Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les « bourgeoisies » municipales italiennes aux IIe et Ier siècles av. J.-C.

Structures de parenté et d’alliance à Larinum d’après le Pro Cluentio

Philippe Moreau

Texte intégral

  • 1 Principaux ouvrages utilisés (les éditions sont citées sans indication de titre, par le nom de l’éd (...)
  • 2 Klotz. p. 607 ; Niemeyer, p. 24 ; Peterson, p. X ; Fausset, p. XII ; W. Kroll, Ciceros Rede für Clu (...)
  • 3 Fausset, p. XII-XIII ; V. Brugnola, Un processo celebre al tempo di Cicerone, A&R, 12, 1909, col. 3 (...)

1Tout le monde est d’accord pour considérer le Pro Cluentio1 comme un document de première importance sur la vie sociale, en particulier sur les relations familiales et les pratiques matrimoniales, dans les municipes au Ier s. av. J.-C.2. Il s’est d’ailleurs ajouté, pendant longtemps, une appréciation morale à cette constatation : les vertueux philologues ne manquant pas de déplorer la décadence des moeurs dans l’Italie municipale, qui égalait Rome même dans la débauche et le crime3.

  • 4 E. Costa, Cicerone giureconsulto2, Bologne, 1927, p. 57 (système familial différent à Rome et Larin (...)

2Contrastant avec ce tableau d’une Italie unifiée dans le domaine des moeurs et des institutions matrimoniales, d’autres historiens et juristes opposent volontiers Rome et les municipes : règles matrimoniales, lois successorales, coutumes relatives à l’alliance diffèrent encore à l’époque de Cicéron, nous dit-on, entre Larinum et Rome4.

  • 5 Y. Thomas, p. 360 : “un milieu étroit de parentèles qui tend à l’endogamie”, et 361, n. 36, 37, 38  (...)

3A cette contradiction s’en ajoute une autre, dans l’appréciation globale que portent les commentateurs sur la société de Larinum (qu’elle soit ou non différente de la société romaine) : ainsi, pour Mme Marina Torelli, cette société est fortement exogame, tandis que pour Yan Thomas, elle est nettement endogame5.

  • 6 P.A. Brunt, Italian Manpower 225 B.C. - A.D. 14, Oxford, 1971 ; M. Humbert, Le remariage à Rome. Et (...)

4Ces discordances justifient, me semble-t-il, un réexamen du dossier. C’est ce qui sera tenté dans les pages qui suivent : rassembler, dans le Pro Cluentio, toutes les informations ayant trait aux pratiques matrimoniales : prohibitions pour cause de parenté et d’alliance, endogamie et exogamie, lieu de résidence des conjoints, taux de nuptialité, fréquence des divorces et des remariages, natalité, âge des conjoints, etc. On tentera également de comparer les données ainsi obtenues avec les pratiques matrimoniales à Rome, bien connues grâce aux travaux récents de P.A. Brunt et de M. Humbert, entre autres6.

  • 7 Voir D. Berger, pp. 60-61 : Cicéron condense des événements qui se sont déroulés sur une période de (...)
  • 8 On rencontre parfois des inscriptions permettant de suivre trois ou quatre générations, comme CIL I (...)
  • 9 Voir les réserves de P A. Brunt, pp. 132-133, sur la valeur des données épigraphiques dans l’étude (...)

5L’avantage immense du Pro Cluentio est de nous présenter (mais dans quel désordre7 !) un tableau d’une certaine profondeur : nous pouvons suivre, sur deux, parfois sur trois et même quatre générations, trois ou quatre lignées agnatiques, avec leurs alliances, l’indication de quelques naissances, de morts, de divorces, parfois on relève une allusion à l’âge d’une jeune épousée, ou au nombre de mariages contractés par tel ou tel personnage. On mesure alors la supériorité de cette documentation sur celle que nous fournit l’épigraphie, plus abondante certes mais plus dispersée, puisqu’il est rarissime de pouvoir suivre grâce à des inscriptions les alliances successives d’une même lignée8. Or, si une documentation quantitativement importante est nécessaire, d’un point de vue statistique, pour étudier natalité, mortalité, espérance de vie9, l’étude des alliances entre lignées exige des récurrences, puisque “l’échange des femmes”, pour reprendre l’expression des anthropologues, peut se dérouler soit simultanément (quand un homme et sa soeur épousent respectivement une femme et son frère), soit dans le temps, ce qui revient à dire, s’agissant de parenté, sur plusieurs générations successives : les sources littéraires comme le Pro Cluentio gardent, pour ce type précis d’analyse, une valeur supérieure à celle des sources épigraphiques.

  • 10 Surtout dans le Pro Cluentio, où il s’est vanté se tenebras offudisse iudicibus (Quintilien, Inst.,(...)
  • 11 L’étude critique de la présentation donnée par Cicéron des divers meurtres commis à Larinum a été m (...)

6Ceci, naturellement, à condition d’appliquer aux narrations cicéroniennes l’examen critique habituel, puisque nul ne s’attend, bien entendu, à ce que Cicéron dise toujours la vérité quand il plaide10. Mais, s’il est vrai que nous devons être méfiants quand Cicéron accuse Oppianicus de divers crimes, et en disculpe Cluentius, c’est-à-dire quand il touche à l’objet même du procès, rien ne nous amène à suspecter son témoignage quand il nous dit, au détour d’une phrase, qu’un Oppianicus a épousé une Auria11.

7La première tâche sera de réexaminer les généalogies des lignées en cause, pour asseoir sur une base aussi solide que possible l’étude des relations de parenté et d’alliance ; ce qui n’est guère aisé, tant les indications de Cicéron sont parfois abusives (il est même possible qu’elles soient, dans un cas, volontairement lacunaires : la filiation de Num. Cluentius), d’où de notables divergences entre commentateurs, dans la reconstruction des stemmata.

LES CLUENTII ET LES VIBII

  • 12 Cic., Clu., 5, 12 : ...grandem autem et nubilem filiam quae breui tempore post patris mortem nupsit (...)
  • 13 Pour cette étymologie, voir entre autres Nonius, p. 894 L. ; Donat, ad Ter. Hec., 459 ; Gaius, D., (...)
  • 14 Exemples d’emploi : Cic., Off., 1, 17. 54 ; Lex Vrsonensis, FIRA, 1, p. 187, 1. 15 sq. ; Gaius, 3, (...)

8La première question à résoudre est celle de la parenté précise unissant Cluentia, soeur du client de Cicéron, à son époux A. Aurius Melinus, qui nous est présenté comme son consobrinus12. Bien que ce terme ait encore, à l’époque de Cicéron, son sens étymologique (con-sororini, “co-descendants de deux sœurs”13, il est surtout un terme générique, recouvrant les quatre types de cousins germains14. Melinus et Cluentia pourraient donc être, théoriquement :

    • 15 Cic., 2 Verr., 3, 73, 130 ; 4, 11, 25 ; 4, 60, 137 ; 4, 65, 145 ; Att., 1,5, 1 ; Fin., 5, 1, 1 ; 5, (...)

    enfants de deux frères : cette hypothèse est peu probable. Outre que l’appellation la plus fréquente, chez Cicéron, des cousins de ce type (parallèles patrilinéaires) est frater et soror patruelis15, la différence de gentilice imposerait une adoption, que rien d’autre ne nous permet de supposer.

    • 16 Clu., 5, 12 : filiae maeror ; 5, 13 : filia ; 5, 14 : mater.
    • 17 Soutenue par Ramsay, pp. 9 et 11 ; Grose Hodge, p. 215 ; A. Watson, The Law of Persons in the later (...)
    • 18 Y. Thomas, p. 359 n. 36.
    • 19 Clu., 5,12 : generi sui ; 5,14 : genero socrus ; 64,179 : ex genero ; 66,178 : generi nuptias... qu (...)
    • 20 Gaius, 1,62 ; Vlp., 5,6 = Coll. 6,2, 1-3 ; Gaius. D., 23,2, 17,2.
    • 21 Voir, dans le cas comparable de l’union entre oncle paternel et fille du frère, la répugnance des c (...)
    • 22 Cicéron développe trois thèmes : - le mariage de Sassia avec Melinus est un scelus, Clu., 5,12 : sc (...)
    • 23 Nous n’avons connaissance d’aucune règle d’époque républicaine interdisant le mariage entre un ex-g (...)
    • 24 Dans ce sens, Y. Thomas, p. 359, n. 36, qui n’envisage pas l’hypothèse d’un droit matrimonial parti (...)

    enfants de deux soeurs, qui seraient alors des Sassiae, puisqu’il est bien établi que Cluentia est née de Sassia16. Contre cette hypothèse17, on a à juste titre rappelé que Melinus, après avoir divorcé de Cluentia, épouse Sassia, mère de celle-ci18, qui, dans la présente hypothèse, serait donc sa tante maternelle. Or, Cicéron ne la désigne jamais que par le terme socrus, et non par celui de matertera, et réciproquement, Melinus est appelé gener, et jamais sororis filius, de Sassia19. De plus, l’union du neveu et de la tante maternelle a été de tout temps prohibée à Rome20. Même si l’on suppose à titre d’hypothèse de travail que les prohibitions matrimoniales pour cause de parenté n’étaient pas les mêmes à Larinum et à Rome, et si l’on considère comme licite l’union de la tante et du fils de la soeur, à Larinum, il n’en reste pas moins que Cicéron est un Romain s’adressant à des Romains, pour qui ce type d’union est une abomination21, et qu’il n’y fait pas la moindre allusion dans le cas de Sassia et de Melinus. Et pourtant, il suggère par divers moyens que l’union du gendre et de la belle-mère était quasiment incestueuse22, alors qu’elle n’était pas expressément prohibée par le droit romain de la fin de la République23 : comment penser que Cicéron, qui va rechercher les moindres traces d’inceste là-même où il n’y en a pas, aurait laissé passer cette pièce supplémentaire au dossier de la monstruosité de Sassia : l’union avec le fils de sa soeur ?24

    • 25 Gaius, 1,62, et l’exemple de Silanus et Lepida : Tac., Ann., 16,8,2 et 9,1.

    pour la même raison, on écartera l’hypothèse faisant de Melinus le fils d’un frère (Sassius ?) de Sassia : l’union d’une femme avec le fils de son frère ayant toujours été prohibée25. Il faudrait également supposer une adoption expliquant le gentilice Aurius de Melinus.

    • 26 Par exemple Cic., Fam. 11,7,1 (voir C. Garton, CPh, 65,1970, p. 40 ; D.R. Shackleton Bailey, Cic., (...)

    la seule hypothèse acceptable consiste donc à faire de Melinus le fils d’une soeur du père de Cluentia, selon le schéma ci-dessous. On voit qu’aucune cognatio n’empêchait Sassia d’épouser Melinus. D’autre part, l’emploi de consobrinus pour désigner le fils de l’amita (tante paternelle) est bien attesté26.

  • 27 Clu., 10,30 : qui uxori suae Cluentiae, quae amita huius Habiti fuit, cum ipse poculum dedisset.
  • 28 Voir le texte cité n. 27 et les allusions de 44,125 et 61,171, qui, malgré le pluriel (uxores) semb (...)

9Cette reconstruction soulève immédiatement une question : nous savons que Cluentius le père eut effectivement une soeur, du nom de Cluentia, qui fut une des épouses de St. Abbius Oppianicus27. Cette Cluentia avait-elle épousé un Aurius avant son mariage avec Oppianicus (Cicéron nous apprend en effet qu’elle mourut du vivant d’Oppianicus son époux, empoisonnée par lui28 ? Ou bien faut-il supposer deux Cluentiae, l’épouse attestée d’Oppianicus, et la mère de Melinus ? Il est impossible de trancher, et donc de préciser le lien exact unissant Oppianicus à Melinus : beau-père ou oncle par alliance, ce qui n’arrête cependant pas là l’analyse, et n’interdit pas toute conclusion : qu’il s’agisse de la seule Cluentia ou de deux soeurs, le père de Melinus et Oppianicus ont pris femme dans la même lignée.

  • 29 Nous suivons, pour Clu., 60,165, l’excellente analyse donnée, il y a longtemps déjà, par B.W. Leist (...)
  • 30 Clu., 60,165 : huic... Num. Cluentio quem uidetis.
  • 31 Clu., 60,165 : obiectum est C. Vibium Capacem ab hoc A. Cluentio ueneno esse sublatum. Opportune ad (...)

10La seconde question est celle de la filiation du jeune Num. Cluentius, eques Romanus. Numerius est mentionné avec Habitus par Cicéron à propos d’une complexe affaire d’héritage, dont l’accusation avait tiré des arguments contre Cluentius29, et le jeune homme était présent lors du procès de 6630. La question se décompose en deux : il s’agit d’identifier sa mère, désignée comme soeur d’un ille problématique aux yeux de certains commentateurs, et aussi son père, sur lequel Cicéron ne nous donne pas le moindre renseignement. Tout repose sur l’interprétation de Clu., 60, 16531.

  • 32 Orelli-Baiter, p. 165 ; Peterson, p. 244 ; Fausset, p. XXXVIII-XXXIX et 199 ; Münzer, RE, 4 (1900),(...)
  • 33 Niemeyer, p. 21 ; Ramsay, p. 231 ; Boyancé, p. 157 n. 2 ; Hoenigswald, p. 119, n. 25 ; C. Nicolet, (...)
  • 34 D’après Clu., 5,12, il est exclu que Cluentius le père ait eu une autre fille que l’épouse de Melin (...)
  • 35 Münzer, loc. cit. n. 32.
  • 36 Cf. infra, p. 12. T.P. Wiseman, New Men in the Roman Senate, Oxford, 1971, pp. 53-54, a bien vu que (...)
  • 37 Fausset, p. 198 ; Peterson, p. 244.
  • 38 Liuia Drusilla, enceinte de son mari Tib. Claudius Nero, divorça en hâte pour épouser C. Caesar, fu (...)

11Le premier point est le plus aisé, semble-t-il, à résoudre : malgré Orelli-Baiter, Peterson, Fausset, Münzer, Grose Hodge et, plus récemment, W. Stroh32, illius ne peut, grammaticalement, renvoyer qu’à C. Vibius Capax, mentionné auparavant puis désigné à deux reprises par illius...ille, comme l’ont bien vu Niemeyer, Ramsay, Boyancé, G.S. Hoenigswald, G. Pugliese et C. Nicolet33. Considérer que ille désigne Cluentius mène d’ailleurs à deux difficultés insurmontables : si la mère de Num. Cluentius est la soeur d’Habitus, la Cluentia épouse divorcée de Melinus34, il faut soit supposer qu’elle a contracté, après son divorce, une union avec un homme de sa propre lignée, inconnu par ailleurs (comme le fait Münzer)35, ce qui serait un exemple d’un phénomène peu fréquent, l’endogamie de lignée agnatique, sur lequel on reviendra36, soit, pire encore, imaginer (avec Fausset et Peterson)37, que Num. Cluentius était fils de Cluentia et de Melinus, né après le divorce de ses parents, et qu’il aurait reçu pour cette raison le gentilicium de sa mère et le praenomen de son parent éloigné Num. Aurius : ceci contredit trop ce que nous savons de la transmission des noms gentilices pour que nous ayons à nous y arrêter38.

  • 39 L’opposition significative est celle qui existe entre heres, héritier institué par testament, et po (...)
  • 40 La datation de cette clause édictale est l’objet d’une controverse chez les juristes : elle existe (...)

12L’autre difficulté créée par la solution qu’avancent Fausset et d’autres est qu’elle rend inexplicable tout le passage : il y est question d’un meurtre prétendu de C. Vibius Capax, dont l’accusateur charge A. Cluentius. On peut inférer de la réponse de Cicéron que T. Attius expliquait ce meurtre par l’envie qu’avait Cluentius d’hériter des biens de Capax : Cicéron en effet s’empresse d’indiquer que Capax est décédé intestat, et que ses biens ne sont pas passés à Aulus, mais sont revenus, en vertu d’une décision prétorienne, à un cognat du défunt39 : c’est la bonorum possessio sine tabulis, clause unde cognati40. Pour que le raisonnement de Cicéron soit cohérent, c’est de Capax que Num. Cluentius doit être le neveu : la mention d’une parenté de Numerius et d’Aulus, alors qu’il est question de la succession ab intestato de Capax, serait absolument hors de propos. La mère de Num. Cluentius était donc, à mon sens, une Vibia.

  • 41 C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, pp. 841-842, n° 104.
  • 42 Cf. n. 34.
  • 43 G.S. Hoenigswald, TAPhA, 93, 1962. p. 119, n. 25.
  • 44 Sur cette limite d’âge, voir C. Nicolet, L’ordre équestre, 1, p. 73 ; J.-P. Néraudau, La jeunesse d (...)
  • 45 Voir C. Nicolet, L’ordre équestre, 1, pp. 88-96, et, sur les difficultés créées à la fin de la Répu (...)
  • 46 On connaît l’anecdote fameuse de Pompée, en 70, se présentant devant les censeurs avec son cheval : (...)

13Reste à identifier le père de Numerius. Deux hypothèses ont été présentées : l’une (en réalité double) due à C. Nicolet, fait de Numerius le fils d’un frère ou d’un parent d’Aulus, le client de Cicéron41. La première idée me semble devoir être abandonnée : lorsqu’il mentionne la postérité de Cluentius le père, Cicéron n’énumère qu’un fils et une fille42. Reste l’idée d’un mariage de Vibia et d’un parent plus ou moins éloigné d’Aulus. L’autre solution est due à G.S. Hoenigswald43, et fait de Numerius le propre fils d’Aulus. Son auteur établit tout d’abord que Cluentius, âgé de 36 ans au moment du procès, peut avoir un fils adulescens : cela implique seulement un mariage assez précoce. Mais on ne peut en rester là : nous savons, grâce au même passage du Pro Cluentio, que Num. Cluentius était eques Romanus, ce qui signifie donc qu’il avait au moins 17 ans44, et même, plus précisément, qu’il avait 17 ans au moment où il reçut ce titre, ce qui pose le problème des modalités pratiques d’admission des fils d’equites dans l’ordo à la fin de la République45. Si le titre d’eques a été attribué officiellement au jeune Numerius, ce ne peut être que lors du cens de 70, où il a été procédé à une revue de l’ordre équestre46, ce qui place sa naissance en 87 au plus tard, et exclut donc pratiquement qu’il soit fils d’Aulus, né en 103. Si au contraire Numerius a pu prendre le titre d’eques en vertu d’une autre procédure, dont C. Nicolet, élargissant une hypothèse de Mommsen, reconnaît la possibilité, ou s’il a pris ce titre officieusement, dans l’attente d’une confirmation officielle lors du prochain cens, rien n’interdit alors de penser que Numerius est moins âgé, et qu’il est fils d’Aulus : le débat, on le voit, reste ouvert.

  • 47 Le cas de Sassia, mère de l’accusé, mais son adversaire, est bien entendu à part. Il n’est pas sûr (...)

14Mais l’interprétation de G.S. Hoenigswald soulève deux autres difficultés. On s’étonne tout d’abord de constater que Cicéron ne désigne pas expressément Numerius comme le fils de son client, tout simplement et tout naturellement, ni au §165, quand il le mentionne pour la première fois, ni à la fin du discours, où l’on s’attendrait à voir présenter la famille de l’accusé, éplorée et suppliante comme le veut la tradition du procès romain. Or, Cicéron ne mentionne, à partir du §195, que les municipes, puis (§197) les envoyés des peuples voisins, et divers amis nommément désignés (§198), enfin (§202) : amici, uicini, hospites, mais aucun membre de la famille47. L’argument n’est pas décisif : Numerius, s’il n’est pas le fils d’Aulus, est très probablement un proche parent de l’accusé, venu lui apporter le soutien de sa présence lors du procès, selon la tradition. Et l’on est bien obligé de constater qu’à ce titre non plus, il n’est pas mentionné lors de la péroraison.

  • 48 Bonorum possessio est l’expression technique employée par les juristes : Gaius, 3, 34. Voir encore (...)
  • 49 L’artifice que nous supposons dans la réponse de Cicéron est très exactement celui dont il avait us (...)

15Quant au silence de Cicéron sur la filiation de Numerius dans son récit de la succession de Capax, il peut s’expliquer par son système de défense face au grief avancé par T. Attius : pour ce dernier, Aulus a tué dans le but de s’emparer de la succession. La réplique de Cicéron consiste à soutenir que Cluentius n’avait pas intérêt à la mort de Capax, puisque celui-ci n’avait pas fait de testament et qu’en conséquence A. Cluentius ne pouvait pas être heres. Cette réponse n’est que partiellement satisfaisante : Cluentius pouvait avoir intérêt, non pas directement, en tant qu’heres testamentaire, à la mort de Capax, mais indirectement : les bona48 de Capax passaient, par succession ab intestato, à Num. Cluentius, fils de Vibia. Or, si comme le pense G.S. Hoenigswald, Numerius était le fils de A. Cluentius, tout s’éclaire : si le jeune homme était sui iuris, à la suite d’une émancipation, Aulus avait la satisfaction de voir les bona de Capax augmenter le patrimoine de son fils. S’il était encore in potestate patris, ces biens venaient grossir la fortune d’Aulus. On comprend alors pourquoi Cicéron n’a nul intérêt, bien au contraire, à rappeler que Numerius était fils de son client : cela ferait éclater au grand jour la faiblesse de son argumentation, qui n’est, à tout prendre, qu’une réponse à côté de la question : à l’accusateur qui déclare : Cluentius a tué pour recevoir les biens de Capax, Cicéron réplique : Cluentius n’était pas, à titre personnel, l’heres testamentaire de Capax49.

  • 50 Clu., 15,45 : nam Habitus usque ad illius iudici tempus nullum testamentum unquam fecerat... Id cum (...)
  • 51 M.R. Torelli, pp. 340-343.
  • 52 G.S. Hoenigswald, p. 119, n. 26, se fondant sur Clu., 50.139.
  • 53 A condition toutefois de ne pas examiner l’argument de trop près : comme le relève Niemeyer, pp. 5- (...)

16Beaucoup plus délicate est la seconde difficulté, liée également au droit successoral : si Cluentius a un fils adulescens et eques Romanus en 66, peut-être, en conséquence, né avant 83, comment expliquer qu’à deux reprises Cicéron affirme qu’en cas de décès de Cluentius, qui n’avait pas rédigé de testament, ses biens seraient passés à sa mère Sassia50 ? La première allusion suit le récit de l’affaire des Martiales, elle-même liée à l’attribution de la citoyenneté par Sylla aux esclaves de ses ennemis vaincus, selon l’excellente analyse de M.R. Torelli51, et datant donc d’après la mort du dictateur soit 78 av. J.-C., (la seconde allusion est faite à propos du procès de Scamander, en 74) Numerius a alors au moins 8 ans, s’il a été déclaré eques lors du cens de 70. La réponse de G.S. Hoenigswald (qui repose sur un texte très général de Cicéron, rappelant qu’un avocat peut prendre quelques libertés avec la stricte vérité) est que l’orateur peut ici gauchir les faits52. Il est exact que présenter Sassia comme devant succéder aux biens de Cluentius, revient à montrer qu’Oppianicus, époux de Sassia, avait intérêt à hâter la mort de son beau-fils53.

  • 54 Costa, p. 127, à propos d’une bonorum possessio de la mère aux enfants. Au contraire, ce passage av (...)
  • 55 Mais Peterson, p. 142, et Fausset, p. 113, notent à juste titre que Sassia s’est entre temps remari (...)
  • 56 Gaius, 3,14. Voir M. Kaser, Das röm. Privatrecht, 1, Munich, 1955, pp. 580-581 ; P. Voci, op.cit. n (...)
  • 57 M. Kaser, pp. 584-585 ; P. Voci, pp. 10-15 ; A. Watson, p. 183, considère, comme on l’a vu. que la (...)

17Mais le sort des biens de Cluentius (qui, bien évidemment, pourrait nous renseigner sur sa situation de famille) pose toute une série de problèmes juridiques rendant très délicate une appréciation de la valeur des indications que nous donne Cicéron. Etait-il possible en droit romain que vers 75 av. J.-C. une mère reçoive la succession de son fils intestat ? Costa le niait, et considérait qu’il y avait-là une particularité du droit de Larinum54. Une telle succession apparaît cependant possible sous certaines conditions. Il peut y avoir succession en vertu des XII Tables, si Cluentia est entrée dans la manus de son mari, et donc est sortie de la famille des Cluentii, et si Sassia a épousé Cluentius le père avec conuentio in manum55 : elle recueille alors les biens de son fils, tout comme si elle était sa soeur, à défaut d’enfants du défunt, à titre d’agnatus proximus56. Mais, ainsi que le faisait remarquer Fausset (cf. n. 48), les mots bona font penser à une bonorum possessio prétorienne plutôt qu’à une hereditas du droit civil. Or, il semble bien établi (cf. n. 40) que la clause unde cognati existait à cette époque, et elle permettait à Sassia d’hériter de son fils, à défaut de postérité et de frère et soeurs de celui-ci, même si elle n’avait pas été uxor in manu57.

  • 58 Comme pour compliquer le problème, Leist, p. 23, pose en outre la question du droit à succéder d’év (...)

18Mais ces deux solutions impliquent des hypothèses concernant les statuts matrimoniaux respectifs de Sassia et de Cluentia, que nous ne pouvons vérifier58. L’hypothétique succession ab intestato de Cluentius est donc fort peu claire, dans la présentation (véridique ou biaisée ?) qu’en donnait Cicéron aux juges, et il semble plus prudent de ne pas en tirer argument quant à la composition, à cette époque, de la famille de Cluentius : mais la difficulté subsiste, il est possible que la formule de Cicéron, si elle décrit exactement la situation, exclue l’existence d’un fils de Cluentius, et on ne peut donc affirmer positivement que Numerius était né d’Aulus, il ne s’agit que d’une hypothèse actuellement invérifiable.

  • 59 CIL IX, 730 : C. Vibio. C.f./Postumo./pr.pro.cos./municipes.et./incolae. La fraternité des deux Vib (...)
  • 60 Fasti Capitolini, in Α. Degrassi, I. I., 13,1, p. 61 ; et l’inscription de Téos, n. 59 ; PIR1, 3, n (...)
  • 61 R. Syme, The Roman Revolution, Oxford, 1952, p. 362, n. 7 ; H. Gundel, RE, 8A2 (1958), s.u. Vibius (...)

19Une autre pièce à verser au dossier de la filiation de Numerius pourrait peut-être apporter quelque lumière. On connaît en effet, durant le règne d’Auguste, deux frères Vibii, consuls suffects en 5 et 8 ap. J.-C., dont les liens avec Larinum sont attestés par une inscription59. Or, l’un de ces Vibii s’appelle A. Vibius Habitus60 : ses liens avec Larinum, son cognomen, l’alliance précédemment contractée entre Vibii et Cluentii dans le second quart du Ier s. av. J.-C., ont fait penser que ce consul descendait d’un des Vibii connus par le Pro Cluentio, et qu’il était, d’une manière ou d’une autre, apparenté au client de Cicéron61.

20Diverses théories ont été avancées dans ce sens, et nous pouvons en éliminer deux avec certitude :

    • 62 Voir n. 61.
    • 63 Cette hypothèse est apparemment reprise par C. Nicolet, loc. cit., qui fait de Capax un des ascenda (...)

    celle de H. Gundel62, qui fait des deux frères Postumus et Habitus les petits-fils de C. Vibius Capax : nous avons vu en effet que Capax, mort intestat, eut pour héritier le fils de sa soeur, il n’avait donc ni fils ni petit-fils63.

    • 64 Ο. Freda, p. 240.
    • 65 A. Degrassi. I.I., 13,1, p. 61.

    celle de O. Freda64, qui propose de faire de C. Vibius Postumus le petit-fils de Sex. Vibius Capax, cité dans le Pro Cluentio, 25 : relevons que le Sex. Vibius cité dans ce passage n’a pas de cognomen et que nous connaissons par les Fasti Capitolini la filiation des deux frères : C.f.C.n.65 ; Sextus est donc exclu.

  • 66 R. Cagnat, Cours d’épigraphie latine4, Paris, 1914, pp. 6768 ; cette pratique est rare avant le pri (...)
  • 67 J. Marquardt, La vie privée des Romains, 1, tr. fr., Paris, 1892, p. 20, n. 6 ; p. 28 ; p. 29, n. 1 (...)
  • 68 On pourrait songer à une autre explication de ce cognomen : une adoption. Car nous savons par l’épi (...)

21Reste que ce cognomen Habitus, pour un Vibius de Larinum, ainsi que le praenomen Aulus, qui n’a pas été relevé, sont effectivement bien dignes d’intérêt. A mon sens, on peut en tirer non pas une généalogie précise des deux frères, mais du moins une indication quant à leur ascendance, qui se révélera utile. Des deux frères, Caius Vibius Postumus est visiblement l’aîné : il est consul trois ans avant Aulus, et il porte le praenomen de son père et de son grand-père, selon une coutume bien attestée66. La qualité de cadet d’Habitus peut nous aider à analyser ses tria nomina : on sait en effet qu’il est fréquent pour un puîné de rappeler par son cognomen son ascendance maternelle67. Les deux frères pourraient donc bien être fils d’une Cluentia, fille d’un Habitus68. Le cognomen et le praenomen conduiraient même à penser que cette Cluentia serait fille d’Aulus Cluentius Habitus, le client de Cicéron. Mais peut-être est-ce là faire la part trop belle à l’imagination et à l’hypothèse.

22Deux points nous semblent donc raisonnablement bien assurés, au terme de cette analyse, et deux autres plus hypothétiques :

  • Num. Cluentius était fils d’une Vibia, soeur de Capax (et de Aulus Cluentius, le client de Cicéron ?).

  • l’onomastique rend probable que les deux Vibii consuls étaient fils d’une Cluentia (elle-même fille d’Aulus, le client de Cicéron ?).

23Ce que l’on représentera par les deux stemmata suivants, le premier représentant la reconstitution la mieux assurée, le second, une reconstruction plus hypothétique.

LES AURII

  • 69 Contrairement à Y. Thomas, p. 360, n. 37 et stemma, je ne pense pas que cela soit possible, comme l (...)

24Plusieurs membres de cette lignée sont nommés dans le discours, et il n’est guère aisé de les situer tous dans une généalogie69. Le premier objet de divergences entre commentateurs est l’identité respective des deux A. Aurius mentionnés dans le Pro Cluentio, 8,25. Le dossier se présente de la manière suivante :

    • 70 Il y a dans la subordonnée et l’adverbe de temps une évidente restriction, et l’annonce d’une évolu (...)

    Clu., 5,12 : Cicéron présente A. Aurius Melinus, consobrinus et époux de Cluentia, adulescenti in primis, ut turn habebatur70, inter suos et honesto et nobili.

  • 5,13 : Sassia parvient à rompre le mariage de sa fille et à épouser son gendre, grâce à l’animum adulescentis nondum consilio ac ratione firmatum.

  • 8,23-24 : à la suite du meurtre de M. Aurius projeté par Oppianicus, se présente un accusateur qui menace de le déférer devant les tribunaux, A. Aurius, uir fortis et experiens et domi nobilis et M. illius Aurii perpropinquus.

  • 8,25 : Oppianicus, au nom de Sylla, fait mettre à mort A. Aurium ilium qui sibi delationem nominis et capitis ostentarat, et alterum A. Aurium et eius C. (L. dans d’autres manuscrits) filium.

  • 9,26-27 : Cicéron rappelle qu’Oppianicus a fait périr A. Aurius, époux de Sassia (cf. 66, 188).

  • 71 Orelli-Baiter, Onomasticon Tullianum, p. 91, ne comporte qu’une entrée A. Aurius Melinus.
  • 72 Classen, p. 156 ; G. Long, pp. 289 et 303 : Drumann-Groebe, Geschichte Roms2, 5, p. 384 ; Boyancé, (...)
  • 73 Ramsay, pp. 161-162 ; Peterson, p. 127 ; Grose Hodge, pp. 214 et 246-247 ; Fausset, p. XXXVIII.

25Il est évident, ce que méconnaît l’Onomasticon Tullianum71, qu’il y a bien deux A. Aurius (alterum A. Aurium, 8,25), mais il s’agit de savoir si le gendre de Sassia et l’accusateur d’Oppianicus sont une seule et même personne (auquel cas, il y aurait un A. Aurius totalement inconnu par ailleurs). Plusieurs commentateurs répondent par l’affirmative72, position qui me semble intenable, comme l’avait démontré Ramsay73 avec de bons arguments :

    • 74 Ramsay, pp. 161-162.

    il est clair qu’au §23, Cicéron présente un nouveau personnage, le caractérisant psychologiquement et le situant dans la hiérarchie sociale au moyen de formules stéréotypées (domi nobilis), tout comme il avait présenté Melinus au §12 (et honesto et nobili)74.

  • les deux personnages sont d’âge différent (même si un certain laps de temps s’écoule entre le mariage de Melinus et le meurtre de M. Aurius) : Melinus est adulescens (5,12 et 13) tandis que l’accusateur d’Oppianicus est un uir (8,23).

  • surtout, Cicéron prend bien soin d’opposer psychologiquement les deux personnages : le premier, Melinus, est un jeune homme timide et sans grande force de caractère, qui ne résiste guère à la redoutable Sassia, laquelle l’épouse presque de force, à en croire Cicéron. L’appréciation positive initiale, avec sa restriction ut turn habebatur, porte plus sur le statut social que lui confère sa naissance que sur sa personnalité. Au contraire, d’adversaire d’Oppianicus est fortis et experiens, il ne craint pas d’affronter Oppianicus, et l’on devine qu’il est, face à Statius Abbius le syllanien, un des chefs du parti marianiste de Larinum.

  • 75 Ramsay, p. 162.
  • 76 C. ou L. Aurius est probablement fils de Cluentia : elle épouse Melinus breui tempore post patris m (...)

26La conséquence de cette distinction des deux personnages est que l’alterum A. Aurium de Clu., 8,25, est Melinus, que Cicéron ne présente pas, puisqu’il l’avait déjà mentionné auparavant et qu’il était déjà bien connu des auditeurs et des lecteurs ; que, d’autre part, le père de C. ou L. Aurius est bien Melinus. Comme le note justement Ramsay75, rien ne s’oppose à ce que Melinus, adulescens en 88, soit au moment des proscriptions syllaniennes père d’un garçon, né d’un précédent mariage, ou plutôt fils de Cluentia76. Cicéron traite visiblement Melinus en personnage secondaire (alterum A. Aurium) par rapport à A. Aurius l’accusateur : le mari de Cluentia est plus jeune, beaucoup plus falot, et n’agit guère.

  • 77 Clu., 11,31 : nam cum esset grauida Auria, fratris uxor ; cf. 44,125 : (Oppianicus) qui uno tempore (...)
  • 78 Le Laurentianus 51,10 donne iuria ou uiria, les excerpta Bartolomaei de Montepolitiano, uiua, le Mo (...)
  • 79 Ainsi Y. Thomas, p. 360, n. 37 : “soeur ou cousine d’un des précédents personnages”.

27Outre les frères M. et Num. Aurius, fils de Dinaea, deux femmes appartiennent à la même lignée : la première, que l’on nommera Auria I, est l’épouse de C. Oppianicus, frère de Statius77. A vrai dire, Auria est une correction pour iuria ou uiria, mais tous les éditeurs l’acceptent à juste titre78. Rien ne nous est dit de ses ascendants, et, comme dans le cas d’Aulus, l’ennemi d’Oppianicus, nous en sommes réduits aux conjectures79.

  • 80 Clu., 64,179 : Q. Hortensio Q. Metello consulibus... ut hunc Oppianicum... ad hanc accusationem det (...)

28L’autre Auria, qui sera pour nous Auria II, n’est pas nommément mentionnée par Cicéron, mais sa filiation ne fait aucun doute : elle est fille de A. Aurius Melinus et de Sassia, et sa mère entreprit, en 69, de la fiancer à Oppianicus le jeune80.

  • 81 Bien dégagées par Y. Thomas, p. 360, n. 37.
  • 82 Clu., 7,21 : Dinaea... quae filios habuit M. et Num. Aurios et Cn. Magium et filiam Magiam ; ... un (...)
  • 83 Y. Thomas, p. 360, n. 37, interprète : “oncle paternel, ou plus probablement cousin”, ce qui est po (...)
  • 84 Klenze, Die Cognaten und Affinen nach röm. Recht, ZGR, 6, 1828, p. 53-45 ; Y. Thomas, Se venger au (...)
  • 85 Contra, Y. Thomas, p. 360, n. 37 et stemma.

29Que peut-on dire à présent de la parenté de ces divers personnages ? Quelques certitudes négatives tout d’abord81 : M. et Num. Aurius sont les seuls enfants de Dinaea et d’un présumé Aurius, comme l’établissent plusieurs expressions de Cicéron, et comme le confirment les testaments des deux Aurii et de leur mère82 : il n’y est jamais question d’un frère ou d’une soeur Aurius ou Auria de Marcus et Numerius ; Aurius l’accusateur et Auria I ne le sont donc pas. On sait, par Clu., 8,23, que A. Aurius l’accusateur était perpropinquus de M. Aurius (ce qui exclut d’ailleurs qu’ils soient frères), mais on ne peut pas tirer grand chose de cet adjectif, hapax dans l’oeuvre de Cicéron83. On peut d’ailleurs se demander si Cicéron connaissait exactement la parenté unissant Aulus et Marcus, et s’il ne la déduit pas de l’attitude de vengeur et d’accusateur potentiel prise par Aulus après la mort de Marcus, puisque, comme on le sait, obtenir la condamnation de l’assasin d’un parent est un des officia de la cognatio84. Rien ne peut être affirmé quant à la parenté d’Aulus l’accusateur, des frères M. et Num. Aurius, avec A. Aurius Melinus : ce dernier appartient à une branche portant un cognomen, ce qui n’est pas le cas des trois autres : ce détail exclut peut-être une parenté proche85. On aboutit donc au stemma presenté ci-dessous :

LES ABBII86

  • 86 Sur cette forme, généralement acceptée aujourd’hui, au lieu de Albius longtemps reçu (voir la RE et (...)
  • 87 Boyancé, p. 13 ; date tirée de 64,179 : après la mort d’Oppianicus, Sassia laisse passer trois ans (...)
  • 88 Clu., 10,30, et les allusions de 11,31 ; 44, 125 ; 61, 171.
  • 89 Clu., 11,31 : ita mulierem ne partu eius ab hereditate fraterna excluderetur necauit.
  • 90 L’expression est de Boyancé, p. 9.
  • 91 Clu., 9,27 : sed quod haberet tres ille filios.
  • 92 Clu., 7,21 : is (sc. Cn. Magius) heredem facit ilium adulescentulum Oppianicum, sororis suae filium (...)
  • 93 Clu., 60,166 : Oppianico huic adulescenti, cf. 73, 176 ; 73,176 : cum esset illo tempore puer ; 12, (...)
  • 94 Boyancé, p. 13, n. 3 ; Fausset, p. XLII.
  • 95 Clu., 64,179, cité supra, n. 80, mentionne des fiançailles (despondere), en 69 ; 69,190, est vague (...)

30La généalogie de cette lignée est aisée à tracer : seuls apparaissent, outre Statius Abbius Oppianicus, mort en 7287, le frère de Statius, Caius88, qui mourut sans postérité, l’enfant que portait sa femme Auria I ayant péri avant terme, avec sa mère empoisonnée par Statius (ce fut apparemment le seul mariage contracté par ce frère, qui n’eut pas de postérité d’une précédente épouse, puisque sa mort fit de son frère Statius son unique héritier)89, et les trois fils du “Barbe-Bleue de Larinum”90. Les paroles de Sassia à Oppianicus avant qu’il ne contracte avec elle son dernier mariage, prouvent qu’Oppianicus n’avait à ce moment que trois fils91, et il n’eut pas d’enfants de Sassia. Tout d’abord, Oppianicus le jeune, de prénom inconnu, qui seul atteignit l’âge adulte, et fut à l’origine de l’accusation contre Cluentius ; il était fils de Magia92. Cicéron donne à plusieurs reprises des indications sur son âge, mais il n’est pas aisé de les accorder : Oppianicus le fils est adulescens au moment du procès, en 66, alors que six ans auparavant, à la mort de son père, il est encore puer. Mais, peu après la mort de sa mère Magia, avant que son père Oppianicus n’ait tué M. Aurius et ne se soit réfugié auprès de l’armée syllanienne commandée par Metellus Pius, donc avant 83-82, il est qualifié d’adulescens, à un moment où son oncle Cn. Magius est vivant, et (paradoxalement), d’adulescentulus après la mort de celui-ci93 ; enfin, sa marâtre Sassia le fiança en 69 à Auria II, comme on l’a vu. Boyancé le fait naître entre 90 et 87, Fausset en 9094. S’il est puer en 72, fiancé en 69 et marié en 66 au plus tard95, cela veut peut-être dire que sa puberté se place entre 69 et 66, ce qui placerait sa naissance plus tard que ne le pensaient Boyancé et Fausset.

  • 96 Clu., 9,27 et 29.

31Les deux autres fils d’Oppianicus. de prénoms également inconnus, moururent, l’un, le fils de Nouia, en bas-âge, l’autre, fils de Papia, dans sa pueritia96, peu avant le remariage d’Oppianicus avec Sassia, qui suivit de peu la mort de Melinus et des autres victimes des proscriptions syllaniennes à Larinum.

  • 97 Clu., 7,21 ; 9,27 ; 9,28 ; 10,30 ; 44,125.
  • 98 Attribuent cinq épouses à Oppianicus : Bardt, pp. 11-12 ; Peterson, p. XI-XII, Fausset, pp. XLI-XLI (...)

32Beaucoup plus délicate à élucider est la question du nombre des épouses d’Oppianicus, et de l’ordre dans lequel il les a épousées. Cinq femmes de Statius sont successivement nommées par Cicéron : Magia, Nouia, Papia, Sassia, Cluentia, et il est d’autre part fait allusion à un mariage avec la veuve de son beau-frère Cn. Magius97, dont le nom n’est pas indiqué : la question est donc de savoir si cette femme est l’une des cinq épouses nommées par ailleurs, ou une sixième épouse98. La solution, comme l’ont vu les précédents commentateurs, ne peut venir que d’une étude de la chronologie des unions d’Oppianicus.

  • 99 Clu., 73,176 ; 7,21 ; 9,27 ; voir W. Stroh, p. 219, n. 86.
  • 100 Bardt, p. 12, suivi par Fausset, p. XLI. W. Sthroh, loc.cit., en fait une des deux premières épouse (...)

33Nous avons quelques certitudes : la dernière épouse fut Sassia, puisque Statius mourut pendant leur mariage ; Magia précéda la veuve de Cn. Magius, quelle qu’elle soit, puisque Cn. Magius mourut après Magia ; enfin, Papia précéda Nouia, puisque le fils de Papia était puer au moment où celui de Nouia n’était qu’infans99. Il est vraisemblable, comme le pensait Bardt100, que la première épouse fut Cluentia : soeur de Cluentius le père, elle appartient à la première génération des personnages du discours.

  • 101 ) Sur l’organisation du discours en couches chronologiques, autour d’un point fixe daté plus ou moi (...)
  • 102 Drumann-Grebe, Geschichte Roms2, 2, p. 34 ; Boyancé, p. 11 ; W. Stroh, loc. cit. Metellus Pius se r (...)
  • 103 Sur l’incertitude des emplois littéraires de infans, puer, adulescens, voir J.-P. Néraudau, La jeun (...)
  • 104 Hülsen, RE, 2,2 (1896), col. 1527. Vell. Pat., 2, 21, mentionne une bataille circa quam urbem, à la (...)
  • 105 Val. Max, 5,4,4 (M. Aurelius Cotta accuse Cn. Papirius Carbo, qui avait accusé son père ; voir sur (...)

34Nous disposons ensuite de deux points d’ancrage pour une chronologie101 : le premier est le départ d’Oppianicus pour le camp de Metellus Pius, que l’on peut placer en 83 ou 82102. A son retour, Oppianicus épouse Sassia, en 82 ou 81, il était donc alors divorcé ou veuf. Le second est beaucoup plus incertain, puisqu’il dépend de l’interprétation de l’âge des trois enfants d’Oppianicus, et l’on sait qu’il est toujours délicat de trop demander aux termes latins désignant les âges de la vie103. L’infans, fils de Nouia, tué en 82, ne devait pas avoir plus de trois ans, donc, être né en 85 au plus tôt ; le puer, fils de Papia, tué la même année, pouvait avoir quatorze ans au plus, ce qui place sa naissance en 96 ou après ; quant à Oppianicus le jeune, on le fait naître, on l’a vu, entre 90 et 87, mais il est à mon sens plus jeune. On sait que Magia est morte après la capture de son demi-frère M. Aurius devant Asculum, en 89104. D’autre part, on peut interpréter autrement que ne le fait Cicéron le délai mis par Sassia avant de pousser Oppianicus le jeune à intenter à Cluentius un procès pour le meurtre de son père : en 72, au moment de ce meurtre présumé, il est puer, et donc ne peut encore se présenter devant le préteur pour déférer le nom d’un accusé. Sassia attend 69 pour l’y inciter, et pour le fiancer. Peut-être a-t-elle simplement attendu que son beau-fils ait l’âge légal de dix-sept ans environ, qui correspond à la prise de la toge virile (âge établi par deux anecdotes où l’on voit un fils accuser, dès qu’il est légalement en âge de la faire, un ennemi de son père, et, pour la période classique, par un texte d’Ulpien)105. Ce que Cicéron présente comme une sorte d’incohérence, ou un manque de conviction, de la part de Sassia, n’était donc peut-être que le respect d’une pratique coutumière de l’accusation dans un but de vengeance familiale. Et cet âge de dix-sept ans est également un âge normal pour envisager le mariage, s’agissant d’un garçon. Si ce raisonnement est exact, Oppianicus le jeune serait né en 86, et Magia n’aurait pu mourir qu’après cette date. Il faut placer, après 86 ou 85, et avant 83-82, tout d’abord le mariage avec la veuve de Cn. Magius, puis le mariage avec Nouia, dont naît l’infans tué en 82.

  • 106 Cette identification, combattue à juste titre par W. Stroh, reposait 1°) sur une reconstruction chr (...)
  • 107 Remarque de W. Stroh.

35Si on accepte l’identification de la veuve de Cn. Magius avec Papia (106, ce mariage a dû être conclu vers 85 ou 84, et le fils qui en est issu n’a que deux ans environ en 82, ce qui ne permet pas de l’appeler puer, surtout par opposition à un infans. Il est beaucoup plus probable que l’enfant, qui assiste aux Jeux avec son père107, a huit ou dix ans environ, et est donc né vers 92-90 au plus tard.

  • 108 C’est à peu près l’ordre de W. Stroh, qui cependant ne choisit pas, pour la première place, entre C (...)

36On aboutit donc à la succession suivante, dont il est inutile de souligner ce qu’elle a d’hypothétique : Cluentia, Papia, Magia, la veuve de Cn. Magius, Nouia, Sassia108. Mais les deux points significatifs, on le verra, pour l’analyse des stratégies matrimoniales d’Oppianicus, sont heureusement bien assurés : Cluentia, en toute hypothèse, a précédé Sassia, et Magia a précédé la veuve de Cn. Magius. On aboutit donc au stemma suivant :

LES STRUCTURES DE PARENTÉ ET D’ALLIANCE

37Après avoir tenté de reconstituer, autant qu’il est possible, les généalogies de ces quatre lignées larinates, il faut à présent les reprendre pour étudier les phénomènes relatifs à la parenté et à l’alliance dont elles nous fournissent des exemples.

38Quelques indications touchant à la nuptialité, tout d’abord, sans avoir l’ambition de présenter des statistiques, vu le très petit nombre de cas connus avec une netteté suffisante. La majorité des membres des lignées étudiées ont contracté au moins une alliance : les Cluentii père et fils (si l’on accepte de considérer Vibia, soeur de Capax, comme l’épouse d’Aulus), et les deux (ou trois, si l’épouse de Statius Oppianicus est distincte de la mère de Melinus) Cluentiae, les trois Oppianici, Dinaea, Magia, les deux Auriae, Nouia, Papia, Melinus et Cn. Magius. On peut se poser la question en revanche, pour les deux Aurii fils de Dinaea, et pour C. Vibius Capax, auxquels Cicéron n’attribue ni femme ni enfant : s’agit-il de célibataires ou de couples sans enfants ? Notons que M. Aurius passe une partie de sa vie en captivité, et meurt prématurément, assassiné, et que ces personnages ne sont que des figures secondaires dans la narratio : le silence de Cicéron sur leurs éventuelles épouses n’implique pas qu’elles n’aient pas existé.

  • 109 P. A. Brunt, p. 152 ; P. Veyne, La famille et l’amour sous le haut Empire romain, Annales ESC, 33,1 (...)
  • 110 S. Treggiari, Roman Freedmen during the late Republic, Oxford, 1969, pp. 109 sq.
  • 111 Le problème du célibat choisi se pose en effet seulement pour les hommes, dans les milieux sénatori (...)
  • 112 Suét., Diu. Aug., 34,3 ; voir, à titre d’exemple, le désespoir de Properce, 2, 7.
  • 113 Sur l’appartenance des Abbii, Aurii et Cluentii à l’ordre équestre, cf. C. Nicolet, L’ordre équestr (...)

39L’impression globale est que le mariage est, dans le groupe étudié, largement répandu. Ce qui ne contredit pas nécessairement le tableau général de la société romaine dans son ensemble, tracé par P. A. Brunt et P. Veyne109, selon lesquels le mariage n’était nullement le fait social très majoritaire que connaissent nos sociétés modernes : il faut en effet distinguer les couches sociales : on considère généralement, par exemple, que le mariage était peu répandu chez les affranchis110. Nous aurions donc affaire, à Larinum, à un comportement “aristocratique” d’hommes111 qui souhaitent transmettre à leur descendance fortune et position sociale. Cette attitude contraste fortement avec celle des chevaliers de Rome, dont on connaît la résistance (qui alla jusqu’à une manifestation publique) à la législation matrimoniale d’Auguste112 : à Larinum, les chevaliers se marient113.

  • 114 M. Humbert, Le remariage, p. 108, relève dans les inscriptions les traces de cet idéal, encore affi (...)
  • 115 Malgré Klebs, RE, 2,2 (1896), s.u. Aurius n° 1 ; col. 2550, et Münzer, RE, 5,1 (1903), s.u. Dinaea,(...)
  • 116 Clu., 66,188 : alteris nuptiis (à propos de l’union avec Oppianicus), ne tient pas compte du premie (...)

40Quant au nombre d’unions contractées, il montre que le mariage unique n’est plus la règle, ni pour l’homme ni pour la femme : le vieil idéal de l’uniuira114, quasiment disparu dans les faits à Rome, ne s’est pas maintenu dans les municipes. Pour ne retenir que les cas vraiment significatifs, il faut éliminer plusieurs personnages pour lesquels un seul mariage est attesté, à savoir les très jeunes gens dont seule est mentionnée la première union (Auria II et Oppianicus le jeune ; et même Cluentius, âgé de trente-six ans), ainsi que ceux qui ont péri de mort violente avant le terme normal (Cn. Magius, C. Oppianicus). Remarquons que Melinus, mort visiblement jeune, a eu cependant deux épouses, Cluentia II et Sassia. Parmi les membres de la génération précédente, Cluentia, amita de A. Habitus, a peut-être contracté deux mariages ; Dinaea l’a fait à coup sûr115 ; Sassia a eu trois maris116 ; la veuve de Cn. Magius se remarie ; à une époque postérieure, l’hypothétique Cluentia, mère des deux Vibii et de Q. Modius, serait dans le même cas. Statius Oppianicus a eu six épouses, ce qui semble l’exception, la moyenne étant de deux ou trois mariages.

  • 117 La bibliographie est dans K. Hopkins, The Age of Roman Girls at Marriage, Population Studies, 18, 1 (...)
  • 118 M. Durry, Le mariage des filles impubères dans la Rome antique, RIDA, 2, 1955, p. 270 ; cf. K. Hopk (...)

41Dans trois cas, il nous est possible d’évaluer à peu près l’âge des conjoints lors de leur premier mariage, point qui a été bien étudié, pour l’ensemble du monde romain, à l’occasion d’une polémique sur la relation entre l’âge de la puberté chez les filles, et l’âge minimum légal de leur mariage117. Clu., 5, 11 nous apprend que Cluentia II était grandis et nubilis lors de la mort de son père. On sait depuis les articles de M. Durry que nubilis est sans rapport avec l’âge de la puberté, et signifie apte légalement au mariage, c’est-à-dire âgée de douze ans au moins118. Grandis, en revanche, implique probablement que la jeune Cluentia avait dépassé quelque peu ce minimum légal, et qu’elle était considérée comme mariable depuis quelque temps déjà. Quant à Melinus, il est, on l’a vu, qualifié d’adulescens, ce qui est peu explicite, mais animum adulescentis nondum consilio ac ratione firmatum et illa aetas (Clu., 5, 13) semblent bien signifier qu’il s’agissait d’un tout jeune homme.

42Si l’on accepte l’hypothèse faisant de Num. Cluentius le fils d’Aulus et de Vibia et en considérant d’autre part que Numerius, eques Romanus, a dix-sept ans au moins en 66, il est né en 83 au plus tard. Or, son père Aulus est né en 103, il a donc eu un fils à vingt ans, ou même plus jeune.

43Enfin, Auria II, fille de Melinus et de Sassia, est née durant le bref mariage de ses parents, après le divorce de Melinus et Cluentia II (86 ou 85) et au plus tard quelques mois après le meurtre de Melinus, en 82 ou 81, si elle est née posthume, soit probablement entre 85-84 et 81. Or, elle est fiancée en 69 : elle a donc entre douze et seize ans, et mariée entre 69 et 66, soit entre douze et dix-neuf ans. Et son mari, Oppianicus le jeune, selon la théorie présentée plus haut, est fiancé en 69 au moment même où, venant de prendre la toge virile, il peut légalement présenter une accusation, donc vers dix-sept ans. Et il est marié avant 66, donc avant vingt ans.

  • 119 L. Friedländer, Sittengeschichte Roms9, 1919, pp. 270-271 ; K. Hopkins, p. 316-317 et 326 ; P.A. Br (...)

44Rien dans ceci, on le voit, qui diffère grandement des habitudes de Rome, telles que M. Durry et K. Hopkins les ont décrites : mariage des filles légalement possible dès douze ans, fréquemment conclu peu après quatorze ans. Il est très regrettable que l’on ne puisse aboutir à des chiffres plus précis, puisque, selon M. Bang et Friedländer, dont K. Hopkins accepte les conclusions, le mariage “dynastique” des filles dans la nobilitas romaine se place plus tôt (de onze à dix-sept ans ; avec parfois des fiançailles extrêmement précoces, dont un exemple à sept ans) que la moyenne119. Et l’on ne peut mesurer en utilisant ce critère des fiançailles et des mariages précoces, à quel point la bourgeoisie équestre de Larinum se comporte comme la nobilitas romaine. Cluentius le père apparaîtrait même plutôt comme un exemple de l’attitude inverse, laissant sa fille devenir grandis sans la marier.

  • 120 Pour la datation du texte, voir M. Durry, Eloge funèbre d’une matrone romaine, Paris, CUF, 1950, p. (...)
  • 121 Mort d’un de conjoints : Cluentius le père (†) et Sassia ; St. Oppianicus et Cluentia I (†) ; Melin (...)

45La laudatio Turiae, 1, 27, sous Auguste, prétend que rara sunt tam diuturna matrimonia, finita morte, non diuertio interrupta, jugement probablement exagéré et destiné à mettre en valeur par contraste la solidité du mariage du laudateur120. Dans le Pro Cluentio, on relève sept unions auxquelles la mort a mis fin, pour trois divorces, mais on doit ajouter que pour plusieurs cas de remariages, on ne sait s’ils ont été rendus possibles par la mort d’un des conjoints ou par un divorce121.

  • 122 Voir P.A. Brunt, p. 154.
  • 123 Cette absence de détails (Clu., 9,28 : dies nondum decem intercesserant cum ille alter filius infan (...)
  • 124 Cluentia II et Melinus (C. ou L. Aurius) ; Sassia et Melinus (Auria II) ; St. Oppianicus et Papia ( (...)
  • 125 Cluentius le père et Sassia (Cluentius et Cluentia II) ; Dinaea et Aurius (M. et Num. Aurius) ; Din (...)
  • 126 Sauf peut-être le grand-pere de Cluentius, si Cluentia, mère de Melinus, est distincte de Cluentia (...)
  • 127 St. Oppianicus et Cluentia ; le même et la veuve de Cn. Magius ; le même et Sassia.
  • 128 Clu., 12,34 : merces abortionis ; 12,35.
  • 129 Clu., 11,31 : mulierem ueneno interfecit ut una cum illa illud quod erat ex fratre conceptum necare (...)

46La ressemblance avec les grandes gentes de Rome est nette dans le domaine de la natalité : les mariages sont peu féconds, ou peut-être faut-il plutôt dire que peu d’enfants parviennent à l’âge adulte, si l’on veut tenir compte d’une mortalité infantile probablement assez forte, comme c’est le cas à Rome122. Il est à ce propos pensable que la mort du filius infans d’Oppianicus, que Cicéron présente comme un infanticide, sans toutefois donner de détails sur l’éxécution matérielle, et sans mentionner aucune réaction de qui que ce soit, n’ait été en réalité qu’un décès naturel123. Plusieurs couples n’ont qu’un enfant124 ou deux125, aucun n’atteint le chiffre de trois126, et certains couples sont sans descendance127. En six mariages, Oppianicus n’est père que trois fois, et deux de ses fils n’atteignent pas l’âge adulte ; en trois unions, Sassia a trois enfants ; Dinaea, quatre de ses deux mariages. Plusieurs personnages n’ont aucune postérité : Cn. Magius, à la suite, nous dit Cicéron, d’un avortement de son épouse anonyme, à l’instigation d’Oppianicus128 ; C. Oppianicus, sa femme ayant péri alors qu’elle était enceinte129 : il est donc légitime de les compter parmi les couples qui, dans des circonstances normales, auraient eu au moins un enfant, et qui souhaitaient une postérité. Comme on l’a vu, M. et Num. Aurius n’ont pas de descendance, et il n’est même pas certain qu’ils se soient mariés.

  • 130 P.A. Brunt, pp. 140-143.
  • 131 Varron, R.R., 3, 16, 2 ; Brunt, p. 142 et n. 1 : les exemples de fécondité sont “surely unrepresent (...)
  • 132 C. Claudius Marcellus, cos. 50, a un fils, deux filles mariées respectivement trois fois et deux fo (...)
  • 133 M. Humbert, pp. 77-78 ; T.P. Wiseman, Cinna the Poet, 1974, p. 111.

47L’image globale est donc celle d’une faible natalité, comme dans la nobilitas de Rome130. Les familles nombreuses y sont l’exception, et quand Appius Claudius Pulcher, dans un texte de Varron, rappelle quelles difficultés il eut à élever ses deux frères et trois soeurs, il faut y voir la mention d’une situation familiale particulièrement exceptionnelle131 : si l’on passe en revue quelques familles notables de la fin de la République, en feuilletant Drumann-Groebe et Münzer, on trouve des familles de un ou deux enfants, parfois trois, rarement plus132, et une fréquence élevée de remariages133.

  • 134 En plus de la domum deductio, il existe deux moyens d’assurer la publicité du mariage : la présence(...)
  • 135 Clu., 5,14 : lectum ilium genialem quem biennio ante filiae suae nubenti strauerat, in eadem domo s (...)

48Un élément significatif des relations familiales est la résidence des conjoints : on sait qu’à Rome, un des éléments de la publicité nécessaire au mariage est la domum deductio, lors de laquelle la nouvelle épouse quitte la maison de son père pour celle de son mari134, distincte ou non de celle du père du mari134bis. La résidence, commune ou distincte, entre ascendants et nouveau couple, permet d’apprécier la nature du groupe familial, large ou nucléaire. A Larinum, deux cas s’offrent à nous : lorsque Sassia brise l’union de sa fille et de Melinus, elle chasse Cluentia de son domicile, s’y installe à sa place, après avoir célébré ses noces dans la chambre même qui avait été celle de sa fille. Celle-ci se réfugie auprès de son frère135. On a donc l’impression que Cluentia a quitté la maison de sa mère et de son frère pour s’installer chez Melinus, que Sassia l’en chasse et prend sa place, et que Cluentia retourne dans sa maison familiale.

  • 136 Clu., 9,27.
  • 137 Clu., 66,188 : earn sibi domum sedemque delegit in qua cotidie superioris uiri (sc. Melinus) mortis (...)

49De même, Papia, divorcée d’Oppianicus, est retournée vivre à Teanum136. Quand, après la mort de Melinus, Sassia épouse Oppianicus, elle va s’installer dans la demeure de celui-ci, qu’elle suivra d’ailleurs dans son exil137 ; la règle est claire : la femme s’installe dans la maison de son mari.

  • 138 Clu., 12,33 : praesente matre... ab ea (sc. son épouse) petiuit ut se mortuo apud Dinaeam... quoad (...)

50Cn. Magius, sentant sa mort proche, et voyant sa femme enceinte, fait venir auprès de lui sa mère Dinaea, et demande à son épouse de demeurer chez celle-ci jusqu’à son accouchement138 : on en conclut que la mère et le fils ont deux résidences séparées.

  • 139 Clu., 9,27.
  • 140 M. Humbert, Le remariage, pp. 295-197 ; sur la retentio propter liberos, dont l’existence est attes (...)

51En cas de divorce, il arrive qu’un enfant soit élevé auprès de sa mère : c’est le cas du puer, fils d’Oppianicus, élevé auprès de sa, mère à Teanum, mais apparaissant aux côtés de son père lors des manifestations officielles139 : ce qui se rencontre aussi à Rome. M. Humbert, après avoir rappelé l’existence des retentiones permettant à l’époux divorcé de garder une partie de la dot de sa femme pour contribuer à l’éducation des enfants, ce qui implique qu’il conserve la garde de ceux-ci, note que l’on trouve des exemples d’enfants élevés auprès de leur mère, ou auprès de leur père140.

52Tout ce qui précède, à savoir l’analyse de l’alliance matrimoniale en termes démographiques, laisse l’impression d’une large concordance des pratiques à Larinum et à Rome. On a contesté qu’il en fût de même dans le domaine proprement légal, en particulier en ce qui concerne la capacité légale de donner une fille en mariage, et les prohibitions matrimoniales pour cause de parenté ou d’alliance.

  • 141 E. Costa, Cicerone giureconsulto, p. 57 ; Corbett, The Roman Law of Marriage, p. 5 ; M. Kaser, Das (...)
  • 142 Ramsay, p. 237, note qu’au sens strict, despondere se dit du père du fiancé, spondere, du père de l (...)
  • 143 Corbett, pp. 122 et 239 ; M. Kaser, 1, p. 327.
  • 144 Clu., 5,14 : ecce autem subitum diuortium ; cf. 5,13, impliquant une liaison entre Sassia et Melinu (...)

53Costa pensait qu’à la différence de ce qui se passait à Rome, une mère, à Larinum, pouvait donner sa fille en mariage, en se fondant sur Clu., 64, 179 : inuito despondit ei filiam suam. C’est trop tirer de l’emploi de despondere que d’y voir une allusion à des sponsalia conclus par Sassia, et non, comme dans le droit de Rome, par Cluentia, devenue sui iuris à la mort de son père, avec l’auctoritas de ses tuteurs141. Cet emploi, comme l’a relevé Ramsay142, n’est pas strictement juridique, et marque simplement l’autorité personnelle de Sassia sur sa fille, et les tuteurs de celle-ci. De la même manière, il n’y a pas lieu de se demander si Sassia avait légalement le pouvoir de faire divorcer sa fille, comme l’avait un père sur sa fille mariée sine manu143 ; Clu., 5, 14 signifie simplement que Melinus, sous l’emprise de Sassia, renvoya sa femme144. Il n’y a donc pas lieu de supposer, à Larinum, un système juridique particulier accordant à la mère certains éléments de la patria potestas sur ses enfants.

  • 145 Liv., 42,34 ; Corbett, p. 48 ; M. Kaser, 1, p. 316.
  • 146 Cf. supra, p. 2 et n. 19 à 21.

54On s’est également posé le problème de savoir si les interdits matrimoniaux à Larinum coïncidaient avec ceux de Rome. Dans le cas du mariage des cognats, le Pro Cluentio nous fournit un exemple d’union entre cousins germains, celui de Melinus et de Cluentia II, également permis à Rome, où il est attesté depuis la Seconde Guerre Punique145. En revanche, on peut éliminer l’hypothèse d’un mariage entre tante maternelle et neveu146.

  • 147 Cf. supra, n. 23.
  • 148 Position de Costa, p. 57 ; W. Kunkel, RE, 14,2 (1930), s.u. matrimonium, col. 2267 ; M. Kaser, 1, p (...)
  • 149 A. Rossbach, Untersuchungen über die röm. Ehe, Stuttgart, 1853, p. 436.
  • 150 Gaius, 1,63 ; Vlp., 5,6 ; Paul, Sent., 2,19,5 = Coll., 6,3,3 : nec socrum nec nurum nec priuignam n (...)
  • 151 Rossbach, p. 436 ; Gaius, 1,63 : inter eas enim personas, quae parentum liberorumue locum inter se (...)
  • 152 Val. Max., 5,9,1 : in nouerca commissum stuprum (affaire de L. Gellius ; qu’il se soit agi. en fait (...)
  • 153 Ael. Spart., Hist. Aug. Carac., 10,1 : nouercam ; 10,4 : incestum. Que la parenté soit inexacte et (...)
  • 154 Voir la désapprobation de Catulle aux relations d’un socer et d’une nurus : 67,19-28 ; comme chez C (...)

55Le cas du mariage des adfines est plus délicat : nous ne possédons, ou l’a vu147, aucun texte attestant expressément l’existence à époque républicaine d’une interdiction d’épouser son ex-gendre ou son ex-bru, alors que la prohibition est formulée par Gaius, sous les Antonins. Deux hypothèses se présentent alors : considérer que le droit de la Rome républicaine connaissait cette prohibition, et que le cas de Larinum (où l’union de Sassia et de Melinus, son gener, a été conclue apparemment sans conséquences pénales, et sans que le statut de la fille issue de cette union, Auria II, soit remis en cause, puisqu’elle épouse Oppianicus le jeune) s’explique par une particularité du droit larinate148. Ou bien considérer que la prohibition n’existait, à cette époque, ni à Larinum ni à Rome149. La deuxième solution me semble la bonne. On peut en effet raisonner par analogie, faute de texte décisif : les textes de Gaius, Ulpien, et Paul150, mentionnant l’interdiction sous peine d’inceste d’épouser celle qui a été socrus (belle-mère), nurus (bru), y associent deux autres femmes de l’adfinitas, la nouerca (marâtre) et la priuigna (belle-fille), qui, elles aussi, sont assimilées à la mère ou à la fille151. Or, plusieurs textes du Ier et du IIème s. ap. J.-C., citant des cas d’union avec une nouerca, ne parlent que d’adulterium ou de stuprum, et non d’incestus152 : il faut donc considérer qu’avant Gaius, mais après Quintilien, soit à l’extrême fin du Ier s. ou au début du Ilème, le droit a été modifié de manière à inclure parmi les conjoints prohibés ces quatre adfines. Notons d’ailleurs que l’Histoire Auguste, rapportant que Caracalla aurait épousé sa nouerca Iulia, emploie le terme d’incestus153. Ainsi, au temps de Cicéron, même si les moeurs réprouvaient ces relations154, elles n’étaient pas positivement prohibées comme incestueuses.

56On arrive donc à la conclusion que, sur ce point également, moeurs et règles d’alliance sont à Larinum les mêmes qu’à Rome.

  • 155 Voir n. 5.

57Un autre phénomène a retenu l’attention des historiens : le caractère endogame ou exogame des lignées larinates155, domaine dans lequel il faut avancer, on l’a vu, avec précaution, en distiguant soigneusement, selon leur nature et leur dimension, les groupes dont on parle. Pour la clarté de l’exposé, on envisagera, par taille décroissante, le municipe, l’ordo, le corps des ciues Romani de Larinum, les groupes politiques, la parentèle (qui se divise à son tour, selon les catégories des juristes romains, en agnatio, cognatio, adfinitas).

  • 156 M.R. Torelli, pp. 345-352 : Magia vient peut-être d’Aeclanum, Sassia très probablement d’Histonium.
  • 157 M. Cébeillac, Octavie, épouse de Gamala, et la Bona Dea, MEFRA, 85, 1973, p. 526, n. 1, signale le (...)
  • 158 Clu., 9,27 ; il ne faut cependant pas exclure l’interprétation inverse, à savoir que Papia, née à L (...)

58Mme Torelli, se fondant principalement sur une analyse épigraphique et onomastique, a avancé l’hypothèse d’une forte exogamie géographique, considérant, par exemple, que les femmes d’Oppianicus étaient originaires des municipes ou colonies dans lesquels leurs gentilices sont attestés par des trouvailles épigraphiques156. Il est indéniable que les mariages à l’extérieur de la cité d’origine se pratiquaient157, et il est très probable que ce fut le cas pour Papia158. Mais peut-on affirmer qu’un personnage d’époque républicaine est étranger à un municipe, quand son gentilice n’y est pas attesté épigraphiquement ? Et faut-il nécessairement le rattacher à un autre, où il est signalé ? Cela ne semble pas être le cas : après tout, si les Cluentii et les Vibii sont connus par des inscriptions de Larinum, ce n’est pas vrai des Aurii, Asuuii, Auillii, et aucun Papius n’apparaît à Teanum. D’autre part, Cicéron ne nous signale expressément qu’un seul cas de femme ayant des attaches hors de Larinum : Papia. L’hypothèse de l’exogamie géographique ne s’impose donc pas dans le cas des autres épouses d’Oppianicus, ou de Dinaea.

  • 159 Pour St. Oppianicus, A. et Num. Cluentius, Cicéron le dit expressément : Clu., 39,109 ; 57, 156 ; 6 (...)
  • 160 Clu., 5,11 ; 8,23 ; 39,109 ; 69, 196. Les quatre victimes des proscriptions à Larinum appartenaient (...)
  • 161 Clu., 8,25.
  • 162 Clu., 15, 43-44. Hypothèse de C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, p. 841. G. Pugliese. p. 20. se fonda (...)

59En revanche, l’endogamie de groupe social et d’ordo est évidente : plusieurs de nos personnages, en tant que ciues Romani, appartiennent à l’ordre équestre159, et, localement, sont magistrats ou décurions de leur municipe ; Cluentius le père et son fils, St. Oppianicus, les deux Aulus Aurius, sont qualifiés de domi nobilis160 ; Oppianicus exerce le quattuorvirat161 et Cluentius, chargé par les décurions de Larinum de plaider la cause de la ville dans l’affaire des Martiales, appartient probablement à cet ordo162.

  • 163 C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, p. 799 ; cf. p. 755.
  • 164 J. Suolahti, The Roman Censors, pp. 451, 454, 457. Sur la durée et la portée de ce census, voir G. (...)
  • 165 C. Nicolet, L’ordre équestre. 2, p. 799.

60Mais toutes ces familles n’ont pas le même statut civique : C. Nicolet, analysant le cas de M. Aurius, fait prisonnier durant la Guerre Sociale et maintenu en captivité, en conclut qu’il n’est pas citoyen romain, bien que parent et allié de ciues et d’equites. Le montant exact du legs que Dinaea décide en sa faveur, et que Cicéron ne nous rapporte pas sans raisons, 400 000 HS, conduit C. Nicolet à penser que Dinaea souhaitait assurer à son fils le cens équestre, pour lui permettre donc de devenir en même temps citoyen et chevalier163. En poursuivant cette hypothèse, on peut se demander si Dinaea n’a pas pris cette mesure à l’occasion du recensement entrepris par les censeurs de 86, L. Marcius Philippus et M. Perperna, dont on sait qu’il dura jusqu’en 85 et peut-être 84, et qu’il intégra dans la ciuitas Romana un grand nombre d’Italiens164. Ceci serait un nouveau point d’ancrage chronologique dans l’histoire des méfaits d’Oppianicus. Toujours est-il que “la césure entre citoyens et non citoyens pouvait passer à l’intérieur du même groupe social, voire des mêmes familles”165. Et ce qui est visiblement déterminant dans les alliances matrimoniales, c’est davantage l’appartenance à la nobilitas larinate que la possession de la ciuitas Romana : les Cluentii et Abbii, ciues et equites, ne dédaignaient pas l’alliance des Aurii.

  • 166 Clu., 67,190, où Cicéron oppose le jeu normal de l’amicitia/inimicitia et de l’adfinitas, et l’util (...)

61Peut-on dégager, dans nos quatre lignées, des affiliations politiques, et peut-on dire que les alliances matrimoniales scellent des alliances politiques durables, ou créent des solidarités ? Il ne le semble pas : les Abbii sont pro-syllaniens (Statius se réfugie auprès de Metellus Pius et devient l’agent de Sylla à Larinum) ; face à lui, les Aurii et les Cluentii font figure de marianistes : trois Aurii sont proscrits, Cluentius est le représentant des intérêts larinates dans l’affaire des esclaves de Mars affranchis par Sylla. Et cependant, on relève des alliances matrimoniales aussi bien entre futurs alliés politiques qu’entre futurs adversaires : alliance politique et alliance matrimoniale ne se recoupent pas toujours. On voit même, après la Guerre Civile, le fils d’un meurtrier, Oppianicus le jeune, épouser la fille d’une des victimes, Auria II : on peut y voir la volonté de réconcilier deux familles politiquement opposées, ou une stratégie plus limitée, particulière à Sassia, soucieuse de rassembler deux lignées dans lesquelles elle était entrée par un mariage. La parenté et l’alliance ne sont pas un élément moteur du jeu politique local (et d’ailleurs, tous les acteurs en sont presque inévitablement apparentés) : Oppianicus le jeune devient le demi-beau-frère de Cluentius juste au moment où il va intenter contre lui une accusation. Melinus est le neveu ou beau-fils d’Oppianicus qui le fait assassiner. C’est que l’alliance politique et l’alliance matrimoniale n’ont pas la même durée : une inimicitia peut surgir entre adfines, et finir par rompre l’adfinitas, tout comme une alliance matrimoniale peut venir mettre fin à une inimicitia. C’est justement dans le Pro Cluentio, à propos des affaires de Larinum, que Cicéron présente, dans un texte capital, une théorie des rapports complexes pouvant exister entre amicitia/inimicitia et adfinitas, théorie que l’on pourrait appliquer terme à terme au jeu politique à Rome166.

  • 167 Voir p. ex. Corbett, pp. 113-114, 117-120, 149, 182-183, 202.
  • 168 Clu., 9,28 : opposition d’hypothétiques dona nuptialia et du meurtre des enfants ; on sent derrière (...)

62Il resterait, avant de passer à l’endogamie de parentèle, à s’interroger sur les stratégies matrimoniales et la circulation des biens : dans quelle mesure les lignées agnatiques conservent-elles leurs biens patrimoniaux, ou au contraire les font-elles circuler entre elles par le jeu de la dot, des donations entre époux, et de la succession testamentaire ou non entre conjoints ? La théorie régnante est celle du séparatisme des biens des époux167. Mais le tableau que dresse Cicéron (sans aucun doute retouché pour accabler Oppianicus) tendrait à faire penser que l’héritage entre époux pouvait faire passer les biens d’une lignée dans une autre. On se contentera ici de relever que le mot dos n’apparaît pas dans le discours, qu’on y relève une seule allusion, à caractère rhétorique, aux dona nuptialia168, et que c’est plutôt du côté de la succession entre époux qu’un juriste devrait pousser l’enquête, rendue difficile par l’absence d’indications sur le caractère des mariages, avec ou sans manus, et sur la nature juridique des dots.

  • 169 Liv., 4, 2, 34 ; Cic., Phil., 2,38,9 ; Plut., Ant., 9 ; Klebs, RE, 1, 2 (1894). s.u. Antonius n° 11 (...)
  • 170 Y. Thomas, pp. 362-363 et 367, suppose que les prohibitions matrimoniales à époque ancienne ne frap (...)

63L’union endogame à l’intérieur de l’agnatio n’est pas représentée à Larinum (l’hypothèse du mariage de Cluentia II avec un Cluentius, ainsi que celle qui fait de Melinus et de Cluentia II des cousins germains parallèles patrilinéaires, ayant été éliminées pour raisons linguistiques, cf. supra, p. 103, et n. 35). Or, le phénomène est rare également à Rome. On en connaît certes des exemples dans la gens Cornelia, mais aussi en dehors des cercles aristocratiques, puisque c’est le cas du centurion Sp. Ligustinus, en 171 av. J.-C. A l’époque de Cicéron, on peut citer le second mariage d’Antoine avec Antonia, fille de son patruus169. Mais, et c’est un fait aisément constatable, on rencontre rarement, à la fin de la République, des conjoints portant le même gentilice : on sent derrière ce phénomène, surprenant si les couples étaient formés de façon totalement aléatoire, dans une aristocratie comprenant un nombre limité de gentes, une sorte de répugnance. On justifiera d’ailleurs plus tard la prohibition de la cousine germaine agnatique en disant qu’on n’épouse pas sa soror patruelis parce que l’on n’épouse pas sa soror, ce qui semble une justification a posteriori d’une pratique dont la cause n’était plus perçue170.

  • 171 Les mariages de cousins germains ne sont nullement une particularité de Larinum ; on en trouvera un (...)

64En revanche, comme à Rome, l’endogamie à l’intérieur de la parenté cognatique est très répandue : les mêmes lignées se mariant entre elles, sur plusieurs générations, on se marie donc souvent entre cousins germains, issus de germains171, ou du moins dans une lignée déjà apparentée à la sienne. Mais cette remarque ne suffit pas : il faut se demander, à chaque alliance, quelle est la lignée donneuse, et laquelle est receveuse. C’est ainsi que C. Oppianicus épouse une Auria, et qu’il est imité par son neveu Oppianicus le jeune (on ne peut dans ce cas que relever l’identité de lignée, la parenté des deux femmes étant inconnue). St. Oppianicus d’ailleurs, bien que n’épousant pas une Auria, s’allie à une demi-soeur des Aurii, Magia, et déjà auparavant à Cluentia, belle-soeur d’un Aurius (ou veuve d’un Aurius, selon que Cluentius le père a eu une seule ou deux soeurs). On relèvera que les Aurii apparaissent donc, par rapport aux Abbii, comme des “donneurs de femmes”.

65De la même manière, deux Aurii, père et fils, épousent des Cluentiae, tante et nièce. Là encore, la circulation des femmes se fait, à deux reprises sur deux générations successives, dans le même sens : les Aurii, cette fois, à l’inverse de ce qui se passe entre eux et les Abbii, sont en position de receveurs, et les Cluentii de donneurs.

66On est donc en présence d’un système d’échange et de circulation des femmes qui comprend, au minimum, trois lignées (et sûrement plus : apparaissent des Vibii, Magii, etc.), selon le schéma : Cluentii → Aurii → Abbii → ? (on regrette de ne voir apparaître aucune femme de cette lignée !), ce qui correspond, dans la terminologie anthropologique, à un système d’échange généralisé : les hommes de chaque lignée renoncent à épouser les femmes qui en sont issues, les donnent à une autre lignée, et reçoivent les leurs d’une troisième.

67Un autre système d’échange est également possible, ne mettant en jeu que deux lignées, et assurant une réciprocité plus directe, les donneurs devenant, à la génération suivante, receveurs, et inversement (dans une société où l’on marie les filles très jeunes, la réciprocité ne se faisait guère attendre, et le système était donc rapidement clos). C’est celui que l’on peut supposer entre Vibii et Cluentii, si la reconstruction de l’ascendance des consuls Vibii présentée ici est correcte. On voit en effet une Vibia donnée à un Cluentius (le client de Cicéron) et, probablement à la génération suivante, une Cluentia donnée à un Vibius.

68Dans les deux cas, ces mariages entre parents assurent la même fonction : permettre une circulation des femmes entre plusieurs lignées, en évitant le mariage entre agnats, qui isole chaque lignée, et ne lui permet pas d’acquérir de nouvelles alliances, ou de renforcer celles qui existent.

69Autre forme d’endogamie, celle qui se manifeste à l’intérieur de l’adfinitas. L’exemple le plus frappant est celui de St. Oppianicus qui, par deux fois, épouse une parente par alliance d’une de ses précédentes épouses, très précisément la veuve du frère de sa femme, selon le schéma suivant :

70La répétition exclut, me semble-t-il, qu’il s’agisse d’un hasard. Et, à la différence de l’endogamie de cognatio analysée plus haut, il s’agit probablement de la stratégie consciente d’un individu, et non plus des pratiques habituelles, répétitives, et non réflexives des lignées. Le but devait donc en être différent.

  • 172 Pour une analyse de ce type d’union, qui ne devait pas être rare, vu le grand nombre de familles co (...)

71Dernier type enfin, mettant en jeu les rapports d’adfinitas : ce type d’alliance consiste, pour deux conjoints, à unir les enfants qu’ils ont eus précédemment, chacun de leur côté, d’un autre lit, et qui ne sont donc nullement apparentés entre eux. On sent, derrière ce type d’union172, la volonté de resserrer les liens entre enfants de lits différents, et de neutraliser d’éventuels conflits entre demi-frères, marâtre et beaux-enfants. L’exemple fourni par le Pro Cluentio est celui d’Oppianicus le jeune et d’Auria, selon le schéma suivant ;

  • 173 Clu., 64,179 ; 66,190.

72Il est clair que ce cas correspond à une volonté très nette de Sassia, à une stratégie : assurer la solidarité des Abbii et des Aurii, pour éviter que les Aurii, par exemple, ne se rapprochent une fois de plus des Cluentii. Le texte de Cicéron est net : cette alliance est dirigée contre Cluentius173.

73Deux observations, pour conclure : la première est qu’il faut distinguer deux phénomènes : 1°) l’endogamie de cognatio, fait très général, destiné à assurer l’échange des femmes entre quelques lignées qui constituent, ainsi, une grande unité à peu près endogame (l’exception étant le mariage en dehors du municipe), coïncidant avec la bourgeoisie du municipe. Phénomène hérité, c’est devenu le mode de fonctionnement normal de cette micro-société, dont il assure, au delà des vicissitudes de l’inimicitia, la cohésion profonde, tout comme il l’est dans la société plus vaste que constituent les grandes gentes romaines ; 2°) l’endogamie d’adfinitas, qui correspond à des stratégies individuelles conscientes, à but plus immédiat et plus limité (s’assurer un héritage, tenter d’acquérir un soutien pour une action ponctuelle).

74La seconde observation est que cette endogamie de parentèle nous frappe beaucoup plus que dans le cas de Rome : les mêmes noms reviennent sans cesse, les stemmata deviennent d’une grande complexité à cause de l’imbrication des lignées, et le système d’échange entre lignées se clôt très rapidement (cf. p. 111). On ressent-là, à première vue, une impression très différente de celle que procure la lecture des généalogies de la nobilitas romaine. S’agit-il de deux sociétés fonctionnant selon des modes différents, dans lesquelles l’alliance matrimoniale joue des rôles d’inégale importance ? A y regarder de plus près, il ne le semble pas. Il faut en effet tenir compte de la différence d’échelle : dans la nobilitas de Rome, aux multiples stirpes, et dans la bourgeoisie municipale larinate, dont les familles notables, celles qui fournissent quattuoruiri et principaux décurions, se comptent par dizaines, probablement, les mêmes systèmes produisent des effets différents. A Rome, des mariages entre cousins des 4ème, 6ème, 8ème degrés, à Larinum, une endogamie de cognatio très forte (et d’ailleurs, d’autant plus aisément décelable) : dans ce domaine comme dans plusieurs autres, que l’on a essayé d’aborder ici, Larinum est bien une petite Rome.

75(Paris IV - E.R.A. n° 757)

Notes

1 Principaux ouvrages utilisés (les éditions sont citées sans indication de titre, par le nom de l’éditeur et la date) : J. Classen. Berlin, 1831 ; R. Klotz, 1, Leipzig, 1835 ; Orelli et Baiter, Onomasticon Tullianum, Zurich, 1838 ; G. Long, 2, Londres, 1855 ; C. Niemeyer, Ueber den Prozess gegen A. C. H., Kiel, 1871 ; C. Bardt, Zu Ciceros Cluentiana, progr. Neuwied, 1878 ; W. Ramsay et G.G. Ramsay2, Oxford, 1883 ; W. Peterson. Londres, 1899 ; W.Y. Fausset4, Londres, 1901 ; W. Drumann-P. Groebe, Geschichte Roms2, 5, 1912, pp. 383-397 ; J. Humbert, Les plaidoyers écrits et les plaidoiries réelles de Cicéron, Paris, 1925, pp. 1 11-119 ; H. Grose Hodge. Londres, L.C.L., 1927 ; L. Fruechtel, Leipzig, Teubner, 1931 ; P. Boyancé, Paris, C.U.F., 1953 ; G.S. Hoenigswald, The Murder Charges in Cicero’s Pro Cluentio, TAPhA, 93, 1962, pp. 109-123 ; J. van Ooteghem, L’affaire Cluentius, Hommages à M. Renard, 2, Bruxelles, 1969, pp. 777-788 ; G. Pugliese, Centro di Studi Ciceroniani, Mondadori, 1972 ; M.R. Torelli, Una nuova iscrizione di Silla da Larino, Athenaeum, 51, 1973, pp. 336-354 ; W. Stroh, Taxis und Taktik Ciceros Gerichtsreden, Stuttgart, 1975, pp. 194-242 ; D. Berger, Cicero als Erzähler, Francfort, 1978, pp. 48-63 ; Y. Thomas, Mariages endogamiques à Rome, RHDFE, 1980, 3, pp. 345-382.

2 Klotz. p. 607 ; Niemeyer, p. 24 ; Peterson, p. X ; Fausset, p. XII ; W. Kroll, Ciceros Rede für Cluentius, N.Jb. klass. Alt. Gesch. d. Lit. Päd., 53, 1924, pp. 175 et 176 n. 1 ; Boyancé, p. 43 ; M.R. Torelli, p. 341 ; D R. Shackleton Bailey, Two Studies in Roman Nomenclature, 1976, p. 49 (qui parle de “Cluentius Habitus’family chronicle”) ; Y. Thomas, p. 359.

3 Fausset, p. XII-XIII ; V. Brugnola, Un processo celebre al tempo di Cicerone, A&R, 12, 1909, col. 309 et 312 ; Grose Hodge, p. 209 ; J. van Ooteghem, p. 787.

4 E. Costa, Cicerone giureconsulto2, Bologne, 1927, p. 57 (système familial différent à Rome et Larinum : prohibitions matrimoniales, successions) ; p. 127 (système successoral différent) ; p. 216, n. 1.

5 Y. Thomas, p. 360 : “un milieu étroit de parentèles qui tend à l’endogamie”, et 361, n. 36, 37, 38 ; M.R. Torelli, p. 352, parle de “politica esogamica”. La contradiction entre ces deux auteurs n’est peut-être pas absolue ; on ne peut parler en termes généraux d’endogamie ou d’exogamie, il faut définir les unités dont on parle : famille, lignée agnatique ou cognatique, parentèle limitée à tel ou tel degré, groupe géographique, classe sociale, groupe d’âge, ordo, etc. D’après leurs contextes, il semble que Y. Thomas envisage des groupes de parenté, tandis que Mme Torelli traite des unités géographiques et politiques, les municipes.

6 P.A. Brunt, Italian Manpower 225 B.C. - A.D. 14, Oxford, 1971 ; M. Humbert, Le remariage à Rome. Etude d’histoire juridique et sociale, Milan, 1972.

7 Voir D. Berger, pp. 60-61 : Cicéron condense des événements qui se sont déroulés sur une période de 25 ans, avec des lacunes, et sans aucun fil chronologique.

8 On rencontre parfois des inscriptions permettant de suivre trois ou quatre générations, comme CIL IX, 2485 et 2486, mais leur interprétation est également délicate : voir les divers stemmata proposés par Mommsen, dans le Corpus, M. Hofmann. RE, 18, 3, s.u. Paquius n° 3, col. 1120, et M R. Torelli, pp. 349-352. T P. Wiseman, New Men in the Roman Senate, Oxford, 1971, p. 63, suggère que les Paquii Scaeuae d’Histonium, mentionnés dans ces inscriptions, étaient apparentés aux Abbii Oppianici de Larinum.

9 Voir les réserves de P A. Brunt, pp. 132-133, sur la valeur des données épigraphiques dans l’étude de l’espérance de vie.

10 Surtout dans le Pro Cluentio, où il s’est vanté se tenebras offudisse iudicibus (Quintilien, Inst., 2, 17, 21). Sur cette formule, voir J. Humbert, Comment Cicéron mystifia les juges de Cluentius, RÉL, 16, 1938, pp. 275-296.

11 L’étude critique de la présentation donnée par Cicéron des divers meurtres commis à Larinum a été menée par G.S. Hoenigswald, principalement pp. 112-123.

12 Cic., Clu., 5, 12 : ...grandem autem et nubilem filiam quae breui tempore post patris mortem nupsit A. Aurio Melino consobrino suo.

13 Pour cette étymologie, voir entre autres Nonius, p. 894 L. ; Donat, ad Ter. Hec., 459 ; Gaius, D., 38, 10, 1, 6. Cicéron appelle consobrinus C. Visellius Varro, fils de la soeur de sa mère : Prou, cons., 17,40 ; Brut., 76, 264 ; De or., 2, 1, 2.

14 Exemples d’emploi : Cic., Off., 1, 17. 54 ; Lex Vrsonensis, FIRA, 1, p. 187, 1. 15 sq. ; Gaius, 3, 10.

15 Cic., 2 Verr., 3, 73, 130 ; 4, 11, 25 ; 4, 60, 137 ; 4, 65, 145 ; Att., 1,5, 1 ; Fin., 5, 1, 1 ; 5, 26, 76 ; 5, 29, 81 (frater patruelis ou frater à propos de L. Tullius Cicero).

16 Clu., 5, 12 : filiae maeror ; 5, 13 : filia ; 5, 14 : mater.

17 Soutenue par Ramsay, pp. 9 et 11 ; Grose Hodge, p. 215 ; A. Watson, The Law of Persons in the later Roman Republic, Oxford, 1967, p. 39 ; C. Garton, Naeuius’ Wife, CPh, 65, 1970, p. 40 (cet article est en fait une étude des emplois de consobrinus chez Cicéron) ; Fausset, p. XXXIX, est vague (“Melinus, her first cousin on the mother’s side”).

18 Y. Thomas, p. 359 n. 36.

19 Clu., 5,12 : generi sui ; 5,14 : genero socrus ; 64,179 : ex genero ; 66,178 : generi nuptias... quondam socrus, paulo antea uxor ; 70,199 : uxor generi.

20 Gaius, 1,62 ; Vlp., 5,6 = Coll. 6,2, 1-3 ; Gaius. D., 23,2, 17,2.

21 Voir, dans le cas comparable de l’union entre oncle paternel et fille du frère, la répugnance des contemporains de Claude à suivre son exemple, après qu’il eut épousé sa nièce Agrippine : Tac., Ann., 12,7,4 ; Suét., Claud., 26,8 ; et la désapprobation qu’encourut Domitien quand il prit pour maîtresse Julia, fille de Titus : Suét., Dom., 22,2 ; Juv., 2,29-33 ; Pline, Pan., 52,3.

22 Cicéron développe trois thèmes : - le mariage de Sassia avec Melinus est un scelus, Clu., 5,12 : scelere coniuncta ; de suo scelere ; 5,13 : sine scelere ; 6,15 : scelus ; 6,17 : tanto scelere matris ; - ce mariage est contraire au fas : 5,12 : mulieris importunae nefaria libido ; contra quam fas erat amore capta ; 5,13 : nefarium matris paelicatum ; 63,176 : nefaria mulier ; 66,188 : nefarias generi nuptias ; Sassia souille la terre même, 68,193 ; - Sassia a bouleversé les règles familiales et s’est exclue de l’humanité, 70,199 : nomina necessitudinum, non solum naturae nomen et iura mutauit.

23 Nous n’avons connaissance d’aucune règle d’époque républicaine interdisant le mariage entre un ex-gendre et celle qui avait été sa belle-mère (ce n’est plus vrai sous l’Empire, puisque Gaius, 1,63, compte quae mihi quondam socrus fuit parmi les femmes qu’il n’est pas permis d’épouser). En revanche, Cicéron lui-même considérait que le lien d’adfinitas disparaissait quand le mariage qui l’avait fait naître était rompu par un divorce ou par le décès d’un des conjoints (Clu., 12,33 : apud Dinaeam, quae tum ei mulieri socrus erat ; 14,41 : Oppianicus, qui gener eius fuisset ; 77,190 : diuortia atque discidia adfinitatium ; Sest., 3,6 : ademit Albino soceri nomen mors filiae ; De or., 1,2,24 : socer eius qui fuerat) ; dans ce sens. Long, p. 299 ; Peterson, p. 134, et Fausset, p. 106 ; Mommsen, Droit pénal, 2, p. 407 et n. 1, refuse de se prononcer, et M. Humbert, p. 15, ne mentionne à propos de Sassia et Melinus qu’une réprobation morale sans conséquence pénale. Enfin, Costa, p. 57, fidèle à sa thèse d’une différence de droits matrimoniaux à Rome et à Larinum, refuse de tirer argument de notre passage.

24 Dans ce sens, Y. Thomas, p. 359, n. 36, qui n’envisage pas l’hypothèse d’un droit matrimonial particulier à Larinum.

25 Gaius, 1,62, et l’exemple de Silanus et Lepida : Tac., Ann., 16,8,2 et 9,1.

26 Par exemple Cic., Fam. 11,7,1 (voir C. Garton, CPh, 65,1970, p. 40 ; D.R. Shackleton Bailey, Cic., Fam., 2, 1977, p. 494) ; Nep., 26,2,1.

27 Clu., 10,30 : qui uxori suae Cluentiae, quae amita huius Habiti fuit, cum ipse poculum dedisset.

28 Voir le texte cité n. 27 et les allusions de 44,125 et 61,171, qui, malgré le pluriel (uxores) semblent bien ne viser que la seule Cluentia.

29 Nous suivons, pour Clu., 60,165, l’excellente analyse donnée, il y a longtemps déjà, par B.W. Leist, Die Bonorum possessio. Ihre geschichtliche Entwicklung und heutige Geltung, 2, Göttingen, 1848, p. 22, et Peterson, p. 243.

30 Clu., 60,165 : huic... Num. Cluentio quem uidetis.

31 Clu., 60,165 : obiectum est C. Vibium Capacem ab hoc A. Cluentio ueneno esse sublatum. Opportune adest homo summa fide et omni uirtute praeditus, L. Plaetorius, senator qui illius Capacis hospes fuit et familiaris. Apud hunc ille Romae habitauit, apud hunc aegrotauit, huius domi est mortuus. At heres est Cluentius. Intestatum dico esse mortuum possessionemque eius bonorum praetoris edicto huic illius sororis filio, adulescenti pudentissimo et in primis honesto, equiti Romano, datam, N. Cluentio, quem uidetis. Pour le problème textuel posé par la correction at, voir infra n. 39.

32 Orelli-Baiter, p. 165 ; Peterson, p. 244 ; Fausset, p. XXXVIII-XXXIX et 199 ; Münzer, RE, 4 (1900), s.u. Cluentius n° 2, col. 111 ; Grose Hodge, p. 214 et 402-403 ; W. Stroh, p. 198, n. 23.

33 Niemeyer, p. 21 ; Ramsay, p. 231 ; Boyancé, p. 157 n. 2 ; Hoenigswald, p. 119, n. 25 ; C. Nicolet, L’ordre équestre à l’époque républicaine, 2, Paris, 1974, pp. 841-842 (cf. p. 755) ; G. Pugliese, p. 272, n. 89.

34 D’après Clu., 5,12, il est exclu que Cluentius le père ait eu une autre fille que l’épouse de Melinus.

35 Münzer, loc. cit. n. 32.

36 Cf. infra, p. 12. T.P. Wiseman, New Men in the Roman Senate, Oxford, 1971, pp. 53-54, a bien vu que, dans l’aristocratie de Rome, le phénomène est rare.

37 Fausset, p. 198 ; Peterson, p. 244.

38 Liuia Drusilla, enceinte de son mari Tib. Claudius Nero, divorça en hâte pour épouser C. Caesar, futur Auguste, et mit au monde, trois mois après son divorce et ses noces, un enfant qui fut dénommé Nero Claudius Ti.f. Drusus, et rendu peu après à son père (38 av. J.-C.) : Suét., Diu.Aug., 62,3 ; Tib., 4,6 ; Claud., 1,1 ; Vell. Pat., 2,95,1 ; Dio Cass., 48,44 ; Tac., Ann., 1,10,5 ; CIL IX, 2443 ; Stein, RE, 3 (1899), s.u. Claudius n° 139, col. 2705-6 ; PIR2, 2, n° 857, p. 195 ; J. Carcopino, Le mariage d’Octavie et de Livie et la naissance de Drusus, Revue Historique, 141, 1929, pp. 225 sq. ; M. Humbert, p. 296, n. 5.

39 L’opposition significative est celle qui existe entre heres, héritier institué par testament, et possessionem bonorum, qui nous renvoie à la succession du droit prétorien. Ceci ôte un peu de son importance au problème textuel posé par la correction de aut en at ou haud : le choix d’un des termes n’engage que la présentation de l’idée par Cicéron (at : objection qu’il prête à l’accusateur pour mieux la réfuter ; haud : dénégation formulée par Cicéron lui-même), et non le contenu même de l’idée. La phrase at heres est Cluentius est omise par plusieurs manuscrits, et a été rejetée du texte par certains éditeurs : J. Classen, pp. 203-204 ; Orelli-Baiter-Halm, 1854, p. 590 ; Fausset, p. 198 ; mais elle est acceptée par Ramsay, p. 231 ; Peterson, pp. 243-244 ; Boyancé, p. 157. Intestatum dico, dans la phrase suivante, est visiblement une réfutation de heres, et le passage semble cohérent si l’on maintient la phrase en cause.

40 La datation de cette clause édictale est l’objet d’une controverse chez les juristes : elle existe à coup sûr à l’extrême fin de la République ou au début du principat d’Auguste, puisque Trebatius la commentait (Paul, D., 38,10,10,15 et 18 ; voir le raisonnement de A. Watson, Law of Succession, p. 184). Clu., 60,165, serait sa première attestation, si l’on accepte l’interprétation présentée ci-dessus (cf. Leist, op.cit., p. 22 ; Costa, p. 214 ; P. Voci, Diritto ereditario romano, 1, Milan, 1967. p. 133). Contra, A. Watson, p. 184, n. 4, dont l’analyse est fondée sur une interprétation d’illius qui nous semble grammaticalement incorrecte, et qui dénie toute signification au passage.

41 C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, pp. 841-842, n° 104.

42 Cf. n. 34.

43 G.S. Hoenigswald, TAPhA, 93, 1962. p. 119, n. 25.

44 Sur cette limite d’âge, voir C. Nicolet, L’ordre équestre, 1, p. 73 ; J.-P. Néraudau, La jeunesse dans la littérature et les institutions de la Rome républicaine, Paris, 1979, p. 116.

45 Voir C. Nicolet, L’ordre équestre, 1, pp. 88-96, et, sur les difficultés créées à la fin de la République par l’absence de cens, ainsi que sur le caractère quasiment héréditaire, dans certains cas. de la dignité équestre, voir C. Nicolet, Les finitores ex equestri loco de la loi Seruilia de 63 av. J.-C., Latomus, 29,1, 1970, pp. 80-82, 86-87, et T.P. Wiseman, The definition of “eques Romanus” in the late Republic and early Empire, Historia, 19, 1970, pp. 70 et 81.

46 On connaît l’anecdote fameuse de Pompée, en 70, se présentant devant les censeurs avec son cheval : Plut., Pomp., 22,3, et C. Nicolet, p. 71, n. 6 ; J. Suolahti, The Roman Censors, 1963, pp. 458-463. Les précédents censeurs remontent à 86, ce qui donnerait 37 ans à Numerius en 66 : Cicéron le qualifierait-il encore d’adulescens ?

47 Le cas de Sassia, mère de l’accusé, mais son adversaire, est bien entendu à part. Il n’est pas sûr qu’il faille voir dans le pluriel liberum de Clu., 70,200, une allusion à la présence de Cluentia au procès aux côtés de son frère : voir la remarque de Fausset, p. 216, sur un autre emploi de liberi dans le même discours pour désigner un seul enfant (on sait d’ailleurs que c’est l’usage dans la langue des juristes). G.S. Hoenigswald. pp. 117-118, remarque que l’on ne sait rien du sort de Cluentia après son divorce, ni de ses relations avec son frère.

48 Bonorum possessio est l’expression technique employée par les juristes : Gaius, 3, 34. Voir encore Clu., 15,45, qui selon Fausset, p. 113, implique aussi une bonorum possessio prétorienne.

49 L’artifice que nous supposons dans la réponse de Cicéron est très exactement celui dont il avait usé dans un précédent procès, le fameux iudicium Iunianum de 74, en tant que défenseur de Scamander. Face à Cicéron soutenant que Scamander n’avait pas d’intérêt personnel à la mort de Cluentius, l’accusateur P. Cannutius répondait : la mort de Cluentius enrichirait Sassia, épouse d’Oppianicus, ami de Scamander (Clu., 19,52). C’était déjà la distinction de l’intérêt direct et de l’intérêt indirect, dans une affaire de meurtre lié à une succession. On rapprochera encore l’accusation de Cicéron contre Oppianicus, qui aurait fait disparaître l’enfant à naître de Cn. Magius pour assurer à son propre fils, Oppianicus le jeune, l’héritage de Magius (Clu., 12,33-35, parallèle signalé par G.S. Hoenigswald, p. 119).

50 Clu., 15,45 : nam Habitus usque ad illius iudici tempus nullum testamentum unquam fecerat... Id cum Oppianicus sciret — neque enim erat obscurum — intellegebat Habito mortuo bona eius omnia ad matrem esse uentura ; 19,52 : ad uxorem Oppianici, hominis in uxoribus necandis exercitati omnia bona Habiti uentura esse dicebat (G.S. Hoenigswald, p. 119, n. 26, ne cite que le premier texte).

51 M.R. Torelli, pp. 340-343.

52 G.S. Hoenigswald, p. 119, n. 26, se fondant sur Clu., 50.139.

53 A condition toutefois de ne pas examiner l’argument de trop près : comme le relève Niemeyer, pp. 5-6, suivi par W. Stroh, p. 203, l’argumentation de Cicéron suppose en effet que Sassia testerait en faveur d’Oppianicus, puisque celui-ci la tuerait, et que Cluentia serait exclue de l’héritage de sa mère.

54 Costa, p. 127, à propos d’une bonorum possessio de la mère aux enfants. Au contraire, ce passage avait été utilisé par Fabricius pour démontrer l’existence de la clause édictale unde cognati de la bonorum possessio sine tabulis : voir son argumentation et une réponse prudente dans Leist, op.cit. n. 29. p. 23.

55 Mais Peterson, p. 142, et Fausset, p. 113, notent à juste titre que Sassia s’est entre temps remariée deux fois, à Melinus puis à Oppianicus. Appartient-elle encore à la famille des Cluentii ?

56 Gaius, 3,14. Voir M. Kaser, Das röm. Privatrecht, 1, Munich, 1955, pp. 580-581 ; P. Voci, op.cit. n. 40,2, 1963, p. 7 ; A Watson, The Law of Succession in the Later Roman Republic, Oxford, 1971, pp. 176-177.

57 M. Kaser, pp. 584-585 ; P. Voci, pp. 10-15 ; A. Watson, p. 183, considère, comme on l’a vu. que la clause unde cognati n’existe pas à cette époque. Voir Peterson, p. 142 ; Fausset, p. 113.

58 Comme pour compliquer le problème, Leist, p. 23, pose en outre la question du droit à succéder d’éventuels agnati de Cluentius. tel Num. Cluentius, si l’on refuse d’en faire le fils d’Aulus.

59 CIL IX, 730 : C. Vibio. C.f./Postumo./pr.pro.cos./municipes.et./incolae. La fraternité des deux Vibii est attestée par leur commune filiation : C. f. C. n. (cf. n. 65), et par une inscription de Téos, CIG II, 3084, dont la lecture a été améliorée par G. Lafaye, IGRRP, 4, p. 514, n° 1564 : δμος / τείμησεν Αλον Βίβιον / Ἁβῖτον τòν ἀδελϕόν το τς / πόλεως εεργέτου Γαϊου Οιβίου / Ποστόμου.

60 Fasti Capitolini, in Α. Degrassi, I. I., 13,1, p. 61 ; et l’inscription de Téos, n. 59 ; PIR1, 3, n° 384, p. 422 ; H. Gundel, RE, 8A2 (1958), s.u. Vibius n° 35, col. 1971-1972.

61 R. Syme, The Roman Revolution, Oxford, 1952, p. 362, n. 7 ; H. Gundel, RE, 8A2 (1958), s.u. Vibius n° 45, col. 1978 ; O. Freda, Epigrafi inedite di Larino, Contributi dell’Ist. di fil. class, sez. di stor. ant., 1, Milan, 1963, p. 240, n. 3 (= Pubbl. Un. Catt. S. Cuore, Contributi, ser. 3. sc. stor. 4) ; C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, p. 1076, n. 3.

62 Voir n. 61.

63 Cette hypothèse est apparemment reprise par C. Nicolet, loc. cit., qui fait de Capax un des ascendants de A. Vibius Habitus.

64 Ο. Freda, p. 240.

65 A. Degrassi. I.I., 13,1, p. 61.

66 R. Cagnat, Cours d’épigraphie latine4, Paris, 1914, pp. 6768 ; cette pratique est rare avant le principat : d.r. Shackleton Bailey, Two Notes in Roman Nomenclature, 1976, p. 83.

67 J. Marquardt, La vie privée des Romains, 1, tr. fr., Paris, 1892, p. 20, n. 6 ; p. 28 ; p. 29, n. 1 ; R. Cagnat, op.cit., p. 69 ; G. Barbieri, Sull’onomastica delle famiglie senatorie dei primi secoli dell’impero, L’onomastique latine, Paris, 1977, pp. 180-181.

68 On pourrait songer à une autre explication de ce cognomen : une adoption. Car nous savons par l’épigraphie que les deux Vibii avaient un frère du nom de Q. Modius (RE n° 9) : O. Kern, Die Inschriften von Magnesia am M., Berlin, 1900, pp. 120-121, n° 152 : ἀδελϕοῦ ατοῦ. La différence de gentilice a incité Stein, RE, 15,2 (1932), col. 2232 ; Gundel, RE, 8A2 (1958), col. 1978 ; O. Freda, p. 240, à supposer qu’il s’agissait de frères adoptifs, sans préciser si deux fils d’un Modius avaient été adoptés par un Vibius, ou si un Vibius avait été donné en adoption à un Modius. On doit cependant observer que l’onomastique des trois personnages ne confirme guère cette supposition (pas de cognomen en -anus, ou de cognomina multiples). Bien meilleure me semble l’hypothèse de P. von Rohden et H. Dessau, PIR1, 3, p. 424, n° 392, faisant des Vibii et de Modius des frères utérins. Ceci impliquerait pour la mère de Postumus et Habitus, notre hypothétique Cluentia, deux mariages, l’un avec un Vibius, l’autre avec un Modius.

69 Contrairement à Y. Thomas, p. 360, n. 37 et stemma, je ne pense pas que cela soit possible, comme le faisait sagement remarquer Fausset, p. 99 : “we do not necessarily know every Aurius and Auria there in existence and their pedigree”.

70 Il y a dans la subordonnée et l’adverbe de temps une évidente restriction, et l’annonce d’une évolution négative du personnage, comme l’a très bien vu Peterson, p. 118-119.

71 Orelli-Baiter, Onomasticon Tullianum, p. 91, ne comporte qu’une entrée A. Aurius Melinus.

72 Classen, p. 156 ; G. Long, pp. 289 et 303 : Drumann-Groebe, Geschichte Roms2, 5, p. 384 ; Boyancé, p. 10 ; M.R. Torelli, p. 346 ; C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, pp. 798-799 ; G. Pugliese, Aspetti giuridici della Pro Cluentio di Cicerone, Iura, 21, 1970, p. 166, n. 20, et éd., p. 14 ; W. Stroh, p. 220, n. 88 ; Y. Thomas, p. 360, n. 37.

73 Ramsay, pp. 161-162 ; Peterson, p. 127 ; Grose Hodge, pp. 214 et 246-247 ; Fausset, p. XXXVIII.

74 Ramsay, pp. 161-162.

75 Ramsay, p. 162.

76 C. ou L. Aurius est probablement fils de Cluentia : elle épouse Melinus breui tempore post patris mortem (5,11), sous le consulat de Sylla et Pompée, en 88 ; le mariage peut dater de 88 ou 87. Il dure deux ans, puisque Sassia réussit à le briser ou bout de ce laps de temps (5,15 : biennio ante) : le petit Caius ou Lucius est né en 87 ou 86, et fut tué avec son père, en 82. Dans ce sens Fausset, p. 99. Classen, p. 156, affirme sans preuve que C. Aurius était déjà robustus. Si d’autre part C. ou L. avait été fils de Melinus et de Sassia, Cicéron n’aurait pas manqué de relever que cette mère dénaturée avait laisser tuer son enfant, et épousé le meurtrier.

77 Clu., 11,31 : nam cum esset grauida Auria, fratris uxor ; cf. 44,125 : (Oppianicus) qui uno tempore fratris uxorem speratosque liberos... interfecerit ; Klebs, RE, 1 (1894), s.u. Abbius n° 10, col. 1318. la donnait par erreur comme épouse de C. puis de Statius Oppianicus, erreur corrigée dans RE, 2,2 (1896), s.u. Aurius n° 7, col. 2551.

78 Le Laurentianus 51,10 donne iuria ou uiria, les excerpta Bartolomaei de Montepolitiano, uiua, le Monacensis 15734 et le Laurentianus 48,12, iulia, qui est visiblement une correction (sur ces manuscrits, voir S. Rizzo, La tradizione manoscritta della Pro Clu. di Cic., Univ. Genova, 1979). La forme Auria est acceptée par Classen, p. 23 ; Orelli-Baiter-Halm, 2,1, 1854, p. 530 ; Long, p. 305 : Ramsay, p. 71 ; C.F.W. Mueller, 1885, p. 112 ; Peterson, p. 16 ; Fausset, p. 12 ; Grose Hodge, p. 252 ; Boyancé, p. 77 ; Fruechtel, p. 52.

79 Ainsi Y. Thomas, p. 360, n. 37 : “soeur ou cousine d’un des précédents personnages”.

80 Clu., 64,179 : Q. Hortensio Q. Metello consulibus... ut hunc Oppianicum... ad hanc accusationem detraheret inuito despondit ei filiam suam, illam quam ex genero susceperat.

81 Bien dégagées par Y. Thomas, p. 360, n. 37.

82 Clu., 7,21 : Dinaea... quae filios habuit M. et Num. Aurios et Cn. Magium et filiam Magiam ; ... unus qui reliquus erat Dinaeae filius Cn. Magius (après la mort de Num. et la mort présumée de M.) ; 7,22 : unius filii reciperandi spes (M., après la mort de Num. et de Cn.). Num. Aurius, croyant son frère M. mort, teste en faveur de son demi-frère Cn. Magius (7,21) ; Cn. Magius teste en faveur de son neveu Oppianicus le jeune et de sa mère Magia ; Dinaea, après avoir perdu ses fils Num. Aurius et Cn. Magius, et sa fille Magia, teste en faveur de son fils M. Aurius et de son petit-fils Oppianicus le jeune.

83 Y. Thomas, p. 360, n. 37, interprète : “oncle paternel, ou plus probablement cousin”, ce qui est possible.

84 Klenze, Die Cognaten und Affinen nach röm. Recht, ZGR, 6, 1828, p. 53-45 ; Y. Thomas, Se venger au forum : solidarités traditionnelles et système pénal à Rome, à paraître.

85 Contra, Y. Thomas, p. 360, n. 37 et stemma.

86 Sur cette forme, généralement acceptée aujourd’hui, au lieu de Albius longtemps reçu (voir la RE et Fruechtel, p. 41), on consultera Boyancé, pp. 9 et 64, et C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, p. 756. M R. Torelli, pp. 348-349, propose de corriger en Gabbius, ce gentilice étant attesté dans l’épigraphie larinate (CIL IX, 753), alors que Abbius ne l’est pas. On rencontre le gentilice Abbius à Terracine et à Thasos (C. Nicolet, p. 756). Abbius n’étant pas une forme phonétiquement aberrante, ou sans aucune attestation épigraphique, il ne semble pas indispensable de corriger, d’autant que l’on s’expliquerait mal la chute, à plusieurs reprises, d’un g initial.

87 Boyancé, p. 13 ; date tirée de 64,179 : après la mort d’Oppianicus, Sassia laisse passer trois ans avant d’agir ; ce qu’elle fait enfin sous le consulat d’Hortensius et Metellus, donc en 69.

88 Clu., 10,30, et les allusions de 11,31 ; 44, 125 ; 61, 171.

89 Clu., 11,31 : ita mulierem ne partu eius ab hereditate fraterna excluderetur necauit.

90 L’expression est de Boyancé, p. 9.

91 Clu., 9,27 : sed quod haberet tres ille filios.

92 Clu., 7,21 : is (sc. Cn. Magius) heredem facit ilium adulescentulum Oppianicum, sororis suae filium ; 12,33 : auunculus illius adulescentis Oppianici, Cn. Magius (malgré l’erreur de Münzer, RE, 17,1 (1936), s.u. Nouius n° 26, col. 1222, qui indique Nouia).

93 Clu., 60,166 : Oppianico huic adulescenti, cf. 73, 176 ; 73,176 : cum esset illo tempore puer ; 12,33 : illius adulescentis Oppianici ; 7,21, cité supra, n. 92.

94 Boyancé, p. 13, n. 3 ; Fausset, p. XLII.

95 Clu., 64,179, cité supra, n. 80, mentionne des fiançailles (despondere), en 69 ; 69,190, est vague et peu juridique (collocatione filiae) ; mais le mariage a été célébré avant le procès de 66, puisque le banquet aurait été l’occasion d’un empoisonnement, Clu., 60,166 : cum eius (sc. Oppianicus le jeune) in nuptiis more Larinatium multitudo hominum pranderet.

96 Clu., 9,27 et 29.

97 Clu., 7,21 ; 9,27 ; 9,28 ; 10,30 ; 44,125.

98 Attribuent cinq épouses à Oppianicus : Bardt, pp. 11-12 ; Peterson, p. XI-XII, Fausset, pp. XLI-XLII ; Drumann Groebe, Geschichte Roms2, 5, p. 384, n. 13 ; Grose Hodge, p. 215 ; Boyancé, pp. 9-10 ; van Ooteghem, p. 779-780 ; C. Nicolet. L’ordre équestre, 2, p. 755. Lui en donnent au contraire six : Ramsay, p. 13, n. 3 ; Klebs, RE, 1,1 (1894), col. 1318 (corrigé par RE, 2,2 (1896), col. 255) ; W. Stroh, p. 219, n. 86. G. Pugliese, p. 53, n. 14, suppose sans argument décisif que Papia et Nouia n’ont pas été des épouses légitimes d’Oppianicus.

99 Clu., 73,176 ; 7,21 ; 9,27 ; voir W. Stroh, p. 219, n. 86.

100 Bardt, p. 12, suivi par Fausset, p. XLI. W. Sthroh, loc.cit., en fait une des deux premières épouses.

101 ) Sur l’organisation du discours en couches chronologiques, autour d’un point fixe daté plus ou moins précisément, voir D. Berger, pp. 61-62.

102 Drumann-Grebe, Geschichte Roms2, 2, p. 34 ; Boyancé, p. 11 ; W. Stroh, loc. cit. Metellus Pius se rallie en 83 à Sylla, et au printemps de 82, se bat contre Càrrinas près du fleuve Aesis, c’est-à-dire dans l’arrièrepays d’Ancône, donc assez près de l’ager Gallicanus dans lequel était détenu et fut assassiné M. Aurius. et où Oppianicus avait un familiaris. Est-ce à l’occasion de la présence dans la région des troupes de Metellus Pius qu’il fit assassiner Aurius ?

103 Sur l’incertitude des emplois littéraires de infans, puer, adulescens, voir J.-P. Néraudau, La jeunesse, pp. 124-126.

104 Hülsen, RE, 2,2 (1896), col. 1527. Vell. Pat., 2, 21, mentionne une bataille circa quam urbem, à laquelle prirent part 60000 Italiens, et Clu., 7,21, nous apprend que M. Aurius fut pris apud Asculum.

105 Val. Max, 5,4,4 (M. Aurelius Cotta accuse Cn. Papirius Carbo, qui avait accusé son père ; voir sur cette affaire J.-M. David, MEFRA, 92,1,1980, pp. 205-209) ; Cic., Cael., 1,1 et 2 (L. Sempronius Atratinus accuse M. Caelius Rufus, accusateur de son père L. Calpurnius Bestia) ; les deux auteurs soulignent la pietas des deux adulescentes ; voir aussi F. Hinard, Paternus inimicus, Mélanges Wuilleumier, Paris, 1980, pp. 203 et 206. VIp., D. 3,1,1,3 ; sur cet âge, voir J.-P. Néraudau, La jeunesse, p. 116. Yan Thomas me signale Tac., Ann. 12,65,5, texte établissant que Britannicus ne pourra faire punir (ulcisci) les meurtriers de sa mère que quand il sera devenu adulte (adolescere).

106 Cette identification, combattue à juste titre par W. Stroh, reposait 1°) sur une reconstruction chronologique, 2°) sur le fait que Papia a divorcé d’Oppianicus, et que l’on voyait dans Clu., 12,35 : quae nuptiae non diuturnae fuerunt, erant enim non matrimonii dignitate sed sceleris societate coniunctae, une allusion à un divorce d’Oppianicus et de la veuve de Cn. Magius. Ce divorce est effectivement probable, mais Oppianicus a pu divorcer plusieurs fois, et le rapprochement ne s’impose pas.

107 Remarque de W. Stroh.

108 C’est à peu près l’ordre de W. Stroh, qui cependant ne choisit pas, pour la première place, entre Cluentia et Papia.

109 P. A. Brunt, p. 152 ; P. Veyne, La famille et l’amour sous le haut Empire romain, Annales ESC, 33,1, 1978, p. 39.

110 S. Treggiari, Roman Freedmen during the late Republic, Oxford, 1969, pp. 109 sq.

111 Le problème du célibat choisi se pose en effet seulement pour les hommes, dans les milieux sénatoriaux et équestres (mais non dans le milieu des affranchis).

112 Suét., Diu. Aug., 34,3 ; voir, à titre d’exemple, le désespoir de Properce, 2, 7.

113 Sur l’appartenance des Abbii, Aurii et Cluentii à l’ordre équestre, cf. C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, pp. 755, 798, 840-841.

114 M. Humbert, Le remariage, p. 108, relève dans les inscriptions les traces de cet idéal, encore affirmé, mais qui n’est plus majoritaire dans la nobilitas.

115 Malgré Klebs, RE, 2,2 (1896), s.u. Aurius n° 1 ; col. 2550, et Münzer, RE, 5,1 (1903), s.u. Dinaea, col. 650, qui supposent un seul mariage avec un Aurius (et pourquoi pas plutôt avec un Magius ?), dont seraient issus les deux Aurii, Cn. Magius et Magia, l’explication la plus naturelle des gentilices différents est un remariage de Dinaea.

116 Clu., 66,188 : alteris nuptiis (à propos de l’union avec Oppianicus), ne tient pas compte du premier mariage avec Cluentius, cf. Peterson, p. 257.

117 La bibliographie est dans K. Hopkins, The Age of Roman Girls at Marriage, Population Studies, 18, 1965. pp. 309-327 (p. 309, n. 2 à 8), fondé principalement sur une documentation épigraphique ; voir aussi, du même auteur, On the Probable Age Structure of the Roman Population, Population Studies, 20, 1966-1967, p. 260.

118 M. Durry, Le mariage des filles impubères dans la Rome antique, RIDA, 2, 1955, p. 270 ; cf. K. Hopkins, p. 316, n. 36, sur le concept de uiripotens.

119 L. Friedländer, Sittengeschichte Roms9, 1919, pp. 270-271 ; K. Hopkins, p. 316-317 et 326 ; P.A. Brunt, Italian Manpower 225 B.C.-A.D. 14, pp. 137-138 ; M. Humbert, Le remariage, p. 93.

120 Pour la datation du texte, voir M. Durry, Eloge funèbre d’une matrone romaine, Paris, CUF, 1950, p. LIV ; pour une appréciation de la valeur à accorder à cette affirmation, M. Humbert, p. 87. Sur la fréquence du divorce, Friedländer, pp. 283-284.

121 Mort d’un de conjoints : Cluentius le père (†) et Sassia ; St. Oppianicus et Cluentia I (†) ; Melinus (†) et Sassia ; Cn. Magius (†) et son épouse anonyme : C. Oppianicus et Auria I (†) ; St. Oppianicus et Magia (†) ; St. Oppianicus (†) et Sassia. Cas de divorce : Melinus et Cluentia II (Clu., 5,14 : subitum diuortium) ; St. Oppianicus et Papia (Clu., 9,27 : leur fils est élevé à Teanum auprès de sa mère, et immédiatement après la mort du puer, du vivant de sa mère, Oppianicus épouse Sassia) ; St. Oppianicus et la veuve de Cn. Magius, cf. n. 106, et Fausset, p. XLI). Les cas obscurs sont ceux de Nouia, dont Cicéron ne mentionne pas la réaction à la mort de son filius infans, ce qui pour Fausset, p. XLI, implique qu’elle est morte, tandis que pour Peterson, p. XII, elle a divorcé d’Oppianicus ; de Cluentia, amita d’Aulus (si elle a bien épousé successivement un Aurius et Oppianicus) ; de Cluentia, hypothétique fille d’Aulus, mère des Vibii et de O. Modius.

122 Voir P.A. Brunt, p. 154.

123 Cette absence de détails (Clu., 9,28 : dies nondum decem intercesserant cum ille alter filius infans necatur) contraste avec le récit circonstancié des préparatifs faits par Oppianicus pour tuer son filius puer. L’absence de réaction de Nouia peut s’expliquer, on l’a vu, soit par son décès, soit par le fait que la mort de l’enfant était naturelle.

124 Cluentia II et Melinus (C. ou L. Aurius) ; Sassia et Melinus (Auria II) ; St. Oppianicus et Papia (le puer) ; St. Oppianicus et Magia (Oppianicus le jeune) ; St. Oppianicus et Nouia (l’infans).

125 Cluentius le père et Sassia (Cluentius et Cluentia II) ; Dinaea et Aurius (M. et Num. Aurius) ; Dinaea et Magius (Cn. Magius et Magia) ; peut-être Aulus et Vibia (Num. Cluentius et Cluentia. mère des Vibii) ; cette Cluentia, mère des deux consuls : mais, à la différence des unions précédentes, ces deux cas, d’ailleurs hypothétiques, nous fournissent des chiffres minimum, et non un total.

126 Sauf peut-être le grand-pere de Cluentius, si Cluentia, mère de Melinus, est distincte de Cluentia épouse d’Oppianicus, et vient s’ajouter à Cluentius le père. Symptomatiquement, cet exemple serait ancien.

127 St. Oppianicus et Cluentia ; le même et la veuve de Cn. Magius ; le même et Sassia.

128 Clu., 12,34 : merces abortionis ; 12,35.

129 Clu., 11,31 : mulierem ueneno interfecit ut una cum illa illud quod erat ex fratre conceptum necaretur.

130 P.A. Brunt, pp. 140-143.

131 Varron, R.R., 3, 16, 2 ; Brunt, p. 142 et n. 1 : les exemples de fécondité sont “surely unrepresentative” (on songe, dans le domaine de la longévité, au soin étonné avec lequel on relève les μαxρόβιοι). Quelques exemples de familles nombreuses dans J.P.V.D. Balsdon, Roman Women, 1972, pp. 193-194 (qui ne distingue pas fécondité des femmes et fécondité des couples).

132 C. Claudius Marcellus, cos. 50, a un fils, deux filles mariées respectivement trois fois et deux fois ; Sylla, en quatre mariages, a quatre enfants, dont Fausta, mariée deux fois, et Faustus, père des deux enfants ; P. Cornelius Dolabella, cos. suff. 44, marié deux fois, a trois enfants ; César a deux soeurs (mariées deux fois et une fois ; la cadette a une fille), se marie trois fois et n’a qu’une seule fille ; son cousin Lucius, cos. 90, a deux enfants, dont une fille mariée deux fois ; Cicéron, qui n’a qu’un frère (lequel est père d’un seul fils), se marie deux fois et a deux enfants ; sa fille contracte trois unions et n’a qu’un enfant. Pompée, marié cinq fois, a trois enfants, dont une fille mariée deux fois. Même les Claudii Pulchri, qui font dans cette société figure de famille nombreuse, ne gardent pas longtemps la tradition : Appius a deux filles, Caius deux fils, et Publius un fils et une fille. On pourrait poursuivre longtemps l’énumération sans changer l’impression globale. Voir aussi M. Humbert, Le remariage, pp. 80-82, 84, 86-87.

133 M. Humbert, pp. 77-78 ; T.P. Wiseman, Cinna the Poet, 1974, p. 111.

134 En plus de la domum deductio, il existe deux moyens d’assurer la publicité du mariage : la présence d’auctores (Clu., 5,14 signale leur absence au mariage de Sassia et Melinus ; depuis la mort de Cluentius le père, celle-ci devait être sous l’auctoritas d’un tutor, qui aurait dû intervenir dans ce remariage) ; le banquet de noces (Clu., 60,166, cité n. 95 ; pour les attestations de ces banquets à Rome, au moins à époque augusténne, voir Friedlander, 3, p. 275). La particularité des banquets de noce à Larinum, signalée par Clu., 60, 166 : more Larinatium, doit être le fait qu’il s’agit d’un prandium, et non, comme à Rome, d’une cena (sur celle-ci : Balsdon, Roman Women, Londres, 1977, p. 184).
134bis : P. Veyne, Annales ESC, 33,1,1978, p. 35, considère que “dès le second siècle avant notre ère, la famille est nucléaire : les nouveaux mariés n’habitent pas chez leur chef de clan... La règle est que chaque ménage ait sa maison à lui”. Plutarque cite, pour le IIème s. av. J.-C., le cas de seize membres de la famille des Aelii Tuberones vivant dans la même maison et, pour le Ier s., celui de P. Licinius Crassus, dont les deux fils aînés, mariés, et le benjamin, M. Crassus, vivaient ensemble chez leur père. Ce dernier exemple est visiblement cité comme une exception, et Plutarque oppose ces familles à résidence commune, ces “familles larges”, aux familles nucléaires, à résidence séparée, de son époque : Plut., Aem. Paul., 5, 6-10 ; Crass., 1,1-2.

135 Clu., 5,14 : lectum ilium genialem quem biennio ante filiae suae nubenti strauerat, in eadem domo sibi ornari et sterni expulsa atque exturbata filia iubet ; cf. 6,15 : cubile filiae... parietes denique ipsos superiorum testis nuptiarum ; 6,16 : augebatur autem eius (sc. de Cluentius) molestia cotidianis querimoniis et adsiduo fletu sororis. Yan Thomas a bien voulu m’indiquer qu’il considérait, au contraire, Clu., 5,14, comme un exemple d’uxorilocalité.

136 Clu., 9,27.

137 Clu., 66,188 : earn sibi domum sedemque delegit in qua cotidie superioris uiri (sc. Melinus) mortis indicia et spolia fortunarum uideret ; 62,175.

138 Clu., 12,33 : praesente matre... ab ea (sc. son épouse) petiuit ut se mortuo apud Dinaeam... quoad pareret habitaret ; cf. 12, 35 : ne domum quidem ullam nisi socrus suae.

139 Clu., 9,27.

140 M. Humbert, Le remariage, pp. 295-197 ; sur la retentio propter liberos, dont l’existence est attestée (sans le terme) par Cic., Top., 4,19, voir Corbett, The Roman Law of Marriage, pp. 192-193. Drusus, fils de Ti. Claudius Nero et de Livie, né dans la maison d’Auguste, est renvoyé à son père (cf. supra, n. 38) ; en revanche Liuia, divorcée de Q. Seruilius Caepio (RE, 50) et remariée au père de Caton d’Utique, élève les enfants de ses deux mariages, cf. Munzer, RE, 13,1 (1926), s.u. Liuius, n° 35, col. 900.

141 E. Costa, Cicerone giureconsulto, p. 57 ; Corbett, The Roman Law of Marriage, p. 5 ; M. Kaser, Das röm. Privatrecht2, 1, pp. 75-76.

142 Ramsay, p. 237, note qu’au sens strict, despondere se dit du père du fiancé, spondere, du père de la fiancée, et que dans Fam., 8,7, Caelius écrit : Cornificius adulescens Orestillae filiam sibi despondit, autre emploi non technique. De même, trois lignes plus bas, habere in potestatem (Sassia, à propos d’Oppianicus le jeune) n’a bien évidemment aucune signification juridique.

143 Corbett, pp. 122 et 239 ; M. Kaser, 1, p. 327.

144 Clu., 5,14 : ecce autem subitum diuortium ; cf. 5,13, impliquant une liaison entre Sassia et Melinus.

145 Liv., 42,34 ; Corbett, p. 48 ; M. Kaser, 1, p. 316.

146 Cf. supra, p. 2 et n. 19 à 21.

147 Cf. supra, n. 23.

148 Position de Costa, p. 57 ; W. Kunkel, RE, 14,2 (1930), s.u. matrimonium, col. 2267 ; M. Kaser, 1, p. 316, n. 55.

149 A. Rossbach, Untersuchungen über die röm. Ehe, Stuttgart, 1853, p. 436.

150 Gaius, 1,63 ; Vlp., 5,6 ; Paul, Sent., 2,19,5 = Coll., 6,3,3 : nec socrum nec nurum nec priuignam nec nouercam aliquando citra poenam incesti uxorem ducere licet.

151 Rossbach, p. 436 ; Gaius, 1,63 : inter eas enim personas, quae parentum liberorumue locum inter se optinent, nuptiae contrahi non possunt.

152 Val. Max., 5,9,1 : in nouerca commissum stuprum (affaire de L. Gellius ; qu’il se soit agi. en fait, de sa mère ou de sa marâtre, cf. R. Hanslik, RE, 8A1 (1955), s.u. Valerius n° 261, importe peu ici : seul compte, dans la version de Valère-Maxime, le terme qu’il emploie) ; Sén. Rhét., Contr., 6,7 Demens qui filio cessit uxorem : adulterium ; Quint., Inst, or., 9,2,42 (nouerca ; in adulterio ; cf. 4, 2, 98 : stupro).

153 Ael. Spart., Hist. Aug. Carac., 10,1 : nouercam ; 10,4 : incestum. Que la parenté soit inexacte et l’anecdote controuvée (PIR2, 4, n° 633, p. 314-315) est sans importance : le point significatif est la qualification du délit par l’auteur, tel qu’il le conçoit. Le cas de Calpurnius Flaccus, qui parle d’adulterium à propos d’un socer et d’une nurus (Decl, 49) est délicat : sa datation (IIème s. ?) étant extrêmement incertaine.

154 Voir la désapprobation de Catulle aux relations d’un socer et d’une nurus : 67,19-28 ; comme chez Cicéron, l’idée de crime impie est présente (24 : conscelerasse, 25 : impia mens).

155 Voir n. 5.

156 M.R. Torelli, pp. 345-352 : Magia vient peut-être d’Aeclanum, Sassia très probablement d’Histonium.

157 M. Cébeillac, Octavie, épouse de Gamala, et la Bona Dea, MEFRA, 85, 1973, p. 526, n. 1, signale le cas de Caesennia de Tarquinies épousant A. Caecina de Volaterrae, et suppose qu’une Octavie de Forum Clodii a épousé un Lucilius Gamala d’Ostie. T.P. Wiseman, New Men in the Roman Senate, 1971, p. 63, parle même d’une “international aristocracy” de Rome et des municipes pratiquant l’intermariage.

158 Clu., 9,27 ; il ne faut cependant pas exclure l’interprétation inverse, à savoir que Papia, née à Larinum (son gentilice y est attesté, CIL IX, 6249, cf. M.R. Torelli, p. 345), se serait remariée à un homme de Teanum : mais le phénomène d’exogamie géographique n’en serait pas moins attesté. Sur les Papii voir A. Russi, Teanum Apulum. Le iscrizioni e la storia del municipio, Rome, 1976, pp. 228-229.

159 Pour St. Oppianicus, A. et Num. Cluentius, Cicéron le dit expressément : Clu., 39,109 ; 57, 156 ; 60,165. Quant à C. Vibius Capax, C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, p. 1076, le classe comme chevalier, parce qu’il est beau-frère d’Aulus et oncle de Num. Cluentius. On ne tiendra pas compte ici de cet argument, pour éviter un raisonnement circulaire, mais on rappellera que deux Vibii de Larinum sont consuls deux générations plus tard, et qu’il a pour hospes et familiaris le sénateur L. Plaetorius (Clu., 60, 165). Pour les Aurii, la qualité de chevalier ne leur est pas attribuée par Cicéron. Le cas de M. Aurius sera discuté à part.

160 Clu., 5,11 ; 8,23 ; 39,109 ; 69, 196. Les quatre victimes des proscriptions à Larinum appartenaient évidemment à l’aristocratie municipale. Sur la nobilitas des municipes, voir C. Nicolet, L’ordre équestre, 1, p. 397.

161 Clu., 8,25.

162 Clu., 15, 43-44. Hypothèse de C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, p. 841. G. Pugliese. p. 20. se fondant sur le rôle d’adsertor libertatis tenu par Oppianicus en faveur des Martiales, et l’appui que lui prête le tribun L. Quinctius, veut rapprocher Oppianicus des populares. Je penserais plutôt qu’il défendait la mesure prise par Sylla après sa victoire, transformant les esclaves de la communauté ennemie en affranchis Cornelii, et qu’il manifestait ainsi son appartenance au parti syllanien.

163 C. Nicolet, L’ordre équestre, 2, p. 799 ; cf. p. 755.

164 J. Suolahti, The Roman Censors, pp. 451, 454, 457. Sur la durée et la portée de ce census, voir G. Tibiletti, The Comitia during the decline of the Roman republic, SDHI, 25, 1959, p. 118, n. 91 et p. 121.

165 C. Nicolet, L’ordre équestre. 2, p. 799.

166 Clu., 67,190, où Cicéron oppose le jeu normal de l’amicitia/inimicitia et de l’adfinitas, et l’utilisation perverse que fait Sassia de l’adfinitas (mais utilisation tout aussi réelle que la norme établie par Cicéron).

167 Voir p. ex. Corbett, pp. 113-114, 117-120, 149, 182-183, 202.

168 Clu., 9,28 : opposition d’hypothétiques dona nuptialia et du meurtre des enfants ; on sent derrière le portrait de Sassia que trace Cicéron l’image, traditionnelle chez les rhéteurs, de la nouerca attachée à la perte de ses priuigni.

169 Liv., 4, 2, 34 ; Cic., Phil., 2,38,9 ; Plut., Ant., 9 ; Klebs, RE, 1, 2 (1894). s.u. Antonius n° 110, col. 2639-2640 ; Y. Thomas, pp. 348-350.

170 Y. Thomas, pp. 362-363 et 367, suppose que les prohibitions matrimoniales à époque ancienne ne frappaient que les agnats.

171 Les mariages de cousins germains ne sont nullement une particularité de Larinum ; on en trouvera un exemple dans la même région, à Histonium, dans les familles des Paquii et des Flauii : CIL IX, 2845-2846 ; voir les interprétations et les tableaux généalogiques de Hofmann. RE, 18,3 (1949), s.u. Paquius n° 3, et M.R. Torelli, p. 351. Le cas date de la fin de la République.

172 Pour une analyse de ce type d’union, qui ne devait pas être rare, vu le grand nombre de familles composées créé par les remariages multiples, voir Ph. Moreau. De quelques termes de parenté chez Tacite, Mélanges Wuilleumier, I, Paris, 1980, pp. 248-249 (cas du Pro Cluentio et cas supposé dans la famille des Sénèques), et Y. Thomas, qui cite le texte décisif : Paul, D., 45, 1, 35, 1, et donne de ce genre d’unions une interprétation économique.

173 Clu., 64,179 ; 66,190.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter