Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Troisième partie

Chapitre premier. Les importations grecques au Val de Diano

Texte intégral

I - LES PREMIERS ÉLÉMENTS NON INDIGÈNES

1C’est seulement à partir de la troisième phase de Sala Consilina que des objets évoquant la culture hellénique pénètrent au Val de Diano.

  • 5 Kukahn, Der Griechische Helm, p. 29-30, et p. 59-60, n. 11-15.
  • 6 VI Bericht über die Ausgrabungen in Olympia, 1953-55, p. 130 et 131, fig. 100 et 101, p. 132, note (...)

2Encore ne peut-on citer, au début de cette phase (période III.A) que deux casques de type corinthien (Pl. 7, fig. 2 ; Pl. 8, fig. 2). Tous deux ont la forme très archaïque, avec des parois verticales, des casques reproduits sur les vases protocorinthiens ; rien ne laisse présager encore le profil en S qui s’imposera par la suite, manifestant de la part des bronziers une recherche d’adaptation à la forme de la tête humaine. Ils sont formés de deux parties : dans l’un (A. 248), la calotte constitue avec le nasal une pièce soudée horizontalement au niveau des yeux sur la bande inférieure qui protège les joues et la nuque ; l’autre (A. 410) comporte deux moitiés symétriques soudées l’une à l’autre et clouées dans le sens longitudinal. Ces types de soudure sont connus ailleurs en Italie et Kukahn les a même signalés comme des particularités techniques des bronziers italiques5. Cependant un casque d’Olympie comportant la même soudure médiane a été publié par Kunze6, et, à moins de le considérer comme un objet importé d’Italie, hypothèse écartée par l’auteur, il faut renoncer à croire que cette technique est exclusivement italique.

  • 7 Ibid, et VII Bericht iiber die Ausgrabungen in Olympia, 1961, Korintische Helme, p. 56-128. A. Snod (...)
  • 8 On connaît encore à Sala Consilina un casque trouvé fortuitement et sans objets d’accompagnement. I (...)

3En se fondant sur la chronologie indiquée par Kunze pour le groupe des casques anciens, qui concorde dans l’ensemble avec celles de Kukahn et de Snodgrass7, on devra dater de la fin du Ville ou du début du VIIe siècle les casques de Sala Consilina, qu’ils soient des imitations italiques de modèles helléniques, ou au contraire des objets importés de Grèce ou de Grande-Grèce. Comme il n’est pas possible cependant d’apprécier le délai avec lequel ces casques sont parvenus à Sala Consilina8, on ne saurait en déduire une date précise pour les tombes qui les contiennent.

4Quant à la céramique géométrique de la phase III.A, elle demeure tout à fait à l’écart des courants grecs. Bien que les vases sphériques à pied rappellent par leurs proportions les modèles connus en Egée et diffusés en Occident depuis la fin de la période géométrique, on ne peut parler d’une influence précise des vases grecs sur les formes indigènes, mais plutôt d’une mode née dans les ateliers grecs, imitée et transformée chez les potiers italiques, et dont les vases de Sala Consilina présenteraient une version adaptée aux traditions locales. Un tel abâtardissement des formes originelles, l’absence des motifs qui les décoraient en Egée prouvent en effet que les partisans n’ont eu sous les yeux, ni les modèles grecs, ni même de bonnes imitations de ces vases.

II. - VASES IMPORTES NON ATTIOUES

5A la période suivante (III.B) par contre, le Val de Diano reçoit plusieurs catégories de vases importés dont les potiers locaux répètent les formes. Ils sont énumérés ici dans l’ordre de leur apparition.

6Les plus anciens sont des coupes basses, entièrement couvertes de vernis brunâtre, sauf la lèvre réservée et garnie de filets horizontaux (Pl. 49, fig. 1, n. 1). On les trouve normalement dans les tombes du Géométrique Moyen de Sala Consilina (III.B ; A. 130, Pl. 10, fig. 2, n. 2), plus rarement dans celles du Géométrique Récent (III. C). D’autres coupes diffèrent légèrement des premières par leur vasque plus profonde (Pl. 49, fig. 1, n. 2). Elles sont un peu plus récentes que les précédentes et se situent vers la fin de la période II.Β et le début de III.C. La forme de ces vases rappelle les séries géométriques protocorinthiennes sans qu’aucune comparaison précise puisse toutefois être évoquée. La qualité de l’argile, sa couleur brun clair excluent la possibilité qu’ils aient été fabriqués à Corinthe. On attribuera plutôt ces coupes à un atelier d’une cité grecque d’Italie méridionale qui aurait développé une production céramique dans la tradition de modèles corinthiens.

  • 9 S. Benton, Excavation at Aetos, BSA XLVIII, 1953, p. 285, et p. 289, fig. 11 n. 768 et 773.
  • 10 Pour F. G. Lo Porto, il n’est pas exclu que ces vases aient été fabriqués à Ithaque, Not. Sc. 1964,(...)
  • 11 Musée de Syracuse.
  • 12 Hencken, Pl. 63, fig. 21.
  • 13 Vallet et Villard, MEFR, 1955, Pl. VIII, fig. Β, vase n. 7 ; un exemplaire à Malte au VIIe siècle, (...)
  • 14 Musée de Reggio de Calabre.

7Au cours de la même période, Sala Consilina reçoit aussi plusieurs exemplaires d’un petit vase en forme de tasse arrondie, à courte lèvre verticale, munie de deux anses en ruban écartées (Pl. 11, fig. 4, n. 3 ; Pl. 12, fig. 3, n. 2). Ces vases répètent une forme d’origine corinthienne désignée du nom de canthare9. Ils sont connus dès le VIIIe siècle, comme le prouvent les tombes d’Ischia, et ont été trouvés en de nombreux sites d’Italie du Sud ; ils persistent à Ithaque jusqu’au VIe siècle, selon S. Benton10. Beaucoup de sites d’Italie méridionale les ont imités ; les copies les plus anciennes ont été trouvées en Sicile, semble-t-il, ainsi qu’en témoigne un exemplaire de la basse vallée de l’Anapos11 provenant d’une tombe du début du VIIe siècle, ou celui, plus déformé, de la tombe 367 du Fusco12 de la fin du VIIe ou du début du VIe siècle ; ces vases existent encore au VIe siècle à Mégara Hyblea13. En Calabre, les tombes de la deuxième moitié du VIIe siècle de S. Stefano di Grotteria en ont livré de nombreux exemplaires, parfois de proportions plus grandes qu’à Sala Consilina14.

  • 15 Weinberg, AJA 45, 1941, p. 30 ; Hencken, Pl. 58, tombe 175 bis, fig. 1 et 2.
  • 16 Weinberg, op. cit., fig. 17.
  • 17 Corinth VII, Pl. 29, 212-213.
  • 18 Par exemple la coupe de la tombe 158 de Syracuse, Hencken, Pl. 62, fig. 8, datée du troisième quart (...)

8On rencontre à la fin de la phase III. Β et au début de la suivante plusieurs exemplaires d’une coupe profonde sans pied entièrement vernie sauf la lèvre garnie de filets et la zone des anses occupée par une file d’oiseaux stylisés entre deux groupes de filets verticaux (Pl. 49, fig. 11, A. 91). Ce vase s’inscrit dans la tradition de la céramique géométrique protocorinthienne, dont les motifs, élaborés au VIIIe siècle, ont été répétés au siècle suivant, parallèlement au développement du style corinthien à figures noires15. Nos exemplaires se rattachent plus précisément à des coupes du Géométrique de prolongation, comme celle de Yale16 ou celle de Corinthe17, à travers les nombreuses imitations qu’elles ont suscitées en Italie méridionale et en Sicile tout au long du VIIe et au début du VIe siècle18.

  • 19 Corinth VII, Pl. 36, n. 278.
  • 20 La distinction entre la coupe et le skyphos n’est pas aisée. A la suite de Weinberg, nous utilisons (...)

9Une variante plus récente de cette forme apparaît à Sala Consilina dans les tombes du début de la période III. C : le décor d’animaux stylisés a disparu, et la zone des anses est lisse (Pl. 49, fig. 4, Β. 6 ; fig. 3, Β. 45) ; elle évoque un skyphos corinthien ancien de Corinthe19. Par la suite, toute une série de coupes et skyphoi présents dans les tombes III.C rappellent des vases corinthiens, mais sont entièrement vernis ou garnis d’un décor très sommaire : ils rendent manifeste une importation accrue au Val de Diano de vases dont les types se diversifient tout en gardant le souvenir des formes originelles (Pl. 49, fig. 3, D. 1 ; fig. 5, D. 6 ; fig. 4, D. 55)20. Des vases analogues ont été trouvés un peu partout en Calabre, en Basilicate et en Sicile ; c’est à leur aspect très modeste qu’ils doivent d’être peu connus. Le lieu de production des séries communes à Sala Consilina se situe évidemment à l’extérieur du Val de Diano dont les potiers n’ont découvert la technique de fabrication du vernis que vers la fin du VIe siècle, après une longue phase d’importation de produits grecs. Les auteurs de ces vases inspirés par les séries corinthiennes sont probablement des céramistes habitant une cité grecque d’Italie du Sud dont on essaiera plus loin de préciser l’identité. En effet ces vases arrivent à Sala Consilina avec un certain décalage par rapport aux sites plus proches des côtes ; la durée de ce retard ne pourra être appréciée que lorsque l’on disposera d’un plus grand nombre de publications des nécropoles d’Italie du Sud.

10En dehors de ces séries liées à la tradition corinthienne à laquelle on peut rattacher aussi les amphores D.ll et D.140 (Pl. 48, fig. 6 et 7), un assez grand nombre de petits vases, fréquents pendant le début de la période III.C (Pl. 49, fig. 2) doivent être rangés parmi les céramiques importées au Val de Diano. Ce sont des tasses rondes à une anse en ruban haute, écartée, ou d’autres qui comportent une vasque plus sphérique, une lèvre oblique et deux anses en ruban, également hautes et écartées. Les deux formes, traitées dans une argile fine, brun clair, sont couvertes d’un vernis orangé ; la seconde rappelle les vases à deux anses produits par les ateliers géométriques de Lucanie intérieure (comme Pl. 50, fig. 10). A l’origine de cette forme on peut supposer des modèles métalliques qui auraient été assez communs pour être répétés, près des côtes, par des céramistes connaissant l’emploi du vernis, puis à l’intérieur des terres, par les artisans de vases géométriques. Le fait qu’on trouve beaucoup d’exemplaires de ces vases vernis dans l’arrière-pays de Métaponte et de Siris prouve que l’atelier qui les fabriquait était problement établi dans une cité de la rive ionienne.

  • 21 Pyxis de Garaguso, M. Sestieri-Bertarelli, Catal. Musée de Potenza, p. 67. Ces pyxides sont nombreu (...)
  • 22 F. G. Lo Porto, Annuario XXXVII-XXXVIII, 1959-60, p. 187, fig. 160 d ; p. 188, fig. 161 a.
  • 23 Atti e Mem. M. G., 1964, Pl. XXV, a-b. F. G. Lo Porto met cette pyxis en relation avec une autre de (...)
  • 24 Hypothèse formulée par D. Adamesteanu au cours d’une conférence sur Métaponte.

11On signalera encore vers la fin de la période III. C un type de pyxides sphériques à pied conique (Pl. 46, fig. 5), dont la plupart des exemplaires connus se trouvent à Métaponte et dans son arrière-pays21 ainsi que dans les nécropoles de Tarente22. Ce vase peut être mis en relation avec une pyxis crétoise trouvée à Brindisi et publiée par F. G. Lo Porto23. La forme est comparable, bien que les exemplaires plus récents de Sala Consilina (deuxième quart du VIe siècle) comportent un pied conique ; les groupes de languettes verticales divisant le champ de la vasque sont caractéristiques et communs aux deux séries. Il est possible que ces vases importés vers le milieu du VIIe siècle en Apulie et dans la région de Tarente aient été à l’origine de la production des pyxides à cercles concentriques. La fréquence de ces dernières dans le Sud de la Basilicate rend très probable l’attribution de leur fabrication à un atelier de la région de Métaponte24 et suggère l’existence à cette époque de relations commerciales entre le Val de Diano et les cités grecques de la mer Ionienne. Les pyxides crétoises de Tarente et de Brindisi se rattachent très probablement aux types connus en Crète comme à Athènes depuis le Protogéométrique et pour lesquels on a tenté plus haut (cfr. p. 74) de proposer une commune origine.

12Deux séries d’oenochoés et d’olpès (Pl. 48, fig. 5 et 8), nombreuses au début de la période III.D, doivent être attribuées à un atelier grec d’Italie du Sud.

VASES CORINTHIENS

13Si les formes inspirées par la céramique corinthienne sont nombreuses, les vases corinthiens proprement dits sont en revanche très rares à Sala Consilina.

  • 25 La Genière 2, Pl. IX, fig. 3.
  • 26 Νecrocorinthia Pl. 36, fig. 6 et 13.
  • 27 Annuario XXXVII-XXXVIII, 1959, p. 177, fig. 153 Κ.
  • 28 Pour la datation de ces aryballes, voir également URE, CVA, Reading, Pl. 5, 10 ; URE, Aryballoi and (...)
  • 29 Benson, Die Geschichte der Korinthischen Vasen, Bâle, 1953, p. 57 ; Corinth XIII, Pl. XX, tombe 156 (...)
  • 30 F. G. Lo Porto, Annuario XXXVII-XXXVIII, 1959-60, p. 162, fig. 140 ; p. 165. fig. 144 ; p. 184, fig (...)
  • 31 Elle est particulièrement proche de la coupe 42 de Leipzig, CVA, I, Pl. 38, 3, 4, qui date du Corin (...)

14La plus ancienne tombe qui en contient (A. 123, Pl. 11, fig. 3) se situe au début de la période III. C. Le vase est un aryballe sphérique25 reposant sur un pied en anneau et décoré d’une sirène aux ailes ouvertes. Très proche par sa forme comme par sa décoration d’aryballes attribués par Payne au Corinthien Récent26 ou d’un exemplaire de Tarente que F. G. Lo Porto place dans le Corinthien Récent I27, il doit être situé vers le début du deuxième quart du VIe siècle28. On peut citer vers la même époque, c’est-à-dire au moment où les formes du Géométrique Récent sont déjà élaborées à Sala Consilina, une très petite coupe de forme corinthienne garnie d’un décor animalier sommairement traité (Pl. 16, fig. 6, tombe A. 65). Les prototypes qui ont pu inspirer l’auteur de ce modeste vase existent dans les œuvres du Vogelfriesmaler29 ; on en connaît plusieurs exemples dans les tombes archaïques de Tarente qui appartiennent à la fin du Corinthien Moyen et au début du Corinthien Récent30. Une coupe analogue existe dans la tombe D. 37 de Sala Consilina dont le matériel est caractéristique de la période III. C (Pl. 16, fig. 5). Postérieure à la plupart de celles de Tarente, elle doit être datée vers le début du Corinthien Récent31. La coupe miniaturiste de la tombe A.65 représente une imitation de ces modèles, copie non pas locale en raison de l’emploi d’un vernis brun à une époque où il est encore inconnu au Val de Diano, mais exécutée certainement en Italie Méridionale, et peut-être même dans la région tarentine ou non loin de la côte ionienne.

  • 32 Fouilles exécutées après la trouvaille de 1896 et conservées au Musée de Salerne.

15Les plus beaux vases corinthiens de Sala Consilina sont les deux pyxides sphériques de la tombe IV (Pl. 15, fig. 3)32. Les documents écrits manquent pour ce matériel, et l’on doit accepter la tradition selon laquelle tous les objets représentés sur notre planche 14 feraient partie d’une même tombe. Bien que celle-ci soit sensiblement plus récente que les mobiliers funéraires vus plus haut, puisqu’elle se situe vers la fin du Géométrique Récent (III.C), les deux pyxides qu’elle contient peuvent être rangées parmi les vases du Corinthien Moyen avancé, c’est-à-dire vers la fin du premier quart du VIe siècle.

  • 33 C’est ainsi que nous expliquons la présence de trois vases d’impasto et d’une cruche à tenda caract (...)
  • 34 Payne, op. cit., p. 309.

16Une tombe de la phase III.C (E. 16, Pl. 17), qui présente la particularité d’avoir été au contact d’une autre de la phase II33, renferme un skyphos qui se rattache au style subgéométrique populaire chez les artisans du Corinthien Moyen (Pl. 17, fig. 4)34. On peut citer aussi un skyphos fragmentaire du Corinthien Récent dans la tombe A. 56 qui est à peu près contemporaine de la précédente.

  • 35 Corinthien Récent, comparer avec URE, CVA, Reading, pl. VI, 1 b.
  • 36 Il appartient à des séries tardives qui, d’après Ure, peuvent se prolonger jusqu’au Ve siècle ; cf.(...)

17Plusieurs vases corinthiens proviennent de tombes plus récentes qui correspondent au début de la période III. D, comme l’aryballe à motif floral de la tombe A. 10 (Pl. 18, fig. 5)35 ou le skyphos de style Récent de la tombe A. 6 (Pl. 19, fig. 4, n. 9)36. En outre, parmi des tombes encore plus tardives on peut citer plusieurs aryballes à motif floral (A. 86, A. 14.1), appartenant au Corinthien Récent.

18La liste, très brève, des vases corinthiens de Sala Consilina, apporte deux séries de renseignements : la première concerne la position du Val de Diano par rapport au marché des vases corinthiens ; la deuxième a trait à la fin des séries corinthiennes.

19Les vases corinthiens demeurent exceptionnels à Sala Consilina. Les plus anciens appartiennent au Corinthien Moyen, les plus récents sont de petits skyphoi sommairement décorés caractéristiques des dernières séries corinthiennes. Il ressort de l’énumération faite plus haut qu’il n’y a pas de correspondance chronologique rigoureuse entre la succession des vases corinthiens et celle des tombes qui les contiennent : ainsi par exemple les pyxides de la tombe IV de Salerne (Pl. 15, fig. 3), de style Corinthien Moyen, appartiennent à un ensemble moins ancien que ceux qui renferment des vases corinthiens récents, comme E. 16 ou D. 37 (Pl. 17, Pl. 16). De même les aryballes contenus dans les tombes A. 123 (Pl. 11, fig. 3) (début de III.C) et A. 10 (Pl. 18, fig. 5) (début de III. D) sont contemporains. Ce divorce souligne le caractère d’objets précieux que les indigènes conféraient aux produits de l’artisanat grec ; il illustre en même temps l’absence à cette époque d’un commerce régulier, qui aurait apporté ces vases au Val de Diano avec assez de continuité pour que les modes successives connues dans les sites grecs puissent y être également perçues. Il est donc vraisemblable que ces vases, qui passaient par un grand nombre d’intermédiaires et étaient conservés plus ou moins longtemps à chaque stade des échanges, n’ont pas toujours été mis dans les tombes de Sala Consilina au lendemain de leur fabrication à Corinthe. Il faudra donc renoncer à utiliser les vases corinthiens comme des éléments absolument sûrs pour la chronologie de Sala Consilina et se contenter d’admettre que la majorité des vases corinthiens récents ont été trouvés dans des tombes caractérisant le facies III. C, tandis que quelques autres se trouvent dans des tombes du début de la période III.D.

  • 37 Aryballoi and Figurines from Rhitsona, Cambridge 1934, p. 43.
  • 38 En particulier les tombes 4 et 16, Musée de Syracuse.
  • 39 Nécropole inédite au Musée du Louvre ; voir à son sujet BCH 39, 1915, p. 135, Rapport à l’Acad. des (...)

20Le retard avec lequel un vase provenant de Corinthe a pu être enseveli dans une tombe des montagnes lucaniennes ne suffit pas à expliquer le voisinage régulier d’aryballes corinthiens récents avec des vases géométriques tardifs, des vases attiques à figures noires du troisième quart du VIe siècle, ou même des coupes à vernis noir peu antérieures à la fin du siècle. La présence de vases corinthiens dans la deuxième moitié du VIe siècle n’est pas particulière à Sala Consilina. P. N. Ure signale à Rhitsona des aryballes à motif floral jusqu’à la fin du VIe siècle37. On en trouve à la même époque à Mégara Hyblaea, comme le prouve le contenu de plusieurs tombes38 datables vers 520-510. Des associations analogues existent à Eléonte de Thrace où, dans la jarre 39 et dans le sarcophage 31, un aryballe corinthien voisine avec une coupe attique de type C ; dans le sarcophage 26 avec une coupe à bande datable vers 530-52039. Si l’interruption à Corinthe de la production massive des ateliers de potiers n’a été ressentie qu’avec retard par les habitants des régions éloignées, c’est assurément parce que les marchands de céramique continuaient à écouler leur stock restant. C’est aussi probablement parce que ces vases étaient encore fabriqués au ralenti à Corinthe. L’on ne peut accepter l’idée que les habitants des provinces les plus lointaines du monde grec, accoutumés depuis plusieurs générations à offrir à leurs morts des petits vases à parfum ou à huile, aient brusquement renoncé à cet usage ; de même il est inconcevable que les artisans corinthiens aient cessé du jour au lendemain toute activité ; certains d’entre eux ont créé le style Récent II ; d’autres ont pu répéter jusqu’à la fin de leur carrière les petits vases qu’ils avaient produits en masse peu avant le milieu du VIe siècle. En effet les lécythes attiques étaient encore peu nombreux au troisième quart du VIe siècle, c’est-à-dire trop coûteux pour satisfaire une clientèle habituée aux petits vases de série. Par la suite le succcès croissant de leur forme a rapidement entraîné leur production en plus grandes séries (groupe de Phanyllis, groupe du Coq, Classe d’Athènes 581, etc.) et le remplacement des petits vases corinthiens par les lécythes attiques a été tout à fait réalisé au cours du dernier quart du VIe siècle.

CÉRAMIQUE IONIENNE

  • 40 J. Ducat, Les vases plastiques rhodiens, Paris, 1966, p. 78. Des fouilles récentes ont fait connaît (...)

21Un vase plastique en forme d’homme agenouillé a été trouvé dans une tombe associé à un matériel appartenant au facies Sala Consilina III. C (Pl. 11, fig. 4). Il peut être rapproché du groupe rhodien III distingué par J. Ducat, et en particulier du vases Louvre CA. 1815 de Rhodes datable vers 55040.

22La plupart des vases ioniens introduits au Val de Diano sont des coupes. Elles apparaissent dans les tombes de la période III.C où elles sont fréquemment associées à certaines catégories des vases de tradition corinthienne cités plus haut.

  • 41 Lambrino, Vases archaïques d’Histria, 1938, p. 92.
  • 42 G. M. A. Hanfmann, Eastern Greek Wares at Tarsus, Studies presented to H. Goldman, The Aegean and t (...)
  • 43 Noter la présence dans la tombe Β. 38 d’une coupe de forme analogue mais légèrement plus basse, ver (...)

23L’une des plus anciennes pourrait être la coupe basse de la tombe B. 44 (Pl. 49, fig. 6, début de III.C), unique dans la nécropole, qui repose sur un pied très court, et dont la vasque arrondie est ornée de filets parallèles. Elle rappelle par sa forme comme par son décor une coupe connue à Histria41 et datée par G. M. A. Hanfmann42 de la première moitié du VIe siècle43.

  • 44 Giardino Spagna 18, 50869, Vallet et Villard, MEFR, 1955, p. 19 fig. b.

24Au nombre des premiers exemplaires figurent aussi deux coupes à vasque profonde, arrondie, qui comportent un pied conique bas assez incurvé (B. 79, Pl. 13, fig. 4, Nos 1 et 3) ; leur argile est très fine ; l’intérieur est entièrement verni, l’extérieur également, sauf la zone des anses et la lèvre qui comporte une série de minces filets horizontaux en vernis délayé. La forme rappelle celle d’une coupe de Syracuse44 datée en Sicile aux alentours de 600. Une autre coupe d’une finesse de parois remarquable, garnie à l’intérieur de bandes concentriques et sur la lèvre de minces filets parallèles, a été trouvée dans la tombe I.3, contemporaine des précédentes (Pl. 49, fig. 7). Ces exemplaires à vasque large et profonde, dont le pied conique est légèrement incurvé, demeurent exceptionnels cependant.

  • 45 Forme B.2 de Villard et Vallet, MEFR 1955, p. 27, fig. 5, datée de 580-540 av. J.C., c’est-à-dire l (...)
  • 46 Cependant les coupes ioniennes ne disparaissent pas complèment des tombes du Val de Diano. Quelques (...)

25La plupart des coupes connues à Sala Consilina ont par rapport aux précédentes un pied un peu plus élevé, de profil plus linéaire, une vasque plus conique45 ; elles sont entièrement vernies, sauf les lèvres et la zone des anses. Elles parviennent en masse au Val de Diano à l’époque des vases géométriques à décor réticulé, c’est-à-dire à la fin de la période III.C et au début de la suivante. On remarque leur association répétée avec des coupes à bande attiques ou d’imitation (A. 127, Pl. 18 fig. 7 et 8 ; A. 6, Pl. 19, fig. 4). Les coupes ioniennes se raréfient dans les tombes les plus récentes de Sala Consilina où elles sont remplacées par des coupes ou skyphoi attiques à vernis noir46.

26Toutes ces coupes ioniennes ne présentent pas les mêmes caractéristiques. Les unes ont des parois fines et attestent une technique sûre ; d’autres sont tournées dans une argile plus épaisse et couvertes d’un vernis brunâtre moins fin ; certaines enfin, comme l’exemplaire de la tombe D. 107 (Pl. 49, fig. 8) ont un profil très lourd et révèlent l’inexpérience du potier qui a dû rajouter un tore de liaison entre la vasque et le pied pour assurer la cohésion de l’ensemble. Ces différences de qualité ne correspondent pas à une succession chronologique, et l’on trouve souvent dans une même tombe des coupes très fines et d’autres plus grossières (A. 10, A. 127 par exemple, Pl. 18). Quoi qu’il en soit, la majorité des coupes ioniennes de Sala Consilina est de facture soignée.

  • 47 Convegno Tarante 3, p. 295.
  • 48 L. Ghali-Kahil, La céramique grecque, Études Thasiennes VII, 1960, p. 142.
  • 49 G. M. A. Hanfmann, op. cit., p. 172.

27La bonne qualité de la plupart d’entre elles permet de les distinguer des coupes ioniennes qui ont été trouvées dans les tombes de Palinuro. En effet, les coupes de Palinuro sont normalement tournées dans une argile plus grossière et leur façon est moins soignée. K. Kilian a observé aussi que les coupes de Paestum semblent différentes de celles de Palinuro et de Sala Consilina47 et ont probablement été fabriquées sur place. Cette remarque doit s’insérer dans le cadre plus général du développement des ateliers régionaux pour la fabrication de cette vaisselle d’usage courant. On a pu noter un peu partout dans le monde grec en effet que les cités importatrices de coupes ioniennes avaient produit à leur tour des séries comparables, bien que plus grossières, et dont l’argile révèle souvent l’origine locale. C’est le cas de Thasos par exemple où, à côté des coupes fines importées, d’autres, très micacées, ont été faites sur place48. G.M.A. Hanfmann a pu faire des remarques analogues pour les vases ioniens de Tarse, et il croit à la multiplicité des centres produisant ces coupes49. Il est donc probable que les coupes de qualité si diverses trouvées à Sala Consilina sont produites par des ateliers distincts. Les plus fines, comme celles des tombes B. 79 ou 1. 3, sont assurément des importations de Grèce, sans que, dans l’état acuel des études consacrées à ce matériel, l’on puisse préciser leur origine exacte. La plupart des autres peuvent avoir été fabriquées par des ateliers des cités de Grande-Grèce. Quelques-unes illustrent l’effort d’imitation des potiers indigènes (Pl. 49, fig. 8).

  • 50 Palinuro II, Pl. 15, 1, unten 1-4, coupes basses à une anse. Pl. 11, fig. 2, unten 4, lékanis. Pl. (...)
  • 51 Ibid. Pl. 45, fig. 3 ; Pl. 43, fig. 4, Pl. 42.

28Parmi les séries ioniennes, on citera encore les coupes basses à une anse (Pl. 18, fig. 3, vase n. 3 ; Pl. 19, fig. 4, vases 10 et 11), les lékanides à pied conique (Pl. 18, fig. 3, n. 4 ; Pl. 19, fig. 4, n. 6) et un groupe de cotylés à vasque profonde, arrondie, à pied conique, de grande (Pl. 21, fig. 1, n. 3) ou de petite taille (Pl. 18, fig. 3, vases 1 et 2), qui s’apparentent aux coupes ioniennes. Ces vases apparaissent au début de la phase III.D. Ils sont surtout associés aux coupes ioniennes les plus récentes de la nécropole, aux plus anciens cratères-canthares géométriques et aux premières importations attiques. On les trouve également à Palinuro50 accompagnant un matériel tout à fait comparable à celui de Sala Consilina. Quelques amphores (Pl. 20, fig. 3, n. 2 ; fig. 6, n. 1 et 2), des olpès à une anse (Pl. 20, fig. 6, n. 3) ou à deux anses (Pl. 22, fig. 3, n. 2) rappellent aussi des types connus à Palinuro51. Des pyxides sphériques du type reproduit Pl. 49, fig. 12 sont connues sur la côte ionienne, notamment à Amendolara.

III - VASES ATTIQUES ET IMITATIONS ITALIOTES A SALA CONSILINA

  • 52 Beazley, Greek Vases in Poland, p. 3, note 6 ; CVA Mayence I, n. 85, Pl. 44, 4 et p. 45 ; CVA Laon, (...)

29Le plus ancien vase attique des fouilles récentes de Sala Consilina est jusqu’à présent la coupe à vasque profonde de la tombe A. 127 (Phase III.D, ou Géométrique Tardif, Pl. 18, fig. 6-8). Les comparaisons que l’on peut faire avec des skyphoi à bande de la classe de Cracovie52 permettent de dater cette coupe et la tombe qui la contient vers 540-530, ce qui donne en même temps un point ferme pour la chronologie des coupes ioniennes et des vases réticulés qui l’accompagnent.

30La coupe de la tombe A. 6, qui ne paraît pas attique (Pl. 19, fig. 5 et 6), évoque cependant les modèles attiques attribuables au troisième quart du VIe siècle. Elle est également associée à des vases réticulés, à des cratères-canthares géométriques appartenant aux premiers groupes que nous avons distingués, à des coupes ioniennes (Pl. 19).

  • 53 Palinuro, II, Pl. 21. Ure, CV A Reading, Pl. 9, 5, date des coupes analogues du début du Ve siècle (...)
  • 54 Tombe A. 199, La Genière 2, Pl. XIII. 4. Cf. P. N. URE, JHS., 1932, p. 55-71, Droop cups.
  • 55 H. Bloesch, Formen attischer Schalen, p. 111 sqq.
  • 56 Palinuro II, p. 110.

31Une autre classe de coupes à bandes est celle qui comporte sur la zone réservée un décor floral (A. 146, Pl. 21, fig. 2, n. 2, 3, 5). C’est une série très commune vers la fin du troisième quart du VIe siècle, et dont on connaît de nombreux exemples à Palinuro53. A la même époque des coupes à vernis noir parviennent au Val de Diano. L’une, attique, appartient au groupe de « Droop »54 les plus nombreuses se rangent dans le groupe C de Bloesch55 caractérisées par la forme du pied et comportant souvent une lèvre concave (Pl. 21, fig. 3) Ces coupes, nombreuses à Palinuro56, y sont régulièrement associées à des coupes ioniennes ; à Sala Consilina par contre, elles sont encore présentes dans des tombes postérieures à la disparition des coupes ioniennes, et souvent bien datées par la présence de lécythes de la série Athènes 581 (comme A. 137, Pl. 22, fig. 6).

  • 57 H. Bloesch, op. cit., Pl. 32 et p. 125 sqq.
  • 58 Palinuro II, p. 112-114.

32Certaines de ces coupes sont attiques ; d’autres, couvertes d’un vernis plus grossier, doivent être attribuées à des ateliers grecs d’Italie méridionale. Les analogies entre les exemplaires de Sala Consilina et de Palinuro sont très étroites ; dans les uns comme les autres, la lèvre est concave ; un simple anneau de liaison unit la vasque au pied arrondi. Bloesch situe dans le troisième quart du VIe siècle le début de ces coupes basses à vernis noir de type C57. L’étude de cette forme à Sala Consilina et à Palinuro confirme la définition donnée par Bloesch de la tendance conservatrice de certains potiers continuant à façonner des coupes basses alors que d’autres s’efforçaient d’en allonger les silhouettes. La forme n’évolue pas en effet : jusque dans les tombes les plus récentes, les exemplaires attiques et leurs imitations italiotes répètent exclusivement le type trapu du début. On les trouve parfois associées à des petites coupes à pied qui sont très fréquentes à Palinuro et qui ont été désignées par B. Neutsch du nom de « Neossos Schälchen » (Pl. 23, fig. 2, n. 9)58.

33Les tombes les plus récentes de la phase III.D ont livré aussi de nombreux vases couverts d’un vernis noir épais, à reflets métalliques, qui ne peut être attique. On peut citer des skyphoi de diverses formes, des cotylés à vasque arrondie sans pied (Pl. 22, fig. 5, vases 2, 3, 4, 7 ; Pl. 23, fig. 2, vases 2, 3, 5). Tous ces vases sont postérieurs à l’importation des coupes ioniennes auxquelles ils ne sont qu’exceptionnellement associés. On remarque également que les tombes connues à Palinuro n’en contiennent pas.

  • 59 H. Bloesch, op. cit., Pl. 38.

34Les vases attiques marquant la fin de la période III.D sont des lécythes qui appartiennent tous à la classe Athènes 581, sauf celui de la tombe A. 186 qui est décoré de figures noires sur fond blanc et peut être attribué à l’atelier du peintre d’Athéna (Pl. 23, fig. 3, 4, 6). La date de cette tombe dans le premier quart du Ve siècle est confirmée par la présence dans son mobilier d’une coupe attique à vernis noir qui peut être comparée au groupe de Vienne de Bloesch59 (Pl. 23, fig. 5).

  • 60 Pots and pans of Classical Athens, Amer. School of Classical Studies, Princeton, 1958.

35En résumé ce sont toujours des vases modestes qui constituent l’apport grec dans les tombes de Sala Consilina : vases à boire, petites coupes, parfois garnies d’un décor pauvre, le plus souvent couvertes de vernis noir ; lécythes de qualité médiocre. Cette vaisselle très ordinaire évoque les objets d’usage quotidien des cités grecques, comme les nombreux vases à vernis noir de l’Agora d’Athènes60 ; elle est sans rapport avec la céramique de luxe qui parvient à la même époque en grande masse dans les centres étrusques et que caractérise la préférence pour les coupes richement décorées, les amphores, les stamnoi, les cratères de forme monumentale.

IV - LA TROUVAILLE DE SALA CONSILINA AU PETIT-PALAIS

  • 61 Cf. supra, p. 6, note 19.

36A la liste des objets importés à Sala Consilina, il faudrait ajouter ceux qui constituent la trouvaille de 1896 conservée au Petit-Palais61. Il ne saurait être question d’analyser ici chacun des objets qui la composent. Nous nous contenterons de formuler quelques remarques à propos de cet ensemble.

  • 62 Le trou était destiné en effet à une fosse à chaux, cf. A. Sogliano, Not. Sc., 1896, p. 171.
  • 63 P. C. Sestieri, Boll, d’Arte, 1955, p. 53-64, Il sacello-heroon poseidoniate. P. Zancani-Montuoro, (...)
  • 64 E. Diehl, Die Hydria, 1964, p. 13. C. Rolley, Hydries de bronze dans le Péloponèse du nord, BCH 87, (...)
  • 65 Cf. IIIe Partie, Chap. 3.
  • 66 Sur ces clefs à Poseidonia, voir P. Zancani-Montuoro, Atti e Mem. M. G., N.S. VI-VII, 1965-66, p. 1 (...)

37Tout d’abord, les conditions de la mise au jour de ces objets semblent indiquer qu’une superficie de terrain assez limitée, c’est-à-dire un petit nombre de tombes, a été fouillée62. D’autre part, on a trouvé, au milieu des autres, une tombe exceptionnelle qui avait, d’après Sogliano, des dimensions considérables. Son importance est révélée par l’existence d’une couverture en tuiles sur des murs probablement en pierre. La description de Sogliano a pris depuis peu un relief nouveau. En effet, alors que les fouilles entreprises depuis 1955 au Val de Diano révélaient que le type normal des tombes indigènes était une fosse rectangulaire de dimension modeste recouverte de pierres inégales, P.C. Sestieri découvrait en 1954 à Paestum un édifice sacré de caractère probablement funéraire, construit avec des blocs de calcaire et couvert de tuiles63. Cet héroon étant rigoureusement contemporain de la tombe monumentale de Sala Consilina, comme en témoigne la présence ici comme là d’une hydrie de bronze attribuable à un même atelier64, on peut se demander si la tombe de Sala Consilina ne ressemblait pas à l’origine au monument de Paestum. Il est clair que des relations commerciales existaient entre Poseidonia et le Val de Diano65. Sur le plan religieux en outre, la présence dans quelques tombes de femmes de Sala Consilina et de Padula de plusieurs objets en forme de clef de temple (Pl. 21, fig. 5 ; Pl. 23, fig. 1), dont on connaît de nombreux exemplaires parmi les dépôts votifs de l’édifice carré du sanctuaire des Bouches du Sele, est une preuve du rayonnement des pratiques rituelles de Poseidonia vers l’arrière-pays66. C’est pourquoi il n’est pas exclu que la construction de l’héroon de Paestum ait entraîné des imitations ailleurs. Dans l’arrière-pays, les chefs locaux, attirés par l’éclat de cette civilisation supérieure, ont pu chercher à imiter pour leur tombe les monuments de la grande cité grecque voisine, non seulement par la beauté des objets réunis, mais aussi peut-être par le type de construction adopté.

  • 67 Cf. CVA, Petit-Palais Pl. I, 2, n. 1, 3, 7 ; L. Mariani, Not. Sc., 1896, p. 383 ; Patroni, Not. Sc. (...)

38Les vases géométriques locaux, qui constituent la partie la plus modeste du matériel recueilli en 1896, proviennent probablement des tombes qui se trouvaient dans le voisinage de la plus grande. Ils correspondent au Géométrique Récent et Tardif de Sala Consilina67. Les vases de bucchero, les vases italiques d’inspiration corinthienne cités dans les premiers rapports étaient probablement associés aux plus anciens d’entre eux (III.C). Les colombes en terre cuite mentionnées par Sogliano,, dont on connaît plusieurs exemplaires à Sala Consilina, y apparaissent toujours dans les tombes récentes de la période III.D.

39En revanche aucune tombe des récentes fouilles de Sala Consilina n’ayant livré des vases de bronze, de la céramique attique ni des objets d’ambre dont la qualité puisse se comparer à celle de la trouvaille de 1896, il en résulte que tous ces objets de luxe provenaient vraisemblablement de la grande tombe que nous désignerons conventionnellement du nom de « tombe princière ».

  • 68 ABV p. 127, n. 70, Peintre du Louvre F. 6.
  • 69 ABV p. 420, n. 3, classe de l’oenochoé d’Oxford à la Sirène.
  • 70 Peintre de la Sandale, ABV p. 70.
  • 71 Groupe du « Hoplite leaving home », ABV p. 466.
  • 72 L’anse, le goulot, le col manquaient, cf. CVA, Petit-Palais p. 6 : Par contre, on peut exclure de c (...)
  • 73 Not. Sc. 1897, p. 165, fig. 14.
  • 74 Patroni, Necropoli antichissima della Valle del Sarno, BPI XXVII, 1901, p. 41 ; G. Carettoni, Sepol (...)

40Parmi les vases attiques du Petit-Palais qui sont attribués à cette trouvaille, la description de Sogliano permet de retenir l’amphore à figures noires n. 43768, l’oenochoé à figures noires n. 43969, le lécythe n. 43970. Des quatre autres lécythes très voisins les uns des autres71, trois au moins proviennent de Sala Consilina (n. 432, 434, 435) ; le quatrième (433) pourrait avoir figuré parmi les fragments vus par Sogliano72. Au nombre des fibules qui accompagnaient vraisemblablement les vases géométriques cités plus haut dans les tombes des périodes III.C et III.D, l’une ne figure pas parmi les types inventoriés au Val de Diano73. On la trouve d’ordinaire en Campanie, comme le prouvent les exemplaires de la vallée du Sarno et de Cassino74.

41Ce sont les ustensiles et les vases de bronze qui constituent la partie la plus somptueuse de la trouvaille et se réfèrent assurément à la « tombe princière ». Leur luxe contraste avec la qualité très modeste des mobiliers funéraires de Sala Consilina à cette époque. Nous nous contenterons ici d’énumérer rapidement ces objets.

  • 75 Heurgon, p. 408. M. Zuffa, Infundibula, SE XXVIII, 1960, p. 165-207.

42L’un d’entre eux est un colum ou infundibulum qui appartient aux séries bien connues dans les tombes étrusques du milieu et de la deuxième moitié du VIe siècle75. Comme les vases de bucchero et la fibule citée plus haut, il a peut-être été introduit au Val de Diano par l’Agro Picentino.

  • 76 B. Stjernquist, Ciste a Cordoni, Bonn Lund, 1967, I, p. 88.

43Bien que présentant des traits étrusques, la situle du Petit-Palais constitue, d’après Mme B. Stjernquist, une pièce à part au sein des séries étrusques. Il ne serait pas exclu qu’elle provienne d’un atelier sur lequel s’exerçaient en même temps des influences étrusques et d’autres italiotes76.

  • 77 Un atelier de bronziers : sur l’école du cratère de Vix, BCH 79, 1955, p. 50-74. J. Charbonneaux ce (...)
  • 78 M. W. Stoop, Bulletin van de Vereeniging tot Bevordering der Kennis van de Antieke Beshaving Te’s G (...)
  • 79 C. Rolley, Hydries de bronze dans le Péloponèse du Nord, BCH 87, 1963, p. 459, avec bibliographie.

44L’hydrie et l’oenochoé sont les plus célèbres pièces de cet ensemble. La première fait partie d’une série dont le sacellum de Paestum a livré trois exemplaires. La seconde a été rapprochée de ce groupe par G. Vallet et F. Villard dans une étude où ils ont montré les liens stylistiques qui unissaient ces vases au cratère de Vix77, pour lequel, en se fondant sur son caractère archaïsant, ils suggéraient une provenance d’Italie du Sud, et plus précisément d’une cité chalcidienne comme Reggio. Dans les dernières années, la plupart des savants qui ont examiné ce problème se sont prononcés en faveur de l’origine laconienne78, ou bien attribuent l’atelier producteur à une colonie laconienne en Grande-Grèce, c’est-à-dire à Tarente79.

  • 80 M. J. Milne, AJA 48, 1944, p. 26-63 ; p. 44, n. 17-25. Sur ces bassins, voir R. Ginouves, Balaneuti (...)
  • 81 Brit. Mus., W. T. 947. Naples, cf. Helbig, B.d.I. 1881, p. 194. Analogues à Kahn, Auktion XXII, 13 (...)
  • 82 Brit. Mus., inv. n. F. 460.

45Le bassin de bronze ou ποδανιπτήρ fait partie du mobilier précieux des banquets comme le célèbre bassin d’or d’Amasis (Hér. II, 172). Dans l’étude qu’elle a consacrée à ces objets, M. J. Milne rapproche l’exemplaire de Sala Consilina de 9 autres ποδανιπτήρα qui comportent une vasque avec anses horizontales formées par deux lions et des attaches en forme de serpent80. A part les exemplaires découverts dans les sanctuaires grecs, la plupart des ποδανιπτήρα connus ont été trouvés en Italie du Sud ou à Trebenischte. Deux anses81 provenant de Ruvo sont particulièrement proches de celles du bassin de Sala Consilina. Cette forme d’anse s’est installée par la suite en Apulie où certains plats du IVe siècle ont des anses portant un bouton en forme de fleur et encadré par deux serpents dont la tête repose sur le bord de la vasque82. C’est pourquoi, d’après les lieux de trouvaille, rien ne s’opposerait à ce qu’une partie des ποδανιπτήρα connus en Italie du Sud aient été faits sur place par des bronziers grecs, et une fabrication tarentine serait dans ce cas la plus vraisemblable.

  • 83 Sestieri, op. cit., p. 62, fig. 20 et 21.
  • 84 B.D. Filow, Die archaische Nekropole von Trebenischte, Berlin et Leipzig 1937, p. 58-60, fig. 59-62 (...)
  • 85 Sestieri, op. cit., p. 58, fig. 11 ; Filow, op. cit., p. 56, fig. 56.
  • 86 Filow, op. cit., p. 74, fig. 85, 86.
  • 87 Joffroy, Mon. Piot 1954, Pl. XVI. Filow, op. cit., Pl. XIII, 2.

46Ainsi les origines des objets qui constituent le mobilier funéraire de la « tombe princière » de Sala Consilina peuvent être très diverses. Ils sont tous datables entre 550 et 5.10 environ, c’est-à-dire que la tombe a été édifiée dans les dernières années du VIe siècle. On a mentionné plus haut les liens unissant l’hydrie de Sala Consilina et celle de Poseidonia avec le vase de Vix. On pourrait de même souligner les rapports qui existent entre les amphores du 3e groupe de Poseidonia83 et l’une de celles de Trebenischte84 ou entre les hydries des deux sites dont les anses sont encadrées par des doubles protomés de cheval85, ou bien comparer le ποδαντπτήρ de Sala Consilina aux exemplaires de Trebenischte86, ou encore le couvercle du cratère du Vix à celui de Trebenischte87.

  • 88 Contrairement à l’opinion de Filow, op. cit., p. 107, qui attribuait ces tombes à des guerriers gre (...)

47Pour superficielles qu’elles soient, ces comparaisons permettent d’établir des liens de parenté qui unissent certains objets de ces tombes princières de l’archaïsme tardif. En particulier, la composition du mobilier est sensiblement la même à Sala Consilina et à Trebenischte. A notre avis, ces riches ensembles ne peuvent avoir appartenu qu’à des chefs barbares88. A Sala Consilina, à Trebenischte, en effet, les tombes contiennent comme en Etrurie les accessoires nécessaires au banquet funéraire, cratères, passoires, patères, ποδανιπτήρα etc... Les unes et les autres ont livré en outre des perles d’ambre brut ou sculpté. Tous ces traits sont étrangers aux Grecs, qui entourent leurs morts d’un mobilier plus modeste comportant presque toujours un vase à parfum et des coupes ou skyphoi. Le sacellum de Paestum ne contredit pas cet usage ; trouvé au milieu de la ville, il ne peut être une tombe en effet, mais un édifice sacré érigé peut-être en l’honneur d’un héros, dans lequel une série de vases monumentaux ont été disposés.

48Parmi les objets recueillis dans la trouvaille de 1896, une belle série d’ambres sculptés représente une catégorie d’importations qui ne surprend pas au Val de Diano.

  • 89 Robertson, BSA. 1948. Pl. 47, c. 23 - c. 24.
  • 90 Cf. p. 124.

49En effet on a remarqué dès les tombes de la phase Ι. Β la présence de perles d’ambre allongées dans les mobiliers funéraires. L’ambre demeure assez rare jusqu’à la période II. Β où de nombreuses fibules à arc mince portent un revêtement d’ambre et d’os. C’est surtout à partir du début de la phase III que les perles d’ambre deviennent communes : tantôt ce sont des anneaux qui garnissent des boucles d’oreille, tantôt ce sont des perles en forme de trapèze qui évoquent la forme des perles d’os que l’on trouve dans beaucoup de sites orientalisants et aussi à Ithaque89 ; elles peuvent être également ovales ou arrondies, plus rarement sculptées comme les perles en forme d’oiseaux du collier A.278 analogues à celles de Francavilla Marittima en Calabre et d’Osovo en Bosnie90. Les colliers d’ambre deviennent de plus en plus communs jusqu’à la fin de la période III. c, et se raréfient par la suite.

  • 91 Nous consacrerons prochainement une étude particulière à ces objets.
  • 92 Trouvaille fortuite conservée au Musée de Naples. Cf. Not. Sc. 1914. p. 403-406. fig. 2-3.

50Les ambres sculptés sont peu nombreux. En dehors du groupe assez riche du Petit-Palais91, le Val de Diano a livré un noyau d’ambre sculpté en forme de barque de laquelle émergent des têtes de rameurs. Cette pièce provenant de Padula92 est nettement plus ancienne que les pièces du Petit-Palais, et peut remonter à la première moitié du VIe siècle.

51Nous n’entrerons pas ici dans le détail des problèmes posés par les diverses pièces d’ambre sculpté dont nous avons pu établir l’inventaire. Nous nous contenterons de formuler quelques réflexions suggérées par celui-ci.

  • 93 Musée de Bari.
  • 94 British Museum. Cf. D. E. Strong, Catalogue of the Carved Amber, Londres, 1966.
  • 95 Cf. G. O. Onorato, La ricerca archeologica in Irpinia, Avellino 1960, p. 34 et Pl. 28.
  • 96 Musée de Salerne, tête de femme analogue à celles de Roscigno. Cf. aussi Not. Sc. 1952, p. 66.
  • 97 J. De La Genière, Apollo I, p. 75-88, Ambre intagliate del Museo di Salerno.
  • 98 Catal. Mostra dell’Etruria padana e della città di Spina, Ière éd., Vol. I, n. 1201-1202, p. 371.
  • 99 Une série de perles d’ambre en forme de têtes féminines trouvées dans la nécropole de Kompolje peut (...)

52En dehors du Val de Diano, des ambres sculptés ont été trouvés en abondance sur le sol italien, au Picenum surtout où les noyaux bruts alternent avec les pièces sculptées, dans la Pouille (Bari, Canosa, Ruvo)93 et en Basilicate (Roccanova, Armento)94. La Campanie (vallée d’Anssanto95, Oliveto Citra96, la Lucanie occidentale (Monte Pruno)97, ont livré des pendentifs analogues à ceux qui ont été trouvés à Spina98 ou dans les Balkans99, évoquant l’existence de commerçants véhiculant ces modestes œuvres de la Calabre à la Bosnie.

  • 100 Musée d’Ancône.
  • 101 Musée de Zadar, nécropole de Nin ; Batovié, Pl. V, fig. 12, 8.

53Parfois aussi l’ambre est travaillé sur place, comme le prouvent dans le Picenum des perles d’ambre sculptées en triangle plat, analogues aux nombreuses perles de bronze des mêmes nécropoles100, ou en Dalmatie101 la présence simultanée de pendentifs à double protomé animale traités aussi bien en bronze qu’en ambre.

54Ainsi chaque site a pu importer en même temps de l’ambre brut et de l’ambre sculpté. Ce commerce n’intéresse pas la clientèle grecque, comme en témoigne l’absence presque complète de l’ambre dans les sites grecs. Seuls les indigènes achètent cette matière qui a fait l’objet d’un trafic intense en Adriatique.

55Ce sont les sites riverains qui en ont absorbé la plus grande quantité. Des côtes elle pénétrait vers l’intérieur, portée par des commerçants venus de loin ou par le système de troc entre indigènes. Ainsi s’explique l’identité de style entre des pièces connues dans le Nord de l’Adriatique et derrière les chaînes de l’Apennin et des Balkans.

56C’est pourquoi, à notre avis, l’existence au Val de Diano d’objets d’ambre sculpté est liée à un système commercial différent de celui qui y acheminait les vases grecs d’argile ou les récipients de bronze.

V - SALA CONSILINA ET PALINURO

57L’analyse des éléments qui constituent la phase III.D de Sala Consilina a fait ressortir les analogies nombreuses qui existent entre son matériel et celui de Palinuro.

  • 102 Sala Consilina, Pl. 23, fig. I, n. 3 ; Pl. 22, fig. 4, n. 1. Palinuro II, Pl. 9, fig. 1, unten 4 ; (...)
  • 103 Sala Consilina, Pl. 18, fig. 1, vase n. 5 ; Palinuro 11, Pl. 9, fig. 1, oben 4 ; PL 11, fig. 2, unt (...)

58On a pu remarquer la présence, dans l’une et l’autre nécropole, de grands plats d’argile épaisse, orangée, sans décor102, de pots ovales dépourvus d’anses exécutés dans la même argile103. Les grands cratères-canthares géométriques communs aux deux sites présentent des ressemblances si étroites que l’on a pu en attribuer les motifs à une même main. Cette observation peut être faite également pour certains vases géométriques imitant la forme des cratères à colonnettes grecs (Pl. 48, fig. 3 et 4). Les deux nécropoles renferment aussi des vases à décor réticulé, bouteilles, oenochoés, balles, etc, ainsi que de nombreuses importations de même nature : coupes et amphores ioniennes ; coupes attiques vernies de type C ; coupes attiques à bande florale, etc... Dans l’ensemble donc, la composition des mobiliers funéraires de Palinuro et de la phase III.D de Sala Consilina est tout à fait comparable.

59Les différences qui existent entre eux sont dues à des facteurs chronologiques et géographiques.

  • 104 Palinuro II, Pl. 14, fig. 1, unten 5, XXI 8, et p. 65, fig. 39.
  • 105 Palinuro I, p. 43, fig. 13.
  • 106 Palinuro II, Pl. 19, fig. 2 ; oben 1.
  • 107 Elle se rapproche de Bloesch, op. cit., Pl. 33, 5, et p. 121.

60L’absence à Palinuro des premiers types de cratères-canthares (groupe réticulé ou du diabolo), la rareté des « canthares » tardifs dont on ne peut citer qu’un exemple104, des vases de la série secondaire dont il existe un seul fragment105 permettent de penser que les plus anciennes tombes connues de Palinuro sont postérieures au début de la phase III. D de Sala Consilina. Par ailleurs, la répétition constante des mêmes associations prouve que la nécropole a été utilisée pendant une très courte période. La fin du cimetière de Palinuro peut être datée avant la première décade du Ve siècle grâce à l’absence des lécythes attiques du groupe Athènes 581 dont on a plusieurs exemples à Sala Consilina, et des skyphoi et coupes basses à vernis noir qui leur sont régulièrement associés dans les tombes les plus récentes de Sala Consilina. Parmi les tombes tardives de Palinuro, on peut ranger celle dans laquelle une coupe attique à vernis noir106 peut être datée vers la fin du VIe siècle107. Elle est assez isolée par rapport au groupe homogène que forment les autres tombes actuellement connues de Palinuro qui paraissent toutes datables entre 540 et 510 av. J. C.

61Ainsi la période d’utilisation du cimetière de Palinuro correspond à une étape déjà avancée de la phase III. D de Sala Consilina et s’achève peu avant celle-ci.

  • 108 Palinuro II, Pl. 50.
  • 109 Ibid., Typentafel n 57.
  • 110 Ibid., Pl. 26 1-4 ; Pl. 27, 3.
  • 111 Ibid., Pl. 22-25 ; 28-30.
  • 112 Ibid., Pl. 38, 39 etc.
  • 113 Ibid., Pl. 41, 1.
  • 114 Ibid., Pl. 46.

62D’autre part, les différences que l’on note dans la composition des mobiliers funéraires contemporains des deux sites doivent être attribuées à la diversité de leur situation géographique. Au cours de leur phase commune, on remarque la fidélité plus grande des habitants du Val de Diano à l’usage de la céramique géométrique de la série principale : ils utilisent encore des bouteilles de grande taille, des « canthares », des cruches, des coupelles à pied haut (Pl. 18, fig. 1, vases 2,3 ; Pl. 20, fig. 2, n. 2 ; Pl. 19, fig. 3, n. 5 ; Pl. 22, fig. 3, n. 3) que l’on ne trouve pas à Palinuro. La série secondaire y est également représentée, quoique rarement (Pl. 21, fig. 4 ; Pl. 22, fig. 3, n. 4). En revanche la proportion des vases importés est plus forte à Palinuro, site côtier, qu’à Sala Consilina, et leurs types sont plus variés. On trouve à Palinuro des cratères de tradition ionienne108, d’autres de forme chalcidienne109, des skyphoi attiques à figures noires110 ; les coupes attiques y sont plus nombreuses et comportent souvent un décor figuré111. Parmi les oenochoés, les unes s’inscrivent dans la tradition ionienne et sont décorées de bandes parallèles112, d’autres sont couvertes de vernis noir113 ; on remarque encore à Palinuro des hydries à vernis noir dont on n’a pas encore d’exemple à Sala Consilina114.

63Ces observations renforcent d’une part l’idée selon laquelle les vases géométriques de la série principale de Sala Consilina auraient été fabriqués au Val de Diano ou dans ses environs immédiats. Elles permettent de penser en outre qu’une partie au moins des vases grecs ou de Grande-Grèce achetés durant cette phase par les habitants du Val de Diano pourraient provenir d’un port de la côte tyrrhénienne à faible distance de Palinuro. En effet, les analogies entre les séries importées des deux sites sont si étroites qu’elles laissent supposer une source commune. Elles constituent la preuve qu’il existait entre les deux régions des relations commerciales sur l’importance desquelles nous reviendrons par la suite.

  • 115 La tombe XIV de Palinuro au Musée de Salerne contient une statuette masculine barbue d’exécution tr (...)
  • 116 Palinuro I, p. 35 ; Sestieri, Palinuro, Rend. Napoli, XXIV, 1950, p. 14.
  • 117 Les terres cuites archaïques trouvées sur la terrasse Ο et dans la Contrada S. Paolo, Palinuro II, (...)
  • 118 Palinuro II, p. 188 sqq.

64Enfin l’identité de la civilisation matérielle des deux régions est probablement la preuve d’un lien de parenté entre leurs habitants. La culture de Palinuro, dont le caractère à prédominance indigène est prouvé par la nature des tombes et par l’abondance de la vaisselle non hellénique dans un port pourtant ouvert aux influences des cités grecques voisines, appartenait à une population occupant probablement toute la zone comprise entre le Val de Diano et le golfe de Policastro115. La nature pacifique de cette population semble indiquée par le très petit nombre des armes contenues dans les tombes. Or les conclusions des savants qui ont étudié l’habitat et la nécropole de Palinuro sont concordantes : il semble que le site ait été occupé peu après le milieu du VIe siècle116, comme le prouve la présence près des murs et dans les tombes de la nécropole de coupes à bandes à figures noires ou à décor floral et de coupes basses de type C117. Tandis que la partie explorée de la nécropole a cessé d’être utilisée vers la fin du VIe siècle, les terres cuites trouvées sur la terrasse118 prouvent qu’un petit sanctuaire local existait encore à l’époque hellénistique.

65Il paraît donc acquis que l’occupation de Palinuro peut être mise en rapport avec la présence des Phocéens à Velia. La proximité des deux sites explique le lien existant entre les deux événements. Palinuro en effet ferme au sud la baie au fond de laquelle se trouve Velia. Le promontoire a été habité par des indigènes attirés par le rayonnement commercial de la cité grecque voisine ; quelques colons phocéens ont pu venir y résider également. La venue des indigènes à Palinuro se serait produite pour des raisons analogues à celles qui ont déterminé la réoccupation du site indigène de Torre Galli vers la fin du VIIe siècle, en rapport probablement avec la fondation par des colons locriens de la cité voisine d’Hipponion. L’abandon du site de Palinuro, que la date des tombes les plus récentes permet de situer vers la fin du VIe siècle, ne correspond probablement à aucun bouleversement général parmi les populations indigènes de la région.

  • 119 P. C. Sestieri, Palinuro, Rend. Napoli, XXIV, 1950. p. 8.
  • 120 Virg., Aen. VI, 378.

66En effet, si les tombes de Sala Consilina s’arrêtent actuellement au premier quart du Ve siècle, celles de Padula, très voisines, continuent pendant un demi-siècle. L’hypothèse de Sestieri119 selon laquelle il faudrait attribuer la ruine de Palinuro à un fléau brutal, comme l’épidémie de peste évoquée par le commentaire de Servius de l’Enéide120 n’est pas invraisemblable.

VI - VASES ATTIQUES ET OBJETS DE BRONZE A PADULA

  • 121 FA X, 2520 ; XI, 270 ; XIII, 2283 ; XIV, 245 b et Pl. XVI. fig. 36.

67Les fouilles menées depuis 1955 dans la nécropole de Padula121 ont mis au jour une série de tombes qui contrastent par l’abondance et la richesse de leurs vases attiques avec la modestie de celles de Sala Consilina.

  • 122 Le matériel, découvert très récemment, est encore à l’atelier de nettoyage et de restauration.
  • 123 La zone explorée de Padula étant relativement limitée, il n’est pas exclu qu’une exploration plus é (...)

68La phase d’importation est précédée par une période correspondant au Géométrique Récent (III. C) de Sala Consilina122 et qui ne présente par rapport à lui aucune originalité, semble-t-il123.

  • 124 La tombe D. 117 contient aussi une coupe des Petits-Maîtres datable vers 530.
  • 125 Cf. Palinuro II. Typentafel 10 III 5, Beilage 1.
  • 126 Cf. ibid., Pl. 9, fig. 1 oben 4.
  • 127 Sur cet exemplaire, des disques plastiques alternent, comme à Palinuro, avec des protomés animales. (...)
  • 128 Sur le vase de Palinuro, les protomés pourraient être celles d’un oiseau comme le propose B. Neutsc (...)
  • 129 Mayer, Pl. 7, fig. 12.
  • 130 Palinuro II, Pl. 16, fig. 1 et 2.

69Toutefois une des tombes, qui se situe au passage du Géométrique Récent (III.C) au Géométrique Tardif (III. D), présente un intérêt particulier du point de vue chronologique. En effet elle contient des objets caractéristiques de la fin de la phase III. C de Sala Consilina, et d’autres qui appartiennent à la phase commune avec Palinuro. Parmi les premiers, on citera une coupe géométrique à pied haut rappelant celle de la tombe IV du Musée de Salerne (Pl. 15, fig. 4), plusieurs vases réticulés, une pyxis sphérique ornée de cercles concentriques (du type Pl. 46, fig. 5), quelques fibules à pied terminé par un bouton relevé, et plusieurs objets importés : un canthare et une olpè de bucchero, un aryballe corinthien récent, une coupe ionienne à vasque profonde (comme B. 79, Pl. 13, fig. 4, Nos 1 et 3), et des skyphoi provenant des mêmes ateliers (comme D. 37, Pl. 16, fig. 3, n. 2). D’autres objets, typiques de la phase III. D, voisinent avec les précédents : une grande cruche géométrique décorée par le peintre du cratère à colonnettes D. 117 (Pl. 48, fig. 2), qui compte parmi les vases les plus récents de la nécropole124 ; un grand plat d’argile épaisse orangée (comme Pl. 23, fig. 1, n. 3, Pl. 19, fig. 3, n. 3)125, un pot ovale dépourvu d’anses (comme Pl. 18, fig. 1, n. 5)126. La tombe contenait en outre un objet assez exceptionnel dont on connaît deux autres exemplaires, l’un à Palinuro, l’autre également à Padula (Pl. 45, fig. 6)127. C’est une vase biconique qui comporte à l’épaule deux protomés de bélier128, et deux rectangles plats d’argile, dentelés dans leur partie supérieure. Il s’inscrit dans la tradition des vases biconiques géométriques connus, mais en petit nombre, depuis le début de l’Age du Fer au Val de Diano. Il a été décoré dans l’atelier qui produisait les vases réticulés. Les motifs appliqués à l’épaule font supposer l’existence de précédents métalliques. Ils rappellent aussi les protomés animales « en faucille » de certains vases dauniens129 qui portent souvent à la même place des mains dressées dont les doigts sont représentés par quatre rainures verticales ou par des baguettes juxtaposées ; il se pourrait que le rectangle dentelé appliqué à l’épaule du vase de la tombe 28 soit une version abâtardie d’un motif analogue ; toutefois il est impossible, dans l’état actuel de nos connaissances, de préciser quels auraient pu être les chemins empruntés par de telles influences. L’exemplaire de Palinuro permet de dater ce vase et les tombes XXVIII et Β. I de Padula avec une certaine précision : il provient de la tombe XXV130, où se trouvait également une coupe attique à bande décorée de figures noires datable vers 540-530 ; l’absence de coupes basses de type C dans cette tombe peut être un indice de sa relative ancienneté par rapport au reste de la nécropole. Les vases biconiques à protomés de béliers sont rares et n’ont été produits que pendant un laps de temps assez court. Ceux de Padula, découverts à proximité du lieu où ils étaient, à notre avis, fabriqués, peuvent avoir été mis dans la tombe dans un délai légèrement plus court que ceux de Palinuro. Cette marge ne saurait excéder quelques années, et la date de la tombe de Palinuro donne ainsi une date ferme pour les tombes XXVIII et Β. I de Padula, vers 540-530, en même temps que pour le début de la phase III. D de Sala Consilina.

70Il subsiste encore un court hiatus entre les tombes de Padula correspondant au début de la phase III. D de Sala Consilina, et celles, plus récentes, auxquelles nous ferons maintenant allusion. Cette discontinuité n’est probablement qu’apparente, et due seulement aux hasards des découvertes. Il est possible que les fouilles futures fassent connaître un jour un matériel correspondant aux mobiliers les plus récents de Sala Consilina, qui servira ainsi de transition avec le groupe des tombes du Ve siècle abondamment pourvues en matériel attique.

  • 131 Cf. Commentaire des Planches.

71Il convient de citer à part l’une des plus riches et des plus importantes tombes (T. IX de Valle Pupina) qui contenait en très grande abondance des vases attiques d’excellente qualité dont nous donnons par ailleurs la liste131. Nous ne prétendons pas entrer ici dans le détail des problèmes posés par chacun des objets de cet ensemble. Nous nous contenterons de souligner deux points qui lui donnent un intérêt exceptionel. C’est d’abord la composition du mobilier funéraire, ensuite la date de l’ensevelissement.

72Cette tombe, bien que contemporaine de celles qui caractérisent la phase tardive (III. D) de Sala Consilina, ne s’apparente nullement à elles. En effet, à Sala Consilina, une grande proportion des objets, et surtout les grands vases, étaient de fabrication locale. Les vases attiques complétant le mobilier étaient des coupes, des vases à boire, quelques lécythes, analogues à ceux que l’on peut découvrir en fouillant un cimetière grec de la fin du VIe siècle. Au contraire les vases assemblés dans la tombe IX de Valle Pupina à Padula constituent un ensemble comparable aux plus riches sépultures étrusques ou campaniennes (Pl. 24 et 25) : une hydrie à figures noires, une amphore de type A, des cratères à colonnettes sont des vases monumentaux dont on connaît peu d’exemples dans les nécropoles grecques contemporaines, et qui sont nombreux dans les cimetières étrusques. Il s’agit donc du mobilier funéraire d’un personnage important qui appréciait, comme ses contemporains étrusques, la beauté des vases attiques et qui s’était appliqué à les collectionner pendant une vingtaine d’années avant de les emporter dans sa tombe.

  • 132 E. Haspels, Attic Black-figured Lekythoi, p. 48 et Pl. XV, 4 ; ce groupe représente un stade interm (...)
  • 133 Bernabô-Brea et M. Cavalier 4, Pl. LI, fig. 3, c.
  • 134 D. Adamesteanu, P. Orlandini, Scavi e scoperte 1951-56, Not. Sc. 1956, p. 379, fig. 7 ; le reste du (...)

73En effet, entre les plus anciens et les plus récents objets de ce mobilier, près d’un quart de siècle a pu s’écouler. Une coupe à bande à figures noires, de forme maladroite, est datable entre 530 et 520 ; l’hydrie (Pl. 24. fig. 1) a été exécutée vers 520-510 ; les comparaisons que l’on peut faire pour les cratères (Pl. 25, fig. 4 et 5) suggèrent une date vers 520-510. Il en va de même pour les lécythes (Pl. 24, fig. 4 et 5) qui se rangent dans le groupe de la « compromizing shape » de Haspels132, et doivent être datés vers 510. Quant aux autres vases ou aux fragments qui n’ont pu être recollés, ils appartiennent en majorité à des amphores, des oenochoés ou des lécythes datables entre 520 et 500. Outre le matériel attique, la tombe renfermait un skyphos chalcidien d’un type commun en Italie du Sud vers la fin du VIe siècle (Pl. 25, fig. 1, n. 1). Un vase monumental couvert de vernis noir (Pl. 25, fig. 2) présente une forme assez exceptionnelle que l’on ne connaissait jusqu’à présent que par deux exemplaires de Lipari133 et un autre trouvé dans une tombe de Gela où il était utilisé comme vase funéraire et accompagné d’objets datables vers 500134.

  • 135 Ou campaniennes, par exemple Fratte T. 48, Musée de Salerne. Cf. Maiuri, SE III, 1929, Pl. XII.
  • 136 Tombes de la Certosa 108, 117, 151, 154, 294. Zannoni, Scavi della Certosa, Pl. LXIII, 9, associée (...)

74Parmi les objets de bronze de la tombe IX, on peut signaler une prise d’anse en double anneau (Pl. 25, fig. 3) ayant appartenu à une situle de bronze ovale à deux anses mobiles et à couvercle, dont on connaît de nombreux spécimens dans les tombes étrusques de la fin du Vie135 et du début du Ve siècle136.

  • 137 La prédominance des scènes représentant les exploits d’Héraclès sur les vases de la tombe IX est fr (...)

75En résumé ces données chronologiques sont concordantes : le matériel accumulé dans la tombe IX date du dernier quart du VIe siècle et la déposition du mort a pu avoir lieu peu avant 500. Elle est donc à peu près contemporaine des dernières tombes de Sala Consilina, comme A. 156 (Pl. 23, 1 et 2) ou A. 137 (Pl. 22) dans lesquelles on a trouvé un abondant matériel composé de céramiques locales et de vases importés de qualité médiocre. La tombe IX de Valle Pupina est actuellement la seule au Val de Diano qui ait livré une série de grands vases à figures noires. On ne saurait, certes, préjuger des résultats d’une nouvelle fouille ; il semble pourtant que le mort, si riche par rapport à ses contemporains de Sala Consilina, ait été un personnage exceptionnel et en même temps l’un des premiers à introduire l’usage des grands vases précieux dans la région. Comme le prouvent les tombes de Sala Consilina, il n’y avait pas encore un commerce régulier de céramique attique de luxe au Val de Diano. Les achats se limitaient en général à des objets de série, des coupes de qualité courante, auxquelles s’ajoutait parfois un modeste lécythe pour imiter les coutumes funéraires des Grecs137.

76Ainsi la tombe IX de Padula constitue une exception, au même titre que la trouvaille de Sala Consilina du Petit-Palais. Ces deux ensembles doivent demeurer à part, parce que les personnages qui les ont thésaurisés étaient, ici comme là, particulièrement riches et désireux d’acquérir les créations de l’art grec.

77En revanche, c’est seulement à partir de la fin du VIe siècle qu’un commerce régulier a pu apporter au Val de Diano des vases attiques et des objets de bronze de diverses provenances.

  • 138 Beazley, ARV, 2è éd., p. 290.
  • 139 Ibid., p. 1642.
  • 140 Ibid., p. 1645.
  • 141 Beazley, Apollo I, 1961, p. 23, Heracles torna a casa.

78A part le cratère à colonnettes à figures noires de la tombe XIII de Valle Pupina qui précède de plus d’un demi-siècle les objets qui l’accompagnent (du deuxième quart du Ve siècle), on ne connaît actuellement aucun vase antérieur aux dernières années du VIe siècle. Quelques fragments de cratère à volutes à figures noires (matériel sporadique du Musée de Padula), d’un cratère à volutes à figures rouges du Peintre de Tyszkiewicz138, un cratère à colonnettes à figures rouges de style archaïque tardif (Tombe S. Francesco I) marquent avec une oenochoé du Peintre de Berlin 2268 (forme 8) le départ d’une importation régulière dans le premier quart du Ve siècle. L’une des plus riches tombes du début du Ve siècle est celle qui contient un cratère à colonnettes (attribué par Beazley au Peintre de Tyszkiewicz)139 et une hydrie à figures rouges (Peintre de Florence 3983)140, tous deux datables vers 480141. La composition de ce mobilier, que complètent deux oenochoés plastiques à tête féminine, deux coupes à vernis noir, une coupelle et une passoire de bronze, évoque les ensembles contemporains de Spina.

79La ressemblance avec Spina s’accentue lorsqu’on examine le contenu des tombes du deuxième quart du Ve siècle qui sont actuellement les plus nombreuses à Padula. Bien que la qualité des importations soit ici nettement inférieure à ce qu’elle est dans le grand port étrusque, la plupart des tombes contiennent un grand vase à figures rouges (cratère, hydrie ou amphore) peint par des artistes dont la nécropole de Spina a fait connaître beaucoup d’œuvres : Peintres du Dutuit, d’Altamura, du Verger, groupe des Maniéristes, etc. (Pl. 26, fig. 1 ; Pl. 28). A côté de ces beaux vases à figures rouges du début de la période classique, on trouve fréquemment des vases à figures noires de prolongation, comme une oenochoé dans la tombe III, ou des lécythes à figures noires sur fond blanc (Pl. 26, fig. 2). Il ne faudrait cependant pas pousser trop loin la comparaison entre Spina et Padula. Le grand port adriatique et le village de montagne ont des niveaux de vie bien différents dont témoigne la modestie des coupes de Padula presque toujours dépourvues de décor.

  • 142 Ce type d’oenochoé existe à Bologne vers 500 dans les tombes de la CharChartreuse; pour son imitati (...)
  • 143 Jacobstahl, Die Bronzeschnabelkannen, p. 16 et 48.
  • 144 Cf. Maiuri, SE III, 1929, Pl. XI, XII.
  • 145 Not. Sc. 1934, p. 359, fig. 11.
  • 146 Musée de la Villa Giulia, plusieurs exemplaires.
  • 147 Jacobstahl, op. cit., p. 48, note 1.

80Des objets de bronze complètent ces ensembles (Pant. IV, Pl. 27 ; V. Pup. XV, Pl. 29, 1 et 2). Certains viennent d’Etrurie, comme l’oenochoé de la tombe VII de Valle Pupina (Pl. 29, fig. 3)142. C’est aussi aux bronziers étrusques qu’il convient d’attribuer le fragment de situle de la tombe IX (Pl. 25, fig. 3, fragment de prise d’anse) dont la plupart des exemplaires connus proviennent d’Etrurie tyrrhénienne et padane, l’olpè dont l’anse s’achève vers le bas en forme de petit lion (Pl. 26, fig. 5, n. 2)143 qui est connue à Fratte144, à Sorrente (inédit), à Populonia 145, à Bisenzio146, et sans doute l’olpè à panse sphérique dont l’anse s’achève en tête de Gorgone (Pl. 26, fig. 5, l)147.

  • 148 Acta Archaeologica, 1944, p. 101, Bronze Paterae with Anthropomorphous Handles.

81D’autres bronzes cependant proviennent de Grande Grèce, en particulier toute une série de patères à anses en corps de Kouros (Pl. 29, fig. 4 et 5). L’étude très sommaire que l’on peut en faire avant restauration permet de rattacher les exemplaires de Padula aux groupes I. E. et IIB. déterminés par M. Gjôdesen dans la recherche qu’il a consacrée à ces objets148. La majorité des provenances connues, Bari et Tarente pour le premier groupe, Catane et l’Italie du Sud pour le second, ont permis à M. Gjôdesen d’attribuer à la Grande Grèce la fabrication de ces séries dont les exemplaires découverts en Grèce auraient été importés d’Italie méridionale. L’auteur n’exclut pas la possibilité que l’une de ces séries de patères provienne de Paestum. Il semble que plusieurs patères analogues aient été trouvées à Miglionico. L’une d’elles, exposée au Musée de Matera, est toute proche du groupe II. C de M. Gjôdesen. La présence de ces patères sur la vallée du Bradano permet de penser à des ateliers de bronziers situés près de Tarente ou de Métaponte.

  • 149 D’autres zones fouillées autour de Padula ont livré des vases d’époque hellénistique, cf. A. D. Tre (...)

82Parmi les tombes les plus récentes que l’on connaisse à Padula, celle de Valle Pupina VI, qui renferme un cratère en cloche probablement italiote, deux glaukes attiques, un amphoriskos attique à vernis noir décoré de godrons, doit être datée peu après le milieu du Ve siècle149.

83Si l’on pouvait admettre que le panorama de la nécropole, tel que les résultats de la fouille nous le présentent, reflète l’histoire du site, on conclurait que les premiers vases attiques de série se sont introduits au Val de Diano au cours du troisième quart du VIe siècle ; que l’importation des vases attiques de luxe, des bronzes d’origines diverses devient abondante dans le premier et surtout dans le deuxième quart du Ve siècle, et qu’elle s’arrête brusquement peu après le milieu du siècle. En d’autres termes, la première moitié du Ve siècle est pour le Val de Diano une phase d’ouverture vers l’extérieur au cours de laquelle les relations avec les régions environnantes ont été très intenses.

Notes

5 Kukahn, Der Griechische Helm, p. 29-30, et p. 59-60, n. 11-15.

6 VI Bericht über die Ausgrabungen in Olympia, 1953-55, p. 130 et 131, fig. 100 et 101, p. 132, note 17.

7 Ibid, et VII Bericht iiber die Ausgrabungen in Olympia, 1961, Korintische Helme, p. 56-128. A. Snodgrass, Early Greek Armour and Weapons, Edimbourg, 1964, p. 19-28.

8 On connaît encore à Sala Consilina un casque trouvé fortuitement et sans objets d’accompagnement. Il diffère considérablement des précédents : en contraste avec leur raideur archaïque, il manifeste une recherche de modelé, un souci d’adaptation à l’anatomie : les parois ne sont plus verticales, mais elles ont un profil souple en S ; les fentes des yeux sont plus petites et épousent la forme de l’oeil. Le casque n’est plus tout droit, mais a tendance à s’incliner vers l’arrière, tandis que le nasal pointe en avant. Cette position nouvelle donne plus d’aisance à la tête et au cou et facilite les mouvements. Il présente des analogies avec le type reproduit par Kukahn, op. cit., Pl. III, fig. 4.

9 S. Benton, Excavation at Aetos, BSA XLVIII, 1953, p. 285, et p. 289, fig. 11 n. 768 et 773.

10 Pour F. G. Lo Porto, il n’est pas exclu que ces vases aient été fabriqués à Ithaque, Not. Sc. 1964, Satyrion, p. 226-7.

11 Musée de Syracuse.

12 Hencken, Pl. 63, fig. 21.

13 Vallet et Villard, MEFR, 1955, Pl. VIII, fig. Β, vase n. 7 ; un exemplaire à Malte au VIIe siècle, CVA Gotha, vol. I, Pl. V, 7.

14 Musée de Reggio de Calabre.

15 Weinberg, AJA 45, 1941, p. 30 ; Hencken, Pl. 58, tombe 175 bis, fig. 1 et 2.

16 Weinberg, op. cit., fig. 17.

17 Corinth VII, Pl. 29, 212-213.

18 Par exemple la coupe de la tombe 158 de Syracuse, Hencken, Pl. 62, fig. 8, datée du troisième quart du VIIe siècle et attribuée par F. Villard à un atelier grec local. Cf. Vallet et Villard, MEFR 1956, p. 7-27, en particulier Pl. III.

19 Corinth VII, Pl. 36, n. 278.

20 La distinction entre la coupe et le skyphos n’est pas aisée. A la suite de Weinberg, nous utilisons le terme de coupe lorsque le vase est relativement bas et celui de skyphos lorsqu’il est plus profond. Richter et Milne (Names and Shapes of Athenian Vases, p. 24 et 26) réservent surtout le terme de coupes aux bols comportant un pied. Ces dénominations sont du reste conventionnelles : les inscriptions placées sur des vases de l’une et l’autre forme portent souvent le terme de cotylé ; parfois aussi les skyphoi sont désignés par le terme de coupes (BCH 88, 1964, p. 830, inscription sur le pied d’un skyphos du Ve siècle le désignant du nom de ϰύλιξ).

21 Pyxis de Garaguso, M. Sestieri-Bertarelli, Catal. Musée de Potenza, p. 67. Ces pyxides sont nombreuses également dans le matériel du sanctuaire de S. Biagio près de Métaponte (Musée de Métaponte).

22 F. G. Lo Porto, Annuario XXXVII-XXXVIII, 1959-60, p. 187, fig. 160 d ; p. 188, fig. 161 a.

23 Atti e Mem. M. G., 1964, Pl. XXV, a-b. F. G. Lo Porto met cette pyxis en relation avec une autre de Tarente (Annuario 1959-60, p. 34-36, fig. 23-24) et les date de la fin du deuxième quart du VIIe siècle.

24 Hypothèse formulée par D. Adamesteanu au cours d’une conférence sur Métaponte.

25 La Genière 2, Pl. IX, fig. 3.

26 Νecrocorinthia Pl. 36, fig. 6 et 13.

27 Annuario XXXVII-XXXVIII, 1959, p. 177, fig. 153 Κ.

28 Pour la datation de ces aryballes, voir également URE, CVA, Reading, Pl. 5, 10 ; URE, Aryballoi and figurines from Rhitsona, Cambridge 1934, p. 95.

29 Benson, Die Geschichte der Korinthischen Vasen, Bâle, 1953, p. 57 ; Corinth XIII, Pl. XX, tombe 156, n. 5.

30 F. G. Lo Porto, Annuario XXXVII-XXXVIII, 1959-60, p. 162, fig. 140 ; p. 165. fig. 144 ; p. 184, fig. 158 ; dans la même région, voir aussi Gervasio, Pl. VII, 5 ; p. 40, fig. 36, de la nécropole de Monte Sannace à Gioia del Colle ; Pl. VIII, 5, de Bari.

31 Elle est particulièrement proche de la coupe 42 de Leipzig, CVA, I, Pl. 38, 3, 4, qui date du Corinthien Récent.

32 Fouilles exécutées après la trouvaille de 1896 et conservées au Musée de Salerne.

33 C’est ainsi que nous expliquons la présence de trois vases d’impasto et d’une cruche à tenda caractéristiques de la phase II au sein d’un mobilier homogène de la période III.C.

34 Payne, op. cit., p. 309.

35 Corinthien Récent, comparer avec URE, CVA, Reading, pl. VI, 1 b.

36 Il appartient à des séries tardives qui, d’après Ure, peuvent se prolonger jusqu’au Ve siècle ; cf. CVA, Reading, p. 4, Pl. 2, 6, 7, 9.

37 Aryballoi and Figurines from Rhitsona, Cambridge 1934, p. 43.

38 En particulier les tombes 4 et 16, Musée de Syracuse.

39 Nécropole inédite au Musée du Louvre ; voir à son sujet BCH 39, 1915, p. 135, Rapport à l’Acad. des Inscript, et Belles-Lettres, d’E. Pottier.

40 J. Ducat, Les vases plastiques rhodiens, Paris, 1966, p. 78. Des fouilles récentes ont fait connaître une statuette de Koré comparable à la série des Korés en vêtement « rhodien » classées par Ducat dans sa série samienne I, p. 63-65, Pl. IX, 4-5, et datables vers 560-550. Elle se trouvait dans une tombe de Padula contenant par ailleurs des vases géométriques réticulés.

41 Lambrino, Vases archaïques d’Histria, 1938, p. 92.

42 G. M. A. Hanfmann, Eastern Greek Wares at Tarsus, Studies presented to H. Goldman, The Aegean and the Near East, p. 165.

43 Noter la présence dans la tombe Β. 38 d’une coupe de forme analogue mais légèrement plus basse, vernie sauf la zone des anses et le bas de la vasque ; à l’intérieur, quatre filets rouges concentriques ; à l’extérieur, deux sur la lèvre, deux au-dessous, deux autres sur la partie vernie de la vasque. A comparer à une coupe de Sélinonte, Gabrici, Mon. Ant. XXXII, 1927, p. 312, fig. 132, et à un fragment inédit de Ségeste.

44 Giardino Spagna 18, 50869, Vallet et Villard, MEFR, 1955, p. 19 fig. b.

45 Forme B.2 de Villard et Vallet, MEFR 1955, p. 27, fig. 5, datée de 580-540 av. J.C., c’est-à-dire la plus récente de la série.

46 Cependant les coupes ioniennes ne disparaissent pas complèment des tombes du Val de Diano. Quelques-unes sont associées à un matériel datable de la fin du VIe siècle dans les tombes de Padula. Le même fait peut être observé à Palinuro où les coupes ioniennes sont associées à des vases attiques datables vers 520-500 : Skyphoi CHC, lécythes « little lion ».

47 Convegno Tarante 3, p. 295.

48 L. Ghali-Kahil, La céramique grecque, Études Thasiennes VII, 1960, p. 142.

49 G. M. A. Hanfmann, op. cit., p. 172.

50 Palinuro II, Pl. 15, 1, unten 1-4, coupes basses à une anse. Pl. 11, fig. 2, unten 4, lékanis. Pl. 13, 1, unten 3-4, vase à vasque profonde, pied conique.

51 Ibid. Pl. 45, fig. 3 ; Pl. 43, fig. 4, Pl. 42.

52 Beazley, Greek Vases in Poland, p. 3, note 6 ; CVA Mayence I, n. 85, Pl. 44, 4 et p. 45 ; CVA Laon, Pl. 21, 3-4.

53 Palinuro, II, Pl. 21. Ure, CV A Reading, Pl. 9, 5, date des coupes analogues du début du Ve siècle et soutient que les coupes à bandes florales se prolongent en Grèce tout au long du Ve siècle. Une telle chronologie n’est pas acceptable à Sala Consilina ni à Palinuro où ces coupes doivent être situées vers 530-520. Au reste les exemplaires trouvés par Vanderpool dans un puits de la fin du VIe siècle à Athènes (Hesperia, XV, 1946, Pl. LXII) n’ont plus la forme élancée de l’époque des Petits-Maîtres. Elles sont plus basses, la tige du pied s’étant réduite ; elles peuvent servir de terminus ante quem pour les exemplaires plus élancés de Sala Consilina.

54 Tombe A. 199, La Genière 2, Pl. XIII. 4. Cf. P. N. URE, JHS., 1932, p. 55-71, Droop cups.

55 H. Bloesch, Formen attischer Schalen, p. 111 sqq.

56 Palinuro II, p. 110.

57 H. Bloesch, op. cit., Pl. 32 et p. 125 sqq.

58 Palinuro II, p. 112-114.

59 H. Bloesch, op. cit., Pl. 38.

60 Pots and pans of Classical Athens, Amer. School of Classical Studies, Princeton, 1958.

61 Cf. supra, p. 6, note 19.

62 Le trou était destiné en effet à une fosse à chaux, cf. A. Sogliano, Not. Sc., 1896, p. 171.

63 P. C. Sestieri, Boll, d’Arte, 1955, p. 53-64, Il sacello-heroon poseidoniate. P. Zancani-Montuoro, Il Poseidonion di Poseidonia, Arch. Stor. Cal. Luc. XXIII, 1954, p. 183 sqq., interprète ce monument comme un héroon élevé à la gloire de leur oeciste par les réfugiés de Sybaris.

64 E. Diehl, Die Hydria, 1964, p. 13. C. Rolley, Hydries de bronze dans le Péloponèse du nord, BCH 87, 1963, II, p. 473, n. 8910.

65 Cf. IIIe Partie, Chap. 3.

66 Sur ces clefs à Poseidonia, voir P. Zancani-Montuoro, Atti e Mem. M. G., N.S. VI-VII, 1965-66, p. 152 sqq.

67 Cf. CVA, Petit-Palais Pl. I, 2, n. 1, 3, 7 ; L. Mariani, Not. Sc., 1896, p. 383 ; Patroni, Not. Sc., 1897 p. 163-73.

68 ABV p. 127, n. 70, Peintre du Louvre F. 6.

69 ABV p. 420, n. 3, classe de l’oenochoé d’Oxford à la Sirène.

70 Peintre de la Sandale, ABV p. 70.

71 Groupe du « Hoplite leaving home », ABV p. 466.

72 L’anse, le goulot, le col manquaient, cf. CVA, Petit-Palais p. 6 : Par contre, on peut exclure de cet ensemble le lécythe étrusque 431, dont Sogliano ne fait pas mention bien qu’il ne comporte pas de cassure. Pour la même raison, le lécythe attique 436 ne fait pas partie du mobilier de 1896. Ces deux vases sont du reste nettement plus récents que l’ensemble de la trouvaille, le premier datant du début du Ve siècle et le deuxième se situant vers 470-460. Par ailleurs les vases chalcidiens 438, 440, 448 du Petit-Palais ne peuvent être identifiés d’après la liste de Sogliano. Il est possible qu’ils aient été ajoutés après la trouvaille ; on sait en effet que le Musée de Salerne conserve plusieurs vases chalcidiens provenant de Sala Consilina.

73 Not. Sc. 1897, p. 165, fig. 14.

74 Patroni, Necropoli antichissima della Valle del Sarno, BPI XXVII, 1901, p. 41 ; G. Carettoni, Sepolcreto dell’Età del Ferro scoperto a Cassino, BPI, Vol. 67-68, 1958-59, p. 177, fig. 9, p. 186, fig. 17 et fig. 23.

75 Heurgon, p. 408. M. Zuffa, Infundibula, SE XXVIII, 1960, p. 165-207.

76 B. Stjernquist, Ciste a Cordoni, Bonn Lund, 1967, I, p. 88.

77 Un atelier de bronziers : sur l’école du cratère de Vix, BCH 79, 1955, p. 50-74. J. Charbonneaux cependant attribue à Corinthe l’oenochoé de Sala Consilina (Les Bronzes grecs, Paris, 1958, p. 44).

78 M. W. Stoop, Bulletin van de Vereeniging tot Bevordering der Kennis van de Antieke Beshaving Te’s Gravenhage, 1964, p. 83 sqq. avec bibliographie. Mogens gjödesen, AJA LXVIII, 1963, attribue au contraire le cratère de Vix à Corinthe et le date vers 575.

79 C. Rolley, Hydries de bronze dans le Péloponèse du Nord, BCH 87, 1963, p. 459, avec bibliographie.

80 M. J. Milne, AJA 48, 1944, p. 26-63 ; p. 44, n. 17-25. Sur ces bassins, voir R. Ginouves, Balaneutikè, Paris, 1962, p. 61-75.

81 Brit. Mus., W. T. 947. Naples, cf. Helbig, B.d.I. 1881, p. 194. Analogues à Kahn, Auktion XXII, 13 mai 1961, Pl. 15, n. 53.

82 Brit. Mus., inv. n. F. 460.

83 Sestieri, op. cit., p. 62, fig. 20 et 21.

84 B.D. Filow, Die archaische Nekropole von Trebenischte, Berlin et Leipzig 1937, p. 58-60, fig. 59-62, n. 71.

85 Sestieri, op. cit., p. 58, fig. 11 ; Filow, op. cit., p. 56, fig. 56.

86 Filow, op. cit., p. 74, fig. 85, 86.

87 Joffroy, Mon. Piot 1954, Pl. XVI. Filow, op. cit., Pl. XIII, 2.

88 Contrairement à l’opinion de Filow, op. cit., p. 107, qui attribuait ces tombes à des guerriers grecs morts au combat. A la liste de ces tombes-musées, on peut ajouter plusieurs tombes de Melfi. Cf. D. Adamesteanu, Atti e Mem. M. G. 1966, p. 199-208. Pl. LVII-LXII.

89 Robertson, BSA. 1948. Pl. 47, c. 23 - c. 24.

90 Cf. p. 124.

91 Nous consacrerons prochainement une étude particulière à ces objets.

92 Trouvaille fortuite conservée au Musée de Naples. Cf. Not. Sc. 1914. p. 403-406. fig. 2-3.

93 Musée de Bari.

94 British Museum. Cf. D. E. Strong, Catalogue of the Carved Amber, Londres, 1966.

95 Cf. G. O. Onorato, La ricerca archeologica in Irpinia, Avellino 1960, p. 34 et Pl. 28.

96 Musée de Salerne, tête de femme analogue à celles de Roscigno. Cf. aussi Not. Sc. 1952, p. 66.

97 J. De La Genière, Apollo I, p. 75-88, Ambre intagliate del Museo di Salerno.

98 Catal. Mostra dell’Etruria padana e della città di Spina, Ière éd., Vol. I, n. 1201-1202, p. 371.

99 Une série de perles d’ambre en forme de têtes féminines trouvées dans la nécropole de Kompolje peut être attribuée aux mêmes artisans que les précédentes, cf. R. Drechler-Bizić, Vjesnik Arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Serije III, Svezak II, Zagreb 1961, Pl. XXVIII, XXIX. Cf. aussi p. 124, où l’on a signalé des oiseaux d’eau en ambre trouvés en Bosnie, en Calabre et à Sala Consilina.

100 Musée d’Ancône.

101 Musée de Zadar, nécropole de Nin ; Batovié, Pl. V, fig. 12, 8.

102 Sala Consilina, Pl. 23, fig. I, n. 3 ; Pl. 22, fig. 4, n. 1. Palinuro II, Pl. 9, fig. 1, unten 4 ; fig. 2, oben 2 ; Pl. 13, fig. 1, oben 5, etc.

103 Sala Consilina, Pl. 18, fig. 1, vase n. 5 ; Palinuro 11, Pl. 9, fig. 1, oben 4 ; PL 11, fig. 2, unten 1.

104 Palinuro II, Pl. 14, fig. 1, unten 5, XXI 8, et p. 65, fig. 39.

105 Palinuro I, p. 43, fig. 13.

106 Palinuro II, Pl. 19, fig. 2 ; oben 1.

107 Elle se rapproche de Bloesch, op. cit., Pl. 33, 5, et p. 121.

108 Palinuro II, Pl. 50.

109 Ibid., Typentafel n 57.

110 Ibid., Pl. 26 1-4 ; Pl. 27, 3.

111 Ibid., Pl. 22-25 ; 28-30.

112 Ibid., Pl. 38, 39 etc.

113 Ibid., Pl. 41, 1.

114 Ibid., Pl. 46.

115 La tombe XIV de Palinuro au Musée de Salerne contient une statuette masculine barbue d’exécution très grossière, datable de 530-520 av. J.C. environ ; son aspect barbare constitue une preuve supplémentaire du caractère non hellénique de la population du promontoire.

116 Palinuro I, p. 35 ; Sestieri, Palinuro, Rend. Napoli, XXIV, 1950, p. 14.

117 Les terres cuites archaïques trouvées sur la terrasse Ο et dans la Contrada S. Paolo, Palinuro II, Pl. 59-62, ne sont pas beaucoup plus anciennes que le reste du matériel. En effet les divinités assises de type ionien, très répandues en Occident vers le milieu du VIe siècle, ont pu être reproduites pendant une longue période comme le prouvent les deux exemplaires trouvés dans une tombe du début du Ve siècle à Padula, S. Francesco 6, et leurs associations dans les nécropoles siciliennes avec des lécythes attiques du dernier quart du VIe siècle ; on les connaît aussi dans des jarres d’Eléonte vers 530 (n. 14 par ex.). La statuette en forme de xoanon de la Pl. 61 peut être l’imitation des idoles sacrés de la cité grecque voisine et serait dans ce cas postérieure à la bataille d’Alalia. Enfin la rudesse des traits du Kouros (Palinuro II, Pl. 62, fig. 1, c) est peut-être due, non pas à sa grande ancienneté, mais au peu d’expérience du coroplathe.

118 Palinuro II, p. 188 sqq.

119 P. C. Sestieri, Palinuro, Rend. Napoli, XXIV, 1950. p. 8.

120 Virg., Aen. VI, 378.

121 FA X, 2520 ; XI, 270 ; XIII, 2283 ; XIV, 245 b et Pl. XVI. fig. 36.

122 Le matériel, découvert très récemment, est encore à l’atelier de nettoyage et de restauration.

123 La zone explorée de Padula étant relativement limitée, il n’est pas exclu qu’une exploration plus étendue de la nécropole livre des tombes plus anciennes. Quelques fibules correspondant à la phase III.A de Sala Consilina se trouvent dans le matériel sporadique au Musée de Padula.

124 La tombe D. 117 contient aussi une coupe des Petits-Maîtres datable vers 530.

125 Cf. Palinuro II. Typentafel 10 III 5, Beilage 1.

126 Cf. ibid., Pl. 9, fig. 1 oben 4.

127 Sur cet exemplaire, des disques plastiques alternent, comme à Palinuro, avec des protomés animales. La tombe qui le contient se situe, comme la Tombe XXVIII, vers la fin de la phase III.C et le début de III.D. Elle a livré des vases géométriques réticulés, des coupes ioniennes, mais pas de matériel attique.

128 Sur le vase de Palinuro, les protomés pourraient être celles d’un oiseau comme le propose B. Neutsch, Palinuro, II, p. 152, fig. 72.

129 Mayer, Pl. 7, fig. 12.

130 Palinuro II, Pl. 16, fig. 1 et 2.

131 Cf. Commentaire des Planches.

132 E. Haspels, Attic Black-figured Lekythoi, p. 48 et Pl. XV, 4 ; ce groupe représente un stade intermédiaire entre les formes anciennes effilées vers le bas et la forme classique dont la panse est cylindrique dans sa partie supérieure et brusquement rétrécie vers le bas. Nos lécythes, dont le pied n’est plus échine, comptent parmi les plus récents de cette série.

133 Bernabô-Brea et M. Cavalier 4, Pl. LI, fig. 3, c.

134 D. Adamesteanu, P. Orlandini, Scavi e scoperte 1951-56, Not. Sc. 1956, p. 379, fig. 7 ; le reste du mobilier funéraire p. 380, fig. 8.
Les trouvailles sont encore trop peu nombreuses pour que l’on puisse attribuer ces grands vases à une fabrique déterminée. Toutefois on remarque que leur distribution en Italie méridionale est comparable à celle des « cratères laconiens », beaucoup plus nombreux du reste, et que l’argile et le vernis des deux séries de vases présentent des analogies. La liste des « cratères laconiens » établie en 1930 par Mingazzini (Vasi della Collezione Castellani, p. 186) met en évidence le fait qu’ils proviennent presque tous d’Italie et qu’ils sont particulièrement communs en Sicile. Une troisième série de vases peut être rapprochée des deux premières : ce sont de monumentales amphores couvertes de vernis noir qui ont été trouvées à Lipari où l’on connaît également les vases de type Padula-Gela, L. Bernabô-Brea et M. Cavalier 4, p. 209, 10, Pl. LI. La variété des types connus à Lipari dans des tombes du Ve siècle pourrait être une indication en faveur d’une attribution à la Sicile, et peut-être aux îles Eoliennes de ces séries de vases. Toutefois on remarque que les exemplaires de Lipari sont souvent réparés, ce qui plaide contre cette hypothèse.

135 Ou campaniennes, par exemple Fratte T. 48, Musée de Salerne. Cf. Maiuri, SE III, 1929, Pl. XII.

136 Tombes de la Certosa 108, 117, 151, 154, 294. Zannoni, Scavi della Certosa, Pl. LXIII, 9, associée à une coupe attique du premier quart du Ve s. C’est à une situle analogue qu’appartiennent les deux objets publiés par Bizzarri, SE XXX, 1962, p. 110, fig. 35.

137 La prédominance des scènes représentant les exploits d’Héraclès sur les vases de la tombe IX est frappante, et l’on pourrait imaginer qu’elle répond à un voeu particulier de l’acheteur de ces vases. On ne doit pas oublier cependant la popularité d’Héraklès vers la fin du VIe siècle, ni le fait que près du tiers des légendes reproduites sur les vases attiques de cette époque sont empruntées à sa geste.

138 Beazley, ARV, 2è éd., p. 290.

139 Ibid., p. 1642.

140 Ibid., p. 1645.

141 Beazley, Apollo I, 1961, p. 23, Heracles torna a casa.

142 Ce type d’oenochoé existe à Bologne vers 500 dans les tombes de la CharChartreuse; pour son imitation en terre-cuite par les potiers attiques, voir plus bas, p. 219, note 18.

143 Jacobstahl, Die Bronzeschnabelkannen, p. 16 et 48.

144 Cf. Maiuri, SE III, 1929, Pl. XI, XII.

145 Not. Sc. 1934, p. 359, fig. 11.

146 Musée de la Villa Giulia, plusieurs exemplaires.

147 Jacobstahl, op. cit., p. 48, note 1.

148 Acta Archaeologica, 1944, p. 101, Bronze Paterae with Anthropomorphous Handles.

149 D’autres zones fouillées autour de Padula ont livré des vases d’époque hellénistique, cf. A. D. Trendall, Apollo II, Headvases in Padula, p. 11.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr