-171 pour la bibliographie précédente) ou C7c de Gastaldi (1979, 33-34) : les deux fibules de la Valle del Sarno sont associées à des fibules a drago senza molla datées de l’Orientalisant ancien II (dernier quart du VIIIe siècle).

635 1986.

636 Lo Schiavo 1984b, 233.

637 Sur ce type de fibule ainsi que l’origine et la chronologie de l’allongement du pied, cf. Guzzo 1982a, 59-60.

638 Les valeurs obtenues sont de 0,53 et 0,66, alors que Guzzo retient un rapport compris entre 0,48 et 0,76 : cf. Guzzo 1982a, 59.

639 La fibule à arc trapézoïdal (à une seule perle) correspond au “type de Pithécusses”, daté dans les nécropoles d’Ischia du dernier quart du VIIIe siècle, à la rigueur du milieu de ce siècle ; l’arc arrondi (à plusieurs perles) est caractéristique du “type de Capoue” : Lo Schiavo 1980, 107.

640 Toms 1986, phases IIB-IIC.

641 Gastaldi 1979 : Orientalisant ancien I et II.

642 Buchner et Ridgway 1993 : un exemplaire de chaque type provient d’une tombe datée du Géométrique récent 1, soit la tombe 550 (tav. 164) et la tombe 581 (tav. 169).

643 d’Agostino 1968, 193-196 (type x).

644 Johannowsky 1969a, 35, et 1984, tav. XXXI et XXXII, 29, et supra.

645 Osteria dell’Osa 1992, 372, type 39h.

646 A Rome, Esquilin et Palatin, cf. Gjerstad 1966, 127, fig. 46.9, et 176, fig. 70.12 et 13. A Osteria dell’Osa, cf. Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 47-49.

647 Gastaldi 1979, 34.

648 Roggiano Gravina, tombe 3 bis pour des exemplaires à pied moyen (Carrara et Guzzo 1981, 455, fig. 12) ; Torano Castello, tombes B1 et B6 (La Genière 1977, 400 et 412) ; un peu plus récent, un exemplaire à pied long à Canale (Orsi 1926, 244) ; Francavilla Marittima (Lo Schiavo 1984a, 147 148).

649 Pour la Basilicate en général, cf. Tocco 1978, fig. 9 ; pour Chiaromonte Serrone voir p. 98-100.

650 Bartoloni et Delpino 1975.

651 Peroni 1979a, 194.

652 Bartoloni et Delpino 1975.

653 Toms 1986, type II1, à disques de bronze décroissant, exclusif à la phase IB.

654 Kilian 1970, 152-153.

655 Ce type est hypothétique : il ne serait représenté que par le ou les exemplaires découverts dans la crémation de la tombe 257P, exemplaires très fragmentaires car ayant subi l’action du feu. D’autres exemplaires existent cependant à Sala Consilina, voir infra.

656 Chiartano 1983, 49-50.

657 Müller-Karpe 1959a, taf. 75.

658 Brizio 1894, 303, fig. 12.

659 Müller-Karpe 1959a, taf. 44.

660 Bartoloni 1989b, tav. XIV.

661 Hencken 1968, par ex. fig. 99 e.

662 d’Agostino 1974b, fig. 21.

663 Müller-Karpe 1959a, taf. 34 ; voir aussi Delpino 1977a, fig. 4.11.

664 Hall Dohan 1942, pl. 4,29.

665 Voir Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 50, avec la bibliographie précédente. Voir également Osteria dell’Osa 1992, 387 sq., type 47a.

666 Kilian 1970, taf. 265 et 273.

667 Orsi 1926, col. 99, fig. 89.

668 Batovic 1976, 64.

669 Guzzo 1975, 159.

670 Tocco 1978, fig. 10.

671 Lo Porto 1969, 155.

672 Ibidem, 149.

673 Malnati 1984, tav. XII, tombe II, tav. XIII, tombe IV, tav. XVI, tombe IX. Cf. également Bianco et Tagliente 1985, 43, tav. 17.

674 Guzzo 1975, par exemple fig. 60, n° 491-492.

675 Orsi 1926, fig. 128.

676 d’Agostino 1974b, fig. 20.

677 Müller-Karpe 1959a, taf. 21 C 9.

678 Orsi 1926, fig. 74, 8.

679 d’Agostino 1970a, 587, fig. 5.

680 Chiartano 1983, 19, 22 et 27.

681 La Genière 1968, 118-119. Pour des exemplaires à Anzi, cf. Lo Porto 1969, 161, fig. 53 et 54.

682 Lo Porto 1969, 164, fig. 58, n° 12-14.

683 Tombe 3 de San Leonardo, datée de la seconde moitié du VIIIe, in Lo Porto 1969, 149, fig. 37, n° 1.

684 Malnati 1984, tav. XIII, tombe I.

685 Tocco 1978, fig. 10. Voir aussi Lo Porto 1969, 149, fig. 37, 10-12 pour San Leonardo, et ibidem, 164 pour FerFerrandina; pour S. M. d’Anglona, cf. Malnati 1984, tav. XII.

686 d’Agostino 1974b, fig. 20, tombe 494 phase IB.

687 Hencken 1968, 85, fig. 71.

688 Voir l’inventaire pour la Calabre dans Guzzo 1975, 136-138. Pour la Basilicate, cf. Tocco 1978, fig. 10. Ces disques décorés sont diffusés jusqu’en Etrurie : cf. Delpino 1986.

689 Pour la diffusion du type, encore d’actualité est l’analyse de J. de La Genière (1968, 116-117). Voir également Carrara et Guzzo 1981, 480, à Roggiano Gravina, dans les tombes masculines où ces objets sont placés dans la partie basse du corps, à la différence de Francavilla Marittima, pour le sexe et la position et de Castiglione di Paludi dans des mobiliers incertains (exemplaires à calotte centrale, cf. type 29, p. 144).

690 Un exemplaire dans une tombe de Chiaromonte du VIIIe siècle : les disques sont au nombre de cinq, de taille croissante et enfilés sur une tige de bronze enroulée en large spirale (Bianco et Tagliente 1985, 43, tav. 17) ; également S. M. d’Anglona sur des exemplaires décorés datés du VIIIe siècle (Malnati 1984).

691 Malnati 1984, 47, n. 18. Voir également la reconstitution du costume proposée dans Bianco et Tagliente 1985, 56, fig. 86.

692 P. G. Guzzo souligne ainsi que la calotte est répandue depuis la Calabre jusqu’à Tarquinia et jusqu’au Picène et dans le groupe liburnico-japodique (Guzzo 1975, 161) ; on ne retient pas ici les variantes dimensionnelles proposées par l’auteur. En fait, on trouve ces objets de la Sicile au Latium et à l’Etrurie : pour une idée de la diffusion, voir Anzidei et Bietti Sestieri 1980. Dans le Latium, à Osteria dell’Osa (Anzidei et Bietti Sestieri 1980, 49), Rome (Müller-Karpe 1962, taf. 24,15) ; en Etrurie, à Veio Q.F. (Veio 1967, 87), à Cerveteri, nécropole du Sorbo, tombe 284 (Pohl 1972, fig. 63), à Bisenzio (Delpino 1977a, fig. 4, n° 39).

693 Kilian 1970, 191-192 et 323.

694 Ce type est néanmoins exceptionnel dans la nécropole du Picentino de Pontecagnano : voir Pontecagnano II. 2, 143 n. 28.

695 Francavilla Marittima, Zancani Montuoro 1977, 26 fig. 7. Amendolara, La Genière et al. 1980, 366, fig. 62 et 32.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr