Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les vases de bronze de l'archaïsme récent en Grande Grèce

 | 
Claude Rolley

Deuxième partie. Les hydries de style grec

Chapitre IV. Le cratère de Vix et l’origine des vases de Paestum

Full text

  • 124 Je renonce à donner au départ une bibliographie systématique sur le cratère de Vix. Elle serait sur (...)

1La recherche récente, à peu d’exceptions près, admet l’origine commune des hydries nos 1 à 5 et du cratère de Vix124. Il est plus difficile de retrouver les arguments qui, pour chaque auteur, fondent ce rapprochement, que ne refusent guère que Rumpf, implicitement, et, explicitement car c’est fondamental pour sa datation du cratère, Gjqdesen.

2C’est l’article de VALLET et VILLARD, BCH 1955 (cf. ci-dessus, p. 16) qui a, le premier, attribué ces vases, et beaucoup d’autres, à un même atelier. Leurs arguments, et cet article en général, si on les examine à la lumière des études et des trouvailles récentes, sont de valeur très inégale. Tout d’abord, ils ne citent guère que des vases de Grande-Grèce, et ne mentionnent ou n’utilisent pas les hypothèses proposées par NEUGEBAUER, RM 1923-24 et AA 1925, et POLITIS. Cela les conduit à méconnaître entièrement le rôle, fondamental en tout cas, du Péloponnèse, et la façon dont, d’un centre ou d’un atelier à l’autre, les artisans copiaient des motifs et même des formes: le cas des anses horizontales à demi-bobines, tête de canard et palmette est particulièrement frappant; il en est de même pour les lions et les béliers des anses verticales d’hydries et d’oenochoés. Politis a établi clairement que, plusieurs fois, une invention laconienne a été très vite copiée à Corinthe et, à une date qui reste à préciser, en Grande-Grèce: les documents nouveaux confirment sinon le jugement porté sur chaque objet, au moins ce schéma général.

3Parmi les détails invoqués par Vallet et Villard à l’appui du rapprochement entre les hydries et le cratère, il faut, en réalité, éliminer les motifs susceptibles d’être repris d’un atelier à l’autre, surtout parmi les plus simples. C’est le cas du décor du rebord de la lèvre ou du ruban des anses: les rangs de perles carrées, les godrons, les « prismes droits », qui sont probablement d’assez bons indices pour une datation approximative, sont identiques d’un bout à l’autre des zones qui faisaient des vases de bronze dans la 2e moitié du VIe siècle. Peut-être jugera-t-on plus probante l’identité absolue, au milieu des nombreuses variantes attestées de ce motif déjà plus complexe, des palmettes du couvercle du cratère (fig. 168) avec celles des anses latérales des hydries à tête de femme: la section arrondie de la volute, l’œil plat détaché par un sillon large, le « cœur » séparé des feuilles par un filet, la palmette elle-même, courte et large, mais faite de feuilles triangulaires à arête axiale, sont assez de points précis pour constituer un premier indice.

  • 125 O.c., p. 56, avec des vues de trois-quarts plus flatteuses qu’utilisables.

4La preuve véritable est fournie par deux comparaisons, qui ont déjà été faites, mais séparément. La première est fournie par le lion de l’hydrie n° 5: cf. ci-dessus, p. 49-50 et fig. 154 à 156. De la même façon, comme Vallet et Villard l’indiquent125, le visage de la statuette, plus grand et plus soigné, s’insère parfaitement (cf. ici fig. 133) dans la série des têtes des anses d’hydrie « à palmette ». A peine plus large du bas que celui de Sala Consilina, il en a la forme, la structure osseuse solide aux pommettes, la coiffure, l’équilibre général des traits et, avec un peu plus de soin (angle interne de l’œil, ailes du nez), le travail de détail, y compris, par exemple, le sillon qui détache le sourcil. L’œil gauche de la statuette (le droit est nettement différent) a la forme très particulière, presque en losange, de ceux de l’hydrie. Le profil est plus proche, par la ligne en S du front et du nez, et le menton petit mais rond, de l’hydrie n° 3 de Paestum. Je crois qu’un jeu complet de photographies dispense d’un commentaire plus développé, et assure d’une conclusion qui rend sceptique sur toute tentative de séparer le cratère des hydries, comme de voir dans la statuette la « récupération » d’un objet largement antérieur au cratère lui-même.

5Nous avons noté que le profil de l’hydrie au lion, n° 5, comme les détails de son anse verticale, sont relativement anciens dans ce petit groupe d’hydries; de même, les têtes des hydries nos 3 et 4, les plus proches de la statuette du couvercle, sont, en elles-mêmes, antérieures à celles des deux autres. Ces indices concordent pour une date qui serait « vers 540 » ou « 540-530 », sous réserve de l’examen, que nous ferons ci-dessous, de la frise: car, pour le cratère comme pour les hydries, la permanence possible de certains traits peut être liée à une division du travail entre « chaudronniers » et « modeleurs », que rend à peu près certaine l’usage des lettres de montage. C’est alors, sans hésitation, le détail le plus récent qui date. De toute façon, pour le cratère et les cinq hydries, la « fourchette » la plus large n’est que d’une vingtaine d’années, de 540 à 520.

* * *

  • 126 O.c., p. 108 sq.

6Ce point acquis, il est nécessaire, non de résumer ou même d’énumérer l’immense littérature qu’a suscitée le cratère, et qui charrie le meilleur et le pire, mais plutôt de dresser, à la suite de I. VOKOTOPOULOU126 un bilan des principales positions soutenues jusqu’ici, en notant chaque fois, dans les arguments qui les fondent implicitement ou explicitement, ce qui mérite, ou non, d’être retenu.

1. La thèse laconienne127

  • 127 Puisqu’il faut parler de la Laconie, et non de « Sparte », à propos de cet artisanat, certainement (...)
  • 128 « Zum Krater von Vix », BABesch 29, 1954, p. 8 à 11; Κρατὴρ Λακωνικός, Charites, Mél. Langlotz, p.  (...)

7En deux articles, A. RUMPF128 attribue le cratère à la Laconie, avec des arguments très variés. Le cratère à volutes est le « cratère laconien » des textes antiques. Les repères gravés au revers des appliques et sur le col sont en alphabet laconien. La décoration figurée des cratères de Vix et de Trebenischte est laconienne, qu’il s’agisse des vaches du cratère aujourd’hui à Sofia, des cavaliers du cratère à Belgrade (ici fig. 180), ou, à Vix, des hoplites « chalkochitônes » ou du vêtement de la statuette du couvercle. Il dit retrouver le thème de la frise sur une bande de bronze d’Artémis Orthia; le Gorgoneion des anses des trois cratères lui paraît typiquement laconien.

  • 129 L’origine du cratère de Vix: remarques sur l’hypothèse laconienne, BCH 82, 1958, p. 168 à 171. Cf. (...)
  • 130 AO, p. 201, fig. 115: dessin très lisible malgré l’état de l’objet.

8J’ai indiqué, dans une note qui a été plus souvent citée que lue129, que Rumpf n’a pas regardé, sinon sur de mauvaises photos antérieures au nettoyage, les inscriptions de la coupe d’Arcésilas qui jouent un grand rôle dans sa démonstration sur l’alphabet. La bande de bronze d’Artémis Orthia130 répète le motif banal de l’hoplite montant en char, et lui seul. En parallèle aux six vaches du col du premier cratère de Trebenischte, Rumpf écrit: « on a trouvé à Sparte 4 vaches de bronze, en marche, plates au revers, et W. Lamb les a, de façon convaincante, comparées à celles du cratère de Sofia » (BABesch 1954, p. 10). W. Lamb, BSA 28, 1926-7, p. 102-103, à qui renvoie Rumpf, l.c., appelle « third cow » l’animal reproduit AO, pl. 88, 1, ici fig. 162 à 165. Mais les deux précédentes (de toute, façon, cela ne ferait pas quatre!) sont de petits animaux couchés, massifs, qui reprennent, en bronze, le motif d’un groupe de sceaux en ivoire et en os du même sanctuaire. Les quatre vaches se réduisent donc à une seule; et Rumpf, comme pour le pseudo-qoppa de la coupe d’Arcésilas, aurait dû la regarder (fig. 162 à 165): ce n’a jamais été une applique.

Musée de Sparte, inv. 2161. Il manque un morceau de la queue, le bout d’une oreille et un angle de la base. L. max.: 7,2 cm; haut,: 6,8 cm. Sur le corps, dédicace sinistroverse, gravée avant fonte:

Le revers, qui n’était pas vu, comporte une surface à peu près plane sur l’arrière-train, un creux à mi-corps et, en avant, une surface irrégulière, non plane. La plaquette irrégulière qui sert de base comportait, en avant à gauche, c’est-à-dire du côté de la face arrière, un gros trou rond de rivet, dont la moitié est conservée. Ce n’est donc pas du tout la barrette régulière des vaches du cratère de Trebenischte, et l’aspect de la face arrière exclut que l’objet ait pu être appliqué sur un col de cratère, ou sur toute surface régulière. On penserait que la dédicace, complète, prouve que l’animal se suffisait à lui-même; mais on en a une autre, difficile à comprendre, sur la Gorgone ci-dessous fig. 182 et 183, qui ne semble pas non plus être une applique de cratère, mais qu’on imagine mal seule.

  • 131 Au Louvre, Br 4254, de la collection Nanteuil. Rolley, FDelphes V, 2, p. 172-173, et fig. 181.

9Rumpf, en revanche, ignorait une seconde vache, d’un pas plus allant mais d’un modelé voisin, qui proviendrait aussi de Sparte, et qui doit avoir eu le même montage que celle-ci131. La disparition de la tête empêche un jugement précis; en tout cas, ces deux animaux, voisins l’un de l’autre, ressemblent peu à ceux du cratère de Trebenischte, alors que leur travail et leur montage les rapprochent du trépied de Métaponte (fig. 161): elles apportent un élément de plus aux traits laconiens, ou laconisants, du trépied, mais aucun pour le cratère.

  • 132 Sur ce point, cf. M.W. Stoop, A Laconian Lady?, BABesch 39, 1964, p. 83 à 91.
  • 133 Il est clair que, de toute façon, c’est l’alternance hoplite-char qui est l’élément important, parc (...)
  • 134 U. Gehrig. Der Krater Lakonikos, AA 1971, p. 603 à 612; je ne suis, en revanche, absolument pas con (...)

10Bref, il ne reste pas grand-chose des articles de Rumpf. Cela n’empêche pas qu’il y ait en effet des éléments laconiens dans le cratère et les vases qui s’en rapprochent: il suffit de rappeler l’histoire des hydries à tête féminine, telle que nous l’avons esquissée. Il reste vrai aussi que, mise à part la statuette de Vix, c’est uniquement en Laconie qu’on retrouve, et très souvent, un vêtement long, lisse en avant et sur les côtés, et couvert à l’arrière de fins plis verticaux132, même si jamais en Laconie ce genre de péplos n’est recouvert par un autre vêtement. Le thème énigmatique133 de la frise se retrouve uniquement sur deux ou trois cratères-pithoi de terre cuite de Sparte du début du VIe siècle (tirés du même moule). On a jugé laconiennes, peut-être avec raison, quelques appliques de cratères, isolées134. Bref, la « thèse laconienne » met l’accent sur un aspect important du problème.

11C’est dans une perspective générale, et en tenant compte de l’histoire de l’artisanat laconien, que W. JOHANNOWSKY (article cité ci-dessus, p. 16) a repris récemment cette attribution, en proposant de dater le cratère « encore dans le 3e quart du VIe siècle », date logiquement liée à celle de l’arrêt, vers 530, de l’exportation des objets laconiens (cf. chapitre suivant).

2. La thèse corinthienne

12Cette liaison entre le problème de la date du cratère et celui de son origine apparaît mieux encore dans les études qui, de façons très diverses, voire contradictoires, ont attribué le vase à Corinthe.

  • 135 Greek Bronzes: a Review Article, AJA 67, 1963; sur le cratère de Vix, p. 335 à 350, et pl. 69 à 80.

13Prenant prétexte d’un compte rendu de J. CHARBONNEAUX, Les bronzes grecs, M. Gjødesen réfute135, en fait, l’article de VALLET et VILLARD, BCH 1955, dont, avec quelques réserves pour certains vases, Charbonneaux avait accepté les conclusions. Pour Gjødesen, le Gorgoneion et les lions des anses, le décor de la lèvre, et surtout la statuette féminine, par sa silhouette générale comme par son visage, ne sont entièrement à leur place qu’à Corinthe, aux environs de 575, comme le prouverait le rapprochement avec la céramique et les têtes modelées qui ornent certains vases. Date et localisation sont liées dans le raisonnement, d’une façon qui n’est pas toujours claire au départ, en particulier quand Gjødesen écarte, très vite, la comparaison avec la céramique « chalcidienne », qui était l’argument le plus convaincant dans l’article de Vallet et Villard: car cette céramique, occidentale et contemporaine de la « date basse » du cratère, donne des parallèles à la silhouette de la statuette féminine et des hoplites. Mais, si on admet que le cratère est corinthien, il faut en effet remonter au MC III pour trouver des équivalents à plusieurs de ses traits caractéristiques.

  • 136 Quoiqu’il semble méconnaître que, chez Gjødesen, la date et l’attribution sont indissociables, comm (...)
  • 137 On verra, récemment, outre Jucker, Pesaro: — E. Kunze, 7.Ol.Ber., p. 169 à 176, avec, p. 175, une l (...)
  • 138 Vokotopoulou, p. 190, et pl. 50, γ et δ.
  • 139 Qui n’est pas une applique, comme on l’avait écrit jusqu’à l’étude soigneuse de J. Ducat, Les kouro (...)
  • 140 Vokotopoulou, p. 143, et pl. 48 et 49.
  • 141 Voir aussi, ci-dessous, p. 73-74, sur les indices de hâte dans le montage final du cratère. D’autre (...)
  • 142 Il place l’applique de Dodone (n° VI/B 27 de son catalogue) dans les œuvres sûrement corinthiennes (...)

14Il est donc fondamental d’assurer, et si possible de préciser, la date du cratère. Nous avons vu que le lion et la statuette féminine, si on la regarde vraiment, ne permettent pas de remonter avant 540. En général, l’évolution des vases que nous avons étudiés ou signalés suffit à interdire de situer les palmettes dans la 1e moitié du siècle. Enfin, comme JUCKER, Pesaro, p. 107 à 112136, le montre d’une façon qui me paraît irréfutable, la frise conduit à une date voisine, peut-être légèrement plus basse. Car nous possédons une série d’hoplites, laconiens ou de descendance laconienne, qui permet de situer ceux du cratère (fig. 169 et 170). La cuirasse et le casque cachent une bonne part des éléments habituels de datation: il y a. d’un auteur à l’autre, des hésitations sur ces statuettes137. L’ex-voto de Charil(l)os, MN 7598, et une statuette d’Olympie, MN 2633, se placent en tout cas au début de la série, et avant le milieu du siècle: la raideur de la pose, qui est bien ici celle du « défilé » (sic JOST, BCH 1975, p. 358), les proportions du ventre et la maladresse de l’attache des cuisses imposent cette date, « vers 560 ». Ensuite, il y a deux types différents. Les deux grandes statuettes jumelles de Longa, MN 14789, et de Dodone, Ioannina 4914, ici fig. 189138, à tunique longue, marchent d’un pas réservé, qui a pu les faire dater trop tôt; ce qu’on voit de leur musculature et de leur visage est en tout cas du 3e quart du VIe siècle. Il faut écarter de ce groupe la statuette139 du Ptoion, MN 7388, qu’on croirait plus ancienne que les appliques de Vix, par une certaine lourdeur, et une hésitation dans la démarche, qui vient d’un trois-quarts mal rendu; mais la musculature, comme le montre J. Ducat, date des environs de 480 au plus tôt. C’est donc avant tout aux deux hoplites en marche de Dodone, Ioannina 1411 et 4913140 qu’il faut comparer les appliques du cratère (fig. 190 et 191: inv. 4913). Les appliques n’ont, des statuettes, ni la hardiesse de l’enjambée, ni celle du regard. Les yeux qui jaillissent comme des billes de la statuette inv. 1411, la ressemblance étroite du visage de l’autre, compte tenu de l’évolution stylistique, avec celui de Charil(l)os en font, contrairement à ce qu’écrit I. Vokotopoulou, des œuvres laconiennes typiques, les dernières peut-être à avoir été « exportées » aussi loin. Le travail extrêmement soigné, mais un peu froid des appliques montre un autre style. Mais tous ces hoplites sont bien à peu près contemporains. Le travail très détaillé des cuisses et des jambes des statuettes, en partie dissimulé sur le cratère par les cnémides, est, comme on l’a noté, celui, à peu près, de Croisos. Sur le cratère, l’absence des lambrequins dégage le ventre, et montre la toison pubienne, découpée en ω à la mode des années 530-520. Bref, les hoplites indiquent que, pour l’ensemble du cratère, une datation « vers 530 », peut-être même « 530-520 », convient mieux que la date « vers 540 » à quoi conduirait la statuette du couvercle examinée isolément. Répétons que ce n’est pas une raison suffisante pour voir dans la statuette, parce que ses pieds sont, en effet, un peu grands pour son support, une récupération ou un réemploi: le décalage entre la date du visage de l’hydrie de Sala Consilina et la date réelle de l’ensemble de l’hydrie est exactement le même141 Cette date oblige à refuser fermement et totalement l’article de Gjødesen. Vouloir, comme on a fait, refuser sa datation, mais accepter les arguments qu’il donne pour l’attribution à Corinthe revient à méconnaître la cohérence interne de son argumentation. Cela n’empêche pas qu’il puisse y avoir d’autres éléments corinthiens dans le cratère, à l’époque qui est la sienne. C’est le mérite de I. Vokotopoulou de les avoir mis en évidence, sans qu’elle ait toujours, me semble-t-il, séparé les comparaisons précises et révélatrices d’autres rapprochements plus contestables, qui la conduisent à donner aux ateliers corinthiens une part tout à fait excessive dans la production de la 2e moitié du siècle. Elle date, sans argumentation explicite, le cratère de Vix de 550, celui de Trebenischte qui porte des vaches de 540-530, celui qui a des cavaliers, ici fig. 180, de 530, ordre qui me paraît tout à fait injustifiable. Quoi qu’on pense du lieu de fabrication des cavaliers de Trebenischte et de l’applique, identique, de Dodone, et même en admettant que ce sont des œuvres médiocres, datables plutôt par l’avant-train du cheval que par le cavalier, petit et mal fait, la date est bien celle que propose WALLENSTEIN, même s’il juge apparemment le cratère de Trebenischte un peu plus récent que l’applique isolée142, on peut, pour les deux œuvres, remonter aux alentours de 550, au plus tôt. L’anatomie des chevaux de Vix est très évidemment plus évoluée.

  • 143 Cf. n. 134. La coexistence d’affirmations parfaitement contradictoires sur tous les points, dès qu’ (...)

15L’apport principal, sur cette question, du livre de I. VOKOTOPOULOU est qu’elle signale d’autres appliques de cratère qui sont, bien, elles, corinthiennes. La plupart de ces appliques, qui proviennent de Dodone, et n’étaient connues que par les dessins de Carapanos, ont été depuis reproduites par S. KAROUZOU, dans un article dont je ne citerai pas le texte143. Trois au moins de ces bronzes de Dodone méritent d’être cités ici.

  • 144 Jeune fille courant: cf. n. 95. - Lutteur, ici fig. 170: Vokotopoulou, pl. 53 δ. - Kouros d’Isthmia (...)
  • 145 Carapanos, Dodone et ses ruines, pl. 12, 2; Vokotopoulou, p. 146-147; S. Karouzou (cf. n. 134), pl. (...)
  • 146 Cf. ci-dessus, n. 102 et 103.
  • 147 Carapanos, o.c., pl. 21, 1; S. Karouzou, o.c., pl. 16, 1-2.
  • 148 Hesperia 28, 1959, p. 329 et pl. 69 a, reproduite ici (O. Broneer); voir Vokotopoulou, p. 117 et 14 (...)

Le premier seul était bien connu: c’est l’applique au cavalier Carapanos 36, dont nous venons de parler, en la rapprochant d’un des cratères de Trebenischte. Le visage large et plat du cavalier, nous l’avons dit (cf. p. 45 et n. 119), n’est pas celui des statuettes laconiennes à côté desquelles I. Vokotopoulou le reproduit, la jeune fille courant et le petit « lutteur », ici fig. 171, qui ont le modelé vigoureux et les grands yeux écarquillés des bronzes laconiens. C’est, en revanche, celui de têtes de terre cuite corinthiennes ou, dans les bronzes, ceux du cavalier de Dodone, Carapanos 27, du kouros d’Isthmia, à peu près de l’ex-voto d’Etymocleidas144: les planches de WALLENSTEIN suffisent à le montrer. Dans le détail, le plus frappant, et le plus différent des œuvres laconiennes, est le travail des yeux; mais le modelé général donne la même impression. La médiocrité des visages des appliques de Dodone et de Trebenischte ne leur laisse qu’un écho affaibli de l’animation superficielle que donne aux têtes corinthiennes de ce groupe leur division en trois creux, yeux et bouche, qui détruit l’unité du volume; ils ont moins encore la stmcture solide qui, sur les bronzes laconiens, traduit l’élasticité de la chair avec un souci formel de l’unité des volumes qui manque totalement aux bronzes corinthiens.
La deuxième de ces appliques, à la fois la plus caractéristique et la plus belle, est le cavalier Carapanos 26, au Musée National145 ici fig. 172 à 175. Dim. max.: 9,4 cm; surface corrodée. La tête est légèrement tournée vers la droite du personnage, pour mieux se dégager du fond, avec quoi la figure était en contact par tout le côté gauche du corps, par une surface trop étroite pour qu’on puisse juger de sa courbure; l’échancrure, en haut de la tête, est prévue pour l’encastrement de la moulure de la lèvre. La vue de face montre qu’il s’agit d’un cavalier, dont le cheval était fondu à part. Le visage, quoique imberbe, s’insère exactement entre celui du Zeus assis du Lycée et le Zeus debout d’Olympie, ce qui date l’applique des environs de 525146. Une applique plus petite (fig. 176 et 177), également dans la collection Carapanos, n° 63, au Musée National, figure une jument147. L. max. horizontale: 6 cm; le revers est creux; il y avait deux rivets de fixation. Manquent la jambe arrière gauche et le sabot antérieur gauche. La surface d’applique, légèrement courbe, prouve qu’il s’agit d’une applique de col de vase. L’œuvre, petite, n’est pas d’une qualité exceptionnelle, mise à part la tête, très soignée. Ce n’est pas seulement la date, visiblement proche de la fin du VIe siècle, ou même un peu plus tardive, qui explique les différences avec le type, laconien ou de descendance laconienne, que nous avons examiné. Ces chevaux que nous avions regroupés ont une tête qui s’organise par le jeu des oreilles et des mèches de la crinière, puis par la zone très développée de l’œil, toujours très gros, enfin un avant au contraire affiné, animé par l’arrondi de la lèvre inférieure. Ici, l’œil, autrement situé, est petit, la joue plus animée, la zone des naseaux et de la bouche à la fois plus détaillée et en quelque sorte plus organiquement liée au reste de la tête. La crinière, entièrement gaufrée, se rétrécit entre les oreilles, et surmonte le front d’une masse triangulaire où deux sillons en V limitent une mèche, ou une touffe, centrale. C’est exactement le type de tête dont la frise du cratère de Vix donne, avec de multiples variantes (fig. 179), une version beaucoup plus raffinée dans l’exécution, et peut-être un peu plus ancienne: comme pour les hoplites, on peut hésiter à donner une valeur chronologique à ce qui est peut-être une certaine froideur, due à un soin presque excessif dans la finition. Ce même type de tête et de coiffure se retrouve sur deux très belles têtes d’Isthmia, fig. 178148, dont le cou très mince et le revers lisse assurent qu’elles proviennent d’appliques, qui devaient se présenter comme la jument Carapanos, fig. 176 et 177, c’est-à-dire la tête entièrement détachée, tournée vers l’arrière. O. BRONEER, en les présentant, avait déjà noté leur étroite ressemblance avec les chevaux de Vix, et leur taille encore supérieure, qui suppose, comme le cavalier Carapanos 26, un cratère, ou au moins un col, plus grand que celui de Vix.

16Bref, ces appliques de Dodone, et le repère capital que constituent les chevaux d’Isthmia, prouvent qu’il y a eu une production de cratères à reliefs d’applique à Corinthe; le cratère de Trebenischte aux cavaliers, qui est corinthien, montre que ce sont, ou que ce peuvent être, des cratères à volutes. Le cratère de Vix en a, sur certains points au moins, subi l’influence.

  • 149 Comme pour tout ce qui touche à l’art corinthien archaïque, le départ de toute réflexion se trouve (...)

17Cette influence, ou ces liens, sont plus nets encore dans un autre élément de la décoration du cratère, les Gorgoneia des anses, ici fig. 186, invoqués et commentés par divers auteurs, qui n’ont pas tous distingué avec assez de rigueur les types différents149. Il est possible aujourd’hui, en tenant compte des observations des uns et des autres, de distinguer, dans les bronzes de la fin de l’archaïsme, trois types bien définis, quitte à laisser de côté quelques exemplaires mixtes ou intermédiaires.

  • 150 Quelques Gorgoneia, corinthiens ou de tradition corinthienne, du VIIe siècle, ont aussi ces cornes; (...)
  • 151 La rassemblance est assez étroite pour assurer de la date du vase, que Karagiorga plaçait au 1er qu (...)
  • 152 Karagiorga, o.c., pl. 68 β. reproduit le sceau d’Artémis Orthia. Marangou, fig. 59.
  • 153 Surtout l’étrange Gorgoneion de Tégée, Karagiorga, pl. 68 γ; mais l’acrotère de Sparte, ibid.., pl. (...)
  • 154 Pour la destination de l’objet, voir l’aspect du revers: s’il devait être appliqué sur une surface (...)

18Le premier, mis en évidence par Th. Karagiorga, est ce que j’appellerais volontiers le Gorgoneion « à cornes »150 Nous en avons rapproché deux exemples caractéristiques, sur le bas d’anse du Fogg Art Museum, ici fig. 147, qui a de plus une tête de femme laconienne, et une hydrie de Trebenischte, ici fig. 181, dont nous avons vu d’autre part les anses latérales à protomes de cheval, fig. 73151. Les caractères communs aux deux objets, malgré la différence d’exécution, sont les « crocs » doubles, deux vers le bas et deux vers le haut, les cornes, le rang de boucles en spirale sur le front, les yeux très grands, le nez comme strié de larges rides, les longues mèches doubles qui encadrent la tête et, au milieu du front, un grand pli de peau vertical; la langue est courte et large. La forme générale de la tête est carrée. La liste que dresse KARAGIORGA, o.c., mêle à ce type précis des exemplaires qui n’en présentent que quelques éléments; il faut en particulier en écarter toutes les anses de cratère, qui n’ont jamais ni les cornes, ni les crocs. En revanche, il est net que plusieurs objets laconiens se rattachent à ce type: ivoires152 marbres153 moins nettement certains plombs d’Artémis Orthia, et surtout représentations céramiques. Un des exemples reproduits par Th. Karagiorga, au Louvre, ici fig. 182 et 183, n’est probablement pas une applique de col; cette Gorgone est d’un type intermédiaire entre quelques Gorgones barbues, peut-être de Grèce de l’Est, et le type laconien154.

  • 155 D. Mano-Zisi et Lj.B. Popovic, Novi Pazar, n° 3 et pl. 3; Lj.B. Popovic, ArchGreekCult, p. 86 et fi (...)
  • 156 Il faut mentionner ici deux vases qui posent des problèmes. Le premier est entré à Baltimore (cf. R (...)
  • 157 Photos avant la dernière restauration: Joffroy, Tombe, pl. 20, 2 et 22, 1; dernière présentation: M (...)
  • 158 Joffroy, Tombe, p. 25 et fig. 22, 2.

19Le second type de Gorgoneion, attesté surtout en bas d’anses d’hydries, est certainement corinthien, et c’est surtout ici WALLENSTEIN, après PAYNE, qu’il faut citer (cf. n. 149). L’hydrie de Novi Pazar155, dont l’anse verticale est un kouros au visage très nettement corinthien (fig. 184), avec à l’attache inférieure un Gorgoneion de ce type (fig. 185), ne fait qu’ajouter un argument à ceux qu’apportaient deux statuettes de Perachora et la provenance (Nord du Péloponnèse) d’un nombre important de ces anses, très proches les unes des autres dans le détail156. Ces Gorgoneia ont un visage exactement hexagonal, des yeux beaucoup plus petits que les précédents et, en revanche, une bouche très large aux angles arrondis et légèrement relevés, d’où pend une langue plus étroite et plus longue. Les anses qui ont en bas ce Gorgoneion hexagonal ont en haut des lions, en bas des béliers; un nombre important d’entre elles a, en haut du ruban, une palmette en relief. Les Gorgones du cratère de Vix, plus soignées (fig. 186), sont de ce type, comme celles de plusieurs autres cratères à volutes, celui de Munich, qui vient de Campanie157, et une paire d’anses d’Italie, l’une au Louvre, l’autre à Nîmes158. Mais les deux cratères de Trebenischte (fig. 187: cratère aux cavaliers), quoi qu’on en ait dit, ont des Gorgones à face ronde, avec des yeux plus grands et une bouche plus petite, qui n’entrent dans aucun des deux types bien caractérisés.

  • 159 Th. Karagiorga, ΓΟΡΓΟΙΗ ΚΕΦΑΛΗ, pl. 11 γ.
  • 160 Syracuse, Museo Nazionale, inv. 52244. Cf. Wallenstein, p. 136, V/B 11 (« 580-570 »); voir ses scru (...)
  • 161 Le vase est publié par Karagiorga, o.c. (n. 149), p. 84, et 135 à 149, et pl. 19 à 21. Ce problème (...)
  • 162 Thessalonique, Musée archéologique, ArchDelt 20, 1965, B’, pl. 462; détail d’un Gorgoneion dans le (...)

20Le type corinthien, sur les vases de bronze, n’est employé que dans la 2e moitié du VIe siècle, alors que les exemples laconiens que nous avons cités sont, pour la plupart au moins, antérieurs. Mais le type corinthien lui-même est, sur d’autres objets, également connu plus tôt, par exemple sur deux vases plastiques corinthiens de terre cuite, l’un, dans le commerce, en forme de « panthère »159, l’autre, trouvé à Syracuse, figurant une Gorgone à cheval160. Un autre vase plastique fait problème. Trouvé à Tégée, c’est-à-dire dans le domaine laconien, il semble bien être en argile corinthienne, mais ce qui reste de cette Gorgone, qui a l’air d’être assise sur une tête de lion, est conforme au type laconien, avec des crocs doubles et un nez ridé161. Le même type corinthien a une descendance: citons le cratère-situle de Stavroupolis (Thessalonique), trouvé dans une tombe du 3e quart du Ve siècle, lui-même certainement postérieur à la fin du VIe siècle162.

  • 163 Voir les exemples rassemblés par R. Blatter, Zu einem griechischen Henkeltypus, AA 1966, p. 48 à 58 (...)
  • 164 Voir déjà l’oenochoé de Padula, reproduite par R. Blatter, o.c., fig. 3 (autres vues: J. de La Geni (...)

21Les attaches d’anses d’autres vases de bronze, qui sont à la fois, dans ce cas, des hydries et des oenochoés, permettent de définir un troisième type de Gorgoneion. Ce type, de forme générale elliptique, est souriant, avec une bouche petite et de grosses pommettes rondes. Sur une série d’oenochoés fondues à godrons, ou des hydries qui les imitent, il forme l’attache inférieure d’anses dont le haut porte une tête féminine; plus rarement, l’anse est en forme de kouros163. La provenance, quand on la connaît, est l’Italie du Sud. Mais ce Gorgoneion elliptique a probablement des antécédents en Grèce propre. Cela semble découler du rapprochement qu’on est tenté de faire entre les Gorgones des deux cratères de Trebenischte, celle du manche de patère du même site, dont le kouros est d’allure corinthienne, et les petits Gorgoneia qui ornent les joues des attaches supérieures de quelques exemplaires tardifs des oenochoés étudiées par I. VOKOTOPOULOU. Malgré la différence de forme générale, je joindrais volontiers, à ces antécédents corinthiens, une oenochoé complète, dans le commerce, VOKOTOPOULOU, pl. 24, dont l’attache supérieure porte une belle tête, comparable, par exemple, à l’Artémis de bronze d’Olympie, et probablement un peu plus récente que ne dit WALLENSTEIN, qui écrit (n° VII/B, 22) « 540-530 ». Il y aurait donc là un deuxième type corinthien, peut-être surtout « corinthien du Nord-Ouest », imité et prolongé en Italie du Sud jusqu’assez tard dans le cours du Ve siècle164.

22Il est intéressant ici de souligner un problème en quelque sorte théorique, sur quoi les livres de Wallenstein et de Vokotopoulou divergent. Wallenstein refuse à l’art corinthien les deux cratères et la patère de Trebenischte; on a l’impression, à le lire, que ses raisons sont surtout d’ordre « qualitatif »; l’art corinthien est, pour lui, celui des grands ateliers de Corinthe. I. Vokotopoulou, beaucoup moins prudente dans ses jugements et ses attributions, étudie non plus une « école », mais un « courant » artistique, ce qui la conduit à inclure, en réalité, trois groupes d’œuvres, d’artisans et de centres de production: la métropole, les colonies de l’Adriatique, où s’est développé un art « corinthien colonial », et des dérivations directes qu’on ne peut situer qu’en Grande-Grèce. Il est, dans l’état actuel de nos connaissances, probable que les cratères et la patère de Trebenischte sont des produits « corinthiens coloniaux » et, pour en revenir au Gorgoneion « elliptique », si c’est bien en Grèce du Nord-Ouest qu’il s’est développé, les rapports étroits qui unissaient les deux rives de l’Adriatique expliquent bien sa fortune en Italie du Sud.

  • 165 Anse de Cilicie, de la collection de Clercq, entrée au Louvre: A. De Ridder, Coll. de Clercq III, n (...)
  • 166 Sur les « situles stamnoides », cf. St. Boucher, RA 1974, p. 85 à 96; celle de Tcherkassy-Pestchano (...)

23Cette rapide revue des Gorgones d’anses de cratère ne serait pas complète si nous ne mentionnions pas deux anses, l’une de Cilicie, l’autre (ici fig. 188) de Russie Méridionale165. Au lieu d’un buste de Gorgone, coupé plus ou moins haut, elles portent l’une et l’autre une Gorgone entière, en course, dont le visage est du type « elliptique ». Faut-il y voir des produits d’Italie du Sud? La diffusion de bronzes de Grande-Grèce en direction du Nord-Est du bassin méditerranéen, surtout de la Macédoine et de la Thrace, pour d’autres objets, est certaine, quoique difficile à situer dans un contexte général qui l’explique; c’en serait ici un des premiers exemples, peut-être pas tout à fait unique, même pour la Russie méridionale166.

3. La Grande-Grèce

  • 167 Mentionnons pour mémoire l’hypothèse étrusque, formulée peu après la découverte (R. Bloch et R. Jof (...)
  • 168 Outre le trépied, à Berlin (cf. n. 115), qu’on a toujours attribué à Tarente à cause de l’allure la (...)

24Mais la majorité des auteurs situent en Grande-Grèce167 le lieu de fabrication du cratère. Les hypothèses ont été nombreuses; on a parlé au moins de Tarente, de Locres, de Reggio, de Syracuse, et suggéré la Campanie. Il semble qu’on n’ait jamais pensé à Métaponte, aussi vraisemblable après tout que d’autres colonies grecques, et qui a livré plus de bronzes que Tarente même168. Mais le plus important est de noter que les divers arguments avancés ne sont pas de la même nature, ni du même intérêt.

  • 169 M. Guarducci, L’alfabeto del cratere di Vix, RendLincei 18, 1963, p. 3 à 19.
  • 170 Plutôt que le vol. XVI des AttiTaranto, 1976, consacré à Locres, voir les quelques pages éclairante (...)
  • 171 Le problème de ces repères n’a guère été évoqué dans son ensemble (c’est-à-dire au-delà des tentati (...)
  • 172 Sic Amandry, o.c. (n. 167), p. 138. Voir aussi, sur le fait qu’aucun alphabet réellement employé ne (...)
  • 173 BrWerkst. Tarente: p. 26 à 46.
  • 174 Publié par M.W. Stoop, AttiMemSocMGrecia 11-12, 1970-71, p. 48, n° 6, et pl. 19.
  • 175 Voir surtout son étude « Civiltà indigena e penetrazione greca nella Lucania orientale », MonAnt 48 (...)

25Locres, à défaut de Syracuse, a été envisagée davantage à cause de l’alphabet des repères de montage169 que pour sa production de bronzes, en effet postérieure, spécialisée dans certains types d’objets, et non exportée170. Le problème de ces repères de montage n’est pas clair: mais il y a des parallèles (cf. ci-dessous, p. 73), et il faut rappeler qu’il y en a trois séries au moins171, et que la première, seule relativement cohérente, est « non pas un alphabet cohérent et continu, mais un amalgame de signes-lettres et chiffres, choisis empiriquement et arbitrairement mêlés »172. Un bon nombre des partisans de Tarente ont vu dans cette attribution l’avantage de rendre compte à la fois des éléments laconiens du cratère (et, quand ils en ont parlé, des hydries à tête de femme) et de l’absence de vrai parallèle en Laconie. C’est comme « colonie » que Tarente concilierait les divers caractères du vase comme, par exemple, ceux du trépied de Métaponte. Cette conception des bronzes tarentins est celle qui a inspiré le catalogue de U. JANTZEN173, où les objets provenant réellement de Tarente sont peu nombreux; ceux même, dans ce chapitre « Tarente » comme dans les autres, qui ont été découverts en Grande-Grèce en général, ne forment pas la plus grande part de la liste. Même pour ceux des bronzes de ce chapitre de Jantzen dont l’allure « laconisante » est certaine, les hoplites en particulier, et qui proviennent effectivement de Grande-Grèce, ce que nous avons dit sur le succès des bronzes laconiens dans toute la Grande-Grèce doit rendre prudent: tel hoplite récemment découvert à Francavilla Marittima, c’est-à-dire à Sybaris (fig. 192 et 193), est une copie, maladroite mais très directe, de la statuette laconienne de Dodone, ici fig. 190 et 191174. Car, comme F.G. Lo Porto l’a souligné plusieurs fois175, Tarente même, y compris pendant ces dernières années, n’a pas livré grand-chose dans ce domaine; la raison, probablement, n’est pas uniquement que les fouilles récentes n’ont pas porté sur des tombes ou des sanctuaires archaïques susceptibles de fournir ce genre d’objets.

  • 176 Voir en général les AttiTaranto 1979 et le volume collectif Salento arcaico, Lecce, 1979. Le dépôt (...)
  • 177 L’œuvre a été souvent reproduite. Bonnes photos: R. Ross Holloway, Influences and Styles in the Lat (...)

26Le vrai problème, à vrai dire, même si on veut partir d’un tableau de l’ensemble des vases qui dérivent de la Laconie, est-il celui de Tarente même? C’est dans l’ensemble de l’Apulie, Tarente exceptée, que les trouvailles récentes ont multiplié les exemples de bronzes archaïques. Nous savons aujourd’hui que les objets laconiens, nombreux à Tarente comme il est normal, ne parvenaient pas uniquement par là dans cette région, et les fouilles récentes tendent à réduire singulièrement le rôle et la zone d’influence de la colonie de Sparte176. A Ugentum même, si riche en vaisselle de bronze, la statue de Poseidon (ou Zeus) montrera, quand on l’analysera en détail, et quel qu’en soit le lieu précis de fabrication, certainement régional, un style à la fois très soigné, et de racines très diverses, qui se définirait, en un sens, un peu comme celui du cratère de Vix177.

  • 178 BCH 79, 1955, surtout p. 197-198.
  • 179 Jucker, Festschrift Bloesch, p. 55-56 et pl. 14, 7.

27La vogue des cratères à volutes à Tarente, en céramique et à une date plus récente, invoquée par S. KAROUZOU178 pour y localiser aussi les cratères de bronze, est en elle-même un argument plus sérieux; il n’est sans doute pas décisif. C’est, en fait, l’étude de JUCKER, Pesaro, qui contient l’argumentation la plus solide en faveur de Tarente, davantage pour le type qu’inaugure l’hydrie de Graechwil que pour les cratères à volutes. Il montre que la répartition de ces vases suggère l’existence d’ateliers, de moins en moins hellénisés au fur et à mesure qu’on va vers le Nord, qui se répartiraient, semble-t-il, de l’Apulie au Picenum. Ces vases n’ont pas d’équivalent en Grèce propre: un fragment unique, de l’Acropole d’Athènes, peut être venu de Grande-Grèce179. Ils permettent de suivre, de la déesse du vase de Graechwil aux hoplites des autres exemplaires, la fortune de formes et de motifs laconiens, dans des ateliers qui diffusaient leurs produits, du Picenum intérieur à la région de Berne, dans des milieux non grecs. Jucker, dans ses articles successifs, n’envisage guère que les objets en eux-mêmes, et laisse de côté ces problèmes de diffusion, sur quoi nous reviendrons en conclusion: mais, grâce aux résultats à quoi il aboutit, on peut insérer dans un phénomène plus vaste aussi bien le cratère de Vix, et ceux de Trebenischte, considérés isolément, que leurs lieux de trouvaille.

  • 180 Trépied de Métaponte: cf. n. 115. Trépied de Trebenischte, à Belgrade: Vulic, AA 1933, p. 467. fig. (...)

28Les questions posées sont doubles. La première touche au rôle précis de Tarente: les cartes de diffusion prouvent que l’Apulie a eu un rôle important; mais, nous venons de le dire, l’Apulie n’est pas uniquement Tarente. D’autre part, l’analyse interne même des objets empêche de les mettre tous sur le même plan. Les hydries du type Graechwil-Pesaro sont, par leur conception même, des objets « barbares ». Les trépieds de Métaponte et de Trebenischte, inséparables180, sont de type, de décor et de style purement grecs, laconiens ou laconisants. « Tarente », ou « Métaponte » sont, en l’état actuel des choses, leur origine la plus vraisemblable. Mais, pour nos hydries et le cratère de Vix, qu’il ne faut envisager qu’ensemble, le caractère mixte des influences reçues, qui oblige à lui seul à penser à la Grande-Grèce, ne pousse pas à les attribuer simplement à une colonie « laconienne » - ou « corinthienne ».

  • 181 Rhégion et Zanclè, p. 228 à 234.
  • 182 En particulier en modelant les attaches des anses verticales d’hydries.

29Il faut revenir ici à l’article de VALLET et VILLARD, dont les conclusions ont été reprises par G. VALLET181, car il formulait ce qui est, avec le mélange des styles, le second argument décisif pour situer le cratère en Grande-Grèce. L’hypothèse « chalcidienne » qu’ils développent, et qui avait été dès le départ celle de P. de La Coste-Messelière, s’articule en deux moments, logiquement séparables et, en fait, de valeur très inégale. Dans un premier temps, les deux auteurs notent (BCH 1955, p. 66-67) qu’à la date du cratère (nous avons proposé de préciser: « vers 530 » ou « 530-520 ») seule la céramique chalcidienne, qui est faite en Occident, montre des silhouettes féminines qui reprennent, comme le profil de la statuette du couvercle, un schéma du corinthien moyen; nous avons dit que, même si la statuette était isolée, ce qui n’est pas le cas, son visage (cf. fig. 133) empêche de la dater avant les environs de 540. Les hoplites de la frise du cratère se retrouvent aussi à peu près sur les vases chalcidiens, sans les détails anatomiques qui assurent aussi de la date basse du cratère. Ces rencontres, notent VALLET et VILLARD, n’ont rien d’étonnant: les potiers chalcidiens connaissaient les vases de métal, dont ils imitent parfois les anses182.

  • 183 Je laisse de côté les chevaux: le diversité des comparaisons qu’on a proposées sur ce point est tel (...)
  • 184 Je crois qu’une telle formulation est, en gros, conforme à l’originalité et à la variété de l’art d (...)
  • 185 Il s’agit de son article Reifarchaische Bronzevasen mit Zungenmuster, RM 38-39, 1923-24, p. 340 à 4 (...)

30Ce rapprochement, qui s’impose sans la moindre réserve autant qu’on le maintient à ces remarques assez générales, écarte les dernières objections que l’article de Gjødesen183 pourrait susciter contre la date et la localisation réelles du cratère. Il était contraint, ne pouvant nier que les hydries datent de la 2e moitié du siècle, de les dissocier du cratère, en voyant dans celui-ci le lointain modèle de celles-là. C’est le moment de rappeler que l’art de Grande-Grèce n’évolue pas au même rythme, ni avec la même cohérence contraignante entre ses divers éléments, que celui des grands centres de Grèce propre184. Mais cette constatation générale empêche aussi de « surinterpréter » les points communs qui situent à la même date et dans la même « ambiance » la céramique chalcidienne et les vases de bronze: entre les deux séries, il n’y a que des « facteurs communs agissant dans des directions parallèles » (sic, BCH 1955, p. 73). Il ne faut pas non plus se laisser influencer par l’épithète « chalcidienne » que Neugebauer avait, après d’autres, envisagée un moment de donner à de nombreux vases de bronze de la fin de l’archaïsme, avant de l’écarter avec de très solides raisons185.

* * *

31Je ne présenterai pas ici une attribution « assurée », ni même peut-être une hypothèse nécessairement mieux fondée que les précédentes. Mais, Locres et Rhegion écartées, Tarente peu satisfaisante, l’Apulie non grecque subissant des influences voisines, mais peu probable comme le siège même du centre que nous cherchons à localiser, Métaponte trop mal connue encore pour fournir des points réels de comparaison, reste une candidate toute récente, surgie grâce à la triple convergence d’une hypothèse ancienne sur le bâtiment de Paestum, du résultat des fouilles récentes de Paestum même, et des trouvailles de Francavilla Marittima.

  • 186 Sur les obeloi et leur rôle, utilitaire et « monétaire » à la fois, voir P. Courbin, Annales, ESC 1 (...)
  • 187 Je dois ces indications, largement inédites, à l’amitié de E. Greco.
  • 188 Sic B. Neutsch et U. Kron (cf. p. 16).

32La présence des cinq obeloi, qu’ils aient été ou non posés sur un lit186, l’allure du bâtiment qui, sans ouverture, est, fonctionnellement en quelque sorte, une tombe, la disposition des neuf vases, tout cela convient en effet à un hérôon. L’hypothèse, formulée dès 1954 par P. Zancani Montuoro (cf. p. 15), est confirmée par les fouilles récentes. L’enceinte qui entoure le bâtiment, et le remblai qui l’a enseveli, datent de la transformation radicale subie par Paestum vers le milieu du IIIe siècle, après la fondation de la colonie romaine187. Au départ, le bâtiment était visible dans un creux de terrain, et comportait un autel extérieur, sur lequel s’est appuyé un côté du « téménos ». C’est le remblai qui contenait le tesson qui porte la dédicace « à la Nymphe »; il était imprudent aussi bien de vouloir remplacer ce singulier par un pluriel que de reconnaître cette nymphe dans la tête féminine des hydries de bronze, qu’on trouve identique dans le sanctuaire d’Olympie comme dans la tombe de Sala Consilina, par exemple188.

  • 189 N.F. Parise, AttiXIIConvegno Taranto, 1972, p. 101-102, surtout pour Laos. Pour Paestum, c’est le p (...)

33P. Zancani Montuoro, plus clairement dans son deuxième article (cf. p. 16), voit, à la date de cet hérôon, une explication possible à son installation: l’arrivée des réfugiés de Sybaris. L’installation à Laos et à Poseidonia des rescapés de la destruction de 510 est aujourd’hui bien attestée. Le monnayage à lui seul, de façon certaine pour Laos, très probablement pour Poseidonia189, montre qu’ils y sont arrivés en nombre, et qu’ils y ont eu dès le début un rôle important. Le transport, même symbolique, de l’hérôon du fondateur, est dans ces conditions vraisemblable.

  • 190 Gnomon 37, 1965, p. 600.
  • 191 Que les vases aient été apportés de Sybaris me paraît donc tout à fait vraisemblable. Je suivrais m (...)

34L’argument proprement archéologique est donné par les deux fragments de Francavilla Marittima, c’est-à-dire de Sybaris, présentés ci-dessus, p. 54 et fig. 39, 40 et 75. Nous avons dit que c’est la seule cité grecque qui, Paestum mise à part, associe les deux types proprement grecs des vases de l’hérôon. Sala Consilina, qui a livré une hydrie identique à celles de Paestum, est sur la route la plus directe de Sybaris à Poseidonia: indice que cette route était fréquentée par les produits de Sybaris avant que les fugitifs de 510 ne la suivent. La date du dépôt des vases, l’amphore de céramique et les vases de bronze, dans l’hérôon est bien celle qui convient: D. von Bothmer a fait remarquer190 que la première expertise de l’amphore attique, « peintre d’Antiménès, vers 520 », est inexacte: « elle est du peintre de Chiusi, et par conséquent plus récente »191.

35Cette date de 510, celle de la destruction de Sybaris, se retrouve, approximativement, sous un autre aspect, non moins important. Les autres types de vases de bronze en usage en Italie du Sud vers 520, et leurs éléments caractéristiques, les corps fondus décorés de godrons, ou les anses en forme de kouros, poursuivent ensuite leur histoire et leur développement, en Campanie et en Etrurie: l’évolution se fait sans rupture jusqu’assez tard au moins dans le cours du Ve siècle, au point que les datations ou les localisations précises posent des problèmes. Or la série des hydries à tête de femme, que nous avons pu suivre depuis ses origines laconiennes, puis en Grande-Grèce, cesse avec les exemplaires de Paestum et ceux qui leur sont exactement comparables. Nous avons dit que la date approximative de ces hydries est « 520 ». Je crois même qu’une enquête plus complète montrerait, pour la Grande-Grèce, qu’avec la fin de l’activité de notre atelier, quelle qu’en soit la localisation précise, la technique de fabrication, très remarquable, de ces hydries martelées à lèvre fondue faisant corps avec le vase, s’est également perdue. Car il n’y a, je crois, aucun vase fait selon cette technique qui ait des anses ou un décor qui conduise à les dater plus tard que les hydries de Paestum. Mais, à lui seul, l’arrêt de la production de ces anses verticales est bien celui de l’activité d’un atelier. La destruction de la cité où cet atelier fonctionnait est, à l’évidence, une cause possible, et en tout cas suffisante, pour expliquer ce phénomène, exceptionnel pour des objets de ce type dans cette partie du monde grec et à cette date.

Notes

124 Je renonce à donner au départ une bibliographie systématique sur le cratère de Vix. Elle serait surabondante, et nécessairement peu utilisable. On trouvera au fur et à mesure de ce chapitre, et dans les suivants pour les problèmes historiques, tous les titres qui me paraissent apporter quelque chose.

125 O.c., p. 56, avec des vues de trois-quarts plus flatteuses qu’utilisables.

126 O.c., p. 108 sq.

127 Puisqu’il faut parler de la Laconie, et non de « Sparte », à propos de cet artisanat, certainement aux mains des Périèques.

128 « Zum Krater von Vix », BABesch 29, 1954, p. 8 à 11; Κρατὴρ Λακωνικός, Charites, Mél. Langlotz, p. 127 à 135.

129 L’origine du cratère de Vix: remarques sur l’hypothèse laconienne, BCH 82, 1958, p. 168 à 171. Cf. G. Daux, BCH 85, 1961, p. 684, n. 1: L.H. Jeffery, The Local Scripts of Archaic Geece, p. 375, m’attribue, avant de me réfuter, une opinion qui est le contraire de celle que je défends effectivement.

130 AO, p. 201, fig. 115: dessin très lisible malgré l’état de l’objet.

131 Au Louvre, Br 4254, de la collection Nanteuil. Rolley, FDelphes V, 2, p. 172-173, et fig. 181.

132 Sur ce point, cf. M.W. Stoop, A Laconian Lady?, BABesch 39, 1964, p. 83 à 91.

133 Il est clair que, de toute façon, c’est l’alternance hoplite-char qui est l’élément important, parce qu’elle est exceptionnelle. Il ne s’agit ni d’une simple procession funéraire, comme le propose Chr. Christou, en publiant, ArchDelt 19, 1964, A’, p. 164 à 265, les pithoi-amphores de terre cuite à reliefs de Sparte qui montrent le seul autre exemple de cette alternance, et probablement encore moins des Sept contre Thèbes, comme l’affirme J. Delepierre, Le sujet de la frise de Vix (plaquette, 1964), qui veut voir dans le huitième char celui d’Adraste; toute son argumentation suppose, entre autres, que ce détail, qui serait argien, s’explique sur un objet fait à Argos, ce qui est une des rares origines que personne n’a envisagées pour le cratère. Le découpage des vases de Sparte montre que l’hoplite suit le char, comme Joffroy, Tombe, p. 18, le suppose d’après la place des deux A, de chaque côté de l’anse M; cela s’oppose aussi à ce qu’écrit P. Amandry, RA 1954, I, p. 132-133, qui ne donne malheureusement aucun exemple de son schéma n° 4. Pour une explication prosaïque, par la hâte et une certaine négligence, de la dissymétrie entre les deux moitiés de la frise, cf. chapitre suivant, p. 73-74.

134 U. Gehrig. Der Krater Lakonikos, AA 1971, p. 603 à 612; je ne suis, en revanche, absolument pas convaincu par l’attribution à la Laconie d’appliques de Dodone, proposée par S. Karusu, ΤΕΧΝΟYΡΓΟΙ ΚΡΑΤΗΡΩΝ, AM 94, 1979, p. 77 à 91: sur ces appliques, voir ci-dessous, p. 62-63 et fig. 172 à 177.

135 Greek Bronzes: a Review Article, AJA 67, 1963; sur le cratère de Vix, p. 335 à 350, et pl. 69 à 80.

136 Quoiqu’il semble méconnaître que, chez Gjødesen, la date et l’attribution sont indissociables, comme elles le sont, pour une conclusion opposée, chez Vallet et Villard.

137 On verra, récemment, outre Jucker, Pesaro: — E. Kunze, 7.Ol.Ber., p. 169 à 176, avec, p. 175, une liste de « guerriers laconiens du VIe s. ». où il range ceux du cratère de Vix; il cite, comme antérieurs au milieu du siècle, l’ex-voto de Charil(l)os, son parallèle d’Olympie MN 2633, souvent reproduit, et la statuette qu’il publie; — M. Jost, BCH 99, 1975, p. 355 à 363, avec des listes complètes; — I. Vokotopoulou, surtout p. 143 sq., et 156 sq., qui publie les statuettes de Dodone, à Ioannina; mais, à cause de la date haute qu’elle donne au cratère et de son refus de juger laconiens les hoplites inv. 1411 et 4913 (celui-ci, ici, fig. 190 et 191), le tableau général à quoi elle aboutit ne s’impose pas nécessairement.

138 Vokotopoulou, p. 190, et pl. 50, γ et δ.

139 Qui n’est pas une applique, comme on l’avait écrit jusqu’à l’étude soigneuse de J. Ducat, Les kouroi du Ptoion, p. 342, n° 196. La figure est très plate, mais le revers est modelé, comme, par exemple, les vaches du trépied de Métaponte (mais pas celles de Sparte, ci-dessus, p. 59 et fig. 162 à 165, qui, sans être plates à l’arrière, ne sont pas modelées).

140 Vokotopoulou, p. 143, et pl. 48 et 49.

141 Voir aussi, ci-dessous, p. 73-74, sur les indices de hâte dans le montage final du cratère. D’autre part, je n’utilise pas les chevaux comme éléments de datation: ils ne pourraient en aucun cas fournir des précisions équivalentes à ce qu’on peut déduire des figures humaines.

142 Il place l’applique de Dodone (n° VI/B 27 de son catalogue) dans les œuvres sûrement corinthiennes du 2e quart du VIe siècle avancé (p. 71), alors que le cratère (VII/C 3; cf. p. 84) lui semble très fortement influencé par Corinthe, mais pas purement corinthien, et un peu plus récent.

143 Cf. n. 134. La coexistence d’affirmations parfaitement contradictoires sur tous les points, dès qu’on aborde le cratère de Vix, me fait renoncer à une présentation ou à une réfutation systématique de ce qui a pu être écrit à propos des détails ou des œuvres sur quoi je propose un jugement. J’ai tâché de citer chaque fois le meilleur représentant de chaque hypothèse ou de chaque position intéressante; sauf omission de ma part, les jugements ou les études que je ne mentionne pas me paraissent répéter ou anticiper moins bien ce qui a été dit ailleurs. R. JOFFROY, Tombe, guidé par J. Charbonneaux, avait dès le départ sobrement présenté la plupart des hypothèses.

144 Jeune fille courant: cf. n. 95. - Lutteur, ici fig. 170: Vokotopoulou, pl. 53 δ. - Kouros d’Isthmia, au musée d’Isthmia: Hesperia 28, 1959, p. 327 et pl. 67, b et c; Wallenstein, pl. 19, 3 (n° IV/B 24: « 575-560 »); Vokotopoulou, pl. 37 β (« 540-530 », ce qui est la date la plus haute qu’on puisse envisager, malgré Wallenstein). - Ex-voto d’Etymocleidas, au Louvre: De Ridder, Louvre I, n° 108; Vokotopoulou, pl. 53 γ (« 550 »).

145 Carapanos, Dodone et ses ruines, pl. 12, 2; Vokotopoulou, p. 146-147; S. Karouzou (cf. n. 134), pl. 17.

146 Cf. ci-dessus, n. 102 et 103.

147 Carapanos, o.c., pl. 21, 1; S. Karouzou, o.c., pl. 16, 1-2.

148 Hesperia 28, 1959, p. 329 et pl. 69 a, reproduite ici (O. Broneer); voir Vokotopoulou, p. 117 et 146. J’ai eu les objets entre les mains à Isthmia.

149 Comme pour tout ce qui touche à l’art corinthien archaïque, le départ de toute réflexion se trouve sous la plume de Payne, dans Necrocorinthia et Perachora I. Pour l’état actuel de la question, on verra surtout Vallet et Villard; Th. Karagiorga, Λακωνικὰ Γοργονεῖα, ArchDelt 19, 1964, A’, p. 116 à 122; Wallenstein, surtout p. 82-83.

150 Quelques Gorgoneia, corinthiens ou de tradition corinthienne, du VIIe siècle, ont aussi ces cornes; mais ils sont isolés, et d’autre part fort différents des Gorgoneia laconiens. Cf., par exemple, ceux du périrrhantérion de terre cuite de l’Incoronata de Métaponte, publié par P. Orlandini dans les Mélanges Adamesteanu, avec les parallèles qu’il indique. Sur la filiation possible d’un Gorgoneion « à barbe » de Grèce de l’Est et du Gorgoneion « à comes » laconien, voir mon article de La Revue du Louvre, 1981, p. 323 à 326, à propos de la grande Gorgone agenouillée en bronze du Louvre, Br 2570.

151 La rassemblance est assez étroite pour assurer de la date du vase, que Karagiorga plaçait au 1er quart du VIe siècle (cf. Vokotopoulou, p. 132, n. 1): ce ne peut être avant 540, si ce Gorgoneion est contemporain de son modèle laconien, un peu plus tard éventuellement. Pour sa forme et sa technique, d’autre part, le vase entre dans le groupe, entièrement de la 2e moitié du siècle, étudié ci-dessous, p. 83 sq.

152 Karagiorga, o.c., pl. 68 β. reproduit le sceau d’Artémis Orthia. Marangou, fig. 59.

153 Surtout l’étrange Gorgoneion de Tégée, Karagiorga, pl. 68 γ; mais l’acrotère de Sparte, ibid.., pl. 72 γ, reprend évidemment le même type.

154 Pour la destination de l’objet, voir l’aspect du revers: s’il devait être appliqué sur une surface lisse, on comprend mal le traitement du haut. D’autre part, l’inscription, qui se lit ΚΕΝΟΦΑΝΤΟΥΤΟ (ce qui n’est pas tout à fait la lecture de De Ridder, Louvre I, n° 97; faut-il comprendre: <Ξ>ενοφάντο (το)ῦτο?) semble, comme celle de la vache ci-dessus fig. 162 à 165, se suffire à elle-même, alors qu’il est peu probable, de toute façon, que la figure ait été seule.

155 D. Mano-Zisi et Lj.B. Popovic, Novi Pazar, n° 3 et pl. 3; Lj.B. Popovic, ArchGreekCult, p. 86 et fig. 16. Cf. Wallenstein, VII/C 5 (il la classe dans les bronzes « faussement attribués à Corinthe »); Vokotopoulou, p. 122-123, n° 1, et p. 183 (« Corinthe, 540-520 »).

156 Il faut mentionner ici deux vases qui posent des problèmes. Le premier est entré à Baltimore (cf. REG 1965, p. 605); selon D. von Bothmer, Gnomon 37, 1965, p. 600, c’est un « pasticcio » pur et simple; mais le vase suivant me fait croire qu’en réalité, quoi qu’il en soit du bas de l’hydrie, c’est dans l’Antiquité que l’anse à Gorgoneion a été fixée au haut du vase. Le second, de la collection de Clercq, au Louvre, a une anse à Gorgoneion « hexagonal » qui est certainement une réparation antique, alors que le reste du vase fait partie du « groupe de Patras »; je publie cette hydrie dans la Revue du Louvre, 1981, p. 326 à 330.

157 Photos avant la dernière restauration: Joffroy, Tombe, pl. 20, 2 et 22, 1; dernière présentation: M. Maass, Antikensammlungen München. Griechische u. römische Bronzewerke, n° 29. Cf. aussi, ci-dessous, p. 73.

158 Joffroy, Tombe, p. 25 et fig. 22, 2.

159 Th. Karagiorga, ΓΟΡΓΟΙΗ ΚΕΦΑΛΗ, pl. 11 γ.

160 Syracuse, Museo Nazionale, inv. 52244. Cf. Wallenstein, p. 136, V/B 11 (« 580-570 »); voir ses scrupules, finalement écartés, n. 235, sur le caractère purement corinthien de l’objet, et le rapprochement inconographique avec une métope de l’Héraion du Sele.

161 Le vase est publié par Karagiorga, o.c. (n. 149), p. 84, et 135 à 149, et pl. 19 à 21. Ce problème de l’adaptation d’un vase plastique qui paraît corinthien se pose (cf. aussi n. précédente) pour un troisième objet, trouvé dans le sanctuaire d’Artémis Orthia (AO, pl. 43, 4); cf. M.I. Maximova, Les vases plastiques dans l’Antiquité, p. 117-118, avec une description incomplète. Il figure un singe assis, dont l’allure générale est en effet celle de la Gorgone de Tégée, c’est-à-dire des cômastes corinthiens. Mais il porte, outre le serpent sur la poitrine mentionné par Maximova, une grenouille derrière l’épaule: la grenouille, qui n’est pas spécialement corinthienne, est bien à sa place à Sparte (cf. Ktèma 2, 1977, p. 130), où on en a un certain nombre d’exemples, y compris comme statuettes ou objets isolés. Le vase plastique de bronze trouvé en Suisse (H. Cahn, dans Coll. sur les influences helléniques en Gaule, Dijon, 1957, pl. 3), n’entre pas dans les types bien caractérisés.

162 Thessalonique, Musée archéologique, ArchDelt 20, 1965, B’, pl. 462; détail d’un Gorgoneion dans le vol. collectif Φίλιππος, Βασιλεὺς Μακεδόνων, Athènes, 1980, fig. 73.

163 Voir les exemples rassemblés par R. Blatter, Zu einem griechischen Henkeltypus, AA 1966, p. 48 à 58. Il cite et reproduit une hydrie, ci-dessus, n. 21. Une hydrie du Musée de Naples (de Locres? la provenance ne paraît pas du tout assurée), souvent reproduite (par exemple Langlotz, Die Kunst der Westgriechen, pl. 93), où deux chevaux, sans ailes, encadrent un Gorgoneion de type mixte, mais proche du Gorgoneion elliptique, montre une variante de ces prolongations, au Ve siècle, des motifs de la fin de l’archaïsme.

164 Voir déjà l’oenochoé de Padula, reproduite par R. Blatter, o.c., fig. 3 (autres vues: J. de La Genière, Recherches sur l’âge du fer en Italie méridionale, pl. 29, ou EAA, sv Padula). L’oenochoé d’Ugentum, trouvée dans la même tombe (mais pas nécessairement du même ensevelissement) que l’hydrie ci-dessus, p. 25 et fig. 113 à 118 (F.G. Lo Porto, AttiMemSocMGrecia 11-12, 1970-71, p. 116 à 119 et pl. 47) a une anse verticale en forme de kouros, les pieds posés sur un Gorgoneion elliptique. Le vase est dans la suite directe des oenochoés corinthiennes à godrons, mais le style du kouros, plus que celui du Gorgoneion, empêche qu’il soit de Corinthe, comme le propose Lo Porto.

165 Anse de Cilicie, de la collection de Clercq, entrée au Louvre: A. De Ridder, Coll. de Clercq III, n° 423; Joffroy, Tombe, pl. 23 (qui la confond avec la suivante). - Anse de Martonocha, dans la région de Kirovograd, sur le Dniepr: D.A. Unaïko, L’importation antique dans la région du Dniepr et du Boug aux VIIe et VIe s. (en russe), t. I, pl. 14; cat. expo. L’or des Scythes, Paris, 1975, n° 42.

166 Sur les « situles stamnoides », cf. St. Boucher, RA 1974, p. 85 à 96; celle de Tcherkassy-Pestchanoïe est le n° 62 de l’expo. L’or des Scythes (cf. n. précédente); voir aussi W. Fuchs, Boreas I, 1978, p. 115 et pl. 22. Dans la même trouvaille, voir l’amphore pointue, certainement étrusque et à peu près du milieu du Ve siècle, Fuchs, o.c., p. 115 et pl. 22 (pour sa forme, voir l’amphore de Schwarzenbach ci-dessus p. 28 et n. 28).

167 Mentionnons pour mémoire l’hypothèse étrusque, formulée peu après la découverte (R. Bloch et R. Joffroy, L’alphabet du cratère de Vix, RevPhilologie 1953, p. 175 à 191), mais aussitôt abandonnée: cf. P. Amandry, Autour du cratère de Vix, RA 1954 I, p. 125 à 140.

168 Outre le trépied, à Berlin (cf. n. 115), qu’on a toujours attribué à Tarente à cause de l’allure laconienne des protomes de chevaux (cf. ci-dessus), c’est de Métaponte (renseignement oral de P. Zancani Montuoro) que provient certainement le très beau candélabre de la collection Ortiz, J. Dörig, Art antique, collections privées de Suisse romande, expo. Genève, 1975, n° 202. Les fouilles récentes ont livré plusieurs bronzes archaïques.

169 M. Guarducci, L’alfabeto del cratere di Vix, RendLincei 18, 1963, p. 3 à 19.

170 Plutôt que le vol. XVI des AttiTaranto, 1976, consacré à Locres, voir les quelques pages éclairantes de Br. D’Agostino, AttiXIIConvegnoTaranto, 1972, p. 225 à 229 (rééditées dans le recueil réuni par F. Coarelli sous le titre Artisti e artigiani in Grecia).

171 Le problème de ces repères n’a guère été évoqué dans son ensemble (c’est-à-dire au-delà des tentatives d’identification de l’origine de l’« alphabet ») que dans les deux articles cités n. 167. Aucun ne mentionne le Β « tracé, très faiblement, et comme simplement esquissé », signalé en ces termes par Joffroy, Tombe, p. 16, sur la face externe de l’hoplite gamma, mais qu’il oublie sur son dessin; à l’interversion supposée entre les quadriges gamma et delta, il faut donc ajouter une hésitation sur la place de cet hoplite. Il y a de toute façon, en plus des deux « séries » de repères, discutées par Bloch-Joffroy et Amandry, des signes supplémentaires, incohérents. Un A se trouve sur le col, à l’emplacement du quadrige qui porte un Β sur chaque face, avec (Tombe, dessin p. 16, mais non RevPhilologie 1953, p. 181) un point supplémentaire sur la face, le même, à en juger par le dessin, que sur l’hoplite du groupe voisin. Il y a là une succession d’hésitations et de repentirs qui n’auraient pu que compliquer la tâche d’un éventuel « remonteur ». Il me paraît indiscutable qu’il faut rapprocher cela de la dissymétrie des deux moitiés de la frise, qui n’a probablement que des causes matérielles. Voir aussi ci-dessous, p. 74.

172 Sic Amandry, o.c. (n. 167), p. 138. Voir aussi, sur le fait qu’aucun alphabet réellement employé ne montre, et, probablement, ne peut montrer, exactement les formes de lettres employées sur le cratère, G. Vallet, Rhégion et Zanclé, p. 232-233.

173 BrWerkst. Tarente: p. 26 à 46.

174 Publié par M.W. Stoop, AttiMemSocMGrecia 11-12, 1970-71, p. 48, n° 6, et pl. 19.

175 Voir surtout son étude « Civiltà indigena e penetrazione greca nella Lucania orientale », MonAnt 48, 1973, en particulier n. 537, à propos des vases de Paestum.

176 Voir en général les AttiTaranto 1979 et le volume collectif Salento arcaico, Lecce, 1979. Le dépôt de Torre S. Sabina, au nord de Brindisi, montre à lui seul que ce matériel parvenait dans l’Apulie orientale directement à travers l’Adriatique: Fr. D’Andria, Le ceramique arcaiche da Torre S. Sabina (Brindisi) e gli approdi adriatici della Messapia, Ricerche e Studi 9, 1979 (Brindisi, Museo archeologico provinziale), p. 19 à 66: 32 vases corinthiens, 17 vases laconiens. Voir aussi le matériel de Cavallino: Fr. D’Andria, MEFr 89, 1977, Antiquité, p. 525 à 578; il comprend des blocs architecturaux qui trouvent des parallèles précis à Corfou.

177 L’œuvre a été souvent reproduite. Bonnes photos: R. Ross Holloway, Influences and Styles in the Late Archaic and Early Classical Greek Sculpture of Sicily and Magna Grecia, fig. 67 et 68; vol. collectif La Puglia Antica, 1979, fig. 419 et 420. Sur l’identification du dieu, en dernier lieu R. Wünsche, JdI 94, 1979, p. 102-103. Cf. Addendum, p. 101.

178 BCH 79, 1955, surtout p. 197-198.

179 Jucker, Festschrift Bloesch, p. 55-56 et pl. 14, 7.

180 Trépied de Métaponte: cf. n. 115. Trépied de Trebenischte, à Belgrade: Vulic, AA 1933, p. 467. fig. 2 à 5; AntBrJugoslaviji, n° 32; LJ.B. Popovic, ArchGreekCult, n° 6 (les meilleures photos actuellement disponibles). Evanghelidis a trouvé à Dodone un fragment de trépied à protomes de cheval; la photo Ἠπειρωτικὰ Χρονικά 1935, p. 230, n° 8, et pl. 19, β, 14, n’est malheureusement que signalétique, et la plus grande partie du matériel reproduit dans cet article reste inaccessible. On joindra enfin à ces trois exemplaires celui qui est dessiné par E. Petersen, RM 12, 1897, p. 113, fig. 1, 2, et qui proviendrait de Capoue.

181 Rhégion et Zanclè, p. 228 à 234.

182 En particulier en modelant les attaches des anses verticales d’hydries.

183 Je laisse de côté les chevaux: le diversité des comparaisons qu’on a proposées sur ce point est telle que je ne pense pas que les chevaux peints sur les vases puissent donner des points de repère décisifs; il n’en est pas de même pour les chevaux de petite plastique: cf. ci-dessus, p. 52 et 63.

184 Je crois qu’une telle formulation est, en gros, conforme à l’originalité et à la variété de l’art de l’Occident grec. On ne répétera jamais assez qu’il faut entièrement bannir, ici au moins, et sans doute ailleurs, l’adjectif « provincial », dont l’ambiguïté et les dangers éclatent dans la succession des trois phrases du 2e alinéa de la p. 73 de Vallet et Villard, BCH 1955: je crois, pour simplifier, que la deuxième ne veut rien dire, et qu’il n’y a aucun lien logique entre les trois. Or ce paragraphe est le nœud de la deuxième partie de leur raisonnement, qui aboutit à Rhegion.

185 Il s’agit de son article Reifarchaische Bronzevasen mit Zungenmuster, RM 38-39, 1923-24, p. 340 à 440, qu’il compléta peu après, AA 1925, p. 178 à 202.

186 Sur les obeloi et leur rôle, utilitaire et « monétaire » à la fois, voir P. Courbin, Annales, ESC 14, 1959, p. 209 à 223; sur ceux de Paestum, surtout p. 225. On y ajoutera, dans le sens général des observations de P. Courbin, que, si le bâtiment est un hérôon, les obeloi, offrande funéraire, y sont bien à leur place, et que, si l’ensemble des objets de l’hérôon a été apporté de Sybaris, il n’y a plus, pour les obeloi, de terminus post quem strict, autre que la durée de vie vraisemblable de tels objets. Cela dispense aussi de chercher à Paestum même des liens avec l’Argolide qui expliquent que les obeloi sont conformes à l’étalon argien.

187 Je dois ces indications, largement inédites, à l’amitié de E. Greco.

188 Sic B. Neutsch et U. Kron (cf. p. 16).

189 N.F. Parise, AttiXIIConvegno Taranto, 1972, p. 101-102, surtout pour Laos. Pour Paestum, c’est le problème de la date et du sens de l’inscription FIIΣ sur les monnaies. Sur les deux cités, voir P. Zancani Montuoro, Ghiande su monete greche, RendLincei 1979, p. 3 à 14. - Contra, mais ignorant ces travaux: H. Van Effenterre, Par.Passato 192, p. 173-175.

190 Gnomon 37, 1965, p. 600.

191 Que les vases aient été apportés de Sybaris me paraît donc tout à fait vraisemblable. Je suivrais moins P. Zancani Montuoro quand elle suppose, RendLincei 1980, p. 4, que, si les pieds de plusieurs vases étaient décollés, c’est qu’ils avaient été endommagés dans le transport, et que les Sybarites avaient renoncé à les faire réparer à Poseidonia, faute de techniciens compétents. De même, leur date indique qu’il s’agissait de vases à peu près neufs: ce n’était pas le mobilier de l’hérôon de Sybaris.

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/pcjb/docannexe/image/1122/img-1.jpg
File image/jpeg, 108k

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

amazon.fr