Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les vases de bronze de l'archaïsme récent en Grande Grèce

 | 
Claude Rolley

Addendum

Texte intégral

1Depuis la remise de ce texte à l’éditeur (1e octobre 1981), j’ai eu connaissance de plusieurs études qui touchent directement à des problèmes que j’évoque.

2W. GAUER, Ein spätarchaischer Beckengriff mit Tierkampf-gruppe, 10.Ol.Ber., 1981, p. 111 à 165, pl. 13 à 16, propose une étude d’ensemble des « bains de pieds » archaïques en bronze, ce qui le conduit à citer de nombreux vases de métal de formes diverses. Il allonge la liste donnée ici, n. 231, insiste sur la rôle d’Athènes et de Locres. Il est conduit à discuter le problème général des vases de bronze, et plaide, aux dépens de Corinthe, pour le rôle des ateliers attiques à partir du dernier tiers du VIe siècle.

3N. DEGRASSI, Lo Zeus stilita di Ugento, 1981, publie longuement la statue de bronze, au musée de Tarente, citée ci-dessus, p. 68 et n. 177; il en souligne la parenté stylistique avec le cratère de Vix, après une analyse qui met en évidence la diversité des rapprochements possibles parmi les bronzes de Grèce propre. Il attribue la statue, et « probablement » le cratère, à des artistes tarentins.

4E. WALTER-KARYDI, Bronzen aus Dodona. Eine Epirotische Erzbildhauerschule, Jahrb.Berl.Museen 23, 1981, p. 11 à 48, avec 58 fig., regroupe les bronzes figurés trouvés à Dodone, du VIe au IVe s. (liste, utile, de 58 statuettes, indépendantes ou décoratives), où elle voit la production d’une « école épirote », distincte, quelle que soit sa localisation précise, de l’école de Corcyre; cela débouche sur les vases de Derveni et de Vergina. Cette tentative étonnante fait table rase de ce que tous avaient cru voir, c’est-à-dire en tout cas la coexistence d’objets corinthiens ou d’influence corinthienne directe, et d’objets laconiens ou d’influence laconienne directe, le problème étant de distinguer les deux groupes, et, à l’intérieur du premier surtout, ce qui a été fait dans le Péloponnèse et ce qui a été fait en Grèce du Nord-Ouest; les divergences dans les jugements n’empêchent pas une position commune sur le problème posé, et son sens historique. Je ne vois, après avoir lu E. Walter-Karydi, aucune raison de renoncer à ce que j’ai écrit. En revanche, on ajoutera aux amphores-situles à lèvre fondue à part, du type de celles de Gela (ici fig. 121 à 123) et de Derveni, un exemplaire à New York, « de Grèce du Nord », fig. 51 de cet article: le Gorgoneion est de Grande-Grèce, et du Ve siècle, ce qui en fait un intermédiaire important, dans l’espace et dans le tempes, entre les exemplaires extrêmes de ce petit groupe (cf. ci-dessus, p. 98).

5J.-P. MOREL, Le commerce étrusque en France, en Espagne et en Afrique, dans L’Etruria mineraria, Atti XII Convegno Studi etr. e italici, 1979, paru en 1981, p. 463 à 508, insère les vases de bronze de Celtique intérieure dans un panorama d’ensemble du commerce étrusque (on verra aussi, sur un point particulier, B. Bouloumié, « Le vin étrusque », RevArchEst 32, 1981, p. 75 à 81). Il insiste à juste titre sur la diffusion différente d’objets de types différents (bucchero et certains vases de métal dans le Midi méditerranéen, vases de métal d’autres types en « Gaule profonde »). Mais la « Gaule profonde » ne peut être étudiée sans qu’on envisage en même temps la zone du Haut-Danube, et je continue à croire que les coupes attiques du domaine celtique sont venues avec les vases de bronze par les Alpes. Faut-il, d’autre part, parler de « commerce » ou, plus précisément, de « voie commerciale », comme fait J.-P. Morel, à propos d’objets aussi peu nombreux que les vases de bronze du Hallstatt moyen et final, trouvés dans une aire qui va de Gurgy (que Morel ne cite pas) à la Heuneburg? Je partagerais volontiers la prudence de M. Gras, qui parle de « contacts », de « cadeaux », d’« offrandes » (passage cité par Morel, p. 504, n. 183). Car quelques objets exceptionnels liés, au premier Age du Fer, aux oppida et aux tombes princières, restent fort isolés, et il est impossible, actuellement, d’expliquer par un processus concret les contacts dont ils sont la trace. C’est au moins le cas du rempart de la Heuneburg, qui n’a de « modèles » qu’en Campanie, et de l’énigme totale que représente le « diadème » de Vix: faut-il rapprocher de celui-ci les curieuses « boucles d’oreilles » de Hochdorf, qui ressemblent à des fibules serpentiformes détournées de leur usage?

6W. JOHANNOWSKY, Bronzi arcaici da Atena Lucana, pré-tirage d’un article à paraître ParPassato CXCV, donne une pré-publication d’une trouvaille qui comporte trois vases: un bassin à rebord perlé, une hydrie à tête de femme pendante très proche de celle de Gela illustrée ici, fig. 127 à 130, et une oenochoé dont l’anse comporte en haut deux lions, en bas deux béliers et une palmette arrondie, assez voisine de celle de Matera citée ici p. 91. A cette occasion, il illustre partiellement l’hydrie de Capoue mentionnée ici, p. 33, n° 8, et une oenochoé de la même nécropole, très voisine de celle d’Atena Lucana.

7Dijon, juin 1982

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr