Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crépuscule des marges

 | 
Pascal Ruby

Préface

Alain Schnapp

Texte intégral

1Nous savons, au moins depuis l’abbé Cochet que le sol est un livre d’histoire, mais il nous a fallu très longtemps pour nous en convaincre. Les prêtres égyptiens qui interprétaient les inscriptions des plus anciennes dynasties, les souverains mésopotamiens qui faisaient rechercher dans le sol statues et briques de fondation, les empereurs chinois qui collectionnaient les vases de bronze des périodes protohistoriques voyaient tous dans la maîtrise du passé le garant du pouvoir et de la distinction.

2Le goût pour les antiquités est donc aussi vieux que l’antiquité, d’où les collections innombrables qui ont précédé l’archéologie moderne. Pourtant l’archéologie funéraire est somme toute d’invention récente. Ce n’est qu’avec Montelius qu’elle a commencé à prendre place dans le corps des disciplines savantes. Montelius n’a pas découvert la typologie, mais il l’a établie en discipline pratique : un système de comparaison qui installe entre chaque objet une distance susceptible d’être mesurée et exprimée en unité de temps. Le génie de Montelius a été de découvrir le rôle des ensembles clos dans l’établissement des typologies. De là le succès de l’archéologie des tombes qui n’est pas encore l’archéologie funéraire. Celle-ci s’impose quand l’archéologue associe à la typologie l’étude des dispositifs funéraires qui accompagnent l’enfouissement de ce qui reste des défunts. En Italie du Sud, Paolo Orsi a montré le premier ce que la connaissance des sépultures pouvait apporter à l’histoire des populations. Plus près de nous, les travaux de G. Buchner et D. Ridgway à Ischia, ceux de B. d’Agostino à Pontecagnano ont prouvé que la précision des relevés et l’analyse typologique des séries homogènes de sépultures étaient susceptibles de contribuer à une histoire sociale des coutumes funéraires. L’entreprise de P. Ruby est plus modeste.

3Le Crépuscule des marges est d’abord l’étude minutieuse d’une centaine de tombes de la nécropole de Sala Consilina. Ce site qui occupe dans la géographie de la Magna Grecia une position stratégique a livré une des plus significatives séries de tombes jamais découvertes en Italie du Sud. Dans la continuité des travaux de Klaus Kilian et de Juliette de La Génière, Pascal Ruby a tenté d’associer une description systématique des séries, à une analyse topographique de la relation des tombes avec l’habitat. En dressant un tableau original des échanges culturels en Italie méridionale à l’Age du fer il nous propose une interprétation historique qui suscitera de légitimes débats.

4Le grand mérite de P. Ruby tient à sa volonté têtue d’affronter les questions de méthode avec la même minutie que les questions de typologie. Le plan suivi reflète ce double parti-pris : étude du contexte topographique et géologique du site, analyse typologique du matériel, étude chronologique et finalement synthèse économique et sociale. Plusieurs obstacles inhérents à l’enquête sont levés dès le début. Certes le matériel analysé ne correspond qu’à une fraction limitée des nécropoles de Sala Consilina, certes les conditions de fouilles et de conservation de la documentation ne rendent pas toujours facile l’analyse du matériel, mais alors que depuis une vingtaine d’années l’archéologie funéraire de l’Italie du Sud est en plein renouvellement, il était important de situer Sala Consilina dans le mouvement de la discipline. P. Ruby a su délimiter son sujet, en tirer tout le parti possible pour passer de l’ascèse typologique à l’interprétation historique et le mérite de son œuvre est de ne jamais oublier - même dans les délices de la plus raffinée des typologies - que le but de l’archéologie est de constituer sinon le corps du moins les linéaments d’une histoire des populations. Les archéologues des années 30 avaient jeté les bases d’une histoire ethnique des populations archaïques de la péninsule en s’appuyant essentiellement sur les trouvailles sporadiques et la tradition littéraire. Leurs successeurs après la guerre se sont lancés dans l’étude systématique des nécropoles révélées par l’expansion urbaine : les travaux de P. Ruby s’inscrivent dans une troisième phase de l’étude rendue possible par le développement des grandes enquêtes funéraires dont le site de Pontecagnano constitue le modèle. Au lieu de l’observation fortuite, on développe le contrôle préventif, on établit un traitement en continu des découvertes, on passe d’une typologie descriptive à une typologie statistique. Sala Consilina n’est pas seulement un site des marges en raison de son faciès culturel, c’est aussi une zone dans laquelle la présence des archéologues ne peut pas être aussi dense qu’à Salerne ou à Capoue. Le mérite de P. Ruby est d’avoir pris en charge son dossier sans rien abandonner des ambitions de sa méthode. Il fallait pour étudier ces tombes à la documentation imparfaite (même si elle était souvent plus riche que celle de ses prédécesseurs) croiser toutes les possibilités de l’enquête archéologique pour aboutir à un résultat. Je laisserai à beaucoup plus qualifié que moi le soin de juger de la pertinence des analyses typologiques mais je voudrais souligner les résultats obtenus qui me paraissent correspondre à un travail original et novateur.

5D’abord la prise en compte du site dans son cadre local et régional. Bien sûr les reconstitutions proposées par l’auteur en matière d’identification de l’habitat antique doivent attendre de nouvelles fouilles pour être confirmées. Mais dans l’état actuel du dossier il nous procure une cartographie lisible et une hypothèse intelligible sur la nature de l’habitat. De la topographie générale à la topographie funéraire, P. Ruby n’hésite pas à nous proposer des estimations démographiques qui donnent une consistance inattendue à ces populations du Val de Diane : reste à mieux définir et surtout à mieux justifier le modèle démographique retenu. Les résultats de l’analyse topographique restent encore provisoires, mais ils incitent à une étude paléogéographique qui pourrait être fructueuse.

6Toutefois, l’apport de P. Ruby n’est pas seulement descriptif, il se veut résolument interprétatif. On lui sait gré de ses ambitions, mais la méthode n’est pas toujours adaptée à la critique des sources. A la fin du VIIIe siècle, la culture matérielle des tombes de Sala Consilina démontre des changements importants qu’il est possible d’attribuer au grand bouleversement de la période orientalisante. Une analyse fine du matériel le conduit à proposer un schéma d’abandon du territoire correspondant à cette phase ultime de la culture villanovienne. Le nouveau faciès céramique qui apparaît dans les deux dernières décennies du siècle serait la marque de nouveaux venus : des populations œnôtres s’installeraient sur le site abandonné par les “Villanoviens”. Suggestion séduisante qui ne manquera pas de susciter des critiques, mais qui a l’intérêt de poser une intéressante question d’ethnogénèse des populations.

7La quatrième partie du travail de P. Ruby est la plus ambitieuse, elle vise, en étudiant aussi bien la circulation des objets que les coutumes funéraires, à insérer le site des marges qu’est Sala Consilina dans le contexte économique et social de l’Italie méridionale. Le chapitre s’appuie sur une étude des voies de communications, des biens échangés et des systèmes de déposition funéraire. Après plusieurs décennies d’analyse de la société des morts, nous savons aujourd’hui qu’il est dangereux de l’identifier complètement avec la société des vivants. P. Ruby contribue ainsi par catalogue raisonné des signes funéraires à nous proposer une anatomie des pratiques de la mort en “pays de marge”. On voit que, dans un effort conscient de méthode, Ρ Ruby a pu affronter les écueils multiples de son enquête et qu’il a su échapper sans discussion aux dangers de l’archéologie pour l’archéologie.

8Sans l’impulsion donnée aux études sur la Grande Grèce par Georges Vallet, ce livre n’aurait sans doute pas vu le jour. Il est le produit d’une collaboration franco-italienne qui, depuis plusieurs décennies, ne s’est jamais démentie. Bruno d’Agostino a offert généreusement à Pascal Ruby l’étude d’un matériel inédit. Il a facilité sous toutes ses formes la réalisation de ce travail. Le soutien de la Surintendance archéologique de Salerne a été décisif dans cette opération de longue haleine qui est finalement le fruit du climat scientifique qui règne Via Francesco Crispi dans les locaux du Centre Jean Bérard.

9En s’intéressant à ces quelques tombes oubliées d’une nécropole d’Italie du Sud, Pascal Ruby apporte sa contribution à la minutieuse redécouverte du passé qui est le propre de l’archéologie funéraire. Cette part de la mémoire due aux morts personne ne l’a mieux définie que Thomas Browne : « l’occasion nous a provoqués, sans que nous ayons saisi le moment d’écrire sur les choses anciennes, ou de nous mêler d’archéologie. Nous sommes froidement amenés à discourir d’Antiques, alors que nous avons à peine le temps devant nous de comprendre les choses neuves, ou de déchiffrer les savantes Nouveautés. Mais comme ils étaient apparus tels qu’ils gisaient, presque en silence ici, nous n’aurions pas voulu qu’ils meurent à nouveau et soient ensevelis chez nous une seconde fois » (Hydriotaphia ou discours sur les urnes funéraires, Londres, 1658).

Auteur

© Publications du Centre Jean Bérard, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr