Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Première partie

Chapitre II. Nécropoles du début de l’Age du fer en Italie méridionale

Texte intégral

1D’autres nécropoles de l’Italie du Sud apportent sur les régions voisines de Sala Consilina des renseignements qui constituent les premiers éléments d’un tableau d’ensemble de la civilisation de l’Age du Fer dans cette région, et permettent en même temps d’apprécier l’originalité de Sala Consilina par rapport aux autres sites.

  • * Nous avons laissé en dehors de ce tableau les informations, assez peu nombreuses du reste, dont on (...)

2Ce sont, non loin du Val de Diano, les nécropoles de Lucanie occidentale, que les fouilles de ces dernières années ont fait connaître, et, plus au sud, les nombreux sites de Calabre dont l’exploration, commencée par P. Orsi au début du siècle, a pris depuis peu un développement considérable*.

A - LUCANIE OCCIDENTALE

CAPODIFIUME

  • 1 Sestieri, Necropoli villanoviane in Prov. di Salerno, SE XXVIII. 1960, p. 73-91 ; G. Voza, Catal. (...)

3On connaît encore mal la nécropole de Capodifiume, située à 6 km. à l’est de Paestum, dont quelques lombes seulement ont pu être explorées. Elles sont signalées par une masse de pierres couvrant une surface arrondie, sauf deux d’entre elles qui étaient disposées en rectangle. Il semble que la nécropole ait été entourée d’un mur de pierres irrégulières dont quelques mètres sont préservés1.

  • 2 On peut citer toutefois la situle sphérique à deux becs d’argile claire de la tombe 6 (SE XXVIII, (...)
  • 3 Voir note 75, p. 28.
  • 4 SE XXVIII, 1960, p. 80, fig. 9.
  • 5 SE XXVIII, 1960, p. 84, fig. 16, n. 3 ; p. 86, fig. 20, n. 2.

4Les tombes, à crémation, comportent des urnes cinéraires qui, par le faible ressaut de la panse sur le col conique, l’absence de décor géométrique incisé, la position des anses, diffèrent considérablement des urnes de Sala Consilina. Leur couvercle est également inconnu au Val de Diano : c’est un cône profond, ou parfois une demi-sphère surmontée d’un bouton cylindrique imitant la forme d’un casque. Parmi les vases accompagnant ces urnes, un très petit nombre seulement peut être comparé, tant pour la nature de l’impasto que pour les formes, au matériel du Val de Diano2. D’autres vases, comme la coupe à une anse à bord rentrant, le grand pot ovale décoré d’un cordon horizontal sur l’épaule, sont communs aux deux nécropoles ; mais ces comparaisons perdent de leur importance lorsqu’on se souvient que ces vases sont répandus dans toute l’Italie méridionale au Premier Age du Fer3. En revanche, les différences sont frappantes : on remarque l’abondance des coupes à pied, rares à Sala Consilina4, la forme particulière des tasses ; la vasque est très basse, et n’est pas reliée à l’anse élevée par un support transversal5, alors que les tasses de Sala Consilina, pour la plupart plus profondes, comportent fréquemment ce support.

  • 6 SE XXVIII, 1960, p. 85, fig. 17 ; Catal. Mostra, fig. 24, n. 5.
  • 7 SE XXVIII, 1960, p. 86, fig. 19 ; Catal. Mostra. fig. 24, n. 1.

5Il semble donc que les échanges de vases d’impasto n’aient pas existé entre les deux sites. Soulignons par contre la présence à Capodifiume de deux vases d’argile claire ; le premier est une cruche façonnée à la main dans une argile beige rosé (tombe III)6 ; elle comporte un col court, conique sur une panse très renflée, une anse verticale en ruban ; la décoration, s’il y en eut à l’origine, est complèment effacée ; ce vase répète avec une certaine maladresse les formes des vases à tenda et il est possible qu’il ait porté ce décor ; une deuxième cruche se trouve dans la même tombe que la précédente7 : c’est une version alourdie de la première avec une embouchure plus large, un col conique mieux séparé de la panse ; les traces de décor en peinture noirâtre sur le fond beige rosé évoquent une imitation grossière des vases à tenda ; motifs triangulaires sur l’embouchure, angles superposés sur l’épaule, traits horizontaux sur la panse. Il est donc probable que quelques exemplaires des vases à tenda ont suivi la voie naturelle qui sort du Val de Diano par le col de S. Rufo, passe près du Monte Pruno et débouche dans la plaine de Paestum à côté de Capodifiume. Cette série céramique, diffusée dans toute la Basilicate, aurait été connue également des indigènes de la plaine côtière, suscitant sur place des copies grossières, plus maladroites encore que les imitations connues au Val de Diano.

  • 8 SE XXVIII, 1960, p. 107.
  • 9 Catal. Mostra, p. 80.

6Les objets de métal des tombes de Capodifiume n’enrichissent guère notre information : on ne connaît qu’un fragment de fibule de bronze à arc serpentant et deux fragments d’une fibule de fer dont la reconstitution demeure hypothétique. P. C. Sestieri estime8 que ces tombes doivent être datées du VIle siècle à cause de la présence de vases d’argile claire. G. Voza cependant9 considère qu’elles sont toutes contemporaines des tombes de Pontecagnano I, c’est-à-dire de la période désignée en Etrurie comme Villanovien I. Pour la datation de cette nécropole, il faut tenir compte de l’homogénéité d’ensemble des mobiliers funéraires ; c’est pourquoi, comme la tombe III de Capodifiume, dans laquelle manque l’urne caractéristique et qui contient les deux vases d’argile claire cités plus haut, est légèrement plus récente que les autres et contemporaine de Sala Consilina II, on devra admettre que les tombes voisines qui contiennent des urnes cinéraires appartiennent à une période correspondant à la fin de Sala Consilina I.

PONTECAGNANO

  • 10 SE XXVIII, 1960, p. 91-107. Rivista di Scienze preistoriche XV, 1960, p. 207-211.
  • 11 Quelques tombes de la période énéolithique ont été découvertes par B. D’agostino, BPI 73, 1964, p. (...)

7Au nord de la plaine de Paestum, près du fleuve Picentino qui relie les Monts Picentini à la côte, on a découvert sous la ville actuelle de Pontecagnano une importante nécropole dont P. C. Sestieri a, le premier, entrepris l’exploration systématique10. Les fouilles ont été continuées et développées par B. d’Agostino, et la nécropole comptait en 1963 300 tombes environ datables du début de l’Age du Fer au milieu du VIe siècle11.

  • 12 Catal. Mostra, p. 105 ; dans une communication au Congrès Etrusque de 1963 (Salerne), B. d’Agostin (...)

8B. d’Agostino distingue parmi les tombes du début de l’Age du Fer deux phases successives précédant l’arrivée des vases du Protocorinthien Moyen12. Ensuite la phase orientalisante s’achève au début du Corinthien Ancien ; enfin le dernier quart du VIIe siècle et la première moitié du VIe siècle sont désignés comme phase sub-orientalisantte.

  • 13 Comparer Capodifiume, Sestieri, SE XXVIII, 1960, p. 88, fig. 22, à Pontecagnano, ibid., p. 95, fig (...)
  • 14 SE XXVIII, 1960, p. 94, fig. 36, I. Catal. Mostra, fig. 36, tombe 153 ; fig. 41, tombe 187.
  • 15 SE XXVIII, 1960. p. 82, fig. 13, I.

9Les tombes de la première phase sont en majorité à crémation et comportent une urne biconique coiffée normalement d’une coupelle renversée, plus rarement d’un couvercle en forme de casque arrondi ou conique à bouton supérieur qui présente parfois des analogies étroites avec ceux de Capodifiume13. Les urnes sont normalement accompagnées de plusieurs vases d’impasto. A côté de nombreuses coupelles à fond conique ou sphérique, tantôt à pied bas, tantôt à pied conique, on trouve des tasses à vasque basse et renflée sous la lèvre verticale, qui, avec leur anse en ruban, évoquent les exemplaires de Capodifiume et se distinguent nettement de ceux de Sala Consilina. D’autres vases assez communs sont le cratère à deux anses verticales14, qui est connu également à Capodifiume15, la cruche à col conique qui peut avoir la forme des urnes cinéraires avec la position caractéristique de l’anse ; mais les variantes sont nombreuses ; leur col est plus ou moins conique, la panse peut être renflée ou allongée, l’anse relie souvent la lèvre à la panse. Ces vases, comme ceux de Capodifiume, portent souvent sur l’épaule de fines cannelures obliques qui rappellent les décors de certains vases de Torre Galli ou de S. Onofrio di Roccella.

  • 16 Tombe 180, Catal. Mostra, fig. 40. SE XXXIII, 1965, Pl. CXXXVI, a.
  • 17 Mon. Ant. XXXI, 1926. tombe 99. fig. 51, 52, 53 ; tombe 104, fig. 54.
  • 18 Catal. Mostra, fig. 44, 2.
  • 19 Tombe VIII, Mon. Ant. XXII, 1913, Pl. XXII, I ; Müller-Karpe I, Pl. 20, Ε. 1.

10Une très belle tombe d’homme16 renferme d’abondants objets de bronze dont la variété met en évidence le caractère complexe de la culture de Pontecagnano durant cette première phase : une épée courte, une pointe de lance et une pointe de javelot, un rasoir rectangulaire à prise ronde torsadée, une cnémide de bronze laminé évoquent la composition des plus anciens mobiliers funéraires de Torre Galli17 ; les fibules sont en deux parties, à arc serpentant, et comportent un disque ; celles qui ont l’épingle légèrement incurvée (Sundwall DIV γ a ou DIV γ b) sont communes en Italie du Sud ; en revanche la forme de la fibule18 à l’épingle courbée vers l’avant en D et à l’arc très réduit (Sundwall DIV S a) est connue à Cumes19, mais est surtout fréquente dans les tombes de Terni, Tarquinia et d’autres cultures villanoviennes. Le rasoir en demi-lune de la tombe 172 indique la même orientation septentrionale. Pontecagnano connaît également durant cette phase la fibule à arc serpentant de type sicilien (tombe 187). Pour les tombes de femmes les fibules courantes sont celles qui ont un arc simple légèrement renflé et qui comportent un disque en spirale (tombe 164 et 194) et la fibule à arc simple en fil tordu et à pied court (du type Sundwall BI α a).

11B. d’Agostino attribue à la période finale de cette première phase les premiers exemples des fibules à disque dont l’arc mince est revêtu d’ambre et d’os.

  • 20 Catal. Mostra, fig. 42, 6.
  • 21 Ibid., fig. 43, n. 2.
  • 22 Bernabò Brea, La Sicilia, p. 141 et 156.
  • 23 Cf. infra, p. 88.

12Il signale pour cette époque deux vases exceptionnels. Celui de la tombe à crémation 166 qui a servi d’urne est une cruche trapue, à une anse en ruban disposée en anneau vertical20 ; la pâte est en argile claire, décorée avec une peinture brunâtre de motifs s’inspirant autant des ornements géométriques incisés sur les vases d’impasto (zigzag au col, méandre à la jonction entre col et panse) que de la tenda connue en Basilicate (décor d’angles emboîtés sur l’épaule). La forme inhabituelle et le caractère composite de ces motifs prouvent qu’il ne s’agit pas d’un vase importé, mais d’une œuvre probablement locale inspirée, au même titre que les vases de Torre Mordillo, par des motifs diffusés d’une extrémité à l’autre de la Basilicate. Un vase à décoration plumeuse (piumata) dans la tombe 17421 également datable de la fin de la première phase, semble être la preuve de relations maritimes avec la Sicile. Ce thème ornemental est très répandu dans toute la Sicile orientale pendant la phase Pantalica II et au début de la suivante, ainsi qu’à Lipari au cours de l’Ausonien II22. On n’en connaît pas d’autre exemple en Italie du Sud, bien que de nombreux objets communs en Sicile aient été trouvés dans des nécropoles calabraises23.

13La deuxième phase de Pontecagnano est considérée par B. d’Agostino comme une période de transition entre la première période et l’époque orientalisante.

14Elle est représentée par des tombes en majorité à inhumation. Les vases d’impasto ont des formes plus variées qu’à la phase précédente. Ils portent parfois un décor incisé de cordelettes, de petits cercles concentriques ou de fines cannelures transversales qui rappelle des éléments caractéristiques de la période II. Β de Sala Consilina. Le goût pour les protomés sur les anses rappelle la vogue de ces ornements en Etrurie méridionale et dans le territoire falisque. Les grands vases sphériques à pied cylindrique sont analogues à ceux de Narce, Capena, etc.

15Les fibules sont celles qui existaient dès la fin de la première phase et qui comportent un arc mince, revêtu d’ambre et d’os à l’origine, et un pied en disque ou court et symétrique, ou bien les fibules à arc en sanguisuga à disque ou à pied court ou moyen.

  • 24 Catal. Mostra, p. 106.

16Ainsi les liens qui existaient dès la phase I avec l’Etrurie méridionale, et qui ont permis à B. d’Agostino de préciser l’origine des courants villanoviens parvenus à Pontecagnano24, sont tout aussi évidents à la phase suivante.

17La phase II de Pontecagnano s’achève avant l’apparition des vases protocorinthiens moyens qui sont connus à la phase III.

ARENOSOLA

  • 25 Ibid., p. 89.
  • 26 Rassegna Storica Salernitana, III, 1932, p. 1-26.

18A une quinzaine de km. au sud de Pontecagnano, sur la rive droite du Sele, quelques tombes de l’Age du Fer ont été découvertes en 195025 dans un site déjà connu depuis les recherches de Marzullo26. Elles sont toutes à inhumation et présentent un mobilier qui rappelle les tombes les plus récentes de la phase II de Sala Consilina ou celles de Pontecagnano II.

19Les vases sont façonnés dans un impasto brunâtre, lissé et poli en surface, beaucoup plus fin que les pâtes utilisées au cours de la première phase de Sala Consilina ou de Pontecagnano, et tout à fait analogue au contraire à la terre employée pour certains vases de la période II. Β de Sala Consilina. On remarque en particulier la ressemblance entre les tasses à une anse des deux sites : on retrouve d’une série à l’autre la forme caractéristique de l’anse, à section ronde dans la partie supérieure, élargie en ruban vers le bas, qui est particulière aux tasses les plus récentes de Sala Consilina II.

  • 27 Catal. Mostra, fig. 26, tombe 9 et tombe 2.
  • 28 Ibid., fig. 27, tombe 6 ; fig. 28, tombe 5.
  • 29 Ibid., fig. 29, tombe 7.

20Les fibules trouvées dans les tombes confirment l’impression donnée par la céramique. Les plus communes sont à sanguisuga, à pied court en général (le pied a souvent disparu)27 ; plusieurs ont l’arc mince à section carrée, porteur de perles d’os et d’ambre, et leur pied peut être court ou long28 ; dans une même tombe, une fibule à arc serpentant flanqué de bâtonnets latéraux voisine avec une fibule à arc serpentant à coude qui, à Sala Consilina, se trouve, comme la précédente, dans des mobiliers funéraires du début de la phase III29. Une confirmation du caractère relativement récent des premières tombes d’Arenosola par rapport aux phases anciennes des nécropoles de Pontecagnano et de Sala Consilina est donnée par l’abondance des objets de fer, couteaux, pointes de lance, sauroter, ainsi que par l’existence de nombreuses perles de verre qui évoquent le mobilier des tombes orientalisantes de Tarquinia ou Cervetri.

  • 30 Pour M. Pallottino, Etruscologia, 5ème éd., 1963, p. 144, le fait que l’on trouve la civilisation (...)
  • 31 Cf. infra, p. 237-245. B. D’agostino, SE XXXIII, 1965, p. 678, précise que les fibules à arc serpe (...)

21En résumé les tombes du début de l’Age du Fer dans l’Agro Picentino s’apparentent à celles du facies villanovien de l’Etrurie méridionale et leur sont contemporaines30. Leur datation sera facilitée par les résultats des nouvelles fouilles d’Ischia dont les tombes les plus anciennes donnent un terminus post quem pour les cultures orientalisantes de ces régions. Pithécusses étant cependant à l’origine de ces courants de civilisation, il faudra tenir compte du décalage avec lequel les modes peuvent avoir été transmises à des régions moins ouvertes aux échanges commerciaux31.

Β - CALABRE

TORRE GALLI I32

  • 32 Mon. Ant. XXXI. 1926, col. 7-376. Pl. I-VIII.

22La nécropole de l’Age du Fer la plus importante numériquement, la plus ancienne également que l’on connaisse en Calabre, est celle de Torre Galli, située sur une colline dominant le cap Vaticano, à 12 km. du port de Tropea. proche des îles Eoliennes. La nécropole s’étend au nord et à l’est d’un habitat dont P. Orsi a pu préciser l’emplacement grâce aux fragments de céramique recueillis sur place, qui appartiennent en majorité au VIe siècle.

  • 33 Cf. La Genière 3, p. 7 sqq.
  • 34 Tombes 281, 278, 289, 295.
  • 35 On doit cependant rappeler le cas de la tombe 140, dans laquelle le mobilier funéraire était dispo (...)

23Les tombes sont presque toujours des fosses rectangulaires creusées dans le sol ; on n’a pas trouvé dans les collines avoisinantes un seul exemple de ces sépultures multiples aménagées dans le roc, qui sont nombreuses dans l’Est sicilien et sur plusieurs sites calabrais. Les fouilles que P. Orsi entreprit en 1922 et 1923 ont livré 334 tombes correspondant à deux époques bien différentes, entre lesquelles il semble que se soit écoulé plus d’un siècle33. Quelques cas de crémation peuvent être rapportés à des sépultures de la deuxième phase (Ière moitié du VIe siècle), ainsi qu’en témoigne la présence dans ces tombes de vases corinthiens, de coupes ioniennes, de fibules à pied long terminé en bouton34. Ce rite, qui demeure rare pendant la deuxième phase, est absent dans les tombes de la première phase de Torre Galli35. Les morts étaient disposés dans les tombes couverts de leurs vêtements, comme le prouvent des fragments de tissu collés aux objets métalliques ; ils étaient accompagnés de vases et, selon le sexe, de leurs armes ou de leurs bijoux.

  • 36 Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. III.
  • 37 Ibid., Pl. IV, 13, 14, 17-19.
  • 38 Ibid., Pl. II, 1-8.
  • 39 Ibid., Pl. I, fig. 1-6.
  • 40 Ibid., Pl. II, 13, 16, 17.
  • 41 Saflund, SE XII, 1944, p. 17 sqq. Bemerkungen zur Vorgeschiclite Etruriens, et Pl. III.
  • 42 Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. I, fig. 34.
  • 43 Cf. infra, p. 64.

24La céramique est exclusivement d’impasto au cours de la première phase. Les formes sont variées. Sur les cruches à col conique étroit, une anse comportant une surface de pose pour le pouce (« poggia pollice ») relie le col à l’épaule36 ; avec elles, les petits vases trapus à deux anses en anneaux dont la panse est cannelée verticalement37, les tasses à une anse à cannelures verticales ou obliques38, les coupes à bord rentrant39, les vases-navettes40 sont caractéristiques de la culture à fossa41, tandis que quelques autres, en particulier les pyxides cylindriques42, évoquent les objets que l’on rencontre en Sicile orientale depuis l’Age du Bronze43.

25Un petit groupe de tombes de guerriers renferment un mobilier de bronze d’une exceptionnelle richesse.

  • 44 Tombe 190, ibid., fig. 93, col. 101, à comparer avec Müller-Karpe I, Pl. 26, A. 5 d’Allumiere ; To (...)
  • 45 Tombe 190, ibid., fig. 91 ; Tombe 197, ibid., fig. 95.
  • 46 Bernabò Brea, La Sicilia, p. 155. Mûller-Karpe I, Pl. I, Ε I. Bernabò Brea et M. Cavalier 2, p. 92 (...)
  • 47 Bernabò Brea et M. Cavalier 2, Pl. XXXIX, fig. 1, 2, 4, 5.
  • 48 Rasoir de la tombe 104, Mon. Ant. XXXI, col. 70, fig. 54. Cf. rasoirs de Timmari, Mûller-Karpe I, (...)

26Leur grande ancienneté est soulignée par la présence de fibules à arc serpentant à disque en spirale, en une seule ou en deux parties, qui rappellent des types protovillanoviens d’Italie centrale ou du Nord44. Quelques rasoirs ont une forme allongée sans que l’usure des bords permette d’en préciser le contour45 ; ils évoquent des formes connues en Sicile à la phase de Cassibile46, ou dans la nécropole de Milazzo47. Les autres, tous rectangulaires, rappellent les types existant dans les cultures protovillanoviennes48.

  • 49 Merhart 2.
  • 50 Catal. Mostra, fig. 40. SE XXXIII, 1965, Pl. CXXXVI, a.
  • 51 Hencken, AJA LXI, 1957, p. 1-4, Pl. 3, fig. 8.
  • 52 Le Arti 3, 1940-41, fig. 12. AA, 1941, 382, fig. 20. Wiener Pràhist. Zeitschrijt 30, 1943, 73, fig (...)
  • 53 Hampel, Altertiimer der Bronzezeit in Ungarn I-III, Budapest, 1887, 1196, Pl. 215. Åberg, p. 91, f (...)
  • 54 Müller-Karpe, Germania 40, 1962, Zur Spatbronzezeitliche Bewaffnung in Mitteleuropa und Griechenla (...)

27Plusieurs tombes de ce groupe contenaient des cnémides ovales de bronze laminé (Pl. 57). Ces objets, auxquels G. von Merhart a consacré une étude49, sont connus en Italie par d’autres spécimens : outre ceux qui ont été découverts récemment dans une tombe de Pontecagnano I50, on peut citer l’exemplaire fragmentaire de Véii du début de la période orientalisante51, et ceux de Pergine52 que Merhart attribuait à la culture protovillanovienne. Leur décor aurait son origine dans les motifs nés de la religion solaire en Europe danubienne, et dont les cnémides trouvées à Rinyaszentkirály (Hongrie) porteraient une des plus anciennes représentations53. Müller-Karpe, de son côté, a adopté des dates un peu plus basses pour les cnémides de Pergine (fin de la culture protovillanovienne) et pour celles d’Europe Centrale (cnémides de Bohême et de Hongrie) qu’il attribue à la phase Hallstatt B, c’est-à-dire au Xe siècle54.

  • 55 Merhart 2, p. 113, fig. 7 ; Catling, Cypriot Bronzework in the Mycenean World, 1964, p. 140-2, Pl. (...)
  • 56 A Kallithea, BCH 78, 1954, 124, fig. 25. Merhart 2, p. 113, fig. 7, n. 4.
  • 57 En harmonie avec les travaux de Merhart, MILOJéIé, Jahrb. d. R.G.Z.M. Mainz II, 1955, p. 153-169, (...)
  • 58 N. Yalouris, Mykenische Bronzeschutzwaffen, AM 75, 1960, p. 46-67, Beil. 28.

28L’importance d’une chronologie précise est évidente lorsqu’on rappelle l’existence de cnémides comparables à Chypre55 et dans le Péloponèse56. Pour G. von Merhart, les cnémides de Chypre datent de la fin du Mycénien (Chypriote Fer I, 1200-1050) et seraient donc contemporaines ou de peu antérieures à celles de Hongrie ou de Bohême. Celles de Kallithea dans le Péloponèse, plus anciennes et accompagnées de vases de l’Helladique Récent IIIB ou IIICIa, appartiendraient à la fin du XIIIe siècle. Le point de vue de Merhart, selon lequel les cnémides, originaires d’Europe centrale, auraient été apportées en Méditerranée par des envahiseurs du Nord à l’époque de la diffusion de la fibule en violon57, a été contredit par N. Yalouris dans sa publication des bronzes de Kallithea, qui conclut à la priorité égéenne pour les cnémides, comme pour les cuirasses et les casques58.

  • 59 Archaeological reports, 1960-61, 10, fig. 8.
  • 60 Sir Mortimer Bowra, Mnemosyne XIV, p. 109. N. Yalouris, AM 75, 1960, p. 62 sqq.

29De son côté, H. W. Catling, qui date les exemplaires chypriotes à la fin du XIIIe et au début du XIIe siècle, précise que les cnémides ne peuvent être une création chypriote et qu’elles étaient connues en Grèce avant de l’être à Chypre. Il reconnaît en effet des cnémides dans les fragments de la tombe de la Panoplie de Dendra59, qui date de la fin du XVe siècle. Ces tout premiers exemples rendraient compte de la transformation de l’armure défensive qui s’ébauche à cette époque60, et qu’évoquent plusieurs fresques ou peintures vasculaires au cours du XIIIe siècle. Ainsi se trouverait démontrée la priorité des exemplaires égéens sur ceux d’Europe Centrale.

  • 61 Pour les cnémides de Bosnie, cf. note 54. Pour celles d’Olympie, cf. Olympia IV, Pl. XX, 329 ; Mül (...)

30Les spécimens découverts en Bosnie, datables du VIIe siècle, sont comparables à des fragments d’Olympie dans lesquels Müller-Karpe a reconnu des cnémides61 ; il n’est donc pas exclu, comme l’a écrit Merhart, que les exemplaires balkaniques soient venus de Grèce.

  • 62 Cf. p. 85.

31Quant aux cnémides de Torre Galli, et à celles, très proches, de Pontecagnano, qui remontent les unes et les autres à une période antérieure au milieu du VIIIe siècle62, ont-elles été introduites en Italie du Sud à la faveur d’échanges méditerranéens ou sont-elles un apport des régions alpines ou adriatiques ? En l’absence de toute preuve d’un important commerce grec sur les côtes de Calabre à cette époque, on peut penser avec Merhart que les cnémides de Torre Galli se rattachent à celles du Nord des Balkans.

  • 63 Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. VII et VIII. Cf. p. 20, note 36.

32Les mêmes tombes de Torre Galli contenaient aussi des épées courtes, presque toujours en fer, dans un fourreau revêtu de bronze gravé63.

  • 64 /hid., col. 92, fig. 80.
  • 65 Ibid., col. 115, fig. 110.
  • 66 Pour l’introduction du fer, cf. p. 105-109.

33En dehors de ces riches mobiliers de guerriers qui constituent un groupe homogène et ancien, la majorité des tombes d’hommes renferment des fibules à arc serpentant de type sicilien, ou des grandes fibules à arc simple (Pl. 58,1), quelques fibules en fer, des couteaux de bronze ou de fer en proportion égale, et à propos desquels on ne peut établir une distinction chronologique dans l’utilisation des deux métaux. En revanche les pointes de lance sont en bronze pour la très grande majorité ; on remarque cependant deux lances de type mixte, comme celle de la tombe 16364 qui associe une douille de bronze à une lame de fer, ou celle de la tombe 240 qui conserve dans la bague de bronze entourant la douille le souvenir de cette étape intermédiaire65 ; dans les tombes 28 et 233, des pointes de lance en fer d’assez grande taille mettent en relief la pénétration du nouveau métal66.

  • 67 On remarque cependant la fibule à arc simple et à disque de la tombe 56, ibid. col. 47-48, fig. 32
  • 68 Åberg, p. 33, fig. 83. Batović, p. 58-62 et Pl. IV.
  • 69 Mon. Ant. XXXI, 1926. fig. 25. 26, 31, 42, 78, 103, 135.
  • 70 Ibid. col. 74, fig. 58 ; col. 41, fig. 26. P. Orlandini a attribué au commerce grec la diffusion d (...)
  • 71 Mon. Ant. XXXI, col. 42, fig. 26 ; col. 89, fig. 76.

34Une grande continuité, due peut-être au relatif isolement du site, semble caractériser la composition des mobiliers funéraires de femmes. Les fibules à disque y sont presque inconnues67. Les femmes portaient des fibules de grande taille à arc simple déjà rencontrées dans les tombes d’hommes (Pl. 58,1) qui s’inscrivent dans la tradition des types protovillanoviens et qui rappellent aussi la phase II de la culture liburne68 ; très nombreuses dans la nécropole, elles en constituent l’élément le plus typique69. Les couteaux, de bronze ou de fer, parfois de très petite taille, sont particulièrement fréquents dans les tombes de femmes. Outre les bobines et fusaïoles, les autres objets féminins sont les bijoux : perles en pâte de verre, nombreuses perles d’ambre, saltaleone d’or, pendentifs en forme de quadrupède70 analogues à certains types connus à Serra Ajello (Musée de Reggio) et en Sicile (Musée de Syracuse). Des groupes de cercles concentriques71 à section triangulaire étaient probablement enfilés sur l’épingle des fibules.

  • 72 Ibid., col. 46, fig. 30 ; col. 53, fig. 35.

35Des scarabées attestent l’ampleur des relations maritimes qui reliaient, à une époque antérieure à la colonisation grecque, l’Italie méridionale au bassin oriental de la Méditerranée72.

  • 73 Ibid., col. 105, fig. 98.
  • 74 Par exemple Torre Mordillo, Not. Sc. 1888, Pl. XV, I.
  • 75 Exemplaires au Musée de Syracuse provenant d’Agrigente et du dépôt de Caltagirone.
  • 76 Akerstköm, Tombe du Guerrier, Pl. 20, n. 2 et Pl. 21, 6, 7, 8, 9.
  • 77 Cf. p. 104 et Pl. 44, fig. 8,2.

36Il en va de même pour les récipients de bronze désignés par P. Orsi du nom de coupes en « calotte », dont on connaît une dizaine d’exemples dans la nécropole73. Ils sont communs à plusieurs sites calabrais74 comme à de nombreuses tombes sicules75. Des imitations en terre cuite de ces modèles métalliques existent en Etrurie à la fin de la période géométrique76. Plusieurs tombes du début de la phase III de Sala Consilina ont livré des coupes en calotte de bronze (Pl. 66,1) et des vases en terre cuite de même forme et dépourvus de décor77.

  • 78 BPI. XLVII, 1927, p. 53, fig. 4.
  • 79 Κ. Kübler, Kerameikos V, I, Pl. 163 et p. 9, 143 ; IV, tombe 48, Pl. 38, M.I.
  • 80 J. K. Brock, Fortetsa, Cambridge 1957, tombe P, n. 1574 et p. 199. On connaît également ces récipi (...)
  • 81 Ε. Gjerstadt, Swed. Cyprus Exped. I, Pl. 46, 3 ; 84, 3. Une datation dans le Chypriote Récent III (...)

37P. Orsi, publiant une coupe semblable de Caltagirone, proposait d’en attribuer la fabrication à un atelier grec d’Italie méridionale78. En fait, si l’on accepte la chronologie que nous avons adoptée pour Torre Galli I, on doit admettre que le cimetière de Torre Galli I avait cessé d’être utilisé à l’époque de la fondation des premières colonies grecques, ce qui exclurait cette origine. Si ces objets ne proviennent pas de Grande-Grèce, il faut donc les considérer comme des importations. On sait que les fouilles du Céramique d’Athènes ont livré plusieurs de ces récipients en demi-sphère79 qui sont fréquents à l’époque protogéométrique et au début du Géométrique. Ils sont connus également en Crète à l’époque protogéométrique80. L’origine de ces coupes serait à chercher à Chypre. Kubler signale en effet la parfaite similitude des exemplaires chypriotes avec ceux d’Athènes81. Ces coupes sont vraisemblablement des imitations en bronze des bols en terre cuite vernissée fabriqués en Egypte depuis le Nouvel Empire.

38La grande homogénéité du matériel, l’absence d’influences grecques sont les caractéristiques de la première phase de Torre Galli. C’est pourquoi on a pu estimer que ce facies correspond à une période antérieure à la colonisation. Les tombes de Torre Galli contenant du matériel grec appartiennent à une phase beaucoup plus récente, contemporaine du Corinthien Moyen ou Récent. Le manque de tombes intermédiaires signifie-t-il que le site n’a plus été occupé pendant plus d’un siècle ? On ne peut préjuger des résultats que donnerait une nouvelle fouille de Torre Galli, qui n’a pas été touché depuis P. Orsi ; il paraît cependant établi qu’une coupure s’est produite dans l’histoire du site à la fin de la phase I.

S. ONOFRIO DI ROCCELLA IONICA82

  • 82 34 tombes ont été explorées à S. Onofrio di Roccella Ionica par M. Chiartano. Le matériel est expo (...)

39Sur l’autre façade de la Calabre, à une vingtaine de km. au nord de Locres, la nécropole de S. Onofrio di Roccella Ionica, qui a fait l’objet d’un début d’exploration en 1961, occupe une colline proche de la mer ionienne.

  • 83 Le passage de la charrue ayant arraché la partie supérieure de ces tombes, on ne peut parvenir sur (...)

40Le rite normal est l’inhumation dans des fosses rectangulaires signalées par une file complète ou partielle de pierres. Deux tombes font exception (T. 30 et 34) et présentent une fosse circulaire étroite entourée d’un cercle de pierres ; à l’intérieur, un grand vase d’impasto rosâtre contenait quelques fragments d’os mêlés à un mobilier funéraire d’adulte ; il peut s’agir de deux cas de crémation83.

41Toutes les comparaisons possibles pour la céramique d’impasto nous orientent vers Torre Galli ; grands vases profonds à large embouchure, cruches pansues à col conique et à trois protubérances sur la panse, askoi sphériques, tasses à une anse élevée et à vasque cannelée, grandes coupelles à une anse à bord rentrant sont communs aux deux nécropoles.

  • 84 L’une d’elles, dans la tombe 8, comporte sur la partie médiane un décor en arête de poisson.
  • 85 Cf. supra, note 46. La forme allongée ou ovale d’un rasoir ne peut être un critère sûr pour la dat (...)

42Les tombes sont richement pourvues d’objets métalliques. Les pointes de lance sont en bronze sauf une d’entre elles84. Deux épées courtes, Tune en bronze (T. 24, Pl. 60) et l’autre en fer (T. 13), s’apparentent à celles de Torre Galli. Les rasoirs sont rectangulaires à prise simple ; l’un, par sa forme allongée, rappelle des types siciliens de la phase de Cassibile85.

43Dans les tombes d’hommes, les fibules les plus fréquentes sont les « siciliennes » à arc serpentant qui existent aussi dans plusieurs tombes de femmes.

  • 86 Cette fibule peut se trouver dans des tombes d’hommes : ainsi elle est associée dans la tombe 13 à (...)
  • 87 On ne pouvait en citer que deux exemplaires à Torre Galli : Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 87, fig. 75 (...)

44Ces dernières présentent une grande variété de bronzes parmi lesquels on soulignera la fréquence des grandes fibules à arc simple décorées de groupes d’incisions parallèles ou de zones d’arêtes de poisson (Pl. 58, fig. 2)86 ; des disques convexes-concaves ornés de motifs repoussés sont souvent passés sur l’épingle. Les fibules en disque sont également très communes : plusieurs ont la partie supérieure lisse décorée de deux svastikas (P. 58, fig. 6) ; d’autres sont divisées en deux par une barrette médiane ornée d’incisions parallèles (Pl. 59, fig. 1) ou d’une file de losanges (Pl. 58, fig. 7) ; les deux moitiés du disque comportent parfois un décor en méandre (Pl. 58, fig. 5). Ces fibules circulaires sont propres à la façade orientale de la Calabre, comme le prouvent les exemplaires trouvés à Amendolara, Castiglione dei Paludi, Casabona, Ciro, etc... (Musées de Cosenza et de Reggio de Calabre)87. Quelques fibules à quatre spirales à disque central marquent, semble-t-il, une étape plus avancée. La rareté des fibules de fer est peut-être due à la mauvaise conservation de ce métal : un seul exemplaire, dont le pied est en forme de disque, existe dans la tombe 21.

45Comme à Torre Galli, on a trouvé à plusieurs reprises des couteaux de bronze, souvent de très petite taille dans les tombes de femmes (T. 10).

  • 88 Cf. p. 59, n. 71.
  • 89 Not. Sc. 1902, p. 35, fig. 6. Tombe 17 de Castiglione dei Paludi. Exemplaires analogues à S. Catal (...)
  • 90 A. De Franciscis, La documentazione archeologica in Calabria, in Convegno Taranto I, p. 218 et fig (...)
  • 91 A Gorica, cf. Truhelka, Bosn. Mitt. 1902, p. 36, fig. 76 ; à Fontanella. de la fin de l’Age du Bro (...)

46Les bijoux fréquents sont, outre les larges bracelets formés d’un ruban de bronze enroulé en ressort (T. 12), des groupes de cercles concentriques à section triangulaire (T. 2) analogues à ceux de Torre Galli88, des pendentifs en forme de disques dont le pourtour est percé d’une file de trous où se fixaient des chaînettes, la surface du disque étant décorée de petits cercles concentriques incisés (Pl. 59, fig. 3). Ce bijou est connu également au nord de la Calabre dans la nécropole d’Amendolara ; des cercles plats ornés de petits cercles concentriques dérivant du disque précédent existent à S. Lorenzo di Spezzano, à Castiglione dei Paludi, à Torre Mordillo (Musée de Cosenza) et en Sicile89. On remarque aussi des amulettes en forme de hachettes (Pl. 59, fig. 2) dont on trouve des exemples à Sala Consilina, en divers sites calabrais et en Sicile90. Enfin un petit objet de bronze fragmentaire formé à l’origine de trois cercles tangents a été trouvé à S. Onofrio di Roccella Ionica comme dans toute une série de sites placés sur les deux rives de l’Adriatique, où il est attesté à des époques très diverses qui vont de l’Age du Bronze à la fin du Premier Age du Fer91.

  • 92 On remarque cependant parmi le matériel sporadique qui proviendrait de S. Onofrio di Roccella Ioni (...)

47Les points communs relevés entre Torre Galli et S. Onofrio di Roccella Ionica, en particulier les similitudes des vases, l’emploi du bronze pour la plupart des lances, la présence dans les deux nécropoles des fibules « siciliennes », des grandes fibules à arc simple, des mêmes types de cercles concentriques, démontrent clairement que, pendant une période, elles se développaient parallèlement. Toutefois S. Onofrio di Roccella Ionica n’a pas encore livré de riches panoplies guerrières analogues à celles des tombes 99, 104 ou 190 de Torre Galli92. En revanche, des objets rares ou inconnus à Torre Galli, comme les fibules à quatre spirales à centre rond, permettent de penser que certaines tombes de S. Onofrio di Roccella Ionica sont postérieures aux plus récentes sépultures de Torre Galli I. Ces fibules, ainsi que certains objets, comme les pendentifs en forme de hachette, relient S. Onofrio di Roccella Ionica à Torre Mordillo et à Canale Janchina. Pourtant la plupart des objets caractéristiques de Canale, en particulier les vases géométriques, les fibules à sanguisuga et celles à bâtonnets latéraux à pied long, sont absents de S. Onofrio di Roccella. On peut en déduire que le facies de S. Onofrio di Roccella Ionica s’apparente à celui de Torre Galli I, et que les plus récentes tombes précèdent de peu les premières dépositions à Canale Janchina.

CALANNA

  • 93 A. De Franciscis, BPI 65, 1956, p. 213-215. G. Procopio, La necropoli, preellenica di Calanna, Kle (...)

48Un autre site, pour lequel on ne dispose également que d’informations très succinctes, serait contemporain de Torre Galli I et se prolongerait pendant le début de Canale Janchina. C’est Calanna, situé à quinze km. au nord de Reggio de Calabre en face de la côte sicilienne93.

49Les tombes se présentent en majorité comme des grottes artificielles creusées dans la roche tendre des contreforts de l’Aspromonte et contenant plusieurs dépositions ; elles rappellent étroitement celles de Pantalica ou des autres nécropoles sicules. Les quelques tombes fouillées sont presque dépourvues d’objets de bronze. La céramique d’impasto en revanche y est abondante.

  • 94 Mon. Ant. XXXI, 1926. Pl. III, 1 ; Pl. I. 26 ; Pl. IV. 5 ; Pl. II, 2-10.
  • 95 Ibid.. Pl. X, 21 ; Pl. IX. 35 ; Pl. IX, 38.
  • 96 Ibid., Pl. XVII.
  • 97 Ibid., col. 231, fig. 156.

50Les cruches à col conique, les pots profonds à une anse à cordon sous l’embouchure, les askoi sphériques, les tasses à une anse sont des formes connues à Torre Galli94. D’autres vases correspondent à des dépositions plus récentes : ce sont de grands pots à large embouchure et à protubérances, des askoi à une anse en ruban reliant l’embouchure à la panse, des askoi hauts dont la panse n’est plus sphérique mais ovale et qui rappellent la céramique d’impasto de Canale Janchina95. De même une pyramide de terre cuite de Calanna est décorée de motifs géométriques caractéristiques de Canale (comme Pl. 61, fig. 1)96 ; les fusaïoles de Calanna ont aussi la même forme que celles de Canale97. Enfin la présence d’une cruche à bec trilobé confirme le caractère récent de certaines dépositions de Calanna par rapport au facies Torre Galli I.

  • 98 Ibid., Pl. I, 34. Un exemplaire en plomb décoré de motifs géométriques incisés existe dans la tomb (...)
  • 99 Cf. Atti e Mem. M. G., 1961, Pl. XXI, 10. Un exemplaire à Torre Mordillo (inédit).
  • 100 Par exemple dans la nécropole de Caltagirone, Bernabò Brea, La Sicilia, p. 150, fig. 31 c, Phase I (...)
  • 101 Åberg, Chronologie IV, p. 17, fig. 19.
  • 102 Zervos, L’Art des Cyclades, Paris. 1957, p. 33, fig. 81. 82. 84.
  • 103 Åkerström, Pl. 17, 1.

51Une pyxis cylindrique à couvercle comportant deux petites prises latérales, exécutée en impasto (Pl. 61, fig. 5), est un exemplaire particulièrement soigné d’une forme connue à Torre Galli98 comme à Canale99 (Pl. 61, fig. 4,6). Ce n’est pas un objet discriminant du point de vue chronologique. On le trouve en effet en Sicile à des époques diverses depuis celle de Thapsos (Pl. 61, fig. 3) jusqu’à l’Age du Fer avancé100. Ces récipients cylindriques à prises latérales et couvercles arrondis sont présents tout au long de l’histoire égyptienne, souvent désignés du nom d’étuis. Les spécimens égyptiens sont normalement en terre cuite vernissée, parfois en bois ou en albâtre. Il sont adoptés par plusieurs sites du Moyen-Orient et l’on en trouve à Suze au XIIe siècle101. La forme a son origine, semble-t-il, dans les Cyclades où plusieurs exemplaires sont connus depuis le IIIe millénaire102. Sa présence en Egée comme en Sicile vers la fin de l’époque mycénienne évoque l’ampleur des relations commerciales de la Sicile qui est particulièrement mise en évidence par les importations et les imitations de céramiques et de bronzes égéens de Thapsos. Les pyxides de l’Age du Fer exécutées en impasto par des potiers indigènes de l’Italie du Sud sont la marque, non pas de l’imitation de modèles importés de l’Egée, mais de la permanence d’une forme devenue traditionnelle en Sicile Orientale et dans les régions voisines. Leur présence à Calanna relie en effet les spécimens des nécropoles calabraises à ceux de Pantalica. Par contre, lorsque cette forme apparaît en Etrurie au début de la période orientalisante, elle y est importée, comme la pyxis en terre cuite bleue de Vulci au Musée de Berlin103.

  • 104 Musée de Palerme. Cf. J. Bovio Marconi, Ampurias XII, 1950, Pl. V, A. Un exemplaire analogue prove (...)

52Les objets de bronze sont exceptionnels à Calanna. Il est d’autant plus important de souligner l’existence d’une petite fibule à arc serpentant « sicilienne » analogue à plusieurs exemplaires de Torre Galli. Une fibule à arc simple renflé à pied court, une fibule à arc à sanguisuga du type le plus commun à Canale Janchina (comme Pl. 58, fig. 3) correspondent aux dépositions les plus récentes. Une fibule à l’arc formé de deux tiges parallèles revêtues d’un fil de bronze enroulé (Pl. 58, fig. 4) est inconnue sur le continent : c’est un type commun en Sicile et notamment à Ségeste104.

53A cause de l’insuffisance de la documentation concernant Calanna et de l’existence dans chaque grotticella de dépositions successives, il n’est pas possible de proposer des conclusions chronologiques précises pour ce site. Néanmoins on peut admettre que les premiers mobiliers funéraires sont contemporains de Torre Galli I, tandis que les dernières dépositions sont postérieures au début de Canale Janchina.

CANALE - JANCHINA

  • 105 Cf. Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 211-376, Pl. IX-XIX. On ne doit pas cependant négliger quelques obj (...)

54La nécropole de Canale, aux environs immédiats de Locres, correspond en effet à une étape de l’Age du Fer plus avancée que les sites énumérés plus haut105. Comme à Calanna, il s’agit de tombes creusées dans le roc calcaire en forme de petites grottes et contenant normalement plusieurs dépositions, accompagnées d’un abondant matériel de céramique et de métal.

55Le caractère relativement récent de Canale est visible dans les formes de ses vases d’impasto, comme dans la présence d’une céramique géométrique de type hellénique.

56Par rapport aux céramiques d’impasto de Torre Galli et aux vases peu nombreux que l’on connaît à S. Onofrio di Roccella, ceux de Canale présentent en effet des particularités nouvelles.

  • 106 Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. X, fig. 7, 8, 11, 13, 14, 16, 17.
  • 107 Ibid., Pl. IX, fig. 6, 10, 12, 40.
  • 108 Ibid., Pl. IX, 8.
  • 109 Ibid., Pl. IX, 1, 4.
  • 110 Ibid., Pl. Χ, 28.
  • 111 Ibid., Pl. Χ, 26, 27.
  • 112 Ibid., Pl. IX, 38.
  • 113 Ibid., Pl. XI, 14 ; proche de Åkerström Pl. 8, 12.
  • 114 Ibid., Pl. XI, rappelle Åkerström Pl. 8, 6.

57La pâte est dans l’ensemble plus claire, plus grossière, et le vase est façonné moins soigneusement qu’à Torre Galli ou S. Onofrio ; les cruches de Canale se sont redressées, le grand diamètre de la panse est placé plus haut, l’épaule et le col forment parfois une ligne continue, l’anse en ruban surmonte l’embouchure ; l’influence de modèles grecs est très nette sur plusieurs oenochoés d’impasto à bec trilobé106. Les petits vases bas à deux anses, très nombreux à Torre Galli, sont inconnus à Canale. Les tasses à une anse ont perdu la régularité des proportions, la rigoureuse division des parties, les cannelures verticales ou obliques des exemplaires de Torre Galli ; la vasque arrondie comporte maintenant une lèvre légèrement resserrée et une anse en ruban plat moins élevée107 ; parfois une anse horizontale à demi relevée est ajoutée au niveau de la vasque en face de la première108. Les coupes à une anse à bord rentrant sont rares à Canale ; en revanche, celles qui ont des attaches plastiques sur le bord à la place d’anses109 sont assez nombreuses, ainsi que celles qui sont munies de quatre anses à demi relevées110 et comportent parfois un pied111 Les askoi sont presque aussi populaires à Canale qu’à Torre Galli. Ils ont tendance à se redresser, se rapprochant ainsi des cruches à une anse112 ; souvent l’anse est plate et relie l’embouchure à la panse, différant en cela des anses en anneau posées à Torre Galli sur la partie supérieure des askoi sphériques. Les vases biconiques sont nombreux ; beaucoup trahissent cependant une influence hellénique que Ton peut observer dans le redressement du col113 ou la disposition des anses114. Les amphores à col vertical ou évasé vers l’embouchure reproduisent des modèles grecs.

58Ainsi les points communs entre les céramiques d’impasto de Torre Galli et de Canale sont rares. Le contraste entre les deux nécropoles est souligné par le fait qu’une série de vases géométriques a été trouvée exclusivement à Canale.

  • 115 Åkerström p. 37-50. Pl. 8-10.
  • 116 Pl. 8 2
  • 117 Délo’s XV, Pl.XXI a, b ; Pl. LVI.
  • 118 Klearchos, 19, Gli Etruschi in Campania, p. 74.
  • 119 Pour A. Blakeway, BSA XXXIII, 1932-3, les vases géométriques d’Italie sont des importations grecqu (...)

59Ils ont fait l’objet d’une étude approfondie de la part d’Akerstrom115. Les formes dominantes sont les amphores à panse arrondie, col assez large évasé vers le haut, deux anses à demi relevées sur la panse ; les oenochoés sont assez nombreuses ainsi que les coupes. La décoration est purement hellénique, inspirée par les thèmes du Géométrique tardif : éléments de méandres, de rosaces, animaux au corps hachuré etc... L’aile des cygnes116 évoque des stylisations analogues dans les Cyclades117. Akerström attribue ces vases à un atelier local qui imiterait des modèles grecs venus des Cyclades ou de l’Attique. Il les considère comme sensiblement plus récents que les premiers vases géométriques d’Etrurie, et, par ailleurs, antérieurs à la plupart des vases géométriques trouvés en Sicile. En fait, les formes rencontrées en Etrurie ne sont pas les mêmes que celles de Canale, et Bisenzio ou Tarquinia ont livré surtout des cratères à anses doubles à pied, des coupes à pied, des cruches à col droit. La grammaire décorative, et la disposition des motifs sur les vases est aussi tout à fait différente entre les sites étrusques et les nécropoles calabraises. Cette absence d’analogies exclut, à notre avis, que les vases géométriques trouvés à Canale puissent provenir d’Etrurie, comme l’a suggéré W. Johannowsky118, et puissent constituer des preuves de relations directes entre l’Etrurie et la Calabre à cette époque. Nous souscrirons plutôt à l’opinion d’Akerstrôm pour lequel les ateliers des trois régions productrices de vases géométriques étaient sans contacts entre elles et s’inspiraient la plupart du temps de modèles grecs importés à des époques différentes et le plus souvent des Cyclades119.

  • 120 Stazione preistorica di Coppa Nevigata presse Manfredonia, Mon. Ant., XIX, 1909, col. 367.
  • 121 Atti e Mem. 1930, p. 151.
  • 122 Piramidette fittili, BPI LIV, 1934, p. 179-181.
  • 123 U. Rellini, Le stazioni enee delle Marche di jase seriore e la civiltà italica, Mon. Ant., XXXIV, (...)
  • 124 Rend. Acc. Lincei, S. 8, VIII, 1953, p. 441-444·.
  • 125 A. Di Vita, Sui pesi da telaio, una nota, Arch. Class. VIII, 1956, fasc. I, p. 40-44.
  • 126 Atti e Mem. M. G., N.S. VI-VII, 1965-66, p. 152 sqq.

60Les tombes prélocriennes ont livré un grand nombre de petites pyramides en terre cuite. Ces objets, communément appelés « poids de tisserands », ont été trouvés un peu partout en Italie et ont donné lieu à une abondante littérature. Mosso donnait aux exemplaires de Coppa Nevigata une signification symbolique et votive120, Marconi121, puis Rellini122 l’ont cru également. U. Rellini cite, comme preuve de leur rôle votif, un exemplaire comportant une niche pour une image de culte qu’il a trouvé dans une cabane de Gola de Sentino123. Sans vouloir énumérer ici toutes les études auxquelles ces petites pyramides ont donné lieu, on citera les opinions récentes et contradictoires de P. Orlandini qui insiste sur le rôle religieux et symbolique de ces poids dont il signale de nombreux exemplaires sous les murs de fondations d’édifices grecs à Gela et en différents points de la Sicile124, et d’A. di Vita qui rappelle que leur utilisation pratique est prouvée par de nombreux documents et que leur rôle religieux n’est qu’occasionnel et ne représente qu’un aspect secondaire125. En dernier lieu, Mme P. Zancani Montuoro a mis en valeur leur rôle de poids dans l’édifice carré du sanctuaire du Sele126. Il est probable que ces pesons, communs aux cultures indigènes et grecques de l’Italie, ont pu en certaines occasions constituer des offrandes.

  • 127 On pourrait toutefois les comparer aux décors à méandre beaucoup plus récents (fin VIIe - début VI (...)
  • 128 C. Truhelka, Der Vorgeschichte Pfahlbau im Savebett bei Donja Dolina, Bosn. Mitt., Vol. IX, 1904, (...)
  • 129 Merhart I, p. 27-30.
  • 130 Z. Mario, Donja Dolina i problem etnicke pripadnosti predrimskog stanovnistva sjeverne Bosne, Sara (...)

61Les pyramides de Canale présentent cependant des particularités exceptionnelles (Pl. 61, fig. 1). Elles sont d’assez grande taille et comportent des motifs géométriques profondément incisés dont on ne connaît pas d’autres exemples en Italie127 à part quelques poids isolés en Calabre, comme ceux de Calanna, de Castiglione dei Paludi (Musée de Reggio), d’Amendolara et ceux d’une tombe de Francavilla Marittima (T. 16). Une seule région, à notre connaissance, a livré des objets d’argile ainsi décorés, et son éloignement surprend : c’est le palafitte de Donja Dolina dans la vallée de la Save en Bosnie128. Les ressemblances entre les méandres incisés de Bosnie et de Canale sont remarquables et elles constituent un des éléments qui ont conduit G. von Merhart à affirmer l’existence de relations entre l’Italie et les Balkans129 ou plus précisément d’influences s’exerçant par un chemin maritime des Balkans vers la Calabre. Cependant les récents travaux de Z. Marić sur le matériel de Donja Dolina apportent des précisions chronologiques qui remettent en cause le point de vue de G. von Merhart : d’après Z. Marié en effet, les décors de méandres de la vallée de la Save ne pourraient être antérieurs au VIe siècle ; il en va de même pour le peson de Kutjevo en Slavonie (P. 61, fig. 2)130. Ces objets seraient donc postérieurs d’un siècle au moins aux exemplaires calabrais. Il est possible pourtant que les motifs de Donja Dolina aient des antécédents dans d’autre sites encore inconnus des Balkans, mais à l’heure actuelle il n’existe aucun lien sûr entre ces deux séries de thèmes décoratifs.

  • 131 Torques de Canale, cf. Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 235, fig. 161 ; col. 254, fig. 177.
  • 132 Cf. p. 62, note 90.
  • 133 Schaeffer, Ugaritica III, Chap. II.
  • 134 Pour le Picenum, voir Randall Maciver, p. 131, fig. 35. Pour la côte dalmate, Batovic, Pl. IV, fig (...)
  • 135 Cf. p. 71, note 149.

62Le rapport des métaux utilisés pour les armes de Canale, bronze et fer, est l’inverse de celui de Torre Galli I : les pointes de lance en fer sont en effet deux fois plus nombreuses que celles de bronze ; par ailleurs, les épées courtes, les rasoirs rectangulaires, les grandes fibules à arc simple, objets communs à Torre Galli I et à S. Onofrio di Roccella Ionica, sont absents des tombes de Canale. On retrouve pourtant à Canale quelques objets connus à S. Onofrio, comme des torques131, des fibules à quatre spirales et disque central, des amulettes en forme de hachettes132. Ces analogies n’ont pas nécessairement d’intérêt sur le plan chronologique. On sait par exemple que le torque, connu au Moyen-Orient depuis le IIIe millénaire133, est commun à toutes les cultures de l’Adriatique comme à la Calabre et à la Sicile orientale à l’Age du Fer134. En revanche les fibules à quatre spirales à centre rond se rapportent à une phase précise de l’Age du Fer calabrais135. Leur présence dans les deux nécropoles rend compte du fait qu’il n’y a pas eu de hiatus chronologique entre elles.

  • 136 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 235, fig. 161.
  • 137 Ibid., col. 302, fig. 215.
  • 138 Ibid., col. 266, fig. 188.
  • 139 Par exemple la tombe 164 de Pantalica au Musée de Syracuse.
  • 140 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 266, fig. 188. Ce pendentif, très commun sur les côtes adriatiques depu (...)

63La fibule la plus courante à Canale (on en connaît plus de 100 exemplaires) a l’arc renflé en sanguisuga (Pl. 58, fig. 3)136 ; c’est un type inconnu à Torre Galli comme à S. Onofrio ; de même quelques fibules à pied long à arc serpentant flanqué de bâtonnets latéraux137 placent clairement Canale dans une période avancée de l’Age du Fer à laquelle on a déjà rattaché les dernières dépositions connues de Calanna. Parmi les bijoux, des ornements en spirale portant des perles de verre138 rappellent des objets analogues de Sicile139. Des pendentifs soutenant des doubles spirales apparentent Canale Janchina, non seulement aux autres nécropoles de Calabre et de Sicile orientale, mais aussi aux cultures picentines et liburnes des rives opposées de l’Adriatique140.

  • 141 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 248, fig. 172.
  • 142 Un objet comparable est conservé au Musée de Catanzaro dans la collection Foderaro. Il subsiste un (...)

64Quelques objets énigmatiques formés d’un ruban étroit de bronze enroulé autour d’une âme de fer fragmentaire141, inconnus jusqu’à présent dans le Nord de la Calabre, établissent un lien entre cette nécropole et celle, toute voisine, de S. Stefano di Grotteria qui représente le facies succédant immédiatement à la culture de Canale142.

  • 143 Deux tombes à grotticella analogues à celles de Canale ont été découvertes par P. Orsi près de Cir (...)

65Cette brève analyse permet de conclure que, dans l’état actuel de notre connaissance du site, les nécropoles prélocriennes semblent séparées par un court laps de temps des plus récentes tombes de Torre Galli I, tandis qu’elles représentent une phase succédant presque immédiatement à celle de S. Onofrio di Roccella Ionica143.

CASTIGLIONE DEI PALUDI

  • 144 G. Jacopi, FA IV, 1841 ; V, 1624 ; VI, 1812 ; VIII, 1611. A. de Franciscis, O. Parlangeli, Gli Ita (...)
  • 145 Le matériel est conservé au Musée de Reggio de Calabre.

66Dans le cadre des nombreuses explorations entreprises par G. Procopio, une fouille avait été conduite à Castiglione dei Paludi, nécropole située près de la rive ionienne, au sud-est de Sybaris, au pied de la magnifique enceinte murale qui domine le cours du Coseria144. Une vingtaine de tombes y ont été mises au jour145.

  • 146 Cf. A. de Franciscis, BPI 65, 1956, p. 213.

67La céramique est d’impasto clair, parfois rosâtre. On y retrouve la plupart des formes typiques de la culture à fossa, notamment les cruches à col conique, les grandes coupelles à bord rentrant, les tasses à une anse. Un askos à décor géométrique incisé146 rappelle les formes communes à Torre Galli ; deux pesons d’assez grande taille, décorés de zigzags et de files de points s’apparentent à ceux de Canale Janchina.

  • 147 Mon. Ant. XXXI, 1926, fig. 91, col. 100 ; fig. 95. col. 103.

68On est surpris du caractère très archaïque de certains objets. Plusieurs fibules en effet évoquent des formes de l’Age du Bronze, en particulier des fibules à arc serpentant simple ou élargi en feuille (Tombe 1, 18), à épingle droite, parfois munies d’un disque, le plus souvent d’un pied court (Pl. 62, fig. 1). Ce type, connu également à Amendolara, et dont Sala Consilina a livré deux spécimens, rappelle les formes courantes en Sicile au cours de la phase de Cassibile. Ici pourtant, elles sont utilisées à une époque plus récente puisqu’on les trouve associées à des fibules à arc serpentant caractéristiques de Pantalica III ou à des bronzes locaux qui sont contemporains de ces dernières. Les tombes d’hommes renferment, outre ces fibules, des pointes de lance en bronze et des rasoirs, rectangulaires pour la plupart ; l’un d’entre eux cependant (Tombe 14) a une forme oblongue qui rappelle les types connus en Sicile à la fin de l’Age du Bronze et quelques exemplaires de Torre Galli147.

  • 148 Åberg, p. 24, fig. 55.
  • 149 Le type I à losange incurvé au centre est assez rare et se rencontre surtout en Calabre (Pl. 62, f (...)
  • 150 Sundwall CIε2,2, cf. p. 73.

69Les mobiliers de femmes, beaucoup plus riches que les précédents, contiennent aussi des fibules qui, si elles n’étaient pas associées à des objets caractéristiques de l’Age du Fer, pourraient être mises en rapport avec les types en violon à l’arc élargi en feuille que l’on connaît dans divers sites de la fin de l’Age du Bronze (groupe A IV de Sundwall)148. Il existe plusieurs variantes de ces fibules dont l’arc constitue une feuille plus ou moins arrondie à plusieurs nervures qui peuvent être des cannelures profondes (Pl. 62, fig. 2) ou de simples filets en relief. Les tombes explorées sont encore trop peu nombreuses pour que l’on puisse préciser l’évolution de cette forme. Il est assez probable cependant que la feuille, d’abord allongée, s’est arrondie progressivement. La diffusion de cette classe de fibules paraît limitée à la région de Castiglione, de sa voisine Rossano, de S. Lorenzo di Spezzano ; elles sont également fréquentes à Torano, où cependant le type à cinq nervures est seul représenté (Pl. 63, fig. 2). En dehors de ces séries monumentales, on peut citer plusieurs types à arc serpentant, quelques fibules à quatre spirales comportant au centre, soit un losange incurvé (type 1, Pl. 62,3), soit un disque (type 2, Pl. 62,4), et au revers des supports en ruban de bronze se recourbant aux extrémités149. Quelques exemplaires de fibules en disque rappellent les types caractéristiques de la nécropole d’Amendolara qui furent assez peu diffusés en dehors de cette région (Pl. 63, l)150. Une seule tombe contient une fibule à arc en sanguisuga analogue au type le plus commun de Canale.

  • 151 Cf. p. 80.

70Il semble que ce soient également des tombes de femmes qui aient livré des objets circulaires composés d’un cercle coiffé d’un disque plus petit qui s’y emboîte exactement. Ces objets sont particulièrement caractéristiques de la nécropole de Francavilla Marittima, comme on le verra plus bas151.

  • 152 Cf. p. 83.

71Parmi les bijoux féminins on remarque de nombreux torques et des pendentifs en double spirale qui s’apparentent à ceux que l’on peut rencontrer sur toute la façade orientale de l’Italie, du nord de l’Adriatique à la Sicile, comme dans les sites contemporains de la côte des Balkans, des cercles à jour, des cercles décorés de petits cercles incisés, des boutons décoratifs en demi-sphère, des colliers d’ambre, des perles de verre. On peut signaler aussi un pendentif en forme de couple humain dont on connaît d’autres exemplaires en Sicile et dans plusieurs sites calabrais (Pl. 65)152 Ces premiers éléments livrés par les fouilles de Castiglione dei Paludi prouvent que cette nécropole était utilisée dès l’époque de Torre Galli et qu’elle l’était encore au début de Canale - Janchina.

ROSSANO

  • 153 Matériel conservé au Musée de Reggio de Calabre. Cf. Not. Sc. 1934, p. 459-463.

72Quelques trouvailles sporadiques de Rossano153 ont fait connaître un matériel analogue à celui de Castiglione dei Paludi, comme il est normal pour deux sites très proches. On citera en particulier des fibules à arc serpentant à épingle courbe, d’autres à épingle droite terminées par un disque ou par un pied court (comme Pl. 62, 1), des fibules en feuilles à nervures (comme Pl. 62, 2), des fibules à quatre spirales, des plaques pectorales de deux pièces en forme de disque concave que l’on désignera du nom de disques de Francavilla Marittima.

AMENDOLARA

  • 154 Cette collection est due aux patientes recherches du Dott. Laviola. Quelques objets d’Amendolara o (...)

73Des objets isolés ont été trouvés à Amendolara, site surplombant la mer Ionienne à une trentaine de km. au nord de Sybaris. Les musées de Cosenza et de Reggio de Calabre, l’antiquarium d’Amendolara154 conservent un abondant matériel qui correspond à une riche nécropole dans laquelle aucune recherche systématique n’a pu encore être entreprise.

74La céramique d’impasto est encore peu abondante. L’un des traits caractéristiques semble être l’anse en tube vertical. En revanche les fragments de vases d’argile claire à décor géométrique sont nombreux. Parmi ces derniers, les uns reproduisent dans une argile micacée qui paraît locale le motif de la tenda diffusée dans toute la Basilicate ; d’autres portent un décor plus grossier qui s’apparente à celui des vases de Torre Mordillo et à certains fragments de Vaglio (motifs d’angles superposés, lignes bordées d’une file de points, ligne ondulée entre bandes horizontales etc.) ; d’autres enfin présentent des motifs géométriques d’une grande finesse, dont certains rappellent des décors du Borgo Nuovo.

  • 155 Not. Sc. 1902, p. 34, fig. 3.
  • 156 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 307, fig. 219. Cf. infra, p. 78 et p. 80.
  • 157 Cf. infra, p. 119-120.

75Les bronzes sont variés. On remarque divers types de fibules à arc serpentant : siciliennes, à épingle droite, en deux parties ; elles ont le pied court ou en forme de disque. Les fibules à quatre spirales sont très communes, mais les plus caractéristiques sont les fibules en disque (Pl. 63, fig. 1) dont on a vu quelques autres exemplaires sur la côte est de la Calabre, notamment à S. Onofrio di Roccella, à Castiglione dei Paludi, à Casabona, à S. Lorenzo di Spezzano155 ; des spécimens très abâtardis ont été trouvés à Canale, Torre Mordillo et Francavilla Marittima156. Les rasoirs sont rectangulaires, parfois longs et étroits. Des spirales formées d’un fil de bronze étroitement enroulé correspondent à celles qui, à Francavilla Marittima et à Castiglione dei Paludi, accompagnent des disques en deux parties emboîtées. Des torques sont communs aux trois sites. Comme à S. Onofrio di Roccella Ionica, on a trouvé à Amendolara une amulette en forme de hachette, des pendentifs circulaires ornés de petits cercles incisés (comme Pl. 59, 3) qui peuvent être comparés à de petits disques provenant de tombes sicules. Un pendentif à double protomé d’oiseau d’eau s’apparente à de nombreux exemplaires connus du Picenum à la Pouille157.

76Comme le prouvent ces premiers éléments, Amendolara, lié par sa céramique à la culture de la Basilicate, présente dans ses objets de bronze une parenté étroite avec les nécropoles calabraises.

TORRE MORDILLO

  • 158 Pasqui, Not. Sc. 1888, p. 239-268, 462-480, 575-592, 648-671, Pl. XV et XIX.

77Entre Castiglione dei Paludi et Amendolara, le site de Torre Mordillo, sur une hauteur dominant le confluent de l’Esaro et du Coscile, a livré plus de 300 tombes à fosse, pour lesquelles malheureusement la distinction entre les différents mobiliers n’est pas toujours possible, et dont le contenu, sommairement publié158, est conservé au Musée de Cosenza. L’homogénéité de ce matériel, la répétition constante des mêmes associations sont des indices de la brève durée de la partie connue de la nécropole.

78La céramique est d’impasto ou d’argile beige rosé.

79La première série comporte des vases biconiques à deux anses horizontales, des cruches à une anse à col conique, des askoi sphériques, des tasses à une anse. Par rapport aux formes analogues rencontrées à Torre Galli, ces vases sont caractérisés par la mollesse de leur profil. On remarque sur les cruches l’affaissement du col, la forme maladroite de l’anse en ruban qui relie l’embouchure à la panse. Les tasses à une anse ont des formes très diverses ; aucune cependant ne rappelle les harmonieuses proportions des tasses de Torre Galli, leur anse en colonnette à attache transversale, les cannelures décoratives de leur vasque. Ces formes, qui n’ont plus l’élégance de celles du début de l’Age du Fer, et qui ne reçoivent pas encore l’influence des modèles grecs, ont une allure provinciale.

  • 159 Cf. p. 80 et p. 240.

80Les vases géométriques d’argile claire s’apparentent étroitement aux séries géométriques connues dans toute la Basilicate. Sur les vases biconiques, des motifs à tenda maladroits occupent, comme à Venosa ou Sala Consilina la partie supérieure de la panse. Les cruches ont l’anse plate et le col conique des séries soignées de la phase II de Sala Consilina. Leur forme est plus lourde cependant et le col conique a souvent un profil arrondi comme sur celles d’impasto. Le décor, irrégulier et mal peint, comporte des variantes sur l’épaule : ce sont parfois des triangles hachurés ou quadrillés, des losanges, des filets ondulés entre des filets parallèles. Ces thèmes se retrouvent sur les askoi, très nombreux dans la nécropole, dont plusieurs peuvent être comparés à ceux de Francavilla Marittima et à un askos de Pithécusses159. Sur les embouchures, les motifs caractéristiques des vases à tenda font place parfois à des files de languettes ou à des traits disposés en carré. Une coupe à bord rentrant à une anse verticale est ornée de filets sur le bord, comme celles de Sala Consilina. Bref, on a affaire ici à une céramique influencée par une série géométrique très répandue en Basilicate qui était connue ; mais peu diffusée, dans la plaine du Coscile.

81Plusieurs fragments d’oenochoés protocorinthiennes géométriques du Musée de Cosenza proviendraient de Torre Mordillo. On aurait ainsi la preuve que les produits grecs pénétraient chez les indigènes dès la fin du VIIIe siècle. Au reste, il semble que les potiers locaux se soient inspirés, exceptionnellement certes, de formes importées.

  • 160 Corinthien Ancien, cf. Payne, Necrocorinthia, p. 293.
  • 161 Exemplaire protogéométrique, profil assez haut : Kerameikos I, Pl. 73, p. 99. Hespéria XXX, 1961, (...)
  • 162 J. K. Brock, Fortetsa, Pl. 78, n. 1470.
  • 163 Cf. pyxis n. 77 de Furumark, Mycenaean Pottery, fig. 5, du Mycénien III.A.I, qui a un profil analo (...)
  • 164 Dawkins, Artemis Orthia, Suppl. Paper n. 5 du BSA, Pl. CCVII, et p. 385.
  • 165 Doro Levi, Annuario X-XII, 1927-29, pl. XXI, p. 317, fig. 414, tombe L.
  • 166 Cl. Rhodos VI-VII, p. 324, Pl. XIII, 7, 8, 10. Fragments provenant d’un dépôt votif de l’Acropole  (...)
  • 167 Burlington, Fine Arts Catalogue of an Exhibition of Ancient Egyptian Art. 1922, Londres, Pl. XXIV, (...)

82On citera ainsi des pyxides sphériques munies d’un couvercle à bouton (tombes 43 et 167) dont on connaît un exemple très voisin à Sala Consilina (Pl. 37, fig. 4). C’est une forme qui apparaît tardivement dans les séries corinthiennes160, mais qui existe en Attique depuis le Protogéométrique, c’est-à-dire, d’après Kiibler, dès la seconde moitié du Xe siècle161. La vasque des exemplaires attiques présente un décor sommaire dont les pyxides de Torre Mordillo et de Sala Consilina continuent la tradition. Cette forme est connue en Crète où un exemplaire de Fortetsa est attribué par J. K. Brock au Protogéométrique tardif A162. Remontant dans le temps, on la trouve dès l’époque mycénienne163. L’existence au VIIe siècle de plusieurs pyxides analogues, mais en terre cuite vernissée, à Sparte164, à Arkades165, à Camiros166, dont les motifs animaliers et la technique décorative évoquent des modèles phéniciens ou égyptiens, permet de supposer qu’à l’origine de cette forme, présente un peu partout en Méditerranée Orientale depuis l’époque mycénienne, des vases à fard égyptiens ont pu servir de modèle. En effet des boîtes en pierre de même forme, mais pourvues de deux petites prises latérales, existent en Egypte dès la période prédynastique167. Ainsi la présence de ce vase à Torre Mordillo serait la marque d’un contact avec des objets venus d’Egée, mais Ton ne peut préciser l’origine de ceux qui introduisirent cet élément étranger dans un milieu italique.

83Les objets métalliques accompagnant ces vases évoquent un horizon culturel tout à fait méridional, car la plupart d’entre eux s’apparentent à des séries connues en d’autres sites calabrais et en Sicile.

  • 168 Not. Sc. 1888, Pl. XIX, II.

84Les armes de bronze sont en minorité par rapport à celles de fer dans une proportion qui rappelle les relations des deux métaux à Canale. La nécropole se place donc à une époque où le remplacement du bronze par le fer est en train de s’effectuer en Calabre. On a cependant un bel exemple d’épée courte en bronze dans un fourreau revêtu de bronze ouvragé168, qui se rattache aux spécimens de Torre Galli et de S. Onofrio di Roccella. Pour les rasoirs, le type en demi-lune d’Italie du Nord est presque inconnu : la tombe 16 en renferme un exemple, proche des types récents de Tarquinia, dont il diffère toutefois par la prise fixée au moyen de deux clous, et non pas fondue avec la lame. Les rasoirs rectangulaires sont par contre assez nombreux, comme dans les autres sites calabrais. La plupart ont une prise en fil de bronze tordu unie à la lame par un ou deux clous (proches des exemplaires de Sala Consilina Pl. 56, fig. 2).

  • 169 Cf. supra, p. 62, note 89.

85Les mêmes parentés méridionales peuvent être soulignées pour les bijoux, qu’il s’agisse de disques à jour, porteurs parfois d’anneaux ou de chaînettes, de pendentifs en forme de couple, ou encore d’anneaux plats légèrement concaves décorés de petits cercles incisés, qui répondent aux types connus à S. Onofrio di Roccella, Castiglione dei Paludi, comme à S. Cataldo en Sicile169. Quelques torques soulignent les rapports existant entre Torre Mordillo et les nécropoles de la façade est de l’Italie.

  • 170 Tombes 21 et 78 de Torre Mordillo, Not. Sc. 1888, p. 257, n. 8, p. 473, n. 12.
  • 171 Not. Sc. 1888, p. 663 et Pl. XIX, fig. 15.
  • 172 P. Orsi, Cirò, Necropoli preellenica, Not. Sc. 1921. p. 491, fig. 19.
  • 173 P. Orsi, BPI XXXI, 1905, p. 132, fig. 36.
  • 174 Bernabò Brea, La Sicilia, p. 173-174, fig. 41 b.
  • 175 D. Topa, Le civiltà primitive della Brettia, Palmi, 1927, p. 105, Pl. V, 11-12.
  • 176 Le Musée de Catanzaro conserve un exemplaire analogue à ces derniers provenant de la région de Cro (...)
  • 177 Ruzica Drechsler-Bizić, Vjesnik Arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Zagreb 1961, p. 67-114, Rezultati is (...)
  • 178 Kossack, fig. 1.
  • 179 Ibid., Pl. 3, n. 4.
  • 180 Merhart I, p. 28-29.

86On soulignera l’intérêt d’un petit bronze, d’apparence très modeste170. Il se présente comme un ruban d’environ 10 cm. de long, percé d’une douzaine de trous, aux extrémités enroulées en spirales. Dans une tombe171, une paire de tiges semblables soutenaient une série de cylindres allongés formés d’un fil de bronze enroulé sur lui-même. L’objet était posé sur le ventre du mort. On en connaît d’analogues à Cirò172 (Pl. 59, fig. 4) et à Molino della Badia173. Bernabò Brea174 soulignait leur caractère énigmatique. Aucune explication satisfaisante n’a encore été donnée pour ces objets qui présentent entre eux de légères variantes : ils ont parfois les extrémités repliées à angle droit (exemplaire de Molino della Badia) ; deux spécimens un peu plus volumineux, provenant de Tiriolo au musée de Catanzaro175, sont constitués par une plaquette épaisse de bronze qui s’amincit aux extrémités où elle s’enroule en spirale176 ; la plaque, dont le profil évoque un chapiteau ionique, est percée de 14 trous destinés à recevoir des chaînettes. Des objets très comparables ont été découverts dans la fouille de Kompolje en Croatie177 ; ils sont accrochés à des pendentifs en trapèze passés sur l’épingle de fibules, et soutiennent des amulettes en lancettes ou en disques ; grâce à leurs associations au sein des mobiliers funéraires ils peuvent être datés vers la fin du VIe siècle, c’est-à-dire qu’ils sont sensiblement plus récents que les bijoux calabrais. Il semble que les exemplaires connus des deux côtés de l’Adriatique puissent avoir une origine commune. Leur forme évoque celle d’un pendentif qui a été découvert dans un site de l’Age du Bronze au Banat178 ; il est formé d’un support horizontal percé de trous, aux extrémités enroulées en spirale, et il soutient une série de chaînettes fixées dans les trous. Dans la même région, à Klicevac, la statuette d’une idole contemporaine179 porte sur le dos un pendentif identique attaché à l’extrémité de ses cheveux. Etablir une comparaison entre des sites calabrais ou balkaniques de l’Age du Fer et le Danube Moyen à l’Age du Bronze peut paraître bien hardi. Pourtant, il n’est pas invraisemblable que cette forme simple qui se prête à diverses combinaisons de pendentifs ait pu être utilisée au cours d’une très longue période dans des régions où existaient d’antiques traditions artisanales. Cette comparaison, inspirée par l’étude typologique, est encouragée par les travaux de von Merhart sur les influences exercées par le Nord des Balkans sur la péninsule italique180.

  • 181 Cette fibule est d’un type trop rare pour avoir pu se prolonger pendant une longue période. Elle c (...)
  • 182 Tombe 106, fibule à arc mince à revêtement d’ambre et d’os ; tombe 87, fibule à arc serpentant à b (...)

87Les fibules de Torre Mordillo ne paraissent pas rigoureusement partagées entre types masculins et féminins. On trouvera plus fréquemment parmi les premiers les fibules à arc serpentant de type sicilien et parmi les seconds les fibules à quatre spirales comportant normalement un disque au centre (comme Pl. 62,4). D’autres sont de simples supports de bronze sur lesquels est fixée une plaquette carrée d’os. Cependant les fibules à arc serpentant peuvent être associées avec les autres dans des mobiliers de femmes. Les fibules à arc simple de Torre Galli ou de S. Onofrio di Roccella Ionica ne sont pas connues à Torre Mordillo. Un seul type de fibule à disque peut être cité : c’est celui qui comporte un arc renflé et coudé et que l’on connaît à Sala Consilina dans quelques tombes de la phase II (Pl. 31, fig. 8)181. Par ailleurs les fibules à sanguisuga caractéristiques de Canale manquent, les fibules à pied long sont rares182 ; on examinera plus loin si ces différences ont valeur géographique ou chronologique. Il convient de mentionner aussi les nombreuses fibules de fer, dont les plus courantes ont l’arc serpentant, soit à double ressort, c’est-à-dire de type sicilien, soit à coude (Sundwall DI γ aa) ; on peut citer également plusieurs exemplaires de fibules en feuille large ajourée, connues dans deux tombes de Sala Consilina (Phase II, Kilian 2, p. 90, fig. 3, n. 15) et des fibules à spirales qui apparaissent à la phase III de Sala Consilina.

  • 183 Cf. p. 62, note 90.

88Comment se situe Torre Mordillo par rapport aux autres nécropoles de Calabre ? L’absence de fibules à disque, de grandes fibules à arc simple, la rareté des armes de bronze permettent de considérer que Torre Mordillo est dans l’ensemble plus récent que Torre Galli I. On a pu signaler quelques analogies entre le matériel de S. Onofrio di Roccella et celui de Torre Mordillo. Ces points communs demeurent assez peu nombreux pourtant : les deux nécropoles ont livré des disques ornés de petits cercles incisés, des pendentifs en forme de hachette183, des boutons décoratifs, des fibules à quatre spirales à centre rond. Encore n’est-il pas sûr que ces dernières fibules soient toujours identiques dans les deux nécropoles, les exemplaires de S. Onofrio di Roccella étant souvent fragmentaires.

  • 184 Amendolara, Castiglione dei Paludi, cf. supra, p. 71-73.

89Par ailleurs, certains objets présents à S. Onofrio di Roccella Ionica ne sont pas connus à Torre Mordillo, ce qui implique qu’ils sont probablement plus anciens que le matériel de cette nécropole : c’est le cas par exemple des fibules en disque rond dont on connaît surtout des exemples sur la côte est de la Calabre184, et qui ne sont représentées à Torre Mordillo que par deux exemplaires déformés et probablement attardés. Il est donc clair que les analogies rencontrées entre les mobiliers funéraires de Torre Mordillo et de S. Onofrio di Roccella Ionica se rapportent aux tombes les plus récentes de cette dernière nécropole.

  • 185 Il s’agit du type en fil de bronze comportant des extrémités ondulées qui est caractéristique des (...)

90En d’autres termes, on doit placer Torre Mordillo à peu près à la même époque que Canale-Janchina. Les ressemblances sont en effet nombreuses entre les mobiliers des deux sites pourtant éloignés l’un de l’autre. Les proportions des armes de bronze par rapport à celles de fer sont identiques. Les tombes de Canale contiennent quelques fibules à quatre spirales du type commun à Torre Mordillo ; les fibules siciliennes à arc serpentant sont fréquentes ici comme là. On a souligné plus haut la relative brièveté de l’utilisation des grottes de Canale ; il semble que Torre Mordillo couvre une période plus courte encore. Certaines des différences que l’on peut remarquer entre les deux nécropoles sont dues au fait qu’elles appartiennent à deux aires culturelles assez éloignées, étant l’une à l’extrémité nord, et l’autre à l’extrémité sud de la Calabre. On expliquera ainsi qu’aucune fibule féminine typique de Canale n’ait été trouvée à Torre Mordillo, que, parallèlement, certains bijoux, comme les boucles d’oreilles les plus communes à Torre Mordillo, analogues à celles de la phase II de Sala Consilina (Pl. 31, fig. 13), ne soient pas connues à Canale185. D’autres différences sont attribuables au contraire au fait que les sites préhelléniques de Locres ont vécu au-delà de la fin de Torre Mordillo. A Canale en effet la céramique d’argile claire est grecque ; la céramique d’impasto reflète l’influence des formes helléniques, qui n’est pas visible au contraire sur les vases de Torre Mordillo, pourtant tout proche de Sybaris. On remarque le degré d’évolution plus avancé des fibules siciliennes à arc serpentant de Canale, dont une plus grande proportion a l’arc aplati au niveau du ressort, ou bien un arc à section polygonale. Enfin les fibules à quatre spirales à centre rond, qui sont les plus communes à Torre Mordillo, et dont on connaît de nombreux exemplaires à S. Onofrio di Roccella, c’est-à-dire tout près de Locres, ne constituent qu’une très faible proportion des fibules de Canale-Janchina.

91On conclura donc que la plupart des tombes des deux nécropoles sont contemporaines, que cependant une partie des tombes de Torre Mordillo peuvent être antérieures aux premières sépultures de Canale, et que, par ailleurs, les grottes de Canale ont reçu de nouvelles dépositions funéraires après que le cimetière de Torre Mordillo eut cessé d’être utilisé. Enfin les analogies relevées entre le facies Sala Consilina II et Torre Mordillo permettent de les attribuer à une même période.

FRANCAVILLA MARITTIMA

  • 186 Cf. Not. Sc. 1936, p. 77-84.

92Ce site de la basse vallée du Raganello, situé près de la limite entre la Basilicate et la Calabre, en face de Torre Mordillo par rapport au cours du Coscile, a été depuis peu l’objet de recherches archéologiques systématiques, à la suite de nombreuses trouvailles signalées périodiquement par le Dott. de Sanctis et son fils près de Francavilla Marittima186.

  • 187 Fouilles de la Surintendance des Antiquités de Reggio de Calabre et de la Société de la Grande-Grè (...)

93La nécropole, dont l’exploration a débuté en juillet 1963, en même temps que celle de l’acropole voisine187, a révélé l’existence de tombes à inhumation. Dans les tombes à fosse les plus anciennes, le mort est couché sur le sol ou, plus rarement, sur un lit rectangulaire de dalles de pierre. Sur le cadavre, des blocs ont été accumulés, écrasant les os et les objets du mobilier funéraire. Quelques sépultures cependant, couvertes de pierres disposées en un cercle irrégulier et totalement dépourvues d’os à l’intérieur, contenaient peut-être les restes d’un mort incinéré, accompagnés d’un mobilier funéraire très pauvre.

94Il est impossible de juger encore des formes des vases, actuellement en cours de restauration ; la plupart sont d’argile claire et Ton peut seulement remarquer la fréquente répétition de grands récipients biconiques à deux anses horizontales accompagnés de petits vases verseurs (tasses à une anse, cruches), l’abondance des askoi sphériques.

  • 188 Cette tombe contient par ailleurs une fibule à quatre spirales à losange central aux côtés incurvé (...)
  • 189 Cf. infra, p. 83. Cf. article de Mme P. Zancani-Montuoro à paraître dans Klearchos.

95L’un des vases biconiques (Tombe T. 2) comporte sur l’épaule un motif plastique en forme de double figure humaine d’un modelé très grossier. Bien que rien n’indique le caractère masculin ou féminin de ces personnages, le fait qu’ils ne sont pas rigoureusement identiques autorise à penser qu’il s’agit d’un homme et d’une femme. Or des pendentifs de bronze en forme de couple sont connus dans la plupart des nécropoles du début de l’Age du Fer en Calabre (Pl. 65) et en particulier à Francavilla Marittima (Tombe S) et sont normalement associés à un matériel plus récent que celui de la tombe T. 2 de Francavilla188. Ce groupe de terre cuite est donc actuellement le plus ancien document de la Calabre sur lequel figure l’image du couple homme-femme. On discutera plus loin l’origine de cette représentation189.

96Parmi la céramique indigène, un grand vase d’argile beige rosé, biconique, portant sur l’épaule une décoration en peinture noirâtre à tenda simplifiée et sur le col plusieurs figures stylisées de quadrupèdes, doit être comparé aux séries géométriques de Pisticci et de Ferrandina. Sa présence à Francavilla Marittima confirme l’idée que le style à tenda était commun à toute la Basilicate à une époque correspondant à Sala Consilina II, et qu’en même temps la rigueur du décor originel était tempérée en certains sites par le génie inventif des artisans.

  • 190 Cf. infra, p. 240.

97Quelques askoi sphériques d’argile claire portent sur le col et la partie supérieure de la panse un décor géométrique dont on connaît un exemple à Torre Mordillo (Pl. 37, fig. 5) et un autre à Ischia dans une tombe datée vers 720-700 par la présence d’un scarabée de Bocchoris et de plusieurs vases protocorinthiens190.

  • 191 D’autres exemplaires provenant de trouvailles fortuites de Francavilla Marittima sont exposés au M (...)
  • 192 Müller-Karpe I, Pl. 12, A.4 ; ibid., Pl. 11, fig. 13.

98Plusieurs tombes contiennent de larges disques de bronze entourés d’un cercle191 du type connu à Castiglione dei Paludi, à Rossano et en Sicile192. L’interprétation proposée par Mme P. Zancani, qui les considère comme des plaques pectorales, est justifiée par leur position dans la tombe : ils ont été trouvés à plusieurs reprises au niveau du thorax ou du ventre, surtout dans des tombes de femmes. Ils sont toujours accompagnés par une paire de spirales de bronze qui servaient probablement à les fixer.

  • 193 Cf. note 149, p. 71.
  • 194 Cf. supra, p. 73, 78.

99Les fibules à arc serpentant de type sicilien appartiennent surtout aux tombes d’hommes. Les fibules à quatre spirales caractérisent les tombes de femmes ; on remarque sur plusieurs exemplaires (analogues à Pl. 62, fig. 3) les supports se recourbant aux extrémités sur le bord des spirales qui les apparentent aux spécimens communs en Calabre ; le losange aux côtés incurvés couvrant le point de jonction central les distingue des types à disque central de Torre Mordillo193. De petites broches de bronze en ruban plat sur lesquelles était fixée une plaque carrée d’os sont fréquentes ici comme à Torre Mordillo et à Torano. Une fibule en forme de disque rappelle les types déjà rencontrés à Canale et à Torre Mordillo194, dont les antécédents doivent être recherchés entre Roccella Ionica et Amendolara. Enfin une fibule à pied long, à arc mince revêtu d’ambre et d’os, est associée à un vase géométrique grec importé datable du dernier tiers du VIIIe siècle.

100Des torques (Tombes V. 3, V. 6), des pendentifs à double spirale (Tombes T. 19 e T. 21) relient Francavilla Marittima aux sites adriatiques ou siciliens qui en ont livré.

101Sur le plan chronologique toute conclusion serait prématurée. Tout au plus peut-on avancer les hypothèses suivantes : les tombes les plus anciennes seraient désignées par la présence de fibules à arc serpentant de type sicilien à section ronde, les fibules à quatre spirales à losange incurvé au centre ; d’autres objets indiqueraient les tombes plus récentes : les plus caractéristiques sont les vases et les askoi à décor géométrique, les fibules à arc revêtu, le pendentif en forme de couple humain, le vase grec importé. La première phase se situerait vers la fin de Torre Galli I ; les tombes de la seconde phase seraient contemporaines de celles de Torre Mordillo.

  • 195 La scoperta di Lagaria, Corigliano, 1964.
  • 196 Strab. VI, 263 = 1,14.
  • 197 Perret, Siris, p. 59 ; Dunbabin, The Western Greeks, p. 35, note 2. En se fondant sur un texte du (...)

102On citera à propos de Francavilla Marittima la publication de T. de Santis195 qui propose d’identifier ce site avec l’antique Lagaria. Cette hypothèse n’est pas en opposition formelle avec le texte de Strabon196 selon lequel Lagaria, fondée par Epéios au retour de la guerre de Troie, se trouvait entre Thurioi et Héraclée. Toutefois cette indication conviendrait mieux à une région moins proche de Sybaris, c’est-à-dire aux environs de Rocca Impériale ou de Trebisacce, comme le suggéraient Perret et Dunbabin197. En réalité il semble que le site de Francavilla Marittima ait été un centre indigène dont les tombes citées plus haut révèlent nettement les points communs avec les populations établies en Calabre et en Lucanie.

103Au reste, la céramique indigène trouvée sur les flancs de l’acropole, ou Timpone della Motta, est façonnée dans une argile rosée, grossière, et peinte en noir brunâtre ; elle s’apparente pour la technique comme pour le choix des motifs décoratifs aux séries géométriques de Basilicate et de Torre Mordillo, ainsi qu’à la céramique à tenda grossière de Sala Consilina.

TORANO

  • 198 Je remercie M. G. Foti de m’avoir confié ces premiers sondages. Un habitat dont les restes visible (...)

104Achevons par Torano cet aperçu des sites calabrais. L’exploration de ses collines qui dominent la vallée du Crathis au nord de Cosenza est à peine commencée ; elles ont livré jusqu’à présent quelques sépultures de l’Age du Fer198, signalées par une couverture de pierres.

105Les fosses rectangulaires creusées dans le sol sont très étroites et, dans la plupart de celles que l’on connaît actuellement (une douzaine de tombes), le mort était couché sur le côté, la tête dirigée vers le sud-ouest.

106Au moment de l’inhumation il portait ses vêtements avec ses bijoux au niveau de la poitrine. Un couteau de fer se trouvait parfois près de l’avant-bras dans les tombes d’hommes comme dans celles de femmes.

  • 199 Signalons la découverte fortuite, alors que cet ouvrage était en cours d’impression, d’une épée à (...)
  • 200 Dans le cas de la tombe B.5, où ils ont été trouvés au niveau de la taille, ils garnissaient une b (...)

107Les mobiliers d’hommes les plus anciens renferment des fibules à arc serpentant siciliennes à section ronde, parfois accompagnées d’une pointe de lance en bronze dont les tranchants ont un profil convexe. Par la suite, en même temps que les fibules à arc serpentant acquièrent une section polygonale, les pointes de lance deviennent plus triangulaires et leurs tranchants plus larges près de la douille. Un couteau de fer les accompagne parfois. Puis les pointes de lance en fer remplacent les précédentes; leur forme est très différente : elles sont plus longues et la douille prend une plus grande importance199. Des rasoirs rectangulaires, à prise fixée par un clou, peuvent compléter ces mobiliers funéraires masculins. On peut y trouver aussi des petits boutons de bronze en demi-sphère qui servaient probablement à décorer des garnitures de vêtements de cuir200.

  • 201 Treize exemplaires dans la tombe B.I. Cf. p. 71, note 149.
  • 202 Cf. p. 71.

108Les fibules à arc serpentant ne désignent pas nécessairement des mobiliers d’hommes. On les trouve souvent, comme à Torre Mordillo, dans des tombes de femmes, surtout parmi les plus anciennes. D’autres formes leur sont associées ; les plus courantes sont les fibules à quatre spirales (Pl. 64, fig. I)201. Les fibules en disque à cinq nervures (Pl. 63, fig. 2) répondent à l’un des types existant à Castiglione dei Paludi202 les fibules en simple barrette portant une plaque carrée d’os évoquent Francavilla Marittima et Torre Mordillo. On remarque encore des fibules à arc serpentant à coude (Sundwall D I γ aa), des fibules à pied long dont l’arc est revêtu d’ambre et d’os. Les mobiliers les plus récents ont livré quelques fibules de fer à arc serpentant à coude, à arc en sanguisuga, etc...

  • 203 Cf. Batović, Pl. 5, fig. 12, n. 8.

109La plupart des bijoux ne présentent pas d’originalité particulière par rapport aux nécropoles voisines : les boucles d’oreilles de bronze aux extrémités dentelées (proches de Pl. 35, fig. 1) sont répandues dans toute la Calabre ; il en va de même pour les perles de collier cylindriques en fil de bronze, les pendentifs en forme d’anneaux porteurs d’anneaux plus petits, les petits boutons en demi-sphère (comme Pl. 31, fig. 15), les perles d’ambre et celles de verre. Un pendentif d’ambre en forme de double protomé animale rappelle des bijoux d’ambre de Nin sur la côte dalmate203. A côté des cercles ajourés, des pendentifs en forme de disque ont une surface lisse et l’autre décorée en relief : celle-ci imite un disque qui serait formé par une série de cercles concentriques de taille décroissante emboîtés, et soutenus par quatre rayons qui rappellent peut-être le système de fixation employé pour les cercles concentriques trouvés dans un grand nombre de tombes d’Italie du Sud ou de Sicile (Pl. 64, fig. 2).

  • 204 Musée de Palerme. Cf. J. Bovio Marconi, El problema de los Elimos, Ampurias, XII, 1950, Pl. V, C.

110Un objet tout à fait exceptionnel (matériel sporadique, Coll. privée, Torano) mérite une description particulière. C’est une longue barrette composée de six fibules à quatre spirales mises bout à bout, le vide entre deux fibules qui se suivent étant rempli par un disque garni d’un décor de points (Pl. 63, fig. 3,4). La jonction des spirales sur chaque fibule est couverte par un losange pourvu également d’un décor repoussé pointillé. Au revers, les supports de chaque fibule se croisent en passant, l’un au-dessus, l’autre au-dessous de la tige en ruban épais qui les soutient toutes et qui s’achève aux deux extrémités par une spirale. Les éléments qui composent cet objet sont très communs en Calabre. Cependant leur combinaison inhabituelle, l’importance de l’ensemble en font un objet unique. A notre connaissance, seuls des bijoux provenant de Ségeste peuvent lui être comparés ; ils sont rectangulaires ou carrés et portent, comme notre barrette, une série de groupes de quatre spirales juxtaposés204.

  • 205 Quatre exemplaires ont été trouvés à Torre Mordillo, cf. p. 75 et Not. Sc. 1888, Pl. XV ; d’autres (...)

111Torano est actuellement le site qui a livré le plus grand nombre de pendentifs en forme de couple (cinq exemplaires proviennent d’une tombe de femme, Β. 1, Pl. 65). Ces objets sont assez largement diffusés en Calabre et en Sicile orientale205. Jusqu’à la découverte des exemplaires de Torano, on pouvait croire que ces deux petites figures humaines soudées par le côté comme des frères siamois évoquaient le jumelage d’individus de même sexe. Cependant les couples trouvés à Torano ne donnent lieu à aucune hésitation car il s’agit clairement d’un homme et d’un femme.

  • 206 Catal. Mostra, fig. 32 ; Parola del Passato, Vol. XVIII, 1963, p. 68, note 10. Le groupe de Vizzin (...)
  • 207 Cf. supra, p. 79.

112Faut-il considérer avec B. d’Agostino que nos images sont liées au couple de plus grande taille de Vizzini, ainsi qu’au groupe des deux personnages modelés sur un couvercle d’urne de Pontecagnano206 où l’on aurait l’image d’une divinité féminine protégeant le défunt ? Une interprétation analogue pourrait être suggérée pour le groupe de deux personnages de terre cuite, probablement un homme et une femme, qui sont placés sur l’épaule d’un vase dans une tombe de’femme de Francavilla Marittima à peu près contemporaine du couvercle de Pontecagnano207. On ne peut affirmer qu’elle convienne à nos petits bronzes sur lesquels rien n’indique une différence d’importance des deux personnages.

  • 208 Kilian, in Convegno Taranto 4, p. 92-99.
  • 209 Par exemple E. Hall-Dohan, Italic Tomb-Groups, p. 95, fig. 63.
  • 210 Sprockhoff, p. 79-83. Les jumeaux encadrent la barque du soleil, dominent de leur taille les équip (...)

113Doit-on plutôt mettre nos pendentifs en rapport avec les représentations de couples gravés sur des ceintures d’Italie du Sud208 comme sur des bronzes d’Etrurie209 et qui pourraient eux-mêmes reprendre des thèmes dérivés de l’imagerie danubienne où le couple de jumeaux joue un grand rôle au Bronze Récent210 ? Il faudrait alors supposer que les couples calabrais sont le résultat de l’adaptation d’une telle imagerie à des formes religieuses propres aux Italiques. L’existence d’un lien entre les symboles danubiens et les amulettes de l’Age du Fer calabrais ne serait du reste admissible que si l’on pouvait préciser comment s’est effectué le passage du couple de jumeaux au couple homme-femme, probablement symbole de fécondité.

114Enfin il est possible que ces bijoux n’aient eu, pour les indigènes de Torre Mordillo ou de Torano, qu’une valeur purement décorative, et que leur sens symbolique, quel qu’il ait été à l’origine, se soit progressivement transformé ou perdu.

  • 211 Cf. Not. Sc. 1902, p. 33, S. Lorenzo de Spezzano ; Not. Sc. 1921, p. 468-9, nécropoles de Terranov (...)
  • 212 BPI XLIIII, 1923, p. 106, Necropoli preellenica di Ciro.
  • 213 Not. Sc. 1928, p. 479-482.
  • 214 G. Foti, Klearchos, 13-14, 1962, p. 32 sqq.

115Cette énumération des nécropoles calabraises n’épuise pas la liste des sites repérés. P. Orsi n’a cessé, au cours de sa carrière, de signaler des trouvailles d’objets antiques en Calabre211. U. Rellini, publiant en 1923 quelques tombes préhelléniques de Cirò212, signalait en même temps plusieurs nécropoles dont le matériel pouvait être d’après lui comparé à celui de Torre Mordillo. S. Ferri en 1928 publiait quelques objets provenant d’une nécropole proche de Nicotera qui s’apparentent au matériel de Torre Galli I213. G. Foti a encore rappelé récemment l’existence d’un grand nombre de sites dont l’exploration archéologique, si elle peut être entreprise un jour, enrichirait le tableau trop sommaire que nous avons dressé du début de l’Age du Fer en Calabre214.

CHRONOLOGIE ABSOLUE DES NÉCROPOLES CALABRAISES

  • 215 Polyb., XII, 6, 2-5. Polyaen., VI, 22.
  • 216 Les dates diffèrent selon qu’il s’agit de la version arménienne ou de la traduction latine par sai (...)
  • 217 Strab. VI, 259.
  • 218 Not. Sc. 1911, Supplément, p. 3-76 ; 1912, Supplément, p. 5-18 ; 1913, Supplément, p. 3-54 ; 1917, (...)
  • 219 Les objets les plus anciens recueillis dans les nécropoles locriennes seraient des aryballes proto (...)

116Jusqu’ici nous nous sommes limités à des considérations de chronologie relative. Or la date de fondation de Locres, qui nous est connue par la tradition littéraire, pourrait nous fournir un précieux repère de chronologie absolue puisque, d’après Polybe et Polyen215, les Grecs à leur arrivée chassèrent les indigènes. Selon Eusèbe, Locres aurait été fondée en 673 ou 678216, tandis que les indications de Strabon217 autorisent une date plus haute. Les fouilles conduites au début du siècle par P. Orsi218 n’apportent aucun élément chronologique qui permette de trancher ce problème car elles n’ont pas mis au jour les tombes les plus anciennes de la nécropole219.

  • 220 la Genière 3, p. 22.

117Ce qui semble confirmé par les données archéologiques, c’est que les indigènes ont abandonné le site dès l’arrivée des Grecs220. On a dès lors un terminus ante quem approximatif pour les tombes de Canale-Janchina. Elles seraient toutes antérieures au deuxième quart du VIIe siècle, ou même à une date que l’on ne peut préciser dans le premier quart. On a vu que les tombes de Canale contiennent plusieurs dépositions et l’on peut en déduire que ces grottes ont été utilisées pour plus d’une génération. La relative homogénéité du matériel connu jusqu’à présent limite cependant la durée de la nécropole qu’il nous paraît raisonnable d’estimer à un demi-siècle environ. Les premières dépositions funéraires auraient donc eu lieu au cours du troisième quart du VIIIe siècle.

118Nous avons eu l’occasion de souligner les différences profondes qui existent entre la nature des tombes et les mobiliers funéraires de Torre Galli I et de Canale, d’en déduire que, loin d’être contemporaines, ces deux nécropoles sont, à notre avis, séparées par un court laps de temps qui explique, en partie au moins, l’absence de rapports typologiques entre les deux sites. C’est pourquoi on placera les dernières tombes de Torre Galli I avant le milieu du VIIIe siècle. A Torre Galli, les étapes de l’évolution de la nécropole sont surtout sensibles parmi les mobiliers d’hommes. Entre les premières tombes contenant des fibules à arc serpentant à disque et des armes de bronze, et les tombes les plus récentes dans lesquelles quelques pointes de lance sont en fer, on peut imaginer un minimum de deux ou trois générations.

119En partie contemporaines de Torre Galli I avec laquelle elles présentent de grandes analogies de matériel, précédant de peu Canale Janchina, comme le prouvent quelques objets communs aux deux sites, les tombes connues de S. Onofrio di Roccella Ionica doivent occuper, pour autant que les fouilles à peine commencées permettent une telle conjecture, une période qui s’achève vers le milieu du VIIIe siècle.

120Les quelques tombes explorées à Calanna offrant des comparaisons, tant avec les mobiliers de Torre Galli I qu’avec ceux de Canale, devraient occuper l’ensemble du VIIIe siècle.

121Pour Castiglione dei Paludi, on a pu rapprocher le matériel le plus ancien de celui de Torre Galli, le plus récent et le moins abondant de celui de Canale. Il est donc vraisemblable que le début de Castiglione dei Paludi se situe pendant la phase Torre Galli I et que les dernières tombes actuellement connues appartiennent à la fin du VIIIe siècle.

122Plus au nord, Torre Mordillo, qui précède de peu le début de Canale et a une durée plus brève, s’achèverait vers la fin du VIIIe siècle à cause du développement de Sybaris. Le facies Torre Mordillo étant très homogène et nettement distinct de celui de Torre Galli I, on ne peut en situer le début avant le deuxième quart du VIIIe siècle.

123Parmi les tombes actuellement connues de Torano, quelques-unes précèdent de peu le facies Torre Mordillo ; d’autres en sont contemporaines ; elles se situent, grosso modo, dans le VIIIe siècle.

124La nécropole de Francavilla Marittima a livré quelques indices d’une phase contemporaine de la fin de Torre Galli I et l’on peut, en conséquence, proposer la première moitié du VIIIe siècle pour les plus anciennes tombes fouillées. Puis les analogies avec le matériel de Torre Mordillo deviennent assez nombreuses et permettent de dater plusieurs tombes vers le milieu et dans la deuxième moitié du VIIIe siècle.

125Bien entendu, ces conclusions doivent être considérées comme provisoires, car l’exploration de la plupart de ces nécropoles est à peine commencée et le défaut de repère absolu rend vulnérable tout système chronologique.

  • 221 L. Bernabô Brea, La Sicilia, p. 136 ; L. Bernabô Brea et M. Cavalier 2, p. 89-103 ; 3, p. 153-172.
  • 222 L. Bernabô Brea et M. Cavalier 2, p. 93, fig. 16.

126Les sites calabrais que l’on vient de passer en revue sont géographiquement placés à la frontière de deux mondes culturels, l’Italie péninsulaire et la Sicile, qui semblent assez étrangers l’un à l’autre. A l’Age du Bronze en effet les formes caractéristiques de la culture continentale semblent inconnues en Sicile, sauf à Lipari et à Milazzo, où les analogies que présente le matériel avec celui des dépôts protovillanoviens d’Italie centrale et avec les formes de la phase tardive de la culture appenninienne en Apulie semblent confirmer la légende de la venue dans l’île de Liparos, roi des Ausones, c’est-à-dire d’une population venue du sud de l’Italie centrale221. On peut aussi supposer l’existence à l’Age du Fer de contacts commerciaux sporadiques, comme le prouvent certains objets de la nécropole de Pontecagnano, clairement importés de Sicile. Dans l’ensemble pourtant le panorama culturel de l’Est sicilien à l’Age du Fer est sans rapport avec la plupart des sites d’Italie centrale et méridionale : différence fondamentale dans le mode de sépulture (ici les tombes à grotticella, là les tombes à fossa), dans les vases du mobilier funéraire qui, dans la nécropole de Pantalica Sud, ne présentent aucune analogie précise ni pour la matière, ni pour les formes, avec la céramique du début de l’Age du Fer en Italie. Les bronzes, en particulier les fibules, marquent très nettement ce contraste, et rien ne rappelle que les civilisations aussi éloignées que les stations des terramares et la culture de Thapsos ou que Pianello et les premières sépultures de Pantalica ont eu en commun le type de la fibule en violon et les premiers stades de son évolution. Au début de l’Age du Fer en effet, l’Italie connaît, du Nord au Sud, un très grand nombre de fibules différentes qui comportent souvent un pied en forme de disque, et dont l’arc peut être simple ou serpentant, présentant dans l’un ou l’autre cas une grande richesse de variantes. La Sicile n’offre pas un tableau aussi nuancé. Dès la phase II de Pantalica, l’inventaire des types se réduit à la fibule à arc simple, la fibule à coude et la fibule à arc serpentant dont l’épingle est droite222. L’époque de Pantalica Sud (Pantalica III) est celle où règne presque exclusivement la fibule à arc serpentant à pied court, dite sicilienne, à côté des fibules à arc simple. Cette prédominance du type sicilien se maintient à l’époque de Finocchito, alors que de nouvelles formes, dont l’arrivée coïncide avec le début de la colonisation, apparaissent dans les tombes indigènes de la Sicile Orientale (fibules à quatre spirales, fibules à pied long).

  • 223 Merhart 2, p. 128, insiste sur l’appartenance de Torre Galli aux cultures de l’Italie Centrale.

127La Calabre cependant, placée entre ces deux régions, accueille selon les lieux et les époques des impulsions de l’une ou de l’autre. La culture de Torre Galli I, comme celle, très voisine, de S. Onofrio di Roccella Ionica, s’apparente à celles de Cumes ou de Pontecagnano par les formes de ses vases d’impasto comme par certains bronzes, c’est-à-dire qu’elle est avant tout continentale223 ; Torre Galli reçoit des fibules à disque (Sundwall D IV α,, D IV β, D IV γ, D II β c) communes à toute l’Italie centro-méridionale ; cependant les fibules siciliennes analogues à celles de Pantalica Sud y sont plus nombreuses encore et leur diffusion en Calabre se fait plut tôt que dans le reste de la pénisule.

128Au cours de la phase postérieure à Torre Galli I, les liens qui unissaient l’Italie centrale à la Calabre se relâchent.

  • 224 Pol. 12, 6.

129Plusieurs sites du Nord-Est de la Calabre sont apparentés, surtout par les techniques de céramiques, à d’autres cultures de Basilicate. Cependant la plupart des sites calabrais, et surtout ceux de la pointe méridionale et de la façade orientale, présentent des rapports assez étroits avec l’Est de la Sicile : identité de rites funéraires entre les Sicules de Pantalica et les habitants de Calanna et de Canale ; survivance de vases connus depuis la culture de Thapsos ; permanence de types de fibules caractéristiques de la nécropole de Cassibile (Pantalica II) à Castiglione dei Paludi comme à Amendolara dans un contexte contemporain de Pantalica III ; fréquence des mêmes objets de bronze de chaque côté du Détroit : ainsi les grands disques de Francavilla Marittima ou de Castiglione dei Paludi sont présents aussi à Caltagirone et à Adernò ; les tiges percées d’une file de trous existent à Torre Mordillo et à Cirô comme à Molino della Badia ; les amulettes en forme de hachettes de Canale ou de S. Onofrio di Roccella Ionica sont comparables à celles de Modica ou de Ségeste ; les pendentifs en forme de couple sont présents tout au long de la côte est de la Calabre comme à Centuripe en Sicile orientale ; les fibules à quatre spirales rapprochent Torre Mordillo de Pantalica Sud. Ces analogies attestent que dans ces deux régions de mêmes objets remplissent les mêmes fonctions ou répondent à des croyances ou à des traditions communes. En particulier, dans les sites calabrais où le rite funéraire, comme à Canale ou à Calanna, est le même que dans l’Est de la Sicile, on pourrait penser à une communauté de peuplement et confirmer par des données archéologiques les récits des historiens concernant l’existence d’une population sicule dans la région de Locres224.

  • 225 Merhart I, passim.
  • 226 Sur le problème des Illyriens en Italie, cf. P. Wuilleumier, Tarente, Paris, 1939, p. 10-20. A. St (...)
  • 227 Pline, N.H., III, XXVI.
  • 228 Diod. XXV, 19, 1. Strabon, VI, 284. Sur le culte de Diomède en Italie du Sud voir E. Lepore, Conve (...)
  • 229 Pour Kromer (Mitt. d. Prähist. Komm. d. Osterr. Akademie d. Wissensch., V Band, 1950, p. 131-155) (...)
  • 230 Cf. la carte de la distribution de la céramique géométrique apulienne en Adriatique par O. H. Frey(...)

130Enfin on a pu noter pour quelques objets calabrais des analogies évidentes avec d’autres provenant des pays danubiens et balkaniques. Outre les rapports soulignés par Merhart pour l’ensemble de la culture à fossa avec les cultures du Nord des Balkans à la fin de l’Age du Bronze225, on remarque pour l’Age du Fer les méandres caractéristiques de Canale, les torques, les pendentifs formés de trois cercles tangents ou d’une double spirale, les bijoux d’ambre à double protomé animale, c’est-à-dire une série d’objets que l’on retrouve de l’autre côté de l’Adriatique et qui pourraient évoquer la pénétration des Iapyges en Italie du Sud et leurs liens avec les Illyriens des Balkans226. Cependant, comme il est rarement prouvé que les objets communs sont plus anciens dans les Balkans qu’en Italie, le sens dans lequel s’exercent les courants de culture n’est pas évident et il est possible que ces analogies illustrent simplement l’intensité des échanges transadriatiques. Il suffit de rappeler les légendes de Diomède sur la côte dalmate227 comme en Daunie228, ou les liens étroits existant entre le Picenum et le pays liburne au VIIe siècle229 d’observer la distribution de la céramique daunienne au Picenum, en Istrie, sur la côte dalmate et jusqu’en Slovénie230 pour mesurer le rôle que l’Adriatique a pu jouer dans les relations commerciales des pays riverains. Les côtes calabraises ont reçu également, d’une façon moins régulière, les objets apportés par des navigateurs venus des côtes adriatiques qui longeaient probablement toute la façace orientale de la péninsule italique.

Notes

1 Sestieri, Necropoli villanoviane in Prov. di Salerno, SE XXVIII. 1960, p. 73-91 ; G. Voza, Catal. Mostra, p. 79-86.

2 On peut citer toutefois la situle sphérique à deux becs d’argile claire de la tombe 6 (SE XXVIII, 1960, p. 93, fig. 33 et 34), qui rappelle une situle d’impasto à décor incisé trouvée dans une tombe de la phase II de Sala Consilina (S. Ant. 76)

3 Voir note 75, p. 28.

4 SE XXVIII, 1960, p. 80, fig. 9.

5 SE XXVIII, 1960, p. 84, fig. 16, n. 3 ; p. 86, fig. 20, n. 2.

6 SE XXVIII, 1960, p. 85, fig. 17 ; Catal. Mostra, fig. 24, n. 5.

7 SE XXVIII, 1960, p. 86, fig. 19 ; Catal. Mostra. fig. 24, n. 1.

8 SE XXVIII, 1960, p. 107.

9 Catal. Mostra, p. 80.

10 SE XXVIII, 1960, p. 91-107. Rivista di Scienze preistoriche XV, 1960, p. 207-211.

11 Quelques tombes de la période énéolithique ont été découvertes par B. D’agostino, BPI 73, 1964, p. 89-108. Dans le Boll, d’Arte 1964, p. 364, B. d’Agostino signale l’existence d’un groupe de tombes remontant au tout début de l’Age du Fer et contenant des fibules à arc serpentant de type monumental ; dans un autre secteur de la nécropole il a pu explorer, à côté des tombes à crémation et des tombes à fosse, un troisième type de tombes, « à four » avec vestibule individuel.

12 Catal. Mostra, p. 105 ; dans une communication au Congrès Etrusque de 1963 (Salerne), B. d’Agostino a développé et approfondi les idées exposées dans le Catal. Mostra. Cf. SE XXXIII, 1965, p. 671-683, Pl. CXXXVI-CXXXIX.

13 Comparer Capodifiume, Sestieri, SE XXVIII, 1960, p. 88, fig. 22, à Pontecagnano, ibid., p. 95, fig. 37.

Parmi les urnes on remarque celle que B. d’Agostino a publiée dans le Calai. Mostra, fig. 33, et dont la forme comme le décor incisé (grands rectangles entourés d’un zigzag et contenant un décor géométrique) rappellent plusieurs urnes de la phase I de Sala Consilina. Toutefois ce vase est actuellement le seul qui permette une comparaison précise avec le matériel du Val de Diano (cf. note 27, p. 18).

14 SE XXVIII, 1960, p. 94, fig. 36, I. Catal. Mostra, fig. 36, tombe 153 ; fig. 41, tombe 187.

15 SE XXVIII, 1960. p. 82, fig. 13, I.

16 Tombe 180, Catal. Mostra, fig. 40. SE XXXIII, 1965, Pl. CXXXVI, a.

17 Mon. Ant. XXXI, 1926. tombe 99. fig. 51, 52, 53 ; tombe 104, fig. 54.

18 Catal. Mostra, fig. 44, 2.

19 Tombe VIII, Mon. Ant. XXII, 1913, Pl. XXII, I ; Müller-Karpe I, Pl. 20, Ε. 1.

20 Catal. Mostra, fig. 42, 6.

21 Ibid., fig. 43, n. 2.

22 Bernabò Brea, La Sicilia, p. 141 et 156.

23 Cf. infra, p. 88.

24 Catal. Mostra, p. 106.

25 Ibid., p. 89.

26 Rassegna Storica Salernitana, III, 1932, p. 1-26.

27 Catal. Mostra, fig. 26, tombe 9 et tombe 2.

28 Ibid., fig. 27, tombe 6 ; fig. 28, tombe 5.

29 Ibid., fig. 29, tombe 7.

30 Pour M. Pallottino, Etruscologia, 5ème éd., 1963, p. 144, le fait que l’on trouve la civilisation villanovienne dans les territoires occupés ensuite par les Etrusques pourrait faire penser à une présence étrusque beaucoup plus ancienne qu’on ne le retient habituellement. Contra, M. Napoli, SE XXXIII, 1965, p. 666-668, pour qui la pénétration du villanovien dans la région de Salerne est un fait purement culturel. Pour B. D’agostino, ibid., p. 682, la présence des éléments villanoviens n’implique aucune explication ethnique ou politique.

31 Cf. infra, p. 237-245. B. D’agostino, SE XXXIII, 1965, p. 678, précise que les fibules à arc serpentant à bâtonnets latéraux, connues à Ischia à l’époque des aryballes pansus protocorinthiens, n’apparaissent à Pontecagnano qu’au Protocorinthien moyen.

32 Mon. Ant. XXXI. 1926, col. 7-376. Pl. I-VIII.

33 Cf. La Genière 3, p. 7 sqq.

34 Tombes 281, 278, 289, 295.

35 On doit cependant rappeler le cas de la tombe 140, dans laquelle le mobilier funéraire était disposé comme si le cadavre était réellement étendu dans la fosse rectangulaire, alors que les os brûlés étaient réunis au niveau de la poitrine, et la tombe 8 qui était une fosse dans laquelle le cadavre avait été brûlé avec le mobilier funéraire.

36 Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. III.

37 Ibid., Pl. IV, 13, 14, 17-19.

38 Ibid., Pl. II, 1-8.

39 Ibid., Pl. I, fig. 1-6.

40 Ibid., Pl. II, 13, 16, 17.

41 Saflund, SE XII, 1944, p. 17 sqq. Bemerkungen zur Vorgeschiclite Etruriens, et Pl. III.

42 Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. I, fig. 34.

43 Cf. infra, p. 64.

44 Tombe 190, ibid., fig. 93, col. 101, à comparer avec Müller-Karpe I, Pl. 26, A. 5 d’Allumiere ; Tombe 99 et 104, ibid., col. 70, fig. 53 et 54, à comparer avec Müller-Karpe I, p. 200, fig. 34, 13.

45 Tombe 190, ibid., fig. 91 ; Tombe 197, ibid., fig. 95.

46 Bernabò Brea, La Sicilia, p. 155. Mûller-Karpe I, Pl. I, Ε I. Bernabò Brea et M. Cavalier 2, p. 92, fig. 15.

47 Bernabò Brea et M. Cavalier 2, Pl. XXXIX, fig. 1, 2, 4, 5.

48 Rasoir de la tombe 104, Mon. Ant. XXXI, col. 70, fig. 54. Cf. rasoirs de Timmari, Mûller-Karpe I, Pl. 14, A. 9, 10 ; de Tolfa, ibid., Pl. 25, 1, 5.

49 Merhart 2.

50 Catal. Mostra, fig. 40. SE XXXIII, 1965, Pl. CXXXVI, a.

51 Hencken, AJA LXI, 1957, p. 1-4, Pl. 3, fig. 8.

52 Le Arti 3, 1940-41, fig. 12. AA, 1941, 382, fig. 20. Wiener Pràhist. Zeitschrijt 30, 1943, 73, fig. 1-4. Merhart 2, Pl. 3 et 4.

53 Hampel, Altertiimer der Bronzezeit in Ungarn I-III, Budapest, 1887, 1196, Pl. 215. Åberg, p. 91, fig. 168. Merhart 2, p. 100, fig. 2, n. 2, p. 101. Contre la chronologie de Merhart qu’il trouve trop haute, voir A. Snodgrass, Early Greek Armour and Weapons, Edimbourg, 1964. p. 86-88.

54 Müller-Karpe, Germania 40, 1962, Zur Spatbronzezeitliche Bewaffnung in Mitteleuropa und Griechenland, p. 255 sqq. Aucun objet associé ne permet de dater précisément les cnémides de Pergine que Snodgrass, op. cit., p. 86-88, place entre 750 et 650. Le même type de cnémides est connu en Bosnie, cf. Benac et Cović,, Glasinac II, Pl. VI, fig. 2 et 3 ; Pl. XIX, 1 et 2. Merhart 2, p. 108, fig. 5 ; p. 109, fig. 6. Un exemplaires albanais est cité par A. Stipcevic, Gli llliri, Milan, 1966, 114, fig. 10.

55 Merhart 2, p. 113, fig. 7 ; Catling, Cypriot Bronzework in the Mycenean World, 1964, p. 140-2, Pl. 18 a-c.

56 A Kallithea, BCH 78, 1954, 124, fig. 25. Merhart 2, p. 113, fig. 7, n. 4.

57 En harmonie avec les travaux de Merhart, MILOJéIé, Jahrb. d. R.G.Z.M. Mainz II, 1955, p. 153-169, démontre l’origine danubienne d’un certain nombre d’objets trouvés en Egée qui y auraient été apportés par des groupes humains venus du Nord des Balkans. En revanche Müller-Karpe, à deux reprises (Germania 40, 1962, p. 255 sqq. ; JdI LXXVII. 1962, p. 59-129), a révoqué en doute l’idée d’une invasion de populations d’Europe Centrale à la fin de la civilisation mycénienne. Les points communs entre l’Europe danubienne et l’Egée seraient dus à la permanence d’échanges entre les deux régions au cours d’une longue période. De son côté pourtant, Desborough, The last Mycenaeans and their Successors, Oxford, 1964, pense à une invasion à la fin du L.H. III.Β de peuples venus du Nord-Ouest de la Grèce, porteurs de tombes à cistes, de longues épingles de bronze et de fibules à arc. Cette théorie a été critiquée par J. Deshayes qui refuse pour tous ces éléments une origine danubienne. En se fondant sur les fouilles de la Deiras, J. Deshayes estime que l’Argolide a livré les antécédents immédiats de la civilisation nouvelle et qu’il n’est pas nécessaire d’invoquer l’arrivée de populations septentrionales pour rendre compte des transformations de la civilisation dont des troubles locaux pourraient être seuls responsables (J. Deshayes, REG LXXVII, 1964, p. 572 ; Argos, Les fouilles de la Deiras, p. 248 sqq.).

58 N. Yalouris, Mykenische Bronzeschutzwaffen, AM 75, 1960, p. 46-67, Beil. 28.

59 Archaeological reports, 1960-61, 10, fig. 8.

60 Sir Mortimer Bowra, Mnemosyne XIV, p. 109. N. Yalouris, AM 75, 1960, p. 62 sqq.

61 Pour les cnémides de Bosnie, cf. note 54. Pour celles d’Olympie, cf. Olympia IV, Pl. XX, 329 ; Müller-Karpe, Germania 40, 1962, p. 276.

62 Cf. p. 85.

63 Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. VII et VIII. Cf. p. 20, note 36.

64 /hid., col. 92, fig. 80.

65 Ibid., col. 115, fig. 110.

66 Pour l’introduction du fer, cf. p. 105-109.

67 On remarque cependant la fibule à arc simple et à disque de la tombe 56, ibid. col. 47-48, fig. 32.

68 Åberg, p. 33, fig. 83. Batović, p. 58-62 et Pl. IV.

69 Mon. Ant. XXXI, 1926. fig. 25. 26, 31, 42, 78, 103, 135.

70 Ibid. col. 74, fig. 58 ; col. 41, fig. 26. P. Orlandini a attribué au commerce grec la diffusion de petits bronzes analogues chez les indigènes de l’arrière-pays de Gela (Arch. Class. VIII. I, 1956, p. 1-10). Cependant la présence à Torre Galli et Serra Ajello (Musée de Reggio) de spécimens nécessairement antérieurs à ceux de Butera, qui sont datés du VIIe siècle, démontre que ces pendentifs étaient connus en Italie du Sud avant que les importations grecques n’y parviennent. Il y a donc lieu de penser qu’il sont des produits de l’artisanat indigène.

Butera a livré aussi des pendentifs en forme de double protomé de bélier, Mon. Ant. XLIV, 1958, col. 441, fig. 155, et col. 443, fig. 156, très communs dans le Picenum au VIIe siècle (Belmonte, Not. Sc. 1901, p. 235, fig. 8 ; Dall’Osso, p. 301), qui ont une vaste aire de diffusion allant de la Sicile à la Bosnie, cette dernière région ayant livré, semble-t-il, les exemplaires les plus récents (Truhelka, Bosn. Mitt. XII, 1912, p. 21, fig. 13). La présence d’un pendentif analogue à Olympie (Olympia IV, Pl. XXV, n. 477) ne suffit pas à démontrer l’origine grecque des doubles protomés de bélier.

71 Mon. Ant. XXXI, col. 42, fig. 26 ; col. 89, fig. 76.

72 Ibid., col. 46, fig. 30 ; col. 53, fig. 35.

73 Ibid., col. 105, fig. 98.

74 Par exemple Torre Mordillo, Not. Sc. 1888, Pl. XV, I.

75 Exemplaires au Musée de Syracuse provenant d’Agrigente et du dépôt de Caltagirone.

76 Akerstköm, Tombe du Guerrier, Pl. 20, n. 2 et Pl. 21, 6, 7, 8, 9.

77 Cf. p. 104 et Pl. 44, fig. 8,2.

78 BPI. XLVII, 1927, p. 53, fig. 4.

79 Κ. Kübler, Kerameikos V, I, Pl. 163 et p. 9, 143 ; IV, tombe 48, Pl. 38, M.I.

80 J. K. Brock, Fortetsa, Cambridge 1957, tombe P, n. 1574 et p. 199. On connaît également ces récipients dans les fouilles de Naucratis, W. M. Flinders Petrie, Fouilles de Naucratis, Pl. XII, fig. 2.

81 Ε. Gjerstadt, Swed. Cyprus Exped. I, Pl. 46, 3 ; 84, 3. Une datation dans le Chypriote Récent III (XIIe siècle) a été donnée à plusieurs bols hémisphériques analogues par V. Karageorchis, BCH 84, 1960, p. 539, fig. 55 ; p. 555, fig. 84, 85.

82 34 tombes ont été explorées à S. Onofrio di Roccella Ionica par M. Chiartano. Le matériel est exposé au Musée de Reggio de Calabre. Je dois à M. Chiartano et à M. G. Foti les renseignements qui m’ont permis d’écrire ces pages.

83 Le passage de la charrue ayant arraché la partie supérieure de ces tombes, on ne peut parvenir sur ce point à une certitude.

84 L’une d’elles, dans la tombe 8, comporte sur la partie médiane un décor en arête de poisson.

85 Cf. supra, note 46. La forme allongée ou ovale d’un rasoir ne peut être un critère sûr pour la datation d’une tombe en dehors d’autres éléments. On peut voir en Sicile, dans les tombes du VIIe siècle à Butera, des rasoirs ovales ou allongés rappelant des formes de l’Age du Bronze (Mon. Ant. XLIV, 1958, col. 487, fig. 179, tombe 170).

86 Cette fibule peut se trouver dans des tombes d’hommes : ainsi elle est associée dans la tombe 13 à une épée courte.

87 On ne pouvait en citer que deux exemplaires à Torre Galli : Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 87, fig. 75 ; col. 96 et 91, tombe 181.

88 Cf. p. 59, n. 71.

89 Not. Sc. 1902, p. 35, fig. 6. Tombe 17 de Castiglione dei Paludi. Exemplaires analogues à S. Cataldo en Sicile, cf. Müller-Karpe 1, Pl. 12, 11.

90 A. De Franciscis, La documentazione archeologica in Calabria, in Convegno Taranto I, p. 218 et fig. Un exemplaire à Sala Consilina, cf. B. Neutsch, Apollo I, 1961, p. 53 ; à Canale, cf. Mon. Ant. XXXI, 1926, fig. 210 ; à Torre Mordillo, cf. Not. Sc. 1888, Pl. XIX, fig. 4 ; à Amendolara (Antiquarium) ; en Sicile, exemplaires de Modica au Musée de Syracuse, un autre à Ségeste (Antiquarium).

91 A Gorica, cf. Truhelka, Bosn. Mitt. 1902, p. 36, fig. 76 ; à Fontanella. de la fin de l’Age du Bronze, cf. Müller-Karpe I, Pl. 86, fig. 35 ; à Bologne, Tombe de la Certosa, Zannoni, Pl. 142 ; au musée de Catanzaro, de l’Age du Fer, Coll. Foderaro. Ces pendentifs existent aussi à Pérachora et à l’Héraion d’Argos, cf. F. Maier, Germania 34, 1956, p. 63.

92 On remarque cependant parmi le matériel sporadique qui proviendrait de S. Onofrio di Roccella Ionica une fibule à arc serpentant en deux parties et à disque en spirale toute proche d’un exemplaire de la tombe 149 de Torre Galli (Mon. Ant. XXXI, col. 83, fig. 71) qui permet de penser qu’une nouvelle exploration de la nécropole ferait peut-être connaître des tombes d’hommes comparables aux plus anciennes de Torre Galli.

93 A. De Franciscis, BPI 65, 1956, p. 213-215. G. Procopio, La necropoli, preellenica di Calanna, Klearchos, 1962, 13-14, p. 21. Le matériel est au Musée de Reggio de Calabre.

94 Mon. Ant. XXXI, 1926. Pl. III, 1 ; Pl. I. 26 ; Pl. IV. 5 ; Pl. II, 2-10.

95 Ibid.. Pl. X, 21 ; Pl. IX. 35 ; Pl. IX, 38.

96 Ibid., Pl. XVII.

97 Ibid., col. 231, fig. 156.

98 Ibid., Pl. I, 34. Un exemplaire en plomb décoré de motifs géométriques incisés existe dans la tombe 69, ibid., col. 54, fig. 37.

99 Cf. Atti e Mem. M. G., 1961, Pl. XXI, 10. Un exemplaire à Torre Mordillo (inédit).

100 Par exemple dans la nécropole de Caltagirone, Bernabò Brea, La Sicilia, p. 150, fig. 31 c, Phase I de la culture de Pantalica ; dans celle de Dessueri, P. Orsi, La necropoli sicula di Monte Dessueri, Mon. Ant. XXI, 1912, p. 370, sép. 60, Pl. XX, fig. 53 ; à Butera (Ière Strate), Mon. Ant. XLIV, 1958, col. 471, fig. 171.

101 Åberg, Chronologie IV, p. 17, fig. 19.

102 Zervos, L’Art des Cyclades, Paris. 1957, p. 33, fig. 81. 82. 84.

103 Åkerström, Pl. 17, 1.

104 Musée de Palerme. Cf. J. Bovio Marconi, Ampurias XII, 1950, Pl. V, A. Un exemplaire analogue provenant de la strate II de Butera est exposé au Musée de Gela.

105 Cf. Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 211-376, Pl. IX-XIX. On ne doit pas cependant négliger quelques objets isolés provenant de la région de Locres et qui permettraient de supposer l’existence de tombes plus anciennes : une fibule à arc simple très voisine de celles de Torre Galli a été publiée par Quagliati, Civiltà preellenica del territorio di Locri Epizephyrii, BPI XXXVI, 1911, p. 38-61 ; une fibule à quatre spirales à plaquette centrale en losange est conservée au Musée de Reggio.

106 Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. X, fig. 7, 8, 11, 13, 14, 16, 17.

107 Ibid., Pl. IX, fig. 6, 10, 12, 40.

108 Ibid., Pl. IX, 8.

109 Ibid., Pl. IX, 1, 4.

110 Ibid., Pl. Χ, 28.

111 Ibid., Pl. Χ, 26, 27.

112 Ibid., Pl. IX, 38.

113 Ibid., Pl. XI, 14 ; proche de Åkerström Pl. 8, 12.

114 Ibid., Pl. XI, rappelle Åkerström Pl. 8, 6.

115 Åkerström p. 37-50. Pl. 8-10.

116 Pl. 8 2

117 Délo’s XV, Pl.XXI a, b ; Pl. LVI.

118 Klearchos, 19, Gli Etruschi in Campania, p. 74.

119 Pour A. Blakeway, BSA XXXIII, 1932-3, les vases géométriques d’Italie sont des importations grecques.

120 Stazione preistorica di Coppa Nevigata presse Manfredonia, Mon. Ant., XIX, 1909, col. 367.

121 Atti e Mem. 1930, p. 151.

122 Piramidette fittili, BPI LIV, 1934, p. 179-181.

123 U. Rellini, Le stazioni enee delle Marche di jase seriore e la civiltà italica, Mon. Ant., XXXIV, 1932, col. 223, fig. 37.

124 Rend. Acc. Lincei, S. 8, VIII, 1953, p. 441-444·.

125 A. Di Vita, Sui pesi da telaio, una nota, Arch. Class. VIII, 1956, fasc. I, p. 40-44.

126 Atti e Mem. M. G., N.S. VI-VII, 1965-66, p. 152 sqq.

127 On pourrait toutefois les comparer aux décors à méandre beaucoup plus récents (fin VIIe - début VIe siècle) des stèles de Daunie, cf. S. Ferri, Boll. d Arte 1962, p. 103-114 ; 1963, p. 5-17 ; ibid., p. 197-206 ; 1964, p. 1-13 ; 1965, p. 147-152.

128 C. Truhelka, Der Vorgeschichte Pfahlbau im Savebett bei Donja Dolina, Bosn. Mitt., Vol. IX, 1904, p. 51, fig. 26, Pl. VIII ; Vol. XI, 1908, p. 21, Pl. VI. Mayer, p. 214, fig. 55.

129 Merhart I, p. 27-30.

130 Z. Mario, Donja Dolina i problem etnicke pripadnosti predrimskog stanovnistva sjeverne Bosne, Sarajevo, 1964, Pl. XVII, fig. 28. Pour la pyramide de Kutjevo, cf. Ksejina Vinski-Gasparini, Vjesnik Arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Serije III, Svezak II, Zagreb 1961, p. 48, fig. 1.

131 Torques de Canale, cf. Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 235, fig. 161 ; col. 254, fig. 177.

132 Cf. p. 62, note 90.

133 Schaeffer, Ugaritica III, Chap. II.

134 Pour le Picenum, voir Randall Maciver, p. 131, fig. 35. Pour la côte dalmate, Batovic, Pl. IV, fig. 9, 1 et 2. Pour la Sicile, Bernabò Brea, La Sicilia, Pl. 78.

135 Cf. p. 71, note 149.

136 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 235, fig. 161.

137 Ibid., col. 302, fig. 215.

138 Ibid., col. 266, fig. 188.

139 Par exemple la tombe 164 de Pantalica au Musée de Syracuse.

140 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 266, fig. 188. Ce pendentif, très commun sur les côtes adriatiques depuis la fin de l’Age du Bronze (exemplaire à Punta Manaccore, BPI LIV, 1934, Pl. XII, 7) était connu dans la Mésopotamie ancienne, cf. H. Frankfort, The Art and Architecture of Ancient Orient, p. 150 et Pl. 144 ; H. Frankfort, A Note on the Lady of Birth, Journal of the Near-Eastern Studies, 3, 1944, p. 198 sqq. Spécimens en Bosnie, cf. Glasinac 1, Pl. XXXXVII, 1, 2 (Phase III c de Glasinac).

141 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 248, fig. 172.

142 Un objet comparable est conservé au Musée de Catanzaro dans la collection Foderaro. Il subsiste une extrémité de l’une des deux tiges de fer soutenant le ruban ondulé ; elle se divise en deux tiges s’achevant en spirales. Ces enroulements protégeaient les matières plus fragiles que le bronze. Dans le matériel de Grottazolina au Musée d’Ancône (fin VIIe - début VIe siècle), des cornes d’ivoire sont entourées par d’étroits rubans de bronze soutenus par des tiges doubles qui s’achèvent en spirales de chaque côté. Un couteau de fer découvert récemment à Torano comporte un revêtement analogue. Des fourreaux garnis d’étroits rubans de bronze enroulés sont également connus en Etrurie, cf. E. Hall Dohan, Italic Tomb-Groups, p. 65, Pl. XXXIV, fig. 17, épée de fer dans un fourreau de bois. Cf. aussi Not. Sc. 1894, p. 305, fig. 13, couteau de Verucchio (VIIIe siècle).

143 Deux tombes à grotticella analogues à celles de Canale ont été découvertes par P. Orsi près de Cirò. Le matériel rappelle celui de S. Onofrio di Roccella Ionica (Not. Sc. 1921, p. 490-491).

144 G. Jacopi, FA IV, 1841 ; V, 1624 ; VI, 1812 ; VIII, 1611. A. de Franciscis, O. Parlangeli, Gli Italici del Bruzio nei documenti epigrafici, Naples, 1960, p. 20, notes 6 et 7. G. Foti, Klearchos, 13-14, 1962, p. 33.

145 Le matériel est conservé au Musée de Reggio de Calabre.

146 Cf. A. de Franciscis, BPI 65, 1956, p. 213.

147 Mon. Ant. XXXI, 1926, fig. 91, col. 100 ; fig. 95. col. 103.

148 Åberg, p. 24, fig. 55.

149 Le type I à losange incurvé au centre est assez rare et se rencontre surtout en Calabre (Pl. 62, fig. 3). On l’a trouvé sur le versant tyrrhénien, à Serra Ajello (basse vallée du Savuto) ; sur le versant ionien à Francavilla Marittima, Amendolara, Rossano, à Canale-Janchina (matériel sporadique). Il est associé à Castiglione dei Paludi à une fibule à arc serpentant à épingle droite, une fibule en feuille ovale, un disque du type « Francavilla Marittima ». Il existe aussi dans plusieurs sites calabrais, en particulier Torano, un type proche dont le losange central a des côtés moins incurvés (Pl. 64, fig. 1).

Le type 2, à disque central, est connu à Torre Mordille, Castiglione dei Paludi, S. Onofrio di Roccella. Canale-Janchina, Serra Ajello, Oppido Mamertino (Pl. 62, fig. 4).

Cette distribution géographique de chacun des deux types sur l’ensemble de la Calabre exclut la possibilité que ces fibules soient réparties au cours d’une même période sur des zones distinctes. Il ne semble pas non plus que les deux séries soient jamais associées dans une même tombe. Si peu sûrs que soient les ensembles dont on dispose, il semble acquis que le matériel accompagnant les fibules du type 2 est sensiblement plus récent que les mobiliers contenant le type 1. On doit donc conclure que les deux types se succèdent dans le temps, le type I précédant le type 2. Sur les fibules à spirales, voir J. Alexander, AJA LXIX, 1965, p. 7. L’auteur, rappelant que l’origine de ces fibules doit être cherchée en Europe Centrale, analyse les principaux types et leur distribution.

150 Sundwall CIε2,2, cf. p. 73.

151 Cf. p. 80.

152 Cf. p. 83.

153 Matériel conservé au Musée de Reggio de Calabre. Cf. Not. Sc. 1934, p. 459-463.

154 Cette collection est due aux patientes recherches du Dott. Laviola. Quelques objets d’Amendolara ont été publiés dans les Not. Sc. 1931, p. 654, et 1939, p. 368-69 et fig. 1.

155 Not. Sc. 1902, p. 34, fig. 3.

156 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 307, fig. 219. Cf. infra, p. 78 et p. 80.

157 Cf. infra, p. 119-120.

158 Pasqui, Not. Sc. 1888, p. 239-268, 462-480, 575-592, 648-671, Pl. XV et XIX.

159 Cf. p. 80 et p. 240.

160 Corinthien Ancien, cf. Payne, Necrocorinthia, p. 293.

161 Exemplaire protogéométrique, profil assez haut : Kerameikos I, Pl. 73, p. 99. Hespéria XXX, 1961, Pl. 26. Exemplaires géométriques à profil plus bas : Kerameikos V, Pl. 51, 4580 et Pl. 52 ; J. H. Iliffe, JHS LI, 1931, Pl. VI, n. 9 et 10.

162 J. K. Brock, Fortetsa, Pl. 78, n. 1470.

163 Cf. pyxis n. 77 de Furumark, Mycenaean Pottery, fig. 5, du Mycénien III.A.I, qui a un profil analogue, mais une embouchure sensiblement plus étroite. Déjà Payne en 1927 (BSA XXIX, Early Greek Vases from Cnossos, Pl. V, 9) avait rattaché une pyxis sphérique de Cnossos, proche de celle de Fortetsa à un vase mycénien du British Museum répondant à la forme 77 de Furumark (Forsdyke, Catal. des vases du British Museum, I, 1, p. 130, fig. 173).

164 Dawkins, Artemis Orthia, Suppl. Paper n. 5 du BSA, Pl. CCVII, et p. 385.

165 Doro Levi, Annuario X-XII, 1927-29, pl. XXI, p. 317, fig. 414, tombe L.

166 Cl. Rhodos VI-VII, p. 324, Pl. XIII, 7, 8, 10. Fragments provenant d’un dépôt votif de l’Acropole ; il est probable que les couvercles à prise en tête de lion ou en bouton floral, trouvés au même endroit, et également en terre cuite vernissée, se rapportent à ces pyxides.

167 Burlington, Fine Arts Catalogue of an Exhibition of Ancient Egyptian Art. 1922, Londres, Pl. XXIV, Ρ 5. 21 ; Ρ 5. 19 ; Pl. XXV. Ρ 82, 2 ; Ρ 4. 15.

168 Not. Sc. 1888, Pl. XIX, II.

169 Cf. supra, p. 62, note 89.

170 Tombes 21 et 78 de Torre Mordillo, Not. Sc. 1888, p. 257, n. 8, p. 473, n. 12.

171 Not. Sc. 1888, p. 663 et Pl. XIX, fig. 15.

172 P. Orsi, Cirò, Necropoli preellenica, Not. Sc. 1921. p. 491, fig. 19.

173 P. Orsi, BPI XXXI, 1905, p. 132, fig. 36.

174 Bernabò Brea, La Sicilia, p. 173-174, fig. 41 b.

175 D. Topa, Le civiltà primitive della Brettia, Palmi, 1927, p. 105, Pl. V, 11-12.

176 Le Musée de Catanzaro conserve un exemplaire analogue à ces derniers provenant de la région de Crotone (don E. Felaco).

177 Ruzica Drechsler-Bizić, Vjesnik Arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Zagreb 1961, p. 67-114, Rezultati istrazivanja Japodske Nekropole u Kompolju, 1955-56, Pl. XXXII, fig. 1 et 2.

178 Kossack, fig. 1.

179 Ibid., Pl. 3, n. 4.

180 Merhart I, p. 28-29.

181 Cette fibule est d’un type trop rare pour avoir pu se prolonger pendant une longue période. Elle constitue donc un repère chronologique précis. A Torre Mordillo elle est associée à un disque de bronze percé au centre et décoré de petits cercles concentriques, et, à deux reprises, à une fibule à quatre spirales à disque central (T. 145 et 217), objets caractéristiques des tombes récentes de S. Onofrio di Roccella et des plus anciennes dépositions de Canale-Janchina.

182 Tombe 106, fibule à arc mince à revêtement d’ambre et d’os ; tombe 87, fibule à arc serpentant à bâtonnets latéraux.

183 Cf. p. 62, note 90.

184 Amendolara, Castiglione dei Paludi, cf. supra, p. 71-73.

185 Il s’agit du type en fil de bronze comportant des extrémités ondulées qui est caractéristique des nécropoles d’Italie centrale.

186 Cf. Not. Sc. 1936, p. 77-84.

187 Fouilles de la Surintendance des Antiquités de Reggio de Calabre et de la Société de la Grande-Grèce, dirigées sur la place par Mme P. Zancani-Montuoro et par Mlle W. Stoop auxquelles je dois les renseignements qui m’ont permis d’écrire ces pages. Cf. Archaeological Reports for 1963-64, p. 34.

188 Cette tombe contient par ailleurs une fibule à quatre spirales à losange central aux côtés incurvés qui appartient à un facies plus ancien que celui de Torre Mordillo.

189 Cf. infra, p. 83. Cf. article de Mme P. Zancani-Montuoro à paraître dans Klearchos.

190 Cf. infra, p. 240.

191 D’autres exemplaires provenant de trouvailles fortuites de Francavilla Marittima sont exposés au Musée de Cosenza.

192 Müller-Karpe I, Pl. 12, A.4 ; ibid., Pl. 11, fig. 13.

193 Cf. note 149, p. 71.

194 Cf. supra, p. 73, 78.

195 La scoperta di Lagaria, Corigliano, 1964.

196 Strab. VI, 263 = 1,14.

197 Perret, Siris, p. 59 ; Dunbabin, The Western Greeks, p. 35, note 2. En se fondant sur un texte du Pseudo-Aristote (De mir. ausc. 108) qui place Lagaria εγγύς Μεταποντίου, J. Bérard avait situé Lagaria entre Siris et Métaponte (Colo nisation grecque, 2e éd., p. 334 sqq. ; Appunti su Metaponto e Lagaria, Arch. Stor. Cal. Luc., 1936, p. 10). Cependant il n’y a pas nécessairement de contradiction entre l’indication de Strabon et celle du Pseudo-Aristote, ce dernier ayant peut-être cité le nom de Métaponte comme celui du centre le plus important qu’il connaissait sur la côte ionienne.

198 Je remercie M. G. Foti de m’avoir confié ces premiers sondages. Un habitat dont les restes visibles sont hellénistiques et romains a occupé la colline située à l’est de la nécropole. Je remercie également M. 0. Cavalcanti pour les renseignements qu’il m’a communiqués.

199 Signalons la découverte fortuite, alors que cet ouvrage était en cours d’impression, d’une épée à antennes et d’un pendentif à double spirale.

200 Dans le cas de la tombe B.5, où ils ont été trouvés au niveau de la taille, ils garnissaient une boucle de ceinture.

201 Treize exemplaires dans la tombe B.I. Cf. p. 71, note 149.

202 Cf. p. 71.

203 Cf. Batović, Pl. 5, fig. 12, n. 8.

204 Musée de Palerme. Cf. J. Bovio Marconi, El problema de los Elimos, Ampurias, XII, 1950, Pl. V, C.

205 Quatre exemplaires ont été trouvés à Torre Mordillo, cf. p. 75 et Not. Sc. 1888, Pl. XV ; d’autres à Canale, P. Orsi, Ausonia VIII, p. 58 sqq., fig. 7 ; à Oppido Mamertino, à Francavilla Marittima, cf. p. 78, à Castiglione dei Paludi, Musée de Reggio de Calabre ; à Centuripe, P. Orsi, ibid., p. 58 ; Arch. Stor. Cal. Luc. 1935, vol. dédié à P. Orsi, Pl. VI ; un exemplaire, sans provenance, au Musée de Capoue.

206 Catal. Mostra, fig. 32 ; Parola del Passato, Vol. XVIII, 1963, p. 68, note 10. Le groupe de Vizzini est reproduit dans Arch. Stor. Cal. Luc. 1935, vol. dédié à P. Orsi, Pl. VI. Pour le groupe de Pontecagnano, voir aussi S. Ferri, Par. del Pass. 1963, p. 228 sqq., qui souligne l’aspect monstrueux de ces figures évoquant des démons infernaux de caractère mixte, à la fois hommes et animaux. Au reste les différents couples actuellement connus ne sont pas nécessairement liés à une commune culture : on peut remarquer en effet dans une station néolithique de Moldavie un relief orné de deux figures de culte disposées comme le couple de Pontecagnano, cf. M. Petrescu-Dimbovitsa, Prähist. Zeitschr. 1963, p. 181, fig. 8.

207 Cf. supra, p. 79.

208 Kilian, in Convegno Taranto 4, p. 92-99.

209 Par exemple E. Hall-Dohan, Italic Tomb-Groups, p. 95, fig. 63.

210 Sprockhoff, p. 79-83. Les jumeaux encadrent la barque du soleil, dominent de leur taille les équipages des navires ; ce sont des jumeaux-dieux proches de la conception grecque des Dioscures. La Grèce du VIIIe siècle connaît aussi de nombreuses images de jumeaux que l’artiste géométrique, pour rendre le jumelage plus évident, représente liés par un tronc unique, disposition qui rejoint celle de nos petites bronzes calabrais (Hampe, Fruhgriechische Sagenbilder in Böotien, p. 45 ; D. Fraser, A Geometric Oenochoe from the Athenian Agora, A]A XLIV, 1940, p. 457 sqq.). Un vase d’Eleusis pourrait être interprété comme l’image des jumeaux-dieux protecteurs des marins (Eleusis 741, Tombe II, Yale Class. Studies, XVI, fig. 137 a).

La Crète dédalique connaît au contraire des images de doubles déesses (Ch. Picard, L’ivoire archaïque des Deux-déesses, Mon. Piot, XLVIII, 1956, p. 9-23), qui existaient aussi à Mycènes (A. J. B. Wace, Mycenae, An Archaeological History and Guide, 1949, fig. 101).

211 Cf. Not. Sc. 1902, p. 33, S. Lorenzo de Spezzano ; Not. Sc. 1921, p. 468-9, nécropoles de Terranova di Sibari, de Corigliano ; ibid., p. 490, Ciro.

212 BPI XLIIII, 1923, p. 106, Necropoli preellenica di Ciro.

213 Not. Sc. 1928, p. 479-482.

214 G. Foti, Klearchos, 13-14, 1962, p. 32 sqq.

215 Polyb., XII, 6, 2-5. Polyaen., VI, 22.

216 Les dates diffèrent selon qu’il s’agit de la version arménienne ou de la traduction latine par saint Jérôme (cf. Bérard, p. 90-91 et p. 207 ; Dunbabin, p. 439).

217 Strab. VI, 259.

218 Not. Sc. 1911, Supplément, p. 3-76 ; 1912, Supplément, p. 5-18 ; 1913, Supplément, p. 3-54 ; 1917, p. 101-167.

219 Les objets les plus anciens recueillis dans les nécropoles locriennes seraient des aryballes protocorinthiens ovoïdes à décor géométrique (Not. Sc. 1909, p. 323). Johansen cite le texte de P. Orsi, mais ne semble pas avoir vu les aryballes eux-mêmes (Johansen, Vases sicyoniens, p. 89 et 182). De mon côté, ayant passé en revue le matériel de Locres conservé à Reggio, je n’ai vu aucun vase de ce type. On sait en outre que le terme de protocorinthien n’avait pas, avant les recherches de Johansen et de Payne, le sens précis qu’il a aujourd’hui.

220 la Genière 3, p. 22.

221 L. Bernabô Brea, La Sicilia, p. 136 ; L. Bernabô Brea et M. Cavalier 2, p. 89-103 ; 3, p. 153-172.

222 L. Bernabô Brea et M. Cavalier 2, p. 93, fig. 16.

223 Merhart 2, p. 128, insiste sur l’appartenance de Torre Galli aux cultures de l’Italie Centrale.

224 Pol. 12, 6.

225 Merhart I, passim.

226 Sur le problème des Illyriens en Italie, cf. P. Wuilleumier, Tarente, Paris, 1939, p. 10-20. A. Stipćević, Gli Illiri, Milan, 1966, p. 19-23, et bibliographie p. 200. Batovic, p. 64, insiste sur l’importance de l’infiltration illyrienne en Italie du Sud vers la fin du IXe et le début du VIIIe siècle. Sur les Illyriens en général, voir aussi Simpozijum Odrzan, 15-16 mai 1964, Sarajevo 1964.

227 Pline, N.H., III, XXVI.

228 Diod. XXV, 19, 1. Strabon, VI, 284. Sur le culte de Diomède en Italie du Sud voir E. Lepore, Convegno Taranto 4, p. 85-87.

229 Pour Kromer (Mitt. d. Prähist. Komm. d. Osterr. Akademie d. Wissensch., V Band, 1950, p. 131-155) les liens typologiques entre les Balkans et le Picenum n’entraînent pas nécessairement des conséquences ethniques. Pour M. Suić par contre, ces analogies sont dues à l’influence de la Liburnie sur le Picenum (Vjesnik za arh. Hist. Dalm. LV, 1953).

230 Cf. la carte de la distribution de la céramique géométrique apulienne en Adriatique par O. H. Frey, Germania 44, 1966, p. 48-66, fig. 12.

Notes de fin

* Nous avons laissé en dehors de ce tableau les informations, assez peu nombreuses du reste, dont on dispose sur l’Age du Fer dans la Pouille. Un article de F. G. Lo Porto fera prochainement connaître une série de tombes de la province de Matera.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr