Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les vases de bronze de l'archaïsme récent en Grande Grèce

 | 
Claude Rolley

Première partie. Hydries et amphores : Paestum, Sala Consilina. Description

Chapitre I. Catalogue

Texte intégral

A. LES HYDRIES À TÊTE DE FEMME

1Ces quatre vases (n° 1 : « Paestum 1 » ; n° 2 : « Paestum 2 » ; n° 3 : « Paestum 3 » ; n° 4 : Sala Consilina) ont de tels points communs qu'il est plus simple de les décrire ensemble, puis d'indiquer les variantes qui les séparent. Voir fig. 1 à 4. 12 (n° 1) et 13 (n° 4). et presque toutes les photos fig. 25 à 58.

Structure et profil.

2Les hydries sont faites de cinq éléments. Le premier constitue le corps du vase, l'embouchure et la lèvre. La panse est ovoïde, l'épaule très légèrement bombée, le col de profil légèrement concave. Le rebord de la lèvre porte un décor en relief : au-dessus un rang de « perles carrées ». au-dessous un rang de « prismes droits » terminés en pointe. Sur le dessus, un biseau, de 3 cm de large, détache la lèvre du « plateau » de l'embouchure.

3Le second élément est le pied annulaire, soudé sous le vase. Il ne repose que sur un mince anneau, sur le pourtour, et porte un rang de languettes à bord en relief, surmonté d'un filet (fig. 90 : n° 4).

4Les deux anses horizontales comprennent un « ruban » fortement arqué, et deux attaches faites chacune de deux demi-bobines et de deux volutes surmontant une palmette à feuilles pointues, avec une arête axiale et l'extrémité triangulaire (avec 8 feuilles auxnos 1 à 3, et 9 au n° 4). Entre les volutes se détache en fort relief une tête de canard dont le bec s'aplatit sur le ruban. L'axe du ruban et la tranche des demi-bobines portent un rang de perles carrées. Les anses sont fixées par 4 rivets, à l'étranglement des demi-bobines.

5L'anse verticale comprend un ruban, qui porte les mêmes perles carrées qu'aux anses horizontales. et deux attaches. Celle du bas comporte une palmette à 9 feuilles pointues que surmontent deux larges volutes, au-dessus desquelles deux consoles (absentes sur le n° 4) supportent à-demi deux béliers couchés, en fort relief. Entre les béliers, le départ du ruban est caché par une tête féminine très détachée, dont les longues mèches (deux de chaque côté) rejoignent les volutes. L'attache supérieure est encadrée de deux lions, la queue ondulant sur l'anse, les pattes avant appliquées sur la lèvre, la tête tournée vers l'extérieur. La fixation est assurée par 4 rivets. Ceux du haut traversent verticalement le plateau de l'embouchure et deux appendices de l'anse, qui se glissent très exactement sous le plateau (fig. 58 : n° 2). Ceux du bas traversent le corps des béliers. Mais, bien visibles à l'extérieur sur le n° 4. ils ne le sont pas sur les autres, alors qu'au doigt on sent très bien leur extrémité à l'intérieur : il faut conclure qu'ils ont été fondus avec l'anse, et font corps avec les béliers.

Dimensions (en cm)

n° 1

n° 2

n° 3

n° 4

Hauteur

41,7

42,8

41,7

42,2

Diam. max

32,5

34,5

32,5

34,3

Diam. max. embouchure

27,1

27,4

27,4

27,9

Dimension max. anses latérales

(mesurée en ligne droite)

17

17,1

18,4

18,5

17,3

17,3

16,7

16,7

Larg. max. attache sup. anse verticale

14,3

14,5

13,5

14,7

Larg. max. attache inf. anse verticale

12,3

12,5

11,5

11,6

6Pour le corps du vase, il faut noter que la différence de hauteur entre le n° 2 et lesnos 1 et 3 porte uniquement sur le col, également plus haut sur le n° 4. D'autre part, le profil des épaules est superposable sur les quatre vases.

Différences entre les vases.

7Certaines variantes, que les photographies permettent d'apprécier, portent sur des détails d'exécution ou de finition. C'est le cas du profil du pied, plus raide sur le n° 1, avec une très étroite moulure sous les languettes sur le n° 2. De même, le trait gravé qui détache, sur la lèvre desnos 2 et 3, le haut des prismes droits, manque sur les deux autres (cf. pl. XII). Plus visibles, mais aussi peu significatives, sont les différences dans le travail de l'œil des volutes de l'anse verticale, en fort relief sur le n° 1, gravé sur le n° 2, en relief plus étalé sur les autres, ou dans les consoles qui portent les béliers. Par plusieurs détails, le décor du n° 4 a été moins poussé que celui des autres hydries : il n'y a pas de console sous les béliers ; le plat des demi-bobines est lisse, alors qu'il porte ailleurs une rosette gravée ; aucun décor gravé non plus sur la crinière des lions ; les mèches de la toison des béliers sont lisses. En haut de l'anse, entre les lions, on a, sur le n° 4, 5 languettes entières, 4, entre 2 plus courtes, sur lesnos 2 et 3, 3 entre 2 feuilles couchées sur le n° 1.

8Les béliers et les lions de l'anse verticale ne sont pas tout à fait identiques. Les béliers desnos 2 et 3 sont les mêmes, pour le travail de la toison sur le front et le décor du haut des cornes ; ceux du n° 4, mis à part le travail plus simple de la toison, sont proches de ceux du n° 1. La crinière des lions est seulement gravée sur le n° 1, plastiquement détachée sur les autres ; mais l'écartement des pattes antérieures, le port et le modelé de la tête rapprochent lesnos 3 et 4, et les distinguent des deux autres.

9Bref, ces menues variantes, comme celles qui tiennent aux dimensions, se « croisent », et. par conséquent, ne diminuent en rien l'unité du groupe. Cela doit rendre prudent pour l'interprétation des différences qui séparent les têtes de femme que, isolées, on ne jugerait sans doute pas exactement contemporaines (pl. XXVIII). Celles desnos 1 et 2 sont voisines, par la forme du visage (le menton à peine plus droit sur le n° 1). la disposition et le traitement des cheveux, le profil, caractérisé par la ligne droite du front et du nez et le menton fort, très détaché ; les yeux ont la même forme, la bouche à peu près, à peine plus raide sur le n° 1. La tête de l'hydrie n° 3 est nettement différente, non seulement par la chevelure, aux ondulations plus souples, avec des mèches striées (elles sont gaufrées sur les trois autres), mais surtout par le visage. Le profil montre le front plus fuyant, le nez plus pointu, le menton moins proéminent ; les yeux sont plus ouverts, avec le globe plus saillant ; un sourire prononcé creuse les coins de la bouche et fait saillir les pommettes. Sur l'hydrie de Sala Consilina, n° 4, au contraire, la tête est conçue comme une masse unitaire, en œuf, dont le profil bombé du front et du nez accentue la rondeur ; les yeux sont aussi ouverts qu'au n° 3. mais moins enfoncés ; la bouche sourit aussi, mais moins en retrait. L'impression générale est que les têtesnos 3 et 4 se rapprochent entre elles, et pourraient paraître plus anciennes que les deux autres.

10Avant de tenter d'interpréter ces divergences, il faut rappeler que nous avons affaire, avec ces vases, à des productions artisanales, qui devaient faire intervenir plusieurs ouvriers : le modelage et la fonte des anses, le façonnage du corps des vases, leur assemblage, n'étaient pas. en tout cas pas toujours, l'œuvre de la même main ; les lettres d'assemblage, que nous aurons l'occasion de signaler, tendent à le prouver. Dans ces conditions, lors du montage des modèles de cire des anses, que les têtes aient été moulées, puis appliquées et retouchées, ou qu'elles aient été façonnées à main libre, des différences peuvent avoir des causes diverses : moules d'ancienneté inégale, ou habitudes d'artisans n'ayant pas tous le même âge ou la même éducation. La répartition des quatre vases dans le temps (sur 20 ans au maximum, de toute façon : cf. ci-dessous, p. 45-46) est une explication possible ; elle n'est pas, en soi, nécessaire.

B. LES HYDRIES AUX LIONS

N° 5. L'hydrie à protomes de chevaux.

11Le vase (fig. 5, 14, 59 à 61, 65, 67, 70, 154) est fait de cinq éléments, comme les précédents. Le premier constitue le corps, l'embouchure et la lèvre. Son profil est très proche de celui des hydries à tête de femme, avec l'épaule à peine plus bombée et le col très légèrement plus court. La technique est la même, malgré le travail plus simple du rebord de la lèvre, qui présente deux sillons profonds, gravés, réunis par des traits doubles verticaux beaucoup plus fins. Le pied annulaire, soudé, est plus simple aussi, avec de simples languettes séparées par un sillon, dont l'extrémité arrondie est en relief par rapport au bas (fig. 92).

12Les anses horizontales ont un ruban plus épais que sur lesnos 1 à 4, avec le même rang axial de perles carrées, en moins fort relief, arrêté aux extrémités par deux traits transversaux. Les attaches sont faites de deux protomes de cheval dos à dos, avec une seule jambe indiquée, repliée. Malgré de légères variantes, dans la longueur des têtes en particulier, les huit protomes sont très voisines, avec la crinière faite d'un croissant, en fort relief, divisé en bourrelets rectilignes, l'oreille petite bien détachée, l'œil grand ouvert, la mâchoire inférieure détachée par un retrait de la surface. Un rivet traverse la base de chaque protome.

13L'anse verticale figure un lion en ronde bosse, debout sur la palmette qui forme l'attache inférieure, appuyé de ses griffes sur le rebord, comme pour regarder le contenu du vase. L'animal, svelte mais rond, est d'un modelé très simple. La crinière, en net relief, est formée de losanges curvilignes lisses ; les oreilles en cœur se détachent en avant ; toute la face est vigoureusement modelée ; les griffes raides ne comportent aucun détail. La palmette inférieure, trapue, est faite de onze feuilles, arrondies en plan comme en section ; elle est surmontée de deux volutes lourdes, qui se prolongent en têtes de serpent très sommaires. Les deux serpents au corps replié qui élargissent l'attache supérieure sont beaucoup plus soignés (yeux, bouche, barbe, dessus de la tête modelé). L'anse est fixée en haut par deux rivets verticaux qui traversent les pattes du lion (fig. 59), en bas par deux autres, pas tout à fait sur l'œil des volutes.

14Haut. : 43,5 cm ; diam. max. : 35 cm ; diam. max. de l'embouchure ; 27,6 cm ; long. max. des anses horizontales : 19 cm.

N° 6. L'hydrie à tête de lion.

15Le vase (fig. 8, 15, 62 à 64, 66, 68, 69, 74) est fait de cinq éléments, comme les précédents. Corps, col et embouchure ont un profil nettement différent. La panse est plus globuleuse, le col, qu'un bourrelet sépare de l'épaule, s'évase davantage ; il n'y a pas de « plateau » au-dessus. L'épaule, au-dessus de deux groupes de deux traits gravés, est ornée de languettes légèrement modelées, cernées par un filet et séparées par des pointes de flèche également en relief. Le rebord de la lèvre porte un rang de prismes droits plus larges et plus courts que sur lesnos 1 à 4, et un rang de perles carrées ; ce décor a été exécuté même dans la partie qui est cachée par l'anse verticale.

16Le pied (fig. 91) est plus haut et plus complexe que sur les vase précédents. Son profil général est en doucine renversée. Il porte, de bas en haut, une zone de languettes modelées, différentes de celles de l'épaule, un rang de prismes droits, un bourrelet portant un rang de perles carrées entre deux bandes lisses.

17Les anses horizontales ont un ruban très proche de celui desnos 1 à 4 ; les perles carrées sont arrêtées à de gros bourrelets transversaux entre filets lisses, barrés de trait doubles ou triples : menue irrégularité, qui se retrouve dans le demi-cercle gravé sur chaque moitié du ruban, qui n'a pas été exécuté partout. Les attaches sont faites de deux protomes de lion dos à dos, avec une seule patte indiquée. Encadrée par une crinière faite d'un rang de courts bourrelets en virgule, sur quoi l'oreille se détache plus ou moins (avec des variantes très sensibles dans le détail du dessin), la tête elle-même, à la gueule ouverte (sans dents ni langue), est fortement modelée, avec l'indication de la joue, de la mâchoire inférieure, des naseaux, d'un bourrelet qui encadre la bouche, de l'œil fait d'une saillie ronde entre deux recreusements en pointe. Les pattes aussi sont vigoureusement détaillées. Des rivets (trois fois un seul, une fois deux) traversent la zone lisse, entre les protomes et le bourrelet transversal.

18L'anse verticale a un ruban plus lourd que les anses horizontales, et plus décoré. Les perles carrées axiales sont encadrées de deux filets ; les filets des bords portent des perles carrées ; l'ensemble est arrêté en bas comme aux anses horizontales. L'attache inférieure comporte dans l'axe une palmette trapue, à sept feuilles pointues, que surmontent deux volutes plates à œil saillant et, sur les côtés, deux sphinx. Ceux-ci ont un corps aplati non détaillé, sauf les pattes arrière, dont l'extérieure est soulevée, une aile en faucille striée de traits espacés. Leur visage, usé, est large et lourd, avec de très grands yeux, le nez massif, la bouche rigide ; la chevelure forme une masse sommaire, lisse, en avant de quoi se détachent des oreilles massives, non détaillées. L'attache supérieure comporte deux demi-bobines, échancrées pour s'adapter au rebord de la lèvre, ornées sur les replats de rosettes gravées irrégulières, et sur la tranche de perles carrées. Au centre, le ruban s'élargit, en gardant les perles carrées des bords, pour porter la crinière et la tête d'un lion. La crinière est faite de mèches en virgules divergentes, soigneusement détaillées par des traits gravés. Les oreilles en cœur se détachent à peine. La tête, quoique aplatie, est fortement modelée ; les détails sont indiqués à peu près comme sur les anses latérales. Un rivet traverse l'arrière-train de chaque sphinx, en bas ; deux autres encadrent la tête de lion.

19Haut. : 41,6 cm ; diam. max. : 30 cm ; diam. max. de l'embouchure : 20 cm ; long. max. des anses horizontales : 19 cm.

C. LES VASES À LÈVRE FONDUE À PART6

N° 7. L'hydrie à mains ouvertes.

20Le vase (fig. 9, 18, 76, 79, 95, 97, 103, 108) est fait de six éléments. Le premier constitue le corps et le col, mais non la lèvre. La panse, lourde, est ovoîde, l'épaule rectiligne, presque horizontale ; le col se rétrécit un peu de bas en haut. Il y a de grands manques dans la panse, où rien n'est conservé des 6 cm inférieurs ; la restauration de 1977, de l'aveu du restaurateur, a légèrement allongé le vase (avec une différence de hauteur de 0,5 cm entre deux points diamétralement opposés). La lèvre est fondue à part, et fixée au col par les mêmes rivets que l'anse verticale ; sa hauteur est légèrement irrégulière (variation de 0,05 cm pour 2,2 cm) ; la largeur du replat supérieur varie aussi (de 1,1 à 1,3 cm). Elle comporte de bas en haut un petit filet qui porte sur une moitié des stries obliques, sur l'autre de simples encoches, puis un grand cavet lisse, enfin un bourrelet à perles carrées. Les traces de l'ajustage du col n'ont pas été effacées (traces de lime ; en un point, le métal de la lèvre déborde par-dessus le col).

21Le pied, annulaire, évasé, de profil légèrement concave, avec un petit biseau en dessous, porte des languettes gravées à pointe triangulaire. Il a, en dessous, un grand pan oblique, comme au n° 8.

22L'anse verticale, de section plate à l'extérieur, et bombée à l'intérieur, est mal venue à la fonte, avec des cavernes en haut de la face externe. Le ruban a le décor habituel (perles carrées au centre, filet au bord), en très léger relief, arrêté en haut par un rang de perles carrées simplement gravées, en bas par un filet lisse et un gros bourrelet à perles carrées gravées. L'élargissement du haut porte une fleur de lotus, gravée sans soin ; il est encadré par deux petites têtes de lion assez sommaires ; de chaque côté, entre le ruban et la tête de lion, un rivet traverse l'anse, la lèvre et le col. L'attache inférieure comporte une palmette courte à neuf feuilles pointues, surmontée de deux volutes à gros œil saillant, qui se prolongent en têtes de serpent non détaillées. L'artisan a d'abord percé un trou pour le rivet en bas, au cœur de la palmette, puis il a enfoncé le rivet un peu plus haut, sans effacer les irrégularités de sa tête.

23Les anses horizontales sont plus courtes et plus arquées que les précédentes, avec un décor du même type (mais les traits longitudinaux des bords sont doubles), arrêté aux extrémités par un rang transversal de perles carrées. Les attaches sont des mains aux longs doigts non détaillés, le pouce en haut, les ongles des quatre grands doigts détachés par un trait. Un rivet, quelquefois aussi mal fini que celui du bas de l'anse verticale, traverse chaque main, près des doigts.

24Haut. : 48,2 cm (cf. plus haut) ; diam. max. : 35 cm ; diam. inf. du col : 12 cm ; haut. du col : 11 cm ; diam. int. de l'embouchure : 10,75 à 10,85 cm.

N° 8. La grande amphore.

25Le vase (fig. 10, 19, 80, 82, 88, 93) est fait de cinq éléments. Le profil du corps et du col est très proche de celui du n° 7, la panse un peu plus bombée en bas. Le pied est très proche aussi, pour le profil et pour le décor. La lèvre, fondue à part, est un peu plus haute, également irrégulière (haut. : 2,40 à 2,55 cm ; largeur du replat : 1,25 à 1,40 cm), mais de profil et de décor identiques, le décor exécuté plus régulièrement.

26Les deux anses, de section circulaire, sont décorées, sur les trois quarts environ de leur pourtour, de cinq groupes de deux filets en relief, disposés obliquement de façon à donner l'impression qu'ils montent en hélice continue d'une extrémité à l'autre ; un filet simple transversal marque le passage aux attaches. L'attache supérieure est formée de deux appendices qui s'élargissent sous le cavet de la lèvre, mais dont le profil, très différent de celui du cavet, laisse entre les deux éléments un large espace vide ; de chaque côté, un gros rivet, à peu près horizontal, traverse l'anse, la lèvre et le col. A l'intérieur, le raccord du col et de la lèvre est plus soigneusement fini que sur le n° 7, mais la palmette est plus allongée et plus sèche, et l'exécution est plus soignée (volutes plus régulières, yeux des serpents séparés de la tête par un trait).

27Haut. : 49,7 cm ; diam. max. : 34 cm ; diam. inf. du col : 11 cm ; haut. du col : 11 cm ; diam. extérieur de la lèvre : 13,1 cm.

N° 9. La petite amphore.

28Elle est constituée de cinq éléments comme la précédente : fig. 11, 20, 85 à 87. La panse est plus fine en bas, l'épaule plus bombée, le col plus large que haut. Le pied se rapproche, par son profil nettement concave et son décor de languettes et pointes de flèche modelées, sous un filet lisse, de celui desnos 1 à 4.

29La lèvre, fondue à part, comporte de bas en haut deux filets, un bourrelet aplati, de profil oblique, deux filets, un pan oblique très évasé, un bandeau vertical, le tout sans décor. Les anses ont un ruban assez étalé, la face externe faite de deux moulures concaves encadrant une arête axiale très adoucie. Un gros bourrelet transversal portant des traits doubles, qui dessinent des sortes de perles carrées gravées, entre filets, arrête l'anse en bas. L'attache inférieure est faite d'une palmette très courte, à sept feuilles arrondies, sous des volutes larges ; l'ensemble, peu régulier, est simplement gravé sur une surface plane. La tête d'un rivet forme l'œil des volutes. L'attache supérieure comporte deux appendices latéraux qui portent les rivets, traversant anse, lèvre et col, et se prolongent vers le haut par deux mains en ronde bosse, le pouce très gros, rapproché des autres doigts pour enserrer un vide cylindrique, qu'on penserait ménagé pour qu'aux quatre mains soient accrochées deux anses mobiles.

30Le vase a été restauré à Rome. Un manchon moderne double à l'intérieur le col, où il y avait de grands manques ; deux rondelles, aux rivets d'une des anses, du côté interne, sont peut-être modernes.

31Haut. : 37,8 cm ; diam. max. : 27 cm ; haut. du col : 7,2 cm. ; diam. externe de l'embouchure : 14,2 cm.

Notes

6 Voulant respecter, dans un premier temps, le groupement proposé par Sestieri, je donne à ce troisième groupe une dénomination qui, faisant appel à la technique de fabrication, n'est pas « cohérente » avec les deux autres, qui s'appuyent sur un élément caractéristique du décor. C'est d'autant moins grave qu'il n'y a pas de recoupement, et que le chapitre suivant proposera un autre regroupement, purement technique.

© Publications du Centre Jean Bérard, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr