Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Troisième partie

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Cf. p. 6 et n. 19.
  • 2 La Grande-Grèce, I, 1881, p. 207-208, 274-275.
  • 3 On trouvera une bibliographie complète de cette question dans G. Vallet, p. 165, notes 3 et 4 et p (...)
  • 4 G. Vallet, p. 166-179.

1Jusqu’à la reprise des fouilles de Sala Consilina en 1955, le matériel indigène, qui a fait l’objet des précédents chapitres, avait fort peu attiré l’attention des savants. L’étonnante trouvaille de 18961 avait en effet rendu le site célèbre pour sa richesse en objets grecs et avait été à l’origine de la théorie selon laquelle le Val de Diano se serait trouvé sur une voie continentale fréquentée par les intermédiaires entre Sybaris et l’Etrurie. La découverte apparaissait en effet comme une confirmation des idées de Lenormant2 sur le rôle important joué par les voies caravanières dans l’histoire commerciale de Sybaris. La plupart des savants avaient souscrit à cette théorie3 jusqu’à ce que G. Vallet, en 19584, contestât la valeur des raisons invoquées en faveur des voies continentales de transit. Aux arguments de vraisemblance inspirés par des considérations géographiques ou la tradition légendaire, il opposait des statistiques de céramique, des faits qui, sans ruiner tout à fait le rôle des voies de portage, diminuaient considérablement la place qu’elles ont pu tenir dans les relations commerciales des Grecs en Italie du Sud.

2Ainsi s’est établie parmi les historiens et les archéologues l’idée d’une concurrence entre les voies maritimes et les sentiers muletiers. Au problème particulier du Val de Diano, c’est-à-dire à la question de savoir si Sala Consilina a pu jouer le rôle d’une étape sur une voie de portage sudnord, les fouilles récentes, qui mettent à notre disposition un matériel abondant, contemporain de la grandeur de Sybaris et continuant au-delà de sa chute, apportent une réponse précise mais négative.

3On tracera ici l’histoire des importations grecques au Val de Diano, et l’on proposera ensuite les conclusions auxquelles conduit, pour cette région, l’ensemble de ces informations.

Notes

1 Cf. p. 6 et n. 19.

2 La Grande-Grèce, I, 1881, p. 207-208, 274-275.

3 On trouvera une bibliographie complète de cette question dans G. Vallet, p. 165, notes 3 et 4 et p. 168, note 1. J. Perret, Siris, Paris 1941, p. 250, croyait à l’existence d’une route Sybaris-Etrurie par le Val de Diano, et niait, en revanche, celle de voies de portage à travers la péninsule calabraise, en particulier de celle qui aurait relié Siris à Pyxous. Contre son point de vue, voir J. Bérard, Journ. des Savants, 1943, p. 585. Pour L. Breglia, p. 22-23, Siris aurait été détruite parce qu’elle commandait les voies de portage allant vers l’Etrurie par le Val de Diano, à la tête desquelles Sybaris aurait ensuite pris sa place ; entre Sybaris et l’Etrurie, les habitants de la région de Sanza, aux portes du Val de Diano, auraient joué le rôle d’intermédiaires, voir aussi L. Breglia, Annali dell’Istituto Italiano di Numismatica, Vol. I, 1965, p. 11-20.

4 G. Vallet, p. 166-179.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr