Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches sur l'Âge du fer en Italie méridionale

 | 
Juliette de La Genière

Première partie

Chapitre I

Texte intégral

Α. - Le début de l’âge du fer à Sala Consilina1

  • 1 Dans les références aux Planches les vases sont désignés pour chaque figure à partir de l’étage su (...)
  • 2 Voir Müller-Karpe I, tableau chronologique p. 228. M. Pallottino, sans accepter la chronologie abs (...)
  • 3 Cette division qui facilite les comparaisons avec d’autres nécropoles de l’Age du Fer a pourtant l (...)

1Avant de retracer les grandes étapes de l’histoire de la nécropole, disons que pour la désignation des diverses périodes, nous nous rallierons à la distinction désormais classique qui répartit en deux phases les tombes du début de l’Age du Fer, groupant dans une troisième celles de l’époque orientalisante, au cours de laquelle les cultures indigènes sont pénétrées plus ou moins rapidement par des éléments introduits à la suite de la colonisation2. Ainsi Sala Consilina I et II correspondront au Villanovien I et II ; Sala Consilina III aux époques orientalisante et sub-orientalisante3.

2Si l’on peut ainsi établir des correspondances chronologiques entre les étapes de l’Age du Fer au Val de Diano et celles du facies villanovien en Italie centrale, c’est que des liens précis existent entre les civilisations des deux régions, comme l’étude du matériel des tombes le démontre. L’un des éléments communs qui invite au rapprochement est la présence du rite crématoire à Sala Consilina, comme dans l’Etrurie villanovienne. Ce fut en effet l’un des résultats les plus importants de la fouille entreprise au Val de Diano en 1955 que de révéler l’usage de l’incinération dans une nécropole de l’Italie du Sud, au cœur de la région que l’on croyait habitée à l’Age du Fer par des peuples exclusivement inhumants.

  • 4 Q. Quagliati et D. Ridola, Necropoli arcaica ad incinerazione presse Timmari nel Materano, Mon. An (...)
  • 5 Pour Randall Maciver, The Iron Age in Italy, Oxford, 1927, p. 1-4 et Pl. 1, l’Italie était divisée (...)
  • 6 Von Duhn a attribué aux Sabins, c’est-à-dire aux Italiques de la deuxième vague indo-européenne, l (...)

3En effet, si la découverte de Timmari au début du siècle4 avait révélé qu’à la fin de l’Age du Bronze l’Italie méridionale connaissait en ce site l’équivalent de la nécropole de Pianello et de la civilisation de type protovillanovien de l’Italie du Nord, il paraissait établi en revanche qu’à l’Age du Fer la crémation des morts n’y avait jamais été pratiquée5. Rome passait jusqu’à ces dernières années pour la limite méridionale de l’incinération en Italie à l’Age du Fer : au Forum en effet les urnes cinéraires voisinent avec les tombes à fosse6.

  • 7 Saflund, SE XII, 1938, p. 17-55.
  • 8 BPI XXVII, 1901, p. 14.
  • 9 « La civiltà indigena del Mezzogiorno non assume mai l’aspetto di quella villanoviana », BPI XXV, (...)
  • 10 Cf. plus bas, p. 65.

4Le reste de l’Italie du Sud était considérée comme la patrie de la culture à fossa7, dont l’unité n’aurait été entamée par aucune influence septentrionale. On ne niait pas l’existence de certains rapports entre des formes de vases d’Italie du Sud et le profil biconique des amphores villanoviennes, mais la plupart des savants avaient refusé le point de vue de Pigorini, selon qui il pouvait exister des liens entre les premières périodes de l’Age du Fer en Italie méridionale et le facies villanovien du Nord8 et continuaient à souscrire à l’opinion de Patroni, qui rejetait catégoriquement toute idée de communauté de rites funéraires ou de civilisation entre le Sud et le Nord9 que du reste aucune découverte archéologique n’aurait pu alors confirmer. En effet, toutes les tombes préhelléniques de Cumes sont des tombes à inhumation ; les tombes à fosse sont la règle dans les nécropoles de Suessula en Campanie, d’Alfedena dans le Samnium ; Torre Galli en Calabre, Torre Mordillo dans l’arrière-pays de Sybaris ne connaissent vers la même époque que des tombes à inhumation, tandis que sur la façade orientale de la Calabre et de la Sicile, à Canale Janchina, comme à Pantalica, les tombes se présentent comme des grottes artificielles creusées dans la roche tendre et contenant en général plusieurs squelettes10.

  • 11 Antonielli, L’Età enea in Etruria, Incinerazione e inumazione nell’Italia centrale, SE I, 1927, p. (...)

5Ainsi les usages funéraires du Ier Age du Fer semblaient obéir en Italie à une répartition rigoureuse entre le Nord et le Sud, Rome jouant entre ces deux domaines le rôle de frontière, d’abord influencée par le courant incinérant, ralliée ensuite aux usages de la culture à fossa11.

  • 12 Cf. M. Pallottino, Etruscologia. 5e éd., 1963, Chap. I.

6Il fallut attendre les fouilles exécutées au cours des dernières années en Sicile, dans la Pouille et dans la province de Salerne, pour que fussent remises en question les idées acquises sur les rapports entre les deux rites funéraires12. En effet, la crémation est apparue en Italie du Sud, non comme un phénomène isolé, mais comme un rite courant au point que l’on a mis au jour plusieurs sites contenant un grand nombre de tombes à crémation.

  • 13 Au-dessus et parfois à côté de pithoi déposés horizontalement sur le sol, qui renferment les squel (...)
  • 14 Les tombes ont la forme habituelle des sépultures protovillanoviennes : les urnes, couvertes d’une (...)
  • 15 BPI n.s. VIII, 1953, p. 155-161 ; A A, 1956, p. 303, fig. 74.
  • 16 Cette datation a été proposée par H. Müller-Karpe qui en a souligné l’iml’importance : elle détrui (...)
  • 17 G. Foti, Klearchos, 13-14, 1962, p. 36, Necropoli dell’Annunziata a Tropea.
  • 18 Bernabô Brea et M. Cavalier 2. Pl. XXXIX, fig. 1, Tombe 12.

7En Sicile, les plus anciens exemples ont été découverts par Bernabô Brea et M. Cavalier à Lipari, Piazza Monfalcone, dans une nécropole de l’Age du Bronze, où le rite traditionnel de l’inhumation fait place à celui de la crémation13. Alors que ces tombes de Lipari remontent d’après les conclusions des fouilleurs au début de l’Ausonien II, c’est-à-dire au milieu du XIIe siècle, une autre nécropole à crémation toute proche, celle de Milazzo, couvrirait toute la période suivante de l’Ausonien II (à partir de 1075) et serait comparable à celles de Pianello et de Timmari14. Au reste, c’est au continent que Bernabò Brea rattache les cultures de l’Ausonien I et II ; elles marqueraient, en même temps que des apports de populations venues d’Italie, la pénétration de cultes et de rites funéraires nouveaux. Cette opinion met en relief l’importance des découvertes de C. Drago à Torre Castelluccia où quelques tombes à crémation sont venues au jour15. Les plus anciennes se présentent comme à Lipari sous la forme d’une situle renfermant les cendres ; les plus récentes contiennent des urnes couvertes d’une coupe carénée et précéderaient immédiatement le cimetière de Timmari16. Une trouvaille intéressante, quoique très limitée encore, est également la tombe de type protovillanovien de Tropea17 sur la côte calabraise en face des îles Eoliennes : elle contenait, à côté d’une urne à panse renflée et à col évasé vers l’embouchure, deux petits vases d’impasto et un rasoir étroit de bronze rappelant des spécimens de la phase II de Pantalica et de la nécropole de Milazzo18.

  • 19 voir p. 49-51.
  • 20 voir p. 51-53.
  • 21 W. Johannowsky, Convegno Tarante 2, p. 84 ; Convegno Tarante 3, p. 261. SE XXXIII, 1965. p. 685-69 (...)
  • 22 Il se peut que l’exploration archéologique de la Basilicate, à peine commencée encore, modifie con (...)

8Ainsi ces dernières années ont révélé, en Sicile comme en Apulie et en Calabre, de nombreuses tombes à crémation attribuables à la fin de l’Age du Bronze. A ces découvertes qui ont jeté un jour nouveau sur cette période encore mal connue sont venues s’ajouter, pour le début de l’Age du Fer, les nécropoles de Lucarne occidentale et de Campanie, c’est-à-dire, outre Sala Consilina, Capodifiume, qui a livré six tombes, toutes à crémation19, Pontecagnano où la crémation domine pendant une première phase qui correspond à Tarquinia I ou au Préhellénique I de Cumes20, Capoue où des tombes à incinération de type villanovien précèdent des phases culturelles comparables à celles d’Etrurie21. Ainsi la présence de la crémation à Sala Consilina n’est pas une exception à la répartition traditionnelle de l’incinération et de l’inhumation en Italie ; c’est, parmi d’autres, un des sites méridionaux qui ont connu un facies villanovien et à cause desquels on peut établir des rapprochements entre la Lucanie occidentale et les cultures villanoviennes d’Etrurie à l’Age du Fer22.

SALA CONSILINA I23

I - A

9Comme dans la plupart des cultures villanoviennes, l’austérité du mobilier caractérise les plus anciennes tombes de Sala Consilina. La grande majorité d’entre elles sont à crémation et contiennent seulement l’urne et quelques objets de bronze ayant appartenu au mort ; par la suite, on voit apparaître quelques petits vases, ce qui constitue la première marque d’une évolution qui aboutira à la fin de la phase III à des mobiliers funéraires très abondants comportant parfois plusieurs dizaines de vases.

  • 24 Vetulonia. cf. Falchi, Vetulonia p. 36. 38 ; Chiusi, Tarquinia, cf. Von Duhn, p. 211.
  • 25 A Timmari, les cas les plus fréquents sont ceux des urnes à deux anses brisées couvertes d’une cou (...)
  • 26 Notons qu’à Milazzo les urnes comportent une ou deux anses ; Tune et parfois les deux ont été cass (...)

10L’urne a la panse renflée surmontée d’un col conique à lèvre évasée. Elle comporte une anse en ruban, disposée verticalement en anneau sur la panse (Pl. 1, fig. 1), ou bien deux anses, dont l’une est régulièrement brisée (Pl. 1, fig. 4), selon le rite qui a été observé en plusieurs sites d’Etrurie24 et qui était déjà pratiqué à Timmari25. Si le bris de l’anse correspond, selon l’interprétation admise généralement, au désir de rendre inutilisable ce vase par la suite, pour éviter la violation des cendres, il en résulte que le vase à une seule anse est probablement une forme à usage exclusivement funéraire26.

  • 27 Une urne cinéraire de Pontecagnano, cf. Catal. Mostra, fig. 33 et p. 109, présente une décoration (...)

11Au cours de la période I.A, à côté d’urnes en impasto lisse (S. Antonio 55 par exemple, Catal. Mostra, fig. 15), d’autres comportent des ornements géométriques incisés. Sans qu’il soit possible de définir une évolution rigoureuse de ces décors, on peut noter cependant la répétition de certains motifs. On remarque par exemple que la jonction entre le col et la panse est souvent soulignée par une file de points (S. Antonio 80 ; Pl. I, fig. 1), que plusieurs urnes de formes différentes portent des motifs incisés en forme de croix ou de svastikas inscrites dans un carré (S. Antonio 96 ; Pl. 1, fig. 4)27. Les décors en méandre apparaissent dès la période I. A sur la panse (Pl. 1, fig. 1), et surtout sur le col des urnes (S. Antonio 29 ; Catal. Mostra, fig. 19).

  • 28 Von Duhn, p. 216 ; Not. Sc. 1885, 120, pl. IX, 25-26 ; Falchi, Vetulonia, V, 12.
  • 29 Pour les casques, voir Von Merhart, Bericht d. R.G.K., 1940, p. 4. L’auteur, dans le cadre de sa t (...)

12Un couvercle en forme de casque coiffe plusieurs urnes de cette phase (S. Antonio 29 ; Catal. Mostra, fig. 19). Cette coutume pratiquée aussi à Terni, Tarquinia, Bisenzio, etc..., donne à l’urne qui contient les cendres une allure vaguement anthropomorphique, au même titre que certains bijoux ou colliers ornant des vases cinéraires à Vetulonia28. Le casque en terre cuite est une sorte de bol renversé à profil arrondi ou conique surmonté à ce stade d’une prise étroite (Knaufhelm)29.

13Il arrive fréquemment au cours de cette période, surtout dans les mobiliers masculins, qu’aucun vase d’impasto n’accompagne l’urne (S. Ant. 55 ; Catal. Mostra, fig. 15 - S. Ant. 80, Pl. 1, fig. 1). Les premiers qui apparaissent sont des cruches qui, souvent, par leur col conique, leur anse en anneau, répètent la forme des urnes (Pl. 1, fig. 6, vase n. 3), de petits pots sphériques rétrécis au col, à une anse plate creusée de rainures longitudinales, des coupes à bord rentrant (Pl. 1, fig. 6, vases 5, 6, 8), des tasses à une anse haute, verticale (Pl. I, fig. 6, vase n. 2). Ces quelques vases constituent les premiers éléments du mobilier funéraire dont les vivants entoureront de plus en plus leurs morts.

14Parallèlement aux tombes à crémation, les tombes à inhumation, beaucoup moins nombreuses, contiennent un mobilier très modeste à l’origine (S. Ant. 54, Catal. Mostra, fig. 16), une ou deux cruches d’une forme comparable à celle des urnes, mais de dimensions réduites, une coupelle à une anse, quelques objets de bronze.

  • 30 Ainsi dans la tombe S. Antonio 107, qui appartient à la période I.B, on a retrouvé à l’intérieur d (...)
  • 31 Von Duhn, p. 198-199.

15Les mobiliers funéraires comportent souvent des objets de métal, différents selon qu’il s’agit de tombes d’hommes ou de femmes. Beaucoup d’entre eux conservent des traces de combustion. Il faut supposer que le mort portait au moment de l’incinération ses vêtements couverts d’une partie au moins des bijoux qu’il possédait. Il est fréquent aussi que ces bijoux soient intacts comme dans les tombes S. Ant. 29 (Pl. 30, fig. 2), ou S. Ant. 80 (Pl. I, fig· 2). Parfois la tombe contient, à côté de ceux qui ont été soumis à l’action du feu, des objets qui en ont été préservés30. L’usage de brûler les objets personnels du mort n’est pas une particularité de Sala Consilina, car on le connaît en plusieurs sites d’Etrurie31, surtout dans les tombes les plus anciennes.

  • 32 Cf. Falchi, Vetulonia, p. 243.
  • 33 Pernier, Not. Sc. 1907, p. 66.

16Les armes sont peu nombreuses, ce qui pourrait surprendre si l’on n’avait pas observé le même phénomène dans d’autres nécropoles de facies villanovien, comme Vetulonia32 ou Tarquinia33. La rareté des armes au cours de cette période n’est pas nécessairement un indice de pauvreté ni du caractère pacifique de la population. C’est peut-être une coutume à Sala Consilina comme à Tarquinia. L’on aurait hésité à sacrifier au mort ces objets précieux que l’on réservait à des individus exceptionnels. En effet les tombes de la phase I qui renferment des armes ne sont pas celles de paysans armés, comme on pourra en voir à la phase III de la nécropole où parfois la faucille voisine avec la lance. Certaines d’entre elles appartenaient à des personnages dont le rôle militaire a dû être important. Dans la tombe S. Antonio 29 par exemple la présence des armes avec une urne coiffée d’un couvercle en forme de casque, le Knaufhelm, symbolise, semble-t-il, l’activité guerrière du mort (Catal. Mostra, fig. 17).

  • 34 Mon. Ant. XXXI, 1926, pl. 171 et fig. 92, col. 100.
  • 35 T. 180, Catal. Mostra, fig. 40. On remarque, parmi le matériel sporadique de Sala Consilina, une p (...)

17L’arme la plus courante était la pointe de lance de bronze, en feuille de laurier. Les exemplaires connus pour cette période sont des javelots de petite taille (Kilian 2, p. 84, fig. .1, n. 9), semblables à ceux de Torre Galli34, et dont on a trouvé d’autres exemplaires dans les tombes de Pontecagnano, associés à des pointes de lance de plus grande taille35.

  • 36 Akerstrôm, p. 106-108, liste p. 120. Pl. 30.4 ; 31-5-8 ; 31, 1-4. Citons quelques exemplaires inéd (...)

18Deux épées de fer courtes (S. Ant. 14, très fragmentaire, S. Ant. 29, Kilian 2, fig. 1, n. 19) appartiennent à cette période ancienne. Le fourreau de bois a laissé quelques traces à l’intérieur du revêtement de bronze gravé d’un décor géométrique36.

  • 37 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 84, fig. 71.
  • 38 Ibid., col. 70, fig. 53, 54 ; col. 83, fig. 71.
  • 39 Par rapport à ce dernier groupe, la fibule S. Antonio 55, Catal. Mostra, fig. 15, constitue une va (...)

19Si dépouillés que soient les mobiliers funéraires, ils comportent fréquemment des fibules qui, dans les tombes masculines, présentent différents types d’arc serpentant à deux ressorts, munis d’un disque en spirale dans la plupart des cas. On peut les grouper en deux séries principales : les unes, en une seule pièce, ont l’épingle courbe, les ressorts rapprochés ; l’un de ceux-ci, plus grand que l’autre, est placé parfois assez haut par rapport au disque (type DU β c de Sundwall. S. Ant. 29, Pl. 30, fig. 2 - S. Ant. 80, Pl. 1, fig. 2) ; c’est une fibule commune en Etrurie méridionale, dans le Latium, à Capoue, plus rare à Torre Galli37 ; l’autre catégorie groupe des fibules en deux parties à l’épingle droite ou légèrement courbe munie d’une tête qui peut être une boule de bronze (S. Ant. 54, Pl. 30, fig. 1), ou d’une autre matière, types connus à Terni, à Cumes, à Pontecagnano, dans quelques tombes de Torre Galli38 (Sundwall DIV α b)39. Certaines d’entre elles (A 293 par exemple) peuvent être faites de fer et de bronze.

20Les mobiliers féminins se distinguent des précédents par l’absence d’armes et la rareté des fibules à arc serpentant. La plupart contiennent une ou plusieurs fusaïoles. Le type le plus ancien, à profil conique (Kilian 2, fig. 1, n. 13), ne se prolonge pas au delà de cette période. Très vite cependant apparaît un type biconique à section polygonale qui demeurera le plus courant pendant les périodes suivantes.

  • 40 Müller-Karpe 1, pl. 43, D. 2.
  • 41 Ibid. Pl. 43, D. Un exemplaire voisin peut être cité dans la tombe 138 de la même nécropole de Ter (...)
  • 42 S. Antonio 13 : une fibule analogue dont l’épingle est presque droite existe dans le matériel spor (...)
  • 43 Nécropole de Dessueri, L. Bernabò Brea, La Sicilia, p. 154, fig. 34 a. La chronologie à laquelle n (...)
  • 44 Voir infra les nécropoles de Castiglione dei Paludi et Amendolara, p. 70 et 72.

21C’est encore à la culture villanovienne de l’Etrurie Méridionale que se rattachent la plupart des fibules féminines présentes dans ce groupe de tombes anciennes. Le type le plus courant est à arc simple et à disque en spirale orné d’un décor géométrique gravé. Tout d’abord les sillons transversaux creusés sur l’arc sont interrompus par trois côtes lisses (BIII b de Sundwall proche de Pl. 30, fig. 3). C’est une fibule commune dans les tombes villanoviennes d’Etrurie, notamment de Terni40. Puis, à Sala Consilina comme à Terni, ces motifs perdent leur relief et l’arc est garni d’une zone continue de rainures transversales, parfois interrompues par quelques zones lisses (Pl. I, fig. 3). Il peut être revêtu au cours de cette période d’une série d’anneaux de bronze. Cette particularité évoque un stade de formation des fibules à disque dont l’arc à section carrée est garni de rondelles de bronze séparées les unes des autres par un étroit anneau (Sundwall BIII c 9 ; Kilian 2, p. 84, fig. 1 n. 1). Certaines fibules à arc serpentant, inconnues dans les tombes masculines contemporaines, proviennent de mobiliers féminins. Là encore, ce sont les tombes de Terni qui fournissent les comparaisons les plus frappantes : ainsi une petite fibule à arc à plusieurs enroulements et à disque en spirale (Sala Consilina D. 89, comme Pl. 30, fig. 4), toute proche d’un spécimen de la tombe 149 de Terni-Acciaieria, est associée, comme ce dernier, à une fibule à arc simple, côtelé et à disque en spirale41. Vers la fin de la période, un exemple de fibule à arc serpentant à pied court42, dont l’épingle est presque droite, rappelle des types caractéristiques de la période de Cassibile43, mais aussi les nombreux exemplaires de l’Age du Fer trouvés en Calabre (Pl. 62, l)44. Les fibules à arc simple et à pied court, symétrique, sont encore rares (Sundwall Β II α). Elles se distinguent des types plus récents par la minceur de l’arc.

22Quelques fils de bronze enroulés en cercles constituaient probablement des boucles d’oreilles ; la plupart sont lisses (Kilian 2, p. 84, fig. 1, n. 8), quelques-unes ont l’extrémité légèrement ondulée.

I - Β

23Le groupement des tombes considérées comme les plus anciennes de la nécropole a pu être réalisé grâce à des analogies de formes entre les composantes des différents mobiliers funéraires. Les modifications sensibles qui se sont produites simultanément pour chacun des objets offerts au mort permettent d’attribuer une série de tombes qui présentent ces caractères nouveaux à une période immédiatement postérieure (période I.B.).

24Les tombes à crémation, quoique proportionnellement moins nombreuses, sont encore la majorité.

25Les urnes ont acquis maintenant une silhouette moins trapue, un profil plus net, un décor plus uniforme : col conique orné d’un méandre, dents de loup à sa jonction avec la panse renflée, zigzags et motifs en Ν au-dessous sont des éléments caractéristiques. (Pl. 1, fig. 5 ; Pl. 2, fig. 1, n. 3).

26Lorsque l’urne comporte un couvercle en forme de casque, le cimier s’allonge par rapport aux types antérieurs (S. Ant. 32 ; La Genière 1, Pl. v, 1).

  • 45 Antonielli, SE I, 1927, p. 11 sqq.

27On a remarqué la pauvreté du mobilier funéraire à l’origine. A la fin de la période I.A. et au début de la suivante, le nombre des vases augmente, surtout dans les tombes à crémation. Les cruches et les coupelles vont souvent par paires ; des pots, des tasses à une anse s’y ajoutent fréquemment. L’enrichissement progressif du mobilier funéraire n’a pas été constaté seulement à Sala Consilina. C’est un phénomène commun à la plupart des nécropoles à incinération d’Italie Centrale45.

28Comme à la période précédente, l’arme courante est la pointe de lance en feuille de laurier.

  • 46 Catal. Mostra. fig. 44.
  • 47 Not. Sc., 1888, Pl. XV, fig. 8.
  • 48 Par exemple de Pianello, Aberg p. 29, fig. 71. D’Allumiere, Müller-Karpe I, Pl. 25, 5. De Terni, i (...)
  • 49 L. Bernabò Brea et M. Cavalier 2, p. 92, fig. 15. Müller-Karpe I, Pl. 4, C. 2 ; 7, 23-25, 30 ; 9, (...)
  • 50 Cf. p. 56, 61, 70, 73, 75, 82. Quelques exemplaires analogues provenant de trouvailles fortuites e (...)

29Les plus anciens rasoirs apparaissent dans les mobiliers funéraires masculins vers la fin de la période I.A. On peut en citer plusieurs exemples à la période I.B. Aucun d’entre eux ne présente le type en demi-lune, commun dans les nécropoles villanoviennes, qui est connu aussi à Pontecagnano46, et dont il existe un exemplaire à Torre Mordillo47. Presque tous les spécimens de Sala Consilina ont une forme rectangulaire, s’apparentant à des types fréquents dans les cultures protovillanoviennes d’Italie centrale et méridionale48, en Sicile depuis la phase de Cassibile jusqu’à celle d’Aderno49, et en Calabre à l’Age du Fer50.

  • 51 Ce type est représenté à Torre Galli dans l’une les plus anciennes tombes de la nécropole (Mon. An (...)
  • 52 Parmi les plus anciens types de Sala Consilina, on remarque aussi celui de la tombe A. 145 : sa fo (...)

30Certains d’entre eux (Pl. 56,1) ont une prise en anneau torsadé unie à la lame par une attache semi-circulaire fixée par deux ou trois clous (comme La Genière 2, Pl. IV, 5 ; Kilian 2, p. 84, fig. 1, 15). La lame est percée d’un cercle entouré par deux ou trois plus petits cercles ; un décor géométrique est parfois gravé autour de la prise51. Si cette forme peut être considérée comme la plus ancienne52, elle laisse rapidement place à un type plus modeste et sans doute moins coûteux que l’on retrouve à la phase II : une lame rectangulaire de bronze à laquelle une prise étroite est fixée par un clou (Pl. 56,2 ; Pl. I, fig. 6, au centre). Ce type simplifié est répandu dans toute l’Italie méridionale et en Sicile.

31Les fibules à arc serpentant de type sicilien caractérisent les tombes masculines ; l’arc à section ronde comporte parfois un décor en arête de poisson (comme Pl. 31, fig. 5) ; les fibules à disque ont presque complètement disparu.

  • 53 Jahrb. d. RGZM. Mainz, 3, 1956, p. 28-116, Über blecherne Schildbuckel (Faleren). Voir au sujet de (...)

32Les disques de la tombe S. Ant. 32 (Pl. 56, 3 et 4), au centre bombé, décorés au repoussé de files de cercles, appartiennent à une catégorie d’objets très largement diffusés en Europe et désignés conventionnellement par G. von Merhart du nom de phalères, bien que leur rôle exact soit mal déterminé53. Les spécimens de Sala Consilina s’apparentent au premier groupe distingué par G. von Merhart (Perl-und Buckelverzierte Faleren), très nombreux à l’Age du Bronze, surtout dans la zone des lacs suisses. Il semble que les régions proches du lac de Constance aient joué dans la formation des phalères en bronze martelé un rôle particulièrement important.

  • 54 Selon G. Bellucci, BPI, XL, 1914, p. 56-71, ces fléchettes, qui peuvent être à pédoncule, à canon (...)

33C’est aux tombes d’hommes qu’il convient d’attribuer les quelques exemples de fléchettes connus dans la nécropole. Elles sont attestées en divers sites d’Italie et d’Europe, sans que toutefois leur fonction ait pu être précisée54.

34Par le nombre et la variété de leurs bronzes les mobiliers féminins se distinguent des précédents.

35La fibule caractéristique de cette période est celle qui comporte un arc à sanguisuga formé de rondelles accollées enfilées sur une tige à section carrée. Dans les plus anciennes, chaque rondelle était séparée de la voisine par un petit anneau de bronze (comme Sundwall Β III c 9 ; Kilian 2, p. 84, fig. 1, n. 1). Au cours de la phase I.B, les anneaux disparaissent et les rondelles se rapprochent (Sundwall Β III d 4, types Pl. 30, fig. 5, 7). Le pied de ces fibules est un disque, à spirale pour les plus anciennes, presque toujours fermé par la suite. On connaissait leur existence dans la plupart des sites villanoviens d’Etrurie tyrrhénienne ainsi qu’à Bologne ; par contre le type n’était pas apparu jusqu’à présent en Italie Méridionale, et il demeure étranger à la Calabre et à la Sicile.

36Bien que les fibules à sanguisuga soient les plus courantes, le type à arc simple et à disque de la période I. A ne disparaît que progressivement. A côté de quelques exemplaires à disque en spirale au début de la période (type Pl. 30, fig. 6), d’autres ont le disque fermé (type Pl. 30, fig. 8).

  • 55 Parfois cependant, il prend des proportions plus grandes (A. 302), que l’on connaît à Cumes sur de (...)
  • 56 Tombe 116 d’Acciaieria, Müller-Karpe 1, Pl. 43.B.

37Les fibules à arc simple, à pied court et symétrique, exceptionnelles à la période précédente, apparaissent plus fréquemment (Sundwall ΒII α b ; Kilian 2, p. 84, fig. 1, n. 7). Leur arc est assez mince, sans renflement appréciable vers le milieu, souvent lisse, parfois garni d’incisions transversales; le pied est normalement petit’55. On retrouve au début de la phase I. Β la fibule à plusieurs enroulements (type Pl. 30, fig. 4, proche de Sundwall D III β a), dont le disque est en spirale ; elles sont associées, comme un exemplaire analogue de Terni, à une fibule à sanguisuga à disque56. Ce type demeure cependant très rare à Sala Consilina. Quelques fibules à arc serpentant de petite taille et de formes diverses se trouvent dans des tombes de femmes.

  • 57 Cf. J. Szomrathy, Funde der ersten Eisenzeit aus Apulien, Mitt. d. Anthr. Gesellsch. Wien, XLVII, (...)
  • 58 Voir chapitre II, p. 71, note 149.

38Quelques tombes de I. B, surtout parmi les plus récentes, renferment des fibules en lunettes (proches du type Pl. 31, fig. 7), analogues aux types très largement diffusés sur les deux rives de l’Adriatique et notamment en Apulie57. Par contre la fibule à quatre spirales commune à toutes les nécropoles calabraises et dont quelques exemplaires proviennent de Campanie et d’Etrurie Méridionale n’est connue à Sala Consilina que par un spécimen58.

  • 59 Cf. p. 22.
  • 60 On peut voir en particulier chez les femmes peules plusieurs anneaux analogues d’argent massif pen (...)
  • 61 G. Bellucci, Parallèles ethnographiques IV, Amulettes, 1915, p. 67.
  • 62 Tombe 10 de Fermo au Musée d’Ancône. Tombe 12 de l’Olmo Bello de Bisenzio au Musée de la Villa Giu (...)
  • 63 La tradition de ces ornements semble très ancienne : les fouilles de Tirynthe ont livré des bijoux (...)

39On classera parmi les bijoux de grands anneaux formés par un double fil de bronze enroulé sur lui-même, d’abord lisse59 puis, vers la fin de la période, ondulé aux extrémités (Pl. 31, fig. 13). Etaient-ils passés au-dessus de l’oreille ou traversaient-ils le lobe percé ? Malgré leur diamètre souvent considérable (6 à 7 cms), le second mode de fixation n’est pas invraisemblable. Leur poids n’est pas énorme en effet, et des bijoux comparables ornent encore aujourd’hui les oreilles de femmes en Afrique60. On a suggéré aussi que ces anneaux étaient suspendus à l’aide de cheveux dans la région auriculaire61. Ces bijoux sont très communs dans toutes les nécropoles de type villanovien et demeurent nombreux, quoique traités en or ou en argent, au début de l’époque orientalisante62. Par contre en allant vers le Sud, les exemplaires sont un peu plus rares63.

  • 64 Les fouilles de Stićna en Slovénie ont mis au jour une tombe dans laquelle un personnage était vêt (...)
  • 65 Tombes féminines de Vergina, Man. Andronikos, An early Iron Age cemetery at Vergina near Beroea, B (...)

40On voit apparaître au cours de cette période de petits boutons de bronze en demi-sphère qui connaîtront une grande popularité à la phase suivante (Pl. 31, fig. 15). Ils portent un anneau de fixation à l’intérieur et devaient être cousus sur des étoffes ou des objets de cuir. Fréquents dans les nécropoles de l’Age du Fer en Italie, ils sont communs également dans les Balkans64, et en Macédoine65.

  • 66 Par exemple à Rome, Müller-Karpe, Zur Stadtwerdung Roms, Pl. 3, A n. 13.

41Au nombre des bijoux féminins s’ajoutent parfois quelques perles de collier en forme de tube étroit (saltaleone) formées d’un fil de bronze enroulé sur lui-même. Elles alternent parfois avec des perles d’ambre brun-rouge, longues et étroites, dont la forme est commune à de nombreux sites de l’Age du Fer66. Cependant l’ambre est encore une matière rare. Outre les précédentes, il existe de petites perles rondes ou de grands anneaux minces utilisés comme pendants d’oreilles.

  • 67 P. Orsi, Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 63, fig. 47.

42Quelques tiges de bronze à section ronde terminées par un disque à chaque extrémité appartiennent à des lombes de femmes (La Genière 2, Pl. I, fig. 2 ; Kilian 2, p. 84, fig. 1, n. 17) ; ils représentent des fuseaux primitifs dont on connaît d’autres exemples à Pontecagnano (Musée de Salerne), à Torre Galli67 et en Etrurie.

  • 68 H. Hencken, in Ciba Foundation Symposium on M.B. and Etruscan origins, Londres, 1959, p. 29-47, ra (...)

43Ainsi les rites funéraires et les objets de Sala Consilina I suggèrent que la population subit l’influence des porteurs de la culture villanovienne d’Etrurie68. Cependant les éléments crémateurs ont laissé subsister une tradition inhumante. Le fait que la prédominance du rite crématoire ne dépasse pas la fin de la phase I prouve en effet que des éléments inhumants imposent rapidement leurs coutumes au cours de la période II.A.

SALA CONSILINA II

II - A

  • 69 Antonielli, L’Età enea in Etruria, Incinerazione e inumazione nell’Italia Centrale, SE I, 1927, p. (...)
  • 70 Catal. Mostra 1962, p. 107. SE XXXIII, 1956, p. 676.

44On constate en effet dès le début de la phase II une chute brutale de la crémation qui ne représente plus que 15 % environ de l’ensemble des tombes. Les dernières tombes à crémation de la nécropole se situent vers le milieu de cette phase, l’inhumation étant ensuite le seul rite funéraire pratiqué. Ce phénomène de disparition de la crémation n’est par une particularité de Sala Consilina. En effet, bien qu’il existe des sites comme Chiusi où la crémation demeure, d’autres, comme Vetulonia, Volterra, Terni, où elle persiste en diminuant, le progrès, plus ou moins rapide selon les lieux, de l’inhumation est général en Etrurie à la fin du Ville et au cours de VIIe siècle69. Il en va de même à Pontecagnano où, à une phase de crémation presque exclusive correspondant au Villanovien I, succède une seconde période, qui connaît surtout l’inhumation70.

  • 71 La tombe S. Ant. 22 contient un vase sphérique à pied comportant deux anses, l’une horizontale à s (...)
  • 72 La céramique à tenda de facture élégante est exécutée dans une argile beige rosé fine et soigneuse (...)

45Les urnes, dont on peut dénombrer à peine une vingtaine d’exemples, n’ont plus le type canonique qui s’était peu à peu déterminé au cours de la période I.A, et s’était imposé à la phase suivante (le col conique, la panse également conique sous le gonflement de l’épaule, le décor stéréotypé). Au cours de la phase II, tandis que diminue la proportion des morts incinérés, on cesse, semble-t-il, de fabriquer des vases à usage exclusivement funéraire. La forme la plus commune est devenue celle du vase biconique à deux anses, dont l’une a été brisée rituellement. Souvent l’urne est très allongée par rapport aux types précédents (La Genière 2, Pl. 2, fig. 3 ; Catal. Mostra, fig. 18) ; le col peut être presque vertical ; des vases de forme nouvelle peuvent tenir lieu d’urnes71. L’impasto est parfois très grossier. Enfin, renonçant à l’impasto, on a parfois enterré les cendres du mort dans des vases d’argile claire à décor géométrique, répétant le type évolué de l’urne biconique d’impasto : c’est le cas d’un vase élancé à tenda de facture soignée M. 28 (Pl. 37, fig. 3) ou de celui (A. 181) à tenda de facture grossière (Pl. 2, fig. 3, n. 6)72.

  • 73 Schroder, AA, 1905, p. 26 ; G. Von Merhart, Bericht d. R.G.K., 1940, p. 21, fig. 6, n. 5.

46Les casques de terre cuite servant de couvercle à plusieurs urnes de tombes d’hommes ont parfois un cimier haut à crête allongée (comme A. 181, Pl. 2, fig. 3, n. 1) par rapport aux plus anciens. Vers la fin de la période, un couvercle en forme de casque à cimier bas (S. Ant. 65, Catal. Mostra, fig. 18 ; Kilian 2, p. 91, fig. 4, n. 1) rappelle les types de bronze désignés par G. von Merhart du nom de Kammhelm, dont le Musée de Berlin conserve un exemplaire provenant de Sala Consilina73 et évoque les exemplaires analogues trouvés en Etrurie Méridionale.

  • 74 Les vases géométriques de cette période feront l’objet d’un chapitre séparé ; cf. infra, p. 35-47.

47Quant au reste des vases d’impasto qui composent le mobilier funéraire, on énumérera ici, sans vouloir en faire une étude systématique, les traits principaux qui les distinguent des séries plus anciennes74.

  • 75 Ces vases sont fréquents dans de nombreuses nécropoles d’Italie centrale et méridionale, comme par (...)

48Pour les formes, on note la multiplication des situles dont les premiers exemples sont apparus au cours de la période précédente (comme Pl. 4, fig. 1, n. 1), l’apparition d’un large récipient à col, muni de deux anses dressées reliées par un empattement à l’embouchure évasée (Pl. 36, fig. 5 ; Kilian 3, Beil. 7, fig. 7), la fréquence d’une série de vases pansus au col largement ouvert, à deux anses verticales plates (S. Ant. 2, Pl. 1, fig. 6, n. 4 ; S. Nic. 66, Pl. 2, fig. 4, n. 1). On remarque aussi de grands vases sphériques sur pied conique, dont l’un a servi d’urne. Des vases ovales en argile épaisse, mal épurée, dont la surface est devenue brun-rougeâtre après la cuisson, sont apparus vers la fin de la période I. B ; ils se trouvent dans la plupart des tombes à inhumation de la période suivante; plus ou moins allongés, ils peuvent avoir l’épaule lisse, souvent garnie de trois ou quatre protubérances (comme S. Nic. 44, Pl. 4, fig. 3, n. 1), ou portant un cordon en relief (La Genière 1, pl. 6, 4) ; quelques-uns sont pourvus d’un bec verseur75. Les cruches perdent la netteté et la précision des formes qui les avaient distinguées à la période I. B ; elles s’alourdissent ; l’anse verticale en anneau est remplacée par une anse en ruban reliée à l’embouchure (Pl. 5, fig. 5, n. 1) ; parfois il semble que l’influence des vases géométriques à tenda de facture soignée se fasse sentir sur des cruches comme celle de S. Antonio 39 bis (Pl. 36, fig. 13, 14).

49Parmi les petits vases, les calices bas à profil conique (Pl. 2, fig. 3, n. 5) ou les calices à pied (Pl. 2, fig. 4, n. 3 ; Pl. 3, fig. 3, n. 2 ; Pl. 4, fig. 1, n. 3 et 6) se multiplient très rapidement dans les tombes où ils ont été introduits dès la fin de la période précédente. Quelques coupelles sans anse à boutons dressés près du bord (S. Ant. 65 par exemple, Catal. Mostra, fig. 18, p. 73) rappellent un type créé au cours de la phase I. B. Enfin les tasses à une anse dressée connues depuis les plus anciennes tombes de Sala Consilina, ont maintenant une lèvre plus haute, verticale, formant un angle accusé avec la vasque dont la base est un pied étroit et court. Beaucoup de tasses analogues peuvent être groupées en plusieurs séries d’après leur décor incisé (Pl. 3, fig. 4, La Genière 1, Pl. III, 2-6).

  • 76 Kilian, in Convegno Taranto 4, p. 92-99. Sur un tableau de l’urne S. Ant. 94, on voit, non plus un (...)
  • 77 Müller-Karpe 2, Pl. 18.
  • 78 Gabrici, Mon. Ant. XXII, 1913, Pl. XII, fig. 1.

50Les décors se sont en effet renouvelés autant que les formes. Si l’on retrouve les motifs de la phase précédente, ils sont maintenant isolés. Beaucoup d’urnes ont une surface lisse et dépouillée ; d’autres se couvrent d’ornements moins soignés et moins clairement ordonnés qu’à la phase précédente (Pl. 3, fig. 2, n. 1), que l’on retrouve sur des vases de différentes formes. Au nombre des éléments caractéristiques, en général formés par des hachures transversales entre des traits parallèles, on reconnaît à plusieurs reprises la représentation schématique d’un être humain76 comparable à celle qui figure sur les urnes-cabanes de Castelgandolfo ou de Tarquinia77 ou sur une célèbre cruche de Cumes78.

51Les pointes de lance sont assez nombreuses dans les mobiliers masculins. Depuis la phase précédente, leur forme a évolué, obéissant à une recherche de plus grande efficacité, comme dans la plupart des sites contemporains de l’Age du Fer. Les tranchants n’ont plus un profil convexe, mais ils sont larges à la base et creusés sur les côtés, rendant ainsi la pointe plus effilée (Pl. 2, fig. 4 ; Pl. 3, fig. 2 ; Pl. 4, fig. 1).

52Une épée de fer à fourreau ouvragé revêtu de bronze gravé, très proche de l’exemplaire connu à la phase 1 (S. Ant. 29), appartient à une sépulture de la période II A (S. Nicolà 44, Pl. 4, fig. 5).

  • 79 P. Orsi, Not. Sc. 1902, p. 37. D. Topa, Le civiltà primitive della Brettia, p. 149, fig. 32.

53Les rasoirs n’ont pas subi de transformations notables. Le type commun demeure celui qui s’est constitué à la phase précédente (Pl. 56, fig. 2), malgré un fréquent allongement de la lame rectangulaire. Parfois la prise ne fait qu’une pièce avec la lame ou s’achève entre les bords d’un ruban métallique replié en deux. On remarque un spécimen triangulaire dans la tombe A. 207 qui peut être comparé à un type de S. Lorenzo de Spezzano79.

  • 80 Not. Sc. 1888, Ρl. XV, fig. 21.

54Les fibules d’hommes sont peu variées. Ce sont surtout des types à arc serpentant et pied court, siciliens, normalement de bronze (Pl. 31, fig. 5), exceptionnellement de fer ; les plus anciennes ont l’arc à section ronde ; pour les plus récentes, il est souvent aplati au niveau des ressorts ; il peut être aussi à section polygonale, et décoré, non plus du traditionnel motif en arête de poisson, mais de files de points. Par contre, les fibules en deux parties et à disque sont presque toujours en fer ; parfois, l’épingle est en bronze ; souvent l’arc est divisé en deux branches parallèles (comme Sundwall DIV α d ; Kilian 2, p. 90, fig. 3, n. 19), plus rarement en trois (Kilian 2, p. 90, fig. 3, n. 15), type connu à Torre Mordillo80. Enfin les fibules de fer à arc serpentant à coude, dont le type est souvent représenté dans les nécropoles calabraises, sont présentes surtout vers la fin de cette période (Sundwall DI γ aa).

  • 81 Cf. infra, p. 77.

55Les fibules des tombes de femmes ont peu de points communs avec celles de la phase I. Les fibules à disque cessent à peu près d’être utilisées. En effet, si Ton rencontre encore quelques exemples de grandes fibules à sanguisuga et à disque qui étaient les plus fréquentes à la phase précédente, c’est seulement dans des tombes exceptionnellement riches. Quelques sépultures ont livré également des fibules de même type, mais de beaucoup plus petite taille. De même les fibules à arc simple et à disque ont presque toutes disparu ; celles qui subsistent ont des dimensions réduites. On remarque dans deux tombes une fibule à disque fermé dont l’arc est très renflé en « sanguisuga pleine » (Pl. 31, fig. 8). C’est un spécimen connu à Torre Mordillo (Tombes 145, 211, 218), où il est associé à un matériel nettement postérieur à celui de la phase I. B. de Sala Consilina81. On a donc affaire à un type attardé de fibule à disque, comme c’est le cas pour deux fibules à arc plat et à disque de la zone M (Pl. 31, fig. 9 ; Kilian 3, Beil 20, A, 4 a, 4 b).

  • 82 Tout particulièrement d’Amendolara, cf. infra, p. 72.
  • 83 Un grand nombre de fibules en lunettes ont été mentionnées par J. Szombathy, Mitt. d. Anthr. Gesel (...)

56Quelques spécimens exceptionnels de fibules en disque rond à pied court sont des versions déformées de types caractéristiques du Nord de la Calabre82 (Sundwall C I ε) à une époque correspondant à Sala Consilina I. B. Ce n’est plus à la Calabre, mais à la Pouille83 et aux cultures adriatiques que font penser des fibules en lunettes, la plupart du temps de petite taille (sauf D. 74, Pl. 31, fig. 7). On citera encore des types fréquents en Italie centrale comme la fibule à arc serpentant à plusieurs enroulements, où un pied court remplace le disque des types antérieurs (Sundwall D III α d 2) (Pl. 31, fig. 6), les fibules à arc plat à pied court (Pl. 31, fig. 10).

57Cependant le type le plus commun est désormais celui de la fibule à arc simple légèrement renflé, à pied court et symétrique. Cette forme connaît une vogue croissante au cours de la deuxième phase, et une même tombe peut en contenir un grand nombre d’exemplaires (22 en A. 370, une quinzaine en D. 148, par exemple). On en connaît de nombreuses variantes, tant pour les dimensions que pour le décor gravé, qui peut être une file d’incisions simples ou coupées de points (S. Ant. 27, Pl. 31, fig. 2), ou des bandes de chevrons, ou encore des groupes d’incisions transversales (S. Ant. 98, Pl. 31, fig. 3) ; parfois aussi leur arc est lisse, ou formé d’un fil de bronze tordu (Pl. 31, fig. 1).

58On a constaté plus haut qu’il était exceptionnel pour une tombe d’homme de contenir des fibules féminines. La réciproque n’est pas aussi stricte, et certains types masculins, en général réduits à de petites dimensions, étaient portés par les femmes : fibules de type sicilien à arc aplati, fibules de même type à arc à section carrée.

  • 84 En Sicile, R. Peroni, BPI 65, 1956, p. 418, fig. 7. Bernabò Brea et M. Cavalier 3, Pl. XLII, fig. (...)
  • 85 Par exemple, à Torre Mordillo, Musée de Cosenza, à S. Onofrio di Roccella, tombe 31, Musée de Regg (...)

59Les travaux féminins sont évoqués, non seulement par de nombreuses fusaïoles, presque toutes biconiques, mais aussi par quelques aiguilles percées d’un chas dont on connaît ailleurs des exemples à l’Age du Bronze84 comme à l’Age du Fer85.

  • 86 Le premier fuseau découvert à Sala Consilina a été publié par A. Maiuri, BPI XL, 1914, p. 175. Cet (...)

60Quelques tombes ont livré des fuseaux, d’un type plus élaboré qu’auparavant : sur la tige sont maintenant fixés des disques de bronze transversaux destinés à retenir les touffes de laine (La Genière 1, Pl. II, fig. 11 ; Kilian 2, p. 90, fig. 3, n. 14)86. On compte seulement une dizaine de fuseaux analogues pour l’ensemble des tombes de la phase II ; les mobiliers qui les contiennent se remarquent en général pour leur richesse.

  • 87 Des représentations schématisées de doubles personnages ont permis à K. Kilian (Convegno Taranto 4 (...)
  • 88 Musée de Cosenza, D. Topa, Le civiltà primitive della Brettia, p. 152, fig. 33.
  • 89 Mon. Ant. XXXV, 1933, p. 39, fig. 13.
  • 90 Noter le tour de taille : 82 cm. en A. 246 ; 83 cm. en A. 294 ; 1 m. en B. 63 ; quant à celle de l (...)

61Trois d’entre eux comprennent aussi de magnifiques ceintures en bronze gravé87 dont le type, bien que très rare, est connu également à Torre del Michelicchio, près de Torre Mordillo88 ; une forme assez comparable provient de la nécropole de Lago dell’Accesa en Etrurie89. Ces ceintures, à l’exception d’une d’entre elles trouvée dans une tombe indéterminée (S. Nic. 22, Pl. 5, fig. 2), appartenaient à des femmes qui semblent avoir eu un rang social privilégié90. Tous les bijoux possibles ont été réunis pour parer ces mortes à la riche ceinture : boucles d’oreilles aux extrémités ondulées, chaînettes, boutons décoratifs, lourds bracelets en ressorts de bronze, fibules diverses, parmi lesquelles, comme on a vu, quelques pesantes fibules à sanguisuga et à disque, typiques de la phase précédente. Un signe de particulière richesse est aussi le collier ou pectoral en fil de bronze travaillé en une sorte de tissu serré portant des chaînettes, ainsi que les longues chaînes formées de plusieurs anneaux passés les uns dans les autres.

  • 91 Kossack, p. 20-23, cf. infra, p. 118.

62Des pendentifs ronds ou cercles à jour ont été trouvés dans plusieurs tombes (H. 15, Pl. 31, fig. 14). Ils s’apparentent à une famille d’objets qui proviennent, non seulement des nécropoles italiques de l’Age du Fer, des dépôts sicules, mais de Grèce et d’un assez grand nombre de sites européens, et seraient, d’après Kossack91 rattachés aux disques de la symbolique solaire qui aurait son origine dans la culture des Alpes Orientales à la fin de l’Age du Bronze.

II - Β

63Vers la fin de la phase II, sans qu’aucune révolution brutale se produise dans les mobiliers funéraires, on voit apparaître progressivement des objets ou des décors nouveaux, qui, se trouvant constamment associés entre eux, représentent un stade particulier de l’histoire de la nécropole. Bien que les tombes concernées soient peu nombreuses, leur groupement a une signification chronologique et représente une seconde période de la phase II (II. B), dont on résumera brièvement les caractéristiques.

64On a assisté, au cours de la période II. A, à une diversification croissante des types de vases ou d’objets de bronze.

  • 92 Amphorette de S. Ant. 6 ; tasses de S. Ant. 101, 119, H. 4, H. 5 etc., à vasque haute, étroite, an (...)

65Les vases d’impasto pouvaient être attribués à plusieurs catégories dont la fabrication se poursuit pendant la période II. B. On remarque cependant un plus grand nombre de petits vases, cruches, coupelles, calices, tasses à une anse (Pl. 5, fig. 5). Ils portent non seulement les motifs incisés hérités de la période précédente, mais souvent aussi le décor à cordicella qui figure l’impression d’une cordelette sur l’épaule des cruches, sur le bord des coupelles, la vasque des tasses à une anse. Parfois la pâte même du vase s’affine et devient plus pure et plus grise ; le décor se réduit à des cannelures verticales92 (Kilian 2, p. 93, fig. 5, 11, 14, 15, 17, 18).

66Outre les fibules de la période II. A, qui sont encore les plus nombreuses, quelques nouveaux types caractérisent cette étape ; ce sont des fibules en sanguisuga plus ou moins renflée à pied court (comme Pl. 5, fig. 4 et 6 ; Pl. 31, fig. 4). Elles sont fréquemment associées à des fibules à disque ou à pied court (Pl. 31, fig. 11) dont l’arc mince à section carrée portait comme revêtement des rondelles d’ambre et d’os. Cette fibule est largement diffusée du Nord au Sud de l’Italie où elle constitue un élément caractéristique de la fin du Villanovien II (Pontecagnano II, Arenosola, Torre Mordillo, etc...).

67On remarque aussi quelques variantes parmi les anneaux ou les ornements auriculaires. Parfois l’ondulation des extrémités s’accentue ; ou bien ils prennent l’aspect d’un ruban élargi vers les extrémités et dentelé sur le bord (Pl. 5, fig. 3, proches de Pl. 35, fig. 1), répétant ainsi le type le plus diffusé en Calabre à l’époque de Canale-Janchina.

68Quelques tombes contiennent au milieu d’un matériel caractéristique de la période II. Β un objet isolé qui annonce une phase ultérieure. Tantôt c’est un vase, comme une coupelle à quatre anses, une tasse à deux anses (comme Pl. 42, fig. 1) ; ou bien ce sont des fibules à pied long qui peuvent être à arc serpentant à bâtonnets latéraux, séparé en deux branches (Tombe A. 380, Pl. 6, fig. 1 ; Pl. 31, fig. 16), ou simple (Tombe D.137, Pl. 6, fig. 2) ; à arc en navicella, parfois muni de boutons latéraux (Pl. 31, fig. 12) ; des fibules en fer à quatre spirales qui reproduisent la forme de bronze très populaire en Calabre (exemplaires fragmentaires dans la Tombe A. 380, Pl. 6, fig. 1). Les pointes de lance et les couteaux en fer font leur apparition.

69La plupart de ces nouveaux objets, qui sont isolés dans des mobiliers funéraires typiques de la phase II. B, caractérisent le début de la phase III. Doit-on considérer les tombes qui les contiennent comme des exemples d’une période de transition entre les phases II et III ? Nous ne le croyons pas. S’il en était ainsi en effet, il devrait y avoir dans la nécropole, outre celles-ci, des tombes qui illustreraient le remplacement progressif des objets archaïques par des objets nouveaux ; certaines d’entre elles en particulier devraient contenir dans une proportion équilibrée des objets des phases II et III. Or, il n’en est rien jusqu’à présent. En effet, bien que l’on remarque encore des vases d’impasto dans un assez grand nombre de tombes du début de la phase III, la transformation des mobiliers funéraires, et en particulier des vases géométriques et des bijoux, le remplacement du bronze par le fer s’opèrent brutalement. Cela revient à dire qu’il n’y a pas eu, entre les phases II et III, une véritable période de transition, bien que l’introduction de quelques nouveaux objets à la fin de la phase II puisse le laisser supposer. C’est donc à la fin de la période II. Β qu’il convient de rattacher les tombes, au nombre d’une vingtaine, qui contiennent ces premiers témoins d’une culture qui ne tardera pas à se répandre.

70Il faut par conséquent supposer, entre la période où des objets nouveaux se rencontrent isolément dans quelques tombes (période II. B) et celle où ils arrivent en masse (phase III) associés à une céramique géométrique différente et à des objets métalliques très variés, un laps de temps suffisant pour que la plupart des objets en usage précédemment aient disparu, et que ces bijoux, ces armes, d’exceptionnels qu’ils étaient, soient devenus communs ; que les vases géométriques qui les accompagnent, hier encore inconnus, dominent aujourd’hui le marché. Or cette période intermédiaire n’est presque pas illustrée à Sala Consilina, où pourtant un millier de tombes ont été mises au jour. Il est donc vraisemblable, si l’on se fonde sur les données actuelles de la fouille, que l’histoire de la nécropole comporte, entre les phases II et III, une rupture dont on ne pourra apprécier l’importance qu’après l’étude de la phase III.

71Un argument d’ordre topographique confirme cette idée fondée sur les résultats de l’analyse archéologique.

72En effet, bien que la carte de la nécropole, faute d’une exploration complète de la zone archéologique, n’autorise pas une étude systématique de stratigraphie horizontale, elle fournit cependant quelques données qui méritent d’être notées.

73Laissant de côté les cimetières de S. Antonio et de S. Nicolà qui ont livré exclusivement jusqu’à présent des tombes des phases I et II, l’on remarque dans la partie principale de la nécropole (zones A à L) (Pl. 55) que les tombes à incinération les plus anciennes (Phase I) sont surtout concentrées dans des secteurs étroits des zones A, I, B, D. On note aussi que les tombes de la phase II sont nombreuses dans les zones A, B, C, D, mais qu’elles représentent en outre la quasi totalité des zones E, F, G, H, Barre, et qu’ainsi, au cours de cette période, des tombes contemporaines peuvent être relativement éloignées puisqu’elles sont réparties sur l’ensemble de la nécropole. Par contre, les tombes de la phase III sont distribuées très différemment. Les plus anciennes sont concentrées dans les zones A et I voisines l’une de l’autre ; la plupart de celles de la période III. B s’y trouvent également. Cependant la zone B renferme quelques mobiliers caractéristiques de la fin de la phase III. B, et l’on peut penser que les parcelles encore inexplorées comprises entre les zones I et B livreront un jour d’autres tombes de cette période. Il en résulte que, dans la mesure où la zone A ne pouvait être utilisée pour de nouvelles sépultures, la nécropole de la phase III s’étendait progressivement vers le Sud-Est. Cette idée est confirmée par le fait que les plus anciennes tombes de la période III. C se trouvent dans la zone B, les plus récentes étant au sud des précédentes, dans la zone D, qui renferme en outre la plupart des tombes de la période III. D correspondant à la fin de la nécropole.

  • 93 La zone D, limite sud des tombes de la phase III est grosso modo à mi-distance entre l’extrémité n (...)

74Ainsi le choix d’un lieu de sépulture obéissait, à la phase III, à des coutumes radicalement différentes de celles qui avaient caractérisé les phases I et II. A la relative concentration des premières tombes à incinération avait succédé la dispersion sur une vaste étendue des très nombreuses tombes de la phase II. Au contraire, dès le début de la phase III, l’on a commencé à enterrer les morts dans des zones plus limitées, en débutant par la zone A, qui n’a cessé ensuite d’être utilisée, et en étendant progressivement la nécropole vers le Sud, à mesure que le besoin d’espace se faisait sentir. Partout les nouveaux cimetières occupent l’emplacement de ceux des phases précédentes, ce qui explique en certains cas la juxtaposition dans un mobilier funéraire d’objets des phases I ou II avec d’autres d’une étape avancée de la phase III (E. 16 par exemple, Pl. 17). Cependant les tombes de la phase III ne recouvrent qu’une partie des cimetières93 anciens.

75Or on constate que les tombes qui contiennent, avec un mobilier caractéristique de la période II. B, un des objets nouveaux, typiques du début de la phase III, ont été trouvées, mises à part celles de la zone A où toutes les phases sont représentées, dans des zones qui par ailleurs ne renferment pas de tombes du début de la phase III (D, L, S. Ant.). Cette observation confirme l’appartenance des tombes de ce groupe à la fin de la phase II. B, et rend plus évidents les changements profonds qui se sont produits peu après dans le développement de la nécropole.

76L’on ne saurait terminer la description des mobiliers des phases I et II de Sala Consilina sans rappeler l’existence de la céramique d’argile claire à décor géométrique qui en est un élément caractéristique.

B - CÉRAMIQUES GÉOMÉTRIQUES DE SALA CONSILINA

AU DÉBUT DE L’AGE DU FER

  • 94 La Genière, 1.
  • 95 Kilian 3, p. 76-105.

77Après notre étude préliminaire sur les rapports chronologiques existant entre les deux séries de vases à tenda représentées au Val de Diano94, après les analyses de K. Kilian sur le matériel géométrique de la zone M95 qui, dans l’ensemble, concordent avec nos premiers résultats, on pourra alléger l’exposé des problèmes liés à cette série de vases, et l’on se contentera de présenter ici les principales conclusions auxquelles les recherches poursuivies sur ce sujet depuis 1959 nous ont conduit.

  • 96 Comparer avec une tasse publiée par J. Szombathy, Mitt. d. Anthr. Gesellsch. Wien, XLVII, 1917, p. (...)

78A part trois petits vases de la zone de S. Antonio dont l’un (tasse S. Ant. 7, Pl. 42, fig. 3) semble importé d’Apulie96, toutes les céramiques d’argile claire décorées de motifs géométriques qui sont connues au cours des phases I et II de la nécropole appartiennent à l’une ou l’autre des deux séries que des particularités de forme ou de décoration ont permis de distinguer.

I

79Les plus anciens exemples du premier groupe géométrique connu à Sala Consilina apparaissent dans les tombes de la période I. B, caractérisées par la présence de fibules à arc en sanguisuga en lamelles de bronze, et à disque (Tombe I. 33, Pl. 2, fig. 1 et 2. S. Antonio 106, La Genière 2, Pl. I, fig. 2), ou d’une urne dont le décor ou la forme est typique de cette phase (Tombe S. Ant. 32, La Genière 1, Pl. 5. Tombe A. 4, La Genière 1, Pl. IV, fig. 1, La Genière 2, Pl. I, fig. 1).

80Les traits communs qui permettent d’unir ces vases ont déjà été exposés en détail. Rappelons ici l’argile peu raffinée, l’exécution entièrement manuelle des formes, l’identité des décors : motifs triangulaires sur l’embouchure, filets verticaux ondulés sur le col ; à l’épaule, angles emboîtés formant des triangles à base large ; limitation des décors par des bandes de chevrons que l’on trouve également sur l’anse ; rosettes remplissant les triangles vides alternant parfois avec la figure schématisée d’un oiseau d’eau (cruche S. Ant. 106, Pl. 36, fig. 10. Askos S. Ant. 32, Pl. 36, fig. 2. Tasse A. 4, Pl. 36, fig. 7).

81Plusieurs vases de la phase suivante, II. A, présentent les mêmes particularités et appartiennent à la même série que les précédents (urne A. 181, Pl. 2, fig. 3, n. 6 ; cruche S. Ant. 115, Pl. 3, fig. 1, n. 3 ; vase biconique A. 64, Pl. 36, fig. 9 ; cratère à col A. 349, Pl. 36, fig. 4). Enfin le vase biconique A. 262, de la même série, est contenu dans une tombe de la phase III. A (Pl. 6, fig. 3).

  • 97 Saflund, SE XII, 1938, Pl. III.
  • 98 Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. IV, 2-6.

82Presque tous les vases énumérés ci-dessus présentent des analogies de forme évidentes avec la céramique d’impasto de Sala Consilina et avec celle de la culture à fossa en général97. Les cruches biconiques à une anse en anneau appliquée sur l’épaule (S. Ant. 115, pl. 3, fig. 1) ont des proportions analogues à celles de certaines urnes (comme I. 33, Pl. 2, fig. 1, vase 3) ; l’urne A. 181 répète la forme élancée des urnes d’impasto du début de la phase II (Pl. 2, fig. 3) ; les vases biconiques à deux anses horizontales reproduisent avec de moindres proportions la silhouette des urnes cinéraires (Pl. 36, figg. 8 et 9). La tasse à une anse surélevée A. 4 est une adaptation des tasses villanoviennes traditionnelles (Pl. 36, figg. 6 et 7). L’askos géométrique S. Ant. 32 (Pl. 36, fig. 2) est apparemment le premier exemple connu dans la nécropole. Toutefois, un askos d’impasto trouvé fortuitement sur le terrain est probablement plus ancien, bien qu’il soit dépourvu d’associations qui permettent de prouver cette antériorité (Pl. 36, fig. 1). Sa forme parfaitement sphérique, son anse en anneau plat, son col dressé évoquent les askoi des premières tombes de Torre Galli98 ou de Francavilla Marittima. Par la suite, la tombe A. 258 de la phase II contient un askos d’impasto dont la forme est beaucoup plus maladroite que celle des précédents (Pl. 36, fig. 3).

83Pour les cratères, par contre, le vase géométrique n’est pas lié à des précédents d’impasto. Cette observation vaut pour les cratères sphériques d’argile claire connus dès la phase Ι. Β (1.33, Pl. 2, figg. 1 et 2), alors qu’aucun exemple d’impasto n’est représenté à Sala Consilina. Elle concerne également les cratères à col conique de la phase II comme A. 349 (Pl. 36, fig. 4), qui, par contre, ont entraîné des imitations en impasto (comme A. 157, Pl. 36, fig. 5). On remarque le type d’anse très caractéristique de cette série de cratères : très large et plate près de l’embouchure, elle se divise en deux baguettes obliques appliquées à l’épaule.

  • 99 Cratère sphérique, Mayer, Pl. 3, fig. 12 ; Pl. 4, fig. 11 ; cratère à col, Pl. 4, fig. 13. Ce dépô (...)

84Ces deux formes de cratères, sans toutefois l’anse caractéristique, existent en plusieurs sites apuliens, en particulier à Tarente dans le dépôt du Borgo Nuovo99. On verra plus loin les raisons de l’antériorité de cette céramique de Tarente par rapport à la phase I. Β de Sala Consilina. Il est probable que les auteurs des vases de Sala Consilina ont emprunté aux potiers cette forme qui aurait été introduite au Val de Diano en même temps que le répertoire décoratif, inédit alors.

85C’est en effet à des potiers du Val de Diano que l’on peut attribuer cette série de vases à décor géométrique, car elle est, dans l’ensemble, étroitement liée aux formes d’impasto plus anciennes. Au cours de la période I. B, les artisans de Sala Consilina ont donc innové simultanément dans les techniques décoratives et le choix des motifs peints sur les formes traditionnelles.

  • 100 Sauf le vase M. 4, Kilian 3, Beil. 8, B. 4, qui est une imitation en argile claire d’une forme ind (...)

86Or nous ne croyons pas que les thèmes de cette céramique géométrique aient été créés ex nihilo pour garnir de nouveaux vases d’argile claire. Une telle conception doit être exclue parce que les décors des vases géométriques n’ont aucun rapport avec ceux de la céramique d’impasto qui les a précédés100.

87On ne voit donc pas ce qui pourrait justifier une telle révolution dans la céramique locale, si l’on ne fait intervenir des éléments extérieurs, c’est-à-dire des vases nouveaux, considérés comme précieux parce que venus de loin, et manifestant une grande supériorité technique ; œuvres qui inspirèrent les potiers de la phase I. Β et que nous ne connaissons pas puisqu’aucun exemple n’en a été découvert à Sala Consilina.

II

88Cependant un grand nombre de vases de la phase II nous renseignent sur ce que purent être ces céramiques plus anciennes. Ils constituent la série que nous désignerons du nom de céramique à tenda de facture soignée par opposition à la précédente qui recevra celui de céramique à tenda de facture grossière.

  • 101 Il ne s’ensuit évidemment pas pour autant que cette composition signifie, comme le propose Kilian, (...)

89La perfection du travail du potier comme du peintre caractérise ce groupe de vases. La forme la plus répétée est celle de la cruche à col conique et à anse plate en ruban (Pl. 36, fig. 13 ; Pl. 3, fig. 2, vase 2 ; Pl. 4, fig. 2, fig. 4, vases 2 et 3) ; parmi les autres types on a pu distinguer le cratère sphérique (La Genière 1, Pl. IX, 1 ; Kilian 3, Pl. 4, fig. 2) et le cratère à col conique (Pl. 36, fig. 11), formes déjà rencontrées dans l’autre série géométrique et considérées comme étrangères aux traditions des potiers d’impasto mais susceptibles de les influencer (Pl. 36, fig. 12) ; les coupes à une anse à bord rentrant (Pl. 5, fig. 5, n. 6), l’urne biconique (Pl. 37, fig. 3) et la tasse à une anse (Pl. 37, fig. 1) sont plus rares. Il est inutile de revenir ici sur la qualité de la composition qui ordonne le motif de tenda ou angles imbriqués aux côtés incurvés, avec une rigueur toute géométrique dans la moitié supérieure de la panse, en sorte qu’une perspective verticale du vase permet d’avoir sous les yeux l’ensemble de la décoration, le bas de la panse demeurant nu101. Les motifs peints sur l’embouchure des cruches sont disposés en forme de carré inscrit dans le bord circulaire du vase (Pl. 38, fig. 1), obéissant ainsi à une loi rigide qui ne s’assouplit que vers la fin de la phase II. Les décors secondaires, comme les filets horizontaux ont été exécutés à l’aide du tour actionné en sens inverse des aiguilles d’une montre, tandis que le pinceau demeurait immobile ; pour les filets verticaux, le pinceau court toujours de bas en haut.

90Les vases à tenda de facture soignée sont normalement associés à une céramique d’impasto caractéristique de la phase II de Sala Consilina, comme les fibules qui les accompagnent : fibules à arc simple légèrement renflé, à pied symétrique (comme Pl. 31, figg. 2, 3), fibules à lunettes (type Pl. 31, fig. 7), fibules à arc en feuille et à pied court (Pl. 31, fig. 10), fibule à arc étroit revêtu d’ambre (Pl. 31, fig. 11), fibules à arc serpentant (Pl. 31, figg. 5, 6), dont certaines de type récent à section carrée. La céramique à tenda soignée se raréfie vers la fin de la phase II. On en citera cependant quelques exemples dans les tombes très récentes comme A.101 (Pl. 5, fig. 5), dont la date basse est suggérée par la présence d’une fibule à arc serpentant à pied long (proche de Pl. 32, fig. 7), S. Ant. 119 (La Genière 1, Pl. IX), qui contient aussi une fibule à navicella à pied long, A. 393, où se trouve une pointe de lance en fer d’un type courant à la phase III. A.

  • 102 L’hypothèse proposée par Kilian au sujet des cratères à tenda, ibid., P. 57, ne nous paraît pas de (...)

91L’on remarque que ces vases proviennent surtout des tombes de femmes, probablement parce que les mobiliers des sépultures d’hommes sont traditionnellement beaucoup moins riches102.

92Les premiers vases de la série soignée appartenant à des mobiliers plus récents que les plus anciens exemples de la série grossière, ce ne sont pas eux, mais ceux qui les ont immédiatement précédés et dont nous n’avons pas d’exemples, qui ont pu servir de modèles aux artisans locaux.

93Cette succession chronologique pourrait suggérer l’idée que les vases grossiers ont pu être l’ébauche des vases soignés. Pourtant nous avons écarté cette hypothèse parce que les formes adoptées pour chaque groupe ne sont pas les mêmes, l’exécution des décors révèle deux niveaux de technique très différents, et aucune œuvre intermédiaire entre les deux groupes, aucun passage de l’un à l’autre ne peut être cité. En outre, la fabrication des vases à tenda de facture grossière s’est poursuivie au cours de la phase II, alors que les céramiques soignées parvenaient au Val de Diano. Ces dernières étaient probablement des objets de prix qui n’étaient pas accessibles à tous, et l’on se contentait parfois de leur imitation sur place.

  • 103 — Cratère sphérique M. 15 (Kilian 3, Pl. 6, 1-3) ; Cratères à col conique D. 38, A. 153. Noter le (...)

94Quelques particularités communes à certains de ces vases nous ont permis de constituer des petits groupes, qui, quoique très voisins les uns des autres, permettent de déterminer avec plus de précision l’évolution chronologique de la série103.

95Pourtant, malgré ces variantes de détail, l’ensemble des vases à tenda de facture soignée est remarquable pour l’homogénéité exceptionnelle de sa décoration. Ces vases, très proches les uns des autres, sont, à notre avis, l’œuvre d’artisans qui les exécutaient par grandes séries. Les liens étroits qui les unissent constituent une preuve de la relative brièveté de la vie de ces ateliers qui ont travaillé pendant la phase II de Sala Consilina.

  • 104 Kilian 3, p. 80.
  • 105 Le vase biconique à tenda grossière de la tombe A. 262 serait l’unique exemple d’un vase d’argile (...)
  • 106 Kilian 3, p. 79-80.

96K. Kilian, de son côté, croit à la survivance jusqu’au milieu du VIe siècle des ateliers producteurs des vases à tenda, et cite deux tombes qui en contiennent un exemplaire au cours de la phase III (A. 395, phase III. Β ; D. 26, III. C, Kilian 3, Pl. 7, fig. 5 ; Pl. 8, figg. 1 et 2)104. Son observation fait apparaître un hiatus difficile à combler pendant la période III. A qui n’a livré, comme nous l’avons déjà signalé en 1961, aucun exemple de vases à tenda soignée, alors que certains objets typiques de la phase II s’y trouvent encore105. Il est peu vraisemblable que la fabrication de ces vases ait continué pendant toute la durée de la Phase III. A de Sala Consilina (cf. plus bas, p. 99), sans qu’aucun exemple ait été contenu dans les tombes, pourtant très nombreuses, qui représentent cette période. Il serait encore plus étonnant que l’importation de vases à tenda se soit poursuivie (ou même ait repris) au cours des phases III. Β et III. C, et que les exemples connus pour ces périodes, un siècle environ après la production de masse des vases à tenda, soient identiques, autant que deux objets faits à la main peuvent l’être, à l’ensemble des vases à tenda connus à la phase II. L’idée selon laquelle la céramique à tenda aurait été fabriquée jusqu’au milieu du VIe siècle est fondée sur des associations d’objets trop exceptionnelles et doit être, à notre avis, exclue. Dans la nécropole de Sala Consilina, la distinction entre deux mobiliers funéraires voisins n’est pas toujours évidente, soit que la couverture de pierres de deux tombes très proches ait été bouleversée par les travaux agricoles, soit qu’une tombe récente recouvre partiellement une tombe plus ancienne, rendant ainsi difficile la séparation de leurs objets respectifs. Cette explication, acceptée par Kilian pour la tombe E. 16 (Pl. 17)106 vaut à notre avis également pour les sépultures A. 395 et D. 86. La conséquence immédiate est la suppression des associations de vases à tenda élégante avec des objets du Géométrique Récent, et, en même temps, de ce prolongement d’activité que K. Kilian accorde aux artisans des vases à tenda pendant le VIIe et la première moitié du VIe siècle.

RAPPORTS ENTRE LES DEUX SÉRIES DE CÉRAMIQUE À TENDA

97On a vu, en confrontant la céramique à tenda de facture grossière avec le groupe a tenda soignée, que la première série est une imitation imparfaite de la seconde. Or les vases raffinés trouvés à Sala Consilina sont plus récents que les plus anciens vases grossiers ; c’est pourquoi on a dû supposer qu’ils ont été précédés au Val de Diano par quelques exemplaires qui ont servi de modèles aux artisans locaux pendant la période I.B. Il n’est pas certain cependant que ces premiers exemples aient été rigoureusement identiques aux vases soignés de la période suivante, les seuls qui nous soient parvenus. En effet, certains motifs qui se répètent fréquemment sur les vases à tenda de facture grossière ne se retrouvent pas, ou n’apparaissent qu’exceptionnellement sur ceux de l’autre série. Les bandes de chevrons, les filets ourlés d’une file de points (A. 349, Pl. 36, fig. 4 ; A. 181, Pl. 2, fig. 3), les oiseaux d’eau perchés (A. 181, Pl. 2, fig. 3 ; S. Ant. 106, Pl. 36, fig. 10) sont propres à la série grossière, et laissent supposer que les modèles qui l’inspiraient les comportaient également (parmi les vases à tenda élégante, seuls le cratère M. 15 et l’urne M. 28, Pl. 37, fig. 3, comportent le motif d’oiseaux).

  • 107 CVA, Tarente, 1, IV, Cc, Pl. 1, 2 ; 2, IV Cc, Pl. 5. Cf. Mayer, Pl. 3, 8 ; 4, 7 ; 4, 2 ; voir auss (...)
  • 108 l La tombe qui le contient est caractéristique de la phase II mais le vase peut être légèrement pl (...)
  • 109 Mayer. Pl. 3, 7 ; Pl. 4, 11.
  • 110 ibid., Pl. 4, 7.
  • 111 Les oiseaux d’eau apuliens sont stylisés d’une manière très différente de ceux que l’on rencontre (...)

98Or tous ces motifs, caractéristiques de la plus ancienne céramique de Sala Consilina, existent sur plusieurs vases du Borgo Nuovo à Tarente. Les oiseaux figurés par un triangle et un crochet, les filets ourlés de points y sont particulièrement fréquents107. Ces analogies nous prouvent que les modèles imités par les vases à tenda de facture grossière étaient plus proches des vases du Borgo Nuovo que la série soignée. Etant donné que la chronologie relative des deux séries de céramique à tenda de Sala Consilina est assurée par l’association avec le reste du mobilier funéraire, ces observations constituent un argument en faveur de l’antériorité des vases géométriques de Tarente par rapport au groupe des vases élégants à tenda de Sala Consilina. Elles confirment en outre l’hypothèse selon laquelle le cratère de la tombe M. 15 (Kilian 3, Pl. 6, 1-3) compterait parmi les plus anciens exemples de cette série108. Il comporte en effet des motifs de remplissage assez variés qui le distinguent des autres vases du même groupe, parmi lesquels la bande de zigzags verticaux, l’oiseau d’eau évoquent plusieurs exemples de la céramique d’Eredità, en particulier les vases à tenda109 ou la cruche à oiseaux110. C’est pourquoi le cratère M. 15 est probablement le vase de Sala Consilina qui permet le mieux d’évoquer ce que purent être les modèles imités par les auteurs de vase à tenda de facture grossière111.

ORIGINE

99Alors qu’une origine locale paraît évidente pour la céramique grossière à tenda, qui est liée aux vases d’impasto, il semble au contraire exclu que les vases à tenda élégante aient pu être fabriqués au Val de Diano. Si les ateliers s’étaient trouvés sur place, nous aurions des exemples de leurs œuvres dès la phase I. B, et non pas seulement à un stade avancé de leur évolution.

  • 112 Capena, Tarquinia, Vulci, cf. La Genière 1, p. 121, note 5 ; Kilian 3, p. 135 et Pl. 14, 15.
  • 113 Musée de Potenza, Kilian, 3, p. 93, fig. 1.
  • 114 Catal. Mostra, p. 133, n. 372, fig. 42, 6.
  • 115 Musée des Origines, Rome. Je remercie M. Pallottino de me l’avoir signalé.
  • 116 Cf. p. 41.
  • 117 Gervasio, fig. 71 et 72 ; l’urne évoque le groupe à trois fdets verticaux qui compte parmi les plu (...)
  • 118 Ces vases m’ont été signalés par M. Adamesteanu.
  • 119 Ces vases m’ont été signalés par M. Lo Porto.

100La connaissance de l’aire de diffusion de la céramique à tenda de facture soignée permet de fixer les limites géographiques dans lesquelles les ateliers producteurs ont pu être installés. Sans tenir compte des exemplaires trop isolés provenant des nécropoles étrusques112, qui révèlent seulement l’existence de quelques échanges entre l’Etrurie méridionale et l’Italie du Sud et fournissent une indication chronologique importante, l’on rappellera que les zones dans lesquelles les vases sont les plus nombreux se situent, outre le Val de Diano, au nord de la Basilicate, à Torre di Satriano, Vaglio (Musée de Potenza), Pietragalla, Cancellara113, sites dans lesquels des séries identiques à celles du Val de Diano ont été trouvées. Capodifiume est le seul point atteint près de la mer Tyrrhénienne, Pontecagnano n’en ayant livré qu’une imitation très libre114. Vers l’Est, un vase biconique à décor à tenda provient de Venosa115. Vers le Sud-Est, en dehors des vases de Borgo Nuovo qui, dans l’ensemble, précèdent toute la série116, l’on connaît, à Gioia del Colle117, Ferrandina118, Pisticci119, des vases biconiques, des tasses, des cruches, dont le décor à tenda diffère légèrement de celui du groupe de Sala Consilina-Vaglio.

  • 120 Comme le cratère Mayer. Pl. 6, 6.
  • 121 Cf. p. 39, note 103.
  • 122 Mayer, Pl. 6, 3 ; Brit. Mus. CVA 7, IV Da, Pl. 10, lac ; col d’askos daunien de la nécropole de Ni (...)

101C’est à peu près dans les mêmes limites géographiques que l’on trouve les vases plus récents (VIIe-VIe s.) qui conservent, à côté d’un décor nouveau, l’antique motif à tenda, tantôt à la place d’honneur, sur le milieu de la panse, comme sur les cratères de Sala Consilina (A. 23, Phase III. A, Pl. 39, fig. I), de Ferrandina (Musée de Métaponte), de Montescaglioso (Musée de Matera) ou de Gioia del Colle (Musée de Bari), ou bien dans des positions secondaires : sous l’anse du cratère A. 44 à Sala Consilina (Pl. 39, fig. 4), sur des vases dauniens120. Le motif de la « colline à l’arbre » surtout, dont les exemples les plus anciens se trouvent sur les cratères d’un groupe récent de vases à tenda de Sala Consilina121, demeure assez courant dans la céramique daunienne des VIIe-VIe siècles122.

102Ces considérations géographiques vont nous permettre de suggérer brièvement quelle put être, à notre avis, l’histoire de ces ateliers.

  • 123 Taylour, p. 184. Müller-Karpe, 1, p. 33.
  • 124 Taylour, p. 136.
  • 125 Boll. d’Arte, 1964, pp. 67 sqq. ; Not. Sc., 1964, pp. 188-190.
  • 126 Taylour, p. 120, critiqué par K. Kilian. 3, p. 100, qui propose le terme de Protogéométrique apuli (...)
  • 127 Biancofiore, La civiltà micenea nell’Italia Meridionale, Rome, 1963, p. 99, compare les fragments (...)
  • 128 Un fragment est très proche de Taylour, p. 156, fig. 63. D’autres peuvent être comparés à la céram (...)

103Les premiers vases d’argile claire connus en Italie Méridionale sont les importations mycéniennes trouvées à Ischia, en Sicile, et dans la Pouille. Scoglio del Tonno a livré des fragments très nombreux depuis le Mycénien III. A, qui semblent la preuve d’un établissement mycénien sur le site123 ; à Torre Castelluccia, à Porto Perone et sur l’acropole de Satyrion (près de Leporano), on a trouvé des vases importés depuis le Mycénien III. B. La fabrication d’une poterie raffinée aurait débuté dans la Pouille vers les XIIe-XIe siècles av. J. C., si l’on accepte l’idée de Taylour selon laquelle les vases mycéniens de Scoglio del Tonno auraient été faits sur place, à partir du Myc. III. C124. Il n’y a apparemment pas de hiatus entre les céramiques submycéniennes et les premiers vases géométriques locaux qui ont été exécutés dans la tradition des ateliers mycéniens. Dans son étude stratigraphique de l’acropole de Satyrion125, F. G. Lo Porto montre en effet qu’aux fragments submycéniens (ou du Mycénien III C 2) de la partie inférieure de la strate 5 se superposent immédiatement dans la couche médiane de la même strate, associés à une amphore protogéométrique grecque datable du Xe siècle et à des formes protovillanoviennes, des fragments d’une céramique géométrique pénétrée de traditions mycéniennes : ces vases d’argile claire, désignés par Lo Porto du nom de Protogéométrique iapyge, ont été trouvés dans un rayon assez vaste : Torre Castelluccia, Coppa Nevigata, Punta Manaccore, etc. Dans la partie supérieure de la même strate, Lo Porto signale la présence de céramique du type Borgo Nuovo, c’est-à-dire de géométrique iapyge, selon la dénomination proposée par Taylour126, dont on connaît de nombreux parallèles à Torre Castelluccia, Scoglio del Tonno. Cette céramique existant dans la Pouille, dans laquelle les héritages mycéniens se mêlent à des courants géométriques venus peut-être de l’Est égéen127, est assez largement distribuée, puisque plusieurs fragments inédits de Serra di Vaglio lui sont étroitement apparentés128.

104Par contre, la diffusion de la céramique à tenda s’est effectuée, comme on l’a vu, sur une aire géographique distincte, autour des montagnes de l’actuelle Lucanie. Des rapports entre ces deux séries céramiques existent, comme le suggèrent la trouvaille de Borgo Nuovo et les fragments de Serra di Vaglio. Cependant, en l’absence de données stratigraphiques, il n’est pas aisé de définir ces relations.

105Il est certain en effet que le motif des angles imbriqués est l’un des décors simples qui peuvent le plus facilement venir sous le pinceau d’un artisan. Aujourd’hui encore il est couramment utilisé chez les potiers berbères en Kabylie où il occupe l’épaule de vases faits à la main qui ont une forme comparable à celle des cruches du Borgo Nuovo de Tarente. Il faut donc utiliser prudemment les analogies relevées entre les œuvres d’ateliers éloignés, et ne pas en déduire nécessairement des conclusions historiques ou chronologiques.

  • 129 Pour les vases du Céramique, Kübler, Kerameikos, I, Pl. 14, tombe 76, inv. 490 ; tombe 1, inv. 512
  • 130 Taylour, Pl. 15, 22.

106Dans les limites imposées par ces réserves, ou rappellera que le thème des triangles superposés est présent dans la céramique submycénienne129. Il n’est pas exclu que les premiers exemples rencontrés en Apulie soient des réminiscences de ces motifs. A Torre Castelluccia, le triangle central, au lieu d’être plein, est quadrillé130, détail que l’on retrouve sur une cruche du Borgo Nuovo. Cependant, la tenda classique occupe la place d’honneur sur l’épaule de plusieurs vases à Tarente. On a vu plus haut les raisons pour lesquelles la série à tenda soignée devait être considérée comme plus récente que l’ensemble du dépôt de Tarente, qui paraît réunir lui-même des céramiques d’époques assez différentes. Il semble qu’elle soit l’œuvre d’artisans qui, parmi les motifs employés en Apulie à cette époque, auraient choisi la tenda comme thème central auquel tous les autres motifs décoratifs auraient été subordonnés, puis sacrifiés. Ces ateliers n’ont pas été nécessairement fixés à Tarente. Les lieux de trouvaille des vases indiqueraient plutôt des acropoles de Basilicate proches du Bradano et du Basento.

DATATION

  • 131 ibid., fig. 22, 44, p. 154 ; fig. 23, 57-64, p. 156 et p. 167.
  • 132 F. G. Lo Porto, Boll. d’Arte 1964, p. 73 sqq.
  • 133 Kilian 3, p. 96.

107On sait que des dates très diverses ont été proposées pour la céramique du Borgo Nuovo. Taylour a souligné à son propos l’influence du Géométrique grec et descend jusqu’au VIIe siècle plusieurs fragments comparables de Torre Castelluccia131. F. G. Lo Porto attribue la céramique protoiapyge au Xe siècle, et les séries iapyges aux IXe et VIIIe siècles132. K. Kilian, sans se prononcer définitivement, émet l’hypothèse selon laquelle le groupe du Borgo Nuovo serait de la fin de l’Age du Bronze133. Avant de prendre position sur ces opinions, il nous faut citer les points fermes qui permettent d’établir un cadre chronologique.

  • 134 G. Buchner in Convegno Taranto 3, p. 272.
  • 135 G. Vallet et F. Villard, Mégara Hyblaea 2, La céramique archaïque, Paris 1964, Pl. 121, fig. 6-9 ; (...)

108Quelques fragments d’une tasse daunienne dont les décors géométriques sont très proches de ceux de Torre Castelluccia attribués par Taylour au VIIe siècle ont été trouvés à Ischia dans le fond d’une tombe à fosse (Tombe n. 568) qui contenait par ailleurs plusieurs aryballes protocorinthiens de la fin du VIIIe siècle, quelques autres vases datables avec moins de précision, et une fibule à revêtement d’os et d’ambre134. Cette tombe fournit un terminus ante quem absolument sûr pour ce groupe de vases, nécessairement antérieurs à la fin du VIIIe siècle. Par ailleurs les fouilles de Mégara Hyblaea, dans lesquelles plusieurs fragments de céramique apulienne très proches de ce groupe de Torre Castelluccia ont été recueillis, permettent de préciser que la série ne peut remonter au-delà de la deuxième moitié du VIIIe siècle135. Taylour ayant considéré les vases de Torre Castelluccia comme plus récents que ceux du Borgo Nuovo, il paraît acquis que ces derniers doivent être antérieurs à la deuxième moitié du VIIIe siècle.

  • 136 Not. Sc. 1964, p. 177-279.

109Un élément fondamental de datation est fourni par les fouilles de F. G. Lo Porto à Satyrion136. On a vu que des vases proches du groupe de Borgo Nuovo ont été trouvés dans la partie supérieure de la strate 5 qui contenait par ailleurs, outre des formes protovillanoviennes attardées, une série de types évoquant la phase villanovienne. Cette strate est en relation avec une petite grotte qui a été comblée avec un matériel comportant des fragments analogues associés à une cruche protocorinthienne datable de la deuxième moitié du VIIIe siècle. On retrouve donc pour la fin de cette phase la date déjà fournie par la tombe 568 d’Ischia.

  • 137 Cf. infra, p. 86.
  • 138 Cf. infra, p. 240.

110Enfin l’observation des vases géométriques de Torre Mordillo peut nous renseigner sur les rapports chronologiques existant entre les séries du Borgo Nuovo et celles des vases à tenda. On remarque en effet, en dehors des nombreuses tenda grossières, des motifs en triangle réticulé, des bandes ourlées de points qui répètent assez maladroitement certains décors du Borgo Nuovo. Ceci indique donc que les deux séries n’étaient pas très éloignées l’une de l’autre dans le temps. En chronologie absolue, nous avons proposé pour cette nécropole le milieu et la deuxième moitié du VIIIe siècle137 et cette datation est confirmée par la présence d’un askos géométrique typique de Torre Mordillo (Pl. 37, fig. 5) dans une tombe d’Ischia datable de 720-700138. Il en résulte que certains vases du Borgo Nuovo étaient probablement encore en usage vers le milieu ou le troisième quart du VIIIe siècle.

  • 139 F. G. Lo Porto, Not. Sc. 1964, p. 189 ; le niveau immédiatement inférieur contenait un fragment pr (...)

111En résumé, ces indications sont assez concordantes, et particulièrement précises pour fixer la fin de la série du Borgo Nuovo peu après le milieu du VIIIe siècle, mais elles ne facilitent guère le choix d’une date pour le début de ce groupe ; ses rapports avec les formes villanoviennes, sa liaison avec la strate 5 de Satyrion permettent d’en situer l’origine à l’Age du Fer, au cours d’une période postérieure au Xe siècle139.

  • 140 Quelques fragments de vases géométriques apuliens provenant des fouilles exécutées à Ancône au Col (...)
  • 141 Je remercie M. H. Hencken d’avoir bien voulu me donner cette précision.

112Par la suite, des ateliers, ceux des vases à tenda, auraient perfectionné l’un des motifs traditionnels, le triangle incurvé, lui auraient donné un rôle décoratif essentiel. Ces ateliers, peut-être établis dans la HauteBasilicate, auraient vendu leurs œuvres à l’ouest de la zone atteinte par les céramiques du type Borgo Nuovo ; ces vases n’auraient été largement diffusés au Val de Diano qu’à partir du milieu du VIIIe siècle140. Une confirmation de cette chronologie est fournie par le vase à tenda de la Tombe 140 de Tarquinia - Selciatello qui est placée par H. Hencken à la fin du Villanovien II A de Tarquinia, c’est-à-dire vers 725141.

Notes

1 Dans les références aux Planches les vases sont désignés pour chaque figure à partir de l’étage supérieur, de gauche à droite.

2 Voir Müller-Karpe I, tableau chronologique p. 228. M. Pallottino, sans accepter la chronologie absolue de Müller-Karpe, adopte, pour l’Age du Fer, les mêmes termes de chronologie relative : SE XXVIII, 1960, p. 11-47, Sulla cronologia del Bronzo finale e dell’Età del Ferro. Cf. aussi M. Pallottino, Atti del VI Congresso delle Scienze preistoriche e protostoriche, 1962, II, p. 396-401.

3 Cette division qui facilite les comparaisons avec d’autres nécropoles de l’Age du Fer a pourtant l’inconvénient de ne pas mettre en relief la coupure principale dans le développement de celle de Sala Consilina, qui s’est produite entre les phases II et III. L’équivalence avec la distinction en phases adoptée dans la Genière 1 et 2 est celle-ci :
Période I.A = Période I.A.
Période I.B = Période I.B.
Période I.C = Période II.A.
Fin de période I.C = Période II.B.
Période II.A = Période III.A.
Période II.Β = Période III.B.
Période II.C = Période III.C.

4 Q. Quagliati et D. Ridola, Necropoli arcaica ad incinerazione presse Timmari nel Materano, Mon. Ant. XVI, 1906, col. 5-166.

5 Pour Randall Maciver, The Iron Age in Italy, Oxford, 1927, p. 1-4 et Pl. 1, l’Italie était divisée en deux zones par une ligne nord-sud passant par Rimini et Rome. Cette limite ne marquait pas seulement le passage du rite de la crémation à celui de l’inhumation ; elle distinguait en même temps des groupes humains ; au nord-ouest, les envahisseurs venus du Nord des Alpes et des régions danubiennes, au sud-est, les descendants des occupants néolithiques de la péninsule. J. Heurgon (Heurgon p. 33-39) constatant cette répartition des rites funéraires en Italie, refusait toutefois d’admettre que le rite funéraire soit nécessairement lié à un groupe ethnique. Il rappelait les conclusions de Von Duhn pour lequel différents groupes italiques pouvaient pratiquer, les uns la crémation, les autres l’inhumation (Von Duhn, p. 116 ; ibid., p. 437).

6 Von Duhn a attribué aux Sabins, c’est-à-dire aux Italiques de la deuxième vague indo-européenne, l’introduction de l’inhumation à Rome, occupée jusqu’alors par des Latins incinérants (voir Von Duhn, p. 429-431).

L’étude de Gjerstadt, Early Rome II, Lund 1956, p. 19-49, avait laissé entendre que les tombes à crémation n’étaient pas nécessairement les plus anciennes. La succession chronologique des tombes du Forum a fait l’objet d’un article de R. Peroni qui a infirmé partiellement les résultats de Gjerstadt (Per una nuova cronologia del sepolcreto arcaico del Foro, Civiltà del Ferro, Bologne, 1959, p. 461 sqq.). L’auteur, à partir d’une étude statistique de leur contenu, a groupé les tombes en trois périodes dont la première, correspondant au début de l’Age du Fer, connaît uniquement le rite de la crémation. Ce n’est qu’au début de la deuxième période que se serait introduite, probablement sous des influences méridionales, la coutume d’inhumer les morts. Sur l’origine de la culture de l’Age du Fer à Rome et dans les Monts Albins, voir Müller-Karpe 2.

7 Saflund, SE XII, 1938, p. 17-55.

8 BPI XXVII, 1901, p. 14.

9 « La civiltà indigena del Mezzogiorno non assume mai l’aspetto di quella villanoviana », BPI XXV, 1899, p. 183-199 ; « agli strati più arcaici dell’Italia meridionale rimane ignoto il rito della cremazione », BPI XXVI, 1900, p. 182.

10 Cf. plus bas, p. 65.

11 Antonielli, L’Età enea in Etruria, Incinerazione e inumazione nell’Italia centrale, SE I, 1927, p. 11 sqq.

12 Cf. M. Pallottino, Etruscologia. 5e éd., 1963, Chap. I.

13 Au-dessus et parfois à côté de pithoi déposés horizontalement sur le sol, qui renferment les squelettes recroquevillés des morts inhumés, se trouvent des situles plus petites, également couchées, contenant les cendres des morts et fermées comme les pithoi par une dalle de pierre. Bernabô Brea et M. Cavalier, 1, p. 1 sqq. Bernabò Brea et M. Cavalier, 3, p. 144 et p. 153-172.

14 Les tombes ont la forme habituelle des sépultures protovillanoviennes : les urnes, couvertes d’une coupelle à bord rentrant, sont déposées verticalement dans un « pozzetto » étroit, et parfois protégées par des pierres. Bernabô Brea, Civiltà del Ferro, Bologne, 1959, p. 156, Necropoli ad incinerazione della Sicilia preistorica. L. Bernabô Brea et M. Cavalier, 2. p. 89-103.

15 BPI n.s. VIII, 1953, p. 155-161 ; A A, 1956, p. 303, fig. 74.

16 Cette datation a été proposée par H. Müller-Karpe qui en a souligné l’iml’importance : elle détruit en effet l’idée selon laquelle les Champs d’Urnes seraient apparus beaucoup plus tôt dans le Nord que dans le Sud de l’Italie ; il est probable qu’il y a un lien entre la crémation en Italie du Nord et les Champs d’Urnes qui existent en Bavière comme en Hongrie à l’Age du Bronze ; cependant le problème de l’origine du mouvement crématoire n’est pas résolu pour autant (H. Müllerkarpe, BPI, vol. 69-70, 1960-61, Osservazioni intorno ai bronzi delle tombe ad incinerazione di Torre Castelluccia, p. 187-206).

17 G. Foti, Klearchos, 13-14, 1962, p. 36, Necropoli dell’Annunziata a Tropea.

18 Bernabô Brea et M. Cavalier 2. Pl. XXXIX, fig. 1, Tombe 12.

19 voir p. 49-51.

20 voir p. 51-53.

21 W. Johannowsky, Convegno Tarante 2, p. 84 ; Convegno Tarante 3, p. 261. SE XXXIII, 1965. p. 685-698. E. Lepore, VII Convegno dell’Istituto di Studi Etruschi e Italici, in Parola del Passato, 1964, p. 164, compte rendu de la communication de Werner Johannowsky. Des trouvailles isolées avaient servi de préface à ces découvertes : casques (Von Merhart, Bericht d. R.G.K., 1940, p. 19, fig. 4), fibules, rasoirs carrés (Mon. Ant. XXII. 1913, p. 139, fig. 60 et p. 141, fig. 61).

22 Il se peut que l’exploration archéologique de la Basilicate, à peine commencée encore, modifie considérablement les données actuelles : rappelons en particulier les objets isolés, rasoir carré, fibules à disque, trouvés à Castelmezzano au sud de Potenza, signalés par F. Lenormant, A travers la Lucanie et l’Apulie, 1883, Tome I. p. 339, et G. Patroni, Not. Sc. 1897, p. 186, fig. 30. De même le Val d’Agri apportera peut-être, le jour venu, une contribution importante ; un ceinturon de type villanovien provenant de Saponara de Grumento a été publié par Pigorini, BPI XXIII, 1897, p. 46, fig. 2. En outre des cas de crémation ont été signalés à plusieurs reprises en Basilicate ; à Stigliano, plusieurs tombes à crémation proviendraient d’une nécropole située sous l’habitat actuel. Pigorini, BPI XXIV, 1898. p. 263. Dans le Catal. du Musée de Potenza, p. 22-23, M. Sestieri Bertarelli parle de cas de crémation à Tempa Cortaglia et à S. Martino près de Matera. Il semble que des vases d’impasto trouvés à Muro Leccese aient contenu des ossements brûlés, P. Magiulli, Scoperte dell’Età del Ferro a Muro Leccese, BPI XXXIX, 1913, p. 170.

23 Pour le début de l’Age du Fer au Val de Diano, voir : sur la céramique géométrique du Val de Diano au début de l’Age du Fer, La Genière I ; sur les plus anciennes périodes de Sala Consilina, Kilian 1 ; sur la chronologie relative des tombes appartenant aux zones S. Antonio et S. Nicolà, voir Kilian 2 ; les tombes de la zone M ont été publiées dans Kilian 3. Un choix de tombes des deux premières phases de Sala Consilina a été publié par Kilian dans le Catal. Mostra, p. 63-78.

24 Vetulonia. cf. Falchi, Vetulonia p. 36. 38 ; Chiusi, Tarquinia, cf. Von Duhn, p. 211.

25 A Timmari, les cas les plus fréquents sont ceux des urnes à deux anses brisées couvertes d’une coupe à anse également cassée. Q. Quagliati et D. Ridola, Mon. Ant. XVI, 1906, col. 39.

26 Notons qu’à Milazzo les urnes comportent une ou deux anses ; Tune et parfois les deux ont été cassées (et déposées souvent au fond du « pozzetto »), probablement, d’après les auteurs, pour permettre de glisser l’urne dans le « pozzetto » étroit. Cf. Bernabò Brea et M. Cavalier 2, p. 85.

27 Une urne cinéraire de Pontecagnano, cf. Catal. Mostra, fig. 33 et p. 109, présente une décoration rigoureusement comparable. Etant donné les profondes différences qui existent entre les vases d’impasto des deux nécropoles, cette analogie présente un intérêt particulier et traduit probablement un contact exceptionnel entre les deux sites. Il n’est pas nécessaire pour autant d’adopter l’explication qui fut proposée par Patroni pour les ressemblances entre deux ossuaires, l’un de Fontanella et l’autre de Timmari (Patroni, La Preistoria, II, Chap. VII, p. 735). L’auteur suggérait que les deux ossuaires pouvaient avoir été fabriqués par deux sœurs formées par leur mère à une technique identique, et mariées dans deux groupes distincts, dont l’un se serait implanté à Fontanella et l’autre à Timmari.

28 Von Duhn, p. 216 ; Not. Sc. 1885, 120, pl. IX, 25-26 ; Falchi, Vetulonia, V, 12.

29 Pour les casques, voir Von Merhart, Bericht d. R.G.K., 1940, p. 4. L’auteur, dans le cadre de sa théorie des influences de l’Europe danubienne sur l’Italie à la fin de l’Age du Bronze et au début de l’Age du Fer, attribue l’origine de ces formes et des motifs qui les décorent à l’Europe centrale, la Hongrie ou les Alpes Orientales. Müller-Karpe 1, p. 113, a apporté des précisions chronologiques à l’étude de Von Merhart, et a démontré que les plus anciens casques de bronze en Europe Centrale remontent au début des Champs d’Urnes (Bronze D correspondant à la phase de Peschiera). Quant à l’origine de la forme, elle serait à chercher dans le monde mycénien, où des fouilles récentes ont mis au jour des casques comparables aux exemplaires d’Europe Centrale, mais remontant à la fin du XVe siècle av. J.C., cf. p. 58, note 58. Les riches panoplies guerrières sont un trait commun à plusieurs nécropoles du début de l’Age du Fer, notamment Pontecagnano (Catal. Mostra, fig. 40) et Torre Galli, cf. infra, p. 56.

30 Ainsi dans la tombe S. Antonio 107, qui appartient à la période I.B, on a retrouvé à l’intérieur de l’urne une fibule à sanguisuga à disque, en partie fondue, à laquelle adhéraient encore des fragments de toile brûlée, tandis qu’à l’extérieur, une paire de fibules du même type, les plus beaux exemples connus jusqu’à présent à Sala Consilina, était intacte.

31 Von Duhn, p. 198-199.

32 Cf. Falchi, Vetulonia, p. 243.

33 Pernier, Not. Sc. 1907, p. 66.

34 Mon. Ant. XXXI, 1926, pl. 171 et fig. 92, col. 100.

35 T. 180, Catal. Mostra, fig. 40. On remarque, parmi le matériel sporadique de Sala Consilina, une pointe de lance dont les tranchants, au lieu de s’effiler en ligne continue, ont subi un rétrécissement vers le milieu. La forme, exceptionnelle à Sala Consilina, peut être comparée avec celle d’une pointe de lance de la tombe I de Poggio dell’Impiccato, Müller-Karpe 1, Pl. 28, n. 11.

36 Akerstrôm, p. 106-108, liste p. 120. Pl. 30.4 ; 31-5-8 ; 31, 1-4. Citons quelques exemplaires inédits en Calabre, notamment à S. Onofrio di Roccella Ionica (Pl. 60 ; cf. p. 61), c’est-à-dire sur la côte ionienne de la Calabre, ce qui comble une lacune dans leur diffusion qui avait été mise en relief par G. Von Merhart (2, p. 125) ; un fragment de fourreau d’épée courte a été trouvé à Torano (Coll. privée). Admettant l’origine préhellénique de ces épées, Akerstrôm les a comparées avec l’épée courte reproduite sur une célèbre fibule béotienne datée par Hampe du VIIe siècle (Frühgriechische Sagenbilder in Bootien, p. 10). Dans le système chronologique court d’Akerstrôm un tel rapprochement était possible. Mais il est clair aujourd’hui que les premières épées courtes d’Italie sont antérieures au milieu du VIIIe siècle, ce qui exclut qu’une épée grecque du début du VIIe siècle ait pu en être le prototype. Pour G. Merhart, les épées courtes existaient dans le Nord des Balkans d’où elles ont été diffusées vers l’Italie (Merhart, I, p. 12-15).

37 Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 84, fig. 71.

38 Ibid., col. 70, fig. 53, 54 ; col. 83, fig. 71.

39 Par rapport à ce dernier groupe, la fibule S. Antonio 55, Catal. Mostra, fig. 15, constitue une variante : son arc est dédoublé en deux branches parallèles ; le disque est en spirale ; la tête de l’épingle courbe est une perle carrée de calcaire ; le type était probablement apparenté aux groupes DIVγdd ou DIVγee de Sundwall.

40 Müller-Karpe 1, pl. 43, D. 2.

41 Ibid. Pl. 43, D. Un exemplaire voisin peut être cité dans la tombe 138 de la même nécropole de Terni, ibid., Pl. 43, C.

42 S. Antonio 13 : une fibule analogue dont l’épingle est presque droite existe dans le matériel sporadique.

43 Nécropole de Dessueri, L. Bernabò Brea, La Sicilia, p. 154, fig. 34 a. La chronologie à laquelle nous nous référons pour la Sicile Orientale est celle de Bernabô Brea, ibid., p. 148-161.

44 Voir infra les nécropoles de Castiglione dei Paludi et Amendolara, p. 70 et 72.

45 Antonielli, SE I, 1927, p. 11 sqq.

46 Catal. Mostra. fig. 44.

47 Not. Sc., 1888, Pl. XV, fig. 8.

48 Par exemple de Pianello, Aberg p. 29, fig. 71. D’Allumiere, Müller-Karpe I, Pl. 25, 5. De Terni, ibid., Pl. 39, A.l ou p. 199, fig. 33, n. 14. De Timmari, Mon. Ant. XVI, 1906, fig. 97, 102 ; Müller-Karpe I, Pl. 14, A. 9 et 10.

49 L. Bernabò Brea et M. Cavalier 2, p. 92, fig. 15. Müller-Karpe I, Pl. 4, C. 2 ; 7, 23-25, 30 ; 9, 6-7.

50 Cf. p. 56, 61, 70, 73, 75, 82. Quelques exemplaires analogues provenant de trouvailles fortuites en Basilicate ont été signalés à Garaguso (BPI L-LI, 1930-31, p. 225), à Castelmezzano (Not. Sc.. 1897, p. 186, fig. 30), à Anzi (Musée de Potenza).

51 Ce type est représenté à Torre Galli dans l’une les plus anciennes tombes de la nécropole (Mon. Ant. XXXI, 1926, fig. 54, p. 70). Il est proche des exemplaires d’Allumiere et de Terni cités à la note 48, ainsi que d’un rasoir de Bologne-Savena, tombe 267, Müller-Karpe 1, Pl. 73, P.

52 Parmi les plus anciens types de Sala Consilina, on remarque aussi celui de la tombe A. 145 : sa forme en trapèze, rétrécie vers la prise qui s’achève en croissant, ne se retrouve dans aucune autre tombe.

53 Jahrb. d. RGZM. Mainz, 3, 1956, p. 28-116, Über blecherne Schildbuckel (Faleren). Voir au sujet de ces objets les opinions citées par A. Snodgrass, Early Greek Armour and Weapons, Edimbourg, 1964, p. 38-51 et note 6 du chap. 2.

54 Selon G. Bellucci, BPI, XL, 1914, p. 56-71, ces fléchettes, qui peuvent être à pédoncule, à canon ou taillées dans une lame de bronze, ont toutes un caractère votif ; pour R. Pettazzoni, ces objets représentaient à l’Age du Bronze des armes réelles et par la suite ils acquirent le caractère votif qui est le leur à l’Age du Fer, cf. R. Pettazzoni, Sulle punte di freccia metalliche e sul loto uso, BPI XLIII, 1923, p. 165-173.

55 Parfois cependant, il prend des proportions plus grandes (A. 302), que l’on connaît à Cumes sur des fibules de même type, cf. Müller-Karpe 1, Pl. 16-21 passim.

56 Tombe 116 d’Acciaieria, Müller-Karpe 1, Pl. 43.B.

57 Cf. J. Szomrathy, Funde der ersten Eisenzeit aus Apulien, Mitt. d. Anthr. Gesellsch. Wien, XLVII, 1917, p. 131-143.

58 Voir chapitre II, p. 71, note 149.

Sur la diffusion de ces fibules et le problème de leur origine, voir J. Alexander, Spectacle fibulae in Southern Europe, A]A LXIX, 1965, p. 7.

59 Cf. p. 22.

60 On peut voir en particulier chez les femmes peules plusieurs anneaux analogues d’argent massif pendre d’une série de trous pratiqués dans le lobe de l’oreille qui se déforme sous le poids.

61 G. Bellucci, Parallèles ethnographiques IV, Amulettes, 1915, p. 67.

62 Tombe 10 de Fermo au Musée d’Ancône. Tombe 12 de l’Olmo Bello de Bisenzio au Musée de la Villa Giulia.

63 La tradition de ces ornements semble très ancienne : les fouilles de Tirynthe ont livré des bijoux formés d’un double fil d’or enroulé sur lui-même, cf. G. Karo, Schatz von Tiryns, AM, 55, 1930, p. 128, Beil. XXXII.

64 Les fouilles de Stićna en Slovénie ont mis au jour une tombe dans laquelle un personnage était vêtu d’un manteau entièrement couvert de boutons analogues (Musée de Ljubljana) ; dans plusieurs tombes iapodes à Kompolje, ils étaient fixés serrés les uns contre les autres sur un bonnet couvrant la tête de la morte (Vjesnik Arheoloskog Muzeja u Zagrebu, Série III, Svezak 2, Zagreb 1961, R. Drechslerbizić,, Rezultati istrazivanja japodske Nekropole u Kompolju, 1955-1956. Pl. I, n. 2, Pl. XVII, XXI).

65 Tombes féminines de Vergina, Man. Andronikos, An early Iron Age cemetery at Vergina near Beroea, Balkan Studies, Thessalonique, 2, 1961, Pl. V, 10.

66 Par exemple à Rome, Müller-Karpe, Zur Stadtwerdung Roms, Pl. 3, A n. 13.

67 P. Orsi, Mon. Ant. XXXI, 1926, col. 63, fig. 47.

68 H. Hencken, in Ciba Foundation Symposium on M.B. and Etruscan origins, Londres, 1959, p. 29-47, rappelle les parentés danubiennes de la culture villanovienne.

69 Antonielli, L’Età enea in Etruria, Incinerazione e inumazione nell’Italia Centrale, SE I, 1927, p. 11 sqq.

70 Catal. Mostra 1962, p. 107. SE XXXIII, 1956, p. 676.

71 La tombe S. Ant. 22 contient un vase sphérique à pied comportant deux anses, l’une horizontale à section ronde, l’autre formée de trois baguettes portant un disque horizontal. Cette anse triple a été brisée sur le vase de S. Ant. 22 qui a servi d’ossuaire, alors qu’elle est conservée sur le vase identique qui se trouve dans la tombe à inhumation S. Ant. 47. C’est la preuve qu’à cette époque on destinait aux morts des objets d’usage courant que l’on utilisait tels quels, ou que, s’il était nécessaire, on rendait conformes aux usages funéraires.

72 La céramique à tenda de facture élégante est exécutée dans une argile beige rosé fine et soigneusement polie en surface. Le décor auquel elle doit son nom est appliqué sur l’épaule des vases et consiste en une série d’angles imbriqués dont les côtés sont formés de bandes noirâtres élargies et incurvées vers le bas. Ces angles reposent sur un filet qui marque le plus grand diamètre de la panse.

La céramique à tenda de facture grossière est exécutée dans une argile plus épaisse et se distingue de la première série par la lourdeur des formes comme par l’appauvrissement et la maladresse du décor. Les angles imbriqués qui garnissent l’épaule du vase sont formés de côtés droits.

Voir La Genièere 1, p. 119-147 ; La Genière 2, p. 10-22. Cf. infra, p. 35-47.

73 Schroder, AA, 1905, p. 26 ; G. Von Merhart, Bericht d. R.G.K., 1940, p. 21, fig. 6, n. 5.

74 Les vases géométriques de cette période feront l’objet d’un chapitre séparé ; cf. infra, p. 35-47.

75 Ces vases sont fréquents dans de nombreuses nécropoles d’Italie centrale et méridionale, comme par ex. Aufidena, Mon. Ant. X, 1900, p. 277, fig. 16 a ; Torre Galli, Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. IV, fig. 10 et 11 ; Canale, ibid., Pl. X, fig. 22.

76 Kilian, in Convegno Taranto 4, p. 92-99. Sur un tableau de l’urne S. Ant. 94, on voit, non plus une figure, ou un couple de figures stylisées, mais une triade : un personnage porte sur chaque épaule une figure identique de taille réduite. Faut-il y voir l’image d’une divinité flanquée de deux autres d’importance moindre ? Le schéma rappelle celui des triades de divinités féminines connues en Crète minoenne (cf. Chapoutier, Les Dioscures au service d’une déesse, Paris 1935, p. 187, fig. 19, p. 189, fig. 20), mais rien n’autorise actuellement à comparer ces représentations.

77 Müller-Karpe 2, Pl. 18.

78 Gabrici, Mon. Ant. XXII, 1913, Pl. XII, fig. 1.

79 P. Orsi, Not. Sc. 1902, p. 37. D. Topa, Le civiltà primitive della Brettia, p. 149, fig. 32.

80 Not. Sc. 1888, Ρl. XV, fig. 21.

81 Cf. infra, p. 77.

82 Tout particulièrement d’Amendolara, cf. infra, p. 72.

83 Un grand nombre de fibules en lunettes ont été mentionnées par J. Szombathy, Mitt. d. Anthr. Gesellsch. Wien, XLVII, 1917, p. 131-143 ; elles proviennent d’une nécropole de l’Age du Fer en Apulie.

84 En Sicile, R. Peroni, BPI 65, 1956, p. 418, fig. 7. Bernabò Brea et M. Cavalier 3, Pl. XLII, fig. 10.

85 Par exemple, à Torre Mordillo, Musée de Cosenza, à S. Onofrio di Roccella, tombe 31, Musée de Reggio.

86 Le premier fuseau découvert à Sala Consilina a été publié par A. Maiuri, BPI XL, 1914, p. 175. Cette forme est commune au cours du Villanovien II ; voir par exemple un spécimen de Capena, E. Stefani, Mon Ant. XLIV, 1958, p. 98, fig. 26.

87 Des représentations schématisées de doubles personnages ont permis à K. Kilian (Convegno Taranto 4, p. 92-99) de comparer leur décor avec celui de l’urne S. Antonio 94.

88 Musée de Cosenza, D. Topa, Le civiltà primitive della Brettia, p. 152, fig. 33.

89 Mon. Ant. XXXV, 1933, p. 39, fig. 13.

90 Noter le tour de taille : 82 cm. en A. 246 ; 83 cm. en A. 294 ; 1 m. en B. 63 ; quant à celle de la tombe B. 3, elle a été réparée à deux reprises : le tour de taille final étant 88 cm.

91 Kossack, p. 20-23, cf. infra, p. 118.

92 Amphorette de S. Ant. 6 ; tasses de S. Ant. 101, 119, H. 4, H. 5 etc., à vasque haute, étroite, anse à section ronde au-dessus de la prise supérieure, plate au-dessus de la prise inférieure, qui sont comparables à des vases de l’Agro Picentino du début de l’époque orientalisante.

93 La zone D, limite sud des tombes de la phase III est grosso modo à mi-distance entre l’extrémité nord de la zone A et le cimetière de Barre.

94 La Genière, 1.

95 Kilian 3, p. 76-105.

96 Comparer avec une tasse publiée par J. Szombathy, Mitt. d. Anthr. Gesellsch. Wien, XLVII, 1917, p. 131-141.

97 Saflund, SE XII, 1938, Pl. III.

98 Mon. Ant. XXXI, 1926, Pl. IV, 2-6.

99 Cratère sphérique, Mayer, Pl. 3, fig. 12 ; Pl. 4, fig. 11 ; cratère à col, Pl. 4, fig. 13. Ce dépôt est souvent désigné du nom de céramique de Pozzo d’Eredità.

100 Sauf le vase M. 4, Kilian 3, Beil. 8, B. 4, qui est une imitation en argile claire d’une forme indigène et d’un type de décor normalement peint en blanc sur l’impasto.

101 Il ne s’ensuit évidemment pas pour autant que cette composition signifie, comme le propose Kilian, ibid., p. 77, que le vase était fait pour être vu de haut.

102 L’hypothèse proposée par Kilian au sujet des cratères à tenda, ibid., P. 57, ne nous paraît pas devoir être retenue. Il estime que cette forme est réservée aux tombes de femmes (10 sur 11 des tombes qui la contiennent sont féminines) et serait disposé à lui attribuer un rôle analogue à celui du λεβης γαμικός grec ; nous souscririons à cette idée si cette forme était la seule de la série à tenda soignée qui se trouve presque exclusivement dans les tombes de femmes. Il n’en va pas ainsi cependant : sur près de 70 tombes qui renferment d’autres catégories de vases soignés à tenda, six seulement peuvent être considérées comme certainement masculines, à cause de la présence d’armes ou de fibules à arc serpentant. Ainsi, quelle que soit leur forme, on peut estimer qu’un dixième à peine des vases à tenda est contenu dans des tombes d’hommes sûres. Si un facteur rituel a joué, il est donc intervenu pour toutes les formes de vases géométriques, et non pour une seule. C’est pourquoi il est probable que cette disproportion des objets entre les deux séries de tombes est due à une habitude selon laquelle les tombes des femmes sont normalement plus riches que celles des hommes.

103 — Cratère sphérique M. 15 (Kilian 3, Pl. 6, 1-3) ; Cratères à col conique D. 38, A. 153. Noter le type particulier des svastikas de M. 15 (Kilian 3, Beil. 25, F).
— Cruches S. Ant. 73 (Pl. 3, fig. 2, n. 1), S. Ant. 41, S. Nic. 22, F. 29, M. 10, M. 12, D. 75, S. Ant. 72 ; cratères S. Ant. 72, F. 26 (Pl. 36, fig. 11). Eléments communs : bande décorative séparant le col et l’épaule : deux paires de filets horizontaux reliés par une file de traits obliques ; ligne de points dans les triangles réservés à l’épaule.
Proches de ce groupe : cruches M. 1, F. 4, D. 26.
— Cruches S. Ant. 75, D. 115, D. 50, silhouette trapue, anse plate.
— Cratère S. Ant. 119 ; urne D. 50 ; coupes D. 100, D. 52, A. 101, C. 9. Noter les trois filets dressés entre les décors à tenda, dérivant des filets portant les oiseaux d’eau, comme sur M. 15.
— Cruches C. 4, D. 32. Profil bas et large, embouchure étroite ; dans les triangles réservés à l’épaule, rosettes de points.
— Cruches S. Ant. 86, Barre 3 (Pl. 37, fig. 2), H. 10, H. 2, S. Ant. 64, G. 2, A. 393, S. Ant. bis 41 (Pl. 36, fig. 13), cratères F. 12, Barre 2. Anses en ruban large, décoration des embouchures moins rigoureusement géométrique ; filet ondulé sur le col et l’anse. Motif caractéristique : la svastika souvent portée par des filets ondulés (comme Pietragalla, Kilian 3. p. 93, fig. 1, n. 5) ; motif de la « colline à l’arbre » (Hügel mit dem Baum, Mayer, p. 106) sous les anses des cratères. Ce dernier groupe, ou groupe Barre, compte parmi les plus récents, comme le prouvent les objets associés dans les tombes et aussi les analogies de forme qui peuvent être signalées entre plusieurs de ses cruches et celles du Géométrique de la période ΙΙΙ.Α de Sala Consilina.

104 Kilian 3, p. 80.

105 Le vase biconique à tenda grossière de la tombe A. 262 serait l’unique exemple d’un vase d’argile claire de la phase II qui ait été transmis d’une génération à l’autre ; sa fabrication cependant est locale et sa présence à cette époque n’a donc pas d’incidence sur les rapports commerciaux entretenus alors par le Val de Diano. Par ailleurs, le cratère A. 23 (Pl. 39, fig. 1), qui porte le seul motif à tenda soignée connu pour la phase III, permet de mesurer la transformation profonde des formes et du reste de la grammaire décorative dès la période III.A.

106 Kilian 3, p. 79-80.

107 CVA, Tarente, 1, IV, Cc, Pl. 1, 2 ; 2, IV Cc, Pl. 5. Cf. Mayer, Pl. 3, 8 ; 4, 7 ; 4, 2 ; voir aussi une cruche de Tarente conservée au Musée des Origines de l’Université de Rome.

108 l La tombe qui le contient est caractéristique de la phase II mais le vase peut être légèrement plus ancien que le reste du mobilier.

109 Mayer. Pl. 3, 7 ; Pl. 4, 11.

110 ibid., Pl. 4, 7.

111 Les oiseaux d’eau apuliens sont stylisés d’une manière très différente de ceux que l’on rencontre en Etrurie villanovienne ou en Grèce géométrique. Nulle part la géométrisation n’est aussi poussée que dans la Pouille où le corps de l’oiseau est un triangle, reposant sur des traits qui constituent les pattes tandis que le col et la tête sont représentés par un simple crochet. Le même dessin d’oiseau se trouve sur une tasse à une anse en impasto de Pozzo d’Eredità. Une telle rigueur de dessin se justifie plus aisément si elle est l’œuvre d’un burin, et non pas celle d’un pinceau souple. C’est pourquoi il nous paraît probable que ces motifs ont été empruntés par les peintres à des objets de bronze gravés, dont un exemple, plus récent du reste, est conservé à Sala Consilina : ceinture gravée de la tombe A. 246 ; sur la boucle, deux oiseaux vis-à-vis. C’est probablement sur des objets de bronze que les oiseaux d’eau, d’origine danubienne, ont pu pénétrer en Italie dès la période protovillanovienne (cf. Kossack, Chap. III ; Sprockhoff, passim·, Merhart, 1, p. 35). Le souvenir de ces décors se perpétuera longtemps, surtout en Daunie (RM XXIII, 1908. Pl. IX) où plusieurs vases les portent jusqu’au VIe siècle.

112 Capena, Tarquinia, Vulci, cf. La Genière 1, p. 121, note 5 ; Kilian 3, p. 135 et Pl. 14, 15.

113 Musée de Potenza, Kilian, 3, p. 93, fig. 1.

114 Catal. Mostra, p. 133, n. 372, fig. 42, 6.

115 Musée des Origines, Rome. Je remercie M. Pallottino de me l’avoir signalé.

116 Cf. p. 41.

117 Gervasio, fig. 71 et 72 ; l’urne évoque le groupe à trois fdets verticaux qui compte parmi les plus récents de Sala Consilina ; la tasse rappelle celle de D. 151, Pl. 37, fig. 1.

118 Ces vases m’ont été signalés par M. Adamesteanu.

119 Ces vases m’ont été signalés par M. Lo Porto.

120 Comme le cratère Mayer. Pl. 6, 6.

121 Cf. p. 39, note 103.

122 Mayer, Pl. 6, 3 ; Brit. Mus. CVA 7, IV Da, Pl. 10, lac ; col d’askos daunien de la nécropole de Nin au Musée de Zadar.

123 Taylour, p. 184. Müller-Karpe, 1, p. 33.

124 Taylour, p. 136.

125 Boll. d’Arte, 1964, pp. 67 sqq. ; Not. Sc., 1964, pp. 188-190.

126 Taylour, p. 120, critiqué par K. Kilian. 3, p. 100, qui propose le terme de Protogéométrique apulien pour la trouvaille de Borgo Nuovo, ce qui obligerait à créer un pré-protogéométrique pour les fragments de la couche inférieure de la strate 5 de Satyrion.

127 Biancofiore, La civiltà micenea nell’Italia Meridionale, Rome, 1963, p. 99, compare les fragments géométriques des Pouilles aux céramiques chypropalestiniennes de Tell Beit Mirsim (W. Fowell Albright, Am. School Or. Research XII, 1932, Pl. 22-25). Cependant les comparaisons qu’il fait sont peu convaincantes, et l’écart chronologique qui en sépare les termes (les fragments de Tell Beit Mirsim, Pl. 22-25, appartiennent à la strate Β datable du XIIIe au Xe siècle av. J.C.), suffit à rendre leur valeur contestable. Des analogies plus étroites pourraient être soulignées entre la céramique de Borgo Nuovo et celle d’un autre niveau de Tell Beit Mirsim, la strate C (ibid. Pl. 20, n. 12-13 ; Pl. 18, 19). Pourtant comme ce dernier remonte aux XVe-XIIIe siècles et qu’actuellement aucune culture plus récente n’a livré dans l’Est égéen une céramique ainsi décorée, il sera prudent de considérer comme fortuites les correspondances que l’on peut établir entre les séries apuliennes et celles de Tell Beit Mirsim. Toutefois l’influence des styles géométriques de l’Est égéen dans la formation de la grammaire décorative du géométrique iapyge est vraisemblable, comme l’a remarqué F. G. Lo Porto, Not. Sc., 1964, p. 212.

128 Un fragment est très proche de Taylour, p. 156, fig. 63. D’autres peuvent être comparés à la céramique iapyge de Satyrion, cf. Not. Sc., 1964, p. 215, fig. 33.

129 Pour les vases du Céramique, Kübler, Kerameikos, I, Pl. 14, tombe 76, inv. 490 ; tombe 1, inv. 512.

130 Taylour, Pl. 15, 22.

131 ibid., fig. 22, 44, p. 154 ; fig. 23, 57-64, p. 156 et p. 167.

132 F. G. Lo Porto, Boll. d’Arte 1964, p. 73 sqq.

133 Kilian 3, p. 96.

134 G. Buchner in Convegno Taranto 3, p. 272.

135 G. Vallet et F. Villard, Mégara Hyblaea 2, La céramique archaïque, Paris 1964, Pl. 121, fig. 6-9 ; le fragment de la fig. 7 est tout proche de celui de Torre Castelluccia (Taylour, p. 156, fig. 23, n. 58). Pour la date de fondation de Mégara, voir Vallet, p. 56.

136 Not. Sc. 1964, p. 177-279.

137 Cf. infra, p. 86.

138 Cf. infra, p. 240.

139 F. G. Lo Porto, Not. Sc. 1964, p. 189 ; le niveau immédiatement inférieur contenait un fragment protogéométrique grec datable du Xe siècle.

140 Quelques fragments de vases géométriques apuliens provenant des fouilles exécutées à Ancône au Colle dei Cappuccini (D. Lollini, L’abitato preistorico e protostorico di Ancona, BPI 65, 1956, p. 237-262) présentent des analogies avec plusieurs autres de Torre Castelluccia : triangles dressés, alternance de lignes droites et ondulées, etc... ; or ces fragments proviennent des niveaux picentins qui constituent les strates 5 à 2, et pour lesquels on possède un terminus post quem qui est la présence au fond du niveau 5 d’une petite fibule à quatre spirales (D. Lollini, op. cit., p. 260, fig. 15) analogue à celles de Torre Mordillo, et datable de la deuxième moitié du VIIIe siècle, tandis qu’à la surface du niveau 2, on a recueilli un fragment de coupe à bande attique (540-530). Cette observation incite à ne pas souscrire aux chronologies trop strictes pour un matériel assez sommairement décoré et dont les motifs ont pu se répéter pendant une assez longue période.

141 Je remercie M. H. Hencken d’avoir bien voulu me donner cette précision.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr