Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

Notables municipaux et ordre équestre à l’époque des dernières guerres civiles*

Ségolène Demougin

Texte intégral

  • * Toutes les dates s’entendent avant l’ère chrétienne. On a employé les abréviations suivantes :
    T.R. (...)
  • 1 C. NICOLET, OE 1, pp. 387 et s., rappelant, entre autres, les travaux de R. SYME et d’E. GABBA ; T (...)
  • 2 T.L., 42, 61, 5.
  • 3 R. SYME, RR, pp. 233 et s. : pp. 333 et s.

1Les liens étroits entre les notables municipaux et les membres de l’ordre équestre au dernier siècle de la libera res publica sont bien connus1 ; ceux-ci forment le vivier où se recrutent une partie des chevaliers, et ceux-ci constituent le séminaire de l’ordre sénatorial2. On peut cependant s’interroger sur le développement et l’évolution de cette situation, à partir du moment où l’Italie entière, Cisalpine comprise, a joui du droit de cité romain et a formé un ensemble cohérent du point de vue civique, et de surcroît à un moment particulièrement troublé de l’histoire de Rome, où accords et renversements d’alliances, conflits civils inexpiables, luttes acharnées pour le pouvoir semblent s’accompagner d’un bouleversement social3 et surtout d’une écrasante prépondérance des structures militaires, avec l’intervention permanente de l’armée, ou plutôt des armées.

  • 4 Cf. les remarques de K. HOPKINS, Elite Mobility in the Roman Empire, Past and Present, 32, 1965, p (...)

2En fait, et avant même d’exposer les résultats de l’enquête qui nous a menés de 43 av. J.-C. jusqu’à la bataille d’Actium, il faut insister sur quelques aspects du statut et des caractères propres de ces notables municipaux que nous allons accompagner dans leur élévation personnelle, depuis leur cité, petite ou grande, jusqu’à la métropole romaine, où ils sont admis dans les ordres supérieurs. Cependant, il me semble important de préciser immédiatement que nous considérons la societé romaine comme relativement ouverte ; cela revient à dire que les rapports sociaux n’y sont ni mécaniques, ni rigides, et que le statut juridique se double toujours d’un statut personnel ou familial qui fait intervenir des paramètres d’une autre nature. Les possibilités de promotion sociale y existent certainement plus largement que nos sources ne le rapportent, d’autant plus qu’elles reflètent souvent des préjugés plus que la réalité ; mais on peut aussi penser qu’elle joue plus aux échelons moyens de la société qu’à son sommet4.

  • 5 Voir plus bas, p. 282, l’exemple que nous avons pris avec la famille de Vespasien.

3En revanche, on ne peut négliger, dans le type de recherche menée ici, un facteur très important : tout individu qui a atteint un certain niveau social, et qui appartient aux ordres supérieurs ne dissimule pas son rang, et surtout s’il est le premier à hausser la dignité de sa famille, le marque toujours. Et on ne peut par exemple, réduire — ou élargir — l’ordre équestre à l’aristocratie municipale, surtout si les notables ne font pas montre de leur condition personnelle. Même le fait, pour une gens donnée, de contracter une alliance flatteuse avec une famille sénatoriale, ne préjuge pas de son rang réel5.

  • 6 Sur la nature du patrimoine sénatorial et équestre, cf. C. NICOLET, Les classes dirigeantes romain (...)
  • 7 W. Liebenam, Städteverwaltung im römischen Kaiserreiche, Leipzig, 1900, p. 234, qui indique l’un d (...)
  • 8 Voir en dernier lieu C. NICOLET, Le cens sénatorial sous la République et sous Auguste, JRS, 66 19 (...)
  • 9 CIC., Fam., 9, 13, 4.
  • 10 On pourra faire des remarque similaires pour les membres de l’ordre sénatorial ; cf. I. SHATZMAN, (...)

4En s’interrogeant sur la définition — ou sur les définitions — des notables municipaux, on doit mettre en œuvre des critères très différents, qui ne se recoupent pas toujours nécessairement, surtout si on les compare systématiquement avec les qualification de l’ordre équestre. Ainsi, en ne prenant qu’un exemple, l’on pourrait opérer entre les deux catégories une classifications de type économique : dans les deux cas, il faut posséder une certaine fortune, qui s’exprime par la qualification censitaire ; et il ne s’agit pas ici d’une définition vague de la fortune, mais de la possession d’un patrimoine d’abord foncier6, quelle que soit par ailleurs la nature des autres revenus comme celle de leur investissement. La possession d’un cens minimal effectue déjà une sélection au sein de la communauté civique, en réservant aux plus riches la gestion de la cité, dans le cadre des magistratures locales. Certes, il existait une qualification censitaire exigée du simple décurion — dont le rang est le moins élevé dans la hiérarchie locale —7, mais elle variait d’une cité à l’autre, et devait souvent rester faible. A côté des petits possédants, il existait de riches propriétaires, dont les biens au soleil dépassaient largement ceux de leurs voisins, et pouvaient même atteindre le montant du cens équestre, comme nous allons le voir. Ces distorsions qui accentuent le caractère hétérogène des élites locales, se retrouvent tout naturellement au sein de l’ordre équestre, par exemple ; l’existence d’un cens minimum, commun jusqu’à Auguste aux sénateurs et aux chevaliers8 n’empêchait pas les disparités : et ces chevaliers au cens uix equester9 cotôyaient les magnats de l’ordre equestre, comme Atticus ou d’autres, tels les présidents des compagnies de publicains, dont les investissements et les profits atteignaient des montants10 considérables.

  • 11 STEIN, RR, p. 130.

5Cette hétérogénéité se marque aussi dans un autre domaine assez proche, celui de la définition “légale” des notables municipaux, si l’on privilégie, dans une enquête comme la nôtre, l’analyse des carrières publiques comprenant les fonctions assumées au sein d’une collectivité locale. A première vue, on pourrait croire à l’existence d’une hiérarchie séparant le modeste conseiller municipal des magistrats supérieurs, tout comme elle devait exister au sein du sénat romain, entre les consulaires et ces sénateurs qui ne parvenaient pas au consulat ; on pourrait même essayer de trouver des corrélations entre l’accession au duovirat ou au quattuorvirat, par exemple, et l’ouverture de l’ordre équestre à certains de ces magistrats11. Mais, malgré les silences ou les omissions, volontaires ou non, de nos sources, il apparaît qu’il n’en était rien : il arrivait même que de simples décurions possédassent une dignité personnelle bien plus élevée que celle de leurs collègues.

  • 12 APPIEN, BC, 5, 48.
  • 13 VELL. PAT., 2, 69. 5.
  • 14 SUET., Iul, 41.
  • 15 R. SYME, RR, p. 204 ; C. NICOLET, OE 2, p. 766. n° 12.
  • 16 T.P. WISEMAN, pp. 86-89.

6A titre d’illustration, je mentionnerai l’histoire d’un certain L. Aemilius, qui appartenait au conseil municipal de Pérouse, et qui aurait dû subir le sort de ses pairs après la reddition de la ville à Octave par L. Antonius : ils furent arrêtés et exécutés12. Aemilius échappa à la mort et fut grâcié par le vainqueur, à cause d’une péripétie dont il avait été le héros trois ans auparavant : en 43, lors du procès engagé contre les assassins de César et leurs affidés en vertu de la lex Pedia, il fit partie des jurés, et déclara haut et fort qu’il voterait le châtiment suprême13, ce qui lui valut plus tard, la vie sauve. Or le recrutement des quaestiones avait été limité par César et restreint aux membres des ordres sénatorial et équestre14 ; L. Aemilius appartenait donc au moins à celui-ci, tout en se contentant dans sa patrie de l’obscur rang de décurion15. Cela doit être mis en parallèle avec d’autres exemples, connus quelques années auparavant, de sénateurs du peuple romain qui acceptaient de suivre le cursus local dans leur patrie16.

  • 17 Nous ne recourrons pas aux exemples trop connus d’Atticus ou de Sextius Niger ; cf. A. STEIN, RR, (...)
  • 18 HOR., Sat., 2, 168-181.

7Pourtant certains possédants ne tenaient pas à participer à la vie publique, et préféraient, même dans leur patrie, le calme de la vie privée à l’agitation, aux dangers et aux honneurs d’une carrière officielle17 ; en témoigne ainsi le sage ami d’Horace, Sex. Oppidius de Canusium, diues antiquo censu, qui, sur son lit de mort, convoqua ses deux fils Aulus et Tiberius, à qui il laissait deux domaines, et qui leur fit part de son ultime volonté : l’interdiction, pour l’un et pour l’autre, à cause de leur caractère, de briguer une charge publique18 ; pourtant la gens Oppidia devait compter dans la société de la ville apulienne, comme dans la capitale.

8Si, en adoptant une perspective plus sociologique, nous essayons de comparer les différentes strates qui composent une double hiérarchie, celle des notables municipaux et celle des chevaliers romains, il faut d’abord relever une évidence : les cités italiennes possédaient leurs propres élites, qui, devenues romaines, étaient appelées à s’intégrer plus ou moins rapidement aux couches supérieures de la société romaine. Dans bien des villes, les membres des familles princières ou sacerdotales locales, qu’elles aient obtenu le droit de cité avant ou après la Guerre Sociale, ont reçu la dignité équestre (puis sénatoriale) dans des délais assez brefs, surtout si elles avaient su choisir leur camp dans les conflits politiques.

  • 19 C. NICOLET, ΟΕ 2 p. 933, n° 210.
  • 20 SUET., Oth., 1,1 : Maiores Othonis orti sunt oppido Ferentio, familia uetere et honorata, atque ex (...)
  • 21 F. MUNZER, RE, I A, 1914, s. v. Saluius, n° 66, col. 2021 ; R. SYME, RR, p. 342 ; A. DEGRASSI, Il (...)

9Ainsi, Mécène descendait d’une famille royale d’Arretium, et son grand-père déjà appartenait à l’ordre équestre19. On peut de même et toujours dans le contexte étrusque, évoquer la gens Saluia de Ferentium, ex principibus Etruriae20, qui parvint au rang équestre à l’époque de Cicéron21 ; mais l’arrière-grand-père de l’empereur Othon, qui fut le premier chevalier de la famille, avait des parents, tous magistrats municipaux à cette époque.

  • 22 VELL. PAT., 2, 16, 3 : quippe multum Minatiï Magii, ataui mei, Aeclanensis, tribuendum est memoria (...)
  • 23 VELL. PAT., 2, 16, 1 : Italicorum autem fuerent celeberrimi duces Silo Popaedius, Herius Asinius, (...)
  • 24 On peut faire les mêmes remarques pour les grandes familles de l’Asie sous la domination romaine ; (...)
  • 25 M. YOURCENAR, Les yeux ouverts, entretiens avec M. Galey, Paris, 1980.

10Les acteurs de la Guerre sociale, quel que fût le parti qu’ils aient embrassé, ne furent pas exclus des structures de la société romaine. On ne s’étonnnera pas, bien entendu, des récompenses octroyées aux fidèles partisans de Rome, comme Minatius Magius d’Aeclanum, dont les deux fils furent préteurs entre 89 et 8122. Mais même la descendance directe des chefs de l’insurrection fut admise dans les rangs des chevaliers et des sénateurs, et le processus fut accéléré par César ; qu’il suffise de mentionner ici la parentèle du Marrucin Herius Asinius, du Marse Poppaedius Silo et de son compatriote Vettius Scato, du Picénin Herennius23. Mais nous nous trouvons là en présence de familles considérables, les premières de leur cité, dont la prépondérance locale justifiait les égards pris par Rome envers elles : elles formaient ces aristocraties indigènes qui viennent renforcer l’élite romaine24, pour constituer ces réseaux, dont j’emprunterai la définition à Marguerite Yourcenar25 “ces groupes de familles apparentées ou alliées l’une à l’autre, qui finissent par couvrir, comme un filet, tout un territoire”.

  • 26 SUÉTONE, Vesp., 1, 3-5 : T. Flauius Petro, municeps Reatinus, bello ciuili Pompeianarum partium ce (...)

11A côté d’elles, cependant, il existe toutes ces gentes, honorables et aisées, qui parviennent à une place importante dans leur collectivité, quelle qu’en soit la nature, mais qui ne peuvent se réclamer d’ancêtres prestigieux, détenteurs du pouvoir depuis des générations. Pour se voir reconnaître par l’Etat romain une dignité supérieure, ces familles doivent recourir aux relations personnelles, au patronage des puissants, aux alliances avec des familles plus huppées, et profitent même, quand les circonstances s’y prêtent, des bouleversements politiques. Pour préciser ma pensée, je rappellerai l’histoire de la famille de Vespasien : le grand-père de l’empereur participa du côté de Pompée à la guerre civile, puis se retira dans sa patrie Reate, où il pratiqua le métier de commissaire-priseur. Son fils, Sabinus, employé d’une société de publicains en Asie, fut ensuite faenerator en Helvétie, ce qui implique un certain niveau de fortune ; il prit femme dans une famille de Nursie, qui, elle, avait déjà accédé au rang équestre en la personne du grand-père de l’empereur Vespasius Pollio, tribun militaire, et qui parvint même à la dignité sénatoriale avec l’oncle de Vespasien. un nouus senator parvenu jusqu’à la préture, et qui devait soutenir les débuts de ses deux neveux, Sabinus et Vespasianus26 ;le terme même d’honestus appliqué par Suétone à la gens Vespasia convient parfaitement à une famille de notables locaux.

12Tout pareillement, l’analyse de la composition de l’ordre équestre révèle le caractère hétérogène de celui-ci : il est loin de présenter une parfaite cohésion. Les seuils de recrutement jouent un rôle déterminant, et rendent sensibles les différences séparant sur le plan social les equites. Au sommet de cette hiérarchie interne, qui n’est pas sanctionnée par le droit, il faut placer les fils de sénateurs, qui sont chevaliers romains, avant d’être élus questeurs et de passer dans l’ordre sénatorial ; ils appartiennent à ce que j’appellerai le milieu sénatorial, notion que j’emploie de préférence à celle de classe, et qui englobe les sénateurs, leur descendance et leur parenté directe.

13Très proches de ces fils de sénateurs, les fils de chevaliers font partie du milieu équestre, pour lequel nous proposerons une définition identique à la précédente. Même s’ils ne sont pas coupés de leurs attaches municipales, joue en leur faveur l’equestris hereditas. Cependant, ces deux milieux ne sont ni isolés, ni clos sur eux-mêmes, et ils se recoupent : les futurs sénateurs s’y recrutent tout naturellement. On doit les assimiler aux familles de dynastes locaux dont nous avons parlé plus haut.

  • 27 TAC., Ann., 3, 30, 3.

14A cette strate supérieure de l’ordre équestre se sont ajoutés, à partir du Triumvirat ce que l’on pourrait appeler les chevaliers “auliques” : compagnons et amis d’Octave, chargés par lui de toutes sortes de missions militaires et civiles, et qui jouissent d’une puissance personnelle considérable ; mais en même temps, ils refusent de jouer officiellement les premiers rôles, en laissant les places d’apparat aux sénateurs, mais ils inspirent souvent la politique du prince dont ils partagent les secrets : plus encore que Mécène, qui encourut la disgrâce, il faut nommer ici C. Sallustius Crispus27, qui préféra dissimuler son influence sous des dehors indolents et dans l’ombre du cabinet impérial.

  • 28 Voir en dernier lieu l’étude de M. DONDIN-PAYRE, Homo novus : un slogan de Caton à César, Historia (...)
  • 29 Cf. par exemple TAC., Ann., 3, 55, 3 : Postquam caedibus saeuitum et magnitude famae exitio erat, (...)

15Cependant, à un niveau moins élevé, on rencontre des nouveaux venus dans le second ordre : ce sont ces notables municipaux, d’origine moins prestigieuse, qui réussissent à obtenir la dignité équestre, et dont on pourrait dire que ce sont des equites noui, comme il existe des senatores noui28. Mais ceux-là se sont déjà vu reconnaître dans leurs cités respectives une place non négligeable. C’est par leur enrôlement dans les centuries équestres que passe l’essentiel du renouvellement des cercles supérieurs de la société romaine. D’ailleurs, dans la mentalité romaine est ancré un schéma de promotion sociale qui conduit du premier rang des “municipes et colonies” au rang équestre, et de là à la dignité sénatoriale29. Cette voie permet la progression sociale aux membres des aristocraties municipales, et ils la parcourent plus ou moins rapidement, selon les appuis qu’ils trouvent sur leur chemin.

  • 30 Voir encore, sous Claude, les modalités de la montée sociale décrite par l’empereur lui-même dans (...)
  • 31 TAC., Ann., 11, 21, 3 (à propos de Curtius Rufus).
  • 32 Voir plus loin, n. 67 et 68.
  • 33 G. BOWERSOCK, Augustus and the greek world, Oxford, 1965 ; H. HALFMANN, o. c., pp. 19-20.

16Mais, à la différence de ce que l’on peut observer pour les notables municipaux, il est d’autres circuits qui permettent de gagner le rang équestre, sans jouir de soutiens familiaux, ni de protections personnelles prestigieuses, ou en sautant l’étape intermédiaire que constitue le passage par les responsabilités locales30. Ainsi, au cours du Ier siècle, on peut enregistrer, particulièrement aux moments les plus troublés, un afflux de nouveaux chevaliers, “enfants de leurs propres œuvres”, selon la célèbre expression de Tibère31. On pense ici tout naturellement aux fils d’affranchis, par exemple, comme Horace lui-même, ou le puisssant Vedius Pollion, l’ami d’Auguste, sinon à certains affranchis eux-mêmes32, ou encore à ces officiers subalternes, anciens caligati devenus equites, dont nous reparlerons plus bas. Il faudrait encore y joindre — mais cela dépasse le cadre géographique que s’est fixé ce Colloque —, ces intellectuels célèbres, d’origine grecque, princes de la vie de l’esprit, admis au droit de cité et promus chevaliers, tel Théophane de Mytilène, le préfet des ouvriers de Pompée, ou ces philosophes grecs dont Octave aimait la compagnie33.

  • 34 CAES., BC, 3, 1, 4 ; SUET., Iul., 41,1 ; D. C, 42,51 ; 43, 27, 2 ; 43, 47, 3.
  • 35 Mais César pratiqua aussi une épuration du Sénat, par l’exclusion des condamnés pour concussion, S (...)
  • 36 Cf. R. SYME, Caesar, the Senate..., p. 12-18 = RP, I, pp. 99-105 ; RR, p. 82 ; T.P. WISEMAN, pp. 1 (...)
  • 37 Voir les remarques de Dion Cassius, 52, 42, 1.
  • 38 D.C., 48, 34, 4 : ές Τε bouλεuτήριoν πλείστους όσouς οὐχ ότι τῷν συμμάχων ἤ kαὶ στρατιώτας παιδάς (...)

17Pourtant, avant de déterminer les voies d’accès à la dignité équestre sous le Triumvirat, et ses incidences sur le milieu municipal, je voudrais revenir brièvement sur la situation de l’ordre équestre lors des ultimes guerres civiles. Dans ce domaine précis, il faut bien reconnaître que l’histoire du second ordre a été occultée et éclipsée par celle du premier. En effet, toutes nos sources déplorent, avec la répétition lassante d’un lieu commun, les transformations apportées par César d’abord, puis par les Triumvirs, et surtout Octave au recrutement du Sénat : il fut fortement renforcé entre 49 et 4434 et ouvert à des personnages jugés en partie indignes par l’opinion publique35 du rang de sénateur du peuple romain36. Après la disparition du dictateur, en des temps troubles et incertains, se glissèrent indûment parmi les sénateurs bien des citoyens37, simples chevaliers et plébéiens. Et cela se répéta : Dion Cassius rapporte avec réprobation qu’en 39, Octave procéda à un accroissement des effectifs du sénat, en y admettant “non seulement des alliés, des soldats, des fils d’affranchis, mais même des esclaves”38.

  • 39 Voir plus haut p. 281.
  • 40 SUET., Iul, 41,4 ; C. NICOLET, OE 1, pp. 595-596.
  • 41 A ce sujet, se reporter en dernier lieu à C. NICOLET, Tributum, Bonn, 1976, pp. 52-56, et H. BRUHN (...)
  • 42 D. C., 43, 25, 1.
  • 43 Th. MOMMSEN, Droit Public, VI, 2, p. 84 et p. 134 ; C. NICOLET, OE 1, pp. 623-624.

18En revanche, le destin de l’ordre équestre n’est que trop rarement évoqué ; nous ne possédons que des témoignages indirects de l’accroissement du recrutement légal de l’ordo. Par exemple, la réforme des jurys par César, que j’ai mentionnée plus haut39 eut pour effet de supprimer la décurie des tribuni aerarii, admis depuis 70 parmi les juges40. Quelles qu’aient été les qualifications des tribuns du trésor41, dont certains sortaient de la plèbe42, il apparaît assez sûrement que ceux d’entre eux qui possédaient le cens équestre ont été admis parmi les chevaliers romains43. Mais ensuite, l’on doit attendre l’établissement du principat pour que réapparaisse l’ordre équestre, lorsqu’Auguste se vit dans l’obligation de remodeler et d’aménager ses structures.

  • 44 T. L., Per., 120 ; FLORUS, 2, 16, 3 ; PLUT., Cic., 46 ; Brutus, 27 ; Ant., 20. APP., BC, 4,20 et 5 (...)
  • 45 VELL. PAT., 2, 71, 2.
  • 46 SUET., DA, 13,2 ; D.C., 47, 49, 4.
  • 47 PLUT., Brutus, 51,2 : Μετὰ δὲ μιkpòν, τῶν ἐν τῇ μάχη πpò αὐτοῦ πεσόντων ἐταίpων ἔϰαστον ὀνομάζων μ (...)

19Cependant, il est hors de doute que l’ordo equester a subsisté, et même qu’il a dû, tout comme le sénat, connaître un renouvellement assez sensible de ses effectifs. En effet, plus encore que sous Sylla ou César, durant les treize années qui séparent les Ides de mars de la bataille d’Actium, les deux ordres supérieurs se sont vidés de leur substance, et ont subi une véritable hémorragie. Je rappellerai simplement ici quelques étapes de cette histoire tourmentée, sans m’attarder, pour commencer sur les proscriptions, en laissant la discussion à plus compétent que moi sur ce sujet : trois mille chevaliers44 auraient été portés sur les listes des condamnés. Les opérations militaires successives et leurs conséquences entraînèrent aussi des coupes sombres dans l’élite de la société romaine ; Velleius Paterculus45 déplore ainsi le massacre qui suivit la défaite des Républicains à Philippes en 42, tant sur le champ de bataille qu’après la fin des combats, par suicide ou par condamnation à mort46 : ainsi mourut les armes à la main l’un des princes de l’ordre équestre, C. Flauius, le préfet des ouvriers de Brutus47.

  • 48 SUET., DA, 15, 2 ; D. C., 47, 14, 4.
  • 49 En revanche, Appien, BC, 5, 48, ne souffle mot de ces exécutions à caractère religieux, et ne ment (...)
  • 50 APP., BC, 5, 74.
  • 51 D. C., 47, 49, 4.
  • 52 D. C., 49, 12, 4.

20On ne sait trop en revanche, s’il faut accorder un crédit entier au récit de la vengeance exercée par Octave après la reddition de Pérouse en 40, sur les partisans de Lucius Antonius48 ; aux dires de Suétone, qui hésitait lui-même à se fier à la source qui l’inspirait, trois cents chevaliers et sénateurs auraient été immolés devant l’autel du divin Jules49. Même si après la paix de Brindes quelques exilés rentrèrent à Rome, se fiant à la paix provisoirement retrouvée50, les membres des deux ordres qui avaient suivi Sex. Pompée, survivants51 de Philippes ou partisans de la première heure, furent exécutés dans leur majorité en 3652.

  • 53 VAL. MAX., 4, 7, 4 ; Qui (T. Volumnius) ortus equestri loco, cum M. Luculllum familiariter coluiss (...)
  • 54 VELL. PAT., 2, 76, 1 : Eo non fraudabo auum meum. Quippe C. Velleius, honoratissimo inter illos CC (...)

21Les fidélités personnelles ont précipité aussi les destins individuels, comme ceux de deux chevaliers. Ainsi, ce Volumnius, de famille équestre, tout dévoué à son ami M. Lucullus, tué sur l’ordre d’Antoine en 42, qui refusa la fuite et la vie sauve qui lui étaient offertes, et exigea du vainqueur d’être supplicié comme son compagnon53. Ou encore l’oncle de Velleius Paterculus, qui avait été le préfet des ouvriers de Pompée, de M. Brutus, et de Ti. Claudius Néron, âgé et égrotant, se suicida en 40, car il ne pouvait accompagner celui-ci hors de la Campanie54.

  • 55 L’exemple de Bologne, cliente d’Antoine, est bien connu ; la cité fut dispensée du serment à Octav (...)
  • 56 SUET., DA, 17, 1 ; D. C., 50, 2, 7 et 50, 9, 4. Il faut noter aussi que certains partisans d’Antoi (...)
  • 57 D. C., 50, 11, 5.

22Enfin, certains choix politiques influèrent aussi sur la transformation de la composition des ordres : l’adhésion de certaines cités d’Italie à la cause de l’un ou l’autre des Triumvirs55, ou encore les préférences affichées, à partir de 36, pour le parti d’Antoine, contre celui d’Octave, qui devaient se marquer en 32 par le départ massif et précipité d’une partie du Sénat, venue se ranger sous les enseignes de l’époux de Cléopâtre56 ; cela n’empêcha pas Octave, quand il prit le départ pour l’ultime combat, de se faire escorter, pour les surveiller, par les plus puissants des sénateurs et des chevaliers57.

  • 58 R. SYME, RR, pp. 128-129. Je n’ai pu consulter la thèse de GLAUNING, Die Anhägerschaft des Antoniu (...)

23Il fallait donc combler les vides causés par la mort ou la défection, trouver des candidats non seulement aux honneurs, mais aussi à la dignité équestre, issus d’abord des rangs de ceux qui, dès le début, s’étaient attachés aux triumvirs, ou s’étaient progressivement ralliés à leur cause. On a déjà remarqué depuis longtemps que les premiers partisans d’Octave, par exemple, étaient des chevaliers, ou des senatores noui58, comme d’ailleurs ses bailleurs de fonds.

  • 59 Cf. C. NICOLET, OE 1, p. 69 et s.
  • 60 Th. MOMMSEN. Droit Public, VI, 2, pp. 79-80 ; C. NICOLET. OE 1, 91.
  • 61 T.R.S. BROUGHTON, MRR, II, p. 157.
  • 62 Id., ibid., II, p. 179.
  • 63 Id., ibid., II, p. 215.
  • 64 Id., ibid., II. p. 247 ; cf. d. c., 40, 63, 4.
  • 65 Id., ibid., II, p. 358. Cf. Fasti Colot., I. It., XIII, 1, p. 273, 1. 13 : ([C. A]ntonius, P. Sulpi (...)
  • 66 A. STEIN, RR, p. 128 ; C. NICOLET, OE 1. p. 99 et s.
  • 67 PORPHYRIO, ad HOR. Ser., 1, 5, 51-2 ; SCH. ad IUV., 5, 3-4 ; PLUT., Brutus, 59 ; cf. A. STEIN, RR,(...)
  • 68 A. STEIN, RR, pp. 33-38 ; A. ALFÖLDI. Der frühe Reiteradel und seine Ehrenabzeichen, Baden-Baden, (...)
  • 69 R. SYME. Who was Decidius Saxa ?, JRS, 27, 1937, p. 128 = RP, I, p. 32.

24Mais sur quelles bases pouvait s’effectuer le recrutement des nouveaux chevaliers ? En principe, les censeurs devaient procéder à l’examen des chevaliers, distinct du cens général, à l’exclusion de certains d’entre eux, et à l’admission d’autres59. Mais après 70, les opérations censoriales ne purent se dérouler normalement60, ni en 65,61, ni en 6162, ni en 5563, comme en 50, où le lustre fut interrompu par la guerre civile64. Cependant, après un intervalle de huit années, deux censeurs furent élus en 42, mais eux non plus n’accomplirent pas leur tâche65. Cette déshérence de la censure contraignait à la remplacer, ou à lui substituer d’autres modes de nomination des chevaliers. Certains d’entre eux sont connus dès les débuts du I er siècle66, comme l’achat d’un office de scribe ou d’appariteur, — ce fut la pratique du fameux Sarmentus, qui se faisait passer pour chevalier romain et acheta une decuria quaestoria67 — ou le don de l’anneau d’or, promesse de la dignité équestre68. Il est évident que dans ce domaine, la pratique des Triumvirs et singulièrement celle d’Octave ne tendait pas aux innovations systématiques, mais se tenait dans le droit fil des méthodes suivies par César69, qui infusa un sang nouveau dans des institutions usées.

  • 70 SUET., DA, 27, 4 : in cuius tamen pertinaciae paenitentiam postea T. Vinium Philopoemenem quod pat (...)
  • 71 SUET., DA, 74, 2 : Valerius Messala tradit neminem unquam libertinorum adhibitum ab eo cenae excep (...)

25Il était donc indispensable de trouver d’autres modalités permettant de désigner des chevaliers, dans la mesure où les mécanismes normaux ne fonctionnaient plus, telles la censure ou l’accession à la judicature. Or dans les années 40, apparaissent des personnages dont le rang équestre est assuré par toute une série d’indices, qui viennent d’abord des affirmations des historiens ou des allusions — trop rares — des poètes. Ainsi, l’affranchi de T. Vinius, Philopoemen, qui avait sauvé son patron des proscriptions, reçut en récompense la dignité équestre d’Octave, sans que nous possédions de précisions sur le moyen légal adopté alors70. On pourrait encore citer un autre libertus, Menas ou Menodoros, l’un des amiraux de Sex. Pompée, qui quitta son service pour celui d’Octave et en fut récompensé par le don de l’anneau d’or, afin qu’il puisse devenir chevalier71 ; mais il s’agit là de cas exceptionnels, puisqu’ils touchent des affranchis. Cependant ces données littéraires se doublent des ressources documentaires supplémentaires offertes par l’épigraphie.

  • 72 HOR., Εp., 4.
  • 73 Les scholiastes d’Horace proposaient déjà différents personnages, comme ce Sex. Pompeius Menas ou (...)
  • 74 Cf. le Commentaire des Odes et Epodes (deuxième édition, Heidelberg, 1890) de A. KIESSLING, et son (...)
  • 75 V. 20.

26Le fil conducteur qui nous a guidés dans notre enquête vient d’une célèbre72 pièce d’Horace, écrite en 37-36, et qui fustige un ancien esclave encore, en qui il faut non pas identifier73 un contemporain parfaitement individualisé, mais au contraire un type social74. Ce poème mérite une analyse rapide : le poète, après avoir exprimé l’antipathie qu’il ressent pour son héros, l’apostrophe violemment, lui dont la fortune n’a pas changé la naissance ; ce parvenu qui se pavane dans des vêtements ostentatoires, exhibe certains caractères et certains privilèges de tout chevalier romain : il possède mille jugères (deux cent cinquante hectares) d’excellentes terres de Campanie (c’est-à-dire le type de patrimoine requis de l’eques) ; il siège dans les lieux de spectacles, dans les quatorze rangs réservés aux chevaliers en vertu de la lex Roscia, et plus particulièrement dans les deux travées réservées aux tribuns militaires, placés avant les autres chevaliers : cet individu a donc obtenu le tribunat des soldats, circonstance qui aggrave l’écoeurement du poète, exprimant son dégoût par l’ultime vers : hoc, hoc, tribuno militum75.

  • 76 A. STEIN, RR, p. 112 ; R. SYME, RR, p. 336.

27Cette courte pièce éclaire tout à fait le débat qui nous occupe : pour Horace et ses contemporains, le tribunat militaire marque la possession du rang équestre76.

28En effectuant les recherches qui nous ont permis de connaître, sinon d’identifier parfaitement plus de cinquante chevaliers qui ont vécu ou survécu aux années 40 et 30, il se dégage une constante ; sources littéraires et documents épigraphiques se recoupent et se rejoignent pour exprimer le rang de chevalier par l’obtention de fonctions militaires ; on peut même préciser que c’est le cas de vingt personnages, connus essentiellement par l’épigraphie, et qui, dans leur grande majorité, ont revêtu le tribunat des soldats.

  • 77 On me permettra de réserver pour une plus ample discussion le cas de C. Atilius ou Acilius Glabrio (...)
  • 78 C. NICOLET, OE 1, pp. 243-246, avait déjà établi une liste des titulaires républicains du titre d’(...)

29Certes, à cette époque, ne sont pas encore en usage d’autres expressions du rang, qui devaient connaître la vogue plus tard, et qui font appel à des fonctions comme la judicature ou la préfecture des ouvriers77, ou encore à la qualité de chevalier sous la forme des titulatures équestres. A cet égard, le seul titre équestre apparu dans l’épigraphie de la libera res publica reste celui d’eques, encore qu’on en connaisse peu de titulaires78.

  • 79 PORPHYRIO. ad. HOR. Od., 2, 6 1-4 et ad Ep., I. 9.
  • 80 HOR., Sat., 1, 6, 46. L. R. TAYLOR, Horace’s equestrian career, AJ Ph, 1925, pp. 161-170.
  • 81 APP., BC, 5, 128 ; voir plus bas, p. 293.

30Cependant, en affinant l’analyse, on peut déterminer plusieurs groupes dans cet ensemble. Nous ne discuterons guère du premier, car nous l’avons réservé à ces personnages connus essentiellement par des sources littéraires postérieures, qui se contentent de décerner à tout chevalier le titre “canonique” d’eques Romanus ; beaucoup plus rarement, certaines activités de type militaire sont suggérées, pour tel ou tel acteur de l’histoire de cette époque troublée. Ainsi, Septimius, le cher ami d’Horace, a été son “commilito”79, et l’on sait que l’expérience militaire d’Horace s’est limitée à son engagement dans les rangs de l’armée de Brutus, où il fut nommé tribun80 et à sa fuite rapide du champ de bataille de Philippes : le métier des armes, même occasionnel, n’était pas fait pour lui. Ou bien, il est précisé la nature exacte de la fonction dévolue à un officier : ainsi en 36, lors de la mutinerie qui ébranla l’armée d’Octave, un certain Ofilius prit la défense des révoltés : Appien le présente comme χιλίαρχος, tribun militaire81.

  • 82 Se reporter à l’Appendice, tableau I.

31En revanche, les témoignages épigraphiques vont me retenir plus longtemps. On regroupera d’ailleurs tous nos chevaliers en tenant compte de l’ensemble de leur carrière connue. Tout d’abord, pour quelques personnages, seule la carrière militaire est mentionnée : ils sont tous, à une exception près, tribuns militaires, et ont vraisemblablement été entraînés dans les incessantes campagnes du second Triumvirat82.

  • 83 Il est honoré à Velitrae, berceau de la famille des Octauii. par les navarques et triérarques de C (...)
  • 84 C. NICOLET. OE 2, p. 952, n° 233.
  • 85 Id., ibidem, p. 876, n° 143.
  • 86 L’épitaphe de ce personnage est rédigée en grec ; il s’était donc installé à Ephèse.
  • 87 C. NICOLET, OE 2, p. 979, n° 270 et 271 : L. Pinarius Natta mort probablement en 56, et L. Pinariu (...)

32Les attaches familiales de ces officiers ne manquent pas d’intérêt, quand elles sont parvenues à notre connaissance. Ainsi, M. Mindius Marcellus83 était le fils d’un chevalier, M. Mindius, et le neveu de L. Mescinius Rufus, questeur de Cicéron84. Parmi les simples tribuns, on relèvera d’abord le nom de Feridius, fils d’un ami de Caelius, donc vivant dans la “bonne société” romaine, et qui prit le parti d’Octave85. Peut-être, parmi ces membres de l’élite romaine, faut-il placer Q. Pinarius L. f. Aem.86, enseveli avec son épouse et affranchie Pinaria Doxe à Ephèse : il était peut-être lié à l’un ou l’autre des Pinari équestres de la fin de la République, L. Pinarius Natta, et L. Pinarius Scarpus87.

33Plus modestement, et hors ce cercle prestigieux, nous pouvons décrire l’ascension d’une famille de Bléra : le grand-père, C. Rosius, fut fait citoyen romain après la Guerre Sociale ; son fils, C. Rosius C.f.f. appartint à l’ordre équestre dont il porte la titulature habituelle, celle d’eques ; des deux petit-fils, le premier mourut trop jeune pour entamer une carrière publique, mais le second, C. Rosius C.f.f. Arn. Sabinus fut tribun militaire de la quatrième légion. Tous ces personnages n’éprouvent pas le besoin d’évoquer leurs origines municipales ; en revanche, ils tiennent, surtout pour ceux dont nous connaissons la famille, à rappeler leurs fonctions équestres. Nous sommes enclins à y voir en majorité des membres de ce milieu équestre que nous avons défini plus haut.

  • 88 Voir plus haut sur les fils d’affranchis qui entrent dans la carrière équestre, p. 283.
  • 89 CIL XIV, 3948. Le relief a été étudié bien des fois. On se reportera aux études suivantes : A. Nibb (...)

34L’unique exception est constituée par le jeune Appuleius L. f., qui est vraisemblablement le fils88 de deux affranchis, et qui, sur son relief funéraire montre fièrement à la fois son glaive et l’anneau d’or qu’il porte à la main : il y a là connexion parfaite entre les deux attributs de l’anneau d’or, qui symbolise à la fois le rang de chevalier romain et aussi la fonction de tribun militaire89.

  • 90 Se reporter à l’Appendice, tableau II.
  • 91 Voir les remarques de P. CASTRÉN, o. c., p. 98, sur le soi-disant caractère honoraire du tribunat (...)

35Le second groupe90 que l’on peut isoler présente tout autant d’intérêt : il est formé par les officiers qui ont effectué un séjour plus ou moins long à l’armée, et qui, de retour dans leur patrie, ou dans une colonie, y ont suivi le cursus local. Il est d’ailleurs bien entendu que nos remarques se fondent sur une analyse rigoureuse des cursus qui, à cette époque, suivent l’ordre ascendant91.

  • 92 P. CASTRÉN, ibidem, p. 93 et p. 229.
  • 93 Sur cette unité, on consultera Ph. PETSAS, Arch, Analecta Ath.,4, 1971, pp. 112-115 ; P. CASTRÉN, (...)

36On doit distinguer ici deux cas : tout d’abord nos tribuns militaires appartiennent à des familles de notables locaux, et sont les premiers de leur gens à obtenir ce grade. Ainsi, les deux frères Tillii de Pompei92 ; en fait la gens Tillia est originaire d’Arpinum, où le père C. Tillius Rufus, fut édile iure dicundo, et où il épousa une Fadia, d’une famille équestre de la ville ; il était en outre au moins propriétaire à Veroli, où il fut désigné comme augure, et il s’intalla enfin à Pompei, où il revêtit deux fois le duovirat quinquennal ; ses deux fils furent tribuns de la dixième légion Equestris93 et le premier revêtit aussi l’augurant à Veroli (C. Tillius Rufus), et le second (L. ?) Tillius le duovirat à Pompei même.

  • 94 Ni le père, Cn. Dupilius M. f. Hor., ni le frère, M. Dupilius Cn. f. Hor. du chevalier n’ont revêt (...)

37Dans la même série, on regrettera que l’épitaphe du tombeau familial des Dupilii d’Aricie, érigé par le tribun militaire Cn. Dupilius, qui franchit ensuite toutes les étapes du cursus local, aligne simplement les noms des membres de la famille, sans préciser leur qualité, mais peut-être s’agit-il là d’une gens qui s’etait tenue à l’écart de la vie publique.94

  • 95 Cf. E. GABBA, Esercito e società nella tarda repubblica romana, Firenze, 1973, p. 136 et s. Pour d (...)

38Le second cas a dû se présenter relativement souvent, lors de la fondation des colonies militaires : les vétérans furent installés là95 avec leurs officiers, appelés tout naturellement à prendre la direction de la nouvelle cité. Ainsi Q. Caecilius Atticus, tribun de la quarante-et-unième légion accompagna-t-il les colons de cette unité à Tuder, où il prit résidence, et fut élu régulièrement aux magistratures de la cité. Nous retrouverons d’autres exemples semblables avec notre dernier groupe, celui des officiers subalternes. S’il faut caractériser sur le plan de l’identité sociale cette catégorie, l’on peut conclure que l’on se trouve devant des personnages dont le rang familial leur offrait un espoir de franchir un nouvel échelon dans la promotion sociale ; et c’est dans le milieu municipal qu’ils se recrutent.

  • 96 Se reporter à l’Appendice, tableau III.
  • 97 S. DIEBNER, Aesernia - Venafrum, Untersuchungen zu den römischen Steindenkmalern zweier Landstäde (...)
  • 98 Cf. P. A. BRUNT, Italian Manpower, Oxford, 1971, p. 326.
  • 99 A. DEGRASSI, La data della fondazione della colonia romana di Pola, Atti Ist. Vento, 102, 2, 1942- (...)

39La dernière section de cette première série correspond, en revanche, aux personnages qui ont commencé à parcourir les échelons du cursus local96, avant d’être nommés tribuns militaires. On y comptera, par exemple, Aclutius Gallus, dont nous ignorons le statut antérieur, et qui, après avoir participé à la fondation97 de la colonie de Venafrum, en 4198 et y avoir été élu duovir, obtint successivement deux tribunats militaires, ou encore M. Cincius, titulaire du même grade à la légion Gemella, après la gestion du quattuorvirat de Falerii. Nous sommes mieux renseignés sur la riche gens Sergia de Pola : elle donna à la nouvelle colonie deux de ses magistrats supérieurs, Cn. Sergius C. f., quinquennal, et L. Sergius L. f., duovir et époux de Saluia Postuma99 ; le fils de celui-ci, après avoir été élu édile, comme l’avait été son père avant lui, fut nommé tribunus dans une des légions qui participèrent à l’ultime affrontement entre Octave et Antoine.

  • 100 Voir les commentaires de A. MINTO, NS, 1930, pp. 296-299. Sur les tombeaux monumentaux augustéens, (...)

40Enfin, nous rapellerons l’existence à Saturnia d’un anoyme, tribun militaire à deux reprises, et qui aurait géré des magistratures municipales dans la ville, s’il faut interpréter ainsi les bas-reliefs qui ornent son tombeau100.

41La carrière de ces officiers illustre parfaitement le type de promotion offerte à certains domi nobiles : ils se sont fait reconnaître au sein de leur communauté et quittent le cadre local pour être intégrés à l’ordre équestre par une voie nouvelle, qui dépendait d’abord du pouvoir concédé temporairement à une seule personne ; celle-ci, investie de l’imperium, peut à discrétion nommer une partie des officiers de son armée.

  • 101 FESTUS, p. 316 L.
  • 102 J. SUOHLATI, Junior officers of the roman army in the republican period, Helsinki, 1952, pp. 35-37 (...)
  • 103 On pourrait citer ainsi Trebatius Testa, le juriste, recommandé en 54 par Cicéron à César (Fam., 7 (...)

42L’on sait que sous la République, il existait en fait deux sortes de tribuns : les uns, ceux des quatre premières légions, étaient élus101 : les autres étaient choisis par le commandant en chef102 : les nominations n’étaient pas dues au hasard des rencontres : les liens familiaux, les relations personnelles, les échanges de bons procédés y jouaient un rôle capital103, et l’on ne manque pas, pour la fin de la République, de ces lettres de recommandation, qui sollicitaient fortement les imperatores.

43A partir du moment où l’armée devint permanente, les imperatores purent renforcer leur emprise en choisissant à leur gré la majorité de leurs officiers ; et quand l’imperium fut confisqué au profit d’une seule personne, comme par exemple César, celle-ci, tout naturellement, était appelée à désigner en fait tous les tribuns militaires.

  • 104 Res Gestae, 1 et 7.
  • 105 APP., BC, 4, 2 - 3. Cf. aussi D. C., 48, 54, 56.
  • 106 APP., BC, 5, 95 et D. C., 48, 54, 6.
  • 107 De MARTINO, Storia della costituzione romana, 4, 1, Naples, 1962, p. 81 et s., résume commodément (...)

44Lors de l’établissement officiel du Triumvirat par la lex Titia du 27 novembre 43, les trois nouveaux maîtres de l’Empire, triumuiri rei publicae constituendae104 reçurent, avec d’autres pouvoirs, l’imperium consulaire105 pour une période de cinq années. Ce système fut renouvelé et maintenu en 37 pour la même durée106, et continua de fonctionner après la déposition de Lépide. Sans entrer ici dans le débat sur la situation légale d’Octave et d’Antoine en 32107, je rappellerai que les deux adversaires conservèrent l’ensemble de leurs pouvoirs avant l’affrontement décisif. De toutes façons, les triumvirs disposèrent régulièrement du droit de procéder à des nominations de responsables militaires.

  • 108 H. HILL, The Roman Middle Class, Oxford, 1952, p. 29 ; C. NICOLET, Problèmes... p. 146. Cf. aussi (...)

45Cela amène à poser le problème de la valeur exacte de ce tribunat militaire, et de son rôle dans l’accession au rang équestre. En effet, la nomination à un tribunat des soldats ne laisse pas d’être ambiguë : on considère habituellement “qu’il implique la dignité équestre”108 ; on en conclut donc que tous les officiers de ce rang sont au moins des equites (par exemple fils de sénateurs, ou fils de chevaliers). Mais par ailleurs, l’affectation à ce grade permet aussi de faire passer dans l’ordre équestre des personnes qui normalement n’auraient pu y appartenir d’emblée.

  • 109 Se reporter à l’Appendice, tableau IV.
  • 110 C. NICOLET, Problèmes... pp. 146-7 ; J. HARMAND, o. c., p. 327 et s.

46C’est ici que se place une césure dans le recrutement de l’ordre, et qu’apparaît notre second groupe équestre109, celui des officiers subalternes, qui sont devenus tribuns militaires. Cl. Nicolet a déjà insisté sur ces centurions républicains — essentiellement des primipiles — qui, dans l’armée de Sylla, de Pompée ou de César, ont été promus dans les camps tribuns, donc chevaliers110.

  • 111 R. SYME, Who was Decidius, Saxa ?, JRS, 27, 1937, p. 128 =RP, I, p. 32 ; Caesar, the senate and It (...)

47Cependant cette procédure, ne touchant d’abord que des personnalités exceptionnelles, s’est développée durant le I er siècle av. J.-C. Pour l’expliquer, on ne doit pas perdre de vue que le recrutement des centurions lui-même s’opère à deux niveaux : les uns sortent de la troupe, les autres ont pu avoir un statut originel plus élevé. Comme l’ont fait remarquer R. Syme et E. Gabba111, et malgré la distance qui sépare la caliga du haut commandement, il n’est évidemment pas exclu que de jeunes chevaliers, têtes brûlées préférant l’aventure militaire et ses risques à la routine de la vie civile, se soient engagés dans les rangs ; mais ce n’était pas la majorité.

  • 112 W. SCHMITTHENNER, Politik und Armee in der späten römischen Republik, Hist. Zeitschrift, 190, 1960 (...)

48En outre, était offerte à quelques centurions la possibilité, après de longues années passées sous les enseignes, d’abandonner le cep de vigne pour arborer l’anneau du tribun, et de devenir ainsi chevaliers romains112.

  • 113 Fasti, 4, 381-4 :
    Dux mihi Caesar erat, sub quo meruisse tribunus
    glorior ; officio praefuit ille meo (...)
  • 114 Am., 3, 8, 9-10 :
    Ecce, recens diues parto per uulnera censu
    Praefertur nobis sanguine pastuseques.
    15 (...)

49Dans la littérature augustéenne encore en reviennent les échos ; ainsi, dans les Fastes, Ovide retrace une rencontre qu’il fit, lors des Ludi Megalenses, alors qu’il se trouvait au début d’une carrière publique vite interrompue ; il se trouvait assis, dans les travées équestres, à côté d’un vieil homme, qui évoqua devant lui son passé et sa carrière : il fut nommé tribun militaire par César, et gagna ainsi sa place parmi les chevaliers113. Mais les rencontres du poète avec d’anciens militaires ne furent pas toujours aussi sereines ; dans ses entreprises amoureuses, il lui arriva de devoir céder la place à l’un de ces nouveaux chevaliers, un ancien soudard aux mains ensanglantées, qui avait mérité sa nouvelle dignité à la pointe de l’épée114. Le poète reflétait là ce qui apparaissait comme une évidence — et aussi un scandale — aux contemporains : le renouvellement partiel de l’ordre équestre semblait passer par ces parvenus issus des rangs de l’armée ; à ce moment, celle-ci, de préférence à toute autre voie, ouvre l’accès à l’ordre équestre.

50Cela se vérifie aussi bien pour le vétéran que pour le jeune, ou le moins jeune magistrat municipal. L’un et l’autre deviennent tribuns militaires ; mais, bien entendu, ils n’obtiennent pas leur nomination ni au même âge, ni dans les mêmes conditions ; le premier a gagné son grade à la sueur de son front, le second a profité de la place de sa famille et des relations qu’elle a su établir avec les puissants du jour.

  • 115 Sat., 1, 6, 72-3.

51C’est dans ce cadre qu’il convient de présenter les exemples connus de ces promotions. Tout d’abord L. Firmius, qui servit comme centurion, puis comme primipile, parvint au tribunat militaire, et retiré à Sora, y géra le quattuorvirat ; lorsque la cité devint colonie, après Philippes, il y fut le premier pontife. Il était devenu chevalier avant de revenir dans sa patrie ; nous n’ignorons pas que vétérans et centurions revenaient chez eux après leurs campagnes, à moins qu’ils n’aient reçu des terres ailleurs. Les anciens officiers subalternes essayaient d’y tenir le haut du pavé : rappelons ici les magni pueri magnis e centurionibus orti de Venouse, daubés par Horace115.

  • 116 VAL. MAX., 7, 8, 6 : Neque aliis dignus fuit T. Marius Urbinas ; qui ab infimo militiae loco benef (...)
  • 117 Cf. E. GROAG, Klio, 14, 1914, pp. 51-57 ; A. Stein, RR, p. 161 et p. 373 ; R. SYME, RR, p. 335 ; C (...)

52Nous évoquerons aussi un exemple très célèbre, l’un des modèles de l’ingratitude, cloués au pilori par Valère Maxime, Marius, d’Urvinum Mataurense, pour lequel nous possédons un cursus épigraphique. Valère Maxime insiste sur ses débuts extrêmement modestes : d’extraction très simple, sans aisance, compté parmi les sans-grade — ab infimo militiae loco —, il parvint aux plus hauts honneurs militaires — ad summos castrenses honores116, c’est-à-dire d’abord au tribunat des soldats. Mais l’inscription qui rappelle ses mérites et ses activités “gomme” totalement ses débuts, alors que, de toute évidence, il servit dans la caliga puis fut centurion, et ne met en valeur que les étapes les plus flatteuses de sa carrière : les dignités qu’il obtint dans sa patrie, et un cursus militaire où figure d’abord un tribunat légionnaire, qui manifeste son rang social117.

  • 118 Sur la dépréciation systématique des origines des acteurs de l’histoire républicaine, cf. M. GELZE (...)
  • 119 VELL. PAT., 2, 76, 4 : natus obscurissimis initiis ; SUET., DA, 66, 2 : ex infima fortuna.
  • 120 PLIN., ΝH, 18, 37 : L. Tarius Rufus infima natalium humilitate consulatum militari industria merit (...)
  • 121 D.C., 50, 14, 1-2.

53C’est d’ailleurs par le passage à l’armée qu’est caractérisée la montée sociale de l’un ou l’autre des acteurs des dernières années de la République. Sans insister ici sur le trop connu Saluidienus Rufus, dont Velleius Paterculus et Suétone ont noté à plaisir les origines modestes118 et la carrière fulgurante, de la plèbe à l’ordre équestre, et de là au consulat, en sautant les étapes intermédiaires119, je préfère mettre l’accent sur la personnalité de L. Tarius Rufus, consul suffect en 16, dont Pline l’Ancien a synthétisé l’histoire120, toute pareille à celle de Marius d’Urbino, ingratitude en moins : “infima natalium humilitate consulatum militari industria meritus” ; nous n’avons malheureusement pas d’autres détails sur cette carrière militaire, mais nous savons qu’il commandait quelques bateaux à Actium121.

54Le même schéma se répète donc pour deux groupes sociaux différents : leur montée sociale se fonde sur un modèle identique, c’est-à-dire la nomination au tribunat militaire. Mais il faut tenir compte d’une autre réalité : les conditions dans lesquelles s’effectuait l’accès à la dignité équestre différaient. Pour les domi nobiles ce passage avait lieu alors qu’ils occupaient déjà un certain rang dans leur collectivité ; pour les seconds, il permettait, le moment de la retraite sonnée, et à un âge plus avancé, de s’intégrer à la bonne société locale, et d’y jouer un rôle à la mesure de leurs moyens. Il y avait certes des possibilités de rencontres, des zones de contact, des passerelles. Mais ainsi on n’envisage qu’un seul aspect de cette situation en considérant le cas des officiers subalternes devenus equites, puis notables locaux ; il faut envisager aussi l’inverse, c’est-à-dire l’avenir du vétéran rentré dans ses foyers. En effet, il n’était pas exclu pour l’ancien soldat de gagner d’emblée une position personnelle lui permettant d’espérer prendre place parmi les notables, et de là dans l’ordre équestre, sinon pour lui, du moins pour ses fils.

  • 122 APP., BC, 5, 128 ; D. C., 49, 114, 3.

55Dans cette optique, j’analyserai un incident tout à fait symptômatique, conté à la fois par Appien et Dion Cassius, qui se place en 36. Octave venait de vaincre Sex. Pompée et d’éliminer Lépide, lorsqu’éclata une mutinerie dans l’armée qu’il avait rassemblée, les soldats réclamant leur congé122 ; mais les récits divergent sur les moyens pris par l’héritier de César pour juguler la révolte. D’après Appien, dans le discours adressé par Octave à ses troupes pour les calmer, il annonça qu’il donnerait aux légions de nouvelles couronnes, et aux officiers — centurions et tribuns — des vêtements bordés de pourpre et le rang de décurion dans leurs cités. Dion Cassius, moins affirmatif, rapporte que le Triumvir donna l’espoir aux hommes du rang et surtout aux centurions qu’il les ferait prendre dans les curies de leurs patries.

  • 123 Cf. R.E. SMITH, Service in the post-roman army, Manchester, 1958, pp. 67-8.

56Cependant, pendant qu’Octave distribuait d’autres récompenses honorifiques, un tribun nommé Ofilius s’exclama que couronnes et pourpres n’etaient que des jouets d’enfants, et que seuls χωρία kαί χρήματα, des terres et de l’argent, pouvaient récompenser une armée. L’officier, acclamé par les mutins était-il un provocateur — il disparut d’ailleurs mystérieusement le lendemain — ou bien ce porte-parole des aspirations des soldats représentait-il le type du soldat professionnel, devenu tribun, exigeant, après les fatigues de la guerre une juste récompense123 ? Or, si l’on considère justement le cas des centurions qui nous intéresse ici, terres et argent, en plus de la solde et du butin, constituaient justement ces biens qui leur permettaient, de retour dans la société civile, de dépasser leur condition antérieure, et d’entrer dans le cercle des boni ac locupletes de leur colonie ou de leur municipe. La promesse d’Octave leur donnait en revanche, non pas les moyens, mais l’assurance de parvenir à ce but, et de recevoir les mêmes avantages que leurs futurs collègues, y compris les espoirs de promotion sociale ; mais les avantages immédiats séduisaient plus à ce moment-là que les engagements à plus ou moins long terme.

57C’est ainsi que les clivages fonctionnels entre civils et militaires, les contrastes sociaux jouant parmi les notables municipaux, se retrouvent au sein de l’ordre équestre dont le recrutement continue de s’opérer sur des bases hétérogènes, même si son accès passe, à cette époque, essentiellement par le tribunat militaire. D’ailleurs, fils de sénateurs et fils de chevaliers s’opposaient, sur le plan social, aux “nouveaux” chevaliers, notables municipaux, ou membres de familles de notables, et anciens officiers subalternes, alors que tous servaient dans le même cadre et sous les mêmes enseignes.

  • 124 E. BIRLEY, The equestrian officers of the roman army, Roman Britain and the roman army, Kendal, 19 (...)
  • 125 CIL I2, 593 (= D., 6085), 1. 89-91. Pour l’époque impériale, nous disposons d’une autre donnée vena (...)
  • 126 C. NICOLET. OE 2, p. 876, n° 143.

58On retrouve même, déjà sous le Triumvirat, les prémices du système de nomination des officiers équestres, tel qu’il devait être pratiqué sous l’Empire, et dont les grandes lignes ont été dégagées par E. Birley124, avec leur division en trois catégories dépendant étroitement de l’âge du recrutement dans la milice équestre : avant ou après la trentaine, puis après la quarantaine. Ces divisions traduisent aussi les différences des niveaux de recrutement social des officiers. Et elles sont particulièrement importantes pour les magistrats municipaux, puisque diverses contraintes ponctuent le déroulement des carrières locales, et en particulier l’obligation d’avoir trente ans révolus pour briguer les magistratures supérieures dans “les municipes, colonies, préfectures”, à moins d’avoir accompli trois campagnes à cheval ou six campagnes à pied, comme cela ressort de la Table d’Héraclée125. Aussi fils de sénateurs, comme fils de chevaliers s’acquittent tôt de leurs obligations militaires, essentiellement le tribunat, avant l’âge de se présenter, pour une partie d’entre eux, aux magistratures du peuple romain ; cela ne les empêche pas de reprendre éventuellement du service, comme ce M. Feridius, eques Romanus, déjà en 51, et qui participa au siège de Pérouse en 41126.

  • 127 Comme par exemple Sulpicius Quirinius. TAC., Ann., 3, 48 ; il y aurait d’ailleurs bien des réflexi (...)

59Tout pareillement, et à un niveau moins élevé socialement, les fils des domi nobiles sont admis à la milice équestre avant de gravir les échelons du cursus local, à moins qu’ils ne puissent passer directement dans l’ordre sénatorial après l’élection à la questure, comme ce fut le cas de bien des partisans d’Auguste127, avant les indispensables épurations du Sénat opérées par le princeps.

  • 128 Cf. C. NICOLET, Problèmes..., p. 149 ; id., Tribunus militum a populo, MEFRA, 79. 1969, pp. 29-76. (...)

60En revanche, les anciens magistrats municipaux n’ont été nommés tribuns militaires qu’après avoir eu des responsabilités locales : plus âgés que les précédents, ils voyaient leur position personnelle confortée brillamment par leur nouvelle dignité. Le choix d’officiers équestres parmi les premiers de chaque cité annonçait d’ailleurs une pratique développée plus tard par Auguste lui-même : celle du recrutement des tribuni militum a populo128 fait par l’empereur sur recommandation des cités italiennes sélectionnant en leur sein les plus dignes. Elle fut abandonnée vraisemblablement quand la rénovation de l’ordre équestre et son élargissement permirent sans difficulté de trouver des candidats aux fonctions militaires.

  • 129 Res Gestae, 35.

61Enfin, certains primipiles, répondant aux conditions censitaires, méritaient leur promotion dans les camps, s’ils survivaient aux opérations militaires ; de retour chez eux, il leur était loisible de jouer un rôle non négligeable dans leur cité, et de se joindre au petit groupe des notabilités locales129. C’était la conséquence de l’ouverture de l’ordre équestre à quelques centurions ; elle s’était produite sous la dictature de Sylla, et se prolongea jusque sous Claude, signe évident de l’importance de l’armée non seulement comme groupe de pression politique, mais aussi comme relais social.

62L’ordre équestre, à ses origines, avait une vocation toute militaire, qui était considérée comme le fondement de son rôle dans les structures civiques, politiques et sociales de Rome ; ses membres, dont les obligations étaient à la mesure du rang qui leur était accordé, acceptaient les plus lourdes charges, mais se recrutaient aussi parmi la fine fleur de l’aristocratie romaine. Quand l’ordo s’inséra officiellement entre la plèbe et le Sénat, cette caractéristique ne fut pas oblitérée, alors que d’autres fonctions et d’autres devoirs parachevaient sa définition juridique et sociale, et que son recrutement avait débordé le cadre relativement étroit des cercles de l’élite de Rome même.

63Lorsque la République agonise, cette destination militaire retrouve toute son importance : l’entrée dans l’ordre s’opère par l’obtention du grade équestre par excellence, le tribunat militaire ; être nommé officier, c’est aussi se voir reconnaître comme eques Romanus. L’ancienne aristocratie de Rome fut remplacée par une nouvelle aristocratie, issue des rangs d’abord des élites municipales. Celles-ci, qui entraient dans l’ordre équestre en assumant des fonctions militaires, trouvaient une confirmation de leur propre dignitas, et accédaient aux strates supérieures de la société romaine. Cela se traduisait pour elles par un double avantage : dominer sans conteste à l’intérieur même de la communauté d’origine, et s’assurer une place privilégiée dans le système des ordines ; d’ailleurs, l’admission dans le second ordre ne permettait-il pas d’espérer une élévation dans le premier ?

64Mais le mode même de recrutement en vigueur sous le Triumvirat entraîna une autre conséquence : les aristocrates locaux ne furent pas les seuls à profiter du renouvellement et de l’élargissement de l’ordre équestre ; ils ne purent se les réserver, et durent partager avec d’autres, ces plébéiens qui avaient emprunté une autre filière. Puisque le passage à l’armée ouvrait l’accès à la dignité équestre, des officiers subalternes n’en furent pas écartés, et l’enrôlement de ces nouveaux chevaliers (comme d’ailleurs, dans d’autres conditions, d’affranchis) marque l’hétérogénéité de l’ordre équestre.

  • 130 Res Gestae, 35.

65Cependant, tous ces élément si divers se fondirent dans un seul ordre qui devait se joindre aux autres composantes de l’Etat ; le Sénat, l’Ordre Equestre, et le Peuple Romain tout entier130, officiellement unanimes, apportèrent leur soutien au fondateur du principat.

Annexes

APPENDICE

Cet Appendice répertorie les cursus épigraphiques des chevaliers connus sous le Triumvirat, en présentant successivement les carrières ne comprenant que des fonctions militaires, les carrières où interviennent, avant ou après la milice, des charges municipales, et enfin les carrières primipilaires.

Dans ces tableaux, on a essayé de rassembler toutes les données nécessaires qui sont développées dans notre exposé, et on a adopté les conventions suivantes : toutes les dates s’entendent avant Jésus-Christ ; l’ordre alphabétique a été suivi, de préférence à l’ordre chronologique ; mais quand on disposait d’une date précise pour une fonction donnée, on l’a toujours indiquée. On a tenu aussi à rappeler le nom des villes où des magistratures locales ont été assumées. Seul échappe à cette règle le dernier tableau, où l’on trouvera trois rubriques : la carrière militaire I a été suivie avant le cursus municipal qui précède la carrière militaire II ; il ne comprend pas non plus d’indications sur le statut familial des primipiles que nous ignorons dans l’état actuel de la documentation.

1) CARRIÈRE MILITAIRE

A) Préfet de la flotte

Noms

Date

Origo

Fonctions

Militaires

Statut Familia

Références

1) M. Mindius M. f.

36

Velitrae ? ?

praefectus classis

patronus (navarchourum et trierarchorum)

Fils de chevalier Neveu de sénateur

AE, 1925, 93 Velitrae

B) Tribuns militaires

Noms

Date

Origo

Statut antérieur

Tribunat

Statut familial

Références

1) L. appuleius L. f.

Nomentum ??

tr. mil.

Fils d’affranchis

CIL XIV, 3948 Nomentum

2) M. Feridius

51

??

eques Romanus

Fam. 8, 9, 4

41

tr. Mil. 1. XI

CIL XI, 6721 glans perusina

3) Q. Pinarius L. f. Aem.

??

JOAI, 2, 1913, Beib., p. 83 = (D. 8882) ; Rep. Eph. 705 a Eph.

4) P. Quinctius P.f; Rom.

Italicus

[tr.] mil. Leg. XVI

CIL VI, 3533 Roma

5) C. Rosius C.f.f Arn. Sabinus

Blera

[trib.] mil. Leg. IIII

Fils de chevalier

Epigr., 41, 1979, p. 108, n. 16 Blera

6) M’, Titius M’.f. Fab.

Patavium

trib. mil. leg. VIII

CIL V, 2163 Altinum

7) – –

??

trib. m[il. legionis] XXXI

AE, 1933, 199 Priansos

II) CARRIÈRE MILITAIRE PRÉCÉDANT LA CARRIÈRE MUNICIPALE

Noms

Date

Origo

Carrière militaire

Carrière municipale

Statut familial

Références

1) C. Baebius T.f. Clu.

31

Umbria

tr. Mi[l. leg.] XX uel [X]XX, praef. Ora[e marit. His] pan; citer[ioris b]ello Actiensi

IIIIuir i.d. (Forum Liuii)

CIL XI, 623 (= D., 2672), Forum Liuii

2) Q. Caecilius Q.f. Atticus

Installé à Tuder

tr. mil. (leg. XXXXI)
trib. mil.

praef. frument. (Tuder)
IIuir quinq. (Tuder)
patronus, IIuir quinq. (Tuder)

CIL, XI, 4650 (D., 2230) Tuder
CIL XI, 4651, ibidem
CIL XI, 4653, ibidem
CIL XI, 4652, ibidem

3) Cn. Tullius Cn.f. Hor.

Aricia

tr. mil. in leg.

flam. Mart.,., aed., dictat. Ariciae

Fils d’un simple citoyen

CIL XIV, 2169 (= D., 6139) Aricia

4) C. Tullius C.f. Cor. Rufus

Famille d’Arpinum, possessionnée à Verulae, installée à Pompei

tr. mil. leg. X

Augur (Verulae)

Fils d’un magistrat municipal (à Arpinum, Verulae, Pompei) apparenté par sa femme à une famille équstre d’Arpinum

Inscription inédite de Pompei cf. P. Castrén, Ordo..., p. 93

5) [L?] ’Tillius C.f. [-]

»

[tr. mil.] leg. X Equestris

duouir i.d. (Pompei)

Frère d’un tribun militaire

Mêmes références

III) CARRIÈRE MUNICIPALE PRÉCÉDANT LA CARRIÈRE MILITAIRE

Noms

Origo

Carrière militaire

Carrière municipale

Statut familial

Références

1) C. Acclutius L.f. Ter. Gallus

Venafrum

duouir urbis moeniundae (Venafrum) praefectus iure deicundo (Venafrum)

tr. mil. legionis [pr]imae, tr. militum legionis secundae Sabinae

CIL X, 4876 (= D., 2297) Venafrum

2) M. Cincius L.f. Hor.

Falerii

IIIIuir i.d. (Falerii)

trib. milit. Legionis Gemellae

CIL XI, 7495 Falerii

3) L. Sergius L.f; Lepidus

Pola

aed. (Pola)

tr. mil. leg. XXIX

Fils d’un magistrat de Pola Neveu d’un magistrat de Pola

CIL V, 50 (= D., 2229) ; I. It., X, 1, 72 Pola

4) [-]s [S] ab.

Saturnia

Magistratures municipales à Saturnia ??

[trib.] mil. leg. VI et XXIX

AE, 1931, 95 Scansano

IV) CARRIÈRE MUNICIPALE

Noms

Date

Origo

Carrière militaire I

Carrière municipale

Carrière militaire II

Références

1) L. Firmius L.f.

ap. 41

Sora

tr. mil. prim. pil.

IIII uir i.d., colonia deducta primus pontif.

CIL X, 5713 (= D., 2226 = ILLRP, 498 a) Sora

2) T. Marius C.f. Stell. Siculus

36

Uruinum Mat.

ab infimo militiae loco…

aed. IIIIuir i.d., pontifex

ad summos castrenses honores tr. mil. leg. XII,
praef. duor. prin.,
praef. in classe Cn; Lentuli
praet. in Sicilia

Val. Max., 7, 8, 6 CIL XI, 6058 Uruinum Mat.

3) [-] f. Pap. [-] us

Italicus ??

[pp. in leg. Mace]donica
[tr. mil. leg. Ge]mellae
[praefectus]fabr.

CIL VI, 32935 Roma

Notes

1 C. NICOLET, OE 1, pp. 387 et s., rappelant, entre autres, les travaux de R. SYME et d’E. GABBA ; T.P. WISEMAN, pp. 89 et s.

2 T.L., 42, 61, 5.

3 R. SYME, RR, pp. 233 et s. : pp. 333 et s.

4 Cf. les remarques de K. HOPKINS, Elite Mobility in the Roman Empire, Past and Present, 32, 1965, pp. 12-26 et Conquerors and Slaves, Cambridge, 1978, pp. 71-91.

5 Voir plus bas, p. 282, l’exemple que nous avons pris avec la famille de Vespasien.

6 Sur la nature du patrimoine sénatorial et équestre, cf. C. NICOLET, Les classes dirigeantes romaines sous la République : ordre sénatorial et ordre équestre, Annales,.E.S. C., 1977, pp. 726-755 ; Economie, société et institutions au II s. av. J.-C., ibidem, 1980, pp. 871-894 ; P. VEYNE, Mythe et réalité de l’autarcie à Rome, REA, 81, 1979, pp. 263-280.

7 W. Liebenam, Städteverwaltung im römischen Kaiserreiche, Leipzig, 1900, p. 234, qui indique l’un des rares chiffres connus pour l’Italie, celui donné pour Côme par Pline (Ep., 1,19) : cent mille sesterces. W. LANGHAMMER, Die rechtliche und soziale Stellung der magistratus municipales und der decuriones, Wiesbaden. 1973, p. 191, en conclut que ce montant était la règle alors que les disparités locales et régionales peuvent se déduire assez bien du montant, par exemple, des summae honorariae.

8 Voir en dernier lieu C. NICOLET, Le cens sénatorial sous la République et sous Auguste, JRS, 66 1976, pp. 21-38.

9 CIC., Fam., 9, 13, 4.

10 On pourra faire des remarque similaires pour les membres de l’ordre sénatorial ; cf. I. SHATZMAN, Senatorial Wealth and Roman Politics, Bruxelles, 1975.

11 STEIN, RR, p. 130.

12 APPIEN, BC, 5, 48.

13 VELL. PAT., 2, 69. 5.

14 SUET., Iul, 41.

15 R. SYME, RR, p. 204 ; C. NICOLET, OE 2, p. 766. n° 12.

16 T.P. WISEMAN, pp. 86-89.

17 Nous ne recourrons pas aux exemples trop connus d’Atticus ou de Sextius Niger ; cf. A. STEIN, RR, p. 198 ; C. NICOLET, OE 1, pp. 700-706.

18 HOR., Sat., 2, 168-181.

19 C. NICOLET, ΟΕ 2 p. 933, n° 210.

20 SUET., Oth., 1,1 : Maiores Othonis orti sunt oppido Ferentio, familia uetere et honorata, atque ex principibus Etruriae. Auus M. Saluius Otho, patre equite R.. matre humili incertum an ingenua...

21 F. MUNZER, RE, I A, 1914, s. v. Saluius, n° 66, col. 2021 ; R. SYME, RR, p. 342 ; A. DEGRASSI, Il sepolcro dei Saluii di Ferento, Atti Acc. Pont. Arch., 34, 1961-2, pp. 59-77 = Scritti Vari, III, Rome, 1967, pp. 155-172 ; E. BADIAN, Notes on Roman Senators of the Republic, Historia, 12,1963, pp. 129-143 ; T.P. WISEMAN p. 259, n° 376 ; L. GASPERINI, Arch. Classica, 29,1977, pp. 114-127.

22 VELL. PAT., 2, 16, 3 : quippe multum Minatiï Magii, ataui mei, Aeclanensis, tribuendum est memoriae, qui nepos Decii Magii, Campanorum principis, celeberrimi et fidelissimi uiri, tantam hoc bello fidem praestitit... cuius illi pietati plenam populus Romanus gratiam rettulit ipsum uiritim ciuitate donando, duos filios eius creando praetores, cum seni adhuc creantur. Cf. F. MUNZER, RE. XIV, 1,1928, a. v., col. 439 n° 8, col. ; T.P. WISEMAN, p. 239, n° 240 ; 241 ; 242 ; C. NICOLET, OE 2, p. 936, n° 213.

23 VELL. PAT., 2, 16, 1 : Italicorum autem fuerent celeberrimi duces Silo Popaedius, Herius Asinius, Insteius Cato, C. Pontidius, Telesinus Pontius, Marius Egnatius, Papius Mutilus ; R. SYME, Caesar, the Senate and Italy, PBSR, 14,1938, p. 21 = RP, I, p. 109 ; RR, p. 93-94 ; T P. WISEMAN, p. 6 et p. 25.

24 On peut faire les mêmes remarques pour les grandes familles de l’Asie sous la domination romaine ; cf. H. HALFMANN, Die Senatoren aus dem östlichen Teil des Imperium Romanum bis zum Ende des 2. Jh. n. Chr., Gôttingen, 1979, pp. 16 et ss.

25 M. YOURCENAR, Les yeux ouverts, entretiens avec M. Galey, Paris, 1980.

26 SUÉTONE, Vesp., 1, 3-5 : T. Flauius Petro, municeps Reatinus, bello ciuili Pompeianarum partium centurio an euocatus, profugit ex Pharsalica acie domumque se contulit, ubi deinde uenia et missione impetrata, coactiones argentarias factitauit. Huius filius, cognomine Sabinus, expers militiae... publicum quadragesimae in Asia egit... Postea faenus apud Heluetios exercuit ibique diem obiit superstitibus uxore Vespasia Polla et duobus ex ea liberis... Polla Nursiae honesto genere orta patrem habuit Vespasian Pollionem, ter tribunum militum praefectumque castrorum, fratrem senatorem praetoriae dignitatis.
Pour les débuts de Vespasien, se reporter à A. CHASTAGNOL, Le laticlave de Vespasien, Historia, 25, 1976, pp. 235-242.

27 TAC., Ann., 3, 30, 3.

28 Voir en dernier lieu l’étude de M. DONDIN-PAYRE, Homo novus : un slogan de Caton à César, Historia, 30, 1981, pp. 22-81.

29 Cf. par exemple TAC., Ann., 3, 55, 3 : Postquam caedibus saeuitum et magnitude famae exitio erat, ceteri ad sapientiora conuertere. Simul noui homines, e municipiis et coloniis atque etiam prouinciis in senatum crebo adsumpti, domesticam parsimoniam intulerent, et quamquam fortuna uel industria plerique pecuniosam ad senectam peruenirent, mansit tamen prior animus.
L’un des exemples typiques, au niveau des notables provinciaux, reste celui de la gens Annaea de Cordoue. Sénèque le Père rapporte lui-même (Controv., 1, pr. 11) que la guerre civile l’a retenu dans sa patrie : Omnes autem magni in eloquentia nominis, excepte Cicerone uideor audisse nec Ciceronem quidem aetas mihi eripuerat, sed bellorum ciuilium furor, qui tunc orbem totum peruagabatur, intra coloniam meam me continuit. Mais il obtint cependant le rang équestre, comme l’atteste son fils, le Philosophe (TAC., Ann., 14, 53 : Egone equestri et prouinciali loco ortus proceribùs ciuitatis adnumeror ?) ; deux de ses fils entrèrent dans le sénat.

30 Voir encore, sous Claude, les modalités de la montée sociale décrite par l’empereur lui-même dans l’édit sur le droit de cité des Anauni, CIL V, 5050 (= D., 206) Val di Non : le service militaire dans le prétoire impérial, l’obtention du centurionat, la judicature. Th. Mommsen corrigeait le texte : nonnulli COLLECTI in decurias Rûmae res iudicare en ALLECTI, voir la dernière édition du texte dans P. CHISTE, Epigrafi trentine dell’età romana, Rovereto, 1971, N° 128.

31 TAC., Ann., 11, 21, 3 (à propos de Curtius Rufus).

32 Voir plus loin, n. 67 et 68.

33 G. BOWERSOCK, Augustus and the greek world, Oxford, 1965 ; H. HALFMANN, o. c., pp. 19-20.

34 CAES., BC, 3, 1, 4 ; SUET., Iul., 41,1 ; D. C, 42,51 ; 43, 27, 2 ; 43, 47, 3.

35 Mais César pratiqua aussi une épuration du Sénat, par l’exclusion des condamnés pour concussion, SUET., Iul., 43, 1.

36 Cf. R. SYME, Caesar, the Senate..., p. 12-18 = RP, I, pp. 99-105 ; RR, p. 82 ; T.P. WISEMAN, pp. 141-2.

37 Voir les remarques de Dion Cassius, 52, 42, 1.

38 D.C., 48, 34, 4 : ές Τε bouλεuτήριoν πλείστους όσouς οὐχ ότι τῷν συμμάχων ἤ kαὶ στρατιώτας παιδάς τε ἀπελευϑὲpων ἀλλὰ kαὶ δούλους ἐνέγραψαν.

39 Voir plus haut p. 281.

40 SUET., Iul, 41,4 ; C. NICOLET, OE 1, pp. 595-596.

41 A ce sujet, se reporter en dernier lieu à C. NICOLET, Tributum, Bonn, 1976, pp. 52-56, et H. BRUHNS, Ein politischer Kompromiss im Jahr 70 v. Chr. : die lex Aurelia iudiciaria, Chiron, 10, 1980, pp. 263-272.

42 D. C., 43, 25, 1.

43 Th. MOMMSEN, Droit Public, VI, 2, p. 84 et p. 134 ; C. NICOLET, OE 1, pp. 623-624.

44 T. L., Per., 120 ; FLORUS, 2, 16, 3 ; PLUT., Cic., 46 ; Brutus, 27 ; Ant., 20. APP., BC, 4,20 et 5,28.

45 VELL. PAT., 2, 71, 2.

46 SUET., DA, 13,2 ; D.C., 47, 49, 4.

47 PLUT., Brutus, 51,2 : Μετὰ δὲ μιkpòν, τῶν ἐν τῇ μάχη πpò αὐτοῦ πεσόντων ἐταίpων ἔϰαστον ὀνομάζων μάλιστα τῆ Φλαbίου μνήμη ϰαί τῇ Λαbεῶνος (βροῦτος) ἐπεστὲναξεν. ῆν δ’αvìτοῦ πpεσbεύτὴς ὁ Λαbέων, ὁ δὲ Φλάbιος ἔπαρχος τῶν τεχνιτῶν.
Cf. C. NICOLET, ΟΕ 2, ρ. 880, n° 148.

48 SUET., DA, 15, 2 ; D. C., 47, 14, 4.

49 En revanche, Appien, BC, 5, 48, ne souffle mot de ces exécutions à caractère religieux, et ne mentionne que la mise à mort des décurions de Pérouse ; voir plus haut, pp. 280-281.

50 APP., BC, 5, 74.

51 D. C., 47, 49, 4.

52 D. C., 49, 12, 4.

53 VAL. MAX., 4, 7, 4 ; Qui (T. Volumnius) ortus equestri loco, cum M. Luculllum familiariter coluisset, eumque M. Antonius, quia Bruti et Cassii partes secutus fuerat, interemisset, in magna fugiendi licentia, exanimi amico adhaesit... Cf. H. Gundel, RE, 16 A 2, 1961, s. v. Volumnius, col. 876, n° 6 et C. NICOLET, OE 2, p. 1082, n° 400.

54 VELL. PAT., 2, 76, 1 : Eo non fraudabo auum meum. Quippe C. Velleius, honoratissimo inter illos CCCLX iudices loco a Cn. Pompeio lectus, eiusdem Marcique Bruti ac Ti. Neronis, praefectus fabrum, uir nulli secundus, in Campania digressu Neronis a Neapoli, cuius ob singularem cum eo amicitiam partium adiutor fuerat, grauis iam aetate et corpore cum comes esse non posset, gladio se ipse transfixit.

55 L’exemple de Bologne, cliente d’Antoine, est bien connu ; la cité fut dispensée du serment à Octave. Pour l’attitude de Pompei, cf. P. Castrén, Ordo populusque Pompeianus, Rome, 1975, p. 92.

56 SUET., DA, 17, 1 ; D. C., 50, 2, 7 et 50, 9, 4. Il faut noter aussi que certains partisans d’Antoine prirent le chemin inverse vers Octave.

57 D. C., 50, 11, 5.

58 R. SYME, RR, pp. 128-129. Je n’ai pu consulter la thèse de GLAUNING, Die Anhägerschaft des Antonius und des Oktavian (1936).

59 Cf. C. NICOLET, OE 1, p. 69 et s.

60 Th. MOMMSEN. Droit Public, VI, 2, pp. 79-80 ; C. NICOLET. OE 1, 91.

61 T.R.S. BROUGHTON, MRR, II, p. 157.

62 Id., ibid., II, p. 179.

63 Id., ibid., II, p. 215.

64 Id., ibid., II. p. 247 ; cf. d. c., 40, 63, 4.

65 Id., ibid., II, p. 358. Cf. Fasti Colot., I. It., XIII, 1, p. 273, 1. 13 : ([C. A]ntonius, P. Sulpicius cens(ores) lustrum n(on) f(ecerunt).

66 A. STEIN, RR, p. 128 ; C. NICOLET, OE 1. p. 99 et s.

67 PORPHYRIO, ad HOR. Ser., 1, 5, 51-2 ; SCH. ad IUV., 5, 3-4 ; PLUT., Brutus, 59 ; cf. A. STEIN, RR, p. 41.

68 A. STEIN, RR, pp. 33-38 ; A. ALFÖLDI. Der frühe Reiteradel und seine Ehrenabzeichen, Baden-Baden, 1952, pp. 26-35 ; C. NICOLET, OE 1, pp. 139-141.

69 R. SYME. Who was Decidius Saxa ?, JRS, 27, 1937, p. 128 = RP, I, p. 32.

70 SUET., DA, 27, 4 : in cuius tamen pertinaciae paenitentiam postea T. Vinium Philopoemenem quod patronum suum proscriptum celasse diceretur equestri dignitate honorauit.
D. C., 47, 7, 5 : Τòν δὲ Φιλοποίμενα < ἐς τὴν > ἱππάδα ϰατατάζαι.

71 SUET., DA, 74, 2 : Valerius Messala tradit neminem unquam libertinorum adhibitum ab eo cenae excepto Menae sed asserto in ingenuitatem post proditam Sex. Pompei classem.
APP., BC, 5, 80 : Μηνόδωϱόν τε έλϑόντα ἐλεύϑεϱον εὐϑύς απέηνεν ἐζ ἀπελεύϑεϱου.
D. C., 48, 45, 8 : Εν τιμῇ μεγάλη ήγαγε δαϰτυλίοις τε χϱυσοῖς ἐϰόσμησε ϰαὶ ἐς τό τῷν ῖππέων τέλος ἐσέγϱαψε.

72 HOR., Εp., 4.

73 Les scholiastes d’Horace proposaient déjà différents personnages, comme ce Sex. Pompeius Menas ou Menodoros dont nous venons de discuter, ou Vedius Pollio, l’ami d’Auguste, ou encore un inconnu, Vedius Rufus.

74 Cf. le Commentaire des Odes et Epodes (deuxième édition, Heidelberg, 1890) de A. KIESSLING, et son article in Hermes, 35, 1900, p. 257 ; F. JACOY, ibid., 49. 1914. p. 459 ; H. FRÄNKEL. Horatius, Oxford, 1957, p. 57 et S. Treggiari, Roman freedmen during the late Republic, Oxford, 1969.

75 V. 20.

76 A. STEIN, RR, p. 112 ; R. SYME, RR, p. 336.

77 On me permettra de réserver pour une plus ample discussion le cas de C. Atilius ou Acilius Glabrio, IIIIuir quinquennalis à Pérouse, puis préfet des ouvriers et préfet de cohorte, CIL XI, 1934 (= D., 2865 = ILLRP, 638, Perusia) ; sa carrière à été attribuée à la décennie précédant la destruction de la ville en 40, ; cf. E. BORMANN, CIL XI, sub numero ; K. J. BELOCH. Römische Geschichte bis zur Beginn der punischen Kriege, Berlin, 1926, p. 503 ; H. RUDOLPH, Stadt und Staat im römischen Italien, Leipzig, 1935, p. 113 ; A. DEGRASSI, Quattuorviri in colonie romane e in municipi retti da duoviri, Atti Acc. Lincei, ser. VIII, II, 1950, p. 328 = Scritti Vari, I, Rome, 1962, p. 124 ; C. NICOLET, OE 2, p. 789, n° 37 ; H. DEVIJVER, Prosopographia militiarum equestrium quae fuerunt ab Augusto ad Gallienum, I, Louvain, 1976. A. 176 ; M. DONDIN-PAYRE, Les Acilii Glabriones de Pérouse : ascension sociale et relations sénatoriales de magistrats municipaux, MEFRA, 91, 1979, pp. 651-670.

78 C. NICOLET, OE 1, pp. 243-246, avait déjà établi une liste des titulaires républicains du titre d’eques ; on y ajoutera C. Agrius C. f. eq. (AE. 1974,198, Collatia) et C. Rosius C. f. f. Arn. (W. Eck, Epigraphica, 41, 1979, p. 108, n° 16, Blera).

79 PORPHYRIO. ad. HOR. Od., 2, 6 1-4 et ad Ep., I. 9.

80 HOR., Sat., 1, 6, 46. L. R. TAYLOR, Horace’s equestrian career, AJ Ph, 1925, pp. 161-170.

81 APP., BC, 5, 128 ; voir plus bas, p. 293.

82 Se reporter à l’Appendice, tableau I.

83 Il est honoré à Velitrae, berceau de la famille des Octauii. par les navarques et triérarques de César, qui dédient l’inscription “patrono ; il est difficile de voir en cette fonction le patronat de la ville.

84 C. NICOLET. OE 2, p. 952, n° 233.

85 Id., ibidem, p. 876, n° 143.

86 L’épitaphe de ce personnage est rédigée en grec ; il s’était donc installé à Ephèse.

87 C. NICOLET, OE 2, p. 979, n° 270 et 271 : L. Pinarius Natta mort probablement en 56, et L. Pinarius Scarpus, un général d’Antoine.
Il nous est malheureusement impossible de faire des rapprochements entre ce personnage et les Pinarii de rang équestre connus sous Auguste et Tibère, comme le chevalier Pinarius, tué en 43 (?), (SUET., DA, 27,6) ; les tribuns militaires Pinarius Sex. f. Clu. de Tuder, CIL XI, 4746 ; Pinarius T. f. Clu. Natta, d’Interamna Nahars, CIL XI. 4189 ; L. Pinarius L. f. Gal. Natta, d’Abellinum, CIL X, 1129 (= D., 2698), Atripalda, prope Abellinum.

88 Voir plus haut sur les fils d’affranchis qui entrent dans la carrière équestre, p. 283.

89 CIL XIV, 3948. Le relief a été étudié bien des fois. On se reportera aux études suivantes : A. Nibby, Analisi storico-topografica antiquaria della carta dei dintorni di Roma, Rome, 1848. II, p. 412 ; G. TOMASETTI, Delia campagna romana nel Medio Evo, Arch. Soc. Rom. St. Pat., 14, 1891, p. 98 ; P. ZANKER, Grabreliefs romischer Freigelassener, JDAI (Rom), 90, 1975. pp. 305-6, abb. 44 ; Ο. PALA, Nomentum, Forma Italiae, Regio I, vol. 12, Rome, 1978, p. 68, n° 8, tav. 166. Cf. aussi G. FABRE, Libertus, patrons et affranchis à Rome, Rome, 1981, p. 203.
Le relief est daté par référence à celui des Gessii, actuellement conservé au Museum of Fine Arts de Boston : CIL I2, 3012 (= ILLRP, 503). On trouvera une bibliographie exhaustive chez P. ZANKER, l. c., p. 304, suivi par G. FABRE, o. c., surtt. pp. 205-206.

90 Se reporter à l’Appendice, tableau II.

91 Voir les remarques de P. CASTRÉN, o. c., p. 98, sur le soi-disant caractère honoraire du tribunat militaire a populo ; en fait aux dires de Suétone, que l’on n’a pas de raison de mettre en doute, c’est Claude qui inventa ce type de milice (SUET., Cl., 25, 1).

92 P. CASTRÉN, ibidem, p. 93 et p. 229.

93 Sur cette unité, on consultera Ph. PETSAS, Arch, Analecta Ath.,4, 1971, pp. 112-115 ; P. CASTRÉN, Arctos, 8, 1974, pp. 5-8 ; J.G.P. BEST, Talanta, 3, 1971, pp. 1-10 ; M. P. J. MILLER, The Anc. World, 2, 1979, pp. 193-244. R. FREI-STOLBA, Legio X Equestris, Talanta, 10-11, 1978-9, pp. 44-61.

94 Ni le père, Cn. Dupilius M. f. Hor., ni le frère, M. Dupilius Cn. f. Hor. du chevalier n’ont revêtu de charges locales ; peut-être ont-ils vécu à Rome même, en négligeant la carrière locale.

95 Cf. E. GABBA, Esercito e società nella tarda repubblica romana, Firenze, 1973, p. 136 et s. Pour des centurions devenus duovirs, AE, 1961, 310 Ausculum.

96 Se reporter à l’Appendice, tableau III.

97 S. DIEBNER, Aesernia - Venafrum, Untersuchungen zu den römischen Steindenkmalern zweier Landstäde Mittelitaliens, Rome, 1979, p. 70.

98 Cf. P. A. BRUNT, Italian Manpower, Oxford, 1971, p. 326.

99 A. DEGRASSI, La data della fondazione della colonia romana di Pola, Atti Ist. Vento, 102, 2, 1942-3, pp. 667-8 = Scritti Vari, II, Rome, 1962, pp. 913-924.

100 Voir les commentaires de A. MINTO, NS, 1930, pp. 296-299. Sur les tombeaux monumentaux augustéens, on se reportera à F. COARELLI, Su un monumento funerario romano nell’abbazia di San Guglielmo al Goleto, Dia. Arch., 1, 1967, pp. 46-71.

101 FESTUS, p. 316 L.

102 J. SUOHLATI, Junior officers of the roman army in the republican period, Helsinki, 1952, pp. 35-37 ; J. HARMAND, L’armée et le soldat à Rome de 107 à 50 avant notre ère, Paris, 1967, p. 349 ; C. NICOLET, Armée et société à Rome sous la République : à propos de l’ordre équestre, Problèmes de la guerre à Rome, sous la direction de J.-P. BRISSON, Paris, 1969, p. 135.

103 On pourrait citer ainsi Trebatius Testa, le juriste, recommandé en 54 par Cicéron à César (Fam., 7, 5) ; ou plus tard, les Velleii appuyés par les Vinicii de Cales, et jouissant de la faveur des Claudii, c’est-à-dire, du père de Tibère, puis de Tibère lui-même.

104 Res Gestae, 1 et 7.

105 APP., BC, 4, 2 - 3. Cf. aussi D. C., 48, 54, 56.

106 APP., BC, 5, 95 et D. C., 48, 54, 6.

107 De MARTINO, Storia della costituzione romana, 4, 1, Naples, 1962, p. 81 et s., résume commodément les deux thèses en présence sur la nature des pouvoirs d’Octave en 32 : ou bien le pouvoir triumviral ne prenait pas fin automatiquement, aux dates fixées par la loi, mais ne disparaissait qu’à la renonciation expresse du triumvir, ou bien il expirait au moment établi par la loi (en l’espèce, le 31 décembre 33), et durant l’année 32 c’est un coup d’état qui aurait maintenu Octave ; voir aussi p. 85.

108 H. HILL, The Roman Middle Class, Oxford, 1952, p. 29 ; C. NICOLET, Problèmes... p. 146. Cf. aussi J. HARMAND, o. c., p. 349 et s.

109 Se reporter à l’Appendice, tableau IV.

110 C. NICOLET, Problèmes... pp. 146-7 ; J. HARMAND, o. c., p. 327 et s.

111 R. SYME, Who was Decidius, Saxa ?, JRS, 27, 1937, p. 128 =RP, I, p. 32 ; Caesar, the senate and Italy, PBSR, 14, 1938, p. 13 = RP, I, p. 100 ; E. GABBA, l. c., p. 86 ; J. HARMAND, o. c., p. 335 et p. 342.

112 W. SCHMITTHENNER, Politik und Armee in der späten römischen Republik, Hist. Zeitschrift, 190, 1960, pp. 15 et s.

113 Fasti, 4, 381-4 :
Dux mihi Caesar erat, sub quo meruisse tribunus
glorior ; officio praefuit ille meo.
Hanc ego militia sedem, tu pace parasti
inter bis quinos usus honore uiros.

114 Am., 3, 8, 9-10 :
Ecce, recens diues parto per uulnera censu
Praefertur nobis sanguine pastuseques.
15-16 :
Laeua manus, cui nunc serum male conuenit aurum
Scuta tulit.

115 Sat., 1, 6, 72-3.

116 VAL. MAX., 7, 8, 6 : Neque aliis dignus fuit T. Marius Urbinas ; qui ab infimo militiae loco beneficiis diui Augusti imperatoris ad summos castrenses honores perductus eorumque uberrimis quaestibus locuples factus, non solum ceteris uitae temporibus ei se fortunas suae relinquere a quo acceperat, praedicauit.
.. Pour les summi castrenses honores, comparer avec CIL IX, 3158 (= D., 2682) Corfinium.

117 Cf. E. GROAG, Klio, 14, 1914, pp. 51-57 ; A. Stein, RR, p. 161 et p. 373 ; R. SYME, RR, p. 335 ; C. NICOLET, OE 2, p. 946, n° 226 ; H. DEVIJVER, o. c., II, M., 35.

118 Sur la dépréciation systématique des origines des acteurs de l’histoire républicaine, cf. M. GELZER. Die Nobilität der römischen Republik, Leipzig-Berlin, 1912, pp. 11 et s. = Kleine Schriften, I, Wiesbaden, 1962, pp. 29 et s.

119 VELL. PAT., 2, 76, 4 : natus obscurissimis initiis ; SUET., DA, 66, 2 : ex infima fortuna.

120 PLIN., ΝH, 18, 37 : L. Tarius Rufus infima natalium humilitate consulatum militari industria meritus, antique alias parsimoniae circiter M HS liberalitate diui Augusti congestorum usque ad detrectationem heredis exhausit agros in Piceno coemendo colendoque in gloriam.
Pour l’origine de Tarius, cf. G. ALFOLDY. Epigraphische Notizien aus Trieste, Atti Mus. Trieste, 9, 1976-7. pp. 53-59, et Ein nordadriatischer Gentilname und seine Beziehungen, ZPE, 30, 1978, pp. 123-136.

121 D.C., 50, 14, 1-2.

122 APP., BC, 5, 128 ; D. C., 49, 114, 3.

123 Cf. R.E. SMITH, Service in the post-roman army, Manchester, 1958, pp. 67-8.

124 E. BIRLEY, The equestrian officers of the roman army, Roman Britain and the roman army, Kendal, 1961, pp. 135 et s.

125 CIL I2, 593 (= D., 6085), 1. 89-91. Pour l’époque impériale, nous disposons d’une autre donnée venant de la lex Malacitana, CIL II, 1964 cf. p. 876 (= D., 6089), ch. 54 : cet âge a été abaissé à 25 ans.

126 C. NICOLET. OE 2, p. 876, n° 143.

127 Comme par exemple Sulpicius Quirinius. TAC., Ann., 3, 48 ; il y aurait d’ailleurs bien des réflexions à faire sur la soigneuse occultation par les sources des origines d’Agrippa.

128 Cf. C. NICOLET, Problèmes..., p. 149 ; id., Tribunus militum a populo, MEFRA, 79. 1969, pp. 29-76. P. CASTRÉN, o. c., p. 93.
Il ne faut pas oublier ces chevaliers romains recommandés pour leur nomination par la plèbe, comme ils apparaissent à Narbonne, CIL XII, 4333 (= D., 112) ; cf. A. STEIN, RR, p. 130 ; C. NICOLET, L’inscription de Narbonne et la commendatio des chevaliers, Latomus, 22, 1963, pp. 721-732 ; M. GAYRAUD, Narbonne antique des origines à la fin du IIIe sècle, Paris, 1981. p. 353 et p. 362.

129 Res Gestae, 35.

130 Res Gestae, 35.

Notes de fin

* Toutes les dates s’entendent avant l’ère chrétienne. On a employé les abréviations suivantes :
T.R.S. BROUGHTON, MRR : The Magistrates of the Roman Republic, I, New York, 1951 ; II, Cleveland, 1952 ; Supplement. ibidem, 1960.
C. NICOLET, OE 1 : L’ordre équestre à l’époque républicaine, t. I : Définitions juridiques et structures sociales, Paris, 1966.
C. NICOLET OE 2 : t. II : Prosopographie des chevaliers romains, Paris, 1974.
A. STEIN, RR : Der römische Ritterstand, Munich, 1927.
R. SYME, RR : The roman revolution, Oxford. 1939 ; toujours cité dans la traduction française de R. STUVERAS, Paris, 1967.
R. SYME, RP : Roman Papers edited by Ε. BADIAN, Oxford, 1979.
T.P. WISEMAN : New Men in the Roman Senate, 139 B. C. - 14 A. D., Oxford, 1971.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter