Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Deuxième partie

Chapitre II. Les étapes ultérieures de l’Age du fer en Italie méridionale

Texte intégral

1Le chapitre précédent a montré comment le Val de Diano persistant dans la tradition du début de l’Age du Fer, reélaborant ces éléments en vase clos, a développé une culture indigène qui, si elle diffère profondément de celles qui l’ont précédée, ne doit que peu de choses aux courants orientalisants qui donnèrent son éclat à la culture étrusque.

2On s’efforcera ici, dans la mesure où le peu d’informations dont on dispose le permet, d’apprécier la position de quelques centres indigènes d’Italie du Sud par rapport aux courants civilisateurs.

RIVE DROITE DU SELE

PONTECAGNANO

  • 1 Mon. Ist. IX, Pl. 44 ; Fröhner, Coll. Tyszkiewicz, Pl. II, p. 496.
  • 2 Giglioli, L’Arte Etrusca, p. 10, bibliographie, Pl. XXIX.
  • 3 Bull. Ist., 1872, p. 231.
  • 4 Grundzüge zur Geschichte Campaniens, Rivista di Storia Antica, I, 3, 1895, p. 31-59.
  • 5 Voir A. Vaccaro, La patera orientalizzante da Pontecagnano presso Salerno, SE XXXI, 1963, p. 241-2 (...)

3Lorsque la coupe d’argent exposée aujourd’hui au Petit-Palais dans la Collection Dutuit fut publiée1, avec la provenance de Pontecagnano dont, à cette époque, aucune trouvaille archéologique notable n’avait révélé l’importance, une telle localisation pour une pièce comparable aux plus beaux objets orientalisants d’Etrurie, comme la coupe de la tombe Bernardini de Palestrina2, parut invraisemblable. C’est pourquoi Brizio3 nia la provenance indiquée et proposa Cervetri comme origine possible de cette pièce. Von Duhn4 signala la présence dans la collection Correra d’oenochoés italo-géométriques du type cumain trouvées à Pontecagnano et attribuées par lui à une phase antérieure aux tombes à crémation grecques de Cumes, donnant ainsi un premier encadrement historique pour cet objet qui cessait d’être isolé5.

  • 6 Cf. supra, p. 51-54.

4Aujourd’hui ce n’est plus la présence de la coupe du Petit-Palais qui étonne, mais plutôt le fait qu’elle soit unique. Car, si la nécropole de Pontecagnano a révélé son importance durant le premier Age du Fer6, elle comporte également de nombreuses tombes d’époque orientalisante et sub-orientalisante, toutes à inhumation.

  • 7 Catal. Mostra, p. 107. SE. XXXIII, 1965, p. 671-683.

5B. d’Agostino souligne la disparition à la phase III des vases qui caractérisaient les deux premières phases7.

  • 8 Catal. Mostra, fig. 45.
  • 9 Ibid., fig. 45. SE. XXXIII, 1965, p. 679. Ce motif serait d’origine falisque d’après B. d’Agostino (...)
  • 10 Catal. Mostra, fig. 45, nos. 10-12 et 19-21. SE XXXIII, 1965, Pl. CXXXVIII a, 8, 9.
  • 11 Catal. Mostra, fig. 45, 13.

6La céramique d’impasto comporte maintenant des formes compliquées, comme le vase à deux anses horizontales et quatre anses verticales dont deux sont garnies d’une paire de protomés animales (Tombe 45)8, les grands récipients biconiques à pied, d’impasto brun clair, qui sont décorés de motifs spiraliformes en creux, ou la coupe à pied cylindrique dont l’anse schématise la silhouette de deux chevaux9. La plupart des formes traitées en impasto sont cependant influencées par des modèles grecs, comme les petites amphores très communes au col cylindrique dont l’épaule aplatie est creusée de cannelures verticales10 ou les oenochoés à la panse cannelée, aux anses parfois torsadées11.

  • 12 Série largement diffusée en Europe, cf. p. 132, n. 145.

7Les traits fondamentaux de cette période sont l’apparition de la céramique protocorinthienne (depuis le Protocorinthien Moyen) et le développement d’une céramique italo-géométrique de la classe Ischia-Tarquinia-Cumes. En revanche les importations de bucchero fin sont presque nulles. C’est à la même époque qu’on peut rapporter le bassin de bronze à bord bosselé qui appartient à une série commune à toute l’Italie12.

  • 13 Cf. SE XXXIII, 1965. Pl. CXXXIX, a. Type connu à Suessula, cf. Not. Sc. 1878, Pl. IV, 9.

8Les fibules caractéristiques de la phase III ont normalement le pied long. La plupart d’entre elles sont à navicella ou à sanguisuga ; parfois elles ont un arc mince revêtu d’ambre et d’os. La fibule à arc serpentant à bâtonnets latéraux qui, à Sala Consilina, est typique de la phase III. Β (Pl. 33, fig. 10), est associée dans une tombe de Pontecagnano (T. 29) à un aryballe piriforme de la fin du Protocorinthien et à une fibule dont l’arc est en forme de Centaure13 ; un autre exemplaire de ce dernier type se trouve dans une tombe de l’Arenosola qui contient aussi des vases d’impasto datables du dernier tiers du VIIe siècle.

  • 14 Catal. Mostra, p. 154, n. 440, fig. 46. Les petits animaux sculptés assez sommairement aux deux ex (...)

9De nombreux bijoux marquent l’importance des relations commerciales de Pontecagnano à l’époque orientalisante : anneaux d’argent, perles d’ambre, paires d’appliques d’ivoire en forme de petits lions, fermoirs de collier formés d’une plaquette rectangulaire d’ivoire dont la tranche est percée d’une file de trous14.

10A la phase IV, les tombes contiennent de la céramique corinthienne, des vases italo-corinthiens, parfois de fabrication étrusque, et du bucchero pesant en grande quantité. Les fibules deviennent rares. On peut citer des types de bronze à bouton terminal et un type de fer à arc renflé. Vers le milieu du VIe siècle, il semble que le centre antique de Pontecagnano ait perdu toute son importance ; le petit nombre et la pauvreté des tombes connues pour la période allant du milieu du VIe au milieu du IVe siècle illustrent cette décadence.

ARENOSOLA

  • 15 Cf. p. 54.
  • 16 Sauf trois tombes publiées par Marzullo, La necropoli dell’Arenosola a destra della Foce del Sele, (...)

11On a vu comment, à peu de distance de Pontecagnano, plusieurs mobiliers funéraires de l’Arenosola offraient des analogies étroites avec ceux de Pontecagnano II ou avec la fin de la phase II de Sala Consilina15. Les fouilles exécutées en 1929-31 par Marzullo à l’Arenosola avaient mis au jour des tombes légèrement plus récentes correspondant à l’époque orientalisante. Le matériel, en grande partie inédit16, est conservé au Musée de Salerne.

  • 17 Cette forme s’attarde longuement en Campanie : dans une tombe à crémation de Santa Maria delle Gra (...)
  • 18 Catal. Mostra, fig. 30.

12Une forte proportion des vases est en impasto brunâtre et bien poli. Parmi les formes les plus courantes, on remarque l’amphore rencontrée à Pontecagnano ; elle est de petite taille, à col haut, étroit ; l’épaule aplatie comporte des cannelures verticales, les anses s’élargissent vers le bas en ruban plat17. On retrouve à l’Arenosola la coupe déjà rencontrée à Pontecagnano dont l’anse est formée de deux chevaux stylisés, et pour laquelle B. d’Agostino propose une date dans le second quart du VIIe siècle18. Les vases biconiques à pied cylindrique portent un décor caractéristique de sillons concaves enroulés en spirales et bordés d’une « cordelette » incisée qui existent aussi à Pontecagnano. L’association de l’un d’entre eux dans la tombe 14 avec une oenochoé corinthienne de transition permet de le dater dans la deuxième moitié du VIIe siècle.

  • 19 Catal. Mostra, p. 90.

13Comme à Pontecagnano, les vases de bucchero pesant sont abondants. De nombreux vases d’argile claire, appartenant aux séries italo-géométriques, présentent sur des formes peu variées (oenochoés, aryballes, coupelles, etc...) une décoration assez riche. Les vases grecs importés sont assez fréquents. Le plus connu est l’oenochoé corinthienne de transition de la Tombe 14 (elle est associée à une fibule à arc serpentant du type reproduit Pl. 33,10, qui se trouve ainsi daté dans l’Agro Picentino) ; on peut citer également un skyphos protocorinthien récent et quelques aryballes et alabastres19.

14La plupart des fibules répondent à des types communs à toute l’Italie du Sud. La fibule à arc serpentant à bâtonnets latéraux et à pied long, qui existait déjà dans certaines tombes de la fin de la phase précédente, voisine maintenant avec des vases italo-corinthiens. Les types les plus courants sont, avec celle-ci, les fibules à navicella, munies ou non de boutons latéraux. On note parmi les premières la faible courbure de l’arc et l’allongement des côtés porteurs de boutons ; ces détails indiquent une date assez basse (deuxième moitié du VIIe siècle), qui est confirmée par la présence de variantes dans la décoration de l’arc, qui peut être creusé de rainures concentriques (comme Sala Consilina A. 117, Pl. 33, fig. 5), ou orné d’un fin réseau d’incisions. D’autres fibules à navicella sans boutons répondent au type A. 320 de Sala Consilina (Pl. 32, fig. 13) ou à des variantes proches, en général faiblement courbées. Quelques fibules à sanguisuga lisses ou décorées de fines incisions sont régulièrement associées aux précédentes. Enfin, plusieurs fibules à corps de Centaure ont été trouvées avec une céramique de la deuxième moitié du VIIe siècle.

  • 20 Cf. Not. Sc. 1937, p. 322-331. Je remercie Mme. P. Zancani Montuoro de m’avoir autorisée à étudier (...)

15On ne dispose actuellement d’aucun élément qui permette de supposer que la nécropole de l’Arenosola se soit développée au-delà de la fin du VIIe ou du début du VIe siècle. La création du sanctuaire de Hera aux Bouches du Sele, c’est-à-dire tout près de la nécropole, est de peu postérieure au mobilier des dernières tombes fouillées par Marzullo. En effet, parmi le matériel corinthien recueilli en profondeur sous le petit temple (thesauros) du Sele, il n’existe à notre connaissance aucun fragment qui puisse être daté plus haut que les environs de 600, c’est-à-dire avant le début du Corinthien moyen20. En revanche, la plupart des vases corinthiens ou des imitations italiques de vases grecs présents dans les tombes de l’Arenosola paraissent antérieurs à cette date.

16En soulignant toutes les réserves qu’imposent l’insuffisance des recherches pratiquées à l’Arenosola et l’imprécision des informations dont nous disposons, on constate que l’établissement du sanctuaire grec sur le Sele est grosso modo contemporain des dernières tombes indigènes que nous connaissons. Il n’est pas exclu que les deux faits soient liés, et que l’installation des Grecs sur le Sele ait provoqué l’abandon du site voisin par les indigènes.

17Cependant on ne saurait formuler sans risques une telle hypothèse, car elle pourrait être remise en cause par une nouvelle exploration de la nécropole ou même par une publication systématique du matériel recueilli dans les précédentes fouilles.

MONTECORVINO ROVELLA

18Montecorvino Rovella, situé au flanc des Monts Picentini, a livré plusieurs tombes dont le matériel se trouve au Musée de Salerne ; malheureusement les mobiliers funéraires n’ont pu être préservés.

19Les amphorettes à col cylindrique déjà rencontrées dans l’Agro Picentino sont également nombreuses à Montecorvino ; par contre les importations corinthiennes semblent y faire totalement défaut. Quelques vases d’argile présentent un décor géométrique qui a de lointaines analogies avec celui de la céramique de Sala Consilina ; bien que les formes soient différentes, la répartition du décor bicolore dans la partie supérieure du vase, les filets courbes occupant le bas de la panse évoquent les vases de la série principale du Val de Diano de la première moitié du VIe siècle.

  • 21 On peut remarquer en effet dans la nécropole de Pontecagnano (tombe 45) une fibule qui a conservé (...)
  • 22 Numana, Grottazzolina au Picenum, Nin en pays liburne (Musée de Zadar).

20Les fibules caractéristiques diffèrent de celles de l’Arenosola. A côté de celles qui ont un arc en navicella muni de boutons latéraux, souvent de très grande taille (proches de Pl. 32, fig. 15), dont le pied parfois terminé en bouton suggère une date assez récente, on trouve celles qui ont un décor incisé sur un arc à navicella large, ou celles, très nombreuses et de grande taille, qui comportent sur le sommet de l’arc trois boutons (comme Pl. 34, fig. 3). Ce type, très courant au Picenum, répète en bronze les ornements d’os portés par certaines fibules à arc mince d’époque orientalisante21. Il faut citer encore quelques fibules dont l’arc est en forme de petit cheval, ou de Centaure, d’autres dont l’arc est accosté d’une file d’biseaux d’eau dont on connaît de nombreux spécimens sur les deux rives de l’Adriatique22 (Pl. 66, fig. 4). On remarque aussi diverses fibules à bouton terminal proches des types reproduits Pl. 34, fig. 1 et 7.

  • 23 B. D’agostino, Not. Sc., 1964, p. 96, note 2.
  • 24 Not. Sc. 1952, p. 60, fig. 7.
  • 25 De Belmonte au Musée d’Ancône ; autres exemplaires sans provenance au Musée d’Ancône.
  • 26 Nin, au Musée de Zadar ; cf. Batovic, Pl. IX, fig. 16, n. 7-10.
  • 27 R. Maciver, The Iron Age in Italy, Pl. 27, fig. centrale et inférieure droite, et Pl. 28, fig. sup (...)

21Les rapports typologiques qui permettent de rapprocher ce matériel de celui de sites picentins ne se limitent pas à quelques types de fibules. Parmi les bronzes ornementaux, quelques pendentifs en forme de triangle portent, au bout d’une file de chaînettes, de petites sphères ou des cercles ; ce bijou est connu également à Cairano23, à Oliveto Citra24, et il rappelle des pendentifs analogues du Picenum25, et de la côte dalmate26 qui présentent, tantôt le simple triangle porteur de boules, de coquillages ou d’oenochoés minuscules, tantôt un triangle muni de bras écartés, parfois une image plus clairement anthropomorphe comportant aussi une tête27.

OLIVETO CITRA

  • 28 Not. Sc., 1930, p. 229-249.
  • 29 P. C. Sestieri, Not. Sc. 1952, p. 52-86.
  • 30 B. D’agostino, Catal. Mostra, p. 163 ; Not. Sc., 1964, p. 40-99.

22Sur des collines toutes proches d’Oliveto Citra, au-dessus de la haute vallée du Sele, des trouvailles fortuites de matériel antique ont incité dès 1928 les autorités archéologiques de Naples et de Salerne à tenter une série de sondages. Ceux-ci aboutirent à la découverte d’une vingtaine de tombes à fosse qui furent publiées par Marzullo28. Par la suite, d’autres sondages en 195029, suivis de fouilles systématiques conduites par B. d’Agostino en 1961, ont enrichi notre connaissance du site30.

23Aucun cas de crémation n’a jamais été signalé à Oliveto Citra, et les tombes les plus anciennes ne remontent pas au-delà du début de la phase Pontecagnano III - Sala Consilina III. A l’époque où Pontecagnano utilise de beaux vases géométriques inspirés par des modèles helléniques, où Sala Consilina possède une céramique géométrique d’une grande finesse, les habitants d’Oliveto Citra mettent dans les tombes une vaisselle qui est encore exclusivement d’impasto.

24Pour B. d’Agostino, les plus anciennes tombes de la première phase (I.A) d’Oliveto Citra (tombes 7, 21, 23) sont caractérisées par la présence du bocal de forme grossière, de la grande coupe à une anse à bord rentrant, des cruches, des tasses à puiser, des grands vases ovales, formes qui s’inscrivent clairement dans la tradition des mobiliers de la culture à fossa. Dans la seconde étape (I. B.), on voit apparaître (tombes 18, 16, 5, 10, 4) des cruches à col conique et des amphorettes à anses complexes, toujours d’impasto. Les fibules ont toutes le pied long. La plupart sont en bronze, à arc élargi et plat (T. 23), à sanguisuga (T. 10), à arc serpentant dérivé du type sicilien (T. 7) ; d’autres sont en fer (fibule à arc serpentant, à épingle bifide, etc....).

25Une seconde phase serait représentée par une série de tombes (2, 3, 11, 14-15, 17, 19, 26) qui contiennent, outre la céramique d’impasto traditionnelle, plusieurs vases d’argile claire, en particulier de petites tasses et des askoi. Parmi les fibules de cette phase, on note la présence d’un exemplaire comportant un pied terminé en bouton, type traité en bronze et en fer.

26Enfin le groupe des tombes 6, 9, 22, 24, 27 est caractérisé par la présence de bucchero pesant et de coupes ioniennes, par l’abâtardissement des formes traitées en impasto, et par l’importance croissante des vases indigènes d’argile claire.

27Pour l’établissement de la chronologie absolue de ces tombes, on dispose des correspondances existant entre certaines fibules de la période I. A, certaines tasses de la période I. B, avec d’autres trouvées à Pontecagnano dans des tombes de la phase III. La deuxième période peut être mise en rapport avec des tombes de Pontecagnano datables de la fin du VIIe ou du début du VIe siècle. Enfin la troisième période serait datée avec précision grâce à une cotylé du Corinthien Moyen se trouvant dans la tombe 27, et qui indiquerait le premier quart du VIe siècle. Toutefois, la tombe contenant par ailleurs une coupe ionienne qui ne pourrait être antérieure à 580, il faudrait donc la situer dans le deuxième quart du VIe siècle.

  • 31 Ibid., p. 94.
  • 32 Tombe 14 par exemple, ibid. p. 67, fig. 25, n. 1.

28Le rapport de B. d’Agostino a le grand mérite d’établir des distinctions nettes entre les diverses périodes qui nous acheminent du début de l’Age du Fer au milieu du VIe siècle. Cela étant, on apprécie la réserve faite par l’auteur31 lorsqu’il rappelle le petit nombre des tombes connues à Oliveto Citra, et, par conséquent, le caractère hypothétique de certaines divisions en phases. On peut aussi se demander si le critère utilisé pour la distinction entre les périodes LA. et I.B (absence de la cruche à col conique et de l’amphorette aux anses complexes en I.A) n’est pas dangereux. Il ressort de la description des tombes que des fibules analogues (Sundwall GII β a) se trouvent dans les tombes 7 et 10, attribuées respectivement aux périodes I. A et I. B. Par ailleurs, la tombe 3 classée dans le groupe II contient des fibules à pied long, à arc serpentant, à antennes (Sundwall HII β b), ou à navicella (Sundwall GII β b), qu’il n’y a pas lieu à notre sens d’isoler dans une période plus récente par rapport aux fibules à sanguisuga. En outre ces types sont nettement plus anciens que les fibules à bouton terminal dont on connaît des exemples dans d’autres tombes de la phase II32.

29Enfin, sur le plan de la chronologie absolue, il ne paraît pas nécessaire de rehausser la date de la phase I.A par rapport à la phase III de Pontecagnano, en invoquant la persistance des formes de l’Age du Fer dans la céramique d’impasto d’Oliveto Citra. Au contraire, la fidélité des indigènes à ces types anciens qui se maintiendront à Oliveto Citra jusqu’au VIe siècle ne peut être un argument que pour abaisser et non relever leur chronologie.

30Par ailleurs, la tombe 27, qui constitue le terminus ante quem pour l’ensemble des tombes publiées, doit-elle être datée du deuxième quart du VIe siècle ? Deux arguments nous incitent à abaisser la date d’une partie de ce mobilier funéraire. D’une part les askoi géométriques Nos 24 et 25 de cette tombe se rangent dans le groupe récent des vases de la série secondaire de Sala Consilina, pour lesquels plusieurs associations avec des céramiques importées, en particulier des coupes attiques à bandes ou des coupes de type C, indiquent qu’ils se trouvaient au Val de Diano autour de 530. D’autre part on sait que des coupes ioniennes de type récent analogues à celles de la tombe 27 sont très communes à Palinuro dont la nécropole couvre le dernier tiers du VIe siècle ; leur date peut donc osciller entre 580 et les dernières décades du siècle. En outre pour les vases locaux d’argile claire d’Oliveto Citra, B. d’Agostino évoque quelques types de Palinuro ; bien que les deux sites n’aient eu vraisemblablement aucun contact, les analogies de technique ou de formes qui peuvent être citées entre eux rendent compte de l’obéissance à un même courant, c’est-à-dire que ces vases ne sont probablement pas très éloignés dans le temps. Par conséquent, il ne faudrait pas exclure que la tombe 27 réunisse des objets d’époques assez diverses, dont certains remontent au premier quart, tandis que d’autres pourraient appartenir au troisième quart du VIe siècle.

31Certes, il faudra attendre de nouvelles fouilles pour que les différentes phases se distinguent plus nettement. Si toutefois nous hasardions un schéma chronologique pour les tombes publiées, nous pencherions en faveur de dates légèrement moins hautes que celles de B. d’Agostino et proposerions de situer le début de sa période I vers le début du VIIe, et la tombe 27 vers le milieu du VIe siècle.

  • 33 Sestieri, Not. Sc. 1952, p. 58, et fig. 11, n. 5.
  • 34 Jacobstahl, JdI, 1929, p. 198, Rhodische Bronzekannen aus Hallstatt gräber ; Villard, Mon. Piot, X (...)
  • 35 Cf. supra p. 62, 71 n. 149.
  • 36 Kompolje, voir R. Drechsler-Bizić, Vjesnik Arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Zagreb, 1961, Pl. I, fig. (...)
  • 37 Marzullo, Not. Sc., 1930, p. 230, fig. 1, b.
  • 38 Musée de Salerne. La nécropole de Suessula a livré également un type de fibule à arc accosté d’ois (...)
  • 39 Musée d’Ancône.
  • 40 Musée de Zadar.
  • 41 Blinkenberg, IV, 5 et IV b, fig. 95-96.

32Le matériel de la Contrada Piceglia33 est tout à fait exceptionnel pour sa richesse, et se situe en dehors des séries communes à Oliveto Citra. Il contient en particulier une oenochoé de bronze importée, rhodienne ou d’imitation, analogue à celles qui ont été trouvées en plusieurs sites européens dans des tombes de la deuxième moitié du VIIe siècle34. La tombe a livré aussi une fibule à lunettes comportant un losange central qui couvre la jonction du support avec les spirales. Chacune des deux spirales est renforcée par un étroit ruban de bronze qui en emprisonne une face et se replie sur le bord de l’autre. On connaît des fibules renforcées de cette manière en Calabre vers le milieu du VIIIe siècle35, mais elles comportent toujours quatre spirales. Celles qui sont formées par deux spirales sont communes sur les deux rives de l’Adriatique depuis la fin du VIIe jusqu’au Ve siècle. C’est en effet à un courant adriatique que se rattache à notre avis cet objet, au même titre que les pendentifs triangulaires rencontrés également à Montecorvino Rovella, que les anneaux soutenant de petites sphères qui sont connues d’est en ouest depuis les chaînes des Balkans36 jusqu’aux contreforts de l’Apennin37, ou que les fibules dont l’arc est accosté d’oiseaux d’eau, comme les exemplaires de Montecorvino Rovella38, de Numana39, de Nin40, apparentés à des types rhodiens41. La description faite par Sestieri de la tombe de la Contrada Piceglia ne fait pas mention des fibules 3 et 4 de sa fig. 11. Ces fibules sont des types communs au Ve et au IVe siècles en Lucanie, et leur présence parmi le mobilier funéraire de Piceglia donne à cet ensemble une allure insolite.

  • 42 Not. Sc. 1930, p. 231, fig. 1 b.
  • 43 Ibid. p. 232, fig. 4.

33Enfin, du point de vue chronologique, on remarque les analogies que présente le matériel de la tombe 3 de Marzullo42 avec celui de la tombe 10 de d’Agostino classée dans le groupe I.B. Or l’un des vases de la tombe 3 est une cruche d’argile claire43 portant un décor géométrique assez grossier et qui s’apparente aux séries les plus anciennes des vases de la catégorie secondaire du Val de Diano. Des cruches presque identiques sont associées dans les tombes A. 150 et A. 250 de Sala Consilina à des bronzes caractéristiques de la phase III. A avancée. Cela constitue un argument en faveur de la contemporanéité du premier groupe des tombes d’Oliveto Citra avec la phase III. A de Sala Consilina.

34La tombe IV de Marzullo renferme un matériel correspondant au début de la phase III.C. de Sala Consilina.

OBSERVATIONS SUR LES NÉCROPOLES DE LA RIVE DROITE DU SELE

  • 44 Cf. Maiuri, Una necropoli arcaica presso Salerno, SE III, 1929, p. 91-101.
  • 45 SE XXXIII, 1965, p. 682 ; cf. M. Napoli, ibid., p. 661-670.

35L’étude des nécropoles de l’époque orientalisante dans l’Agro Picentino met en relief les analogies nombreuses que les tombes de Pontecagnano et celles de l’Arenosola présentent avec les tombes orientalisantes d’Etrurie. En effet l’Agro Picentino tout entier participe à la vie commerciale des Etrusques au VIIe et au VIe siècles44 ; on y trouve les mêmes importations de céramique grecque qu’en Etrurie, les mêmes vases italo-géométriques, des vases d’impasto analogues, puis du bucchero pesant. Les récipients de bronze, les fibules sont semblables aux types présents dans les cimetières étrusques. Ces faits témoignent de l’intensité des échanges qui eurent lieu entre l’Etrurie et l’Agro Picentino, liens commerciaux qui, d’après B. d’Agostino, n’impliquent cependant pas que l’Agro Picentino soit, avant le VIe siècle, une province culturelle étrusque45.

  • 46 Les vases de bronze importés de la Contrada Piceglie constituent une exception, cf. p. 170.
  • 47 Convegno Taranto, I, p. 203.
  • 48 P. C. Sestieri, Not. Sc., 1952, p. 84. M. Pallottino, au VIIe Congrès Etrusque, en juin 1963, a fa (...)
  • 49 Strabon V, 251=4,13.

36La composition des mobiliers funéraires d’Oliveto Citra et de Montecorvino Rovella évoque d’autres parentés culturelles. Les formes originales, amphorettes à anses complexes, cruches, vases à boire, subissent peu les influences extérieures et l’emploi de l’impasto s’y prolonge encore au VIe siècle. Les courants commerciaux, si actifs sur les côtes, atteignent seulement sporadiquement les indigènes adossés aux premières collines de l’Apennin. Alors que la céramique corinthienne parvient à Pontecagnano depuis le Protocorinthien Moyen, que l’italo-géométrique y est abondans depuis le début du VIIe siècle, Oliveto Citra ne reçoit pas de vases grecs avant la cotylé corinthienne de la tombe 27 (vers le premier quart du VIe siècle)46, peu de vases italo-géométriques, et le bucchero n’y parvient qu’à l’époque du bucchero pesant. Par ailleurs, on est frappé par la présence dans le matériel de ces deux nécropoles de quelques objets caractéristiques de la civilisation du Picenum. La forme de certains vases d’impasto et leur décor plastique, les pendentifs de bronze triangulaires, les fibules suggèrent des comparaisons avec les types communs sur l’Adriatique. Ces analogies ont incité P. C. Sestieri, et, à sa suite, M. Napoli à penser à des courants réguliers d’échange entre les occupants de la haute vallée du Sele et les Picentins. Pour un tel commerce, M. Napoli a souligné l’intérêt des routes qui, par le col de Conza, relient la vallée du Sele à celle de l’Ofanto47. P. C. Sestieri, posant le problème des rapports entre le Picenum et la vallée du Sele, a envisagé la possibilité qu’il y ait eu un véritable établissement de Picentins dans la vallée du Sele, antérieur au déplacement des Picentins imposé par les Romains en 268 av. J. C.48, et qu’ainsi leur présence dans la région de Paestum ait eu des origines bien plus lointaines que les textes ne nous le disent49. Dans la publication des fouilles d’Oliveto Citra, B. d’Agostino a insisté sur les rapports qui existent avec le bassin de la Drave et la Macédoine. Des liens plus évidents, à nos yeux, relient cette nécropole à celles que nous pouvons connaître des pays liburnes et iapodes.

37Les tombes d’Oliveto Citra illustrent également l’existence de relations commerciales avec l’intérieur de l’actuelle Lucanie par la présence de cruches de la série qualifiée de secondaire à Sala Consilina. Ces vases ont été trouvés dans tous les lieux de fouilles situés à l’intérieur d’un triangle dont Vaglio, Oliveto Citra, Sala Consilina constituent les sommets, et il y a tout lieu de croire que le centre de production doit être cherché près de la vallée du Bianco. Oliveto Citra est le point le plus éloigné vers l’Ouest qu’ait atteint ce courant commercial venu des vallées internes de Lucanie et dont on n’a de traces ni à Pontecagnano, ni à l’Arenosola.

38La présence de vases de ce type à Sala Consilina comme à Oliveto Citra n’est du reste nullement une preuve de l’existence de contacts entre les deux sites : elle signifie seulement que chacune des deux régions entretenait avec l’atelier producteur des relations d’échanges.

39On peut donc distinguer parmi les nécropoles de la rive droite du Sele celles qui, placées près des côtes, s’intègrent parfaitement dans la civilisation matérielle des Etrusques, comme Pontecagnano et l’Arenosola, et celles des régions montagneuses, Oliveto Citra, Montecorvino Rovella, qui s’ouvrent moins vite aux influences extérieures et reflètent des rapports culturels ou commerciaux avec d’autres régions situées à l’intérieur ou au-delà de l’Apennin.

BASILICATE

40Cette région, délaissée jusqu’à ces dernières années par la recherche archéologique, commence aujourd’hui à livrer d’importants éléments d’étude.

  • 50 L’exploration entreprise par R. Ross Holloway à Torre di Satriano a permis de dater les murailles (...)

41Il suffit de monter sur l’acropole de Serra di Vaglio, au-dessus du cours du Basento, pour découvrir d’un seul tour d’horizon un grand nombre des habitats antiques de la province de Potenza. Ils occupent presque toujours une position stratégique, dominant le cours d’un fleuve, comme Pietragalla sur le Bradano ou Croccia Cognato sur le Basento, et comportent de très imposantes enceintes fortifiées pour lesquelles aucune datation n’a encore pu être établie avec certitude50.

42On sait qu’au VIIIe siècle ces habitats étaient déjà occupés, ainsi qu’en témoignent les trouvailles de céramique à tenda (Torre di Satriano, Vaglio, Pietragalla, Croccia Cognato, Cancellara, Ferrandina, etc.) qui établissent en même temps la preuve de relations, au moins commerciales, entre la plupart des centres actuellement connus de Basilicate, et aussi du Nord de la Calabre (Amendolara, Francavilla Marittima. Cf. supra, p. 42).

43De nombreux sites ont livré un matériel indigène plus récent, vases géométriques accompagnés de quelques bronzes, pour la datation desquels, en l’absence d’associations sûres et de données stratigraphiques, nous sommes obligés de procéder par analogie avec des objets mieux encadrés chronologiquement ailleurs. Encore ces comparaisons nous orientent-elles parfois vers les céramiques dauniennes et peucétiennes, séries pour lesquelles les repères absolus font également défaut.

  • 51 Cette céramique a été trouvée à Potenza, Vaglio, Cancellara, Baragiano, Torre di Satriano, Buccino (...)

44Si peu abondant que soit le matériel dont nous disposons pour juger la céramique présente dans le Nord de la Basilicate, nous pouvons déjà remarquer de nombreux vases qui s’intègrent parfaitement dans la série secondaire de Sala Consilina et représentent plus particulièrement la deuxième période de son développement51. D’autres vases ont un système décoratif très proche des précédents avec le même goût du remplissage, de larges bandes rouges alternant horizontalement avec des motifs géométriques noirs, mais les formes ne sont pas toujours identiques.

  • 52 Ranaldi, Ricerche archeologiche nella Provincia di Potenza, 1960, Pl. VI, fig. 1. Comparer le vase (...)
  • 53 Gervasio, Pl. II, 2, XIV, 8 et p. 39.
  • 54 Mayer, p. 150, et Pl. 15, 4, 5, 6, 8.
  • 55 Des vases apparentés à ces séries ont été trouvés à Irsina et sont conservés au Musée de Reggio de (...)

45On remarque la prédilection pour les cratères sphériques (vases d’irsina au Musée de Reggio) et les vases biconiques dont on connaît de nombreux exemples en Peucétie. Des tasses à deux anses écartées, proches du type reproduit Pl. 50,10, mais de décor plus raffiné, existent à Montescaglioso. Un vase biconique de Vaglio (Pl. 52, fig. 3 et 5)52 peut être rapproché de plusieurs autres qui proviennent de Gioia del Colle et de Valenzano et sont exposés au Musée de Bari (en particulier le vase n. 5083). Outre les rapports de forme et de grammaire décorative, on retrouve dans les deux sites le motif humain traité en diabolo qui semble particulièrement populaire à Gioia del Colle, Valenzano et Noicattaro53. Certes ce décor singulier n’est pas inconnu du reste de l’Apulie, et l’on doit souligner, après Mayer et Gervasio, le rôle important de la « clepsydre » ou du diabolo dans le répertoire des peintres des coupes de Daunie qui en présentent de nombreuses variantes54. Toutefois les analogies sont plus étroites entre les exemplaires de Vaglio et Gioia del Colle, car elles se rapportent, non seulement au motif, mais à la place qu’il occupe sur deux vases comparables pour leur forme comme pour le reste de leur décor55.

46Ainsi certains vases bicolores de Vaglio et de Potenza s’apparentent étroitement, d’une part aux séries de Peucétie, d’autre part à la céramique de la série secondaire diffusée jusqu’à Oliveto Citra. Cette double parenté s’explique par la position géographique de cette région qui, au cœur de la Lucanie, est le point de départ des fleuves coulant vers les mers Tyrrhénienne, Ionienne et Adriatique, et, en conséquence, des voies de communication et de commerce qui les ont suivis.

47Les éléments dont on dispose actuellement pour les sites placés au long des fleuves qui se jettent dans la mer Ionienne autorisent à supposer l’existence d’une culture commune à ces différents centres.

48Ainsi l’on trouve à Ferrandina (Musée de Métaponte), sur la basse vallée du Basento, après une céramique à tenda analogue aux séries connues en Basilicate, des vases qui, par leur forme (cratères bas à deux anses verticales, tasses à deux anses, etc...) et par leur décoration, tantôt monochrome, tantôt bicolore, présentent de grandes analogies avec les séries de la phase III. A de Sala Consilina. Ces ressemblances permettent de penser que les modèles qui ont inspiré les potiers du Val de Diano au début de la phase III sont peut-être originaires de la région de Matera. En effet la transition entre les séries à tenda et les vases analogues à ceux de la phase III. A est beaucoup plus marquée à Ferrandina qu’elle ne l’est à Sala Consilina. Certains vases associent la tenda locale avec des motifs caractéristiques du Géométrique Ancien de Sala Consilina comme les filets pendants sur la panse (Pl. 39, fig. 2 et 4 par exemple) ; sur d’autres, les filets verticaux garnissant le col comme sur les vases à tenda sont placés au-dessus d’une file de triangles qui est à l’origine, semble-t-il, du motif des flèches verticales caractéristique de Sala Consilina III. A (Pl. 42, fig. 6, 7, 9). Ces éléments illustrent le passage graduel dans la vallée du Basento de la céramique à tenda à la céramique de type Sala Consilina III. A. Par la suite, Ferrandina a livré une céramique géométrique dont la plupart des thèmes décoratifs ont leur équivalent à Sala Consilina : files de Z, grecque simplifiée entre bandes parallèles, etc..., illustrant ainsi la parenté entre deux sites assez éloignés de Lucanie.

  • 56 Cf. La Geniere 2, Pl. 6, 1.

49On peut faire la même constatation à propos de quelques tombes de Montescaglioso sur la basse vallée du Bradano (Musée de Matera). En effet une tombe datée par F. G. Lo Porto vers la fin du VIIe siècle contient, avec un vase géométrique dont le décor garde le souvenir des motifs à tenda, une fibule à arc serpentant à boutons latéraux, composition qui rappelle celle du mobilier A.23 de la phase III.A de Sala Consilina56. Une autre (Tombe 4 du 27/11/1953) renferme un vase géométrique dont les décors présentent des analogies avec ceux de la série principale de Sala Consilina, associé à trois vases proches de la série secondaire de la période III. C. Toutefois Montescaglioso, plus proche de la côte, accueille plus tôt que Sala Consilina les vases importés qui y pénètrent, semble-t-il, dès l’époque correspondant à la fin de Sala Consilina III. A. Ce décalage, qui s’explique par des raisons géographiques, donne une idée du délai avec lequel les formes grecques pénètrent vers l’intérieur.

  • 57 Je remercie M. D. Adamesteanu de m’avoir confié cette première exploration.

50Enfin, tout récemment, des sondages effectués à Roccanova entre la vallée de l’Agri et celle du Sinni57 confirment l’idée que les différents sites de Basilicate constituent un ensemble homogène de cultures très voisines. Les tombes qui sont venues au jour à Roccanova présentent un facies analogue à celui de la phase III. C de Sala Consilina. Les vases géométriques sont les mêmes, malgré une moins grande variété de décors. On remarque toutefois l’absence presque complète de céramiques de la série secondaire. Les coupes inspirées par la tradition corinthienne, les fibules, appartiennent aux mêmes séries que celles du Val de Diano.

  • 58 Des recherches conduites avec la Surintendance des Antiquités de la Basilicate nous ont permis de (...)
  • 59 Cf. Not. Sc. 1900, p. 35, fig. 2 ; p. 37, fig. 7-9.

51De même des trouvailles fortuites à Armento font connaître des tombes correspondant au facies final de Sala Consilina III. A et à Sala Consilina III. C58. Enfin Anzi, Marsico Nuovo59, Miglionico, Garaguso (Musée de Potenza) ont livré des canthares (Pl. 42, fig. 12), des cruches, des cratères-canthares, liés par leur forme comme par leurs thèmes décoratifs à la série principale de la céramique de Sala Consilina dans les périodes III.C et III.D.

52Ainsi l’on peut relever d’un bout à l’autre de la Lucanie les traces d’une culture matérielle commune, malgré des nuances locales très sensibles, depuis le Ville (céramique à tenda) jusqu’à la fin du VIe siècle (cratères-canthares).

CALABRE

FRANCAVILLA MARITTIMA

  • 60 Cf. supra, p. 79-81.

53On a vu l’importance de l’établissement indigène du VIIIe siècle à Francavilla Marittima60, tant sur l’acropole de la Motta que dans la nécropole voisine.

  • 61 L’exploration du Timpone della Motta, a permis de dégager trois édifices importants. Ces derniers, (...)

54Pour le VIIe siècle en revanche, seul l’élément grec est bien représenté par de nombreux objets d’importation trouvés sur le Timpone della Motta61, tandis que la nécropole indigène de Macchiabale n’a pas, jusqu’ici, livré de tombes qui puissent prouver la présence de la population locale aussitôt après l’arrivée des Grecs sur l’acropole voisine ni donner la mesure de la pénétration des objets grecs dans le milieu local.

  • 62 Cf. infra, p. 180.
  • 63 La tombe T. 26 contenait plus de quarante coupes ioniennes associées à un matériel importé ou fabr (...)
  • 64 Il est possible que certains centres indigènes voisins de Sybaris révèlent un jour un facies cultu (...)

55La présence indigène est attestée vers la fin du VIIe siècle et au VIème siècle par de nombreuses tombes, dont certaines se trouvaient au-dessus de celles du VIIIe siècle, superposition qui rappelle de nombreux cas analogues à Torre Galli62. Les mobiliers funéraires de la première moitié du VIe siècle associent des vases locaux (cruches à une anse, vases biconiques à pied, grande coupelle à bord rentrant à une anse) à des vases corinthiens moyens ou récents. Bientôt les vases importés font disparaître la céramique indigène : les skyphoi, les aryballes, les amphoriskoi corinthiens, les coupes ioniennes, dont on a parfois trouvé de nombreux exemplaires dans une même tombe, entassés les uns dans les autres63, sont les plus fréquents. L’origine de ces vases est claire : Francavilla est à quinze kilomètres environ de Sybaris dont le rayonnement civilisateur et commercial sur son arrière-pays a été certainement très grand64.

AMENDOLARA

56On a signalé plus haut l’importance de la nécropole protohistorique d’Agliastroso à Amendolara qui a livré déjà un abondant matériel du début de l’Age du Fer. En revanche il semble que les documents se rapportant au VIIe siècle soient très peu nombreux. Un fragment de vase géométrique monochrome et un canthare dont le décor est tout à fait analogue aux motifs du facies Sala Consilina III.A sont les seuls éléments connus actuellement.

  • 65 Je remercie M. G. Foti, Surintendant des Antiquités de la Calabre, d’avoir bien voulu me confier l (...)

57En revanche une ville importante s’est développée, vers la fin du VIIe siècle semble-t-il, sur la colline de S. Nicola, à un kilomètre environ de celle d’Agliastroso. La première exploration a permis de dégager une partie d’un édifice construit avant le deuxième quart du VIe siècle et qui avait été précédé sur le même emplacement par un bâtiment plus ancien65. La grande majorité des objets trouvés en surface sur la colline appartiennent à la fin du VIIe et aux trois premiers quarts du VIe siècle : fragments de vases géométriques indigènes, très nombreuses coupes ioniennes, fragments de vases corinthiens moyens et récents, de cratères laconiens à vernis noir, de vases attiques à figures noires. Cela pourrait indiquer que le site fut partiellement abandonné vers la fin du VIe siècle, hypothèse dont seule la poursuite des fouilles permettra d’apprécier la valeur.

  • 66 Cf. p. 191.

58Deux zones de nécropoles s’étendent à proximité de la ville. Les tombes explorées, au nombre d’une vingtaine, ont livré des mobiliers funéraires appartenant à la fin du VIIe et aux trois premiers quarts du VIe siècle dans lesquels la céramique grecque voisine avec les objets indigènes. On y trouve de nombreuses coupes ioniennes, des cothons, des pyxides sphériques connues en Basilicate et à Métaponte66, mais aussi des cruches à une anse rappelant les types de Sala Consilina III.Β et III.C, des fibules à arc serpentant à bâtonnets latéraux, des perles d’ambre, objets qui semblent se rapporter à une population indigène en relation avec les cités grecques voisines.

S. STEFANO DI GROTTERIA

59Le matériel des fouilles de S. Stefano di Grotteria, à une vingtaine de km au nord de Canale, correspond au facies final de Finocchito ou à la strate II de Butera en Sicile. Il témoigne d’une culture très profondément pénétrée d’éléments grecs, mais qui conserve, tant dans le type de sépulture à grotticella artificielle, que dans certains éléments du mobilier funéraire, des caractéristiques propres. C’est le témoignage de la civilisation indigène se prolongeant dans un monde transformé par l’essor des colonies grecques voisines et le développement de leur commerce.

  • 67 Cf. La Genière 3, p. 22.
  • 68 Ces pyxides sont connues à Torre Galli (Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. I, 16), Canale (Musée de Reggio) (...)
  • 69 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 248, fig. 172.

60Malgré le peu d’éléments dont nous disposons pour juger cette nécropole (quelques tombes exposées au musée de Reggio de Calabre), nous pouvons y reconnaître une phase immédiatement postérieure aux plus récentes inhumations de Canale-Janchina. Des comparaisons précises peuvent être établies entre les vases d’impasto de Canale et ceux de S. Stefano di Grotteria67, bien que ces derniers soient exécutés dans une terre plus grossière et plus claire, et que leurs formes soient moins nettes que celles de Canale. Ce sont pourtant les mêmes oenochoés, les mêmes askoi, les mêmes tasses à une anse, les mêmes pyxides arrondies68. Cette remarque s’applique également aux bronzes qui répètent parfois des types connus à Canale : torques, anneaux épais, ornements auriculaires en ruban incisé sur le bord. On remarque aussi plusieurs exemplaires d’un objet énigmatique que l’on connaissait jusqu’alors exclusivement à Canale et qui paraît typique des indigènes de la région de Locres. Toujours fragmentaire, cet objet, dont on ignore la forme exacte, est composé d’un fil de bronze enroulé sur une âme de fer69. Sa présence à S. Stefano di Grotteria, ajoutée aux analogies déjà notées entre Canale et S. Stefano, permet de supposer que les indigènes des deux sites constituent une même population. Cependant il faut souligner le caractère plus évolué des fibules de S. Stefano par rapport à celles de Canale. Le type commun, semble-t-il, est la fibule à pied long, soit à arc en losange « plein », soit celle à arc serpentant à bâtonnets latéraux dont quelques exemplaires se trouvent à Canale, ou enfin la fibule de fer portant sur l’arc mince des rondelles d’os et d’ambre enfilées. Ces types apparaissaient en Sicile à la période de Finocchito. L’aspect plus récent de la nécropole de S. Stefano di Grotteria, que certains bronzes mettent en évidence, est confirmé par la présence de vases d’argile claire dont on n’avait pas d’exemples dans les mobiliers funéraires de Canale-Janchina. Ils imitent pour la plupart les formes protocorinthiennes, mais sont fabriqués en Grande-Grèce : ce sont des skyphoi, des coupes basses qui paraissent remonter au VIIe siècle, mais qui, étant parfois associés à des vases corinthiens récents, illustrent ainsi le caractère collectif de ces tombes qui ont été utilisées par plusieurs générations.

  • 70 Polyb., XII, 6, 2-5.
  • 71 Polyaen., VI, 22.
  • 72 La Genière 3, p. 11-13.

61Ainsi les nombreuses analogies relevées entre les deux nécropoles nous ont autorisé à dire qu’il s’agissait, ici comme là, d’un même type de population. De l’analyse de leurs différences, il ressort que S. Stefano est plus récent que Canale-Janchina. Ces résultats acquièrent plus de valeur si on les confronte avec les récits des historiens anciens. On connaît par Polybe70 et par Polyen71 l’anecdote de la ruse des Locriens à l’égard de la population sicule établie sur la site de Locres, et la façon dont ils l’en chassèrent. Ayant à Canale une première phase d’une culture que l’on retrouve, plus évoluée, à S. Stefano di Grotteria, distante de quelques kilomètres seulement, on a pu hasarder l’hypothèse selon laquelle les tombes de S. Stefano di Grotteria pourraient être celles de la population préhellénique de Locres, chassée par les colons grecs72.

TORRE GALLI II

62Sur les tombes de Torre Galli I, un autre cimetière s’installe après une longue interruption. Les nouvelles sépultures n’ont plus l’orientation rituelle qui caractérisait celles de la première phase. Elles sont creusées dans plusieurs directions, coupant parfois les tombes antérieures qui probablement n’étaient déjà plus visibles. Plusieurs cas d’incinération (4 sur 42) rappellent le rite courant dans les cités grecques de Sicile ou d’Italie méridionale et soulignent l’influence grecque sur la population de Torre Galli II.

  • 73 Contrairement à l’opinion de Dunbabin qui attribue à des Grecs les tombes à incinération de Torre (...)

63Une grande partie de la vaisselle est importée. Les vases les plus courants sont les aryballes et les amphorisques corinthiens dont les plus anciens remontent à la fin du VIIe siècle, les coupes ioniennes, les lydia. Des oenochoés d’argile claire, des coupes de forme corinthienne sont des produits d’ateliers grecs d’Italie du Sud. De nombreuses tombes contiennent des vases d’impasto clair faits au tour et de forme grecque, amphores, hydries, coupes ou aryballes. Quelques vases d’impasto enfin prolongent des formes qui remontent à Torre Galli I. La coexistence d’une céramique liée à une tradition locale avec des vases importés prouve le caractère indigène fortement pénétré d’éléments helléniques de la population de Torre Galli II73.

  • 74 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 125-126, fig. 119.

64Les fibules accompagnant ces vases, qu’elles aient le pied long à bouton terminal horizontal ou relevé (type Pl. 34, fig. 1 et 9), ou l’arc élargi en navicella et flanqué de deux boutons74, représentent des types récents de l’Age du Fer en Italie du Sud.

65Le début de cette deuxième phase de Torre Galli coïnciderait avec l’expansion de Locres sur la mer Tyrrhénienne et les fondations d’Hipponion ou de Medma. Ses tombes les plus récentes se placent vers le milieu du VIe siècle.

  • 75 Dans la nécropole de Torano en effet, des tombes du début de l’époque hellénistique se superposent (...)

66Comme on le voit, les éléments à l’aide desquels on peut apprécier ce que devinrent les milieux indigènes de Calabre après la colonisation grecque sont peu nombreux. Les informations sporadiques dont nous disposons ne permettent pas une opinion d’ensemble. Il semble, d’après les données dont on dispose actuellement, que toute une série de centres indigènes au voisinage desquels une colonie grecque s’est fondée disparaissent vers la fin du VIIIe siècle pour n’être plus réoccupés qu’après une interruption plus ou moins longue. C’est le cas apparemment de Torre Mordillo, d’Amendolara, de Castiglione dei Paludi, de Torano75. De même, tant que l’on n’aura pas découvert les tombes du début du VIIe siècle, il sera imprudent de parler de bons rapports entre Grecs et indigènes à Francavilla Marittima avant le VIe siècle. Quant aux nécropoles de Canale-Janchina et de S. Stefano di Grotteria, elles constituent un argument de poids contre la thèse de la coexistence pacifique des Grecs et des indigènes, puisqu’elles montrent, d’une part l’interruption à Canale de la vie indigène à l’époque où la tradition historique place la fondation de Locres, d’autre part l’immédiate continuation du même facies culturel dans un site plus reculé à l’intérieur de l’Aspromonte. Il n’en demeure pas moins que les productions des artisans grecs parvenaient en masse aux indigènes, directement ou à travers des intermédiaires, témoignant du rayonnement commercial de leurs cités et, probablement, de l’établissement rapide de rapports pacifiques.

Notes

1 Mon. Ist. IX, Pl. 44 ; Fröhner, Coll. Tyszkiewicz, Pl. II, p. 496.

2 Giglioli, L’Arte Etrusca, p. 10, bibliographie, Pl. XXIX.

3 Bull. Ist., 1872, p. 231.

4 Grundzüge zur Geschichte Campaniens, Rivista di Storia Antica, I, 3, 1895, p. 31-59.

5 Voir A. Vaccaro, La patera orientalizzante da Pontecagnano presso Salerno, SE XXXI, 1963, p. 241-247.

6 Cf. supra, p. 51-54.

7 Catal. Mostra, p. 107. SE. XXXIII, 1965, p. 671-683.

8 Catal. Mostra, fig. 45.

9 Ibid., fig. 45. SE. XXXIII, 1965, p. 679. Ce motif serait d’origine falisque d’après B. d’Agostino. On doit le considérer comme un emprunt fait par les Etrusques à l’imagerie géométrique grecque, dans laquelle l’homme entre deux chevaux était un thème courant. J. Charbonneaux (Préhistoire I, p. 191-259) l’interprète comme le « Maître des Chevaux », hypothèse au sujet de laquelle Nilsson, Geschichte der griech. Religion, Ie éd., p. 288, fait quelques réserves.

10 Catal. Mostra, fig. 45, nos. 10-12 et 19-21. SE XXXIII, 1965, Pl. CXXXVIII a, 8, 9.

11 Catal. Mostra, fig. 45, 13.

12 Série largement diffusée en Europe, cf. p. 132, n. 145.

13 Cf. SE XXXIII, 1965. Pl. CXXXIX, a. Type connu à Suessula, cf. Not. Sc. 1878, Pl. IV, 9.

14 Catal. Mostra, p. 154, n. 440, fig. 46. Les petits animaux sculptés assez sommairement aux deux extrémités de la plaquette sont des oiseaux d’eau, peutêtre des canards, qui s’apparentent à ceux que l’on trouve parmi les objets d’ambre sculpté de Sala Consilina, cf. p. 124. Des plaquettes analogues sont connues en de nombreux sites d’époque orientalisante ; on peut mentionner les fermoirs de Moie di Pollenza (fouilles de 1961) au Musée d’Ancône qui datent du VIIe siècle.

15 Cf. p. 54.

16 Sauf trois tombes publiées par Marzullo, La necropoli dell’Arenosola a destra della Foce del Sele, Rass. Stor. Salern., III, 1932, p. 1-26 et B. D’agostino, Catal. Mostra, p. 102-104 et p. 90.

17 Cette forme s’attarde longuement en Campanie : dans une tombe à crémation de Santa Maria delle Grazie, au Musée de Stabie, plusieurs amphorettes du même type ont été trouvées associées à un skyphos corinthien récent de petite taille.

18 Catal. Mostra, fig. 30.

19 Catal. Mostra, p. 90.

20 Cf. Not. Sc. 1937, p. 322-331. Je remercie Mme. P. Zancani Montuoro de m’avoir autorisée à étudier ce matériel.

21 On peut remarquer en effet dans la nécropole de Pontecagnano (tombe 45) une fibule qui a conservé son revêtement d’os surmonté de trois boutons insérés dans les cavités. Cette technique est employée également dans le groupe thessalien de Blinkenberg, fig. 157-160.

22 Numana, Grottazzolina au Picenum, Nin en pays liburne (Musée de Zadar).

23 B. D’agostino, Not. Sc., 1964, p. 96, note 2.

24 Not. Sc. 1952, p. 60, fig. 7.

25 De Belmonte au Musée d’Ancône ; autres exemplaires sans provenance au Musée d’Ancône.

26 Nin, au Musée de Zadar ; cf. Batovic, Pl. IX, fig. 16, n. 7-10.

27 R. Maciver, The Iron Age in Italy, Pl. 27, fig. centrale et inférieure droite, et Pl. 28, fig. supérieure droite, pendentifs provenant des collines dominant la vallée du Tronto au Musée d’Ascoli. Un exemplaire isolé de pendentif analogue à Perachora au VIe siècle pourrait être une importation adriatique, cf. Payne, Perachora I, Pl. 35, 3.

28 Not. Sc., 1930, p. 229-249.

29 P. C. Sestieri, Not. Sc. 1952, p. 52-86.

30 B. D’agostino, Catal. Mostra, p. 163 ; Not. Sc., 1964, p. 40-99.

31 Ibid., p. 94.

32 Tombe 14 par exemple, ibid. p. 67, fig. 25, n. 1.

33 Sestieri, Not. Sc. 1952, p. 58, et fig. 11, n. 5.

34 Jacobstahl, JdI, 1929, p. 198, Rhodische Bronzekannen aus Hallstatt gräber ; Villard, Mon. Piot, XLVIII, 1956, p. 25-53, Vases de bronze grecs dans une tombe étrusque du VII siècle. Exemplaire proche à Armento.

35 Cf. supra p. 62, 71 n. 149.

36 Kompolje, voir R. Drechsler-Bizić, Vjesnik Arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Zagreb, 1961, Pl. I, fig. 7.

37 Marzullo, Not. Sc., 1930, p. 230, fig. 1, b.

38 Musée de Salerne. La nécropole de Suessula a livré également un type de fibule à arc accosté d’oiseaux et à disque (Not. Sc. 1878, Pl. VI, 6).

39 Musée d’Ancône.

40 Musée de Zadar.

41 Blinkenberg, IV, 5 et IV b, fig. 95-96.

42 Not. Sc. 1930, p. 231, fig. 1 b.

43 Ibid. p. 232, fig. 4.

44 Cf. Maiuri, Una necropoli arcaica presso Salerno, SE III, 1929, p. 91-101.

45 SE XXXIII, 1965, p. 682 ; cf. M. Napoli, ibid., p. 661-670.

46 Les vases de bronze importés de la Contrada Piceglie constituent une exception, cf. p. 170.

47 Convegno Taranto, I, p. 203.

48 P. C. Sestieri, Not. Sc., 1952, p. 84. M. Pallottino, au VIIe Congrès Etrusque, en juin 1963, a fait allusion au courant reliant Oliveto Citra à la culture du Picenum.

49 Strabon V, 251=4,13.

50 L’exploration entreprise par R. Ross Holloway à Torre di Satriano a permis de dater les murailles antiques de l’acropole dans le troisième quart du IVe siècle (AJA 71, 1967, p. 59-62). Par ailleurs, les recherches que nous avons menées à Roccanova pour la Surintendance de la Basilicate ont abouti à la découverte d’une cité antique entourée de murs pour lesquels un terminus post quem est donné par la céramique du IVe siècle qui a été trouvée au niveau des fondations.

51 Cette céramique a été trouvée à Potenza, Vaglio, Cancellara, Baragiano, Torre di Satriano, Buccino, Pertosa, Brienza, Melfi.

52 Ranaldi, Ricerche archeologiche nella Provincia di Potenza, 1960, Pl. VI, fig. 1. Comparer le vase biconique de Valenzano, Gervasio, p. 297, fig. 70.

53 Gervasio, Pl. II, 2, XIV, 8 et p. 39.

54 Mayer, p. 150, et Pl. 15, 4, 5, 6, 8.

55 Des vases apparentés à ces séries ont été trouvés à Irsina et sont conservés au Musée de Reggio de Calabre.

56 Cf. La Geniere 2, Pl. 6, 1.

57 Je remercie M. D. Adamesteanu de m’avoir confié cette première exploration.

58 Des recherches conduites avec la Surintendance des Antiquités de la Basilicate nous ont permis de préciser l’emplacement de la cité antique proche d’Armento.

59 Cf. Not. Sc. 1900, p. 35, fig. 2 ; p. 37, fig. 7-9.

60 Cf. supra, p. 79-81.

61 L’exploration du Timpone della Motta, a permis de dégager trois édifices importants. Ces derniers, ainsi que les dépôts votifs cachés aux flancs de la colline, ont livré un matériel grec très abondant, datable depuis le début du VIIe siècle, qui rend compte d’une hellénisation du site presque immédiatement postérieure à la fondation de Sybaris : céramique protocorinthienne depuis le début du VIIe siècle, hydries inspirées de modèles cycladiques, bronzes grecs etc... Une importante inscription est dédiée à Athéna (G. Foti, P. Zancani Montuoro, M. W. Stoop, G. Pugliese Carratelli, Scavi a Francavilla Marittima, Atti e Mem. M. G., N.S. VI, 1965, p. 3-17).

62 Cf. infra, p. 180.

63 La tombe T. 26 contenait plus de quarante coupes ioniennes associées à un matériel importé ou fabriqué en Grande-Grèce.

64 Il est possible que certains centres indigènes voisins de Sybaris révèlent un jour un facies culturel analogue à celui de Sala Consilina III. On signalera l’intérêt des trouvailles faites à Santa Maria del Castello près de Castrovillari : des vases corinthiens, des coupes ioniennes, des vases attiques à figures noires (Musée de Castrovillari) évoquent l’existence d’une population indigène gagnée au VIe siècle par la civilisation grecque. Il semble que, sur la colline où s’élève aujourd’hui l’église Santa Maria del Castello, un sanctuaire antique ait existé, auquel on peut rapporter une série de statuettes votives du IVe siècle. Faute d’exploration systématique du site, on ne peut encore établir si ce sanctuaire remonte à une date précédant la destruction de Sybaris.

65 Je remercie M. G. Foti, Surintendant des Antiquités de la Calabre, d’avoir bien voulu me confier l’exploration des zones archéologiques d’Amendolara.

66 Cf. p. 191.

67 Cf. La Genière 3, p. 22.

68 Ces pyxides sont connues à Torre Galli (Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. I, 16), Canale (Musée de Reggio) ; la forme est commune également à Butera, Mon. Ant. XLIV, col. 544, fig. 211, 4.

69 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 248, fig. 172.

70 Polyb., XII, 6, 2-5.

71 Polyaen., VI, 22.

72 La Genière 3, p. 11-13.

73 Contrairement à l’opinion de Dunbabin qui attribue à des Grecs les tombes à incinération de Torre Galli II, cf. Dunbabin, p. 166.

74 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 125-126, fig. 119.

75 Dans la nécropole de Torano en effet, des tombes du début de l’époque hellénistique se superposent à celles du VIIIe siècle. Un sondage dans l’habitat nous a permis de découvrir, sous une strate contenant un matériel datable de la deuxième moitié du IVe siècle, une strate stérile suivie d’un niveau d’habitat du VIIIe siècle avec une poterie d’impasto et des fusaïoles caractéristiques.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr