Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les vases de bronze de l'archaïsme récent en Grande Grèce

 | 
Claude Rolley

Deuxième partie. Les hydries de style grec

Chapitre V. Influences laconiennes en Occident: problèmes historiques

Texte intégral

  • 192 Digamma sur une applique à Berlin, probablement laconienne: Gehrig, o.c. n. 134.
  • 193 Elles ont été aperçues lors du démontage récent du cratère (renseignement dû à M. Maass).

1L’attribution à Sybaris, proposée ci-dessus, n’est qu’une hypothèse, mieux fondée sans doute que d’autres. On peut, à cette localisation, prévoir deux objections, l’une tirée des repères de montage du cratère de Vix, l’autre des liens étroits de cette production de Grande-Grèce avec ses antécédents laconiens. C’est, en fait, l’ensemble de l’histoire de ces vases de bronze qui pose des problèmes généraux, qu’il faut au moins essayer de formuler en termes clairs. Il faut d’abord revenir sur les repères de montage du cratère, dont nous avons dit qu’ils ne sont pas un « alphabet », et qu’ils témoignent, dans la dernière phase de la fabrication du cratère, et non pas lors d’un « remontage » loin de son lieu de fabrication, d’hésitations et de repentirs (cf. n. 171). Il faut noter aussi que l’usage de lettres servant de repères de montage se rencontre ailleurs: sur telle autre applique de cratère192, sur les deux anses du cratère de München, qui vient de Campanie193, et sur des anses verticales d’hydries, laconiennes ou de tradition laconienne: il y a un hèta, de forme H, sur une des anses de Pesaro, et un Y, qui est un chi, sur une anse, à Bruxelles, dont nous avons vu qu’elle a dû être faite en Grande-Grèce (cf. p. 44 et n. 91). L’utilité de ces signes n’est pas évidente pour des anses d’hydries. Elle suggère, même pour ces vases, beaucoup plus simples à monter que les cratères à appliques, une division du travail, entre le « fondeur » (et modeleur) des anses et le « chaudronnier » du corps du vase, qui conduit un chef d’atelier à coordonner le travail de l’un et de l’autre. C’est cette collaboration de deux artisans différents qui explique que, sur nos hydries 1 à 4, qu’on dirait sorties de la main du même chaudronnier, les têtes féminines des anses sont si différentes qu’on les « daterait » à 20 ans de distance. Ce n’est pas parce qu’il était destiné à voyager chez les Barbares que le cratère porte des repères de montage. Il faudrait noter aussi que, pour le transport du vase, ce n’étaient pas les appliques qu’il était utile de démonter, mais bien les anses et le pied. Une fois fixées, et à l’endroit du vase où elles se trouvent, les appliques du col ne gênaient ni n’alourdissaient les manipulations, et ce n’est pas elles que des chocs éventuels risquaient d’endommager.

  • 194 Qui n’ont rien de commun avec les trous percés pour réparer une des anses (cf. fig. 168); l’un de c (...)

2Tout cela trouve son explication, quelle qu’elle puisse être, dans l’atelier, au moment du montage. Or deux autres indices suggèrent en effet un montage rapide, et, même, très exactement, inachevé. Le premier est qu’il semble bien que la statuette du couvercle n’a jamais rien eu entre les mains, faites pourtant, à l’évidence, pour que des attributs ou des objets quelconques dissimulent un traitement sommaire qui contraste avec le raffinement du reste de la figure. Le second, plus clair et plus important, est que le fabricant du couvercle-passoire avait, sur tout le pourtour, foré de larges trous (cf. fig. 167, 168 et 194) de 0,25 à 0,35 cm de diamètre, pour fixer des statuettes194. Si on commence, dans la disposition actuelle, dans le dos de la statuette, et dans le sens des aiguilles d’une montre, on avait prévu, dans le premier quart, deux statuettes humaines debout, fixées chacune par deux rivets; dans le deuxième, trois statuettes, l’une debout, fixée par trois rivets, dont deux très rapprochés, les deux autres à base allongée (hommes ou animaux? deux statuettes laconiennes d’Olympie, figurant des hommes en marche, ont des bases, à deux rivets, dont les proportions sont à peu près celles-ci); dans le troisième, et dans le quatrième, deux statuettes humaines debout à petite base, fixées par deux rivets dans le quatrième quart, par trois dans le troisième: voir les calques réduits, fig. 194. Tout d’abord, l’irrégularité de ce montage dépasse celle des deux moitiés de la frise du col. D’autre part, autant qu’on puisse juger à l’œil nu, il semble bien que ces statuettes n’aient jamais été fixées: d’ordinaire, dans ce cas, le contour des statuettes disparues est très nettement marqué dans la patine du métal. Une des appliques prévues pour le col a-t-elle été perdue, cassée ou ratée à la fonte, sans qu’on ait le temps de la refaire? Cela me paraît, d’après l’ensemble des remarques que nous avons faites, beaucoup plus vraisemblable que la référence obscure à un mythe peu identifiable; et tout cela pourra aider à comprendre les conditions, exceptionnelles apparemment, dans lesquelles le cratère a quitté son atelier, à Sybaris ou ailleurs, pour une destination inhabituelle.

* * *

3Mais, au point où nous en sommes, un quart de siècle après les découvertes de Paestum et de Vix, de la compréhension de ces phénomènes, nous ne pouvons guère que formuler quelques remarques préliminaires sur les points essentiels: celui de la mise en place et du fonctionnement, en Grande-Grèce, d’une production qui a ses racines dans des ateliers laconiens; et celui des causes possibles de l’arrêt de la production en Laconie, arrêt qui coïncide avec un développement plus grand de la production en Italie du Sud.

4Pour des produits de luxe, peu nombreux, et destinés à voyager hors de la cité qui les fabrique, comme le montre immédiatement la carte de répartition des hydries que nous avons examinées, faut-il nécessairement supposer, comme on fait d’ordinaire, une coïncidence entre le lieu de fonctionnement de l’atelier, ses traditions stylistiques et techniques, et l’origine ethnique des artisans? Ce n’est pas toujours certain en Grèce. Et cela ôterait beaucoup de son importance au problème, à la limite insoluble comme nous avons vu, de l’« alphabet » du cratère de Vix. La diffusion des objets laconiens en Occident, dont nous avons rappelé quelques aspects, apporte ici des indications importantes.

  • 195 Pour Métaponte, voir les titres cités n. 71; dans G. Olbrich, il s’agit du n° C 10, p. 199, et pl.  (...)

5Dès le début, c’est-à-dire depuis 580-570, les hydries laconiennes sont diffusées très loin, des Carpathes à Gela, et cela explique, nous l’avons dit, les copies en terre cuite de Locres, fig. 132. Cette diffusion commence à peine plus tard que celle de la céramique; elle est plus vaste encore. Certaines figurines de terre cuite d’Occident reflètent d’autres modèles laconiens, dans des cités que leur origine et leur histoire ne lient nullement à Sparte. Les têtes à pôlos godronné, laconiennes par ce motif comme par leur style, se rencontrent sur des figurines de Métaponte, de Siris et de Sybaris195; leurs visages, de tradition dédalique, voisins par là des objets reproduits ici, fig. 141 et 142, sont différents de ceux des hydries, et des vases de Locres. On ne les retrouve pas exactement non plus, semble-t-il, dans les terres cuites de Tarente, si riches d’autre part en objets directement inspirés (par exemple, ici, fig. 131, 1) par des modèles laconiens. L’impulsion vient d’autres objets, arrivés par une autre voie: en même temps, probablement, que la céramique peinte, qui est attestée à Métaponte et à Sybaris et qui, nous l’avons vu, n’est pas toujours passée par Tarente.

6Cette répartition des objets laconiens peut être mise en parallèle, en effet, avec la variété des objets qui reflètent leur influence, même dans le groupe limité des vases de bronze. L’hydrie de Graechwil et ses descendants sont à peu près localisés, le long de la côte adriatique, peut-être à partir de Tarente même. Mais les premières anses d’hydries à tête de femme occidentales sont si diverses que rien n’impose un lieu de fabrication unique. L’anse aux génies ailés, à Bruxelles, l’hydrie aujourd’hui à Nîmes, antérieures l’une et l’autre au milieu du siècle, puis les trois exemplaires qui marquent l’apparition en Italie du type « à palmette » (anse Schimmel, hydrie à Berlin, hydrie à Heligoland) sont, dans la même tradition laconienne, très disparates dans la conception comme dans le détail: si l’influence est la même, elle n’est pas reçue de la même façon.

  • 196 De même que les hydries du groupe Sala Consilina-Paestum ont été précédées par des anses à tête de (...)

7Nous avons vu que le type à palmette apparaît à peu près en même temps en Laconie et en Occident; cela suppose qu’à cette date les liens restent étroits entre les deux régions. Le bélier de Sparte fig. 136, l’hydrie d’Erétrie fig. 145, dont il est difficile de supposer qu’elle soit venue d’Italie, suggèrent que le type à palmette est une invention laconienne, aussitôt imitée en Occident. Or c’est peu après cette date que la fabrication cesse en Laconie: l’hydrie d’Erétrie semble contemporaine de celle de Sala Consilina, plutôt « 540-530 » que « vers 530 ». C’est en même temps la période où, avec nos hydries nos 1 à 5 et le cratère de Vix, nous saisissons en Grande-Grèce, même avec un nombre d’objets restreint, une production cohérente et unitaire, de 540 à 520 au moins. C’est uniquement celle-ci qu’il peut être raisonnable de tâcher de localiser196.

* * *

  • 197 Stibbe, passim, surtout p. 149-150.

8Que l’on explique, ou non, par la destruction de Sybaris l’arrêt, après « 520-510 », de la production des hydries à tête de femme, le schéma que nous avons établi suppose une autre rupture: la fin de l’activité des ateliers qui faisaient des vases de bronze en Laconie. Nous avons daté cet arrêt « vers 530 ». Pour la céramique, C.M. STIBBE, à partir d’un matériel plus abondant et mieux datable, date « vers 525 », ce qui revient évidemment au même, les derniers vases trouvés hors de Laconie, et d’Olympie. La coupe de Tarente qui figure Cyrène et le lion est postérieure (« époque de Léagros »), et exceptionnelle; elle n’a de parallèle qu’à Olympie. Les coupes qui prolongent le style du « peintre de la chasse », jusque vers la fin du siècle, proviennent toutes de Sparte et d’Olympie197.

  • 198 Sic P. Cartledge, Sparta and Lakonia, a Regional History, 1300-362 BC, p. 156-157, qui se réfère à (...)
  • 199 Voir en particulier Stibbe, p. 149: vases tardifs du groupe du peintre de la Chasse, immédiatements (...)
  • 200 Pour la Messénie, voir Chr. Leon, Statuette eines Kouros aus Messenien, AM 83, 1968, p. 175 à 185, (...)

9La question est de savoir si cette cessation d’activité des ateliers laconiens est le résultat d’une évolution progressive, ou la conséquence d’un « événement » plus ou moins brutal. Théoriquement, il peut sembler plus satisfaisant de chercher la cause d’un phénomène de ce genre dans « une transformation complexe et progressive du système social Spartiate »198; mais tout rend cette explication improbable. Car c’est à la fin, « vers 530 », que la céramique laconienne décorée est la plus abondante, et la plus largement diffusée, de Samos à Syracuse199. C’est aussi le moment où, pour les statuettes et les miroirs de bronze, l’influence ionienne, preuve d’une certaine ouverture vers l’extérieur, se marque par des œuvres nombreuses et de grande qualité. Le 3e quart du VIe siècle marque, nous l’avons vu, la floraison de la production des bronziers laconiens, et il faut à cette période distinguer, de la Messénie à la Thyréatide200, des groupes et des ateliers différents à l’intérieur du domaine politiquement dominé par Sparte. Dans les vases de bronze, la mise au point, vers 540, du type d’anses à palmette, est le signe d’une activité qui n’est pas sur son déclin, et l’imitation immédiate en Occident prouve que la diffusion extérieure reste grande. Bref, c’est au moment où l’activité est la plus grande qu’elle cesse.

  • 201 Rien qu’on puisse comparer, par exemple, à ce que suggère la concomitance de l’arrêt, un peu avant (...)
  • 202 Y compris la céramique non figurée, largement diffusée, dans les colonies grecques et, en Occident (...)
  • 203 J’ai essayé de préciser ces distinctions, préliminaires indispensables à toute interprétation de la (...)

10Il faut donc chercher un « événement ». Aucun qui soit « interne » à la Laconie n’est, vers 525, susceptible d’expliquer une rupture subite: ni modification de la marge d’autonomie « économique » des Périèques qu’implique cette production, ni « désastre » d’ensemble201. La cause est donc externe. Mais il faut, ici, tenir compte des caractères très particuliers de cette production, par rapport à ce qu’on a ailleurs dans la Grèce archaïque. L’arrêt concerne la vaisselle, de céramique202 ou de métal, mais pas les statuettes. La fonction des deux catégories d’objets n’est, en effet, pas la même, et cette différence se reflète dans leur diffusion203. Les statuettes de bronze sont faites pour être dédiées par des Lacédémoniens, en Laconie, à Olympie, un temps au moins à Dodone, quelquefois ailleurs. La vaisselle, très rarement dédiée dans les sanctuaires de Laconie, est à peu près entièrement diffusée à l’extérieur, dans des régions si diverses qu’il est tout à fait exclu que, même à l’intérieur du monde grec, la présence d’un vase s’explique par le passage d’un Laconien: les relations directes, certaines avec Tarente, Cyrène et Samos, n’existent pas pour les autres lieux de trouvaille. La Laconie, à l’évidence, n’a jamais été une cité maritime et commerçante, comme Athènes et Corinthe; c’est à d’autres qu’aux Laconiens qu’il faut attribuer le transport des objets faits en Laconie.

  • 204 Voir surtout les p. 19 et 20. Les divergences possibles sur l’origine possible de tel ou tel vase n (...)
  • 205 Des liens d’Etat à Etat expliquent que Sparte ait fait appel à Théodoros pour construire la Skias. (...)
  • 206 Il semble que la plaque d’ivoire montrant Persée est laconienne (cf. Marangou, p. 74-76). Le cas de (...)
  • 207 Sur le culte d’Héra à Gravisca et ses liens avec Samos: M. Torelli, Par.Passato 32, 1977, surtout p (...)

11Or il se trouve qu’une flotte, liée à Sparte et active en Occident, est susceptible d’avoir fait escale en Laconie de 590 à 525, et d’y avoir renoncé à cette date: c’est celle de Samos, comme l’a souligné W. JOHANNOWSKY, o.c. (ci-dessus, p. 16)204. La rupture entre Sparte et Samos est connue, et bien datée. Les liens entre les deux cités avant ce moment n’étaient pas seulement des rapports d’Etat à Etat205: le nombre des objets laconiens dédiés à l’Héraion, vases, ivoires, bronzes, le prouve, et il n’est pas jusqu’à l’hésitation qui est possible, pour certains, entre les deux attributions206 qui ne prouve que ces relations étaient étroites. C’est vraisemblablement par l’intermédiaire de Samos que la Laconie recevait l’ivoire. D’autre part, nous saisissons de mieux en mieux le rôle et l’influence des Samiens en Italie, d’après des indices aussi divers que l’Héraion de Gravisca, le style du temple ionique de Syracuse ou les objets découverts à Sélinonte207.

12La fabrication des statuettes continue en Laconie après 525, avec quelques très belles pièces jusqu’au début du Ve siècle. Mais leur nombre diminue très fortement: même due, dans les faits, à la rupture entre Sparte et Samos, la fin de l’« exportation » de la vaisselle laconienne intervient dans une période de fermeture progressive de la cité, et ceci a pu aider cela, mais sans en être la cause. Il y a là, si peu satisfaisant que soit le mot en histoire, une coïncidence.

  • 208 O.c. (n. 198), p. 156-157.

13Il reste, pour terminer cette rapide esquisse, à évoquer de nouveau le problème de Tarente, qui est en même temps celui de la poursuite en Grande-Grèce d’une production interrompue en Laconie. Nous avons vu comment on avait exagéré le rôle de Tarente dans la diffusion des types et des formes laconiens en Occident: Tarente n’a pas été l’intermédiaire qu’on croyait. Cela conduit à mettre en question aussi l’hypothèse, diffuse dans plusieurs travaux récents, et clairement exprimée par P. CARTLEDGE, quand il écrit208: « dès 525 des bronziers de Laconie émigrent dans un milieu plus favorable, et déjà quelque peu familier: Tarente ».

14Il s’agirait, en fait, d’imaginer un phénomène comparable à ce qu’on observe en Crète à la fin du IXe ou au VIIIe siècle, avec l’arrivée d’orfèvres et de bronziers orientaux, ou à la fuite des Phocéens au VIe siècle devant la conquête perse. Mais les situations ne sont évidemment pas les mêmes, et il y a une objection de fait, plus grave. Car cette « émigration » devrait remonter à 540, date de l’hydrie au lion de Paestum, ci-dessus n° 5, et du modèle au moins de la tête de l’hydrie de Sala Consilina. Or c’est, en Laconie, le moment du grand développement de la production. On ne pourrait envisager alors qu’un apport limité, l’arrivée de quelques bronziers, voire d’un seul: cela expliquerait peut-être l’apparition quasi simultanée des anses verticales à palmette en Laconie et en Occident, comme la cohérence que prend à ce moment seulement la production « laconisante » en Occident. Cela pourrait expliquer aussi ce qu’il y a de laconien dans les repères de montage du cratère de Vix. Mais cela n’implique nullement que ce bronzier se soit installé à Tarente.

  • 209 Ce n’est pas le cas un peu plus tard: les dinoi de Campanie, les divers types de miroirs, forment d (...)

15Car, dans les vases de bronze faits en Grande-Grèce au VIe siècle209, ce qui frappe, c’est la répartition très large des objets, la diversité qu’on observe d’un exemplaire à l’autre, et surtout un mélange constant d’influences diverses. Si l’on veut faire davantage que décomposer les objets en éléments, explicables par des modèles de telle ou telle cité de Grèce propre, ce qu’on aperçoit le mieux, ce sont des courants, « laconisants », « corinthisants » si on veut, en réalité presque toujours mixtes. On doit postuler que ces courants divers correspondent à l’activité d’ateliers distincts. Mais, dès ce moment de l’interprétation, quelques objets appellent à la prudence: l’hydrie fondue de Paestum, n° 6, en est le meilleur exemple, sa technique « aberrante » n’empêchant pas que le détail de son décor la rattache aux autres vases de la même trouvaille. L’hydrie de Trebenischte, ici fig. 73 et 181, montre mieux encore la situation complexe de certains artisans, ou de leur formation technique et artistique: car l’auteur de ce vase, ou l’atelier qui l’a produit, connaissait un type de Gorgoneion purement laconien, apparemment non imité sur d’autres vases de Grande-Grèce, un type d’anse horizontale qui a toutes chances de faire partie du répertoire des bronziers « laconisants » de Grande-Grèce, et, pour le corps du vase, un profil et un procédé de fabrication inconnus en Grèce propre, mais, à cette exception près, également inconnus des bronziers « laconisants » qui faisaient les anses horizontales à protomes de cheval. Tout cela assure que l’hydrie de Trebenischte a été faite en Grande-Grèce; cela montre aussi que les produits d’un artisan ou d’un atelier étaient connus d’autres artisans ou d’autres ateliers. Mais, dans ces conditions, est-ce que seuls les objets voyavoyagaient?

  • 210 Pour les frises architecturales, voir Paribeni, Atti Taranto 1973, p. 142-143, et Rolley, AttiTaran (...)

16Fabriquer des vases de bronze, au VIe siècle, suppose d’une part un savoir-faire très poussé, de l’autre des conditions socio-économiques favorables (concrètement: une clientèle susceptible d’acquérir ces produits de luxe). Mais, matériellement, les installations sont sommaires, faciles à créer et à recréer. En Grèce propre, la continuité que montre, au moins dans les principales cités, la permanence des styles locaux suggère des artisans durablement installés dans une cité donnée, où ils ont fait leur apprentissage, et dont ils doivent être le plus souvent originaires. Ce sont les auteurs des grandes statues qui voyagent. Mais, en Grande-Grèce, les mélanges de traditions et d’influences que nous avons décelés ne montrent absolument pas la même continuité de l’activité des artisans et des centres. Et ce n’est pas propre aux vases de bronze. Des terres cuites architecturales de Métaponte et de Siris sont tirées du même moule: les deux cités, voisines mais ennemies, ont fait travailler les mêmes artisans; dans un autre domaine, des figurines de terre cuite de Francavilla Marittima, de Siris et de Métaponte reproduisent le même type, qui semble original210. Bref, l’« atelier du cratère de Vix », probablement actif à Sybaris dans les deux ou trois dernières décennies de la vie de la cité, n’y a pas nécessairement son origine, pas plus qu’il n’y a obligatoirement recruté ses artisans.

Notes

192 Digamma sur une applique à Berlin, probablement laconienne: Gehrig, o.c. n. 134.

193 Elles ont été aperçues lors du démontage récent du cratère (renseignement dû à M. Maass).

194 Qui n’ont rien de commun avec les trous percés pour réparer une des anses (cf. fig. 168); l’un de ceux-ci a été ensuite agrandi. Le couvercle est, en général, d’une irrégularité qui contraste avec le soin apporté au travail de la cuve: le contour n’est pas très régulier, les traces des outils qui ont découpé et martelé la feuille de cire restent très apparentes, l’épaisseur varie de 2 mm à 5,5 mm.

195 Pour Métaponte, voir les titres cités n. 71; dans G. Olbrich, il s’agit du n° C 10, p. 199, et pl. 49; elle signale des exemplaires semblables à Gela et à Syracuse. Rapprochement entre Sybaris (Francavilla Marittima), Siris et Métaponte, avec photo de l’exemplaire le plus caractéristique de Siris: Rolley, Atti Taranto 1980.

196 De même que les hydries du groupe Sala Consilina-Paestum ont été précédées par des anses à tête de femme de Grande-Grèce, assez disparates, les cratères à volutes de la 2e moitié du siècle ont au moins deux précédents en Grande-Grèce, complets l’un et l’autre, trouvés à Caltagirone et Capoue: cf. P. ORSI, MonAnt 20, 1910, col. 810 sq., et W. Johannowsky, o.c. p. 14, qui reproduit celui de Caltagirone, au musée de Syracuse. Ils sont l’un et l’autre d’un profil trapu qui les situe, au plus tard, vers le milieu du siècle; le premier a sur le col un décor gravé assez sommaire, l’autre est lisse. Ils ont en commun des anses curieuses, saisies en bas par quatre doigts allongés, comme une main sans pouce; le reste de la mouluration des anses est très simple, alors que, sur celui de Capoue, la lèvre superpose postes et godrons, comme sur les cratères plus récents. Il est donc tentant de les attribuer à un même centre de Grande-Grèce (W. Johannowsky les juge tous deux laconiens); mais nous n’avons, ni en Grèce propre ni en Grande-Grèce, pour la 1e moitié du siècle, aucun cratère ni aucune anse qui puisse servir de point de repère; en céramique, le cratère François, invoqué, entre autres, par Johannowsky, est, comme on sait, un vase tout à fait à part.

197 Stibbe, passim, surtout p. 149-150.

198 Sic P. Cartledge, Sparta and Lakonia, a Regional History, 1300-362 BC, p. 156-157, qui se réfère à M. Finley.

199 Voir en particulier Stibbe, p. 149: vases tardifs du groupe du peintre de la Chasse, immédiatements antérieurs à ceux que nous signalions, n. 197. Pour Samos, l’importance de la « couche de Pisistrate » fausse peut-être les perspectives; mais voir, o.c., le dinos de Tarquinia et les deux coupes de Syracuse.

200 Pour la Messénie, voir Chr. Leon, Statuette eines Kouros aus Messenien, AM 83, 1968, p. 175 à 185, pl. 59 à 64.

201 Rien qu’on puisse comparer, par exemple, à ce que suggère la concomitance de l’arrêt, un peu avant la fin du VIIIe siècle, de la production des chevaux de bronze laconiens, qui n’ont pas les successeurs « subgéométriques » des autres types, avec la date probable de la première guerre de Messénie: les bronzes resteront très rares ensuite, on le sait, en Laconie jusqu’au VIe siècle.

202 Y compris la céramique non figurée, largement diffusée, dans les colonies grecques et, en Occident au moins, en milieu non grec; la forme la plus fréquente est le cratère à colonnettes, mais ce n’est pas la seule. Voir, par exemple, J. Boardman et J. Hayes, Tocra I, BSA, Suppl. 4, p. 87 à 95; pour l’Occident, les quelques exemples cités par R.M. Cook, JHS 99, 1979, p. 153-154 (y ajouter, par exemple, J. de La Genière, Recherches..., p. 211 et n. 134); il y a surtout de la céramique non figurée dans les vases laconiens de Torre S. Sabina (cf. n. 176).

203 J’ai essayé de préciser ces distinctions, préliminaires indispensables à toute interprétation de la diffusion d’objets archaïques, dans Ktèma 2, 1977, p. 126 à 128.

204 Voir surtout les p. 19 et 20. Les divergences possibles sur l’origine possible de tel ou tel vase n’enlèvent rien à l’importance de cette hypothèse, du moment que la date de la rupture est considérée comme établie. Ici. comme dans un tout autre sens pour l’article de Gjødesen sur le cratère de Vix (cf. p. 61), datation et attribution sont liées: logiquement, Johannowsky date avant 530-525 tous les vases qu’il considère comme laconiens.

205 Des liens d’Etat à Etat expliquent que Sparte ait fait appel à Théodoros pour construire la Skias. Mais la circulation de petits objets, et leur dédicace dans des sanctuaires, supposent des relations d’individu à individu, ou des déplacements d’individus, marins ou marchands, pèlerins ou consultants d’un oracle.

206 Il semble que la plaque d’ivoire montrant Persée est laconienne (cf. Marangou, p. 74-76). Le cas de la statuette féminine, citée ci-dessus, n. 97, reste discuté.

207 Sur le culte d’Héra à Gravisca et ses liens avec Samos: M. Torelli, Par.Passato 32, 1977, surtout p. 450. - Temple de Syracuse: voir la publication, par P. Auberson. - Sélinonte: terres cuites du sanctuaire de Zeus Meilichios (renseignement dû à R. Martin).

208 O.c. (n. 198), p. 156-157.

209 Ce n’est pas le cas un peu plus tard: les dinoi de Campanie, les divers types de miroirs, forment des groupes clairs et cohérents, géographiquement localisés; pour les miroirs, voir en dernier lieu I. Caruso, Bronzetti di produzione magnogreca dal VI al IV sec. A.C.: La classe degli specchi, RM 88, 1981, p. 13 à 106. Mais les statuettes du VIe s. de Francavilla Marittima ou de Métaponte ne donnent, ni dans un cas ni dans l’autre, l’impression d’une unité stylistique réelle.

210 Pour les frises architecturales, voir Paribeni, Atti Taranto 1973, p. 142-143, et Rolley, AttiTaranto 1980. Pour les « simas », il reste possible que la présence d’exemplaires tirés du même moule à Siris et à Métaponte soit liée à l’identité de plan, notée par D. Adamesteanu, AttiTaranto 1970, p. 484-485, entre le temple archaïque de Siris et les premiers états des temples Β et C de Métaponte: on aurait alors déplacement d’un architecte avec toute son équipe. Mais l’explication ne vaut pas pour les figurines, qui montrent des ateliers ou des artisans qui fabriquent et qui vendent, d’une cité à l’autre, indépendamment des vicissitudes des relations politiques entre elles. Cela s’oppose à ce qu’on observe pour la céramique.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr